Navigation – Plan du site
Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du ‎XVIe siècle (1516-1556)

« Tu as versé beaucoup de sang, et tu as fait de grandes guerres ». Charles Quint et le roi David dans les écrits des rederijkers

Samuel Mareel

Résumés

Cet article décrit les relations complexes et changeantes entre Charles Quint et les chambres de rhétorique, le phénomène littéraire qui domina les Pays-Bas néerlandophones aux XVe et XVIe siècles, à travers une analyse de l’image du roi David dans les écrits des rederijkers. David était souvent utilisé par les rhétoriqueurs pour glorifier l’empereur, mais aussi pour exprimer leurs espoirs et leurs déceptions face à son régime. Ironiquement, David ne fut pas seulement un type et un exemple du prince Habsbourg, il le fut aussi des adeptes de la Réforme, dont bon nombre étaient membres des chambres de rhétorique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il existe plusieurs descriptions contemporaines de cette tournée et des joyeuses entrées, dont la p (...)
  • 2 Sur les joyeuses entrées aux Pays-Bas, voir Hugo SOLY, « Plechtige intochten in de steden van de Zu (...)

1De Mars à Octobre 1549, Charles Quint fit une grande tournée à travers les Pays-Bas pour présenter son fils et successeur, le futur Philippe II, à ses nouveaux sujets1. Comme il était d’usage dans ces régions, la première rencontre entre le souverain et la population se faisait sous forme de joyeuses entrées dans les différentes villes. Depuis un peu plus d’un siècle, ces cérémonies donnaient lieu à l’élévation de tableaux vivants et d’arches triomphales le long du parcours de l’entrée. Les scènes figées et muettes montrées sur ces constructions étaient tirées de la Bible, de l’histoire et de la mythologie et avaient généralement un lien avec l’occasion célébrée et avec les individus et les groupes concernés2.

  • 3 J. JACQUOT, art. cit. ; Juan Rafael DE LA CUANDRA BLANCO, « King Philip of Spain as Solomon the Sec (...)
  • 4 J.R. DE LA CUANDRA BLANCO, art. cit., p. 171. Sur ce Chapitre de la Toison d’Or, voir aussi Fernand (...)

2Un fil rouge, dans les scènes montrées dans les différentes villes qu’ont visitées Charles et Philippe en 1549, était la représentation du roi biblique David. À Louvain, David est présenté comme un des Neuf Preux, les plus grands héros de l’histoire du monde. Or, le plus souvent, comme à Gand, Bruxelles, Bruges, Lille, Tournai, Leyde et Amsterdam, il est accompagné de son fils Salomon. Dans ces cas, les scènes mettaient l’accent sur le transfert du pouvoir de David à Salomon, leur élection par Dieu, leur popularité parmi le peuple d’Israël et, bien sûr, les parallèles entre David et Salomon et Charles Quint et Philippe II3. La même thématique revenait sept ans plus tard, en 1556, lors du Vingt-Deuxième Chapitre de la Toison d’Or tenu à Anvers et présidé par Philippe II. À cette occasion, la chambre de rhétorique De Goudbloem (Le Souci) avait arrangé un tableau vivant où l’on voyait, d’une part, Salomon sur le trône et, de l’autre, Salomon à côté du lit du vieux David4.

3Le lien entre Charles Quint et le roi David mis en avant par les tableaux vivants et les arches triomphales de 1549 et de 1556 peut, au premier abord, paraître comme une glorification univoque de l’empereur. Il s’harmonise bien avec la réception chaleureuse de Charles et Philippe évoquée dans les descriptions officielles des événements comme celle de Calvete de Estrella. Or, dans cet article, je démontrerai que, si nous essayons de lire l’association entre le prince Habsbourg et le prince Juif dans ce qui a pu constituer le cadre d’interprétation des spectateurs de l’époque, nous arrivons à un message nettement plus complexe et ambigu. J’offrirai une telle lecture en confrontant les décorations de 1549 et 1556 avec la représentation du roi David et sa relation avec Charles Quint dans des textes littéraires en néerlandais écrit par les rederijkers.

  • 5 Pour une introduction sur les chambres de rhétorique en français, voir Herman PLEIJ, Le bas Moyen A (...)

4La littérature vernaculaire, et surtout celle qui a été produite dans les chambres de rhétorique (kamers van rhetorica en néerlandais), constitue une source riche et encore peu explorée pour reconstruire le réseau d’associations qui, au XVe et au XVIe siècles, ont pu nourrir la lecture de tableaux vivants et arches triomphales montrés lors des grandes fêtes urbaines des Pays-Bas. Organisées sur le modèle des confréries religieuses et des confréries d’archers, les chambres se vouaient en amateurs à la production et à la déclamation de poésie, de théâtre et de chansons. Leurs membres appartenaient surtout aux classes moyennes de la population urbaine5. Les rhétoriqueurs jouaient un rôle important dans l’organisation et le déroulement de toutes sortes de fêtes urbaines de nature politique et religieuse comme les joyeuses entrées. Ils concevaient souvent les thèmes des tableaux vivants et écrivaient et représentaient la majorité des textes littéraires lors de ces occasions. Or comme nous allons le voir dans ce qui suit, les rhétoriqueurs étaient plus que de simples porte-paroles du pouvoir central. Ainsi les différentes façons dont ils ont présenté Charles Quint et le roi David dans leurs écrits me donneront également l’occasion d’offrir un aperçu de l’évolution et de la complexité de la relation entre l’empereur et le phénomène qui domina la vie littéraire dans ses terres du Nord.

Typologie

  • 6 Les processions générales à Bruges sont présentés en détail dans Arthur GAILLARD, « De “Processiën (...)
  • 7 Eduard DE DENE, Testament Rhetoricael (manuscrit), Gand, Bibliothèque Universitaire, BHSL.HS.3330, (...)
  • 8 Wim HÜSKEN (éd.), De spelen van Cornelis Everaert: opnieuw uitgegeven, van inleiding, annotaties en (...)
  • 9 Matthijs DE CASTELEIN, De Const van Rhetoriken, Gand : Jan Cauweel, 1555, p. 91.

5Dans plusieurs textes des rhétoriqueurs, l’association entre Charles Quint et le roi David est explicitement exaltante. L’identification des deux princes pouvait dans ce cas être absolue, comme dans un des poèmes que le rhétoriqueur brugeois Eduard de Dene (1505-entre 1576 et 1579) écrivit pour des processions générales à Bruges appuyant l’empereur6. Dans ce texte Charles est présenté comme « notre empereur […] que nous considérons comme un deuxième David » [Onsen keyser […] wien wy als eennen Tweeden dauid ghelycken]7. Or plus souvent l’association était relative et un événement ou relation où était impliqué Charles est mis en relation avec un passage de l’Ancien Testament concernant David. Ainsi, pour un concours théâtral organisé par les marchands aragonais à Bruges lors de la victoire impériale à Pavie en 1525, Cornelis Everaert (ca. 1480-1556) composa une pièce autour des correspondances entre la relation de Charles Quint et de François Ier et celle du roi David et d’Hanoun, le roi des Ammonites (2 Samuel 10)8. Dans une ballade sur la rencontre entre Charles et François à Aigues-Mortes en 1538, Matthijs de Castelein (ca. 1485-1550), un rhétoriqueur de la ville Flamande d’Audenaarde, compare l’entrevue des deux princes avec celle de David et Jonathan9, un fils de Saül et ami du jeune David (1 Samuel).

  • 10 Sur la typologie au Moyen Age, voir le bel essai d’Erich AUERBACH, Figura : La Loi juive et la Prom (...)
  • 11 Anne WALTERS ROBERTSON, Guillaume de Machaut and Reims: context and meaning in his musical works, C (...)
  • 12 Die triumphe van dat cronemente van den keyser Ende dye triumphelijcke incoemste van Aken, Anvers : (...)
  • 13 Guy DELMARCEL, Los honores: Flemish tapestries for the Emperor Charles V, Anvers : Pandora, 2000, p (...)

6Les associations glorifiantes de Charles et David faisaient surtout référence à l’idée d’une relation typologique entre ces deux princes10. L’idée de faire de David la préfiguration de Charles avait son origine dans la théologie politique. Les empereurs des Romains se faisaient sacrer par l’onction. Cette coutume avait été instaurée par les monarques Carolingiens au VIIsiècle et fut reprise par plusieurs maisons princières depuis11. Le rite de l’onction se faisait à l’exemple de l’onction de David par Samuel racontée dans 1 Samuel 16,13. Il signalait que David était un roi sacré voulu par Dieu. Une relation typologique entre David et Charles était clairement suggérée lors du sacre de ce dernier comme Saint Empereur Romain à Aix-la-Chapelle en 1520. Selon une description de cet événement en néerlandais imprimée par Willem Vorsterman, un évêque versait de l’huile sur les épaules du prince en prononçant les mots : « Dieu, qui ordonna David d’être sacré par Samuel pour être le roi des Juifs et des enfants d’Israël, me donna l’autorité pour te sacrer roi des romains »12. Le sacre de David par Samuel figure aussi de façon éminente dans Nobilitas, l’une des tapisserie des Honores. Cette série de neuf tapisseries fut créée à l’occasion du sacre de 1520 et offerte au nouvel empereur13.

  • 14 Dirk COIGNEAU, « ‘Den Boeck’ van Brussel: een geval apart ? », Jaarboek De Fonteine, 49-50, 1999-20 (...)

7La glorification de Charles Quint dans les textes des rhétoriqueurs doit se comprendre dans le cadre du rôle que jouaient les chambres dans la promotion des princes de Bourgogne-Habsbourg dans la population des Pays-Bas. Initialement, dans la première moitié du XVsiècle, ces associations semblent avoir été surtout vouées à la composition et à la récitation de la poésie lyrique en cercle restreint. Elles ont pu trouver l’inspiration à leurs activités dans des confréries françaises comparables, comme le puy d’Amiens ou la Cour Amoureuse de Paris14. Cependant, progressivement, durant la deuxième moitié du XVsiècle, les chambres se spécialisèrent dans les représentations, surtout de pièces de théâtre et de tableaux vivants, dans l’espace public urbain.

  • 15 Sur les activités littéraires dans le contexte des fêtes princières urbaines aux Pays-Bas, voir Sam (...)

8Le changement d’accent du lyrique vers le dramatique dans les activités des chambres s’explique probablement par le développement de la culture festive urbaine dans les Pays-Bas. Des célébrations publiques étaient organisées pour des occasions très diverses : des fêtes religieuses, des processions, des foires, et, surtout, des événements politiques liés à la maison princière, telles les joyeuses entrées, les processions générales, les victoires militaires et les naissances et les mariages princiers15. C’est pendant ce dernier groupe d’occasions que les textes que je viens de mentionner furent présentés.

  • 16 Ibid., p. 77-103.

9Il semble que la collaboration entre autorités urbaines et chambres de rhétorique dans le contexte des fêtes publiques ait été bénéfique pour les deux parties. Les chambres étaient d’une grande valeur pour les échevins. À travers leur participation aux événements festifs, les rhétoriqueurs jouaient un rôle considérable dans ce que nous appellerions aujourd’hui l’opinion publique. Leurs pièces de théâtre, poèmes et chansons traitaient de thèmes politiques et religieux et plaisaient à un public large et diversifié. Ceci rendait les rhétoriqueurs fort utiles pour l’éducation religieuse et surtout pour la propagande politique. Pour stimuler la participation des chambres aux fêtes, les autorités urbaines leur accordaient des statuts officiels et des soutiens financiers considérables. Ainsi, il n’est pas exagéré de dire que le développement des fêtes urbaines et celui des chambres de rhétorique aux Pays-Bas soient des phénomènes intimement liés16.

  • 17 Bart RAMAKERS, Spelen en figuren: toneelkunst en processiecultuur in Oudenaarde tussen Middeleeuwen (...)
  • 18 Sur les représentations de David comme prototype du prince, voir aussi Louis GOOSSEN, Van Abraham t (...)
  • 19 Wim VAN ANROOIJ, Helden van weleer: de negen besten in de Nederlanden (1300-1700), Amsterdam : Amst (...)

10Bien que nous rencontrions parfois des thématiques mythologiques et historiques dans leurs compositions littéraires et tableaux vivants, les rhétoriqueurs avaient une préférence nette pour des sujets bibliques17. Ils s’en servaient dans des textes ou dans des tableaux produits pour des occasions non seulement religieuses, mais aussi politiques. Ceci explique pourquoi la figure de David surgit si régulièrement dans ces dernières. Comme nous venons de le voir, David fut considéré comme prototype du prince depuis l’époque carolingienne18. À la fin du Moyen Âge, il était aussi souvent représenté comme un des Neuf Preux, les princes les plus idéaux et chevaleresques qu’eût connu l’histoire du monde. Le thème des Neuf Preux était assez courant dans des processions et joyeuses entrées dans les Pays-Bas19.

Exemplarité

11Bien que les chambres de rhétorique dussent leur prestige social et des bénéfices financiers importants à leur rôle dans les fêtes publiques en l’honneur de la maison princière, la relation entre ces associations et le pouvoir central fut loin d’être simple durant la vie de Charles Quint. Il n’y a probablement pas d’autre aspect de leurs écrits qui réunisse ces ambiguïtés et ces complexités aussi bien que l’image qu’ils y peignent du roi David.

  • 20 E. DE DENE, op. cit., fol. 16r°.
  • 21 E. DE DENE, op. cit., fol. 323r°.

12Ainsi, dans les poèmes d’Eduard de Dene, David ne fonctionne pas seulement comme type du prince, mais aussi comme exemple. Après avoir évoqué la façon douce et paisible avec laquelle David régna sur Israël, le rhétoriqueur brugeois l’appelle « un exemple pour ceux qui ont le pouvoir temporel et spirituel » (Een voorbewys […] den Regierders des gheestlick ende weerlick Regiment)20. Dans un autre texte lyrique, De Dene s’adresse aux « princes et capitaines qui partent à la guerre » (Vorsten Capiteynen die hu ter oorloghe gheneert) et leur conseille de « bien réfléchir avant de nuire à la paix et de chasser la concorde, le commerce et l’industrie » (voorpeynst hu / eer ghy paeys ende vrede deert Eendrachticheyt / Coopmanschip neerynghe weert). Il feront bien « de prendre exemple sur le roi David » (Neimt anden Conyngh dauid een voorExemple)21.

  • 22 S. MAREEL, op. cit., p. 143-181.

13En présentant David en modèle de comportement princier, De Dene s’inscrit dans une tradition selon laquelle les rhétoriqueurs ne glorifiaient pas seulement les princes devant la population urbaine mais leur montraient également ce que la communauté urbaine attendait de leur régime. À travers l’honneur que rendaient les rhétoriqueurs aux princes filtraient toujours la conscience de soi urbaine et la défense des intérêts des citadins22.

Un prince ambigu

  • 23 Desiderius ERASMUS, Opvoeding: etiquette, leren studeren, de opvoeding van kinderen, de opvoeding v (...)
  • 24 Sur ce phénomène pendant la Renaissance, voir le livre de Timothy HAMPTON, Writing from History: Th (...)

14Suggérer une relation soit typologique, soit exemplaire entre un prince contemporain et un personnage du passé pouvait être un processus ambigu. La comparaison était généralement basée sur un nombre réduit de caractéristiques de la personne. Or un personnage mythologique, biblique ou historique est rarement de caractère univoque. Dans son Institutio principis christiani (1516), Erasme faisait remarquer à son disciple, le jeune Charles Quint, que même chez les meilleurs princes de l’histoire, il y a des aspects qu’il ne faut pas imiter. Même chez un David ou un Salomon, des rois qui sont loués par Dieu, signale le précepteur humaniste, il y a certaines qualités à éviter23. Il n’est pas possible de neutraliser des associations négatives que peut évoquer un nom24.

  • 25 Sur l’ambiguïté du personnage de David, voir, par exemple, Baruch HALPERN, David’s Secret Demons: M (...)

15Comme le constatait Érasme, cette complexité de caractère est particulièrement pertinente pour la figure du roi David. Dans la Bible, comme dans sa réception dans les cultures chrétienne et juive, il est un personnage assez ambivalent. Certes, David était un grand prince, mais il commit aussi l’adultère avec Bethsabée (2 Samuel 11), par exemple, et mena son mari Urie le Hittite à la mort, un péché pour lequel il fut sévèrement puni. Il mena également de nombreuses guerres25. Cette ambiguïté constitue, je crois, une des raisons pour lesquelles les rhétoriqueurs mirent souvent David en relation avec les princes de Bourgogne-Habsbourg.

  • 26 Adrian WILSON et Joyce LANCASTER WILSON, A Medieval Mirror. Speculum Humanae Salvationis 1324-1500, (...)
  • 27 Bart RAMAKERS, Spelen en figuren.

16La population des Pays-Bas du XVe et du XVIe siècles était familière avec l’ambiguïté du caractère du roi David. Dans une gravure sur bois du Speculum Humanae Salvationis, par exemple, nous voyons David se repentir de son adultère et le prophète Natan lui annoncer le pardon du Seigneur26. Cet écrit de vulgarisation théologique datant du début du XIVe siècle connut un succès énorme à la fin du Moyen Âge. Dès le XVe siècle apparurent deux éditions traduites en néerlandais. Le Speculum constituait une source fréquente pour les tableaux vivants montrés durant des processions religieuses et politiques27.

  • 28 E. DE DENE, op. cit., fol. 17v°.
  • 29 Herman PLEIJ a consacré toute une étude à ce poème : De sneeuwpoppen van 1511: literatuur en stadsc (...)

17L’image du roi David pécheur repentant se retrouve aussi dans les écrits des rhétoriqueurs. « Il tomba dans le péché, mais il ne persévéra pas », écrit Eduard de Dene à son propos28. En 1510, durant un hiver particulièrement rude, les échevins de Bruxelles organisèrent dans toute la ville un festival de bonshommes de neige. L’événement entra dans l’histoire grâce à un poème de la plume de Jan Smeken (ca. 1450-1517), rhétoriqueur officiel de la ville de Bruxelles, qui décrit les figures. Devant la résidence des seigneurs de Gaasbeek se trouvait un bonhomme qui représentait le roi David regardant la belle Bethsabée se baignant dans une fontaine. « Son corps nu […]a tellement échauffé [David] », écrit Smeken, « qu’il lui a envoyé son servant » (v. 89-90 : Haer naeckt lijf heeft hem so verhit, / Dat hi sinen camerlinck aen haer sant)29.

18Plus courante que l’image de David l’adultère est celle de David le belliqueux. Ces références sont généralement inspirées de 1 Chroniques 22:7-10, où David dit à son fils Salomon :

Mon fils, j’avais l’intention de bâtir une maison au nom de l’Éternel, mon Dieu. Mais la parole de l’Éternel m’a été ainsi adressée : Tu as versé beaucoup de sang, et tu as fait de grandes guerres ; tu ne bâtiras pas une maison à mon nom, car tu as versé devant moi beaucoup de sang sur la terre. Voici, il te naîtra un fils, qui sera un homme de repos, et à qui je donnerai du repos en le délivrant de tous ses ennemis d’alentour ; car Salomon sera son nom, et je ferai venir sur Israël la paix et la tranquillité pendant sa vie. Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom.

19Ce qui importe dans ce passage, outre la caractérisation de David, c’est sa comparaison avec Salomon. David a « versé beaucoup de sang » et il a « fait de grandes guerres » ; Salomon, en revanche, est « un homme de repos ». C’est pourquoi ce sera lui, non David, qui bâtira le temple à Jérusalem.

  • 30 Jacobus Johannes MAK (éd.), De gedichten van Anthonis de Roovere : naar alle tot dusver bekende han (...)
  • 31 D. ERASMUS, op. cit., p. 255.

20La juxtaposition de David et Salomon basée sur 1 Chroniques 22 se retrouve déjà dans un dialogue entre La Paix et La Guerre écrit par le rhétoriqueur Anthonis de Roovere (ca. 1430-1482). Dans ce poème, la Guerre évoque David comme un des Neuf Preux. Il avance que c’était à lui que ces personnages devaient leur importance (v. 317 : Met mijnder hant zijnse alle gheresen). Acquérir un grand nom grâce à la guerre n’est pas ce qui est le plus noble, répond La Paix ; c’est Salomon, le plus sage qui jamais vécût, qui nous fut envoyé en période de paix et c’est lui qui termina le Temple du Seigneur30. Erasme avait appelé l’attention du jeune Charles sur le même passage dans son Institutio principis christiani pour indiquer à son disciple que la guerre devait toujours être le dernier recours d’un prince chrétien31.

21Le rapprochement de Charles Quint et du David de 1 Chroniques 22 le plus explicite que j’aie pu trouver figure dans une pièce de théâtre écrite par le rhétoriqueur brugeois Cornelis Everaert à l’occasion d’une célébration, à Bruges, de la rencontre entre Charles Quint et François Ier à Aigues-Mortes et de la Trêve de Nice (1538) qui s’ensuivit. Le jeu de la Paix (Tspil van den Pays) constitue une sorte d’allégorisation de l’annonce et des célébrations à Bruges des événements dans le Midi de la France. sVolcx Clappage (« Ce que dit le Peuple ») et Den Daghelicxschen Snaetere (« Le Commérage Quotidien ») apprirent dans la rue qu’il y aurait un accord de paix ou une trêve entre Charles Quint et François Ier. La nouvelle est confirmée par Nyeuwe Tydynghe (« Nouvelle ») devant Volc van Allen Staeten (« Peuple de Tous les Etats ») et Gheestelic ende Weerlic (« Religieux et Laïque »). Il s’ensuit une glorification de la paix en général et de la Trêve de Nice en particulier. Pour illustrer que Dieu aime les cœurs paisibles par-dessus tout, « Peuple de Tous les Etats » et « Religieux et Laïque » évoquent 1 Chroniques 22 :

  • 32 Volc van Allen Staeten: Al was Davidt goet ende helich, / omdat hy van oorloghe was een voorvechter (...)

Peuple de Tous les Etats

Bien que David fut bon et saint,
il était un avocat de la guerre.
Pour cette raison il n’a pas pu être un juge dans le temple du Seigneur
car cela n’aurait abouti à rien.

Religieux et Laïque

C’est Salomon que Dieu avait élu à cette tâche,
qui était connu comme le roi de la paix de son vivant.
Car Dieu ne voulait pas, c’est ainsi que les choses se sont passées,
recevoir des sacrifices
que dans le temple de la paix32.

22Le jeu de la Paix accorde un rôle particulier à Éléonore de Habsbourg (1498-1558) dans la réalisation de la Trêve de Nice. Éléonore était la sœur de Charles Quint et, depuis 1530, l’épouse de François Ier. Elle est comparée à Abigaïl qui, dans l’Ancien Testament, est d’abord la femme de Nabal, un riche propriétaire judéen, puis l’une des épouses de David. La Bible mentionne également une femme du même nom, sœur de David. Dans le texte d’Everaert, les deux Abigaïl semblent avoir fondues en une seule personne.

  • 33 Cette pratique est analysée dans Wim HUMMELEN, « Het tableau vivant, de “toog”, in de toneelspelen (...)

23Comme souvent dans le théâtre sérieux des rhétoriqueurs, un tableau vivant d’inspiration biblique était intégré dans la pièce33. Il montrait Nabal approché par un David furieux accompagné de plusieurs hommes cuirassés. Les spectateurs voyaient également une belle dame qui s’agenouillait devant David en lui offrant des provisions, ce qui chassait la fureur de David.

24La pièce d’Everaert se limite au développement du lien entre Abigaïl et Éléonore. Néanmoins il a dû être clair pour les spectateurs que ceci impliquait que François Ier ressemblait à Nabal. Dans 1 Samuel 25, ce personnage renvoie les hommes de David de façon brutale lorsque ceux-ci lui demandent un peu de nourriture. De la même façon, François Ier avait rejeté les propositions de paix de Charles. L’empereur, dans ce cas, était évidemment David. Or, dans Le jeu de la Paix, cette figure se fait surtout remarquer par son caractère coléreux. Les personnages indiquent que, à l’instar d’Abigaïl, Éléonore a dû dissuader son frère et son mari de commencer la guerre (v. 250-252) ; plus loin, « Religieux et Laïque », « Nouvelle » et « Peuple de Tous les Etats » évoquent comment David avait juré de détruire Nabal et tous les siens, ce qu’il aurait sûrement fait si Abigaïl n’avait pas réussi à tempérer sa fureur (v. 344-357).

  • 34 André VANDEWALLE, « Een Europees handelscentrum, 1100-1480 », in : Marc RYCKAERT et al. (éds.), Bru (...)

25L’association suggérée par Cornelis Everaert entre Charles Quint et un roi David furieux et belliqueux n’était pas, je crois, une conséquence fortuite de la comparaison entre Éléonore et Abigaïl. Ceci est déjà suggéré par la référence dans la pièce à 1 Chroniques 22. L’implication devient encore plus probable lorsqu’on considère ce lien à la lumière de la situation politique et sociale dans laquelle Everaert travaillait et de la façon dont il réagit à ce contexte dans d’autres textes de son œuvre. Les guerres d’Italie, dont Le jeu de la Paix célébrait une des pauses, avaient eu de lourdes conséquences pour les Pays-Bas. Les taxes montaient continuellement et les relations commerciales internationales étaient rompues. L’industrie textile, dans laquelle travaillait Everaert comme teinturier et foulon et qui avait joué un rôle important dans le succès économique de la ville aux siècles précédents, était fortement atteinte par la crise34.

  • 35 Pour une analyse du théâtre sociopolitique de Cornelis Everaert et sa critique de la situation poli (...)
  • 36 S. MAREEL, Voor vorst en stad, p. 66-70.

26Les problèmes économiques et sociaux à Bruges faisaient souvent surface dans les pièces de théâtre de Cornelis Everaert. Nous y rencontrons régulièrement, par exemple, des personnifications de commerçants ou d’artisans qui se plaignent de la situation pénible. Certains textes critiquent la politique impériale même de façon assez directe35. Pour cette raison, le rhétoriqueur fut d’ailleurs confronté à une interdiction de deux de ses compositions dramatiques. Cette interdiction était le résultat d’un contrôle préalable des pièces. Comme le suggère cette pratique, qu’évoquent aussi des sources d’autres villes néerlandaises, la critique d’Everaert contre le gouvernement central n’était pas un cas unique. Les autorités prenaient des mesures pour faire en sorte que ce genre de signes de malaise n’atteignît pas le grand public36.

27Une confrontation des tableaux vivants de David et Salomon montés lors des entrées de 1549 et du Chapitre anversois de la Toison d’Or de 1556 avec le passage apparemment bien connu de 1 Chroniques 22 montre que cette association entre princes bibliques et contemporains était probablement plus qu’une simple glorification du père et du fils Habsbourg à travers une analogie avec un père et un fils bibliques. Le rapprochement de Philippe II et Salomon implique aussi l’espoir d’un régime qui sera placé sous le signe de la paix, tandis que celui de Charles Quint et de David aura inévitablement été associé à une déception dans la politique guerrière de l’empereur.

David réformé

28Dans les textes des rederijkers évoqués plus haut, la mise en relation de Charles Quint et du roi David pouvait glorifier le prince, lui indiquer ce que la ville attendait de sa politique, ou révéler une déception de son régime. La représentation du berger puis roi juif de l’Ancien Testament fonctionnait ainsi comme un prisme faisant apparaître la relation complexe et changeante entre Charles Quint et les chambres de rhétorique.

29Ces comparaisons étaient surtout fondées sur ce qu’on pouvait appeler la vie extérieure de David, telle que la décrivent les livres historiques de la Bible 1 et 2 Samuel et Chroniques. A côté de ce David historique, nous retrouvons aussi dans les écrits des rhétoriqueurs un David inspiré du livre poétique des Psaumes. Ici, l’accent porte plus sur les pensées et surtout sur les combats intérieurs de David. Cet autre David n’est que rarement mis en relation directe avec Charles Quint. Or, suivre son apparition dans les textes des rhétoriqueurs révèle précisément la confrontation la plus problématique entre l’empereur et les chambres.

30Nous retrouvons les David extérieur et intérieur côte à côte dans le Testament Rhétoricael d’Eduard de Dene. Comme nous venons de le voir plus haut, De Dene y évoque le roi David comme type et exemple de l’empereur. Or, dans d’autres poèmes, David figure aussi comme type et exemple du poète lui-même. Ainsi, le rhétoriqueur lègue au monastère des Augustins à Bruges une description en vers d’une série de vitraux sur la vie de David (fol. 17r°-25v°). À la fin, il remarque qu’en composant ce texte, il fut « réveillé » (ghewect) par l’histoire de David (25v°). Ce qui le toucha était le fait que, bien que Dieu ait été en colère contre David, il connut la grâce et finit par obtenir la victoire. Le poète entonne ensuite une chanson à la gloire de Dieu, une version versifiée du psaume 27 : Dominus Illuminatio mea (l’Éternel est ma lumière).

  • 37 Dirk COIGNEAU, « De Dene : katholiek of hervormd ? », Jaarboek De Fonteine, 19-20, 1969-1970, p. 24 (...)
  • 38 Dirk COIGNEAU, « De Psalmberijmingen van Eduard de Dene », Jaarboek De Fonteine, 19-20, 1969-1970, (...)
  • 39 Cf. E. DE DENE, op. cit., fol. 12r°, 36r°, 128r°, 171r°.

31L’œuvre de De Dene montre assez clairement que ce rhétoriqueur resta un disciple de l’église de Rome37. Le fait qu’il ait composé des psaumes versifiés destinés à être chantés n’indique pas qu’il était un adepte de la Réforme. Son Testament Rhétoricael n’est d’ailleurs pas le seul indice de ce que, dans les Pays-Bas du XVIe siècle, chanter les psaumes en langue vulgaire était une pratique populaire parmi les catholiques autant que chez les réformés38. Or l’intérêt de De Dene pour les psaumes, pour le chant de ces vers bibliques en langue vulgaire pour glorifier Dieu, ainsi que pour son identification avec un David qui ne perdit pas sa foi en dépit d’épreuves nombreuses, révèle néanmoins une réceptivité pour certaines notions réformées39.

  • 40 Werner WATERSCHOOT, « De rederijkerskamers en de doorbraak van de reformatie in de Zuidelijke Neder (...)
  • 41 Sur le genre des spelen van zinne, voir, entre autres, Marijke SPIES, «‘Op de questie…’: Over de st (...)

32Si l’ouverture d’esprit vis-à-vis de nouvelles pratiques religieuses a pu être un trait de la personnalité de De Dene, elle était sûrement aussi liée à la culture intellectuelle qui régnait dans le milieu des chambres de rhétorique. Les régions des Pays-Bas où ces associations étaient actives comptaient parmi les plus lettrées de l’Europe, ce qui stimula la lecture de la Bible en langue vulgaire. En outre, les rhétoriqueurs avaient une tradition de réflexion et de discussion des matières philosophiques et religieuses40. Dans les compétitions théâtrales des spelen van zinne (genre dramatique comparable à la moralité française), par exemple, les participants devaient généralement formuler, sous forme d’une pièce de théâtre, une réponse à une question philosophique ou religieuse41.

  • 42 Sur les rederijkers et la Réforme, voir W. WATERSCHOOT, art. cit. ; Gary WAITE, Reformers on stage: (...)
  • 43 Pierre BRACHIN, « La “fête de rhétorique” de Gand (1539) », in : Jean JACQUOT (éd.), Fêtes et cérém (...)

33De nombreux rhétoriqueurs restèrent, comme De Dene, fidèle au catholicisme. Nombre de leurs confrères adoptèrent cependant la doctrine réformée et mirent leur activité littéraire au service de la diffusion de la nouvelle foi42. Significatif pour la situation fut la grande compétition de spelen van zinne organisée à Gand en 1539. Dix-neuf chambres flamandes et brabançonnes rivalisèrent alors autour de la question de savoir quelle est la plus grande consolation de l’homme mourant (Welc den mensche stervende meesten troost es)43 : tandis que certains participants répondirent à cette question de façon orthodoxe, d’autres pièces présentées à cette occasion révèlent l’influence de la Réforme.

  • 44 Sur les traductions des psaumes en néerlandais au XVIe siècle, voir : Samuel Jan LENSELINK, De Nede (...)
  • 45 K. PORTEMAN et M. SMITS-VELDT, op. cit., p. 53-57.
  • 46 Yvonne SHERWOOD, « Scenes of Textual Repentance and Critique/Confession : King David between the Re (...)

34Outre les pièces de théâtre moralisateur, les psaumes de David traduits en langue vulgaire et mis en musique pour être chantés comptaient parmi les genres littéraires préférés des réformés. Plusieurs traductions en néerlandais de ces poésies bibliques, imprimées au XVIe siècle (et souvent inspirées des traductions de Clément Marot et de Théodore de Bèze du Psautier de Genève de 1562), parvinrent jusqu’à nous. Elles sont le travail d’un rhétoriqueur, comme les Psalmen Davids (1565) du poète et peintre Lucas de Heere (1534-1584), ou manifestent des influences formelles des textes des rhétoriqueurs, comme les psaumes de Jan Utenhove (ca. 1520-1565) ou de Pieter Datheen (1530/32-1588), de 156644. Ces poésies bibliques répondaient aux aspirations spirituelles des réformés, notamment des calvinistes (mais aussi à celles d’un esprit catholique large comme Eduard de Dene), de glorifier Dieu avec les mots de la Bible et en langue vulgaire45. Les adeptes de la nouvelle foi étaient également attirés par l’intériorité spirituelle de ces textes46, ainsi que par l’image de David (considéré comme l’auteur de l’ensemble des psaumes) qui en émane. Les réformés semblent s’être reconnus dans l’expérience de persécution et dans les luttes intérieures dont témoignent ces textes. Ainsi, nous retrouvons un David persécuté mais combatif, qui semble avoir été perçu comme type des réformés, dans une chanson de gueux de 1567 sur le départ de Guillaume d’Orange (1533-1584) des Pays Bas :

  • 47 Ghy Geusen, wilt u vermeeren, / Laet ons God bidden eenpaer, / Dat hy al dees edel heeren / Wil bew (...)

Vous Gueux, devenez plus nombreux,
prions Dieux unanimement,
pour qu’Il veuille préserver tous ces nobles seigneurs
de toute sorte de malheur ;
pour qu’ils suivent avec franchise, sans crainte,
l’Évangile,
et luttent avec David, de commun accord,
pour la foi Chrétienne véritable47.

  • 48 Anne-Laure VAN BRUAENE, « Printing Plays : the Publication of the Ghent Plays of 1539 and the React (...)
  • 49 Sur la persécution des chambres de rhétorique par le gouvernement central, voir surtout W. WATERSCH (...)

35L’empereur et le gouvernement central à Bruxelles ne tardèrent pas à réagir contre la propagation des idées reformées par les rhétoriqueurs. Environ deux mois après le concours gantois de 1539, les textes des spelen van zinne furent imprimés à Gand par Joost Lambrecht. Un mois après la parution, dans une lettre adressée à la régente Marie de Hongrie, le chancelier de Brabant, Adolf van der Noot, attire l’attention sur les « malvaises et abusives doctrines et séductions, de tout tendant à l’opinion lutheraine » dans les textes, qui sont interdits immédiatement48. Il s’ensuit une série d’ordonnances qui limitèrent sévèrement la liberté d’expression des rhétoriqueurs et qui menèrent à la suppression des chambres et à la confiscation de leurs possessions par le duc d’Albe en 1584. Entre-temps, plusieurs rhétoriqueurs avaient déjà été menés à l’échafaud49.

36Les mesures des autorités contre les sympathies réformatrices des chambres de rhétorique ne réussirent pas à arrêter leurs activités. Or ils gâchèrent sévèrement et définitivement les relations entre ces associations et l’autorité habsbourgeoise. Alors qu’ils avaient joué un rôle important dans la promotion des princes parmi la population des Pays-Bas, les rhétoriqueurs étaient devenus, dans la deuxième moitié du XVIsiècle, un symbole d’hérésie et de révolte.

Le Wilhelmus – En guise de conclusion

  • 50 Pour une bonne introduction en français à la poésie des rhétoriqueurs, voir Dirk COIGNEAU, « Les co (...)

37Je voudrais terminer avec un texte qui, je crois, réunit en lui de façon assez marquante les différentes traditions et évolutions que j’ai essayé de décrire dans ce qui précède. Il s’agit d’une chanson de gueux connue par le prénom par lequel elle s’ouvre et qui devint mondialement connue lorsque, en 1932, elle fut adoptée par les Pays-Bas comme hymne national. Il s’agit du Wilhelmus (entre 1568 et 1572). Il n’y a pas de certitude concernant l’auteur, mais le texte contient des caractéristiques de la littérature des rhétoriqueurs, comme un acrostiche avec le nom de Willem van Nassov (Guillaume de Nassau) et la dernière strophe qui est appelé « prinche »50.

38Le Wilhelmus évoque le débat intérieur de Guillaume d’Orange entre, d’une part, sa loyauté envers l’autorité habsbourgeoise, d’autre part, sa conscience révoltée face aux atrocités que doivent subir les habitants des Pays-Bas. Le drame de Guillaume est exprimé de façon incisive dans la huitième strophe de la chanson :

  • 51 Als David moeste vluchten / Voor Saul den Tyran: / Soo heb ick moeten suchten / Met menich Edelman: (...)

Comme David dut s’enfuir
pour Saül le tyran :
ainsi moi j’ai du soupirer
avec bon nombre de nobles :
or Dieu éleva David,
et le libéra de la détresse,
il le donna un grand Royaume
en Israël51.

39Dans ces vers, les deux types de David que je viens d’évoquer se confondent : celui du David « extérieur », chef des bergers puis du peuple d’Israël, et celui du David « intérieur », homme persécuté recevant la grâce de Dieu. Or ici David n’est plus un type ou un exemple pour le prince catholique Charles Quint qu’il fut si souvent dans les écrits des rhétoriqueurs. Type de Guillaume d’Orange, il devint en presque tout l’opposé de l’empereur : un symbole de l’opposition au pouvoir des Habsbourg et de la défense de la foi réformée.

Haut de page

Notes

1 Il existe plusieurs descriptions contemporaines de cette tournée et des joyeuses entrées, dont la plus connue et la plus détaillée est sans doute celle de Juan Cristóbal CALVETE DE ESTRELLA, El felicissimo viaie d’el muy alto y muy poderoso Príncipe Don Phelippe, hijo d’el Emperador Don Carlos Quinto Maximo, desde España à sus tierras dela baxa Alemaña: con la descripcion de todos los Estados de Brabante y Flandes, Anvers : Martin Nuyts, 1552. De nombreuses études ont été dédiées à cette tournée. Voir, par exemple, Jean JACQUOT, « Panorama des fêtes et cérémonies du règne », in : Jean JACQUOT (dir.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint, Paris : CNRS, 1960, p. 445-452 ; Mark MEADOW, « Ritual and Civic Identity in Philip’s II 1549 “Blijde Incompst” », in : Reindert FALKENBURG (dir.), Hof- staats- en stadsceremonies. Nederlands Kunsthistorisch Jaarboek, 49, 1998, p. 37-68 ; Dina ARISTODEMO et Fernando BRUGMAN, « The Joyeuses entrées of 1549. The staging of royal power and civic prestige », in : Wim DE GROOT, The Seventh Window. The King’s Window donated by Philip II and Mary Tudor to Sint Janskerk in Gouda (1557), Hilversum : Verloren, 2005, p. 28-37.

2 Sur les joyeuses entrées aux Pays-Bas, voir Hugo SOLY, « Plechtige intochten in de steden van de Zuidelijke Nederlanden tijdens de overgang van de middeleeuwen naar nieuwe tijd: communicatie, propaganda, spektakel », Tijdschrift voor geschiedenis, 97, 1984, p. 341-361 ; Peter J. ARNADE, Realms of ritual: Burgundian ceremony and civic life in the late medieval Ghent, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 1996 ; Elodie LECUPPRE-DESJARDIN, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout : Brepols, 2004.

3 J. JACQUOT, art. cit. ; Juan Rafael DE LA CUANDRA BLANCO, « King Philip of Spain as Solomon the Second. The origins of Solomonism of the Escorial in the Netherlands », in : W. DE GROOT, op. cit., p. 170-172.

4 J.R. DE LA CUANDRA BLANCO, art. cit., p. 171. Sur ce Chapitre de la Toison d’Or, voir aussi Fernand DONNET, Le chapitre de la toison d’or tenu en l’église de Notre-Dame lors du second séjour du roi Philippe II en la ville d’Anvers, Anvers : Albert De Tavernier, 1924.

5 Pour une introduction sur les chambres de rhétorique en français, voir Herman PLEIJ, Le bas Moyen Age et le temps de la rhétorique, in : Hanna STOUTEN, Jaap GOEDEGEBUURE et Frits VAN OOSTROM (éds.), Histoire de la littérature néerlandaise, Paris : Fayard, 1999, p. 71-155. Récemment sont apparus deux excellentes études historiques sur le phénomène des rhétoriqueurs dans les Pays-Bas du Sud et du Nord : Anne-Laure VAN BRUAENE, Om beters wille: Rederijkerskamers en de stedelijke cultuur in de Zuidelijke Nederlanden (1400-1650), Amsterdam : Amsterdam University Press, 2008 et Arjan VAN DIXHOORN, Lustige geesten: Rederijkers in de Noordelijke Nederlanden (1480-1650), Amsterdam : Amsterdam University Press, 2009.

6 Les processions générales à Bruges sont présentés en détail dans Arthur GAILLARD, « De “Processiën generael” en de “hallegeboden” te Brugge », Verslagen en mededelingen van de Koninklijke Academie voor Nederlandse Taal- en Letterkunde, 1912, p. 1061-1202.

7 Eduard DE DENE, Testament Rhetoricael (manuscrit), Gand, Bibliothèque Universitaire, BHSL.HS.3330, fol. 331r°.

8 Wim HÜSKEN (éd.), De spelen van Cornelis Everaert: opnieuw uitgegeven, van inleiding, annotaties en woordverklaringen voorzien, Hilversum : Verloren, 2005, 1, p. 274-299.

9 Matthijs DE CASTELEIN, De Const van Rhetoriken, Gand : Jan Cauweel, 1555, p. 91.

10 Sur la typologie au Moyen Age, voir le bel essai d’Erich AUERBACH, Figura : La Loi juive et la Promesse chrétienne, Paris : Editions Macula, 2004 ; la typologie dans les écrits des rhétoriqueurs est analysée dans Brigitte DEKEYZER, « Een gelaagde bijbellectuur: over het gebruik van typologie in de rederijkersliteratuur », Jaarboek De Fonteine, 45-46, 2003-2004, p. 9-30.

11 Anne WALTERS ROBERTSON, Guillaume de Machaut and Reims: context and meaning in his musical works, Cambridge : Cambridge University Press, 2002, p. 229-248 ; cf. Ernst KANTOROWICZ, The king’s two bodies: a study in mediaeval political theology, Princeton : Princeton University Press, 1997.

12 Die triumphe van dat cronemente van den keyser Ende dye triumphelijcke incoemste van Aken, Anvers : Willem Vorsterman, 1520, fol. 6r°.

13 Guy DELMARCEL, Los honores: Flemish tapestries for the Emperor Charles V, Anvers : Pandora, 2000, p. 124.

14 Dirk COIGNEAU, « ‘Den Boeck’ van Brussel: een geval apart ? », Jaarboek De Fonteine, 49-50, 1999-2000, p. 31-44.

15 Sur les activités littéraires dans le contexte des fêtes princières urbaines aux Pays-Bas, voir Samuel MAREEL, Voor vorst en stad: rederijkersliteratuur en vorstenfeest in Vlaanderen en Brabant (1432-1561), Amsterdam : Amsterdam University Press, 2010.

16 Ibid., p. 77-103.

17 Bart RAMAKERS, Spelen en figuren: toneelkunst en processiecultuur in Oudenaarde tussen Middeleeuwen en Moderne Tijd, Amsterdam : Amsterdam University Press, 1996.

18 Sur les représentations de David comme prototype du prince, voir aussi Louis GOOSSEN, Van Abraham tot Zacharia: thema’s uit het Oude Testament in religie, beeldende kunst, literatuur, muziek en theater, Nijmegen : SUN, 1999, p. 64-73.

19 Wim VAN ANROOIJ, Helden van weleer: de negen besten in de Nederlanden (1300-1700), Amsterdam : Amsterdam University Press, 1997. Sur le thème des Neuf Preux dans les processions et joyeuses entrées, voir surtout p. 167-196.

20 E. DE DENE, op. cit., fol. 16r°.

21 E. DE DENE, op. cit., fol. 323r°.

22 S. MAREEL, op. cit., p. 143-181.

23 Desiderius ERASMUS, Opvoeding: etiquette, leren studeren, de opvoeding van kinderen, de opvoeding van de christenvorst, tegen de barbaren, éd. et trad. Jeanine DE LANDTSHEER, Amsterdam : Athenaeum-Polak en Van Gennep, 2006, p. 204.

24 Sur ce phénomène pendant la Renaissance, voir le livre de Timothy HAMPTON, Writing from History: The Rhetoric of Exemplarity in Renaissance Literature, Ithaca, NY-Londres : Cornell University Press, 1990.

25 Sur l’ambiguïté du personnage de David, voir, par exemple, Baruch HALPERN, David’s Secret Demons: Messiah, Murderer, Traitor, King, Grand Rapids : Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 2003 et Tod LINAFELT, Claudia V. CAMP et Timothy BEAL (dir.), The Fate of King David. The Past and Present of a Biblical Icon, New York-London : Continuum, 2010.

26 Adrian WILSON et Joyce LANCASTER WILSON, A Medieval Mirror. Speculum Humanae Salvationis 1324-1500, Berkeley : University of California Press, 1984, p. 169.

27 Bart RAMAKERS, Spelen en figuren.

28 E. DE DENE, op. cit., fol. 17v°.

29 Herman PLEIJ a consacré toute une étude à ce poème : De sneeuwpoppen van 1511: literatuur en stadscultuur tussen middeleeuwen en moderne tijd, Amsterdam : Meulenhoff, 1988. Pour une analyse du passage avec David et Bethsabée, ainsi que d’autres représentations semblables de cette scène, voir p. 92, 266-267, 302-303.

30 Jacobus Johannes MAK (éd.), De gedichten van Anthonis de Roovere : naar alle tot dusver bekende handschriften en oude drukken, Zwolle : Tjeenk Willink, 1955, p. 382-383 ; W. VAN ANROOIJ, op. cit., p. 170-171.

31 D. ERASMUS, op. cit., p. 255.

32 Volc van Allen Staeten: Al was Davidt goet ende helich, / omdat hy van oorloghe was een voorvechtere / soo en mocht hy Gods tempel niet zyn een rechtere / wantet hadde gheweist moeyte verloren. // Gheestelic ende Weerlic: Godt hadde Salemon daertoe vercoren, / die in zynen tyt den payselicken conync hiet. / Want Godt en wilde niet, tes zoo ghesciet, / dat den dienst der sacreficien Hem danckelic was / dan in den tempel van payse. (v. 306-314) (W. HUSKEN, éd. cit., p. 1027-1028).

33 Cette pratique est analysée dans Wim HUMMELEN, « Het tableau vivant, de “toog”, in de toneelspelen van de rederijkers », Tijdschrift voor Nederlandse Taal- en Letterkunde, 108, 1992, p. 193-222.

34 André VANDEWALLE, « Een Europees handelscentrum, 1100-1480 », in : Marc RYCKAERT et al. (éds.), Brugge: de geschiedenis van een Europese stad, Tielt : Lannoo, 1999, p. 61-96 ; André VANDEWALLE et Ludo VANDAMME, « Het Spaanse Brugge, 1490-1600 », in : M. RYCKAERT et al. (éds.), op. cit., p. 113-139 ; Wim BLOCKMANS, « “Fondans en melencolie de povreté.” Vivre et travailler à Bruges 1482-1584 », in : Maximiliaan MARTENS (éd.), Bruges et la Renaissance. De Memling à Pourbus, Bruges : Stichting Kunstboek/Ludion, 1998, p. 26-32.

35 Pour une analyse du théâtre sociopolitique de Cornelis Everaert et sa critique de la situation politique et sociale, voir S. MAREEL, « Entre ciel et terre. Le théâtre socio-politique de Cornelis Everaert », European Medieval Drama, 12, 2008, p. 93-108 et id., « ‘You serve me well’. Representations of gossip, newsmongering and public opinion in the plays of Cornelis Everaert », in : Jan BLOEMENDAL, Arjan VAN DIXHOORN et Elsa STRIETMAN (dir.), Literary Cultures and Public Opinion in the Low Countries, ca. 1450-1650, Leyde : Brill Academic Publishers, 2011, p. 37-53.

36 S. MAREEL, Voor vorst en stad, p. 66-70.

37 Dirk COIGNEAU, « De Dene : katholiek of hervormd ? », Jaarboek De Fonteine, 19-20, 1969-1970, p. 243-249.

38 Dirk COIGNEAU, « De Psalmberijmingen van Eduard de Dene », Jaarboek De Fonteine, 19-20, 1969-1970, p. 213-241. En 1540, Simon Cock d’Anvers publia les Souterliedekens, qui connurent un grand succès parmi les Catholiques comme parmi les Réformés (Karel PORTEMAN et Mieke SMITS-VELDT, Een nieuw vaderland voor de muzen: geschiedenis van de Nederlandse literatuur 1560-1700, Amsterdam : Bert Bakker, 2008, p. 54-55).

39 Cf. E. DE DENE, op. cit., fol. 12r°, 36r°, 128r°, 171r°.

40 Werner WATERSCHOOT, « De rederijkerskamers en de doorbraak van de reformatie in de Zuidelijke Nederlanden », Jaarboek De Fonteine, 45-46, 1995-1996, p. 143 ; Guido MARNEF, « Rederijkers en religieuze vernieuwing te Antwerpen in de tweede helft van de zestiende eeuw », in : Bart RAMAKERS (éd.), Conformisten en rebellen: rederijkerscultuur in de Nederlanden (1400-1650), Amsterdam : Amsterdam University Press, 2003, p. 174-188 ; cf. A.-L. VAN BRUAENE, Om beters wille et A. VAN DIXHOORN, op. cit.

41 Sur le genre des spelen van zinne, voir, entre autres, Marijke SPIES, «‘Op de questie…’: Over de structuur van 16e-eeuwse zinnespelen», De nieuwe taalgids, 83 (2), 1990, p. 139-150 et Nelleke MOSER, De strijd voor rhetorica: poëtica en positie van rederijkers in Vlaanderen, Brabant, Zeeland en Holland tussen 1450 en 1620, Amsterdam : Amsterdam University Press, 2001.

42 Sur les rederijkers et la Réforme, voir W. WATERSCHOOT, art. cit. ; Gary WAITE, Reformers on stage: popular drama and religious propaganda in the Low Countries of Charles V, 1515-1556, Toronto : University of Toronto press, 2000. Plus général sur la Réforme dans les Pays-Bas : Johan DECAVELE, De dageraad van de reformatie in Vlaanderen (1520-1565), Bruxelles : Paleis der Academiën, 1975, 2 vols ; Alastair DUKE, Reformation and revolt in the Low Countries, Londres : Hambledon press, 1990.

43 Pierre BRACHIN, « La “fête de rhétorique” de Gand (1539) », in : Jean JACQUOT (éd.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint, Paris : CNRS, 1960, p. 255-279 ; Benjamin ERNE et Leendert VAN DIS (éds.), De Gentse Spelen van 1539, 's-Gravenhage : Nijhoff, 1982, 2 vols.

44 Sur les traductions des psaumes en néerlandais au XVIe siècle, voir : Samuel Jan LENSELINK, De Nederlandse psalmberijmingen van de souterliedekens tot Datheen: met hun voorgangers in Duitsland en Frankrijk, Dordrecht : Van den Tol, 1983 ; cf. D. COIGNEAU, « De psalmberijmingen ».

45 K. PORTEMAN et M. SMITS-VELDT, op. cit., p. 53-57.

46 Yvonne SHERWOOD, « Scenes of Textual Repentance and Critique/Confession : King David between the Renaissance and the Reformation, the Secular and the Sacred, and Samuel and Psalms », in : T. LINAFELT, C. V. CAMP et T. BEAL (dir.), op. cit., p. 196-203.

47 Ghy Geusen, wilt u vermeeren, / Laet ons God bidden eenpaer, / Dat hy al dees edel heeren / Wil bewaren voor eenich misbaer; / Op dat zy vrymoedich, sonder vaer, / Het Evangelium volghen naer, / En strijden met David, eendrachtich, / Voor dat Christen-gheloove warachtig (Johannes VAN VLOTEN, Nederlandsche geschiedzangen. Eerste bundel. 863-1572, Amsterdam : Schadd, 1864, p. 312-315).

48 Anne-Laure VAN BRUAENE, « Printing Plays : the Publication of the Ghent Plays of 1539 and the Reaction of the Authorities », Dutch Crossing, 24, 2000, p. 265-284.

49 Sur la persécution des chambres de rhétorique par le gouvernement central, voir surtout W. WATERSCHOOT, op. cit.

50 Pour une bonne introduction en français à la poésie des rhétoriqueurs, voir Dirk COIGNEAU, « Les concours de “referain”. Une introduction à la rhétorique néerlandaise », in : Jean-Claude ARNOULD et Thierry MANTOVANI (éds.), Première poésie française de la Renaissance. Autour des Puys poétiques normands, Paris : Chamption, 2003, p. 489-503 ; cf. Herman PLEIJ, Het gevleugelde woord: geschiedenis van de Nederlandse literatuur 1400-1560, Amsterdam : Bert Bakker, 2007, p. 335-393.

51 Als David moeste vluchten / Voor Saul den Tyran: / Soo heb ick moeten suchten / Met menich Edelman: / Maer Godt heeft hem verheven, / Verlost uut alder noot, / Een Coninckrijck ghegheven / In Israel seer groot. (Esgo Taco KUIPER (éd.), Het Geuzenliedboek, Zutphen : W.J. Thieme & Cie, 1924, no. 44)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Mareel, « « Tu as versé beaucoup de sang, et tu as fait de grandes guerres ». Charles Quint et le roi David dans les écrits des rederijkers », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21232 ; DOI : 10.4000/e-spania.21232

Haut de page

Auteur

Samuel Mareel

Fonds voor Wetenschappelijk Onderzoek Vlaanderen (FWO), Université de Gand, département de littérature

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page