Navigation – Plan du site
Varia

Une précieuse découverte : un recueil de textes aristotéliciens réunis par Sebastián Fox Morcillo et annotés de sa main (BNE R/25106)

Mélanie Jecker

Résumés

L’extrême intérêt du livre conservé à la Bibliothèque nationale d’Espagne sous la cote R/25106 avait jusqu’à présent échappé aux érudits car son contenu exact était méconnu : le volume réunit quatre livres indépendants publiés à des dates différentes : la Politique d’Aristote traduite par Juan Ginés de Sepúlveda (1548), l’Ethique à Nicomaque traduite par Joachim Périon (1549), l’Economique traduite par Strebaeus (1551) et le commentaire sur l’Ethique de Joachim Périon (1540). Or de nombreux passages de ces quatre textes sont soulignés et annotés, et la même main a écrit sur la première page du recueil le nom d’une grande figure de l’humanisme castillan du XVIe siècle, « Sebastianus Foxius Morzillus ». Il semble donc que Sebastián Fox Morcillo a lui-même rassemblé ces quatre livres en un seul, puis les a lus et annotés en vue de rédiger ses propres traités sur les rapports entre la philosophie de Platon et celle d’Aristote. J’espère pouvoir démontrer dans un prochain article les liens entre ces traités de Fox Morcillo et les annotations du recueil conservé à la BNE.

Haut de page

Texte intégral

1La consultation d’un exemplaire de la traduction latine de la Politique d’Aristote par Juan Ginés de Sepúlveda (Paris, 1548) m’a permis de faire la découverte d’un objet singulier et du plus haut intérêt pour l’historien des idées : le livre désigné par la cote R/25106 à la Biblioteca Nacional de España et dont la reliure porte le titre «Sepulveda in Aristotelem » fut en réalité l’instrument de travail de l’humaniste castillan Sebastián Fox Morcillo (1526/1528-1559 [?]). À la BNE, le livre n’a été catalogué qu’après que je l’ai consulté, au début du mois de juin 2012. Son contenu exact – et, partant, sa véritable nature et son exceptionnel intérêt – a donc jusqu’ici échappé aux érudits.

2En réalité, à la suite de l’exemplaire de la Politique dans la traduction de Ginés de Sepúlveda apparaissent trois autres textes, si bien que le volume réunit quatre œuvres au total, toutes publiées à Paris mais à des dates différentes :

1 La Politique d’Aristote traduite en latin et commentée par Juan Ginés de Sepúlveda, dédiée à Philippe II : Aristotelis de Republica libri VIII, interprete & enarratore Io. Genesio Sepulveda Cordubensi, Paris, chez Michel Vascosan, 1548 (259 f).

2 L’Ethique à Nicomaque dans la traduction du bénédictin Joachim Périon : Aristotelis ad Nicomachum filium de moribus, quae Ethica nominantur, Libri decem, Ioachimo Perionio Benedictino Cormœriaceno interprete, Paris, chez Thomas Richard, 1549 (99 f.).

3 Le traité pseudo-aristotélicien intitulé Economique, dans la traduction de Jacques-Louis d’Estrebay (« Strebaeus ») : Aristotelis et Xenophontis œconomica, ab Iacobo Lodoico Strebaeo e Graeco in Latinum conversa, Paris, chez Michel Vascosan, 1551 (42 f.).

4 Le commentaire de l’Ethique à Nicomaque par Joachim Périon : Ioachimi Perionii benedict cormœriaceni de optimo genere interpretandi Commentarii, Paris, chez Simon de Colines, 1540 (230 f.).

3Or, sur la page de garde de la Politique, premier texte du recueil, est inscrit en bas à droite le nom « Sebastianus Foxius Morzillus ». Celui-ci n’apparaît pas au début des œuvres suivantes, mais cette même main a souligné et annoté l’ensemble des textes contenus dans le volume.

4Ces éléments permettent de formuler l’hypothèse suivante : établi aux Pays-Bas, Fox Morcillo pouvait facilement se procurer ces œuvres publiées à Paris – la traduction de la Politique par Sepúlveda avait en revanche été interdite en Castille. Une fois ces textes en sa possession, il les aurait lui-même réunis en un livre unique pour un transport et une consultation plus aisés, et les aurait lus et annotés une fois assemblés, ce qui explique qu’il n’ait apposé son nom qu’une seule fois au début du recueil.

5Les analyses plus précises que je compte mener dans les mois à venir permettront sans doute de démontrer qu’il s’agit de l’une des sources sur lesquelles Fox Morcillo s’est appuyé pour rédiger ses propres traités. Cette précieuse découverte permet non seulement d’identifier précisément les éditions qu’il a consultées mais aussi d’étudier les exemplaires qu’il a lui-même manipulés et annotés.

6L’examen de ces annotations, que je ne puis développer ici mais dont je livrerai les conclusions dans un prochain article, est extrêmement intéressant. Je ne donnerai pour le moment que quelques exemples de passages soulignés et annotés dans la Politique et dans l’Ethique, les deux premières œuvres du recueil.

7Les livres de la Politique qui ont particulièrement retenu l’attention de l’humaniste castillan sont les livres I, II et VIII.

8Le livre I expose les diverses formes de communauté humaine et la genèse de la polis, avant d’éclairer la spécificité du pouvoir politique. Les inscriptions de Fox Morcillo dans les marges – « prima societas coniugum » (f. 1v) puis « domus », « vicus » et « colonia » (f. 2r) – indiquent son intérêt pour la définition des communautés successives, depuis le couple jusqu’à la cité.

9Le livre II de la Politique est consacré à l’examen critique du modèle de constitution proposé par Platon dans la République et dans les Lois ; il contient également l’étude des diverses constitutions, réelles ou théoriques, imaginées par les législateurs ou par les philosophes.

10Les livres suivants, jusqu’au livre VIII, comportent très peu de passages soulignés et aucune annotation n’y figure. Il ne fait toutefois aucun doute que Fox Morcillo les a lus ; dans le livre III, par exemple, quelques phrases du commentaire de Ginés de Sepúlveda sont soulignées, ce qui révèle que Fox Morcillo a lu les scolies de son contemporain et compatriote avec une attention au moins égale à celle qu’il consacra aux textes du Stagirite.

  • 1  Voici comment est traduit ce passage dans la traduction castillane anonyme de la Politique publiée (...)

11Il n’a souligné qu’un passage du livre VII, qui ne pouvait manquer de retenir son intérêt. Au chapitre II, Aristote traite des cités dont les lois sont ordonnées à la guerre et mentionne plusieurs exemples, dont les Ibères : « Et apud Hispanos bellicosam gentem fastigiatae bases circul cuiusque tumulum tot numero erigebantur, quot hostes interemisset, et multa huiusmodi alia, apud alios partim legibus sancita sunt, partim moribus recepta »1 (f. 206v).

12C’est toutefois dans le huitième et dernier livre de la Politique que les passages soulignés et annotés par Fox Morcillo redeviennent nombreux, or ce livre traite de l’éducation des enfants au sein de la Cité, tâche incombant au législateur. Cette thèse fondamentale de la philosophie politique aristotélicienne est d’ailleurs reformulée par Fox Morcillo, qui note en marge au début du livre VIII : « publicis legibus educationem puerorum tradendam ». Plus loin, certains termes inscrits dans les marges révèlent des intérêts plus particuliers de Fox Morcillo – pour l’enseignement de la musique et de la gymnastique par exemple, dont traite également Platon.

13Les passages soulignés et annotés dans la traduction de l’Ethique à Nicomaque par Joachim Périon figurent essentiellement dans les livres I et III, qui traitent respectivement du souverain bien et de la distinction entre actes volontaires et involontaires.

14Un nombre important d’annotations renvoie à Platon ou à des auteurs néoplatoniciens, notamment des instructions que Fox Morcillo formule pour lui-même – « lege Gorgiam Platonis » (f. 2r), « lege Alexandrum Aphrodiseum » (f. 2v), « lege Plotinum » (f. 8v), etc –, ou encore des rapprochements comme « animi divisio, quae eadem cum Platonica divisione est » (f 5 r), « Haec sunt ex Platonis sententia » (f. 10r). Dans le livre X, les rares passages soulignés renvoient à la félicité à laquelle permet d’accéder la contemplation, thème cher à Platon. Fox Morcillo a aussi écrit plusieurs termes grecs dans les marges, qui correspondent aux notions clés de la philosophie aristotélicienne mais aussi, souvent, platonicienne : c’est le cas du mot « architektonikè », qui renvoie à la notion de discipline maîtresse justement héritée de Platon (f. 1r). Enfin, il est significatif que dans le livre VI, la seule phrase qu’il ait soulignée soit la définition de la prudence, une notion proprement aristotélicienne, tandis que les autres vertus intellectuelles ne semblent pas avoir retenu son attention.

15Ces divers éléments révèlent que c’est principalement le rapport entre les doctrines d’Aristote contenues dans l’Ethique et la Politique d’une part, et les thèses platoniciennes et néo-platoniciennes d’autre part, qui intéressait Sebastián Fox Morcillo et qui a guidé sa lecture.

16Ce bref survol du volume de la BNE permet d’avancer l’hypothèse suivante : en vue de la rédaction de ses propres traités consacrés à la philosophie platonicienne et aristotélicienne, l’humaniste Sebastián Fox Morcillo se serait procuré un exemplaire de chacune des trois grandes œuvres de philosophie morale et politique d’Aristote ainsi qu’un exemplaire du commentaire de l’Ethique par Joachim Périon ; il aurait ensuite assemblé ces quatre livres en un seul avant d’en faire une lecture minutieuse, soulignant et annotant de nombreux passages sur lesquels il s’appuya pour composer son Ethicae philosophiae compendium ex Platone, Aristotele aliisque optimis quibusque auctoribus collectum (Bâle, 1554) et surtout son De naturae philosophia, seu de Platonis et Aristotelis consensione (Louvain, 1554), deux œuvres probablement rédigées simultanément et publiées très peu d’années après les textes contenus dans le recueil de la BNE, qui comptèrent parmi leurs sources.


  

17La tâche qui s’impose à présent, et à laquelle je vais me consacrer dans les mois qui viennent, est l’analyse conjointe des passages soulignés et annotés par Fox Morcillo dans ce recueil d’une part, et de ses œuvres personnelles d’autre part, afin de mettre en lumière la manière dont il utilisa les textes aristotéliciens – mais aussi leurs commentaires par Ginés de Sepúlveda et Joachim Périon – pour rédiger ses propres traités.

18Il importe aussi de déterminer à quel moment et dans quelles conditions ce livre aujourd’hui conservé à la BNE est arrivé en Espagne. Sans doute Fox Morcillo l’apporta-t-il dans ses bagages – ce serait la preuve qu’il n’a pas péri lors d’un naufrage, comme on l’a longtemps cru, et a bien atteint l’Espagne ! – quand il y fut rappelé par Philippe II en 1558, à une époque où l’étude de la philosophie aristotélicienne était entrée en déclin : la traduction de la Politique par Ginés de Sepúlveda avait été interdite en Espagne et son commentaire de l’Ethique à Nicomaque y fut censuré ; Pedro Simón Abril ne publia jamais sa traduction castillane de l’Ethique – pourtant dédiée à Philippe II – et publia sa traduction de la Politique en Aragon et non en Castille.

19Je souhaite vivement que ce précieux livre, qui n’a été catalogué que très récemment et dont le contenu exact était ignoré jusqu’à la publication de cet article, fera bientôt l’objet d’une digitalisation qui en permettra la consultation sur le site de la Bibliothèque nationale d’Espagne.

Haut de page

Notes

1  Voici comment est traduit ce passage dans la traduction castillane anonyme de la Politique publiée en 1509 à Saragosse : « Y en los Spagnoles, gente mucho de pelea, es costumbre levantar tantas columnas pyramidales en la sepultura quantos hombres haya muerto del numero de los enemigos ; y otras cosas muchas en otros son en tal manera por leyes y costumbres ordenadas » (f. 1r), et dans la traduction de Pedro Simón Abril, publiée en 1584 à Saragosse : « En España, donde las gentes son mui belicosas, tantas columnas puede uno levantar en su sepultura, quantos de los enemigos aia muerto. Otras muchas cosas tambien ai entre otras naciones assi como estas, introduzidas unas por leies y otras por costumbres » (f. 209v).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Jecker, « Une précieuse découverte : un recueil de textes aristotéliciens réunis par Sebastián Fox Morcillo et annotés de sa main (BNE R/25106) », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21500 ; DOI : 10.4000/e-spania.21500

Haut de page

Auteur

Mélanie Jecker

AILP (GDRE 671, CNRS), CLEA (EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page