Navigation – Plan du site
Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du ‎XVIe siècle (1516-1556)

L’Arioste et l’Empire. Réflexions sur les rédactions du Roland furieux

Giuseppe Sangirardi

Résumés

Révisant la thèse communément admise de la « dimension impériale » de la troisième rédaction du Roland furieux (1532), l’article montre l’ambiguïté de l’éloge que l’Arioste adresse à Charles-Quint, à partir des faiblesses de l’image de Charlemagne et de l’importance donnée à des personnes tel qu’Andrea Doria. La reprise de l’esthétique des poètes de l’âge d’Auguste n’est pas l’effet de la geste impériale mais reprend les développements de la poésie à la cour de Ferrare, lieu de l’élaboration d’un canon de la poésie de goût classique.

Haut de page

Texte intégral

Astrée

1Dans son célèbre ouvrage sur le symbolisme impérial à la Renaissance, Frances Yates consacrait un chapitre important au rôle décisif joué par Charles-Quint dans le renouveau du mythe de l’Empire, fondé d’abord sur l’analogie entre sa position et celle de l’archétype médiéval de la renovatio imperii, Charlemagne. Parmi les textes qui accuseraient l’affirmation d’une pareille perspective idéologique, l’historienne britannique cite le Roland furieux de l’Arioste, dans un page qu’il convient de relire en entier :

  • 1 Frances A. YATES, Astrée. Le symbolisme impérial au XVIe siècle, trad. Jean-Yves POUILLOUX et Alain (...)

À la cour de Ferrare, connue depuis toujours par son engouement pour la tradition chevaleresque, l’Arioste composa son épopée chevaleresque moderne, l’Orlando furioso, publiée en 1516. L’ensemble du poème de l’Arioste, en redonnant vie aux romans du XIIe siècle bâtis sur le cycle de Charlemagne, redonna force à l’idée médiévale de l’empire et de son transfert vers le nord en la personne de Charlemagne, ce que certains aspects de l’humanisme italien se sont efforcés de rabaisser en parlant de barbarisation de l’Empire romain. Dans la première stance de l’Orlando furioso, ce transfert est confirmé par la description de Charlemagne comme « roi Charles empereur romain ». Cette réaction contre le scepticisme à l’égard de l’Empire médiéval et de son fondement théorique (la théorie du transfert), scepticisme encouragé par les études humanistes, est liée à la réaction qui s’inscrit dans l’histoire du temps, puisque le poème comporte une glorification du nouveau Charlemagne, Charles-Quint. Dans le chant XV, Astolfo entend la prophétie qui annonce l’Empire de Charles-Quint. La prophétesse annonce que le monde va être unifié sous un monarque universel qui succédera à Auguste, Trajan et Sévère. Ce souverain naîtra de l’union entre les familles d’Autriche et d’Aragon ; et il ramènera sur terre Astrea, ou Justice, avec toutes les vertus exilées. En Italie même, le gibelinisme renaît, et les termes de l’Arioste sont comparables à ceux par lesquels Dante avait salué l’empereur Henri VII, comme celui qui devait ramener la loi d’Astrea (ou Justice) et l’âge d’or. Si l’on objecte qu’en choisissant pour s’exprimer une épopée carolingienne l’Arioste écrit une fiction poétique qu’on ne doit pas prendre pour une déclaration politique sérieuse, on répondra que le retour à la féodalité dans l’imaginaire, que ce poème représente, est en soi symptomatique d’un nouvel état d’esprit par comparaison avec les efforts antérieurs pour dissiper les ténèbres médiévales par un retour au classicisme. L’Arioste parle lui aussi de ce nouveau monde inconnu des Romains et récemment découvert ; il reprend la croyance largement répandue selon laquelle les découvertes constituent en elles-mêmes le signe d’une nouvelle monarchie mondiale1.

2L’éloge prophétique de Charles-Quint, auquel il est fait allusion dans ce passage, absent dans la première édition du Roland furieux (1516), fait partie, en réalité, des séquences textuelles intégrées dans la dernière version du roman, en 1532. À l’occasion d’une assez longue digression (XV 19-35), Andronica, qui escorte Astolfo pendant son voyage de retour du pays enchanté de Logistilla, lui explique que, en dépit de la croyance commune, on peut atteindre l’Orient par l’Occident et réciproquement, comme le prouveront à l’avenir les découvertes géographiques réalisées à l’époque de l’empereur Charles-Quint. Aussi, l’explication géographique tourne-t-elle rapidement à la célébration de l’empereur et de son rôle historique providentiel, figuré symboliquement par le mythe classique du retour d’Astrée (XV 24-26) :

  • 2 Les citations du Roland furieux et des Cinque Canti sont tirées de Ludovico ARIOSTO, Orlando furios (...)

Dio vuol ch’ascosa antiquamente questa
strada sia stata, e ancor gran tempo stia;
né che prima si sappia, che la sesta
e la settima età passata sia:
e serba a farla al tempo manifesta,
che vorrà porre il mondo a monarchia,
sotto il più saggio imperatore e giusto,
che sia stato o sarà mai dopo Augusto.

Del sangue d’Austria e d’Aragon io veggio
nascer sul Reno alla sinistra riva
un principe, al valor del qual pareggio
nessun valor, di cui si parli o scriva.
Astrea veggio per lui riposta in seggio,
anzi di morta ritornata viva;
e le virtù che cacciò il mondo, quando
lei cacciò ancora, uscir per lui di bando.

Per questi merti la Bontà suprema
non solamente di quel grande impero
ha disegnato ch’abbia diädema
ch’ebbe Augusto, Traian, Maro e Severo;
ma d’ogni terra e quinci e quindi estrema,
che mai né al sol né all’anno apre il sentiero:
e vuol che sotto a questo imperatore
solo un ovile sia, solo un pastore
2.

  • 3 Pour une narration assez détaillée du voyage de Charles-Quint, cf. Giacinto ROMANO, Cronaca del sog (...)
  • 4 Cependant, les nouvelles interprétations qui ont mis l’accent sur l’enthousiasme réel de l’Arioste (...)

3Ce panégyrique de l’empereur, suivi de celui de ses capitaines (Hernán Cortés, Prospero Colonna, Alphonse et François d’Ávalos, Andrea Doria, str. 27-34), a été mis traditionnellement en relation avec le retournement politique qui a lieu à l’occasion du Congrès de Bologne et du couronnement de l’empereur par le pape Clément VII (24 février 1530), lorsque le duc de Ferrare se rapproche de Charles-Quint pour obtenir gain de cause dans ses démêlés avec Rome3. Mais plus récemment la critique, reprenant à son compte les suggestions de Frances Yates, a cru pouvoir déceler dans les vers de l’Arioste une adhésion à l’idéologie impériale qui dépasserait le simple alignement d’un courtisan sur les positions politiques du prince, et qui serait emblématique d’une métamorphose plus vaste des conceptions historiques et littéraires de l’Arioste, qui se manifesterait dans la dernière rédaction du Roland furieux4.

  • 5 Alberto CASADEI, La Strategia delle varianti. Le correzioni storiche del terzo « Furioso », Lucques (...)
  • 6 Ibid., p. 152 : « Il Furioso del ’32 non chiude alla storia, ma anzi accoglie segni inequivocabili (...)

4Dans une étude novatrice et très documentée d’il y a une vingtaine d’années, Alberto Casadei considérait la ‘dimension impériale’ du terzo « Furioso » comme une évidence5, s’appuyant explicitement sur l’autorité de Frances Yates. Certes, la position de Casadei ne manquait pas de nuances, puisqu’il indiquait les limites de la conversion impériale de l’Arioste en soulignant la place que la dernière rédaction du roman continuait de faire à l’image chevaleresque de François Ier, tout comme les quelques traces reconnaissables d’une critique adressée au camp impérial, telle l’allusion aux atrocités encore très récentes du Sac de Rome (XXXIII 55). Toujours est-il qu’aux yeux du critique le renouvellement de la perspective historique qui se dessine dans la troisième édition se nourrit d’une participation authentique de l’Arioste à l’espoir suscité par le mythe impérial6. Aussi, cette nouvelle ‘conscience impériale’ se traduirait-elle dans le choix d’une forme plus ‘classique’, orientée vers l’épopée et le modèle de langue pétrarquiste fixé par Bembo.

  • 7 Ibid., p. 39 : « Si è parlato da più parti della tendenza antimunicipalistica riscontrabile in molt (...)
  • 8 Lanfranco CARETTI, Ariosto e Tasso, Turin : Einaudi, 1977, p. 42-44 (la thèse de Caretti avait été (...)

5En opposant le caractère ‘impérial’ de la troisième rédaction du roman à l’identité ‘municipale’ de la première7, Casadei reprenait et corrigeait en effet une thèse défendue une quinzaine d’années plus tôt par Lanfranco Caretti8. D’après Caretti, alors que l’édition de 1516 du Roland furieux témoignait d’un profond ancrage dans la tradition ferraraise, soutenu par la croyance encore possible dans un destin d’autonomie politique pour les principautés italiennes, l’édition de 1532 serait marquée par un abandon de tout espoir politique et un repli à titre compensatoire dans une forme classique, susceptible de rétablir sur le plan symbolique un modèle italien perdant sur le terrain historique.

  • 9 Cf. par exemple Juan Carlos D’AMICO, « Récit et identité collective : le mécanisme de la prophétie (...)
  • 10 Stefano JOSSA, Ariosto, Bologne : Il Mulino, 2009, p. 122 et 124 : « Nell’Orlando furioso del 1532 (...)

6La lecture de Casadei vise donc à confirmer l’idée d’une évolution du roman de l’Arioste, tout en modifiant son cap : le point d’arrivée ne serait plus une forme littéraire qui tourne le dos à l’histoire, mais, au contraire, une manière d’intégration de l’œuvre poétique dans la perspective historique du présent, en dépit des éléments de ‘crise’ qui la définissent. Cette lecture a été reprise parfois9 et n’a pas été contestée à ma connaissance. Plus récemment, Stefano Jossa est revenu sur le même sujet pour souligner davantage la force de la conversion impériale de l’Arioste, en allant jusqu’à inverser les termes traditionnels de la question et à proposer l’image d’un terzo « Furioso » qui, animé par l’espoir impérial, cherche à dépasser l’horizon de la crise mise en scène dans la première édition10.

Charlemagne et Auguste

7Pour s’interroger sur le fondement de ces interprétations il convient de revenir à leur socle commun, à savoir la thèse de Frances Yates, ou plus exactement les arguments qu’elle tire du Roland furieux. En effet, il n’est pas si sûr que le choix de la matière carolingienne soit l’expression d’une position néo-gibeline de l’Arioste, comme le suggère l’historienne. Même si l’on trouverait sans doute un peu simpliste, aujourd’hui, l’idée romantique (de Hegel et surtout de De Sanctis) qui voit dans le Roland furieux une représentation ironique de l’esprit chevaleresque médiéval, il est certain que prendre le roman de l’Arioste pour une profession de foi en Charlemagne et en son Empire serait une erreur d’interprétation bien plus grossière. Car s’il est vrai que Charlemagne n’a plus les traits parfois grotesques qu’avait fini par lui attribuer la tradition canterina, et qu’il est solennellement introduit comme « re Carlo imperator romano » à la fin de la première strophe du Roland furieux, il est vrai aussi que le premier geste qu’on le voit accomplir est une faute d’appréciation, lorsqu’il séquestre Angélique pour susciter une compétition héroïque entre Renaud et Roland, l’issue de la bataille démentant cruellement ses espoirs : « Contrari ai voti poi furo i successi » (I 9, 5). Il commet une erreur de la même nature plus tard, lorsqu’il confie à Renaud la mission de résoudre le conflit en affrontant en duel Roger (XXXVIII 65), sans pouvoir deviner que l’amour que Bradamante porte à celui-ci jouera comme un facteur de complication. Certes, « il buon re Carlo » ne manque ni d’esprit chrétien ni de dignité royale lorsque, dans l’imminence de l’attaque des Sarrasins, il adresse à Dieu la prière de sauver son peuple, mais son discours finit par prendre une tournure calculatrice et courtisane (XIV 69, 5-70) :

Con le man giunte e gli occhi al ciel supini,
disse : -Signor, ben ch’io sia iniquo et empio,
non voglia tua bontà, pel mio fallire,
che ’l tuo popul fedele abbia a patire.

E se gli è tuo voler ch’egli patisca,
e ch’abbia il nostro error degni supplìci,
almen la punizion si differisca
sì, che per man non sia de’ tuoi nemici;
che quando lor d’uccider noi sortisca,
che nome avemo pur d’esser tuo’ amici,
i pagani diran che nulla puoi,
che perir lasci i partigiani tuoi.

  • 11 Cf. par exemple les très belles pages de l’introduction de Sergio ZATTI à l’édition déjà citée des (...)

8En réalité, l’empereur, personnage assez effacé dans l’ensemble, est surtout associé à des moments de difficulté, dont il ne peut se relever en comptant sur ses propres forces, comme si l’autorité qu’il incarne était affaiblie et dépassée par la réalité. Cette image d’une autorité défaillante, qui se profile déjà dans le Roland furieux, occupera entièrement la scène des Cinque Canti, comme la critique l’a indiqué11. Dans ce fragment élaboré au cours des années 1520, à une époque aussi tourmentée dans l’histoire d’Italie que dans la biographie du poète, l’imaginaire politique de l’Arioste semble divisé entre une nostalgie pour une figure idéale d’autorité ‘paternelle’ (cf. I 60 ; II 120-121) et le rôle prépondérant que joue un pouvoir destructeur dans les formes symétriques du conseiller du mal (Ganelon) et de l’empereur mal conseillé. Aussi, le fragment s’achève-t-il sur la déroute chrétienne à Prague, où Charlemagne, abandonné de tous, tombe dans la rivière, et n’échappe à la mort que grâce à son cheval (V 92-93) :

Carlo ne l’acqua giù dal ponte cade,
e non è chi si fermi a darli aiuto;
che sì a ciascun per sé da fare accade,
che poco conto d’altri ivi è tenuto:
quivi la cortesia, la caritade,
amor, rispetto, beneficio avuto,
o s’altro si può dire, è tutto messo
da parte, e sol ciascun pensa a se stesso.

se si trovava sotto altro destriero
carlo, che quel che si trovò quel giorno,
restar potea ne l’acqua di leggiero,
né mai più in Francia bella far ritorno.
bianco era il buon caval, fuor ch’alcun nero
pelo, che parean mosche, avea d’intorno
il collo e i fianchi fin presso alla coda:
da questo al fin fu ricondotto a proda.

9Il serait évidemment hasardeux de donner de ces vers une immédiate traduction historique et politique : l’empereur symbolique de la poésie, créature forgée par les fantasmes personnels du poète et par les codes de la tradition générique, n’est pas l’empereur réel, et rien ne nous assure que l’Arioste attribuait au vrai Charlemagne, pour ne pas dire à Charles-Quint, la fragilité pathétique de son « re Carlo » : jamais, d’ailleurs, il ne compare explicitement Charles-Quint à Charlemagne. Cette brève analyse, cependant, nous aura tout au moins permis de mettre sérieusement en doute l’idée que la matière du Roland furieux témoigne en tant que telle d’une réviviscence de l’idée impériale.

  • 12 C’est notamment sous les Antonins que l’Empire romain semble réaliser l’unification du monde connu, (...)
  • 13 La bibliographie est assez vaste : on peut consulter au moins Giuseppe GALASSO, Carlo V e Spagna im (...)
  • 14 M. CATALANO, op. cit., p. 577-578. Catalano rappelle également que le cardinal Alessandro Campeggio (...)
  • 15 W. MORETTI, op. cit., p. 325.

10Mais nous pourrions maintenant considérer malgré tout, en allant dans le sens de la critique plus récente, que l’image de grandeur impériale qui se dégage du portrait élogieux de Charles-Quint ajouté en 1532 vienne justement combler le vide qui s’était creusé dans les années précédentes, et répondre à l’attente d’une autorité politique capable d’imposer l’ordre et la paix qui semble se dessiner en creux dans les figures d’empereur affaibli que nous venons d’évoquer. Pour valider ou réfuter cet argument, il nous faut commencer par examiner plus attentivement à quoi tient cette impression de grandeur de l’Empire qu’on a retirée de la lecture de l’éloge de Charles-Quint et de ses capitaines. Il me semble qu’elle tient à deux motifs essentiels qui structurent la rhétorique de l’Arioste en l’occurrence, à savoir d’un côté l’analogie établie entre Charles-Quint et les empereurs romains (Auguste, cité deux fois, mais aussi les Antonins Trajan et Marc Aurèle et Septime Sévère, XV 24 et 26), d’un autre côté l’idée d’un dépassement même de l’horizon de l’Empire romain, assuré par la découverte des Amériques, qui élargissent le cadre géographique du pouvoir impérial, et par l’inspiration providentielle et l’unité chrétienne du nouvel Empire, autant d’éléments idéologiques qui sont synthétisés dans le distique final de la str. 26 (« e vuol che sotto a questo imperatore / solo un ovile sia, solo un pastore »), qui renvoie à la prophétie de st Jean X, 16 : « Et fiet unum ovile et unus pastor »12. Or, comme l’ont abondamment montré les études de ces dernières années, ces deux motifs correspondent effectivement à deux grands axes de la propagande impériale, telle qu’elle était inspirée notamment par le chancelier de Charles-Quint Mercurino Arborio de Gattinara13. Il est clair, toutefois, que si la référence de l’Arioste à cette propagande témoigne de son information, elle ne prouve pas encore son adhésion, à moins que l’on ne prenne pour d’authentiques professions de foi toutes les hyperboles courtisanes qui pullulent dans la littérature d’ancien régime. Aussi, dans le cas d’Alphonse d’Avalos, le relief exceptionnel qu’il prend dans l’éloge des capitaines de l’empereur, sans être objectivement mensonger, ne peut ne pas s’expliquer comme dédommagement pour la pension que le marquis avait accordé à l’Arioste lorsque celui-ci était allé lui rendre visite à Correggio en 153114. Ramener les éloges de l’Arioste à leur cadre courtisan est un exercice de philologie dont on ne peut faire l’économie et non nécessairement une manière superficielle de lire les textes. L’ekphrasis de la fontaine de marbre sculptée par Merlin (XXVI 30-37), l’une des références cruciales pour les lectures ‘politiques’ du Roland furieux, permet à l’Arioste de suivre une ligne idéologique ambiguë parfaitement familière aux lecteurs de l’Arétin : d’un côté il fustige en termes génériques l’avidité et l’ignorance des princes et des prélats (str. 31-32), d’un autre côté il énumère quelques grands souverains contemporains (François Ier, Maximilien d’Autriche, Charles duc de Bourgogne en 1516 qui devient « Carlo quinto imperator » en 1532, Henri VIII d’Angleterre et le pape Léon X) qui incarneraient autant de lumineuses exceptions à la règle. On ne peut certes exclure, en principe, que ces éloges n’aient un noyau authentique et qu’ils soient le signe, comme on a pu le suggérer15, d’une confiance érasmienne dans l’Europe des princes chrétiens. Mais il est tout simplement hasardeux de le soutenir en se fondant sur la simple occurrence de l’éloge, dont le seul contenu fiable semble l’indication de l’idéal de la libéralité en conflit avec l’avidité et l’ignorance qui dominent notamment parmi les hommes de pouvoir. Dans la logique de l’éloge courtisan, les qualités des princes sont bien plus l’expression d’une demande que celle d’un constat.

  • 16 Voir l’étude très utile d’Antonia TISSONI BENVENUTI, « Rugiero o la fabbrica dell’Inamoramento de O (...)
  • 17 Cf. à ce sujet Micaela TORBOLI, Il duca Borso d’Este e la politica delle immagini nella Ferrara del (...)

11Pour en revenir à Charles-Quint, le fait que son éloge comporte la référence non pas à Charlemagne mais aux empereurs romains est un signe très vraisemblablement de l’influence de la propagande impériale après le Congrès de Bologne, mais correspond également à un réflexe déjà acquis depuis longtemps en Italie dans le cadre de ce qu’on a pu appeler l’humanisme courtisan, réservoir dans lequel ont abondamment puisé leurs codes Gattinara et les autres bâtisseurs du nouvel Empire. À Ferrare, notamment, le mythe d’Astrée avait été appelé au soutien du pouvoir des Este en coïncidence avec le tournant humaniste qui se produit à la cour autour des années 1460. Dans son poème latin Borsias, écrit à la gloire du duc Borso, Tito Vespasiano Strozzi avait conçu la généalogie qui traçait un lien entre Troie et Ferrare en passant par la France16, en imaginant entre autres qu’Astrée, par vouloir de Zeus, présidait avec d’autres divinités à la naissance de Borso d’Este17 :

  • 18 Tito Vespasiano STROZZI, Borsias, erstmals herausgegeben, engeleitet und kommentiert von Walther LU (...)

At Iovis imperio pueri fidissima custos
excubat ante torum noctes Astraea diesque
nec sera quamvis provectum aetate reliquit
18.

12Boiardo, dans ses églogues virgiliennes intitulées Pastoralia, avait lui aussi associé le retour d’Astrée et de l’âge d’or au gouvernement de Borso, même si dans l’ensemble de l’œuvre le rôle d’homme providentiel est partagé entre celui-ci et son successeur, Hercule d’Este (VI 65-68) :

  • 19 Matteo Maria BOIARDO, Pastoralia, testo crit., commento e trad. di Stefano CARRAI, Padoue : Antenor (...)

Salve, Estense decus, terrarum gloria Borsi,
quo duce sideribus terras Astraea relictis
incolit, et prisci rursum quo principe mores
aureaque aeterni redierunt otia veris
19.

13Aussi peut-on comprendre comme une reprise de cette tradition désormais établie de la cour de Ferrare le retour d’Astrée qui dans la première rédaction du Roland furieux, avant de coïncider en 1532 avec l’avènement de l’Empire, marque la saison politique du successeur d’Hercule, le duc Alphonse (III 51, 5-8) :

Alfonso è quel che col saper accoppia
sì la bontà, ch’al secolo futuro
la gente crederà che sia dal cielo
tornata Astrea dove può il caldo e il gielo.

14La prophétie qu’on vient de lire est inscrite dans l’épisode où Bradamante voit défiler les ombres de ses illustres descendants (III 17 sqq.), d’après le modèle bien connu de Virgile (Aen. VI 751 sqq.). Ainsi, le mythe du retour de l’âge d’or semble-t-il constamment décliné dans sa formule virgilienne par les poètes de la cour de Ferrare, si bien que la référence historique qui se profile naturellement est celle à l’Empire d’Auguste. Celui-ci, d’ailleurs, évoqué plus tard par l’Arioste à propos de Charles-Quint, est déjà mentionné ouvertement dans l’épisode de Bradamante (III 18) :

I capitani e i cavallier robusti
quindi usciran, che col ferro e col senno
ricuperar tutti gli onor vetusti
de l’arme invitte alla sua Italia denno.
quindi terran lo scettro i signor giusti,
che, come il savio Augusto e Numa fenno,
sotto il benigno e buon governo loro
ritorneran la prima età de l’oro.

15Or, si l’âge d’Auguste semble ici l’archétype de toute future résolution eschatologique de l’histoire, chaque lecteur de l’Arioste connaît le soupçon qui pèse sur la perfection de ce modèle d’après l’un des épisodes les plus extraordinaires du Roland furieux, celui des révélations que saint Jean fait à Astolphe sur la lune (chants XXXIV-XXXV). Car, si l’excellence du règne d’Auguste n’est pas remise en cause par le discours de saint Jean, elle est attribuée toutefois non pas aux qualités intrinsèques de la politique de l’empereur, mais à la bonté de l’image qu’ont pu en donner les poètes de sa cour. Ainsi, le seul réel mérite d’Auguste revient-il à avoir su récompenser et nourrir la grande poésie, sans la médiation de laquelle on ne saurait sans doute distinguer entre un Auguste et un Néron, l’archétype du tyran (XXXV 26) :

Non fu sì santo né benigno Augusto
come la tuba di Virgilio suona.
l’aver avuto in poesia buon gusto
la proscrizion iniqua gli perdona.
nessun sapria se Neron fosse ingiusto,
né sua fama saria forse men buona,
avesse avuto e terra e ciel nimici,
se gli scrittor sapea tenersi amici.

16En dépit de leur caractère paradoxal et outrancier, les propos de saint Jean sont loin d’être sans impact sur l’interprétation du roman, comme la critique l’a souvent souligné. Le lecteur de l’éloge d’Alphonse en nouvel Auguste doit y reconnaître, comme dans un miroir à peine déformé, la figure du prince qui a besoin du poète pour voiler les erreurs si ce n’est les crimes liés à l’exercice de son pouvoir. Le modèle qui se dessine n’est donc pas celui du bon gouvernement au sens classique du terme : s’il faut extraire un paradoxal miroir des princes des vers de l’Arioste, l’idéal qu’il évoque est plutôt celui de la générosité du seigneur à l’égard des vrais poètes, qui seule transforme l’histoire en un récit édifiant.

1532 : Arioste républicain ?

17Or, pour ce qui est du panégyrique de Charles-Quint, il reste toujours à juger de la pertinence de l’argument chronologique formulé par la critique récente, et auquel nous ne nous sommes pas encore attaqués : il est en effet concevable, par voie d’hypothèse, que l’espoir suscité par Charles-Quint ait permis à l’Arioste de dépasser en 1532 le scepticisme politique dont il fait preuve en 1516. Cette hypothèse s’avère toutefois assez faible si l’on considère plus largement, si je puis dire, l’état de l’imaginaire impérial du Roland furieux en 1532, sans se contenter de mettre en relation le ‘contexte historique’ avec les phrases élogieuses écrites par l’Arioste sur l’empereur.

  • 20 Mario SANTORO, « La ‘addizione’ delle scoperte geografiche : tra apologia e utopia », in : id., Ari (...)

18Mario Santoro avait déjà remarqué la singularité de la conclusion de l’éloge de Charles-Quint et de ses capitaines, sans lui donner peut-être le relief qu’elle mérite20. En effet, la leçon d’histoire prophétique d’Andronica à Astolfo se termine par un éloge d’Andrea Doria (30, 6-35) d’une vigueur et d’une ampleur même supérieures à celui de Charles-Quint. D’un côté, l’amiral génois, dont l’Arioste exalte naturellement la lutte contre les pirates, est présenté comme le garant de la légitimation italienne du pouvoir impérial lors de la cérémonie de Bologne (32, 1-4) :

Sotto la fede entrar, sotto la scorta
di questo capitan di ch’io ti parlo,
veggio in Italia, ove da lui la porta
gli sarà aperta, alla corona Carlo.

  • 21 L’image traditionnelle d’Andrea Doria comme pater patriae de la république génoise semble résister (...)

19D’un autre côté, le plus grand mérite de Doria, en raison duquel il dépasse les modèles anciens (Auguste et Antoine) n’est pas sa capacité militaire, mais la générosité républicaine qui le pousse à refuser la principauté et à garder aux Génois leur liberté (32, 5-34, 4)21 :

Veggio che ’l premio che di ciò riporta,
non tien per sé, ma fa alla patria darlo:
con prieghi ottien ch’in libertà la metta,
dove altri a sé l’avria forse suggetta.

Questa pietà ch’egli alla patria mostra,
e degna di più onor d’ogni battaglia
ch’in Francia o in Spagna o ne la terra vostra
vincesse Iulio, o in Africa o in Tessaglia.
né il grande Ottavio, né chi seco giostra
di par, Antonio, in più onoranza saglia
pei gesti suoi ; ch’ogni lor laude amorza
l’avere usato alla lor patria forza.

Questi et ogn’altro che la patria tenta
di libera far serva, si arrosisca;
né dove il nome d’Andrea Doria senta,
di levar gli occhi in viso d’uomo ardisca.

20Pour sa part, Charles-Quint, qui récompense cette générosité comme il se doit, se voit reconnaître comme sa meilleure qualité sa capacité à rétribuer justement ses fidèles (34, 5-35), dans un ultime éloge qui tourne d’ailleurs à l’exhortation :

Veggio Carlo che ‘l premio gli augumenta;
ch’oltre quel ch’in commun vuol che fruisca,
gli dà la ricca terra ch’ai Normandi
sarà principio a farli in Puglia grandi.

A questo capitan non pur cortese
il magnanimo Carlo ha da mostrarsi,
ma a quanti avrà ne le cesaree imprese
del sangue lor non ritrovati scarsi.
d’aver città, d’aver tutto un paese
donato a un suo fedel, più ralegrarsi
lo veggio, e a tutti quei che ne son degni,
che d’acquistar nuov’altri imperii e regni.

21Ce que l’Arioste continue de demander aux empereurs comme aux princes est donc d’appliquer un critère de générosité et de justice dans la rétribution des mérites de leurs sujets. Dans un sens, l’exemple édifiant d’Andrea Doria nous invite à dépasser le cadre plus étroit de la poésie courtisane et à voir dans la demande de juste rémunération une véritable question éthique posée par l’Arioste à son temps. Faisant écho à ces vers, la fameuse devise Pro bono malum nous aide à penser combien cette exigence, bafouée par la réalité, devait s’enraciner dans l’expérience intime du poète comme dans les pratiques sociales de son milieu et de son époque.

22D’un autre côté, l’éloge de l’esprit républicain de Doria insinue dans le panégyrique impérial un argument explosif sous la forme atténuée qu’exige une rhétorique respectueuse des hiérarchies de pouvoir. Il est clair que la « pietà » montrée par Doria en assurant la « libertà » (concept clef qui revient deux fois, 32, 7 et 34, 2) de sa patrie, au lieu de la violer (33, 8) et de l’assujettir (32, 8 et 34, 2), le situe dans le panthéon des héros républicains, dans la lignée notamment de l’humanisme florentin. De même, que la présence du génois Doria soit nécessaire pour ouvrir les portes de l’Italie à Charles-Quint semble indiquer une forme tenace de résistance ‘italienne’ à l’ingérence d’un pouvoir étranger, en résonance avec la tradition humaniste, entre Pétrarque et Machiavel, qui construit la notion d’Italie comme structure politique idéale héritière de l’empire romain. Le soupçon qui est ainsi jeté sur le modèle impérial incarné par Charles-Quint au cœur même de l’éloge de l’empereur est cependant loin d’être inopiné. En réalité, dans les quatre grands épisodes narratifs ajoutés dans la dernière édition (Olympie et Cimosque, l’histoire d’Italie des peintures prophétiques du château de Tristan, Marganor, Roger et Léon) on peut retrouver des signes concordants d’hostilité au pouvoir abusif et d’attachement au patriotisme humaniste. La critique a déjà remarqué l’analogie signficative des deux figures de tyran qui entrent en scène dans le terzo « Furioso », Cimosque roi de Frise (dit « tiranno » à la str. IX 51, 7) et Marganor (également « tiran » et comparé à Néron, XXXVII 43, 1-4). Le pouvoir abusif du premier se matérialise dans l’usage de l’infernale arquebuse, ce qui établit un lien explicite entre l’imaginaire poétique et la réalité politique contemporaine. Quant à Marganor, le châtiment final que lui inflige son peuple, longtemps soumis à sa brutalité, se veut exemplaire pour les princes (XXXVII 106) :

Or quella turba d’ira e d’odio pregna
con fatti e con mal dir cerca vendetta :
com’è in proverbio, ognun corre a far legna
all’arbore che ‘l vento in terra getta.
sia Marganorre essempio di chi regna;
che chi mal opra, male al fine aspetta.
di vederlo punir de’ suoi nefandi
peccati, avean piacer piccoli e grandi.

23Si dans ces deux cas ce qui est mis en cause est une image générique du pouvoir absolu, dans les deux autres épisodes la référence à l’idéologie impériale devient plus précise. L’Empire grec de Constantin, où se déroule la première partie de l’épisode de Léon et Roger (ch. XLIV-XLV), peut sans doute être considéré comme une projection de la vision que l’Arioste a de l’Empire, dégagée des obligations courtisanes qui exigent l’hommage aux princes dans la réalité. D’ailleurs, Léon se voit plusieurs fois attribuer le titre d’Auguste (XLIV 76, 6 ; 89, 1 ; XLVI 71, 5), qui crée un lien verbal significatif avec les autres occurrence de la thématique impériale. Or, au cours de l’épisode le titre et le pouvoir impérial apparaissent constamment comme un masque, une forme creuse qui cache l’abus de pouvoir et l’avidité, et à laquelle s’opposent autant la vraie vertu guerrière, incarnée par exemple par le roi des Bulgares, qui meurt en héros, vaincu seulement par le nombre des ennemis (XLIV 83), que la pureté du sentiment amoureux que les parents de Bradamante veulent sacrifier à leur ambition. « Sarà possibil mai che nome regio, / titolo imperial, grandezza e pompa, / di Bradamante mia l’animo egregio, / il gran valor, l’alta virtù corrompa ? » (XLIV 58, 1-4) se demande Roger pris d’inquiétude, à qui Bradamante écrit un billet sur le même ton : « Né nobiltà, né altezza di corona, / ch’al sciocco vulgo abbagliar suol la vista, / non beltà, ch’in lieve animo può assai, / vedrò, che più di voi mi piaccia mai » (XLIV 64, 5-8).

24Quant à l’histoire des invasions françaises en Italie dans le chant XXXIII, elle est habituellement lue comme le résultat du ralliement de l’Arioste et de Ferrare au parti impérial. Mais s’il est vrai que le ton hostile adopté à l’égard de la France serait difficilement concevable avant ce ralliement, il est vrai également que l’optique dans laquelle se situe l’Arioste n’est pas celle du conflit entre la monarchie française et l’Empire de Charles-Quint, mais bien celle qui oppose l’Italie et le « barbaro furore » (XXXIII 12, 4) et qui structure la tradition humaniste depuis Pétrarque. C’est dans ce sens que l’expédition de Lautrec, envoyé par François Ier libérer le pape après le Sac de Rome, est saluée comme une action positive (malgré son issue peu favorable), ce qui serait bien malvenu si l’Arioste voulait manifester son adhésion au parti impérial (XXXIII 55-56, 4):

Vedete gli omicidii e le rapine
in ogni parte far Roma dolente;
e con incendi e stupri le divine
e le profane cose ire ugualmente.
il campo de la lega le ruine
mira d’appresso, e ’l pianto e ’l grido sente;
e dove ir dovria inanzi, torna indietro,
e prender lascia il successor di Pietro.

Manda Lotrecco il re con nuove squadre,
non più per fare in Lombardia l’impresa,
ma per levar de le mani empie e ladre
il capo e l’altre membra de la Chiesa. 
[...]

  • 22 Cimosque et Marganor sont deux pères ; par ailleurs les ‘bons pères’ sont des créatures idéales (da (...)

25Il ne semble donc guère aisé de reconnaître dans le dernier Roland furieux un assentiment réel à la politique de Charles-Quint, autre que celui qu’impose la volonté courtisane de « far sovente / di false lode i principi satolli » selon le programme assigné à la poésie humaniste dans la satire à Bembo (VI 53-54). Au contraire, il semble même qu’en 1532 s’accentue à certains égards l’hostilité manifestée par l’Arioste vers les formes imaginaires et historiques de pouvoir absolu. Cette hostilité était le fruit de plusieurs ordres de causes entremêlées dans le parcours biographique du poète : à commencer par l’image noircie du modèle paternel, souvent évoqué comme fondement de l’idée de pouvoir22, en passant par ses relations avec la cour de Ferrare (qui s’étaient compliquées à partir de la rupture avec le cardinal Hyppolite en 1517, d’où naît la revendication de liberté des Satire), pour arriver au scénario souvent sombre des Guerres d’Italie, qui, au moins jusqu’au Congrès de Bologne – c’est à dire, dans les années où les convictions de l’Arioste ont pu se forger – pouvaient alimenter plus facilement le ressentiment patriotique contre l’étranger que la foi dans l’Empire universel renouvelé. D’autre part, l’expérience directe de l’abandon dans lequel les princes pouvaient laisser les sujets, faite pendant les trois ans où l’Arioste fut gouverneur de la Garfagnana (1522-1525), a dû sans doute accroîre sa méfiance à l’égard de la principauté, même si dans le cadre ferrarais, les ‘sentiments républicains’ n’avaient aucune perspective politique et ne pouvaient s’exprimer que dans un langage ‘moral’.

  • 23 Piero FLORIANI, « Il classicismo primo-cinquecentesco e il modello ‘augusteo’ », in : Eros BENEDINI (...)

26C’est également sur le plan des valeurs, cependant, que le modèle impérial devait exercer une forme de séduction sur l’Arioste, séduction qu’il faut reconnaître pour nuancer ce que je viens de soutenir. En effet, si l’Arioste n’était pas entièrement insensible à la propagande de Charles-Quint c’est en raison précisément du tournant ‘classique’ qu’elle prend à Bologne. Le seul Empire qui fascinait l’Arioste, comme les humanistes de son époque, était effectivement celui d’Auguste, mais moins en raison d’un jugement positif porté sur son cadre politique en général qu’à cause du culte voué au berceau emblématique de la poésie qu’étaient sa cour et son temps. Comme l’a indiqué Piero Floriani23, le canon des poètes de l’âge d’Auguste prend forme à partir de la fin du Quattrocento et s’établit définitivement dans la première décennie du Cinquecento grâce à la résonance entre la cour impériale d’Auguste et le rôle culturel ‘national’ que veulent jouer les intellectuels italiens, à commencer par ceux de la cour de Rome. L’Arioste a voulu, quant à lui, être tour à tour Tibulle (dans ses élégies), Térence (dans les comédies), Virgile (dans l’Obizzeide et le Roland furieux), et Horace (dans les Satire), et a voulu sans aucun doute rendre son roman plus proche des modèles classiques au cours des rédactions. Le modèle augustéen peut être pratiqué y compris pour refuser la cour, comme il arrive dans les Satire ; cet âge d’or augustéen en est véritablement un, car son or sont les fruits poétiques extraordinaires qu’il a produits. À la différence des princes et des empereurs, les immenses poètes de l’âge d’Auguste proposent un modèle de paternité idéal : non seulement, d’ailleurs, parce qu’ils suscitent une véritable admiration, mais aussi parce que, eux, on peut espérer les tuer.

Haut de page

Notes

1 Frances A. YATES, Astrée. Le symbolisme impérial au XVIe siècle, trad. Jean-Yves POUILLOUX et Alain HURAUT, Paris : Belin, 1989, p. 45.

2 Les citations du Roland furieux et des Cinque Canti sont tirées de Ludovico ARIOSTO, Orlando furioso e Cinque Canti, a cura di Remo CESERANI e Sergio ZATTI, Turin : UTET, 1997, 2 t.

3 Pour une narration assez détaillée du voyage de Charles-Quint, cf. Giacinto ROMANO, Cronaca del soggiorno di Carlo V in Italia (dal 26 luglio 1529 al 25 aprile 1530). Documento di storia italiana estratto da un codice della regia biblioteca universitaria di Pavia, Milan : Hoepli, 1892. Pour un examen récent et pour la bibliographie antérieure, cf. Juan Carlos D’AMICO, Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité, Caen : Presses Universitaires de Caen, 2004, p. 65 sqq. Les contacts entre l’Arioste et l’entourage de l’empereur sont indiqués dans la biographie de Michele CATALANO, Vita di Ludovico Ariosto, ricostruita su nuovi documenti, Genève : Olschki, 1930-1931, 2 t., 1, p. 573-578 et 603-608.

4 Cependant, les nouvelles interprétations qui ont mis l’accent sur l’enthousiasme réel de l’Arioste pour le mythe impérial peuvent aussi être étrangères à l’influence du livre de F. A. Yates. Ça semble être le cas, à certains égards, pour l’article de Walter MORETTI, « Carlo V e i suoi ‘capitani invitti’ nel Furioso del 1532 », in : Maria Cristina CAFISSE et alii (dir.), Rinascimento meridionale e altri studi in onore di Mario Santoro, Naples : Società Editrice Napoletana, 1987, p. 321-331, qui présente l’adhésion à l’idéologie de l’Empire comme un renoncement au rêve humaniste de concorde européenne encore caressé dans la première rédaction (1516), adhésion favorisée par la base aragonaise du pouvoir de Charles-Quint en Italie, à laquelle renvoient ses capitaines.

5 Alberto CASADEI, La Strategia delle varianti. Le correzioni storiche del terzo « Furioso », Lucques : Pacini Fazzi, 1988, p. 13 : « Se chiaro può apparire infatti il risultato finale (la dimensione imperiale del poema), quasi nulla è stato scritto sulle scelte operate per raggiungerlo. »

6 Ibid., p. 152 : « Il Furioso del ’32 non chiude alla storia, ma anzi accoglie segni inequivocabili dei grandi movimenti politici che avevano radicalmente modificato, alla fine degli anni ’20, la situazione italiana, e, di conseguenza, ferrarese. Sarebbe anche troppo facile spiegare gl’interventi ariosteschi come espressione di un comodo adeguamento alle nuove esigenze diplomatiche degli Este, derivanti in particolare dal cambio di alleanze dopo la sconfitta di Francesco. Questo cambio ebbe senza alcun dubbio un peso nell’indirizzare l’attenzione del poeta verso il campo imperiale. Ma era soprattutto la grande operazione ideologico-culturale condotta da Carlo e dai suoi consiglieri a trovare disponibile Ariosto, e con lui buona parte dei letterati coevi : concreta riprova ne fu la cerimonia dell’incoronazione a Bologna del 1530, svoltasi all’insegna dell’antica simbologia del Sacro Romano Impero, che vide la massiccia partecipazione dei maggiori esponenti culturali italiani, e che generò risonanze avvertibili anche nel Furioso. L’intellettuale era di fatto chiamato ad un’integrazione, che non doveva sembrare impossibile in quei precisi anni (1530-’32), in cui vengono composte quasi tutte le maggiori aggiunte storiche del poema ».

7 Ibid., p. 39 : « Si è parlato da più parti della tendenza antimunicipalistica riscontrabile in molta produzione letteraria del primo Cinquecento, in particolare a partire dalla seconda metç degli anni ’20. Nel ’32 il Furioso, per quanto non venga cancellato quasi nulla della sua precedente fisionomia, partecipa chiaramente di questo movimento ».

8 Lanfranco CARETTI, Ariosto e Tasso, Turin : Einaudi, 1977, p. 42-44 (la thèse de Caretti avait été présentée lors d’une conférence à Ferrare en 1974).

9 Cf. par exemple Juan Carlos D’AMICO, « Récit et identité collective : le mécanisme de la prophétie dans le Roland furieux », in : Récit et identité collective, Caen : Presses Universitaires de Caen (Cahiers de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines, n. 20), 1999, p. 39-51, p. 49 : « Il est vrai que dans le dernier remaniement de son chef-d’œuvre, l’Arioste a célébré le changement d’alliance du duc Alphonse en utilisant tous les arguments de la rhétorique impériale, mais les strophes écrites pour remercier l’Empereur des avantages qu’il a octroyés à Ferrare, témoignent aussi de la foi absolue de l’écrivain dans l’action individuelle d’un prince pour faire avancer l’Histoire ». Casadei lui-même a repris ou évoqué ses arguments dans des études postérieures (par exemple, Alberto CASADEI, « Precettistica e libertà nella poetica ariostesca », in : Gianni VENTURI (dir.), L’uno e l’altro Ariosto. In corte e nelle delizie, Florence : Leo S. Olschki, 2011, p. 239-261, p. 258).

10 Stefano JOSSA, Ariosto, Bologne : Il Mulino, 2009, p. 122 et 124 : « Nell’Orlando furioso del 1532 l’omaggio a Carlo V non è il solito encomio cortigiano al signore del momento, ma diventa una speranza di restaurazione dell’età dell’oro, con toni messianici che certo risentono della propaganda politica contemporanea, ma che anche riflettono un progetto ideologico nuovo di fiducia e di slancio [...] Se il primo Furioso era il poema dell’infinita apertura e della totale incertezza, della crisi dei valori tradizionali ma anche dell’attesa dei nuovi [...], il terzo Furioso è il poema della risposta: risposta non tanto alla crisi in sé e per sé, cosa che non può avvenire sul piano letterario, ma proprio al primo Furioso e alla sua crisi interna. [...] Spesso considerato come il risultato di uno sguardo pessimistico, in contrapposizione al primo stadio del poema che avrebbe proposto uno slancio ottimistico verso la vita e la storia, il terzo Furioso si rivela, piuttosto, un poema che cerca una diversa dimensione istituzionale, sia sul piano poetico (l’avvicinamento a un orizzonte epico), sia su quello politico (l’adesione al sogno dell’Impero universale) ».

11 Cf. par exemple les très belles pages de l’introduction de Sergio ZATTI à l’édition déjà citée des Cinque Canti (Turin : UTET, 1997), notamment p. 1643-1646.

12 C’est notamment sous les Antonins que l’Empire romain semble réaliser l’unification du monde connu, et c’est surtout à leur image que se façonne le nouveau style impérial de Charles-Quint à partir de la cérémonie de Bologne, y compris dans la mise en scène d’un personnage physique (cf. Diane H. BODART, « L’immagine di Carlo V in Italia tra trionfi e conflitti », in : Francesca CANTÙ et Maria Antonietta VISCEGLIA (dir.), L’Italia di Carlo V. Guerra, religione e politica nel primo Cinquecento. Atti del Convegno Internazionale [Roma 5-7 aprile 2001], Rome : Viella, 2003, p. 115-138).

13 La bibliographie est assez vaste : on peut consulter au moins Giuseppe GALASSO, Carlo V e Spagna imperiale. Studi e ricerche, Rome : Edizioni di storia e letteratura, 2006, p. 49 sqq., et Juan Carlos D’AMICO, « Mercurino Arborio de Gattinara et le mythe d’un empire universel au service de Charles Quint », in : Françoise CRÉMOUX et Jean-Louis FOURNEL (dir.), Idées d’empire en Italie et en Espagne. XIVe-XVIIe siècle, Mont-Saint-Aignan : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 71-102.

14 M. CATALANO, op. cit., p. 577-578. Catalano rappelle également que le cardinal Alessandro Campeggio mérita d’être ajouté en 1532 à la liste des personnalités évoquées dans l’arrivée en port du dernier chant (XLVI 11, 3-4 : « col cardinal di Mantua e col Campeggio, / gloria e splendor del consistorio santo ») pour avoir aidé l’Arioste dans ses pratiques pour légitimer son enfant Virginio lors de la visite du duc de Ferrare à Bologne qui put avoir lieu juste après le couronnement de Charles-Quint (ibid., p. 573).

15 W. MORETTI, op. cit., p. 325.

16 Voir l’étude très utile d’Antonia TISSONI BENVENUTI, « Rugiero o la fabbrica dell’Inamoramento de Orlando », in : Simone ALBONICO et alii (dir.), Per Cesare Bozzetti. Studi di letteratura e filologia italiana, Milan : Fondazione Arnoldo e Alberto Mondadori, 1996, p. 69-89, p. 80-81.

17 Cf. à ce sujet Micaela TORBOLI, Il duca Borso d’Este e la politica delle immagini nella Ferrara del Quattrocento, Ferrare : Edizioni Cartografica, 2007, p. 43-44.

18 Tito Vespasiano STROZZI, Borsias, erstmals herausgegeben, engeleitet und kommentiert von Walther LUDWIG, Munich : W. Fink, 1977, p. 102 (II 391-393).

19 Matteo Maria BOIARDO, Pastoralia, testo crit., commento e trad. di Stefano CARRAI, Padoue : Antenore, 1996, VI 65-68.

20 Mario SANTORO, « La ‘addizione’ delle scoperte geografiche : tra apologia e utopia », in : id., Ariosto e il Rinascimento, Naples : Liguori, 1989, p. 302-310, p. 310.

21 L’image traditionnelle d’Andrea Doria comme pater patriae de la république génoise semble résister à l’analyse des historiens plus récents. Cf. Arturo PACINI, La Genova di Andrea Doria nell’impero di Carlo V, Florence : Leo S. Olschki, 1999, p. 26 : « [...] Andrea Doria ebbe un ruolo fondamentale, ma non perché instaurò a proprio vantaggio un regime di tipo signorile. Egli fu piuttosto l’architetto e l’artefice di una straordinaria operazione sul piano interno ed internazionale, consistente nel ritagliarsi un doppio ruolo di garante: da un lato offrì a Carlo V la fedeltà di Genova e i servigi, costosi ma indispensabili, dei mercanti-banchieri; dall’altro, si erse a supremo tutore della libertà per sua mano riconquistata e degli equilibri tra le forze politico-sociali cittadine. [...] Egli intuì fin dall’inizio che la repubblica era sia la base del suo primato cittadino e delle sue fortune internazionali, sia l’unica forma di governo in grado di assicurare la permanenza di Genova nel sistema imperiale ispano-asburgico ».

22 Cimosque et Marganor sont deux pères ; par ailleurs les ‘bons pères’ sont des créatures idéales (dans les Cinque Canti) ou trop fragiles (Charlemagne dans le Roland furieux).

23 Piero FLORIANI, « Il classicismo primo-cinquecentesco e il modello ‘augusteo’ », in : Eros BENEDINI (éd.), L’età augustea vista dai contemporanei e nel giudizio dei posteri. Atti del Convegno (Mantova Palazzo Ducale 21-23 maggio 1987), Mantoue : Stabilimento poligrafico della Publi-Paolini, 1988, p. 237-263.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuseppe Sangirardi, « L’Arioste et l’Empire. Réflexions sur les rédactions du Roland furieux », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21345 ; DOI : 10.4000/e-spania.21345

Haut de page

Auteur

Giuseppe Sangirardi

Université de Bourgogne, Centre Interlangues « Texte, Image, Langage » (EA 4182)

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page