Navigation – Plan du site
Catastrophes, cataclysmes et naufrages : de la terreur au récit

La mort de Tupac Amaru, l’ultime cataclysme ?

Nejma Jalal-Kermele

Résumés

L’exécution du jeune Inca Tupac Amaru en 1572 fut pour les Indiens du Pérou un véritable cataclysme. Il s’insérait dans un contexte particulier : celui de la vice-royauté du Pérou qui connaissait, depuis de longues années, une série de guerres et de complots. Au cœur de cet espace troublé, se trouvait un royaume néo-inca que la Couronne espérait vaincre par une politique du compromis. Toledo, envoyé pour faire rentrer le Pérou dans un ordre nouveau, avait marqué, dès le début de son gouvernement, son opposition au régime de Vilcabamba dont la seule présence fragilisait la légitimité du pouvoir du roi de Castille aux Indes. C’était donc la question des Justes Titres qui préoccupait Toledo, décidé à lutter activement contre la pensée de Las Casas. La mort d’un messager, envoyé pour négocier avec l’Inca, servit de prétexte à une attaque de Vilcabamba qui permit l’arrestation du jeune Tupac Amaru que le vice-roi décida de condamner à mort, en dépit de sa conversion au catholicisme. L’exécution marqua pour les Indiens la fin d’un monde, la fin d’un espoir et apparut comme l’ultime catastrophe, une répétition de la mort de l’Inca et des Dieux. De nombreux récits rapportent la détresse infinie des Indiens et la désapprobation quasi générale des témoins. Nous voudrions proposer ici une rapide analyse des différentes lectures du cataclysme et tenter de montrer que, pour Toledo, il s’inséra dans une politique claire et assumée. Outre la question idéologique, le vice-roi s’appuya sur des arguments sécuritaires et fit finalement de Tupac Amaru non un prince mais un simple délinquant de droit commun. Cette réécriture de l’Histoire permit d’instaurer une nouvelle définition de la politique espagnole au Pérou mais le cataclysme marqua les esprits et Tupac Amaru, loin d’être oublié, devint un symbole qui traversa les siècles jusqu’à aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nathan WATCHEL, La vision des vaincus, Paris : Gallimard, (Collection Folio Histoire), 1971, p. 301

« Le Pérou, début des années 1570 : tandis que s’éteint la dernière génération qui, adulte, vécut la Conquête, la société indigène est bouleversée, amoindrie, comme par les ravages d’un gigantesque cataclysme. »
Nathan Watchel, La vision des vaincus1.

Tupac Amaru : contextualisation d’une figure symbolique

  • 2 Tupac Amaru signifie  « le serpent brillant » en quechua.
  • 3 « La grande rébellion de 1781 a été sur le point de ravir au roi d’Espagne toute la partie montagna (...)

1Plus qu’un personnage historique, Tupac Amaru est devenu avant tout un symbole : symbole de la révolte indigène, de la lutte des Indiens contre le pouvoir colonial. Tupac Amaru2, dernier Inca rebelle, fut exécuté sur ordre du cinquième vice-roi du Pérou Don Francisco de Toledo, au Cuzco, en septembre 1572. Sa figure qui renvoie bien entendu à celle du premier Inca Atahualpa exécuté par Francisco Pizarro a été reprise avec force et ainsi démultipliée par celui qui se disait son descendant : le cacique José Gabriel Condorcanqui. Ce dernier, après avoir mené une lutte épique contre la Couronne, fut à son tour exécuté ainsi que sa famille sur la même Grand-Place du Cuzco en mai 1781. A deux siècles d’intervalle donc, les Indiens voyaient mourir encore une fois « le dernier fils du soleil » pour reprendre les mots d’Alexandre de Humboldt3.

2Le vice-roi Toledo avait été envoyé pour mettre aux normes coloniales un Pérou en ébullition depuis le début de la Conquête ; un Pérou qu’il fallait organiser et rentabiliser notamment en utilisant, de manière plus pragmatique, la force de travail indigène. Telle fut l’œuvre de Don Francisco de Toledo qui, en bien des cas, n’innova guère mais mit à exécution un certain nombre de réformes qui furent toutes autant de cataclysmes. Et l’on pourrait parler pour les Indiens de cataclysmes liés, enchaînés, des cataclysmes qui venaient renforcer le cataclysme initial : celui de la Conquête. Deux exemples suffiront sans doute à éclairer mon propos. Toledo mit en place une réforme de l’habitat indigène qui avait été pensée avant lui, en particulier par des religieux qui y voyaient un moyen de faciliter l’évangélisation, mais qui fut aussi – et cela apparaît de façon très claire à la lecture des lois promulguées par Toledo – un moyen simple de regrouper la masse de travail utile, de réorganiser et de récupérer le tribut. Cette réforme conduite en deux temps fut extrêmement dure puisqu’elle obligea les Indiens à détruire matériellement leurs lieux ancestraux de vie chargés d’une symbolique religieuse forte dont Toledo avait, par ailleurs, parfaitement conscience. La deuxième réforme liée à celle des Reducciones fut celle de la Mita, c’est-à-dire du travail obligatoire. De fait, la vie des Indiens déjà bouleversée depuis l’irruption des Espagnols dans leur univers, fut une fois de plus renversée, réglementée et soumise à un ordre qui lui était étranger. La mort de l’Inca et donc la mort des dieux voulaient parachever le cycle.

3Cataclysme donc que l’exécution du jeune Tupac Amaru, fin d’un monde, d’une période, d’un espoir ; elle fut certes pensée de manière diverse et notre intention n’est pas de nous livrer à un catalogue des multiples lectures que l’événement a pu susciter mais d’interroger quelques regards portés sur ce cataclysme. Toutes ces lectures – même ou peut-être surtout les plus émotionnelles – ont été marquées par le politique. Pour en envisager la portée, nous voudrions également inclure cette exécution dans un contexte et comprendre comment ces problématiques ont été perçues par ceux dont la mission première était de représenter la monarchie en Amérique. Certes, nous évoquerons le vice-roi Don Francisco de Toledo, l’autre protagoniste, puis dans une perspective diachronique, quelques récits et réactions sur la catastrophe. Nos sources nous poussent à utiliser essentiellement des témoignages espagnols, seules les chroniques de Guaman Poma de Ayala et de Garcilaso de la Vega nous proposent des points de vue différents, celui de l’Indien acculturé, celui du Métis vivant de surcroît en Espagne.

Brève chronique d’un cataclysme provoqué

  • 4 Juan de MATIENZO, El gobierno del Perú con todas las cosas pertenecientes a él y a su historia,Pari (...)
  • 5 Ibid, p. 294.
  • 6 « Según yo tengo entendido, no se le puede hacer guerra al Inga con buena conciencia, pues él respo (...)

4Lorsque Don Francisco de Toledo arriva au Pérou, l’état Néo-Inca de Vilcabamba était une réalité depuis de nombreuses années. En 1537, Manco Inca avait en effet décidé de se retirer à Vilcabamba, région extrêmement difficile d’accès en dépit de sa proximité avec Cuzco. De là il avait organisé un certain nombre d’attaques contre les Espagnols. La Couronne avait opté pour une politique de la négociation et conservait l’espoir de finaliser les tractations entamées sous le gouvernement du gouverneur García de Castro, tractations que Juan de Matienzo, auditeur de Charcas et représentant du gouverneur en cette affaire, allait conter en détail en 1567 dans son ouvrage majeur : El Gobierno del Perú4. Dans le chapitre XVIII, consacré à l’histoire de Vilcabamba, Matienzo commençait par une longue énumération des zones sur lesquelles l’Inca rebelle Titu Cusi exerçait son influence. L’auditeur soulignait donc, dès le départ, la puissance politique effective de l’Inca « Es mucha tierra y mucha gente la que posee »5. Il brossait, par ailleurs, le tableau d’un homme intelligent qui n’avait commis ni meurtres ni sacrilèges impardonnables. Il insistait sur la volonté du roi qui désirait régler le problème sans effusion de sang. Matienzo réussit à négocier avec Titu Cusi et à lui faire accepter le principe d’une reddition à court terme. L’auditeur de Charcas se déclarait résolument contre une guerre qu’il jugeait non défendable en droit puisque Titu Cusi acceptait l’évangélisation et désirait la paix6. L’un des arguments du très pragmatique auditeur mettait en valeur le pouvoir symbolique de l’Inca et les conséquences dangereuses d’une possible défaite espagnole :

  • 7 Ibid, p. 307.

[…] y si –lo que Dios no permita– los españoles fuesen vencidos, se alzaría todo el Reino, y acudirían todos los indios al Inga, que al fin los más dellos le quieren bien, por ser de su natural7.

5L’idée de Matienzo, qui n’était en rien un naïf, était de convaincre l’Inca du bien-fondé de sa reddition. Il fallait lui montrer qu’il avait tout intérêt, afin de ne pas perdre son pouvoir, à amener ses frères à le suivre peu à peu au Cuzco, et à vider ainsi Vilcabamba des personnes capables de s’ériger en Inca, comme cela s’était produit auparavant lors de la reddition de Sayri Tupac.

6Le vice-roi Toledo arriva donc sur ces entrefaites. La Junta Magna de 1568, à laquelle il avait assisté, avait mis l’accent sur l’effervescence quasi naturelle de la vice-royauté et sur la nécessité d’amener le Pérou à une stabilisation politique. Dans ses premières lettres au roi, Toledo notait l’agitation des Indiens et des métis dont il redoutait la collusion. Il insistait également sur les mauvais exemples dont étaient accablés les indigènes et, entre autres, sur ceux donnés par les indiens rebelles de Vilcabamba. Il réclamait cependant, dans cette lettre de février 1570, le droit de déclarer la guerre au nom du  roi en cas de désobéissance flagrante d’Indiens baptisés et également – et c’est là que le texte devenait subtil – d’Indiens non baptisés, n’ayant pas prêté allégeance au roi mais qui pousseraient par leur action leurs coreligionnaires à la rébellion :

  • 8 “Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre materias tocantes al buen gobierno y (...)

Asi mismo sería necesario que vuestra Magestad mandase siendo servido embiar particular declaracion sobre si se ha de tener por levantamiento para que se pueda hazer guerra a costa de Vuestra Magestad quando los yndios que estando reduçidos y bapticados o estandose cateçizando aviendo prestado los unos y los otros la obediencia a Vuestra Magestad se levantan y deniegan la obediencia y no quieren obedecer ni tributar como solian, si sera esta como digo justa causa para que a costa de la hazienda de Vuestra Magestad se les haga la guerra a estos y a sus convecinos que los ayudan aun que no sean cristianos ni ayan sido subjectos a Vuestra Magestad porque desta materia ay ahora harto en que entender en las provincias de chile, en la sierra de Jaen y en otras partes y es de presumir que siempre habra algo desto como se dize en materias de guerra8.

7Toledo débuta ensuite sa très longue Visita General de la vice-royauté et, tout en promulguant force lois, lança une véritable campagne idéologique contre les idées lascasiennes qui, selon lui, avaient gangréné le Pérou. En 1571, il confiait au Président du Conseil des Indes à quel point les capitulaciones signées par García de Castro dans l’affaire de Vilcabamba lui semblait préjudiciables pour l’établissement du droit du roi de Castille à posséder les Indes. Il croyait savoir que le roi avait même été jusqu’à reconnaître la souveraineté inaliénable de l’Inca, ce qui dans le contexte péruvien pouvait être problématique :

  • 9 “Carta de Don Francisco de Toledo al Presidente del Consejo de Indias, sobre el cumplimiento de var (...)

[…] yo un cargo hiziera a vuestras mercedes que es aver confirmado con poca probanza de testigos de autoridad el dominio y señorío deste reyno en los yngas y en los caciques y en confirmación desto firmallo Su Magestad de su nombre en la confirmación de la capitulación quel licenciado Castro hizo con este ynga yo prometo a Su Magestad que e tenido confusión de leella y de la manera que Su Magestad le pide que le renunzie el derecho del señorio y escribe sobre ello a un fraile agustino a quien yo he estado por enviar a esos reinos […]9.

  • 10 “Carta de Don Francisco de Toledo a S.M. sobre materias y negocios de guerra, del Cuzco, 25 mars 15 (...)

8La politique adoptée était donc fortement critiquée par Toledo qui en récusait les fondements et les conséquences. Le vice-roi dénonçait, en se plaçant sur un plan à la fois historique et juridique, la double illégitimité de Titu Cusi. Comme tout Inca, il tenait son pouvoir de la tyrannie de ses ancêtres mais il n’était même pas un héritier direct d’Atahualpa. Ce point, qui pour Toledo se trouvait justifié dans d’autres documents que s’apprêtait à produire son équipe, était ici réglé en quelques mots et l’Inca qualifié de « no legítimo ni heredero »10. Par ailleurs, Toledo n’était pas certain de la nécessité d’amener l’Inca à quitter son refuge pour lui permettre de vivre au Cuzco, centre du monde, lieu de tous les dangers et de toutes les tentations. A défaut de ne pouvoir opter pour une politique de l’oubli, Toledo proposait celle de l’exil. Il serait plus judicieux, selon lui, d’envoyer l’Inca à Lima où les Espagnols seraient toujours plus nombreux. C’est dire à quel point le vice-roi était conscient à la fois de la faiblesse réelle de l’Inca – ce qui discrédite certains arguments postérieurs – mais totalement au fait de la force symbolique qu’il incarnait :

  • 11 Ibid, p. 453.

[…] no puede dejar de ser ynconveniente como a Vuestra Magestad tengo escrito tener este padrastro aqui donde los naturales siempre ternan ojo pero yo tengo por opinión que no es remedio baxarle de una bicoca de punas casi ynabitables donde estan con tan pocos indios y ponelle entre dozientos mill desta provincia y quando oviera de ser tuviera por mejor baxarle a Lima donde prevaleze siempre tanto mas el numero de españoles y es tanto menos el numero de indios que en esta ciudad donde aun convernia crecer y aumentar españoles […]11.

  • 12 “Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre materias tocantes al buen gobierno y (...)

9Le vice-roi se déclarait cependant prêt à respecter les capitulaciones passées entre le gouverneur García de Castro et l’Inca Titu Cusi, ce qui lui fut réaffirmé comme étant nécessaire par retour de courrier12.

10En octobre 1571, Toledo envoya donc une lettre à l’Inca Titu Cusi dont il ignorait la mort suivie du martyre de l’augustin Diego Ortiz et du métis Martin Pando qui lui servait de secrétaire. La lettre fut acheminée à Vilcabamba par un messager – Atilano de Alaya – accompagné de son esclave noir. L’Espagnol fut tué par les Indiens et grâce à l’esclave noir qui réussit à regagner Cuzco, la nouvelle fut aussitôt connue de tous. Toledo, selon son habitude, réunit les regidores et les vecinos de la province en junta pour juger de l’offense faite à l’autorité royale. Il fut alors décidé d’agir militairement et de régler le problème de manière définitive. Don Francisco de Toledo décida cependant d’attendre la fin de la saison des pluies ce qui lui laissa le temps d’organiser l’invasion. Il ne déclara la guerre qu’en avril 1572.

  • 13 “Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre negocios tocantes al gobierno eclesia (...)

11Après la mort du messager, il y eut donc un changement de ton qui peut paraître brutal, une brutalité liée aux circonstances mais incluse également, comme nous tentons de le montrer, dans une pensée et dans une logique. La justification sécuritaire devint alors première mais surtout elle n’était pas cantonnée à la seule sphère de Vilcabamba mais s’étendait à toute la descendance de l’Inca qui, selon Toledo, devait être exilée. Il s’agissait précisément de provoquer l’effacement et donc l’oubli total du nom d’Inca13. Préparée idéologiquement dans les lettres antérieures, et justifiée en droit par l’assassinat du messager, l’élimination de l’Inca de Vilcabamba devenait inévitable.

Quelques lectures de la catastrophe

  • 14 Inca Garcilaso DE LA VEGA, Comentarios reales, Madrid : Cátedra, 1996.
  • 15 Felipe GUAMAN POMA DE AYALA, Nueva Crónica y buen gobierno, Madrid : Historia 16, 1 et 2, 1987.
  • 16 Martín DE MURÚA, Historia general del Perú, Madrid : Historia 16, 1997.
  • 17 Reginaldo DE LIZÁRRAGA Descripción del Perú, Tucumán, Río de la Plata y Chile, Ignacio BALLESTEROS (...)

12Devant l’ampleur de l’évènement, il y eut certes de nombreuses réactions. Elles s’interrogeaient sur les temps de la catastrophe avec une attention souvent peu appuyée sur le récit de la bataille ; ce qui importait c’était le moment central car le point d’orgue de la catastrophe c’était l’exécution. Garcilaso de la Vega traitait ainsi le moment de la bataille avec une grande sobriété en montrant que, de fait, de bataille il n’y en eut point et que le jeune Tupac Amaru, devant l’intrusion des guerriers espagnols, préféra se rendre. L’exécution n’en semblait que plus injuste14. Guaman Poma allait, lui, offrir de la catastrophe – c’est-à-dire de l’exécution – une représentation vibrante et émouvante. Le dessin représentant la mise à mort du jeune Tupac rappelle à bien des égards celui de l’exécution d’Atahualpa, avec une insistance toute particulière sur la détresse des Indiens que l’auteur nous montre en larmes15. Mais de la même façon, il n’y eut point de véritable bataille, car les forces – cela est dit de manière implicite – étaient disproportionnées. En revanche, le mercédaire Murúa proposait dans son Historia General del Perú un récit épique de la bataille16. Il y consacrait plusieurs chapitres, en racontant l’expédition par le menu, en donnant un luxe de détails, en mettant en avant la force, le courage, la valeur des combattants espagnols et indigènes tant il est vrai, si l’on en croit ce récit, qu’« à vaincre sans péril on triomphe sans gloire ». Certes Murúa faisait également de l’exécution de Tupac Amaru un moment charnière qui précipitait la fin des Incas : l’expression « y feneció esta generación de Yngas » est un leitmotiv qui imprègne tout le texte. Quant à Toledo, il n’est pas épargné par le mercédaire qui le présente comme un homme dur et obstiné mais dont la symbolique politique est clairement lisible. Cette prolixité contraste avec les récits précédemment cités mais aussi avec la sobriété affichée d’un Reginaldo de Lizárraga qui proposait en un seul chapitre un récit qui se voulait objectif17. Il soulignait qu’il n’y avait eu aucune effusion de sang ; la bataille avait été presque pathétique et les forces étant disproportionnées, la victoire des Espagnols l’avait forcément été aussi. Lizárraga insistait sur la contradiction essentielle : avoir baptisé l’Inca pour le tuer ensuite. C’était d’ailleurs significativement entre les mains de Dieu que Lizárraga, en bon dominicain, remettait finalement Don Francisco de Toledo, présenté là aussi comme un homme dur et autoritaire.

13Il apparait donc que peu d’auteurs accordent du prix à la bataille en elle-même, présentée comme disproportionnée et inutile. Toledo n’allait pas insister davantage sur ce point car si la catastrophe devait donner lieu à un discours, celui-ci allait porter sur l’exécution et sur l’idéologie qui la justifiait à défaut de l’expliciter véritablement. Des lectures plus immédiates insistaient sur ces derniers points. La catastrophe apparaissait mentionnée dans certaines correspondances et dans quelques documents mais elle était toujours replacée dans un contexte, celui de la domination espagnole aux Indes mais aussi celui des luttes de pouvoirs au sein de la vice-royauté. A ce titre, elle devenait un élément de plus dans une autre bataille, celle que beaucoup menaient contre le vice-roi, qu’ils fussent jésuites ou agents de l’appareil monarchique. Ainsi, des membres de l’Audience de Lima, qui avaient maille à partir avec le vice-roi peu enclin à laisser se développer un autre pouvoir, produisirent une lettre détaillée qui, outre les critiques habituelles sur les frais occasionnés par les manœuvres de Toledo et sur sa pratique du népotisme, insistaient sur l’ampleur épique donnée à l’évènement, sur ses conséquences dramatiques propres à favoriser l’instabilité du territoire et surtout sur la rupture politique assumée par le vice-roi qui dérogeait également à une forme d’éthique chrétienne :

  • 18 Lettre de l’Audience de Lima, janvier 1573, in Roberto LEVILLIER, - Don Francisco de Toledo,Supremo (...)

Al tiempo que el licenciado Castro partió deste reino, el visorey había empezado a hacer gente contra el Inga, que era muerto días había, y su hijo y hermano, y gente que serían hasta cien personas las que estaban en un rincón de los Andes, tierra inabitable; y habiéndolo avisado a esta Audiencia, se le respondió que mirase lo que convenía al servicio de Dios Nuestro Señor y de Vuestra Magestad, porque nos consta haber Vuestra Magestad mandado al licenciado Castro que con toda cristiandad los redujese y hiciese mercedes, no teniendo voluntad que con fuerzas de armas les quitasen aquella tierra. Sin embargo dello, procedió con campo formado, y con tanto aparato de guerra, que para negocio de más importancia y más lícito parecía inconveniente; y de lo que desto ha resultado fue sacar aquellos indios y hacerlos esclavos, y habiendo hecho volver cristiano a Tupac Amaru, hermano del Inga, le cortó la cabeza con tanto aparato y demostración, que ha puesto imaginación a los descendientes del Inga que se pretende consumirlos, de que los indios y españoles ha dado descontento y se ha tenido a crueldad, habiéndole hecho tornar cristiano, y siendo el uno cosa tan poca, que veinte hombres bastaban a sacarle de paz, so color de lo cual ha gastado y gasta mucho número de pesos de oro y dado gratificaciones, especialmente a criados suyos, como si hubieran ganado éstos tierra para Vuestra Magestad, siendo una cosa tan de burla18.

  • 19 La formule est de Bartolomé Bennassar, voir Bartolomé BENASSAR, Inquisición española : poder políti (...)

14Cette lettre résume quasiment toutes les critiques qui furent adressées à Don Francisco de Toledo, accusé de démesure, et de participer de fait à ce que nous appellerions aujourd’hui une « pédagogie de la peur »19, habituellement mise au service de la lutte contre l’hérésie religieuse mais appliquée ici au domaine politique, ce qui, cependant, n’était guère une nouveauté dans le monde ibérique. Dans une lettre pleine de rancœur et d’ironie, le président de l’Audience de Charcas critiquait avec force la vision de l’Histoire Inca proposée par Toledo. Il affirmait la légitimité des seigneurs de Vilcabamba et dénonçait la politique du roi qui, à défaut de pouvoir leur remettre le pouvoir, se devait au moins de leur permettre de vivre selon leur rang.

15Les Auditeurs ne furent pas certes les seuls à critiquer violement le vice-roi. Les Jésuites qui voyaient s’achever leur lune de miel avec le représentant de l’Etat avaient tenté d’obtenir la grâce du jeune Tupac Amaru si réceptif à la foi. A genoux, le Père Barzana avait prié le vice-roi de lui accorder sa clémence, en vain. Dans une lettre adressée au Général à Rome, le père Luis López dont on sait les ennuis postérieurs et l’opposition marquée à la politique du vice-roi, revenait presque immédiatement mais en quelques lignes seulement sur le cataclysme. Le jésuite soulignait l’injustice de l’exécution, qui ne fit que renforcer selon lui l’admiration envers les prétendus coupables et la haine contre le vice-roi. Il se félicitait au passage que la Compagnie de Jésus ait réussi par sa politique à la fois claire et subtile à échapper à la détestation générale :

  • 20 Référence au psaume 22(21).
  • 21 « Lettre de Luis López au Père Borja, Cuzco, 12 de octubre de 1572 », in : Antonio DE EGAÑA (éd.), (...)

Hizo justicia del Señor deste reino y de sus capitanes el Visrey, cathechizólos Barzana, a quien el Señor a comunicado esta lengua con grandes ventajas. Murieron con gran edificación desta ciudad, y esperança nuestra de que gozan del Señor. El Visrey se a ayudado de nosotros para cosas universales, pero de suerte que todo el Reino entendía que ni lo víamos ni le oíamos, y io se lo dezía que por ninguna vía nos mostrase favor, si quería que nosotros hiziémos nuestro oficio sirviendo a Dios y al Rey y a él. Y así a sido el Señor servido, que nos ha librado de ore leonis20; porque él está el más aborrecido hombre del mundo21.

  • 22 Francisco FALCÓN, “Representación hecha por el licenciado Falcón en concilio provincial, sobre los (...)

16On remarquera bien entendu la formule « Señor deste reino » qui visait à contester directement sur le plan juridique les affirmations de tyrannie développées par Toledo et son équipe. A l’instar d’un autre jésuite Antonio de Hera ou du juriste Francisco Falcón22, Luis López affirmait la souveraineté légale de l’Inca de manière claire.

17Quelques années plus tard, José de Acosta allait revenir sur cette question de l’exécution des princes indigènes dans le De procuranda indorum salute, œuvre dans laquelle l’ancien provincial jésuite se posait la question de la justice de la société coloniale telle qu’elle s’était mise en place. Acosta critiquait, au nom d’une évangélisation pragmatique, la mort du premier Inca Atahualpa :

  • 23 José de ACOSTA, De procuranda indorumsalute, Madrid : CSIC, 1984, 1, p. 375.

Por lo cual cometieron un grave error los nuestros, que mataron a Atahualpa, príncipe inga, de lo cual también se quejan sus sucesores, diciendo que si hubieran conquistado la voluntad del rey, muy en breve hubiera sucedido haber recibido la fe muy fácilmente todo el imperio de los incas. Porque es maravillosa la sumisión que todos los bárbaros tienen a sus propios reyes y caciques23.

  • 24 José DE ACOSTA, Historia natural y moral de las Indias, Madrid : Historia 16, 1987.
  • 25 Ibid, p. 426.

18Mais, dans la Historia natural y moral de las Indias24, c’était à un état des lieux que se livrait Acosta, en proposant une brève généalogie incaïque et en offrant au lecteur un récit compact, assez froid qui finalement prenait assez peu parti. Il se contentait de souligner l’incroyable douleur des Indiens devant la mort de celui « que tenían por su señor »25 marquant par cette formule sa réserve par rapport à la question de la légitimité de l’Inca. Le changement de ton était net, mais les perspectives et le projet d’Acosta n’étaient en rien comparable aux réactions immédiates que nous venons de voir. Le jésuite, préoccupé et profondément pessimiste face à la réalité injuste qu’il avait pu constater aux Indes, tentait de trouver une voie moyenne qui permettrait de moraliser, avec l’aide de la divine Providence, le gouvernement du Pérou.

D’un état de crise à un état d’urgence : le rôle du cataclysme

19De fait, l’exécution de l’Inca était liée à la question de la stabilisation politique de la vice-royauté. Une lettre – une des rares lectures positives de la catastrophe – replaçait celle-ci dans ce contexte politique particulier, en insistant sur la fragilité de la construction coloniale non achevée et menacée par un triple danger : militaire, juridique et spirituel. Tupac Amaru était qualifié de « capitán ynga », Vilcabamba de « fuerte » et l’accent était mis sur les multiples exactions menées par les insurgés ainsi que sur la patience des rois qui avaient toujours tenté leur fameuse politique du compromis :

  • 26 “Carta a Su Magestad del licenciado Pedro Ramírez de Quiñones [Président de l’Audience de la Plata] (...)

Estaba junto a la ciudad del Cuzco una provincia que se llamaba Bilcabauba donde luego que este reyno se redujo al servicio y obediencia de VM se retiró un capitán ynga y alli se hizo fuerte y salia muchas veces a hacer saltos y robar la tierra y aun que los gobernadores y virreyes pasados procuraron pacificarle y sacarle de aquel fuerte por guerra otras veces con persuaciones regalos y promessas y nunca le pudieron desarraigar ni pacificar el cual con cautelas decía que quería ser cristiano y reducirse a la obediencia de VM ; llamabase rey y señor de esta tierra y los naturales en lo secreto por tal le reconocían y esperaban que los había de volver a su antigua idolatría y infidelidad y no solamente los indios pero los españoles inquietos y amigos de novedades, mestizos y mulatos de que ay gran cantidad en este reino andavan siempre con esperanza que habiendo alguna rebelión o motines tenían cierta la acogida para sus ruyndades en aquel rincón y provincia, donde estaba hecho fuerte aquel capitán ynga ; fue un fraile a predicarle y al cabo de poco tiempo lo mató –Don Francisco de Toledo al principio procuró también de traerle de paz con regalos y promesas enviandole mensajes persuadiendole salida y al fin le envió un mensajero al cual mató ; vista su contumacia el virrey con su buena yndustria hizo gente con muy poca costa o ninguna de vuestra magestad y lo desbarató y prendió a él y a todos sus secuaces y generación e hizo justicia de los que convino ; pobló de españoles aquella provincia como creo tiene VM larga relación fue cosa importantisima la prision y el castigo de aquel capitán ynga por el grande alboroto que en todo este reino causava ordinariamente porque cada año habia gran grita de alzamiento de indios y españoles sabiendo tenían aquella acogida cierta y asi quitada aquella ladronera todo está pacifico sin memoria de alteraciones ni motines26.

  • 27 “Carta a Su Magestad del licenciado Matienzo, con relación de sus servicios. Manifiesta que lleva d (...)

20Dans cette lettre, exemplaire à bien des égards, le licencié Pedro Ramírez de Quiñones se livrait à une véritable réécriture de l’Histoire en faisant de Tupac Amaru un simple chef militaire et en niant de fait sa qualité d’héritier des Incas. Le président de l’Audience de Charcas faisait de l’exécution de Tupac Amaru la seule solution capable de tranquilliser les Espagnols comme les Indiens et d’assurer la paix du royaume. Cette lettre fort élogieuse, on le voit, s’appuyait sur une rhétorique que Toledo allait porter à son comble. Nous noterons cependant que l’exécution de Tupac Amaru occupe finalement très peu de place dans la correspondance tolédane pourtant très dense, ce qui ne manque pas d’être curieux au regard de l’ampleur de l’événement. La première analyse de Toledo s’appuyait essentiellement sur la question des Justes Titres mise à mal par les multiples pamphlets lascasiens. Le ton changea ensuite, comme nous avons tenté de le montrer, et l’accent fut mis notamment sur l’aspect sécuritaire. Toledo était, bien entendu, au fait des critiques portées contre lui et savait qu’il ne recueillait en la matière que peu de soutien. Juan de Matienzo, par exemple, ne fit qu’une brève allusion au détour d’une lettre et évoquait rapidement la catastrophe comme une conséquence de la rupture de l’accord de paix, seul justificatif de la guerre27. Certes, l’auditeur de Charcas ne critiquait pas le vice-roi mais ne lui apportait pas non plus – en tout cas dans la correspondance que nous avons pu consulter – de soutien plus actif.

  • 28 “Memorial que Don Francisco de Toledo dio al rey Nuestro Señor del estado en que dejó las cosas del (...)
  • 29 Voir Carmen BERNAND et Serge GRUZINSKI, Histoire du Nouveau Monde, Paris : Fayard, 1991-1993, 2, ch (...)

21Toledo se déclara, en toute logique, satisfait de sa décision qui s’insérait dans une politique à court et à moyen terme. Il reprit dans son Memorial les mêmes arguments sécuritaires développés dans la lettre du licencié Quiñones. Il en reprenait les mêmes termes et notamment celui de « ladronera » qui renvoyait finalement l’exécution du prince à celle d’un prisonnier de droit commun, d’un simple voleur28. L’illégitimité de l’Inca que Toledo s’était acharné à démontrer se démultipliait en s’appuyant sur des délits clairement identifiés et tous hautement condamnables. Vilcabamba était, selon le vice-roi, un repaire de brigands, le lieu de constitution d’une possible cinquième colonne composée de métis et d’Espagnols mécontents, mais aussi le lieu de l’idolâtrie institutionnalisée. On ne saurait en effet oublier le lien que Toledo établissait très clairement entre Vilcabamba et le mouvement du Taqui Onkoy. Le cataclysme s’inscrivit donc ici dans une logique globale ; il ancrait la destruction des référents indigènes dans un projet politique mené en conscience et avec force. Il était le signe visible et définitif de l’ordre nouveau que Toledo devait établir. Il faut noter, à cet égard, que la date n’était pas non plus indifférente car elle venait clore l’espace des trois ans que Toledo s’était donné pour réformer la vice-royauté. En rupture assumée avec la politique de compromis de la Couronne sur ce point précis, Toledo savait qu’il franchissait un nouveau seuil. Il répondait cependant ainsi à l’un des impératifs que la Junta Magna lui avait fixé : rétablir le calme au Pérou et affirmer le contrôle de l’Etat colonial. L’exécution de Tupac Amaru s’accompagna d’une mise au pas des élites indigènes que Toledo voulut soumettre par quantité de moyens. Cette politique de contrôle et d’affaiblissement des élites indiennes était à l’œuvre dans toute l’Amérique hispanique29. Certes, au Pérou, cela se fit dans la violence. Le cataclysme marquait le basculement d’un état de crise à un état d’urgence, affirmait l’absolue nécessité d’un renouvellement de la problématique politique et voulait imposer une nouvelle grille d’intelligibilité historico-politique du Pérou. Le cataclysme, en venant clore un temps historique – celui de la Conquête – permit ainsi un nouveau contrôle des Espaces et des Histoires.

Haut de page

Notes

1 Nathan WATCHEL, La vision des vaincus, Paris : Gallimard, (Collection Folio Histoire), 1971, p. 301.

2 Tupac Amaru signifie  « le serpent brillant » en quechua.

3 « La grande rébellion de 1781 a été sur le point de ravir au roi d’Espagne toute la partie montagnarde du Pérou au moment même où la Grande-Bretagne perdait presque toutes ses colonies sur le continent américain. José Gabriel Condorcanqui, connu sous le nom de l’Inca Tupac Amaru, se présenta à la tête d’une armée indienne sous les murs du Cuzco. C’était le fils du cacique de Tungasuca, village de la province de Tinta… La famille Condorcanqui se dit descendante de l’Inca Sayri Tupac, qui disparut dans l’épaisseur de la forêt à l’est de Vilcabamba, et de l’Inca Tupac Amaru qui, contre les ordres de Philippe II, fut décapité par le vice-roi don Francisco de Toledo. […] Le soi-disant Inca avait inspiré un grand respect aux indigènes qui, malgré leur crainte des Espagnols et bien qu’ils fussent entourés d’une armée victorieuse, se prosternèrent en présence du dernier fils du Soleil, lorsque celui traversa les rues pour aller au supplice. » Alexandre de HUMBOLDT, Essai politique sur le royaume de Nouvelle-Espagne (1810-1811), 2, chap. 6, in : Bernard LAVALLÉ, l’Amérique espagnole de Colomb à Bolivar, Paris : Belin Sup Histoire, 1993, p. 265.

4 Juan de MATIENZO, El gobierno del Perú con todas las cosas pertenecientes a él y a su historia,Paris-Lima : Travaux de l'Institut Français d'Etudes Andines, 11, 1967.

5 Ibid, p. 294.

6 « Según yo tengo entendido, no se le puede hacer guerra al Inga con buena conciencia, pues él responde y dice que quiere paz, y que entren a pedricar el santo Evanxelio en su tierra, y si lo hace por dilatar o no, sólo Dios lo sabe y él mesmo. », ibid, p. 308.

7 Ibid, p. 307.

8 “Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre materias tocantes al buen gobierno y justicia de las provincias del Perú, los Reyes, 8 febrero de 1570”, in : Roberto LEVILLIER, Gobernantes del Perú. Cartas y papeles del siglo XVI, Madrid : Ribadeneyra, 3, p. 352.

9 “Carta de Don Francisco de Toledo al Presidente del Consejo de Indias, sobre el cumplimiento de varias cédulas reales y acrecentamiento de la hacienda real. Del Cuzco, 11 de Mayo de 1571”, ibid, p. 530.

10 “Carta de Don Francisco de Toledo a S.M. sobre materias y negocios de guerra, del Cuzco, 25 mars 1571”, ibid, p. 452.

11 Ibid, p. 453.

12 “Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre materias tocantes al buen gobierno y justicia de las provincias del Perú, los Reyes, 8 de febrero de 1570”, ibid, p. 344.

13 “Carta del virrey Don Francisco de Toledo a Su Magestad sobre negocios tocantes al gobierno eclesiastico, secular, guerra y hacienda, 30 de abril de 1572”, ibid, 4, p. 135.

14 Inca Garcilaso DE LA VEGA, Comentarios reales, Madrid : Cátedra, 1996.

15 Felipe GUAMAN POMA DE AYALA, Nueva Crónica y buen gobierno, Madrid : Historia 16, 1 et 2, 1987.

16 Martín DE MURÚA, Historia general del Perú, Madrid : Historia 16, 1997.

17 Reginaldo DE LIZÁRRAGA Descripción del Perú, Tucumán, Río de la Plata y Chile, Ignacio BALLESTEROS (éd.), Madrid : Historia 16, 1987. Notons que cette chronique a été écrite en 1594.

18 Lettre de l’Audience de Lima, janvier 1573, in Roberto LEVILLIER, - Don Francisco de Toledo,Supremo Organizador del Perú : su vida, su obra, 1935-1940, Buenos Aires, Biblióteca del Congreso Argentino, t.I, p. 340.

19 La formule est de Bartolomé Bennassar, voir Bartolomé BENASSAR, Inquisición española : poder político y control social, Barcelona : Crítica, 1984, chap. 4.

20 Référence au psaume 22(21).

21 « Lettre de Luis López au Père Borja, Cuzco, 12 de octubre de 1572 », in : Antonio DE EGAÑA (éd.), Monumenta Peruana, 1 (1565-1575), p. 491.

22 Francisco FALCÓN, “Representación hecha por el licenciado Falcón en concilio provincial, sobre los daños y molestias que se hacen a los indios”, Colección de documentos inéditos par la historia de América y Oceanía, 7, p. 451-495.

23 José de ACOSTA, De procuranda indorumsalute, Madrid : CSIC, 1984, 1, p. 375.

24 José DE ACOSTA, Historia natural y moral de las Indias, Madrid : Historia 16, 1987.

25 Ibid, p. 426.

26 “Carta a Su Magestad del licenciado Pedro Ramírez de Quiñones [Président de l’Audience de la Plata], dando noticia y relación de algunas cosas del gobierno del Perú, y de la diferencia y mejoria que que hay en él de pocos años a esta parte desde que gobierna el virrey Toledo, La Plata, 6 mayo 1575”, in : R. LEVILLIER, La Audiencia de Charcas, Correspondencia de presidentes y oidores, Madrid : Colecciónde publicaciones históricas de la Biblioteca del Congreso Argentino, 1918, p. 321.

27 “Carta a Su Magestad del licenciado Matienzo, con relación de sus servicios. Manifiesta que lleva diez y seis años de servir el oficio de oidor en las Audiencias de Los Reyes y de La Plata, La Plata, 14 de octubre de 1576”, ibid, p. 403.

28 “Memorial que Don Francisco de Toledo dio al rey Nuestro Señor del estado en que dejó las cosas del Perú después de haber sido virrey y capitán general por trece años, que comenzaron en 1569”, in : Lewis HANKE, Los virreyes españoles en América durante el gobierno de la Casa de Austria, Perú, I, Madrid : B.A.E., 280, 1978, p. 113.

29 Voir Carmen BERNAND et Serge GRUZINSKI, Histoire du Nouveau Monde, Paris : Fayard, 1991-1993, 2, chap. 5, p. 136-165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nejma Jalal-Kermele, « La mort de Tupac Amaru, l’ultime cataclysme ? », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21440 ; DOI : 10.4000/e-spania.21440

Haut de page

Auteur

Nejma Jalal-Kermele

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Laboratoire Langues, Littératures et Civilisations de l’Arc Atlantique, E.A 1925

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org