Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

Les voix/voies de la carte

Louise Bénat-Tachot

Résumés

La confection du padrón real par les experts de la Casa de la Contratación de Séville dans la première moitié du XVIe siècle, a été un enjeu majeur non seulement pour établir la nouvelle configuration globale du monde mais aussi pour légitimer les entreprises d’expansion des nations ibériques en affirmant la maîtrise de la navigation. Dans quelle mesure la rédaction des premières chroniques des Indes est-elle liée à cette activité cartographique d’état qui lui est contemporaine ? Les liens épistémologiques, rhétoriques et politiques qui lient ces deux productions seront étudiés à partir de la carte universelle de Diego de Ribeiro et de deux chroniques : celle de Gonzalo Fernández de Oviedo et celle de Francisco López de Gómara.

Haut de page

Texte intégral

1Que l’écriture de l’histoire ait partie liée avec les représentations de l’espace est démontré de façon à la fois évidente et fondatrice lorsqu’il s’est agi de « raconter » la geste des Espagnols au-delà de la mer ténébreuse. De cette ouverture du monde par une navigation inédite va naître une nouvelle histoire qui pense dans des termes radicalement nouveaux le rapport entre la représentation de l’espace et l’écriture de l’histoire des hommes qui y vivent ou qui s’y installent.

2Dans quelle mesure la nécessité de cartographier de nouveaux espaces maritimes et terrestres a configuré la façon dont l’histoire a été bâtie et a structuré la trame « mentale » de ce qui allait devenir l’histoire des Indes Occidentales ou encore l’histoire du Nouveau Monde ? Je voudrais démontrer que le padrón real, cette carte en état d’immobilisation provisoire, que les experts de la Casa de la contratación de Séville actualisent et corrigent en vertu des données issues de nouvelles navigations, avec une étonnante vitesse de réaction, est au fondement de l’histoire des Indes, qu’elle en est la propédeutique d’une rare efficacité. Je pense qu’il y eut un dialogue constant entre les chroniqueurs et el arte de historiar d’un côté et les cartographes et les artes de navegar de l’autre.

3En configurant l’espace américain, le padrón real a été le creuset où se façonna une certaine forme d’histoire, une histoire horizontale, de surface, une histoire « a-mnésique » d’où toute profondeur historique du territoire est absente ; la carte simule une captation de la globalité mais aussi de l’immédiateté de la terre (par morceau de côte, insulaire ou continentale) et dans le même temps qu’elle la représente, elle affirme une façon de possession et fait droit pour qui en est muni.

  • 1 Louis MARIN, «Les voies de la carte » in : Jean-Louis VERET (dir.), Cartes et figures de la terre, (...)

4Le padrón real et ses variantes (cartes universelles) illustrent ce que Louis Marin appelle le geste tropique qui dit en même temps la chose qui représente et la chose représentée1. « La carte fait signe » en amorçant une première histoire, celle du toponyme, celle de la forme de ce morceau de terre, vu et conçu depuis l’œil du cartographe. Si la carte est une pulsion ou impulsion qui transporte celui la regarde, sa véritable efficacité est ailleurs ; la carte met à plat l’expérience en trois dimensions des hommes, elle la recompose à la façon dont le chirurgien après avoir découpé le corps, se charge de sa reconstruction, en recousant ensemble les morceaux éparpillés. Ce faisant la spécificité du padrón real de la première moitié du XVIe siècle qui prend acte de l’ensemble des « découvertes », est de faire autorité en se posant comme une abstraction universelle et comme la terre de relance des futures navigations. Le padrón real a priori n’est pas de l’ordre de l’histoire des hommes : il parait dissoudre les conquérants, les exploits, l’exotisme, pour ne garder que le tracé des côtes, au carrefour du portulan et de la projection ptoléméenne.

  • 2 Nous nous inspirons ici du titre de l’ouvrage collectif de Jay E. LEVENSON (éd.) Encompassing the g (...)

5L’enjeu du padrón real ou du padrao real de Lisbonne est crucial : il doit donner le contour et la nature de ces terrae incognitae  sur la base d’un ensemble de relevés, de latitudes, de routiers, de vents, bref de connaissances nautiques et géographiques. Cette expertise territoriale et maritime « ibérique » impose de penser l’Amérique dans une dynamique de encompassing the globe, d’englobement : un continent saisi entre deux masses océaniques dès 15222. Quelle place, quel contour lui donner par rapport au reste du monde ? Dire où se trouve l’Amérique, dire quelle superficie de terres elle recouvre, impose de reconfigurer le rapport eau/terre, de repenser l’habitabilité du monde, la théorie des climats et de se confronter à une nouvelle configuration du ciel. Face à cette stimulation intellectuelle et expérimentale, le premier regard posé sur les Indiens frappe souvent par son atonie.

  • 3 Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Historia general y natural de las Indias, 5 t., Madrid : Atlas, BAE, 1 (...)

6En effet, les premiers Américains, ceux des îles, du Brésil, du Labrador, de Terre Ferme ou de Patagonie sont des êtres privés d’histoire ; même la façon de nommer leur territoire va leur échapper. Les Européens s’installent au prix d’une occultation massive, qui commence par le syndrome de la page blanche, et si Ramón Pané, chargé d’enregistrer les linéaments d’une cosmogonie taína, prend soin de transcrire des récits, il semble le plus souvent convaincu que ce sont là des fantaisies confuses et décousues. Fernández de Oviedo observe dès 1526 que les taínos, lors des areitos, chantent et dansent en relatant leur histoire et conservent ainsi la mémoire de leurs ancêtres, des exploits de leurs caciques3. Il y voit « una manera de historiar » qui vaut bien les romances historiques de Castille, mais ces histoires ne font pas l’objet d’une transcription susceptible de constituer le passé de l’Amérique caribéenne sur lequel viendrait se greffer l’arrivée des chrétiens d’Europe. Les considérations parfois subtiles sur les usos y costumbres des Amérindiens ne constituent que des particularidades, singularités qui séduiront le lecteur occidental. L’histoire américaine avec ses lieux, ses dates et ses protagonistes commencera avec l’arrivée des Espagnols et il faut attendre le patient travail des linguistes franciscains pour que les passés amérindiens commencent à se faire entendre, reconstruits dans le contexte colonial.

7Pour les premières décennies qui nous intéressent ici, les découvreurs européens décrivent un territoire qui existe d’abord par la route qui l’a fait advenir, ses latitudes, l’embouchure de ses fleuves, son climat, et l’amabilité variable des humains qui s’y trouvent, bref une géo-graphie, une écriture de la terre dont les hommes ne sont qu’une des composantes.

8L’Amérique naît de la mobilité des Ibériques saisis d’une pulsion scopique autant que d’un désir d’accaparement, elle naît à la fois façonnée par un tracé hydrographique et mise en grille par la projection ptoléméenne qui l’a située sur la carte du monde, définitivement, brisant toute configuration en quatre parties cosmiques qu’elle fût inca ou mexica. L’Amérique a intégré la maison du globe sous l’égide de ceux-là mêmes qui viennent de le concevoir grâce à elle.

9Autant que Hérodote, Salluste, Tite Live et Pline l’Ancien qui vont être convoqués pour penser l’homme américain, Le traité de la sphère de Sacrobosco et la Geographia de Ptolémée, les commentaires au De situ orbis de Pomponius Mela et toute une littérature cosmographique et géographique sont interrogés pour saisir l’occurrence américaine.

10De toutes les cartes tracées pendant ces premières décennies, je voudrais m’attacher à la seule fabrication du padrón real, carte officielle, sous contrôle politique qui re-cèle tout ce que navigateurs et pilotes rapportent. Il incombe au cosmógrafo mayor ou au piloto mayor de reporter sur cette carte majeure l’ensemble des données avérées et de laisser en suspens le nondum cognitum, ce qui n’est pas connu. Le padrón real n’est pas une carte de la rêverie, de l’imaginaire, il n’est pas question d’y inclure quelques créatures fantastiques ou mythologiques, c’est une carte qui se veut exacte, « pragmatique », placée sous vigilance juridique, entre confirmation et doute.

  • 4 En 1508, une cédule royale enjoignait à Américo Vespucio, Piloto Mayor de Castilla que : « […] se h (...)

11Dès lors, de quelle façon la création de l’espace américain dans la cartographie officielle au plus haut niveau de l’état se raccorde-t-elle à l’historiographie naissante de ce même continent ? Quels liens unissent la rédaction des grandes chroniques primitives et la réalisation du padrón real4 ?

12Le padrón real est une carte qui se lit selon plusieurs ensembles de signes ou systèmes sémiotiques, depuis ceux de la projection mathématique, des codes nautiques, de l’écriture, du dessin, du pictogramme. J’ai choisi de retenir parmi les cartes issues des padrones reales qui nous sont parvenues, celles de Diego Ribeiro pour en analyser les réseaux de significations et de représentations et tenter ensuite d’établir les liens, les convergences ou les simples complicités avec deux chroniques générales majeures des Indes Occidentales. La question, au-delà de la curiosité épistémologique ou de la génétique pour un artefact, est de savoir si le padrón real en représentant l’espace américain, construit et constitue une trame « mentale » commune sur laquelle l’écriture de l’histoire du nouveau monde se bâtit, on pourrait presque dire à laquelle les chroniques ne peuvent échapper.

  • 5 El atlas catalán de Cresques Abraham, Primera edición con su traducción al castellano en el sexto c (...)
  • 6 Nous invitons à consulter en ligne les cartes de Cantino, Caveiro et Vespucci, García Torneo, qui r (...)
  • 7 Cf. L’étude précise et technique de Angel PALADINI CUADRADO, coronel de artillería G.M., « La forma (...)

13Depuis le Moyen Âge, la carte est un espace illustré qui s’offre à la lecture du spectateur : c’est le cas par exemple de l’atlas catalan d’Abraham Cresques de 1375, dont la densité narrative et dont les illustrations colorées sont exceptionnelles par leur richesse : sur la surface des terres sont dessinés rois, paysages, animaux, la narration d’une pérégrination5. Face à cela, le padrón real frappe par sa relative austérité et sa technique l’apparente à la tradition du portulan méditerranéen6. Il ne s’agit pas d’étudier la question cartographique sous l’angle de la science nautique7 et de l’exactitude des relevés topographiques ou de l’orientation d’un littoral, mais de comprendre l’économie globale de cette production, ses modes de lecture en incluant les textes, puisque ce type de carte et celle de Ribeiro en particulier s’offrent autant à la vue du spectateur qu’à sa lecture.

La carta universal : polyphonie d’un espace global

14Le padrón de Diego Ribeiro est une des plus belles réalisations scientifiques de la Casa de  la Contratación. Nous en possédons plusieurs copies qui présentent des variations qui ont été étudiées avec précision ; la plus belle copie et la plus riche est celle qui se trouve dans la bibliothèque apostolique du Vatican et qui date de 1529. Les systèmes de représentation qui s’y trouvent agencés en font un artefact d’une grande complexité, au-delà des difficultés de compréhension proprement techniques.

  • 8 En 1519, selon Paladini Cuadrado, il intervient dans les préparatifs de l’expédition de Magellan, e (...)

15Ribeiro fut un de ces transfuges portugais qui vers 1519 prit sa carta de naturaleza, comme Magellan, Ruy Faleiro, les frères Reinel, Esteban Gómez et tant d’autres navigateurs, pilotes et cartographes prestigieux8. Une cédule royale de 1523 le nomme cosmographe de sa Majesté, en l’absence de Sébastien Cabot qui s’est embarqué à Séville dans la ferme intention de découvrir un passage pour aller aux épices. Ribeiro est un expert surtout recruté pour fabriquer des instruments et des cartes pour un salaire de 30 000 maravédis.

  • 9 Cesáreo FERNÁNDEZ DURO, « Las cartas universales de Diego Ribero (siglo XVI) », Boletín de la Real (...)

16Sobre dans ses illustrations, cette carte est densément informée (la description des amers et les renseignements géographiques portant sur les autres parties du monde) ; en effet, Diego Ribeiro occupait un poste stratégique ; ainsi, en 1524, il va traduire les relations portugaises de Duarte Barbosa sur l’Afrique orientale et le Malabar. Cette même année, il est retenu comme expert pour participer à la fameuse junte de Badajoz qui devait débattre du tracé de l’antiméridien et de la propriété et possession des Moluques, les îles aux épices. Il continuera à travailler à la Casa de la Contratación à la fabrication de cartes, d’instruments nautiques et d’enseignement jusqu’à la fin de sa vie, ce qui lui valut d’être récompensé par la Couronne pour avoir en particulier inventé une pompe en cuivre, comme le souligne Fernández Duro : « Diego Ribeiro que tenía oficio de hacer bombas de metal para desaguar las naos, con salario de 70 000 maravedis al año, es fallecido » (janvier 1536)9. Ce salaire élevé démontre que la couronne le plus souvent pingre envers conquérants et officiers royaux, fut -s’agissant des investissements techniques- d’une plus grande générosité. Il faut dire que c’est l’empire espagnol qui a le premier institutionnalisé l’activité scientifique dans ses multiples applications : à ce titre la navigation et la cosmographie sont des sciences impériales.

  • 10 Ces cartes sont signées par les cosmographes de la Casa comme Cabot, Alonso y Jerónimo de Chaves, G (...)

17Il existe plus d’une trentaine de copies des padrones reales (parchemins manuscrits) dispersés dans les bibliothèques européennes et plusieurs copies tantôt signées tantôt anonymes de celui de Diego Ribeiro. Toutes ces cartes ont circulé en Europe, en dépit de l’interdiction qui frappait toute reproduction du padrón real et des cartas de marear10.Fernández de Oviedo lui-même dit avoir consulté celui de Diego Ribeiro et avoir celui d’Alonso de Chaves sous les yeux lorsqu’il écrit.

  • 11 Horst PIETSCHMANN (dir.), Manuel RAMOS MEDINA, María Cristina TORALES PACHECO con la colaboración d (...)

18Les cartes de Diego Ribeiro ont circulé en Allemagne et en Italie (Mantoue et Florence) par la voie des ambassadeurs de la papauté Castiglioni et Salviatti. Ce dernier aurait transporté plusieurs planisphères (celui de Nuño García Toreno et une autre mappemonde anonyme) ; en 1525 apparaît une carte de Ribeiro sans dessins, en 1526 celle de Juan Vespucci fondée elle aussi sur un padrón real et en 1530 une copie du padrón real faite par Ribeiro qui va se retrouver en Allemagne dans la maison des Welser dont on ne conserve qu’un fragment. Nous disposons de deux grandes cartes universelles signées par Ribeiro; la première date de 1529, la Propaganda ou encore la carte Borgia se trouve au Musée Borgia de la Propoganda Fide, aujourd’hui la bibliothèque du Vatican à Rome. Sur cette carte on voit des écussons colorés qui se trouvent dans le bord inférieur, ce fut probablement une commande d’Agustino Chigi, intendant des finances du pape Jules II, fameux mécène, aux armoiries duquel on ajouta celles de Rovere, l’écusson du pape qui l’avait élevé à cette dignité. L’autre date également de 1529 et se trouve dans la bibliothèque du grand-duché à Weimar. Il existe une troisième carte de 1532 anonyme mais qui présente de grandes similitudes avec les deux autres connue comme la carte Wolfenbüttel et qui se trouve dans la bibliothèque du grand-duché Wolfenbüttel. Cette carte qui est un padrón real est soit attribuée à Ribeiro soit à Alonso de Chaves mais elle ne présente guère de variation avec celle de Ribeiro. Plusieurs autres cartes avec de fortes ressemblances manifestent la diffusion et les multiples copies dont cette carte manuscrite fut le support. Ces mappemondes peintes à la main sur du parchemin ou du cuir étaient donc distribuées en Allemagne et en Italie et informaient sur les connaissances géographiques et politiques du moment. Cela peut surprendre que ce soit l’empereur lui-même qui à plusieurs reprises soit allé contre sa propre interdiction en chargeant les cosmographes de la Casa de réaliser de luxueuses cartes qu’il offrait à de hauts dignitaires. C’est ainsi que la mappemonde de Santa Cruz terminée en 1542 se trouve dans la bibliothèque royale de Stockholm, que la première carte de Ribeiro réalisée en 1525 a été offerte au pape avec la très belle carte universelle du pilote García de Toreno, comme présent impérial au cardinal de Salviati. Le coût élevé du parchemin et des décorations en faisait des instruments de propagande très utiles tant pour les Espagnols que pour les Portugais dans leur rivalité au sujet de leurs respectives positions ; ils montraient aux élites européennes (le haut clergé, la noblesse ou les grands commerçants) le pouvoir irradiant des puissances ibériques sur les terres d’outremer11.

  • 12 Pour la navigation, la découverte de la loxodromie fut essentielle : cela permettait que chaque cou (...)

19La carte qui fera l’objet de cette étude est la propaganda, qui se trouve dans la Biblioteca Apostalica Vaticana, archives de la Propaganda Fide (signatura borgiano III). Elle est levée selon une projection cylindrique équidistante: les degrés de longitude et latitude sont égaux12. C’est une carte manuscrite faite sur un parchemin, une carta universal dont les mesures imposantes 85 x 205 cm sont celles de ce type de carte. La carte de Weimar de 1529 est aussi sur parchemin mais de taille légèrement supérieure, 89 x 216 cm.

20Le titre en est :

Carta Universal En que se contiene todo lo que del mondo Se ha descubierto fasta agora: Hizola Diego Ribero Cosmographo de Su Magestad: Año de 1529. La qual Se devide en dos partes conforme a la capitulacio que hizieron los catholicos Reyes de españa, y El Rey don Juan de portugal en la Villa de tordesillas: Año de 1494.

21Cette carte est au carrefour de plusieurs systèmes iconographiques et cartographiques dont le premier est un ensemble de deux faisceaux majeurs de rhumbs, ce qui est propre aux cartes nautiques ; deux cœurs ou ómbligo semblent être les centres. Le premier est placé sur la moitié gauche de la carte dont l’origine est la rose des vents au milieu du « círculo solar » et l’autre au centre de la partie droite, vers l’île de Java. Les deux réseaux sont en contact sur la ligne de l’équateur. Ces deux réseaux des rhumbs, qui irradient à partir de l’océan pacifique et les roses des vents qui sont distribuées le long de la côte africaine et vers l’Asie semblent signaler les deux grandes puissances à l’œuvre, le Portugal le long de la côte africaine jusqu’à Malacca et l’Espagne au cœur non pas de l’Atlantique mais du Pacifique, un Pacifique magnifié qui étale le monde vers l’orient jusqu’aux Moluques (2e ómbligo).

22Le second système graphique est la projection ptoléméenne, observable par le tracé de quelques lignes cosmographiques : l’équateur, les deux tropiques et le tracé de trois méridiens qui constituent l’échelle des latitudes de 5° en 5°. Le premier passe par la isla del hierro (méridien originel), l’autre partage le monde en écornant l’Afrique, la ligne de Tordesillas et un troisième traverse l’océan Indien (mare indicum). Deux tracés arctique et antarctique encadrent ce monde définissant ainsi un immense ruban.

23Selon la tradition des portulans, la carte présente l’ensemble des tracés hydrographiques et une frange serrée de toponymes façonne les contours des terres, imposant brutalement un changement d’échelle. Le lecteur est saisi entre les immenses espaces et la vision panoptique et le rapport au rivage et les noms qui le désignent, ports, baies, îles, caps. La carte ne se balaie plus du regard, dans une dynamique d’embrassement, elle impose l’arrêt sur image, le rapprochement, l’attention topographique.

24Diego Ribeiro introduit deux autres systèmes de signes, moins habituels que les précédents. En effet, d’une façon singulière, il fait trôner des instruments de navigation, dessinés en majesté sur la carte et par ailleurs il dispose une série de cartouches qui scandent le littoral américain, donnant les premiers linéaments de son histoire, sorte d’affichage promotionnel à la façon d’un immense magasin de nouveautés.

  • 13 Ce complément apparaît dans la carte de Weimar, Giovanni Caboto découvrit le Labrador pour le compt (...)

25Ces rubriques de quelques phrases rédigées dans un cadre de facture identique, créent un effet de régularité, d’étiquetage commun, d’inventaire. Les terres, symbolisées par quelques arbres sont appréhendées à partir du littoral désigné le plus souvent par le nom du découvreur et dont les premières observations constituent une sorte de gravure, une eau forte que le cartographe intègre dans l’espace devenu commun parce que représentable. Chaque portion de territoire est ainsi réduite à quelques observations liminaires. Le Labrador est qualifié ou plutôt disqualifié : « terre découverte par les Anglais [de Bristol]13 ; elle ne vaut rien ». Le cartouche sur la région dite des frères Corte Real : « on pratique la pêche à la morue et il y a de grands pins pour les mâts ». A la hauteur de la terre baptisée d’Esteban Gómez : « Contient beaucoup d’arbres comme ceux d’Espagne, des fruits, du poisson et de nombreux animaux ; les indiens se nourrissent de maïs, ils sont grands ». D’autres cartouches sont plus développés comme celui de la Castilla del Oro (copie de Weimar) :

Ainsi appelée parce qu’on y a trouvé beaucoup d’or, les Indiens sont plus belliqueux que ceux de Saint Domingue et des autres îles car ils utilisent les flèches empoisonnées. Il y a une ville appelée Sta Marta, où de grandes quantités d’or ont été trouvées. A l’intérieur les Allemands ont leur territoire, depuis Cabo de la Vela à Cumaná, sur environ140 ou 150 lieues.

26Ou encore celui de la côte nord du Brésil :

Sur toute cette côte, depuis le Río dulce au cap San Roque, rien d’importance n’a été trouvé. Une ou deux fois depuis la découverte, cette côte a été visitée mais personne n’y est revenu une troisième fois. Le fleuve Rio de Marañon est très large et les bateaux peuvent y entrer pour s’approvisionner et sur une vingtaine de lieues pour faire de l’eau.

27L’inscription suivante qui concerne la Tiera De Patagones figure parmi les plus détaillée :

Ceux qui habitent cette terre où Fernam de Magellan trouva le Détroit sont des hommes très grands, presque des géants, et ils couvrent leurs corps de peaux de bêtes ; la terre est stérile et d’aucune valeur. Fernand Magellan est resté ici six mois et en particulier dans le port de san Julian qui est à 50°. Ici des indiens sont montés à bord et ont goûté le pain et le vin qu’on leur a donné et ont manifesté leur dégoût. Aucune maison n’a été vue, ils vivent à l’air libre; ils ont beaucoup d’autruches; les Indiens utilisent des flèches, quelques indiens qui sont montés à bord et ont demandé à être emportés et sont morts après en mer. Selon Pigafetta, ces indiens, loin d’avoir donné leur accord, ont été traîtreusement enchaînés et capturés.

28Ribeiro connaissait bien ces données récentes à la suite du retour en Espagne de l’un des bateaux de Magellan avec à son bord Esteban Gómez dont l’équipage, accusé de mutinerie, fut longuement interrogé par les juges de la Casa de la contratación mais aussi et surtout à la suite du retour du bateau La Victoria avec Sebastián Elcano et le médecin italien Pigaffetta, qui bouclaient ainsi le premier tour du monde en 1522. Ces textes schématiques procèdent à une première expertise de surface de la réalité américaine, sans profondeur territoriale, seules comptent les richesses et les hommes n’y sont que les figurants d’un futur théâtre des opérations.

29On voit donc que l’information géographique joue sur plusieurs registres et plusieurs échelles, topographique, régionale, géographique et cosmographique. Les cartouches opèrent un découpage par zone qui permet de ne pas dissoudre le littoral dans une série de toponymes difficiles à mémoriser ; ces cartouches construisent l’Amérique par morceau, par phrasés. La régularité de leur disposition sur la carte crée le sentiment que le processus de découverte s’applique avec une logique inéluctable. D’une carte à l’autre, le cartographe a opéré des modifications, dans la Propaganda, la péninsule de Malacca et l’île de Sumatra sont mieux dessinées. Pour la côte nord-ouest de l’Amérique du Sud dont la découverte est en cours, on observe un traitement lacunaire du tracé mais le cartouche sur le Pérou est la preuve manifeste de la réactivité du cartographe :

Cette terre du Pérou a été découverte par Francisco Pizarro en 1527. On y a trouvé de l’argent et de l’or avec lesquels les natifs font commerce. Ces derniers sont plus intelligents que dans les autres régions. Ils ont des tissus avec lesquels ils font des vêtements et ils ont de grandes cités fortifiées et de grands temples où ils vont en processions pour adorer leurs idoles. Le nom de Pérou vient du nom d’un chef indien, Biru, qui a résisté à Francisco Pizarro quand il était dans l’expédition de Balboa au moment de la découverte de la mer du sud.

30La carte enregistre les connaissances et les progrès enregistrés en 37 années de navigations océaniques (atlantiques et pacifiques). La façade atlantique depuis le détroit de Magellan jusqu’au Groenland est informée de façon minutieuse, ce que démontre la mention pour la première fois des îles Malvinas à la hauteur des côtes de l’Argentine, tandis que les renseignements sur la côte ouest commençaient également à affluer comme le prouvent le tracé de la côte nord-est de l’Amérique.

  • 14 Dans El islario, Alonso de Santa Cruz écrit au sujet de la « tierra del labrador », «  puesta en co (...)
  • 15 C’est le cas de la universale descrittione  par Paolo Forlani (1565) qui réunit les deux imaginaire (...)

31Il reste à observer de quelle façon est traité le « blanc de la carte » ; il n’y a pas de place pour l’invention ou le pari cosmographique,le padrón real ne manifeste pas d’horror vacui, on ne peut reporter que des données avérées. Il y a deux types de blanc : l’absence et la suspension. S’agissant des pôles et de la possible terre magellanique au-delà du détroit austral : la projection éjecte la spéculation, il la met hors champ14. En revanche la côte entre le Pérou et la pointe magellanique est laissée en blanc, comme en suspension, en attente d’être découverte, ce qui ne saurait manquer étant donné la logique géographique et la dynamique de découverte que le padrón real expose avec tant de netteté. Les terres laissées en blanc ne sont pas incognita mais nondum cognita, dans ce cas, ce blanc n’est qu’une prolepse, une future page de l’histoire : c’est un blanc programmatique. S’agissant des pôles, il en va différemment, le silence naît du bornage des deux tracés au nord et au sud, pas de détroit d’Anian au septentrion, pas de quarta pars qui remplirait la calotte glaciaire australe. Ribeiro détermine l’espace d’intervention des chrétiens espagnols, et de leurs concurrents, les surfaces où se joue l’actualité. Il y a une sorte de désertion à la fois conceptuelle (le type de projection choisi) et pragmatique. Les nouvelles théories cosmographiques au niveau des pôles seront le fait des cartes qui dix ans plus tard se multiplieront dans le reste de l’Europe pour poser l’existence du détroit d’Anian au nord, ou la question du rattachement du continent américain soit à la Chine, soit à l’Europe15.

  • 16 Ainsi la carte de Texeira de 1573 qui poursuit la guerre cartographique des Moluques est un padrao (...)

32Rien de tout cela ne préoccupe Ribeiro, qui demeure dans une perspective axiologique coloniale : les limites entre cosmographie et cartographie coloniale naissent de l’épreuve de la navigation. Rien de moins pragmatique que cette cartographie au service du pouvoir, qui configure la totalité du monde navigué pour le plus grand service du prince. Portugais et Espagnols s’ils évoquent les hypothèses, s’en tiennent à l’expérience et à la géographie positive, alors que les cosmographes du reste de l’Europe confectionnent des mappemondes et planisphères où la spéculation va bon train16. C’est ce que constate Alonso de Santa Cruz lorsqu’il conclut pour le pôle sud et la possible immense terra australis :

  • 17 M. CUEVA, ibid., p. 369.

Esto es lo que de esta tierra e isla [cono sur] hasta el día de hoy esta descubierto por autores ciertos y dignos de fe, que son los que arriba hemos dicho, todo lo que pone Oroncio u otros fuera de España carece de fe y es hecho no sin temeridad, pues aseveran lo que si algo se hubiese de saber, había de ser por la experiencia y plática de los criados y vasallos de vuestra majestad o del serenísimo rey de Portugal y no por sueños y presunciones vanas que no se han de traer a consecuencia en tratación geográfica17.

  • 18 Les projections cordiforme et conique mettent l’accent sur le fait que pour atteindre les Moluques, (...)

33Ces spéculations relèvent d’une vision du monde qui s’adosse au tracé d’un arc interpolaire et préoccupent les autres puissances non ibériques : Vénitiens, Allemands et Anglais qui envisagent toutes les possibilités qui leur seraient offertes d’atteindre l’Asie ou d’accéder aux épices ou de découvrir une autre terre continentale dans l’extrême sud du globe18.

34La carte de Ribeiro offre une autre dimension politique essentielle sous deux formes. L’une explicite, redondante, en liaison avec l’actualité récente et la réunion de la junta de Badajoz, l’autre est plus subtile mais tout aussi efficace.

  • 19 Plus tard Herrera fait remarquer que pour les Espagnols, l’Asie est l’extrême occident, tandis que (...)

35A la suite de la conférence de Badajoz de 1524 il fut demandé aux cartographes espagnols de placer le méridien oriental de la partition hémisphérique entre Espagne et Portugal. Les deux nations n’ayant pu se mettre d’accord, c’est une guerre cartographique qui s’engagea. On voit que Ribeiro trace le méridien de démarcation à 370 lieues de San Antonio, le point le plus à l’ouest des îles du Cap Vert. Il écorne ainsi le Brésil, le Groenland et une partie de Terre Neuve (dite de Corte Real), terres qui ne valent pas grand-chose, selon le commentaire des cartouches. Donc les terres étendues sur 180° à l’ouest appartiennent à l’Espagne ; autant dire que cela comprend la plus grande partie de l’Amérique, les Philippines et les îles Moluques jusqu’à la Chine. Le marquage est opéré par un système de petits drapeaux qui flottent côte à côte, chacun regardant la moitié du monde. Il est intéressant d’observer ce qui se passe en orient extrême19, les deux drapeaux sont placés en bas de la carte et sur la côte de la Chine, signalant ainsi l’emplacement de l’antiméridien. L’incapacité à calculer précisément la longitude déclencha une véritable guerre cartographique entre le Portugal et la Castille. La vaste étendue du Pacifique jusqu’aux Moluques (125° de longitude) a cependant 25 degrés de moins que sa largeur réelle (150° de longitude), sous-évaluation que l’on retrouve de la même façon chez Alonso de Santa Cruz. Pour confirmer le droit de la Castille sur les Moluques, le cartographe a dessiné deux galions espagnols à la hauteur des Moluques qui déclarent pour l’un « voy a maluco »  et l’autre « vengo de maluco ». Ribeiro nous présente donc les espaces maritimes du globe comme « habités », sillonnés par l’expédition de Magellan-El Cano dont les bateaux (sans doute le Victoria et le Trinidad) sont dessinés selon leurs différentes allures.

  • 20 Plusieurs padrones reales sont concurrentiels et exhibent cette guerre des cartes. Cf. Henriette OZ (...)

36La grande originalité cependant de cette carte réside dans la présence imposante d’instruments de navigation, sorte de propagande orgueilleuse et technique de ce que sont les artes de navegar20. Toutes les copies de planisphères complets ont la même représentation des instruments de navigation mais peu de cartes ont concédé une telle importance médullaire à ce type d’information : l’astrolabe, le quadrant et la table des déclinaisons occupent sur la carte un espace stratégique. On y lit l’ambition de celui qui enseigne la navigation et a pour mission d’inventer des instruments et de faire des cartes. En exhibant ces instruments, Ribeiro fait la démonstration de l’utilité de la navigation astronomique qui assure la domination des mers du globe. Sur la carte Borgia, l’astrolabe occupe le coin en bas à droite avec une inscription « astrolabio marítimo para saber la altura de las tierras ». La table des déclinaisons signale comment utiliser l’astrolabe pour observer la hauteur du soleil et déterminer sa déclinaison. L’astrolabe commençait à être utilisé à bord pour la navigation au cours du XVe siècle dans une version adaptée. Placé sur la carte à la hauteur des Moluques, cet astrolabe flanqué de deux drapeaux semble affirmer que c’est bien un calcul astronomique et scientifique indiscutable qui assure cette partition et qui garantit l’égalité des distances de pôle à pôle. Bien que ce soit le plus petit des instruments représentés, il occupe un espace stratégique, et « fait autorité » pour attribuer les richesses immenses des Moluques à la Couronne d’Espagne. Ribeiro développe donc un programme iconographique d’une évidente modernité en utilisant les instruments de navigation et leur puissance de conviction éprouvée pour construire un avantage politique. A l’opposé de l’astrolabe, on trouve le quadrant « quadrante horario », utilisé en général à terre pour déterminer l’heure, peu utile en mer pour d’évidentes raisons, mais l’inscription à gauche nous décrit comment l’utiliser pour déterminer la hauteur du soleil ou des étoiles en mer. Le troisième instrument est une aide pour la navigation et occupe une place dominante dans la carte, au centre du Pacifique, c’est le large cercle de la table des déclinaisons solaires commenté de façon pédagogique.

37A ces trois instruments se voit donc associé un discours, un petit manuel de navigation en réduction où Ribeiro expose la technique pour procéder à des relevés de latitude à bord. Ce padrón real se trouve relié à toute une littérature technique de l’époque comme le Quatri partitu en cosmografia practica d’Alonso de Chavez, écrit entre 1532 et 1544, or Ribeiro a travaillé avec Chaves à la Casa de la Contratación entre 1528 et 1533 date de sa mort. Le même type de lien peut être fait avec l’ouvrage de Martin Cortés, le Breve compendio de la sphera y de la arte de navegar con nuevos instrumentos y reglas exemplificado con muy sutiles demostraciones, 1551 et celui de André Homem, Universa ac navigabilis totius terrarum orbis descriptio de 1559 qui intègre les mêmes instruments, sans parler de Pedro de Medina et son fameux Arte de navegar de 1545.

38Face à la nécessité de prendre le contrôle des espaces vitaux pour l’empire sur le plan commercial comme celui des Moluques, les méthodes traditionnelles de navigation basée sur le savoir faire, l’expérience des pilotes, sont mises en débat par les propositions techniques d’une navigation fondée sur des observations célestes, ce qui était la façon dont étaient formés les pilotes. La polémique était forte entre les pilotes qui pensaient qu’il n’y avait pas moyen de se passer de la connaissance de première main des côtes, des courants, des marées, des vents, etc. alors que les cosmographes promeuvent une formation cosmographique et l’usage de manuels de navigation et d’instruments. Leur idée est que toute terre doit être située par rapport à des coordonnés fixes. Dans ce contexte, les raisons de la présence de ces instruments sur la carte de Ribeiro sont claires : il affirme la supériorité des cosmographes sur les pilotes, les longues inscriptions qui accompagnent les instruments sont l’écho de ses enseignements. Non seulement Ribeiro était portugais mais il était moins gradé que les cosmographes universitaires. Il éprouve ainsi le besoin de démontrer à travers les descriptions savantes des instruments sa parfaite connaissance de la cosmographie : il se promeut lui-même en se faisant le promoteur de cette navigation savante qui construit le futur de l’empire.

39Espace complexe d’informations organisées selon différents systèmes, le padrón real dont est issue la carte universelle offre la totalité du monde navigué pour mieux y installer la masse continentale du Nouveau Monde, ses projections futures, ses richesses à venir, mais aussi sa légitime articulation avec les Moluques par l’adjonction d’un somptueux océan pacifique qui semble gonfler le monde, décentrant le regard de l’Europe vers l’extension extrême occidentale qui devient orientale. Le monde ici n’est pas vraiment un globe, c’est plutôt un ruban, privé de ses pôles, il construit un espace dont la navigabilité est confirmée par l’invasion spectaculaire des galions et des instruments de navigation ; la carte est nautique, politique, hydrographique, iconographique, tendue par un puissant dynamisme impérial et ibérique. Cette carte dite « universelle » est donc à la fois une expertise territoriale, une injonction politique et une promotion de la navigation astronomique.

Les voies de la Historia general y natural de las Indias

40La lecture de la Historia general y natural de las Indias de Gonzalo Fernández de Oviedo manifeste un ensemble de convergences fortes avec les padrones reales. De façon explicite, puisque Oviedo dit avoir ce type de carte sous les yeux et se prend à faire un « cotejo » entre les relevés que lui-même effectue et ceux de la carte ; il dialogue avec le padrón de Ribeiro ou de Chaves ou encore avec les données de Santa Cruz ; il confronte les uns et les autres et affûte ses propres observations, il devient une sorte d’arbitre de la justesse de la carte, soucieux du détail au demi-degré près :

  • 21 Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Historia general y natural de las Indias, (1851), 5 t.,Madrid : BAE, 1 (...)

Si algo dijere que requiera enmienda, creed lector, que fui engañado por los cosmógrafos que estas cartas de navegar pintan de las cosas de estas partes, pues no he podido ver todo por mi persona21.

41En vérité, la géographie est la matière introductive de l’écriture de l’histoire, c’est évidemment une navigation nouvelle qui ouvre la chronique, que l’auteur couple avec un chapitre sur la boussole. Mais il y a plus, la géographie n’est pas seulement un thème qui permet que l’histoire advienne. Oviedo en effet va bâtir sa chronique sur la trame visuelle, sorte d’impression rétinienne du padrón real. C’est l’ensemble de ces tracés hydrographiques qui donne une forme au Nouveau Monde qui va constituer le bâti dont Oviedo a besoin pour organiser « estas materias », c'est-à-dire l’histoire américaine. L’œuvre sera géographique dans sa structure car là se trouve une image préformée susceptible d’intégrer la masse effervescente et arborescente de données dont il se fait le dépositaire depuis son avant-poste de Saint Domingue, ensemble de données impossible à maîtriser autrement.

42Je pense que ce choix ne fut pas immédiat et qu’il s’est imposé tardivement à Oviedo, sans doute submergé par la quantité d’informations à partir des années 1530 et précisément lorsqu’il a eu sous les yeux les premières cartes universelles non pas complètes mais conceptuellement cohérentes. Ce fut d’abord celle de Ribeiro puis de Chaves, sans doute celle de Sebastián Caboto de 1544. En effet ni dans le Sumario de la natural historia (1526) opuscule organisé selon le modèle plinien qui permet de classer des informations « naturelles » ni dans la première partie de la Historia (éditée en 1535 puis en 1547) qui est une reprise du même schéma doublé d’une extension historique sur la découverte et la conquête des Antilles, selon un déroulement de type chronologique, n’apparaît le besoin de passer à une structure « cartographique » pour formater l’histoire de cette nouvelle partie du monde.

  • 22 « […] de aquí en adelante se tratará de gobernaciones y descubrimientos particulares, siguiendo la (...)

43C’est à coup sûr le padrón real qui donne les clés des deux autres parties de la chronique, le temps et l’histoire des Chrétiens prendra place dans l’espace préalablement tracé par la carte, morceau par morceau en imitant le système des cartouches plantés le long de la côte sur la carte universelle et qui affecte à chaque région le nom même de son découvreur22. Le premier effet de ce dispositif d’inclusion de l’histoire par unité spatiale est qu’il n’y a pas de priorité, de conquérant plus grand, plus audacieux, plus chanceux, de territoire qui s’impose sur le devant de la scène historique. Ces narrations sont indexées à leur respectif territoire-théâtre d’opération selon l’ordre de l’énoncé géographique comme s’il s’agissait surtout d’affirmer la maîtrise du tout qui ne serait que la somme des parties. C’est ainsi qu’Oviedo présente son plan au début de la deuxième partie en distinguant deux façades, l’une atlantique, l’autre pacifique nouées par le livre XX, celui de la navigation de Magellan qui en ouvrant le passage a permis la projection de ces deux côtes depuis la pointe méridionale du continent. Cette navigation de Magellan « que anduvo la redondez del universo »a aussi ouvert la route qui unit l’Amérique à l’Asie, et à l’univers tout entier : ce qui est le sens même de la carte que nous venons d’étudier.

  • 23 Ibid., 2, p. 305-338.
  • 24 Ibid., 2, p. 338.

44L’histoire continentale naît donc d’une géographie raisonnée, interrogée avec minutie au cours des onze chapitres du livre XXI dans lequel l’auteur détaille l’hydrographie de la côte atlantique depuis le détroit de Magellan jusqu’au pôle arctique en passant par la ligne équinoxiale23. Il s’agit d’opérer le relevé de tous ces « asientos » mais, pour donner au lecteur de meilleurs repères et lui suggérer l’immensité du territoire, Oviedo prend soin de se livrer régulièrement à des sous totaux de ces morceaux de côtes découpés, pour éviter de diluer les espaces dans la micro échelle de la topographie. Il résout donc par les mots les questions que le padrón real posait par le tracé : entre le global et la frange des toponymes, entre le regard panoptique et la loupe, l’échelle intermédiaire chiffrée donne un rythme et rend mémorisable ce parcours hydrographique. Oviedo peut conclure à la fin du livre XXI par un calcul global, chapitre XI « la resolución de las leguas » jusqu’au Labrador « hasta el fin de lo que esta descubierto de lo que se ha podido haber noticia lo cual es todo una tierra continuada sin la partir ni dividir la mar »24, cela est essentiel et reflète exactement l’image du monde que renvoie le padrón real, l’aspect ininterrompu de la côte atlantique américaine.

  • 25 Ibid., 4, p. 336.

45Au début de la troisième partie, Oviedo reprend la même méthode d’exposition appliquée à la côte pacifique, qu’il appelle parte exterior, depuis le détroit de Magellan au port de Panama jusqu’à la Nouvelle Espagne25. Il doit lui aussi se confronter au « blanc de la carte » qui interfère brutalement dans l’exposé. Oviedo avoue ici s’en tenir au padrón real de Chaves. Il remonte jusqu’au 37° de latitude nord tout en émettant un certain nombre de réserves quant à l’exactitude de ces dernières données ; la côte ouest de l’Amérique du Nord s’étiole dans un silence prudent des cartes ainsi « racontées ».

46Oviedo se fait le témoin de la tension « cognitive » entre information relevée sur le terrain par le pilote et relevé astronomique saisi par le cosmographe. S’agissant de ces terres nouvelles il déclare au sujet de la carte (pintura) des relevés opérés par les pilotes à la hauteur du Nicaragua :

  • 26 Ibid., 4, p. 346

No me satisfago en algunas cosas de esta pintura porque los que navegan por acá mas se siguen por derrotas la carta en la mano que por el astrolabio, ni lo han menester donde la tierra se ve porque su intento es solamente hacer su camino y no ir apuntando puntualmente las alturas ni aun lo saben hacer los mas dellos26.

47Oviedo commente à de multiples reprises cette divergence dommageable entre les données empiriques et celles du padrón real et manifeste – comme la carte de Ribeiro – que cette nouvelle géographie résulte de la confrontation des savoir-faire des pilotes et des exigences des cosmographes.

48La conséquence de cette construction géographique, outre la dimension de débat cartographique sur la justesse des relevés effectués, est que l’histoire américaine va se jouer autrement. La filiation entre le padrón real et le chroniqueur génère une image de l’Amérique comme un espace gigantesque, massif, « impertinent », qu’il faut, une fois défini, découpé dans ses contours, remplir d’histoires au pluriel. L’unité géographique précède largement le sentiment d’une unité historiographique. La scansion historique relève chez Oviedo de la fragmentation, ce territoire est une sorte de magasin d’histoires, qui font toutes l’objet des commentaires, des jugements, des doutes du chroniqueur. C’est donc la carte universelle mise en mots qui met en forme la chronique et configure l’entreprise des Indes dans sa dimension globale tandis que les récits de conquêtes et les singularités de chaque territoire emplissent les terres, de façon inégale, intermittente.

49Ce global cartographique exhibe la puissance indiscutable du politique tandis que le déversement des hommes d’Espagne va générer les drames éthiques et démographiques que l’on sait. Le cerclage du monde est affirmé et confirmé par la carte et c’est là que réside la légitimité de l’empire ; celle des hommes en revanche sera débattue, mais en tout état de cause, le principe même d’une histoire américaine globale est scellé.

50Cependant à la différence du planisphère de Ribeiro, Oviedo expose ses doutes cosmographiques, en particulier sur le rattachement de l’Amérique à l’Europe ou à l’Asie. Son discours géographique déborde donc le cadre strict du padrón real. La raison en est simple : Oviedo vit en Amérique et il travaille depuis l’Amérique à l’écriture de ce continent, il le perçoit dans ses dynamiques d’expansion multiples : il voit bien que ce monde entre à peine dans un processus de révélation, son œuvre a une dimension de work in progress dans tous les domaines bien éloignée de la stabilité et du cadrage du padrón real. La connaissance de la flore, de la faune, des hommes, des secrets de la nature américaine et de ses phénomènes inédits sont autant de processus qui l’obligent à une écriture ouverte, l’écriture de l’ajout, de la correction de l’inachèvement. Le parcours des façades océaniques américaines fait se croiser les affirmations des pilotes sans cesse interrogées et les improbables théories cosmographiques d’Olaus Magnus.

51Du coup, l’écriture ovedienne est instable et digressive. Victime de l’aspect lacunaire de ses informations, désireux d’évoquer à tout bout de champ son expérience personnelle, comme une sorte de contre expertise, l’auteur se fait le médiateur entre pilotes et cartographes. Là se trouve sa promotion d’auteur ; il multiplie les avis de sorte que l’histoire qui naît de cette géographie est glosée et digressante.

  • 27 Il est intéressant d’observer que si Oviedo affirme que « aquellas islas del maluco y la especieria (...)

52Le cadrage de la chronique d’Oviedo est donc une cartographie mêlée où se croise le champ visuel restreint et la vision englobante de la carte universelle. Grâce au padrón real, Oviedo réussit à stabiliser cette réalité dé-mesurée, à en saisir la forme, et à retenir l’importance centrale de la navigation comme science appliquée. Du padrón real il retient aussi parfois le principe de la micro narration à la faveur d’un débarquement, la technique du cartouche comme un sceau qui intègre l’espace à peine investi, même si le débarquement fut sans lendemain pour Ayllón ou Garay ou simplement infructueux comme celui d’Esteban Gómez ; l’embryon narratif est un marquage territorial, métonymique de l’occupation à venir. Enfin en composant le tracé du Nouveau Monde à partir du livre 20 c’est-à-dire de la navigation de Magellan, Oviedo comme y invitait Ribeiro dans le padrón real, instruit la cartographie américaine à partir d’un périple mondial, en tension avec le Portugal27.

Le monde mis à plat selon un humaniste

  • 28 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Historia de las Indias (1re éd. 1552), Madrid : BAE, t. 22, 1946.

53López de Gómara n’est pas un géographe. La Historia de las Indias28 de Gómara écrite au milieu du siècle et publiée en 1552 fut un best seller de la Renaissance mais l’auteur n’a jamais mis les pieds en Amérique et c’est depuis l’Espagne qu’il rédige ce qui sera pour des décennies la référence de l’histoire américaine. Gómara est un historien, il se pense ainsi et réfléchit à son œuvre en termes d’arte de historiar. Sans rédiger un texte préceptif, il évoque à plusieurs reprises son désir de construire une histoire impériale qui soit générale (première partie) et particulière (deuxième partie) c’est-à-dire la conquête du Mexique. Il y a bien mise en relief d’une conquête, d’un héros qui ouvre un espace. Gómara fait des choix, il n’est pas comme Oviedo saisi dans le tourbillon informel des données, prisonnier de son désir de tout dire, et de mêler son jugement d’expert à toutes les informations qu’il transcrit.

54Gómara ne cite pas ses sources, il construit, taille, élimine, lisse, recompose, c’est un écrivain de l’histoire et la géographie pourrait n’être qu’une lointaine préoccupation pour cet humaniste qui se réclame volontiers de Salluste, de Polybe, au pire de Plutarque. Or il n’en est rien, Gómara est sans doute le chroniqueur qui s’inscrit de la façon la plus serrée dans le sillage mental et idéologique du padrón real de Diego Ribeiro ou de Chaves, dans la première partie de la Historia.

55Non seulement la géographie est maîtresse mais elle fait même l’objet d’une série de chapitres qui ouvrent la chronique. L’auteur fournit une sorte de « compendio » des données  de la nouvelle cosmographie ; là où Oviedo dissémine, dit par raccroc, digresse, Gómara organise, et compose un magnifique ensemble de chapitres qui traite de toutes les questions cosmographiques du temps plus ou moins convenues, de l’unicité et la sphéricité du monde, de son habitabilité, des antipodes, les degrés, l’invention de la boussole enfin la reprise de l’idée de Strabon selon laquelle les terres continentes sont des îles :

  • 29 Contrairement à ce qu’affirme Ricardo Padrón (Ricardo PADRÓN, The spacious word, Cartography, Liter (...)

La tierra que Indias llamamos es también isla como esta nuestra. Comenzaré su sitio por el norte, que es muy cierta señal, y contaré por grados, que es lo mejor y lo usado. No mido ni costeo a Europa, África y Asia, porque lo han hecho muchos29.

  • 30 Francisco LOPEZ DE GÓMARA, ibid., p. 165.

56Par cercles concentriques du plus large vers le plus étroit, passant de l’unicité du monde au « sitio de la tierra » et de là au « sitio de las Indias » (chapitre 12), l’auteur finit par se focaliser sur les terres américaines. Dans ce seul gigantesque chapitre Gómara opère un parcours hydrographique du continent de façon détaillée et imperturbable dans sa logique d’exposition : on lit la configuration mesurée de las Indias d’un seul tenant. La clarté et la vigueur de l’exposé sont extrêmes, et pour une fois la source énoncée : « La cuenta que yo llevo en las leguas y grados va según las cartas de los cosmógrafos del Rey, y ellos no reciben ni asientan relación de ningún piloto sin juramento y testigos »30.

57Le périple s’amorce ainsi :

  • 31 Ibid., p. 162.

Lo más setentrional de las Indias está en par de Gruntlandia y de Islandia. Corre docientas leguas de costa, que aún no está bien andada, hasta río Nevado. De río Nevado, que cae a sesenta grados, hay otras docientas leguas hasta la bahía de Malvas; y toda esta costa casi está en los mesmos sesenta grados, y es lo que llaman tierra del Labrador, y tiene al sur la isla de los Demonios31.

58La forme de la côte est décrite en une sorte de déclinaison géométrique, il y des pointes, des creux et des carrés «  aquí se hace un golfo como cuadrado ». Le chapitre est scandé par des pauses explicites qui sont en rapport avec l’importance « señalada » de cette halte :

  • 32 Ibid., p. 163.

Es la Florida una lengua de tierra metida en la mar cien leguas, y derecha al sur. Tiene de cara, y a veinte y cinco leguas, la isla de Cuba y puerto de La Habana, y hacia levante las islas Bahama y Lucaya; y, por ser parte muy señalada, descansamos en ella32.

59La Floride est bien une terre stratégique qui en face de Cuba permet de contrôler la passe des Bahamas, pertinente sur la carte, elle l’est aussi pour la navigation et la perception des « zones d’influence ». Gómara donc ne choisit pas au hasard les phrasés de sa présentation ; il choisit des zones remarquables, comme l’embouchure de l’Amazone pour être le fleuve le plus imposant du continent :

  • 33 Ibid., p. 163.

Así que cuentan ochocientas leguas de costa desde Nombre de Dios al río de Orellana, el cual entra en la mar, según dicen, por cincuenta leguas de boca que tiene debaxo de la Equinocial, donde, por caer en tal parte y ser tan grande como dicen, hacemos parada, y otra tal haremos dél al cabo de San Agustín33.

60Plus loin, il observe que le cap de saint Augustin est le plus proche de l’Afrique et de l’Espagne. Le regard décroche donc du parcours minutieux et régulier des côtes pour prendre de la hauteur et constater les rapports de distance entre les masses continentales. On comprend que le padrón real est bien le « modèle » que suit Gómara tout en prenant une certaine liberté pour souligner tel amer, telle connexion entre les espaces, et instaurer ainsi la place de l’Amérique depuis le local dans un espace élargi. Poursuivant le périple dans un parfait continuum, les pauses se feront à Panama et dans l’isthme de Tehuantepec, dont on voit qu’en effet il s’agit de lieux significatifs, sorte de seuils de la constitution géographique du continent, non pas au regard de ceux qui y vivent mais par rapport à la vision synoptique de l’ensemble du territoire. Panama, la ceinture du continent a une valeur géopolitique ajoutée tout comme le seuil géographique de l’isthme de Tehuantepec. Gómara en profite pour signaler son rêve politique au sujet de Panama, le rêve d’un canal :

  • 34 Ibid., p. 164. Ce projet sera repris de façon vigoureuse dans le chapitre « Del paso que podrían ha (...)

61« Todo el trecho desta tierra es angosto de una mar a otra, que parece que se va comiendo para juntarla, y así tiene muestra y aparejo para abrir paso de la una a la otra por muchos cabos, según en otra parte se trata »34.

62Enfin Gómara laisse la porte ouverte à la quarta pars, ou terre magellanique qu’il mentionne dans ce seul endroit, à titre de conclusion :

  • 35 Ibid., p. 165.

Quiero decir también cómo hay otras muchas islas y tierras en la redondez del mundo, sin las que habemos nombrado ; una de las cuales es la tierra del estrecho de Magallanes, que responde a oriente, y que, según su muestra, es grandísima y muy metida al polo antártico. Piensan que por una parte va hacia el cabo de Buena Speranza, y por la otra hacia los Malucos, ca los de las naos del virrey don Antonio de Mendoza toparon una tierra de negros que duraba quinientas leguas, y pensaban que se continuaba con aquella del sobredicho estrecho; así que la grandeza de la tierra aún no está del todo sabida, empero las que dicho habemos hacen el cuerpo de la tierra, que llaman mundo35.

  • 36 Ce chapitre a frappé les contemporains au point d’être édité et traduit à part par Richard Eden et (...)

63La force de frappe de ce chapitre n’est pas seulement sa densité, sa cohérence et sa clarté36, il est surtout le tremplin de l’histoire  qui va s’écrire et qui va s’adosser à cette « vision » d’une carte mise en mot. Tout comme Oviedo, Gómara va introduire l’histoire à partir de ce dispositif géographique : partant du nord-est, il suit la côte atlantique pour parvenir au milieu du livre à la longue expédition de Magellan-Elcano, puis il reprend sa relation depuis le Chili jusqu’au Mexique et la Basse Californie, dans une progression nord-sud. C’est le parcours adopté dans El sitio de las Indias qui est repris pour se gonfler de la narration des conquêtes de chacune des zones préalablement découpées et identifiées. Il s’agit d’un plan raisonné que l’auteur justifie dans le chapitre 38 « Por qué razón comienza por aquí el descubrimiento » :

  • 37 F. LÓPEZ DE GÓMARA, op. cit., p. 177.

Comienzo a contar los descubrimientos de las Indias en el cabo del Labrador por seguir la orden que llevé en poner su sitio, pareciéndome que sería mejor así y más claro de contar y aun de entender, ca fuera confusión de otra manera, aunque también llevara buena orden comenzándolos por el tiempo que se hicieron37.

64La structure du livre est donc ce découpage hydrographique qui fait tenir ensemble et permet de recoudre les parties à un tout préalablement construit. La ressemblance avec le padrón real est encore plus frappante que dans le texte d’Oviedo car il n’est plus question de distinguer les deux façades du continent, l’Amérique est un tout, une « île » gigantesque, elle doit être lue à la façon dont elle est donnée à voir dans le padrón. Ce chapitre non seulement présente la méthode mais est aussi une façon de sceller définitivement l’espace impérial. Les enjeux politiques du temps qui s’exprimaient dans le padrón real se retrouvent dans la chronique de Gómara en particulier par l’agencement de plusieurs dispositifs d’énonciation complexes.

65Gómara place au cœur de l’œuvre le tour du monde de Magellan-Elcano. L’épisode est magistral car il est non seulement l’occasion de raconter une geste nautique mais aussi d’évoquer une route plus rapide pour aller aux épices, en creusant un canal. Il s’adosse pour cela à « l’évidence » cartographique non pas locale mais en surplomb, celle-là même du padrón real (chapitre  « Del paso que podrían hacer para ir más breve a las Malucas »).

66De façon plus concise et plus triomphaliste, à la manière d’un Pedro de Medina dans son Arte de navegar, Gómara souligne les performances de cette nouvelle navigation ; les Espagnols affirme-t-il traversent l’océan Atlantique « a ojos cerrados ».

  • 38 « Pues habemos puesto el sitio de las Indias, conveniente cosa es poner el camino por donde van a e (...)

67Spectateur de cette mise à plat du monde qui génère la syntaxe de la mobilité, le chroniqueur se fait aussi pilote, la chronique devient routier et exhibe la multiplicité des voies du monde. Un des derniers chapitres « El camino para las Indias » est consacré à la description de l’ensemble des carreras qui unissent les Indes à l’Europe et en leur affectant le temps moyen de navigation38, ce même chapitre se termine en évoquant le contrôle politique qu’exerce la Casa de la Contratación sur l’ensemble de ces navigations :

  • 39 Ibid., p. 292.

Ningún hombre que no sea español puede pasar a las Indias sin licencia del Rey, y todos los españoles que pasan se tienen de registrar en la Casa de la Contratación de Sevilla, con toda la ropa y mercaderías que llevan, so pena de perderlas, y también se han de manifestar a la vuelta en la mesma Casa, so la dicha pena, aunque con tiempo forzoso desembarquen en otro cualquier puerto de España, que así lo manda la ley39.

68Enfin, les derniers chapitres de la chronique qui portent sur les îles Canaries ramènent le lecteur au plus près de l’Espagne et de l’Afrique. Ce nœud des Canaries n’est pas seulement escale, point d’accrochage des navigations, il est aussi le point de rencontre des histoires, la nouvelle qui s’est projetée sur les Indes et l’ancienne « Muy sabidas y loadas fueron siempre las islas de Canaria, según autores griegos, latinos, africanos y otros gentiles escriben ». Gómara sait articuler l’histoire des espaces et l’histoire des hommes.

69Dans le droit fil du padrón de Diego Ribeiro, Gómara affirme avec véhémence et une bonne dose de mauvaise foi que les Moluques se trouvent dans l’espace castillan. Le chapitre inaugural « El sitio de las Indias » irradie dans toute l’œuvre et sert de tremplin « espagnoliste » pour une manière d’histoire globale, qui est autant une histoire de la mobilité des hommes d’Espagne que l’histoire de leurs faits d’armes.

70La conséquence de cette dynamique historique est de tracer une « vision » qui place l’Amérique et son lot d’histoires intérieures, ensemble de « titulatures régionales » à l’intérieur d’un autre réseau de lignes, celles que parcourent les galions sur la carte universelle. A l’ouverture du livre on lira la grande navigation de Colomb, ses préparatifs, son déroulement, sorte de geste maritime inaugurale, au cœur de l’ouvrage on lira la grande aventure de la circumnavigation de Magellan, et à la fin du volume on lit l’ensemble des routiers qui ont tissé des liens désormais indiscutables entre l’Amérique et l’Europe, seul manque le galion de Manille…

  • 40 On peut aussi souscrire à l’observation de Ricardo Padrón lorsqu’il observe avec finesse que cette (...)

71Des îles Canaries aux Antilles, des îles des Antilles aux Moluques, la géographie dans la Historia de las Indias est bel et bien une géopolitique et une géo-histoire dromographique. Tout comme dans le padrón real, on y trouve affirmée la suprématie et le bon droit de la Castille sur les zones les plus riches du monde. Cette géographie mise à plat, percutante, unifiée est un véritable outil idéologique, beaucoup moins précis que les discussions parfois byzantines d’Oviedo sur telle ou telle mesure de latitude, mais beaucoup plus convaincante pour dessiner l’Amérique dans sa totalité et dans son inscription mondiale40.

Conclusion

  • 41 Ce sera le choix d’Antonio de Herrera et avant lui de Las Casas dans la Historia de las Indias. Il (...)

72Le padrón real n’est pas une carte qui se regarde, en rêvant, il ne se prête pas aux méditations cosmographiques, c’est une praxis, au cœur d’un dispositif d’expansion impériale ; loin d’être exotique, il rapproche le lointain en le conceptualisant par la seule force de la représentation, de sa réduction. La chronique des premières décennies, face au défi de la narration globale des faits des conquérants, est aux prises avec leur éclatement, leur dispersion dans l’espace, et refuse de prendre le risque de l’extrême morcellement qui résulterait d’une rédaction chronologique41.

73Oviedo et Gómara ont bien compris que l’économie spatiale était nécessaire, voire la seule possible, mais ce n’est pas la seule raison qui a présidé à ce choix. Je pense que le padrón est la première image qui donne une « conscience monde » aux Ibériques, ces deux chroniqueurs ont sous les yeux le support virtuel qui leur permet de penser le monde en termes géographiques d’abord, puis de le penser tout court.

74La navigation, les routiers, les épices, la pénétration continentale, les fleuves qui s’ouvrent telles des portes béantes sur le continent, les richesses entrevues, et la science nautique souveraine qui en assure la maîtrise sont les éléments constituants de la chronique et du padrón real. Ces deux productions contemporaines sont à l’intersection de plusieurs systèmes iconiques et de la prose géographique, fondements de l’histoire globale qui se rédige depuis l’Europe.

Haut de page

Notes

1 Louis MARIN, «Les voies de la carte » in : Jean-Louis VERET (dir.), Cartes et figures de la terre, Paris : Centre Georges Pompidou, 1980, p. 47-54.

2 Nous nous inspirons ici du titre de l’ouvrage collectif de Jay E. LEVENSON (éd.) Encompassing the globe, Portugal and the world in the 16th & 17th centuries, Washington : Arthur M. Sackler Gallery, 2007.

3 Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Historia general y natural de las Indias, 5 t., Madrid : Atlas, BAE, 1959, 1, p. 113-115.

4 En 1508, une cédule royale enjoignait à Américo Vespucio, Piloto Mayor de Castilla que : « […] se haga un padrón general a los nuestros oficiales de la Casa de la Contratación de Sevilla que hagan juntar todos nuestros pilotos, los más que hallaren en la tierra a la sazón, y en presencia de vos el dicho Américo Vespucio, nuestro piloto mayor, se ordene y haga un padrón general, el cual se llame padrón real, y por el cual todos los pilotos se hayan de regir y gobernar y esté en poder de los dichos nuestros oficiales y de vos el dicho piloto mayor y que ningún piloto use de otro ninguno, sino del que fuera sacado de él. Con esta orden se pretendía unificar conocimientos y que todos los pilotos que hacían la Carrera de Indias se guiaran por las mismas cartas contrastadas y puestas al día ». Dès lors, la réalisation du padrón a été un travail collectif, réalisé par des experts hautement qualifiés de la Casa de la contratación sous la direction du Piloto Mayor.

5 El atlas catalán de Cresques Abraham, Primera edición con su traducción al castellano en el sexto centenario de su realización 1375-1975, Barcelone : Diafora, 1975.

6 Nous invitons à consulter en ligne les cartes de Cantino, Caveiro et Vespucci, García Torneo, qui raccordent de façon lacunaire les côtes atlantiques de l’Amérique avec les autres parties du monde, dont l’Afrique contournée et cartographiée depuis la fin du XVe siècle.

7 Cf. L’étude précise et technique de Angel PALADINI CUADRADO, coronel de artillería G.M., « La formación de la carta moderna del mundo en el siglo XVI », en ligne,dialnet.unirioja.es/descarga/articulo/206304.pdf.

8 En 1519, selon Paladini Cuadrado, il intervient dans les préparatifs de l’expédition de Magellan, et aide Nuño García de Toreno à dresser des cartes, construire des astrolabes et autres instruments de navigation. En 1523, Charles V le nomme cosmógrafo de la Casa de la contratación de Sevilla, c’est à ce titre qu’il fit partie de la délégation espagnole à la junta de Badajoz ; le 6 octobre Charles Quint écrit à Hernando Colón : « tomareis con vos a diego riberio, nuestro piloto e maestro de hazer cartas e astrolabios », ibid., p. 132.

9 Cesáreo FERNÁNDEZ DURO, « Las cartas universales de Diego Ribero (siglo XVI) », Boletín de la Real Academia de la Historia, 12(4), abril 1888. Disponible en ligne : http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/boletin-de-la-real-academia-de-la-historia--1/html/.

10 Ces cartes sont signées par les cosmographes de la Casa comme Cabot, Alonso y Jerónimo de Chaves, García de Céspedes, García de Toreno, Diego et Sancho Gutiérrez, Pedro de Medina, Antonio Moreno, Diego Ribeiro, Alonso de Santa Cruz, y Juan Vespuccio, mais sans doute à cause de l’interdiction de divulgation, bon nombre d’entre elles sont anonymes.

11 Horst PIETSCHMANN (dir.), Manuel RAMOS MEDINA, María Cristina TORALES PACHECO con la colaboración de Karl KOHUT, Alemania y México : percepciones mutuas en impresos, siglos XVI-XVIII, Mexico D.F.: Centro de Estudios de Historia de México Condumex: Fomento Cultural Banamex, Universidad Iberoamericana, 2005.

12 Pour la navigation, la découverte de la loxodromie fut essentielle : cela permettait que chaque courbe (la route du bateau) coupe les méridiens selon un angle constant : dans la projection de Mercator les degrés de latitude étaient proportionnels grâce à une projection trigonométrique, Raymond D’HOLLANDER, « Historique de la loxodromie », in : Monique PELLETIER (éd), Géographie du monde au Moyen Âge et à le Renaissance, Paris : Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1989, p. 133.

13 Ce complément apparaît dans la carte de Weimar, Giovanni Caboto découvrit le Labrador pour le compte du roi d’Angleterre. VoirRicardo CEREZO MARTÍNEZ,La cartografía nautica española  en los siglos XIV, XV y XVI, Madrid : CSIC, 1994.

14 Dans El islario, Alonso de Santa Cruz écrit au sujet de la « tierra del labrador », «  puesta en controversia de opiniones si es cortada del continente del continente de Grovenlandia de quien en la primera parte hicimos mencion o si es tierra continuada del continente septentrional de Europa, lo cual esta por averiguar hasta hoy por la indisposición del lugar, ques tan frío que no es tratable sino en el estio ». Il fait ainsi état des différentes hypothèses des cosmographes ; Ziegler déclare « tiene que ser tierra continuada desde Escondia » sans doute à cause de ce qu’en a dit Caboto « la haia ido costeando la tierra y costa septentrional hasta mas a delante de la tierra de los bacalaos casi a la Florida ». Olaus Magnus de son côté laisse entendre qu’il y aurait un passage vers les îles orientales depuis le Labrador, il se fonde sur les frères Corte Real : « aseveraron partirse del gran continente de las indias occidentales cuyo extremo parte de ellos tenian de esta isla del labrador por una canal muy ancha u grande de mar, de la cual el piloto antonio caboto arriba dicho tambien tuvo noticia ». Esteban Gómez : « el cree y es la muy firme opinion que hay de la canal y paso que arriba dijimos cortar el continente de los bacalaos y la tierra llamada del labrador, el tuvo por cierto que no habia necesidad de experiencia por no ser posible poderse pasar por ella segun el impedimento que haberia de la frialdad en las partes vecinas, la cual opinión y disculpa de no haber intentado pasar por el quedo tan asentada por buena escusa que nunca mas se ha intentado a proceder en este caso siendo cosa que tanto importaba al bien y servicio de vuestra majestad porque se pretendía por allí el gobierno y trato de las islas de los Malucos ». Cette navigation posait de sérieux obstacles cosmographiques et nautiques, car s’il était possible de naviguer à ces latitudes « se sabe que se navega a la redonda de escandia » les difficultés étaient extrêmes : « seria extremadamente dificil para los habituados a temperamentos tan contrarios o distante de tan gran extremo. », cf. Mariano CUESTA DOMINGO, Alonso de  Santa Cruz y su obra cosmográfica, 2 t., Madrid : CSIC, 1984, 2, p. 281-285.

15 C’est le cas de la universale descrittione  par Paolo Forlani (1565) qui réunit les deux imaginaires, de la fameuse mappemonde d’Abraham Ortelius de 1570 ou encore plus tardivement du planisphère de Gérard Mercator de 1597.

16 Ainsi la carte de Texeira de 1573 qui poursuit la guerre cartographique des Moluques est un padrao real établi selon la même projection du monde que la carte de Ribeiro.

17 M. CUEVA, ibid., p. 369.

18 Les projections cordiforme et conique mettent l’accent sur le fait que pour atteindre les Moluques, la route par le nord-ouest est plus courte que par le cap de Bonne Espérance ; elles sont privilégiées surtout dans les cartes anglaises. Les cartes anglaises et l’hypothèse d’un gigantesque continent asiatico-américain des cartes vénitiennes dans les années 1560 sont autant de stratégies cosmographiques de ces puissances exclues du traité de Tordesillas.

19 Plus tard Herrera fait remarquer que pour les Espagnols, l’Asie est l’extrême occident, tandis que pour les Portugais, l’est l’extrême orient.

20 Plusieurs padrones reales sont concurrentiels et exhibent cette guerre des cartes. Cf. Henriette OZANE, « La découverte cartographique des Moluques », cf.M. PELLETIER, ibid., p. 217.

21 Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Historia general y natural de las Indias, (1851), 5 t.,Madrid : BAE, 1954, 2, p. 305 (a).

22 « […] de aquí en adelante se tratará de gobernaciones y descubrimientos particulares, siguiendo la vía que he traido en la geografia de la costa de la Tierra Firme », ibid., 2, p. 339.

23 Ibid., 2, p. 305-338.

24 Ibid., 2, p. 338.

25 Ibid., 4, p. 336.

26 Ibid., 4, p. 346

27 Il est intéressant d’observer que si Oviedo affirme que « aquellas islas del maluco y la especieria caen en la demarcacion y términos de la conquista de castilla y de los reyes della », ibid., 2, p. 303, le livre 20 est sans doute un des plus touffus et éclaté dans sa composition. Oviedo mêle de multiples témoignages et poursuit l’histoire des Moluques jusqu’à la guerre luso-espagnole, le retour d’Urdaneta vers le Mexique en 1536 et l’expédition du capitaine Camargo frère de l’évêque Gutierre de Vargas en 1539, soit un récit dense fait de multiples tentatives et d’échecs, de guerres délocalisées entre Espagnols et Portugais. Ce livre frappe par l’instabilité géopolitique que manifeste son extrême dispersion narrative.

28 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Historia de las Indias (1re éd. 1552), Madrid : BAE, t. 22, 1946.

29 Contrairement à ce qu’affirme Ricardo Padrón (Ricardo PADRÓN, The spacious word, Cartography, Literature and Empire in Early Modern Spain, Chicago : University of Chicago Press, 2004), Gómara ne fait pas l’impasse sur la question de l’Amérique, et de ses connexions polaires. Le chroniqueur déclare dans le chapitre intitulé « El sitio de las Indias » : « Está Gruntlandia, según dicen algunos, cincuenta leguas de las Indias, por la tierra que llaman del Labrador. No se sabe aún si aquella tierra se continúa con Gruntlandia o si hay en medio estrecho. Si toda es una tierra, vienen a estar juntos los dos orbes del mundo por cerca del norte o por baxo, pues no hay más de cuarenta o cincuenta leguas de Finmarchia a Gruntlandia; y aunque haya estrecho, son harto vecinos », ibid., p. 162. Il sait bien que les Vénitiens imaginent d’accéder aux épices en passant par les pôles, le monde de Gómara n’est pas clos sur le plan cosmographique, il est défini à la façon dont le padrón real le structure et le réduit mais c’est un choix explicite, politique, et non pas une erreur de jugement sur la question de l’insularité du Nouveau Monde. Gómara laisse en permanence ouvert le débat sur les éventuelles articulations du Nouveau Monde à l’Ancien, sans compter qu’il connaît parfaitement les thèses d’Olaus Magnus qu’il a personnellement connu. L’île est une hypothèse qu’il se plaît à retenir avec la variante de l’Atlantide à la fin de l’ouvrage, comme une façon de stabiliser ce qui reste profondément en débat.

30 Francisco LOPEZ DE GÓMARA, ibid., p. 165.

31 Ibid., p. 162.

32 Ibid., p. 163.

33 Ibid., p. 163.

34 Ibid., p. 164. Ce projet sera repris de façon vigoureuse dans le chapitre « Del paso que podrían hacer para ir mas breve a las Malucas » Ibid., p. 222.

35 Ibid., p. 165.

36 Ce chapitre a frappé les contemporains au point d’être édité et traduit à part par Richard Eden et inclus par Gemma Frisius dans son édition de la Cosmographia d’Apian.

37 F. LÓPEZ DE GÓMARA, op. cit., p. 177.

38 « Pues habemos puesto el sitio de las Indias, conveniente cosa es poner el camino por donde van a ellas, para cumplimiento de la obra y para contentamiento de los leyentes, especial estranjeros, que tienen poca noticia dél. », ibid., p. 292.

39 Ibid., p. 292.

40 On peut aussi souscrire à l’observation de Ricardo Padrón lorsqu’il observe avec finesse que cette façon de se soustraire à l’ordre chronologique de l’exposition des faits permet d’éviter que le livre ne se présente comme une histoire dont le dénouement serait sombre voire funeste, en se terminant sur les épisodes les plus discutables de la conquête : les guerres civiles du Pérou, l’échec de Vázquez de Coronado ou encore la tentative des dominicains en Floride. Cf. R. PADRÓN, op. cit., p. 171-172.

41 Ce sera le choix d’Antonio de Herrera et avant lui de Las Casas dans la Historia de las Indias. Il est indiscutable que les Décades de Herrera posent une sérieuse difficulté de lecture par l’éclatement année après année de la narration des conquêtes et que le chroniqueur pour résister à ce délitement du sens, fera quelques entorses à l’exposition chronologique. Quant à Las Casas le risque fut moindre puisqu’il s’arrête en 1520 lorsque la cohérence des faits s’ajuste dans le sous ensemble régional caribéen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Les voix/voies de la carte », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21829 ; DOI : 10.4000/e-spania.21829

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org