Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

De la « Provincia Gigante de Indias » à la « Tierra en Medio de la Mar » : l'espace paraguayen aux XVIe et XVIIe siècles (1534-1617)

Paola Domingo

Résumés

Si la province du Paraguay, ou Río de la Plata, fut dans un premier temps la plus grande province hispano-américaine confiée à un particulier par le biais d’une capitulation, son territoire fut rapidement démembré au gré des nouvelles découvertes et des priorités politiques et économiques de la Couronne de Castille. Ainsi, moins d’un siècle après sa création, la province avait déjà perdu environ la moitié de sa superficie initiale… En nous appuyant essentiellement sur les documents définissant officiellement le territoire paraguayen (capitulations, cédules royales, provisions…), nous rappellerons ici quelles en furent les différentes amputations au XVIe siècle, pour tenter ensuite d’en analyser les causes et les conséquences.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Justo PRIETO, Paraguay, la provincia gigante de las Indias. Análisis espectral de una pequeña nació (...)

1Si l’on compare les limites théoriques du territoire confié à Pedro de Mendoza en 1534 et celles de la province du Paraguay à la fin de la période coloniale (cf. carte n°1), force est de constater que la « Province Géante » du « Magnífico Adelantado don Pedro de Mendoza », pour reprendre les expressions de Justo Prieto et Enrique de Gandía1, a quelque peu perdu de sa superbe au fil des siècles…

2Si l’on prête attention, maintenant, aux dates des différents démembrements du Paraguay colonial, on se rend compte qu’à l’exception du Mato Grosso, « perdu » par le Paraguay en vertu du traité de San Ildefonso en 1777, la plupart des démembrements de la province ont eu lieu dès son premier siècle d’existence.

  • 2 Felipe Guamán POMA DE AYALA, Nueva corónica y buen gobierno (1615), f° 1071-1072 [1081-1082]. Versi (...)

3Ainsi, dès 1615, soit un siècle à peine après la découverte de l’estuaire du Plata par Juan Díaz de Solís et deux ans avant que la province du Río de la Plata ne soit divisée en deux, Felipe Guamán Poma de Ayala représentait le Paraguay sous forme d’île et en faisait la description suivante : « La dicha ciudad de Paraguay tiene su obispado y no tiene juridición. Y es tierra en medio de la mar hacia e[l] norte »2.

4S’il va de soi que Poma de Ayala confond ici la ville d’Asunción, effectivement siège d’évêché, avec l’ensemble de la province du Paraguay, au territoire certes limité, mais dont la juridiction comprenait tout de même les villes de Ciudad Real, Villa Rica et Santiago de Jerez, dans le Guairá ; si nous savons également que l’« insularité » du Paraguay est en réalité métaphorique et que les seules « mers » qui l’entourent sont la forêt amazonienne et les marécages du Chaco, il n’en reste pas moins vrai que la province est perçue, dès le début du XVIIe siècle, comme une région pauvre et isolée du reste de l’Empire des Indes occidentales…

Carte n° 1 : Les démembrements de la province du Río de la Plata à l’époque coloniale

Carte n° 1 : Les démembrements de la province du Río de la Plata à l’époque coloniale

Carte réalisée par Anka KAPITANIAK pour le compte de l’auteure.

  • 3 Voir note 1.

5Ainsi, deux questions se posent à nous : pourquoi Pedro de Mendoza se vit-il confier, en 1534, une province aussi démesurée ? Que s’est-il passé entre 1534 et 1617 pour que la « Province Géante » des Indes Occidentales devienne en moins d’un siècle une « petite province méditerranéenne », pour reprendre une autre expression de Justo Prieto3 ?

6Notre propos sera donc ici, à travers l’étude des différents documents officiels (capitulations, cédules royales, provisions…) définissant non seulement les territoires du Río de la Plata et du Paraguay, mais aussi d’autres provinces limitrophes, de tenter de comprendre les raisons pour lesquelles les autorités métropolitaines et coloniales n’ont cessé d’écrire et de réécrire les frontières paraguayennes. Dans un premier temps, nous verrons que l’immense juridiction accordée à Pedro de Mendoza était tout autant liée à l’importance des richesses qu’on espérait y trouver qu’aux velléités portugaises dans la région. Nous aborderons ensuite les amputations successives subies par la province entre 1548 et 1617, en montrant que celles-ci répondaient au besoin d’adapter les textes aux réalités du terrain tout en servant les intérêts politiques et économiques de la Couronne. Ainsi, nous verrons pour terminer comment le rôle du Paraguay se limita rapidement à servir de bouclier contre les incursions indigènes et surtout portugaises en provenance du Brésil…

La « Province Géante » des Indes Occidentales

  • 4 Paola DOMINGO, « Serra da Prata », in : Zilá BERND (dir.), Dicionário de Figuras e Mitos Literários (...)
  • 5 Hipólito SÁNCHEZ QUELL, Estructura y función del Paraguay colonial, Asunción : Comuneros, 1995, p.  (...)
  • 6 Rolando A. LAGUARDA TRÍAS, El predescubrimiento del Río de la Plata por la expedición portuguesa de (...)

7L’histoire de la conquête du Río de la Plata et du Paraguay est directement liée au mythe de la Sierra de la Plata4 et du Roi Blanc5, dont l’écho avait commencé à circuler en Europe dès les années 1514-1515, après le retour de l’expédition de Nuño Manuel et Cristóbal de Haro le long des côtes brésiliennes6.

8En 1516, l’expédition de Juan Díaz de Solís, partie découvrir un passage vers le Pacifique, explora l’estuaire d’un fleuve qui allait brièvement prendre le nom de son capitaine et qui, disait-on, permettait d’accéder facilement à une « montagne dont coule de l’argent » (Potojchí en langue quechua)…

  • 7 « Instrucciones a Juan de Sandoval y Gonzalo Hernández », in : José Toribio MEDINA, Los viajes de D (...)

9En 1526, une expédition fut organisée afin d’en savoir plus sur ce que l’on commençait déjà à nommer « río de la Plata », comme nous pouvons le lire dans les instructions remises aux contadores de l’expédition, Juan de Sandoval et Gonzalo Hernández7. Celle-ci fut confiée au pilote Diego García de Moguer, qui quitta La Corogne en 1527.

10Une fois arrivé dans le « río de Solís », García eut la surprise d’y retrouver Sébastien Cabot, qui avait quitté l’Espagne en 1526 en étant censé se rendre aux Moluques. Toutefois, les renseignements qu’il avait recueillis en chemin sur la « Montagne d’Argent », par le biais d’Indigènes de Pernambouc et d’anciens compagnons de Solís retrouvés sur l’île de Santa Catalina,l’avaient poussé à désobéir au roi et à entreprendre « clandestinement » la découverte du río de la Plata et de ses confluents, où il avait été rejoint par García.

11Après avoir mené séparément leurs explorations, les deux hommes décidèrent d’unir leurs efforts et d’envoyer en Espagne deux émissaires, Fernando Calderón et Roger Barlow(un des armateurs de l’expédition de Cabot), afin de demander des secours à Charles V. En l’absence de nouvelles de ces derniers et face à l’hostilité des autochtones, Cabot et García décidèrent finalement de rentrer en Espagne, où ils arrivèrent, chacun de son côté, dans le courant de l’été 1530.

Carte n° 2 : Les expéditions de Juan Díaz de Solís, Sébastien Cabot et Diego García

Carte n° 2 : Les expéditions de Juan Díaz de Solís, Sébastien Cabot et Diego García

Carte réalisée par Anka KAPITANIAK pour le compte de l’auteure.

  • 8 « Capitulación otorgada a Francisco Pizarro… (1529) », in : Milagros del VAS MINGO, Las capitulacio (...)

12Entre temps, Francisco Pizarro, dont l’expédition de 1526-1527 avait elle aussi rapporté l’écho d’une province infiniment riche gouvernée par un « Roi Blanc » et située près de la côte de la « Mer du Sud », s’était vu confier, le 26 juillet 1529, le commandement de la conquête du Pérou8.

13Le retour en Europe de Barlow, Calderón, Cabot et García marque quant à lui le début d’une véritable course « contre la montre » entre les Couronnes espagnole et portugaise dans la quête du chemin menant à la « Montagne d’Argent ». Du point de vue théorique, celle-ci se trouvait en territoire espagnol et était accessible par le río de la Plata, situé a priori à l’ouest de la Ligne de Tordesillas et dont la découverte avait officiellement été attribuée à des expéditions espagnoles. Or, non seulement le tracé de la ligne de démarcation était sujet à controverse, comme le montrent les cartes n°3 et 4, mais quel que fût ce tracé, la région de l’estuaire se trouvait à proximité des feitorias brésiliennes et donc à portée de main des Portugais…

Carte n° 3 « The early Tordesillas lines », par Henry Harrisse (1897)

Carte n° 3 « The early Tordesillas lines », par Henry Harrisse (1897)

Henry HARRISSE, The Diplomatic History of America. Its first chapter 1492-1493-1494, Londres : B.F. Stevens, 1897. Disponible en ligne sur <http://en.wikipedia.org/​wiki/​File: Early_Tordesillas_lines.jpg> (consulté le 15 juillet 2012).

  • 9 On remarquera que l’auteur de cette carte, conservée à Lisbonne (Biblioteca da Ajuda) situe l’embou (...)

Carte n°4 : Les « capitanías » portugaises du Brésil, par Luis Teixeira (1574)9

Carte n°4 : Les « capitanías » portugaises du Brésil, par Luis Teixeira (1574)9

Disponible en ligne sur <http://en.wikipedia.org/​wiki/​File:Capitanias.jpg> (consulté le 15 juillet 2012),

  • 10 Analola BORGES, « El Tratado de Tordesillas y la Conquista del Río de la Plata », tiré à part de Pr (...)

14Conscient des menaces qui pesaient sur le « río de Solís », Charles V avait souhaité, dès le retour de Barlow et Calderón, envoyer – et même financer – une expédition de secours à Cabot et García. Pour cela, le Roi demanda à Lope de Hurtado, son ambassadeur à Lisbonne, de contacter Enrique Montes et Pedro del Campo, deux anciens compagnons de Solís, ainsi que Gonzalo de Acosta, pilote portugais résidant à Séville, afin de leur proposer de prendre part à l’expédition10. De même, en 1532, le Conseil des Indes ordonna de retrouver certains Indiens du Brésil qui vivaient en Espagne afin de les utiliser comme guides et interprètes… Hélas, la lenteur des armateurs espagnols, les absences répétées de l’Empereur, liées aux tensions que ce dernier devait affronter en Europe (Angleterre, France puis Italie) et surtout le manque de marins et pilotes espagnols expérimentés firent que la flotte ne quitta jamais le port de Séville, comme le montre cette citation de Pedro de Lozano :

  • 11 Pedro LOZANO, Historia de la conquista del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán (éd. Andrés LAMAS), (...)

Mandó el Emperador que, á sus espensas, se despachase socorro á Gaboto, y se hubiera ejecutado con brevedad aquella órden, segun el afecto con que queria se fomentase dicha empresa, sino lo embarazaran otras gravísimas dependencias de la monarquía, que aquel año se vió combatida con la alianza de Francia é Inglaterra11.

  • 12 BORGES, op. cit.

15Or, tandis que l’Espagne peinait à organiser une expédition vers le río de la Plata, le roi Jean III du Portugal confiait à Martim Afonso de Souza et à son frère Pêro Lopes une expédition dont le but officiel était de mieux organiser les feitorias brésiliennes, délaissées jusque-là au profit des possessions asiatiques, mais qui devait également explorer en secret le río de Solís et ses confluents. Partie en 1531, l’expédition renonça finalement à sa mission clandestine en raison notamment des attaques indigènes et des fièvres qui avaient considérablement affaibli l’équipage12.

16En janvier 1534, le retour en Espagne d’Hernando Pizarro, chargé de l’impressionnante rançon d’Atahualpa, confirma l’existence d’un royaume immensément riche et de montagnes dont coulait visiblement beaucoup d’argent. Il signifia surtout un « coup d’accélérateur » dans la course luso-espagnole vers le río de la Plata, considéré alors comme l’un des plus courts chemins menant à la Sierra éponyme…

17Dès le 21 mai 1534, une capitulation fut signée avec don Pedro de Mendoza, gentilhomme de la maison royale s’étant illustré lors du Sac de Rome en 1527, qui se retrouva à la tête de la plus grande province jamais créée jusque-là aux Indes Occidentales (cf. carte n°1) :

  • 13 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza… (1534) », Archivo General de Indias (dorénavant A.G.I.) (...)

Vos doy liçencia y facultad para que […] podais entrar por el dicho rrío de Solís, que llaman de la Plata, hasta la mar del Sur donde tengais doçientas leguas de luengo de costa de gobernaçión, que comiençe desde donde se acava la gobernaçión que tenemos encomendada al Mariscal don Diego de Almagro hazia el estrecho de Magallanes13.

  • 14 « Capitulación otorgada a Diego de Almagro… (1534) », in : VAS MINGO, op. cit., p. 300-305.
  • 15 « Capitulación otorgada a Simón de Alcazaba… (1534) », op. cit., p. 285-289.

18On pourrait penser que l’intérêt d’une province aussi vaste (aucune limite n’avait été définie en ce qui concerne le nord du territoire) était de s’assurer que la Sierra de la Plata se retrouve bien sous la juridiction de Mendoza… Ce serait oublier d’une part que Pizarro semblait déjà être arrivé à proximité de ce qui semblait bien être la fameuse montagne ; d’autre part que deux autres capitulations concernant l’Amérique méridionale furent signées le même jour que celle de Mendoza : la première nommait Diego de Almagro Gouverneur d’un territoire limitrophe de celui de Pizarro14 ; la seconde faisait de Simón de Alcazaba le Gouverneur de deux cents lieues de terres sur la côte pacifique, situées entre le détroit de Magellan et les territoires confiés à Mendoza15.

19Ces trois capitulations sont donc liées les unes aux autres (et se font référence mutuellement) et couvrent l’ensemble de l’Amérique méridionale (à l’exception de la Terre Ferme et de la Costa de Paria, déjà conquises et colonisées). Elles semblent par ailleurs avoir des objectifs similaires : garantir la conquête de la « Montagne d’Argent »aux Espagnols, mais pas forcément à Mendoza, qui n’a pas plus de probabilités que Pizarro ou Almagro de découvrir la Sierra de la Plata, dont on sait désormais qu’elle se situe entre le Paraná et les territoires découverts ou conquis le long du Pacifique depuis 1532, tout en en protégeant l’accès, à la fois par l’est (Brésil) et par l’ouest (côte pacifique).

  • 16 « R. C. del 3 de mayo de 1535 », in : José Toribio MEDINA, op. cit., p. 157-158 ; « Carta del embaj (...)
  • 17 Juan GIL, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid : Alianza Editorial, 1989, 3, p. 203.
  • 18 « Capitulación otorgada a Diego de Ordás… (1530) », « Capitulación otorgada a Pedro de Heredia… (15 (...)

20L’expédition de Mendoza semble donc avoir été conçue autant pour empêcher les Portugais d’avancer vers l’ouest, et donc vers la Sierra de la Plata, que pour découvrir cette dernière… En effet, la correspondance entre la Couronne espagnole et Luis Sarmiento, son nouvel ambassadeur à Lisbonne16, montre que, dès la fin de l’année 1534, les autorités portugaises avaient à nouveau dépêché une expédition à destination du Brésil et du río de la Plata et qu’elles étaient en train d’en préparer une deuxième, qui devait chercher à atteindre la Sierra de la Plata par le río Marañón17. Il fallait donc barrer tous les chemins pouvant mener à la « Montagne d’Argent » depuis les côtes brésiliennes, ce qui explique l’étendue des territoires confiés à Mendoza vers le Nord, qui devait uniquement (et implicitement) respecter les territoires déjà colonisés de la côte caraïbe et ceux qui avaient été confiés à Diego de Ordás et Pedro de Heredia dans des capitulations signées respectivement en 1530 et 153218 (cf. carte n°1).

21Pourquoi dans ce cas, confier à Mendoza deux cents lieues de terre sur la côte pacifique ? Deux hypothèses semblent envisageables en l’état actuel des connaissances sur le sujet, la première n’excluant pas forcément la seconde :

    • 19 « Capitulación otorgada a Pero Sancho de Hoz… (1539) », in : VAS MINGO, op. cit., p. 351-352.

    d’une part, il fallait protéger les territoires confiés à Pizarro et Almagro, dont on était sûrs qu’ils étaient riches, d’éventuelles attaques en provenance du Pacifique sud. La capitulation accordée à Simón de Alcazaba, qui renouvelait en fait une capitulation du 26 juillet 1529 (date de la capitulation de Pizarro) semble confirmer cette hypothèse. De même, l’objectif des capitulations accordées à Francisco Alonso Camargo et à Pero Sancho de Hoz le 24 janvier 1539 ne semblent avoir eu d’autre objectif que de parachever le contrôle du passage vers la Mer du Sud et donc de protéger l’accès aux provinces andines19

  • d’autre part, il fallait que la capitulation de Mendoza soit assez alléchante pour attirer un nombre suffisant de volontaires. Consciente que pour protéger, il faut peupler, la Couronne prévoyait l’envoi de 1 000 hommes dans la région, alors que les capitulations de Pizarro et Almagro n’en prévoyaient respectivement que 500 et 250…

22Cette opération de « communication », qui reposait également sur la réputation militaire de don Pedro de Mendoza (sinon comment expliquer le fait que la Couronne ait confié une expédition aussi importante à un homme atteint de syphilis ?), semble avoir fonctionné puisqu’en 1535, entre 1 200 et 2 000 volontaires s’embarquèrent à bord de ses navires, parmi lesquels de nombreux mercenaires étrangers, dont certains avaient côtoyé l’Adelantado lors du Sac de Rome.

Un bouclier contre les pressions portugaises

23Une lecture attentive des capitulations et des instructions adressées à Álvar Núñez Cabeza de Vaca et Juan de Sanabria, respectivement 2e et 3eAdelantado du Río de la Plata, semble confirmer le fait que les autorités aient très vite perçu cette province davantage comme un rempart contre les pressions portugaises que comme un véritable point de départ vers la Sierra de la Plata.

  • 20 « Capitulación otorgada a Álvar Núñez Cabeza de Vaca… (1540) », in : VAS MINGO, op. cit, p. 362-366

24Dans la capitulation accordée à Álvar Núñez Cabeza de Vaca, le 18 mars 154020, on peut lire que ce dernier était certes autorisé à poursuivre les découvertes entreprises par son prédécesseur, mais qu’il devait avant tout porter secours aux premiers conquistadores de la province et assurer la défense du territoire en l’occupant, notamment aux environs de la ligne de démarcation, ce qui explique l’ajout de l’île de Santa Catalina aux territoires précédemment confiés à Mendoza. Par ailleurs, la décision du 2eAdelantado de gagner Asunción non seulement par voie fluviale, comme l’avaient fait les hommes de Mendoza, mais également par voie terrestre (cf. carte n°5) souligne la volonté de prendre possession de territoires fortement menacés par les incursions portugaises. Enfin, une cédule datée du 23 juin 1540 montre que la Couronne était prête à tout pour peupler (et donc protéger) la province, puisqu’elle autorisa Álvar Núñez à recruter des couples de Portugais souhaitant s’installer dans la région :

  • 21 « R. C. a Álvar Núñez Cabeza de Vaca… (23-06-1540)  », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fo (...)

Nuestros ofiçiales que rresidis en la cibdad de Seuilla en la casa de la contrataçion de las Yndias por parte de Albar Nuñez Cabeça de Vaca me ha sido hecho rrelaçion que algunos portugueses casados visto como el va a la prouinçia del Rio de la Plata han determinado de yrse con el a bibir e permanesçer en ella e me supplico vos mandase que libremente les dexasedes pasar sin que en ello les pusiesedes ympedimento alguno o como la mi merced fuese e yo touelo por bien por ende y vos mando que a los portugueses casados que quisieren yr a la dicha provinçia del Rio de la Plata llevando consigo sus mugeres los dexeis y consyntais pasar syn que en ello le pongais ni consyntais poner enbargo ny ympedimyento alguno21.

Carte n° 5 Expéditions de Pedro de Mendoza et Álvar Núñez Cabeza de Vaca

Carte n° 5 Expéditions de Pedro de Mendoza et Álvar Núñez Cabeza de Vaca

Carte réalisée par Anka KAPITANIAK pour le compte de l’auteure.

25En 1547, lorsque Juan de Sanabria reçut sa capitulation, la situation avait bien changé dans le Río de la Plata. D’une part, l’estuaire avait été dépeuplé en 1541 et l’ensemble des conquistadores de la province s’étaient réfugiés à Asunción, faisant du Paraguay le principal centre habité de la province. D’autre part, la « Montagne d’Argent », alias le Potosí, avait été découverte, en 1545, par des Espagnols venus du Pérou, qui avaient d’ailleurs commencé à empiéter sur des territoires dépendant théoriquement du Río de la Plata… C’est le cas, par exemple, de Pedro de Valdivia, qui, en 1541, avait fondé la province de la Nouvelle Estrémadure sur des terres qui avaient en principe été attribuées à Mendoza. La capitulation de Sanabria prévoyait d’ailleurs que sa juridiction n’empiète pas vers l’ouest sur des territoires déjà conquis par d’autres Espagnols, sauf si ceux-ci étaient des conquistadores venus du Paraguay, auquel cas ils devaient se soumettre au troisième Adelantado.

26Ainsi, sans modifier officiellement les limites de la province du Río de la Plata, la Couronne n’en appliquait pas moins la politique de l’uti posidetis uris, qui veut que la terre appartienne à celui qui l’occupe et non à celui qui en détient les titres théoriques. Il est intéressant de remarquer ici que dans les litiges territoriaux qui opposaient l’Espagne et le Portugal au Nouveau Monde, c’étaient en général les Portugais qui défendaient ce principe, les Espagnols ayant toujours cherché à fonder leurs droits sur des documents légaux. Il est vrai que, dans le cas de la capitulation de Sanabria, ses prédécesseurs avaient soit trouvé la mort (Mendoza) soit été destitué (Cabeza de Vaca). Mais dans ce cas, pourquoi ne pas réduire explicitement l’étendue vers l’Ouest de la province ? Nous ne saurions répondre ici de façon catégorique à cette question, mais peut-être la Couronne souhaitait-elle attendre que les troubles qui affectaient le Pérou dans les années 1540 fussent apaisés avant de reconnaître officiellement telle ou telle juridiction…

  • 22 « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria… (1547) » in : VAS MINGO, ibid., p. 380-385 ; « R. C. a (...)

27Quoi qu’il en soit, si la capitulation de Sanabria reste vague en ce qui concerne l’ouest de la province, elle est bien plus explicite pour ce qui est de sa façade atlantique et insiste sur la nécessité de consolider la colonie en peuplant de façon prioritaire les régions proches des territoires brésiliens, notamment le port de San Francisco, face à l’île de Santa Catalina, et la région de l’estuaire. Pour cela, Sanabria devait emmener avec lui, outre les semences nécessaires au développement de l’agriculture et à la subsistance des colons, plusieurs dizaines de couples mariés, ainsi qu’une vingtaine de jeunes filles nubiles, dans le but d’assurer le peuplement (et donc la défense) de la province22. En effet, l’intérêt des autorités lusitaniennes pour le Río de la Plata était loin d’avoir diminué et les colons portugais du Brésil semblaient s’approcher chaque jour un peu plus de l’estuaire, mettant en péril les territoires espagnols et donc les fleuves menant au Potosí, comme le montre cette cédule adressée à Sanabria le 29 décembre 1547 :

  • 23 « R. C. a Juan de Sanabria… (29-12-1547) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fol. 218 r° ( (...)

Por lo que he sido ynformado que el serenisimo rrey de Portugal enbio nauios e gente a la costa del Brasil a castigar çiertos yndios e gente que se le a rreuelado y a rreparar aquello para que no se haga mas daño y como terneys entendido aquello del Brasil esta cerca del Rio de la Plata e podria ser que la gente que ansi enbia el dicho serenisimo rrey llegando antes que uos quisiesen hazer alguna preuençion y para scusar esto conuiene tanbien tanbien (sic) la breuedad de vuesta yda23.

28Nous le voyons, la principale fonction des provinces du Río de la Plata et du Paraguay se limitait désormais à protéger l’estuaire, et donc l’accès aux régions minières des Andes par l’est, des velléités portugaises. C’est pourquoi la province devait impérativement être peuplée et consolidée. En revanche, afin de mieux répartir la population coloniale dans l’ouest de l’Amérique méridionale, et donc d’asseoir plus uniformément l’autorité des Espagnols dans la région, la Couronne n’allait pas tarder à ordonner que le vaste territoire initialement confié à Mendoza et Cabeza de Vaca fût divisé en plusieurs provinces et que les plus occidentales fussent intégrées à la vice-royauté du Pérou. Ainsi, afin d’assurer plus efficacement la défense des gisements argentifères des Andes, la province du Río de la Plata allait bientôt être officiellement démembrée et le déclin de celle qui fut la « Province Géante des Indes Occidentales » commencer…

Les démembrements d’origine péruvienne

29Le premier démembrement officiel de la province fut l’initiative du Vice-roi Pedro de la Gasca qui, en 1548, octroya à Pedro de Valdivia le titre de Gouverneur et Capitaine Général de la Nouvelle Estrémadure (Nuevo Extremo), en récompense des bons et loyaux services qu’il avait rendus à la Couronne :

  • 24 « Provisión de Pedro de La Gasca… (18-04-1548) », cité par Guillermo LAGOS CARMONA, Los títulos his (...)

Considerando la fidelidad que a las cosas del servicio de Su Majestad vos, el capitán Pedro de Valdivia, habéis tenido y tenéis y lo que continuamente en su real servicio habéis hecho, y lo mucho que en esta guerra que contra Gonzalo Pizarro y los de su rebelión se hecho y habéis servido, y lo que en el descubrimiento de Chile habéis trabajado y la noticia que de aquellas partes tenéis, por la presente os doy y asigno por gobernación desde Copiapó que está en veinte y siete grados de altura de la línea equinoccial a la parte sur, hasta cuarenta e uno de la dicha parte, procediendo norte sur derecho por meridiano, y de ancho entrando de la mar a la tierra oeste este cien leguas24.

30Le titre de Valdivia et les limites de la province qui, comme nous l’avons dit précédemment, avait été conquise en 1541 depuis le Pérou, furent approuvés par Charles V en 1552, illustrant ainsi l’« adaptabilité » des frontières administratives aux réalités du terrain et aux aléas des découvertes et conquêtes. En conglomérant la province du Chili et celle de Cuyo, la Nouvelle Estrémadure empiétait largement sur des territoires se situant initialement dans la juridiction du Río de la Plata (cf. carte n°1), au détriment des privilèges accordés aux premiers Adelantados de la province. Nous voyons donc comment, quand il fut avéré que la « Province Géante des Indes » n’allait jouer aucun rôle majeur dans la conquête et la colonisation des régions argentifères des Andes, les autorités métropolitaines et coloniales n’hésitèrent pas à dépouiller de leurs droits les conquistadores du Paraguay pour récompenser et s’assurer la fidélité de Valdivia dans une région où la guerre civile avait fait rage pendant de longues années.

  • 25 « Apuntamientos y noticias para la historia del descubrimiento de las Amazonas y El Dorado, para cu (...)

31Mais tandis que pizarristes, almagristes et loyalistes s’entre-déchiraient dans la vice-royauté du Pérou, les rumeurs concernant un autre territoire immensément riche avaient commencé à circuler au Paraguay. Nommé Candiré, Paitití ou encore El Dorado, cette fabuleuse contrée était censée se situer au nord de la province, dans la région du Haut-Paraguay… En 1553, le Gouverneur Domingo Martínez de Irala se lança à sa recherche depuis Asunción, mais l’expédition se solda par un cuisant échec et passa à la postérité sous le nom de « Mala Entrada ». En 1558, soit deux ans après la mort d’Irala, une nouvelle expédition fut confiée au capitaine Nufrio de Chaves, qui avait participé à la « Mala Entrada », afin de peupler le Haut-Paraguay et découvrir, si possible, les richesses du Candiré25… Après quelques mois de recherche, la moitié de ses hommes, épuisés par tant de quêtes inutiles et par la violence des autochtones, décida de rentrer à Asunción. Resté seul avec 45 hommes au cœur du territoire des Moxos, Chaves suspendit un temps ses recherches et fonda, le 1er août 1559, la ville de la Nueva Asunción, censée servir, à l’instar de sa « grande sœur » paraguayenne, « d’étape et de refuge » lors des expéditions de découverte dans la région. Or, le capitaine Andrés Manso, arrivé depuis le Pérou, revendiquait lui aussi la découverte de la région et voulut donc imposer son autorité à Chaves. Finalement, en 1560, le vice-roi Andrés Hurtado de Mendoza statua en faveur de Nufrio de Chaves en créant la province de Santa Cruz, indépendante de celle du Río de la Plata (cf. carte n°1). Pour augmenter le nombre de vecinos de la Nouvelle Asunción, Chaves retourna même au Paraguay et réussit à attirer à Santa Cruz près de la moitié des habitants d’Asunción, séduits par la perspective de s’enrichir enfin. Le Gouvernement de la nouvelle province fut confié à García Hurtado de Mendoza, fils du vice-roi, ce qui, une fois encore, illustre la façon dont les autorités pouvaient écrire et réécrire les limites des différentes provinces du Nouveau Monde en fonction de leurs propres intérêts. Le pouvoir de García Hurtado de Mendoza à Santa Cruz s’exerça en fin de compte à travers Nufrio de Chaves, puisque c’est ce dernier qui en assura le commandement jusqu’à sa mort, en 1568, sans qu’il parvînt toutefois à trouver la moindre trace du Candiré, Paitití ou El Dorado

L’isolement du Paraguay

  • 26 « Capitulación otorgada a Pedro Maraver de Silva… (1568) », « Capitulación otorgada a Diego Fernánd (...)
  • 27 « Capitulación otorgada a Juan Ortiz de Zárate… (1569) », in : VAS MINGO, ibid, p. 434-441.

32Malgré l’obstination d’Irala et de Chaves et les espoirs des anciens conquistadores du Río de la Plata, les autorités castillanes ne croyaient plus à la découverte de richesses depuis le Paraguay. Pour preuve : la quête de El Dorado fut désormais organisée depuis le Pérou ou la Terre Ferme, comme le montrent les capitulations accordées à Diego Hernández de Serpa ou Pedro Maraver de Silva le 15 mai 156826, à l’origine du troisième démembrement officiel de l’ancienne Province Géante des Indes. En effet, dans la capitulation accordée à Juan Ortiz de Zárate en 1569, il était stipulé que ce dernier devrait respecter les juridictions des capitaines Serpa et Silva, ce qui se traduisait, pour le Río de la Plata, par l’amputation du bassin amazonien du territoire du Río de la Plata (cf. carte n°1)27.

33Mais la capitulation du 4e (et dernier) Adelantado marqua un tournant bien plus décisif dans le devenir territorial de la province, celle-ci prévoyant la fondation de deux villes, l’une entre Asunción et La Plata (Haut-Pérou), l’autre dans l’estuaire. L’objectif était double : renforcer la présence espagnole entre la côte atlantique, occupée par les Portugais, et les gisements argentifères des Andes, afin d’en assurer la défense, et ouvrir une voie commerciale entre le Haut-Pérou et l’Espagne :

  • 28 Ibid.

Poblareis dos pueblos d’españoles, allende de los questán agora poblados, los quales hareis entre el distrito de la Çiudad de la Plata y de la Çiudad de L’Asunción, donde más convenga, y con la poblaçión d’españoles que conbenga según la disposición de la tierra para sus aprovechamientos y entretenimientos y para la neçesidad de su comerçio y contrataçión de una tierra a otra y para su defensa; y otro pueblo en la entrada del rrío en el puerto que llaman de San Gabriel o Buenos Aires28.

34Ainsi, si le Paraguay n’avait pas de richesses, la ville d’Asunción, de par sa situation géographique particulière, allait pouvoir devenir une étape commerciale importante entre l’estuaire et le Haut-Pérou, grâce à l’utilisation de l’important réseau fluvial navigable dont jouissait la province et qui permettait de contourner le Guairá, menacé par les incursions portugaises et les attaques indigènes. Le désenclavement d’Asunción (ou « l’ouverture de portes à la province », comme on disait alors) commença sans tarder (et sans attendre l’arrivée de l’Adelantado) : la ville de Santa Fe fut fondée en 1573 sur les rives du Paraná29, et l’estuaire fut repeuplé avec la deuxième fondation de Buenos Aires en 1580.

35Mais une décision prise en 1585 mit finalement Asunción à l’écart des échanges commerciaux avec le Haut-Pérou : pour des raisons que nous ignorons, le capitaine Alonso de Vera y Aragón décida de fonder une 3e ville, Concepción, non pas sur les rives du fleuve Pilcomayo, comme cela aurait semblé logique, mais sur celles du río Bermejo, parallèle au précédent mais situé un peu plus au sud… En 1588, la fondation de la ville de San Juan de Vera de las Siete Corrientes, à la confluence du Bermejo et du Paraná, consacrait de façon définitive la route commerciale entre l’estuaire et le Haut-Pérou, parachevant ainsi l’isolement du Paraguay… Tandis que Buenos Aires et les villes du sud de la province caressaient enfin l’espoir de s’enrichir, de façon indirecte, grâce aux richesses de la Sierra de la Plata, Asunción et ses voisines du Guairá entamèrent un lent repli sur elles-mêmes. Le rôle du Paraguay au sein des provinces espagnoles d’outre-mer se limita dès lors à servir de bouclier contre les attaques des indigènes et bandeirantes depuis le Brésil, comme le montre la cédule dictée par Philippe II le 16 décembre 1617, qui décréta la séparation des provinces « d’en haut » (Paraguay) de celles « d’en bas » (Río de la Plata) :

  • 30 « Real Cédula del 16 de diciembre de 1617 », in : Alejandro AUDIBERT, Los límites de la antigua pro (...)

Por cuanto, habiendo entendido que algunas de las ciudades de las Provincias del Rio de la Plata, se hallaban en gran peligro de ser destruidas por los Indios Guaycurús, Payagüaes, naciones que están rebeldes y aunadas y que hacen grandes daños, y que para remedio y reparo de esto convenía se dividiera aquel Gobierno que tiene más de quinientas leguas de distrito y en él ocho ciudades muy distantes, sin poderse socorrer las unas á las otras, particularmente las tres de ellas que son de la Provincia de Guayrá, las cuales jamás han podido ser visitadas de Gobernador ni Obispo, ni administrándose en ellas el sacramento de la Confirmación, consultándose mi parecer, he tenido por bien que el dicho Gobierno se divida en dos, que el uno sea del Río de la Plata, agregándole las ciudades de la Trinidad puerto de Santa María de Buenos Aires, la Ciudad de Santa Fe, la de Corrientes y la Ciudad de la Concepción del Río Bermejo; y el otro Gobierno se intitule de Guayrá, agregándole por cabeza de su Gobierno, la Ciudad de la Asunción del Paraguay y la de Villa Real, Villa Rica del Espíritu Santo y la Ciudad de Santiago de Jerez30.

36Cette décision de Philippe II écarta définitivement le Paraguay des circuits économiques et commerciaux de l’Amérique méridionale. Hormis son rôle défensif, la province ne représenta plus grand intérêt aux yeux de la Couronne, comme en témoigne le traité de San Ildefonso, signé en 1777, qui céda au Portugal plus de la moitié de son territoire (cf. carte n°1)…

37Nous le voyons, moins d’un siècle après sa création, l’ancienne « Province géante des Indes » avait déjà perdu plus de la moitié de son territoire initial. Ce qui est remarquable, c’est que ces pertes de territoires de furent pas le résultat de guerres civiles entre conquistadores ou colons, mais le fait de décisions royales qui ne cherchaient pas seulement à adapter les limites théoriques des provinces coloniales aux réalités du terrain, mais également à augmenter le pouvoir des uns au détriment des autres. Ainsi, capitulations, cédules et autres provisions écrivirent et réécrivirent sans cesse les frontières des différentes juridictions du Nouveau-Monde, les modifiant selon leur bon vouloir, non seulement en fonction des progrès de la Découverte et de la Conquête, mais également de l’évolution des intérêts économiques et politiques de la Couronne…

Haut de page

Bibliographie

AUDIBERT, Alejandro, Los límites de la antigua provincia del Paraguay, Buenos Aires : Imprenta La Económica, 1892.

BORGES, Analola, « El Tratado de Tordesillas y la Conquista del Río de la Plata », tiré à part de Primer Coloquio luso-español de Historia de Ultramar, Valladolid : 1973.

DOMINGO, Paola, Naissance d’une société métisse. Aspects socio-économiques du Paraguay de la Conquête à travers les dossiers testamentaires, Montpellier : Université Paul Valéry – Montpellier III, 2006.

LAGUARDA TRÍAS, Rolando A., El predescubrimiento del Río de la Plata por la expedición portuguesa de 1511-1512, Lisbonne : Junta de Investigações do Ultramar, 1973.

VAS MINGO, Milagros del, Las capitulaciones de Indias en el siglo XVI, Madrid : Instituto de Cooperación Iberoamericana, 1986.

Haut de page

Notes

1 Justo PRIETO, Paraguay, la provincia gigante de las Indias. Análisis espectral de una pequeña nación mediterránea, Asunción : Archivo del liberalismo, 1951 ; Enrique de GANDÍA, Crónica del magnífico Adelantado Don Pedro de Mendoza, Buenos Aires : Talleres Gráficos Argentinos L. J. Rosso, 1936.

2 Felipe Guamán POMA DE AYALA, Nueva corónica y buen gobierno (1615), f° 1071-1072 [1081-1082]. Version originale digitalisée disponible en ligne sur <http://www.kb.dk/permalink/2006/poma/1082/es/text/?open=id3090306> (consulté le 17 novembre 2011).

3 Voir note 1.

4 Paola DOMINGO, « Serra da Prata », in : Zilá BERND (dir.), Dicionário de Figuras e Mitos Literários das Américas, Porto Alegre : Tomo Editorial/UFRGS, 2007, p. 577-582.

5 Hipólito SÁNCHEZ QUELL, Estructura y función del Paraguay colonial, Asunción : Comuneros, 1995, p. 33.

6 Rolando A. LAGUARDA TRÍAS, El predescubrimiento del Río de la Plata por la expedición portuguesa de 1511-1512, Lisbonne : Junta de Investigações do Ultramar, 1973, p. 115-116.

7 « Instrucciones a Juan de Sandoval y Gonzalo Hernández », in : José Toribio MEDINA, Los viajes de Diego García de Moguer al Río de la Plata, Santiago du Chili : Imprenta Elzeviriana, 1908, p. 224 et 228.

8 « Capitulación otorgada a Francisco Pizarro… (1529) », in : Milagros del VAS MINGO, Las capitulaciones de Indias en el siglo XVI, Madrid : Instituto de Cooperación Iberoamericana, 1986, p. 259-265.

9 On remarquera que l’auteur de cette carte, conservée à Lisbonne (Biblioteca da Ajuda) situe l’embouchure du río de la Plata à l’est de la ligne de Tordesillas et par conséquent sous juridiction portugaise…

10 Analola BORGES, « El Tratado de Tordesillas y la Conquista del Río de la Plata », tiré à part de Primer coloquio luso-español de Historia de Ultramar, Valladolid : 1973.

11 Pedro LOZANO, Historia de la conquista del Paraguay, Río de la Plata y Tucumán (éd. Andrés LAMAS), Buenos Aires : Imprenta Popular (« Obras, documentos y noticias inéditas o poco conocidas para servir a la historia física política y literaria del río de la Plata »), 1873-74 (texte original de la fin du XVIIIe siècle), 3, p. 40.

12 BORGES, op. cit.

13 « Capitulación otorgada a Pedro de Mendoza… (1534) », Archivo General de Indias (dorénavant A.G.I.), Gobierno, Buenos Aires, 1, liv. 1, fol. 1r°- 6r°.

14 « Capitulación otorgada a Diego de Almagro… (1534) », in : VAS MINGO, op. cit., p. 300-305.

15 « Capitulación otorgada a Simón de Alcazaba… (1534) », op. cit., p. 285-289.

16 « R. C. del 3 de mayo de 1535 », in : José Toribio MEDINA, op. cit., p. 157-158 ; « Carta del embajador Luis de Sarmiento a la emperatriz (11-VII-1535) », in : BORGES, op. cit., p. 7.

17 Juan GIL, Mitos y utopías del Descubrimiento, Madrid : Alianza Editorial, 1989, 3, p. 203.

18 « Capitulación otorgada a Diego de Ordás… (1530) », « Capitulación otorgada a Pedro de Heredia… (1532) », in : VAS MINGO, op. cit, p. 270-273 et 274-277.

19 « Capitulación otorgada a Pero Sancho de Hoz… (1539) », in : VAS MINGO, op. cit., p. 351-352.

20 « Capitulación otorgada a Álvar Núñez Cabeza de Vaca… (1540) », in : VAS MINGO, op. cit, p. 362-366.

21 « R. C. a Álvar Núñez Cabeza de Vaca… (23-06-1540)  », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fol. 264 r°-v° (im. 305-306).

22 « Capitulación otorgada a Juan de Sanabria… (1547) » in : VAS MINGO, ibid., p. 380-385 ; « R. C. a Juan de Sanabria… (22-07-1547) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fol. 198 r°-198 v° (im. 411-412).

23 « R. C. a Juan de Sanabria… (29-12-1547) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fol. 218 r° (im. 451) ; « R. C. a Juan de Sanabria… (21-02-1548) », A.G.I., Gobierno, Buenos Aires 1, liv. 1, fol. 229 r°-229 v° (im. 473-474).

24 « Provisión de Pedro de La Gasca… (18-04-1548) », cité par Guillermo LAGOS CARMONA, Los títulos históricos. Historia de las fronteras de Chile, Santiago du Chili : Andrés Bello, 1985 (2e éd.), p. 232.

25 « Apuntamientos y noticias para la historia del descubrimiento de las Amazonas y El Dorado, para cuyo descubrimiento salió Nuflo de Chaves, de la ciudad de la Asunción (1560) », A.G.I., Patronato 29, R. 14 (1), fol. s 1 r° (im. 1).

26 « Capitulación otorgada a Pedro Maraver de Silva… (1568) », « Capitulación otorgada a Diego Fernández de Serpa… (1568) », in : VAS MINGO, ibid., p. 416-421 et 422-427.

27 « Capitulación otorgada a Juan Ortiz de Zárate… (1569) », in : VAS MINGO, ibid, p. 434-441.

28 Ibid.

29 Les actes officiels de la fondation de Santa Fe sont disponibles en ligne, sur <http://es.wikisource.org/wiki/Acta_de_la_fundaci%C3%B3n_de_Santa_Fe> (consulté le 15 juillet 2012).

30 « Real Cédula del 16 de diciembre de 1617 », in : Alejandro AUDIBERT, Los límites de la antigua provincia del Paraguay, Buenos Aires : Imprenta La Económica, 1892, p. 131-133.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Les démembrements de la province du Río de la Plata à l’époque coloniale
Crédits Carte réalisée par Anka KAPITANIAK pour le compte de l’auteure.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/21861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte n° 2 : Les expéditions de Juan Díaz de Solís, Sébastien Cabot et Diego García
Crédits Carte réalisée par Anka KAPITANIAK pour le compte de l’auteure.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/21861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Carte n° 3 « The early Tordesillas lines », par Henry Harrisse (1897)
Crédits Henry HARRISSE, The Diplomatic History of America. Its first chapter 1492-1493-1494, Londres : B.F. Stevens, 1897. Disponible en ligne sur <http://en.wikipedia.org/​wiki/​File: Early_Tordesillas_lines.jpg> (consulté le 15 juillet 2012).
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/21861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Carte n°4 : Les « capitanías » portugaises du Brésil, par Luis Teixeira (1574)9
Crédits Disponible en ligne sur <http://en.wikipedia.org/​wiki/​File:Capitanias.jpg> (consulté le 15 juillet 2012),
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/21861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Carte n° 5 Expéditions de Pedro de Mendoza et Álvar Núñez Cabeza de Vaca
Crédits Carte réalisée par Anka KAPITANIAK pour le compte de l’auteure.
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/21861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Domingo, « De la « Provincia Gigante de Indias » à la « Tierra en Medio de la Mar » : l'espace paraguayen aux XVIe et XVIIe siècles (1534-1617) », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21861 ; DOI : 10.4000/e-spania.21861

Haut de page

Auteur

Paola Domingo

Université Paul Valéry – Montpellier III, LLACS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org