Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

Constructions des espaces économiques et réécritures de l’Histoire dans le Pérou de la seconde partie du XVIe siècle

Nejma Kermele

Résumés

La construction d’un nouvel espace colonial, menée avec force par le cinquième vice-roi du Pérou Don Francisco de Toledo (1569-1581) lors de sa grande Visita General, s’accompagna d’une réflexion dialectique sur l’Histoire. Pour gouverner et dominer ces territoires mouvants, la connaissance du passé indigène était un préalable. Toledo, pour mieux contrer également la version lascasienne de l’Histoire et pour mener à bien les réformes que l’Espagne de Philippe II attendait, commandita de nombreux textes, entre autres celui de Polo de Ondegardo : Relación de los fundamentos acerca de los notables daños de no guardar a los indios sus fueros,document daté de 1571 que nous nous proposons d’étudier ici en l’insérant dans le contexte de l’époque. Ondegardo, fin connaisseur du monde indigène, allait de fait proposer une autre vision de la possible construction des espaces coloniaux, notamment économiques, en les appuyant sur une réécriture de l’Histoire indigène et coloniale qui le conduisit à prôner une juxtaposition des espaces et une utilisation raisonnée de la cohérence du système traditionnel indigène. Polo développait dans ce texte une pensée complexe et originale ni lascasienne ni tolédane mais pragmatique et soucieuse de la préservation des acquis de l’Espagne en Amérique.

Haut de page

Texte intégral

Contextualisation

  • 1 Songeons, à titre d’exemple, à la Relación muy particular del Cerro y minas de Potosí y de su calid (...)
  • 2 Polo de ONDEGARDO, El Mundo de los Incas (Relación de los fundamentos acerca de los notables daños (...)
  • 3 Noble David COOK, Tasa de la Visita General de Don Francisco de Toledo, Lima : Universidad Mayor de (...)

1Au début des années 1570, la vice-royauté du Pérou connut des bouleversements majeurs. Le vice-roi Don Francisco de Toledo, nommé par Philippe II, pour mener à bien les réformes nécessaires à la pacification, à l’évangélisation et à l’exploitation du territoire, avait commencé sa grande Visita General dont il avait amplifié le cadre pour en faire le lieu d’une étude qui se voulait quasiment exhaustive du monde andin, de son économie, de son Histoire, de ses Histoires. La Visita General, dont le but premier était certes fiscal, s’accompagnait également d’une découverte personnelle, d’une véritable exploration. Toledo fut un voyageur, un arpenteur, convaincu de la nécessité de connaître pour vaincre, de savoir pour contrôler. Reconnaître, redéfinir, contrôler les espaces immenses que constituait la vice-royauté était une nécessité sur tous les plans : politique, militaire, religieux, économique. Les visitadores reçurent une longue série d’instructions qui leur demandaient, outre l’habituel recensement, d’interroger les Indiens plus largement sur leur mode de vie, sur les modalités de la transmission des pouvoirs, sur leurs fonctionnements économiques, sur tout ce qui pouvait informer leur Histoire. Ces enquêtes allaient compléter les fameuses Informaciones fondées sur l’exploitation de la mémoire orale indigène, Informaciones que Toledo allait mener entre 1570 et 1572. Le vice-roi, hanté par l’influence qu’il jugeait pernicieuse de Las Casas n’eut de cesse d’approfondir l’Histoire des Indiens. C’est pourquoi il prit connaissance, dès sa nomination avant même que d’assister à la Junta Magna, d’un grand nombre d’ouvrages traitant du Pérou dans tous ses aspects et il commandita ensuite plusieurs relaciones visant à explorer divers points spécifiques1. Nous voudrions ici étudier à travers quelques documents comment ont pu être pensées et associées, à l’époque tolédane, les nécessaires restructurations de l’Espace – et notamment ici de l’espace économique – et des réflexions sur l’Histoire. Certes, les réformes de Toledo furent le résultat concret de ces interrogations dialectiques et nous les évoquerons comme telles ici. Mais notre document central est un texte daté du 26 juin 1571, écrit à Cuzco par un letrado depuis longtemps au service de la Couronne, Polo de Ondegardo. Le texte s’intitule : Relación de los fundamentos acerca delosnotables daños de no guardar a los indios sus fueros2. Il ne s’agissait pas véritablement d’une commande, plutôt d’une demande de Toledo adressée à Polo de Ondegardo, fin connaisseur du monde indigène dont l’expérience et l’érudition ne pouvaient manquer d’intéresser le vice-roi. Il s’agit d’un texte complexe, touffu, qui pose la question de la définition des espaces fiscaux et qui recoupe bien entendu la Visita et ses conséquences, c’est-à-dire notamment la réforme des Reducciones et l’élaboration d’une nouvelle taxation. Ce document, fondamental à bien des égards, dessine d’autres espaces liés en particulier aux diverses productions, et d’autres Histoires, celle de la encomienda par exemple3. Polo, personnage habile et complexe dont je vais tenter dans un premier temps de cerner rapidement les contours, s’insérait donc dans ce contexte en se proposant de définir les espaces économiques spécifiques au Pérou tout en les incluant dans une Histoire ou plutôt dans des Histoires, Histoires de la fiscalité, de l’économie et de la sacralité péruvienne.

Polo de Ondegardo : un témoin au cœur de l’Histoire

  • 4 Après l’exécution de Gonzalo Pizarro, Polo se rendit à Charcas avec le titre de Corregidor. Pour sa (...)
  • 5 Ondegardo découvrit également différentes huacas et les oratoires sur les quatre chemins des suyus. (...)
  • 6 Ibid., p. 109.
  • 7 José de Acosta se réfère à ce travail dans son Historia natural y moral de las Indias, cf. José de (...)
  • 8 Le Confesionario para curas de indios con la instrucción contra ritos y exhortaciones para ayuda a (...)
  • 9 Ibid, 4, p. 139-151.
  • 10 Toledo put entendre parler d’Ondegardo avant même d’arriver en Amérique puisque, selon Guillermo Lo (...)
  • 11 Mandamiento del virrey Don Francisco de Toledo, Archivo de Indias, Lima, leg.110, folio 27 y v. Voi (...)
  • 12 Roberto LEVILLIER, Don Francisco de Toledo, Supremo Organizador del Perú: su vida, su obra, Buenos (...)
  • 13 « […] sucediendo la guerra de Vilcabamba contra el Inga, que el dicho Francisco de Toledo hizo, nom (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Il fut avec sa femme benefactor du Collège de la Compagnie de Jésus à Chuquisaca, avec le droit d’ê (...)

2La vie de Polo de Ondegardo, particulièrement riche, permet d’envisager bien des facettes de la vice-royauté du Pérou. Arrivé très tôt, en 1544, il fut, de fait, un témoin privilégié des évènements qui suivirent la Conquête. Après un rôle plutôt flou durant la rébellion de Gonzalo Pizarro qu’il suivit un temps puis qu’il abandonna pour défendre définitivement cette fois la cause royale, Ondegardo occupa divers emplois ; il fut législateur (auteur notamment du premier corpus de lois sur les mines), conseiller des gouverneurs et des vice-rois qui se succédèrent au Pérou, chef militaire, officier royal. Il fut également un encomendero soucieux de ses biens, désireux d’accroître sa fortune comme le montre une partie de sa correspondance4. Nommé Corregidor de Cuzco en août 1558, il occupa ce poste deux ans et demi. C’est à ce moment-là qu’il mena sa première grande enquête (1559) à la demande du vice-roi Cañete et de l’archevêque Loayza et qu’il découvrit notamment les corps momifiées des Incas5. Il écrivit alors son premier texte intitulé Tratado y averiguación sobre los errores y supersticiones de los Indios (1559), texte qui semble perdu aujourd’hui mais qui servit de base à bien des chroniqueurs (José de Acosta, Murúa pour ne donner que ces deux exemples6), fut lu et apprécié bien plus tard lors du Troisième Concile de Lima7. Un résumé fut publié dans le Confesionario para curas de indios de 1584 sous le titre de Los errores y supersticiones de los indios sacadas del tratado y averiguación que hizo el Licenciado Polo8. Ondegardo devint ensuite Commissaire à Lima où il resta une petite année avant de partir pour la ville de la Plata en tant que justicia mayor, nommé par le licencié La Gasca. Il rédigea quelques années après, en mai 1562, les Ordonnances sur les mines de Guamanga9. Son expérience, ses connaissances, son amitié (en dépit de quelques différents) avec Juan de Matienzo, originaire également de Valladolid, faisait de lui un homme que Toledo ne pouvait que rechercher10. Polo fut nommé par Toledo Gobernador y Corregidor de Cuzco11, charge qu’il occupa jusqu’aux événements de Vilcabamba. Il assista au début de l’année 1572 à la dernière des Informaciones,celle qui donna lieu à l’interrogatoire des quatre conquistadores encore vivants (Pancorbo, Mesa, Carrasco et Mansio Serra), donnant ainsi son crédit à l’entreprise12. Polo participa ensuite à la guerre contre Tupac Amaru en tant que lieutenant chargé du ravitaillement13 puis il suivit Toledo jusqu’à la province de Charcas qu’il fut chargé de diriger14, tout en s’occupant notamment du ravitaillement comme il l’avait déjà fait pour Vilcabamba. La fin de sa vie reste mal connue, on sait qu’il se consacra à l’étude du monde inca, qu’il favorisa l’installation des Jésuites à Chuquisaca15. Il mourut le 4 novembre 1575.

De la définition des Espaces péruviens à l’écriture de l’Histoire fiscale incaïque

  • 16 Cet espace de prédilection « desde el Cuzco hasta Potosí… » est clairement défini dans le texte, ib (...)
  • 17 Ibid, p. 39.
  • 18 J. de MATIENZO, op. cit.

3Polo associait immédiatement, dès l’introduction du texte, la définition des espaces à la connaissance des usages, de la sacralité et de l’Histoire indigènes. Son expérience et ses voyages lui permettaient de reconstituer, en suivant plusieurs phases, une Histoire des espaces péruviens. Le Pérou pensé tout d’abord dans un premier temps comme un espace géographique global – le Tawantisuyu – se voyait particularisé de manière plus concentrée dans la seconde et troisième parties du texte qui s’intéressent essentiellement aux territoires liés à l’exploitation minière à Potosí16. Polo construisait donc un espace de prédilection : le Haut-Pérou dont il abordait peu à peu les spécificités, répondant ainsi à une demande politique et économique du vice-roi Toledo. La thématique centrale du texte était claire, il s’agissait d’une étude du tribut indigène qui s’appuyait sur des sources multiples, sur l’expérience de Polo d’une part, mais aussi sur l’histoire orale des Indiens, sur la mémoire indigène et sur les quipus dont Polo soulignait à la fois l’importance et le peu de fiabilité17. Tout cela informait le travail de Polo, travail dont il rappelait à de nombreuses reprises l’extrême difficulté mais aussi l’utilité pour la bonne gouvernance des Indiens et la survie du monde colonial. Polo refusait, dans son texte, de penser la vice-royauté comme deux espaces distincts, récusant la théorie des deux républiques pourtant abondamment utilisée en son temps et notamment par le juriste Juan de Matienzo qui structurait sur cette base sa réflexion dans son fameux Gobierno del Perú18. Pour Polo, la vice-royauté était un tout, un espace global ou plutôt un espace entremêlé dans lequel devaient vivre et survivre deux conceptions du monde différentes. Le travail du politique était, de fait, conçu comme un travail visant à la coexistence de ces deux systèmes.

  • 19 Cette première partie s’ouvre sur une datation assez précise de la prise de pouvoir des Incas qui, (...)
  • 20 J. de MATIENZO, op. cit., p. 50.

4Le texte propose, dans sa première partie, une Histoire de la fiscalité incaïque qui permet de recouper, bien entendu, une Histoire de la sacralité (déjà en partie écrite ailleurs par Polo et reprise ici dans ses faits majeurs). Ce faisant, Polo écrivait aussi l’Histoire des populations implantées au Pérou pour lesquelles l’irruption du pouvoir incaïque fut évidemment un acte structurant19. Les Incas, qui furent des conquérants, avaient investi peu à peu cette Histoire indigène jusqu’à la dominer de manière indélébile. Polo rapportait les épisodes guerriers les plus marquants, montrait que la progression avait été relativement lente, que les Incas n’avaient pas pu pacifier d’un coup les territoires et que cette construction de l’espace incaïque s’était faite contre l’autre, l’ennemi. Ondegardo décrivait les avancées des Incas le long des grands chemins ; c’est une histoire qui s’appuie sur la topographie, qui permet de dessiner des routes, des espaces aux contours parfois fragiles. De fait, la Conquête Inca s’appuya aussi sur l’imposition de lois universelles – comprenons de lois faites pour tous – fortement sacralisées qui réussirent à gommer, d’après Polo, les particularismes antérieurs. Ceci fut particulièrement vrai dans le domaine économique car les Incas furent, selon l’auteur, les premiers à effectuer une distribution fiscale claire, à redéfinir et à redistribuer les rôles et les espaces. Polo consacrait beaucoup de pages à expliquer la conception et l’organisation de l’espace dans la société incaïque, société rationnelle, hiérarchisée, pragmatique, comptable. Polo montrait que le pouvoir incaïque avait modelé les espaces, en créant tout d’abord un lieu d’origine, la Cueva de Paucartambo, oratoire essentiel qui se multipliait en divers lieux. Les Incas avaient ensuite logiquement imposé une cartographie spécifique du sacré sur le modèle paradigmatique de Cuzco qui permit à Ondegardo de découvrir nombre de huacas. Par ailleurs, les Incas obligèrent les Indiens à vivre dans des villages. Polo amorçait une comparaison entre les réductions incaïques et celles que la Couronne projetait, établissant ainsi une analogie entre pensée politique incaïque et pensée politique coloniale. La volonté de contrôle put donc s’exprimer de manière identique. Ondegardo présentait cela comme un fait historique sans le commenter davantage, et non comme une problématique, mais il semble qu’il ne faille pas se laisser abuser par cette manière d’écrire l’Histoire ou de la réécrire car Polo était parfaitement conscient de l’importance de ce fait au moment de la rédaction du texte. En effet, le vice-roi Toledo venait de lancer sa grande réforme visant à regrouper les Indiens en village de type ibérique. Cette réforme, conceptualisée avant Toledo (pensons par exemple au plan de la cité idéale proposée par Matienzo20), imposa aux Indiens une véritable déstructuration des espaces et des modes de vie. Par ailleurs, Polo expliquait en détail mais sans toujours être très clair, la division tripartite des terres imposées par les Incas, en insistant sur l’uniformité de l’organisation incaïque, uniformité qu’il jugeait rationnelle et efficace. Le juriste précisait que l’Inca avait donné à chaque ensemble foncier un but et un usage précis : le terme espagnol est aplicar :

  • 21 P. de ONDEGARDO, El mundo…, p. 49.

Otra parte de las tierras aplicó el Inca para sí, señaladamente, lo cual asimismo sembraban y cogían y ponían en sus depósitos y se la llevaban al Cuzco al tiempo sobredicho conforme a la necesidad que había […]21.

  • 22 Loc. cit. L’Inca utilisait la nourriture en fonction des circonstances et elle était mise de côté e (...)

5En ce qui concerne cette part de tribut, Polo notait que l’Inca faisait preuve d’adaptabilité et de variabilité et que le tribut dans ses différentes modalités ne générait pas d’injustice22. Polo remarquait deux faits très importants : tout d’abord que toutes les personnes pouvant travailler le faisaient sauf  les vieillards, les malades et les femmes veuves, deuxièmement que même si le produit de ces terres était attribué à l’Inca ou aux dieux, ces dernières restaient propriété des Indiens :

  • 23 Ibid, p. 50.

se ha de notar, porque así se manifestó, dos cosas que me parecieron dignas de memoria : la una que viejos, ni enfermos, ni mujeres viudas no acudían a este trabajo ; la otra que aunque de estas tierras señaladas y aplicadas para ello se cogiese lo que se daba, las tierras fueron de los indios propias y de sus antepasados y de sus mismos pueblos, de donde se entenderá una cosa no entendida hasta ahora, y es que cuando alguno quiere pedir tierras, la información que hace y se tiene para dárselas, es probar que fueron del Inca o del Sol, en lo cual los indios reciben y han recibido agravio y notoria injusticia, porque presupuesto que pagaban el tributo de ellas, y eran suyas, si ahora en nuestro tiempo se tasó de otra manera porque así pareció conveniente, claro está que serán dos tributos : el uno quitarles las tierras y el otro el que ahora les mandan dar23.

De l’Histoire incaïque à l’écriture d’une Histoire coloniale

6Polo faisait donc référence à une Histoire longue, à une Histoire indigène dans laquelle le pouvoir incaïque s’était ménagé une place, certes primordiale car il s’agissait d’un Etat autoritaire mais respectant les fueros, c’est-à-dire les droits particuliers et fondamentaux des Indiens. Polo appliquait cet outil conceptuel ibérique au monde indigène et l’associait à deux expressions récurrentes : « no es justo, sería injusto », mais le relativisait aussi en récusant toute intangibilité du fuero indigène qui devait s’intégrer dans l’espace juridique et moral ibérique.

  • 24 Ibid, p. 91.

7L’histoire du tribut incaïque se poursuivait par l’exposition de la nature du tribut et du mode de distribution. Polo notait que le tribut était extrêmement varié et que ce mot englobait de fait quantité de tâches et de contributions diverses. Il expliquait très bien qu’il n’y avait jamais eu en soi de taxation fixe : l’impôt n’était pas basé sur la quantité mais sur la capacité de travail, ce qui le rendait fondamentalement plus juste. Cette charge de travail était répartie par les caciques dont le rôle était fondamental et dégageait l’indien de toute responsabilité. Cela permettait à Polo de comprendre ce qui pour les Espagnols n’était qu’incurie. De fait, il s’agissait d’un système où tous les besoins étaient pris en charge par la communauté d’où l’incapacité de l’indien à se procurer individuellement ce dont il avait besoin, si le système n’y pourvoyait plus. Cela permettait aussi à Polo d’affirmer la nécessité de ce système protecteur. Polo notait, en effet, qu’en quatre cents ans l’Inca avait fait moins de mal que les Espagnols en seulement quatre ans24.

  • 25 P. de ONDEGARDO, Carta al doctor…
  • 26 P. de ONDEGARDO, El mundo…, p. 123.

8Polo se livrait donc, dans une première partie, à une réécriture de l’Histoire fiscale incaïque, Histoire qui, nous l’avons vu, s’insérait dans une Histoire plus large et surtout permettait d’écrire ensuite une nouvelle Histoire économique coloniale. Polo prenait comme point de départ sa propre expérience, sa propre implication. Le texte proposait, de fait, un plan en trois parties : après avoir écrit l’Histoire de la fiscalité incaïque, c’est à l’histoire coloniale qu’il s’attaquait, en distinguant deux moments spécifiques. Dans un premier temps, les encomenderos avaient imposé leur propre impôt aux indiens. Polo faisait état de la déstructuration des espaces que les Espagnols s’appropriaient, obligeant les Indiens à briser leurs coutumes et à payer le tribut sur des ressources communautaires épargnées autrefois sous le système incaïque. Polo proposait, pour remédier à cette déstructuration, le recours aux Indiens les plus âgés qui pouvaient permettre de borner de nouveau les territoires comme du temps des Incas. Cette question était traitée de façon plus explicite dans la Carta al doctor Liebana25. Par ailleurs, Ondegardo remarquait qu’en dépit des bouleversements induits par la première colonisation, les Indiens conservaient leur organisation26.

  • 27 Ibid, p. 125.
  • 28 Ibid, p. 126.

9Polo faisait naturellement coïncider les premières tasas avec les premières tentatives de contrôle du territoire péruvien par la Couronne. Cette troisième et longue étape, puisqu’elle n’était pas terminée au moment où Polo écrivait, faisait intervenir un élément nouveau : le tribut monétarisé en argent et donc les mines. Polo faisait référence aux premières taxations sous le gouvernement de La Gasca et à la visita qu’il réalisa des provinces de Charcas27. Il ne retenait de ces efforts de régulation fiscale que des faits positifs : le principe était bon puisqu’il s’agissait d’indiquer aux Indiens ce qu’ils pouvaient « buenamente  dar »28 et d’éliminer l’arbitraire des encomenderos. Polo notait que, de plus, la tasa était basse au point que les Indiens ne pouvaient y croire et ceux-ci la répartirent entre eux selon leur ordre habituel :

  • 29  Ibid, p. 126-127.

Hecha esta tasa y avisados los indios que la habían de pagar, aunque con dificultad se les podía hacer creer que no se les pediría otra cosa de lo en ella contenido, hicieron la distribución de ella por sus ayllus y parcialidades, como cosa que había de ser perpetua, asentaronla con fundamento y empezaronla a pagar con poca pesadumbre…29.

10Polo prononçait un véritable plaidoyer en faveur de la tasa régulée et il reprenait en s’adressant aux encomenderos des arguments connus : il vantait la sécurité que procurait aux Indiens comme aux Espagnols un impôt réglé, sécurité qui incitait les Indiens à se lancer dans de petites activités économiques, à ne plus dissimuler leurs biens (notamment le bétail). Ondegardo insistait aussi sur le fait (en prenant cette fois l’exemple de Porco) que les Indiens se trouvaient bien sur les sites miniers et qu’une fois là-bas ils ne voulaient plus en partir. C’était là une manière de se déclarer contre une mita minière coloniale. Polo de Ondegardo optait plutôt pour des indiens résidents volontaires qui payeraient le tribut en argent sans problème.

Du particulier au global : la force du pragmatisme

  • 30 Ibid, p. 140.
  • 31 « Carta de Don Francisco de Toledo al rey sobre personas de confianza, entre las que se encuentra e (...)

11Polo, de fait, s’inscrivait en plein cœur des débats qui agitaient le Pérou en des temps où comme il le soulignait lui-même, le Cerro Rico n’était plus aussi rentable30 et où l’Espagne de Philippe II en pleine crise réclamait du Pérou des rentrées accrues. Il est important de noter que Toledo allait envoyer ce texte en Espagne en en soulignant l’utilité pratique31. Ce texte allait permettre au vice-roi de défendre l’imposition d’un tribut régulé, en partie monétarisé, et la participation des Indiens à l’activité minière, mais de fait Polo ne prônait ni une véritable restructuration des espaces fiscaux ni l’instauration de la mita minera. Il n’évoquait que de manière furtive la réforme des Reducciones que Toledo était en train de mettre en œuvre et qui traversait en 1571 un moment de crise. Ondegardo en avait démontré d’une certaine façon l’inutilité en insistant sur le fait que les Incas avaient déjà réalisé cette réforme – en prenant en compte les exigences notamment de l’économie verticale – et qu’il suffirait de la réactiver. En ce sens Ondegardo n’est pas le réformateur prônant, comme Juan de Matienzo, un remodelage colonial des espaces de vie indigène et des espaces économiques.

  • 32 La Tasa telle qu’elle nous est parvenue ne permet d’en envisager de quatre-cents, mais Noble David (...)
  • 33 Les œuvres les plus connues, commanditées par Don Francisco de Toledo, restent le Parecer de Yucay (...)
  • 34 « Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre materias tocantes al buen gobierno y (...)
  • 35 J. de MATIENZO, op. cit., p. 44-48.
  • 36 N. D. COOK, op. cit.
  • 37 Alonso de Zorita, Relación de la Nueva España, Mexico : Consejo Nacional para la Cultura y las Arte (...)

12Toledo, lui, allait procéder à cette restructuration, convaincu que, pour fonder un espace politique, il devait agir dans de nombreuses directions, en éloignant ou en éliminant dans la mesure du possible, ses ennemis : pensons à Vilcabamba, espace imprécis et mouvant que Toledo s’efforça de rendre clair et de conquérir par la force des armes mais aussi du verbe et du symbole. Songeons aussi, bien entendu, aux espaces non dominés – là encore multiples et mouvants – qui faisaient de la vice-royauté un espace fragile. Si l’Espace politique pouvait se définir en fonction de l’extérieur, il devait aussi se redéfinir de l’intérieur. C’est ce que fit Toledo en faisant naître les Reducciones, en obligeant les Indiens à abandonner leurs villages, à les brûler pour en effacer toute trace et à en construire d’autres mieux situés, c’est-à-dire plus près des mines. Pour Toledo la construction de l’espace colonial était multiple, il fit réparer les réseaux de communication, restaura l’usage des tambos, imposa une division administrative de la vice-royauté en soixante et onze corregimientos. La nouvelle taxation permit de visualiser de manière plus claire les limites, les fonctions, les possibilités des quelques six cents encomiendas de la vice-royauté32. Elle permit également de mieux définir les espaces de production, de créer autour de Potosí un espace géographique entièrement consacré à son exploitation (et cela, grâce aussi, à la mita minera réactivée). Ondegardo, lui, demeurait nettement plus prudent. Ses réflexions permettaient d’aboutir à l’idée d’une juxtaposition des espaces, le premier : le colonial nullement remis en cause mais dont la structuration devait être menée en conscience, lentement, et le second : l’espace indigène sous contrôle espagnol mais dont l’autonomie de fonctionnement devait globalement être respectée car elle garantissait la survie du monde colonial. De fait, il y avait à la fois juxtaposition des espaces et intégration de l’un dans l’autre mais intégration douce, réfléchie, cohérente et surtout efficace. Sur le plan idéologique, il y eut bien entendu d’importantes différences entre Ondegardo et les Toledistes. Toledo développa une véritable contre-campagne antilascasienne en ordonnant une réécriture de l’Histoire incaïque33 et en exécutant l’Inca Tupac Amaru. Cette contre-offensive s’appuyait sur le concept-clé de la tyrannie des Incas et des chefs locaux, ce qui allait permettre de contrôler et de limiter leur pouvoir, notamment en retirant à un certain nombre de caciques leur titre et le privilège d’exemption fiscale. Or à aucun moment du texte, Ondegardo n’utilisait le mot tirano que ce soit pour qualifier les Incas ou les caciques dont au contraire il soulignait, à de nombreuses reprises, la qualité de seigneur légitime. Pour Polo, les indiens n’étaient pas davantage des esclaves par nature et les distinctions aristotéliciennes utilisées par Matienzo n’apparaissent pas dans le texte. De fait, Polo considérait les Indiens comme des mineurs juridiques, tout en jugeant qu’une évolution restait possible. Dans l’intervalle, pour Polo, le courage du politique c’était le statu quo. Il prônait à la fois le maintien de l’espace fiscal tel que défini par les tasas antérieures, le maintien de l’organisation interne des Indiens, ainsi que la permanence nécessaire de l’impôt communautaire. Notons à ce propos que si ce document participait d’un contexte particulier, il s’insérait également dans une réflexion historiographique et politique à l’œuvre dans toute l’Amérique coloniale. Le texte de Polo, le Gobierno del Perú de Juan de Matienzo, la correspondance des auditeurs, de Toledo lui-même et les lois qu’il promulgua montrent ainsi que le Pérou fut aussi pensé en fonction notamment de ce qui se passait ou s’était passé en Nouvelle-Espagne. Polo, après avoir évoqué divers exemples, repoussait la simple possibilité d’une comparaison car, selon lui, les deux vice-royautés étaient trop différentes. Toledo, en revanche gardait en tête l’exemple mexicain, notamment en ce qui concernait la répartition du tribut. En Nouvelle-Espagne, le tribut était personnel, ce qui permettait à chaque Indien de savoir ce qu’il devait payer, système qui devait limiter l’arbitraire des caciques. Toledo, partisan au moment de sa nomination du tribut communautaire, changea rapidement d’opinion et prôna dès 157034, un impôt personnel, non pas basé sur la fortune ce qui n’aurait eu aucun sens, mais sur le temps de travail, idée sans doute inspirée par Matienzo35, même si Toledo n’en reprenait pas exactement les termes, sans doute trop restrictifs. La couronne ne permit pas l’établissement de ce type d’impôt, ordonnant le maintien de l’impôt communautaire. Peut-être peut-on penser que le texte de Polo envoyé en Espagne par les bons soins de Toledo permit aux  conseillers des Indes d’ancrer leur conviction et d’ordonner le maintien de l’impôt communautaire ? L’étude du document que nous avons déjà cité : la Tasa de Don Francisco de Toledo36, montre que le vice-roi contourna finalement la difficulté en définissant l’impôt communautaire global mais en divisant le chiffre par le nombre de tributaires ce qui permettait d’attribuer à chaque Indien un montant même si, de fait, cela restait indicatif. Solution mixte donc qui fit coexister deux conceptions différentes mais qui permettait surtout de faire passer, de manière apparemment plus douce, un nouveau concept. La question de la dîme fut aussi une préoccupation majeure que Polo aborda notamment dans la Carta al doctor Francisco de Liebana, en la reliant à la question cruciale du Patronato Real qu’il fallait préserver à tout prix. Sur ce point, Ondegardo était parfaitement en accord avec le vice-roi qui y était particulièrement attaché comme le montrent par exemple ses différents avec les Jésuites. Ondegardo ne fut pas le seul, bien entendu, à aborder ces thématiques. Il serait intéressant de lire avec, en arrière-plan les textes de Polo et de quelques-autres, ceux que l’auditeur de México Alonso de Zorita écrivit quelques années plus tard, en 158537. Zorita dont le profil rappelle à bien des égards celui de Polo de Ondegardo allait examiner, en puisant allégrement à de nombreuses sources, la question de la redistribution des espaces fiscaux et proposer également une Histoire du monde indigène. Une Histoire indigène qui, pour Polo, devait servir de base à toute réflexion et à toute pratique du pouvoir. Cette écriture de l’Histoire lui permit de démontrer la nécessité historique pour l’Indien d’un système paternaliste plus axé sur la conservation, sur la nécessaire continuité chaque fois que cela restait compatible avec les exigences notamment de la foi, seul domaine où le changement pouvait voire devait être radical.

13Ondegardo revendiquait donc pour l’Indien un statut de mineur juridique et de novice dans la foi ; en cela il n’était certes pas le seul, ce fut aussi la position assumée officiellement par Toledo. Mais Polo, sans être pour autant lascasien, ne suivit pas le vice-roi notamment dans sa relecture de l’Histoire incaïque. Certes, Ondegardo pensa le monde indigène à travers ses propres concepts, mais il chercha pragmatiquement à en exploiter la cohérence pour mieux garantir les acquis de l’Espagne. Ni lascasien, ni tolédiste, Ondegardo développa une pensée originale qui, tout en préservant la présence espagnole aux Indes, allait jusqu’à imaginer, dans un futur sans doute lointain, une possible sortie pour les Indiens de ce système paternaliste colonial que lui-même avait contribué à forger.

Haut de page

Notes

1 Songeons, à titre d’exemple, à la Relación muy particular del Cerro y minas de Potosí y de su calidad y labores, écrite par Nicolás de Benino, originaire de Florence, installé à Potosí depuis les années 1550, ingénieur à l’origine du percement d’une première galerie horizontale et dont le texte est autant une histoire des gisements de Potosi qu’un traité technique permettant de mieux comprendre les différents modes d’exploitation, cf. Nicolás de BENINO, « Relación muy particular del Cerro y las minas de Potosí y de su calidad y labores, dirigida a Don Francisco de Toledo, 1573 », in : Marcos JIMÉNEZ DE LA ESPADA, Relaciones Geográficas de Indias, Madrid : Biblioteca de Autores Españoles, 1965, 2, vol. 184, p. 362-371. Voir à ce sujet, Carmen SALAZAR-SOLER, « Être mineur au Pérou », in : Marie-Lucie COPETE, Raúl CAPLÁN (coord.), Identités périphériques, Péninsule ibérique, Méditerranée, Amérique Latine, Paris : L’Harmattan, 2004, p. 141-164, p. 151-153. Songeons également au cosmographe Sarmiento de Gamboa qui écrivit une Histoire des Incas conçue comme une véritable Brevísima Relación inversée, voir Sarmiento de GAMBOA, Historia de los Incas, Madrid : Miriguano, 2007.

2 Polo de ONDEGARDO, El Mundo de los Incas (Relación de los fundamentos acerca de los notables daños de no guardar a los indios sus fueros), Madrid : Historia 16, 58, 1990. Nous utilisons ici pour plus de commodité l’édition de Historia 16, avec cependant une réserve sur le découpage du texte pratiqué par l’éditrice qui nous semble peu pertinent. Le manuscrit se trouve à la Biblioteca Nacional de España, Ms. 2821, Papeles Varios, Madrid.

3 Noble David COOK, Tasa de la Visita General de Don Francisco de Toledo, Lima : Universidad Mayor de San Marcos, 1975.

4 Après l’exécution de Gonzalo Pizarro, Polo se rendit à Charcas avec le titre de Corregidor. Pour sa participation à la lutte contre Gonzalo Pizarro et ses partisans, il reçut comme récompense la moitié d’un repartimiento dans la vallée de Cochabama. Cf.Laura GONZÁLEZ PUJANA, La vida y la obra del licenciado Polo de Ondegardo, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1993. Dans la Tasa de Don Francisco de Toledo, document mentionné plus haut, on apprend que le fils de Polo, Jerónimo de Ondegardo tirait la somme de 451 pesos (après paiement des diverses charges) de 114 indiens Soras de la Province de Paria, La Plata, que son père avait reçu en encomienda du licencié La Gasca, cf. Noble David COOK, op. cit., p. 16.

5 Ondegardo découvrit également différentes huacas et les oratoires sur les quatre chemins des suyus. Il fit enterrer les momies allant ainsi à l’encontre de manière consciente des traditions indigènes, cf. Carmen BERNAND et Serge GRUZINSKI, Histoire du Nouveau Monde, Paris : Fayard, 2, p. 312, ainsi que Pierre DUVIOLS, La lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial (1re éd. 1971), Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2008, p. 108-112.

6 Ibid., p. 109.

7 José de Acosta se réfère à ce travail dans son Historia natural y moral de las Indias, cf. José de ACOSTA, Historia natural y moral de las Indias, Madrid : Historia 16, vol. 34, Livre 6, chap. XVIII, p. 417.

8 Le Confesionario para curas de indios con la instrucción contra ritos y exhortaciones para ayuda a bien morir fut publié par l’imprimeur Antonio Ricardo, à Lima en 1585. On en retrouve une publication en 1916, in : Horacio H. URTEAGA et Carlos Alberto ROMERO, Libros y documentos referentes a la Historia del Perú, Lima : Sanmartí, 1918, 3, p. 3-43.

9 Ibid, 4, p. 139-151.

10 Toledo put entendre parler d’Ondegardo avant même d’arriver en Amérique puisque, selon Guillermo Lohman Villena, la Carta para el doctor Francisco Fernández de Liébena, rédigée par Polo vers 1565 a pu être lue lors de la Junta Magna. Voir Guillermo LOHMAN VILLENA, « Etude préliminaire », in : Juan de MATIENZO, El Gobierno del Perú, Paris-Lima : Travaux de l'Institut Français d’Etudes Andines, 1967, 11, p. XV. On peut lire de Polo de Ondegardo, « La Cartapara el doctorFrancisco Fernández de Liébena », in : Horacio H. Uteaga, Carlos Alberto ROMERO, op. cit., 4, p. 153-160.

11 Mandamiento del virrey Don Francisco de Toledo, Archivo de Indias, Lima, leg.110, folio 27 y v. Voir aussi Laura GÓNZALEZ PUJANA, ibid., p. 160.

12 Roberto LEVILLIER, Don Francisco de Toledo, Supremo Organizador del Perú: su vida, su obra, Buenos Aires : Biblioteca del Congreso Argentino, 1935-1940, 2, p. 200.

13 « […] sucediendo la guerra de Vilcabamba contra el Inga, que el dicho Francisco de Toledo hizo, nombró por teniente de capitán general suyo y de toda aquella provincia para que proveyese, como proveyó, de lo necesario a la dicha guerra, haciendo junta de soldados y ordenanzas con que se gobernase la dicha provincia y que los naturales de ella viviesen en policía […] acabada la dicha guerra de Vilcabamba, el dicho Don Francisco de Toledo subió a esta provincia de Las Charcas en prosecución de la visita general que hacía, y el dicho licenciado Polo en su acompañamiento. Y luego, intentó la guerra de los chiriguanaes, por los insultos y robos que hacían en esta provincia, yendo en persona a la dicha guerra, y dejó en esta dicha ciudad al dicho licenciado Polo por su teniente general de toda la provincia, donde ordenó cosas muy importantes a la guerra, proveyendo al dicho don Francisco de Toledo de bastimentos y municiones y comidas para la gente, y asimismo hizo muchas ordenanzas por donde se rige en la provincia […], en todo lo demás, sin haber deservido en alguna cosa », « Probanza de los herederos del licenciado Polo Ondegardo sobre los servicios que hizo a Su Magestad en Perú », Archivo General de Indias, Patronato, leg. 127. Voir aussi Laura GÓNZALEZ PUJANA, op. cit., p. 188-189. Ce document est daté du 24 octobre 1583 et a été rédigé à La Plata. Il est suivi de la déposition de nombreux témoins qui attestèrent de la probité de Polo de Ondegardo.

14 Ibid.

15 Il fut avec sa femme benefactor du Collège de la Compagnie de Jésus à Chuquisaca, avec le droit d’être enterré dans l’église dudit collège, P. de ONDEGARDO, El mundo…, p. 17.

16 Cet espace de prédilection « desde el Cuzco hasta Potosí… » est clairement défini dans le texte, ibid, p. 137.

17 Ibid, p. 39.

18 J. de MATIENZO, op. cit.

19 Cette première partie s’ouvre sur une datation assez précise de la prise de pouvoir des Incas qui, selon Ondegardo, avaient commencé leur essor à peu près quatre cent ans auparavant. L’auteur développait ici trois points importants : outre la date, Polo s’intéressait à l’origine des Incas qui ne seraient pas des étrangers mais des « naturales del valle del Cuzco », ibid., p. 40. Il insistait enfin sur un troisième point qui pourrait paraître anecdotique mais qui ne l’était absolument pas dans cette réflexion sur l’origine des Indiens qui était davantage une réflexion sur l’origine du pouvoir indigène : Polo soulignait, en effet, que les Incas avaient connaissance du Déluge, ce qui incluait l’Amérique dans le projet divin : « […] ellos tuvieron noticia del Diluvio, afirman que se destruyó todo el mundo por agua ; de esta generalidad dura la memoria entre ellos y muy generalmente como cosa muy notoria », ibid., p. 40-41.

20 J. de MATIENZO, op. cit., p. 50.

21 P. de ONDEGARDO, El mundo…, p. 49.

22 Loc. cit. L’Inca utilisait la nourriture en fonction des circonstances et elle était mise de côté en cas de surplus. Cette part du tribut était la plus importante sans pour autant générer une injustice puisque le surplus était conservé et/ou redistribué. Notons également que les tributaires étaient nourris aux frais de l’Inca et du Soleil.

23 Ibid, p. 50.

24 Ibid, p. 91.

25 P. de ONDEGARDO, Carta al doctor…

26 P. de ONDEGARDO, El mundo…, p. 123.

27 Ibid, p. 125.

28 Ibid, p. 126.

29  Ibid, p. 126-127.

30 Ibid, p. 140.

31 « Carta de Don Francisco de Toledo al rey sobre personas de confianza, entre las que se encuentra el licenciado Polo », 1/03/ 1572,  Laura GÓNZALEZ PUJANA, op. cit., p. 161.

32 La Tasa telle qu’elle nous est parvenue ne permet d’en envisager de quatre-cents, mais Noble David Cook affirme qu’il y en avait environ six-cents, voir Noble David COOK, op. cit., p. XIII.

33 Les œuvres les plus connues, commanditées par Don Francisco de Toledo, restent le Parecer de Yucay de Fray Garcia de Toledo et la Historia de los Incas de Sarmiento de Gamboa, voir à ce sujet Monique MUSTAPHA, « Encore le Parecer de Yucay. Essai d’attribution », Berlin : Ibero-Amerikanisches Archiv, 3 (2), 1977, p. 215-229 et notre article Nejma KERMELE, «  Idéologie et réforme dans le Pérou du XVIe siècle : le projet politique de Don Francisco de Toledo. » in : Nejma KERMELE et Bernard LAVALLÉ (coord.), l’Amérique en projet : Utopies, Controverses et réformes dans l’Empire Espagnol (XVI-XVIII siècle), Paris : L’Harmattan, 2009, p. 177-192.

34 « Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre materias tocantes al buen gobierno y justicia de las provincias del Perú. Los Reyes, 8 febrero de 1570 », in : Roberto LEVILLIER, Gobernantes del Perú. Cartas y papeles del siglo XVI, Madrid : Ribadeneyra, 3, p. 341-379.

35 J. de MATIENZO, op. cit., p. 44-48.

36 N. D. COOK, op. cit.

37 Alonso de Zorita, Relación de la Nueva España, Mexico : Consejo Nacional para la Cultura y las Artes (Cien de México), 1999, 2 t.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nejma Kermele, « Constructions des espaces économiques et réécritures de l’Histoire dans le Pérou de la seconde partie du XVIe siècle », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21923 ; DOI : 10.4000/e-spania.21923

Haut de page

Auteur

Nejma Kermele

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire Langues, Littératures et Civilisations de l’Arc Atlantique, E.A 1925.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org