Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

Les Philippines, périphérie ou nouveau centre d’un espace mondialisé (XVIe-XVIIe siècles) ?

Clotilde Jacquelard

Résumés

La documentation coloniale espagnole des XVIe et XVIIe siècles relative à l’archipel philippin est largement informée par la dialectique du centre et de la périphérie, que ce soit sur le plan de la perception et de la représentation que sur celui du fonctionnement de la colonie. Cette étude souhaite en examiner les enjeux, au-delà de la seule situation géographique qui plaçait les Philippines aux confins asiatiques de l’empire espagnol mais aux portes de l’empire Céleste.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Magino SOLÁ, S.J. dans son préambule, adressé au roi, de la fameuse chronique du jésuite Francisco (...)

« desde donde [las Islas Philippinas], ni ay mas que descubrir, ni mas Reynos que desear ; pues la Ciudad de Manila en dichas Islas es el centro de quanto ay descubierto »*

  • 1 On pourrait sans doute élargir ce constat pour la période coloniale postérieure.
  • 2 Au début des années 1580, du fait des distorsions induites par la conquête espagnole et ses conséqu (...)
  • 3 Dans les temps préhispaniques, en particulier au XVe siècle, l’archipel qui n’était pas encore perç (...)
  • 4 La conquête des Philippines doit beaucoup aux colons de Nouvelle-Espagne à partir de 1565 qui organ (...)
  • 5 Magino SOLÁ, S.J., définit de la sorte les Philippines: « lo ultimo de los fines de la tierra, dond (...)
  • 6 Je n’aborderai pas ici la question bien connue du tracé disputé de l’antiméridien de Tordesillas à (...)
  • 7 John M. HEADLEY évoque un « Christian World Empire » et un d’impérialisme évangélique, art. cit., p (...)
  • 8 Ce vaste et complexe sujet ne peut être développé dans le cadre de cet article, mais la mission uni (...)
  • 9 Je rejoins l’idée exprimée par Rafael Valladares en ces termes : « La llegada a China supuso el fin (...)

1Lorsque les Espagnols pensèrent l’archipel philippin au XVIe et au XVIIe siècle et transmirent par écrit leur perception de cet espace, ils eurent immédiatement recours à ce couple conceptuel et dialectique du centre et de la périphérie. C’est en tout cas le premier constat qui émerge de la lecture des sources du temps sur l’archipel. Ce binôme structure la documentation coloniale tout au long de cette période1. Comme pour le précédent américain, le déterminisme géographique s’est d’abord imposé : vues de Madrid, les Philippines sont les confins extrêmes et précaires de son empire tandis que pour les acteurs sur place, l’archipel est devenu un centre qu’il faut défendre et justifier face à tous les regards pessimistes et les déficits2. Cette perception géographique n’est pas dissociable, on le voit, de présupposés impérialistes et européo centrés. Cette problématique du centre et de la périphérie s’impose si l’on veut étudier l’inscription territoriale des hommes dans l’archipel3, en particulier des Espagnols dans un contexte colonial. Elle pose toute une série de questions comme celle de la remise en question du « centre » impérial par excellence, Madrid, de son déplacement successif vers l’ouest : la Nouvelle-Espagne4, entre deux océans et trois partenaires, l’Europe, l’Asie et l’Afrique, pour aboutir en Asie : les Philippines, emporium aux portes de la Chine et des Moluques dont les produits suscitaient toutes les convoitises européennes depuis le Moyen Age (soie, porcelaines, épices, laques), sans oublier le Japon : un triangle d’or. L’archipel devenait le point d’aboutissement en même temps que le point d’arrêt5 de la grande vague d’expansion ibérique face aux Portugais présents à Macao et aux Moluques, face à la Chine et au Japon réticents pour le dire vite à accepter l’encombrante présence européenne. L’échiquier mondial était désormais circonscrit, les colonnes d’Hercule s’étant déplacées quelque part entre Manille et Macao, les Philippines espagnoles étaient bien devenues une frontière dans tous les sens du terme6. Au-delà de la question des intérêts géopolitiques, économiques et commerciaux, cette problématique concerne aussi le domaine religieux puisque le discours du centre et de la périphérie est omniprésent chez les jésuites des Philippines. Cet ordre international, outil de la papauté pour une évangélisation universelle7 avait des intérêts spirituels très proches pour ne pas dire imbriqués avec ceux de l’expansion politique de la Monarchie catholique, une visée missionnaire planétaire. On ne peut donc exclure de ce travail l’enjeu de la stratégie propre à la Compagnie, désireuse à son tour d’enserrer le monde en rapprochant ses ouvriers espagnols de leurs collègues portugais ou italiens à l’oeuvre déjà en Chine comme au Japon dès les années 15508. Enfin si les Philippines sont perçues tantôt ou tout à la fois centre et périphérie, on peut peut-être penser à une certaine dilution du sens de ces termes et à la prise de conscience que désormais il n’y a plus une seule référence centrale ou périphérique mais un espace planétaire aux références relatives du moins en matière économique ou géopolitique9.

  • 10 « Memorial dado al Rey en su Real Consejo de las Indias por D. Juan Grau y Monfalcon, procurador ge (...)

2Cette « périphérie » asiatique de l’empire prend son importance tout d’abord, selon nos auteurs, parce qu’elle est l’ultime maillon du désenclavement planétaire du XVIe siècle sur un plan longitudinal, qui va rendre possible la circulation mondiale des hommes et des marchandises sur les trois grands océans du globe, depuis que les Espagnols maîtrisent la circulation dans le Pacifique dans les deux sens (1565). Désormais, par la navigation, tous les continents du globe sont reliés, connectés, ce que Juan Grau y Monfalcón, procurateur des îles manifeste en 1630 par des verbes éloquents : « con que vienen a sustentarse, unirse y atarse todos »10. Si ce dernier évoquait la liaison entre les royaumes d’Extrême-Orient et les Indes occidentales, soit l’hémisphère Pacifique, l’hémisphère moderne et inconnu des Anciens, le jésuite Colín va plus loin au début des années 1660 en faisant des Philippines le point d’aboutissement des navigations mondiales, et ce dans une perspective providentialiste qui suggère l’alliance de l’épée et de la croix :

  • 11 F. Colín, S.J., op. cit., p. 52. Né à Ripoll en 1592, entré dans la Compagnie dans la province d’Ar (...)

Puso Dios las Filipinas en tal proporcion, y distancia de entrambas Indias, y de sus viages, que por discurso de tiempos, y millares de siglos viniessen a ser termino, y paradero de los nunca imaginados descubrimientos, milagrosas conquistas, y caudalosos comercios de las gloriosas, y inuictissimas Naciones, Portuguesa por el Oriente, y Castellana por el Occidente, que yendo unos, y otros en alcance del Sol, que nace, y se pone, acabando de rodear los inmensos espacios de este Globo inferior de mar, y tierra, se encontraron en las Islas Malucas, distrito de la gouernacion de Filipinas. Y assi diremos con fundamento, que ellas son el fin, y termino de la tierra, que promete Dios a los Reyes Catholicos por possesion, y herencia suya[…]11.

  • 12 « The first oceanic power in history, the first truly world power », John M. HEADLEY, op. cit., p.  (...)
  • 13 Ibid., p. 624.
  • 14 Le jésuite Pedro CHIRINO confirme le grand moteur des découvertes: « la cudicia de la especieria i (...)

3Toute un hymne à la navigation impérialiste ibérique, à la « première puissance océanique de l’histoire »12 et « première puissance du Pacifique »13, un constat certes valable dans le dernier tiers du XVIe siècle, mais moins dans la deuxième moitié du XVIIe. Au-delà d’une rhétorique exaltée et édifiante, le discours de Colín manifeste une perception mondialisée de l’espace, un siècle après la boucle réalisée par Legazpi-Urdaneta ; la maîtrise d’un deuxième hémisphère, et l’orgueil du rôle des Ibériques dans la mise en contact des deux zones commerciales les plus actives et les plus lucratives au monde, celle de l’Europe occidentale et celle de l'Asie du Sud-Est, puisque depuis l’Antiquité, l’Asie est synonyme de commerce opulent et de produits de luxe14. A ce sujet il est d’ailleurs frappant de remarquer, à quel point les instructions de Charles Quint puis de Philippe II destinées à encadrer les expéditions en Asie au XVIe siècle faisaient la part belle aux produits de luxe. A la différence de l’Amérique, les Européens savaient ce qu’ils devaient trouver en Asie, et ce depuis l’Antiquité. Dans ses instructions à Magellan en 1519, voici ce que Charles Quint réclame pour composer le quinto real, dans ces années de fièvre autour des perles antillaises :

  • 15 Ce document a été édité par Martín FERNÁNDEZ DE NAVARRETE, Colección de los viages y descubrimiento (...)

Creemos que en algunos lugares de los que descubriéredes halleis alguna suma de aljofar e perlas ; si asi fuere, trabajareis lo que rescatáredes sea lo mas oriental y grueso que ser pueda, […] e si se hallase alguna suerte de pedrería, digo pedrería de rubis o diamantes, o de otras suertes, echaros heis a lo mas granado e perfecto de color15.

4Dans ses instructions à García Jofre de Loaisa en 1525 on trouve encore cette énumération :

  • 16 Martín FERNÁNDEZ DE NAVARRETE, op. cit.., 5, p. 198. L’expédition de Loaisa fut la 2e et dernière e (...)

que de todo lo que trajeren esta armada […], asi de especeria e drogueria, oro, plata, joyas, perlas, piedras preciosas e seda e otras cualesquier cosas de cualquier condicion e calidad que sean, hayamos de haber por nuestros derechos el quinto […] para Nos, y nuestra corona, […]16.

5L’Audience de Nouvelle-Espagne envoie Legazpi en Asie en 1564 en particulier pour y faire du commerce et s’informer sur les réseaux marchands :

  • 17 « Instrucción de la audiencia de Nueva España a Miguel López de Legazpi para el descubrimiento de l (...)

y qué contrataciones y rescates acostumbran, y con qué naciones, y qué valor y prescio tienen las especias entre ellos, y qué géneros dellas, y lo que valen las mercaderías y rescates que de acá llebáis, y quáles otras serían provechosas. […] Y rescataréis con los rescates y mercadurías que llebáis la especia, drogas, oro y otras cosas de valor y estima de las que hallardes que tienen17.

6Legazpi affirmera à tous ses interlocuteurs asiatiques en 1565 qu’il est venu pour faire du commerce (« contratar »). Où géographie et économie s’imbriquent dans cette région commercialement la plus riche du temps autour des soieries chinoises, des épices moluquoises et de l’argent japonais. Manille devenait un carrefour commercial stratégique, à ce titre un des « centres » de l’empire, la réalisation ultime du rêve de Colomb.

  • 18 Voir John H. TEPASKE, « New World Silver, Castile and the Philippines 1590-1800 », in : John F. RIC (...)

7Ce qui est frappant c’est que dans les faits, le monde ne se partage plus entre Ibériques au XVIIe siècle, au moment où le jésuite écrit, dans les années 1660, occultant les nouvelles menaces européennes comme les Hollandais présents à Java depuis 1602. Colín semble chercher à maintenir cette stabilité binaire et hémisphérique, un statu quo fictif et commode, sans doute parce que le Portugal n’avait pas encore été reconnu officiellement indépendant par la monarchie de Madrid (1668). Le jésuite défend envers et contre tout Manille comme carrefour idéal et central entre les deux Indes, au moment aussi où l’exportation de métal argent américain n’augmente plus de façon importante à travers le Pacifique en dépit de la contrebande18. Dernière explication : il cherche à éviter le tarissement des vocations missionnaires vers l’archipel.

  • 19 Date du traité de Saragosse qui fixe en Asie l’antiméridien de Tordesillas et débouche sur la vente (...)

8Ce tableau posé, je vais m’attacher en trois temps qui sont autant d’étapes chronologiques à étudier le déplacement des concepts de « centre » et de « périphérie » pour les Espagnols en Asie du Sud-Est au XVIe siècle, indicateurs aussi bien de leur perception de l’espace que de la définition du modèle colonial pouvant s’appliquer en Asie. Soit tout d’abord l’idée que l’archipel qui n’est pas encore philippin mais dénommé de « San Lázaro » par Magellan en 1521 fait partie d’un immense chapelet d’îles et d’îlots situé aux confins de l’Asie ; un labyrinthe insulaire au sein duquel il n’émerge pas spécifiquement aux yeux des Espagnols, ne présentant pas de découpage propre en tant qu’archipel en soi durant la première moitié du XVIe siècle, mais faisant partie d’une chaîne de survie comme escale vivrière à l’issue de la longue traversée du Pacifique d’est en ouest. Durant cette période et officiellement jusqu’en 152919 mais officieusement jusqu’en 1570 le « centre » visé par les Espagnols, la cible de leurs intérêts ce sont les Moluques et leurs épices principales : clou de girofle, cannelle et gingembre. Les autres îles constituent alors pour eux une périphérie et ce d’autant plus que les Espagnols échouent à revenir de l’Asie vers l’Amérique à travers le Pacifique, d’ouest en est jusqu’en 1565, laissant les mains libres aux Portugais dans la région.

  • 20 L’archipel avait pourtant été fréquenté à plusieurs reprises par les Espagnols depuis 1521.

9Dans un deuxième temps, à partir de 1565, date du début de sa conquête par Miguel López de Legazpi, l’archipel désormais « philippin » peine encore à se définir en tant que tel entre les Moluques et la Chine puisque Mindanao, la grande île du sud apparaît aux Espagnols comme faisant partie de l’espace géographique et culturel des Moluques, tandis que Luçon, la grande île du Nord, tardivement connue des Espagnols alors qu’ils sont à Panay depuis 156920 leur apparaît comme directement reliée à l’espace commercial de la Chine. Cette proximité fut rapidement considérée comme aussi lucrative que le commerce des épices par les Espagnols et détermina leur installation à Manille puisqu’il fallait laisser les Moluques aux Portugais.

  • 21 Voir J. H. TEPASKE, art. cit., p. 425.

10Troisième temps enfin, résultat de cette réalité géoéconomique, les Philippines espagnoles devinrent une république marchande, une place commerciale à l’échelle mondiale entre Orient et Occident du fait de la demande chinoise en métal argent et de la possibilité pour les Espagnols d’exporter une partie de ce métal extrait des mines américaines. Autrement dit l’activité minière américaine eut des répercussions fondamentales en Asie, et pas seulement en Europe, en induisant, en configurant le modèle colonial philippin autour du commerce21. Manille devenait malgré elle et uniquement en fonction de sa situation géographique le nouveau centre d’un espace mondialisé vers lequel convergeaient à la fois les réseaux commerciaux asiatiques traditionnels, mais aussi une part du commerce asiatique portugais depuis Goa, Malacca et la péninsule indochinoise, avec bien sûr comme seule monnaie d’échange l’argent mexicain (voire péruvien), mais aussi japonais. La puissance de la liaison commerciale entre la Chine et le Mexique via Manille va désormais configurer et la géographie coloniale – il n’y avait plus d’intérêt en effet à soumettre l’archipel dans sa totalité mais à favoriser essentiellement la défense d’une capitale macrocéphale, Manille ; ce sera le rôle en partie des îles centrales, les Visayas, avec les places fortes et les arsenaux de Cebu et d’Oton – et une société coloniale urbaine, concentrée essentiellement à Manille et vivant du commerce de réexportation des produits chinois, en particulier des soies vers Acapulco.

Ordonner le vaste archipel oriental

  • 22 Le père jésuite Henri BERNARD-MAÎTRE à qui l’on doit un grand nombre d’études sur l’Asie avait bien (...)
  • 23 Juan Gil (éd.), El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón, livre III, Capítulo octavo. De (...)
  • 24 « Hay tantas islas que dizen que son setenta cinco mil y ochocientas. », « Copia de una carta venid (...)
  • 25 Bartolomé Leonardo de ARGENSOLA, Conquistas de las islas Malucas, Madrid : Alonso Martín, 1609. Nou (...)
  • 26 Né à Osuna en 1558, entré dans la Compagnie dans la province d’Andalousie le 1er février 1580, arri (...)

11Sur le plan géographique, les îles philippines font bien partie de l’espace insulaire dans lequel se fragmente le continent eurasiatique à l’est22, depuis le postulat de Claude Ptolémée dans sa Géographie puis la confirmation de Marco Polo qui avait vraisemblablement entendu parler de ce vaste archipel par les Arabes présents à la cour du Grand Khan ; un espace insulaire qu’il frôla presque lors de sa navigation de retour vers l’Inde en 1294. Dans Le livre des merveilles, il fixe le nombre des îles à 7 44823, sachant que pour mémoire et à elles seules les Philippines comptent officiellement 7 107 îles. Ces îles, les cartographes européens les faisaient figurer en guise de décoration aux confins ignorés du continent eurasien et aux marges de leurs cartes. Atteintes pour la première fois par Magellan en 1521, elles semblaient se multiplier à l’infini24, au point que les Européens les désignèrent toutes ensemble sous le terme d’Archipel oriental25 et les comparèrent aux îles de la Méditerranée comme les Cyclades sous la plume de Pedro Mártir de Anglería, tandis qu’au début du XVIIe siècle le jésuite Pedro Chirino26 fera de ces îles le pendant symétrique des îles de l’Atlantique qui bordent l’Europe et l’Afrique de l’Irlande au Cap Vert. Cette fascination pour un vaste espace insulaire qu’on ne peut dénombrer, du Japon au détroit de Singapour, des îles de toute taille et presque toutes peuplées, le fameux jésuite Alonso Sánchez s’en fait aussi l’écho dans son rapport à Philippe II en 1586. Il en fait un troisième monde, ni continental, ni océanique mais où terre et mer sont imbriquées, formant un obstacle géographique pour la navigation au milieu des hauts fonds et un obstacle politique pour la domination d’un espace fragmenté.

  • 27 La grande île fut découverte par le Portugais Jorge de Meneses en 1526, puis reconnue par Álvaro de (...)

12Durant toute la première moitié du XVIe siècle, soit les expéditions de fray García Jofre de Loaisa (1525-1532), Álvaro de Saavedra Cerón (1527) et Ruy López de Villalobos (1542-1549) les Espagnols ordonnèrent l’espace insulaire asiatique autour d’un centre, les Moluques, objet de la quête européenne des épices ayant présidée à toute l’entreprise des découvertes et d’une périphérie avec, au nord Mindanao, à l’est, la Nouvelle-Guinée découverte à la fin des années 152027, au sud, les îles Banda et de la Sonde, et à l’ouest, Bornéo et sa capitale Brunei, plaque tournante entre Malacca, les Philippines et les Moluques. Le sultanat de Brunei contrôlait les échanges commerciaux entre Luçon et Malacca et formait culturellement un espace transitionnel entre les Moluques et les riches civilisations commerçantes de Java, de Sumatra, de Malacca et de la Chine.

13Au sein de ce vaste espace insulaire, certaines îles se détachèrent aux yeux des Espagnols dans leur fonction d’escale vivrière un peu plus développées et abondantes que les Mariannes alors dénommées « Ladrones » sur la route vers les Moluques : ainsi Humunu/Agua de las buenas señales, Ibusson, Mazana et les plus importantes : Cebu, Mindanao, Mazana (Limasawa), Sarangani et Candigar (Balut) en fonction de l’abondance des ressources et du caractère pacifique des habitants pour des équipages affamés par la traversée du Pacifique. Mais elles ne présentaient ni fines épices, ni or, ni perles en abondance susceptible de retenir l’attention des Espagnols. Elles étaient si décevantes que García de Escalante Alvarado, facteur de l’expédition malheureuse de Villalobos conclut sa relation destinée au vice-roi Mendoza en 1548 de façon péremptoire : les Espagnols n’ont aucun intérêt à persister dans la région :

  • 28 Voir Consuelo VARELA (éd.), El viaje de don Ruy López de Villalobos a las islas del Poniente, 1542- (...)

[…] ninguna tierra de cuantas emos visto cumplia a Su Señoria poblallas ni hazer mas gastos por estas partes, […] no le conbenia ninguna cosa destas partes, […] que no le conbiene por lo que an visto28.

  • 29 « quel armada vaya a parar a las Islas Filipinas, que son islas de amigos […] y aun se quedaron en (...)

14Ce sont pourtant ces îles qui seront retenues en 1564 pour servir de point d’entrée en Insulinde, après bien des polémiques entre Andrés de Urdaneta, vétéran de l’expédition de Loaisa et Juan Pablo de Carrión, vétéran de l’expédition de Villalobos, puisque Urdaneta, conscient que ces îles se situaient dans la zone portugaise, souhaitait une installation aux Larrons ou en Nouvelle-Guinée tandis que Carrión vantait le fait que ces îles étaient connues, riches fertiles et bien situées sur le plan régional entre les Moluques et la Chine29. Elles offraient une nouveauté acceptable et un niveau de développement intermédiaire par rapport aux ethnies primitives et hostiles de l’archipel des Larrons et face à des cultures plus avancées mais aussi plus fermées et acquises à l’islam ou à l’hindouisme à Bornéo ou à Java. Les Philippines allaient émerger progressivement dans cet espace insulaire, représentant un moyen terme qui relançait les intérêts espagnols vers le commerce chinois après avoir abandonné tout espoir d’accéder directement aux épices moluquoises.

Le découpage de l’espace archipélagique philippin

  • 30 « tiniendo notiçia que la ysla de Luzón era tierra muy basteçida y de mucha gente y de gran contrat (...)

15Durant la première moitié du XVIe siècle, les Espagnols, arrivés du sud-est (détroit de Magellan) ou de l’est (Nouvelle-Espagne) avaient fréquenté la partie centrale (les Visayas) et sud (Mindanao) de l’actuel archipel philippin. A son arrivée Legazpi reproduisit ce schéma en s’installant à Cebu pendant 5 ans (1565-1570), étape principale de l’expédition magellane quarante ans auparavant. Mais la fuite des habitants et l’insuffisance des vivres poussèrent l’exploration vers le nord, en particulier vers Panay puis vers Luçon et Manille, reconnue par le maître de camp Martín de Goiti en 1570, un an avant sa conquête. Les Espagnols venaient d’apprendre l’importance commerciale de cette île par l’information de marchands musulmans luçonais venus commercer à Cebu. Durant cette période l’archipel prit progressivement ses contours archipélagiques dans la conscience espagnole, mais une certaine division géopolitique demeura : Mindanao restait liée à la sphère des Moluques, formant progressivement le bastion musulman de résistance à la domination espagnole, tandis que Luçon peu à peu soumise permettait de favoriser le commerce chinois par les jonques qui fréquentaient régulièrement le port de Manille. Legazpi avait enfin trouvé la tête de l’archipel, la zone la plus densément peuplée et riche30, en même temps qu’un carrefour régional stratégique :

  • 31 Legazpi au vice-roi de Nouvelle-Espagne, P. Pastells S. J., Historia general de Filipinas desde los (...)

Si S. M. pretende otras cossas mayores y más gruessas adelante de esta tierra, es necesario que aqui [en Manila] se pueble y aya escala ; porque esta tierra está en gran comarca y casi en comercio de los japones y china y xava y borney, malucos y nueva guinea ; que a qualquiera destas partes se puede yr en breve tiempo31.

  • 32 En dépit d’un pic de population espagnole proche de 2 600 personnes dans l’archipel en 1612, on en (...)

16Cette proximité avec la Chine (10 jours de navigation au plus) fut l’argument majeur de la fixation de la colonie espagnole à Manille, pour établir une liaison directe avec les ports de la côte sud de la Chine, au Fujian et au Guangdong. Le voisinage chinois c’était faire de Luçon un tremplin pour d’autres projets en Asie qu’ils soient militaires ou religieux face à des civilisations hautement développées comme la Chine ou le Japon, tandis que les peuples philippins restaient des « indios ». Cebu allait désormais jouer un rôle secondaire, défensif, face à la menace musulmane du sud qui se concrétisait par des razzia, des pillages et la capture de Malais christianisés pour les revendre comme esclaves. Cette division géopolitique ternaire de l’archipel va durer tout au long de la présence coloniale espagnole dans l’archipel. Celui-ci devenait par là même un territoire de frontière interne puisque étant donné sa fragmentation géographique et le peu de moyens humains du côté espagnol32, il ne sera pas soumis dans sa totalité. Y avait-il d’ailleurs vraiment une raison de le faire quand il s’agissait surtout de protéger le complexe Manille-Cavite et les intérêts que représentait cette capitale-port ?

Les Philippines, nouveau centre d’un espace mondialisé ?

  • 33 On peut faire le même constat pour d’autres célèbres « entrepôts » : Macao et Nagasaki, à la suite (...)
  • 34 « at the opening of the seventeenth century the drain of pesos from Mexico to the Orient through th (...)
  • 35 Pedro CHIRINO, S.J., op. cit., p. 10.

17Dès les années 1570, soit dès la conquête de Manille, les Philippines deviennent dans les discours espagnols un nouveau centre commercial stratégique dans la région, entre les Moluques au sud, Canton à l’ouest, le Japon au nord et face aux rivaux portugais installés à Macao de l’autre côté de cet antiméridien fantasmatique. Les Espagnols s’apprêtaient enfin à se tailler une part des bénéfices commerciaux (de 300% à 1 000% pour le commerce du galion). Le destin de la Manille coloniale fut d’être propulsée au rang de place commerciale à l’échelle mondiale reliant l’Orient à l’Occident à cause de sa position géographique et de l’impact mondial de nouveaux moyens techniques européens : la navigation trans pacifique et l’extraction minière du métal argent américain33. La nouvelle offre d’argent rejoignait une demande chinoise intarissable34. Ce phénomène d’attraction fut rendu possible par la modernité, une mise en contact de l’offre et de la demande à une échelle au moins hémisphérique, qui n’est qu’un aspect, mais fondamental, de la circulation planétaire de l’argent américain. Le jésuite Pedro Chirino illustre le phénomène dans sa Relación : « Porque de la China no solo començaron a traer la riqueza de sus sedas, i loça, luego que vieron la de nuestro Reales de a quatro, i de a ocho »35. Seul produit d’échange qui pouvait intéresser des Chinois par ailleurs autosuffisants, l’argent américain face à la soie chinoise, le galion face aux jonques, tout le modèle colonial philippin s’y est assujetti malgré sa saisonnalité : agriculture de l’arrière-pays de Manille, construction navale, expéditions défensives supportées par la main d’œuvre tagalog et visaya.

  • 36 Voir C. JACQUELARD, « Manille : un emporium entre deux mondes à la fin du XVIe siècle », in : Béatr (...)

18La Manille coloniale spécialisa son économie vers une mono activité commerciale et ce sur une triple échelle : locale, régionale et mondiale, une activité dominée par les Chinois qui avaient supplanté les îliens dans les échanges locaux36. Ce bouleversement d’origine externe avait provoqué le déclin des autres activités économiques et de nombreux acteurs tels le jésuite Alonso Sánchez à la fin du XVIe siècle avait affirmé, à juste titre, que sans le commerce du galion la colonie philippine disparaîtrait. Dans les années centrales du XVIIe siècle, nous retrouvons les discours dithyrambiques sous la plume du procureur général Juan Grau y Monfalcón qui va jusqu’à définir Manille comme deuxième pôle de la monarchie à Philippe IV en 1636 :

  • 37 J. GRAU Y MONFALCÓN, op. cit., p. 481.

lo insigne y particular de la ciudad de Manila, que como señora de tantos mares y cabeza de tantos archipiélagos, es el polo segundo desta monarquía […] como centro de infinitas islas y poderosos reinos, […] siendo la llave del antiguo y siempre rico comercio del Oriente37.

  • 38 « iguala Manila a qualquier otro Emporio de nuestra Monarquia por ser centroen quien concurren toda (...)
  • 39 Voir J. M. HEADLEY, art. cit., note 45, p. 635.

19Elle est une factorerie comme le reconnaît le jésuite Colín38 : cosmopolitecomme nulle part ailleurs dans l’empire, Manille devenait la capitale macrocéphale de l’archipel, un condensé de civilisation urbaine concentrant les fonctions de capitale économique, administrative, religieuse et forteresse militaire. Si du point de vue politique les Espagnols dominaient, sur le plan matériel, économique et commercial, Manille était devenue une colonie chinoise39.

20Le commerce avait envahi progressivement tout le champ économique philippin, et de façon symptomatique, Francisco Colín fait de lui la seule activité « industrielle » des îles dans les années 1660, alors qu’il n’y a aucune transformation des produits mais simple transfert de la jonque au galion :

  • 40 F. Colín, op. cit., p. 52.

La industrial consiste en el comercio de ricas mercaderias con otros Reynos. Esto no depende tanto de la naturaleza, y comodidades del lugar, como del sitio, proporcion, y distancia en que Dios le puso, respeto de otros opulentos Reynos, y de sus nauegaciones, y contratos. […] Y porque la naturaleza del termino es juntar los dos extremos, y participar de las calidades de entrambos : de aqui es, que las Filipinas participan de lo bueno, y mejor de las dos Indias, Oriental, y Occidental ; y que concurran a ellas como en termino comun, y centro de sus carreras, y viages, las riquezas, y curiosidades de una, y otra. La plata del Perú, y Nueva España, las piedras preciosas, y perlas de la India, los diamantes de Narcinga, y Goa, los rubies, zafiros, y topazios de Ceylan : y de alli mismo la canela : y de la Samatra, y Iabas la pimienta : del Maluco, y Banda clauo de especia, nuez moscada, y otras drogas. De Ormuz, y Malabar el aljofar, y tapetes Persianos de sedas, y finas lanas : pavellones, colchas, y sobrecamas ricas de Bengala : el alcanfor fino de Borney : el menjuy, marfil, y puntas de Abada de Camboja : el almizcle de los Lequios : y de la gran China las sedas de todas suertes, crudas en maço, y floxas en madeja : y texidos en terciopelos, rasos, damascos llanos, y labrados ; tafetanes, gorberanes, tabies, y otras telas de todas suertes hechuras, y colores ; particularmente la laca, que es entre las sedas de la China, como la grana entre los paños de Europa. La lenceria de yerva, y manteria de algodon ; la porcelana, los dorados, y bordados, con otras riquezas, curiosidades de mucho precio, y estima, y regalo. De Iapon solian tambien (quando el trato estava corriente) venir todos los años a Manila uno, o dos navios, que en trueco de corambre, cera, y otros frutos de la tierra, dexauan en ella muy fina plata, ambar, algunas sedas texidas de matizes, escritorios, caxas, y bufetes de maderas preciosas, con barnizes, y guarniciones curiosas40.

  • 41 Timoty BROOK, Le chapeau de Vermeer. Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation (1re éd. en angl (...)
  • 42 Katharine BJORK défend, à la suite de Dennis FLYNN et Arturo GIRÁLDEZ, que le modèle colonial phili (...)

21Ce carrefour commercial est exceptionnel par son importance, puisqu’il permet de rentabiliser des navigations océaniques fort coûteuses. Pour reprendre les termes de Timothy Brook qui semble paraphraser et résumer notre jésuite : « Manille devint ainsi le point de jonction entre l’économie européenne et l’économie chinoise, le lieu de rencontre entre les deux hémisphères de la planète au XVIIe siècle. »41 D’après Colín la valeur transportée par un galion de Manille valait plus à Acapulco que celle de dix galions de la flotte stationnée à Veracruz. C’était reconnaître deux choses : tout d’abord la réalité de la contrebande alors que le commerce trans-pacifique était extrêmement réglementé la Couronne étant rétive à tout commerce inter colonial. Or Colín reconnaît l’existence de la navigation entre Acapulco et la côte péruvienne, interdite au XVIIe siècle. Le galion ne devait théoriquement embarquer à Manille que des marchandises d’une valeur totale de 250 000 pesos et les bénéfices du retour depuis Acapulco ne devaient pas dépasser les 500 000 pesos alors que ceux-ci dépassaient régulièrement les 3 millions, un chiffre probablement très en dessous de la réalité. Ensuite Colín affirme indirectement que l’espace commercial le plus prospère est celui du Pacifique. Il omet d’ailleurs la place de Cadix dans son énumération, suggérant de façon implicite qu’on pourrait se passer de l’Espagne comme les Portugais d’Asie avaient dominé à Macao dans la deuxième moitié du XVIe siècle un commerce régional autonome, extrêmement lucratif, mais non relié directement à Lisbonne du fait de la distance et de la présence d’argent tant au Japon qu’à Manille42 ; un commerce qui échappait donc à la couronne portugaise. Sans législation mercantiliste, sans troupes et sans la loyauté à la monarchie, l’argent mexicain et péruvien aurait encore plus massivement traversé le Pacifique plutôt que l’Atlantique au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, et l’hémisphère pacifique aurait pu peser plus tôt et bien davantage sur le plan mondial.

  • 43 Il est l’auteur des Sucesos de las Islas Filipinas, México : Gerónimo Balli, 1609, première histoir (...)

22Déterminisme géo-économique, la société coloniale espagnole à Manille, réduite à sa plus simple expression : une poignée de militaires, de fonctionnaires, de missionnaires et d’encomenderos, était une société marchande et oisive puisque la réexportation des produits chinois n’occupait que trois mois par an, de mai à juillet. Cette situation eut ses conséquences sur la mentalité de colons oisifs, médisants, enclins aux jeux dans un microcosme à l’atmosphère détestable comme en témoigne le célèbre lieutenant du gouverneur Antonio de Morga à la fin du XVIe siècle et qu’il résume par le terme de « libertad » au sens anarchique du terme43.

23La prospérité disputée de ce commerce à partir du tournant du XVIIe siècle, fit aussi de Manille une place forte militaire d’un empire de taille mondiale, censée et repousser les attaques régionales (incursions des malais musulmans du sud, piraterie chinoise et japonaise de l’ouest et du nord) et assister la Nouvelle-Espagne dans la défense de sa côte pacifique face aux puissances protestantes. Une stratégie de défense, on le voit, s’exerçant à nouveau sur trois échelles : une gageure avec une garnison espagnole inférieure à 500 soldats… Là aussi on faisait largement appel aux peuples belliqueux de l’archipel pour combattre. Au XVIIe siècle, tous les gouverneurs de l’archipel étaient des officiers connaisseurs des Hollandais qui cherchaient de façon répétée à expulser les Espagnols de Manille pour les remplacer.

24Pour conclure : le discours du « centre » est celui de l’affichage de la réussite impériale, de la prospérité commerciale, de l’édification religieuse, voire de l’incantation tant il a son revers et masque les difficultés d’une colonie extrêmement fragile et précaire. C’est là que réapparaît le discours de la « périphérie » (« la tierra más apartada »), dans l’argumentaire des maux que subit la colonie philippine du fait de son extrême éloignement de la métropole espagnole ou novohispanique. Alonso Sánchez dresse ainsi la liste des vices politiques, économiques, sociaux et moraux à Philippe II en 1586, comme porte-parole de la communauté espagnole des Philippines et des résultats du synode de Manille :

  • 44 Archivo General de Indias, Patronato 24, Ramo 66, f. 57v-58r et retranscrit dans P. Pastells, S. J. (...)

La primera rayz y causa de todos los males y travajos de aquellas yslas es que ansi como son la tierra mas apartada de españa ansi la gente que va alla es de ordinario la mas pobre y de vaxa suerte y que llega mas neçessitada y adeudada y con mayor hambre de repararse y enrriqueçer y ansi tanbien como es la tierra mas apartada de la yglesia y cristiandad antigua ansi es la gente mas desbaratada y ancha de consçiencia y como es tanbien la mas apartada de v. md. y de su rreal presençia ansi es la gente mas libre y esenta y la que menos respectos tiene que la refrenen o moderen […]44.

  • 45 M. SolÁ, S.J., op. cit., adresse au roi.

25Ce discours sera repris près de 80 ans plus tard en 1660 par un autre jésuite, le père Magino Solá en ces termes : « islas tan acabadas », « un comercio tan minorado », « una christiandad tan hajada », « por ser de lo mas remoto, y apartado de la Real presencia, necessita mas del Real amparo de V. Magestad »45.

  • 46 Pour une synthèse des difficultés de l’archipel au XVIIe siècle : catastrophes naturelles, attaques (...)
  • 47 Voir C. R. BOXER, art. cit., p. 73-82.

26Centre et périphérie sont donc deux modalités de discours, deux faces d’une même réalité vécue par les colons espagnols aux Philippines : aspirer à être un centre, le revendiquer, pour tenter d’oublier qu’on reste une périphérie aussi bien de Madrid, que de Mexico ou encore d’un empire du Milieu inatteignable. Malgré des discours dithyrambiques autour d’un archipel qui serait une clef entre les deux Indes, la région n’attirait pas ou peu ; elle restait à la marge de l’empire espagnol, au vu des dangers de la navigation, des difficultés d’adaptation au climat tropical, des maladies et de l’état de frontière militaire permanente. La deuxième moitié du XVIIe siècle fut une période de déclin et d’anémie commerciale à la suite d’une série de tremblements de terre destructeurs qui détruisirent à plusieurs reprises la ville de Manille ou encore l’interruption de la circulation du galion par crainte d’attaques hollandaises qui privait la colonie non seulement des bénéfices marchands mais aussi du précieux « situado » qui finançait en grande partie la vie administrative de l’archipel46 ou encore les difficultés rencontrées par l’enclave rivale de Macao au moment de la chute de la dynastie Ming47. Centre et périphérie, la colonie espagnole d’Asie se définissait foncièrement par l’instabilité, la précarité et la défense d’une enclave néanmoins stratégique dans un espace mondialisé.

Haut de page

Notes

*  Magino SOLÁ, S.J. dans son préambule, adressé au roi, de la fameuse chronique du jésuite Francisco Colín, Labor evangélica, Ministerios apostolicos de los Obreros de la Compañia de Iesus, Fundacion, y Progressos de su Provincia en las Islas Filipinas. Historiados por el Padre Francisco Colín, Provincial de la misma Compañía, Calificador del Santo Oficio, y su Comissario en la Governacion de Samboanga, y su distrito. Parte Primera. Sacada de los manuscritos del Padre Pedro Chirino, el primero de la Compañía que passo de los Reynos de España a estas Islas, por orden y a costa de la Catholica y Real Magestad, Madrid : Ioseph Buendia, 1663, 4 livres en 1 volume. Magino Solá est né à Manresa le 19 décembre 1644. Il entra dans la Compagnie dans la province d’Aragon le 27 décembre 1660, devint père profès le 2 février 1679 et mourut à Manille le 5 juillet 1696, d’après Horacio de LA COSTA, The Jesuits in the Philippines 1581-1768, Cambridge : Harvard University Press, 1961, p. 617.

1 On pourrait sans doute élargir ce constat pour la période coloniale postérieure.

2 Au début des années 1580, du fait des distorsions induites par la conquête espagnole et ses conséquences sur le plan économique, le maintien pur et simple de la colonie était en jeu. C’est la grande question de la définition du modèle colonial qui fut discutée lors du synode de Manille entre 1581 et 1586. Voir à ce sujet Domingo de SALAZAR, O.P., Sínodo de Manila de 1582, éd. de José Luis PORRAS CAMÚÑEZ, Madrid : CSIC, 1988. Sur la question de la rentabilité financière de la colonie, voir Luis ALONSO ÁLVAREZ, « Coste y beneficio del Imperio español en Filipinas (siglos XVI-XVIII) », Cuadernos de Historia (Manila), Manille : Instituto Cervantes de Manila, 2/3, 1998, p. 103-114 et Leslie E. BAUZÓN, Deficit Government. Mexico and the Philippine Situado 1606-1804, Tokyo : The Centre for East Asian Cultural Studies, 1981.

3 Dans les temps préhispaniques, en particulier au XVe siècle, l’archipel qui n’était pas encore perçu comme tel, était une périphérie des circuits commerciaux de l’Asie du Sud-Est et sous l’influence de la Chine, au moins en ce qui concerne l’île de Luçon. Voir Clotilde JACQUELARD, De Séville à Manille, premiers regards espagnols sur les rivages de la mer de Chine (1520-1609), thèse inédite de l’Université Paris-IV, 2001, p. 233.

4 La conquête des Philippines doit beaucoup aux colons de Nouvelle-Espagne à partir de 1565 qui organisèrent avec l’aval du vice-roi Velasco et de Philippe II la fameuse expédition Legazpi-Urdaneta. On cite bien souvent la phrase suivante pour illustrer la nouvelle place, « centrale », que voulait prendre le Mexique dans l’empire : « Y los de México están muy ufanos con su descubrimiento, que tienen entendido que serán ellos el coraçón del mundo. », extrait de « Copia de una carta venida de Sevilla a Miguel Salvador de Valencia. La qual narra el venturoso descubrimiento que los mexicanos han hecho, navegando con la armada que su Magestad mandó hacer en México. […], 1566. », édité par Patricio HIDALGO NUCHERA, Los primeros de Filipinas. Crónicas de la conquista del Archipiélago, Madrid : Miraguano/Polifemo, 1995, p. 210-212.

5 Magino SOLÁ, S.J., définit de la sorte les Philippines: « lo ultimo de los fines de la tierra, donde con razon se puso el Non plus ultra del Nombre de Filipo desde el año mil y quinientos y quarenta y tres, con el nombre de Filipinas ». Les colonnes d’Hercule, l’emblème de Charles Quint, se referment à l’autre bout du monde. Les Philippines ne sont pas seulement les confins du monde pour un Européen, « los vltimos fines de la tierra » (Francisco Colín, S.J.) mais aussi aussi l’ultime borne d’une expansion hémisphérique et séculaire. Cette vision des Indes occidentales comme un empire hémisphérique n’est pas nouvelle. On la trouve par exemple chez Antonio de Herrera, chroniqueur officiel de Philippe II et Philippe III dans son Historia general de los hechos de los castellanos en las islas i tierra firme del mar océano, Madrid : Juan Flamenco, 1601, fol. 1-2 : « debaxo de nombre de islas, y tierra firme del mar Océano, por estar rodeadas deste mar, y puestas al Ocidente, y comunmente son llamadas Indias Ocidentales, y nuevo mundo, y comprehendidas en la demarcación de los Reyes de Castilla y de León, que es un Emisferio, y mitad del mundo de ciento y ochenta grados comenzados », cf. John M. Headley, « Spain’s Asian Presence, 1565-1590 : Structures and Aspirations », Hispanic American Historical Review, Washington, 1995,75 (4), p. 623-646, p. 631, note 25.

6 Je n’aborderai pas ici la question bien connue du tracé disputé de l’antiméridien de Tordesillas à cette époque. Voir à ce sujet AA.VV., El Tratado de Tordesillas y su proyección, Primer Coloquio Luso-Español de Historia de Ultramar, Valladolid, Universidad de Valladolid, Seminario de Historia de América, 1973, 2 vol., ou encore C. JACQUELARD, « L’ultime frontière de l’Empire universel : l’archipel asiatique », in : Annie MOLINIÉ-BERTRAND et Jean-Paul DUVIOLS (dir.), Charles Quint et la monarchie universelle, Paris : PUPS, Iberica n°13, p 145-167, particulièrement la p. 152 et la note 36.

7 John M. HEADLEY évoque un « Christian World Empire » et un d’impérialisme évangélique, art. cit., p. 637 et p. 645.

8 Ce vaste et complexe sujet ne peut être développé dans le cadre de cet article, mais la mission universelle et particulièrement en terrain asiatique est un des fondements de l’écriture des jésuites des Philippines.

9 Je rejoins l’idée exprimée par Rafael Valladares en ces termes : « La llegada a China supuso el final lógico, aunque no inevitable, del recorrido ibérico hacia el Este, el “cierre” que puso orden a todo el conocimiento ahora desplegado. A partir de aquí el desafío consistió en asimilar que ya nadie era centro porque ya nadie era periferia o, dicho de otro modo, que todos eran periferias de un mundo donde el comercio y la aculturación, por injustos o defectuosos que entonces (u hoy) puedan parecernos, habían destruido la posibilidad de constituir un centro único e indiscutible », « Tres centros y ninguno. China y la mundialización ibérica, 1580-1640 », in : Carlos MARTÍNEZ-SHAW, Marina ALFONSO MOLA (dir.), La ruta española a China, Madrid : Ed. El Viso, p. 110.

10 « Memorial dado al Rey en su Real Consejo de las Indias por D. Juan Grau y Monfalcon, procurador general de las Islas Filipinas, sobre las pretensiones de la ciudad de Manila y demas islas del Archipiélago en su comercio con la Nueva España », in : D. Joaquín Pacheco, D. Francisco de Cárdenas, D. Luis Torres de Mendoza (dir.), Colección de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y colonización de las posesiones españolas en América y Oceanía, sacados, en su mayor parte, del Real Archivo de Indias, Madrid : Manuel B. de Quirós, 1865, 42 t., 6, p. 437.

11 F. Colín, S.J., op. cit., p. 52. Né à Ripoll en 1592, entré dans la Compagnie dans la province d’Aragon le 22 décembre 1606, Francisco Colín arriva aux Philippines le 18 juin 1626. Père profès le 7 août 1627, il fut quatre fois recteur de l’université Saint Ignace de Manille. Il mourut à San Pedro Makati (Luçon) le 16 mai 1660, d’après Horacio de LA COSTA, ibid.,p. 611. Ce jésuite est une figure clef de la Compagnie aux Philippines au XVIIe siècle : prédicateur, professeur d’Ecriture Sainte et provincial de l’Ordre entre 1639 et 1644. Comme le mentionne Thomas B. Cannon, S.J., il est surtout connu pour son œuvre d’historien puisqu’il est l’auteur d’une chronique de l’Ordre aux Philippines entre 1581 et 1616, source fondamentale pour les historiens des Philippines de cette période. Voir Thomas B. CANNON, S.J., « History of the Jesuits in the Philippines, III. A Brief Sketch », Woodstock Letters, 66, 1937, p. 244. Voir aussi José ARCILLA SOLERO, S.J., « Los cronistas jesuitas de Filipinas », in : Leoncio CABRERO (éd.), España y el Pacífico, Legazpi, Madrid : Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2004, 2, p. 377-395.

12 « The first oceanic power in history, the first truly world power », John M. HEADLEY, op. cit., p. 623.

13 Ibid., p. 624.

14 Le jésuite Pedro CHIRINO confirme le grand moteur des découvertes: « la cudicia de la especieria i drogas que alli se dan con tanta abundancia », Relación de las islas Filipinas i de lo que en ellas an trabaiado los Padres de la Compañía de Iesus del P. Pedro Chirino de la misma Compañía Procurador de aquellas Islas, Rome : Estevan Paulino, 1604, p. 2.

15 Ce document a été édité par Martín FERNÁNDEZ DE NAVARRETE, Colección de los viages y descubrimientos que hicieron por mar los españoles desde fines del siglo XV, Madrid : Imprenta Nacional, 1837, 4, p. 146.

16 Martín FERNÁNDEZ DE NAVARRETE, op. cit.., 5, p. 198. L’expédition de Loaisa fut la 2e et dernière expédition à suivre la route du détroit de Magellan pour atteindre l’Asie. Partie de La Corogne en 1525 elle fut désastreuse et erra huit années en terres asiatiques, principalement aux Moluques. Les survivants parvinrent à rentrer à Lisbonne prisonniers des Portugais et par la route de l’océan Indien. Parmi eux Andrés de Urdaneta, le futur découvreur de la route de retour dans le Pacifique entre les Philippines et la Nouvelle-Espagne.

17 « Instrucción de la audiencia de Nueva España a Miguel López de Legazpi para el descubrimiento de las islas del Poniente. México, 1 de septiembre de 1564 », in :P. HIDALGO NUCHERA, op. cit., p. 113-114.

18 Voir John H. TEPASKE, « New World Silver, Castile and the Philippines 1590-1800 », in : John F. RICHARDS (éd.), Precious Metals in the Later Medieval and Early Modern Worlds, p. 425-445.

19 Date du traité de Saragosse qui fixe en Asie l’antiméridien de Tordesillas et débouche sur la vente au roi du Portugal des droits de Charles Quint sur l’exploitation des épices moluquoises en échange de 350 000 ducats.

20 L’archipel avait pourtant été fréquenté à plusieurs reprises par les Espagnols depuis 1521.

21 Voir J. H. TEPASKE, art. cit., p. 425.

22 Le père jésuite Henri BERNARD-MAÎTRE à qui l’on doit un grand nombre d’études sur l’Asie avait bien perçu cette réalité puisqu’il intitule un de ses ouvrages : Les îles Philippines du grand archipel de la Chine. Un essai de conquête spirituelle de l’Extrême-Orient, 1571-1641, Tientsin : Hautes Etudes, 1936.

23 Juan Gil (éd.), El libro de Marco Polo anotado por Cristóbal Colón, livre III, Capítulo octavo. De la multitud de las islas de aquella región y sus frutos”, p. 136.

24 « Hay tantas islas que dizen que son setenta cinco mil y ochocientas. », « Copia de una carta venida de Sevilla a Miguel Saluador de Valencia. », in : P. Hidalgo Nuchera (éd.), op. cit., doc. 29, p. 211. Il s’agit du premier document imprimé en Europe, à Barcelone, en 1566, relatant l’expédition de découverte et de peuplement des Philippines par Legazpi, en 1565.

25 Bartolomé Leonardo de ARGENSOLA, Conquistas de las islas Malucas, Madrid : Alonso Martín, 1609. Nous avons consulté l’édition Miraguano/Polifemo, 1992, L. I, p. 19 : « El Archipiélago Oriental […] abraza tantas islas, que carece de número cierto hasta nuestros tiempos ».

26 Né à Osuna en 1558, entré dans la Compagnie dans la province d’Andalousie le 1er février 1580, arrivé aux Philippines le 20 juin 1590, père profès le 28 août 1595, mort à Manille le 16 septembre 1635, voir H. de la Costa, ibid., p. 610. Sur le rôle actif de Pedro Chirino S. J. aux Philippines, voir Manuel RUIZ JURADO, S.J., « Fr. Pedro Chirino, S.J. and Philippine Historiography », Philippines Studies, 29 (1981), p. 345-359.

27 La grande île fut découverte par le Portugais Jorge de Meneses en 1526, puis reconnue par Álvaro de Saavedra lors de ses tentatives de retour vers la Nouvelle-Espagne depuis les Moluques, entre 1528 et 1529. Sa prise de possession pour le compte de l’Espagne aura lieu en 1545, avec Íñigo Ortiz de Retes, qui tenta, lui-aussi pour la deuxième fois, et encore vainement, le retour vers la Nouvelle-Espagne.

28 Voir Consuelo VARELA (éd.), El viaje de don Ruy López de Villalobos a las islas del Poniente, 1542-1548, Milan : Cisalpino-goliardica, 1983, p. 164.

29 « quel armada vaya a parar a las Islas Filipinas, que son islas de amigos […] y aun se quedaron en ellas del armada en que yo fuí ocho españoles. Son islas muy bastecidas […] de gran contratación, muy ricas y grandes. Están en la mejor comarca de todo el archipiélago ». « […] Es gente de mucha razón y policía », extrait de « Relación que el capitán Juan Pablo de Carrión, almirante de la armada que va a las islas del Poniente, hace al rey D. Felipe sobre la navegación que la dicha armada ha de llevar », P. HIDALGO NUCHERA, op. cit., doc. 16, p. 130.

30 « tiniendo notiçia que la ysla de Luzón era tierra muy basteçida y de mucha gente y de gran contratación […] que en ella ay de yslas cincunvezinas y tierra firme de la China. », Juan de Maldonado, compagnon de Legazpi, extrait de « Carta en relación de Juan de Maldonado tocante al viage y población de la isla de Luzón en Filipinas, que emprendió Martín de Goyti por mandado del gobernador de la isla de Pane en aquel pays, López de Legazpi. Río de Panay, 6 de mayo de 1572 »,P. HIDALGO NUCHERA, op. cit., doc. 36, p. 300.

31 Legazpi au vice-roi de Nouvelle-Espagne, P. Pastells S. J., Historia general de Filipinas desde los primeros descubrimientos portugueses y castellanos en Oriente, Occidente y Mediodía hasta la muerte de Legazpi, in : Catálogo de los documentos relativos a las islas Filipinas existentes en el Archivo de Indias de Sevilla, Barcelone÷: Compañía General de Tabacos, 1927, 9 vol. en 10 t., 1, p. 298.

32 En dépit d’un pic de population espagnole proche de 2 600 personnes dans l’archipel en 1612, on en trouve moins de 500 entre 1640 et 1665, face à plus de 30 000 Chinois installés autour de Manille à la veille de leur second soulèvement de 1639 et plus de 500 000 « Philippins » dans l’archipel, d’après Inmaculada Alva RODRÍGUEZ in : Leoncio CABRERO (coord.), Historia general de Filipinas, Madrid : Ediciones de Cultura Hispánica, cap. VI : « La centuria desconocida : el siglo XVII », p. 213, 215 et 217.

33 On peut faire le même constat pour d’autres célèbres « entrepôts » : Macao et Nagasaki, à la suite de Charles Ralph BOXER, « Macao as a Religious and Commercial Entrepot in the 16th and the 17th Centuries », in : Acta Asiatica, Tokyo : Institute of Eastern Culture, 1960, 26, p. 64-90.

34 « at the opening of the seventeenth century the drain of pesos from Mexico to the Orient through the Philippines was estimated at 5 million pesos (128,000 kilograms) annually, with a reported 12 million pesos (307,000 kilograms) being smuggled out in 1597 », John J. TEPASKE, art. cit., p. 436.

35 Pedro CHIRINO, S.J., op. cit., p. 10.

36 Voir C. JACQUELARD, « Manille : un emporium entre deux mondes à la fin du XVIe siècle », in : Béatrice PÉREZ, Sonia V. ROSE et Jean-Pierre CLÉMENT (dir.), Des marchands entre deux mondes. Pratiques et représentations en Espagne et en Amérique (XVe-XVIIIe siècles), Paris : PUPS, 2007, p. 81-102.

37 J. GRAU Y MONFALCÓN, op. cit., p. 481.

38 « iguala Manila a qualquier otro Emporio de nuestra Monarquia por ser centroen quien concurren todas las riquezas del Oriente, y Occidente. », op. cit., p. 51-52.

39 Voir J. M. HEADLEY, art. cit., note 45, p. 635.

40 F. Colín, op. cit., p. 52.

41 Timoty BROOK, Le chapeau de Vermeer. Le XVIIe siècle à l’aube de la mondialisation (1re éd. en anglais 2008), Paris : Histoire Payot, 2010, p. 190.

42 Katharine BJORK défend, à la suite de Dennis FLYNN et Arturo GIRÁLDEZ, que le modèle colonial philippin a été moins défini depuis l’Espagne que par la dynamique d’expansion économique chinoise, dans « The Link That Kept the Philippines Spanish : Mexican Merchant Interests and the Manila Trade, 1571-1815 », Journal of World History, 9 (1), p. 25-50.

43 Il est l’auteur des Sucesos de las Islas Filipinas, México : Gerónimo Balli, 1609, première histoire laïque écrite sur les Philippines coloniales.

44 Archivo General de Indias, Patronato 24, Ramo 66, f. 57v-58r et retranscrit dans P. Pastells, S. J., Historia general de Filipinas, p. 17-18.

45 M. SolÁ, S.J., op. cit., adresse au roi.

46 Pour une synthèse des difficultés de l’archipel au XVIIe siècle : catastrophes naturelles, attaques hollandaises, soulèvements internes, difficultés commerciales, voir Lourdes DÍAZ-TRECHUELO, Filipinas. La gran desconocida (1565-1898), p. 138-166.

47 Voir C. R. BOXER, art. cit., p. 73-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Jacquelard, « Les Philippines, périphérie ou nouveau centre d’un espace mondialisé (XVIe-XVIIe siècles) ? », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21914 ; DOI : 10.4000/e-spania.21914

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org