Navigation – Plan du site
Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du ‎XVIe siècle (1516-1556)

L’Arétin, poète et polémiste au service de la rhétorique impériale

Juan Carlos D’Amico

Résumés

L’article de Juan Carlos D’Amico analyse les rapports entre l’Arétin, appelé par ses admirateurs le fléau des princes, et Charles Quint. L’écrivain avait fait de l’éloge et de la célébration des puissants de la terre la source de son indépendance matérielle. On peut être choqué par son adulation et ses tirades dithyrambiques adressées à l’empereur et roi d’Espagne. Cependant, il faut y voir la conséquence logique d’une stratégie originale pour éviter les servitudes d’une vie courtisane. À cela, nous pouvons ajouter que Charles Quint avait besoin d’une voix amie à Venise pour y défendre sa politique et y trouver l’appui nécessaire à la poursuite de sa lutte contre François Ier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pietro ARETINO, Lettere, Paolo PROCACCIOLI (dir.), Rome : Salerno, 1997-2002, VI, p. 233-234.

Augusto invitto, Carlo sacrosanto,
Ammirando e tremendo Imperatore,
Cesar, che del trionfo vincitore
Sete l’essemplo, il miracolo, e il vanto ;
D’immortal lume ornano il mondo tanto,
L’Eroiche virtú del vostro core,
Che davvi il grado del regnante onore
Lo scettro, il trono, il Diadema, e il manto
1.

  • 2 Ibid., VI, p. 18.

1Notre intervention prendra en considération les rapports entre l’Arétin et l’empereur Charles Quint pendant les années où l’écrivain séjournait dans la République de Venise. Nous évoquerons d’abord le ton de dérision que la plume de l’Arétin réservait à Charles Quint, puis la métamorphose de l’écrivain, à partir de 1536, la naissance de ses rapports avec la diplomatie espagnole, et enfin, son rôle de polémiste et de poète au service de la rhétorique impériale. Considéré comme un condottiere de la plume, l’Arétin s’affirma dans le panorama culturel italien de la Renaissance, grâce à son originalité, à son extravagance et à sa verve polémique vis-à-vis de la tradition humaniste. Auteur de comédies, de pièces en vers de différents genres, d’oeuvres religieuses et d’une tragédie, l’Arétin publia aussi six volumes de lettres qui sont un témoignage du rythme frénétique de ses échanges épistolaires avec des hommes de lettres, des artistes et des militaires de son époque, mais aussi avec des monarques, des princes et des seigneurs d’Italie et d’Europe. Appelé par ses admirateurs le fléau des princes, l’écrivain était craint par les puissants de son époque pour être, comme lui-même se définissait, « un témoin implacable et authentique des vertus et des vices » des cours princières2. Son exemple, quoique assez spécifique vu l’originalité du personnage, est significatif. Il montre comment un homme de culture pouvait se servir de ses relations avec le pouvoir politique, pour en tirer le maximum de bénéfices et, si nécessaire, les utiliser contre ses adversaires.

Un ennemi redoutable

2C’est au début des années vingt du XVIe siècle, que l’Arétin devint célèbre pour ses pasquinades, des pièces en vers caractérisées par une violente dénonciation de la corruption politique de la curie romaine. Développées avec un goût accentué pour le paroxysme, ces pièces burlesques et sarcastiques dénoncaient les vices, les excès et les hypocrisies des cardinaux, par le biais d’invectives très véhémentes et caricaturales, un goût pour le scandale et un vocabulaire souvent très incisif et obscène.

  • 3 Voir Angelo ROMANO, Periegesi Aretiniane, Rome : Salerno, 1991, p. 15-37.
  • 4 Voir la lettre de Rome datée du 24 avril 1525 adressée à François Ier, in : P. ARETINO, Lettere…, (...)
  • 5 Lettre datée du 7 juillet 1527. Ibid., doc. IV, p. 64. Pour l’occasion l’Arétin écrira aussi une « (...)
  • 6 Dans l’épître en vers adressée au roi de France, l’Italie, sous forme d’allégorie, parle ainsi de l (...)

3L’Arétin vécut à Rome jusqu’en 1525, date à laquelle il décide de s’en éloigner après un attentat contre sa personne organisé par le dataire Giberti3. Il est important, pour la suite des événements, de souligner qu’à cette époque l’écrivain est lié à la cour de France et que, malgré la défaite de Pavie, il reste fidèle à François Ier4. Après son départ de Rome, l’Arétin séjourne au camp de Jean des Bandes Noires jusqu’à la mort du chef militaire, puis à Mantoue, à la cour des Gonzague, et à partir de mars 1527, s’installe à Venise. C’est de là, qu’après le sac de Rome, il adresse au marquis de Mantoue des vers dans lesquels il exprime toute son amertume et son indignation pour l’outrage subi par la ville, « dans les mains de chiens et de monstres sans pitié ». Il s’insurge contre les crimes des Espagnols et des Allemands et voudrait avoir pour eux des mots qui « fussent des épieux et des arquebuses »5. Il oppose la clémence et la pitié de Soliman à l’égard des vaincus — lors de la prise de Rhodes — à la barbarie des troupes de celui qui porte le titre de Catholique et qui a offensé celui de César, comme jadis l’avait fait Néron, n’ayant su donner à Rome que supplices et mort. Selon l’Arétin, Charles Quint était un imposteur et le vrai roi des Romains était le Très Chrétien roi de France. Cela ressort des vers que l’écrivain compose pour François Ier avant le mois d’août 1527, alors que Clément VII était encore prisonnier au Château Saint-Ange. Il s’agit d’un lamento au nom de l’Italie « affligée, nue et misérable » qui appelle le roi de France à descendre rapidement dans la péninsule et qui contient de virulents vers à l’égard de Charles Quint6.

  • 7 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 63.
  • 8 Ibid., I, p. 64.

4À la même époque, l’Arétin envoie à l’empereur une lettre dans laquelle il propose une explication de la catastrophe qui s’est abattue sur la ville. Sa thèse se rapproche de celle soutenue par le cercle érasmien de la cour impériale, à savoir que la punition est l’œuvre de la Providence. Selon l’écrivain, la seule véritable cause de la colère divine est la corruption du clergé et il exhorte Charles Quint à libérer le pape afin d’éviter que cette punition ne se transforme en un acte de cruauté pour la victime7. Ce thème de la corruption des cours, que l’Arétin avait déjà développé dans sa première rédaction de la Cortigiana, était aussi le reflet de ses mésaventures à la cour romaine. Quelques jours après avoir envoyé sa lettre à l’empereur, l’Arétin en envoie une à Clément VII, dans laquelle il revient sur les responsabilités du clergé et conseille au pape de se réconcilier avec l’empereur8.

  • 9 A. LUZIO, Pietro Aretino..., doc. IV, p. 67-68.

5Au cours de la même période, il s’adresse à nouveau à Charles Quint pour lui rappeler les devoirs du roi des Romains. En s’appuyant implicitement sur la translatio imperii, l’Arétin lui rappelle son lien avec la Ville éternelle, son devoir de la protéger et de répandre sa splendeur dans tout l’univers comme jadis les empereurs l’avaient fait. Au lieu d’affliger la ville, il devrait organiser une nouvelle croisade qui enfin l’emporterait sur la « secte infidèle » et réaliser ainsi la conquête de l’Orient9.

  • 10 Ibid., p. 86.
  • 11 Ibid.,p. 86. Sur le couronnement de Charles Quint à Bologne, voir, entre autres, Roberto RIGHI (dir (...)

6En 1528, après une dégradation de ses relations avec le marquis de Mantoue, qui ira jusqu’à le menacer de mort, l’écrivain pensera quitter Venise pour la cour de François Ier. L’année suivante, le calme étant revenu, l’Arétin cherche à obtenir un bref du pape et un privilège impérial pour publier la Marphise qu’il avait écrite en l’honneur du marquis de Mantoue. Giovan Battista Malatesta, chargé par Frédéric Gonzague de plaider sa cause à Bologne auprès des deux monarques, informe le marquis de l’impossibilité d’obtenir les faveurs sollicitées. Il est en effet soupçonné par le pape et l’empereur d’avoir écrit un testament ignominieux à leur égard10. Informé de ces accusations, l’écrivain se défend en niant la paternité du testament et en affirmant que, bien au contraire, il avait écrit des sonnets et un pronostico dans lesquels il saluait favorablement la rencontre de Bologne11.

  • 12 Voir l’éloge que l’Arétin fait de la République de Venise en la comparant à la cour de Rome corromp (...)

7En 1531 se produit la rupture définitive entre l’Arétin et le duc de Mantoue, mais le projet de quitter Venise est déjà écarté à cette époque puisque l’écrivain a pu constater la bonne disposition des autorités vénitiennes à son égard. Avec le temps, il se rend compte que Venise est l’endroit idéal pour mettre en pratique son projet. Depuis son palais sur le Grand Canal, il pourra distribuer, selon la générosité des émoluments reçus, les honneurs et les éloges aux puissants de la terre. Bien évidemment, l’écrivain se réservera toujours la possibilité de s’acharner sur quiconque ne jugera point opportun de recourir à ses services12. D’autre part, dans la querelle interminable qui oppose le roi de France à l’empereur, il continue à prendre parti pour le premier.

  • 13 Ce pronostico a été publié par Angelo ROMANO, in : Pietro ARETINO, Cortigiana, Pronostico, Farza, (...)
  • 14 « E la fortuna, conoscendo di avere avuto il torto a essere imbertonata delle sue mascelle, farà og (...)

8Le pronostico de l’année 1534, dédié à François Ier, témoigne du ton sur lequel l’Arétin parle de Charles Quint13. Avec un langage satirique et riche en métaphores, l’écrivain nous livre un récit qui se veut prophétique sur le sort qui attend l’empereur. Il se moque de la victoire fantôme que Charles Quint avait remportée sur Soliman l’année précédente, et il lui prédit pour l’année à venir la perte de Gênes, de Milan et du royaume de Naples. L’écrivain trace avec beaucoup d’humour les déboires qui attendent le parti impérial, une fois que la Fortune, comprenant son tort d’être séduite par les mâchoires impériales, cherchera par tous les moyens à ruiner l’empereur, car pour tout remerciement des faveurs qu’elle lui a accordées, elle n’a pas obtenu le moindre jupon ni le moindre temple de « Son Altesse avare »14.

  • 15 « [...] onde per il consiglio de Covos [Francisco de los Cobos], asino di broccato riccio, muterà i (...)

9La causticité de la plume de l’Arétin recourt à toute une panoplie d’arguments qui sont une façon de tourner en dérision la rhétorique impériale. La devise de l’empereur — deux colonnes d’Hercule avec les mots plus ultra, symbole de grandeur et de puissance — devra bientôt être remplacée par une autre dans laquelle, cette fois-ci, seront inscrits les mots non plus ultra sur un fond dominé par deux poêles allemands. Cette nouvelle devise n’est autre que le signe de la défaite et l’image symbolique de la nouvelle voie qui s’ouvre à l’empereur : sur les traces de son aïeul Maximilien, il finira mélancoliquement ses jours enfermé dans une taverne pour apaiser ses peines. Les routes du monde se referment pour l’empereur itinérant : plus de montagnes à franchir, plus de terres à visiter. Son pouvoir réduit par la perte de tous les territoires italiens n’inquiétera plus personne, et le concile, qu’il finira par convoquer pour faire plaisir à Luther, sera inoffensif pour l’Église romaine15. Sous la plume de l’Arétin, Charles Quint est encore l’héritier de ses prédécesseurs, avec toutefois une différence : la comparaison ne se construit plus sur les vertus implicites des empereurs du passé mais sur les vices de son grand-père paternel.

  • 16 « E volendosi inviare inverso quella Italia, nella quale è alloggiato senza discrezione, e con le f (...)

10De plus, toutes les vertus qui étaient reliées à la maiestas de César Auguste sont traitées avec ironie. Contrairement à ce qu’affiche son titre, l’Empereur des Romainsest logé en Italie de façon abusive. Incapable de discerner le bien du mal, il se conduit arbitrairement, manquant ainsi à une des fonctions les plus hautes et les plus symboliques de son rôle : celle d’un prince sage, dispensateur de justice. Les autres défauts qui accompagnent ce manque de justice sont l’avarice, la rapine et la cruauté que l’Arétin rend de façon emphatique par le rapprochement des adjectifs : « impériale », « catholique » et « césarienne ». Les attributs impériaux, comme le sceptre, l’épée ou le globe, qui caractérisaient le pouvoir de l’empereur et qui étaient le reflet direct de ses vertus, sont devenus de vils instruments dans les mains d’un boucher quelconque qui les utilise pour raser, tondre ou écorcher aussi bien ses ennemis que ses amis16. Ces symboles traditionnels sont remplacés par des outils qui ont tous le même but : priver les hommes de leurs biens et de leur vie. Ces outils deviennent ainsi les symboles de la mauvaise administration de la justice et de la cruauté de l’empereur.

  • 17 « [...] consagrarà i carri (sopra i quali ha triomphato senza sua colpa) nel foco della cocina di V (...)
  • 18 « [...] spoglie et trophei ispani che la corte cesarea lasciò in pegno agli hosti, ai pizzicaroli, (...)
  • 19 « [...] il qual saio, come ognuno sa, fu un piviale di papa Adriano rubato della sagrestia di San P (...)

11Avec la même verve satirique, l’Arétin, utilisant l’image des triomphes et des entrées impériales, prédit à l’empereur une consécration dans le « feu de la cuisine de Vénus », avec une référence à ses faiblesses sensuelles et au fait que le papier sur lequel sont rédigées ses victoires militaires, sert à Mars uniquement pour se torcher le derrière17. Dans le même texte, l’écrivain plaint les Bolonais qui, à deux reprises, en 1530 et 1533, avaient connu les « abus »et les « rapines » des Espagnols, et il accuse Charles Quint d’avoir revêtu lors de son couronnement des habits volés pendant le sac de Rome18. Pour lui, l’empereur était le premier responsable de ce crime contre l’Église romaine, où le Christ avait été crucifié pour la seconde fois19.

  • 20 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 88-90. De la libéralité du roi français et de son rôle de mécène, l’A (...)

12Mais l’invective contre les vices, les fautes et les défauts de Charles Quint dans ce pronostico allait beaucoup plus loin et l’Arétin l’accusait d’être un luthérien, un juif, d’avoir le mal français et d’entretenir une relation incestueuse avec sa belle-sœur. Le portrait impérial qui ressortait de ce pronostico était, en outre, celui d’un prince misanthrope, ingrat, dissolu, et malheureux à cause de son prognathisme. En revanche, François Ier apparaissait comme un parfait prince de la Renaissance, vertueux, libéral et magnanime. Un monarque éclairé, protecteur des arts et des lettres, dont l’Arétin venait de recevoir la fameuse chaîne en or, comme en témoignent deux lettres du mois de novembre 1533, l’une adressée au roi de France lui-même, l’autre à Montmorency20.

  • 21 Sur l’image de Charles Quint, voir entre autres Fernando CHECA CREMADES, Carlo V y la imagen del hé (...)

13Ce texte, d’une ironie mordante et provocatrice, a sans doute fait enrager les partisans du parti impérial et les Espagnols qui résidaient dans la péninsule et montre à quel point l’Arétin était un ennemi redoutable pour l’image et les intérêts de Charles Quint en Italie21. L’empereur ne pouvait pas laisser un condottiere de la plume, comme l’Arétin aimait à se définir, exercer librement ou pour le compte de ses ennemis, sa créativité caustique et son désir de gloire mondaine. Cela explique la stratégie des hommes du parti impérial qui, dans l’impossibilité de frapper directement l’écrivain hostile et irrévérencieux, ouvriront une brèche, à coup de cadeaux, dans son dévouement francophile.

  • 22 Voir la lettre de Giovan Battista Castaldo à l’Arétin du 15 mai 1534, où le capitaine et lettré nap (...)
  • 23 Dans le Pronostico de 1534, l’Arétin avait écrit du général espagnol : « il cadavero [...] di Anton (...)

14Cette idée naît probablement dans l’entourage du général Antonio de Leyva, commandant des troupes impériales en Italie, lequel, dès les premiers mois de 1534 manifeste le désir de devenir protecteur de l’Arétin en lui promettant une somme d’argent annuelle dont le montant serait fixé par l’écrivain lui-même22. En s’assurant la bienveillance de l’Arétin, le général pouvait espérer au moins limiter les ravages de sa plume satirique23. Toutefois, plus qu’un simple geste individuel visant à apaiser un dénigreur, la démarche du général espagnol est à considérer dans une stratégie plus globale destinée à améliorer la mauvaise réputation dont jouissent les Espagnols dans la cité des doges. Les Espagnols savaient parfaitement que la méfiance à l’égard de Charles Quint restait très forte à Venise malgré les positions officielles. D’autre part, le général de Leyva, qui était à l’origine de toutes les souffrances subies par les Milanais à cette époque, espérait pouvoir être nommé gouverneur de Milan à la mort du duc Francesco Sforza, mais pour cela, il fallait que le duché restât sous la domination de l’empereur avec le consentement des Vénitiens.

  • 24 « Don Giovanni Caraffa, onor de la nobiltà sua, mi ha data la gran coppa con il coperchio, la quale (...)
  • 25 Ibid., p. 95.
  • 26 Ibid., p. 101-102.
  • 27 En février 1535, Monsieur de la Forêt, en mission auprès de la Sublime Porte, avait reçu des ordres (...)

15En juin 1534, l’Arétin écrit une lettre au général espagnol pour le remercier d’une coupe en or qu’il lui avait envoyée24. En novembre, le secrétaire de Lope de Soria, ambassadeur à Venise, lui fait parvenir de la part du cardinal de Trente, ami du parti impérial, deux médailles et une somme d’argent25. Entre la fin de 1534 et le début de l’année suivante, l’écrivain développe ses rapports avec les hommes du parti impérial, mais l’impasse est difficile à surmonter. En mai 1535, l’Arétin explique à Antonio de Leyva, à sa façon, le dilemme dans lequel il se trouve : pendu à la chaîne offerte par le roi de France ; suspendu à une décision de Charles Quint qui tarde à venir. Il profite de l’occasion pour rappeler au général la promesse d’une pension qu’il lui avait faite quelques mois auparavant26. À cette époque, l’empereur avait d’autres soucis puisqu’il se trouvait à Barcelone en train de préparer la campagne en Afrique du Nord27. Cependant, Leyva ne tarda pas à se manifester à nouveau auprès de l’écrivain avec une deuxième coupe en or.

La pension impériale

  • 28 En février 1536, le premier traité officiel entre la France et Soliman fut signé. L’ambassadeur fra (...)
  • 29 Charles Quint, qui venait de conclure victorieusement sa campagne en Afrique, avait triomphalement (...)
  • 30 « E se cotal carta avesse spirito, preporrebbe se istessa a tutte le gloriose carte de gli antiqui, (...)
  • 31 Le 16 juin, à l’apparition de la flotte turque sur les côtes italiennes, le pape Paul III avait écr (...)
  • 32 Voir la lettre que l’évêque de Lavaur écrit à François Ierle 8 février 1536, in : Collection de do (...)

16De plus en plus préoccupée par les nouvelles des négociations entre François Ier et Soliman, Venise avait été obligée de ratifier les Capitulations de Bologne avec l’empereur28. En mars 1536, l’Arétin écrit à l’empereur, qui se trouve à Naples, une lettre dans laquelle il accuse François Ier de combattre la religion chrétienne29. Cette lettre, écrite dans un style soutenu et précieux, affiche une liste complète des vertus de l’empereur et affirme que ses mérites seront bientôt reconnus par l’univers entier. À cela s’ajoute la certitude de l’écrivain que Dieu, après avoir agrandi le monde pour donner de l’espace à ses mérites, doit aussi élargir le ciel pour qu’il puisse contenir toute la gloire du nouveau César, « vrai ami du Christ » sur la terre30. La nouvelle de l’accord signé entre le roi de France et les Turcs avait surpris et étonné l’univers chrétien et permettait à l’écrivain de justifier son attitude et son rapprochement de l’empereur31. Toutefois, il est difficile de croire que l’argument était uniquement de nature opportuniste. S’il est vrai que l’Arétin n’attendait que l’occasion propice pour passer du côté impérial, il est vrai aussi que l’accord entre Francois Ier et la Sublime Porte avait été perçu avec frayeur par les habitants de la péninsule32.

  • 33 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 122. Toutefois, l’Arétin se montrera encore une fois mauvais prophète (...)
  • 34 Ibid., p. 126.Dans une lettre du 16 octobre 1536 « al Signor Gonzalo Perez », il remercie le secrét (...)
  • 35 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 125-126.

17Au début du mois de juin 1536, l’Arétin poursuit sa nouvelle démarche. Il écrit alors quatre lettres, adressées au campement impérial d’Asti, qui constituent probablement un tournant décisif dans sa relation avec Charles Quint. Dans la première lettre, adressée à Antonio de Leyva, l’écrivain exalte les qualités martiales du général, lui prédisant une victoire éclatante dans la guerre qui approche33. Dans la deuxième, adressée à Luis de Ávila y Zúñiga, général espagnol proche de Charles Quint, il lui demande d’intervenir pour mettre fin aux bruits qui courent sur l’avarice de l’empereur34. C’était, d’ailleurs, l’écrivain lui-même qui avait largement contribué à lui faire cette réputation en lui opposant souvent la magnanimité de François Ier. La troisième lettre est adressée à Giovan Battista Castaldo, son intermédiaire auprès de Leyva, qui se chargeait probablement aussi de traduire ses lettres aux Espagnols35. La quatrième est adressée à l’empereur lui-même. Dans la première partie de cette lettre, l’Arétin fait allusion aux promesses reçues, chante les vertus de Charles Quint et le compare aux anciens empereurs. Mais, par ses prouesses, le héros moderne — véritable agent de Dieu sur la terre — dépasse largement ses prédécesseurs qui avaient dû peiner plus de cinq siècles pour arriver à pacifier l’Italie. Pour le nouveau César, un jour avait suffi. En voici un extrait :

  • 36 « Ô très grand Régent de peuples et de royaumes, tu es véritablement le seul monarque qui se montre (...)

O Rettor grandissimo de le genti e de i regni, veramente tu solo monarca dimostri di esser fatto a la imagine d’Iddio, e piú d’ogni altro comprendi de la similitudine sua. Perché tu solo Imperadore trapassi le stelle con le piume de la umiltà; tu solo Re fai inviolabile le leggi de la religione; tu solo Principe ti armi per l’onor di Giesú; tu solo Signore non disprezzi la generazione umana, anzi come tutti fussemo il prossimo tuo ci abbracci, e abbraciandoci assicuri dal timore in cui tiene la pravità de gli erranti il giustissimo coltello de la tua eterna potenza. […] Gran cosa che i consigli, e l’armi, de gli antichi Cesari sudarono cinque secoli e mezzo in aver pacifico lo stato di Italia; e tu ne hai presa la possessione in un giorno. E dove non aggiungano le tue forze, arriva la tua bontà; per la qual cosa non domini meno animi che terre36.

  • 37 Selon Paul Larivaille, à la même époque, l’Arétin aurait adressé deux lettres au roi de France en l (...)

18Il serait inutile de chercher un trait commun entre ce héros dépeint par l’Arétin et le portrait du même personnage esquissé deux ans auparavant dans son pronostico. Au-delà de la différence des registres linguistiques et stylistiques inhérents aux deux textes, derrière ce changement de point de vue — sur les futures vicissitudes de l’empereur en Italie et dans le monde — se trouve une raison évidente : l’écrivain est désormais fermement décidé à obtenir une pension de l’empereur lui-même37.

  • 38 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 124. Pour convaincre l’empereur, l’écrivain a recours à un topos souv (...)
  • 39 Voir le sonnet que l’Arétin consacre à Charles Quint en avril 1549, commençant par ces vers : « Men (...)

19Dans la deuxième partie de sa lettre, l’Arétin expose à l’empereur l’utilité du rôle de l’écrivain, dont la fonction est de chanter les mérites et la gloire des héros et de perpétuer la mémoire des faits historiques jusqu’à la fin des temps. L’Arétin considère que, comme les capitaines qui combattent pour agrandir les limites de l’Empire, les écrivains, eux aussi, sont indispensables à la construction de la gloire d’un prince. Mais ils doivent être rémunérés convenablement dans leur combat contre le temps, car ils doivent se battre pour que le nom du héros et le récit de ses prouesses ne tombent pas dans l’oubli38. Il fait allusion à l’Histoire comme refuge du mensonge, et il se propose comme dispensateur de vérité et chantre des miracles accomplis par l’empereur afin de vaincre les mauvaises langues et leurs médisances. Face à la vanité des choses terrestres, seuls comptent l’honneur et la réputation qui sont l’antichambre de la gloire39.

  • 40 Voir Federico CHABOD, Carlo V e il suo impero, Turin : Einaudi, 1985, p. 18-20.

20L’Arétin utilise l’argument de la gloire auquel Charles Quint était très sensible40. L’honneur et la réputation concernent avant tout la vie concrète et ses manifestations, comme par exemple la guerre ou la gestion de l’État, mais touchent aussi le domaine de l’écriture, et en particulier celui de l’historiographie chargée de faire revivre et de transmettre la renommée conquise sur le terrain. Cela explique l’attention constante de Charles Quint et de son entourage pour tout ce que l’on écrivait sur lui en Italie.

  • 41 Les mois suivants, il y aura un contentieux entre l’Arétin et la Chambre de Milan : le privilège po (...)
  • 42 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 144. Domingo de Gaztelu avait été secrétaire de Lope de Soria à l’amb (...)
  • 43 Lettre du 13 octobre 1536 écrite après la désastreuse déroute de la campagne du Piémont. P. ARETINO (...)

21En octobre 1536, la nouvelle arrive à Venise : Charles Quint a accordé une pension à l’Arétin. Une allocation annuelle de deux cents écus, à percevoir à la Chambre de Milan41. L’Arétin est au comble de la joie. C’est Domingo de Gatzelu, agent impérial à Venise, qui lui apporte la nouvelle42. À partir de ce moment, les éloges de l’empereur et de ses hommes seront si emphatiques et affectés qu’ils porteront l’écrivain à célébrer les défaites militaires de l’empereur comme de véritables victoires. C’est le cas de la lettre que l’Arétin envoie à l’empereur, une fois obtenue la confirmation de sa pension43. Il y célèbre la générosité de l’empereur lors de la campagne qui vient de se terminer tragiquement, et sa hardiesse qui l’a transporté au cœur même des campements ennemis.

  • 44 À la nouvelle d’une pension accordée par l’empereur à l’Arétin, l’ambassadeur Benedetto Agnello écr (...)

22L’Arétin était sans aucun doute un ennemi redoutable, et il est possible que pour faire taire la médisance qui circulait déjà à Bologne en 1530 sur sa relation présumée avec sa belle-sœur, l’empereur se soit décidé à payer son silence44. Mais ce n’est pas la seule raison. De manière plus générale, nous savons que l’empereur tenait beaucoup à l’image que la postérité retiendrait de lui. Son désir de gloire et de renommée était grand et il voulait probablement être considéré aussi comme un mécène et un protecteur des lettres et des arts, qualité qui généralement faisait défaut aux Habsbourg. Un homme comme l’Arétin, avec ses tirades dithyrambiques et sa créativité inépuisable, ne pouvait que favoriser un tel projet et flatter les désirs narcissiques de l’empereur. À cela, nous pouvons ajouter que l’empereur avait besoin d’une voix amie à Venise pour y défendre sa politique et y trouver l’appui nécessaire à la poursuite de sa lutte contre François Ier, tout en rassurant les Vénitiens sur sa volonté de croisade contre l’Orient. L’Arétin pouvait lui rendre bien des services en ce sens et la suite des événements le confirmera. Il est évident qu’en contrepartie du mécénat hors frontière affiché par Charles Quint, l’écrivain devait montrer, par ses écrits, qu’il méritait sa pension et que l’empereur avait bien fait de la lui accorder.

Le livre des Lettres et la double rhétorique

  • 45 Sur l’invention de ce nouveau genre littéraire, voir Paul LARIVAILLE, Pietro Aretino, Rome : Salern (...)
  • 46 Sur l’émotion que pouvait ressentir un homme célébré par un écrivain si renommé, voir Giovanni FALA (...)
  • 47 Voir les lettres à Gonzalo Pérez du 16 octobre 1536 et du 20 août 1537 et à « don Luigi Davila » du (...)

23Le premier volume de ses lettres, qui sera publié en 1538, est un exemple significatif du soin avec lequel l’écrivain cherchait à gagner la faveur de la cour de Charles Quint et des partisans de l’Empire en Italie45. Sa stratégie consiste à se créer un cercle d’amis qu’il considère comme ses bienfaiteurs. Des hommes en rapport direct avec l’ambassade espagnole à Venise, ou avec la cour espagnole, et qui étaient chargés d’acheminer les lettres destinées à l’empereur et d’introduire ses requêtes. Domingo de Gaztelu, Lope de Soria, Gonzalo Pérez, Luis de Ávila y Zúñiga en feront initialement partie, mais avec le temps, le cercle s’élargira et bien d’autres viendront s’y ajouter. En échange de ces services, l’Arétin écrit à chacun d’eux des lettres de remerciement qu’il promet de publier. Il se chargera d’inscrire le nom de ses bienfaiteurs dans la mémoire éternelle de la littérature, leur épargnant ainsi la rude loi de l’oubli46. Les hommes de la cour accepteront volontiers, et, le plus souvent, solliciteront eux-mêmes cet échange. Tout était méticuleusement étudié : de Venise, Domingo de Gaztelu ou Lope de Soria envoyaient les lettres en Espagne, Gonzalo Pérez se chargeait de les transmettre à Luis de Ávila y Zúñiga, qui, à son tour, les présentait à Charles Quint en plaidant pour leurs causes47. Au fil des années, les noms des secrétaires changeront et le nombre des bienfaiteurs soucieux d’entrer dans le cercle des privilégiés augmentera ; la procédure, elle, restera toujours la même.

  • 48 Paul LARIVAILLE, Lettere di, a, su Pietro Aretino, Nanterre : Publidix, 1989, p. 108-113.
  • 49 Un petit livre, paru probablement à la fin de 1539, nous renseigne sur les différentes étapes de la (...)
  • 50 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 132-133. Un mois plus tard, Caracciolo lui écrit pour lui assurer qu’ (...)
  • 51 La lettre se termine par ces mots : « Io parlo con la lingua de i giusti, i quali veggon Cristo che (...)

24Le passage de l’Arétin dans le camp impérial provoqua un grand tumulte. Si l’écrivain avait beaucoup d’admirateurs qui attendaient avec impatience les trouvailles de sa plume toujours imprévisible, il avait aussi beaucoup d’ennemis. D’après Paul Larivaille, l’activité militante de l’Arétin ne dura que quelques mois, car l’apparition de deux fausses lettres qui lui sont attribuées le mettront dans une situation très embarrassante, dont il aura beaucoup de mal à se sortir. Ce fut très probablement Giovanni Alberto Albicante qui fit circuler ces deux lettres au cours des premiers mois de 1537, adressées à deux capitaines pro-français, César Fregoso et Guido Rangone, avec la fausse signature de l’Arétin48. Dans la seule lettre connue, celle adressée à Guido Rangone, l’auteur anonyme y attaquait violemment l’empereur en utilisant comme toile de fond la guerre du Piémont49. L’Arétin démentit immédiatement être l’auteur des lettres, mais il eut du mal à convaincre de son innocence l’ambassadeur Lope de Soria et le cardinal Marino Caracciolo, gouverneur de Milan50. Néanmoins, au mois d’avril de la même année, il remercia le cardinal de lui avoir fait confiance et, en mai, lui envoya la copie d’une lettre qu’il avait écrite à Charles Quint. Il voulait ainsi souligner l’importance de son rôle de défenseur de la cause impériale, d’artisan d’une nouvelle image de l’empereur et de chantre de sa gloire. Il s’agit d’une lettre écrite le 20 mai 1537, dans laquelle l’Arétin célèbre dix années de victoires de l’empereur et retrace le passé récent dans une optique impériale et providentielle de l’histoire51.

  • 52 « Io vi dico, SIRE, che cosí premettano i fati. Sí che cedendogli riconciliatevi col gran Cognato v (...)
  • 53 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 441.
  • 54 Lettre du 22 décembre 1537 à Charles Quint. Ibid., p. 439-440.

25En septembre 1537, l’Arétin écrit au roi de France une lettre qui va avoir un grand retentissement. Il l’exhorte à abandonner l’alliance avec les Turcs et à rentrer dans la ligue formée par les Vénitiens, Charles Quint et Paul III52. En décembre, à l’occasion de la rencontre de Nice, il lui écrit à nouveau pour lui renouveler sa demande de paix53. Le même jour, il écrit une lettre à Charles Quint54 et une autre aux Vénitiens en les invitant à ne pas chercher d’autres alliances puisque ils sont alliés déjà avec un homme de la Providence :

  • 55 « Ne serait-ce que parce que l’empereur Charles est un véritable homme de Dieu, Vos Seigneuries Sér (...)

E se non che Carlo Cesare è verace uomo di Dio, saria grado de le Serenità vostre il non curarsi d’altre aderenze, sendo, come sete, in lega con Cristo, la Maestà del quale è Pontefice de i Pontefici, Imperadore de gli Imperadori, e Re de i Re. Egli osserva e non promette, egli dispone e non prepone, egli vince e non combatte. […] Sí che restringetevi a lui, in lui confidate, e per lui militate. E cosí i vostri onori e le vostre memorie avanzaranno le altezze de le stelle e le lunghezze de i secoli55.

  • 56 Voici comment l’Arétin s’adresse à François Ier dans le Pronostico de 1534 : « E perché la Maestà v (...)

26L’Arétin avait fait de l’éloge et de la célébration des puissants de la terre la source de son indépendance matérielle. On peut être choqué par son adulation et ses tirades dithyrambiques adressées à Charles Quint. Cependant, il faut y voir la conséquence logique d’une stratégie originale pour éviter les servitudes d’une vie courtisane, à une époque où le marché du livre, malgré son énorme développement, ne permettait pas encore à un homme de lettres de vivre de manière autonome. Le prix de sa liberté économique passait par une soumission, toujours vécue de manière ironique, aux jeux de la rhétorique insipide, affectée et de circonstance, mais qui avait le don d’émouvoir les princes. Ses panégyriques trouvaient de sincères admirateurs, non seulement pour le contenu des énoncés, mais, aussi et surtout, pour cette capacité funambulesque et surprenante de jouer avec les mots, qui, par moments, annonce déjà l’écriture baroque. Toutefois, cette rhétorique épidictique, à première vue artificielle et fade, en dissimulait une autre insidieuse et expressive qui préoccupait les puissants destinataires. Il s’agissait d’une rhétorique ambivalente qui ressurgissait fréquemment à la surface pour rappeler que le poète était aussi bien capable de critiquer que de louer et que, dans les cas d’extrême nécessité, il pouvait chercher des employeurs plus généreux, comme faisait un condottiere ou un mercenaire, s’il n’était pas convenablement rétribué pour son combat56.

  • 57 À plusieurs reprises, par exemple, Alfonso d’Avalos, marquis du Guast [del Vasto], avait déchaîné l (...)

27L’Arétin n’avait pas un caractère facile et il gardait toujours en réserve des insultes, des réactions violentes ou des chantages pour quiconque ne tenait pas ses engagements avec ponctualité. De fait, il bénéficiait d’une sorte de statut spécial de « salarié hors de la cour » qui lui permettait, avec les dons qu’il recevait des autres princes et seigneurs de la péninsule, de maintenir un niveau de vie sans privations. Mais la pension n’était jamais payée avec la promptitude souhaitée par l’écrivain et elle était un constant motif de discorde57. Pourtant, il se gardait bien de se brouiller avec l’empereur, envers qui il se montrera toujours respectueux et révérencieux. Pendant ces longues années de correspondance avec la cour impériale, une ou deux fois seulement il lui manquera de respect en désignant ses ministres comme les vrais responsables de la politique impériale. Cependant, les menaces de passer dans le camp adverse seront toujours présentes, mais adressées à son entourage et par des lettres ou des post-scriptum destinés à rester secrets.

Artisan d’images impériales

  • 58 Il entretenait de très bonnes relations avec l’écrivain et poète Diego Hurtado de Mendoza — success (...)
  • 59 Giovanni Pietro Cicogna était un précieux informateur qui donnera des indications utiles à l’écriva (...)
  • 60 Dans une lettre à Giantomaso Bruni, qui informait constamment l’Arétin, l’écrivain se vante de son (...)
  • 61 La nouvelle avait vite fait le tour des cours et l’écrivain recevait des lettres de ses amis qui, d (...)
  • 62 « “Duolmi d’essere uomo idiota, non per altro, che per non capirlo secondo il merito”, disse egli a (...)
  • 63 Voir, à ce propos, notre article « De Pavie à Bologne : la prophétie comme arme de la politique imp (...)

28Les années suivantes, l’Arétin, qui continue à vivre à Venise, entretient d’étroites relations avec de nombreux membres du parti impérial58. Il continue à envoyer des lettres et des vers à la cour pour rendre hommage à l’empereur, chanter ses louanges et lui demander des services59. Ses lettres sont parfois traduites en espagnol et lues à haute voix devant l’empereur et sa cour60. C’est en 1543 que l’Arétin rencontre l’empereur à Peschiera del Garda : un moment de gloire mondaine dont il sera toujours très fier61. Traité par Charles Quint avec les mêmes honneurs qu’un prince puissant, l’écrivain chevaucha à sa droite pendant un long moment. Il lui récita un capitolo de 265 vers composé en son honneur, plein de louanges et d’expressions emphatiques et recherchées que l’empereur, de son propre aveu, ne saisit qu’à moitié62. Dans un passage de ce capitolo, l’Arétin rappelle la place de l’empereur au dessus des autres monarques de la terre et prédit à Charles la conquête de Jérusalem et le triomphe définitif du christianisme : un thème très exploité par la rhétorique impériale et lié directement à la prophétie du deuxième Charlemagne et du dernier empereur63.

  • 64 « Il tente d’enlever au ciel tout mouvement libre, / De rendre le plus bas égal au plus haut, l’act (...)

Cerca al ciel torre ogni moto espedito,
L’imo al sommo aguagliar, l’atto à l’Idea,
E prescrivere il fine a l’infinito,
Colui che volontà nel pensier crea,
Ch’osi cantar di voi, predestinato
A ornarvi il crin de la corona ebrea.
Voi sete onor de l’onor dal cielo dato,
E ne la vostra carità sincera
Diletto a Dio, da gli uomini invocato,
L’Imperator, ch’ ogni imperante impera,
È sí fatto, per ch’anco non si è visto
Bontade umana maggior, né piú vera.
Onde alzarete dopo il santo acquisto
La imagin pia de l’oltraggiata fede
Dinanzi al sasso u’ fu sepolto Cristo
64.

29Dans les premiers vers de ce passage, l’Arétin n’oublie pas de rappeler la très dure tâche du poète appelé à chanter les vertus et les prouesses d’un prince au service de Dieu.

  • 65 « La grave maniera de la quale adulterò la lingua de lo Italiano idioma solo in dirmi: “Da che non (...)
  • 66 Il annonçait ainsi au Titien, depuis Vérone, sa décision de rester à Venise : « Forni, capanne, e s (...)

30C’est à Peschiera que Charles Quint aurait proposé à l’écrivain de le suivre à la cour, mais l’Arétin, hostile à l’idée de devenir courtisan, déclina courtoisement l’invitation et fut prié par l’empereur de compenser ce refus par ses écrits65. L’Arétin n’avait nullement l’intention d’abandonner Venise où il se sentait en sécurité66. Le traitement de faveur que l’empereur lui avait réservé avait permis d’augmenter la considération de ses admirateurs à son égard, tout comme le prestige de Charles Quint en Italie, qui sera désormais reconnu comme un mécène en mesure de reconnaître la valeur artistique des œuvres qui lui sont dédiées.

  • 67 « [...] di progenie in progenie, di lingua in lingua, e di secolo in secolo udirassi il come la giu (...)
  • 68 « Salve o Cesare, Cesare salve, salve sempre; da che per essere tu Lampa, Tabernacolo, e Reliquia d (...)
  • 69 « Or quale io me l’habbia composta, eccola a V[ostra] S[ignoria], e se quella del Re, che viene c (...)

31Pourtant, après la paix de Crépy, en septembre 1544, lorsque les Vénitiens prennent leurs distances vis-à-vis de Charles Quint, l’Arétin renoue les contacts avec le monarque français, sans pour autant cesser d’envoyer des lettres à l’empereur. L’Arétin ne croit nullement à la durée de cette paix, et pourtant les lettres qu’il envoie aux deux monarques sont pleines d’emphase. En écrivant à Francois Ier, il le félicitait d’avoir signé la paix en faisant passer les intérêts de la religion chrétienne avant ceux de la monarchie française67. En écrivant à Charles Quint, il lui annonce à nouveau la couronne de Jérusalem, chante ses vertus et le célèbre à l’instar d’un dieu tutélaire68. Une lettre à Sperone Speroni, envoyée quelques jours plus tard, nous permet de constater comment les lettres de l’Arétin sont le résultat d’un jeu rhétorique calculé et poussé à l’exagération, qui relève plus de l’opportunisme ou de la plaisanterie que d’une conviction politique ou idéologique. L’écrivain explique à Speroni que si la lettre à l’empereur est plus dithyrambique que celle envoyée à François Ier, c’est uniquement parce que Charles Quint « a plus besoin de vanités »69. En cela, l’Arétin se montra un fin psychologue capable de traiter les princes de façon différente, selon leurs faiblesses, leurs ambitions et leurs prédispositions à la libéralité.

  • 70 Cette lettre a été publiée par Benedetto SOLDATI, « Pietro Aretino a Carlo V », in : Studi dedicat (...)
  • 71 B. SOLDATI, « Pietro Aretino a Carlo V »..., p. 33.
  • 72 « […] y por que a causa de las necessidades desse estado y estar al presente tan exhausto, con diff (...)

32Une lettre à l’empereur de janvier 1547, où l’Arétin le félicitait de sa campagne en Allemagne, se terminait par un post-scriptum destiné à rester secret, dans lequel l’Arétin suppliait Charles Quint de lui envoyer une lettre pour son recueil et le conjurait d’ordonner à Ferrante Gonzaga, depuis deux ans gouverneur de Milan, de lui payer les arriérés70. À la même époque, dans une lettre adressée à Luis de Ávila y Zúñiga, l’Arétin menaçait de retourner au service du roi de France s’il n’était pas payé71. Les menaces eurent des résultats immédiats. En juin 1547, Charles Quint écrit au gouverneur de Milan pour lui ordonner de payer les sommes dues à l’Arétin. En même temps, il décide que dorénavant la pension de l’écrivain sera versée à Venise par son ambassadeur Juan de Mendoza. La lettre, dont une copie est remise à l’Arétin par un secrétaire de Mendoza, était signée par le secrétaire Vargas et par Antoine Perrenot de Granvelle72.

33Toutefois, l’argent tardait à venir et l’Arétin, qui semblait décidé à changer de camp, écrit à Charles Quint une lettre, dans laquelle le ton utilisé est, pour la première fois, vraiment irrévérencieux et insolent car il lui reproche de se faire dominer par ses ministres.

  • 73 « Puisque Votre Majesté, laquelle commande le monde, obéit à ses ministres, je dirai librement que, (...)

Da che la Maestà vostra, la quale comanda al mondo, ubbidisce a i suoi ministri, dirò liberamente che mentre sete il tutto, niente par che voi siate. Imperoché voi proponete, et essi dispongano. Ma per che il disporre è atto divino, e il proporre cosa umana, mentre lo Imperadore va proponendo, e i suoi disponendo, egli si aguaglia a gli uomeni ne la volontà, et eglino si confanno con Dio ne la potenza73.

  • 74 Voir Juan Carlos D’AMICO, « Aretino tra Inghilterra e Impero: una dedica costata cara e una lettera (...)
  • 75 Sur ses démarches pour devenir cardinal, voir Alessandro DEL VITA, L’Aretino “uomo libero per grazi (...)

34Cependant, encore une fois, les menaces resteront lettre morte et après avoir établi des relations épistolaires avec Antoine Perrenot de Granvelle, l’Arétin cherchera à utiliser son influence et son pouvoir pour résoudre un différend privé ou faire aboutir son dessein de promotion sociale. Il ne se contentera pas d’être rémunéré pour sa propagande en faveur de la cause impériale, mais utilisera aussi à deux reprises la protection de Granvelle : une première fois pour récupérer une somme d’argent que lui avait destiné le roi Henri VIII74 et une deuxième pour essayer de devenir cardinal75.

  • 76 Voir Juan Carlos D’AMICO, « Arts, lettres et pouvoir : correspondance du cardinal de Granvelle avec (...)
  • 77 Voir par exemple, Erwin PANOFSKY, Le Titien. Questions d’iconographie, Paris : Hazan, 2004, p. 22 (...)
  • 78 Matteo MANCINI, Tiziano e le corti d’Asburgo, Venezia : Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Ar (...)
  • 79 Lettere scritte a Pietro Aretino..., II, p. 383.

35Depuis son luxueux palais vénitien, il a aussi, à plusieurs reprises, exercé un rôle de médiateur culturel auprès de la cour impériale. C’est par le biais de l’Arétin que des peintres et des hommes de culture s’adressent aux ministres de la cour pour obtenir leurs requêtes : ce fut le cas d’artistes comme Leone Leoni et Enea Vico de Parme ou d’écrivains comme Lodovico Dolce et Anton Francesco Doni76. Le cas du Titien est un peu différent. Nombreux sont les critiques qui ont parlé des rapports entre l’Arétin et le Titien77. Ici, nous nous contenterons de rappeler qu’il existait manifestement une manière coordonnée de s’adresser à la cour, que l’Arétin, par exemple, avait suggéré d’envoyer une Annonciation à l’impératrice, que, dans l’évolution formelle des lettres du Titien adressées à Charles Quint, on retrouve une influence, voire une intervention directe de l’Arétin78. D’autre part, à la cour, on pensait que l’écrivain pouvait influencer les décisions du peintre. En octobre 1547, par exemple, Antoine Perrenot de Granvelle demande à l’Arétin d’intercéder auprès du peintre pour qu’il tienne sa promesse de lui faire « uno o dui ritratti »79.

  • 80 Voir le passage du Dialogo d’amore de Speroni, concernant les portraits littéraires de l’Arétin, (...)
  • 81 P. ARETINO, Lettere..., IV, p. 293-294.
  • 82 L. BOLZONI, Poesia e ritratto..., p. 49.

36L’écrivain avait monté une sorte d’association avec le peintre et il avait l’habitude d’accompagner les portraits du Titien par des portraits littéraires en vers. L’Arétin le considérait comme supérieur aux peintres anciens pour sa capacité à matérialiser les vertus et les qualités du personnage représenté. Sa capacité à montrer l’invisible était pour lui le pendant de ses portraits littéraires dans une espèce de corrélation réciproque et complémentaire dans laquelle le poème « donnait la voix au portrait et l’image habillait le sonnet »80. Lors du premier voyage à Augsbourg, le Titien devait peindre un tableau pour célébrer la victoire de Charles Quint à Mühlberg. Dans une lettre adressée au peintre, l’Arétin avait donné des directives sur la manière de célébrer iconographiquement la victoire sur les protestants et proposait au Titien d’utiliser des figures allégoriques : la Religion, avec la croix et le calice dans les mains, montrant le ciel à l’empereur et la Renommée, avec ses ailes et la trompette, lui offrant le monde81. Bien que le peintre ne suivît pas ses conseils, l’Arétin écrivit un sonnet pour célébrer le portrait de Titien en réalisant ce jeux de miroirs que Lina Bolzoni appelle « cercle magique » par lequel la grandeur et la perfection du peintre, du poète et du sujet représenté se reflètent et se renforcent réciproquement82.

Di man di quella Idea, che la Natura
Imita in vivo e spirital disegno,
È del gran Carlo, il santo essempio degno,
Non pur di Tizian Sacra pittura.

Però dimostra in tacita figura,
Com’è fatto il valor, come l’ingegno,
Che indole in sé tien l’Impero e ‘l Regno,
E ciò che porge altrui speme e paura.

Ne gli occhi ha la Giustizia e la Clemenza,
Tra i cigli la Virtú e la Fortuna;
L’alterezza e la grazia in la presenza;

  • 83 « De la main de cette Idée, qui imite la Nature / Par un dessin vivant et spirituel, / Le digne sai (...)

Sembra il suo fronte, senza nube alcuna,
U’ l’alto cor di lui fa residenza,
Un Sol, che adombra ogni sultana Luna
83.

  • 84 Sur l’importance de l’effigie comme substitution de l’absence physique de l’empereur, voir aussi S. (...)
  • 85 G. FALASCHI, Progetto corporativo..., p. 143.

37L’écrivain dresse ainsi une image glorieuse et divine de son interlocuteur, sans rapport avec le contexte historique et la transforme en une image absolue. C’est dans ce sens que ce portrait littéraire peut être assimilé à un vrai portrait officiel84. Cette image littéraire, tout comme le tableau exécuté par le Titien, va permettre à l’empereur de répandre sa gloire. En effet, l’Arétin était un « créateur de renommée et un artisan d’images » comme le définit Giovanni Falaschi85.

  • 86 « Cesare, et Giulio senza angustia alcuna / In seggio eterno sempre viva, et regni; / Così in gesti (...)

38En 1550, Giovan Maria de’ Ciocchi del Monte, concitoyen de l’écrivain, est choisi comme successeur de Paul III. À partir de ce moment, l’Arétin cherchera, par tous les moyens, à être nommé cardinal. C’est encore par l’intermédiaire du Titien, qui part une deuxième fois pour Augsbourg, que l’Arétin cherchera l’appui de l’empereur qui semblait vouloir satisfaire son désir de faire un retour triomphal dans Rome. Un poème de l’Arétin, écrit à cette époque, affirme que l’existence de la Vertu et de la Fortune sur la Terre dépendait de la présence des deux guides de la chrétienté : le pape et l’empereur. L’un pour donner l’exemple moral à suivre, l’autre pour que les événements du monde suivent le chemin tracé par la Providence. Sans ces deux monarques du monde, la Vertu serait un fantôme parmi les gens et la Fortune l’ombre d’un monstre vagabond86.

  • 87 Voir les éloges continuels de Charles Quint dans les lettres envoyées à de nombreux destinataires a (...)
  • 88 « […] io colui sono che nel core, in la lingua, e in la penna terrò Cristo e Carlo in eterno. » Le (...)
  • 89 Ibid., VI, p. 371.
  • 90 « [...] mi ero scordato di dirvi che diciate a coloro, che mi rimproverano gallicamente ch’io adoro (...)

39En réalité, il y avait une pléthore de candidats impériaux à cette charge et le souci d’Antoine Perrenot de Granvelle était aussi d’avoir des cardinaux informateurs dévoués et fidèles à Charles Quint. Malgré les apparences, l’Arétin ne pouvait garantir ni la fidélité ni l’attachement au parti impérial que Granvelle souhaitait et c’est probablement pour cela que sa requête ne fut pas prise en considération. Ayant oublié l’incident du cardinalat manqué, l’Arétin revient à son rôle d’artisan d’images en continuant à célébrer les vertus de l’empereur et la compétence de ses ministres et de ses généraux pour s’assurer ainsi sa pension annuelle87. Dans une lettre au jeune courtisan Fernando de la Cerda, l’Arétin se présente comme « celui qui, avec le cœur, la langue et la plume, prendra parti éternellement pour le Christ et pour Charles »88. Nicolas de Granvelle et Francisco de los Cobos étaient morts, mais Antoine Perrenot de Granvelle et Luis de Ávila y Zúñiga qui avaient pris leur place étaient : « l’un aliment des manèges d’Auguste et l’autre soutien des chevaux d’Autriche »89. À ses détracteurs, qui lui reprochaient d’être trop servile envers le monarque espagnol, l’Arétin répondait que son devoir était d’adorer celui qui l’avait abrité sous les ailes de sa bonté90.

Conclusion

40Quelle que soit la raison qui a déterminé Charles Quint à lui octroyer une pension, une chose est sûre : l’Arétin a apporté une contribution au processus d’héroïsation du monarque espagnol sans équivalent dans les lettres italiennes. Sous sa plume, cette image s’enrichissait d’un nouveau trait : celui d’un prince protecteur des lettres, libéral et magnanime, sensible aux difficultés des artistes. En s’assurant les services de l’Arétin, l’empereur avait montré une grande perspicacité. Malgré certains côtés traditionnels de sa personnalité, dus à son éducation bourguignonne, Charles Quint reste un prince de son temps qui a su mesurer et comprendre l’importance et la force des images littéraires et iconographiques. S’assurer l’éloquence, la génialité et la fantaisie débordante de l’Arétin voulait dire acquérir une force de persuasion propice à la rhétorique impériale qu’aucun autre écrivain italien n’aurait pu garantir à cette époque. Il est difficile de croire que l’empereur ait pu prendre au sérieux les performances alambiquées et précieuses qui suscitaient davantage le rire complaisant et amusé des courtisans que la vanité narcissique du prince. Il s’agissait plutôt d’un apport, non négligeable, de ce qu’aujourd’hui nous appellerions une recherche de consensus.

  • 91 Franco GAETA, « Dal comune alla corte rinascimentale », in : Letteratura Italiana, Turin : Einaudi (...)

41Pour sa part, l’écrivain était convaincu que Venise était le lieu idéal à partir duquel il pouvait mettre en œuvre son projet : distribuer les honneurs et les éloges aux puissants de la terre, selon l’importance des émoluments reçus. Comme écrivait Franco Gaeta, la spécificité de l’Arétin fut une invention courageuse, celle de ne pas demander de la protection mais de l’offrir et de dégrader la profession de l’intellectuel au niveau de l’écriture ouvertement soudoyée, laquelle exploitait avec ostentation, pour ses propres besoins, la volupté des autres91.

42Alors que la plume de l’Arétin, loin des intrigues des cours princières, tentait par tous les moyens d’acquérir la gloire littéraire et le respect des puissants, l’alliance de fait entre le pouvoir, les hommes de lettres et les artistes consacrera le triomphe des régimes absolutistes. Cette alliance sera, pour les princes de la Renaissance, une façon de consolider et légitimer leur propre pouvoir aux yeux d’une opinion publique en expansion, à cause du développement de l’imprimerie et de la place prépondérante qu’assumaient la peinture et la sculpture. Dans le cas de l’Arétin, cette collaboration aura des coûts pour le monarque espagnol et pour d’autres princes de l’époque, car grande était la crainte qu’inspirait sa plume. L’Arétin eut une part de responsabilité dans la diffusion de l’image positive et mythifiée de Charles Quint. Comme beaucoup d’autres, il apporta sa contribution à la propagande impériale et indirectement à une légitimation de la présence espagnole dans la péninsule italienne.

Haut de page

Notes

1 Pietro ARETINO, Lettere, Paolo PROCACCIOLI (dir.), Rome : Salerno, 1997-2002, VI, p. 233-234.

2 Ibid., VI, p. 18.

3 Voir Angelo ROMANO, Periegesi Aretiniane, Rome : Salerno, 1991, p. 15-37.

4 Voir la lettre de Rome datée du 24 avril 1525 adressée à François Ier, in : P. ARETINO, Lettere…, I, p. 51-53. Deux ans plus tard, dans la Disperata di Pietro Aretino, on peut lire ce tercet irrévérencieux envers l’empereur qui avait eu l’imprudence de libérer le roi de France : « Vorrei che fusse legato per pazzo / El nostro messer Carlo imperatore / Che lassò re Francesco ire a sollazzo ». Vers cités par Alessandro LUZIO, Pietro Aretino nei primi suoi anni a Venezia. La corte dei Gonzaga, Turin : Loescher, 1888, p. 4.

5 Lettre datée du 7 juillet 1527. Ibid., doc. IV, p. 64. Pour l’occasion l’Arétin écrira aussi une « frottola » intitulée Pax vobis. Ibid., p. 69-70 et publiée aussi in : Danilo ROMEI, Scritti di Pietro Aretino nel codice Marciano It. XI 66 (=6730), Florence : Franco Cesati, 1987, p. 78-83.

6 Dans l’épître en vers adressée au roi de France, l’Italie, sous forme d’allégorie, parle ainsi de l’empereur : « Catholico sarìa s’havesse a Piero / un segno mostro di religione, et a Roma il suo re guasto ha l’impero ». Et puis elle dit à François Ier : « [...] ma, se di me voi tôrre il gran governo / re dei Romani e imperador ti veggio ». Ibid., p. 127 et 132.

7 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 63.

8 Ibid., I, p. 64.

9 A. LUZIO, Pietro Aretino..., doc. IV, p. 67-68.

10 Ibid., p. 86.

11 Ibid.,p. 86. Sur le couronnement de Charles Quint à Bologne, voir, entre autres, Roberto RIGHI (dir.), Carlo V a Bologna. Cronache e documenti dell’incoronazione (1530), Bologne : Costa editore, 2000 ; Emilio PASQUINI et Paolo PRODI (dir.), Bologna nell’età di Carlo V e Guicciardini, Bologne : Il Mulino, 2002 ; Giovanni SASSU, Il ferro e l’oro. Carlo V a Bologna (1529-30), Bologne : Editrice Compositori, 2007 et Juan Carlos D’AMICO, Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité, Caen : Presses Universitaires de Caen, 2004.

12 Voir l’éloge que l’Arétin fait de la République de Venise en la comparant à la cour de Rome corrompue, in P. ARETINO, Lettere..., I, p. 50 et dans le sonnet « In laude di Venetia », in : D. ROMEI, Scritti di Pietro Aretino..., p. 109.

13 Ce pronostico a été publié par Angelo ROMANO, in : Pietro ARETINO, Cortigiana, Pronostico, Farza, Opera nova, Testamento dell’elefante, Milan : Rizzoli, 1989, p. 273-351.

14 « E la fortuna, conoscendo di avere avuto il torto a essere imbertonata delle sue mascelle, farà ogni suo sforzo in roinarlo, poi che per tanti piaceri che ella gli ha fatti non ebbe pure una sottana, non che un tempio dalla sua stiticha Altezza... » Ibid., p. 307.

15 « [...] onde per il consiglio de Covos [Francisco de los Cobos], asino di broccato riccio, muterà il rovescio alla sua medaglia, e ponendosi in cambio alle colonne d’Ercole due stufe todesche farà dire al motto non plus ultra, e piantatosi in una osteria, imitando Massimiano suo predecessore, il quale nacque, visse et morì nella taverna, accetterà le leggi di fra Martino [Luther] e con il favore d’esse armarà il concilio tanto temuto da noi quanto Ferdinando [Ferdinand d’Habsbourg] del re Giovanni [Jean de Hongrie]. » Ibid., p. 307.

16 « E volendosi inviare inverso quella Italia, nella quale è alloggiato senza discrezione, e con le forbici della avaritia imperiale, con il rasoio della ladreria cattolica, e con il coltello della inumanità cesarea ha raso, teso et scorticato amici e nimici... » Ibid., p. 307.

17 « [...] consagrarà i carri (sopra i quali ha triomphato senza sua colpa) nel foco della cocina di Venere, e con essi si scalderà la acqua per lavare i piedi a Marte poltrone, il quale ha giurato di forbirsi il sesso con quelle carte dove sono le istorie delle vittorie imperiali, attribuite a Carlo... » Ibid., p. 307.

18 « [...] spoglie et trophei ispani che la corte cesarea lasciò in pegno agli hosti, ai pizzicaroli, ai fornari et alle beccarie, et mostrandoli al popolo diranno : queste reliquie si debbono serbare ai popoli acciò che resti memoria eterna di Carlo d’Austria che ornò la sua coronatione et la nostra terra con questi habiti suntuosi di tela di Sangallo : et poi commemorando i fastidi, le superchiarie et le ladrarie che patiron la prima et la seconda volta che Sua Maestà stette nella patria loro chiamarono beata Marsiglia. » Ibid., p. 307.La conjoncture politique à la fin de 1533 n’était guère favorable à Charles Quint qui se trouvait dans une mauvaise situation économique, alors que le pape venait de rencontrer François Ier à Marseille. À propos de l’image de Charles Quint en Italie après le sac de Rome, voir notre article « Charles Quint et le sac de Rome : personnification de l’Antéchrist ou Empereur des Derniers Temps? », in : Augustin REDONDO (éd.), Pouvoir et Littérature : Les discours sur le sac de Rome de 1527, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1999, p. 37-47.

19 « [...] il qual saio, come ognuno sa, fu un piviale di papa Adriano rubato della sagrestia di San Pietro da Gian d’Urbino [Jean d’Urbino] […], e dalla sua arcibusata memoria a Spello a sua Maestà donato, e da quella trasformato nel prefato saio, che solo nei dì solenni si metteva per commemorazione del Sacco di Roma, dove Christo si crocifisse la seconda volta. » Sur la mort de Jean d’Urbino, voir Pedro MEXÍA, Historia del emperador Carlos V, Madrid : Espasa Calpe, 1945, p. 533.

20 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 88-90. De la libéralité du roi français et de son rôle de mécène, l’Arétin parle à Pietro Paolo Vergerio qui lui avait fait les louanges de Ferdinand, roi des Romains. Lettre datée de janvier 1534. Ibid., p. 93.

21 Sur l’image de Charles Quint, voir entre autres Fernando CHECA CREMADES, Carlo V y la imagen del héroe en el Renacimiento, Madrid : Taurus, 1987 ; Marcello FANTONI, « Carlo V e l’immagine dell’imperator », in : id., Carlo V e l’Italia, Rome : Bulzoni, 2000, p. 101-118 et Alfred KOHLER, « Representación y propaganda de Carlos V », in : José MARTÍNEZ MILLÁN (coord.), Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), Madrid : Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, III, p. 13-21.

22 Voir la lettre de Giovan Battista Castaldo à l’Arétin du 15 mai 1534, où le capitaine et lettré napolitain, déjà secrétaire du marquis de Pescara, lui communique qu’Antonio de Leyva avait bien l’intention de rentrer dans ses grâces en lui accordant une pension ; voir Paolo PROCACCIOLI (dir.), Lettere scritte a Pietro Aretino, Rome : Salerno, 2003-2004, I, p. 134.

23 Dans le Pronostico de 1534, l’Arétin avait écrit du général espagnol : « il cadavero [...] di Antonio da Leva si mostrarà forse ai posteri per reliquia, onde le future genti stupiranno che nelle stroppiate ossa coperte di lebrosa pelle siano albergati cotanti inganni ». P. ARETINO, Cortigiana, Pronostico…, p. 301.

24 « Don Giovanni Caraffa, onor de la nobiltà sua, mi ha data la gran coppa con il coperchio, la quale mi donate, non perché io vi laudi, ma perché io vi dica il vero ». P. ARETINO, Lettere..., I, p. 94.

25 Ibid., p. 95.

26 Ibid., p. 101-102.

27 En février 1535, Monsieur de la Forêt, en mission auprès de la Sublime Porte, avait reçu des ordres de la part de François Ier pour essayer de convaincre les Turcs d’attaquer l’empereur par l’Italie et non par la Hongrie. Voir Ernest CHARRIÈRE, Collection de documents inédits sur l’histoire de France, Paris : Imprimerie Nationale, 1848, I, p. 262. Le 10 mai 1535, depuis Barcelone, l’empereur écrivait à son ambassadeur de bien vouloir assurer les Vénitiens de toute son amitié. Voir Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Corpus documental Carlos V (1516-1539), Salamanque : Universidad de Salamanca, 1973, p. 424.

28 En février 1536, le premier traité officiel entre la France et Soliman fut signé. L’ambassadeur français était un rescapé espagnol, Antonio Rincón, qui par la suite sera tué, avec César Fregoso, par les Espagnols. Voir Karl BRANDI, Charles Quint (1500-1558), Paris : Payot, 1939, p. 467 et Michèle ESCAMILLA, « Antonio Rincón : transfuge, espion, ambassadeur et casus belli au temps de Charles Quint », in : Béatrice PEREZ (dir.), Ambassadeurs, apprentis espions et maîtres comploteurs, Paris : Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2010, p. 87-153.

29 Charles Quint, qui venait de conclure victorieusement sa campagne en Afrique, avait triomphalement rejoint Naples qu’il visitait pour la première fois. Il y était arrivé le 25 novembre 1535 et il y restera jusqu’au 22 mars 1536, puis se rendit à Rome où il arriva le 6 avril 1536. Dix jours plus tard, devant le nouveau pape Paul III, il lança un nouveau défi à François Ier, puisqu’un mois auparavant, le général Chabot de Brion, à la tête des troupes françaises, avait envahi le Piémont. Par une démarche chevaleresque, typique de son éducation bourguignonne, il proposait au roi de France de résoudre leur querelle par un duel. Cet élan héroïque et théâtral fut totalement ignoré par le roi de France et bientôt la guerre entre les deux princes allait éclater à nouveau.

30 « E se cotal carta avesse spirito, preporrebbe se istessa a tutte le gloriose carte de gli antiqui, solo per aver a essere non pur letta, ma tocca dal veramente amico di Cristo Carlo augusto, a i cui meriti dee tosto inchinarsi l’universo. » P. ARETINO, Lettere..., I, p. 120.

31 Le 16 juin, à l’apparition de la flotte turque sur les côtes italiennes, le pape Paul III avait écrit une lettre à Charles Quint le pressant de porter secours au plus vite à l’Italie. Voir Charles WEISS, Papiers d’état du cardinal de Granvelle. Documents inédits sur l’histoire de France, Paris : C. Duvernoy, 1841, II, p. 515-528.

32 Voir la lettre que l’évêque de Lavaur écrit à François Ierle 8 février 1536, in : Collection de documents inédits..., I, p. 283.

33 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 122. Toutefois, l’Arétin se montrera encore une fois mauvais prophète car le général mourra lors de cette campagne, quelques mois plus tard, à Aix-en-Provence.

34 Ibid., p. 126.Dans une lettre du 16 octobre 1536 « al Signor Gonzalo Perez », il remercie le secrétaire d’avoir demandé à Luis de Ávila y Zúñiga de plaider sa cause auprès de l’empereur. Ibid., p. 135-136. Gonzalo Pérez était un ecclésiastique avec une charge de secrétaire à la cour de Charles Quint, puis à celle de Philippe II. Il avait aussi des intérêts littéraires et écrivit une version espagnole en vers de l’Odyssée. L’Arétin sut se servir de son aide pour obtenir des faveurs à la cour. Sur ce personnage, voir Ángel GONZÁLEZ PALENCIA, Gonzalo Pérez, secretario de Felipe Segundo, Madrid : CSIC, 1946.

35 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 125-126.

36 « Ô très grand Régent de peuples et de royaumes, tu es véritablement le seul monarque qui se montre être fait à l’image de Dieu, et plus qu’aucun autre tu incorpores sa similitude. Puisque toi seul empereur, tu dépasses les étoiles avec les ailes de l’humilité ; toi seul roi, tu rends inviolables les lois de la religion ; toi seul Prince, tu t’armes pour honorer Jésus ; toi seul Seigneur, tu ne méprises pas la génération humaine, mais bien au contraire, comme si nous étions tous tes proches, tu nous embrasses et, en nous embrassant, tu nous mets à l’abri de cette crainte dans laquelle le très juste couteau de ton éternelle puissance maintient la perversité des pécheurs. […] Il est étonnant que les conseils et les armées des antiques césars aient peiné cinq siècles et demi pour pacifier l’Italie, alors que toi, tu en a pris possession en un jour. Là, où n’arrivent pas tes forces arrive ta bonté ; par laquelle tu domines autant d’âmes que de terres ». Ibid.,p. 123-124. C’est nous qui traduisons.

37 Selon Paul Larivaille, à la même époque, l’Arétin aurait adressé deux lettres au roi de France en l’exhortant à rompre l’alliance avec les Turcs. Voir Paul LARIVAILLE, Varia Aretiniana (1972-2004), Manziana (Roma) : Vecchiarelli, 2005, p. 59-78.

38 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 124. Pour convaincre l’empereur, l’écrivain a recours à un topos souvent utilisé à l’époque : Alexandre pleurant de jalousie sur la tombe d’Achille. Il veut ainsi lui rappeler que l’importance des faits accomplis est relative et que l’éternité ne s’acquiert que grâce à un Homère capable de les chanter.

39 Voir le sonnet que l’Arétin consacre à Charles Quint en avril 1549, commençant par ces vers : « Mentre gl’inchiostri dedicati a Marte ». Ibid., V, p. 169.

40 Voir Federico CHABOD, Carlo V e il suo impero, Turin : Einaudi, 1985, p. 18-20.

41 Les mois suivants, il y aura un contentieux entre l’Arétin et la Chambre de Milan : le privilège portait la date de juin, l’Arétin voulait donc les arriérés à partir de ce mois, mais les responsables milanais considéraient que le privilège devait avoir cours à partir de juillet.

42 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 144. Domingo de Gaztelu avait été secrétaire de Lope de Soria à l’ambassade espagnole de Venise et, par la suite, il le sera aussi de Diego Hurtado de Mendoza. Il eut un rôle important dans l’introduction d’œuvres espagnoles en Italie et, en 1546, dédia un livre sur la généalogie de Charlemagne et de Charles Quint à Côme de Médicis. Voir notre article « Charles Quint sur les traces de Charlemagne : réformateur de Florence par grâce divine », in : Juan Carlos D’AMICO et Luis NEGRÓ ACEDO (dir.), L’homme de la Providence : de l’Histoire au Mythe, Berne : Peter Lang, 2002, p. 59-83. Sur Gaztelu, voir Anna GALLINA, « L’attività editoriale di due spagnoli a Venezia nella prima metà del Cinquecento », in : Studi Ispanici, Milan : G. Feltrinelli, 1962, I, p. 80-91.

43 Lettre du 13 octobre 1536 écrite après la désastreuse déroute de la campagne du Piémont. P. ARETINO, Lettere..., I, p. 134-135.Voir aussi la lettre du 15 janvier 1542 après la défaite d’Alger. Ibid., II, p. 340.

44 À la nouvelle d’une pension accordée par l’empereur à l’Arétin, l’ambassadeur Benedetto Agnello écrivait au duc de Mantoue, le 14 octobre 1536 : « [...] et si tiene che l’habbi fatto solo per tema che Sua Maestà ha ch’esso Aretino non scriva mal di lei “maxime de la cosa de la cognata” ». Alessandro LUZIO, Un pronostico satirico di Pietro Aretino, Bergame : Istituto Italiano d’Arti Grafiche, 1900, p. XXII.

45 Sur l’invention de ce nouveau genre littéraire, voir Paul LARIVAILLE, Pietro Aretino, Rome : Salerno, 1997, p. 220-263 et Amedeo QUONDAM (dir.), Le « Carte messagiere ». Retorica e modelli di comunicazione epistolare. Per un indice dei libri di lettere del Cinquecento, Rome : Bulzoni, 1981 (Biblioteca del Cinquecento, 14).

46 Sur l’émotion que pouvait ressentir un homme célébré par un écrivain si renommé, voir Giovanni FALASCHI, Progetto corporativo e autonomia dell’arte in Pietro Aretino, Messine-Florence : G. D’Anna, 1977, p. 134-135.

47 Voir les lettres à Gonzalo Pérez du 16 octobre 1536 et du 20 août 1537 et à « don Luigi Davila » du même jour. P. ARETINO, Lettere..., I, p. 135-136, 252-254.

48 Paul LARIVAILLE, Lettere di, a, su Pietro Aretino, Nanterre : Publidix, 1989, p. 108-113.

49 Un petit livre, paru probablement à la fin de 1539, nous renseigne sur les différentes étapes de la dispute. Voir Abattimento poetico del Divino Aretino, et del Bestiale Albicante, occorso sopra la guerra di Piemonte, et la pace loro, celebrata nella Academia de gli Intronati a Siena, in : Giovanni Alberto ALBICANTE, Occasioni Aretiniane. Vita di Pietro Aretino del Berna, Abbattimento, Nuova contentione, Paolo PROCACCIOLI (dir.), Manziana (Rome) : Vecchiarelli, 1999, p. 97-139 et Paul LARIVAILLE, L’Arétin entre Renaissance et Maniérisme, Lille : Service de Reproduction des thèses de Doctorat d’État, 1972, p. 312.

50 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 132-133. Un mois plus tard, Caracciolo lui écrit pour lui assurer qu’il est convaincu de sa bonne foi. Lettere scritte a Pietro Aretino..., I, p. 315.

51 La lettre se termine par ces mots : « Io parlo con la lingua de i giusti, i quali veggon Cristo che arma le legioni de gli angeli. Perché voi che sete sostegno de la sua fede vinciate ogniuno che per invidiare la vostra gloria s’ingegna che siate vinto. Ma se Iddio, è con quella, chi non è con quella ? » P. ARETINO..., I, p. 198-199. Voir la traduction de cette lettre, in : L’ARÉTIN, Lettres, traduites par André CHASTEL et Nadine BLAMOUTIER, Mayenne : Scala, 1988, p. 119.

52 « Io vi dico, SIRE, che cosí premettano i fati. Sí che cedendogli riconciliatevi col gran Cognato vostro per mezzo de l’occasione che vi mette inanzi Iddio proprio, acciò che partecipiate de l’acquisto del sepolcro suo. » P. ARETINO, Lettere..., I, p. 281.À propos de cette lettre et des échos enthousiastes dans les différentes cours, voir A. LUZIO, Un pronostico..., p. XXV. Dans une lettre à l’Arétin, le marquis du Guast se félicitait de la « sainte lettre » envoyée en France. Voir Lettere scritte a Pietro Aretino..., I, p. 125. La lettre, traduite en espagnol, se trouve dans la chronique de Pedro Girón. Pedro GIRÓN, Crónica del Emperador Carlos V, Madrid : Escuela de Historia Moderna, 1964, p. 220-222.

53 P. ARETINO, Lettere..., I, p. 441.

54 Lettre du 22 décembre 1537 à Charles Quint. Ibid., p. 439-440.

55 « Ne serait-ce que parce que l’empereur Charles est un véritable homme de Dieu, Vos Seigneuries Sérénissimes ne devraient pas se préoccuper de chercher d’autres alliances, en raison de votre alliance effective avec le Christ, qui dans sa Majesté est Pontife des Pontifes, Empereurs des Empereurs et Rois des Rois. Il ne promet pas, mais agit, ne propose pas mais dispose, ne combat pas mais triomphe. […] Serrez-vous autour de lui, ayez confiance en lui et militez pour lui. Et ainsi la gloire et le souvenir que vous laisserez dépasseront la hauteur des étoiles et la durée des siècles ». Ibid., p. 442. C’est nous qui traduisons. Cf. L’ARÉTIN, Lettres…, p. 305.

56 Voici comment l’Arétin s’adresse à François Ier dans le Pronostico de 1534 : « E perché la Maestà vostra si certifichi che non meno so laudare che biasimare altrui, mandovi il principio di quattromillia stanze dedicate al Cristianissimo, le quali avrete, piacendo a Dio, finite in XVIII mesi, caso che non sopportiate a che questo picciolo spazio i’ muoia di fame, ovvero che mi occupi in cercare il vivere altrove ». Il s’agit d’une menace que l’Arétin ne tardera pas à mettre en pratique.

57 À plusieurs reprises, par exemple, Alfonso d’Avalos, marquis du Guast [del Vasto], avait déchaîné la colère de l’Arétin. Celui-ci avait pris l’habitude d’écrire des sonnets médisants sur le marquis, nommé gouverneur du duché de Milan et responsable du versement de sa pension. Quand l’argent tardait à arriver, l’écrivain le menaçait de publier ses sonnets. Voir A. LUZIO, Un pronostico..., p. 5-6 et 55-56 et Alessandro DEL VITA, L’Aretino, le cause della sua potenza e della sua fortuna, Arezzo : Casa Vasari, 1937, p. 77. Sur les problèmes entre l’écrivain et le marquis à cette époque, voir les lettres de l’Arétin du 12 et 22 décembre 1540, 27 avril 1541, 6 octobre 1541, 2 janvier 1542, 11 et 15 mars 1542. P. ARETINO, Lettere..., II, p. 255-256, 262-263, 285-287, 322, 339, 345 et 351.

58 Il entretenait de très bonnes relations avec l’écrivain et poète Diego Hurtado de Mendoza — successeur de Lope de Soria au poste d’ambassadeur et qui le restera jusqu’en 1547 pour ensuite devenir ambassadeur à Rome — et aussi avec Juan de Mendoza, neveu et successeur du précédent, ainsi qu’avec plusieurs secrétaires et hommes de confiance qui travaillaient pour l’ambassade espagnole. À propos des relations entre Mendoza et l’Arétin, voir Ángel GONZÁLEZ PALENCIA et Eugenio MELE, Vida y obras de Diego Hurtado de Mendoza, Madrid : Instituto de Valencia de Don Juan, 1942, I, p. 160-183.

59 Giovanni Pietro Cicogna était un précieux informateur qui donnera des indications utiles à l’écrivain sur la cour et sur les hommes qu’il fallait courtiser en leur envoyant des lettres. Ainsi, par exemple, à propos de l’importance du secrétaire Alonso de Idiaquez à la cour, voir la lettre de février 1540. Lettere scritte a Pietro Aretino..., II, p. 87. L’Arétin suivra le conseil de Cicogna, et le secrétaire Idiaquez se démènera pour résoudre auprès de l’empereur les démêlés entre l’Arétin et le marquis du Guast. En mars 1541, Idiaquez écrit à l’Arétin : « El Señor Don Luis de Çuñiga ha tenido mucho cuydado y yo no he faltado en lo que he podido, aquí yran cartas de su Mag[estad] por el Señor Marques del Gasto sobre el cumplimento dello, assi de la consignation de los docentos scudos, como dela ayuda de costà, y delo que se le deve y el Señor Don Luis y yo scrivymos tambien a su Eccelentia… ». Ibid., II, p. 150-151. D’autres lettres d’Idiaquez, en mai et en juillet 1541, reviennent sur le problème de sa pension. Ibid., II, p. 152-153.

60 Dans une lettre à Giantomaso Bruni, qui informait constamment l’Arétin, l’écrivain se vante de son succès à la cour impériale : « [...] rallegrandomi de l’ottima fama che dite che io ho nella corte del massimo imperadore. Certo ch’io son molto tenuto a la nazione spagnuola, la quale apprezza tanto le cose mie, [...] che uno de i suoi principi tiene una staffetta in Roma per essere il primo di aver ciò che io compongo di nuovo ». Lettre datée du 21 mai 1542. P. ARETINO, Lettere..., II, p. 378.

61 La nouvelle avait vite fait le tour des cours et l’écrivain recevait des lettres de ses amis qui, d’un ton plus ou moins sérieux, célébraient l’événement. Voir, par exemple, la lettre que lui envoie Anton Francesco Doni quand il était encore son ami, depuis Plaisance, in : Anton Francesco DONI, Contra Aretinum (Teremoto, Vita, Oratione funerale. Con un’Appendice di lettere), Paolo PROCACCIOLI (dir.), Manziana (Rome) : Vecchiarelli, 1998, p. 83-84.

62 « “Duolmi d’essere uomo idiota, non per altro, che per non capirlo secondo il merito”, disse egli a me, che anco sento ne le orecchie il timido de la sonora favella Augusta. » Lettre « Al signor Montese » datée juillet 1543, depuis Vérone. P. ARETINO, Lettere..., III, p. 64. Voir aussi Ibid., VI, p. 317.

63 Voir, à ce propos, notre article « De Pavie à Bologne : la prophétie comme arme de la politique impériale pendant les Guerres d’Italie (1525-1530) », in : Augustin REDONDO (éd.), La prophétie comme arme de guerre des pouvoirs (XVe-XVIIe siècles), Paris : Presse de la Sorbonne Nouvelle, 2000, p. 97-107.

64 « Il tente d’enlever au ciel tout mouvement libre, / De rendre le plus bas égal au plus haut, l’acte égal à l’Idée, / Et de fixer une fin à l’infini, / Celui qui, dans sa pensée, conçoit la décision / D’oser chanter sur vous, prédestiné / À vous orner la chevelure de la couronne juive. / Vous êtes honneur de l’honneur donné par le ciel, / Et par votre sincère charité / Bien-aimé de Dieu, invoqué par les hommes / L’empereur qui domine chaque dominant / Est fait de sorte que nous n’avons pas encore vu / Bonté humaine plus grande, ni plus vraie / C’est pourquoi vous hisserez, après la sainte conquête, / L’image pieuse de la foi outragée / Devant la pierre où fut enseveli le Christ ». P. ARETINO, Lettere…, III, p. 59.

65 « La grave maniera de la quale adulterò la lingua de lo Italiano idioma solo in dirmi: “Da che non vi pare di venir con noi piú oltra, supplite almen con la pluma” ». P. ARETINO, Lettere..., III, p. 64. D’un ton différent il raconte, quelques mois plus tard, à Sebastiano Serlio la façon dont il avait décliné l’invitation de Charles Quint : « Benché ancora cosí mi faccio beffe de le grandezze, di sorte che per paura che lo imperadore non mi menasse via, me ne partì da lui senza fargliene motto ». Ibid., III, p. 310.

66 Il annonçait ainsi au Titien, depuis Vérone, sa décision de rester à Venise : « Forni, capanne, e spelunche mi paiono l’altre terre a petto a l’alma, inclita, e adorabil Vinezia. [...] che anch’io, basciato il ginocchio a Cesare ripatriarò con un solenne voto di piú non partirmene ». Lettre datée de juillet 1543. Ibid., III, p. 62. Sur l’Arétin et Venise, voir entre autres Christopher CAIRNS, Pietro Aretino and the republic of Venice. Researches on Aretino and his Circle in Venice. 1527-1556, Florence : Leo S. Olschki, 1985 et P. LARIVAILLE, Pietro Aretino…, p. 130-176.

67 « [...] di progenie in progenie, di lingua in lingua, e di secolo in secolo udirassi il come la giustisssima, la piatosissima, e la religiosissima Monarchia Francese ha preposti i bisogni del rito de la fé di Cristo, ch’è Dio, a le necessità de lo Stato del Re, ch’è uomo. » Ibid., III, p. 118.

68 « Salve o Cesare, Cesare salve, salve sempre; da che per essere tu Lampa, Tabernacolo, e Reliquia de la Virtú, de la Verità, e de la Fede, tutte le genti del Padre, tutte le Nazioni del Figliuolo, e tutti i Popoli de lo Spirito Santo, iscorgono la comune salute nel salutifero procedere di te, Nume nostro salutare. » Ibid., III, p. 116-117.

69 « Or quale io me l’habbia composta, eccola a V[ostra] S[ignoria], e se quella del Re, che viene con essa, è di tenore piú chiaro, è perché sua Maestade ha più bisogno di iattanza ». P. ARETINO, Lettere..., III, p. 124. L’Arétin écrit à Speroni que les expressions utilisées dans la lettre à l’empereur sont des balivernes (finte ciance) débitées par un père qui pense ainsi cacher les défauts dont la nature a pourvu le pire de ses fils. Ibid., III, p. 124.

70 Cette lettre a été publiée par Benedetto SOLDATI, « Pietro Aretino a Carlo V », in : Studi dedicati a Francesco Torraca, Napoli : Perrella, 1912, p. 31. Soldati trouva cette lettre dans les papiers des Archives d’État de Simancas, et le texte est différent de celui publié dans le quatrième livre de lettres. P. ARETINO, Lettere..., IV, p. 109.

71 B. SOLDATI, « Pietro Aretino a Carlo V »..., p. 33.

72 « […] y por que a causa de las necessidades desse estado y estar al presente tan exhausto, con difficultad, se le podrian pagar al dicho Pedro Aretino los dichos dozientos escudos al año que en el tiene de pension y haviendosele dado para ayuda a su entretenimiento queremos que con effecto los goze, y se forme a don Iuan de Mendoça nostro embaxador en Venetia que los busque y le provea dellos en cadaun año, hasta tanto que otra cosa le sera por nos ordenada en contrario… » Lettre de Charles Quint à Ferrante Gonzaga datée de La Haye, 15 juin 1547. Cette lettre est accompagnée d’une autre lettre de l’empereur adressée à Juan Hurtado de Mendoza, ambassadeur espagnol à Venise. Voir Lettere scritte a Pietro Aretino..., II, p. 384-386.

73 « Puisque Votre Majesté, laquelle commande le monde, obéit à ses ministres, je dirai librement que, pendant que vous êtes le tout, vous paraissez n’être rien. Puisque vous vous proposez, et qu’eux, ils disposent. Mais puisque disposer est un acte divin, et que proposer est une chose humaine, pendant que l’Empereur propose, et que les siens disposent, il se met au niveau des autres hommes par la volonté, et eux s’égalent à Dieu par la puissance ». Lettre à « Cesare » datée de novembre 1547. P. ARETINO, Lettere..., IV, p. 166. C’est nous qui traduisons.

74 Voir Juan Carlos D’AMICO, « Aretino tra Inghilterra e Impero: una dedica costata cara e una lettera non pubblicata », Filologia critica, XX, fasc. 1 (gennaio-aprile 2005), p. 72-94.

75 Sur ses démarches pour devenir cardinal, voir Alessandro DEL VITA, L’Aretino “uomo libero per grazia di Dio”, Arezzo : Rinascimento, 1954, p. 137-152 ; P. LARIVAILLE, Pietro Aretino…, p. 308-356 et Paolo PROCACCIOLI, « Un cappello per il divino. Note sul miraggio cardinalesco di Pietro Aretino », in : Angelo ROMANO et Paolo PROCACCIOLI (dir.), Studi sul Rinascimento italiano. In memoria di Giovanni Aquilecchia, Manziana (Rome) : Vecchiarelli, 2005, p. 189-226.

76 Voir Juan Carlos D’AMICO, « Arts, lettres et pouvoir : correspondance du cardinal de Granvelle avec les écrivains, les artistes et les imprimeurs italiens », in : Les Granvelles et l’Italie au XVIe siècle, le mécénat d’une famille, Besançon : Cêtre, 1996, p. 191-224.

77 Voir par exemple, Erwin PANOFSKY, Le Titien. Questions d’iconographie, Paris : Hazan, 2004, p. 22-26 ; Fritz SAXL, « Tiziano e Pietro Aretino » [1935], in : Lectures, Londres : Warburg Institute, 1957 ; Carlo DIONISOTTI, « Tiziano e la letteratura », Lettere italiane, XXVIII, 1976, p. 401-409 ; Mina GREGORI, « Tiziano e l’Aretino », in : Rodolfo PALLUCCHINI (dir.), Tiziano e il manierismo europeo, Florence : Leo S. Olschki, 1978, p. 271-306 ; Flavia POLIGNANO, « I ritratti dei volti e i registri dei fatti. L’Ecce homo di Tiziano per Giovanni d’Anna », Venezia Cinquecento, II, 1992, p. 7-54 ; Francesco MOZZETTI, Tiziano, ritratto di Pietro Aretino, Modène : Panini, 1996 ; Giancarlo ALFANO, Dioniso e Tiziano. La rappresentazione dei simili nel Cinquecento tra decorum e sistema dei generi, Rome : Bulzoni, 2001, p. 193-240.

78 Matteo MANCINI, Tiziano e le corti d’Asburgo, Venezia : Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 1998, p. 21, 160 et 164. Sur les rapports entre Charles Quint et le peintre, voir Herbert von EINEM, Karl V. und Tizian, Cologne et Opladen : Westdeutscher Verlag, 1960 ; Annie CLOULAS, « Charles Quint et le Titien. Les premiers portraits d’apparat », L’information d’Histoire de l’art, IX, 1964 ; Flavio CAROLI et Stefano ZUFFI, Tiziano, Milan : Rusconi, 1990, p. 194-224. D’autres documents concernant les rapports entre le Titien et la cour impériale se trouvent in Luigi FERRARINO, Tiziano e la corte di Spagna, Madrid : Istituto Italiano di Cultura, 1975.

79 Lettere scritte a Pietro Aretino..., II, p. 383.

80 Voir le passage du Dialogo d’amore de Speroni, concernant les portraits littéraires de l’Arétin, cité par Lina BOLZONI, Poesia e ritratto nel Rinascimento, Roma-Bari : Laterza, 2008, p. 49.

81 P. ARETINO, Lettere..., IV, p. 293-294.

82 L. BOLZONI, Poesia e ritratto..., p. 49.

83 « De la main de cette Idée, qui imite la Nature / Par un dessin vivant et spirituel, / Le digne saint exemple est celui du grand Charles, / Ainsi que du Titien la peinture sacrée. // Pour cette raison, il montre sur une tacite figure, / De quoi sont faits le courage et l’intelligence. / De quelle nature sont faits l’Empire et le Règne / Et ce qui inspire à autrui espoir et crainte. // Dans ses yeux, il a la Justice et la Clémence, / Entre les sourcils la Vertu et la Fortune ; / La fierté et la grâce dans sa prestance ; // Son front libre de tout nuage, / Où réside son noble cœur, / Paraît un soleil qui obscurcit toute lune ottomane ». Lettre à « Don Luigi d’Avila », datée du mois de novembre 1548, avec ce sonnet qui célébrait le portrait équestre de Charles Quint peint par le Titien. P. ARETINO, Lettere…, V, p. 92.

84 Sur l’importance de l’effigie comme substitution de l’absence physique de l’empereur, voir aussi S. BERTELLI, Il corpo del re. Sacralità del potere nell’Europa medievale e moderna, Florence : Ponte alla Grazie, 1995, p. 36-46. Sur les portraits d’apparat de Charles Quint, voir Pierre CIVIL, « Images du pouvoir dans quelques portraits héroïques de Charles Quint », in : Jean DUFOURNET, Adelin FIORATO et Augustin REDONDO (éds.), Le pouvoir monarchique et ses supports idéologiques aux XIVeet XVIIesiècles, Paris : Sorbonne Nouvelle, 1990, p. 39-51.

85 G. FALASCHI, Progetto corporativo..., p. 143.

86 « Cesare, et Giulio senza angustia alcuna / In seggio eterno sempre viva, et regni; / Così in gesti sopr’humani et degni / Decanta la Vertu e la Fortuna. / Tai detti l’una, l’altra in voci ardenti / Replica, perché son fin nel profondo; / Di Carlo, et del Pastor ministre, e agenti. / Onde mancando i duo Monarchi al mondo, / Quella sarà Fantasma in tra le genti, / Et questa ombra d’un Mostro vagabondo. » Libro quinto delle rime di diversi illustri signori napoletani e d’altri nobilissimi ingegni, Venise : Giolito de’ Ferrari, 1555, p. 388. Des vers que l’Arétin modifiera par la suite pour les consacrer uniquement à Charles Quint. Voir le sonnet « In Laude di sua Maestà Cesarea » envoyé à Ludovico Dolce, en 1553, afin qu’il soit inséré dans la traduction des Métamorphoses d’Ovide dédiée à l’empereur. P. ARETINO, Lettere…, VI, p. 233-234.

87 Voir les éloges continuels de Charles Quint dans les lettres envoyées à de nombreux destinataires ainsi que les lettres et les vers qui lui sont consacrés dans le sixième livre des Lettres. Voir, par exemple, les lettres « a Cesare », « a Carlo Cesare » et « allo Imperadore », ainsi que les sonnets « In laude de i gloriosi merti dello Imperadore immortale » et « allo Imperadore ». Ibid., VI, p. 232, 338, 383, 396 et 411.

88 « […] io colui sono che nel core, in la lingua, e in la penna terrò Cristo e Carlo in eterno. » Lettre à « Don Fernando de la Cerda » de septembre 1554. P. ARETINO, Lettere…, VI, p. 371.

89 Ibid., VI, p. 371.

90 « [...] mi ero scordato di dirvi che diciate a coloro, che mi rimproverano gallicamente ch’io adoro lo imperadore, ch’è di mio debito il farlo. Imperoché l’ombra della stupenda Sua Maestade invittissima mi fa essere ciò che non ero mai per parere, se sotto di lei non mi raccoglieva la di lui bontà sacrosanta. »Post-scriptum de la lettre à Danese Cattaneo d’août 1554. P. ARETINO, Lettere…, VI, p. 346.

91 Franco GAETA, « Dal comune alla corte rinascimentale », in : Letteratura Italiana, Turin : Einaudi, 1982, I, p. 252.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Carlos D’Amico, « L’Arétin, poète et polémiste au service de la rhétorique impériale », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21191 ; DOI : 10.4000/e-spania.21191

Haut de page

Auteur

Juan Carlos D’Amico

Université de Caen / ERLIS

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page