Navigation – Plan du site
Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles ‎

Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles. Introduction

Escritura del espacio, escritura de la historia : mundos ibéricos, siglos XVI-XIX
Louise Bénat-Tachot

Résumé

¿Qué relaciones existen entre la percepción, la medida, y la representación de los espacios y la escritura de los hombres que en ellos se establecen ? ¿Según qué procesos y en qué medida la historia (social, événementielle, económica, cultural) nace de la inscripción territorial, la construye, la moldea ? ¿Qué relaciones dialécticas se observan entre la historia y la geo-grafía ?
De cómo los hombres o un grupo social perciben y ocupan un espacio depende la manera como lo transforman, lo atraviesan, lo recorren (lo que incluye los espacios marítimos y fluviales), lo abandonan o lo desplazan.
Estos son los temas que nos proponemos analizar, que se relacionan tanto con la reflexión teórica como con el análisis geográfico-histórico de casos precisos. Los mundos ibéricos como campo de investigación suponen obviamente el que se tomen en cuenta espacios lejanos y conectados y se recurra a un amplio juego de escalas.

Haut de page

Texte intégral

1Quelles relations existe-t-il entre la perception, la mesure et la représentation des espaces et l’écriture des hommes qui s’y installent : selon quels processus et dans quelle mesure  l’histoire (sociale, événementielle, économique, culturelle) naît-elle de l’inscription territoriale, la construit-elle, la façonne-telle ? Quelles relations dialectiques observe-t-on entre l’histoire et la géographie ?

2De la façon dont un espace est perçu et investi par les hommes (ou un groupe social) dépend la façon dont ils le transforment, dont ils le traversent, le parcourent (cela inclut les espaces maritimes et les fleuves) et dont ils l’abandonnent ou le déplacent. Ce sont ces questions qui relèvent autant de la réflexion théorique que de l’analyse géo-historique de cas précis que nous nous proposons d’examiner. Le « chantier » des mondes ibériques suppose évidemment la prise en considération d’espaces lointains connectés entre eux et le recours à un vaste jeu d’échelles.

3La façon dont les espaces sont perçus, nommés, dont les habitants sont qualifiés – ou disqualifiés –, les distorsions et les captations que de telles perceptions exogènes génèrent fait l’objet d’une première série d’études : Hugues Didier (PR, LYON III), Delphine Tempère (MCF, Lyon III), José Luis Rojas (Universidad la Complutense, Madrid), Christophe Giudicelli  (MCF, détachement CNRS).

4Les crises ou les tensions majeures de l’histoire se manifestent par des marquages spatiaux réels et symboliques qui en permettent non seulement la lisibilité mais en manifestent aussi les enjeux et les dynamiques sociales. C’est ce que se sont attachés à démontrer dans leurs contributions Patrick Lesbre (PR, Toulouse le Mirail), Bernard Lavallé (PR, Paris III), David Gonzalez (PR, Universidad de Huelva), Pablo Luna  (MCF, Université Paris-Sorbonne).

5L’histoire de l’Amérique découverte par les Occidentaux a d’abord été une histoire d’écriture de l’espace, non seulement du continent lui-même mais aussi de son inscription dans l’espace global dans ses rapports aux autres parties du Monde dont l’Asie. Les océans deviennent alors des enjeux géopolitiques majeurs. Les analyses de Serge Gruzinki (directeur de recherche, CNRS-CERMA), de Louise Bénat-Tachot (PR, Paris-Sorbonne), de Clotilde Jacquelard (MCF, Paris-Sorbonne) et de Carmen Bernand (PR, Institut de France) en exposent la complexité et  la modernité.

6Non seulement l’écriture de l’histoire ne peut être dissociée de l’écriture des espaces, mais la « fabrication de l’espace » est une des ses dimensions majeures. Elle exhibe toutes les tensions politiques et culturelles des processus historiques. Les cas étudiés par Paola Domingo (MCF, Montpellier), Nicolas de Ribas (Université d’Artois), Nejma Kermele (MCF, Université de Pau) et Renaud Malavialle (MCF, Paris-Sorbonne) qui concluent ce dossier le confirment.

7La question centrale des échelles spatiales oblige l’historien à un travail rigoureux de connections qui, dans le cas de l’Amérique, continent d’extension exceptionnelle selon un arc inter polaire ouvert sur deux océans préfigure, le tracé d’une sorte de nouvel axis mundi d’une indiscutable actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Ecriture de l’espace, écriture de l’histoire : mondes ibériques XVIe–XIXe siècles. Introduction », e-Spania [En ligne], 14 | décembre 2012, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21828

Haut de page

Auteur

Louise Bénat-Tachot

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org