Navigation – Plan du site

Mercedes BLANCO, Góngora o la invención de una lengua

León : Universidad de León, 2012, 518 p. – ISBN : 978-84-9773-613-8

Cet ouvrage propose d’interpréter la poétique de Góngora en la situant entre deux pôles : l’art de l’esprit, ou du concepto, et l’art du sublime, tous deux issus (diversement) des rhétoriques hellénistiques redécouvertes à la Renaissance: deux références doctrinales et techniques dont Mercedes Blanco montre qu’elles sont également presentes, bien que de manière inégalement manifeste, dans l’horizon épistémologique et esthétique de la période baroque. La première partie du livre analyse le conceptisme de Góngora dans les versants de l’éloge et de la satire, dans les sonnets, les chansons, les épîtres et le théâtre, en montrant en quoi s’y déploient non seulement des contenus opposés, mais surtout des stratégies discursives opposées, et néanmoins complémentaires.

La seconde partie, dédiée exclusivement aux Soledades, a un caractère plus expérimental. En observant la récurrence de certains groupements de noyaux sémantiques que l’on propose de nommer paradigmes, on explique l’une des sources et des justifications de l’opacité stylistique du texte : la récurrence avec variations est ce qui fonde l’apprentissage de toute langue, et la « langue » que tente d’inventer Góngora n’y fait pas exception. Cette « langue » inventée favorise la condensation, et a donc les effets de l’esprit, mais elle aspire aussi au sublime.

  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org