Navigation – Plan du site
Catastrophes, cataclysmes et naufrages : de la terreur au récit

La Suppression de la Compagnie de Jésus (1773) : Interprétations eschatologiques et hypothèses historiographiques*

Pierre Antoine Fabre

Résumés

L'Oraison funèbre du dernier général de la Compagnie de Jésus supprimée est prononcée à Breslau en 1776 puis publiée la même année en Allemagne, en Italie et en France. C’est une méditation sur la catastrophe de la suppression, ou « désastre sans causes », qui devient dans le mouvement du discours l'annonce d'une Compagnie reconnue à nouveau. C’est un discours de catastrophe qui devient la prophétie apocalyptique d’une nouvelle Eglise et qui témoigne de l’adoption d'un nouveau maître : le roi de Prusse. Cette Oraison, jamais étudiée, peut être considérée comme l'acte fondateur de la nébuleuse des ex-jésuites après leur suppression, et près de quarante ans avant leur restauration, dont ils ne savent rien.

Haut de page

Texte intégral

Données du problème1

  • *  Je remercie bien vivement Louise Bénat-Tachot de m’avoir invité à présenter ce travail dans le sém (...)
  • 1 Les pages qui suivent trouveront des compléments utiles dans deux autres textes également écrits da (...)
  • 2 On ne trouvera pas toujours cette date dans les grands récits jésuites, mais parfois celle de 1527, (...)
  • 3 Voir sur ce point P.-A. FABRE, « L’histoire de l’ancienne Compagnie… », art.cit.
  • 4 Voir pour éclairer ce paysage un certain nombre des contributions à C. MAIRE et P.-A. FABRE, Les An (...)
  • 5 Cette tentative – recommencée, dans le sillage d’Ernst Bloch – pour introduire l’avenir dans le tra (...)

1Reprenons rapidement les données brutes. La Compagnie de Jésus, fondée en 15402, est supprimée en 1773 par Clément XIV et rétablie en 1814 par Pie VII. Dans le détail des faits, ces dates tranchées se fissurent, d’une part parce que la Compagnie de Jésus se survit (très) partiellement pendant sa Suppression et que le temps réel de cette Suppression est lui-même limité par des rétablissements épars dès le début du siècle ; d’autre part parce que la Restauration est un phénomène de longue durée (sans entrer ici dans les différences de statuts, on compte 22 500 jésuites en 1750, 2 150 en 1814 et 21 650 en 1930, soit plus d’un siècle après le « rétablissement »). Sans nullement contester le fait majeur de la disparition de l’ancienne Compagnie de Jésus et la gestation d’une nouvelle Compagnie, entre lesquelles les individus communs sont une poignée (et le fait, par conséquent, d’une interrogation sur le devenir des ex-jésuites qui excède très largement toute forme de métamorphose, quelles qu’en soient les variantes, de l’ « ancien » dans le « nouveau »), il reste que les deux événements de 1773 et de 1814 restent fichés comme des fétiches dans l’histoire de la transition entre l’Europe des anciens régimes et celle des restaurations. On peut le comprendre à deux échelles : du point de vue de l’historiographie interne de la Compagnie, telle qu’elle se développe, non sans beaucoup de difficultés3, dans la seconde moitié du XIXe siècle, ces deux dates sont des dates jumelles : si l’Ordre doit avoir été rétabli à l’identique au terme de plus de quarante ans, alors l’écart entre 1773 et 1814 doit être réduit à l’extrême, jusqu’à disparaître ; et s’il disparaît, la restauration et la suppression ne font plus qu’une nouvelle fondation qui, en tant que fondation, n’est plus même nouvelle, mais seulement une dans les siècles ; mais, d’un point de vue général, celui qui peut être le nôtre dans l’interprétation de cette insistance des scansions de la Suppression et de la Restauration de la Compagnie dans l’histoire de l’Europe (et du monde), on découvre une seconde forme de gémellité, par le fil de la catastrophe. En effet, les recherches récentes sur le XVIIIe siècle jésuite montrent – contrairement à une dominante historiographique antérieure – que la Compagnie de Jésus n’agonise pas quand on l’achève. Elle est, intellectuellement, scientifiquement, théologiquement, socialement contemporaine de son temps et sa suppression peut être qualifiée de catastrophique en ce sens qu’elle ne peut être le résultat que d’un concours convergent de causes multiples4 et que, pour ses contemporains comme aujourd’hui, le Bref de 1773 semble irréductible à l’une seulement de ces causes, dont par ailleurs la somme hétérogène reste très difficile à circonscrire – depuis la crise des implantations jésuites au Brésil jusqu’à l’échec de la stratégie « adoptionniste » en Chine en passant par la dégradation éthico-économique de la situation des jésuites en France après le scandale Lavalette et, plus généralement, l’alliance objective du catholicisme romain dans son expression la plus antimoderne et de l’anticléricalisme le plus avancé contre la culture et les pratiques attachées à la Compagnie. Si l’on peut désigner une catastrophe comme ce dont l’analyse des causes est immédiatement transformée dans une analyse des effets, et qui donc relève d’une interprétation de ce dont elle est le signe pour l’avenir, alors la Suppression de la Compagnie est une catastrophe et en ce sens, bascule dans l’avenir qu’elle annonce ; alors aussi, elle se trouve rattrapée, comme ouverture d’avenir, par son « double » fondateur. C’est par cette conversion de la Suppression dans une Fondation que s’introduit, dans l’historiographie jésuite, la gémellité des deux dates de 1773 et de 1814, mais que s’introduit également, pour nous, la possibilité de comprendre le déploiement d’un style prophétique dans les écrits des ex-jésuites tout au long des dernières décennies du siècle5.

L’Oraison funèbre de Lorenzo Ricci

  • 6 Nous utiliserons cette version, paginée de 1 à 32 (exemplaire conservé à la Bibliothèque du Centre (...)
  • 7 On connaît le traducteur de cette dernière version, Giovanni Domenico Stratico (1732-1799), dalmate (...)

2Avec l’Oraison funèbre de Lorenzo Ricci, jamais étudiée, nous faisons le choix d’un écrit « fondateur », pour ce « style prophétique » que je viens d’évoquer, comme pour la période de la Suppression en général, puisque c’est, à ma connaissance, le premier texte prononcé, écrit et diffusé par un ancien jésuite après 1773. Lorenzo Ricci meurt au Château Saint Ange le 24 novembre 1775. Son Oraison est dite à Breslau (l’actuelle Wroclaw), où un groupe d’ex-jésuites a été recueilli par Frédéric de Prusse après la Bulle de 1773, dès les semaines qui suivent puisque le texte, dont l’auteur reste inconnu, est publié dans le courant de l’année 1776 en allemand (langue de sa première exposition), en français6 et en italien7. Nous n’avons pas d’indication sur le volume de la diffusion, sauf en constatant le nombre important d’exemplaires conservés, mais la publication quasiment simultanée de ces trois versions signale des relais actifs.

3A qui s’adresse l’Oraison de Breslau et qui s’adresse ?

  • 8 Nous reviendrons naturellement à cette « étrange catastrophe » : notons ici qu’elle ne désigne étra (...)

4« Vous le savez, ce fut un devoir parmi nous, et il l’est encore parmi nos frères dispersés, de ne prétendre à d’autres droits que celui de se regarder comme serviteur inutile » (p. 8). Ce « nous » passe du passé au présent, en même temps qu’un « vous » se désigne. Or ce « vous » va changer d’objet dans le fil du discours, en même temps que l’on passe du présent à l’avenir. « Vous », ce sont d’abord « vous qui (…) portâtes tant de haine à un Corps, dont les membres dispersés et languissant sous vos yeux ont changé, par une étrange catastrophe8, votre animosité en compassion » (p. 6). Mais dans ce changement, « Vous » s’identifie : « O pieux souverains, notre refuge en ce temps malheureux, qui vous découvre dans nos cœurs la plus vive reconnaissance et l’attachement le plus inviolable ! » (p. 31). Les ennemis sont devenus des amis, mais ceux qui, comme ennemis, étaient indistinctement tous ceux qui avaient été voués à la « haine » de ce « Corps », sont désormais les Princes protecteurs. C’est une transformation considérable puisque les « frères dispersés » y reconnaissent de nouveaux maîtres. Comme on le verra, cette transformation en enveloppe une seconde, par laquelle ces mêmes « frères » reconnaissent une autre appartenance, celle-là ecclésiale.

5Mais quelle Eglise ?

  • 9 Ne perdons pas de vue que nous sommes en 1776, et que ni l’histoire de la Révolution française, ni (...)
  • 10 Le motif de la Nef, bien connu pour emblème de l’Eglise en général, est ici mobilisé pour la Compag (...)
  • 11 Nous qui avons donc survécu.
  • 12 La paternité a fui Ricci, qui « arrachait des larmes à ses enfants », pour venir à Dieu : s’amorce (...)
  • 13 Les dernières pages de l’Oraison recueillent en gerbe les trois rameaux : « Nous joindrons nos voix (...)

6A cette question, l’Oraison répond, avec une surprenante audace9. Il compose et noue dès ses premières pages, trois ordres de discours : le premier, martyrologique, appelle la résurrection personnelle des « frères dispersés et languissants » : c’est « la couronne de victoire que Laurent Ricci vient de recevoir des mains de la mort » (p. 2) ; le second, pénitentiel, appelle la restitution de la Compagnie de Jésus, au-delà d’une abnégatrice hibernation : « Après l’horrible tempête qui […] ouvrit et brisa l’édifice de notre Société10 […] nous eûmes11 et l’Europe entière avec nous le cruel spectacle des infortunés nautoniers luttant contre mille désastres […] Tu arraches des larmes aux enfants de Ricci […] tu peins avec moins d’énergie à nos faibles pensées la gloire et l’éclat de son triomphe que la durée de ses travaux et le poids de ses souffrances » (p. 2-3) ; le troisième, apocalyptique, appelle une renaissance de l’Eglise toute entière : « Oh ! mon Dieu […] que votre colère paternelle12 poursuive ensuite l’ouvrage de notre humiliation ; tous les coups que vous frapperez, nous les recevrons avec actions de grâces, dès qu’ils seront pour nous la voie du bonheur éternel » (p. 5)13.

7Or, ce dernier discours ouvre deux perspectives jumelles, dont, dans cette année 1776, l’éclairage peut être projeté sur l’histoire de la Compagnie de Jésus dans son ensemble, autant du point de vue des conflits qui l’opposent à l’Eglise dans les plus de deux siècles de son existence que de l’histoire telle qu’elle s’écrit sous les yeux des « frères dispersés » : la Compagnie de Jésus est-elle ici donnée comme l’Eglise souterraine, invisible de ces temps de catastrophe, ou l’Eglise sera-t-elle une forme de Compagnie survivante, visible ?

8En tramant ces différents ordres de discours, l’Oraison va produire l’avenir. C’est ce que je voudrais essayer de rapidement montrer en traversant le texte depuis son point de départ, « ce témoignage de tendresse et de reconnaissance » (p. 1), jusqu’à son point d’arrivée, « l’esprit de reconnaissance que tout citoyen doit à son prince et tout fils à son père » (p. 32), la double détermination politique et ecclésiastique de l’Oraison se trouvant ici précisément inscrite.

  • 14 J’apporte ici avec gratitude le souvenir de la présentation d’une première esquisse de cette analys (...)

9L’ouverture de l’oraison inscrit sous le signe de la « reconnaissance » due au général défunt les trois registres de discours que je viens de préciser, et dessine ainsi le paysage de l’« étrange catastrophe ». Signe, en effet : la reconnaissance qui semblait adressée à l’histoire passée de la Compagnie de Jésus va devenir l’horizon de son avenir, au terme d’un parcours extraordinairement tumultueux14.

  • 15 Dans la citation d’Arsène CAHOUR, Des jésuites par un jésuite, Paris : Poussielgue-Rusand, 1844, p. (...)

10L’« étrange catastrophe » qui a « changé l’animosité » des ennemis du Corps en « compassion » est immédiatement explicitée, je l’ai annoncé plus haut, comme un désastre sans causes : « Qu’on ne recherche donc point la cause de nos désastres dans les desseins des hommes […] et qu’on ne la tire que de ce Dieu seul, qui confond quand elle lui plaît la folie des sages du siècle… » (p. 9). Cette proposition, reprise plus loin : « Que la Compagnie périsse : mais pourquoi inventer des crimes pour motiver sa perte » (p. 24) est à rapprocher des dernières déclarations connues de Lorenzo Ricci lui-même, son Testament : « Je déclare et proteste que la Compagnie de Jésus n’a donné aucun sujet à sa suppression »15. L’argument est ici radicalisé comme une confusion de la sagesse, un désordre dans la raison.

  • 16 Je ne peux que me permettre de renvoyer ici à P.-A. FABRE, « La circulation de la force dans les Ex (...)
  • 17 Je rappelle ici la signification ancienne du mot « suppression », qui est une mise sous pression, u (...)

11Ce désastre sans cause, dans lequel on serait tenté de voir l’inversion catastrophique ou plus précisément une catastrophe inversée par rapport à l’événement de la « consolation sans cause précédente », mais de Dieu seul, l’un des lieux les plus singuliers des Exercices spirituels ignatiens16, commande dans la suite de l’Oraison deux orientations successives.
La première nous conduit de la Suppression de la Compagnie de Jésus à sa fondation comme autre nom ou nouveau baptême de sa Suppression (p. 18-24)17, la seconde de la méconnaissance à la reconnaissance de son dernier Père (p. 24-32). Dans l’entre-deux, l’Oraison rappelle « l’étrange catastrophe de cette nuit » : c’est elle, cette articulation vient le souligner, qui produit l’avenir comme conversion de la raison du passé dans une interprétation « folle » – inspirée ? – de l’annonce.

  • 18 L’affaire Lavalette en particulier.

12Lorenzo Ricci est élu général « au premier orage élevé sur nos têtes »18, quand son prédécesseur, Luigi Centurione, « obtint du Ciel de fermer les yeux à la lumière avant de voir la désolation de son peuple » (p. 14). Nous sommes pourtant quinze ans avant la Bulle de 1773, mais le raccourci du texte télescope l’élection de Ricci et la suppression de l’Ordre : « c’est alors que d’une voix unanime il fut élu Général […]. Alors les eaux de l’amertume inondèrent le cœur de ce juste » (p. 18). C’est alors aussi que l’orateur de Breslau, pour la première et l’unique fois, se donne comme « je » : ce n’est plus et pas encore un « nous » : « Je frémis d’horreur avant de le dire, le cœur me palpite et les paroles me manquent ; oui, périsse mille fois ce jour malheureux auquel on osa dire que Ricci animait nos esprits, armait nos bras pour attenter aux vies précieuses de nos Rois, de nos Législateurs, vives images de la Divinité par qui ils règnent et font régner la justice […] » (p. 18). Or ce  « je » en syncope du « nous », ce « je » lui-même saisi de mutisme est suivi de deux autres syncopes, celles-ci inscrites – dans les diverses éditions – comme points de suspension dans le texte. La première prolonge le premier manquement : « ce n’est pas assez de [voir nos frères] chargés d’opprobre (…) de savoir que ces temples où nous offrions nos hommages au Tout Puissant sont aujourd’hui dépouillés de leurs ornements ; que ces biens destinés à l’entretien du culte divin… Mais fermons une scène aussi lugubre » (p. 20) ; la seconde est une spectaculaire adresse au pape Clément XIV, signataire de la Bulle de 1773, mort un an plus tard : « Sors de la nuit du tombeau, ô Clément ! Et vois l’ouvrage de tes mains. Tout l’univers sait combien tu sentis la grandeur du sacrifice, il fut témoin de tes pleurs, il vit ton bras levé, Isaac attendant l’ange … mais pour cette fois le coup est porté, la victime est tombée […] » (p. 24). Que se passe-t-il ici ? Rien de moins que la fin d’un très vaste cycle ouvert avec le sacrifice de l’agneau comme économie du sacrifice d’Isaac et le sacrifice du Fils de Dieu comme accomplissement du renoncement au sacrifice au nom de Dieu. Ainsi le sacrifice de la Compagnie de Jésus est-il le signe d’une nouvelle Eglise, fondée par cette provocation du pape Clément mort.

  • 19 Les traductions italienne et allemande placent ici une adresse directe aux « Uditori » ou « Zuhdrer(...)

13Il faut imaginer cette apostrophe prononcée à Breslau, alors même que l’orateur vient de saluer « nos Rois, vives images de la Divinité » (p. 19), et qu’immédiatement après, un tour décisif est donné à la refondation fictionnelle de la Compagnie de Jésus. « L’étrange catastrophe de cette nuit, 19 dont les fatales dispositions sur nous passèrent bientôt du centre de la Compagnie dans toute l’Europe, se ferait bien mieux sentir par nos gémissements que par nos paroles » (p. 24) : la machine s’inverse, la suppression achève de se transformer dans une refondation. La longue série des expulsions qui finalement conduit, à partir de l’Amérique et de toute l’Europe, à la Suppression romaine, est devenue ce qui, au départ du Centre, gagne toute l’Europe, c’est-à-dire précisément l’autre longue série des fondations européennes et américaines et mondiales après la Bulle de 1540.

  • 20 Qui répond trait pour trait à : « ô Clément ! ».
  • 21 La « reconnaissance » a été blessée un peu plus haut déjà, dans un moment d’extrême tension où l’or (...)
  • 22 Comme par exemple à Breslau.
  • 23 Les versions italienne et allemande ne considèrent que l’esprit de soumission (« sommissione », « U (...)

14A partir de là, un second mouvement traverse l’Oraison : « ô Ricci20 […], souffre pour quelques moments que nous fixions nos regards sur toi. » (p. 25). Puis : « Quel changement opéré dans une nuit ! […] Le voilà confiné dans le réduit obscur d’une prison […] Les amis de la fortune disparaissent ; ceux-mêmes que la vertu avaient formés n’osent paraître et à l’exemple de Pierre dans le prétoire, ils ne le reconnaissent plus 21. […] Je ne saurais dire s’il eut connaissance de la charité du Souverain Pontife et des princes chrétiens à l’égard de nos frères dispersés […] en conservant quelques restes de notre Société là où on devait moins s’y attendre22 ». La reconnaissance reviendra par le regard des souverains : « Puisse luire un jour plus serein qui vous découvre dans nos cœurs la plus vive reconnaissance […]. Que pouvons-nous faire, dans l’état d’obscurité et d’humiliation où nous sommes réduits ? » (p. 31) ; « ces sentiments que nous inspire l’esprit de soumission, de reconnaissance et d’amour23 que tout citoyen doit à son Prince, l’opprimé à son bienfaiteur, le fils à son Père » (p. 32).

15Ainsi, de la traversée de cette nuit de tempête, dont nous savons qu’elle ne faisait que commencer en 1776, doit finalement émerger la soumission retrouvée du fils au père. Nuit de tempête où un père – et son fils de Breslau et orateur s’étrangle en le disant – a été accusé de parricide (du meurtre des Rois images vives de Dieu), où un autre père a commis l’infanticide (la suppression d’un Ordre que son prédécesseur dans la lignée des paternités pontificales avait fondé), où les fils ne reconnaissent plus leur père. Nuit shakespearienne d’où luira un jour nouveau : mais pour quels fils, et quels pères ?

  • 24 Après avoir eu un lointain passé, si l’on se souvient de la longue gestation du portrait du père fo (...)
  • 25 Arsène CAHOUR, op. cit., p. 301-302.

16Le geste de la reconnaissance d’un père comme reconnaissance de la Compagnie aura une longue carrière dans le XIXe siècle24. C’est la clé symbolique de l’ouverture de la Compagnie à son histoire. Ainsi par exemple d’Arsène Cahour en 1844, dans Des jésuites par un jésuite. Après avoir reproduit le Testament de Lorenzo Ricci, que j’ai rappelé plus haut, écrit : « Le successeur d’Ignace (…) était condamné à ne plus avoir de frères ni de postérité. La Bulle de Pie VII l’a rétabli dans tous ses droits, lui a rendu sa famille. Membre de sa renaissante Compagnie, j’ai donc rempli la volonté d’un père, en publiant cette déclaration d’un juste mort sous le poids de la calomnie »25.

17Le temps retrouvé, c’est une généalogie réconciliée.

  • 26 C’est en particulier, pour l’Italie et la France, l’ensemble des mémoires recueillis par Jean-Bapti (...)
  • 27 Mieux connu aujourd’hui par l’ouvrage d’Eva FONTANA CASTELLI, La "Compagnia di Gesù sotto altro no (...)

18Comme je le précisais en commençant, la bifurcation entre l’historiographie jésuite de l’histoire de la Compagnie de Jésus et celle qui s’exerce ici porte sur l’assignation de l’avenir ouvert par la catastrophe de la Suppression et sur l’identification ou non, dans la période de la disparition de la Compagnie, de cet avenir à sa Restauration. C’est l’évidence même. Mais il est remarquable que cette identification soit la fin pour laquelle, souterrainement jusqu’au milieu du XIXe siècle, mais très tôt après 1814, s’écrit l’histoire de la période de la Suppression (qui n’est pas encore, loin de là, l’histoire de l’ancienne Compagnie, puisqu’elle est au contraire tout entière tendue vers le récit d’une nouvelle fondation). On ne peut pas ouvrir ici cet extraordinaire dossier26. Retenons-en cependant dès maintenant que l’une des obsessions de cette historiographie est l’exclusion progressive, sur la voie de la Restauration, de Niccolo Paccanari27, celui qui, en fondant la Congrégation des Pères de la Foi en 1796, voulait une « Compagnie réformée », qui ne se confondait pas avec la Compagnie survivante, elle-même progressivement revisitée comme Compagnie renaissante. Mais c’est sur un autre aspect, qu’appelle cet enchaînement de prédicats, que je voudrais refermer ce bref aperçu de l’après-Suppression. Jamais, me semble-t-il, sauf justement, comme dans l’Oraison de Ricci, lorsque « nous ne serons plus de ce monde », la Restauration de la Compagnie de Jésus, qui, dans l’embarras de son statut (ni faite ni à faire, si l’on peut se permettre), multiplie les dénominations – restitution, retour, rétablissement, réparation, etc. – ne s’autorise une « résurrection ». Le déploiement apocalyptique de la catastrophe ne lève pas l’interdit : l’humanité demeure l’horizon indépassable de l’institution.

Haut de page

Notes

*  Je remercie bien vivement Louise Bénat-Tachot de m’avoir invité à présenter ce travail dans le séminaire qu’elle animait en 2010-2011 sur la Catastrophe, et de l’accueillir dans le volume qui réunit ses travaux. Je lui dois une réelle avancée de mon travail.

1 Les pages qui suivent trouveront des compléments utiles dans deux autres textes également écrits dans le cadre d’une recherche en cours sur la Restauration de la Compagnie de Jésus : « L’histoire de l’« ancienne Compagnie » à l’époque de la « nouvelle Compagnie » : perspectives de recherche » in José MARTÍNEZ MILLÁN (ed.), Jesuitas, religión y poder, Madrid : Polifemo, 2012 et « L'impossible histoire générale d'une Compagnie universelle : l'écriture des missions jésuites (XVIe-XIXe) », in : Louise BÉnat-Tachot et Serge Gruzinski (éd.), Les processus d’américanisation, Paris : Le Manuscrit, 2012.

2 On ne trouvera pas toujours cette date dans les grands récits jésuites, mais parfois celle de 1527, vœu prononcé à Paris de se réunir un jour, celle de 1539, première rédaction romaine, par Ignace de Loyola et ses compagnons, d’un projet commun, ou celle de 1540 enfin, quand la Compagnie de Jésus est approuvée par le Pape Paul III. On retient cette échéance institutionnelle parce qu’elle permet de comprendre comment, ainsi que nous allons le voir, la fondation, la suppression et la restauration de la Compagnie peuvent tendre à l’identification (trois bulles ou brefs, trois papes) tout en préservant une sorte de marge ou d’écart proprement fondateur, irréductible, et qui se confond avec l’individualité du saint fondateur.

3 Voir sur ce point P.-A. FABRE, « L’histoire de l’ancienne Compagnie… », art.cit.

4 Voir pour éclairer ce paysage un certain nombre des contributions à C. MAIRE et P.-A. FABRE, Les Antijésuites, Rennes : PUR, 2009 ; le numéro de la revue XVIIIe siècle sur « Les Jésuites au XVIIIe siècle », coordonné par Jacques LE BRUN en 1972, a marqué le premier seuil d’une nouvelle approche de cette période.

5 Cette tentative – recommencée, dans le sillage d’Ernst Bloch – pour introduire l’avenir dans le travail de l’histoire est solidaire pour moi d’un enjeu plus général sur ce que j’ai appelé ailleurs l’hypothèse d’un ré-enchantement de l’écriture de l’histoire (« Croire en l’avenir du monde », in : Pierre GISEL, Serge MARGEL (éds.), Le croire au cœur des sociétés et des cultures, Turnhout : Brepols, 2011, p. 105-116). Mais cet horizon est lui-même solidaire d’une critique (ou d’une compréhension) des formes de rationalité à l’œuvre dans le discours historiographique, et singulièrement ici du fétiche chronologique.

6 Nous utiliserons cette version, paginée de 1 à 32 (exemplaire conservé à la Bibliothèque du Centre Sèvres, Paris).

7 On connaît le traducteur de cette dernière version, Giovanni Domenico Stratico (1732-1799), dalmate, dominicain, théologien et exégète, poète, proche de Casanova en Toscane, évêque réformateur de l’île dalmate de Lesina (l’actuelle Hvar) après le Concile de Trente, « ami des encyclopédistes et défenseur des jésuites », signale l’Enciclopedia italiana. Une meilleure connaissance de ce personnage apporterait un éclairage intéressant sur le milieu philo-jésuite italien dans les années proches de la Suppression. J’ai pu consulter une première édition en langue allemande et italienne et une seconde édition de la version italienne, « revue et corrigée », datée de 1776 également, Orazione funebre recitata in Breslavia nei funerali di Lorenzo Ricci. Une étude synoptique des choix de traduction dans ces différentes éditions serait certainement instructive.

8 Nous reviendrons naturellement à cette « étrange catastrophe » : notons ici qu’elle ne désigne étrangement pas la catastrophe de la suppression de la Compagnie mais tout au contraire, le changement de « l’animosité en compassion », c’est-à-dire la survivance des « membres languissants » en Prusse. L’étrangeté de la disparition devient celle de la conservation : double mystère par lequel s’effectue le passage du temps passé dans le temps présent, non seulement par l’opacité des causes, comme je l’indiquais plus haut, qui embarque du côté des effets, mais par l’homologie de deux catastrophes.

9 Ne perdons pas de vue que nous sommes en 1776, et que ni l’histoire de la Révolution française, ni celle de sa diffraction européenne, ni l’histoire des Restaurations ne sont encore écrites. Or l’Oraison, dans son style prophétique, préfigure toute une série de possibilités qui ne sont encore – et dont certaines ne resteront – que des possibles, que le discours provoque. La provocation serait ici l’anticipation, par le discours, d’un possible appelé à l’existence.

10 Le motif de la Nef, bien connu pour emblème de l’Eglise en général, est ici mobilisé pour la Compagnie mais, du même coup, en forme de premier écho à un discours apocalyptique, pour l’une et l’autre confondus.

11 Nous qui avons donc survécu.

12 La paternité a fui Ricci, qui « arrachait des larmes à ses enfants », pour venir à Dieu : s’amorce ici un thème majeur, auquel je reviendrai plus loin. La première phrase du discours porte déjà en germe cette destitution de paternité : « Ce dernier témoignage de tendresse et de reconnaissance que nous rendons à la mémoire d’un homme que sa dignité nous avait donné pour père, et dont la charité nous fit un frère […] ».

13 Les dernières pages de l’Oraison recueillent en gerbe les trois rameaux : « Nous joindrons nos voix aux actions de grâce des fidèles, parce qu’on peut bien arracher pour toujours les drapeaux d’Ignace [sous lesquels Ricci était placé au début du discours] mais un Cœur vraiment Chrétien ne conservera pas moins le désir de cette heureuse fin qui nous fit embrasser son Institut ; désir qui nous accompagnera dans la nuit du tombeau et nous l’espérons, dans la splendeur des saints » (p. 30).

14 J’apporte ici avec gratitude le souvenir de la présentation d’une première esquisse de cette analyse dans le cadre de mon séminaire de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, lors de laquelle nous étions tous surpris par la violence théologique et ecclésiologique de l’Oraison funèbre. Je remercie spécialement Alain Cantillon, Danièle Hervieu-Léger, Patrick Goujon et Dominique Julia de leurs suggestions.

15 Dans la citation d’Arsène CAHOUR, Des jésuites par un jésuite, Paris : Poussielgue-Rusand, 1844, p. 299.

16 Je ne peux que me permettre de renvoyer ici à P.-A. FABRE, « La circulation de la force dans les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola », Rivista di Storia del Cristianismo, 1, 2010, p. 85-95.

17 Je rappelle ici la signification ancienne du mot « suppression », qui est une mise sous pression, un enfoncement, un enfouissement, ou encore un enterrement comme mise sous terre et qu’en ce sens le mot, porté par l’oraison funèbre, mémoire d’une mise en terre, jouxte celui d’une « fondation », elle-même enfoncée, soustraite au regard, invisible. Il faut d’ailleurs se souvenir ici que la Bulle de 1773 déclare la suppression et l’extinction de la Compagnie de Jésus.

18 L’affaire Lavalette en particulier.

19 Les traductions italienne et allemande placent ici une adresse directe aux « Uditori » ou « Zuhdrer » (op.cit., p. 26 pour l’édition bilingue, p. 31 pour la seconde édition italienne).

20 Qui répond trait pour trait à : « ô Clément ! ».

21 La « reconnaissance » a été blessée un peu plus haut déjà, dans un moment d’extrême tension où l’orateur, devenu un seul « je », doit, bien que « les paroles [lui] manquent », dire ce qu’ « on osa dire, que Ricci armait nos bras pour attenter aux vies précieuses de nos rois ». Aspiré par ces paroles, comme si, les disant, il les faisait siennes et attentait lui-même à son Père, l’orateur poursuit : « Si la reconnaissance n’avait rien pu sur nos cœurs, notre intérêt personnel devait nous éloigner de pensées aussi abominables ! Ah ! De quels horribles principes suis-je donc obligé de tirer notre justification ! » (p. 19). Dans ce passage difficile, la méconnaissance des Rois – si seul l’intérêt guide, non la reconnaissance – rejoint celle de Lorenzo Ricci lui-même, renié. L’horreur de dire le régicide rejoint l’horreur de dire la méconnaissance, l’une et l’autre se superposent et l’orateur s’exposant dramatiquement au risqué du parricide.

22 Comme par exemple à Breslau.

23 Les versions italienne et allemande ne considèrent que l’esprit de soumission (« sommissione », « Unterwerfung »).

24 Après avoir eu un lointain passé, si l’on se souvient de la longue gestation du portrait du père fondateur, Ignace de Loyola, que longtemps on ne voulut pas reconnaître avant qu’enfin, ses fils ne consentent à l’adopter. Voir sur ce point P.-A. FABRE, « Le profil d’un fondateur. Genèse du portrait d’Ignace de Loyola (1556-1622) », Trois, Montréal, 1995, p. 5-24.

25 Arsène CAHOUR, op. cit., p. 301-302.

26 C’est en particulier, pour l’Italie et la France, l’ensemble des mémoires recueillis par Jean-Baptiste Gury, conservés aux ARSI, pour une histoire qui ne sera en réalité partiellement publiée que par Achille Guidée en 1860, puis utilisée par Burnichon au début du siècle suivant.

27 Mieux connu aujourd’hui par l’ouvrage d’Eva FONTANA CASTELLI, La "Compagnia di Gesù sotto altro nome": Niccolò Paccanari e la Compagnia della fede di Gesù (1797-1814), Rome : BHSI, 2007 ; voir aussi du même auteur « Profezie apocalittiche e identita gesuitica. Niccolo Paccanari e i Padri della Fede nella Roma di fine Settecento », Dimensioni e problemi de la ricerca storica, 2003, 1, p 111-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Antoine Fabre, « La Suppression de la Compagnie de Jésus (1773) : Interprétations eschatologiques et hypothèses historiographiques », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21458 ; DOI : 10.4000/e-spania.21458

Haut de page

Auteur

Pierre Antoine Fabre

Ecole des hautes études en sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org