Navigation – Plan du site
Catastrophes, cataclysmes et naufrages : de la terreur au récit

Famines, épidémies et inondations dans la Séville de l’époque moderne : notes sur un texte sévillan

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Résumés

La glorieuse Séville, ultime souvenir péninsulaire des immigrants fait souvent figure de modèle. Elle a aussi en commun avec Mexico la fréquence des catastrophes naturelles. On examine ici un document qui décrit la grave révolte populaire qui se produisit à Séville en 1652, conséquence directe de la gestion déficiente des calamités de 1649. En fait, le luxe de détails sert plutôt à cacher les vraies responsabilités. On note ensuite l’analogie avec la révolte de 1692 à Mexico dans les comportements de la « gente principal » : recours parallèle aux moyens humains et divins ; absence de stigmatisation du bas peuple.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Alain MUSSET, « Une ville contre son roi, l’échec du déplacement de Mexico », in :Alain MUSSET (...)

1Si nous parlons de Séville aujourd’hui, c’est parce que cette ville fascinante paraît constituer la référence majeure dans l’esprit des créoles du Nouveau Monde : référence ou modèle explicite et aussi référence ou modèle implicite. Cela semble particulièrement vrai pour Mexico, et pas seulement parce que le jardin public vedette des deux villes s’appelle Alameda. À Mexico, on imite la splendeur des fêtes de la « Nouvelle Rome », on multiplie à son exemple les spectacles en tout genre, on fonde des hôpitaux spécialisés (onze à la fin du XVIIe siècle), on pratique abondamment l’aumône, mais souvent de façon très ostentatoire etc. On dit  Senatus populusque mexicanus à l’imitation de  Senatus populusque hispalensis qui lui-même reproduit  Senatus populusque romanus. Or, par malheur, Mexico a aussi en commun avec Séville la fréquence des catastrophes naturelles de diverses sortes : au premier chef les inondations, même si pour l’une, le coupable est un fleuve, pour l’autre des lacs fort étendus. Séville connaît les tremblements de terre : Mexico encore plus souvent. Les crises frumentaires accompagnent ou suivent pratiquement toujours ces malheurs1. Les autorités de Mexico se souviennent forcément des catastrophes qu’a connues Séville, qu’ils en aient été témoins ou qu’ils en aient entendu des récits. Dans quelle mesure les Mexicains adoptent-ils les mêmes comportements que les Sévillans, c’est une question que l’on peut se poser aujourd’hui.

  • 2 Voir par exemple une lettre du 29 avril 1576 adressée de Séville à une religieuse de Valladolid. La (...)

2Rappelons qu’au XVIe siècle Séville, porte des Indes, est la ville la plus populeuse et la plus somptueuse d’Espagne. En 1569, l’écrivain politique Tomás de Mercado a même affirmé qu’elle est la plus riche du monde. Y prospèrent aussi la saleté, la mendicité et bien des formes de délinquance et de corruption. Or la plupart des immigrants du Nouveau Monde ont eu le loisir de connaître relativement bien la grande cité. Certains y avaient de la famille ou des relations ; surtout beaucoup avaient langui pendant des semaines ou des mois dans l’attente de leur embarquement. Et cette ville ne ressemblait à aucune autre. Le sentiment d’extrañeza des nouveaux arrivants a été fortement exprimé par sainte Thérèse d’Avila2, et il rendait très prégnante la dernière image que conservaient les voyageurs de la péninsule. Même la décadence politique et économique de la ville après Philippe II aura mis longtemps à modifier son image et aura laissé le passé bien présent dans la tête des immigrants et aussi dans celle de leurs enfants : au XVIIe siècle, la peinture sévillane brille d’ailleurs de tout son éclat et le baroque se déploie. Ce qui a probablement été oublié par les créoles, avec le temps, c’est la relative liberté de pensée qu’avait connue la Séville cosmopolite au début du règne de Charles Quint.

3La double image de cette Babylone des temps modernes est encore familière aux hispanistes d’aujourd’hui: richesse et misère, grande instabilité des fortunes, mobilité d’une population en partie étrangère et même non chrétienne tant qu’il y eut des morisques. Les beautés de la ville ont été célébrées ; la peinture du XVIIe siècle témoigne abondamment de l’importance des aumônes faites aux nécessiteux. En regard, les formes maffieuses de délinquance, la corruption de la police, la prostitution, la fameuse prison habitée par Cervantès, et aussi le drame des maladies vénériennes, ont inspiré une littérature considérable, en partie conforme à la réalité, qui connut et connaît encore un grand succès.

4Ce qui, semble-t-il, a été moins mis en lumière par les historiens, c’est le nombre et la gravité des catastrophes naturelles car les dégâts ne sont pas toujours durables et ils peuvent ne concerner qu’une partie de la ville. Ils ont souvent lieu l’hiver qui n’est pas une saison d’embarquement. Entre l’accident et la vraie catastrophe, tous les niveaux existent au cours des années depuis le Moyen Âge. Quelques malheurs font date, comme la peste de 1649 qui dura trois mois et tua pratiquement la moitié de la population, vidant complètement certains quartiers. Mais, dans l’esprit des résidents, permanents ou provisoires, vivre à Séville était dangereux par définition : les risques naturels venaient s’ajouter à de nombreux autres. Des causes de décès précoce, on en connaissait des quantités. La mort était si banale que les chroniqueurs font plus souvent le compte des maisons détruites que celui des victimes. Si l’explosion d’une poudrerie en 1579 tue 200 personnes, c’est à peine un événement. Nous Français, nous sommes plutôt des enfants gâtés, même si, sous Louis XIV, nous connûmes des famines très mortifères. En Allemagne, un proverbe dit « heureux comme Dieu en France ». Les 57 morts de Charente Maritime, en février 2010, ont fait figure de cataclysme alors qu’en deux semaines on en tue autant sur nos routes. Quand nous faisons de l’histoire, il nous faut apprendre à changer d’échelle, compter en dizaines de milliers de morts, et parfois en centaines.

  • 3 Annales eclesiasticos y seculares de la muy noble y muy leal Ciudad de Sevilla metropoli de la Anda (...)

5Au Moyen Âge, puis à l’époque moderne, Séville a payé un lourd tribut : tremblements de terre, sécheresses, épidémies, surtout succession d’inondations : 15 ou 17 selon les sources ont été répertoriées au cours du XVIe siècle. La crise de l’approvisionnement les accompagne toujours. Le grand historien et chroniqueur local, Diego Ortiz de Zúñiga3 ne mentionne que les malheurs les plus graves tant ils sont nombreux. En 1302, déjà, Séville avait perdu le quart de sa population. En 1383, elle connut toutes les calamités à la fois. En 1626, le tiers de la ville fut inondée et l’on craignit la ruine totale de la ville. On évoquait le déluge biblique. Des religieuses, en dépit de leur vœu de respecter la clôture, déménagèrent chez des particuliers. En janvier 1642, la ville est coupée du monde extérieur pendant dix jours. Aucun moulin ne fonctionne. Bétail et récoltes sont perdus. Et il faut ajouter les nombreux incendies. Bien entendu, les diverses calamités interfèrent. Les famines aggravent les maladies et causent parfois des émeutes que les religieux s’emploient à calmer. En 1649, la ville n’est plus qu’un grand hôpital. Les églises sont pleines de malades ; le culte est interrompu, remplacé par les derniers sacrements pour les mourants ; on arrive à 1500 morts par jour qui sont parfois  enterrés trop près du sol avec de pénibles conséquences; on est obligé de brûler les vêtements des défunts ; les livraisons sont interrompues ; l’inflation galope ; le roi lui-même donnera de fortes aumônes.

  • 4 Voir Antonio GARNICA(éd. et trad.), Autobiografía de Blanco White, Sevilla : Universidad de Sevilla (...)

6En 1652, trois ans après la grande peste de 1649, le prix du pain cause une révolte qui est contenue de justesse, en partie grâce à la pluie, et l’on doit retarder les fêtes du Corpus. Enfin, le climat de Séville étant ce qu’il est, les surfaces inondées émettent des miasmes, « vapores nocivos » qui tuent pendant des mois. Beaucoup plus tard, selon l’autobiographie de l’écrivain Joseph Blanco White (José María Blanco y Crespo), l’inondation de 1800 accompagnée d’une épidémie de fièvre jaune, entraîna la mort de presque tous les domestiques du Colegio Mayor dont il était alors le président4. Les fièvres paludiques ne tuaient pas mais elles étaient fort pénibles. Les « pestes » ne sont pas toutes de vraies pestes, mais elles peuvent aussi être mortelles.

  • 5 Ortiz de Zúñiga estime que les chroniques existantes ne sont pas assez documentées, mais il dit son (...)

7Les Annales eclesiasticos y seculares… du noble Diego Ortiz de Zúñiga, déjà nommé, sont une source particulièrement précieuse. Elles sont souvent citées, mais elles ne semblent guère avoir été très étudiées pour elles-mêmes. Il s’agit d’une chronique de l’histoire de Séville, fort détaillée, entre l’an 1246 lorsque le roi Ferdinand III de Castille et Léon entreprend de reconquérir la cité sur les musulmans, et l’an 1671, qui voit la béatification du conquérant5. Avant de traiter des époques passées, Ortiz de Zúñiga a lu de nombreux auteurs, chroniqueurs, médecins etc. Il a consulté quantité d’archives dont il donne une longue liste. Pour les faits récents, il est un témoin privilégié car il a lui-même été malade à l’âge de 16 ans pendant la peste de 1649, il fait partie de la troupe qui mate la révolte de 1652 et, dès 1653 (il a donc 20 ans), il occupe la fonction de « veinticuatro », c’est-à-dire de conseiller municipal. Des pages entières du livre sont dédiées à des cérémonies, à des nominations ecclésiastiques, à des fondations de couvents, ou à des évènements de l’histoire générale, mais d’autres, consacrées aux avatars de la vie sévillane, sont très concrètes, vivantes et détaillées. Ortiz ne cite pas ses sources, ce qui est normal pour l’époque, mais quand il copie, il choisit bien. Pour les périodes de crise, il détaille les mesures de défense que l’on a prises ou que l’on a omis de prendre. Il semble moins crédule et obsédé de miracles que la moyenne de ses contemporains. Mais, ce qui est gênant, c’est qu’il ne dit pratiquement que du bien des membres du clergé, et fort discrètement du mal des pouvoirs civils. En particulier, nous ne saurons pas combien de vrais responsables ont déserté la ville lors de la peste en 1649. Il note les lâchetés ou les imprudences de la municipalité qui, par exemple, a attendu d’avoir 500 morts par jour pour reconnaître officiellement l’épidémie, mais il ne donne pas les noms des personnages incapables ou malhonnêtes tandis qu’il en donne des quantités dans le cas inverse.

  • 6 Ibid., p. 739-753 infolio.

8Un long chapitre6 va retenir spécialement notre attention, même s’il laisse sans réponse bon nombre de questions. Il traite de la révolte des 22-25 mai 1652, trois ans après la peste, causée par une hausse du prix du pain qui touche une population déjà bien éprouvée. Cette révolte est décrite heure par heure avec un suspense qui tient le lecteur en haleine. Il semble qu’il y eut un minimum de sang versé, mais que les autorités, (y compris l’archevêque) furent molestées assez longuement dans les rues alors qu’elles voulaient parlementer. Certains de leurs vêtements ont même été déchirés (« no pequeña irreverencia » !). Les interventions des « frailes » ont été cette fois notoirement inefficaces. La place de la Feria fut tenue militairement par les rebelles pendant plusieurs jours. Beaucoup de maisons furent pillées et des dépôts d’armes et des marchands d’épées ou de cuirasses cambriolés. L’assassinat d’un procureur réputé sévère fut évité de justesse.

9Mais on temporisa. Le Regente gobernador  Don Juan de Villacis fit semblant de prendre le parti des révoltés. On dut annoncer (avec sonnerie de cloches !) des réductions d’impôts et laisser libérer des prisonniers. En partie grâce à deux averses providentielles, les autorités parvinrent à éviter le pire, en prenant les mesures d’urgence qui, exécutées plus tôt auraient sûrement évité la révolte. Le duc de Medinaceli et le marquis de Tarifa ont eux-mêmes (nous dit-on) donné beaucoup de blé. La « gente principal » improvise discrètement une troupe de répression qui intervient avec succès le quatrième jour, quand la révolte a déjà faibli. Le Regente gobernador fausse compagnie aux mutins. Les meneurs n’avaient trouvé ni poudre, ni bons artilleurs et ils n’eurent pas assez d’autorité. Ensuite la moisson est excellente ; la flotte et les galions « vinieron con felicidad » ; apparemment on oublie l’épreuve.

  • 7 Ibid., p. 739 a.

10Essayons d’y voir de plus près. Face à la Couronne, le pouvoir local est en position défensive : Aunque el desvelo de los Ministros mayores y de la Ciudad era grande, lacontrariedad de accidentes y principalmente de la moneda frustraban sus atenciones7.

  • 8 Ibid., p. 746 a.

11Un « furor confuso » contre des boulangers le 19 mai aurait dû alerter ces « ministros ». On entendait déjà : « Viva el Rey y muera el mal gobierno». Le chroniqueur prend grand soin de dire que ce peuple d’affamés n’est pas criminel, que la « vil canalla » n’est constituée que d’une poignée de gens – souvent étrangers à la ville – dont les principaux, quelques tisserands, seront identifiés et exécutés. Et un prêtre portugais qui a excité le peuple ira aux galères. Décidément, les pícaros locaux ne semblent pas avoir instrumentalisé les événements. Sans doute, eux aussi avaient-ils connu une sérieuse décadence au XVIIe siècle ! Curieusement, Ortiz affirme que le peuple respecte sa noblesse8, qu’entre eux existe une connivence implicite, une sorte de modus vivendi. Le peuple brimé se permet à bon droit une dose d’irrévérence, mais il ne dépasse pas une certaine ligne. Après tout, lors des fêtes, le peuple sévillan d’aujourd’hui fait bien la preuve d’une remarquable autogestion.

12Mais, dans ce récit minutieux, rien n’est clair. On a l’impression que la multiplicité des détails est faite pour laisser dans l’ombre les vraies responsabilités. Il faut dire que le livre est dédié au duc de Medinaceli lui-même, le sommet de la noblesse locale… On ne détaille pas les mesures d’approvisionnement qui sont pourtant essentielles. On ne nous dit pas si les armes volées ont été récupérées, si les propriétaires pillés ont été dédommagés, si les exemptions d’impôts annoncées ont été maintenues, si les prisonniers libérés l’ont été pour de bon. On recopie in extenso les lettres de félicitations du roi et du comte-duc d’Olivares, mais on nous dit que le pouvoir central envoie bel et bien sur place un marquis de Avilafuente « obrar para entero cumplimiento de la quietud de esa republica ». En outre Juan de Villacis déménage : il est nommé corregidor à Jaen ce qui n’est sans doute pas une promotion. Qu’eussent dit les Français, qu’eussent dit les Anglais s’ils avaient lu un texte pareil ! Nous sommes vraiment dans un autre monde.

  • 9 Ibid., p. 707 b

13Ces Annales nous donnent un autre témoignage emblématique de la mentalité de l’époque. Avant comme pendant la peste, elles présentent en exact parallèle, les mesures à adopter en matière temporelle et en matière spirituelle. En 1648, quand existaient « temores presagos delfuturo castigo de la Divina Providencia », en raison de la présence attestée de la peste dans le voisinage, on a omis : ya de aplacar la Magestad ofendida de Dios , ya de disponer reparos algolpe, así entre discursos que despreciaban los anuncios, llegó el año siguiente9.

14Bien entendu, le lecteur d’aujourd’hui a du mal à suivre l’auteur lorsqu’il disserte longuement sur l’efficacité supposée des neuvaines et des processions. Pourquoi tel saint plutôt que tel autre ? Quand le mal s’achève, Séville s’arrange toujours pour trouver une figure sacrée à remercier. Il est frappant aussi, et même pathétique, de voir à la fin du livre le nombre de pages que ce Sévillan amoureux de sa ville consacre à la béatification du roi Ferdinand III. Il est parfaitement conscient de la décadence de la cité qui fut aggravée par la concurrence de Madrid et par la guerre inutile contre le Portugal voisin qui conquiert son indépendance. On a le sentiment qu’Ortiz se raccroche à cette béatification qui, pour lui, vient compenser les malheurs de la ville. Et en effet, à en juger par le témoignage de Blanco White en 1800, même si la ville a conservé une merveilleuse culture populaire, la classe supérieure, à l’inverse de celle de Cadix, a évolué vers un provincialisme bigot.

  • 10 Antonio de ROBLES, Diario de sucesos notables, Madrid : Porrúa, 1946, 3, p. 97.

15À Mexico, la connivence entre les riches et le bas peuple ne pouvait pas exister comme à Séville, mais il nous semble, avoir trouvé un point commun dans ce monde hispanique qui vivait des deux côtés de l’Atlantique. Reste à savoir s’il en est autrement dans d’autres villes. Lors des catastrophes, à Mexico comme à Séville, on n’a pas cédé à la tentation de rechercher un bouc émissaire : malgré le nombre de délinquants chez les pauvres, c’étaient surtout les excès des riches que l’on dénonçait pour justifier la colère de Dieu. D’ailleurs, pendant les heures difficiles, si l’on avait vu des exemples admirables de charité, beaucoup de comportements avaient été de peur, d’égoïsme et de cupidité. Par la plume des chroniqueurs, la classe dominante bat sa propre coulpe. Les émeutes frumentaires ne sont pas l’occasion de condamner la racaille. Mexico a connu en juillet 1692, à la suite d’une maladie du maïs, une famine qui entraîna une terrible révolte au cours de laquelle le palais du vice-roi fut même incendié. Plus qu’à Séville, en 1652, le rôle du clergé fut essentiel pour calmer la foule. Et les châtiments furent relativement limités : quelques condamnations à mort. Le Diario de sucesos notables du chroniqueur local, Antonio de Robles, prend le ton d’un prophète :
Las causas de este estrago se discurren ser nuestras culpas que quiso Dios castigar, tomando como instrumento el más débil y flaco, como es el de unos miserables indios, desnudos, desprevenidos y desarmados10.

16En effet, après la période dorée de la vice-reine, comtesse de Paredes, 1680-1688, un certain charme va être rompu ; la vie de cour et la vie sociale ne sont plus ce qu’elles étaient. Néanmoins, la belle croissance que Mexico va connaître au XVIIIe siècle forme un curieux contraste avec la décadence du modèle sévillan.

Haut de page

Notes

1 Voir Alain MUSSET, « Une ville contre son roi, l’échec du déplacement de Mexico », in :Alain MUSSET et Thomas CALVO (coord.), des Indes occidentales à l’Amérique Latine. Hommage à Jean-Pierre Berthe, Paris : ENS Fontenay/St Cloud Editions, 1997, p. 87-104. Pour la longue durée, du même A. MUSSET, De l’eau vive à l’eau morte. Enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico, Paris : Ed. Recherches sur les civilisations, 1991.

2 Voir par exemple une lettre du 29 avril 1576 adressée de Séville à une religieuse de Valladolid. La fondatrice avait surtout connu les aspects négatifs de la ville!

3 Annales eclesiasticos y seculares de la muy noble y muy leal Ciudad de Sevilla metropoli de la Andaluzia,Madrid : Imprenta Real, 1677.Le livre est dédié au duc de Medinaceli alors Alguazil mayor de Sevilla.

4 Voir Antonio GARNICA(éd. et trad.), Autobiografía de Blanco White, Sevilla : Universidad de Sevilla, 1988, p. 110-113.

5 Ortiz de Zúñiga estime que les chroniques existantes ne sont pas assez documentées, mais il dit son estime pour le travail qu’avait réalisé Rodrigo Caro sur l’histoire ancienne de Séville. Il estime que cette dernière le dispense de traiter l’époque antérieure à 1246. Publié à Madrid en 1667, le livre d’Ortiz connut un réel succès et fut encore réédité au XVIIIe siècle.

6 Ibid., p. 739-753 infolio.

7 Ibid., p. 739 a.

8 Ibid., p. 746 a.

9 Ibid., p. 707 b

10 Antonio de ROBLES, Diario de sucesos notables, Madrid : Porrúa, 1946, 3, p. 97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Famines, épidémies et inondations dans la Séville de l’époque moderne : notes sur un texte sévillan », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/21415 ; DOI : 10.4000/e-spania.21415

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org