Navigation – Plan du site
Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du ‎XVIe siècle (1516-1556)

Un renouveau de la littérature politique à la cour de Charles Quint ?

Alexandra Merle

Résumés

Cette contribution s’intéresse à la littérature politique rédigée dans l’entourage de Charles Quint, en Espagne, dans les premiers temps de son règne, et s’interroge sur un possible renouveau de cette littérature en tenant compte à la fois de l’introduction de nouvelles influences et de nouvelles conceptions et du poids d’un contexte particulier.
On étudiera en particulier le développement d’une réflexion sur l’empire et la conquête, et la reformulation des relations entre roi et royaume dans les années qui suivirent le soulèvement des Comunidades, afin de montrer comment la littérature politique s’oriente vers la défense d’un pouvoir qui a été menacé.

Haut de page

Texte intégral

1L’arrivée en Espagne du jeune Charles de Gand, élevé loin de la péninsule Ibérique, pétri de manières et d’usages bourguignons et flamands, malhabile à parler la langue de ses nouveaux sujets et entouré d’une suite de courtisans et de conseillers qui leur parurent exotiques, a souvent été décrite comme un bouleversement, prélude à d’autres secousses telles que la nouvelle de l’élection de ce jeune souverain dont la légitimité était mal établie en Castille à la dignité de roi des Romains, élection qui devait amener les royaumes espagnols à être gouvernés par un monarque également en charge des affaires du Saint Empire. Les débuts de ce règne, porteurs de promesses d’ouverture et de changement d’échelle, ne furent pas exempts de turbulences, voire de cataclysmes tels que les Comunidades.

  • 1 Les « miroirs » ne constituent pas un genre obéissant à des critères formels bien établis, mais son (...)

2On peut se demander si la pensée politique et la littérature qui l’exprimait – « miroirs du prince »1, traités de juristes ou de théologiens et autres écrits, destinés au monarque ou à un plus large public, touchant un ensemble de questions liées au bon gouvernement – connurent alors un « renouveau », une évolution, voire une rupture par rapport à des conceptions héritées du temps des Rois Catholiques.

  • 2 Voir par exemple l’article de Cirilo FLOREZ MIGUEL, « El humanismo cívico castellano: Alonso de Mad (...)
  • 3 Le De optima politia d’Alfonso de Madrigal, commentaire à la Politique d’Aristote probablement rédi (...)
  • 4 Pedro de Osma (1427-1480), disciple du Tostado, enseigna la théologie à Salamanque jusqu’en 1478. R (...)
  • 5 Cirilo Flórez a souligné l’importance de l’arrivée de cette nouvelle traduction latine à Salamanque (...)
  • 6 Nous pensons notamment à Alonso Díaz de Montalvo et à Juan López de Palacio Rubios, qui ont tous de (...)
  • 7 On peut consulter l’édition du traité de Ortiz par Giovanni MARIA BERTINI, Madrid : Studia Humanita (...)

3Un rapide état des lieux de cette littérature politique en Espagne à la veille de l’arrivée du futur Charles Quint suffit à constater qu’elle était non seulement assez abondante et variée mais aussi ouverte à des influences extérieures. Les liens avec l’Italie notamment étaient anciens et avaient amené, au cours du xve siècle, un enrichissement de la pensée politique grâce à la pénétration de l’humanisme civique2. Il avait nourri une école qui trouvait son point d’ancrage à Salamanque et s’exprimait dans les traités d’Alfonso de Madrigal3 et surtout de ses disciples Pedro de Osma et Fernando de Roa4, lecteurs de la nouvelle traduction de la Politique d’Aristote par Leonardo Bruni5. Ces écrits audacieux qui dépassaient la tradition pactiste fortement enracinée voisinaient avec des textes de juristes qui, s’appuyant sur une autre tradition, celle des Partidas et du Fuero real, défendaient au contraire un pouvoir royal étendu, voire absolu6. Par ailleurs, dans certains traités d’éducation du prince rédigés dans l’entourage des monarques transparaissait une autre influence provenant d’Italie : celle d’un humanisme qui, tout en accordant comme il se devait une grande importance aux vertus, ménageait une place de plus en plus considérable aux savoirs. C’est ainsi que le Diálogo sobre la educación del príncipe don Juan composé par Alonso Ortiz – collaborateur de Cisneros qui avait séjourné à Rome pendant cinq ans et en était revenu avec une riche bibliothèque – témoignait d’une certaine rénovation du modèle éducatif : le prince, tout en possédant le catalogue des vertus habituelles, incarnait aussi l’union des armes et des lettres7.

  • 8 José Antonio Maravall écrivait : « Carlos V no es la causa de esta relación cultural hispano-flamen (...)

4Par ailleurs les liens avec les Flandres, depuis le mariage de Jeanne avec Philippe le Beau et dans les années précédant la mort de Ferdinand le Catholique, où de nombreux Espagnols s’étaient rassemblés auprès du jeune Charles de Gand, avaient favorisé la pénétration de l’humanisme flamand, même s’il s’agissait surtout à cette époque du renouvellement de la pensée religieuse plutôt que de conceptions politiques8.

  • 9 « Jusqu’à l’époque de Guevara l’empereur Marc Aurèle ou bien était ignoré ou bien ne donnait lieu q (...)

5La littérature politique en langue castillane du début du xvie siècle n’était donc pas inexistante, ni repliée sur elle-même ; et elle était caractérisée par une certaine variété d’opinions. Aussi le « renouveau » qu’il s’agit de guetter n’est-il pas à prendre comme une renaissance suivant un étiolement, un rabougrissement ou un déclin : si renouveau il y eut, ce fut sans doute au sens d’adjonction de formes ou de pensées nouvelles. Quant à l’évolution formelle, sans doute pourrait-on la repérer dans une certaine prédilection pour les dialogues (même s’ils étaient déjà présents dans la littérature « sapientiale »), ou dans l’importance donnée à des modèles issus de l’Antiquité romaine tels que Marc Aurèle9, volontiers associé à la figure de Charles Quint, ou Trajan, empereur « espagnol ». Mais il s’agira ici d’analyser l’évolution de la pensée elle-même, et la portée de nouvelles influences qui gagnèrent l’entourage de l’empereur.

  • 10 Sur la carrière de Valdés et ses liens avec Gattinara, on pourra consulter par exemple l’article de (...)
  • 11 Guevara apparaît à la cour dès 1521. Pour de plus amples précisions sur sa vie et ses liens avec la (...)
  • 12 Publié à Venise en 1528 après de longues années de gestation, et traduit peu de temps après en cast (...)
  • 13 Voir notamment Margherita MORREALE, Castiglione y Boscán: el ideal cortesano en el Renacimiento esp (...)
  • 14 Il existe aussi des points de contact entre Érasme et Castiglione : ce dernier s’inspira, au cours (...)
  • 15 D’après José Antonio Fernandez-Santamaría, « es probable que el Príncipe fuese conocido por los esp (...)
  • 16 Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne, Paris : Droz, 1937. C’est à la faveur du séjour prolongé de (...)
  • 17 Concrètement chez Fadrique Furió Ceriol dont le Concejo y consejeros del príncipe date de 1559, et (...)

6Ceux des auteurs d’œuvres à contenu politique qui étaient présents à la cour – tel Alfonso de Valdés10, secrétaire de Gattinara puis de l’empereur jusqu’à sa mort en 1532, ou Antonio de Guevara, qui fréquenta la cour11 en tant que prédicateur et fut nommé cronista – peuvent avoir recueilli ces nouvelles influences directement ou indirectement : pour avoir côtoyé par exemple le nonce du pape Castiglione, dont le traité du Courtisan12 joua un rôle indéniable dans la création de nouveaux modèles de comportement13, ou pour avoir entretenu des relations intermittentes ou épistolaires avec des humanistes comme Érasme14, lequel avait d’ailleurs remis en mains propres au jeune Charles de Gand en 1516 la Institutio principis christiani écrite pour lui. On peut aussi songer aux possibles échos de textes célèbres ou appelés à le devenir, rédigés précisément au début du règne de Charles Quint. Ainsi, l’on aurait vite fait d’opposer la Institutio au Prince de Machiavel que l’on date de 1513 et qui, bien qu’il ne fût pas publié avant 1532, a pu circuler sous forme manuscrite hors d’Italie15. Mais s’il est certain que la Institutio fut très connue en Espagne et influa sur les écrits en langue espagnole des humanistes de la cour de Charles Quint – surtout après 1522 comme l’a montré Marcel Bataillon16 –, il est douteux en revanche que le Prince ait laissé une trace visible dans la littérature espagnole avant la période de transition entre Charles Quint et Philippe II17.

  • 18 Dans le cadre forcément limité de ce travail, nous centrerons l’étude sur deux questions essentiell (...)

7Quelle est la part des nouvelles influences, liées à des contacts plus réguliers avec l’extérieur et à l’épanouissement autour du monarque d’une cour plus nombreuse, plus brillante, plus cosmopolite…, et celle de la circonstance ? C’est là la question essentielle à laquelle nous tenterons de répondre en nous attachant à étudier les productions en langue castillane, et tout particulièrement celles qui appartiennent aux premiers temps du règne de Charles Quint, une période où furent rédigés, par des personnages qui appartenaient à la cour du monarque ou qui entretenaient avec elle des relations étroites, des textes destinés à projeter une certaine image de la nature et de l’exercice du pouvoir18.

De nouvelles préoccupations : la réflexion sur l’empire et la conquête

8La littérature politique espagnole du début du règne de Charles Quint est tout d’abord marquée par l’introduction de nouveaux objets de réflexion, dont certains n’avaient pas lieu d’être auparavant, et qui sont la conséquence de l’élection impériale. Cet événement a provoqué la rédaction d’écrits tout d’abord circonstanciels, nés de l’urgence et de la volonté de faire accepter cette nouvelle dignité aux sujets espagnols de Charles Quint, dont les réactions allaient de la réticence au rejet violent, puis du désir de justifier une politique impériale qui ne répondait pas précisément aux attentes de ces mêmes sujets. C’est de l’entourage de l’empereur que sont partis des écrits tels que ceux de Valdés, puis une réflexion générale sur un thème qui était bien moins développé jusque là dans la littérature politique espagnole qu’ailleurs en Europe, pour des raisons évidentes.

  • 19 Quelques échos sont toutefois perceptibles de temps à autre, par exemple dans le Libro de los Estad (...)
  • 20 Après la mort des derniers Hohenstaufen (Frédéric II et son fils Conrad), Alphonse X prétendit à l’ (...)
  • 21 Pour J.A. MARAVALL, « ningún país como España, antes de la etapa de Carlos V, había sido más ajeno (...)
  • 22 C’est déjà le cas dans les Partidas : le roi se voit octroyer tout d’abord les mêmes prérogatives q (...)

9En effet, malgré les prétentions impériales de quelques monarques castillans, on ne trouve dans la Péninsule rien de comparable à l’abondante littérature qu’ont suscitée en Italie, en France, en Allemagne, les célèbres controverses entre papes et empereurs ou autres monarques19. Le souvenir de l’Empire romain n’était pas absent, bien au contraire, puisque les monarchies construites au cours de la Reconquête fondaient leur légitimité sur l’héritage de la monarchie wisigothique, elle-même héritière de l’Empire romain dans la Péninsule. Mais précisément, si plusieurs monarques castillans se sont intitulés empereurs au cours du Moyen Âge, notamment Alphonse VI et Alphonse VII, cette « idée impériale léonaise » liée à l’héritage wisigothique était proprement hispanique, ce que reflète le titre de Imperator totius Hispaniarum ou Totius Hispaniae Imperator, dont se para Alphonse VII. Après l’échec d’Alphonse X qui, lui, étant fils de Béatrice de Souabe, prétendit au titre impérial germanique20, les textes castillans qui faisaient allusion à l’empire étaient surtout soucieux de proclamer l’exemption dont jouissaient les royaumes péninsulaires par rapport au Saint Empire romain germanique21, et de déclarer le souverain castillan « empereur en son royaume » selon la formule rex est imperator in regno suo. Parfois même la définition des pouvoirs de l’empereur servait surtout à mettre en valeur ceux du roi22.

10Il fallait donc construire et justifier la dignité impériale dans les textes espagnols, et c’est ce à quoi s’emploie le discours politique émanant de l’entourage de Charles Quint, telle cette harangue fameuse de l’évêque Ruiz de la Mota devant les Cortès en 1520, exercice de haute école qui définit l’empereur comme rey de reyes en le mettant au-dessus de tous les princes de la chrétienté et en lui octroyant el imperio del mundo, et s’attache à flatter les députés castillans (c’est parce qu’il est roi d’Espagne que Charles a été porté à cette dignité supérieure à toute autre), tout en continuant d’affirmer que le royaume de Castille est exempt de la tutelle du Saint Empire.

11Le traitement de la dignité impériale par les humanistes proches de l’empereur dans la littérature politique (et non plus dans le registre du discours en prise directe avec l’actualité) répond aussi en grande partie à des fins de propagande, que celle-ci soit restreinte au cercle des élites ou plus large. Il est d’ailleurs l’occasion d’évaluer la part relative des influences extérieures (celle d’Érasme notamment) et de la circonstance. Car si l’hostilité d’Érasme à la notion d’empire – qu’il ne peut s’empêcher de lier à la condamnation de la conquête, de la guerre et de la domination – est bien connue, les humanistes espagnols, dont Valdés, considéré comme le plus fidèle soutien de l’érasmisme à la cour, opèrent un tri ou une adaptation sensible sur ce sujet comme sur d’autres questions.

  • 23 Il avait déjà des protecteurs à la cour lorsqu’il avait adressé en 1504 un panégyrique en latin à P (...)
  • 24 En juillet 1516 Érasme remit personnellement à Charles l’Institutio principis Christiani qui avait (...)
  • 25 Comme celle des commentaires sur l’évangile selon saint Mathieu, en 1522.
  • 26 Selon Marcel Bataillon, Érasme rejoignit l’empereur à Cologne lorsque la cour s’y transporta après (...)

12Érasme, même si ses liens avec la cour flamande et bourguignonne étaient anciens23, n’était pas exactement un courtisan modèle. Il s’était laissé convaincre, après la rédaction de la Institutio principis christani (1516), d’écrire la Querela pacis, à un moment où l’on tentait de croire à la paix avec le roi de France (1517), mais ne fut pas attaché à la cour du futur empereur au point de le suivre en Espagne24, préférant s’en tenir à des liens épistolaires ou à des dédicaces25 sauf en de rares occasions : ainsi il quitta sa demeure de Louvain pour retrouver l’empereur qui rencontrait le roi d’Angleterre Henri VIII à Calais en 152026.

  • 27 Nous citons d’après la traduction espagnole de l’Institutio : « Cuando oigas hablar de Aquiles, de (...)
  • 28 « Nada aleja tanto del príncipe el ánimo de la multitud como que se complazca en residir fuera y qu (...)

13Dans l’Institutio, il ne paraissait guère séduit par le modèle de l’Empire romain, ne cachait pas son horreur des conquérants et de la conquête, classant parmi ceux qu’il traitait volontiers de larrons la figure de César27. Il exhortait le jeune prince à résider parmi ses sujets28, sans doute mû par le souvenir des absences de Philippe le Beau, et à se garder de vouloir augmenter ses possessions. Parmi plusieurs passages très insistants sur ce thème, nous avons choisi de relever cette citation, donnée ici en suivant la traduction espagnole de Pedro Jiménez Guijarro et Ana Martín :

  • 29 Ibid., p. 164.

veo que muchos en la Antigüedad cayeron en este error y ojalá que actualmente nadie lo cometa de nuevo, error que consiste en dirigir todos los esfuerzos no a mejorar su reino, sino a ensanchar su territorio. Frecuentemente vemos que a los que así procedieron les sucedió que, intentando ampliar su imperio perdieron incluso lo que poseían29.

  • 30 Manuel RIVERO RODRÍGUEZ, Gattinara. Carlos V y el sueño del Imperio, Madrid : Sílex, 2005, p. 57 : (...)
  • 31 D’après Manuel Rivero Rodríguez, Gattinara faisait une retraite à Bruxelles, dans un moment de disg (...)

14Ces réticences sont sans doute à mettre en relation avec les idées de Jean Le Sauvage et d’autres conseillers du jeune Charles de Gand, hostiles à la politique dynastique menée par l’empereur Maximilien – par crainte d’un amoindrissement du poids des élites flamandes selon Manuel Rivero Rodríguez30 – tandis que d’autres comme Gattinara31 pensaient que cette politique dynastique qui portait ses fruits était la volonté de Dieu. D’où la critique récurrente de l’accumulation de territoires, et l’incitation à les partager qui se trouve dans la Institutio. Dès la dédicace, Érasme opposait l’empire d’Alexandre, acquis au prix du sang, aux possessions légitimement acquises de Charles, mais cette légitimité n’empêchait pas la suggestion de renoncer à une partie d’entre elles :

  • 32 Op. cit., p. 5.

Tú, ínclito Carlos, superas en felicidad a Alejandro y esperamos que llegue el mañana para que lo aventajes en sabiduría. Él detentó un gran imperio pero no sin derramamiento de sangre ni muy duradero. Tú naciste para un imperio hermosísimo y destinado a otro mayor, de modo que […] quizás tú debas trabajar para ceder alguna porción de tus dominios antes de ocuparlos32.

  • 33 « Il est assez sûr qu’aucun empire ne s’est étendu plus loin et ne s’est maintenu plus longtemps qu (...)

15Évidemment, Érasme réfutait ostensiblement l’idée de « monarchie universelle », comme le montre bien la préface qu’il rédigea pour La Vie des douze Césars de Suétone, publiée en 1518 à Bâle, où il exprimait ses doutes sur l’opportunité de ressusciter dans sa grandeur l’Empire romain qui, du reste, n’était pas un empire universel33.

  • 34 De son côté, Fernand Braudel a exprimé ses doutes sur la portée des théories dans l’action politiqu (...)

16Après l’élection impériale, les humanistes espagnols proches de Charles Quint ne semblaient pas partager les doutes ou les réticences d’Érasme, voués qu’ils étaient à la défense de l’empereur et de sa politique impériale. Leur conception de l’empire a été l’objet de supputations et d’hypothèses depuis les débuts de la fameuse polémique née voici 80 ans entre les historiens allemands Peter Rassow et Karl Brandi et l’Espagnol Menéndez Pidal. Sans doute a-t-on opposé de façon trop schématique la monarchia universalis et la universitas christiana, et associé l’une et l’autre à des individus ou à des groupes distincts, en attribuant aux seuls conseillers espagnols de l’empereur une conception liée à un héritage proprement hispanique (les projets d’exaltation de la foi qu’aurait eus Ferdinand le Catholique) et bien distincte de celle qui animait le chancelier Gattinara34. Or, plusieurs Espagnols de l’entourage de Charles Quint font bel et bien usage de l’expression de « monarchie universelle » dans leurs écrits.

  • 35 Le texte a été publié en espagnol : Miguel de ULZURRUN, Sobre el Régimen del mundo, estudio introdu (...)
  • 36 « Todo el objetivo final de la argumentación de Ulzurrun, la llamada “conclusión católica”, va diri (...)
  • 37 « Parece que Dios milagrosamente ha dado esta victoria al Emperador para que pueda no solamente def (...)
  • 38 Op. cit., p. 97-99.
  • 39 Voir Xavier TUBAU, art. cit., p. 22 : « teniendo en cuenta el papel desempeñado por Gattinara en el (...)

17Certes, le juriste navarrais Miguel de Ulzurrun, qui avait des liens avec Gattinara à qui il adressa en 1525 un Catholicum opus imperiale regiminis mundi35 – dans lequel, animé d’un beau zèle, il récusait toute intervention du pape dans les affaires temporelles, faisait dépendre la légitimité de tous les monarques de l’empereur et considérait tout soulèvement d’un roi ou d’un prince contre ce dernier comme un crime de lèse-majesté – fait figure d’exception. Encore faut-il mesurer la part du contexte, comme le rappelle José Luis Villacañas qui souligne la relation existant entre le traité et la politique anti-française de l’empereur au moment de sa rédaction36. Mais que signifient les formules employées généreusement par Valdés, lorsqu’il exalte la mission de l’empereur au lendemain de la victoire de Pavie en rappelant la prophétie fiet unum ovile et unus pastor37, ou encore par Juan de Oznaya ou García de Loyassa, que José Antonio Maravall citait parmi ceux qui appellent l’empereur « monarque du monde »38 ? Valdés en particulier, que l’on a crédité d’une grande influence sur la pensée de l’empereur lui-même, en exagérant sans doute son degré d’autonomie, était certainement très dépendant de son protecteur Gattinara39 et l’on peut penser qu’il mettait ses talents au service de la ligne politique du moment, comme l’a très nettement dit Xavier Tubau :

  • 40 Ibid., p. 30.

El perfil de Valdés no es el de un pensador original que trata de articular un discurso teórico sobre la acción política del papa, de los reyes o del emperador, sino el de un importante miembro de la administración imperial que debe reproducir en sus textos las líneas básicas de un discurso oficial que ha elaborado el cargo político del que depende directamente en la corte40.

  • 41 En 1527 Gattinara sollicite Érasme pour une édition du De Monarchia de Dante, et n’obtient pas de r (...)

18Quelques années après Pavie, en un temps où Charles Quint lui-même se défend hautement de vouloir être « monarque du monde » et affirme vouloir la paix (dans les discours qu’il aurait prononcés en 1528 à Madrid, puis en 1536 devant le pape à Rome), Valdés et Guevara développent dans des textes de nature différente la même image d’un empereur buen pastor, à la tête des princes de la chrétienté pour lutter contre l’infidèle et réformer l’Église, et s’emploient activement à créer un repoussoir à l’empire de Charles Quint (tel qu’il est ou tel qu’il doit être). Cette entreprise repose sur une certaine instrumentalisation d’Érasme, à un moment où par ailleurs Gattinara lui-même cherchait un rapprochement avec l’humaniste flamand, sans doute dans d’autres intentions que d’adhérer à son pacifisme41.

  • 42 Le titre complet est : Diálogo de Mercurio y Carón en que, allende de muchas cosas graciosas y de b (...)
  • 43 Reprenant les suppositions de Marcel Bataillon, elle indique 1541 comme date à partir de laquelle l (...)
  • 44 Voir Juan Carlos D’AMICO, « Mercurino Arborio de Gattinara et le mythe d’un empire universel au ser (...)

19Valdés s’efforce de lutter contre les accusations formulées à l’encontre de l’empereur après le sac de Rome dans le dialogue connu sous le titre Diálogo de las cosas ocurridas en Roma ; puis il écrit le Diálogo de Mercurio y Carón42 après le défi lancé par François Ier et Henri VIII, pour « manifestar la justicia del Emperador y la iniquidad de aquellos que lo desafiaron », comme il le dit dans le prologue. Les deux textes – le premier rédigé pendant l’été 1527 et le second vraisemblablement entre février 1528 et le début de 1529 – restèrent inédits jusqu’aux années 1540, probablement parce qu’ils n’étaient plus en accord avec la politique menée par Charles Quint vis-à-vis du Saint-Siège, selon Rosa Navarro Durán43. Mais sans doute circulèrent-ils dans un cercle étroit de conseillers et de proches de l’empereur. Or ces écrits, tout en étant imprégnés d’érasmisme, semblent mettre celui-ci au service de la justification d’une politique impériale qui se définit alors comme une aspiration à la paix. On notera que Valdés, à travers l’exemple du roi Polydore, n’exclut pas l’acquisition de nouveaux territoires à condition qu’elle ne repose pas sur la contrainte et sur la violence44. Polydore rapporte comment, devenu un roi juste, il a fait le bien autour de lui et même dans d’autres royaumes qui se sont offerts à lui :

  • 45 Éd. cit., p. 220.

Allende desto, muchas provincias, así de moros y de turcos como de cristianos, me enviaban a rogar que los tomase por súbditos, ofreciéndome de servirme y seguirme con toda fidelidad. (…) Y desta manera, sin armas, sin muertes de hombres y sin derramar sangre cristiana, conquisté muchos reinos, sojuzgué muchas provincias, así infieles como cristianas, y convertí muchas gentes a la religión cristiana45.

  • 46 Le Relox, rédigé dans la continuité du Libro áureo dont le manuscrit avait été offert à Charles Qui (...)

20Sans doute le Relox de príncipes de fray Antonio de Guevara, publié à Valladolid en 1529, participe-t-il lui aussi de cette entreprise de légitimation de l’empire de Charles Quint, par la confrontation avec une image négative de l’empire tyrannique fondé sur la conquête et la domination injuste. L’ouvrage, dont la nature a été diversement appréciée46, nous intéresse en ce qu’il fut très diffusé et permit de répandre des conceptions politiques qui nous semblent servir les intérêts du monarque. Guevara se livre à la condamnation des conquêtes immodérées, ouvertement associées comme chez Érasme à un appétit tyrannique. Il offre en pâture à ses lecteurs la figure d’Alexandre, conquérant avide désireux de « tyranizar toda la tierra », à la tête d’un empire mal acquis… Au chapitre XVI du Livre III, Marc Aurèle en personne déclare que « no es de príncipes cuerdos no más de por substentar lo ageno poner en peligro lo suyo propio », avant de stigmatiser les mauvais conseillers qui sont à l’origine des guerres :

  • 47 Nous citons d’après l’édition d’Emilio BLANCO, op. cit., p. 714. Pourtant, on relève certaines ambi (...)

Les dizen que el buen príncipe en muy poco ha de tener lo que eredó de su padre respecto de le mucho más que ha de dexar a sus hijos. Iten les dizen que jamás príncipe dexó de sí buena memoria sino inventando una cruda guerra. Iten les dizen que la hora que a uno eligen emperador de Roma libremente puede conquistar toda la tierra47.

  • 48 Augustin Redondo notamment formule cette hypothèse dans le chapitre de son ouvrage consacré aux « i (...)

21Enfin, le discours du « paysan du Danube » sonne comme une critique tout à la fois de la conquête et de l’empire. Le rustique orateur fustige les raisons qui ont conduit les Romains à conquérir la Germanie et dénonce, après l’illégitimité de cette conquête, les exactions des gouvernants. Certains ont voulu voir dans cette charge une transposition de la conquête du Nouveau monde48 (qui serait donc condamnée à une date fort précoce), mais l’on peut supposer que Guevara recherche en réalité un effet de contraste entre un empire tyrannique, conquis par les armes, et l’empire de Charles Quint fondé sur des possessions légitimement héritées et pacifiquement conservées dans la mesure du possible. En effet, l’épisode entier s’insère dans les souvenirs d’une séance du Sénat, au temps où Marc Aurèle était consul, et c’est l’empereur lui-même qui déplore la soif de conquêtes de la Rome d’autrefois en célébrant au contraire la pax romana. De même, dans Una Década de Césares, on retrouvera le modèle de l’empereur qui maintint la paix et la justice dans toutes les provinces de l’empire, modèle qui n’existe pas chez Érasme, aux yeux de qui aucun empire ne trouvait grâce.

  • 49 Oratio ad Carolum Quintum ut bellum susciperet in Turcas. Une traduction espagnole du texte a été p (...)
  • 50 Notons qu’Érasme lui-même, qui réfutait violemment la notion de « guerre juste », est conduit à fai (...)

22Ce dédoublement permis par la longue histoire de l’Empire romain n’est d’ailleurs pas le seul système d’opposition que l’on puisse trouver dans la littérature politique de l’époque, qui excelle aussi à faire de l’Empire ottoman, l’ennemi suprême, la représentation de l’empire tyrannique. C’est là une tâche menée à bien notamment par Juan Ginés de Sepúlveda dont l’exhortation de 152949 s’insère parmi d’autres textes rédigés entre Mohacs (1526) et les deux sièges de Vienne (1529 et 1532), qui contribuent à créer l’étiquette tyrannique des Turcs, inexistante jusque là tout au moins dans les écrits espagnols50.

  • 51 Sur ce sujet, voir en priorité Anthony PAGDEN, Señores de todo el mundo. Ideologías del imperio en (...)
  • 52 Quelques années plus tard il sera nommé cronista, puis précepteur du jeune prince Philippe.
  • 53 Dieu permettra, dit-il dans sa phrase de conclusion « que bajo tu imperio y dirección de la guerra, (...)
  • 54 « Y después de haberte apoderado de estas provincias, ¿qué reino, que nación podría oponerse a tus (...)
  • 55 Sepúlveda est l’auteur d’une traduction de la Politique, publiée à Paris en 1548.

23Par ailleurs, le débat sur l’empire tend à partir des années 1530 à se réorienter en Espagne : il n’est plus question de savoir si l’empereur exerce une tutelle spirituelle ou juridique sur les autres princes de la chrétienté, mais de justifier la conquête et l’exploitation du Nouveau monde, et plus largement de définir ce qui va devenir un empire espagnol51. Sepúlveda s’y emploie déjà dans le texte remis en mains propres à Charles Quint52 en 1529, car tout en évoquant la reconquête de Jérusalem et de Constantinople, ce qui peut faire penser à la restauration d’un Empire romain à deux têtes, et en faisant allusion après tant d’autres à une christianisation du monde entier sous la houlette de l’empereur53, il met en avant constamment l’apport inestimable que représentent les forces et les richesses des royaumes espagnols. Suggère-t-il que ces forces et ces richesses sont au service du Saint Empire ? Il est permis d’en douter car Sepúlveda mentionne la récente conquête du Nouveau monde par Ferdinand le Catholique juste après avoir énuméré les fabuleux butins que recèlent les provinces dominées par le sultan, dont son petit-fils est invité à s’emparer54. La relation entre les deux conquêtes apparaît encore dans les arguments employés pour justifier la domination de ces peuples asiatiques (c’est ainsi que sont présentés les Turcs), identiques à ceux dont usera Sepúlveda, fort d’une lecture particulière de la Politique55, à propos des indigènes.

  • 56 Voir son introduction au tome I des Obras completas de Sepúlveda, Pozoblanco : Excmo. Ayuntamiento (...)
  • 57 Op. cit., p. 290.
  • 58 Voir l’étude historique de B. Cuart Moner qui précède l’édition en espagnol de cette chronique rédi (...)

24Il est donc possible de discerner chez Sepúlveda une « idée moderne d’Empire », selon les termes de E. Rodríguez Peregrina56, ou encore, comme l’a écrit José Antonio Maravall, « un nuevo sistema hegemónico, fundado en una efectiva superioridad de poder »57, et peut-être une ébauche d’empire espagnol. Cette interprétation ne peut qu’être confortée par la teneur d’autres écrits de Sepúlveda : on a ainsi observé que dans sa chronique du règne de Charles Quint, il est très discret sur le chapitre des couronnements de l’empereur58.

25Par ailleurs, une évolution de la pensée politique dans les premières années du règne de Charles Quint est très sensible en ce qui concerne la définition des limites du pouvoir du roi et de ses relations avec le royaume ; il s’agit là du principal objet des traités politiques et des miroirs depuis qu’ils existent, aussi ne peut-on parler d’un renouveau thématique. Mais l’emprunt d’un nouveau langage, la présence de nouvelles influences, se combinent admirablement avec les nécessités du moment.

Une nouvelle formulation du « pacte » entre roi et royaume

26À l’heure où Charles Quint et sa cour, après le couronnement d’Aix-la-Chapelle, reviennent dans la Péninsule où ils vont s’installer pour le plus long séjour qu’y ait fait l’empereur, il est indispensable d’apaiser les esprits en Castille et de recréer un lien avec les Castillans. La littérature politique élaborée dans l’entourage de l’empereur trouve dans ces moments délicats une nouvelle façon d’utiliser les notions de pacte et de contrat. On voit à l’œuvre un véritable renouvellement de ces conceptions qui servent à rendre compte des relations entre le pouvoir royal et le royaume. Renouvellement lié à un apport extérieur – notamment la pensée d’Érasme – mais qui s’inscrit dans un contexte bien déterminé, celui de l’après-Comunidades.

  • 59 C’est sous ce nom qu’est connu le texte élaboré par la Junta de Tordesillas en octobre 1520. La lis (...)

27Les comuneros fondaient leurs revendications telles qu’elles apparaissent dans la Ley perpetua59 rédigée par la Junta de Tordesillas, sur les théories pactistes, sur la notion de contrat ; ils évoquaient à demi mot à la fin de ce texte programmatique, pourtant mesuré par rapport à certaines proclamations, un droit de résistance des sujets face au monarque qui ne respecterait pas le pacte. En effet à la fin du texte le monarque, censé le prendre à son compte, devait promettre solennellement d’en observer intégralement les clauses et absolvait par avance de tout reproche les sujets qui, dans l’avenir, résisteraient à toute tentative de révocation de ces mêmes clauses. C’était entériner le droit de résistance sans le nommer explicitement.

  • 60 Plus exactement, le principatus regius, une des formes du principatus civile (opposé au principatus (...)
  • 61 Sur ce texte, on pourra consulter l’article de Pablo Luis ALONSO BAELO, « El Tractado de República (...)

28Les comuneros ne faisaient que suivre un courant qui avait été très représenté en Castille au cours du Moyen Âge, et qui allait parfois bien plus loin que la simple mention de la médiation de la communauté dans l’origine du pouvoir, ou la référence au contrat entre roi et royaume… Les commentaires à la Politique d’Aristote rédigés en latin par Pedro de Osma et Fernando de Roa (ou par l’un des deux seulement), qui avaient été publiés en 1502 à Salamanque et qui devaient beaucoup à des influences italiennes comme nous l’avons déjà dit, laissaient percevoir une hostilité de fond à la monarchie60 et admettaient parfaitement le tyrannicide, chose assez rare pour être soulignée. Bien plus, ce sujet était traité nettement plus audacieusement que chez saint Thomas ou même Jean de Salisbury : ainsi, toute initiative individuelle pour occire le tyran était déclarée licite dans le cas d’un tyran d’usurpation, et le texte développait la notion de « guerre juste » menée par la communauté tout entière contre le tyran quelle que fût son origine (donc même dans le cas d’un monarque parfaitement légitime tombé dans la tyrannie), en la distinguant soigneusement de la sédition. Ce texte avait trouvé son prolongement dans le traité publié à Burgos le 21 avril 1521, à la veille de la déroute de Villalar, par le trinitaire Alonso de Castrillo61 sous le titre Tractado de república. L’auteur, tout en condamnant les insolences des comuneros, reprenait en des termes considérablement atténués l’opinion négative de Osma ou Roa sur la monarchie et promouvait de fait la forme de la république et la participation des « citoyens » à la vie politique (ceux-ci n’étant pas à confondre avec le peuple).

29Après la répression des Comunidades, de telles idées n’avaient plus droit de cité, ou devaient à tout le moins être considérablement adaptées. C’est ainsi que les humanistes espagnols se livrèrent à quelques ajustements, en se réclamant d’une vision érasmienne du pouvoir, mais sans la reprendre intégralement.

30Dans l’Institutio, Érasme exprimait son adhésion à la monarchie tout en manifestant quelques réserves venant de l’impossibilité de croire en l’existence d’un monarque parfait, et sans doute aussi d’une profonde suspicion vis-à-vis du pouvoir. Il écrivait :

  • 62 Op. cit., p. 58-59.

Si hubiese la suerte de que el príncipe fuese consumado modelo de todas las virtudes, sería deseable una monarquía pura y simple, pero como no sé si esto sucederá alguna vez, es preferible que sea mediocre. Tal como están hoy las cosas, más valdría que la monarquía quedase moderada y equilibrada combinándose con aristocracia y democracia para que jamás degenerase en tiranía […]. Si el príncipe busca sinceramente el bien de la república, interpretará que con este modelo su autoridad no queda restringida, sino auxiliada, al menos este modelo es tanto más válido cuanto que con él la posible violencia de uno solo queda coartada y reprimida…62.

  • 63 Dans l’adage Dulce bellum inexpertis, la médiation de la communauté est bien mentionnée et Érasme s (...)

31S’il mettait en exergue la figure du prince chrétien, « bon pasteur », prenant le Christ pour modèle, ce n’était donc pas pour appuyer la monarchie absolue en arguant de l’origine divine du pouvoir mais plutôt pour prôner une monarchie mixte, et il exprimait clairement l’existence d’un pacte entre le roi et les sujets, sans toutefois mentionner, du moins dans la Institutio, la médiation de la communauté dans l’origine du pouvoir63. En revanche, la nécessaire réciprocité entre le roi et les sujets était bien exprimée :

  • 64 Op. cit., p. 68.

Existe una mutua relación entre el príncipe y el pueblo. El pueblo te debe tributo, acatamiento, honor; pero en correspondencia le debes al pueblo ser un príncipe bueno y vigilante. Cuando exiges a los tuyos como deuda el impuesto, pregúntate antes a ti mismo si les has pagado lo que tu deber exige64.

  • 65 Alfonso de VALDÉS, Diálogo de Mercurio y Carón, Rosa NAVARRO DURÁN (éd.), Madrid : Cátedra, 2005 (1(...)

32Or Valdés, dans le Diálogo de Mercurio y Carón, reprend bien certains de ces principes : « acuérdate que no se hizo la república por el rey, mas el rey por la república »65, dit le roi Polydore, tyran repenti, à son fils. Valdés écrit encore que « reinar es oficio », mais il ne formule en fait aucune véritable limitation institutionnelle au pouvoir du roi, ne mentionne pas la nécessité d’introduire une forme mixte de monarchie et ne va pas au-delà de cette vague mise en garde prononcée par Polydore :

  • 66 Ibid., p. 226.

Cata que hay pacto entre el príncipe y el pueblo; que si tú no haces lo que debes con tus súbditos, tampoco son ellos obligados a hacer lo que deben contigo66.

33Marcel Bataillon s’est interrogé sur la signification réelle de ce « pacte » des humanistes, qui n’est peut-être pas celui qui fonde la légitimité du monarque, dans la mesure où il n’est pas lié à un mode de transmission du pouvoir. Il peut fort bien s’agir d’une simple expression des devoirs du roi envers les sujets, qui va de pair avec la notion de « bien commun » que doit respecter le roi pour ne pas tomber dans la tyrannie. Il est significatif qu’aucun recours ne soit explicitement octroyé à la communauté en cas de dérives : si Valdès fait le portrait de plusieurs tyrans, contre-modèles du bon roi, il s’abstient de parler de résistance éventuelle, encore moins de déposition ou de tyrannicide, tandis qu’Érasme frôle le sujet dans certains de ses écrits, notamment dans ses fables.

34Quant à Guevara, dont on a pu écrire qu’il se laissait aller à une certaine tendance à la critique du pouvoir, il sert dans le Relox de príncipes publié en 1529 pour le bénéfice d’un assez large public l’affermissement de l’autorité du roi et proclame hautement son inviolabilité, comme s’il répondait trait pour trait aux arguments des théoriciens de la fin du xve siècle. Les pages du Relox sont peuplées de tyrans et de mauvais monarques, mais il prend soin d’établir que leur châtiment revient à Dieu, non à la communauté, et donc de réduire à néant toute velléité de résistance de la part des sujets, même dans le cas où le prince ne remplirait pas son rôle. On lit dans le Relox, au chapitre XXXI du Livre I :

  • 67 Éd. cit., p. 218.

Pues es verdad los príncipes ser puestos por manos de Dios para gobernar, nosotros somos obligados en todo y por todo a les obedecer, porque no ay mayor pestilencia para la república que levantar contra su príncipe la obediencia67.

35Et, pour plus de clarté, il ajoute au chapitre XXXVI :

  • 68 Ibid., p. 241.

De muchos estados se compone la república y no ha de aver más de un príncipe para governarla. Si fuesse en manos de los hombres poner príncipes, también ternían auctoridad para quitarlos, pero si es verdad como es verdad, que los pone Dios, a mi parescer no puede ni deve quitarlos otro sino Dios68.

36On trouve aussi chez Guevara l’expression de quelque chose qui ressemble fort à une défense du pouvoir absolu, à travers quelques affirmations péremptoires sur le rapport entre le roi et le droit, telles que : « las leyes y fueros el rey les da al reyno, y no el reyno al rey ».

  • 69 Francisco MÁRQUEZ VILLANUEVA, « Nuevas de corte. Fray Antonio de Guevara, periodista de Carlos V », (...)
  • 70 Après s’être livré à une mise en garde contre l’influence que pourrait avoir sur le monarque un con (...)
  • 71 Op. cit., p. 196.

37On pourra objecter que dans d’autres textes Guevara a laissé transparaître sa sympathie pour les comuneros, et que son attitude dans le Relox n’est que pur opportunisme destiné à faire oublier certaines de ses imprudences passées. C’est l’opinion par exemple de Francisco Márquez Villanueva, qui l’a qualifié de « emboscado comunero a ratos »69. Mais s’il est vrai que Guevara, moraliste mais néanmoins courtisan, n’est pas à l’abri d’une accusation d’opportunisme – les fluctuations de son discours sur la privanza montrent bien qu’il n’en est pas à une contradiction près70 – sa conviction personnelle ne nous intéresse guère : ce qui importe, c’est que dans un texte destiné au public et rédigé depuis la cour, il obéit, comme l’écrivait J. A. Maravall, à « la necesidad de cerrar el paso a toda otra solución que no sea la que representa la nueva monarquía absoluta que empieza »71.

  • 72 Jesús Cordero Pando rappelle que Vitoria séjournait au Colegio de San Gregorio à Valladolid en 1523 (...)

38Même les penseurs de l’école de Salamanque, tels que Francisco de Vitoria dont les liens avec l’empereur ne sont pas inexistants72, n’évoquent pas le pacte de la même façon que leurs devanciers dans les années qui suivent les Comunidades. Tout en reprenant l’idée d’une origine médiate du pouvoir, par l’intermédiaire de la communauté, qui est bien à la base des théories pactistes ou thomistes, Vitoria joue en effet dans le De potestate civili sur la transmission totale ou partielle du pouvoir (il s’agit en effet de savoir – et c’est là une question cruciale – si la communauté retient ou non quelque chose de cette autorité) et d’autre part sur la distinction entre potestas et auctoritas.

  • 73 Édition de Jesús CORDERO PANDO, op. cit., p. 35.

El poder real o monarquía no sólo es legítima y justa, sino que los reyes reciben el poder proveniente del derecho natural y divino y no de la propia república o enteramente de los hombres […] el poder del rey no proviene de la república sino de Dios mismo, según sostienen los doctores católicos […] la república no transfiere al rey el poder, sino la autoridad que a ella le es propia: no hay dos poderes, uno el del rey y otro el de la comunidad73.

  • 74 José Antonio Fernández-Santamaría insiste sur le fait que le transfert de la auctoritas est total : (...)

39Ce passage a été diversement interprété. Pour José Antonio Fernández-Santamaría, l’un de ses commentateurs, il faut comprendre que la communauté transmet la auctoritas (que l’on peut définir comme la juridiction) mais pas la potestas, laquelle vient directement de Dieu et s’incarne dans le monarque, de telle sorte qu’il n’y ait nulle contradiction entre origine divine du pouvoir et médiation (partielle) de la communauté74. Domingo de Soto, un peu plus tard, exprime plus clairement la même idée : le roi n’est pas un simple administrateur ou simple magistrat de la respublica, et celle-ci ne retient rien de cette auctoritas qu’elle lui a transmise.

40Par ailleurs, on peut voir dans les propos de Vitoria une réfutation en règle d’assertions qui étaient celles des juristes luthériens mais dont certaines étaient partagées par les comuneros. Il écrit :

  • 75 Éd. cit., p. 27.

No faltan algunos, que desean ser contados entre el número de los cristianos, que no sólo niegan que el poder regio o cualquier principado de uno solo proceda de Dios, sino que sostienen que todos los reyes, caudillos o príncipes son tiranos y usurpadores de la república. Hasta ese punto son contrarios a todos los imperios y dominio de cualesquiera hombres, con la única excepción de la propia república75.

  • 76 Ibid., p. 31.

41À la suite de quoi l’on trouve cette sortie contre les conséquences de telles affabulations : « en verdad, nada hay extraño en que levanten sediciones contra los príncipes unos hombres corrompidos por el vicio de la ambición y de la soberbia, que con anterioridad han llevado a cabo la ruptura contra Dios y su iglesia »76, ce qui rejette les séditieux dans l’hérésie.

  • 77 Jean DUFOURNET, Adelin FIORATO, Augustin REDONDO, introduction au volume collectif Le Pouvoir monar (...)
  • 78 Joseph Pérez note que « ce décalage entre une pratique absolutiste et des doctrines populistes cons (...)

42Il nous semble donc que si certaines études ont affirmé que « la notion de pacte entre le souverain et ses sujets est éliminée dans la première moitié du xvie siècle »77 tandis que d’autres au contraire constatent un paradoxe ou un contraste entre la montée d’un « absolutisme de fait » et la préservation de théories pactistes qui sonnent comme un discours d’école totalement creux78, il faut en réalité formuler une troisième interprétation : c’est celle d’une reformulation de l’idée du pacte ou du contrat dans une entreprise de conciliation, que ce soit de la part des humanistes de la cour qui reprennent le lexique d’Érasme ou de la part des théologiens de Salamanque, de ces théologiens-là, plus précisément, car leurs successeurs retrouveront une manière de présenter le pacte et ses implications plus conforme à la tradition.

  • 79 Xavier GIL PUJOL, « Concepto y práctica de república en la España moderna. Las tradiciones castella (...)
  • 80 Nous évoquons ce sujet dans un article à paraître, A. MERLE, « De la liberté de blâmer le roi selon (...)

43Il y a eu un moment où la littérature politique espagnole – du moins celle qui est élaborée depuis la cour, ou en relation avec elle – a opéré un tri et une reformulation, et a pris des précautions même sur des sujets qui ne touchaient pas directement à l’origine du pouvoir ou à la question délicate de la résistance au roi. Ainsi, plusieurs études ont montré que les modèles de comportement offerts par le Courtisan de Castiglione, si diffusé dans toute l’Europe dès le moment de sa publication en 1528 à Venise, n’ont pas tous été bien reçus en Espagne. La confrontation entre le texte italien et la traduction castillane réalisée par Juan Boscán et publiée en 1534 laisse apparaître des choix de traduction qui ne sont pas innocents, comme l’a relevé Xavier Gil Pujol après Margherita Morreale : ainsi, Boscán traduit cittadini par moradores79. Surtout, le modèle du courtisan mentor du prince, investi d’un rôle de conseiller allant jusqu’à lui permettre de blâmer respectueusement son maître, qui est développé au Livre IV du Courtisan, ne trouve pas un écho fidèle dans la littérature espagnole où le conseiller, soigneusement distingué du courtisan, ne se voit pas octroyer une telle liberté80.

Conclusion

44Ainsi, il nous semble distinguer dans cette littérature politique des premières années du règne de Charles Quint un renouveau, certes, dans le sens où de nouveaux sujets de réflexion sont apparus et se révèleront durables, avec des réorientations au cours du temps (c’est le cas du débat sur l’empire), de nouvelles sources d’inspiration aussi, mais principalement une volonté de contrôle et d’adaptation de ces sources. Si le discours politique émanant de l’entourage du monarque emprunte un nouveau langage, son évolution est certainement liée en premier lieu à la nécessité de répondre aux exigences et aux préoccupations du moment.

45En définitive la variété d’opinion qui existait encore au début du xvie siècle a laissé place à une littérature vouée essentiellement à la défense d’un pouvoir qui a été attaqué ou controversé. On retrouvera plus de liberté de ton certainement à la fin du règne et sous Philippe II (ce qui peut sembler paradoxal), mais ce qui est acquis en revanche, c’est la projection des écrits en langue castillane – que l’on songe à la diffusion du Relox et à ses traductions – en dehors des frontières de la Péninsule.

Haut de page

Notes

1 Les « miroirs » ne constituent pas un genre obéissant à des critères formels bien établis, mais sont plutôt définis par leur finalité et leur contenu : il s’agit d’instruire le prince (dont l’exemplarité est nettement affirmée) de ce qu’il doit être, savoir et faire pour bien diriger son royaume, en lui présentant une image idéale vers laquelle il doit tendre. Pour plus de précisions on pourra se reporter à l’étude bien connue de Michel SENELLART, Les Arts de gouverner. Du Regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris : Éditions du Seuil, 1995, ainsi qu’au volume plus récent dirigé par Frédérique LACHAUD et Lydwine SCORDIA (dir.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l’Antiquité aux Lumières, Rouen : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2007.

2 Voir par exemple l’article de Cirilo FLOREZ MIGUEL, « El humanismo cívico castellano: Alonso de Madrigal, Pedro de Osma y Fernando de Roa », Res publica, 18, 2007, p. 107-139.

3 Le De optima politia d’Alfonso de Madrigal, commentaire à la Politique d’Aristote probablement rédigé en 1436, fut publié tardivement. La reine Isabelle puis Ferdinand confièrent la mission de faire imprimer les œuvres du Tostado au docteur Palacio Rubios, et quelques manuscrits furent remis à un éditeur vénitien qui en imprima certains en 1507 et 1508. Puis Palacio Rubios transmit sa tâche à Alonso Polo, prédicateur et chapelain de Charles Quint, grâce à qui plusieurs œuvres du Tostado furent imprimées à Venise entre 1527 et 1531, dont le De optima politia en 1529. On peut consulter la traduction en espagnol publiée avec le texte latin par Nuria BELLOSO MARTIN, El gobierno ideal, Pamplona : EUNSA, 2003. Voir aussi id., Política y humanismo en el siglo xv. El maestro Alfonso de Madrigal, el Tostado, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1989.

4 Pedro de Osma (1427-1480), disciple du Tostado, enseigna la théologie à Salamanque jusqu’en 1478. Roa, son élève (probablement mort en 1502), occupa successivement la chaire de « Filosofía moral » et de « Prima de teología » à Salamanque (cette dernière de 1494 à 1497). Leurs commentaires à la Politique, In politicorum libros Aristotelis commentarii, furent publiés par Martín SANCHEZ DE FRIAS en 1502 à Salamanque. On pourra consulter l’édition en espagnol due à José LABAJOS ALONSO : Comentario a la política de Aristóteles, Salamanque : Universidad Pontificia de Salamanca, 2 vol., 2006.

5 Cirilo Flórez a souligné l’importance de l’arrivée de cette nouvelle traduction latine à Salamanque, dont l’édition en Espagne fut assez précoce (en 1474, chez Lambert Palmart à Valence). Voir C. FLÓREZ, « El humanismo cívico castellano », art. cit.

6 Nous pensons notamment à Alonso Díaz de Montalvo et à Juan López de Palacio Rubios, qui ont tous deux enseigné à Salamanque. Le premier, célèbre pour sa glose du Fuero Real de Castilla et pour son édition avec corrections et additions des Siete Partidas en 1491, est également l’auteur d’un Tractatus de concilio regis écrit dans les années 1480. Le second écrivit différents traités dont un De Iustitia.

7 On peut consulter l’édition du traité de Ortiz par Giovanni MARIA BERTINI, Madrid : Studia Humanitatis, 1983. María del Pilar RÁBADE OBRADÓ (« La educación del príncipe en el siglo xv: del Vergel de los príncipes al Diálogo sobre la educación del príncipe don Juan », Res publica, 18, 2007, p. 163-178) signale une nette évolution depuis le Vergel de los príncipes rédigé au début du règne de Henri IV de Castille par Sánchez de Arévalo, et qui était marqué par la méfiance envers l’humanisme italien.

8 José Antonio Maravall écrivait : « Carlos V no es la causa de esta relación cultural hispano-flamenco-borgoñona que existía de mucho antes ». Mais il ajoutait : « pero lo que sí cabe sostener es que la presencia de Carlos renovó esa relación, impidiendo que fuera eliminada por la influencia del italianismo » (J. A. MARAVALL, Carlos V y el pensamiento político del Renacimiento, Madrid : Instituto de Estudios Políticos, 1960, p. 12).

9 « Jusqu’à l’époque de Guevara l’empereur Marc Aurèle ou bien était ignoré ou bien ne donnait lieu qu’à quelque brève mention au passage », note Augustin Redondo. L’Histoire auguste, qui contenait la biographie de Marc Aurèle par Julius Capitolinus, avait été éditée plusieurs fois depuis 1475 mais c’est surtout l’édition en 1518 à Bâle, par Érasme, d’un recueil comportant la Vie des Douze Césars de Suétone et d’autres textes dont les Vies de Nerva, Trajan et Hadrien d’après Dion Cassius, et l’Histoire Auguste, qui popularisa la figure de l’empereur. A. REDONDO, Antonio de Guevara (1480 ?-1545) et l’Espagne de son temps. De la carrière officielle aux œuvres politico-morales, Genève : Droz, 1977, p. 467-468.

10 Sur la carrière de Valdés et ses liens avec Gattinara, on pourra consulter par exemple l’article de Xavier TUBAU, « Alfonso de Valdés y la política imperial del canciller Gattinara », in : Eugenia FOSALBA VELA, Carlos VAILLO TORRES (éds.), Literatura, sociedad y política en el Siglo de Oro, Barcelone : Universitat Autonoma de Barcelona, 2010, p. 17-43.

11 Guevara apparaît à la cour dès 1521. Pour de plus amples précisions sur sa vie et ses liens avec la cour, nous renvoyons à l’ouvrage d’Augustin REDONDO, Antonio de Guevara…, et à Emilio BLANCO, « La construcción de una identidad literaria en la corte de Carlos V: el caso de Fray Antonio de Guevara », e-Spania, 13, 2012.

12 Publié à Venise en 1528 après de longues années de gestation, et traduit peu de temps après en castillan par Juan Boscán (en 1534). Sur cette traduction, voir l’introduction de Mario POZZI à son édition chez Madrid : Cátedra, 1994.

13 Voir notamment Margherita MORREALE, Castiglione y Boscán: el ideal cortesano en el Renacimiento español, Madrid : Anejos del Boletín de la Real Academia Española, I, 1959 ; Juan Carlos D’AMICO et Paolo GROSSI (éd.), De la politesse à la politique : recherches sur le langage du Courtisan de Castiglione, Caen : Presses Universitaires de Caen, 2001 ; Alain MONTANDON (dir.), Pour une histoire des traités de savoir-vivre en Europe, Clermont-Ferrand : Université Blaise-Pascal, 1994 (et en particulier dans ce volume l’article de Mercedes BLANCO, « Les discours sur le savoir-vivre dans l’Espagne du siècle d’or », qui montre toute l’importance du traité de Castiglione en Espagne).

14 Il existe aussi des points de contact entre Érasme et Castiglione : ce dernier s’inspira, au cours de la révision de son Courtisan, de l’Institutio et de quelques opuscules de Pétrarque qui avaient été édités en 1514 et qui avaient été très sollicités par Érasme, notamment « comment distinguer le flatteur de l’ami ».

15 D’après José Antonio Fernandez-Santamaría, « es probable que el Príncipe fuese conocido por los españoles ya antes de su publicación en 1532, y virtualmente cierto que lo leían en el original italiano después ». J. A. FERNANDEZ-SANTAMARÍA, Razón de Estado y política en el pensamiento español del barroco (1595-1640), Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1986, p. 11. José Antonio MARAVALL (« Maquiavelo y maquiavelismo en España », Estudios de historia del pensamiento español, III, Madrid : Cultura hispánica, 1984) a aussi supposé l’existence de traductions manuscrites en espagnol.

16 Marcel BATAILLON, Érasme et l’Espagne, Paris : Droz, 1937. C’est à la faveur du séjour prolongé de Charles Quint dans la péninsule Ibérique, après son retour d’Allemagne, que la diffusion des idées d’Érasme au sein de la cour, dans un cercle d’abord assez restreint d’humanistes et de conseillers, donna lieu à un « érasmisme » qui se propagea de plus en plus loin. Dès 1520 la traduction de la Querela pacis par Diego López de Cortegana avait été publiée à Séville mais elle fut rééditée en 1529 et mieux diffusée. En 1525 plusieurs ouvrages d’Érasme en latin furent réimprimés à Alcalá, et à partir de 1527 eut lieu ce que Marcel Bataillon a appelé « l’invasion érasmienne », avec des traductions en castillan de certains ouvrages, notamment l’Enchiridio o manual del caballero cristiano, qui provoqua l’examen des œuvres d’Érasme. L’Institutio en revanche, bien qu’il n’en existât pas de traduction espagnole (du moins suppose-t-on que, s’il exista une traduction faite par Bernabé Busto, elle resta manuscrite) était extrêmement connue et ne suscitait pas la moindre controverse.

17 Concrètement chez Fadrique Furió Ceriol dont le Concejo y consejeros del príncipe date de 1559, et sans doute chez Sepúlveda, dont le De regno, dédié à Philippe II et publié seulement en 1571 à Lérida, fut probablement rédigé à la charnière entre les deux règnes. Pour une étude d’ensemble de la réception de Machiavel en Espagne on consultera notamment Helena PUIGDOMÈNECH FORCADA, « Maquiavelo en España: presencia de sus obras en los siglos xvi y xvii », Maquiavelo y antimaquiavelismo en la cultura española de los siglos xvi y xvii, Juan Manuel FORTE y Pablo LÓPEZ ÁLVAREZ (coord.), Madrid : Biblioteca Nueva, 2008, p. 41-60. Voir aussi Alexandra MERLE, « Machiavel et la re-fondation des miroirs en Espagne », in : Ghislaine FOURNÈS et Elvezio CANONICA (éds.), Le Miroir du prince, écriture, transmission et réception en Espagne (xiiie-xvie siècle), Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2011.

18 Dans le cadre forcément limité de ce travail, nous centrerons l’étude sur deux questions essentielles : l’introduction d’une réflexion sur l’empire dans la littérature en langue espagnole, et l’évolution de la pensée sur les relations entre le roi et le royaume.

19 Quelques échos sont toutefois perceptibles de temps à autre, par exemple dans le Libro de los Estados de don Juan Manuel : le texte évoque très brièvement l’élection de l’empereur et de possibles conflits avec le pape, sans aller jusqu’à envisager la déposition de l’un par l’autre (chapitre XLIX).

20 Après la mort des derniers Hohenstaufen (Frédéric II et son fils Conrad), Alphonse X prétendit à l’empire mais l’on connaît la fin malheureuse de cette candidature : après l’affrontement avec Richard de Cornouailles, qui mourut en 1272, ce fut finalement Rodolphe de Habsbourg qui fut élu en 1273 et reconnu par le pape comme roi des Romains. Selon Dolores Carmen Morales Muñiz, Alphonse X « resulta ser el único que representa verdaderamente la idea imperial europea que ostentaría Carlos V » (D. C. MORALES MUÑIZ, « La idea imperial en la España medieval », in : Rica AMRAN (coord), Autour de Charles Quint et son empire, Paris : Indigo / Université de Picardie, 2004, p. 25).

21 Pour J.A. MARAVALL, « ningún país como España, antes de la etapa de Carlos V, había sido más ajeno en su historia y en su pensamiento a la tradición imperial » (Carlos Quinto y el pensamiento político del Renacimiento, op. cit., p. 110).

22 C’est déjà le cas dans les Partidas : le roi se voit octroyer tout d’abord les mêmes prérogatives que celles dont jouit l’empereur, avant d’être doté dans un second temps d’une supériorité qui lui vient de la transmission héréditaire de son pouvoir.

23 Il avait déjà des protecteurs à la cour lorsqu’il avait adressé en 1504 un panégyrique en latin à Philippe le Beau pour le féliciter de son retour après un voyage en Espagne. Puis il s’était vu confier par Jean Le Sauvage en 1515, alors qu’il était de passage à Gand, la tâche de rédiger un traité d’éducation du prince, assortie d’une charge honorifique de conseiller du jeune Charles.

24 En juillet 1516 Érasme remit personnellement à Charles l’Institutio principis Christiani qui avait été publiée à Bâle en mars. Il resta quelque temps à la cour et Jean Le Sauvage, son protecteur, lui faisait entrevoir un évêché en Espagne, mais il semble qu’il ait fort peu goûté la compagnie des Espagnols qu’il avait l’occasion de fréquenter alors. Il décida donc en mai 1517, bien qu’il fût invité en Espagne aussi bien par Cisneros (qui voulait l’associer à l’entreprise de la Bible polyglotte) que par l’entourage flamand de Charles, de ne pas suivre la cour.

25 Comme celle des commentaires sur l’évangile selon saint Mathieu, en 1522.

26 Selon Marcel Bataillon, Érasme rejoignit l’empereur à Cologne lorsque la cour s’y transporta après le couronnement d’Aix-la-Chapelle.

27 Nous citons d’après la traduction espagnole de l’Institutio : « Cuando oigas hablar de Aquiles, de Jerjes, de Ciro, de Darío, de Julio César, no te dejes llevar por el prestigio de su glorioso nombre. Estás oyendo la historia de grandes y enfurecidos ladrones como en algún pasaje les llama Séneca », ERASMO, Educación del príncipe cristiano, estudio preliminar de Pedro JIMENEZ GUIJARRO, traducción de Pedro JIMENEZ GUIJARRO y Ana MARTIN, Madrid : Tecnos, 2007 (1a ed. 1996), p. 96-97. « ¿Qué cosa más demente puede imaginarse que el que un hombre iniciado en los sacramentos de Cristo se proponga como modelos a Alejandro, Julio César o Jerjes, cuya vida censuran incluso los mismos escritores paganos ? » (ibid., p. 99).

28 « Nada aleja tanto del príncipe el ánimo de la multitud como que se complazca en residir fuera y que parezca que descuida lo que debería ser principal objeto de su preocupación. En este caso, piensa el pueblo que pierde lo que se le exige como contribución porque se emplea en otro lugar e interpreta que no paga el impuesto a su príncipe, sino que es un dinero tirado que se ofrece como botín a los extranjeros. No hay nada más molesto y pernicioso para la patria, ni más peligroso para el príncipe, que viajes a países muy lejanos, principalmente si se prolongan en el tiempo […]. Del mismo modo que entre las abejas la reina está rodeada en medio de su enjambre y permanece en la colmena sin volar a ninguna parte, del mismo modo que el corazón está en medio del cuerpo, sí conviene que el príncipe se encuentre siempre entre los suyos » (ibid., p. 106).

29 Ibid., p. 164.

30 Manuel RIVERO RODRÍGUEZ, Gattinara. Carlos V y el sueño del Imperio, Madrid : Sílex, 2005, p. 57 : « temían que la acumulación de estados y señoríos desdibujaría la influencia y poder de las élites neerlandesas sobre el príncipe ».

31 D’après Manuel Rivero Rodríguez, Gattinara faisait une retraite à Bruxelles, dans un moment de disgrâce, quand la nouvelle de la mort de Ferdinand le Catholique fut connue. Il écrivit alors à Charles pour lui faire part d’un songe qu’il avait fait, où se dessinait l’idée de monarchie universelle, liée aux doctrines millénaristes de Joachim de Flore. Le fameux mémoire du 12 juillet 1519 sur l’idée impériale réutilise des arguments déjà énoncés dans ce songe (op. cit., p. 55).

32 Op. cit., p. 5.

33 « Il est assez sûr qu’aucun empire ne s’est étendu plus loin et ne s’est maintenu plus longtemps que celui des Romains ; […] pourtant ni le Sénat ni aucun des empereurs ne détint à lui seul la monarchie du monde entier. Car, outre le fait qu’un certain nombre de pays ne reconnurent jamais l’Empire romain, une importante partie du monde était inconnue […]. Faut-il rénover cet ancien empire tel qu’il fut autrefois, je n’en sais rien. Mais je ne pense pas qu’il existe un homme avisé pour le souhaiter », cité en note par Juan Carlos D’AMICO, Charles Quint maître du monde, entre mythe et réalité, Caen : Presses Universitaires de Caen, 2004, p. 45.

34 De son côté, Fernand Braudel a exprimé ses doutes sur la portée des théories dans l’action politique de Charles Quint, et sur l’existence d’un programme ou d’une « idée impériale » suivie par celui-ci.

35 Le texte a été publié en espagnol : Miguel de ULZURRUN, Sobre el Régimen del mundo, estudio introductorio, transcripción y traducción de Ana AZANZA ELÍO, Jaén : Jabalcuz, 2003. José Luis Villacañas, dans le chapitre qu’il a consacré à ce traité, récuse l’accusation d’archaïsme souvent prononcée à son encontre (par J.A. Maravall notamment) et rappelle que Ulzurrum avait étudié à Bologne, avait été un des conseillers d’Adrien d’Utrecht, et que son texte a été rédigé alors que la cour impériale fréquentait Pampelune, en pleine période anti-française. Voir José Luis VILLACAÑAS, ¿Qué imperio? Un ensayo polémico sobre Carlos V y la España imperial, Cordoue :Almuzara, 2008, p. 125-194.

36 « Todo el objetivo final de la argumentación de Ulzurrun, la llamada “conclusión católica”, va dirigida a impugnar la posición de Francisco I, tanto en lo que respecta al gobierno de la propia Francia como a las pretensiones de gobernar provincias imperiales como Milán. De ahí que, en tanto vicario de Dios, el emperador sea la fuente de legitimidad de todos los reyes y la última instancia de censura de sus actuaciones. La potestad de los reyes y su ejercicio depende así del emperador. De entre sus poderes se puede destacar la definición de qué sea un reino o una provincia », op. cit., p. 171-172.

37 « Parece que Dios milagrosamente ha dado esta victoria al Emperador para que pueda no solamente defender la cristiandad y resistir a la potencia del turco, si osare acometerla; mas asosegadas estas guerras civiles (que así se deben llamar, pues son entre cristianos), ir a buscar los turcos y moros en sus tierras, y ensalzando nuestra sancta fe católica, como sus pasados hicieron, cobrar el imperio de Constantinopla y la casa sancta de Jerusalem que por nuestros pecados tiene ocupada. Para que como de muchos está profetizado, debajo deste cristianísimo príncipe todo el mundo reciba nuestra sancta fe católica, y se cumplan las palabras de nuestro Redemptor: Fiat unum ovile et unus pastor », cité par Marcel BATAILLON, Erasmo y España, traducción de Antonio ALATORRE, Mexico-Madrid-Buenos Aires : Fondo de Cultura Económica, 1991 (1950), p. 227.

38 Op. cit., p. 97-99.

39 Voir Xavier TUBAU, art. cit., p. 22 : « teniendo en cuenta el papel desempeñado por Gattinara en el desarrollo de la carrera profesional de Valdés, parece razonable pensar que muchos de sus planteamientos políticos estarán en consonancia con los puntos de la agenda política del propio Gattinara ».

40 Ibid., p. 30.

41 En 1527 Gattinara sollicite Érasme pour une édition du De Monarchia de Dante, et n’obtient pas de réponse. Selon Manuel Rivero Rodríguez, ce désir de rapprochement avec Érasme ne signifiait nullement une adhésion à sa pensée : « lo que se pretendía era utilizar su discurso moral, crítico contra las costumbres de la curia para justificar la guerra y la hegemonía imperial » (op. cit., p. 124).

42 Le titre complet est : Diálogo de Mercurio y Carón en que, allende de muchas cosas graciosas y de buena doctrina, se cuenta lo que ha acaescido en la guerra desde el año de mil y quinientos y veinte y uno hasta los desafíos de los Reyes de Francia e Inglaterra hechos al Emperador en el año de MDXXVIII.

43 Reprenant les suppositions de Marcel Bataillon, elle indique 1541 comme date à partir de laquelle les deux dialogues purent être publiés en espagnol, avant la traduction italienne publiée à Venise en 1546. Voir l’introduction à son édition du Diálogo de Mercurio y Carón, Madrid : Cátedra, 2005 (1999).

44 Voir Juan Carlos D’AMICO, « Mercurino Arborio de Gattinara et le mythe d’un empire universel au service de Charles Quint », in : Françoise CREMOUX et Jean-Louis FOURNEL (dir.), Idées d’empire en Italie et en Espagne (xive-xviie siècles), Rouen : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 90.

45 Éd. cit., p. 220.

46 Le Relox, rédigé dans la continuité du Libro áureo dont le manuscrit avait été offert à Charles Quint en 1525, peut être défini comme une biographie exemplaire, mais il s’apparente aussi à un traité d’éducation du prince. C’est du moins l’opinion de l’un des éditeurs du texte : « fray Antonio decide, entre 1525 y 1527, dar un nuevo enfoque a su relato de la vida del Emperador Marco Aurelio y convertirlo en un tratado de educación de príncipes. Fruto de ese cambio es la aparición, en las prensas vallisoletanas de Nicolás Thierri, de la primera edición del Relox de príncipes el ocho de abril de 1529 », Obras completas de fray Antonio de Guevara, Emilio BLANCO (éd.), Madrid, Turner, 1994, II, p. XXVII.

47 Nous citons d’après l’édition d’Emilio BLANCO, op. cit., p. 714. Pourtant, on relève certaines ambiguïtés car le prologue adressé à l’empereur contient cette phrase : « son tan altos vuestros pensamientos para cosas altas dessear, y es tan animoso vuestro coraçón para las emprender, que V.M. tiene en poco lo mucho que eredó de sus passados respecto de lo mucho más que entiende de ganar y dexar a sus erederos » (ibid., p. 39).

48 Augustin Redondo notamment formule cette hypothèse dans le chapitre de son ouvrage consacré aux « idées politiques de Guevara » (op. cit., p. 669).

49 Oratio ad Carolum Quintum ut bellum susciperet in Turcas. Une traduction espagnole du texte a été publiée par Ángel Losada dans les Tratados políticos de Juan Ginés de Sepúlveda, Madrid : Instituto de Estudios Políticos, 1963.

50 Notons qu’Érasme lui-même, qui réfutait violemment la notion de « guerre juste », est conduit à faire une exception dans le cas des Turcs, qu’il peint lui aussi comme des tyrans contre lesquels il faut se défendre dans la Consultatio de bello Turcis inferendo (1530). Sa pensée présente toutefois quelques nuances par rapport à celle des autres auteurs qui écrivent sur les Turcs. Nous avons consacré au sujet un article : Alexandra MERLE, « La guerre juste contre les Turcs et la monarchie catholique au xvie siècle », Actes du colloque international L’Espagne et ses guerres, Annie MOLINIE et Alexandra MERLE (dir.), Paris : PUPS, coll. « Iberica » 15, 2004, p. 307-324.

51 Sur ce sujet, voir en priorité Anthony PAGDEN, Señores de todo el mundo. Ideologías del imperio en España, Inglaterra y Francia (en los siglos xvi, xvii y xviii), traducción de M. Dolors GALLART IGLESIAS, Barcelone : Península, 1997, et Pablo FERNÁNDEZ ALBALADEJO, Fragmentos de monarquía. Trabajos de historia política, Madrid : Alianza editorial, 1993 (1992), chapitre 2 « Imperio de por sí: la reformulación del poder universal en la temprana edad moderna ».

52 Quelques années plus tard il sera nommé cronista, puis précepteur du jeune prince Philippe.

53 Dieu permettra, dit-il dans sa phrase de conclusion « que bajo tu imperio y dirección de la guerra, el resto del mundo se una al dominio de los cristianos y a su santísima religión ». Nous citons d’après la traduction espagnole d’Ángel LOSADA, op. cit., p. 27.

54 « Y después de haberte apoderado de estas provincias, ¿qué reino, que nación podría oponerse a tus fuerzas, puesto que puedes ampliar este mundo de tres partes con aquel que, según dicen, habitan los antípodas, añadido hace poco al dominio español y a la religión cristiana bajo los auspicios de tu abuelo Fernando y los tuyos ? », ibid., p. 25.

55 Sepúlveda est l’auteur d’une traduction de la Politique, publiée à Paris en 1548.

56 Voir son introduction au tome I des Obras completas de Sepúlveda, Pozoblanco : Excmo. Ayuntamiento de Pozoblanco, 1995, p. XXXI.

57 Op. cit., p. 290.

58 Voir l’étude historique de B. Cuart Moner qui précède l’édition en espagnol de cette chronique rédigée en latin par SEPÚLVEDA (De rebus gestis Caroli V Imperatoris et Regis Hispaniae, inédite jusqu’en 1780) dans le tome I des Obras completas, Pozoblanco : Excmo. Ayuntamiento de Pozoblanco, 1995.

59 C’est sous ce nom qu’est connu le texte élaboré par la Junta de Tordesillas en octobre 1520. La liste des revendications adressées à Charles Quint est présentée sous la forme de lois que le monarque est censé promulguer.

60 Plus exactement, le principatus regius, une des formes du principatus civile (opposé au principatus dominicus) est proclamé la meilleure forme de gouvernement en théorie. Mais le texte formule tant d’exigences et de conditions qu’elle paraît impossible à réaliser.

61 Sur ce texte, on pourra consulter l’article de Pablo Luis ALONSO BAELO, « El Tractado de República de Alonso de Castrillo. Una reflexión sobre la legitimidad de la acción política », Res publica, 18, 2007, p. 457-490. Nous renvoyons également aux chapitres que lui a consacrés José Antonio FERNÁNDEZ-SANTAMARÍA, El estado, la guerra, la paz. El pensamiento político español en el Renacimiento (1516-1559), Madrid : Akal, 1988, et dans id., La formación de la sociedad y el origen del Estado. Ensayos sobre el pensamiento político español del siglo de oro, Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1997. Voir également les pages éclairantes de José Luis Villacañas dans son ouvrage déjà cité, ¿Qué imperio?...

62 Op. cit., p. 58-59.

63 Dans l’adage Dulce bellum inexpertis, la médiation de la communauté est bien mentionnée et Érasme suggère que ce qui a été donné peut aussi bien être retiré. Voir Wim BLOCKMANS, Carlos V. La utopía del imperio, traducción de Ma José CALVO, Madrid : Alianza editorial, 2000, p. 35.

64 Op. cit., p. 68.

65 Alfonso de VALDÉS, Diálogo de Mercurio y Carón, Rosa NAVARRO DURÁN (éd.), Madrid : Cátedra, 2005 (1a ed. 1999), p. 224.

66 Ibid., p. 226.

67 Éd. cit., p. 218.

68 Ibid., p. 241.

69 Francisco MÁRQUEZ VILLANUEVA, « Nuevas de corte. Fray Antonio de Guevara, periodista de Carlos V », in : José MARTÍNEZ MILLÁN (coord.), Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), Madrid : Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, p. 27. J. A. Maravall, pour sa part, estimait que tout en étant hostile aux comuneros, « por la inevitable infiltración de influencias de la época y por su franciscanismo básico, no puede eliminar una determinada tendencia a la crítica del poder y de la organización política » (op. cit., p. 193). Quant au jugement sur les Comunidades dans d’autres textes (notamment les Epístolas familiares, publiées dix ans plus tard que le Relox, en 1539), il est sujet à discussion. Ainsi, pour Richard L. Kagan la position de Guevara dans les cinq textes où il fait allusion à l’événement serait clairement « anticomunera » et « abiertamente regalista », R. L. KAGAN, « Carlos V a través de sus cronistas. El momento comunero », in : Fernando MARTÍNEZ GIL (coord.), En torno a las Comunidades de Castilla, Actas del Congreso Internacional « Poder, conflicto y revuelta en la España de Carlos I », Cuenca : Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2002, p. 151.

70 Après s’être livré à une mise en garde contre l’influence que pourrait avoir sur le monarque un conseiller unique, il publie en 1539 un Aviso de privados y doctrina de cortesanos dédié à Francisco de los Cobos.

71 Op. cit., p. 196.

72 Jesús Cordero Pando rappelle que Vitoria séjournait au Colegio de San Gregorio à Valladolid en 1523, au moment où l’empereur, dont la cour était alors établie à Valladolid, y fit plusieurs visites. Il en déduit que « los contactos con el Emperador no podían dejar de producirse, poniendo a Vitoria muy próximo a los problemas sobre los que se enfocaría su reflexión », J. CORDERO PANDO, « El poder en la república: sus formas y funciones según Francisco de Vitoria », étude publiée à la suite de l’édition critique de la Relectio de Potestate Civili, Madrid : CSIC, 2008, p. 269. Le même auteur mentionne également une possible rencontre lors de la visite de Charles Quint à l’université de Salamanque en juin 1534 et des contacts épistolaires prolongés, par exemple deux lettres adressées par l’empereur à Vitoria en 1539 (ibid., p. 282-283).

73 Édition de Jesús CORDERO PANDO, op. cit., p. 35.

74 José Antonio Fernández-Santamaría insiste sur le fait que le transfert de la auctoritas est total : « una vez que la comunidad inviste al príncipe con su auctoritas, la transferencia es total y absoluta y nada de este poder queda en la comunidad », J. A. FERNÁNDEZ-SANTAMARÍA, La formación de la sociedad y el origen del Estado. Ensayos sobre el pensamiento político español del siglo de oro, op. cit., chap. « Francisco de Vitoria y el poder regio: ¿de Dios o de la comunidad ? », p. 169.

75 Éd. cit., p. 27.

76 Ibid., p. 31.

77 Jean DUFOURNET, Adelin FIORATO, Augustin REDONDO, introduction au volume collectif Le Pouvoir monarchique et ses supports idéologiques aux xvie-xviie siècles, Paris : Publications de la Sorbonne nouvelle, 1990.

78 Joseph Pérez note que « ce décalage entre une pratique absolutiste et des doctrines populistes constamment réaffirmées est l’une des originalités de l’Espagne moderne » (J. PÉREZ, « L’idéologie de l’État », in : Christian HERMANN (coord.), Le Premier âge de l’État en Espagne, 1450-1700, Paris : CNRS éditions, 1989, p. 191). Et pour Alain Milhou, « l’on a même souvent l’impression d’un discours d’école qui n’a guère pesé sur la réalité du temps… », A. MILHOU, Pouvoir royal et absolutisme dans l’Espagne du xvie siècle, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, « Anejos de Criticón », 1989, p. 107.

79 Xavier GIL PUJOL, « Concepto y práctica de república en la España moderna. Las tradiciones castellana y catalano-aragonesa », Estudis. Revista de historia moderna, 34, 2008, p. 111-148.

80 Nous évoquons ce sujet dans un article à paraître, A. MERLE, « De la liberté de blâmer le roi selon la littérature doctrinale au temps des Habsbourg », in : Alexandra MERLE, Araceli GUILLAUME-ALONSO (dir.), Les voies du silence dans l’Espagne des Habsbourg, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, coll. « Iberica ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Merle, « Un renouveau de la littérature politique à la cour de Charles Quint ? », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21251 ; DOI : 10.4000/e-spania.21251

Haut de page

Auteur

Alexandra Merle

ERLIS, Université de Caen-Basse Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page