Navigation – Plan du site
Catastrophes, cataclysmes et naufrages : de la terreur au récit

Une herbe qui relie les parties du monde…

Louise Bénat-Tachot

Résumés

Le livre 50 de la Historia natural y moral de las Indias est la conclusion de trente-cinq années d’expérience américaine, de compilation de récits, de témoignages, d’entrevues dont Gonzalo Fernandez de Oviedo se fait le garant. Peu étudié et surtout classé comme une forme littéraire de l’histoire où intervient le miraculeux, cet ensemble de 19 chapitres présente néanmoins un intérêt singulier pour comprendre le monde colonial et l’importance que la navigation comme expérience commune partagée a pu avoir dans les sociétés en voie de constitution. Ce livre n’est donc pas simplement une vision assombrie de l’Amérique, aux antipodes de l’utopie, mais plutôt la claire affirmation d’un changement radical de la sensibilité sociale et de la culture matérielle. Le naufrage n’est pas autre chose que le coût de la modernité d’une navigation-monde ibérique qui dominera la deuxième moitié du XVIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Si quered saber orar
Aprended a navegar
Proverbe des marins

  • 1 Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Historia General y natural de las Indias (1535, 1a parte), Introducció (...)
  • 2 Félix BOLAÑOS a écrit un article “Milagro, peregrinación y paraíso: narración de naufragios del cro (...)

1L’œuvre de Gonzalo Fernández de Oviedo est sans doute la chronique la plus prolixe, touffue et arborescente de ce qu’il est convenu d’appeler les crónicas primitivas de Indias1. Elle fut aussi, dès la parution de la première partie en 1535, la cause de bien des polémiques. On la trouve citée, arpentée, glorifiée pour ses chapitres ethnographiques et ses dessins botaniques, critiquée pour ses relations de conquêtes et les sentences émises par l’auteur, utilisée pour ses précieuses transcriptions de témoignages des acteurs du temps. Cette histoire humaine et naturelle est une sorte de passage obligé pour tout historien qui s’intéresse à l’époque des découvertes. Pourtant je me propose de présenter un livre très singulier et peu étudié de la Historia General y natural de las Indias de Gonzalo Fernández de Oviedo2. Ce livre qu’on pourrait intituler « Livre des naufrages et infortunes » n’a pas fait en soi l’objet d’un véritable intérêt de la part des historiens et cela n’a pas de quoi surprendre. Il est long, touffus, voire confus à première lecture, on en comprend mal les principes de composition ; le fait que ce soit le dernier livre d’une chronique qui en compte cinquante dont la matière historique est très inégale et la configuration hétéroclite explique sans doute qu’il soit considéré à la marge voire hors jeu par les historiens du monde colonial. Alors que la Historia General y Natural de las Indias est une œuvre de référence précieuse en informations de toutes sortes observées souvent au plus près sur le plan de la nature américaine, de sa géographie et du récit des conquêtes que l’auteur compile avec un goût du détail parfois pesant, ce Livre des Naufrages se présente comme un conglomérat de récits dont la valeur historique paraît beaucoup plus discutable, bateaux échoués sur les récifs, groupes de rescapés dont le seul recours est la prière, le tout dans une perspective édifiante : rien là de très nouveau ni de très américain. Ces écrits ne sont pas l’occasion d’une étude ethnographique par exemple. Alors pourquoi s’intéresser à cet ensemble de 29 chapitres, de la page 305 à la page 414 du cinquième volume soit plus de 110 longues pages ?

2Les analyses qui font état de cet ensemble de chapitres ont adopté le point de vue de la narrativa, c’est-à-dire en soulignant les rapports entre histoire et fiction sur le plan culturel et n’en ont pas dégagé d’enjeu socio-historique ou politique. Leurs auteurs y voient surtout un exemple de littérature de naufrage (ce qui constituera un genre) selon un schéma narratif identifiable, relation le plus souvent édifiante, où intervient l’élément fictionnel comme le miracle, l’intervention divine (cf. Félix Bolaños). Dans le sillage de Pupo Walker ou de Arrom qui lient fiction et histoire et démontrent que les chroniques ne sont pas autre chose qu’un genre fictionnel, il s’agirait d’une première littérature américaine, position reprise comme on le sait par les postcolonial studies nord-américaines.

3Or c’est d’une autre façon que je pense m’intéresser à ce livre des Infortunios y naufragios , je voudrais m’interroger sur la définition du naufrage, relaté, diffusé, commenté comme non pas une réalité factuelle (suceso) ou événementielle mais comme réalité processuelle (proceso) qui participe de l’histoire sociale, économique et culturelle coloniale et peut être l’informe, la calibre parce qu’il met en jeu un contexte élargi, celui des navigations ibériques qui concerne la presque totalité du monde.

4Je voudrais d’abord comprendre le sens de ce livre par rapport à l’œuvre : qu’a signifié pour l’auteur placer un tel panorama ténébreux en fin de chronique ? Ensuite j’aimerais savoir si le terme de naufragios ne prend pas, grâce à ce livre de composition pour le moins étrange, un sens reconfiguré et qui éclairerait ce qu’a signifié la navigation au XVIe siècle sur l’ensemble élargi des surfaces océanes tant du côté des eaux naviguées par les Portugais que du côté des navigations espagnoles. Du coup je serais tentée d’esquisser une possible typologie du naufrage et d’en dégager la valeur historique.

5Il semble bien que raconter un naufrage a une fonction plurielle qui n’est pas épuisée par la seule assimilation à la narration didactique, sensationnaliste et miraculeuse. Trois questions donc d’ordre différent, une qui porte plutôt sur l’œuvre d’Oviedo et la dynamique de sa construction, l’autre sur la question du naufrage comme une nouvelle catégorie complexe d’évènement née de l’expérience moderne de la navigation et une troisième qui porte sur le statut et le sens de la transmission de ce type de récit.

Une herbe qui relie les parties du monde

6Le livre 50 est la conclusion de trente-cinq années d’expérience américaine, de compilation de récits, de témoignages, d’entrevues dont Oviedo se fait le garant. Fonctionnaire royal nommé depuis 1532 chroniqueur des Indes par l’Empereur, il eut à cœur de recueillir depuis son observatoire de Saint-Domingue où il fait fonction d’alcaide de la fortaleza, toutes les expériences et les récits des acteurs de la conquête qui tôt ou tard font escale dans l’île. De ce point de vue Saint-Domingue est encore dans les années 1540 une plaque tournante de la circulation des Espagnols dans le Nouveau Monde, même si l’île est plongée dans une léthargie économique et démographique au regard des jeunes vice-royautés.

  • 3 Gerbi fait observer que ce dispositif inverse le schéma du récit utopique: “El realismo de Oviedo s (...)
  • 4 Oviedo exprime le sentiment de son vieillissement, de l’homme qui sent sa fin prochaine, cependant (...)
  • 5 Gerbi y voit le seul réel effort de composition de toute l’oeuvre qui s’ouvre avec l’expédition heu (...)

7Il est curieux de désirer clore une chronique impériale et impérialiste sur une compilation de naufrages : or c’est un choix pensé et conforté de l’auteur3. En effet, dès l’édition de la première partie en 1535 puis sa réédition de 1547, le livre 20 qui terminait la première partie (la seule éditée par deux fois au XVIe siècle) était bel et bien un livre de récits de naufrages (évidemment beaucoup plus court que celui de l’édition complète puisqu’il ne comptait que 11 chapitres, le dernier étant celui du naufrage du licenciado Zuazo). Quelle est donc la vocation d’une aussi ténébreuse résolution de l’œuvre d’une vie : a-t-elle vocation testamentaire d’un homme vieilli ?4 Doit-on y lire l’expression d’une mélancolie de l’auteur ? A-t-elle valeur d’avertissement solennel sur les dangers de la navigation pour tous les voyageurs à venir ou encore a-t-elle valeur symbolique pour exprimer le naufrage de toute une époque, de tout un continent, de tout un projet impérial ?5

  • 6 « y déstos vemos, por nuestros pecados, cuánto menor es el número de los buenos, ninguno se debe ma (...)
  • 7 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 48, p. 212 a.
  • 8 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 49, cap. XVI, p. 304 a.

8Il pourrait y avoir une première raison pour expliquer la place particulière de ce vaste livre pathétique et souvent redondant dans sa thématique : Oviedo vient de s’attacher à la chronique de la conquête du Pérou et des guerres civiles qui ont en partie ruiné la terre. Il n’est pas inintéressant de revenir sur le dernier chapitre du livre 49 où il relate l’épisode le plus violent des guerres civiles du Pérou, celui de la rébellion de Gonzalo Pizarro (mort de Gonzalo Pizarro en 1548 dont il prend acte dans une ultime retouche du texte en retranscrivant l’acte d’accusation)6. Le proème du livre 48 est une longue et douloureuse lamentation sur le desgobierno, la fureur des hommes « […] los leones tigres e animales fieros podemos tener por más sociables e piadosos y menos crudos que los hombres que por acá habemos visto »7. Par ailleurs, dans le dernier chapitre du livre 49 Oviedo dresse un classement des exploits des Castillans « siete muy calificadas y dignas de perpetua memoria »8 : la découverte de Colomb, l’exploit de Núñez de Balboa, le tour du monde par Magellan/Elcano, la conquête du Mexique par Cortés, celle du Pérou, celle de Jiménez de Quesada et enfin l’entreprise de pacification de Pedro de la Gasca qui mit fin à la tyrannie de Gonzalo Pizarro de main de maître.

9Le Livre des naufrages serait donc un contrepoint à la fois au réquisitoire péruvien et au palmarès des conquêtes que dresse Oviedo, il serait l’expression de la justice immanente là où celle du roi tarde à venir, de la précarité de la vie rappelée aux hommes là où l’ambition, la convoitise et la victoire les grisent et les égarent, l’expression de la toute puissance de Dieu là où le diable tend ses embuscades sanglantes. Ce livre est donc à la façon d’une vanité, le crâne posé sur l’étoffe de soie.

  • 9 Cette critique sociale et morale de la vie à Saint Domingue se trouve dans Quinquagenas de los gene (...)
  • 10 Enrique OTTE, « Carta inédita de Gonzalez Fernández de Oviedo », Revista de Indias, 1956, 65, p. 43 (...)

10Selon cette première hypothèse, le chroniqueur des guerres du Pérou, vieil homme crispé sur les valeurs morales d’une hidalguía surannée, voit les terres américaines à travers le prisme de l’île de Saint-Domingue, une île dont il fera une vigoureuse critique dans les Quinquagenas de la nobleza española, une de ses œuvres ultimes9 ; ainsi que dans de longues lettres aussi critiques qu’amères adressées à la couronne et que Enrique Otte a éditées10. Saint-Domingue est aux mains de quelques notables peu soucieux de la république et du bien de leurs concitoyens. Depuis cette île, le vieux chroniqueur observe une Amérique où les peruleros se sont soulevés contre leur roi, où les dernières expéditions de conquête comme celle d’Hernando de Soto, Vázquez de Coronado ou la deuxième expédition d’Orellana ne sont que des déambulations stériles et funestes, où les Indiens meurent en masse sans qu’on puisse raisonnablement confier en leur évangélisation. La première Amérique, celle de la découverte, de la conquête, des héros, cette Amérique sans doute est d’un autre temps et celle qu’Oviedo a sous les yeux paraît aller à la dérive. Il se peut que Oviedo implicitement entérine dans tous ces récits non pas le naufrage de toute une entreprise impériale, mais sa possible dérive si ceux qui s’y installent perdent de vue les vertus politiques et religieuses qui fondent la légitimité de l’empire.

11Cependant cette explication, même si elle rend compte de la dynamique idéologique et morale globale de l’œuvre, ne peut suffire me semble-t-il à rendre compte d’un livre de plus de 100 pages, placé en un lieu si stratégique par un auteur qui revendique sa qualité d’historien, s’attache à définir un protocole d’établissement de la vérité des faits, toujours préoccupé par la diffusion de sa chronique auprès de ses contemporains tant en Espagne que dans le reste de l’Europe.

  • 11 Pierre DE MEDINA, L’art de naviguer, [1545], Paris : Les Belles Lettres/Nino Aragno Editore, 2000. (...)

12C’est sans doute dans le proemio du livre 50 que l’on peut trouver d’autres éléments de réponse. Dès le prologue, Oviedo établit l’importance de la navigation de son temps et s’en fait l’ardent témoin. Il n’était pas le seul. On connaît les déclarations exaltées d’un Pedro de Medina dans el arte de navegar, s’extasiant devant ce qui apparaît comme une véritable révolution : la capacité non seulement à circuler sur l’ensemble des surfaces du monde, mais à s’y situer, s’y orienter, à désirer s’en rendre maître11. Relisons rapidement quelques déclarations de Pedro de Medina dans le prologue de son Arte de navegar :

Entre tous les arts, l’art de naviguer est le plus excellent pour ce que non seulement il participe avec eux mais aussi comprend en soi tous les principaux, c’est à savoir Arithmétique, Géométrie et Astrologie. Et ceux-cy sont estimez les plus excellens entre les mathématiques, pour la très certaine démonstration qu’ilz ont de leurs conclusions.
Et que cet art soit le plus estimé & principal entre les autres, se pourra démontrer par trois raisons qui s’ensuyvent. La première est pour raison de sa subtilité, la seconde pour raison de sa certitude : & la troisième pour raison du profit & utilité qui en provient. Quant à la première, qui pourra expliquer une si grande subtilité qu’un homme avec un compas et lignes pourtraictes sache circuir [circuler] & naviguer tout le monde : & connaître de jour & de nuict, où il doit aborder & d’où il se doit  esloigner ? Aussi combien il doit aller d’un costé & d’autre, & adresser proprement son chemin par une chose qui est si vague et spacieuse comme la mer où n’y a aucun chemin ny trace. Et pour vray dire, c’est chose subtile & difficile, bien considérée par Salomon, quand il dit que l’une des choses plus mal aisées à trouver est le chemin d’un navire par la mer. Car il ne suit aucun chemin, & ne laisse aucuns enseignemens. Mais qui pourroit exprimer tant grande subtilité qu’avec un instrument rond non plus grand que la paume de la main, que nous appelons astrolabe, on puisse mesurer la rondeur du ciel ?

  • 12 P. DE MEDINA, op. cit., proème, p. 3-4.

[…] nul des autres arts n’est tenu bon ny profitable que celuy-cy & qu’il soit vray, il appert parce que par luy nous avons congaissance des choses diverses & étranges qui sont par le monde : & aussi le traicté & communication de toutes choses : & si la navigation cessoit, les hommes vivroyent bien estroitement : car ilz auroyent faulte de plusieurs choses qui sont nécessaires à la vie humaine. Mais on doit aussi grandement noter qu’entre tous les artz & sciences que les hommes pratiquent nul n’est si périlleux ni de si grand travail que la navigation : & tant plus en ce temps présent qu’elle est si estendue & élargie que peu s’en fault que tout le monde ne soit navigué & pratiqué12.

  • 13 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Historia de las Indias, [1552], B.A.E., Madrid : Atlas, 22, 1946.
  • 14 Luis DE CAMÕES, Les Lusiades/Os Lusíadas, Ed. bilingue, Paris : Robert Laffont, 1996, Chant 1, stro (...)

13López de Gómara, quant à lui, préfère exalter la puissance des Espagnols qui savent traverser l’océan Atlantique « a ojos cerrados »13, Camões fait parler Jupiter dans les Luisiades et celui-ci flatte la vaillance du peuple de Lusus pour ses navigations orientales et australes inouïes : Aujourd’hui vous voyez bien qu’affrontant la mer hasardeuse sur un bois léger, par des chemins jamais empruntés sans redouter la force d’Africus ni de Notus, il ose plus encore ; car ayant vu depuis si longtemps les régions où le jour est long et celles où il est bref, il porte ses desseins audacieux à voir le berceau où naît le jour. C’est la promesse du destin éternel dont on ne peut enfreindre la loi souveraine, qu’ils acquièrent pour longtemps la maîtrise de la mer qui voit le seuil empourpré de soleil14.

  • 15 Oviedo lui-même se prend à faire des relevés et à les comparer au padrón real de Alonso de Chaves, (...)

14Le complément de ces déclarations enthousiastes qui glorifient les nations ibériques est le nombre de traités nautiques ou artes de navegar qui sont publiés pendant cette même période par exemple dès 1514 El tratado da agulha de marear de Joao de Lisboa, Pedro Nunes en 1537 rédige un Tratado de la esfera qui émet les lois astronomiques et mathématiques de l’art de naviguer, la Summa de geografía (1519) du bachiller Fernández de Enciso commence par un traité nautique, Francisco Faleiro en 1535 rédige lui aussi un Tratado de la esferza y arte de navegar, en 1551 Martín Cortés écrit un Breve compendio de la esfera y arte de navegar sans compter le traité fort connu que je viens d’évoquer El arte de navegar de Pedro de Medina (15 éditions en français et neuf en anglais au XVIe siècle) qui sera suivi en 1552 du Regimiento de navegación. De ce point de vue l’Europe va apprendre à naviguer avec les livres ibériques. Ces traités nautiques à la Renaissance sont destinés aux centres de formation des pilotes. Ils sont le fait de savants, cartographes, cosmographes, qui fabriquent également des instruments de navigation et s’attachent en particulier à résoudre la question du calcul de la longitude. C’est donc tout un domaine de la culture scientifique et technique de la navigation qu’il convient de mettre en perspective. En effet ces traités font suite aux grandes découvertes, ils répondent au défi d’établir des routiers réguliers et sûrs qui garantissent le commerce et la communication à l’échelle presque mondiale. L’échelle des distances et des temps s’est allongée, on voyage pendant des semaines voire des mois sans voir la terre : on ne peut plus naviguer à l’estime et il faut avoir recours à des instruments (le cuadrante, l’astrolabe nautique, la ballestilla et les tables de navigation). L’articulation entre les pratiques de navigation à l’estime, savoir empirique des pilotes et ce savoir technique astronomique était loin d’être évidente et posait la question de la compétence et de la formation professionnelles dans des termes nouveaux15.

  • 16 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., 50, proemio, p. 306 a.

15C’est bien dans cet esprit que le Livre des naufrages semble s’ouvrir sous la plume d’Oviedo qui chante la mobilité des hommes à la surface de la terre en utilisant la synecdoque de la voile, souvent faite de chanvre ou de lin. Il reprend le texte de Pline, son auteur de référence par excellence, pour lui donner une force accrue : une simple herbe suffit à relier toutes les parties du monde : « de aquesta pequeña simiente nasce cosa que trae el mundo de una parte a otra »16. Dans la même perspective triomphante voire triomphaliste, le bateau La Victoria qui conduisit le capitaine Sebastián Elcano jusqu’à Séville après avoir fait le tour du monde pourrait être lui aussi l’indice de cette navigation ambitieuse et puissante. Gómara ne propose-t-il pas que ce même bateau soit exposé dans les arsenaux de Séville pour que tous puissent se souvenir de l’exploit du capitaine basque et de sa navigation exceptionnelle?

  • 17 F. LÓPEZ DE GÓMARA, op.cit. chap. 98, p. 219 a.

La nave Argos de Jasón que pusieron en las estrellas, navegó muy poquito en comparación de la nao Vitoria, la cual se debiera guardar en las atarazanas de Sevilla por memoria. Los rodeos, los peligros y trabajos de Ulixes fueron nada en respeto de los de Juan Sebastián; y así él puso en sus armas el mundo por cimera, y por letra Primus circumdedisti me, que conforma muy bien con lo que navegó; y a la verdad él rodeó todo el mundo17.

  • 18 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, proemio, p. 306 a.

16Mais Oviedo donne à son texte une autre tournure, une autre dimension, et un autre sens à cet épisode glorieux en signalant également la disparition brutale du bateau bien nommé La Victoria : « Tornó a esta ciudad cargada e a la vuelta que volvía a España, se perdió que nunca más se supo de ella y de persona alguna de los que en ella iban »18. Engloutissement d’un bateau qui fut le fleuron de la navigation espagnole, c’est ainsi que le Livre des naufrages invite à penser la navigation sous le double signe de l’exploit et du risque, de la perte.

17Oviedo est parfaitement conscient qu’il inaugure une sorte de nouvelle littérature, une nouvelle « matière » qui ne peut que s’enrichir de nombreux récits, et que l’essai de ce dernier livre de « reducir en este último libro algunos casos de infortunios y naufragios » ne pourra y suffire. Tout port du monde pourra prétendre à une semblable composition, bref la navigation moderne sur les surfaces océanes du monde suppose de façon consubstantielle la prise en compte des naufrages, selon une perspective « holiste » et en outre cet ensemble « d’évènements » constituent une matière complexe, plurifonctionnelle, qui relève à la fois de la nature et de la technique, du social et du spirituel, ensemble de processus qu’il convient de raconter et donc d’interpréter.

  • 19 Gerbi rappelle que la question des naufrages sera développée dans le chapitre XIII de « Naufragios (...)

18Autrement dit, Oviedo inaugure par ce rassemblement d’épisodes encore une fois instable, inégal, ce qui deviendra un genre historique au XVIIIe siècle, observable dans la fameuse collection des récits de la Historia trágico-marítima de Bernardo Gomes de Brito19. Dans cette collection se trouvent réunis des récits de naufrages de bateaux portugais survenus entre 1552 et 1602, qui avaient été le plus souvent publiés sous la forme de folletos peu de temps après les naufrages (relación de sucesos). Ils étaient écrits soit par des survivants, soit par des individus à qui ils avaient été racontés. Au XVIIIe siècle, Bernardo Gomes de Brito décida de réunir en plusieurs volumes tous ces récits dont le premier fut publié en 1735 et le second en 1736.

19Ce dernier livre de la Historia de Oviedo configure donc un premier recueil de récits de naufrages, jusque là surtout produits par la culture orale qui s’ajustait, se fabriquait dans les ports dans un rapport à l’actualité et qui se transmettait sous la forme du colportage et de folletos. C’est surtout au XVIIIe siècle que cette littérature se développera en Angleterre, illustrée en particulier par le récit de Defoe, Robinson Crusoé qui fixe tout un imaginaire, mais dont les antécédents sont ibériques.

  • 20 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, proemio, p. 305 b.

20En recueillant et en assemblant ces récits-témoignages depuis l’espace insulaire et portuaire de Saint-Domingue, Oviedo fait exister comme matière historique des récits qui relevaient de la tradition orale et de la publication fragmentaire et éphémère. Ce n’est pas là seulement le travail d’un journaliste avant l’heure qui écrirait une chronique sensationnelle de l’île et de ses évènements, il rend compte d’une réalité historique nouvelle : l’importance grandissante du naufrage en fonction de l’importance grandissante de la navigation. Quand les mers se peuplent de navires et que les aventures maritimes se multiplient, quand l’héroïsme des premières explorations s’est tu, seule demeure la réalité des risques et des dangers pour des navigations de plus en plus nombreuses et régulières. Ce Livre 50 illustre un nouveau registre de l’activité humaine, prolifique et en perpétuelle actualisation qui concerne la totalité du monde. Cette littérature ne peut que s’enrichir dans chaque port et sous chaque plume : « lo mismo podrían afirmar en las otras costas de las mares de España, testificando otros diversos acaecimientos y así al propósito en otras generaciones del mundo »20.

21Il est certain que la complexité géographique et les dangers de la navigation dans les Caraïbes, espace maritime nouveau, étaient à l’origine de nombreux naufrages qui étaient la conséquence de vents violents, aux inversions brutales, d’une mer aux courants imprévisibles, de nombreux massifs coralliens et d’un total déficit cartographique préexistant. À la différence des navigations portugaises le long des côtes africaines où les pilotes arabes instruisirent très tôt les Portugais, lesquels purent profiter d’une expérience et d’experts indiens, arabes, malais, etc. la navigation des Castillans ne pouvait s’adosser à aucune tradition hauturière indigène. Il fallut donc tout découvrir, les vents, les courants, les récifs les hauts fonds, et cette poussière d’îles dont beaucoup ne sont toujours pas répertoriées à la fin du XVIe siècle. La navigation américaine de ce point de vue est une page radicalement nouvelle de l’histoire de la mobilité des hommes dont la transatlantique n’est que le premier épisode et non pas le plus complexe ou le plus dangereux.

22A cela s’ajoutait l’usure rapide des bateaux navigant en eaux chaudes, ce qui accentuait la broma c'est-à-dire ce mollusque corrosif qui outre les mousses de champignons, algues et autres microorganismes, s’attaquait au bois des bateaux, en perçait les coques, accélérant le processus de leur destruction. Dans ce livre donc Oviedo rapporte un véritable tableau de la société caribéenne d’une évidente nouveauté : Saint-Domingue, port d’escale, est le creuset de cette nouvelle dimension de l’américanisation.

23Enfin pour conclure cette partie de l’analyse on pourrait rapprocher cet ensemble de chapitres du chapitre 221, « El camino para las Indias » de la Historia de de las Indias de López de Gómara :

  • 21 F. LÓPEZ DE GÓMARA, op.cit., chap. 221, p. 292 a.

Pues habemos puesto el sitio de las Indias, conveniente cosa es poner el camino por donde van a ellas, para cumplimiento de la obra y para contentamiento de los leyentes, especial estranjeros, que tienen poca noticia dél21.

24Il s’agit là encore d’un chapitre conclusif, mais très synthétique dans lequel le chroniqueur dessine une sorte de cartographie de tous les routiers (distance et temps de voyage) qui lient l’Espagne à l’Amérique. Il trace ainsi les itinéraires multiples qui sillonnent l’océan et créent un réseau de connexions dont les Castillans semblent être dorénavant les maîtres. Sous la plume de Gómara, sont exhibés le triomphe de la navigation, l’apologie de sa maîtrise, de sa stabilité ; les nefs vont et viennent de part et d’autre de l’océan et accrochent des pans entiers du nouveau continent à Séville, porte de l’ancien. Chez Gómara c’est la maîtrise (« a ojos cerrados») de ces multiples connexions maritimes qui est soulignée pour clore l’œuvre américaine, chez Oviedo ce sont les accidents, les errances, les ratés mais au fond, les deux chroniqueurs ont compris que la navigation est dorénavant entrée dans l’histoire, non pas l’histoire héroïque de quelques uns, grands navigateurs à l’instar d’un Jason ou d’un Ulysse ou Hanon le Carthaginois mais comme une navigation plurielle, régulière qui participe de l’histoire commune. Tous naviguent femmes, hommes, enfants, noirs, indiens, fonctionnaires royaux, artisans, paysans, vagabonds, soldats, artistes, religieux : tous sont associés à l’histoire moderne, celle de la mobilité des hommes et l’Amérique fut à cet égard une rude école. Les Espagnols installés en Amérique qui liront ces chapitres s’y trouveront nécessairement intimement associés, en vertu d’une expérience, commune fondatrice, inéluctable qui fut celle de la traversée : c’est peut être là la plus puissante expérience émotionnelle qu’ils ont en partage.

La force d’une expérience partagée

  • 22 Le cas le plus connu de ce type de naufrage est la relation par l’Inca Garcilaso du naufrage de Ped (...)
  • 23 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 5, p. 314.

25Ces 29 récits se succèdent et constituent un ensemble fort hétéroclite de situations, ce qui confirme que le concept est plus laxe et diffus qu’il n’y paraît. Je l’ai dit, le livre semble bâti à la hâte, parfois même dans l’inachèvement : ainsi un certain nombre de récits n’ont que le titre, d’autres sont très courts tandis que trois se présentent comme une histoire dans l’histoire et comptent des dizaines de pages (c’est le cas du naufrage du licenciado Zuazo sur lequel je reviendrai, de la descente de l’Amazone par Orellana curieusement incluse dans ce livre de naufrages et du naufrage terrible de Jerónimo Dortal en quête du río Meta, cet Eldorado, objectif de nombreuses expéditions qui toutes furent des échecs pathétiques). La nature événementielle et les schémas dramatiques de cet ensemble sont « à géométrie variable » mais on peut essayer de définir des types de récits, comme le naufrage classique (le bateau en proie à la violence des flots et des vents se brise et coule), le naufrage comme errance (catégorie dans laquelle entre le naufrage fluvial qui est un jeu de va et vient entre des berges hostiles et une navigation dangereuse et incontrôlée), le naufrage – échouage (les rescapés se réfugient sur une île en général inhospitalière, aride et commence alors sous la forme d’une extension narrative, la relation de la survie du groupe, de ses émotions, des stratégies pour tenter d’échapper à ce qui constitue une nouvelle prison22. Une dernière catégorie serait le naufrage cocasse, drolatique, où le groupe n’est pas en danger mais qui est l’occasion d’une anecdote cocasse, d’une dispute, d’un pari. Ces casos jocosos, dans un contexte moins tragique, donnent lieu à de courtes scénographies comme ce Portugais (!) fanfaron qui se jette à l’eau, à la suite d’un pari stupide23, ou tel autre qui plonge pour retrouver sa belle qui était montée à bord d’un autre bateau à la suite d’une querelle… Ces derniers récits très courts, visiblement de l’ordre des conversations de quai de port rappellent que le bateau est un lieu de sociabilité… Je ne m’attarderai pas sur cette dernière catégorie d’évènements.

26Tous ces naufrages ont cependant des points communs :

27Le poids de la responsabilité des hommes

Le plus souvent les causes du naufrage sont parfaitement identifiées : le pilote est ignorant, inexpérimenté et pire encore imbus de lui-même, l’équipage, fatigué par les manœuvres, s’endort, le bateau est vétuste et donc prend l’eau au premier coup de vent, il arrive même que la coque s’ouvre en deux sans qu’il n’y ait ni coup de vent ni tempête, le bateau est mal chargé, tangue et menace de couler dès qu’une vague le submerge, les vivres et l’eau n’ont pas été pris en assez grande quantité et viennent à manquer car l’estimation du temps de navigation fut erronée. On mesure que la navigation dans cette mer des Caraïbes est très mal maîtrisée, là où on compte mettre dix jours on peut en mettre cent... Oviedo relate un cas où les bateaux ont erré pendant cinq mois, avec des vents contraires ou à l’inverse par absence de vent. La prudence et la prévoyance du maestre expérimenté sont donc essentielles. Dans presque tous les naufrages c’est une de ces causes qui est à l’œuvre. Je n’ai repéré qu’un seul naufrage où toutes les conditions idéales sont réunies (beau temps, vent régulier, chargement bien fait, bateau solide, bon pilote mais deux bateaux coulent et sont envoyés par le fond à la suite d’un choc avec une baleine).

28Un savoir commun

Tous ces récits restituent la dynamique de la catastrophe maritime que ceux qui naviguent connaissent bien car la prise de décision trop tardive a des conséquences irréversibles. Oviedo sait retranscrire l’enchaînement extrêmement rapide des problèmes : un bateau mal chargé est couché par la première déferlante ce qui provoque l’affolement non seulement des passagers mais aussi de l’équipage (perdida de tino, gente desatinada) :la spirale de la catastrophe est en marche. Le facteur humain est donc essentiel, et cela conduit Oviedo à formuler un véritable protocole de ce que doit être une navigation bien pensée, par l’établissement d’une liste des paramètres qui jouent un rôle décisif. On ne peut qu’être frappé par le bon sens et la clairvoyance de l’auteur pour élaborer « cette culture du risque » qui n’est pas en soi nouvelle mais qui, dans le contexte américain, s’est constituée en un savoir indispensable, qui, à partir des navigations américaines, vaut pour la totalité du monde.

29Le discours des extrêmes

  • 24 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 10, p. 322-357.
  • 25 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 3, p. 310-312.
  • 26 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 24, p. 373-402.

L’ensemble des récits participe de l’histoire de la sensibilité en développant un discours des extrêmes qui mobilise un capital symbolique et pathétique commun. On y relève une variation polarisée des états émotionnels, le désespoir est intense, la clameur terrifiante, le moindre îlot, la moindre voile à l’horizon, la découverte d’une flaque d’eau potable, d’une colonie d’oiseaux et l’espoir renaît avec force mais il s’effondrera aussi vite, dès que la faim, la soif, l’attente se feront à nouveau insupportables. De cette littérature faite de chaud et de froid, le récit de l’expédition du licencié Zuazo est exemplaire : en quelques lignes le texte bascule au gré des affects du groupe, anéantissement, terreur, regain d’énergie, espoir24. Il s’en dégage une forme de redondance, de monotonie propre à presque tous les récits de naufrages. Un des pôles de cette littérature des extrêmes est occupé par le thème du cannibalisme entre Espagnols chrétiens qui ne devient qu’une des formes exacerbées de la vulnérabilité humaine. Ces récits qui mettent en scène les hommes et les femmes dans des conditions extrêmes de détresse font jouer l’ensauvagement contre les derniers remparts de la civilisation, les liens de solidarité ou de hiérarchie sociale se trouvant mis à mal : ainsi tel groupe de matelots qui s’empare du canot de sauvetage n’a pas l’intention de s’encombrer des passagers sur le point de se noyer25. Le naufrage ruine les formes du pouvoir, il peut être l’expérience de la dissolution des liens sociaux (cela donnera les révoltés du Bounty au XVIIIe siècle) : dans tout naufrage il y a en germe les risques d’une mutinerie, de la dégradation sociale et morale. Cela apparaîtra clairement dans les récits de Historia tragicomaritima de Brito, mais Oviedo en revanche ne fait pas état d’une mutinerie caractérisée, bien que le « naufrage » d’Orellana – qui est beaucoup plus que cela – ait pour origine une forme de désobéissance car le découvreur, en refusant de revenir vers le campement de son capitaine, abandonne Gonzalo Pizarro et ses soldats à leur pauvre sort26.

30Le démon à l’œuvre

Ce qui lie ces naufrages entre eux et leur donne toute leur cohérence c’est qu’on y voit le démon à l’œuvre. Il va jusqu’à apparaître pour s’appliquer à envoyer le bateau par le fond, à tordre le gouvernail : le naufrage serait le lieu de l’affrontement entre la Providence et ses interventions miséricordieuses et le démon et ses succubes qui s’attachent à perdre hommes et biens. Ainsi le naufrage théâtralisé des sœurs Tavira, véritable scénographie démoniaque dans laquelle à la proue se trouve le démon en titre et à la poupe le succube qui, sous les exhortations impérieuses de son maître, tente de faire chavirer le navire, tord le gouvernail, tandis que les sœurs dévotes invitent les passagers à prier la Vierge de Guadalupe avec tant de ferveur que les démons sont mis en échec.

  • 27 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 9, p. 321.

Entonces fue tan grande el alarido e lágrimas de todos aquellos pecadores cristianos llamando a nuestra señora de Guadalupe y encomendándose a ella, que paresció que abrían el aire y llegaban al cielo sus clamores27.

31La prière entrave l’action démoniaque et sera salvatrice. Oviedo prend bien soin de se renseigner auprès des survivants pour savoir quelle fut la prière récitée : il semble que les plus efficaces soient celles qui invoquent la Guadalupe et Santa María de la Antigua, la vierge des marins de Séville.

  • 28 Oviedo prend le soin de signaler que cet homme d’église est un résident de Saint Domingue qui fut s (...)
  • 29 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 25, p. 404 a.

32La prière devient pour cette société en déroute, une façon de reconstruire du sens autant que de garantir la cohésion du groupe, l’imploration n’est pas passivité, elle est action suppliante, elle est engagement. Le naufrage génère donc la culture de la dette, du vœu, de l’engagement : tout signe providentiel assurant le salut fait l’objet d’une transaction avec le ciel, engage ceux qui en bénéficient qui seront débiteurs d’une nouvelle vie, d’une grâce, d’un serment. Ainsi le révérend García de la Roca est surtout un gros investisseur dans le commerce et la pêche de perles pour laquelle il utilise des esclavos nadadores28; peu satisfait du rendement de ses affaires il décide de se rendre sur les lieux en 1542. Le bateau fait naufrage, dans des conditions extrêmes, angoissantes, à 100 lieues des côtes, de nuit. A bord d’un mauvais radeau, avec ses compagnons de voyage il réussit à atteindre sain et sauf Puerto Hermoso. Ce danger mortel dont ils réchappent conforte la foi des survivants, chasse la cupidité (codicia) : « quedaron obligados de nunca cesar en él [nuestro Señor] todo el restante de sus vidas »29. Le père García de la Roca mènera dorénavant une vie exemplaire. Le naufrage va donc faire la lumière dans les cœurs ; la piété et les rituels religieux sont l’explication et la condition même d’un éventuel salut, ce qui inscrit le naufrage comme signe, non plus de l’incurie humaine, mais de l’insondable providence. On voit donc un étayage qui articule un savoir positif, un rapport sensible au monde sur le mode des extrêmes, de l’exacerbation de la sensibilité et une surenchère spirituelle.

33Le « naufragio » n’est pas un évènement mais une constellation d’épisodes et de valeurs qui construisent un véritable processus, c’est globalement une situation de crise, dans sa dimension plurielle. On sait que le mot « naufragio » a un sens global, c’est un moment critique, généralement funeste, (infortunio, desventura, trance) dont les causes et les conséquences constituent une matière historique complexe, certes le plus souvent liée à la mer, au bateau, mais qui dépasse le simple cadre du naufrage maritime, le naufrage est aussi errance, solitude abandon, faim, soif, maladie, trabajo, c’est parfois la captivité – pirates corsaires – ; c’est bien pourquoi la chronique de Cabeza de Vaca peut s’intituler Naufragios alors qu’au fond ce n’est que dans les premiers chapitres que la mer met en danger les bateaux et les hommes. La conséquence d’une telle définition diffuse, plurifonctionnelle est que toute navigation retient l’idée de naufragio car toute navigation est une épreuve, un trabajo. La navigation a développé et aiguisé cette sensibilité : monter à bord au cœur du XVIe siècle était le plus souvent une épreuve et le naufrage stricto sensu n’est qu’un pic dans un état d’anxiété latent. Il faut peut-être revoir cette idée selon laquelle tout va bien sur le bateau jusqu’au moment du drame ; en vérité la menace du naufrage plane sur toute navigation. Il faut dire que les conditions étaient le plus souvent réunies pour que cela soit envisageable. Dans la deuxième moitié de ce siècle, les naufrages sont de plus en plus fréquents pour différentes raisons (cela est particulièrement vrai pour les navigations portugaises) : d’abord les bateaux sont en mauvais état, on rechigne à les mettre en cale sèche pour réparation ou pour calfatage, quant aux pilotes, ils sont le plus souvent mal ou insuffisamment formés, voire incapables de lire une carte. Or le nombre de bateaux augmente tout comme le désir de faire du commerce. Les documents des archives des Indes attestent de ce cruel déficit matériel et humain par l’enregistrement de nombreux procès ; ces sources manuscrites (dossiers, autos, expedientes, testimonios, probanzas) viennent compléter la vision que l’on peut avoir de la navigation et des naufrages : bateaux vétustes, trop chargés, mal chargés, pilotes insuffisants. A cela doivent s’ajouter les conditions des voyages inter insulaires dans l’espace caribéen. De nombreux bateaux dont les caravelles de taille plus petite n’avaient pas de cubierta, les passagers étaient donc exposés au soleil, à la pluie et aux vagues dès que la mer était mauvaise ; pas assez souvent calfatées, les coques perdaient leur étanchéité, il était donc courant de devoir enlever ses vêtements, chemises, vestes, etc. pour boucher les voies d’eau et de faire un usage intense des pompes pendant la traversée. Selon les récits, les voyageurs éprouvaient des sensations nouvelles, effrayantes comme le fracas des manœuvres, leur apparente incohérence, la promiscuité, le manque d’hygiène, l’eau saumâtre, les maux de toutes sortes (fièvres, nausées) les difficultés pour manger un seul repas chaud par jour quand on atteignait le foyer (fogón) allumé pour la circonstance. Si à tout cela on ajoutait un équipage fatigué, un pilote aussi prétentieux qu’ignorant : on voguait vers la catastrophe, sauf à bénéficier d’une heureuse fortune.

34Le naufrage est donc une réalité d’autant plus redoutée qu’il est proche, et plus spécifiquement encore dans l’espace caribéen : Oviedo finalement compose une sorte de bouquet d’épisodes qui configurent le naufrage comme un nouveau chapitre de l’histoire de l’homme de la Renaissance, un chapitre sombre de sa modernité, de ses nouvelles peurs, d’une nouvelle culture donnée en partage à tous ceux qui naviguent sur la planète.

Les enseignements du « naufrage »

  • 30 Oviedo annonce un récit de naufrage proche de celui de Pedro Serrano dont le texte a hélas disparu  (...)
  • 31 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 10, p. 322-356.

35Pourquoi raconter des naufrages ? Quelles sont donc les fonctions de ce type de récits qui va connaître un succès grandissant ? La vocation édifiante est indiscutable, de tels récits aiguisent la force de la foi et dénoncent la présomption de l’homme en le ramenant à sa finitude, à sa faiblesse, voire à sa totale impuissance face à Dieu. Ce sentiment est une constante dans tous les récits de catastrophe, lorsque l’homme est brutalement le jouet de forces qui le dépassent radicalement. L’Amérique est de ce point de vue un espace d’apprentissage de la terrible expérience du naufrage mais aussi et peut être surtout des modalités de survie sur une île déserte : la mer caribéenne et ses nombreux archipels deviennent une sorte de laboratoire du naufrage et de ses fabuleuses et exemplaires histoires de rescapés sur une île déserte. L’Inca Garcilaso consacrera un long chapitre à l’histoire de Pedro Serrano, cet Espagnol naufragé sur une île déserte qui constituera à son tour une source d’inspiration très fructueuse pour le Robinson de Defoe30. Le naufrage devient du coup l’occasion d’une réflexion philosophique ontologique sur l’homme revenu au degré zéro de la civilisation, celui qui a tout perdu, et qui éprouve sa capacité à survivre et à trouver des expédients. Chez Oviedo, c’est le naufrage du licencié Zuazo qui fait office de récit modélisé : on y voit l’homme dans sa capacité industrieuse (industria) à « reconstruire » les éléments de la civilisation, son habileté, son astuce, (maña) et son inventivité tenace, (contre l’avis de tous, Zuazo fabriquera un harpon pour chasser un requin) prennent le pas sur le désespoir. Les rescapés doivent donc faire preuve d’initiative et trouver de l’eau là où il n’y en a pas, de quoi se nourrir sur une île absolument aride, faire du feu et cuire les aliments, de quoi fabriquer un toit, de quoi construire une barque de fortune : le schéma est inscrit pour longtemps31.

36Le récit de naufrage a évidemment une vocation de catharsis (fascination/répulsion), il plonge le lecteur dans la terreur du naufrage, draine et expurge ainsi les peurs de ceux qui écoutent, il permet de vivre le drame et de s’en délivrer, l’expérience par l’audition et l’imaginaire met à l’épreuve la sensibilité, la façonne, la calibre et la reconstruit : en ce sens la lecture du naufrage permet au contemplativo, sedentario lector de conforter sa rassurante vie sédentaire. Mais plus inédites sont les vertus d’enseignement pragmatique que recèlent de tels récits qui vont constituer des garde fous : ils dissuadent les voyageurs de s’embarquer sans avoir vérifié bon nombre de données qu’Oviedo a pris le soin de stipuler. Ils promeuvent une nouvelle culture. Il convient de ne pas négliger cette dimension éducative de advertencia, d’autant plus que le dernier chapitre du Livre 50 est une défense et illustration de la langue castillane préférée au latin car plus accessible « au grand public ».

  • 32 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 30, p. 415 a.

Es regla universal : que todos los escriptores caldeos, hebreos, griegos e latinos en aquella lengua escribieron en que mas pensaron ser entendidos y en que mas aprovecharon a sus propios naturales. E pues la lengua castellana está tan ampliada e comunicada por tantos imperios y reinos, como lo está, no se han de tener en menos estima los que en ella escriben que los que escribieron en las otras32.

  • 33 L’étude de Enrique Otte sur les pêcheries de perles de Cubagua démontre pourtant que le licencié a (...)

37Le récit de naufrage a aussi une vocation politique dès lors qu’il s’agit de mettre en scène un personnage (fonctionnaire royal, juge, conquérant) d’importance comme le licencié Zuazo, le licencié Ayllón, le conquérant Pánfilo de Narvaez ou Jerónimo Dortal. Ils deviennent comptables du drame qu’ils essuient et celui-ci est un indice de leur qualité morale selon qu’ils savent le surmonter ou au contraire y perdent leur âme. Le naufrage ne fait alors que supporter la lecture politique d’une nouvelle forme de compétence : celle de la gestion de la crise. Le « chef » ou « héros » victime, en sort grandi s’il a fait l’apprentissage de l’adversité et l’a surmontée ou au contraire déchu, s’il a perdu les vertus cardinales de l’exercice du pouvoir. L’exemple de Zuazo sur lequel je veux revenir est fort intéressant. Zuazo est un héros absolu, il dirige le groupe de rescapés d’un terrible naufrage (corps et bateau déchiquetés sur les récifs tranchants) en organisant le sauvetage des survivants, en refusant d’en abandonner aucun, en organisant toutes sortes d’oraisons collectives et de processions dans les moments les plus désespérés ; inlassablement il sauve son groupe de l’ensauvagement, du désespoir, de la mort, aussi aura-t-il la révélation de l’endroit où se trouve l’eau salvatrice et organisera-t-il la construction du bateau de sauvetage. Mais il y a plus. Parvenu en Nouvelle-Espagne, il va mater avec une cruelle efficacité la tentative de révolte des Indiens dans la région de Pánuco, après le départ de Cortés vers Las Higüeras. C’est donc l’homme des situations extrêmes, l’excellent gestionnaire de la crise, morale ou politique. Or ce long récit apologétique a une fonction politique parfaitement claire : il s’agit de démontrer la qualité et la vertu de ce serviteur de la monarchie dont la catastrophe a fait la preuve. A l’heure de comparaître devant ses juges dans le cadre de son juicio de residencia, toute calomnie ou critique contre Zuazo se trouve infondée33.

38Cabeza de Vaca recueillera lui aussi les lauriers de la gloire des naufragés, celle qui met en avant la grandeur du dénuement, de la chrétienté résistante dans l’adversité, à la différence de Pánfilo de Narvaez qui abandonne ses troupes, dissout les liens hiérarchiques et proclame un honteux « chacun pour soi » au cœur de la tempête. Le naufrage devient une sorte de critère providentiel d’estimation de la vertu du chef, qui peut s’y révéler dans sa grandeur ou dans sa petitesse, il confirme le héros ou le coupable. C’est donc une arme politique redoutable. La déroute du général dans l’adversité est autant la preuve de sa culpabilité morale que de son incurie.

39Les eaux américaines ont été le lieu d’un apprentissage dont on mesure mal l’importance. Une fois les grandes expéditions de découvertes réalisées, devait se mettre en place la maîtrise de nouveaux routiers susceptibles de transporter l’ensemble des groupes qui vont lentement constituer les sociétés coloniales : cela est un chapitre important de l’histoire technique économique et politique des puissances ibériques. Or le naufrage et toutes ses variantes, infortunios, desgracias, desaventuras, trances, ont constitué une nébuleuse d’expériences traumatisantes qui lie les circonstances matérielles et les structures sociales et morales, en exacerbent la valeur. Ces récits dessinent ce qui pourrait s’apparenter à une culture du risque ainsi qu’à la conscience de la vulnérabilité d’une société dans laquelle s’interpénètrent la perception des forces naturelles, les systèmes de croyances et les systèmes sociaux en place avec toutes leurs déficiences et cela encore une fois à l’échelle presque mondiale. Penser le désastre reviendrait donc d’une certaine façon à penser les rapports entre nature, société et culture et les récits de naufrages semblent bien avoir cette fonction catalytique. Ces récits assemblés par Oviedo depuis l’île de Saint-Domingue inscrivent un nouveau volet de l’histoire matérielle et culturelle, ils disent l’impact de la navigation comme lien organique, à la fois redouté et indispensable, de la société coloniale au reste de l’empire, ils sont le coût de la modernité américaine.

Haut de page

Notes

1 Gonzalo FERNÁNDEZ DE OVIEDO, Historia General y natural de las Indias (1535, 1a parte), Introducción Pérez Tudela Bueso,Madrid : BAE, Atlas, 1950, p. 117-121.

2 Félix BOLAÑOS a écrit un article “Milagro, peregrinación y paraíso: narración de naufragios del cronista Fernández de Oviedo”, Revista de estudios hispánicos,ISSN 0378-7974, (19), 1992, p. 163-178 et J. ARROM est l’auteur d’un article déjà ancien :“Gonzalo Fernández de Oviedo, “relator de episodios y narrador de naufragios”, Journal of Hispanic and Lusobrazilian Literature (4, 17), 1983, p. 133-145. Domingo Ledezma, professeur à la Brown University est en train de numériser le texte mais il s’en tient à l’édition de 1535. Enfin signalons deux belles pages de Antonello GERBI dans La naturaleza de las Indias, México : FCE, 1975, p. 300-301.

3 Gerbi fait observer que ce dispositif inverse le schéma du récit utopique: “El realismo de Oviedo se confirma con su decisión de colocar los naufragios al final de su escrito, y no al principio, como los utopistas; en el límite último de la credibilidad y no en el exordio de la imaginación”, A. GERBI, op. cit., p. 301.

4 Oviedo exprime le sentiment de son vieillissement, de l’homme qui sent sa fin prochaine, cependant il ne meurt qu’en 1557, soit presque 10 ans après avoir mis la dernière touche à sa chronique vers 1548. Les naufrages s’échelonnent entre 1513 et 1548, soit trente-cinq années.

5 Gerbi y voit le seul réel effort de composition de toute l’oeuvre qui s’ouvre avec l’expédition heureuse de C. Colomb et se ferme “con unfortissimoal unísono de maderos rotos, de alaridos y de plegarias desesperadas y de silvantes huracanes” (op.cit., p. 300). Bien que cette observation soit indiscutable, elle ne nous semble pas suffire pour rendre compte de la complexité d’un tel choix de composition par Oviedo.

6 « y déstos vemos, por nuestros pecados, cuánto menor es el número de los buenos, ninguno se debe maravillar si, estando tan apartado el príncipe de sus súbditos, se cometen robos e injusticias e delictos a quien falte castigo temporal », Oviedo, op. cit., 49. Proemio, p. 233 b.

7 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 48, p. 212 a.

8 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 49, cap. XVI, p. 304 a.

9 Cette critique sociale et morale de la vie à Saint Domingue se trouve dans Quinquagenas de los generosos e illustres e no menos famosos reyes, príncipes, duques, marqueses y condes e caballeros e personas notables de España, que escribió Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdés, alcaide de Sus Majestades de la fortaleza de la cibdad e puerto de Sancto Domingo de la Isla Españla, coronista de las Indias, islas e Tierra Firme del mar Océano, vecino y regidor desta cibdad e natural de la muy noble e leal villa de Madrid. (manuscrito autógrafo, Bibl. Nac. de Madrid 2.217-18 y 19). Le manuscrit est du XVIe siècle, 1 : 116 fols, 2 : 101 fols, 3 : 101 fols. C’est Avalle Arce qui en 1974 décida de reprendre les trois Quinquagenas et de les éditer sous une forme édulcorée, en délestant le texte de ses nombreuses références aux Autorités ou de ses nombreuses digressions moralisatrices, ce qui fit fondre la masse textuelle de moitié. Afin de stipuler de façon claire que le texte n’est pas intégral, loin s’en faut, Avalle Arce a intitulé cet ouvrage Memorias de Gonzalo Fernández de Oviedo, Chaptel Hill, 2, 1974. C’est sous la forme abrégée de Memorias que nous citerons cet ouvrage, en le distinguant de l’autre édition de la première partie, réalisée par Vicente de la Fuente, Real Academia de la Historia, 1880.

10 Enrique OTTE, « Carta inédita de Gonzalez Fernández de Oviedo », Revista de Indias, 1956, 65, p. 437-458.

11 Pierre DE MEDINA, L’art de naviguer, [1545], Paris : Les Belles Lettres/Nino Aragno Editore, 2000. De la même façon, un éloge de la navigation devient un topique sous la plume de Francisco López de Gómara ou de façon impérialiste et lyrique à la fois sous celle de Camoens.

12 P. DE MEDINA, op. cit., proème, p. 3-4.

13 Francisco LÓPEZ DE GÓMARA, Historia de las Indias, [1552], B.A.E., Madrid : Atlas, 22, 1946.

14 Luis DE CAMÕES, Les Lusiades/Os Lusíadas, Ed. bilingue, Paris : Robert Laffont, 1996, Chant 1, strophes 27 et 28, p. 13.

15 Oviedo lui-même se prend à faire des relevés et à les comparer au padrón real de Alonso de Chaves, cosmographe et cartographe de la Casa de la Contratación dont il a une copie sous les yeux nous dit-il.

16 G. FERNÁNDEZ DE Oviedo, op. cit., 50, proemio, p. 306 a.

17 F. LÓPEZ DE GÓMARA, op.cit. chap. 98, p. 219 a.

18 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, proemio, p. 306 a.

19 Gerbi rappelle que la question des naufrages sera développée dans le chapitre XIII de « Naufragios en la India oriental y sus mares » dans Epítome de la biblioteca oriental y occidental y nautica y geográfica de Antonio de León Pinelo, Madrid, 1629 ; de la même façon, Gerbi mentionne les naufrages relatés par un gentilhomme portugais, Jerónimo de Corte Real, Naufrágio e lastimoso sucesso da perdiçao de Manuel de Sousa de Sepúlveda, Lisboa, 1594, (traduit en espagnol par Francisco de Contreras, Nave trágica de la India de Portugal, 1624) et enfin les volumes de Bernardo Gomes de Brito, Relaçoes de naufrágios (postérieurs à 1580) publiés sous le titre Historia tragico-maritima en 1735-1736, in : Gerbi, op. cit,. p. 301.

20 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, proemio, p. 305 b.

21 F. LÓPEZ DE GÓMARA, op.cit., chap. 221, p. 292 a.

22 Le cas le plus connu de ce type de naufrage est la relation par l’Inca Garcilaso du naufrage de Pedro Serrano, Comentarios reales de los Incas, Mexico : FCE, 1, 1991, p. 23-28.

23 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 5, p. 314.

24 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 10, p. 322-357.

25 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 3, p. 310-312.

26 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 24, p. 373-402.

27 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 9, p. 321.

28 Oviedo prend le soin de signaler que cet homme d’église est un résident de Saint Domingue qui fut séduit par l’appât du gain. En effet l’île de Cubagua, riche en perles dans les années 1525-1530 a été désertée, à la suite du tarissement de ses pêcheries ; les résidents (vecinos) de la Nueva Cádiz se transportèrent de l’île à Cabo de la Vela, sur la côte de Terre Ferme où de nouveaux gisements perlifères avaient été découverts : « A la fama del cual nuevo descubrimiento, armaron muchos desde aquesta cibdad, e con mucha costa. Y entre otros, un reverendo padre, canónigo de esta santa iglesia, llamado García de la Roca, despendió muchos dineros para esta granjería, así en navíos e canoas y esclavos nadadores, como en mantenimientos e otros gastos », G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 25, p. 402.

29 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 25, p. 404 a.

30 Oviedo annonce un récit de naufrage proche de celui de Pedro Serrano dont le texte a hélas disparu : « De un caso admirable de un marinero veniciano que estovo en una isla perdido dos años e otro genovés ocho años e cómo se juntaron en una isla éstos e otros perdidos e cómo quedaron al cabo solos el veneciano y el genovés e cómo despues los sacó Dios de aquel trabajo », G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 14, p. 357 b.

31 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 10, p. 322-356.

32 G. FERNÁNDEZ DE OVIEDO, op. cit., 50, chap. 30, p. 415 a.

33 L’étude de Enrique Otte sur les pêcheries de perles de Cubagua démontre pourtant que le licencié a en vérité joué un rôle déterminant dans l’intensification du trafic humain entre Saint Domingue et l’îlot convoité, autorisant les armadas pour des « granjerías de indios » et qu’il procéda à une véritable réorganisation du trafic des hommes et des perles et enfin que lui-même aurait cédé à la tentation des précieuses perles, en fraudant le fisc comme tant d’autres le faisaient. Mais Zuazo avait l’appui de tous les colons fortunés de l’île. Cf. Enrique OTTE, Las perlas del Caribe : Nueva Cádiz de Cubagua,Caracas : Fundación John Boulton, 1977, p. 164-167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Bénat-Tachot, « Une herbe qui relie les parties du monde… », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21429 ; DOI : 10.4000/e-spania.21429

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org