Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

L’espace péruvien chez le précurseur des Indépendances Viscardo y Guzmán : inscription territoriale, parcours géographico-historique et abandon spatial

Nicolas De Ribas

Résumés

La réflexion émancipatrice de Juan Pablo Viscardo, le précurseur idéologique des Indépendances ibéro-américaines, va clairement s’amorcer et se façonner lorsque ce jésuite va abandonner le Cusco en 1767, et donc se confronter à un nouvel espace, l’espace européen. Par le mouvement qu’il engendre, cet exil va être un acte créateur de réflexions et de nouveaux espaces qui va instaurer alors, entre autres choses, une dialectique entre un extérieur étranger et un intérieur familier. Chez le jésuite, le voyage dans l’espace géographique est aussi la métaphore du parcours initiatique qui transforme le jeune homme et le rend progressivement conscient de qui il est. Cette connaissance de soi va alors devenir indissociable de la connaissance de la société coloniale et de la conscience de son appartenance à un espace américain à reconstruire. Ses pérégrinations en Italie et en Angleterre permettent ainsi à ce personnage historique insigne de rassembler les fragments de sa personnalité individuelle et de reformer le puzzle d’une identité collective historique.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

Perú, Jesuitas, independencias, exilio, viajes
Haut de page

Texte intégral

1La personnalité de Juan Pablo Viscardo y Guzmán, le précurseur idéologique des Indépendances hispano-américaines, se forge progressivement au cœur d’un espace colonial qui l’invite à la réflexion et à l’écriture. Après une enfance passée dans la région d’Arequipa, ce créole se crée un univers mental, et élabore sa mémoire péruvienne au Cuzco au cours d’un séjour qui lui permet d’intégrer la Compagnie de Jésus à l’âge de treize ans, en 1761.

  • 1 Luis GIL FERNÁNDEZ, Panorama social del humanismo español (1500-1800), Madrid : Tecnos, 1981, p. 53 (...)
  • 2 Lettre du 15 juin 1778, Miguel BATLLORI, El Abate Viscardo : historia y mito de la intervención de (...)

2Dans la cité des Incas, qui structure sa péruanité, son américanité, et sa conviction qu’il était possible de changer l’ordre établi, Viscardo reçoit une éducation qui était en grande partie l’adaptation, dans une perspective catholique, de la culture humaniste1, et de l’esprit critique du libre examen. Cette pédagogie, qui visait également à former un homme libre, au service des autres et de son temps,l’aide alors incontestablement à affronter l’exil forcé qui le conduit en Italie à la suite de l’expulsion de la Compagnie de Jésus en 1767. La ligne de vie du jésuite est ainsi brisée au sens géométrique et moral du terme par ce qu’il appelle lui-même de façon hyperbolique « las mil miserias »2, c’est-à-dire la suppression de la Société de Jésus et un grand nombre de disgrâces qui l’éloignent de sa famille, de son identité, de son histoire, de son espace péruvien qu’il souhaite libérer et redéfinir.

3Malgré l’écriture de tous ses doutes, le jésuite reconstruit depuis la péninsule italique une topographie ressuscitée par la mémoire : Arequipa, le Cuzco, Lima lui ont toujours offert un spectacle saisissant du monde colonial qu’il va recomposer dans ses écrits pour en saisir les pesanteurs, et pour se rapprocher virtuellement de son entourage, de son ancrage et de ses racines familiales. Pour nous en rendre compte, nous ne prétendrons pas tout dire mais nous tenterons, sans détacher l’homme de ces écrits, de reconstituer le milieu géographique, point de départ de la créolité viscardienne, et l’espace familial dans lesquels il a évolué. Viscardo, qui s’installe donc en Toscane en 1768, va ensuite se rendre à Londres à deux reprises pour obtenir un soutien financier et logistique de la Cour de Saint James afin d’émanciper son territoire. Le voyage devient alors clairement la clé de voûte d’une épistolarité, de nombreuses correspondances échangées en espagnol ou en français avec sa famille, ses amis ou des diplomates et autres ministres britanniques, qui sont produites en parallèle, comme une activité dérivée de ses pérégrinations.

4Face à l’étrangeté des lieux, Viscardo, qui pense le Pérou en tant qu’objet géographique et historique, offre la seule certitude et le seul repère qu’il ait en lui : l’écriture qui le rassure et le rattache à ses origines. Ainsi le voyage viscardien devient-il un passage : d’un temps à un autre, d’une histoire à une autre, et d’un espace à un autre. Bien sûr, Viscardo n’est pas un acteur isolé de l’action indépendantiste. Il appartient à la diaspora jésuitique qui développe une véritable culture littéraire depuis l’exil italien, et crée même un groupuscule activiste avec son frère, tout d’abord, José Anselmo Viscardo, mais aussi le jésuite chilien Juan Ignacio Molina ou encore le jésuite mexicain Francisco Javier Clavigero qui lui fournit de précieuses informations sur le sous-continent. Mais comment l’écriture de l’espace péruvien chez Viscardo, qui apparaît comme son arme la plus puissante contre la solitude, se mêle-t-elle à une réflexion historique qui le conduit à analyser la Conquête de l’Amérique ? Comment ces manuscrits développent-ils une réflexion identitaire qui échafaude un patriotisme américain ouvertement universel ? C’est incontestablement l’Espagne que Viscardo veut laisser derrière lui, et c’est une nouvelle patrie viscérale, la patria chica, qu’il a choisi d’aimer dans son œuvre maîtresse, la Lettre aux Espagnols américains qu’il rédige en 1791 à Livourne. Véritable enfant de son temps, Juan Pablo Viscardo est le fils idéologique d’un temps idéologique et d’un espace philosophique dont le nœud peut être compris comme une relation entre méditation et réalité.

L’inscription territoriale du précurseur

5De la lecture attentive des manuscrits de Viscardo, nous ne pouvons extraire que de succinctes informations concernant sa vie familiale qui se déroulait assurément sous l’égide de l’Eglise catholique. Les renseignements, dans le meilleur des cas, demeurent très ciblés quand ils ne sont pas vagues. Il n’est donc pas possible de reconstituer l’ensemble de la vie péruvienne de Viscardo. Mais là n’est pas notre intention. Mis à part les actes officiels consignés par les Historiens Batllori et Simmons, qui confirment la naissance du créole le 26 juin 1748, et les testaments conservés dans les archives paroissiales de Pampacolca, le village natal du jésuite situé dans l’Intendance d’Arequipa, la missive biographique du 27 octobre 1782 constitue le document qui condense les principaux renseignements sur la famille Viscardo y Guzmán et son inscription territoriale.

6Juan Pablo a une histoire, un passé, un parcours biographique diachronique. Ses ancêtres, son lieu de naissance, son appartenance assumée à un groupe familial et à sa région, sont alors revendiqués dans ce récit de vie qui nous apprend beaucoup sur son ascendance. Citons cet extrait dans lequel le créole aréquipien rend compte d’un certain nombre d’indications de grande valeur :

  • 3 Noticia autobiográfica, 27 octobre 1782, cf. Juan Pablo VISCARDO Y GUZMAN, Obra Completa de Juan Pa (...)

Joseph Anselmo y Juan Pablo Viscardo y Guzmán, de la diócesis de Arequipa en el Perú son hijos del difunto Maestre de Campo Don Gaspar, y nietos de Don Bernardo Corregidor de Condoroma. Fueron a estudiar a Cusco con los jesuitas y después de ingresar a la misma congregación, fueron expatriados a Italia3.

  • 4 M. BATLLORI, op. cit., p. 153. Lettre de septembre 1780, ibid., p. 168.
  • 5 Lettre du 8 avril 1769 et Lettre de juin 1778, ibid., p. 163.

7Il est inévitable de constater la volonté d’inscription spatiale de sa propre existence, et la présence d’un récit autobiographique très bref dans lequel le fils puîné de Gaspar Viscardo et de Manuela de Sea n’évoque ni sa mère ni ses cinq sœurs. A côté de ses racines patronymiques, le jésuite ne retient que ses années d’apprentissage selon sa propre logique, ses propres séquences. Viscardo, en tant que greffier de sa propre vie, filtre et sélectionne les informations, et choisit plutôt de se raconter à partir de son entrée dans la vie intellectuelle et spirituelle, et donc à partir de son séjour cuzquénien. C’est Viscardo en tant que jésuite du Cusco qui retient l’attention, et non pas Juan Pablo en tant que créole d’Arequipa. L’écriture viscardienne fait alors œuvre autobiographique, et auto-nominatrice. Il est vrai que les écrits de Viscardo connaissent au cours de sa vie toutes sortes de signatures et d’identités qui reflètent sa double identité juridique et spatiale : Espagnol de droit, et Américain, de fait. Il se dénomme alors tour à tour « jesuita español », « ex-jesuita español del Perú »4, « jesuita americano » ou encore « ex-jesuita americano »5. Viscardo, disons-le, n’oublie jamais l’épisode de 1767. L’habit de combat, de révolutionnaire n’occulte jamais l’habit de jésuite. Il ne peut abandonner le mot, sans doute trop malmené, trop souillé, trop compromis.

  • 6 Vicente LLOMBART ROSA, Campomanes, economista y político de Carlos III, Madrid : Alianza Editorial, (...)

8On constate aussi, par l’analyse des manuscrits de Viscardo, le poids « culturo-spatial » de la solidarité lignagère, et de l’emprise morale de la famille. Car il est vrai que l’obsession pour conserver le patrimoine familial apparaît chez lui comme un devoir quasi sacré qui se situe sur le terrain du prestige territorial et de l’honneur personnel.Il semble que la force de l’héritage, pour reprendre à notre compte les formules notariales, était assez solide pour que le créole n’y renonce jamais. En tant que revendicateur de ses origines, le jésuite refuse de se laisser exclure du monde où il était né, et réclame les honneurs et les privilèges qui lui étaient dûs à la suite de la mort de son père et de son oncle. Juan Pablo et son frère José Anselmo, jésuite lui aussi, écrivent alors plusieurs fois au Roi d’Espagne Charles III ainsi qu’au Comte de Campomanes, fiscal du Conseil de Castille depuis 17626. Citons un extrait de la lettre du 28 mai 1781 adressée à ce dernier :

  • 7 M. BATLLORI, op. cit., p. 34.

Don Josef Anselmo y don Juan Pablo Viscardo, estudiantes ex jesuitas peruanos […], se atreven, animados de la más fundada y viva esperanza, a implorar rendidamente su eficaz patrocinio., para que, a tenor de lo que exponen en la adjunta promemoria, se les adjudiquen sus bienes »7.

9La transmission du patrimoine s’enclave ici symboliquement dans la reconnaissance spatiale, et devient assurément le meilleur maillon qui relie les générations les unes aux autres.

10Chez Viscardo, l’espace péruvien est alors à la fois une notion abstraite et une expérience sensible. Cet espace, encore colonial à son époque, est ce qui construit le haut lieu de sa créolité. Le jésuite décrit alors son espace urbain, sa ville, celle du printemps éternel, en se présentant comme un guide, faisant découvrir au lecteur, par le biais d’une description apologétique truffée de superlatifs, les somptuosités de cette cité :

  • 8 Projet, Merle E. SIMMONS, Los escritos de Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Precursor de la Independenc (...)

La ville d’Arequipa, qu’on dit contenir quarante mille habitants, et qui est une des plus florissantes du Pérou : l’air de cette riante ville passe pour être le plus pur, et je puis assurer par rapport à son climat, que la chaleur à peine s’y fait-elle sentir, […] on sent que tous les plus grands avantages se réunissent dans Arequipa8.

11La topographie viscardienne, souvent marquée par le souvenir et la nostalgie, est très précise. Arequipa, cet espace de mémoire, ce territoire du moi, représente la ville par antonomase. La cité des Andes du Sud est certes un espace qui renferme à lui seul les avanies de la colonie, mais c’est encore un endroit mythique.Cet espace, verrouillé par les Espagnols péninsulaires, crée ainsi une relation dynamique et devient une tension prégnante.

  • 9 Yvonne CASTELLAN, La Famille, Paris : Presses Universitaires de France, p. 78.
  • 10 Lettre du 30 septembre 1777, M. BATLLORI, op. cit., p. 161.

12On rappellera qu’à l’image de la personne, tout groupe familial, comme celui des Viscardo, essaye de se construire un « corps spatial »9 qui réalise l’unité familiale dans la pluralité de ses fonctions. L’habitat, en tant que point de repères, est assurément un élément essentiel de l’unité, de la stabilité et de la solidité familiales. La maison, plus encore que le paysage, est un état d’âme. Par sa simple évocation, le mot « casa »10, employé à plusieurs reprises par le jésuite, dit une intimité de l’espace. L’habitat, la demeure, fait ici comme ailleurs figure de centre, de point de gravité d’un parcours quotidien et d’une histoire personnelle et familiale. Dans l’espace domestique de la demeure, le repos, mais aussi le repli, le recueillement sur soi, sont possibles. Le retour chez soi, si ardemment désiré par l’exilé Viscardo, serait même une sorte de retour sur soi, de résurrection.

  • 11 Lettre du 30 septembre 1781, J. P. VISCARDO Y GUZMÁN, op. cit., p. 16.

13Il est vrai que l’arrachement du jésuite à son habitat est une véritable démarche de mort.Habiter l’espace péruvien, c’est, chez Viscardo, remplir cet espace de soi-même. L’espace familial, en tant que lieu investi par le jésuite, est marqué, en quelque sorte par son occupant qui a imprimé le lieu de quelque chose de lui-même. Cet esprit des lieux, cet espace habité par Viscardo pendant 13 ans, ont été teintés, colorés par la subjectivité de son habitant, de son ethos, de ses souvenirs, de ses mouvements et gestes, de son rythme et de ses impulsions. Pampacolca, Arequipa, ces lieux originels, sont comme une toile de fond sur laquelle doit désormais se dérouler la révolution qui est censée marquer l’espace géographique ou le territoire physique de son enfance : « El pertenecer a una famila distinguida de Arequipa donde tengo bienes considerables y mi larga permanencia en Italia me darían alguna influencia sobre mi país así como sobre el espíritu de mis compatriotas »11.

14L’espace péruvien, viscardien, renvoie donc à la famille-souche qui correspondait au modèle ancien, patriarcal et patrilocal, avec de grandes demeures et beaucoup d’enfants, des tensions, des rivalités, et qui renvoyait à sa créolité. Mais, ajoutons-le, la péruanité somme toute créole de Viscardo remonte également à une autre ascendance, indienne cette fois, qui le relie à l’Inca Garcilaso de la Vega. En effet, la grand-mère du jésuite, Doña Magdalena Rodríguez de Cabrera appartenait à une des plus vieilles familles espagnoles de la région d’Arequipa à l’origine de laquelle l’on retrouve le célèbre Garcilaso de la Vega. La notice généalogique de 1782, étudiée précédemment, et porteuse d’antériorité, aide donc assurément à légitimer l’ascendance créole du jésuite, mais tend à éliminer toute goutte de sang indien.

15Cette première conclusion, souvent éludée par les chercheurs, est fondamentale car l’héritage indien de Garcilaso de la Vega est venu se mêler à la consanguinité créole du jésuite à travers de nombreuses ramifications enracinées dans l’espace sud-andin. Même s’il cite un extrait des Commentaires Royaux de son ancêtre dans sa Lettre aux Espagnols Américains et revendique le métissage du Nouveau Monde sans en expliquer véritablement les raisons, Juan Pablo Viscardo va taire cette origine quelque peu dérangeante pour un homme qui va se revendiquer le porte-parole des Créoles. Si cette écriture de la territorialité est le reflet de l’histoire personnelle du jésuite, de sa famille, elle est aussi stratégique et politique.

  • 12 Lettre du 23 mars 1793 adressée à l’homme politique britannique, Bland Burges, M. E. SIMMONS, op. c (...)

16A l’exemple de son illustre parent, le jésuite a aussi pleinement conscience de son identité. Dans les manuscrits de Viscardo, la nostalgie de la géographie et du sol péruviens se mélange à un sentiment de « peruanidad » et à un esprit pré-national de plus en plus fermes. Le créole met en valeur ce sentiment en employant la locution topicalisée « c’est moi qui » qui introduit cette phrase : « C’est moi peut-être le premier Espagnol américain, qui ait osé relever les pernicieuses suites d’une si injuste politique, et les importants avantages qu’on retirerait en suivant un système plus équitable »12. Le régionalisme liminaire du jésuite se transforme clairement au profit d’une conscience nationale américaine. Viscardo change d’échelle car il faut libérer la totalité du continent en attaquant prioritairement Maracaibo, la baie du Honduras, Buenos Aires, le Chili mais surtout Arequipa, sa terre, sa patrie. Nous citerons :

  • 13 Suite du Projet, op. cit., p. 174.

Ne voulant rien hasarder sur un objet si intéressant pour ma Patrie, pour l’Angleterre, et pour tout le genre humain, ce serait un crime à moi que de dissimuler les difficultés que j’ai prévues dans l’entreprise d’Arequipa, lorsque j’ai dit que si elle était faisable, elle serait décisive13.

17Chez le jésuite, si le mot « patrie » sert essentiellement à nommer le territoire dans lequel il est né, il a également une valeur sentimentale tout d’abord, quasiment sensitive, et universelle finalement lorsque Viscardo devient en Europe un créole indépendantiste.

  • 14 Kendall W. BROWN, Bourbon and Brandy : Imperial Reform in Eighteenth century Arequipa, New Mexico : (...)
  • 15 Essai historique, 24 janvier 1792, cf. M. E. SIMMONS, op. cit., p. 170.
  • 16 A. G. URRELO, El arequipeño Don Juan Pablo Viscardo, Lima : ABC, 1940.
  • 17 Projet, M. E. SIMMONS, op. cit., p. 167.

18Si une véritable poétique aréquipienne se développe dans les textes du jésuite, Arequipa apparaît aussi comme la ville emblématique de la résistance, le pôle blanc de la lutte contre les corregidors espagnols. Viscardo précise alors qu’en janvier 1780, plusieurs groupes, composés par des Créoles, métis et Indiens, jouèrent un rôle décisif dans une révolte anti-fiscale sanglante14 : « ce fut dans la Ville d’Arequipa que parut le premier signal des horreurs qui allaient s’ensuivre »15. Eu égard au développement de ces mouvements divers et variés, nous pouvons donc affirmer que le lieu de naissance du jésuite, synonyme de stabilité, devient inévitablement un espace marqué par les conflits, animé par l’ensemble des impulsions historiques qui s’y déploient. Arequipa, en tant qu’espace, est le fruit des événements qui la circonstancient, et l’amènent à fonctionner en un lieu d’actions antagoniques ou de projections révolutionnaires. D’un point de vue commercial, Arequipa occupe encore une position névralgique16. Elle constitue un lieu de passage vers le Cuzco et un lieu de départ vers la mer : « d’un côté elle n’est éloignée que de quatre-vingt lieues de Cusco, ville la plus importante ; […] d’un autre côté n’étant pas éloignée de la mer »17 précise le jésuite en 1791 dans sa machination indépendantiste en envisageant un processus de transformation et de recomposition sociale de cet espace.

Le parcours géographico-historique du jésuite

19Pour le jésuite, sans l’expérience, on ne peut avoir qu’une connaissance vide des choses, donc inutile à chacun. L’espace, considéré sous tous ses aspects, devient ainsi un véritable objet d’analyse, un nouveau livre à étudier. Pour lui, l’enquête du terrain est le meilleur moyen d’observer empiriquement les faits et de reconstituer la cohérence d’une réalité complexe.

  • 18 Jorge A. FLORES OCHOA, Cuzco del mito a la historia, Lima : Banco de Crédito del Perú, 2007.

20Le Cuzco, à l’époque de Viscardo, symbolisait incontestablement le haut lieu de la culture, de l’érudition et de l’indianité18. Les jésuites du Cuzco éclairé, rappelons-le, étaient des clercs réguliers qui se distinguaient foncièrement des moines et qui ne voulaient pas se couper du monde par la clôture. De ce fait, parallèlement à la formation intellectuelle de Viscardo, nous assistons à son auto-affirmation ainsi qu’à la composition de sa mémoire péruvienne, comme l’atteste la lettre rétrospective du 30 septembre 1781 adressée à John Udny, consul britannique à Livourne :

  • 19 Juan Pablo VISCARDO Y GUZMÁN, op. cit., p. 7.

Yo hablaré según los conocimientos que puedo tener de esos lugares habiendo yo nacido y vivido allá hasta los veinte años de edad ; y no habiendo perdido nunca de vista mi pueblo natal, puedo lisonjearme de haber, durante mi larga permanencia en Europa, ratificado en gran parte las ideas de mi juventud adquiridas en los distintos países en que viví, Arequipa, Cuzco, Lima, etc., habiendo viajado más de 300 leguas y hecho por siete años mis estudios en Cuzco, único lugar donde se puede adquirir una verdadera idea del Perú […]19.

21Au moment où se produit chez Viscardo ce que nous appellerons la phase active de sa construction spirituelle et intellectuelle, celui-ci parcourt l’espace physique de son pays. L’espace péruvien est pour lui un espace dynamique : c’est un espace de voyages et de rencontres. Pour bien connaître son territoire, Viscardo doit l’étudier en le parcourant physiquement, la connaissance passant par les divers sens, notamment la vue. Rapportons cet exemple :

  • 20 Esquisse politique, M. E SIMMONS, op. cit., p. 228.

A cet effet on a établi, principalement à Cusco, des solennités, que j’ai vues plusieurs fois, dans lesquelles les Caciques de cette ville, et de ses environs, qu’on croit appartenir à la famille des anciens Incas se trouvent dans l’habillement ou costume de leurs ancêtres »20.

22Durant sa jeunesse, le créole péruvien a pu observer la réalité sociale et de la même façon étudier un espace syncrétique formé dans le temps. Ainsi le jésuite se réalise-t-il comme une conscience en évolution qui absorbe différents discours, analyse-t-il les mentalités, et se nourrit-il de scènes collectives publiques qu’il va retranscrire par l’écriture.

23A ce savoir pratique et ces conclusions pragmatiques s’unissent le savoir technique acquis à travers ses lectures. Viscardo réunit de nombreux ouvrages, et lit sous le manteau presque tout ce qu’il y a à lire en se nourrissant avidement des courants de pensée transformateurs et réformateurs de l’Europe fin de siècle. C’est incontestablement cette formation cuzquénienne, durant laquelle il étudie également l’Histoire, à laquelle nous devons évidemment ajouter son exil toscan et son installation à Londres, qui va lui permettre de rédiger plus tard sa fameuse Lettre aux Espagnols américains. Dans cette missive, l’écriture de l’espace à libérer se confond, précisons-le, avec l’écriture de l’histoire outragée de son peuple. Elle renvoie aussi la question de l’Histoire, à une réflexion sur la Conquête du Nouveau Monde.

24Chez Viscardo, l’espace, aussi dynamique soit-il, apparaît comme une structure fragile, et du point de vue de ce créole, un être passif qui a besoin de l’aide et de l’amour de ses habitants pour organiser le futur indépendant. Pour le créole d’Arequipa, le principe de la monarchie est dégradé lorsque le pouvoir royal est assez fort pour imposer aux sujets ses lois arbitraires et tyranniques. Pour lui, le peuple américain ne doit obéir qu’à sa volonté, indépendamment de toute contrainte ou imposition.

  • 21 M. E. SIMMONS, op.cit., p. 363.

25Le créole soutient alors que le Roi d’Espagne ne respecta pas le pacte établi avec Colomb, les Conquistadors, et leurs descendants créoles, qui auraient mérité une reconnaissance proportionnée. Dans son texte, Juan Pablo Viscardo, qui analyse avec recul, et non sans adaptation, la Conquête du continent, trouve ainsi la légitimité de ses revendications créoles dans le fait que les conquistadors étaient venus à leurs frais combattre les périls des contrées américaines : « dans cet état d’indépendance naturelle ils se hasardèrent à se procurer une nouvelle subsistance aux dépens des plus énormes fatigues, dangers, et propres frais »21. Autrement dit, pour le jésuite, il n’existait pas vraiment au départ une obligation évidente envers la monarchie espagnole, et les droits de leurs descendants, les créoles, sont nés du fait de l’occupation et de la possession des terres américaines.

26La notion de sacrifice est ensuite développée dans le texte en ravivant autant que faire se peut l’esprit des conquistadors. Il est écrit que face à cette nouvelle terre hostile et aux règles strictes imposées par la Couronne espagnole, les conquistadors et leurs héritiers doivent leur salut au prix de leurs prouesses, mais aussi de leur sacrifice dans leur long périple :

  • 22 Ibid., p. 364.

nous avons respecté, conservé, et chéri cordialement l’attachement de nos Pères à leur première Patrie ; c’est à elle que nous avons sacrifié infiniment de richesses en tout genre, c’est pour elle seule que nous avons jusqu’ici sué, et c’est pour elle que nous avons en toute rencontre versé gaiement notre sang22.

27A travers ces épreuves, la patrie est considérée comme le bien le plus précieux, au point que certains créoles acceptent de mourir pour elle.

  • 23 Ibid., p. 376.

28L’Espagne, qui devait s’occuper de ses hommes, ne les a donc guère respectés : « nos ancêtres qui ne prodiguèrent pas leur sang et sueur, pour que le théâtre de leur gloire et de leurs fatigues, devint celui de notre esclavage et de notre misère »23 écrit Viscardo. Les héritiers des conquistadors, dont le devoir de conservation spatiale ou de conquête territoriale était constant, ne connaissaient pas la première Patriede leurs aïeuls, ils ne savaient pas où commençait et s’arrêtait leur patrie. La volonté d’être chez soi, d’abord dirigée contre les Indiens au XVIe siècle, se dirigeait maintenant contre les Péninsulaires.

  • 24 Jean-Pierre CLÉMENT, El Mercurio Peruano, 1790-1795, Madrid : Vervuert-Iberoamericana, 1997, 1,p. 2 (...)

29L’ex-jésuite développe donc ici une vision positive de la Conquête qui se manifeste par un encensement des conquistadors.En 1872, l’historien Fustel de Coulanges écrivait dans la Revue des deux Mondes une sentence qui peut s’appliquer au raisonnement viscardien: « Le vrai patriotisme n’est pas que l’amour du sol, c’est aussi l’amour du passé, c’est le respect des générations qui ont précédées »24. Pour le jésuite, la patrie espagnole des conquistadors est un héritage qui ne peut en aucun cas remplacer l’amour pour la terre américaine qui l’a vu naître. L’argument de Viscardo est géographique ou spatial, pourrait-on dire. L’Amérique est la patrie des Américains qui, d’après lui, ont atteint l’âge de la maturité pour se rebeller, comme l’ont démontré les voisins du Nord.

  • 25 César PACHECO VÉLEZ, Los Ideólogos. Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Lima : Comisión Nacional del Sesq (...)

30Avec une soif de justice constante, mais des arguments qui peuvent le taxer de conservatisme, l’ex-jésuite essaye conjointement d’ébaucher l’identité des créoles libres en démontrant que ce sont eux, avec les métis, les maîtres légitimes, voire juridiques, de l’espace américain. Pour Viscardo, les créoles sont les descendants des conquistadors, et les métis sont à la fois les fils de ces derniers et des princesses indiennes25.

31La Lettre aux Espagnols américains est certainement un texte d’affirmation identitaire dans lequel se matérialisent les inflexions de l’auteur séparatiste qui structurent un manifeste mobilisateur. L’ex-jésuite articule toujours des idées et des sentiments pour produire une prise de conscience et une nouvelle identité orgueilleuse, optimiste et probe. D’après lui, les peuples se rendraient d’ailleurs beaucoup mieux justice, s’ils ne se méconnaissaient pas mutuellement, s’ils dépouillaient, avec les préjugés, les rancunes traditionnelles. Depuis l’Europe, Viscardo lutte constamment contre les préjugés historiques : pour le jésuite, les mœurs et les comportements de la société américaine sont tels qu’ils doivent être étudiés avec objectivité et vérité. Le jésuite, qui critique l’ethnocentrisme de certains penseurs, va alors analyser les données d’un temps et d’un nouvel espace pour les confronter au sien, et élever le débat et les rapports avec d’autres éléments de son époque. Dans cette recherche de véracité, Viscardo étudie aussi le sens historique des événements et confronte donc le passé au présent pour dégager les écarts et les croisements historiques réels.

  • 26 La Lettre aux Espagnols américains,  M. E. SIMMONS , op. cit., p. 378.

32Le présent politique doit donc être effacé par des changements radicaux, ce qui aura des conséquences particulièrement lourdes pour l’interprétation de l’action politique dans le futur espace indépendantiste : « Lorsqu’aux horreurs de la Tyrannie de l’oppression et de la cruauté, succèderont l’empire de la raison, et l’espace de la justice et de l’humanité »26 précise-t-il. Les thèmes de la destruction et de l’oubli, par l’écriture d’une véritable histoire coloniale, sont ainsi introduits pour être articulés dès les premières lettres indépendantistes, celles des années 1781-1784, dans lesquelles Viscardo place au centre de son discours les retours sur les époques révolues, pour les anéantir.

33Le projet qui le comble a donc besoin de la discipline et de la mobilisation spatiale et idéologique de tous, d’un tout politique, comme il le nomme, et surtout des créoles auxquels Viscardo s’adresse plus particulièrement, et pour lesquels il tente de synthétiser le malaise latent. Ce peuple américain est, selon ses mots, une grande famille de frères qu’il faut alors aider pour se libérer de ce système de domination, d’humiliation et de spoliation historiques dont lui même a fait les frais.

L’abandon de l’espace péruvien

34Même si Viscardo omet délibérément les persécutions subies à titre personnel, le chemin de croix du jésuite péruvien ainsi que l’expulsion partiale de l’ordre ignatien de 1767, apparaissent dans ses écrits en toile de fond. « Acharnement », « cruauté », « tyrannie », c’est par ces mots que Viscardo décrit, de manière on ne peut plus percutante, l’exil spatial qui prend la signification de la répétition d’une exclusion quotidienne, l’aboutissement d’une chaîne dont les maillons restent indéfinissables pour les sujets exilés. Viscardo développe alors, pour reprendre l’expression de José Bermejo, un spatium historicum en se limitant à raconter avec neutralité ce qui est arrivé, dans une perspective externe. Citons à nouveau Viscardo :

  • 27 La Lettre aux Espagnols…, p. 369.

après les avoir jetés dans un pays qui n’est pas de sa domination et après les avoir renoncé comme sujets, par une contradiction et un raffinement inouï de cruauté, elle s’est réservée avec cet acharnement que la seule crainte de l’innocence sacrifiée peut inspirer aux tyrans le droit de les y persécuter et opprimer toujours27.

  • 28 M. BATLLORI, op. cit, p. 229.

35En écrivant à sa manière l’histoire des Jésuites, Viscardo va observer les faits du passé, les analyser parce qu’il les voit de loin. Même s’il peut les examiner et les reconstruire grâce aux traces mnésiques, il apparaît comme un protagoniste absent. Sa voix s’exprime dans une position d’extériorité en ne basculant pas dans l’autobiographie. D’autres missives, comme l’Essai historique ou la lettre du 20 novembre 1787, détaillent encore la situation géographique des membres de la confrérie et cette longue période de souffrances. Viscardo rapporte alors synthétiquement, dans cette dernière, sans la détailler une « breve, verídica, narración de los grandes, continuos, agravios que los sobredichos hermanos han sufrido »28.

36Une fois en Italie,terre d’accueil des déracinés, Juan Pablo Viscardo s’établit durablement à Massa Carrara, petite ville située entre la Ligurie et la Toscane, puis à Florence et à Livourne, et assiste sans amertume à la crise finale de l’Ancien Régime en France qu’il analyse avec acuité.En 1782 ensuite, il se rend à Londres pour proposer à la Grande-Bretagne son projet d’émancipation de l’Amérique espagnole. Viscardo,en tant que porte-parole du groupe créole, sait pertinemment qu’une aide extérieure, en particulier celle de la Grande-Bretagne, serait nécessaire pour son projet indépendantiste.

37Pour le jésuite, ces espaces étrangers, ou espaces de l’autre, deviennent tout de suite un nouvel espace à soi. Le voyage, profitable du point de sa formation politique et économique, se trouve être encore une expérience géographique et une rencontre de l’Autre. C’est justement parce qu’il propose l’assemblage d’une expérience physique de l’espace traversé et d’une expérience spirituelle de l’altérité que le voyageur qu’est Viscardo prend conscience du fait que les notions de voyage, d’identité individuelle et d’espace sont intimement liées. L’identité spatiale est dans le contexte viscardien une notion très intéressante qui se structure comme une arme identitaire.

38Par le mouvement qu’il engendre, le voyage de Viscardo vers l’Angleterre est aussi un acte créateur d’espaces en soi. Le voyage londonien, collatéral à son concept d’espace, n’est donc pas le franchissement de la simple délimitation cartographique que représente la frontière physique entre les territoires parcourus, ou la traversée de la Manche, mais est bel et bien un passage vers la dissolution de la stabilité et de l’homogénéité atteintes en Toscane vers le changement et l’instabilité d’un nouvel exil.

39En 1782, le jésuite arrive en Angleterre en catimini et devient pendant trois ans un espion de Sa Majesté britannique avec le gouvernement de laquelle il négocie une possible intervention militaire sur le sous-continent. A cet égard, Viscardo, Américain clairement opposé à la domination espagnole en Amérique et qui pouvait apporter des renseignements précis sur la situation des colonies, n’a pu qu’éveiller l’intérêt de l’Angleterre. Il est alors question d’élaborer avec l’aide de cette monarchie une pensée de l’émancipation afin de créer un mouvement collectif vers la liberté. Viscardo va donc essayer de fabriquer un temps pertinent, de mettre en valeur le projet qui rend libre, son projet qui, passant par l’espace péruvien, doit s’installer dans cet espace qui est déjà marqué, selon lui, par des souhaits de liberté. Depuis Londres, nouvelle terre d’accueil, sa pensée de l’émancipation se relie à sa spatialité qu’il faut redéfinir, reconstruire, recréer.

40Parallèlement, Viscardo se forge donc une identité personnelle « déterritorialisée ». Ses voyages, ses rencontres, l’obligent à faire en permanence l’examen de son identité. Malgré son attachement à un ailleurs, à plusieurs cultures nouvelles, à différentes visions du monde, son exil lui permet également de ne jamais nier l’attachement à son espace culturel originaire. L’Amérique est le continent des origines, le lieu de son enfance, l’espace primordial du jésuite. C’est l’espace impossible, détruit au cours du fatidique épisode de l’expulsion de la Société de Jésus. Le voyage britannique de Viscardo devient incontestablement un acte spécifique qui déclenche un processus qui se veut être une constante remise en question de soi, une éternelle reconstruction.

41Un sentiment réfléchi de solidarité créole, exacerbé chez lui, s’exprime alors dans ces missives où éclate, en une émotion contenue, la douleur d’être éloigné de son peuple opprimé par la Couronne espagnole et ses fonctionnaires :

  • 29 Lettre du 30 septembre 1781, M. E. SIMMONS, op. cit., p. 13.

desde hace largo tiempo alimentan un resentimiento secreto por estar olvidados por la corte, excluídos de los empleos públicos, obstaculizados en sus negocios comerciales ; ellos veían cada día a los europeos conseguir los honores y las riquezas por los cuales sus padres habían vertido mucho sudor y sangre29.

42Grâce à l’errance parfois insupportable mais aussi fructueuse pour son projet émancipateur, l’ex-jésuite, qui réunit études, expériences et connaissances, se fait ainsi l’écho des angoisses de son temps et de celles de ses compatriotes. L’écriture viscardienne devient même une opération vitale et désaliénante qui lui permet de se rattacher à son espace physique. On a alors l’appel de l’action, le besoin d’intervenir rapidement, particulièrement dans les affaires politiques et économiques du continent, de l’espace continental, en refusant d’accepter l’état de fait comme inéluctable. La tendance à l’activité, et le refus de toute sorte de contentement, peuvent être bien sûr appelés activisme.

  • 30 Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Les structure (...)

43Ce premier voyage londonien qui s’achève en 1784 n’est toutefois que la première étape d’un long exil. Car Viscardo rejoint à nouveau volontairement la Grande-Bretagne en 1791, et ce jusqu’à sa mort en 1798, où il y vit à nouveau une double expérience : celle de l’exil physique, bien sûr, mais aussi celle de la construction révolutionnaire. Il progresse alors dans un contexte particulier au sein duquel, malgré ses nouvelles réflexions et les avantages saillants de l’espace politique londonien, surgit à nouveau l’image d’un enfer qui s’oppose à l’espace péruvien de son enfance. Certes, les villes, comme l’écrivait Fernand Braudel, « augmentent les tensions, elles précipitent les échanges, elles brassent sans fin la vie des hommes »30. Mais Londres, offre, surtout à l’exilé, le négatif des bontés péruviennes : la solitude, la pluie et la nuit.

44Le Péruvien Viscardo reste sans doute celui que la déchirure de 1767 conduit le plus loin dans l’écriture violente des douleurs de l’homme déraciné. Ses écrits composés en Italie et en Grande-Bretagne, qui articulent les concepts de spatialisation et d’identification, finissant alors par enregistrer avec force les signes négatifs de la séparation, ou plutôt ceux de la rupture. Ces manuscrits deviennent aussi un chant d’amour désespéré qui est une déclaration de haine et de guerre envers l’Espagne et sa politique inique. Mais en cette fin de XVIIIe siècle, ce précurseur, celui qui court avant les autres, trop vite pour les autres, va peu à peu apprendre de l’expérience du bannissement, et comprendre que sa longue attente pour libérer du poids de son histoire son espace géographique, a en réalité l’allure d’une invisible mort.

Haut de page

Notes

1 Luis GIL FERNÁNDEZ, Panorama social del humanismo español (1500-1800), Madrid : Tecnos, 1981, p. 536-545.

2 Lettre du 15 juin 1778, Miguel BATLLORI, El Abate Viscardo : historia y mito de la intervención de los jesuitas en la independencia de Hispanoamérica, Madrid : Editorial Mapfre, 1992, p. 163.

3 Noticia autobiográfica, 27 octobre 1782, cf. Juan Pablo VISCARDO Y GUZMAN, Obra Completa de Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Edición de Homenaje del Congreso de la República y de la Comisión Nacional encargada de los Actos conmemorativos del 250° Aniversario del Nacimiento de Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Precursor de la Independencia americana, Lima : Ediciones del Congreso del Perú, Junio de 1998, p. 245.

4 M. BATLLORI, op. cit., p. 153. Lettre de septembre 1780, ibid., p. 168.

5 Lettre du 8 avril 1769 et Lettre de juin 1778, ibid., p. 163.

6 Vicente LLOMBART ROSA, Campomanes, economista y político de Carlos III, Madrid : Alianza Editorial, 1992.

7 M. BATLLORI, op. cit., p. 34.

8 Projet, Merle E. SIMMONS, Los escritos de Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Precursor de la Independencia, Caracas : Universidad Católica Andrés Bello, Instituto de Investigaciones Históricas, 1983, p. 167.

9 Yvonne CASTELLAN, La Famille, Paris : Presses Universitaires de France, p. 78.

10 Lettre du 30 septembre 1777, M. BATLLORI, op. cit., p. 161.

11 Lettre du 30 septembre 1781, J. P. VISCARDO Y GUZMÁN, op. cit., p. 16.

12 Lettre du 23 mars 1793 adressée à l’homme politique britannique, Bland Burges, M. E. SIMMONS, op. cit., p. 269.

13 Suite du Projet, op. cit., p. 174.

14 Kendall W. BROWN, Bourbon and Brandy : Imperial Reform in Eighteenth century Arequipa, New Mexico : University of New Mexico Press, 1986, p. 44. Précisons qu’à Arequipa, 80 à 90 % du vin était distillé pour être transformé en eau-de-vie.

15 Essai historique, 24 janvier 1792, cf. M. E. SIMMONS, op. cit., p. 170.

16 A. G. URRELO, El arequipeño Don Juan Pablo Viscardo, Lima : ABC, 1940.

17 Projet, M. E. SIMMONS, op. cit., p. 167.

18 Jorge A. FLORES OCHOA, Cuzco del mito a la historia, Lima : Banco de Crédito del Perú, 2007.

19 Juan Pablo VISCARDO Y GUZMÁN, op. cit., p. 7.

20 Esquisse politique, M. E SIMMONS, op. cit., p. 228.

21 M. E. SIMMONS, op.cit., p. 363.

22 Ibid., p. 364.

23 Ibid., p. 376.

24 Jean-Pierre CLÉMENT, El Mercurio Peruano, 1790-1795, Madrid : Vervuert-Iberoamericana, 1997, 1,p. 239.

25 César PACHECO VÉLEZ, Los Ideólogos. Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Lima : Comisión Nacional del Sesquicentenario de la Independencia del Perú, 1975, t. 1, vol. 1, p. CIII. Citons : « Viscardo, que vive como el inca la definitiva experiencia del destierro, halla en este texto ilustre – proscrito en el Perú en los años que él escribe su Carta – el argumento que une a mestizos y criollos desde el siglo XVI : ambos grupos son descendientes de los ‘ganadores de la tierra’ ; ambos grupos debieran haberse beneficiado, pues, del cumplimento de un pacto que la corona ha violado ».

26 La Lettre aux Espagnols américains,  M. E. SIMMONS , op. cit., p. 378.

27 La Lettre aux Espagnols…, p. 369.

28 M. BATLLORI, op. cit, p. 229.

29 Lettre du 30 septembre 1781, M. E. SIMMONS, op. cit., p. 13.

30 Fernand BRAUDEL, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, xve-xviiie siècle, Les structures du quotidien : le possible et l’impossible, Paris : Armand Colin, 1979, 1, p. 421.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas De Ribas, « L’espace péruvien chez le précurseur des Indépendances Viscardo y Guzmán : inscription territoriale, parcours géographico-historique et abandon spatial », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21839 ; DOI : 10.4000/e-spania.21839

Haut de page

Auteur

Nicolas De Ribas

Université d’Artois, Textes et Cultures (EA 4028)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org