Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

La patria criolla entre localisme exacerbé et solidarité continentale dans la vice-royauté de Lima au XVIIe siècle

Bernard Lavallé

Résumés

Cet article montre comment le créolisme andin du XVIIe siècle fonctionnait et s’affirmait notamment par rapport à une relation très forte à son environnement immédiat, la patria, d’où sa forte coloration localiste et la faible présence dans son discours, voire l'absence, de référents géographiques plus vastes. Il lui était cependant possible d’élargir son regard, et lorsqu’il devait faire face en Espagne aux préjugés péninsulaires, il pouvait aussi faire preuve d'une conscience américaine continentale.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

créolisme, espace, identité

Palabras claves :

criollismo identidad, espacio
Haut de page

Texte intégral

1Dès la fin du XVIe siècle, un ensemble de préjugés dévalorisants s’était constitué dans le discours péninsulaire espagnol à l’encontre des créoles américains. Ils prenaient leur source, pour la plupart, dans l’enseignement de l’Antiquité, en particulier celui d’Hippocrate et de Galien dont l’audience au cours des siècles ne s’était pas affaiblie. À l’époque qui nous intéresse, on avait notamment vu refleurir en Europe ce qui sera connu plus tard sous le nom de théorie des climats. Selon celle-ci, il existait une relation, que l’on pourrait qualifier dans une terminologie moderne de déterministe, entre un espace, ses conditions climatiques, ou d’environnement comme on dirait aujourd’hui, (nature des eaux et de l’air, orientation des vents, température, alimentation, etc.), et les qualités – ou les défauts – du peuple qui en était originaire et y habitait. D’autre part, cette théorie se situait et s’exprimait dans une perspective ethnocentrique : le pays de celui qui l’utilisait bénéficiait bien sûr de toutes les qualités. Ses populations, jouissant de pareils bienfaits, ne pouvaient qu’être dotées de façon supérieure, à la différence des peuples voisins, ou conquis, eux plus mal lotis, donc inférieurs et pouvant (ou même devant) de ce fait être dominés. Un corollaire était venu se greffer à cette théorie : lorsque tout peuple – par définition adapté à son habitat – en changeait, les effets de ce transfert ne pouvaient qu’être négatifs pour lui.

  • 1 Pour plus de détails voir Bernard Lavallé, Recherches sur l’apparition de la conscience créole dans (...)

2Sans trop entrer dans les détails, nous citerons ici trois auteurs qui au XVIe siècle, parmi bien d’autres, s’illustrèrent dans le maniement de cette théorie et l’exposition de ses effets. Il s’agit de trois noms relevant de trois pays et de trois domaines disciplinaires différents, mais qui eurent en commun d’être considérés en leur temps comme des autorités incontournables. Abondamment traduites, maintes fois rééditées, leurs œuvres figuraient souvent dans les envois d’ouvrages destinés aux libraires installés en Amérique. Ces auteurs étaient l’Espagnol Juan Huarte de San Juan, lointain précurseur des études psychologiques avec son Examen de ingenios para las ciencias paru en 1575, ensuite remanié lors d’éditions successives et quinze fois republié en un siècle dans la Péninsule ; un des pionniers de la géographie, l’Italien Giovanni Botero Benese, aussi bien dans ses Descriptions de toutes les provinces et royaumes du monde que dans sa Raison et gouvernement d’État ; enfin, l’initiateur de la science politique moderne lui aussi de stature européenne en son temps, Jean Bodin, en particulier dans sa Méthode de l’Histoire parue en 1566. Reprenant l’enseignement de Platon, Aristote et Galien, mais sans l’appliquer dans toute sa rigidité, son influence devait s’exercer jusqu’à Montesquieu qui, on s’en souvient, consacra au XVIIIe siècle des pages essentielles à la théorie des climats1.

3Point n’est besoin d’expliquer dans le détail comment cette théorie s’était retrouvée bientôt au cœur des débats sur le Nouveau Monde que l’on venait de découvrir. La nature profonde de ses habitants – les Indiens –, les exigences que l’on pouvait avoir à leur égard, leurs aptitudes à embrasser les règles de vie européennes et en particulier le christianisme, tous ces débats ne pouvaient manquer d’être marqués par la théorie de l’influence climatique. Les deux positions opposées qui surgirent sur cette question allèrent chercher arguments et justifications dans le legs de l’Antiquité. Les débats, de nature à la fois juridique et théologique, alors suscités tournèrent autour des idées d’Aristote et des deux types d’esclavage qu’il définissait : l’esclavage légal et l’esclavage a natura. Ce dernier était justifié, entre autres choses, par l’infériorité physique et surtout intellectuelle de certains groupes humains. Etant donné leurs conditions de vie ou du fait de l’influence d’un environnement néfaste, ils devaient être soumis à d’autres peuples plus avancés car mieux dotés par la nature. Quelques pères de l’Église avaient repris ces idées. Saint Thomas d’Aquin, dans sa Summa contra gentiles, donnait ainsi des raisons notamment climatiques à certaines formes d’esclavage.

4Il n’est donc pas étonnant que dès le début du XVIe siècle le dominicain F. Bernardo de Mesa, partisan pour les Indiens d’une servitude à mi-chemin entre la liberté et l’esclavage ait donné des explications géographiques à l’infériorité des Indiens. Plus tard, le principal adversaire de Las Casas, Juan Ginés de Sepúlveda, qui admettait les deux possibilités de servitude des peuples américains, était tout à fait aristotélicien dans ses démonstrations, ce qui ne doit rien au hasard de la part de celui que l’on considérait alors comme le meilleur traducteur de la Politique.

5On comprend dès lors pourquoi l’Apologética historia de las Indias, de Las Casas est une œuvre polémique. Puisque ses adversaires tiraient l’essentiel de leurs arguments d’Aristote, F. Bartolomé luttait contre les aristotéliciens sur leur propre terrain et avec leurs arguments. Avant de démontrer que les peuples américains correspondaient bien aux normes définies par Aristote pour qu’une société fût considérée comme civilisée, au long de ses trente-deux premiers chapitres, le dominicain expose en détail les conditions physiques favorables, voire exceptionnelles, du Nouveau Monde. Il rappelle d’ailleurs que parmi les six causes capables d’influer sur l’habileté naturelle ou la qualité de l’entendement, quatre provenaient directement du milieu ambiant : l’influence du ciel (la première), la disposition et la qualité de la région et de la terre (la seconde), la clémence la douceur du temps (la quatrième), la bonté et la suavité des nourritures (la sixième).

6Puisque, selon Sepúlveda et ses partisans, la servitude a natura était pour l’essentiel la conséquence des effets néfastes de la nature américaine, F. Bartolomé se livrait ensuite à une véritable apologie des Indes occidentales dans laquelle il rappelait de façon très explicite le rôle et l’influence du milieu, théories qu’il montrait connaître parfaitement. Les titres de certains chapitres sont très révélateurs :

Explícase cómo las distintas influencias de los cielos causan que las almas sean más o menos prefectas [chap. XXIII] ; De cómo el clima y otras calidades de la tierra influyen en las condiciones de los hombres [chap. XXIV] ; Pruébase la relación que hay entre los climas y las condiciones de los hombres [chap. XXIX-XXX].

  • 2 Voir F. Bartolomé DE LAS CASAS, Apologética historia de las Indias, Madrid : Atlas, BAE, 15, p. 73 (...)

7F. Bartolomé accompagnait ses pages d’un appareil critique impressionnant, citait Aristote, Hippocrate, Galien, Ptolémée, Avicenne, Averroès, Albert le Grand et bien d’autres. Ainsi accompagné, Las Casas pouvait conclure sans nuances et de façon exaltée que la nature américaine avait produit des êtres humains doués de tous les attributs du jugement, de la capacité de compréhension et d’une beauté physique qui reflétait sans aucun doute possible leurs richesses intérieures et leurs qualités humaines2.

  • 3 Voir B. Lavallé, « Del indio al criollo, evolución de una imagen colonial », in : Las promesas ambi (...)

8Malgré les efforts du Protecteur des Indiens, la croyance en l’influence négative du monde américain sur les hommes (et tout le monde animal) qui y vivaient, loin de disparaître au cours du XVIe siècle s’ancra chaque jour davantage dans les esprits. De nombreux écrits de l’époque y font d’explicites allusions, certains même la systématisèrent, de manière très significative et bien entendu orientée. On vit ainsi cette théorie, à l’origine utilisée à l’encontre des Indiens, glisser et s’étendre peu à peu, englober aussi les métis, et enfin les créoles. Désormais, dès la fin de siècle, on affirmait ouvertement que ces Espagnols, nés de familles espagnoles installées au Nouveau Monde depuis plusieurs générations étaient victimes de processus dégénératifs, d’altération, – ou de perte – de leurs qualités originelles, qui faisaient d’eux des Espagnols d’un type désormais différent de celui de la Péninsule et pour tout dire de bien moindre valeur3.

9Dans les milieux péninsulaires, et notamment ceux de gouvernement, cette constatation justifiait donc à leur égard – à leur encontre, devrait-on dire – une prudence certaine voire de la suspicion, en particulier lorsqu’il s’agissait de leur confier peut-être, comme ils le réclamaient avec de plus en plus de force au fil des années, des postes de responsabilité. Dit d’une autre façon, il fallait absolument sur ce point privilégier les Espagnols nés et formés en Espagne, puisque les créoles américains, loin de donner toutes les garanties nécessaires quant à leurs qualités et à leurs aptitudes, faisaient craindre au contraire les pires dérives.

L’exaltation de la patria criolla

  • 4 Voir B. Laval, Recherche sur l’apparition…, p. 777-787.

10Cette attitude péninsulaire et les raisons qu’elle se donnait pour se justifier4 suscitèrent chez les créoles un véritable dépit et la volonté d’y répondre de manière tout aussi argumentée. Puisque le point d’achoppement était le dénigrement de leur lieu de naissance, les créoles entreprirent de démontrer qu’il n’en était rien, et qu’au contraire leur pays était en tout digne d’éloge(s). Selon eux, il produisait, en toute logique, des êtres supérieurement dotés sur les plans physique et moral, de toute façon en rien inférieurs – et sans doute même supérieurs – à ceux de l’Ancien Monde. Dans la vice-royauté de Lima, le texte fondateur de ce type de plaidoyer est le Memorial de las historias del Nuevo Mundo Pirú publié en 1630 à Lima par le franciscain F. Buenaventura de Salinas y Córdoba. Par ailleurs, il n’est pas insignifiant de rappeler que celui-ci se signala à plusieurs reprises par un créolisme militant qui lui valut quelques désagréments et pour finir une sorte d’exil-promotion qui n’osa pas dire son nom en Espagne, puis au Mexique où il mourut.

  • 5 Voir B. Lavallé, « F. Martín de Murúa y los orígenes del discurso criollista en el Perú a comienzos (...)

11Dans son Memorial, F. Buenaventura consacrait notamment six chapitres de son second discours à l’exaltation de Lima, et par voie de conséquence des Liméniens selon une démarche qui somme toute n’avait rien d’original puisque, comme nous l’avons montré dans une autre étude, il suivait en réalité fidèlement la méthode chère à la littérature chorographique alors en vogue dans la Péninsule et adaptée au Pérou dès le début du XVIIe siècle5.

  • 6 Cette exaltation de la terre natale des créoles était souvent sous-tendue par l’idée que l’Amérique (...)

12Le schéma justificatif de F. Buenaventura, qui correspondait donc à une sorte de mode antérieure à l’apparition en Amérique des problèmes qui nous occupent, fut dans la vice-royauté à l’origine de nombreux textes, la plupart dûs à des chroniqueurs conventuels. Dans le courant de leurs chapitres où ils faisaient à leur façon l’histoire de la province de leur ordre, ils éprouvèrent dès lors le besoin d’interrompre brusquement le fil de leur propos pour intercaler, avec plus ou moins de bonheur d’un point de vue littéraire, un ou plusieurs chapitres, parfois même un «livre» entier, consacré à l’évocation exaltée de leur pays et, par voie de conséquence, à celle tout aussi dithyrambique des créoles qui y étaient nés, s’y étaient formés et y avaient travaillé, ce qui était en fait la raison ultime de ce genre d’excursus6.

  • 7 Voir B. Lavallé, « Imágenes para un mito, las ciudades chilenas según Alonso de Ovalle » in : Las p (...)

13Cette exaltation du pays natal et de la société qui s’y était développée, n’allait pas parfois sans quelques difficultés. F. Buenaventura de Salinas y Córdoba, déjà, avait eu un peu de mal à faire le vibrant éloge des alentours de Lima et à vanter, au-delà de l’oasis du Rímac, la beauté et les merveilles des arenales désertiques de la côte péruvienne. D’autres après lui en eurent encore plus lorsqu’il devait s’agir pour eux, par exemple, d’exalter les bienfaits de la nature andine de la région de Potosí située à près de 4 000 mètres d’altitude (Bartolomé Arzáns de Orsúa y Vela – qui n’était pas membre d’un ordre religieux – dans son Historia de la Villa Imperial de Potosí) ou la médiocrité de la bourgade qu’était alors Santiago du Chili loin dans le sud (le jésuite Alonso de Ovalle dans son Histórica relación del reino de Chile)7.

14En parallèle avec la constitution dans la conscience espagnole des XVIe et XVIIe°siècles d’une image mythique des créoles – au sens que Roland Barthes donnait à ce terme dans son célèbre Mythologies –, les Hispano-américains ont élaboré d’eux-mêmes et de leur pays une contre image dont le but évident était à la fois de combattre le portrait diffusé par les Péninsulaires et de convaincre les hommes d’Amérique de leur propre dignité et de leurs droits.

  • 8 Pour ces autres composantes, nous renvoyons à B. LAVALLÉ, Recherches sur l’apparition…, V° et VI° p (...)

15En se plaçant sur le terrain des Espagnols d’Europe, et à partir d’une argumentation théorique semblable, les créoles arrivaient à des conclusions diamétralement opposées qui leur étaient en tout favorables. Dans un premier temps, ils entendaient ainsi démontrer les erreurs, les partis pris et les sous-entendus qui à leurs yeux structuraient les préjugés dont on les accablait. Puis, par un mouvement de compensation tout à fait compréhensible, l’outrance répondant à l’outrance, les créoles en venaient à expliquer que les gens nés à l’ouest de l’Atlantique étaient supérieurs à ceux du vieux continent. Les raisons en étaient multiples : vertus particulières du climat et du sol des Indes occidentales, splendeurs de la civilisation coloniale qui s’y était développée, histoire à bien des égards exceptionnelle, volonté divine de réserver les nouveaux pays d’Amérique pour une mission transcendante dont maints indices apportaient la preuve8.

16C’était donc toujours par rapport à leur terre, son histoire, son devenir, que se définissaient les créoles américains. Il ne faut donc pas s’étonner de trouver sous leur plume, exprimé de la plus belle et de la plus vibrante manière, leur hymne à l’amour de leur pays, de leur patrie. Dans son Memorial déjà cité de 1630 qui devait servir de parangon tant de fois imité au créolisme de son siècle, F. Buenaventura de Salinas y Córdoba s’en faisait à plusieurs reprises le chantre explicite et inspiré :

Es la Patria un Dios segundo y primer pariente. Ella nos cría, nos enseña y nos honra ; ella se encarga de mil cuidados porque descansemos nosotros ; castiga los malos porque no dejan vivir en paz, premia los buenos porque todos lo sean y heroicamente se inflamen y sigan la virtud […] y oblíganos con esto a que la amemos, honremos y sirvamos.

Ama la Patria a los suyos y quiere ser amada de ellos, defiéndelos y no quiere ser menospreciada […] Es tan dulce y eficaz su amor que no permite que se olviden de ella.

17De la même façon, à la fin de la période ici étudiée, un laïc comme Bartolomé Arzáns de Orsúa y Vela écrivait dans le prologue de son Historia de la Villa imperial de Potosí :

  • 9 Bartolomé Arzáns de OrsÚa y Vela, Historia de la Villa Imperial de Potosí, édition de Lewis Hanke e (...)

Confieso también, que, movido del amor de la Patria he querido emprenderla y con razón, pues entre los más atractivos afectos de los humanos es cosa experimentada ser grande (sin comparación) este de la Patria, loable su cariñoso amor con impulso entrañable : justamente encarecido de natural e intenso9.

  • 10 Francisco Antonio de Fuentes y Guzmán, Recordación florida…, Madrid : Atlas, BAE, 230-232, 1969-197 (...)
  • 11 Cet informe a été publié dans l’avant-propos de Francisco VÁsquez, Crónica de la provincia del Sant (...)

18La vice-royauté de Lima n’avait bien sûr pas le monopole de ce sentiment et de son expression exacerbée. Nous ne citerons ici qu’un seul auteur extérieur à la vice-royauté de Lima, Francisco Antonio de Fuentes y Guzmán, auteur de la monumentale et par moments flamboyante Recordación florida toute entière consacrée aux merveilles du pays de son auteur, le Guatemala10 (10). Il s’attarde à plusieurs reprises avec une délectation manifeste sur «el amor a la Patria que [le] arrebata» qui le pousse à écrire, et dans un informe sur la chronique conventuelle de F. Francisco Vásquez, il affirme sans ambiguïté que tout auteur américain de son temps devait élever la voix « en nombre de la Patria en que escribe »11.

  • 12 Voir la Relación summaria de la culpa contra algunos clérigos de Quito en razón de la alteraciones (...)

19Cette patrie créole n’apparaissait pas que dans les livres. Elle était souvent mentionnée par les créoles, servait de référence première et ultime, lors des crises, ou dans les combats, du créolisme de l’époque. Dès la fin du XVIe°siècle, lors de l’affaire des alcabalas de Quito, qui fut à certains égards la première « émotion » créole, ne vit-on pas des groupes d’ecclésiastiques parcourir les rues de la ville en cherchant à ameuter les habitants au nom du devoir de « defender la Patria ». Les chefs du mouvement, depuis le balcon de la mairie dont ils s’étaient rendus maîtres, ne s’autoproclamaient-ils pas, eux, « defensores de la Patria »12 ?

  • 13 Testimonio de los autos oficiales sobre la alternativa de los religiosos del combento de San Franci (...)

20Beaucoup plus tard, à Cuzco en 1678, lors des événements hauts en couleur qui avaient accompagné la tentative faite par l’évêque d’imposer, sur ordre politique, aux franciscains créoles l’alternance dont ils ne voulaient pas, certains religieux au comble de l’excitation avaient tenté, depuis leurs fenêtres, de soulever la foule massée devant le couvent à l’annonce de ce qui se passait à l’intérieur, au cri de : « ¡Criollos, volved por vuestra Patria, que os la tiranizan! »13

21L’amour de la patrie et son expression n’étaient alors pas choses nouvelles. Les Anciens s’en étaient fait les chantres. De plus, le patriotisme créole n’était pas seulement composé du lien privilégié du pays natal. Il n’en reste pas moins que celui-ci et son exaltation en était le fondement le plus manifeste et le plus efficace aussi.

22Dans les pages qu’il a consacrées au sentiment politique de l’amour de la patrie, José Antonio Maravall a bien insisté sur le fait que le XVIe°siècle avait vu dans toute l’Europe une prolifération de « literatura laudatoria », d’éloges de villes, de régions, de pays. Ce fut même d’après lui, un des aspects de la rénovation des modèles classiques menés à bien par les humanistes. Il remarque, au cœur de ce mouvement et de sa dynamique, un très net processus d’intériorisation de la relation auteur/pays, qui lui permet d’écrire de cette « coappartenance » :

  • 14 José Antonio Maravall, Estado moderno y mentalidad social (siglos XV a XVII), Madrid : Revista de O (...)

 […] el tema de la pertenencia a la Patria como valor toma un giro completamente nuevo […] de ahí se valora el hallarse más o menos fundido en esa pura situación de copartícipes […] Esta nueva manera lleva a extender el alcance de la glorificación a todos los miembros de la comunidad o Patria, en tanto que tales miembros de la misma y sólo por esta razón. Si esta Patria – tan claramente concebida en un sentiudo protonacional – posee tan altos valores, cuantos de ella participan los tendrán también14.

23En d’autres termes, le patriotisme créole d’Amérique, si problématique pour les Espagnols péninsulaires, était donc apparu à une époque où sur le vieux continent fleurissaient les patriotismes avec une vigueur nouvelle et selon un processus bien défini. Le créolisme, malgré son originalité, à l’évidence s’en est nourri, et ce n’est pas là le seul plan sur lequel il n’était en fait que la résurgence d’un phénomène européen.

Ambiguïtés, contradictions et limites

24De toute façon, il ressort de ces textes que la patrie, ainsi exaltée par les auteurs créoles est un espace géographique et référentiel fort étroit, la patria chica comme on dit en espagnol : une ville et ses environs immédiats : Lima, le plus souvent, Santiago du Chili, Cuzco, voire Santa Fe de Bogota. Le patriotisme qu’ils exprimaient, contribuaient à nourrir et à construire, était dont un localisme exacerbé, sans doute nombriliste dans le cas de la capitale vice-royale, et dans lequel on pouvait déjà déceler les lointaines origines du limeñismo qui bien plus tard devait tant marquer la littérature et les comportements sociaux et politiques du Pérou avec les excès que l’on sait.

25Pouvait-il en être autrement dans des pays et à une époque où les obstacles et les dangers de la géographie, la quasi-inexistence de réseaux structurants, la longueur, l’incommodité et les incertitudes des voyages, l’extrême diversité des populations et les relations de domination qui les liaient, contribuaient à retarder chez leurs habitants, notamment ceux des capitales régionales, l’appréhension matérielle et intellectuelle, l’intériorisation d’espaces plus vastes. Le seul chroniqueur conventuel du XVIIe°siècle à avoir, à l’évidence, une autre conception de sa patrie, à en parler en termes à la fois plus généraux, dépassant les environs de sa capitale, plus régionalement structurés et diversifiés, est le jésuite Alonso de Ovalle dans son Histórica relación del reino de Chile publiée à Rome en 1646. A la réflexion il n’y a là rien d’étonnant. Le Chili de l’époque était réduit, sur quelques centaines de kilomètres, au valle central encadré par ses deux cordillères, donc facile à connaître et à parcourir, à conceptualiser et à évoquer, ce que Ovalle fait avec une plume et une sensibilité remarquables qui font de lui sans doute le meilleur écrivain créole de son temps en Amérique du Sud.

26Ovalle utilise d’ailleurs abondamment le terme chileno (substantif ou adjectif). Cet emploi de mots indiquant l’identité par rapport à une référence régionale, les gentilés, est d’ailleurs à l’époque assez rare dans la vice-royauté. Ainsi, tout au long du siècle, dans les innombrables affrontements entre religieux créoles et péninsulaires, les premiers se qualifient très rarement de peruanos. Mais qu’était alors le Pérou ? Il comprenait deux entités, l’Audience de Lima et celle de Charcas (aujourd’hui Sucre en Bolivie) laquelle, du moins pour le nord de sa partie andine, constituait le Haut-Pérou (alto Perú) ? De la même façon, par exemple, les limites entre deux réalités administratives très distinctes, celles des Audiences de Quito et de Santa Fe de Bogota, pouvaient être fort complexes. Le gouvernement de Popayán servait ainsi de tampon entre ces deux régions, mais certains de ses territoires étaient soumis à la tutelle administrative de Quito et d’autres dépendaient de Santa Fe. Pour ajouter à la confusion, les limites du gouvernement de Popayán ne se juxtaposaient pas à celles de l’évêché.

  • 15 Voir B. Lavallé, « Un chapitre oublié du créolisme conventuel : la province dominicaine de Nouvelle (...)

27A l’intérieur d’une même Audience, ainsi celle du Royaume de Nouvelle-Grenade, les liens entre les diverses régions constitutives pouvaient être si lâches, du fait dans ce cas de la longueur, de l’incommodité et des dangers des transports sur le fleuve Magdalena, que les hautes terres – le royaume de Nouvelle Grenade proprement dit – et la côte atlantique (dont le centre était Cartagena de Indias) ne se sentaient guère de points, ou d’intérêts en commun. On le vit bien lorsqu’en 1671 la province dominicaine décida – cas tout à fait exceptionnel – de mettre en œuvre entre ces deux composantes géographiques, lors des élections capitulaires triennales, une alternativa de oficios comme cela se pratiquait d’habitude au prix de très grosses difficultés, mais entre les religieux péninsulaires et créoles15.

28D’ailleurs quel gentilé était employé alors pour désigner un habitant de Nouvelle-Grenade (future Colombie) ou de l’Audience de Quito (futur Équateur) ? Quel mot employait-il lui-même ? Il n’y en avait pas. Or la linguistique nous enseigne dans quel ordre et selon quel processus apparaissent respectivement les réalités ou les concepts et ensuite les mots pour les désigner.

29Tout au long de la période en question ici, les Audiences en tant que circonscriptions territoriales, essentielles pour la mise en place de l’administration coloniale et futur canevas des républiques à venir avec l’Indépendance, ne semblent pas avoir joué un rôle très important dans la psychologie individuelle ou collective. Lorsqu’il s’agissait pour les Espagnols nés en Amérique de rédiger les innombrables dossiers ou documents administratifs de tous ordres qu’ils devaient adresser à Madrid, au moment d’indiquer leur lieu d’origine ils n’y font guère allusion. La pratique la plus courante consistait à donner simplement le nom de la ville de naissance, ou de résidence, en l’accompagnant d’une référence que l’on pourrait dire historico-géographique du genre « en el reino (et plus souvent en los reinos, ce qui ajoutait à l’imprécision) del Perú », « en el nuevo reino de Granada », « en el reino de Chile ». Même si dans certains, comme celui du Pérou, l’indication était en fait bien vague et incertaine, comme on l’a dit plus haut, il s’agissait pour les créoles de se situer comme le faisaient traditionnellement des Espagnols de la Péninsule à partir des royaumes qui chacun reconnaissait pour suzerain le roi à Madrid et qui, tous réunis et avec leurs droits respectifs bien établis, constituaient un ensemble unique.

30Plus souvent, au moins lorsque la ville concernée était une cité modeste, la référence dont on vient de parler était accompagnée, parfois même précédée, voire remplacée, par le nom de l’évêché dont elle dépendait.

31Il n’est pas douteux, en effet, que les évêchés aient joué au contraire des Audiences, un rôle de premier plan dans le système référentiel des individus, ce qui, dans une certaine mesure était aussi vrai en Espagne à la même époque. Plus limités du point de vue spatial, donc plus cohérents et mieux structurés, plus immédiats et plus présents donc mieux assimilables en tant que cadres vécus et intériorisés, les évêchés articulaient autour d’eux tout un tissu social au sens le plus large de ce terme qui débordait de loin des seuls domaines religieux et ecclésiastiques.

32Dans son découpage, l’empire espagnol d’Amérique n’avait pas prévu – sauf dans les régions d’ailleurs souvent excentrées ou isolées des gobernaciones (Tucumán, Paraguay, Río de la Plata) – d’échelon intermédiaire entre les vastes rassemblements territoriaux souvent hétéroclites et lents à devenir cohérents qu’étaient les circonscriptions des Audiences et le niveau presque local, ou dans le meilleur cas de la contrée, qui correspondait aux corregimientos.

33C’est entre autres choses ce hiatus, ou cette absence, que devait s’efforcer de combler la réforme bourbonienne qui, dans les années 1780, allait aboutir au Pérou à la création de sept intendances puis d’une huitième un peu plus tard. Si l’on excepte le cas bien particulier de la capitale, Lima, elles furent créées dans des villes dont l’administration coloniale avait parié, pour des raisons diverses, sur le devenir régional (Tarma, Huancavelica et plus tard Puno). Cependant, pour l’essentiel la réforme entérina surtout une situation de fait déjà séculaire, en transformant en sièges d’intendances les villes épiscopales (Trujillo, Huamanga, Arequipa, Cuzco) qui depuis leur création avaient été les véritables pôles d’attraction régionaux et référentiels, sans doute aussi identitaires, du pays.

Américanisme exalté/hispanisme exacerbé

  • 16 Pour plus de détails, voir B. Lavallé, Recherches sur l’apparition …, IV°partie, chap. 1 a.

34Un autre problème compliquait sans doute l’auto identification des créoles et donc leur système référentiel. Ils se sentaient profondément liés à leur patria chica, insistaient sans cesse sur les bénéfiques influences dont ils bénéficiaient, sur ce qu’elle pouvait avoir de définitoire pour eux. Néanmoins, le créolisme était aussi une sorte de dépit amoureux face aux attaques, au dénigrement des Péninsulaires. Il se voulait et se disait américain, certes, mais niait aussi toute différence (et refusait toute discrimination) par rapport aux Espagnols d’Espagne. Le créole dénonçait avec la dernière vigueur les préjugés européens, les affirmations et les insinuations tendant à démontrer que sa nature hispanique avait été en quelque sorte pervertie ou abâtardie : du fait de l’influence du climat américain, par de possibles métissages – évidemment cachés et tus – avec les Indiens ou les Noirs, à cause du lait des nourrices indigènes transmettant aux enfants les «vices» et les «tares» des «races soumises», en raison d’une éducation relâchée, sans compter toutes les affirmations malveillantes concernant les piètres origines espagnoles que l’on attribuait à la plupart de ceux qui étaient partis tenter leur chance outre-Atlantique et étaient ainsi devenus les fondateurs de bien des lignages créoles, parfois des plus huppés16.

35Les Hispano-américains en venaient alors tout naturellement à exalter aussi leur hispanité, les pratiques et les réalités qui ne les différenciaient en rien de leurs cousins de la Péninsule. Si le créolisme était bien l’expression d’une américanité exaltée, il était en même temps celle d’une hispanité exacerbée et sans tache. Ainsi voyait-on les créoles dénoncer avec la dernière énergie les insinuations rappelées plus haut dont ils étaient victimes, mais insister dans le même temps et avec une égale vigueur, par exemple, sur la pureté du castillan qu’ils parlaient. Telle était l’explication selon eux, du fait qu’ils ressentaient son caractère sur certains points déjà, un peu archaïque ou en tout cas déphasé, par rapport à la norme péninsulaire de leur époque.

  • 17 F. Juan Meléndez, Tesoros verdaderos de las Indias…, Rome, 1681, 1, libro. IV, cap. 4.

36Cette susceptibilité hispanique avait une autre conséquence. Les créoles refusaient toute appellation autre que celle d’españoles. En particulier, ils ne voulaient pas qu’on les dénomme criollos. Le terme était certes d’origine américaine, eux-mêmes l’employaient communément entre eux dans le contexte américain, mais ils savaient bien, et dénonçaient, qu’il était l’objet de sourires entendus en Espagne, en raison de ses sonorités étranges pour un habitant de la Péninsule mais surtout du fait de la charge de ses connotations négatives. Pourquoi, selon les créoles, introduire un autre mot pour désigner un élément du même ensemble hispanique ? Pourquoi marquer ainsi une différence que rien ne justifiait à leurs yeux ? Le dominicain de Lima F. Juan Meléndez insistait dans ses Tesoros verdaderos de las Indias… publiés à Rome en 1681 sur la « risa torpe y necia » de ceux qui se moquaient du mot criollo, sur le fait qu’il s’agissait là d’une véritable insulte (« nos improperan ») et que c’était sans doute une manigance de plus du démon (« introduciendo el demonio estas diferencias de naciones donde no debieran admitirse y siguiéndose de aquí no pocos escándalos y pecados »17).

37Les Hispano-américains refusaient pareillement le terme souvent employé à leur endroit en Espagne, indianos, alors confondu avec le sens que ce mot avait aussi pour définir les personnes émigrant aux Indes occidentales. Ils le trouvaient trop prochede indios, et de ce fait susceptible de favoriser des glissements sémantiques pleins d’arrière-pensées, comme le précisait F. Juan Meléndez, après s’être plaint que certains en Espagne appelaient tout simplement les créoles indios :

Mejor nombre nos dan algunos de Europa que nos llaman indianos, pero éstos yerran también porque sin diferencia a todos cuantos vienen de allá les dan el mismo título de indianos, con la misma confusión, porque tanto barbarismo es llamar a todos indianos sin distinguir los orígenes como llamarnos indios.

  • 18 Voir B. Lavallé, « Americanidad exaltada/hispanidad excerbada : contradicción y ambigüedades en el (...)

38Un autre éminent créole du Pérou, Antonio de León Pinelo, avait lui aussi suggéré d’expulser du vocabulaire tout élément de différentiation lexicale entre les deux branches du monde ibérique, Pour ce faire il avait proposé de supprimer l’appellation Nouveau Monde, et de remplacer América par Ibérica, afin de bien affirmer l’appartenance de ce continent à la communauté culturelle, politique et religieuse née dans la Péninsule du même nom18.

  • 19 Voir à ce sujet les idées développées par un éminent franciscain du Pérou, dans Francisco de Eguilu (...)

39De toute façon, pour certains créoles, il était évident que dans le cadre d’une prédestination planétaire Dieu avait voulu que, lorsque l’Espagne attaquée de tous côtés, aurait été épuisée par les coups de boutoir de l’islam turc, des protestants du Nord, et des puissances européennes jalouses (France et Angleterre), il incomberait à l’Amérique d’être le dernier réduit de la chrétienté et de l’hispanité. Il appartiendrait donc aux créoles de relever ces deux flambeaux pour les mener à régner de nouveau sur le monde, comme Dieu avait désigné l’Espagne pour le faire. Pouvait-on rêver d’une affirmation plus éclatante de leur qualité d’Espagnols19 ?

Conclusion : Vers une identité continentale

40Il est bien connu que la conception et l’expression de l’identité sont choses variables, tenant plus à la logique de ce que l’on veut démontrer à un moment donné qu’à celle des faits. L’auto identification évolue en fonction de la perspective adoptée par le discours. Le cas créole n’échappe point à la règle. On vient de le voir dans l’affirmation concomitante, ou en tout cas conjointe, de l’américanité et de l’hispanité. Cela apparaît aussi dans une autre circonstance. Si l’identité du créole se fondait sur un localisme pointilleux, sur une exaltation de la patria chica, il pouvait aussi, à l’opposé, se sentir américain, porté par une identité et une solidarité continentales. Cela est sensible lorsque des Hispano-américains rappellent dans leurs écrits l’attitude qu’adoptaient envers eux en Espagne les Péninsulaires. Les créoles y répondaient non pas en tant que Péruviens, Chiliens, etc. mais comme Américains, fils d’un continent tout entier victime de préjugés, de commisération feinte, de dérision, de discrimination. Ils étaient alors fils des Indes et c’était elles leur patrie face à l’Espagne.

41Nous n’en donnerons qu’un exemple significatif. Dans un ouvrage intitulé Epítome de la biblioteca oriental i occidental, nautica i geográfica (Madrid, 1629), Antonio de León Pinelo, déjà cité, se plaignait avec amertume dans sa dédicace au duc de Medina de las Torres de l’ignorance dont le Nouveau Monde était l’objet dans la Péninsule (« por no aver en España curiosidad particular […] ni aora afición superior »). Dans le discours apologétique de ce même ouvrage, le frère de l’auteur, Juan Rodríguez de León, montrait bien le sens continental du livre : « ilustrar las Indias » et il expliquait que l’Amérique était :

Un mundo entero con título de Nuevo parece que aún oy lo es para muchos, según la poca noticia que dél tienen los más, sin atención a su grandeza ni reparo a su milagroso descubrimiento […] Aún no son los nombres conocidos, que como de las Indias sólo se apetece plata y oro están sus escritores tan olvidados como sus historias poco vistas, siendo ocupación estrangera lo que deviera ser natural de España i, así, de nuestras mismas conquistas saben más las plumas agenas que las curiosidades propias.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails voir Bernard Lavallé, Recherches sur l’apparition de la conscience créole dans la vice-royauté du Pérou, l’antagonisme hispano-créole dans les ordres religieux (XVI°-XVIIe°siècle), Lille : ANRT, 1982, 4e partie, chap. 1 Les créoles et la nature américaine,p. 751-764.

2 Voir F. Bartolomé DE LAS CASAS, Apologética historia de las Indias, Madrid : Atlas, BAE, 15, p. 73 sq. Pour plus de détails, voir Lewis Hanke, « Bartolomé de las Casas el antropólogo », in : Estudios sobre fray Bartolomé de las Casas y sobre la lucha por la justicia en la conquista española de América, Caracas : UCV, 1968, p.  205-230.

3 Voir B. Lavallé, « Del indio al criollo, evolución de una imagen colonial », in : Las promesas ambiguas, ensayos sobre el criollismo colonial en los Andes, Lima : PUCP-Instituto Riva Agüero, 1993, p. 45-61.

4 Voir B. Laval, Recherche sur l’apparition…, p. 777-787.

5 Voir B. Lavallé, « F. Martín de Murúa y los orígenes del discurso criollista en el Perú a comienzos del siglo XVII » in : La formación de la cultura virreinal, I la etapa inicial, Frankfurt-Madrid : Vervuert, 2000, p. 375-385. Pour plus de détails sur F. Buenaventura de Salinas y Córdoba, voir B. Lavallé, « Exaltación de Lima y afirmación criolla en el siglo XVII » in : Las promesas ambiguas…, p. 129-141.

6 Cette exaltation de la terre natale des créoles était souvent sous-tendue par l’idée que l’Amérique jouissait de par la volonté divine d’une prédestination exceptionnelle, et que d’ailleurs le paradis terrestre était situé au Nouveau monde. Voir B. Laval, Recherches sur l’apparition…, Ve partie, chap. 1 d, « Les créoles et le destin providentiel du Pérou ».

7 Voir B. Lavallé, « Imágenes para un mito, las ciudades chilenas según Alonso de Ovalle » in : Las promesas ambiguas…, p.  143-153.

8 Pour ces autres composantes, nous renvoyons à B. LAVALLÉ, Recherches sur l’apparition…, V° et VI° parties.

9 Bartolomé Arzáns de OrsÚa y Vela, Historia de la Villa Imperial de Potosí, édition de Lewis Hanke et Gunnar Mendoza, Providence : Brown University, 1965, 3 t.

10 Francisco Antonio de Fuentes y Guzmán, Recordación florida…, Madrid : Atlas, BAE, 230-232, 1969-1972. Pour les formes différentes, mais à finalité identique, du discours d’exaltation créole en Nouvelle-Espagne à la même époque, voir Jacques Lafaye, Quetzalcoatl et Guadalupe, la formation de la conscience créole au Mexique (1531-1813), Paris : Gallimard, 1974, en particulier le chapitre intitulé L’utopie créole du « printemps indien ».

11 Cet informe a été publié dans l’avant-propos de Francisco VÁsquez, Crónica de la provincia del Santísimo Nombre de Jesús de Guatemala, Guatemala : Biblioteca Goathemala, 14-17, 1937-1944.

12 Voir la Relación summaria de la culpa contra algunos clérigos de Quito en razón de la alteraciones passadas de l’évêque D. F. Luis López (Archivo General de Indias, Séville, Lima 274) et une lettre de D. Juan de Mendoza Manrique (Quito, 4 avril 1594), op. cit., Quito 24.

13 Testimonio de los autos oficiales sobre la alternativa de los religiosos del combento de San Francisco de la ciudad del Cuzco (2 août 1678), op. cit., Lima 338.

14 José Antonio Maravall, Estado moderno y mentalidad social (siglos XV a XVII), Madrid : Revista de Occidente, 1972, voir la IIepartie, chap. IV, p. 485.

15 Voir B. Lavallé, « Un chapitre oublié du créolisme conventuel : la province dominicaine de Nouvelle Grenade (1620-1640) » in : Hommage des hispanistes français à Noël Salomon, Barcelone : Laia, 1979, p. 487-497.

16 Pour plus de détails, voir B. Lavallé, Recherches sur l’apparition …, IV°partie, chap. 1 a.

17 F. Juan Meléndez, Tesoros verdaderos de las Indias…, Rome, 1681, 1, libro. IV, cap. 4.

18 Voir B. Lavallé, « Americanidad exaltada/hispanidad excerbada : contradicción y ambigüedades en el discurso criollo del siglo XVII peruano », in : Sobre el Perú, homenaje a José Agustín de la Puente Candamo, Lima : PUCP, 2002, 2 p. 727-742.

19 Voir à ce sujet les idées développées par un éminent franciscain du Pérou, dans Francisco de Eguiluz, « F. Gonzalo Tenorio O.F.M. y sus teorías escatológico-providencialistas » Missionalia hispanica, 16 (48), 1959, p. 257-322.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Lavallé, « La patria criolla entre localisme exacerbé et solidarité continentale dans la vice-royauté de Lima au XVIIe siècle », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21931 ; DOI : 10.4000/e-spania.21931

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Université de la Sorbonne nouvelle- Paris III
Centre de Recherche sur l’Amérique Espagnole Coloniale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org