Navigation – Plan du site
Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du ‎XVIe siècle (1516-1556)

Giangiorgio Trissino, poète de l’empereur

Mercedes Blanco

Résumés

Cet article porte sur l’une des célébrités les plus méconnues de la Renaissance italienne, Giangiorgio Trissino (1478-1550) auteur d’un poème dédié à Charles-Quint, L’Italia liberata dai Goti (1547-1548), qui pose les bases d’un nouveau genre épique cultivé par des poètes de la seconde moitié du XVIe siècle, en Italie et en Espagne. Nous montrons que Trissino est un « poète de l’empereur » dans ses choix en tant que lettré, en tant qu’auteur de L’Italia liberata, et, à la fin de sa vie, lorsqu’il cherche la protection de Charles-Quint comme un asile, dès lors qu’il est amené par une tragédie familiale à rompre ses attaches avec Vicence, ville natale d’où il tenait sa fortune et son rang seigneurial. Le néo-classicisme d’un poème empreint de dévotion pour Homère se prête à l’expression de positions politiques et religieuses fort différentes de celles qui se généraliseront en Italie un peu plus tard, sous l’influence de la Contre-réforme. Charles-Quint se trouve au cœur de cette entreprise poétique. Trissino, suivant Aristote et s’inspirant de Virgile, réduit en fable une partie de la campagne ordonnée par Justinien pour conquérir l’Italie tenue par les Goths. Ainsi modifié, le matériau historique prend sens par l’allusion au rôle présumé libérateur de Charles-Quint en Italie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Signalons quelques-uns des travaux qui assignent à l’Arioste une place à la fois extérieure et déte (...)
  • 2 Cf. Andrea CANOVA et Paola VECCHI GALLI (éds.), Boiardo, Ariosto e i libri di battaglia, Novare : (...)
  • 3 Sur les éléments chevaleresques et « romanesques » dans L’Italia liberata de Trissino, cf. (...)

1De l’épopée conçue à l’exemple des poètes de l’Antiquité classique qui est l’un des ciments de la culture européenne de la Renaissance, émergent, comme d’un océan de brumes, quelques œuvres célèbres : l’Araucana d’Ercilla, Les Lusiades de Camões, la Jérusalem délivrée du Tasse et le Paradis perdu de Milton. Le Roland furieux de l’Arioste, égal ou supérieur en renommée à ceux énumérés, ne peut être dissocié de ce genre1, bien qu’il le précède et relève d’une autre logique. Le Roland furieux fut conçu comme le couronnement d’un art séculaire, en vogue dans les cours et les villes italiennes, de récits d’aventures chevaleresques en vers : l’art des romans (romanzi) ou, si l’on préfère adopter la dénomination familière au premier public de l’Arioste, des livres de bataille (libri di battaglia2). Mais Lodovico Ariosto, poète infiniment doué, tout en prenant la suite de Boiardo dans l’argument de son poème, fut assez bon élève d’Ovide et de Virgile pour se trouver, peu après sa mort (1533), au cœur des débats de ceux qui voulaient produire en langue vernaculaire un rejeton de l’épopée antique, qu’ils concevaient comme la partie la plus noble d’une littérature italienne en quête de sa propre fondation. Parmi eux, Giovanni Giorgio (ou Giangiorgio) Trissino (Vicence 1478-Rome 1550) fit office de pionnier en écrivant un long poème en vingt-sept chants, L’Italia liberata dai Goti (1548), qui franchit un premier pas dans l’invention de ce genre. Cette œuvre est tenue en effet pour la première expérience d’un nouveau poème épique, en langue vernaculaire, modelé sur l’epos antique. Des essais de poème héroïque qui se mettent à proliférer en Italie dans la seconde moitié du XVIe siècle, le sien, le plus précoce, marque aussi une plus nette rupture, et tourne le dos résolument à ces libri di battaglia qui relient le Moyen Âge à la littérature moderne, même s’il doit plus à cette tradition, dont l’Italie de son temps est bercée, qu’il ne l’admettait lui-même, et plus qu’on ne l’a longtemps reconnu3.

  • 4 « I magnanimi, e virtuosi fatti de gli huomini, Clementiss. et Invittiss. Imp., hanno sempre avut (...)
  • 5 Trissino est un pionnier de l’aristotélisme en matière poétique, qu’il exprime on ne peut plus clai (...)
  • 6 Enrico Musacchio, dans l’article cité, a mis en relief le caractère polémique de cette préface, où (...)
  • 7 C’est ce couple qui est nouveau et non la figure d’Homère comme symbole du don de gloire immortelle (...)

2Trissino, ou le Trissin comme l’appelle Voltaire, qui lui consacre un de ses essais sur la poésie épique, dans la compagnie choisie de sept autres poètes allant d’Homère à Milton, procède dans la dédicace de son poème à Charles-Quint avec l’aplomb de quelqu’un qui vient de gagner un pari formidable. Il explique qu’il a tout fait pour dresser le monument immortel dont l’empereur a besoin, car on se saurait vivre durablement dans la mémoire des hommes sans le secours des poètes4. Il ne doute pas que son poème est un tel monument, car il a suivi très exactement les leçons de la Poétique d’Aristote5, qu’il résume avec la maîtrise de quelqu’un qui a pratiqué ce traité dans son original grec. De plus, il a tout fait pour être comme Homère, copioso e largo, « abondant et ample », et pour apprendre à son école cette enargia, cette « représentation efficace » tant louée par Démétrios de Phalère6, qu’Homère possède au plus haut degré et qui fait défaut chez les poètes romains trop soucieux de beau style et de bienséances : …mi sono sforzato servare le regole d’Aristotele, il quale elessi per maestro, si come tolsi Homero per Duce e per Idea («… je me suis efforcé d’observer les règles d’Aristote, que j’élus pour maître, de même que je pris Homère pour Guide et pour Idée »). Aristote et Homère, couple encore inédit à cette date en dehors des cabinets d’érudits, des salles de classe des Byzantins émigrés, franchissent ainsi le seuil du palais impérial, marchant aux côtés du poète comme une double divinité tutélaire7.

  • 8 Alessandro MANZONI, Del romanzo storico, e, in genere, de’ componimenti misti di storia e invenzion (...)
  • 9 Sur ces jugements uniformément méprisants, voir Sergio ZATTI, « L’imperialismo epico del Trissino » (...)

3Dans une formule volontiers citée, Manzoni parla à propos de Trissino de célébrité stérile8. Et en effet le personnage appelle l’oxymore. L’Italia liberata paraît peu avant sa mort, survenue en décembre 1550. Or, les poètes qui, par la suite, partent en quête du poema eroico, tels Bernardo Tasso, Francesco Bolognetti, Giovanni Giraldi Cinthio, Giovanni Battista Pigna9, sont tous à peu près d’accord : Trissino est certes un habile homme, mais la grâce lui a manqué, et ce laborieux poème préparé pendant deux décennies, ce fruit d’une longue vieillesse, est mort-né. Il faut attendre cependant une douzaine d’années pour que quelqu’un trouve la formule la plus achevée de ce constat de mort précoce. Torquato Tasso, dans les Discorsi dell’arte poetica, œuvre juvénile tardivement publiée, construit, avec une habileté rhétorique consommée, une antithèse entre deux pères qu’il veut surpasser, l’Arioste et le Trissin. Le premier ne fait rien comme il faut, ne tient compte d’aucune règle et pourtant son poème, le Roland furieux, plaît à tous et s’envole irrésistiblement vers la gloire ; Giangiorgio Trissino, à l’inverse, s’applique à bien suivre la méthode d’Aristote, et à marcher sur les traces du meilleur modèle, Homère. Mais qu’en résulte-t-il ? un poème que presque personne ne lit, que personne n’aime et que tous abandonnent dans sa sépulture poussiéreuse :

  • 10 Torquato TASSO, Discorsi del signor Torquato Tasso dell’arte poetica et in particolare del poema er (...)

…veggendosi che’l’Ariosto, che, partendo delle vestigia de gli antichi scrittori e dalle regole d’Aristotele, ha molte e diverse azioni nel suo poema abbracciate, è letto e riletto da tutte l’età, da tutti i sessi, noto a tutte le lingue, piace a tutti, tutti il lodano, vive e ringiovanisce sempre nella sua fama e vola glorioso per le lingue de ‘mortali; ove il Trissino, d’altra parte, che i poemi d’Omero religiosamente si propose d’imitare e dentro i precetti d’Aristotele si ristrinse, mentovato da pochi, letto da pochissimi, prezzato quasi da nessuno, muto nel teatro del mondo e morto alla luce degli uomini, sepolto a pena nelle librarie e nello studio d’alcun letterato si rimane10.

  • 11 On trouvera un catalogue des éditions de Trissino en annexe d’un des ouvrages les plus importants q (...)
  • 12 Voir Beatrice ALFONZETTI, « Oh vani giuramenti! Tragico ed eroico in Tasso e Trissino », in : (...)

4La malédiction qui éloigne les lecteurs n’a pas cessé d’agir après cinq siècles : en dehors de l’édition du XVIe siècle, dont on ne s’étonnera pas, après ce qui vient d’être dit, de ce qu’elle soit restée unique, on dispose pour lire L’Italia liberata de Trissino de quatre éditions du XVIIIe siècle (Vérone, Paris, Londres-Livourne, Orléans), et d’une édition du XIXe (Venise)11, mais d’aucune édition récente. Il n’est donc pas évident de lire ce poème autrement que dans l’inhospitalière réserve des grandes bibliothèques, dans de mauvaises reproductions ou sur écran, ce qui n’est pas la meilleure façon de goûter la poésie. Notons du reste que c’est dans l’Italie et, plus largement, l’Europe du XVIIIe siècle, dans des milieux qui incarnent son culte de la raison et sa nostalgie de l’antique, son classicisme froid et exact, dépouillé et parfois visionnaire, que Trissino a été le mieux reçu, fait curieux qui mériterait qu’on s’y attarde davantage12.

5Et cependant le naufrage de Trissino marqua les esprits comme l’aurait fait un triomphe, de sorte que l’on s’étonne légitimement d’un tonfo che fece tanto clamore :

  • 13 Sergio ZATTI, « Tasso lettore del Trissino », Torquato Tasso e la cultura estense, Gianni VENTU (...)

Excrément au lieu d’or, obscurité et poussière au lieu de lumière et vol, silence au lieu de renommée, un déluge de métaphores submerge, au jugement des collèges littérateurs, l’ambition héroïque de Trissino. Plus que le bruit sourd d’une chute dans l’indifférence, nous frappe la clameur de cette chute, qui témoigne évidemment non seulement des ambitions du projet et de la notoriété de son auteur, mais aussi de l’intérêt qu’encore des années plus tard un semblable projet pouvait susciter13.

  • 14 Guido SACCHI, Fra Ariosto e Tasso: vicende del poema narrativo, Pise : Edizioni della Normale 2006, (...)

6Comme l’indiquent ces lignes de Sergio Zatti, on pouvait s’attendre en effet à un accueil flatteur, au regard de l’intérêt que présentait alors le « projet », mais aussi de la « notoriété de l’auteur ». Giangiorgio Trissino est en effet un homme au talent reconnu, auquel la fortune sourit, un personnage distingué de l’Italie de son temps. Cette Italie de Trissino est celle de Castiglione, de Machiavel, de l’Arioste, de Raphaël, de Michel Ange, de Titien, bouleversée par ce que l’on appelle les guerres d’Italie, qui désolèrent les patriotes italiens de jadis et de naguère, mais patrie commune néanmoins des créations les plus géniales de l’Europe moderne. Dans son ouvrage malheureusement inachevé sur le poème narratif entre l’Arioste et le Tasse (2006), Guido Sacchi met Trissino dans une catégorie à part. Il est en effet par son rang social nettement au-dessus des autres poètes qu’il examine : « …prestigieux feudataire impérial, grand seigneur, membre de l’aristocratie terrienne de la plus ancienne origine, le poète vicentin constitue l’exemple, unique dans ce groupe, d’un auteur qui peut se consacrer à une activité littéraire du plus haut niveau expérimental grâce à l’autonomie que lui procurent ses rentes et le prestige de sa position »14.

  • 15 C’est du moins ce qu’affirme Silvestro CASTELLINI dans sa Storia della città di Vicenza (1775- (...)

7Trop autonome, certainement, trop expérimental, trop dédaigneux des goûts les plus répandus, qu’il croit à tort vulgaires, tout ceci a sûrement nui à notre Trissino aux yeux des lecteurs. Ce riche seigneur, dont la famille se vante de descendre d’un noble chevalier du Péloponnèse du nom de « Tresene », qui devint l’échanson de Justinien15, se forme dans le Milan des Sforza, auprès de l’exilé athénien Demetrios Chalcondylas, maître des lettres grecques, auteur de la première édition d’Homère. Toute sa vie, il réunira les livres et les manuscrits ; toute sa vie, il s’entourera de savants, il accumulera les connaissances et il cultivera des amitiés avec des magistrats et des prélats célébrés pour leur érudition.

  • 16 Carlo DIONISOTTI (« L’Italia del Trissino », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p.  (...)
  • 17 Ibid., p. 16. Nous traduisons.
  • 18 Cf. Bernardo MORSOLIN, Monografia d’un gentiluomo letterato nel secolo XVI, Florence : Le Monnier (...)
  • 19 Il suffit pour s’en rendre compte de parcourir les lettres réunies par B. MORSOLIN, Monografia (...)
  • 20 Voir Willi HIRDT, Gian Giorgio Trissinos Porträt der Isabella d’Este: ein Beitrag zur Lukian-Rezept (...)
  • 21 Voir Achille OLIVIERI, « Microcosmi familiari e trasmissione ereticale: i Trissino », in : N. (...)

8Trissino n’est pas courtisan au sens où il ne se reconnaît pas, jusqu’à ses derniers jours, de dépendance vis-à-vis d’un quelconque prince, contrairement à Castiglione, né la même année que lui, qui peut lui être comparé16 par la naissance, l’éducation, l’activité et le milieu, mais qui n’a pas sa fortune. Son père et ses grands-parents étaient des condottieri ; il n’a pas, quant à lui, de vocation militaire ni ecclésiastique, son atout est la littérature. « Dans la fleur de l’âge, écrit Dionisotti, alors qu’il apprenait à connaître le monde, Trissino avait apprécié la fascination qu’exerçait sur ce monde la parole, le discours, la littérature»17. D’où ses fréquents déplacements entre Vicence, Venise, Padoue, Mantoue, Ferrare, Florence, Rome, Bologne et occasionnellement Augsbourg, en quête de lieux où faire valoir et développer cette passion lettrée. Il en résulte qu’il fréquente tout ce qui compte dans l’Italie de son temps. Il est favorisé des papes Médicis, et il entretient de bonnes relations avec le pape Farnèse, Paul III. Ces Saints Pères lui auraient proposé, lors de ses veuvages, des évêchés, des gouvernements de ville et le titre de cardinal18. Parmi ses nombreuses connaissances dans le patriciat florentin, il compta au moins un ami : Giovanni Rucellai, poète vernaculaire à l’école des grands antiques à l’instar du Trissin, et aussi nonce papal, protonotaire apostolique, gouverneur du château Saint-Ange et portevoix de l’auteur dans le dialogue sur la langue italienne intitulé Il castellano. Trissino, bien reçu partout, est traité affectueusement par les dames les plus en vue19 : Isabella d’Este, marquise de Mantoue, qu’il tient pour un modèle de bon « prince » et pour l’Idée même de la beauté féminine, extérieure et intérieure20 ; Lucrèce Borgia, duchesse de Ferrare ; plus tard, à Rome, Vittoria Colonna, veuve du marquis de Pescara. Malgré ses allées et venues dans les cours de l’Italie du Nord et du Centre, il est attaché aux belles demeures et seigneuries qu’il possède dans Vicence et sa région et enraciné dans le tissu des grandes familles, dont il semble avoir dirigé la foisonnante vie intellectuelle, spirituelle et artistique. Il y promeut une sorte de paideia à la grecque, et cela pendant des périodes distinctes de sa vie. Le milieu de la noblesse vicentine où se déroulent ces activités nourrit d’ailleurs dès avant 1500 des tendances réformatrices, puis des affinités érasmiennes, pour glisser ensuite dans le calvinisme21, ce qui amènera à une sorte d’éclatement qui coïncide, comme on le verra, avec la disparition de Trissino lui-même.

  • 22 Sur les circonstances et la signification de cet ouvrage aux solides mérites, qui résulterait de l’ (...)
  • 23 Gian Giorgio TRISSINO, Sofonisba, Il teatro italiano. II. La tragedia del cinquecento, Marco ARIANI (...)
  • 24 Voir Lionello PUPPI, Breve storia del Teatro Olimpico, Venise : Nero Pozzi, 1963.
  • 25 « When Learning, after the long Gothic night, / Fair, o’er the western World, renew’d its Light / (...)
  • 26 Le souvenir de la Sophonisbe du Trissin, traduite par Mellin de Saint-Gelais, puis par Claude Merme (...)
  • 27 Voir Paola COSENTINO, Cercando Melpomene: esperimenti tragici nella Firenze del primo Cinquecento, (...)

9La seule biographie sur laquelle peut s’appuyer une approche scientifique du personnage, et à laquelle tout le monde puise encore aujourd’hui, date de 187822. Son auteur, Bernardo Morsolin, qualifie Trissino de gentiluomo letterato, expression qui apparaît dans le titre de la seconde édition de l’ouvrage. Il faut accentuer également les deux termes, car il doit sa position distinguée et ses missions diplomatiques pour le compte de Léon X, de l’empereur Maximilien, de Clément VII, de sa ville de Vicence, à une réputation où le lettré compte autant que le gentilhomme. Le titre le plus précoce de cette réputation est une pièce où il expérimente une forme nouvelle : l’endecasillabo sciolto, l’hendécasyllabe blanc, le vers qu’il utilisera dans L’Italia liberata. Il s’agit de Sophonisbe23, première tragédie en langue italienne, qui semble avoir été représentée à la cour pontificale de Léon X avant 1515 et dont la renommée fut durable. Quand en 1562 on construisit dans le Palazzo della Ragione de Vicence le modèle en bois du futur Théâtre Olympique, ce fut la Sophonisbe de Trissino qu’on choisit d’y représenter, dans un somptueux spectacle auquel serait accourue toute la noblesse vénitienne et lombarde24. Si l’emploi de l’endecasillabo sciolto pour les parties parlées, et la forme lyrique de la chanson pour les chœurs, rappelait de façon simple et élégante la forme des tragédies antiques, prendre comme matière l’histoire de Sophonisbe racontée par Tite-Live, reprise par Pétrarque dans l’Africa et dans les Trionfi, fut une idée brillante et destinée à une longue postérité. Deux siècles après la mort de Trissino, Pope écrivait dans son prologue en vers de la Sofonisba de Thomson : « Quand le savoir, après la longue nuit gothique, renouvela sa belle lumière sur le monde occidental, Sophonisbe surgit en même temps que les beaux arts ; et la muse tragique revenue pleura de nouveau ses infortunes. Avec elle revinrent l’âme et la vie sur la scène italienne et les larmes recommencèrent à couler des yeux »25. Cette pièce qui inspirera un siècle plus tard les débuts de la tragédie française régulière26 et qui laissera un souvenir ému chez les amateurs de classicisme au Siècle des Lumières, eut un effet immédiat d’entraînement. Les premiers essais italiens de tragédie moderne à l’exemple des Grecs furent l’œuvre de patriciens florentins qui fréquentaient les Orti Oricellari, où se réunissaient les lettrés autour de l’ami de Trissin, Giovanni Rucellai. Or, l’analyse de ces pièces par Paola Cosentino met en évidence leur dette massive à l’égard de la Sophonisbe27.

  • 28 Voir les principaux écrits liés à cette question dans Giovan Giorgio TRISSINO, Scritti linguisti (...)
  • 29 Voir Giovan Giorgio TRISSINO, Scritti linguistici, p. 37.
  • 30 Pour Amedeo Quondam, Trissino, en mettant sur le même plan ces auteurs dans les quatre premiers liv (...)

10Quelques années après avoir conquis l’estime par cette innovation réussie, Trissino frappe à nouveau les esprits en intervenant précocement, avec l’assurance intrépide qui le caractérise, sur la questione della lingua28. Il propose une réforme de l’orthographe et il défend l’idée qu’il existe une langue italienne partagée par toute la Péninsule, dont les normes et les exemples ne sont pas à chercher dans l’usage de telle ou telle région ou partie de la société, mais dans les œuvres des bons poètes, qu’ils soient ou non toscans, qu’ils soient anciens comme certains auteurs loués par Dante, les Siciliens Guido Colonna et Matteo Rosso, ou le Bolognais Guido Guinizelli29 ; ou modernes, comme le Napolitain Sannazar et le Vicentin Trissino30.

  • 31 Nous modernisons la graphie du titre d’après les éditions et les ouvrages critiques depuis le XIX(...)
  • 32 Voir Giangiorgio TRISSINO, Poetica (I-IV),Trattati di retorica e di poetica, Bernard WEINBERG (éd.) (...)

11Dans la dernière étape, sommet à ses yeux de sa vie littéraire, Trissino désormais septuagénaire publie ce fameux poème que beaucoup attendaient, l’Italia liberata dai Goti31, dont il fait imprimer les neuf premiers chants à Rome en 1547 et les dix-huit autres à Venise en 1548. En 1550, il achève les livres V et VI de la Poétique, suite des quatre premiers livres parus vingt ans plus tôt, et il y expose la doctrine d’Aristote sur la tragédie (livre V) et sur le poème héroïque et autres genres mixtes (livre VI)32. Trissino fait une fois de plus œuvre de pionnier, s’avançant sur un terrain presque vide, que bientôt d’autres coloniseront. Mais, par son caractère monumental, l’inspiration qu’il croit tenir de la muse céleste, les longues fatigues qu’il y a investies, c’est L’Italia liberata qui porte les espoirs du vieux poète, la Poetica n’étant tout au plus qu’une scholie en marge de celui-ci.

12Ce qui précède fait voir suffisamment qu’il est légitime d’associer Giangiorgio Trissino au renouveau poétique du XVIe siècle. En revanche je n’ai presque rien dit sur ce qui permet de le considérer comme un poète de l’empereur, et à plus forte raison de le considérer tel à titre éminent et paradigmatique.

  • 33 Nous ne pourrons qu’esquisser une argumentation : pour la rendre démonstrative il faudrait une rech (...)

13En faveur de cette thèse33, je donnerai d’abord quelques raisons de penser que ses choix comme lettré sont en partie l’expression de ses positions pro-impériales. En second lieu nous verrons que le poème héroïque de Trissino, L’Italia liberata, est bien un poème de l’empereur et que la relation à Charles-Quint ne se borne nullement à la dédicace, mais qu’elle est décisive pour le projet conçu par le poète, pour sa mise en œuvre et pour le texte qui en résulte.

14Enfin, tout autant qu’un poète de l’empereur, Trissino est un homme de l’empereur, politiquement plus que personnellement. Mais son destin personnel lui-même, et sa fortune comme auteur, en portent des marques certaines.

Un lettré néo-gibelin amoureux de la Grèce

  • 34 Une légende s’est formée assez tôt sur la découverte qu’aurait fait Trissino du talent précoce du j (...)
  • 35 Comme me l’indique Roland Béhar, Francesco Oliviero, auteur d’un poème épique racontant la guerre c (...)

15Trissino est originaire du Vicentin, de son temps une partie de la Terraferma, le domaine vénitien par-delà la lagune : un pays riche, par l’agriculture, l’industrie, la marchandise, mais soumis depuis le début du XVe siècle au gouvernement de Venise, qui lui reste à moitié étranger. En l’honneur de son maître Chalcondyle, praeceptore optimo et santissimo, Trissino fit graver une pierre tombale que l’on voit aujourd’hui à Santa Maria della Passione à Milan. Cet acte est typique d’un homme qui se croit appelé à exercer la vertu de la libéralité, assez riche pour ne pas avoir besoin des cadeaux des puissants ; fortuné et avisé au point d’influer sur l’histoire de l’architecture dans sa ville et dans le monde par l’initiative qu’il prend de rénover sa villa Cricoli, vers 1537, en donnant à sa nouvelle façade une allure romaine et serlienne. Ce chantier marque un tournant dans la carrière d’un jeune architecte qui est encore aujourd’hui la plus grande gloire de Vicence. Il s’agit d’Andrea di Pietro, pour lors employé dans l’atelier de deux maîtres constructeurs vicentins, Giovanni et Girolamo di Pedemuro. Après sa rencontre avec le poète qui deviendra son ami et par moments son précepteur bénévole, Andrea di Pietro prend le nom harmonieux de Palladio, sous lequel il apparaît dans les documents à partir de 154034, en l’empruntant au poème héroïque de Trissino, encore inédit et inachevé. C’est ainsi que se nomme en effet l’adjuvant divin de Bélisaire, le héros politique, prudent meneur d’hommes, de L’Italia liberata, et son rôle est calqué sur celui d’Athéna, de son autre nom Pallas, protectrice d’Ulysse chez Homère. Mais, comme Pallas, il ne se borne pas à la protection d’un seul personnage. Au livre V, un être surnaturel sauve de l’emprisonnement chez la mauvaise fée Acratia le second héros du poème, le féroce, l’âpre, l’acerbe Corsamonte. Comme l’exprime Franco Barbieri, « ce libérateur dépêché expressément par Dieu, à la descente duquel les épais brouillards s’éclaircirent et le ciel se rasséréna (a la cui scesa le compresse nebbie / si dilataro e serenossi il cielo), cet ange qui porte des ailes sur le dos mais aussi aux talons comme Hermès, est l’ange gardien de Bélisaire, l’ange Palladio »35.

  • 36 La réforme orthographique proposée dans L’Épître à Clément VII (1524) est modifiée dans le (...)
  • 37 Sur l’activité d’imprimeur d’Arrighi, voir Danilo ROMEI, Catalogo abbreviato delle edizioni (...)

16Le goût des choses grecques caractéristique de Trissino, qui se laissait deviner dès sa jeunesse dans sa volonté de faire renaître la tragédie, éclate dans une épître adressée à Clément VII, parue à Rome en 1524, qui recommande d’ajouter des lettres à l’alphabet de la langue italienne. La réforme orthographique que propose Trissino pour éviter les ambiguïtés phonétiques, implique la distinction des semi-voyelles et semi-consonnes jusque-là confondues, qu’elle prescrit de noter u et v, i et j. Elle prescrit aussi de distinguer le z sonore et le sourd36, ce pourquoi elle fait appel à la lettre grecque ζ. Mais l’innovation la plus flagrante, ce sont deux autres lettres grecques introduites dans l’alphabet latin, ε et ω, pour marquer la distinction entre voyelles ouvertes et fermées. Le célèbre calligraphe et typographe vicentin installé à Rome, Lodovico degli Arrighi, qui imprima l’épître, travaillerait jusqu’à sa mort, advenue lors du sac de Rome, suivant la réforme orthographique promue par le Trissin37.

17Ce nouvel alphabet gréco-latin fut inauguré par Arrighi pour imprimer une composition courtisane et politique de notre poète : la Canzone al Santissimo Clemente VII (Rome, 1524). Après une captatio benevolentiae où il exalte les vertus inouïes du nouveau pape, le poète exhorte ce pontife à œuvrer pour la paix entre François Ier et l’empereur : « deux grands rois, enflammés de colère », dont la grave discorde et l’inhumaine convoitise (l’inumana voglia) « afflige l’Italie et d’autres belles contrées ». Il lui assigne la haute mission de faire mouvoir « l’Europe » en sa défense (celle du pape, mais aussi, celle de l’Europe), avec pour horizon, la ruine des Turcs et la Grèce soustraite à leur domination :

Parmi, che la ruina
de Turchi posta sia nelle tue mani
e tor la Grecia dalla man dei cani.

Il me semble voir la ruine des Turcs remise entre tes mains et la Grèce sauvée de la main des chiens.

18Ces thèmes sont convenus, mais il est frappant que le poète assigne pour but à la lutte finale contre les Turcs non la libération des Lieux Saints, qui sera plus tard l’objet des espoirs suscités par la victoire de Lépante ou de la croisade chantée par le Tasse, mais la libération de la Grèce, que Trissino chérissait comme la patrie de maîtres et d’amis grecs tels Démetrius Chalcondyle, Jean Lascaris et Marc Musurus, mais qui était aussi pour lui, de toute évidence, la Grèce d’Homère, d’Aristote et de Sophocle :

  • 38 « Canzone a papa Clemente VII », Tutte le opere di Giovan Giorgio Trissino…, tomo primo contene (...)

Che veramente la metà del sangue,
il qual si è tratto fuor de i nostri petti
per travagliare Italia in quindeci anni,
se fosse sparso in far salubri effetti
a l’infelice Grecia, ch’ognor langue
in servitù, sarebbe fuor d’affanni.
e’l tempo, che s’è speso in nostri danni
sarebbe andato in mille belle lodi;
et fora in nostra man Belgrado, e Rodi,
et altre terre assai, che abbiam perdute
38.

Car pour de vrai la moitié du sang qu’ont versé nos veines pour tourmenter l’Italie pendant quinze ans, s’il s’était répandu pour le salut de la malheureuse Grèce, qui languit maintenant en esclavage, elle serait hors de péril, et le temps dépensé pour nos calamités aurait engendré mille actions glorieuses; et elles seraient encore à nous, Belgrade et Rhodes, et tant d’autres terres que nous avons perdues.

  • 39 Même si ce n’est que plus tard, après les victoires de Vienne (1532) et de Tunis (1536) qu’il appar (...)

19Ce « nous » ambigu, qui semble se rapporter à l’Europe chrétienne ou à une Italie unie par la langue suprarégionale des poètes illustres, doit tout de même avoir quelque sens politique précis, puisque la chanson dont il gouverne l’énonciation est adressée à un pape très politique par un homme que Léon X avait envoyé négocier auprès de Maximilien, que Clément VII lui-même enverra auprès des Vénitiens, et qui fréquente tout ce que compte la cour pontificale de prélats et de hauts magistrats. Les pertes de Belgrade et de Rhodes mentionnées dans cette chanson de 1524 renvoient aux plus importantes conquêtes récentes de Soliman (1521 et 1522). Le souci de Trissino ne lui est donc pas particulier, ni la crainte et la haine des Turcs ne sauraient le distinguer de la plupart des Italiens d’alors. Cependant, en Italie, cette crainte et cette haine font le jeu de Charles-Quint, qui apparaît, bien plus que le roi de France, bien plus que Venise, comme un allié naturel de l’Italie contre les Ottomans39. Chez Trissin, ce « nous », porte-voix de la Chrétienté et de l’Italie, dont Clément VII est le chef naturel, rêve d’une projection de l’empire vers sa partie orientale perdue, un empire dont l’Italie serait la partie originelle et, encore et toujours, la partie qui compte avant tout, la plus belle, riche et vivante. Ce discours perd sûrement de son opportunité après Pavie, et davantage encore, après le sac de Rome en 1527.

  • 40 Voir D. ALIGHIERI, G. TRISSINO, A. FIRENZUOLA, Sur la langue italienne…, p. 14.

20Mais Trissin, qui peu avant le sac avait rejoint la Vénétie, et qui ne peut plus compter sur l’appui immédiat de Rome pour faire valoir son idée d’une Italie en paix sous tutelle impériale, tient toujours à la réforme orthographique soutenue en 1524 et qu’il maintiendra jusqu’à la mort. Cette affaire d’apparence technique es loin d’être insignifiante, car elle touche à la définition de la langue littéraire de l’Italie, question cruciale dans les années 1525-1530. Très vite, la réforme proposée par Trissino est vivement critiquée par trois lettrés connus ou en passe de le devenir, grandissimi ingegni, d’après Benedetto Varchi : à savoir Claudio Tolomei, Lodovico Martelli et Agnolo Firenzuola40. Il y répond, en 1529, par une salve de publications diverses lancée de Vicence dans le débat intellectuel et dans le marché éditorial :

  • 41 Amedeo QUONDAM, « La poesia duplicata : imitazione e scrittura », in : N. POZZA (éd.), Conve (...)

Une sorte d’opera omnia, entre les nouveautés et les réimpressions, une intention manifeste de se situer de manière assez articulée, mais surtout aguerrie, sur tous les fronts des questions actuelles dans le champ de la communication littéraire (et en premier lieu linguistique) ; en outre une évidente volonté de constituer une somme à la fois théorique et pratique, de produire en même temps un programme et son application ; la Petite grammaire, les Questions grammaticales, la Poétique et en même temps les Rimes et la Sophonisbe, pendant qu’il travaillait au long chantier de l’Italie libérée41.

  • 42 La traduction de Trissino du De vulgari eloquentia est reproduite dans Tutte le opere di Giovanni G (...)
  • 43 Voir l’introduction de Mirko TAVONI au De vulgari eloquentia de DANTE, Opere, Marco SANTAGATA (éd (...)
  • 44 Voir Giancarlo MAZZACURATI, « La mediazione trissiniana », in : id., Misure del classicismo ri (...)

21Sa traduction italienne du De vulgari eloquentia de Dante, texte latin tombé dans l’oubli de l’auteur de la Commedia42, qu’il imprime cette même année 1529, apporte à la position de Trissino sur la question de la langue un auxiliaire inespéré. Certes cette œuvre avait été lue et discutée à Florence depuis une quinzaine d’années, mais elle restait confidentielle, et l’initiative de la diffuser prise par notre poète était embarrassante pour les partisans du toscan autant que pour les patriotes florentins, puisque Dante, auteur révéré et pièce majeure de leur dispositif idéologique, s’opposait vigoureusement à ce que le « vulgaire illustre », qu’il promouvait comme langue de l’éloquence, se confondît de quelque façon que ce fût avec la langue de Florence ou avec celle de Toscane43. À travers cette salve de publications, Trissino devient celui qui préconise une voie tierce ou quarte parmi les propositions divergentes de Bembo, qui veut fonder la littérature vernaculaire sur la langue de Pétrarque et de Boccace (Prose, 1525) ; de Castiglione, qui défend la langue sanctionnée par le bon usage des cours italiennes sans distinction régionale (Il Cortegiano, 1528) ; et de gens comme Tolomei et Machiavel qui appellent la littérature à s’enraciner dans la parole vive, et donc à se régler sur le florentin contemporain et non sur le vieux toscan des grands auteurs du Trecento44. Il est significatif que Trissino prenne à cœur de diffuser cet écrit de Dante, dès lors qu’il puise à sa vigoureuse pensée politique dans L’Italia liberata et qu’il le choisit comme maître de style dans sa Poetica.

22Cette intervention sur la questione della lingua, que je ne développerai pas plus avant, le sujet étant trop éloigné de mes compétences et mieux connu que tout autre à propos de notre auteur, devait être sommairement évoquée pour compléter l’image du lettré Trissino, créateur et intellectuel, homme de pensée mais aussi homme de formes, sorte d’architecte et de planificateur de l’espace littéraire, figure peut-être inconcevable hors de son pays et de son temps. Chez un homme aussi réfléchi et aussi systématique, aussi réglé, tout se tient en quelque sorte et la difficulté de le saisir tient à la nécessité où l’on est de voir le tout dans chaque partie.

  • 45 Carlo DIONISOTTI, « L’Italia del Trissino », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p.  (...)
  • 46 Sur l’attitude de Trissin lors de cette crise et son caractère plus ou moins représentatif de celle (...)
  • 47 Cf. Hans BARON, The Crisis of the Early Italian Renaissance, Princeton : Princeton University Press (...)

23Il est légitime de poser que l’ensemble des actions publiques par lesquelles Trissino se fait connaître comme un lettré raffiné et original portent l’empreinte d’une tendance pro-impériale. Doit-on même en voir l’écho dans le choix de Sophonisbe, princesse carthaginoise, noble victime de la tyrannie romaine, comme héroïne d’une tragédie ? C’est ce qu’avance Dionisotti45, et le fait que la tragédie de Montchrestien qui s’en inspire prenne pour titre La carthaginoise ou la liberté (1601), serait un indice en faveur de cette hypothèse. Ce caractère anti-romain persiste dans la Sophonisbe de Mairet. Cela peut paraître surprenant pour un poète qui conçut sa pièce pour la cour de Léon X et la dédia à ce pape, mais cela ne l’empêchait pas de montrer des sympathies pour un empire, celui de Maximilien, auquel il avait prouvé son adhésion lors de la crise de la ligue de Cambrai, après la défaite militaire de Venise, lorsque des villes du domaine vénitien, parmi lesquelles Padoue, Vérone et Vicence, passèrent pour peu de temps aux mains de l’empereur allemand. Bien que Giangiorgio, contrairement à d’autres membres de sa vaste et puissante famille, ne prît pas les armes contre Venise46, son attitude fut assez accueillante lors du court passage de Maximilien à Vicence pour entraîner une sentence de bannissement et de confiscation des biens émise par la République (1510). Les sympathies impériales de Trissino passent donc par une dissociation entre Rome et Rome, entre la romanité qu’il attribue aux Byzantins dans son poème, et qui est une idée politique, et la romanité construite autour de Rome comme cité concrète, avec son territoire et sa nation bien particuliers. Sa « Rome » politique, à la différence de celle de Scipion dans le récit de Tite-Live sur la carthaginoise Sophonisbe, n’est pas impérialiste ni conquérante. Si elle reste attachée à son siège premier, l’Italie, ce qui justifie dans L’Italia liberata l’entreprise assumée par Justinien de reprendre aux Goths ce siège qu’ils auraient usurpé, cette italianité originelle de l’empire n’est pas à chercher dans la réalité régionale de Rome, que ce soit la Rome moderne ou la Rome républicaine des grandes conquêtes, chère à l’ « humanisme civique »47.

  • 48 Jean-Louis Fournel m’incite à nuancer ces vues en signalant que Machiavel « ne défend jamais l (...)
  • 49 Je résume ce qui se dégage en particulier d’une page célèbre, l’exhortation qui occupe le chapitre (...)

24En parlant de « langue italienne » et non de « langue toscane » en invoquant à l’appui de cette expression l’autorité de Dante, et en remontant, à la recherche de vertus de l’expression poétique, par delà Pétrarque, aux auteurs du dolce stil nuovo, ou même aux Siciliens et aux troubadours, le Trissin prend des distances avec une certaine idée de l’Italie. Cette idée opposée à la sienne est celle que défend Machiavel, en prenant occasionnellement appui sur des vers de Pétrarque propres à susciter la ferveur. L’Italie future pour laquelle se démène le secrétaire florentin, voulant croire son avènement d’autant plus opportun et probable que le pays réel a été dans le proche passé plus cruellement éprouvé et humilié, est un pays capable de tenir tête aux « barbares », ayant chassé les étrangers ou en passe de le faire, libre et fort de ses armes refondées à l’aide des leçons de l’histoire ancienne et récente. Cette Italie, sans embrasser nécessairement la Péninsule48, pourrait s’agrandir à partir d’un noyau bien ordonné et régi, fût-il gouverné par un prince, à la manière dont s’étendit la république romaine, sans autre empire que celui qu’elle devrait à la force effective d’une milice recrutée parmi ses citoyens et à l’éclat renaissant de la civilisation latine49.

25L’empire de Trissin, lui, est universel par essence, comme la Monarchia dantesque. Il a autorité sur tous les hommes en quête de leur bonheur, de leur paix et de leur liberté sous la tutelle des lois, et pour commencer sur tous les Italiens ; il est latin, certes, mais rien ne l’empêche d’être aussi germanique, ou encore byzantin ; sa romanité est celle d’une origine lointaine, son italianité n’est qu’élective, son patron et son idéal remontent à un empereur, Justinien, qui fit codifier le droit latin par des savants grecs. C’est pourquoi l’on peut compter parmi les choix littéraires et linguistiques de Trissino colorés de politique, le prurit philhellène, la préséance donnée aux choses grecques sur les romaines, qui ressort dans ses déclarations et dans sa pratique, et même saute aux yeux dans cette invasion quasi martienne d’omégas, d’epsilons et de zêtas qui donnent à ses pages italiennes une allure si précieuse et si bizarre, tout en ne gênant que fort peu la lecture.

  • 50 Par exemple, c’est dans le livre II que Trissino place sa revue des « barons » ou chefs de l’armée (...)
  • 51 Cela est évident à la lecture et a été de tout temps reconnu, et d’ailleurs le poète lui-même le pr (...)
  • 52 Le poème du Trissin témoigne bien évidemment de l’influence de beaucoup de sources poétiques autres (...)

26Le goût de la Grèce, sous les espèces d’une admiration éperdue pour le poète dont elle fit son précepteur, s’étale plus crûment qu’ailleurs, mais au terme d’un labeur plus profond, dans le grand poème épique du Trissin. L’imitation de l’Iliade y éclate dans tous les aspects de son écriture, depuis la « fable », ses épisodes, les motifs et les sentences dont elle s’orne, la dispositio des grandes masses textuelles et des séquences courtes50, les personnages principaux ou mineurs, jusqu’aux moindres détails de la « forme expressive » : des manières de raconter, de décrire, de faire parler les héros51. Le livre récent de Maurizio Vitale, qui le premier soumet cette imitation homérique à une description exhaustive, menée avec la précision du linguiste et la patience du philologue, me dispense de prétendre traiter si peu que ce soit cet aspect du problème52.

  • 53 Voir Milman PARRY, The Making of Homeric Verse, Adam PERRY (éd.), Oxford : The Clarendon Press, 197 (...)

27Pour ce qui nous intéresse ici, il semble toutefois nécessaire de rappeler que la caractéristique la plus singulière de cette diction homérisante réside dans ce que la critique homérique appelle « style » ou « système » formulaire, quelque chose d’étranger aux usages et aux goûts de la Renaissance, et d’ailleurs sans équivalent dans la poésie classique après Homère. Cela se manifeste dans les répétitions de séquences entières, dans la récurrence de figures identiques ou très similaires (typiquement, l’indication du jour qui se lève par une évocation de la déesse Aurore, la comparaison d’un guerrier que l’on tue avec un arbre qui s’abat) ; et principalement, dans la réitération fréquente de certains syntagmes dans certaines conditions métriques. On sait que la critique moderne, à la suite de la thèse de Milman Parry (1928), explique ces phénomènes par l’archaïsme des poèmes homériques, fruit d’un âge où l’écriture est rare et la poésie une affaire de mémoire et d’improvisation, soutenues par un rythme contraignant et par une langue artificielle53.

  • 54 Sur ces phénomènes de répétition d’éléments textuels identiques ou très similaires, par exemple, da (...)
  • 55 D’après le concept forgé par Thomas GREENE, The Light in Troy: Imitation and Discovery in Renai (...)

28La critique homérique moderne semble donc confirmer que Trissino, auteur lettré par excellence, écrivant dans une culture non seulement du livre mais de l’imprimerie, dès lors qu’il entreprend de reproduire consciencieusement les aspects d’Homère qu’on rapporte aujourd’hui au « système formulaire »54, méconnait la nature du texte qu’il vénère, et trahit une conception et une pratique de l’imitatio « sacramentelles »55, ou plutôt superstitieuses. Ce qui expliquerait le propos de Bolognetti et Giraldi Cinzio l’accusant d’avoir méconnu l’or d’Homère et avoir recueilli son excrément : comparaisons, longuement développées, avec des phénomènes de la nature et les pratiques agricoles et artisanales, qui font souvent revenir les mêmes comparants ou d’autres qui leur ressemblent ; reprise littérale et intégrale, dans la bouche d’un messager, d’un discours auparavant tenu par celui qui l’envoie, ou attribution à un personnage d’un discours pris en charge, avant ou après, par le narrateur ; stéréotypes de courtoisie, formules d’ouverture et de clôture des discours directs ; récurrence, pour des référents de nature très différente, de certains adjectifs hyperboliques : dispietato, extremo, feroce, horrendo, onorato, smisurato, inmenso, acerbo, aspro, paventoso, impio et d’autres semblables ; périphrases fixées à la manière d’une titulature cérémonielle comme il correttor dell’universo, il re delle mondane genti, il domator delle città del mondo, pour l’empereur ; héros affublés d’épithètes « homériques » : il callido Trajano, Belisario il grande, Corsamonte il fiero, Corsamonte ardito, il capitanio eccelso, il venerando Paolo, l’Italia aflitta, l’Italia oppressa et bien d’autres. Tout ceci donne au texte un air de raideur compassée, une lenteur cérémonieuse, une patine artificielle d’archaïsme, dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne contribuent pas à sa popularité.

29Cependant, il n’est pas sûr que les avantages pragmatiques du système formulaire dans une culture orale expliquent toutes les répétitions des poèmes homériques et que l’on n’y doive pas y reconnaître aussi une esthétique, une volonté expressive, que tout auteur, pour étranger qu’il soit aux conditions originelles de cette poésie, est libre de faire siennes. Quoi qu’il en soit, même si Trissino prouve en l’adoptant un amour déraisonnable d’Homère, cet usage étrange ne convient pas trop mal à une histoire qui fait remonter son décor et ses personnages à l’Âge d’or de Byzance, célébré dans les mosaïques de Ravenne, avec leur stylisation hiératique, splendide et solennelle. Dans ce goût « byzantin » se rejoignent l’influence de Venise, l’homérisme appris chez les maîtres de la Grèce ayant fui les Turcs, et l’allégeance impériale du Trissin.

30Il n’en reste pas moins que c’est dans cette imitation homérique dénuée de toute méfiance quant à sa validité pour un poète moderne, et aggravée par la monotonie et la fadeur de l’hendécasyllabe non rimé, qu’on peut voir avec quelque probabilité la cause majeure de l’échec retentissant de son poème.

Figures de l’empire et de l’empereur dans L’Italia liberata

  • 56 Claudio GIGANTE, « Azioni formidabili e misericordiose. L’esperimento epico del Trissino », F (...)
  • 57 « Avvertenza » à B. MORSOLIN, Monografia…, p. VII.

31Car cette Italia liberata, dont Vincenzo Gravina et Voltaire reconnurent l’importance, a en effet donné à son auteur sa réputation détestable de froideur et de pédanterie. Certains tiennent à marteler qu’il n’a pas usurpé cette réputation, comme Claudio Gigante qui a parlé à plusieurs reprises de la laideur du poème (bruttezza) et qui ne cache pas sa mauvaise humeur contre ceux qui, d’une manière ou d’une autre, essaieraient de le revendiquer, en trahissant d’après lui leur défaut de sensibilité littéraire56. Et pourtant, Alessandro d’Ancona avait raison d’écrire en 1894 : « Qui étudie les vicissitudes de l’épopée, après l’épuisement de la forme du romanzo [du roman de chevalerie en vers] ne peut pas ne pas commencer par L’Italia liberata »57. Et c’est bien par L’Italia liberata que commence Stefano Jossa lorsqu’il remplit ce programme plus de cent ans plus tard, dans un essai de 2002, La fondazione d’un genere. Il poema eroico fra Ariosto et Tasso. Le titre paraît insinuer, volontairement ou non, que le genre du « poème héroïque » n’a que des fondateurs, qu’ils recommencent tous inlassablement par les fondations, sans pouvoir achever l’édifice. Ce qui présuppose que le seul qui finalement bâtira quelque chose de tenable sera Torquato Tasso. Parmi ces fondateurs malheureux, Trissino est certainement le premier, et peut-être le plus intéressant.

  • 58 Ainsi aurait t-il annoté un exemplaire de la Sophonisbe. Cf. Franco PAGLIERANI, La « Sofonisba » d (...)
  • 59 En effet, Trissino, comme il le dit lui-même, a lu Démétrius et pense qu’il lui faut opter dans son (...)

32En effet Torquato Tasso, malgré les propos dévastateurs que nous citions tout à l’heure, a lu attentivement les écrits de Trissino et, parmi eux, l’Italia liberata58. Certains spécialistes du Tasse en ont fait état, mais il est possible que l’ampleur de la dette du Tasse à l’égard du poème de Trissino n’ait pas été reconnue. Si, malgré tous les monstres qui en gardent l’entrée, on s’aventure à le lire avec quelque attention, on est sans cesse amené à se souvenir de la Jérusalem délivrée, non pas tant pour ce qui est de la diction, beaucoup moins captivante que chez le Tasse et régie par des principes très différents59, mais au point de vue narratif. Les deux poètes, instruits par Aristote, partent de faits historiques mémorables et significatifs, mais assez éloignés et mal connus, plongés dans l’obscurité des siècles obscurs, pour les mettre en pleine lumière grâce à une fable qu’inspirent les muses : la conquête de l’Italie par Justinien, la conquête de Jérusalem lors de la première croisade. Ils puisent tous deux à un historien réputé le meilleur sur les événements dont ils parlent (Procope de Césarée chez Trissino et Guillaume de Tyr chez Tasso). Considérant la version des faits donnée par cet historien, qu’ils présument véridique, comme une matière malléable d’après les lois de la vraisemblance, ils amplifient et brodent, ajoutent et retranchent à leur gré. Ils construisent leur fable, c’est-à-dire l’organisation dramatique de leur matière, en inventant tous deux un conflit entre le chef suprême et le meilleur guerrier de son camp, qui transpose de manière évidente la dispute d’Agamemnon et d’Achille. En outre, la manière dont l’affaire guerrière intéresse constamment les puissances célestes et mobilise des adjuvants et des opposants surnaturels présente des analogies évidentes dans l’un et l’autre poème. Comme la fable, le caractère du chef (Bélisaire chez Trissino, Godefroy de Bouillon chez le Tasse) se veut exemplaire par la prudence, le sang-froid, la sagesse, la mise à l’écart de toute vie personnelle (d’amours, d’épouses, d’enfants ou d’amis proches), l’autorité ferme mais ouverte au conseil et accessible à la prière, le sens stratégique et tactique, la sollicitude pour le bien-être des troupes et le sens de la discipline. Ces traits partagés rendent les deux personnages assez semblables même s’il manque à Bélisaire la sainte ferveur que le Tasse attribue à son héros. Certes le personnage d’Énée, que la tradition des commentaires de Virgile avait transformé en parangon de vertu, possède en partie ces mêmes traits, mais en partie seulement, puisqu’il lui arrive souvent de souffrir et parfois de se laisser emporter par l’émotion. La conception du Godefroi du Tasse pourrait en somme devoir quelque chose au Trissin, directement ou indirectement.

33La beauté est donc, quoi qu’il coûte de le reconnaître, fille et héritière de la « laideur ». Un exception de taille se trouve du côté des femmes : les femmes du Tasse ne ressemblent en rien à celles de Trissino et, comme ses images et ses vers, sont infiniment plus séduisantes. Les protagonistes féminines de L’Italia liberata sont trop grecques ou peut-être simplement, trop antiques : trop soumises et passives quand leur prototype est emprunté à l’Iliade et trop implacablement frappées par le destin quand elles se coulent dans le moule de la tragédie. Font peut-être exception les femmes de la famille impériale au livre III, traitées du reste comme des déesses plutôt que comme des femmes.

34Une autre différence saute aux yeux : le Trissin n’est pas, comme le Tasse, un homme qui a grandi dans l’atmosphère de la Contre-Réforme. Dionisotti affirme que le christianisme n’est là que pour la forme et que l’esprit religieux manque au poème comme à son auteur. Certains éléments importants dans l’économie du récit semblent attester en effet que Trissino est impérialement indifférent à la théologie chrétienne et davantage encore aux suavités et aux ferveurs dévotes qui s’imposeront après le concile. C’est pourquoi cela ne le gêne nullement de faire de la Vierge Marie une sorte de Junon vindicative qui demande que les « Romains », à savoir les troupes byzantines de Bélisaire, soient massacrés pour avoir profané son temple avec un viol lors de la sanglante prise de Naples, et cela juste au moment où ces pauvres « Romains » venus de Constantinople se réjouissent d’être revenus dans Rome, sans coup férir, accueillis en libérateurs par leurs concitoyens supposés, et dans une ambiance de liesse fraternelle et de concorde. Certains, encore aujourd’hui, pardonnent difficilement au poète ce qui apparaît, vu depuis les habitudes d’un classicisme plus policé, plus réglé par les mesures chrétiennes, une incroyable faute contre les bienséances :

  • 60 L’Italia liberata, X, Tutte le opere, p. 200.

La Regina del ciel, che del suo parto
non sol fu madre, ma figliuola e sposa,
volgendo gli occhi a la città di Roma,
vide il piacer ch’aveano i buon Romani,
d’esser tornati ne la patria loro,
senza periglio alcuno, e senza sangue.
Ond’ella rivolgendo entr’al suo petto,
l’ingiuria, che le fece il fier Massenzo,
quando in presenza de l’immagin santa
di lei sforzò la vergine Messina
[…]
Onde sdegnata la celeste Donna
se n’andò avanti al suo figliuolo, e padre,
e lo pregò con tai preghiere ardenti:
[…] Fate, Signor, ch’el fier Massenzo, e quelli,
ch’hanno fatto con lui tanti delitti,
violando i templi, e le infelici donne,
fin nel conspetto de la nostra imago,
portin del lor error condegno merto.
Piacciavi dare a i perfidi Ariani,
che fan guerra con loro, ardire, e forza
tanta, che faccian qualche orribil strage
de le lor crude e scelerate membra;
e così voi farete alta vendetta
de i miei nimici co i nimici vostri
60.

La Reine du ciel, qui de son enfant ne fut pas seulement mère, mais fille et épouse, tournant les yeux vers la cité de Rome, vit le plaisir qu’avaient les bons Romains d’être revenus dans leur patrie, sans aucun péril et sans verser de sang. À cette vue, retournant dans sa poitrine l’injure que lui fit le féroce Maxence, quand en présence de sa sainte image il viola la vierge Messine […] enflammée de colère la dame céleste se rendit auprès de son fils et père et lui adressa ces prières ardentes : […] Faites, Seigneur, que le féroce Maxence, et avec lui ceux qui ont commis tant de délits, en violant les temples et les malheureuses femmes, jusqu’en présence de notre image, reçoivent le salaire proportionné à leur faute. Qu’il vous plaise de donner aux perfides Ariens qui leur font la guerre hardiesse et force au point de faire quelque horrible carnage de leurs membres cruels et scélérats ; et ainsi vous accomplirez une haute vengeance sur mes ennemis et sur les vôtres.

35Cependant, de cette théologie extravagante il ne faut sans doute pas déduire une complète indifférence religieuse, qui semble impensable à cette époque. Les idées de Valla sur la tolérance, de Marco Antonio Sabellico sur la charité, qui auraient bercé son enfance d’après Achille Olivieri, ont pu amener Giangiorgio Trissino en son âge mûr, riche d’expériences peu édifiantes sur la réalité du monde, à une sorte d’agnosticisme en ce qui concerne la Providence. Le Dieu de son poème, dont les gestes et les manières sont modelés sur ceux de Zeus, est l’instigateur de l’entreprise de Justinien, quand l’empereur, campant avec son armée à Durazzo, charge ses troupes, placées sous le commandement de Bélisaire, d’aller reprendre l’Italie « usurpée par les Goths ». Au début du livre I, un personnage féminin représentant la Providence supplie Dieu de sauver enfin l’Italie de la tyrannie des Goths. C’est un ange envoyé par Dieu qui, apparaissant en rêve à Justinien, lui inspire de se lancer dans cette entreprise. Ce début, qui n’a pas grand-chose à faire avec celui de l’Iliade (mais que l’on peut rapprocher de la scène entre Athéna et Zeus qui se déroule dans l’Olympe à l’orée de l’Odyssée) a pu avoir une incidence dans la Jérusalem délivrée puisque, dans ce poème aussi, nous commençons par voir les choses du haut de l’Empyrée et l’initiative revient au vouloir divin qui prend pour instrument une inspiration angélique communiquée en rêve.

36Chez le Trissin, pourtant, ce Dieu inspirateur de l’entreprise guerrière ne se montre guère plus égal à lui-même que ne le fait Zeus dans l’Iliade. Zeus, tout en ayant pris parti pour les Grecs, décide de retarder leur victoire et la leur fait payer le plus cher possible, tout cela pour faire plaisir à Achille et à la mère divine de ce héros, Thétis. À l’instar de Zeus qui a déjà opté pour un vainqueur, le Dieu de Trissino a décrété (Lui ou un destin immuable, on ne sait pas trop) que les troupes de Justinien auront la victoire (au moins provisoirement, car quelle victoire est définitive ?). Et pourtant, écoutant les prières vindicatives de sa Mère, il voudra qu’elle soit arrosée de beaucoup de sang, dût-il soupirer à l’idée des nombreux pauvres innocents qui pâtiront du châtiment de ces méchants (che, nel punir questi cattivi, è forza / far male a molti miseri innocenti). C’est pourquoi les troupes angéliques se partagent selon leurs affinités, comme les dieux de l’Olympe, entre les deux camps, et certains, les anges nuisibles (angeli nocivi), secourent les perfides Ariens et coopèrent aux désastres des bons Romains, sur la fortune desquels veillent les autres anges. Les uns et les autres sont des agents célestes, ouvertement modelés sur les dieux antiques (l’ange Palladio sur Pallas, Nettunio sur Neptune, Iridio sur Iris, Gradivo sur Arès et ainsi de suite). On n’a donc pas comme chez le Tasse un partage théologiquement correct entre les bons anges d’une part et d’autre part les anges déchus ou démons, dont l’action, permise par Dieu et par lui limitée, n’a d’autre fin, au bout du compte, que d’exalter la gloire des croisés, guerriers de Dieu, victorieux des forces de l’Enfer. Chez Trissin, anges secourables et anges nocifs, aux ordres du même Dieu, se mêlent des intérêts des hommes avec aussi peu de scrupule que le font les dieux homériques avec leurs héros favoris, prenant constamment des déguisements humains, mettant pour ainsi dire la main à la pâte et ne répugnant pas aux moyens de la violence et de la ruse.

  • 61 C’est ce qui se dégage des analyses d’Amedeo Quondam et de Claudio Gigante, dans les travaux cités, (...)

37Tout cela nous paraît parfaitement incongru, et la critique l’a vu traditionnellement comme la preuve sans retour d’un inexcusable défaut de jugement. Egaré par sa manie homérique, Trissino aurait été aveugle aux absurdités qu’entraînait la transposition du dispositif à deux étages de l’Iliade (la lutte des dieux doublant celle des hommes) dans le monde chrétien61.

38Pourtant cela pourrait être le fruit médité d’une sorte de désenchantement. Les raisons de la Providence sont insondables et il est vain de vouloir régler sur elles nos actions. C’est ce que concède le préteur de Rome, Latino, quand il veut convaincre les sénateurs d’ouvrir leur ville à Bélisaire et à ses Byzantins :

  • 62 Italia liberata, X, Tutte le opere, p. 98. Il n’y a rien de semblable à ce discours dans la source (...)

Ben che saremmo veramente sciocchi,
se volessimo fin con nostro sangue
comprar l’amara servitù de i gotti
e rifiutar la libertà, che i nostri
con gran periglio vengono a recarci.
Però v’esorto a non serrar le porte
ne fare a Belisario alcun contrasto;
che l’infelice Napoli v’insegna
e vi fa cauti con la sua ruina.
Né vuo’ discorrer, che lo voglia Iddio;
che chi ragiona del voler divino,
tanto n’intende men, quanto più parla
62.

Certes nous serions vraiment sots si nous voulions au prix de notre sang acheter l’amère servitude des Goths et refuser la liberté que les nôtres viennent nous remettre à leur grand péril. C’est pourquoi je vous exhorte à ne pas fermer les portes et à ne résister aucunement à Bélisaire, car la malheureuse Naples vous enseigne la prudence par sa ruine. Et je ne songe nullement à vous persuader que Dieu le veut ; car celui qui se mêle de raisonner sur le vouloir divin, il s’y entend d’autant moins qu’il en parle davantage.

39Les arguments fondés sur les desseins divins, que nul ne peut se vanter de connaître, ne valent donc rien face aux arguments rationnels. D’ailleurs les arguments rationnels légitimes se placent sur un plan juridique, ou plutôt politique, et font fi d’une morale de la foi donnée et de la loyauté, comme l’attestent, dans ce même épisode, les arguments qui justifient la décision du pape, antérieure à celle de Latino, d’ouvrir les portes de la ville aux armées impériales. Le souci du salut du peuple doit prévaloir sur la fidélité à la parole donnée au roi des Goths. C’est en ces termes que l’Ange Iridio, bien sûr figure de la messagère homérique Iris, mais aussi de l’arc-en-ciel biblique, celui qui porte la paix et la conciliation, exhorte le Pontife :

  • 63 Italia liberata, X, Tutte le opere, p. 97.

Beatissimo Padre, assai v’è noto
che non si può chiamar promessa quella
che sia fatta da l’uom contra sua voglia.
Se’l Re de Gotti ci costrinse a farli
contra nostro voler qualche promessa,
solviamla ancora contra il suo volere,
e l’argento, che dan, cambiamgli in oro;
che s’alcun deve mai romper la fede,
romper la dee, per far la patria salva.
Così disse quell’Angelo, e spirolli,
amore, e carità, tema, e paura;
amore al ben del gran popol di Roma,
paura e tema de i futuri danni
63.

  • 64 Cicéron condamne César pour avoir fait sienne une maxime d’Euripide à laquelle celle de l’ange semb (...)

Très Saint Père, vous savez assez que l’on ne peut pas nommer promesse celle que l’on fait malgré soi. Si le roi des Goths nous a contraints de faire quelque promesse contre notre volonté, acquittons-nous d’elle contre sa volonté encore et échangeons l’argent qu’ils nous donnent contre de l’or, car, si quelqu’un doit jamais rompre sa foi, il doit la rompre pour sauver la patrie64. Ainsi parla cet Ange et lui insuffla amour et charité, crainte et appréhension, amour pour le bien du grand peuple de Rome, peur et appréhension des calamités à venir.

  • 65 Cf. Diego QUAGLIONI, « Empire et monarchie : aspects du débat juridique », in : Françoise CR (...)

40Voilà donc une bien curieuse conception de la charité et de la foi, que Machiavel n’aurait peut-être pas désavouée. La Providence peut bien marquer une direction générale des affaires, qui pour Trissino sera favorable à l’empire, source de la loi et garant de la liberté, selon une conception qui reprend celle de Dante et prolonge celle des juristes du Moyen Âge65. Dans le détail des événements, les hommes étant pécheurs et aucun camp exempt de crimes et de sacrilèges, tous seront en butte à des malheurs auxquels on peut bien assigner pour source poétique le concours des anges, dieux inférieurs aux ordres du « Grand Moteur des substances éternelles ». Dans les affaires humaines et publiques, il est vain d’invoquer la cause de Dieu, même quand c’est en effet Dieu qui nous inspire. L’important est d’agir rationnellement au service de la « charité », ce qui veut dire, en ayant toujours pour but le bien supérieur du peuple, autrement dit, sa « liberté ». Il est notable que les différences religieuses entre Byzantins (catholiques) et Goths (ariens) soient très rarement mentionnées et ne jouent aucun rôle dans l’action ni dans les discours. Pas plus du reste que la présomption de servir les intérêts de la vraie foi contre l’hérésie ou celle de se conformer à la volonté divine, les prières dévotes ne garantissent un sort favorable, comme l’atteste un passage qui marque le départ des troupes de Justinien vers l’Italie :

  • 66 Italia liberata, II, Tutte le opere, p. 21.

Quivi, levando ognun le mani in alto
e risguardando al ciel, porgeano prieghi
divoti, chi ad un santo, e chi ad un altro,
che gl’impetrasser grazia di fuggire
la morte, e con vittoria ritornarsi
carchi di ricca, e gloriosa preda.
Ma l’alto Re del ciel concesse a molti
questa tal grazia, e dinegolla a molti;
perchè molti di lor devean restare
morti in Italia, e non tornar più dietro
66.

Alors, chacun levant haut les mains et regardant le ciel, priait dévotement qui un saint, qui un autre, qu’ils leur obtinssent la grâce d’échapper à la mort et de revenir vainqueurs, chargés d’un butin riche et glorieux. Mais le haut Roi du ciel accorda à maints d’entre eux cette grâce et la refusa à maints autres ; car nombre d’entre eux devaient demeurer morts en Italie et ne plus revenir.

  • 67 S. JOSSA, La fondazione di un genere…, p. 239 : « …ciò che Trissino con l’Italia vuole f (...)

41En somme, c’est peut-être un peu vite que l’on a vu dans ce poème de Trissino la volonté frivole de singer Homère et de refaire de l’antique, par un néo-classicisme d’espèce quelque peu fanatique. Tout au plus a-t-on bien voulu admettre, comme le fait Stefano Jossa, que le poème serait une sorte d’allégorie de lui-même : « Ce qui compte, pour Trissino, n’est pas tant le contenu ou le message du poème que la forme du poème : une forme auto-référentielle, qui se reflète en elle-même, car le poème, plus qu’une allégorie de l’histoire, est une allégorie du poème. […] l’objet –l’histoire, la guerre, Charles-Quint– a été élidé »67. Nous croyons que ces affirmations ne soutiennent pas un examen sans préjugés, et qu’il s’agit bien dans le poème de l’histoire, de la guerre, de Charles-Quint.

42Trissino affirme lui-même dans son épître dédicatoire qu’il a jugé devoir offrir le poème à Charles-Quint parce qu’il voit en lui un empereur à l’image de Justinien :

  • 68 Le mot pacata, qui peut déconcerter, se trouve bien dans la princeps de 1547 et dans l’édition de (...)

Convenevolissima cosa poi è il dedicare, e mandare le onorate memorie di Giustiniano Imperadore, che fu il più virtuoso, et il più degno Principe, che avessero quelle etadi, a Quinto Carlo Massimo, che è parimenti il più virtuoso, et il più eccellente Principe, che da indi in qua fia in quella Sede seduto ; e che, sì come esso Giustiniano, dentro a le leggi, come dice Dante, trasse il troppo e’l vano, e liberò la Italia da la servitù de’ Gotti, e tolse l’Africa a i Vandali, e rafrenò ne l’Asia l’impeto dei Persi ; così parimente V. Maestà si è posta a far emendare gli abusi, e le sinistre interpretazioni de le leggi de la cristiana, religione, ha pacata68 la Italia, e liberatala da le guerre, ha tolto l’Africa da le man de’Turchi, ha unita la Francia a l’amicizia sua, e corretta la Germania, per ridurla al vero culto de la Chiesa cattolica.

Et puis il est très bienséant de dédier et d’offrir les mémoires illustres de l’empereur Justinien, qui fut le prince le plus vertueux et le plus digne que connut cet âge, à Charles-Quint, qui est pareillement le prince le plus vertueux et le plus excellent qui depuis ce temps ait siégé sur ce trône; et de même que ce Justinien, du corps des lois, comme le dit Dante, retira ce qui était superflu et vain, et libéra l’Italie de la servitude des Goths, et ôta l’Afrique aux Vandales, et refréna en Asie l’élan conquérant des Perses ; ainsi pareillement Votre Majesté a entrepris de faire amender les abus et les interprétations erronées des lois de la religion chrétienne, a rendu à l’Italie sa tranquillité et l’a libérée de la guerre, a ôté l’Afrique aux mains des Turcs, a ramené la France à son amitié et corrigé la Germanie, pour la réduire au vrai culte de l’Eglise catholique.

  • 69 Voir Hubert JEDIN, Histoire du concile de Trente. Tome I. La lutte pour le Concile. De la dissoluti (...)

43Certes il est permis de soupçonner que ce parallèle entre Charles et Justinien, qui vient justifier l’opportunité de l’argument choisi, la guerre entreprise par l’empereur d’Orient pour reprendre l’Italie aux Goths ou plutôt la première phase de cette guerre (535-540 ap. J.-C.), aurait pu n’avoir été conçu qu’après coup, au moment où il fallait dédier l’œuvre au souverain. On peut juger par exemple médiocrement convaincante la comparaison entre la codification du droit commandée par Justinien et l’amendement entrepris par Charles-Quint des « abus et des interprétations erronées des lois de la religion chrétienne », en probable allusion aux efforts de l’empereur en faveur du concile, dont il attendait que, se désintéressant des questions dogmatiques, il mette fin aux « abus » dénoncés par les protestants, facilitant ainsi la pacification de l’Allemagne69. Et cependant, dans ce concile à peine commencé au moment où il achevait son poème, et qui se heurtait déjà à des difficultés inextricables, Trissino voyait le moyen d’accorder la sensibilité réformatrice de son milieu et la fidélité à Rome. Sans doute voulait-il croire, en accord avec les souhaits de Charles-Quint et de son entourage – en cela toujours proches de la pensée d’Érasme –, que ce concile aurait vocation à effacer les définitions dogmatiques superflues, et à corriger les lois ecclésiastiques pour les mettre en harmonie avec les principes moraux du christianisme. Et tout cela pouvait bien paraître au poète comme une sorte de codification à la Justinien, une réduction dans le sens de la raison et de la cohérence, de la transparence et de la simplicité.

44D’ailleurs, même en admettant la faiblesse de l’argumentation de Trissino pour rapprocher Charles-Quint de Justinien, celle-ci n’implique nullement que son poème n’ait rien à voir avec l’empereur Habsbourg. Si Virgile avait voulu dédier l’Énéide à Auguste, et mener un parallèle explicite entre Énée et l’empereur, il n’aurait sans doute pas été moins embarrassé. Et pourtant l’Énéide elle-même contient des preuves suffisantes de ce qu’elle fut conçue et rédigée en pensant à Auguste et à son principat. Or, suivant une méthode mise au point par le poète latin (et déjà reprise largement par l’Arioste en faveur du duc de Ferrare et de sa lignée), le poème de Trissino met en jeu des artifices de composition qui permettent de parler du présent et de glorifier le prince sous lequel on vit, tout en traitant d’un événement qui appartient au lointain passé.

  • 70 Voir Richard HEINZE, Virgils epische Technik, Leipzig et Berlin : Teubner, 1915, le 4ème chapitre (...)
  • 71 Trissino a choisi de raconter une matière historique antérieure de mille ans à l’époque où il rédig (...)

45Il s’agit de ce système de prédictions, d’oracles et de visions prophétiques, qui englobent dans l’histoire ancienne une image des grandes affaires du présent en les faisant voir comme ce qui déjà dans des temps reculés était en jeu ou était préfiguré. Le poète imprime un sens à son propre temps et ce sens se dégage du jeu de comparaisons et de reflets réciproques entre le passé historique remodelé par la fable et le présent de l’énonciation poétique70. Ainsi au livre IX, Bélisaire va consulter Saint Benoît (contemporain, en effet, de la guerre menée par Justinien en Italie au début du VIe siècle) dans sa retraite du mont Cassin. Par l’intercession du vénérable saint, il pénètre dans une effrayante caverne où il reçoit la visite de l’ange Palladio, puis de l’ombre de son défunt père Camillo, qui reprend le rôle qui est dévolu au père mort d’Énée, Anchise, lors de la visite d’Enée aux Enfers (Énéide, VI, 679-901). Bélisaire est transporté vers un monde plus beau, le reflet du monde dans la face divine : E lo portò sopra un erboso colle / d’un più meraviglioso, e lieto mondo. / Questo è la faccia del Signore eterno, / in cui descritte son tutte le cose (« Et il le porta sur la colline verdoyante d’un monde plus merveilleux et plus joyeux. Celui-ci est la face du Seigneur éternel, dans laquelle toutes les choses sont décrites »). Ce n’est donc pas vers les Enfers païens à la manière de Virgile, ni vers les différentes provinces de l’au-delà chrétien à la manière de Dante, ni en présence d’une roue de la fortune comme chez le castillan Juan de Mena, qu’est transporté le général byzantin, mais, de manière plus directement philosophique, vers la description, ou l’inscription, du monde dans l’Esprit divin. Cette description ne tend pas tant à opposer le Bien et le Mal, le positif et le négatif, les sauvés et les réprouvés, qu’à tout ordonner et tout pérenniser, aussi bien les idées que les choses, à la manière d’une grande bibliothèque. Le héros verra d’abord une série de figures emblématiques qui font allusion à des concepts moraux et politiques, puis le miroir (specchio) qui reflète les choses passées, enfin un second miroir qui montre les choses que réserve l’avenir (mais seulement pour le millénaire qui suit la vision, c’est-à-dire jusqu’à l’époque de Trissino71). L’inspection des deux versants du temps, sous les espèces de deux miroirs-sphères, auxquelles on entre par un certain nombre de portes, est mis en perspective à partir d’un point du temps et de l’espace : une année du règne de Justinien, 536 ; le Mont-Cassin, entre Naples et Rome.

46Le choix de ce point fait écho à un autre, un millénaire plus tard, celui du règne d’un autre prince à la fois militaire et pacificateur, dont la lutte pour la puissance se joue également en Italie, entre des moments de crise où ont été mises en jeu, également, la possession du royaume de Naples, un des enjeux de la guerre entre Charles-Quint et la France, et la préséance sur Rome et sur la Papauté.

47Ce dispositif, comme la katabase virgilienne, a un rôle dans la fable. Énée apprend dans les Enfers le sort funeste de Didon et celui non moins triste de Palinure, ou encore, grâce au théâtre prophétique des ombres mues par Anchise, les victoires qui l’attendent en Italie. De manière analogue, Bélisaire a la surprise de voir, dans le passé proche, la mort du roi des Goths, Théodat, assassiné par les siens, et il apprend que lui-même sera assiégé à Rome par Vitigès, le successeur de Théodat, fera lever le siège à ses ennemis et, prenant Ravenne, achèvera la conquête de l’Italie, bien que de manière provisoire. Ce système de rétrospections et de prospections internes à la fable est néanmoins d’une importance moindre que le second avantage du dispositif : la mise en ordre du monde historique par une succession de moments choisis et de figures majeures entièrement déroulée et en voie de se clore. Celle-ci se clôt chez Virgile par l’action d’Auguste, qui met un terme aux discordes civiles et aux guerres extérieures ; chez Trissino, sur une autre figure impériale : celle de Charles-Quint, qui achève les guerres intestines en Italie, conquiert de nouveaux mondes qui regorgent de richesses et empiète sur un nouveau millénaire.

  • 72 Il l’assume notamment dans une lettre comminatoire à son fils Giulio Trissino, où la fureur le rend (...)

48Dans cet inventaire des choses humaines mémorables, qui réduit les hommes et les événements illustres à la simple mention de leur nom, tout écart, toute glose en marge du simple catalogue, prend une épaisseur de sens indéniable ; dans la foule des gens illustres, anonyme – bien que nommée –, à force d’être nombreuse comme celle d’un annuaire téléphonique, ceux qui reçoivent une description en deviennent presque des dieux. Dans ce contexte, il n’est pas anodin que César soit présenté comme un traître qui voulut asservir sa mère Rome, et fut tué par « les vrais amis de leur patrie » (i veri amici della patria loro). On a là un indice de ce que l’idéologie de Trissino est un mélange (explosif peut-être) de républicanisme (peut-être à la vénitienne), et d’attachement aux privilèges féodaux, en quoi il ne fait qu’exprimer, en l’assumant avec aplomb72, sa propre position dans le monde social.

49Mais, pour en venir à ce qui nous intéresse, la plupart des « Césars » qui défilent dans la vision de Bélisaire du passé et que l’Ange lui pointe ne sont que des noms. Certains méritent assez de regard (riguardo), pour que le poète leur dédie un vers ou deux. Notons que Constantin et Théodose sont traités avec froideur, car les deux sont tenus pour responsables de la division de l’empire et peut-être pour coupables d’intolérance. Parmi les rares qui méritent un traitement honorable se détachent Auguste, dans la perspective de la victoire d’Actium et de la fin des guerres (comme chez Virgile), Marc Aurèle, pour sa vertu philosophique ; et surtout Trajan, le meilleur empereur, celui qui vient d’Espagne, une terre qui enfante des gens qui aiment mieux l’honneur que la vie : l’ottimo Trajano / assunto al grande Imperio fuor di Spagna / di Spagna genitrice de la gente / più vaga dell’onor che della vita.

50Du côté de l’avenir historique prophétisé à Bélisaire, lui aussi vertébré par les destinées de l’empire, le seul événement jugé digne qu’on s’y attarde est la chute de Constantinople et la fin de l’empire d’Orient, qui arrachent des larmes au général byzantin. Les souverains loués avec quelque insistance appartiennent à la maison d’Autriche, et le tout s’achève par la succession de trois grandes figures : Frédéric III, d’exceptionnelle longévité ; Maximilien, si vaillant et si bénin qu’il sera les délices de son siècle ; et, se hissant sur les degrés que lui offrent son grand-père et son arrière grand-père Habsbourg, l’empereur du millénaire, Charles-Quint :

  • 73 Italia liberata, IX, Tutte le opere, p. 95.

Guarda il nepote di costui, ch’arriva
al grande impero anz’il millesim’anno,
che m’ha prefisso a dimostrarti il cielo.
Questo fia Carlo, figlio di Filippo,
mandato a voi da la divina altezza,
per adornare e rassettare il mondo.
Costui farà col suo valore immenso
ritornare a l’Italia il secol d’oro.
Né solo andrà da i Garamanti a gl’Indi
e dal gran Nilo al fiume de la tana
soggiugando a l’Imperio ogni paese,
ma ancor trappasserà con grande armata
di là da l’Equinozio a l’altro polo,
e piglierà più terra assai, che questa
di qua, ch’en tre gran parti fu divisa;
quindi riporterà tant’oro, e gemme
ch’adorneràn tutti e paesi vostri.
Al muover di costui, tremar vedrassi
Gallia, e spaventarsi el Re de Turchi,
Africa adorare il suo vessillo.
Ma non ti vuò più dir, che i suoi gran fatti
trappasseriano in quell’altro millesmo,
ch’el Motor de là su, vuol ch’io ti celi
73.

  • 74 Je traduis sans certitude, supposant que par fiume della tana il faut comprendre le Tanaïs (le Don) (...)

Regarde son petit-fils qui arrive au grand empire avant la millième année que le Ciel m’a donné pour borne de ce que je puis te montrer. Celui-ci sera Charles, fils de Philippe, à vous envoyé par le Très-Haut pour orner et réparer le monde. Celui-ci fera avec sa valeur immense revenir en Italie le siècle d’or. Et il n’ira pas seulement des Indiens aux Garamantes et du grand Nil au Tanaïs74, mais il passera avec sa grande flotte au delà de l’Equinoxe vers l’autre pôle et il prendra bien plus de terre que n’en contiennent vos trois parties du monde ; et il rapportera tant d’or et tant de pierreries qu’ils orneront tous vos pays. Au moindre de ses gestes, on verra trembler la Gaule et pâlir d’épouvante le Roi des Turcs, et l’Afrique adorer son drapeau. Mais je ne veux pas t’en dire davantage, car ses hauts faits passeraient dans cet autre millénaire, que le Moteur de là-haut veut que je te cèle.

  • 75 Ce qui indique avec une presque totale certitude que la composition de ce livre IX est antérieure à (...)
  • 76 Ce sont les thèmes qui apparaissent de manière beaucoup plus développée dans le discours composé pa (...)

51C’est sur quelque chose d’admirable et de presque radieux que se ferme la perspective historique du poème, mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un horizon, celui du présent du poète, au-delà duquel il s’interdit de regarder bien qu’il laisse y poindre un vague espoir : celui d’un siècle d’or pour l’Italie, non pas eschatologique, mais simplement historique, un moment où fleurissent les arts de la paix, et la prospérité est favorisée par les domaines lointains de l’empereur, d’où viennent l’or et les pierreries ; un moment où les hommes vivent libres sous l’égide d’un bon législateur, comme il arriva sous Auguste et surtout sous Justinien. Observons toutefois que l’image de Charles-Quint qui achève cette vision de l’histoire admet pour épilogue un éloge de Venise, regina di tutto il mare, specchio di libertà, madre di fede. La figure de Venise est dominée par le doge Andrea Gritti75, qui l’aura sauvée héroïquement lorsque toute l’Europe s’était liguée « injustement » contre elle. Il s’agit de la ligue de Cambrai, et de la crise ouverte par la lourde défaite vénitienne d’Agnadello, une crise au terme de laquelle l’attitude du Trissin, trop amicale à l’égard de Maximilien, avait été punie, comme on l’a dit, par le bannissement et la confiscation76. Au moment où Trissino écrivait le livre IX de L’Italia liberata, il s’était écoulé quinze ou vingt ans depuis ces événements. Mais le poète a encore présent à l’esprit ce qui fut un drame bouleversant pour Venise, pour Vicence et pour lui-même, au point de lui donner le rôle de point focal autour duquel s’ordonne sa fresque historique. Ainsi il achève la prophétie par la mise en regard des deux éloges de Venise, de la reine des mers si bien gouvernée par Gritti, et de l’empereur. Ce diptyque présente deux puissances antagonistes qui se partagent son allégeance, volontaire ou forcée, et qu’il voudrait imaginer dotées d’une grandeur égale, bien que diverse.

  • 77 Le caractère très partiel de cette analyse nous force à omettre la seconde apparition de Charles-Qu (...)

52Il ne s’agit pas d’un pur opportunisme ; la personnalité d’Andrea Gritti, un formidable politique, un homme d’action doublé d’un diplomate, redoutable en guerre comme en paix, ne pouvait que susciter chez Trissino une admiration intellectuelle et morale, capable de contrebalancer sa vénération pour Charles-Quint, l’empereur qui, après mille ans, redonne à l’empire son lustre perdu et sa puissance universelle, l’homme qui a rendu la paix à l’Italie.77.

53Le tout me semble prouver suffisamment que le poème se réfère bel et bien à l’expérience contemporaine des guerres d’Italie. Mais il ne s’agit pas seulement d’épisodes prophétiques. Les faits de l’histoire ancienne, tels que l’Italia liberata les présente, sont arrangés au prix de constantes libertés avec la source pour apparaître comme images anticipées d’événements récents. Il suffit de lire au livre XXV l’épisode où les Français, gens qui auraient pour coutume de manquer constamment de foi, attaquent subitement l’Italie en trahissant à la fois leurs pactes avec les Byzantins et avec les Goths. Voici en quels termes l’ange Gradivo, qui fait ses délices des guerres et du sang, souffle au Roi de France l’invasion de l’Italie, en prenant la forme d’un vieux conseiller :

  • 78 L’Italia liberata, XXV, Tutte le opere, p. 272.

Volete comportar, che i Gotthi affliti
dalle continue guerre, e da i Romani,
che son anch’essi indeboliti, e stanchi,
cerchin d’haver l’Italia in lor dominio?
E voi che siete si propinquo ad essa
e ch’avete tant’oro, e tanta gente,
che sarian’atte a debellare il mondo,
restare a canto, e trastullarvi in ozio?
[…]
Così disse quell’angelo, e spirolli
nel cor leggiero un gran disio d’haverla,
onde gli’uscir di mente accordi, e leghe,
ch’avesse sigillate co i Romani,
che quella gente oltra misura è pronta,
a romper fede e non servare accordi
78.

Allez-vous souffrir que les Goths affligés par les guerres continuelles, et par les Romains qui sont eux aussi affaiblis et las, se rendent maîtres de l’Italie ? Et vous qui êtes son voisin, et qui avez tant d’or et tant de gens qui seraient capables de vaincre le monde, rester dans votre coin, à vous amuser comme un enfant oisif ? […] Ainsi parla cet ange et il lui insuffla dans le cœur léger un grand désir de la posséder, et sur l’heure lui sortirent de l’esprit les traités et les ligues qu’il avait scellés avec les Romains, car ces gens-là sont prompts outre mesure à rompre leur parole et à ne pas observer les traités.

  • 79 Pour la vision italienne de Charles VIII, voir Anne DENIS, Charles VIII et les Italiens. Histoire e (...)

54Les Français sont vainqueurs partout grâce à la surprise créée par leur légèreté, ils ravagent l’Italie qu’ils traversent en trombe, pour voir leur armée se défaire sous les coups d’un mal envoyé directement par Dieu. Il est difficile de ne pas y voir une référence à l’invasion de l’Italie et à la conquête de Naples par Charles VIII en 1494, et à l’épidémie de syphilis qui éclate à cette occasion79, ou encore à la campagne menée par Lautrec en 1529, où une fois de plus la peste force à la retraite les troupes françaises ; ainsi qu’au comportement de François Ier, qui reprend tant de fois les hostilités contre Charles-Quint.

  • 80 Voir l’article rédigé et documenté avec une impeccable précision de Claire SOTINEL sur Silvère dans (...)

55Le livre XVI a toujours suscité quelque curiosité chez les commentateurs en raison de son caractère violemment anticlérical. On y voit Bélisaire démasquer et déposer le pape Silvère, ce qui advint en effet en février 537. La charge d’avoir conspiré contre les Impériaux fut le motif ou le prétexte de cette péripétie qui ne peut que déconcerter, vu le rôle majeur qu’aurait joué ce pontife dans l’accueil amical de Rome aux troupes byzantines. La version de l’histoire retenue par l’Eglise, hier comme aujourd’hui, tient Silvère, jamais canonisé mais objet de cultes locaux et inscrit au martyrologe, pour la victime innocente de Bélisaire, de sa femme Antonine et de l’impératrice Théodore, gagnée à l’hérésie des Monophysites. Ces trois personnages auraient manigancé l’accusation contre le pauvre pape,  à base de témoignages achetés et de lettres forgées de toute pièces, parce qu’il refusait de légitimer les prélats hérétiques. Selon le Liber pontificalis, bien que Justinien réhabilitât tout de suite le pape déchu et que celui-ci revînt à Rome en automne de la même année 537 pour reprendre possession du siège pontifical, le successeur nommé par Bélisaire, le pape Vigile, au mépris de toute justice, fort de l’appui de l’impératrice et de son général, contraignit Silvère à l’abdication et le fit reléguer dans un îlot voisin de la Ligurie où il mourut de faim80.

  • 81 « La sede, in cui sedette il maggior Piero,/ usurpata sarà da tai pastori,/ che fian vergogna et (...)
  • 82 Morsolin s’était déjà rendu compte de l’existence de ces exemplaires où manquent la saillie contre (...)
  • 83 Italia Liberata, XVI, Tutte le opere, p. 266.

56La présentation de l’affaire par Trissino, s’éloignant de la version préférée par l’Église, semble donc prendre fait et cause dans le conflit désormais surmonté, mais non oublié, entre Charles-Quint et Clément VII. L’ineffaçable blessure infligée à l’Italie par les horreurs du sac de Rome était alors trop récente pour ne pas être évoquée par le récit d’un conflit entre pape et troupes impériales, même dans des circonstances très différentes. Le fait que Trissino fasse voir Bélisaire comme juste et clément et le pape Silvère comme un monstre de félonie et de faiblesse, qui, se laissant acheter par les Goths, met en danger tout le peuple de Rome, jette sans doute une lumière sinistre sur le lointain successeur de ce pape et en tout cas insinue sa responsabilité dans les violences commises contre la Ville. L’épisode donne du reste à Trissino l’occasion d’insérer une invective d’une rare causticité (dans un texte à caractère noblement épique) contre les vices abominables des papes des siècles à venir81, où l’allusion à la passion du pouvoir et à la licence sensuelle qui s’étalaient à Rome vers 1500 est sans équivoque. D’ailleurs dans certains exemplaires de l’édition de Venise ce passage n’apparaît pas, comme s’il avait fait l’objet d’un repentir de l’auteur ou d’une censure d’origine inconnue82. Il en va de même de cette sentence lapidaire : Anchor sapea che spesse volte i preti / han così volto l’animo a la robba, / che per denari venderiano il mondo83.

57C’est entre la frénésie du sac de Rome au printemps 1527, paroxysme de la violence des guerres d’Italie, et la pacification durable, à l’intérieur de la Péninsule, qui suit le couronnement de 1530, que naît et se consolide le projet de L’Italia liberata. Ce projet témoigne d’une expérience traumatique de guerres et d’une expérience de pacification peut-être mélancolique, au prix de l’hégémonie d’un empire, habsbourgeois, mais surtout aragonais, puis espagnol, détaché de ses racines médiévales, où certains voient un moindre mal, d’autres une irrémédiable catastrophe historique.

  • 84 Voir trois analyses sur ce point concordantes (dont chacune ignore la précédente) : Manuel RIVERO, (...)

58L’œuvre n’est donc pas seulement dédiée à Charles-Quint, elle fut pensée pour lui, y compris comme un don personnel. Il est important pour Trissino, sur ce point incroyablement naïf, que Charles lise effectivement son poème, et apprenne de lui l’art militaire et tant d’autres belles choses. Mais évidemment Charles compte surtout comme digne incarnation passagère d’une Idée éternelle et comme porteur efficace d’une politique. L’Idée est celle d’empire, entendue comme répondant concret dans le monde, sous la forme d’une monarchie surplombant toutes les cités de la terre, d’un droit qui est en son principe universel et qui ne peut être autre chose qu’universel et source rationnelle de tous les droits particuliers. De cette idée se nourrit l’idéologie de l’entourage de Maximilien, le projet d’empire dans sa version habsbourgeoise. De cette même tradition s’alimente encore la pensée de Mercurino Gattinara, dont l’empreinte fut si forte sur le premier tiers du règne de Charles, un Gattinara dont le plus grand orgueil, d’après son autobiographie, était d’avoir appris par cœur, dans sa prime jeunesse, les Institutiones de Justinien84. Il se pourrait d’ailleurs que le choix de Justinien soit une réplique au Charlemagne de l’Arioste, puisque les rois de France se voient comme héritiers de Charlemagne.

59Bélisaire, le héros choisi par Trissin, est qualifié par les formules homériques de Viceimperator dell’Occidente, invitto Capitano de le genti, eccelso Capitano delle genti. Bélisaire est mandé ou délégué par Justinien, Imperator delle mondane genti, Ordinator delle città del mondo, Correttor del universo. Justinien est à son tour mandaté par Dieu, Motor dell’universo, Sommo re dell’universo, Motor delle sustanze eterne, Sommo re delle sustanze eterne. Il saute aux yeux que cette Trinité, la seule que paraît connaître Trissino dans son poème, est la figure poétique de son idée d’Empire.

60Mais chez Charles-Quint, Giangiorgio Trissino, homme qui a les pieds sur terre, comme le prouve toute sa conduite, voit non seulement une Idée, mais une politique. Celle-ci consiste à libérer l’Italie –comme tout le monde prétend vouloir le faire à cette époque et même plus tard–. Ce qui donne, selon les expressions formulaires du poème : donare libertà a l’Italia oppressa, liberar l’Esperia afflitta, porre in libertà l’Italia afflitta, por la bella Ausonia in libertade, porre in libertade l’antica Hesperia. La liberté donnée à la pauvre affligée par les Impériaux, dont le sens demeure problématique, est affirmée avec feu dans des tirades qui abondent dans le poème. En voici un exemple, quand Bélisaire persuade les ambassadeurs de Brindes de lui ouvrir les portes de leur cité :

  • 85 Italia liberata IV, Tutte le opere, p. 33-34. Ces vers sont répétés deux fois, d’abord par Bélisair (...)

L’imperador delle città del mondo
ha qui mandato la sua bella armata
con infinita gente a liberarvi
della superba servitù dei Gotthi,
e tor l’Italia fuor de le lor mani;
perché la libertà de le cittadi
è il più bel don che sia sopra la terra
85.

L’empereur des cités du monde a envoyé ici sa belle flotte avec une infinité d’hommes pour vous libérer de l’orgueilleuse servitude des Goths et tirer l’Italie de leurs mains, parce que la liberté des cités est le plus beau don qui soit sur la terre.

61La décision d’envahir l’Italie à partir de Durazzo, une Italie qu’on nous présente comme illégitimement occupée par les Goths, est justifiée par cette volonté d’apporter la liberté aux cités italiennes opprimées. Volonté qu’expriment dans le poème la Providence d’abord, ensuite Justinien, et enfin Bélisaire. Que le poète ait licence de s’écarter à loisir de la version des faits qu’autorisent les historiens ne peut avoir qu’un seul sens, qu’une seule justification : Bélisaire et Justinien valent principalement comme prête-noms pour construire un modèle politique et militaire ayant une valeur universelle, comme le veut Aristote, mais surtout s’appliquant au temps présent, comme l’effectue Virgile. Il faut sans doute voir dans ces Goths les gouvernements italiens de son temps tels que les voyait notre poète, dans ce qu’ils avaient de tyrannique, d’anarchique ou de déréglé.

Le retour de la tragédie : l’hommage final de Trissino à Charles-Quint

  • 86 C. DIONISOTTI, art. cit. in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 15. Nous traduisons.

62La doctrine politique du Trissin est inséparable, nous l’avons dit, de sa personnalité sociale. Les nobles de Terraferma détenaient de larges pouvoirs juridiques et administratifs, mais la carrière des honneurs et les hautes responsabilités militaires et politiques leur étaient fermées dans le gouvernement de la république et de ses colonies maritimes. Pour le dire avec Dionisotti, « il était inévitable qu’à Padoue, Vicence, Vérone et autres sièges mineurs, les nobles les plus doués et les plus inquiets cherchassent à servir ailleurs et que leurs services fussent requis par les États qui avaient des comptes à régler avec Venise. Il était également inévitable que ces familles elles-mêmes, tout en se montrant obséquieuses envers Venise et résignées à leur oisive subordination, cherchassent à établir des rapports de parenté avec l’aristocratie féodale externe […] et finalement il était inévitable qu’en 1509, quand la domination vénitienne de la Terraferma parut vouée à la ruine, ces familles aristocratiques de Padoue, Vicence et Vérone, se manifestassent en grande partie rebelles à Venise, et disposées à servir l’empire, dont ils tenaient leurs anciens titres et privilèges féodaux »86. Rappelons qu’après le passage de Maximilien à Vicence, malgré ses protestations d’innocence et l’alibi d’un séjour à Rome au moment des faits, Trissino souffrit le bannissement et la confiscation de ses biens. Après un séjour à Florence, le gentiluomo revint à Rome où ses sympathies impériales le firent élire par Léon X comme émissaire (oratore) auprès de Maximilien, avec une mission assez vague destinée peut-être à servir de contrepoids à l’étroite entente du pape avec la France. À ce titre, il suivit la cour, itinérante, du grand-père de Charles-Quint, pendant une période de huit ou neuf mois, entre 1515 et 1516. Maximilien se servit à son tour de lui comme messager auprès du pape, lui donnant une lettre d’instructions fort précise sur de nombreuses affaires, grandes ou petites. L’empereur le dépêcha aussi comme son porte-voix en vue de la signature d’un accord avec Venise. Trissino, qui avait déjà la réputation d’un homme de lettres distingué, s’avéra un diplomate convenable. Il tira en tout cas fort bien son épingle du jeu, car il obtint, moyennant l’entremise conjointe de Maximilien et du pape, son retour en grâce auprès des Vénitiens, et la levée de la confiscation des biens et du bannissement.

  • 87 Encomion ad Maximilianum Caesarem, Tutte le opere, p. 389-392.
  • 88 Maximus Atrides, et robore clarus Achilles / Intrepidus Thelamone satus, facundus Ulysses / Heroesq (...)
  • 89 Nous suivons sur tous ces points Monografia, dans sa seconde édition de 1894, car les recherches su (...)
  • 90 Cette devise apparaît dès les premières impressions des œuvres du Trissin en 1524. Elle paraît avoi (...)

63À l’issue de sa mission en Allemagne, il rendit un hommage tout aussi appuyé à l’empereur, en lui adressant un panégyrique latin assez bref87. Ce poème finit en nommant une série de héros, Achille, Ajax Télamon, Ulysse et les Atrides, qui doivent leur renommée moins à leurs vertus qu’au chant du divin Homère88, laissant déjà pointer la tendance à chercher dans l’Iliade le langage adéquat à l’exaltation des Césars. Dans les années qui suivent le sac de Rome, les bons offices du poète en faveur d’un apaisement furent reconnus par les deux côtés. Du côté du pape, car c’est Trissino, parmi tous les hauts personnages présents de l’entourage de Clément VII, que celui-ci choisit pour tenir sa traîne à la cérémonie du couronnement de Bologne de 1530. Du côté de l’empereur, parce que deux ans plus tard, quand Charles-Quint se rend à Bologne pour une seconde entrevue avec Clément VII, il passe à proximité de Vicence où il est reçu dans la villa d’un ami de Trissin, encore plus riche que lui, Gualdo. Peut-être la rencontre fugitive de l’empereur avec le poète en cette circonstance, rappelant des services plus substantiels, explique-t-elle l’émission à Bologne en décembre 1532 d’un diplôme impérial nommant Trissino et ses descendants comtes et chevaliers (equites aureati)89. Par ailleurs Trissino adopte assez tôt comme impresa personnelle un arbre dont pend la toison d’or gardée par le dragon, avec un motto grec pris de Sophocle et cité par Plutarque, qui veut dire quelque chose comme « la fortune sourit aux persévérants »90. L’important est que le choix de cette devise associe la personne du comte et chevalier Trissino à la plus haute distinction dont aurait pu le parer l’empereur en sa qualité de prince bourguignon, mais dont il n’aurait probablement pas songé à le parer, l’ordre de la Toison d’Or. Tout ceci semble pouvoir être interprété comme une suite de services de moyenne importance rendus à l’empereur à titre libre et gracieux, permettant de jouer l’entremise entre trois ou quatre puissances : Vicence, Venise, la Papauté, César.

  • 91 Voir Julia BENAVENT et Maria José BERTOMEU, « Il carteggio tra Giangiorgio Trissino e Antonio Perre (...)

64Or tout change dans les toutes dernières années de la vie de Trissino au moment où il achève enfin son poème avec sa dédicace à Charles-Quint. Du reste, il ne s’agit pas seulement de dédicace. Des lettres des années 1547-1550 montrent Trissino en train de manœuvrer pour que son poème soit solennellement présenté au monarque, et pour s’assurer que celui-ci en prenne connaissance et lui exprime son impériale approbation. Assez vite apparemment, grâce à l’entremise d’amis communs, dont le cardinal Sfondrati, il réussit a attirer l’attention d’Antoine Perrenot de Granvelle. Granvelle, fidèle à sa réputation d’homme courtois et ami des lettres, se montre bien disposé et cela entraîne un échange de lettres entre le poète et le conseiller. Les originaux inconnus de sept lettres, et parmi elles, quatre inédites, qui constituent l’ensemble de cette correspondance, ont été récemment publiés par deux chercheuses de l’université de Valence91. L’article où elles transcrivent soigneusement les sept documents permet de rendre plus certaine et plus nette une histoire que l’on connaissait déjà dans ses grandes lignes.

  • 92 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 311.

65En octobre 1547, Trissino envoie à Augsbourg son neveu Davide Losco, en s’excusant de ne pas pouvoir venir lui-même à cause de son grand âge et de sa goutte. Par la lettre dont Losco est porteur, Trissino supplie Granvelle d’obtenir pour son neveu une audience de Charles-Quint, auquel il remettra solennellement le livre contenant les neuf premiers chants du poème qui vient de sortir des presses romaines. Les lettres qui suivent montrent qu’il a obtenu gain de cause. D’après Granvelle, le livre a plu extrêmement à sa Majesté, sommamente piaciuto a sua Maestà, ce pourquoi il demande au poète de lui communiquer ses désirs (avvisare dei suoi desideri), car il est prêt à le favoriser en tout. Trissino répond qu’il n’ose rien demander, mais qu’il remet tout au jugement magnanime de sa majesté : Ma del tutto mi rimetto al magnanimo giudicio di sua Cesarea Maestà, il qual son certo che farà quello che più a l’altezza sua che a la bassezza mia si convenga (24 mai 1548). Par une nouvelle lettre de janvier 1549, Trissino accompagne l’envoi à Bruxelles, où se trouve maintenant Charles-Quint, d’un exemplaire de son poème complet, avec les vingt-sept chants reliés ensemble, dont les dix-huit derniers viennent d’être imprimés à Venise. C’est cette fois-ci son fils cadet et favori, Ciro, qui est porteur du présent. Granvelle, dans une lettre du 31 mai 1549, se félicite d’avoir obtenu une audience pour Ciro, qui pourra mieux raconter à son père avec quelle chaleur l’empereur a accueilli le don. On sait par d’autres documents que, dans les coulisses de ce théâtre de cérémonies et courtoisies, le poète cherchait à se faire donner un château ou seigneurie en Lombardie ou dans le Trentin et qu’il avait peu de chances d’y parvenir92.

  • 93 Ce document passionnant fait partie de ceux que publie en appendice de son ouvrage B. MORSOLIN, Mo (...)
  • 94 Les détails de la mort sont rapportés dans une lettre assez émouvante de Marcus de Thiene, cf. B (...)

66Mais cette requête se dénoue l’année suivante de manière funèbre. La dernière lettre connue de Giangiorgio, écrite à Augsbourg à la date du 27 mai 1550, est adressée à Antoine Perrenot qui se trouvait alors à Bruxelles avec Charles-Quint. Trissino supplie Granvelle de lui dire si l’empereur doit venir bientôt à Augsbourg, ou s’il doit plutôt songer à le rejoindre à Bruxelles, car malgré son infirmité, sa vieillesse et ses douleurs, il brûle d’impatience de s’offrir, corps et âme, à Sa Majesté : Quando ancora sua Maestà fosse per indugiare molto tempo, mi sforzerei di venire ov’ella fusse perciòche ardo di desiderio incredibile di basciar la mano a sua Cesarea Maestà e farmili presenzialmente noto et donarmili per servo. Il promet à Granvelle de lui porter en cadeau des médailles antiques et des manuscrits grecs. Ceux-ci pourraient bien être le Thucydide, le Xénophon et le Platon manuscrits que l’on trouve dans l’inventaire notarial des biens meubles qu’il avait sur lui à Rome au moment de sa mort en décembre de cette même année93. Aucun document publié (à ce que j’ai pu voir) ne nous dit ce qui s’est passé exactement entre la lettre suppliante à Granvelle du printemps, déclarant le désir enragé de voir l’empereur et de s’offrir comme son serf, et l’arrivée du poète à Rome à l’automne. On sait seulement qu’en redescendant vers le Sud, Trissino ne s’est pas approché de Vicence. À Rome, un noble et riche vicentin, le jeune Marcus de Thiene, qui l’honore et le vénère, lui ouvre sa maison, où il ne tardera que quelques semaines à mourir94. C’était la première fois que le gentiluomo letterato montrait cet empressement à servir qui que ce fût, cette soif de s’attirer la faveur.

  • 95 Cette incursion nocturne est rapportée dans B. MORSOLIN, Monografia…, p 264-265. La version des (...)
  • 96 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 330-331.

67Ce comportement, peut-être imprudent ou inconvenant, qui n’est pas dans les usages de toute une vie, s’explique sans trop de mal par l’effondrement de l’équilibre qu’il maintenait jusque-là entre ses différentes fidélités. Dans la sphère personnelle, il y avait d’un côté l’Église romaine à laquelle il pensait devoir sa fortune, ses honneurs et sa tranquillité et, de l’autre, l’esprit de famille et de clan. Or cet esprit fut durement éprouvé par son fils, Giulio Trissino. Ce fils survivant d’un premier mariage de la lointaine jeunesse, en atteignant la trentaine, se mit à répandre à Vicence, par la parole et l’exemple, des idées proches de Luther, puis de Calvin, idées assez bien accueillies dans la ville et qui devaient s’y développer pendant des décennies. De plus, il se dressait contre son père sans ménagement, terrifiant sa marâtre par des incursions nocturnes à son domicile, avec une troupe d’amis vêtus en bandits, s’emparant de force des biens qu’il sollicitait95, et allant jusqu’à recourir au bras armé de la justice pour faire décamper son père malade de la maison de la ville (maison où ce père était entré, il est vrai, illégalement, en profitant d’une absence de Giulio)96. Quant à Giangiorgio, tout en déshéritant le fils rebelle en faveur de Ciro, fils de sa seconde épouse, tout en tonnant et menaçant, faisait tout pour couvrir ses menées « hérétiques » et lui conserver son titre d’archiprêtre de la cathédrale de Vicence et les revenus ecclésiastiques qu’il lui avait lui-même obtenus. Sur un plan politique beaucoup plus élevé, Trissino avait réussi à ménager de manière à peu près égale deux puissances antagonistes dont le rapprochement était fondé seulement sur la crainte commune du Turc, Charles-Quint et Venise.

  • 97 Cf. Achille OLIVIERI, « Microcosmi familiali… », art. cit.

68Ces équilibres délicats se brisent en janvier 1550, quand le conseil vénitien des Quarante entérine la sentence des juges de Vicence dans le procès pour la propriété de la maison du centre de la ville qu’entretiennent Giangiorgio et Giulio Trissino depuis plusieurs années. Cette sentence donne tort au père et remet les biens en litige entre les mains du fils. Sur le plan personnel, Trissino fait alors le seul choix possible pour un homme comme lui, maudire son fils, et le vouer à la persécution inquisitoriale. La lente machine ainsi mise en mouvement finira par broyer Giulio Trissino une dizaine d’années après la disparition de son père, par une sentence qui le condamnera à l’excommunication, à la perte de sa prélature, et à la prison où il finira ses jours97. Quant aux fidélités politiques, en partant de la Vénétie avec la pose de celui qui s’exile à jamais, il écrit deux sonnets de reniement et d’invective. Le premier, contre Vicence, où il en appelle au Sénat vénitien de la sentence des juges de sa ville, est digne d’Œdipe quittant Thèbes. Le second, contre Venise, après que le tribunal vénitien ait donné raison à son fils, fait songer à un Lot qui maudirait Sodome.

Andrò pur fuor della più ingiusta terra
e dai giudizi più corrotti e falsi
ch’abbia l’Europa e, se mi spiacque, salsi
il ciel, con cui mi dolgo e con la terra.

Il sangue mio crudel che mi fa guerra,
a cui si poco piacqui e poco calsi,
la casa, dove nacqui ed arsi ed alsi,
con fraude e tradimento ora mi afferra:

e vuol ch’io n’esca. Oh cosa iniqua ed empia!
sopporteralla quel Senato giusto?
Avrallo il suo valor posto in oblio?

  • 98 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 533.

Vorrà ch’io parta povero e vetusto,
storpio ed infermo e lasci al ciel che adempia
i miei bisogni e la vendetta a Dio?
98

  • 99  Cette antithèse qui rappelle la poésie pétrarquisante, quelque peu énigmatique dans ce contexte, p (...)

Eh bien je quitterai la patrie la plus injuste, et aux jugements les plus corrompus et les plus perfides que ne connaît l’Europe et, si elle m’a maltraité, le ciel le sait, auquel je me plains et à la terre. Mon sang cruel qui me fait la guerre, qui jamais ne m’aima ni se soucia de moi, la maison, où je naquis, où je me sentis brûler et glacer99, il me la saisit maintenant avec fraude et trahison, et il veut que j’en sorte. Et cet acte, inique et impie, est-ce que ce juste Sénat va le souffrir ? Aura-t-il oublié sa valeur ? Voudra-t-il que je parte pauvre et chargé d’ans, estropié et infirme, et que je laisse au ciel la charge de mes besoins, et la vengeance à Dieu ?

Sovra gli aurati tuoi superbi alberghi,
che umil tetti fur già di canne e fronde,
salgano, empia città, dell’Adria l’onde,
sì che ogni tuo tiranno si sommerghi.

Di qual legge crudel carte non verghi
per pascer le tue arpie voraci e immonde
venute da Cocito alle tue sponde,
ove avarizia, ove ogni vizio alberghi?

Se a te par forse che gli erari tuoi
non sian carchi d’argento e d’oro onusti
che fino il sangue ancor sugger tu vuoi,

  • 100 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 544.

volga l’eterno Rè gli occhi suoi giusti
e miri qui d’Italia i figli suoi
e tolga al mondo regnator si ingiusti
100.

Au dessus de tes maisons superbes et dorées qui furent jadis des humbles cabanes de roseaux et de feuillages, puissent monter les eaux, cité impie de l’Adriatique, jusqu’à submerger tous tes tyrans ! Il n’est pas de loi scélérate que tu n’alignes sur tes chartes pour repaître tes harpies voraces et immondes, échappées du Cocyte et réfugiées sur tes rives, où tu héberges l’avarice et toutes les vilénies. Si tu trouves que tes trésors ne sont pas assez enflés d’argent et gorgés d’or et que tu veux encore sucer jusqu’au sang, que le Roi éternel tourne ses yeux justes et regarde ici-bas ses enfants d’Italie, et enlève au monde des régents si injustes.

69Quelques mois après, en mai 1550, on le trouve à Augsbourg en train d’attendre Charles-Quint et de mendier on ne sait quelle faveur.

  • 101 Je remercie vivement mes collègues et amis Roland Béhar et Maria Zerari pour leur relecture de ce t (...)

70Trissino est visiblement emporté par une sorte de désespoir, mais il est fascinant que chez ce poète qui fit revenir les muses tragiques dans les langues modernes, la tragédie personnelle soit si éclatante, une tragédie qui ne me semble pas avoir été vraiment mise en valeur par son biographe Morsolin, chez qui elle n’est présente qu’en filigrane. C’est en tant que survivant de cette tragédie, que Trissino à la fin de ses jours fait tout pour devenir non pas seulement poète de l’empire, mais au sens plein homme de l’empereur. Cet Œdipe à Colonne ne trouvera pas cependant chez Charles-Quint un autre Thésée auquel remettre, avant de mourir, le secret d’un savoir si chèrement payé101.

Haut de page

Notes

1 Signalons quelques-uns des travaux qui assignent à l’Arioste une place à la fois extérieure et déterminante dans l’ensemble de la production épique de l’Italie (et aussi de l’Espagne) du XVIe siècle : Maxime CHEVALIER, L’Arioste en Espagne (1530-1650), Bordeaux : Féret & Fils, 1966 ; Riccardo BRUSCAGLI, « Romanzo ed epos dall’Ariosto al Tasso », in : Il Romanzo. Origine e sviluppo delle strutture narrative nella letteratura occidentale, Pise : ETS, 1987, p. 53-69 ; Daniel JAVITCH, Proclaiming a Classic. The Canonization of «Orlando furioso», Princeton : Princeton University Press, 1991 ; Sergio ZATTI, Il «Furioso» tra epos e romanzo, Lucques : Pacini Fazzi, 1990 ; Alberto CASADEI, La fine degli incanti. Vicende del poema epico-cavalleresco nel Rinascimento, Milan : Franco Angeli, 1997 ; Francesco SBERLATI, Il genere e la disputa. La poetica fra Ariosto e Tasso, Rome : Bulzoni, 2001 ; Stefano JOSSA, La fondazione di un genere. Il poema epico tra Ariosto e Tasso, Rome : Carocci, 2002.

2 Cf. Andrea CANOVA et Paola VECCHI GALLI (éds.), Boiardo, Ariosto e i libri di battaglia, Novare : Interlinea, 2007.

3 Sur les éléments chevaleresques et « romanesques » dans L’Italia liberata de Trissino, cf. Alessandro CORRIERI, « Revisitazioni cavalleresche ne L’Italia liberatada Goti », Schifanoia, 34-35, 2008, p. 183-192 ; Claudio GIGANTE, « Epica e romanzo in Trissino », La tradizione epica e cavalleresca in Italia (XII-XVI sec.), Bruxelles : Peter Lang, 2010, p. 291-320.

4 « I magnanimi, e virtuosi fatti de gli huomini, Clementiss. et Invittiss. Imp., hanno sempre avuta la grandezza de la fama, e la eternità de la gloria da i studi de le Muse e da i scritti de Poeti; tal che le virtù di coloro che non furono da essi studi abbracciate, sono state e di fama minore, e di gloria più breve, e più oscura di quelle, che furono da i buoni Poeti celebrate e cantate. » Par cette période s’ouvre l’épître dédicatoire Al clementissimo imperatore V. Carlo Massimo, qui sert de préface à la princeps du poème du Trissin: La Italia Liberata da Gotthi del Trissino. Stampata in Roma per Valerio de Luici Dorici, MDXLVII. Cette édition romaine de 1547, qui contient les neuf premiers livres du poème, sera relayée un an plus tard par l’édition, à Venise, chez Tolomeo Ianiculo da Bressa, de deux volumes contenant les livres restants, de dix à vingt-sept. Nous citerons L’Italia liberata d’après l’édition de Scipione Maffei qui inaugure le timide regain de faveur du Trissin au XVIIIe, attesté par un petit bouquet d’éditions, d’entreprises biographiques et critiques: Tutte le opere di Giovan Giorgio Trissino gentiluomo vicentino, non più raccolte, Vérone : Jacopo Vallarsi, 1729.

5 Trissino est un pionnier de l’aristotélisme en matière poétique, qu’il exprime on ne peut plus clairement dans la préface de L’Italia liberata (1547) et dans les deux derniers livres de sa Poétique, précédée d’une dédicace à Antoine Perrenot de Granvelle. Mais le poète devait mourir avant la fin de l’année et n’aura pas le temps de s’occuper de l’impression de cette dernière œuvre qui paraît douze ans plus tard : La quinta e la sesta divisione della poetica del Trissino. All’illustriss. e revernd. cardinale di Ara’s, Venise : Andrea Arriubabene, 1562. Pour une mise au point sur la doctrine et la pratique poétiques de Trissino, voir Enrico MUSACCHIO, « Il poema epico ad una svolta : Trissino tra modello omerico e modello virgiliano », Italica, LXXX, n°3, 2003, p. 334-352. Sur la précocité de l’aristotélisme poétique du Trissin, cf. p. 337 : « La data di pubblicazione dell’Italia liberata, e dunque della lettera di dedica che serve da premessa teorica, è il 1547, e dunque in anticipo sulla data di pubblicazioni dei due grandi commentari al testo aristotelico e quello di Lombardi-Maggi del 1550 (ai quali senza dubbio si deve la diffusione delle idee aristoteliche della poesia ad un più largo pubblico)». Cette allégeance à la poétique d’Aristote était déjà manifeste, de manière moins claironnante, dans la tragédie Sofonisba, dans la dédicace de celle-ci à Léon X que l’on trouve dans l’impression de 1524, et dans les quatre premiers livres de la Poetica (1529).Ce dernier point a été démontré, contre Bernard Weinberg, par María José VEGA RAMOS, « La poética hermogénica renacentista : Giovan Giorgio Trissino », Castilla. Estudios de literatura, n° 16, 1991, p. 169-188.

6 Enrico Musacchio, dans l’article cité, a mis en relief le caractère polémique de cette préface, où les silences comptent autant que les déclarations. En prenant fait et cause pour Aristote, Démétrios (ps.-Démétrios de Phalère) et Homère, Trissino fait déchoir deux autorités jusque-là dominantes et qu’il ne daigne pas nommer : Horace comme théoricien et Virgile comme poète. Il prend ainsi une voie diamétralement opposée (jusque dans la lettre des affirmations et le choix de la langue vulgaire) à celle suivie par Girolamo Vida dans son Ars poetica, qui avait été dédicacée au fils de François Ier, à l’époque où le roi de France était prisonnier à Madrid.

7 C’est ce couple qui est nouveau et non la figure d’Homère comme symbole du don de gloire immortelle que le poète apporte au prince, un lieu commun dès le XVsiècle, qui trouve une formulation décisive dans la préface (epistola proemiale) de la Raccolta aragonese (1476-1477), signée de Laurent de Médicis, et émaillée de citations de Pétrarque : « Erano questi mirabili e veramente divini uomini, come di vera inmortal laude sommamente desiderosi, così d’un focoso amore verso coloro accesi, i quali potessino i valorosi e chiari fatti delli uomini eccellenti con la virtù del poetico stile rendere immortali; del quale gloriosissimo desio infiammato il magno Alessandro, quando nel Sigeo al nobilissimo sepulcro del famoso Achille fu pervenuto, mandò fuori suspirando quella sempre memorabile regia veramente di sé degna voce: o fortunato che sì chiara tromba trovasti, e chi di te sì alto scrisse (Canzoniere, CLXXXVII, 3-4) ». L’auteur de ce texte est en fait Angelo POLIZIANO. Cf. Michele BARBI, « La raccolta aragonese », Studi sul Canzoniere di Dante, Florence : Sansoni, 1965, p. 217-236.

8 Alessandro MANZONI, Del romanzo storico, e, in genere, de’ componimenti misti di storia e invenzione, parte II, Tutte le opere, Mario MARTELLI (éd.), Florence : Sansoni, 1973, II, p. 1748. La page dédiée à Trissino par l’auteur des Promessi sposi est tout entière l’expression méditée du dédain et de l’antipathie.

9 Sur ces jugements uniformément méprisants, voir Sergio ZATTI, « L’imperialismo epico del Trissino », L’ombra del Tasso, Milan : Mondadori, p. 59-110, aux p. 59-63.

10 Torquato TASSO, Discorsi del signor Torquato Tasso dell’arte poetica et in particolare del poema eroico, Venise : a instanza di Giulio Vassalini, 1587, fol. 13r°. Le texte, imprimé sans l’intervention de son auteur, date de vingt-cinq ans plus tôt.

11 On trouvera un catalogue des éditions de Trissino en annexe d’un des ouvrages les plus importants qui lui ont été dédiés: Neri POZZA (éd.), Convegno di Studi su Giangiorgio Trissino, Vicence: Accademia Olimpica, 1980. Un nouveau colloque sur Trissino dans le même lieu (Odéon du Théâtre Olympique), et sous le patronage de l’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, a été tenu le 27 janvier 2011. Très intéressant par son programme, il n’a pas fait l’objet d’une publication pour le moment.

12 Voir Beatrice ALFONZETTI, « Oh vani giuramenti! Tragico ed eroico in Tasso e Trissino », in : Giorgio PATRIZI (éd.), Sylva. Studi in onore di Nino Borsellino, Rome : Bulzoni, 2002, p. 355-386. Cet article compare le Trissin et le Tasse, dans la veine épique (L’Italia liberata, La Gerusalemme liberata), et la veine tragique (Sofonisba du Trissin, Il re Torrismondo du Tasse), en y poursuivant le thème du serment dans ses différentes déclinaisons : la promesse, le serment de fidélité militaire, le défi, le duel, le pacte, le traité, le vœu, la conjuration. On y lit que L’Italia liberata rejoint le discours de Pier Vettori du 5 février 1527 à la milice de Florence, inspiré par Machiavel. L’anticléricalisme du Trissin serait la contrepartie d’une religion de la patrie, fondée sur l’idée de « liberté » comme « félicité ». Il n’est sans doute pas fortuit qu’une telle interprétation provienne d’une spécialiste d’Alfieri et du théâtre du XVIIIe siècle comme B. Alfonzetti. Autre fait curieux, L’Ode en éloge des Sciences d’Antioh Kantemir, le « père de la littérature moderne russe » (1762) est presque en son entier (quatorze strophes sur quinze) une rhapsodie de morceaux des livres I et IX de L’Italia liberata traduits ou adaptés (Valentin BOSS, « La quatrième ode de Kantemir et l’Italia Liberata de Gian Giorgio Trissino », Cahiers du monde russe et soviétique, IV, 1-2, 1963, p. 47-55).

13 Sergio ZATTI, « Tasso lettore del Trissino », Torquato Tasso e la cultura estense, Gianni VENTURI (éd.), Florence : Leo S. Olschki, 1999, II, p. 597-612, cit. p. 598. Nous traduisons.

14 Guido SACCHI, Fra Ariosto e Tasso: vicende del poema narrativo, Pise : Edizioni della Normale 2006, p. 8. La partie achevée de l’ouvrage fut publiée après la mort du jeune auteur. Nous traduisons.

15 C’est du moins ce qu’affirme Silvestro CASTELLINI dans sa Storia della città di Vicenza (1775-1821). Voir Achille OLIVIERI, Riforma ed eresia a Vicenza nel Cinquecento, Rome : Herder, 1992, p. 15-20.

16 Carlo DIONISOTTI (« L’Italia del Trissino », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 15) estime qu’on doit plutôt le rapprocher de Lodovico Canossa, ami de Castiglione et personnage du Courtisan, qui était comme le Trissin un noble riche et de haut rang, natif de la Terraferma (il naquit à Vérone en 1475). Lui aussi commença sa carrière diplomatique au service de Léon X et fut formé aux lettres grecques. Mais politiquement, Canossa choisit la France ; il opta pour la carrière ecclésiastique et l’activité diplomatique, beaucoup plus nettement que Trissino. Il n’eut pas la production poétique de ce dernier et encore moins son souci expérimentateur et novateur dans les domaines de la langue et de la littérature. Cf. l’article de Cecil H. CLOUGH sur Canossa dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. 18 (1975).

17 Ibid., p. 16. Nous traduisons.

18 Cf. Bernardo MORSOLIN, Monografia d’un gentiluomo letterato nel secolo XVI, Florence : Le Monnier, 1894, p. 428 : « …noi [il s’adresse à son fils] havemo grandissimo e particolarissimo obbligo ai Pontefici, che sono stati da 30 anni in qua, cominciando da la buona memoria di Papa Leone, che tanto mi accarezzò, mi honorò, mi mandò Nunzio a Cesare, et nel tempo che era fora, mi fece dar tutta la mia roba, ch’era nel Fisco dei Veneziani, senza che io ne sapessi nulla : mi mandò Nunzio a Venezia : e quel, che non ebbi da S.SS. fu, che non domandai cosa alcuna ; e molte di quelle che’l mi offerse, le rifiutai, come è governi di Città, Vescovadi, Cardinalati et simili cose. »

19 Il suffit pour s’en rendre compte de parcourir les lettres réunies par B. MORSOLIN, Monografia d’un gentiluomo letterato nel secolo XVI, p. 377-455 (désormais abrégé en Monografia). Trissino rend hommage aux grandes dames de son temps, parmi lesquelles il distingue Isabelle d’Este, duchesse de Mantoue, dans deux textes imprimés à quelques années d’intervalle : I ritratti, Rome : Lodovico degli Arrighi, 1524 et I ritratti delle bellissime donne d’Italia, Rome : Calvo, 1531. L’image qui s’en dégage est un improbable mélange de radieuses perfections du corps, d’élégance et de faste dans la toilette, de grâce surnaturelle ; une âme qui joint des vertus aristotéliciennes (prudence, constance et magnanimité) à une sorte de sainteté néo-platonicienne, un amour de tout ce qui est haut, beau et lumineux, le tout tempéré par un cœur modeste et secourable.

20 Voir Willi HIRDT, Gian Giorgio Trissinos Porträt der Isabella d’Este: ein Beitrag zur Lukian-Rezeption in Italien, Heidelberg : Carl Winter, 1981.

21 Voir Achille OLIVIERI, « Microcosmi familiari e trasmissione ereticale: i Trissino », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 175-190 ; Riforma ed eresia a Vicenza nel Cinquecento, ed. cit.. D’après Olivieri, Trissino et son « académie » constituent une étape cruciale dans le cheminement des idées réformées à Vicenza. Celles-ci auraient eu pour point de départ les cénacles de la noblesse docte qui à partir de 1450 assimilent les idées de Valla sur la « tolérance » et de Sabellico sur la charitas et entreprennent une révision du christianisme. En prirent le relais les cercles fondés par Giangiorgio Trissino en 1504 et 1529, où naît et se diffuse une culture qui projette une réforme de l’église, des mœurs et de la vie politique ; dans l’étape suivante intervint le magistère orienté en un sens calviniste de Fulvio Pellegrino Morato, un homme recruté par Giangiorgio Trissino comme précepteur des enfants de la noblesse citadine, les Pellizzari, Porta, Thiene et Trissino. De là prirent leur départ les noyaux de réformés de la seconde moitié du siècle, autour de Niccolò Pellizari et d’Alessandro Trissino, qui ne disparaîtront que peu à peu, malgré les poursuites inquisitoriales. 

22 Sur les circonstances et la signification de cet ouvrage aux solides mérites, qui résulterait de l’ouverture de l’érudition italienne du XIXe siècle à une nouvelle science positive, voir Gilberto PIZZAMIGLIO, « Critica e storiografia sul Trissino: Bernardo Morsolin e la scuola storica », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 139-152.

23 Gian Giorgio TRISSINO, Sofonisba, Il teatro italiano. II. La tragedia del cinquecento, Marco ARIANI (éd.), Turin : Einaudi, 1977, p. 1-78.

24 Voir Lionello PUPPI, Breve storia del Teatro Olimpico, Venise : Nero Pozzi, 1963.

25 « When Learning, after the long Gothic night, / Fair, o’er the western World, renew’d its Light / with Arts arising Sophonisba rose: / The tragic Muse, returning, wept her woes. / With her the Italian scene first learn’d to glow / and the first Tears for her were taught to flow. » (« Prologue by a Friend », 1-4, The Works of James Thomson, vol. III containing Sophonisba, Agamemnon and Alfred, Londres : A. Millar, 1750).

26 Le souvenir de la Sophonisbe du Trissin, traduite par Mellin de Saint-Gelais, puis par Claude Mermet, n’est pas étranger à la pièce portée à la scène par Montchrestien en 1601, La Cartaginoise ou la liberté (reprise d’une version antérieure de la même pièce sous le titre de Sophonisbe) ni à la Sophonisbe de Mairet (1634), grand succès par lequel on fait généralement débuter la tragédie régulière française. Sur ce cheminement de la tragédie du Trissin à travers ses adaptations et transpositions, voir la notice à la Sophonisbe dans Jean de MAIRET, Théâtre complet, Georges FORESTIER (éd.), Paris : Champion, 2004, p. 576 et ss. Le théâtre baroque allemand s’en souviendra à son tour, après le théâtre français, avec la Sophonisbe de Lohenstein, de 1680.

27 Voir Paola COSENTINO, Cercando Melpomene: esperimenti tragici nella Firenze del primo Cinquecento, Manziana : Vecchiarelli, 2003. Un témoignage (transposé dans une fiction, mais de première main) du prestige du Trissin dans les cercles florentins se trouve dans les dialogues d’Antonio Brucioli, parus en 1526, puis 1536. Il apparaît comme personnage principal dans le dialogue V, Del modo di istruire i figlioli, et participe au dialogue VI, Della repubblica, et au VIII, Del giusto principe. Voir Antonio BRUCIOLI, Dialogi, Aldo LANDI (éd.), Naples : Prismi, 1982.

28 Voir les principaux écrits liés à cette question dans Giovan Giorgio TRISSINO, Scritti linguistici, Alberto CASTELVECCHI (éd.), Rome : Salerno Editrice, 1983 ; et Dante ALIGHIERI, Giangiorgio TRISSINO, Agnolo FIRENZUOLA, Sur la langue italienne, Claude MALHERBE et Jacqueline MALHERBE-GALY (éds.), Grenoble : Jerôme Millon, 2008.

29 Voir Giovan Giorgio TRISSINO, Scritti linguistici, p. 37.

30 Pour Amedeo Quondam, Trissino, en mettant sur le même plan ces auteurs dans les quatre premiers livres de la Poetica (1529), se démarque de Bembo (Prose della volgar lingua, 1525) et des Sonetti e canzoni di diversi antichi autori toscani (Florence : Giunti, 1527). D’après la métaphore filée de Quondam, Bembo place au centre du « tableau » de la littérature en vernaculaire un portrait grandeur nature de Pétrarque. L’anthologie de Giunti fait plutôt figure de « portrait de groupe », avec les Toscans au premier plan et, en position dominante, Dante et Pétrarque. En revanche : « Per il Trissino la tradizione poetica si gioca tutta in termini di frontalità, di compresenza : Petrarca, Dante, Cino e Guido e gli altri buoni autori… in lingua italiana » (Amedeo QUONDAM, « La poesia duplicata. Imitazione e scrittura nell’esperienza del Trissino », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 67-109, cf. p. 76). Quondam y voit le signe d’une ignorance ou d’un refus de la perspective qui trahissent le côté médiéval de Trissino. Le tout est repris à l’identique ou presque dans l’introduction de Giangiorgio Trissino, Rime, Amedeo QUONDAM (éd.), Vicence : Neri Pozza, 1981. On peut s’étonner de l’affirmation de Quondam dès lors que la hiérarchie des écrivains italiens semble admise par Trissino, qui ne s’écarte de Bembo que par la préférence donnée à Dante sur Pétrarque. En effet, dans le Parnasse ou monte delle muse, qui apparaît dans la vision de Bélisaire au livre IX de L’Italia liberata, figurent seulement trois écrivains, Dante, Pétrarque et Boccace, le dernier nettement en retrait: « E voltiam gli occhi al monte de le Muse./ Vedi quel, che è la su presso a la cima,/ colui fia Dante, mastro de la lingua,/ ch’alhor l’Italia nommerà materna./ Questi dipingerà con le sue rime/ divinamente tutta quella etade./ L’altro, che siegue lui, sarà il Petrarca,/ che con bel stile, e con parole dolci/ descriverà quelli amorosi affetti,/ che desta amor ne gli animi gentili/ vincendo ogni altro, che giamai ne scrisse./ Il terzo sia il Boccaccio, le cui prose/ saranno ingombre di pensier lascivi» (Italia liberata, IX, Tutte le opere, p. 96).

31 Nous modernisons la graphie du titre d’après les éditions et les ouvrages critiques depuis le XIXe. L’édition princeps donne le titre sous la forme La Italia liberata da’ Gotthi.

32 Voir Giangiorgio TRISSINO, Poetica (I-IV),Trattati di retorica e di poetica, Bernard WEINBERG (éd.), Bari : Laterza, I, p. 21-158 ; et Poetica (V-VI),Trattati…., II, p. 5-90.

33 Nous ne pourrons qu’esquisser une argumentation : pour la rendre démonstrative il faudrait une recherche beaucoup plus poussée et des analyses qui n’entreraient pas dans le cadre d’un article. Une des difficultés consiste en ce que Trissino voulait parler de Charles-Quint, en particulier dans sa relation à l’Italie ; il entreprend de le faire à la veille du sac de Rome et il achève son poème en 1548, en y incluant un récit de la victoire de l’Empereur sur la ligue de Smalkalde qui date d’un an plus tôt. Entre-temps, la situation politique a énormément changé. Comme il arrivera plus tard à Ercilla, ce dont il parle et qu’il veut fixer dans un monument impérissable, est construit dans le sable d’une actualité de crises et de guerres.

34 Une légende s’est formée assez tôt sur la découverte qu’aurait fait Trissino du talent précoce du jeune Andrea Palladio, dont on trouve encore une version chez Rudolf WITTKOWER, Architectural Principles in the Age of Humanism (1949), Londres, Academy Editions, 1988. Cependant on peut douter de la réalité qui la sous-tend, dès lors que l’on sait qu’Andrea, à l’âge où il aurait rencontré le Trissin, sur le chantier de sa villa, atteignait déjà la trentaine et qu’aucun témoignage de première main n’assure que les choses se passèrent ainsi. Il y a en revanche des raisons solides de penser que Giangiorgio Trissino aida Palladio à obtenir la commande décisive de la façade du Palazzo della ragione, qu’il contribua à sa formation aux humanités et à la théorie de l’architecture, et qu’ils eurent une relation très amicale fondée sur un amour commun de l’antiquité et de l’architecture. Cf. Franco BARBIERI, « Giangiorgio Trissino e Andrea Palladio », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 191-211. De nombreux travaux sur Andrea Palladio font une place à Trissino, dont on possède un fragment manuscrit d’un traité d’architecture inachevé ou perdu (Principio di un trattato di archittetura scritto dal celebre Giorgio Trissino, Vicence : Biblioteca civica Bertoliana, ms. 446). Le poète restait présent bien après sa mort, par le souvenir de sa tragédie, dans le dernier grand chantier de Palladio, celui du Teatro Olimpico. Voir une récente notice sur le thème sous le titre « [1538-1550] Palladio y el humanismo. El contacto con Trissino », in : Joaquín ARNAU (éd.), Palladio (1508-2008). Una vision de la Antigüedad, Valence : Universidad, 2008, p. 11-12.

35 Comme me l’indique Roland Béhar, Francesco Oliviero, auteur d’un poème épique racontant la guerre contre la Ligue de Smalkalde (La Alamanna), qui doit beaucoup à Trissino, fait apparaître l’ange Palladio montrant à Charles-Quint le gué qui va lui permettre de traverser l’Elbe avant la bataille de Mühlberg. Cela suggère que pour les premiers lecteurs la figure de l’empereur pouvait facilement se superposer à celle des héros de l’Italia Liberata, devenir un autre Justinien ou un autre Bélisaire. Voir Antonio Francesco OLIVIERO, Carlo Quinto in Olma, Venise : Vicenzo Valgrisi, 1567, p. 31.

36 La réforme orthographique proposée dans L’Épître à Clément VII (1524) est modifiée dans les Dubbi grammaticali (1529). Cette dernière version de l’alphabet trissinien, appliquée dans toutes les œuvres ultérieures de Trissino, est décrite de façon rigoureuse et concise dans l’ouvrage de Maurizio VITALE, L’omerida italico: Gian Giorgio Trissino. Appunti sulla lingua dell’« Italia liberata da’Gotthi », Venise : Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2010, p. 4.

37 Sur l’activité d’imprimeur d’Arrighi, voir Danilo ROMEI, Catalogo abbreviato delle edizioni tipografiche di Ludovico degli Arrighi detto il Vicentino (1524-1527), Banca Dati ‘Nuovo rinascimento’, www.nuovorinascimento.org, mis en ligne le 4 novembre 2007 ; id., « Ludovico degli Arrighi tipografo dello “stile clementino” (1524-1527) », in : Harald ENDRIX et Paolo PROCACCIOLI (éds.), Officine del nuovo. Sodalizi fra letterati, artisti ed editori nella cultura italiana fra Riforma e Controriforma, Manziana : Vecchiarelli Editore, 2008, p. 131-147.

38 « Canzone a papa Clemente VII », Tutte le opere di Giovan Giorgio Trissino…, tomo primo contenente le poesie, Vérone : Vallarsi, 1529, p. 368-369.

39 Même si ce n’est que plus tard, après les victoires de Vienne (1532) et de Tunis (1536) qu’il apparaîtra comme un adversaire résolu des Ottomans, capable de contrebalancer leur puissance et de bloquer leur progrès.

40 Voir D. ALIGHIERI, G. TRISSINO, A. FIRENZUOLA, Sur la langue italienne…, p. 14.

41 Amedeo QUONDAM, « La poesia duplicata : imitazione e scrittura », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 67-109, cit. p. 69. Nous traduisons.

42 La traduction de Trissino du De vulgari eloquentia est reproduite dans Tutte le opere di Giovanni Giorgio Trissino…, tomo secondo contenente le prose, Vérone : Jacopo Vallarsi, 1729, p. 141-192. Le texte latin de Dante, avec traduction française, est joint aux œuvres originales de Trissino sur la question de la langue dans D. ALIGHIERI, G. TRISSINO, A. FIRENZUOLA, Sur la langue italienne…

43 Voir l’introduction de Mirko TAVONI au De vulgari eloquentia de DANTE, Opere, Marco SANTAGATA (éd.), I, Milan : Mondadori, 2011.

44 Voir Giancarlo MAZZACURATI, « La mediazione trissiniana », in : id., Misure del classicismo rinascimentale, Naples : Liguori, 1967, p. 263-229 ; Piero FLORIANI, « Trissino, la ‘questione della lingua’. La poetica », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 53-66.

45 Carlo DIONISOTTI, « L’Italia del Trissino », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 11-22, p. 17 : « L’Italia linguistica e letteraria del Trissino si affrontava all’antica Grecia direttamente, senza la mediazione romana. L’argomento stesso della tragedia, Sofonisba, esemplifica il distacco critico e l’avversione del Trissino nei confronti della tradizione romana. »

46 Sur l’attitude de Trissin lors de cette crise et son caractère plus ou moins représentatif de celle de la noblesse de Vicence, voir Paolo PRETO, « Orientamenti politici della nobiltà vicentina negli anni di Giangiorgio Trissino », in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 40-66 : « Il Trissino, che nell’ottobre del 1509 assiste all’ingresso di Massimilano a Vicenza, lo segue nel suo ritorno in Germania e solo nel 1516 ottiene della repubblica Veneta il perdono e la restituzione dei beni confiscati, rispecchia senza dubbio lo stato d’animo di molti aristocratici vicentini, ma alla sua coerenza filo-imperiale la maggior parte dei Nobili berici preferisce una più duttile adesione alla ‘realtà effettuale delle cose’, meno eroica e gratificante sul piano del rigore ideologico ma più fruttifera per i concreti interessi economici e familiari. » (p. 40) Nous ne sommes pas convaincus que le Trissin fût moins flexible et pragmatique que les autres nobles de son milieu.

47 Cf. Hans BARON, The Crisis of the Early Italian Renaissance, Princeton : Princeton University Press, 1966 [1ère éd. 1955]. Malgré les âpres discussions que les vues de Baron, exposées dans cet ouvrage et dans d’autres travaux, ont suscitées, la notion d’« humanisme civique » (Bürgerhumanismus) qu’il a introduite d’abord à propos de Leonardo Bruni, et étendue par la suite à une tradition républicaine florentine allant jusqu’aux temps de Machiavel et de Guichardin, reste d’une pertinence reconnue dans la recherche récente. Cf. Actualité de l’humanisme civique, Raisons politiques, n° 36, 2009/4, et en particulier les articles de Laurent Baggioni et Yves Sintomer.

48 Jean-Louis Fournel m’incite à nuancer ces vues en signalant que Machiavel « ne défend jamais l’idée d’une unification institutionnelle de la péninsule et pensait sans doute davantage à la construction d’un Etat central entre Toscane, Ombrie, Romagne et, peut-être, Lombardie, dans lequel Florence aurait joué un rôle primordial ».

49 Je résume ce qui se dégage en particulier d’une page célèbre, l’exhortation qui occupe le chapitre final (XXVI) du Prince, « Exhortatio ad capessendam Italiam in libertatem a barbaris vindicandam ». Ce chapitre et le livre qu’il clôt, s’achèvent en citant la chanson Italia mia de Pétrarque, un poète que Machiavel affectionne entre autres motifs parce qu’il voit en lui un prophète de la libération de l’Italie. Voir le commentaire des éditeurs à ce sujet dans MACHIAVEL, De principatibus. Le prince, traduction et commentaire de Jean-Louis FOURNEL et Jean-Claude ZANCARINI, texte établi par Giorgio INGLESE, Paris : P.U.F, 2000, p. 508-509.

50 Par exemple, c’est dans le livre II que Trissino place sa revue des « barons » ou chefs de l’armée impériale, en donnant pour chacun sa patrie, ses parents, ses armoiries, et parfois, comme le fait Homère, tel élément frappant de sa physionomie ou de son destin. Le tout répond au « catalogue des nefs », qui dans l’Iliade occupe précisément le livre II. De même, c’est dans le livre XXIII que le Trissin narre les jeux funèbres en honneur de Corsamonte, répondant aux jeux en honneur de Patrocle racontés dans Iliade, XXIII. Les invocations aux Muses, les mentions de la déesse Aurore et d’autres détails du même genre non seulement suivent Homère dans leur fonction et leur diction, mais sont placés de la même manière, pour mettre en relief le même type de segments narratifs ou le même type d’enchaînement entre épisodes.

51 Cela est évident à la lecture et a été de tout temps reconnu, et d’ailleurs le poète lui-même le proclame, non seulement dans la préface, mais dans au moins trois passages de son poème. C’est comme filles d’Homère qu’il invoque les Muses : « Ma voi, beate vergini, che foste/ nutrici e figlie del divino Homero/ ch’ammiro tanto e vo seguendo l’orme/ al me’, ch’io so, de i suoi vestigi eterni/ reggete il faticoso mio viaggio/ ch’io mi son posto per novella strada/ non più calcata da terrene piante.» (livre II, Tutte le opere, p. 13). Il n’en est pas moins fort instructif de suivre Maurizio VITALE, L’omerida italico: Gian Giorgio Trissino, ed. cit., dans sa description méthodique de l’imitation d’Homère dans l’Italia liberata.

52 Le poème du Trissin témoigne bien évidemment de l’influence de beaucoup de sources poétiques autres que l’Iliade, et d’abord de celle de l’Odyssée. Les plus importantes, à des titres différents, semblent être, comme on pouvait s’y attendre, l’Énéide, la Divina Commedia et le Roland furieux. Mais bien d’autres poètes sont mis à contribution. Ainsi par exemple, dans le livre III, intermède érotique et divertissant, qui rappelle ces nouvelles qu’insère Arioste dans son récit, on lit que le neveu de l’Empereur, le jeune Justin (personnage qui par sa beauté et son manque de vocation guerrière rappelle le Paris de l’Iliade), s’embarque à Brindes pour aller rejoindre à Durazzo la fiancée qu’on lui destine, refusant de tenir compte des signes menaçants d’une horrible tempête. On y reconnaît le passage de La Pharsale de Lucain où César agit de manière tout aussi téméraire dans des circonstances du même genre, mais pour faire le trajet inverse, de l’Albanie à l’Italie, et par ambition, non par amour. Trissino transpose (pratiquement, traduit) la description par le marin Amiclas des signes de la tempête (La Pharsale, V, v. 540-556). Après le naufrage, le jeune homme parvient à la côte, où sa bien-aimée découvre son corps inanimé et, le croyant mort, tente de se suicider, le tout rappelant de près l’histoire de Léandre et Héro chez Musée, un texte auquel le poète a certainement puisé. Les sources fort variées de L’Italia liberata ont été signalées à la fin du XIXe, dans les ouvrages d’Ermanno Ciampolini et de Filippo Ermanni, mais personne n’a appliqué systématiquement à l’imitation pratiquée par le Trissin les subtiles méthodes d’analyse intertextuelle mises au point depuis quelques décennies.

53 Voir Milman PARRY, The Making of Homeric Verse, Adam PERRY (éd.), Oxford : The Clarendon Press, 1971. Les essais de Parry publiés dans cet ouvrage montrent l’évolution de ses idées vers quelque chose de plus nuancé. C’est de fait une version de ses thèses plus prudente et plus complexe que celle qui reste associée à son nom qui est actuellement prise en compte dans la critique homérique. Voir Matthew CLARK, « Formulas, metre and type-scenes », Homer, Cambridge : Cambridge University Press, 2004, p. 117-138.

54 Sur ces phénomènes de répétition d’éléments textuels identiques ou très similaires, par exemple, dans les comparaisons, voir M. VITALE, L’omerida italico…, p. 19-57.

55 D’après le concept forgé par Thomas GREENE, The Light in Troy: Imitation and Discovery in Renaissance Poetry, Londres-New Haven : Yale University Press, 1982.

56 Claudio GIGANTE, « Azioni formidabili e misericordiose. L’esperimento epico del Trissino », Filologia e critica, XXIII, I, p. 44-71 [ensuite sous le titre « Un interpretazione dell’Italia liberata dai Goti », Esperienze di filologia cinquecentesca. Salviati, Mazzoni, Trissino, Costo, Il Bargeo, Tasso, Rome : Salerno, 2003, p. 46-79]. Il en veut particulièrement à ce titre à Renato BARILLI, « Modernità del Trissino », Studi Italiani, IX, 2, p. 27-59. Il reprend la même querelle en des termes semblables dans « Epica e romanzo in Trissino », art. cit.

57 « Avvertenza » à B. MORSOLIN, Monografia…, p. VII.

58 Ainsi aurait t-il annoté un exemplaire de la Sophonisbe. Cf. Franco PAGLIERANI, La « Sofonisba » di Giangiorgio Trissino con note di Torquato Tasso, Bologne : Romagnoli, 1884 (toutefois l’authenticité de ces annotations a été mise en doute). Un volume de la Poétique de Trissin (les livres I à IV, publiés en 1529), avec de nombreuses apostilles du Tasse, a été retrouvé à la bibliothèque de Harvard (1948). Cf. Edward WILLIAMSON, « Tasso’s Annotations to Trissino’s Poetics », Modern Language Notes, 63/3, 1948, p. 153-158. Sur les références de Tasse à Trissino dans ses discours et ses lettres, voir Sergio ZATTI, « Tasso lettore del Trissino », art. cit..

59 En effet, Trissino, comme il le dit lui-même, a lu Démétrius et pense qu’il lui faut opter dans son épopée pour une couleur stylistique, celle de la grandeur, qui est à l’opposé de celle du brillant-gracieux (γλαφυρός), cette dernière ne convenant pas au poème héroïque. Il cherche à être homérique, puissant, abondant et ample (copioso e largo), en entrant dans les détails et en les représentant de manière efficace (rappresentazione efficace); pour cela, il n’hésite pas à sacrifier « la sonorité et la hauteur des vers », et il ne craint pas de s’abaisser à rapporter les « particularités » des actions che nel vero fanno bassezza (« qui dans le modèle vrai [qu’imite le poète] relèvent de la bassesse »). Il s’en explique dans sa dédicace: « per questo ho voluto abbracciare la dotta, e meravigliosa largheza di Homero, da alcuni della nostra età schiffata, e biasmata, piuttosto che la sonorità, et alteza de i versi, da molti, non molto eruditi, sopra modo amata, disiata e laudata. » Tout au contraire, Torquato Tasso cherche justement partout cette « sonorité et hauteur des vers ». Ce qu’il appelle « style héroïque » se caractérise par une élocution variée mais toujours belle et brillante, et par l’abondance et la hardiesse des figures (sans pour autant tomber dans un raffinement extravagant, nuisible à la clarté de la narration et à la vigueur du pathos). Il s’agit d’éviter tout ce qui peut ennuyer le lecteur et lui sembler plat et trivial, car c’est par là que le style héroïque atteint son idéal esthétique de hauteur et de magnificence. Voir à cet égard les Discorsi del poema eroico, IV-V (Rome, 1594). L’idéal du Tasse est donc à l’opposé de cette abondance et de cette ampleur austères que le Trissin recherchait et qu’il croyait recherchées par les vrais érudits. En quoi il se trompait lourdement, à moins que les érudits auxquels il songeait aient été de son temps déjà une espèce en voie de disparition.

60 L’Italia liberata, X, Tutte le opere, p. 200.

61 C’est ce qui se dégage des analyses d’Amedeo Quondam et de Claudio Gigante, dans les travaux cités, mais déjà les travaux critiques de la fin du XIXe siècle en font état (voir Ermanno CIAMPOLINI, Un poema eroico nella prima metà del Cinquecento: studio di storia letteraria, Lucques : Liceo Machiavelli, 1881 ; Filippo ERMINI, L’«Italia liberata» di Giangiorgio Trissino. Contributo allo studio dell’epopea italiana, Rome : Tipografia editrice Romana, 1895). Dès le XVIe siècle, on trouve trace de ce genre de critiques. Cf. Giovanni GIRALDI CINZIO, Scritti critici, Camillo GUERRIERI CROCETTI (éd.), Milan : Marzorati, 1973, p. 84. Giraldi conteste qu’il soit permis aux poètes de faire intervenir les personnes divines projetant la ruine des Chrétiens, « …come ha fatto alcuno dei nostri tempi che ha introdotta la Madre Vergine che ginocchioni inanzi al suo figliuolo il prega che voglia consentire che siano molte migliaia di gente pur cristiana condotta a morte. » L’allusion critique à Trissino est moins flagrante mais elle reste très probable dans une lettre de Torquato TASSO, Lettere poetiche, Carla MOLINARI (éd.), Parme : Ugo Guanda, 1995, p. 99 : « …io non posso ricorrere a Dio in queste cose nè far che il suo favor dia la vittoria ai saracini, il che sarebbe se non empietà al meno stranissima e insopportabile poesia. » Je remercie Matteo Residori de ces références.

62 Italia liberata, X, Tutte le opere, p. 98. Il n’y a rien de semblable à ce discours dans la source de Trissino, l’Histoire de la guerre contre les Goths de Procope de Césarée, que le poète suit dans les grandes lignes, et auquel il emprunte très exactement certains détails, tout en changeant à sa guise bien des faits, même relativement importants, comme l’a fait remarquer Claudio Gigante dans les deux articles cités.

63 Italia liberata, X, Tutte le opere, p. 97.

64 Cicéron condamne César pour avoir fait sienne une maxime d’Euripide à laquelle celle de l’ange semble faire écho : « Nam si violandum est ius, regnandi gratia/ Violandum est : aliis rebus pietatem colas » (De officiis, III, 21). Cependant, le commentaire de Cicéron interprète la maxime comme destinée à justifier les entorses au droit par la passion de régner. Il s’agit chez Trissino d’un thème plus républicain, le salut de la patrie, auquel l’orateur romain aurait peut-être admis que l’on puisse sacrifier la foi donnée.

65 Cf. Diego QUAGLIONI, « Empire et monarchie : aspects du débat juridique », in : Françoise CREMOUX et Jean-Louis FOURNEL (éds.), Idées d’empire en Italie et en Espagne. XVIe-XVIIe siècles, Rouen : Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2010, p. 37-46. L’article contient une synthèse sur ces questions, qui met en valeur le caractère nullement nostalgique et passéiste de cette pensée juridique.

66 Italia liberata, II, Tutte le opere, p. 21.

67 S. JOSSA, La fondazione di un genere…, p. 239 : « …ciò che Trissino con l’Italia vuole fornire, infatti, ai lettori del suo tempo, non è tanto un racconto storico o epico, ma bensì un paradigma poetico. Ciò che conta, per Trissino, non è tanto il contenuto o il messaggio del poema, quanto la forma del poema: una forma autoreferenziale, che si specchia in se stessa, perché il poema, più che un’allegoria della storia, è un’allegoria del Poema. Rimandando a se stesso, il poema non potrà che autofondarsi, stabilire il proprio canone, ergersi a paradigma; un vuoto, alla fin fine, si rivela nella imponente impalcatura di Trissino: l’oggetto del poema – la storia, la guerra, Carlo V – è stato eliso. Il poema si erge solo come monumento a se stesso: l’Idea del Poema. »

68 Le mot pacata, qui peut déconcerter, se trouve bien dans la princeps de 1547 et dans l’édition de Maffei que je cite.

69 Voir Hubert JEDIN, Histoire du concile de Trente. Tome I. La lutte pour le Concile. De la dissolution du concile de Bâle à l’ouverture du concile de Trente, Paris : Desclée, 1965.

70 Voir Richard HEINZE, Virgils epische Technik, Leipzig et Berlin : Teubner, 1915, le 4ème chapitre sur la composition. Sur les prophéties récurrentes et leur signification, cf. David QUINT, Epic and Empire, Princeton : Princeton University Press, 1993, p. 50-96.

71 Trissino a choisi de raconter une matière historique antérieure de mille ans à l’époque où il rédige son poème et dans tout ce passage il met en relief ce laps d’un millénaire qui sépare les faits qu’il raconte de son temps, et Justinien de Charles-Quint. La valeur eschatologique du millénaire n’est sans doute pas étrangère à ce choix, venant en appui de déterminations plus manifestes et plus importantes.

72 Il l’assume notamment dans une lettre comminatoire à son fils Giulio Trissino, où la fureur le rend peut-être plus clairvoyant ou plus sincère que d’habitude. S’il s’indigne que celui-ci soit luthérien (il semble avoir été plutôt calviniste, mais la distinction était sans doute indifférente au Trissin), c’est non seulement à cause des obligations qu’il a, lui, Giangiorgio, personnellement envers les papes, mais aussi parce que son fils et lui tiennent leur fortune ancestrale de fiefs donnés par l’Église de Vicence et que ces vilains seraient capables de les leur confisquer et de les verser dans les biens communaux : « Le cause poi, per le quali reputo, che a voi e a noi sia più pericoloso, che a niun altro di Vicenza, e più si disdica il dar favore alle cose luterane, sono molte: ma per mia satisfatione ve ne voglio commemorare alcune. Primo: i nostri antichi hanno habuto della Chiesa di Vicenza in feudo tutte le Decime, possessioni et fitti de la Val di Trissino: onde oltre l’obligo, che dovemo havere noi successori a la detta Chiesa, è ancora pericoloso, che se le cose luterane si facessero grandi, i Villani ce le torriano tutte e le metteriano in commun, come fariano con tutti li altri beni di Chiesa: e voi ancore particolarmente perdereste il Bevadoro e la residenza del Archipresbiterato e ogni altra cosa di Chiesa, che havete.»

73 Italia liberata, IX, Tutte le opere, p. 95.

74 Je traduis sans certitude, supposant que par fiume della tana il faut comprendre le Tanaïs (le Don) un fleuve souvent nommé en poésie, symbole de la frontière septentrionale entre Europe et l’Asie qui contrasterait avec le Nil, frontière méridionale entre l’Afrique et l’Asie. Cependant, je ne comprends pas comment le Tanaïs devient « fiume della tana ». C’est bien la forme qu’on lit dans la princeps et dans l’édition Maffei que je cite.

75 Ce qui indique avec une presque totale certitude que la composition de ce livre IX est antérieure à la mort de Gritti en 1538.

76 Ce sont les thèmes qui apparaissent de manière beaucoup plus développée dans le discours composé par Trissino pour saluer l’élévation de Gritti comme Doge, au nom de la cité de Vicence (1523), Oratione al serenissimo Principe di Venetia, Rome : Lodovico de gli Arrighi, 1524, reproduit dans une anthologie plusieurs fois réimprimée, Delle orationi volgarmente scritte da diversi uomini illustri dei tempi nostri, Venise : Jacopo Sansovino, 1561 ; on peut le lire sous le titre « Oratione al doge Gritti », dans Tutte le opere. Secondo tomo. Prose, p. 289-297.

77 Le caractère très partiel de cette analyse nous force à omettre la seconde apparition de Charles-Quint dans le poème, insérée dans le livre XXIV. Ce livre contient un second épisode prophétique, où l’on voit Narsès (lieutenant de Bélisaire destiné à conduire une future étape de la guerre contre les Goths en Italie) visiter l’antre de la Sybille, au terme d’un parcours initiatique. La Sybille le guide à travers d’une série de salles ornées de peintures, prétexte à un catalogue de faits et d’hommes illustres de l’avenir. Très probablement ce dispositif n’avait d’autre but, dans son dessein premier, que de dresser une image complète des gloires de l’Italie moderne, en passant en revue sa noblesse guerrière, politique (sala delle guerre), et surtout la foule des grands lettrés, savants et artistes (sala delle Muse, plus belle que l’autre). Cependant, dans cet épisode destiné à glorifier l’Italie, Charles-Quint est représenté encore, à titre de vainqueur de Mühlberg et, par conséquent, dans un passage qui dut être écrit dans les toutes dernières phases de composition du poème, juste avant l’impression du poème à Venise en 1548. Un soin tout particulier est apporté à l’écriture du récit de la bataille finale contre les princes protestants (voir L’Italia liberata, XXIV, Tutte le opere, p. 258).

78 L’Italia liberata, XXV, Tutte le opere, p. 272.

79 Pour la vision italienne de Charles VIII, voir Anne DENIS, Charles VIII et les Italiens. Histoire et mythe, Genève : Droz, 1979.

80 Voir l’article rédigé et documenté avec une impeccable précision de Claire SOTINEL sur Silvère dans Enciclopedia dei Papi, 2000, http://www.treccani.it/enciclopedia/silverio_(Enciclopedia_dei_Papi)/ qui montre très bien les contradictions des sources et l’obscurité de toute l’affaire. Les inconsistances de la tradition permettent sans doute à Trissino de trancher comme cela l’arrange. Il nous paraît significatif qu’il ne tienne aucun compte de la croyance pieuse qui faisait de Silvère un martyr qui paye de sa vie sa résistance à l’hérésie des puissants, et que, dans le discrédit qu’il jette sur ce Pape, il aille bien plus loin que sa source principale, Procope de Césarée.

81 « La sede, in cui sedette il maggior Piero,/ usurpata sarà da tai pastori,/ che fian vergogna eterna al Cristianesmo,/ ch’avarizia, lussuria e tirannia/ faran nei petti lor l’ultima pruova;/ et aran tutti e lor pensieri intenti/ad aggrandire i suoi bastardi, e darli,/ Ducadi, e Signorrie, Terre, e Paesi,/ e concedere ancor senza vergogna,/ prelatura e capelli ai lor cinedi,/ e ai propinqui de le lor bagascie,/ e vender Vescovadi e Benefici,/ Offici, e Privilegi, e Dignitadi,/ e sollevar gl’infami, e per denari,/ rompere, e dispensar tutte le leggi/ divine, e buone, e non servar mai fede;/ e tra veneni, e tradimenti, et altre/ male arti lor menar tutta la vita;/ e seminar tra i Principe Cristiani/ tanti scandoli, e risse, e tante guerre,/ che saràn grandi i Saraceni, e i Turchi,/ e tutti gli avversari de la fede./ Ma la lor vita scelerata, e lorda,/ fia conosciuta al fin dal mondo errante,/ Onde correggerà tutto’l governo/ de i mal guidati popoli di Cristo. » (Italia liberata, XVI, Tutte le opere, p. 168-169)

82 Morsolin s’était déjà rendu compte de l’existence de ces exemplaires où manquent la saillie contre l’avarice des prêtres qui « vendraient le monde pour de l’argent » et l’invective contre les Papes de l’avenir, comme il en témoigne dans la seconde édition de son ouvrage, p. 480. Maurizio VITALE, L’omerida italico, le redécouvre sur les deux exemplaires qui ont servi de base à son étude et s’en explique très précisément p. 5. Ni l’un ni l’autre ne s’aventurent à expliquer le fait.

83 Italia Liberata, XVI, Tutte le opere, p. 266.

84 Voir trois analyses sur ce point concordantes (dont chacune ignore la précédente) : Manuel RIVERO, Gattinara. Carlos V y el sueño del Imperio, Madrid : Sílex, 2005 ; Giuseppe GALASSO, « Lettura dantesca e lettura umanistica nell’idea di impero del Gattinara », Carlo V e Spagna imperiale. Studi e ricerche, Rome : Edizioni di storia e di letteratura, 2006, p. 49-75 ; Juan Carlos D’AMICO, « Mercurino Arborio de Gattinara et le mythe d’un empire universel au service de Charles Quint », in : F. CREMOUX et J.-L. FOURNEL (éds.), Idées d’empire…, p. 71-102.

85 Italia liberata IV, Tutte le opere, p. 33-34. Ces vers sont répétés deux fois, d’abord par Bélisaire lorsqu’il envoie Trajan parlementer avec les citoyens de Brindes, puis par Trajan (figure qui veut s’inspirer d’Ulysse). C’est l’une des premières répétitions homériques flagrantes et il ne semble pas un hasard que ce soient justement ces propos qui soient ainsi mis en relief.

86 C. DIONISOTTI, art. cit. in : N. POZZA (éd.), Convegno di studi…, p. 15. Nous traduisons.

87 Encomion ad Maximilianum Caesarem, Tutte le opere, p. 389-392.

88 Maximus Atrides, et robore clarus Achilles / Intrepidus Thelamone satus, facundus Ulysses / Heroesque alii Trojae sub moenibus ipsi / fecerunt multa; et non hos tam vivida virtus / Extollit, quantum divini carmen Homeri, v. 98-102.

89 Nous suivons sur tous ces points Monografia, dans sa seconde édition de 1894, car les recherches sur la biographie du Trissin paraissent avoir été laissées presque en l’état depuis Morsolin.

90 Cette devise apparaît dès les premières impressions des œuvres du Trissin en 1524. Elle paraît avoir au moins trois motivations, ce qui la rend spécialement spirituelle: la branche de la famille Trissino à laquelle appartenait le poète était celle dite du Vello d’Oro, de la Toison d’Or ; la Toison d’or, ordre honorifique des Ducs de Bourgogne, reçoit de Charles-Quint, l’empereur auquel Trissino rend hommage, une importance auparavant inédite ; la marque de l’imprimeur Arrighi représente un arbre gardé par un dragon, qui ressemble exactement à la figure dans la devise du poète, à ceci près qu’on ne voit pas une toison d’or pendue aux branches.

91 Voir Julia BENAVENT et Maria José BERTOMEU, « Il carteggio tra Giangiorgio Trissino e Antonio Perrenot di Granvela », Studi e problemi di critica testuale, 81, 2010, p. 149-166. Les originaux retrouvés des lettres se trouvent à Madrid et à Paris.

92 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 311.

93 Ce document passionnant fait partie de ceux que publie en appendice de son ouvrage B. MORSOLIN, Monografia…, p. 443-445. On verra p. 444, la liste des livres, et parmi eux : Thucidides manu scriptus, Calepinus, Zenophon manuscriptus, Plato graeco manu scriptus.

94 Les détails de la mort sont rapportés dans une lettre assez émouvante de Marcus de Thiene, cf. B. MORSOLIN, Monografia…, p. 445-448.

95 Cette incursion nocturne est rapportée dans B. MORSOLIN, Monografia…, p 264-265. La version des démêlés du père et du fils qui est donnée dans le chapitre XX de cet ouvrage, malgré une apparente objectivité, indique clairement que les sympathies de l’auteur s’inclinent en faveur de Giangiorgio, ce que l’on peut expliquer par la partialité d’un biographe qui se prend à aimer son personnage, et aussi par l’aversion partisane du prêtre catholique qu’était Morsolin pour Giulio Trissino, à ses yeux forcément un rebelle à Dieu, à son père et à l’Église. Il n’en reste pas moins que les documents transcrits dans l’ouvrage, entièrement ou par extraits, qui décrivent sur un ton neutre le recours répété à la violence de la part du fils voulant s’emparer des biens détenus par son père, n’incitent pas à se ranger de son côté. Et cependant sur ce litige du père et du fils, on lit çà et là des prises de parti, comme s’il était évident que le père était dans son tort, à preuve, la condamnation de la justice. L’affaire est trop complexe pour qu’il soit légitime de trancher dans l’état actuel des recherches. Et son intérêt historique et psychologique se place ailleurs que dans le dessein de porter un jugement.

96 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 330-331.

97 Cf. Achille OLIVIERI, « Microcosmi familiali… », art. cit.

98 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 533.

99  Cette antithèse qui rappelle la poésie pétrarquisante, quelque peu énigmatique dans ce contexte, pourrait faire allusion à la jeunesse passée dans cette maison, où furent expérimentés les émois amoureux, ardeurs et craintes, propres à cet âge.

100 B. MORSOLIN, Monografia…, p. 544.

101 Je remercie vivement mes collègues et amis Roland Béhar et Maria Zerari pour leur relecture de ce travail, ainsi que Jean-Louis Fournel et Matteo Residori, tous deux éminents spécialistes de certaines des questions que j’aborde, et qui ont généreusement accepté de me guider de leurs conseils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mercedes Blanco, « Giangiorgio Trissino, poète de l’empereur », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21182 ; DOI : 10.4000/e-spania.21182

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page