Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

Saudade da Índia et crise de l’union hispano-portugaise dans El Itinerario de las Misiones Orientales de Frei Sebastião Manrique

Hugues Didier

Résumés

De 1629 à 1643, l’augustin Sebastião Manrique parcourt le Bengale et les lisières de la Birmanie, visite Macao et les Philippines, dans le vain espoir d’aller évangéliser les Japonais, puis, passant par Java, se rend au Bengale et revient en Europe après avoir traversé le nord de l’Inde, l’Iran et le Moyen-Orient. Il tire de son long voyage El itinerario de las Misiones Orientales [Rome, 1653] ouvrage écrit en un castillan lusitanisé et parsemé de mots hindis. Manifestant une grande admiration pour les Moghols, il suggère que le contrôle de l’Asie du sud aurait dû être la priorité de la monarchie ibérique unie (1580-1640). Mais les Castillans ont été incapables de tirer profit de la compétence des Portugais en matière orientale. Ils ne les ont guère aidés contre leurs ennemis en Asie. Sa Saudade da Índia est donc une lamentation sur un immense empire ibérique avorté.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le texte cité ici est celui de 1653, fidèlement reproduit par Luís SILVEIRA dans son édition de 194 (...)
  • 2 Ibid., 2, p. 102-103-104.
  • 3 Ibid., 2, p. 105.
  • 4 Ibid., 2, p. 105-106.
  • 5 Ibid., 2, p. 112
  • 6 Ibid., 2, p. 118
  • 7 Ibid., 2, p. 119.
  • 8 Gonoi TAKASHI, « Kirishitan : les chemins qui mènent au martyre. Pour une histoire des martyrs chré (...)
  • 9 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 132-146.
  • 10 Ibid., 2, p. 160-161.
  • 11 Ibid., 2, p. 166.
  • 12 Ibid., 2, p. 167.
  • 13 Voir Hugues DIDIER, « Entre el disfraz y el martirio : los viajeros jesuitas en el Asia musulmana ( (...)
  • 14 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 177-189.
  • 15 Ibid., 2, p. 189-207.
  • 16 Ibid., 2, p. 220.
  • 17 Ibid., 2, p. 236.
  • 18 Ibid., 2, p. 271.

1L’ouvrage de Sebastião Manrique, El itinerario de las Misiones Orientales, fut publié à Rome en 16531, alors qu’au terme d’un long séjour en Asie, son auteur avait été promu procurateur et définiteur général de la province augustinienne de Portugal. Selon les lieux, l’Asie y est décrite tantôt de manière très détaillée, tantôt de manière plus qu’elliptique. Ces distorsions spatiales reflètent probablement les préférences de l’auteur. Résumons rapidement le chemin parcouru : le 8 mai 1628, Manrique s’embarque à Cochin pour le Bengale. Il se rend dans la cité ou base portugaise d’Hugli. Il en repart le 11 septembre 1629 pour l’Arracanie, territoire limitrophe, aujourd’hui, du Bangladesh et de Birmanie. Il connaît bien des aventures dans les jungles arracaniennes. Puis, parti de l’Orissa le 25 février 1636, il arrive à Goa. Il souhaite retourner au Bengale, mais ce projet s’avère irréalisable. Il manifeste alors le désir de participer à l’évangélisation du Japon. Le 27 avril 1637, il s’embarque pour Malacca, dans ce but. La région des Détroits est infestée par les pirates hollandais. Il voyage en pleine mousson, ce qui est très risqué2. Au cours de ce périple, on lui signifie qu’il devra attendre pour se rendre dans l’Empire du Soleil Levant. Arrivé à Malacca le 11 juin 1637, il hésite : aller à Macassar? Passer en Cochinchine? Minces sont les possibilités de se rendre à Manille, ainsi qu’il le désire. Malgré les risques de la saison des moussons3, il s’embarque le 15 août pour les Philippines, sur un petit navire menacé de prendre l’eau, puis essuie une attaque hollandaise4. Après bien des vicissitudes il parvient au « tan deseado puerto de Cabite »(5 septembre 1637)5… À Manille, il a la surprise de voir la ville espagnole grouillante de Portugais6. On lui redit que, dans les circonstances présentes, il lui est impossible d’aller au Japon7 : les persécutions anti-chrétiennes ont pris une ampleur particulière au cours de la révolte de Shimabara [1637-1638]8. Il faut encore attendre. Et il attendra quatorze mois, sans apparemment trouver à Manille l’occasion d’y apprendre véritablement le castillan, à en juger sur la bizarrerie linguistique de l’Itinerario. Départ de Cavite le 13 octobre 1638. Tempête et arrivée en catastrophe sur les rivages de la Chine, sur l’île de Sanchuan, là où mourut saint François Xavier en 1552, puis débarquement à Macao. Là, autant qu’à Manille, le Japon, fermé par la persécution, est hors d’atteinte. Il rejoint alors la mission de Cochinchine, ne s’y adapte pas, retourne à Macao en 16399. Comme la situation ne s’est toujours pas améliorée au Japon, il décide de revenir en Europe. Il quitte Macao le 29 janvier 1640 pour Macassar. On sent la fin d’une époque, celle où le Portugal régnait sur les eaux asiatiques. Trois nations du nord les ont envahies : la Hollande, le Danemark et l’Angleterre. Alors que les Portugais entretiennent des relations détestables avec les Hollandais, ils en ont de civiles et parfois même d’amicales avec les Danois et avec les Anglais. Il repart de Macassar à bord d’un navire danois le 19 avril 1640 pour Bentan sur l’île de Java10. Le navire scandinave échappe de justesse aux pataches hollandaises de surveillance et cingle vers Ceylan. Une erreur de navigation le conduit dans le golfe du Bengale, en un lieu où les Anglais sont déjà solidement implantés. Manrique demande aux Danois de le débarquer. Bien lui en a pris, car leur navire allait faire naufrage peu après11. Le capitaine anglais qui l’accueille, se conduit en vrai gentleman : les vieilles affinités luso-anglaises scellées lors du traité de Windsor en 1386 sont prêtes à se réveiller, à un moment où, peut-être, même en Asie, on sent chanceler l’union des Couronnes ibériques. Ayant renoncé à rejoindre Goa, il opte pour un itinéraire terrestre jusqu’en Méditerranée orientale : Nord de l’Inde, Pakistan, Afghanistan, Iran, Irak, Syrie. Le départ de ce long périple est donné le 4 août 1640. Pour voyager plus aisément, il s’habille à la moghole, c’est-à-dire qu’il se déguise en fidèle de l’islam12. Qu’un moine augustin revête des habits musulmans n’est pas une originalité. Les jésuites l’ont souvent fait en Asie au XVIIe siècle13. Le début du parcours sera naval, en remontant le Gange. Il sera fâcheusement troublé, d’abord par une dénonciation, ce qui lui vaut de passer quelques jours en prison, puis par une violente fièvre qui, lui faisant redouter une mort imminente, le force à redescendre le Gange jusqu’à Dacca où il pourra trouver un prêtre pour se confesser ou recevoir les derniers sacrements14. Une fois guéri, il repart sur le Gange dans le but d’atteindre Patna15. Le parcours Patna-Agra se fait en char à bœufs. Manrique est éperdu d’admiration pour la bonne organisation de l’Empire Moghol, pour l’excellence des routes et des caravansérails. Il passe la nuit de Noël 1640 chez les jésuites d’Agra, puis visite, toujours admiratif, la ville de Fatehpur Sikri que le roi Akbar (1542-1605) avait fait construire16. Puis c’est Delhi17, Lahore et Multan, deux importantes villes du Pendjab. À Multan, le choquidar, – l’officier des douanes –, lui barre la route en lui imposant des taxes qu’il n’est pas en état de payer. Il retourne à Lahore. Puis il navigue sur l’Indus, fait un long détour par le Rajasthan et visite Jaisalmer18. Il se remet en habit moghol et décide de se livrer à des activités marchandes qui lui permettront de se frayer un chemin :

Hecha esta diligencia, parecio a todos, que passando como Sogador, ò Mercader, seria mas factible el darme la passage franca, como a los demas mercaderes […]. No me parecio mala la traça…

  • 19 Ibid., 2, p. 290-291.
  • 20 Ibid., 2, p.  295-305.
  • 21 Ibid., 2, p.  385-389.
  • 22 Ibid., 2, p. 395.
  • 23 Ibid., 2, p. 397-398.
  • 24 Ibid., 2, p. 399-401.
  • 25 Ibid., 2, p. 405-412.
  • 26 Ibid., 2, p. 170-172.

2Il achète un troupeau de chameaux qu’il projette de revendre à Ispahan19. Le chemin choisi – Multan-Quetta-Kandahar – lui fait traverser l’Indus et pénétrer par le sud en Afghanistan. À Kandahar, il change de caravane20, puis quitte le territoire moghol pour entrer dans le royaume safavide de Perse. Il atteint Ispahan où les moines augustins possèdent un couvent, grâce aux faveurs de Shah Abbas21, allié épisodique de la monarchie hispano-portugaise contre l’Empire Ottoman. Il lui aura fallu cinquante-trois jours pour traverser la Perse et pour parvenir à Bagdad22. Après avoir visité les ruines de Babel/Babylone dédaigneusement qualifiées d’ « amontonados ladrillos », il trouve une caravane en partance pour la Syrie23. Après avoir traversé un abominable désert de sable, il parvient à Damas24. Là, des Juifs alépins le dénoncent auprès du pacha turc : comme tant de Portugais revenus de l’Inde par la voie de terre, Manrique est soupçonné de transporter des pierres précieuses non déclarées. Un Maronite charitable le cache pour le soustraire à la police ottomane. Puis l’affaire se dégonfle. De Damas, par Saïda, il rejoint Beyrouth. Là le Consul de France l’aide à s’embarquer pour Chypre. Ne trouvant pas à Chypre d’autre possibilité de passage vers l’ouest, il repart sur le bateau qui l’y a débarqué, grâce à l’amabilité de son capitaine provençal, au nom caractéristique de Charles Fougasse. Au terme d’une traversée de dix-neuf jours, il atteint Malte, où il séjourne. Le Capitaine Fougasse lui propose de le conduire à Marseille, car c’est encore là qu’il trouvera le plus de facilités pour se rendre ultérieurement à Rome. Mais il décline l’offre, passe en Sicile, puis de Sicile à Ostie25. Dans un chapitre où il évoque la sécurité de l’Inde moghole, il fait le récit de son arrivée le 1er juillet 1643 aux abords de la Ville éternelle : désastreux. Il se fait rançonner et maltraiter dans une auberge, trouvant donc « a las puertas de la santa Roma lo que no hallara, ni yo hallè, ni vi en muchas tierras de barbaras naciones Asiaticas »26.

  • 27 Ibid., 1, p. 282 : « En este intermedio de tiempo permitio la diuina disposicion, que Portugal acla (...)

3Sebastião Manrique n’ignorait pas ou ne voulait pas ignorer ce qui s’était passé à Lisbonne le 1er décembre 1640 quand il rédigea son ouvrage. Mais il choisit visiblement d’en parler le moins possible, une seule fois, incidemment, à propos des affaires de l’Arracanie27. Il eut vraisemblablement quelque pressentiment de la fin de l’Union Ibérique bien avant que ne se produisît la révolte de la Restauração. Un tel pressentiment expliquerait sa recherche d’un passage pour l’Europe à bord d’un navire anglais à Java, à la fin de l’hiver 1640 et sa fraternisation avec le capitaine d’une Factory anglaise du Bengale, après sa navigation à bord d’un navire danois, la même année. Quant à son parcours méditerranéen, c’est un pied de nez à la Maison d’Autriche : quand il se trouve à bord de la frégate du Capitaine Fougasse, nous sommes en pleine bataille de Rocroi (19 mai 1643).

  • 28 Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la civilisation indienne, Paris : Robert Laffont, 1987,p. 486.
  • 29 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 90.
  • 30 Ibid., 2, p. 112 et 132.
  • 31 Ibid., 2, p. 94-95.
  • 32 Ibid., 2, p. 120-122.

4Par ses silences et par ses ellipses plus que par ses paroles, Manrique confirme qu’un des sujets essentiels du malaise croissant des Portugais vis-à-vis de la monarchie unie ibérique est le sort du commerce dans l’espace extrême-oriental, entre le détroit de Malacca et le Japon, en Mer de Chine du sud et en Mer de Chine du nord, car Macao subissait de plus en plus l’attraction de Manille. Sans de néfastes événements survenus au Bengale, il n’y serait sans doute pas allé. Il s’agit de la destruction, en 1632, de la base portugaise d’Hugli par les Moghols28, située sur le bras plus large du Gange, à environ une trentaine de kilomètres en amont de l’actuelle Calcutta, ville qui sera quasiment fondée par la Compagnie anglaise des Indes Orientales en 1690. Depuis 1537, Hugli était en quelque sorte le Calcutta des Portugais. L’assaut moghol avait rendu pour Manrique sans objet l’ordre d’y retourner, reçu de ses supérieurs à Goa. Il est donc désormais libre de réaliser son désir d’évangéliser les Japonais. Mais le Japon est pour l’instant fermé aux missionnaires. Il consent alors à aller attendre à Manille sa réouverture, avec d’autres religieux29. L’Itinerario décrit avec minutie l’Arracanie, le Bengale et l’Empire Moghol, mais il parle bien peu des Philippines où il est resté du début septembre 1637 à la mi-octobre 163830. Il semble n’y avoir fréquenté qu’un milieu restreint de missionnaires qui rongeaient leurs freins aux portes closes du Japon, ou se trouvaient en partance pour d’autres champs apostoliques, tel ce franciscain venu comme lui de l’hémisphère portugais :« que passaua conmigo a Phelipinas, para dalli passar a Nueva España »31.La vie n’y est pas facile. Un sangley lui promet de l’introduire clandestinement au Japon. Il se heurte à l’hostilité du Gobernador, peu désireux de laisser des religieux partir à l’aventure, souhaitant peut-être les retenir pour évangéliser l’archipel espagnol. Il faut le supplier pour en obtenir le permis de se rendre à Macao32. Manrique se pose la question : les Castillans sont-ils bien chez eux en Extrême-Orient ? N’est-il pas absurde qu’ils y débarquent en venant du Mexique ? Et il ose le dire au Gobernador : pourquoi avoir fait un immense trajet, pour arriver jusqu’en Asie, pourquoi avoir évité les routes lusitaniennes :

  • 33 Ibid., 2, p. 122.

pues conforme las ordenes era forçado hazerle por caminos extraordinarios, por no passar por Mascate, Congo, Bassorà, y otras parages frequentadas por las armadas de la India33.

5Son cœur n’est pas à Manille. Il n’en dira que peu de choses. Mais il a tout de même deux raisons de parler un tout petit peu des Philippines,

  • 34 Ibid., 2, p. 125.

ansì por seren discubiertas por vn Portugues, qual fue aquel famoso Argonauta Hernando de Magallanes, […] como tambien porque los primeros Apostolos […], fueron religiosos de mi Orden…34.

  • 35 Ibid., 2, p. 75-76.

6Aux yeux de Manrique, les empiètements de la Couronne de Castille sur l’Asie portugaise ne sont pas aussi graves que l’incapacité de la double monarchie à contenir l’expansion moghole à l’intérieur du sous-continent indien, ainsi que l’ont montré le sort de Hugli ou les événements d’Arracanie dont il avait été le témoin, et surtout contre les Hollandais toujours plus nombreux, toujours plus forts sur les mers. L’Empire mondial ibérique est trop vaste et se sait de plus en plus indéfendable. Le roi néglige son domaine asiatique. Il serait même capable de l’abandonner à ces marins venus de la Mer du Nord. Que d’occasions manquées ! Il s’en était fallu de peu que, sur une île côtière du golfe du Bengale, les Portugais fussent priés par les Arracaniens de s’établir, afin de tenir en respect les Moghols toujours en expansion. Proposition dans le vide : « Estas cosas no tubieron efecto »35. L’Arracanie avait déjà été un précieux allié contre les redoutables Achés musulmans du nord de Sumatra, lors d’un siège de Malacca :

  • 36 Ibid., 1, p. 282.

En esta naual batalla se vbo el Mogo Principe tan valerosamente, que atracando con su nauio vna Galera enemiga, la quemò, quedando el animoso Principe atrauesado de vna lançada. Este, y otros seruicios tenia este pincipe hecho a la corona de Portugal: mas como esta estaba entonces en poder de los ministros de Castilla, y disponian las cosas della de manera que no llegauan a la noticia de los Señores Reyes Catolicos, sino lo que a ellos conueniam los dichos Señores Reyes poqua noticia deste Principe36.

  • 37 Ibid., 2, p. 282-283.

7C’eût été le début d’une grande et belle alliance.Mais on ne l’a pas compris en Espagne. Si le Royaume uni hispano-portugais ne veut pas s’engager vis-à-vis de cette monarchie asiatique, tout pourrait changer avec la proclamation de Dom João IV comme roi : le prince arracanien avait voulu se rendre à Lisbonne faire allégeance au nouveau souverain. Mais le vice-roi de Goa l’empêcha d’embarquer. C’est alors que les Augustins s’emparèrent de l’affaire, l’aidant à s’embarquer clandestinement et l’accueillant à l’arrivée dans leur couvent de Lisbonne. Mais il allait mourir pendant le voyage de retour37.

8Des perspectives excellentes s’ouvraient aussi au Pégou (sud de la Birmanie). Elles ont été négligées par la Maison d’Autriche. Pire encore, celle-ci a envisagé un moment de se débarrasser de l’Asie comme d’un fardeau :

  • 38 Ibid., 1, p. 190-191.

Con esto intento conseruan, y tienen oy aquellas aguas represadas; las quales fueran de poco effecto, si los Portugueses hubieran continuado la conquista de aquellos Reynos con los brios, y animo, con que començaron. Pero, como el Reyno de Portugal entrò en la Corona de Castilla, y esta siendo vna monarchia tan dilatada, no pudiendo acudir con las flotas, y socorros tan puntualmente; no solamente no pudieram aquellos Estados hazer mayores progressos, pero ni aun defenderse de tantos enemigos, ansi Asiaticos, como Europeos, que contra el se levantaron ; […] las pazes, o treguas, que en tiempo de Phelipe Tercero se effectuaron con los Olandeses, quedaron de fuera los Estados de la India Oriental: y despues en las Cortes, que se celebrò en Portugal el mismo Monarca el año de 1619, claramente se tratò de dexar los Estados de la India Oriental38.

9Sans l’énergique protestation du vice-roi Francisco da Gama, il n’y aurait plus d’Asie portugaise, à l’heure où Manrique rédige son ouvrage. Hélas :

  • 39 Ibid., 1, p. 192.

Pero despues entrando en la Monarchia la Magestad de Phelipe IV, y siendo sus ministros del mismo parecer, que los otros retardando los socorros, dieron lugar à que los ereges Olandeses se apoderassen de algunas plaças, y lugares importantes, con harto detrimento de aquellos Estados, assi espiritual, como temporal. Mas ay grandes esperanças, de que remedie, hauiendose Dios por su diuina misericordia recordado de aquel Respiciam, que en el campo de Ourique dixo, fortificando aquella tierna, y gloriosa planta de la Monarchia Lusitana…39.

10Ces grandes espérances sont évidemment postérieures au 1er décembre 1640.

  • 40 Ibid., 1, p. 165.
  • 41 Ibid., 1, p. 63.
  • 42 Ibid., 2, p. 210.
  • 43 Ibid., 1, p. 35.
  • 44 Ibid., 2, p. 307.
  • 45 Ibid., 2, p. 308.

11Ce n’est pas trop prêter à l’Itinerario à tout ce qui ne s’y exprime qu’en demi-teinte que d’en faire un manifeste anti-américain – et donc, implicitement anti espagnol –. Un manifeste anti-américain par le fait même qu’il dresse un tableau admiratif de l’Asie. Négliger le Japon et la Chine, et l’Inde surtout et avant tout, est l’erreur stratégique majeure dont la monarchie hispano-portugaise s’est rendue coupable. De ce point de vue, les pages consacrées à l’Empire Moghol sont particulièrement éclairantes. Pour Sebastião Manrique, cet immense État présente évidemment le défaut d’être musulman et son ouvrage n’est pas avare de phrases hostiles à l’islam, du type de : « su maldita secta Maometana »40 ou : « su torpe y falso Profeta Maomet »41. On croirait qu’à première vue, il n’y ait guère de bien à attendre des « Emperadores de la Mogolana Monarchia, como discipulos del peruerso y lascivo precursor del Anti-Christo… »42. Naturellement, « […] el gouierno del Mogol es tiranico, y violento »43. Leur État « […] cuyo Emperador es absoluto Señor de sus vasallos, o para mejor dezir, esclauos, sin dependencia de leyes ningunas […] »44est une dictature qui ignore le droit. Conséquence naturelle de l’absence de loi ou dérégulation généralisée, la corruption des juges45. Aussi n’existe-t-il ni privilège transmissible ni propriété privée :

  • 46 Ibid., 2, p. 310.

 […] vltra de non seren las rentas de que gozan los particulares, ereditarias, y perpetuas […] estan siempre a la disposicion, y beneplacito regio […] el Padchà […] como vniuersal eredero de sus vasallos, les dà lo que quiere…46.

  • 47 Ibid., 2, p. 318, p.  313-319.
  • 48 Ibid., 2, p. 318.

12Leur empire est immense, leur force militaire reposant sur une redoutable cavaleriede 400 000 chevaux47. Mais sur la mer, il est infirme et dans la dépendance de Goa : « […] ansi para nauigaren sus embarcaciones mercantiles, y de alto bordo seguramente, no lo pueden hazer sin passaporte de los Virreyes de la India… »48 Mais il n’en reste pas moins que :

  • 49 Ibid., 1, p. 42-42.

 […] entre las naciones Maumetanas, es la mas ostensosa, y mas costosa, ansi en la limpieza, y curiosidad de sus personas, adorno de sus casas, como en los comedores costosos, que vsan49.

  • 50 Ibid., 2, p.  247-250 et 251-254.
  • 51 Ibid., 2, p.  321-320 et p. 263-269, Cap. LXVI : « En el qual se dà relacion de vn grandioso, y fam (...)
  • 52 Ibid., 2, p. 333.
  • 53 Ibid., 2, p. 62.

13Manrique décrit avec complaisance les splendeurs de sa cour et les fêtes qui s’y donnent.50Ses provinces et royaumes sont l’objet d’une description admirative51. Parmi les richesses d’Agra, il signale la Bibliothèque Impériale dotée de « 24.000 cuerpos de libros », dont il indique avec une surprenante précision la valeur : 8 509 525 roupies52 ! Ce n’est pas tout : Manrique a remarqué avec quelle humanité les médecins des prisons mogholes ont soigné des captifs portugais53. La prospérité y est générale. L’Hindoustan qu’admire le religieux augustin est ce que nous nommerions aujourd’hui une « société de consommation » :

  • 54 Ibid., 2, p. 267.

Espantado y atonito estaua de ver entre aquellos barbaros puesto en platica el vso de tanta policia, y concierto: y no menos tambien me admiraua la abundancia, y diuersidad de guisados, y manjares…54.

  • 55 Ibid., 2, p. 244.
  • 56 Ibid., 2, p.  307-325.

14L’ordre public, notamment au bazar, est admirable et bien supérieur à tout ce qu’on peut voir en Europe: « Tambien me causaua no menor espanto el ver, y considerar la orden, y gouierno, que aquellos Barbaros obseruan en semejantes ajuntamientos »55. Malgré toutes les réserves inspirées par sa phobie anti musulmane, il est encore saisi par la grandeur des Moghols. Dans le récit, au moment où, à Kandahar, il s’apprête à quitter leur territoire, il leur consacre deux chapitres de louanges56.

15Il convient donc de mettre sur les deux plateaux de la balance d’une part l’Inde ou les contrées situées à l’ouest du détroit de Malacca, et d’autre part les Philippines et l’Extrême-Orient, c’est-à-dire les contrées situées à l’est du détroit de Malacca, domaine espagnol ou en passe de le devenir, en dépit des traités et malgré les droits de la Couronne portugaise. Il y a dans ce contraste un élément de critique contre la politique asiatique de la monarchie ibérique unie, tout récemment dissoute. Car, enfin, à quoi ont servi les Philippines? À rien, si ce n’est de permettre à l’Empire du Milieu de renifler les trésors du Nouveau Monde. En elle-même, la possession asiatique de la Castille ne vaut pas grand-chose :

  • 57 Ibid., 2, p. 129.

Son [però] muy pobres de metales, excepto que en aquela parte de Ilocos se halla algun oro de pocos quilates: mas el estaren estas Islas tan cerqua de la China las minas de la America, mandandolos en reales à Manila, a cuyo olor acuden los Sangleis o Chinas, pues no ay de vn promontorio al otro, mas de cien leguas, las haze abundantissimas de todo lo que el humano deseo puede desear de bueno, riquo, precioso, y curioso; mas esta felicidad no se puede atribuir a virtud de la propria tierra, mas agradecerla a los partos, que produzen de las minas à Manila, a cuyo olor acuden los Sangleis, o Chinas con tan grandes ansias, que si le fuera possible, baxaran al infierno, a inuentaren cosas nueuas que traer, para lleuaren la deseada plata, y enamorados Reales de a ocho: y es tanto esto ansi, que suelen de ordinario deziren por prouerbio en mal pronunciadas palabras Españolas, Plata sa sangue57.

  • 58 Ibid., 2, p. 129.

16Viennent ensuite ces précisions commerciales : la farine de froment chinoise a remplacé celle de l’Inde, que des marchands portugais transportaient de Goa à Manille58. Pendant que la Chine s’emploie à dépouiller les Espagnols de leur or américain, les Moghols prospèrent et les bateaux hollandais ou même anglais et danois infestent la Carreira da Índia. Avec une prudence toute ecclésiastique, Manrique suggère que l’Empire mondial hispano-portugais reposait sur une erreur stratégique, celle d’avoir pour axe la dorsale américaine, du Mexique au Pérou et les routes interminables trans-pacifiques. Alors que tout se joue en Asie, en Inde essentiellement : c’est là que se trouvent les plus grandes richesses et le plus grand nombre d’hommes. Les Portugais le savent et le disent depuis longtemps. Mais ils n’ont jamais été écoutés, sauf par les ennemis calvinistes, anglicans ou luthériens de la Couronne. Face à leurs assauts, ils n’ont pas été défendus. Laissés à leurs propres forces, les Portugais perdent ou ont déjà perdu la maîtrise de l’Asie.

  • 59 Ibid., 1, p. 169-173.
  • 60 Ibid., 1, p. 127-128 et 145-146.
  • 61 Ibid., 1, p. 244-246.
  • 62 Ibid., 1, p. 307.
  • 63 Ibid., 1, p. 127. Voir aussi p. 103-104.
  • 64 Ibid., 1, p. 267-283 : Cap. XXVIII : « En el qual se dà noticia de la conuersion a nuestra santa Fe (...)
  • 65 Ibid., 2, p. 290.

17Ou plutôt, l’Asie les a digérés ou assimilés. En apôtre zélé, Manrique le sait. Il consacre une partie de son temps à rechristianiser « los Christianos moradores en aquellas partes… », c’est-à-dire les Portugais mariés à des femmes bengalies, arracaniennes ou birmanes59. Contrairement à ce que beaucoup d’historiens des missions ont suggéré, les mariages mixtes luso-asiatiques n’ont guère été favorables à l’expansion de la foi catholique60. Les obstacles mis à la pratique religieuse sont innombrables61. Force est de constater que les dispositions du Concile de Trente, notamment en matière sacramentelle, sont inapplicables dans ces groupes minuscules privés de clergé62. Pas de prêtre, donc pas de messe ni de confession depuis des années. Et même pas de baptême pour les enfants. Il faut tout rattraper en un seul jour, au passage63. Par la force des choses, le zélé auteur de l’Itinerario de las Misiones Orientales, évangélise bien peu, se bornant parfois à exalter l’œuvre accomplie par ses frères de l’ordre de saint Augustin64. Il a plus souvent l’occasion de parler de religion avec des musulmans intraitables qu’avec des chrétiens. Il nous entretient au moins autant de politique et d’économie que de mission. Comme tant de récits portugais, son œuvre abonde en renseignements sur ce que l’Asie produit ou échange. D’ailleurs, il lui faut s’habiller en marchand et s’adonner au commerce au Pendjab et au Sind65. Un abîme sépare ses rêves apostoliques et ce que les circonstances, souvent adverses, lui imposent de faire. C’est pourquoi, de son récit, une impression d’échec et d’impuissance se dégage inévitablement. On peut même le définir comme l’autopsie de l’Asie portugaise tuée par soixante années de bévues stratégiques et de négligences espagnoles.

  • 66 Ibid., 1, p. 147.
  • 67 Ibid., 1, p. 164.

18Frei Sebastião Manrique est à sa façon patriote portugais. Il croit à la destinée surnaturelle du Portugal, scellée au Campo d’Ourique en 1139.Cela se voit, quand il évoque« la bandera de Christo, con las Reales Quinas de Portugal » 66 ou « elestandarte Real de las diuinas Quinas de Portugal, significadoras de la Redempcion del genero humano »67. Mais il n’est certainement pas sébastianiste. Le retour du dernier roi Avis lui paraît aussi improbable que la métempsycose, quand il écrit, à propos d’une fête navale en Arracanie :

  • 68 Ibid., 1, p. 15.

La segunda esquadra era de Pegùs: estos iban vestidos de damascos, y rasos morados, por la ausencia, o transmigacion de su Rey Xemindoo, porque tienen para sì, que anda cauallero en vn Toro, por varias seluas, y bosques, y esperan que a de venir, como los Ingleses por su Rey Artur, y algunos de mis naturales Portugueses, por nuestro infortunado Rey Sebastian; y los ciegos Hebreos por el ya venido Mexias68.

19Le religieux augustin ne méconnaît ni les événements de 1640 ni l’avènement de Dom João IV. En s’abstenant de le magnifier, il semble dire que le nouveau monarque n’est, à ses yeux, ni « O Rei encuberto » ni l’enfant d’une promesse divine. Il suggère plus qu’il n’exprime son scepticisme à l’égard de la Restauração. Jean IV sera-t-il en mesure de restaurer tout ce que les Rois Philippe ont jusque-là négligé ou laissé sans défense ? Est-il encore temps de sauver l’Asie ? Peut-on encore attendre un miracle ? N’est-il pas trop tard ? Comment ce qui n’a pas été possible avec tous les moyens d’une double monarchie ibérique, le serait-il davantage pour un Portugal isolé et assailli par les Hollandais ?

20Sebastião Manrique ne rêve pas comme, plus tard, António Vieira d’un futur « Quinto Império », accomplissant la prophétie du Livre de Daniel et assurant au Portugal une domination mondiale. Son expérience de la politique, du commerce ou de l’économie l’empêche sans doute de verser dans le prophétisme. À la différence de Vieira, il n’a aucune pensée pour le Brésil et se trouve à mille lieues d’imaginer que le nouveau Portugal sera, en fait, un royaume luso-brésilien. Il a trop aimé l’Asie, en a trop admiré les grandeurs et les fastes, l’abondance en marchandises comme en hommes, pour croire que les Indes occidentales donnent l’Empire du monde à ceux qui s’en sont emparés. Si l’Itinerario de las Misiones Orientales exprime une immense saudade, cette saudade n’est pas celle de la grandeur portugaise avant le désastre d’Alcácer-Quibir, mais de ce qu’elle aurait pu être au temps de l’union dynastique luso-espagnole, si celle-ci avait fonctionné. Malheureusement, tel le Gobernador de Manille, les Espagnols ne sont que des maîtres arrogants et incompétents, auxquels les réalités asiatiques ont échappé. Il en aurait été autrement s’ils avaient été assez humbles pour écouter les Portugais, seuls vrais connaisseurs de l’Asie.

  • 69 Le texte abonde de coquilles et les noms indiens ou asiatiques de lieux ou de personnes sont parfoi (...)
  • 70 Republié en 2010 par la Hakluyt Society.

21Les Portugais ne cessèrent pas d’écrire en espagnol en 1640 : ainsi António Vieira allait en faire usage. Le fait que la langue de l’Itinerario soit ou plutôt veuille être du castillan ne constitue évidemment pas une preuve que son auteur ait destiné principalement son livre aux Espagnols. Mais il a pu souhaiter leur faire connaître leurs erreurs et leur impéritie en matière d’Indes orientales. D’ailleurs, à y regarder de plus près, est-ce bien un texte en portuñol ? La langue de l’Itinerario est avant tout du manriquien, un idiolecte voire une langue imaginaire, castillanisant le portugais et lusitanisant le castillan, tout en les latinisant l’un et l’autre à l’excès, et non sans pédanterie. Mais l’hybridation ibéro-ibérique enchâsse une autre hybridation, eurasiatique : avec l’hindustani, principalement. C’est ce qui rend le texte difficile, souvent obscur69, et fait tout le mérite de la traduction anglaise publiée par la Hakluyt Society à Oxford en 192770 que l’on doit à Charles Eckford Luard (1869-1628), lieutenant-colonel de l’Armée des Indes, avec la collaboration du très érudit jésuite Father Henry Hosten (1873-1935) – une référence de l’histoire indienne –.

  • 71 Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la Civilisation Indienne, Paris : Robert Laffont, 1987, p. 473-475.
  • 72 On lira avec profit le petit livre publié en 2008 à Victoria (Australie) par les éditions Lonely Pl (...)
  • 73 On trouve ce terme en abondance. Ainsi dans S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 111 [deux fois], 296, 297 (...)
  • 74 Ibid., 1, p. 39 : « Todas estas drogas, y merancias, principalmente las de mas valor, y estima, lle (...)
  • 75 LONGMAN, Dictionary of English Language and Culture, Harlow, Essex, England: Pearson Longman, 1998, (...)
  • 76 Ainsi ibid., 2, p. 201, 233, 342.
  • 77 Ibid., 1, p. 93.
  • 78 Ibid., 1, p. 60.
  • 79 Alcorán, Traducción castellana de un morisco anónimo de año 1606, introducción de Joan VERNET GINÉ (...)

22Pour qualifier les termes que Sebastião Manrique se plaît à utiliser, à la fois pour montrer sa parfaite connaissance de l’Asie à ses lecteurs et les y transporter – il a un sens aigu de la couleur locale –, parlons d’hindoustani plutôt que de hindi : il s’agit de la grande langue du nord du sous-continent indien, qui se développa à partir du sanskrit et de divers prakrits dès le VIIIe-IXe siècles de notre ère, que les invasions afghane et moghole chargea de vocabulaire arabo-persan. Longtemps elle s’est écrite avec l’alphabet arabe. Mais au début du XIXe siècle, les érudits officiers britanniques de Fort-William à Calcutta, décidèrent de la re-sanskritiser par le vocabulaire et par l’emploi de l’alphabet devanagari, frayant ainsi la voie au hindi moderne, langue considérable parlée aujourd’hui par une majorité d’indiens, le séparant ainsi de son jumeau islamique, l’ourdou, langue officielle du Pakistan71. L’Itinerario se situe en amont de cette révolution linguistique made in England. C’est pourquoi la langue indienne que Manrique se plaît à citer, reproduit souvent des mots du Coran. Les arabismes du castillan ou du portugais se confondent parfois avec ceux de l’hindoustani. Mais pas toujours. On ne sait donc pas toujours très bien où l’on se trouve : il n’est pas exagéré de parler de distorsion des espaces, à propos de cette œuvre. Le vertige linguistique inhérent à l’Itinerario annonce curieusement celui que procure l’approche ou la pratique soit du hindi moderne, langue chargée de nombreux arabismes (ayant transité par le persan) et maintenant d’anglicismes, soit de l’anglais indien, toutes deux langues éponges72, voire le mixte Hinglish. Ainsi, au temps de Manrique, comme d’ailleurs encore aujourd’hui, le territoire indien est fractionné par une multitude de douanes intérieures. Mais ici le mot aduanas ne figure que de temps en temps en complément du terme hindi chok, hispanisé tantôt en choco tantôt choque, les choquidares étant les douaniers73, tout comme un marchand ne peut être qu’un sodagar74. Comme les journaux indiens en anglais d’aujourd’hui75, Manrique ne sait plus compter jusqu’à 10 000 sans employer le mot lakh76. Dans cette Inde amplement sous domination moghole, c’est-à-dire musulmane, les controverses religieuses sont rarement engagée avec des hindouistes. Nous voici bien mis dans le bain quand nous apprenons qu’au Bengale, Mahomet passe pour un Boro Rasul77et qu’un grand péché ne peut être qu’un Boro Guna78. Et l’échantillon de sabir que voici fait irrésistiblement penser aux mots qui sont employés dans un Coran morisque de 160679, manière d’exprimer la couleur locale :

  • 80 Ibid., 1, p. 48-49.

En este interim me puse a rezar el officio Diuino; y despues de acabar de rezar, se llegò vn Maometano Mogol, y me pregunto […], si aquel quitabo [=kitâb, livre], era el nuestro Anzir [=Injîl, Évangile], id est, liuro de nuestra ley. Respondile, que era liuro de hazer Nimosa [=namâz, prière rituelle, terme persan, au lieu du castillan azalá], id est de rezar, y orar; y preguntãdome, a quien orauamos los Nassarenes [Nasrana, chrétiens]; y respondiendole que a vn solo Dios verdadero80.

23Le double panachage luso-hispanique et ibéro-asiatique n’est pas un simple ornement linguistique de l’Itinerario. Il est l’expression même des regrets de Frei Sebastião Manrique : double saudade de l’Inde, saudade de ce qu’aurait pu être un monde ibéro-asiatique bigarré et métissé que par sa maladresse ou par l’incompétence de ses ministres la Couronne de l’union dynastique hispano-portugaise a empêché de naître.

Haut de page

Notes

1 Le texte cité ici est celui de 1653, fidèlement reproduit par Luís SILVEIRA dans son édition de 1946 (Lisbonne : Agência Geral das Colónias). On remarque la trace de l’imprimeur italien dans le mode d’accentuation, ainsi però pour pero.

2 Ibid., 2, p. 102-103-104.

3 Ibid., 2, p. 105.

4 Ibid., 2, p. 105-106.

5 Ibid., 2, p. 112

6 Ibid., 2, p. 118

7 Ibid., 2, p. 119.

8 Gonoi TAKASHI, « Kirishitan : les chemins qui mènent au martyre. Pour une histoire des martyrs chrétiens du Japon », Revue Histoire et Missions Chrétiennes, 11, Paris : Karthala, septembre 2009, p. 63.

9 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 132-146.

10 Ibid., 2, p. 160-161.

11 Ibid., 2, p. 166.

12 Ibid., 2, p. 167.

13 Voir Hugues DIDIER, « Entre el disfraz y el martirio : los viajeros jesuitas en el Asia musulmana (siglos XVI y XVII) », ISIMU, Revista sobre Oriente Próximo y Egipto en la Antigüedad, Madrid : UA Ediciones, 9, 2006, p. 77-87.

14 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 177-189.

15 Ibid., 2, p. 189-207.

16 Ibid., 2, p. 220.

17 Ibid., 2, p. 236.

18 Ibid., 2, p. 271.

19 Ibid., 2, p. 290-291.

20 Ibid., 2, p.  295-305.

21 Ibid., 2, p.  385-389.

22 Ibid., 2, p. 395.

23 Ibid., 2, p. 397-398.

24 Ibid., 2, p. 399-401.

25 Ibid., 2, p. 405-412.

26 Ibid., 2, p. 170-172.

27 Ibid., 1, p. 282 : « En este intermedio de tiempo permitio la diuina disposicion, que Portugal aclamasse por su Rey a la Majestad de Don Juan IV ».

28 Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la civilisation indienne, Paris : Robert Laffont, 1987,p. 486.

29 S. MANRIQUE, op. cit., 2, p. 90.

30 Ibid., 2, p. 112 et 132.

31 Ibid., 2, p. 94-95.

32 Ibid., 2, p. 120-122.

33 Ibid., 2, p. 122.

34 Ibid., 2, p. 125.

35 Ibid., 2, p. 75-76.

36 Ibid., 1, p. 282.

37 Ibid., 2, p. 282-283.

38 Ibid., 1, p. 190-191.

39 Ibid., 1, p. 192.

40 Ibid., 1, p. 165.

41 Ibid., 1, p. 63.

42 Ibid., 2, p. 210.

43 Ibid., 1, p. 35.

44 Ibid., 2, p. 307.

45 Ibid., 2, p. 308.

46 Ibid., 2, p. 310.

47 Ibid., 2, p. 318, p.  313-319.

48 Ibid., 2, p. 318.

49 Ibid., 1, p. 42-42.

50 Ibid., 2, p.  247-250 et 251-254.

51 Ibid., 2, p.  321-320 et p. 263-269, Cap. LXVI : « En el qual se dà relacion de vn grandioso, y famoso Mzanamé, ò Banquete,que el Principe Assaffokan Mogol. »

52 Ibid., 2, p. 333.

53 Ibid., 2, p. 62.

54 Ibid., 2, p. 267.

55 Ibid., 2, p. 244.

56 Ibid., 2, p.  307-325.

57 Ibid., 2, p. 129.

58 Ibid., 2, p. 129.

59 Ibid., 1, p. 169-173.

60 Ibid., 1, p. 127-128 et 145-146.

61 Ibid., 1, p. 244-246.

62 Ibid., 1, p. 307.

63 Ibid., 1, p. 127. Voir aussi p. 103-104.

64 Ibid., 1, p. 267-283 : Cap. XXVIII : « En el qual se dà noticia de la conuersion a nuestra santa Fe Catolica de los hijos del Rey de Chatigàn, y nietos del Emperador de Arracan, hecha por los Religiosos Augustinos ».

65 Ibid., 2, p. 290.

66 Ibid., 1, p. 147.

67 Ibid., 1, p. 164.

68 Ibid., 1, p. 15.

69 Le texte abonde de coquilles et les noms indiens ou asiatiques de lieux ou de personnes sont parfois difficiles à identifier. L’éditeur romain était évidemment hors d’état de les reproduire correctement.

70 Republié en 2010 par la Hakluyt Society.

71 Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la Civilisation Indienne, Paris : Robert Laffont, 1987, p. 473-475.

72 On lira avec profit le petit livre publié en 2008 à Victoria (Australie) par les éditions Lonely Planet, Indian English Language and Culture.

73 On trouve ce terme en abondance. Ainsi dans S. MANRIQUE, op. cit., 1, p. 111 [deux fois], 296, 297 [deux fois], 298 ; 2, p. 187, 192, 205, [et p. 246 (à Lahore) el Bazar del Choco = le bazar de la douane], p. 261, 274, 283, 297, 303, 376.

74 Ibid., 1, p. 39 : « Todas estas drogas, y merancias, principalmente las de mas valor, y estima, lleuan los sodagores, o mercaderes de la tierra ala corte de Agra, donde ordinariamente assiste el Padchà. » On trouve sous des formes quelque peu diverses le terme sodagor,1, p. 40 [deux fois], 2, p. 167, 193 [« …le respondì,que era vn sogador Franguì »], p 222, 257, 302.

75 LONGMAN, Dictionary of English Language and Culture, Harlow, Essex, England: Pearson Longman, 1998, p. 734 : « IndE and PakE, lakh, a hundred thousand ».

76 Ainsi ibid., 2, p. 201, 233, 342.

77 Ibid., 1, p. 93.

78 Ibid., 1, p. 60.

79 Alcorán, Traducción castellana de un morisco anónimo de año 1606, introducción de Joan VERNET GINÉS, transcripción de Lluís ROQUÉ FIGULS, Barcelone : Reial Acadèmia de Bones Lletres, Universidad a Distancia, 2001.

80 Ibid., 1, p. 48-49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Didier, « Saudade da Índia et crise de l’union hispano-portugaise dans El Itinerario de las Misiones Orientales de Frei Sebastião Manrique », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 13 septembre 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21844 ; DOI : 10.4000/e-spania.21844

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page