Navigation – Plan du site
Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du ‎XVIe siècle (1516-1556)

Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du XVIe siècle (1516-1556)

Roland Béhar et Mercedes Blanco

Texte intégral

  • 1 Voir Michèle ESCAMILLA, « Le règne de Charles Quint : un bilan impossible? », in : Annie MOLINIÉ-BE (...)
  • 2 Voir Karl BRANDI, Kaiser Karl V. Werden und Schicksal einer Persönlichkeit und eines Weltreiches, M (...)
  • 3 Voir, parmi d’autres, Pierre CHAUNU et Michèle ESCAMILLA, Charles Quint, Paris : Fayard, 2000 ; Jea (...)

1Figure complexe, que celle de Charles-Quint, à l’évocation de laquelle les biographes s’essaient régulièrement, avec des présupposés historiographiques divers. Comme l’écrivait naguère Michèle Escamilla, elle semble interdire jusqu’à la possibilité même d’un « bilan »1. La multiplication des tentatives est révélatrice de cette impossibilité, manifestant la diversité des points de vue. Depuis Karl Brandi, Peter Rassow ou Ramón Menéndez Pidal2, les perspectives se sont diversifiées. Dans l’arc temporel allant de 1958, 400e anniversaire du décès de l’empereur, à 2000, 500e anniversaire de sa naissance, l’histoire du règne de Charles-Quint a fait d’importants progrès. Les portraits de l’empereur – ses semblanzas, pour employer le beau mot espagnol, qui dit la ressemblance sans prétendre à l’identité – se sont multipliés : ainsi en France celui de Pierre Chaunu et de Michèle Escamilla et celui de Jean-Michel Sallmann ou, en Allemagne, le récent monument d’Alfred Kohler3.

  • 4 Voir notamment José MARTÍNEZ MILLÁN (coord.), Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europ (...)
  • 5 De cet état des lieux, on peut trouver un reflet dans la page consacrée à Charles-Quint par l’Insti (...)
  • 6 Voir Alfred KOHLER (coord.), Carlos V / Karl V., Madrid-Vienne : Sociedad Estatal para la conmemora (...)
  • 7 Wim BLOCKMANS et Nicolette MOUT (éds.), The World 
of Emperor Charles V, Amsterdam : Koninklijke Ne (...)
  • 8  Voir ainsi Annie MOLINIE-BERTRAND et Jean-Paul DUVIOLS (éds.), Charles Quint et la monarchie unive (...)
  • 9 José MARTÍNEZ MILLÁN (éd.), La corte de Carlos Quinto, Madrid : Sociedad Estatal para la conmemorac (...)
  • 10 Fernando CHECA CREMADES (éd.), Los inventarios de Carlos V y la familia imperial / The inventories (...)
  • 11 Voir José Luis GONZALO SANCHEZ-MOLERO, Regia bibliotheca. El libro en la corte española de Carlos V(...)

2À l’occasion du cinquième centenaire de la naissance de Charles-Quint, les réunions scientifiques ont proliféré en Espagne, avec la création de la Sociedad Estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V4. Ce centenaire, qui a permis un excellent état de la question5, a aussi porté ses fruits en Allemagne6, aux Pays-Bas7 et en France8. De grands chantiers ont depuis amélioré la connaissance de la vie matérielle de la cour impériale, notamment par l’édition des archives décrivant les Maisons de l’empereur9, ainsi que par la publication des inventaires des biens de Charles-Quint et de ses plus proches parents10. La connaissance du monde des livres entourant l’empereur en a été renouvelée11.

  • 12 Voir notamment à partir de la thèse de Fernando Checa Cremades, éditée deux fois, avec un léger cha (...)
  • 13 Surtout depuis l’ouvrage pionnier de Jean JACQUOT (éd.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Qu (...)

3L’histoire de l’art a également nourri la compréhension de la figure de l’empereur, analysée sous de multiples aspects, comme introducteur du classicisme de la Renaissance, comme mécène d’un Titien ou encore comme commanditaire d’œuvres à sa gloire12. C’est autant l’enrichissement des beaux-arts par la cour impériale qui a ainsi été éclairé que la création d’une image impériale, avec ses icônes – Portrait équestre de Mühlberg par le Titien, Le Triomphe sur le Furor  de Leone Leoni ou les vastes cycles de tapisseries qui perpétuent la mémoire des succès militaires de Charles-Quint, tels ceux de la conquête de Tunis réalisés par Willem de Pannemaker, d’après les dessins de Jan Cornelisz Vermeyen. Cet essor des études de la représentation de l’empereur engagea non seulement l’histoire de l’art, mais aussi l’étude de la fête et d’autres manifestations de la culture de cour13.

  • 14 Voir à ce propos notamment Franz RÖMER, « Zur Panegyrik in der Epoche Karls V. », in : Alfred KOHLE (...)

4Face à cette floraison de travaux, la relative négligence des liens entre la cour et le monde de la littérature paraît surprenante. On ne trouve pas d’études d’ensemble portant sur le rôle de l’empereur et de son image dans les mutations des littératures des diverses langues – que l’on peut alors commencer à nommer « nationales » –. Seul un groupe de chercheurs sous l’égide de Franz Römer a jusqu’à présent exploré la forme et les développements de la littérature néo-latine dédiée à Charles-Quint14.

5C’est à une approche comparatiste de cet aspect peu connu de la littérature de la Renaissance qu’aspire le présent dossier d’e-Spania consacré aux « poètes de l’empereur », qui reprend des communications au colloque du même nom qui s’est tenu du 8 au 10 décembre 2011, à Paris, grâce à la collaboration entre l’EA 4083 de CLEA (Université Paris-Sorbonne) et l’École des hautes études hispaniques et ibériques (EHEHI) - Casa de Velázquez.

6Qu’est-ce que la poésie peut dire du prince ? Une réponse minimale se trouverait dans ces vers de Gabriel de Sarabia, conservés dans un pliego suelto imprimé à Salamanque en 1533 :

  • 15 Gabriel de SARABIA, Coplas en loor de Carlos V: [Pliego de Cordel] Impreso en Salamanca en la Calle (...)

Al muy alto y muy poderoso
César don Carlos que aquí voy nombrando
a quien Dios dé vida que vaya reinando
y siempre lo haga ser victorioso
[…]
[ni] Tulio ni Homero ni el Dante
o Petrarca y también Apiano,
[…]
ninguno a loaros no fuera bastante
ni menos bastar podía el restante
de todos los sabios más escogidos
y en pensar en esto mis cinco sentidos
se hallan revueltos por ir adelante
15.

7L’indigence presque attendrissante de cet exercice de célébration poétique fait toucher du doigt l’un des premiers problèmes rencontrés par plusieurs des contributions ici réunies : comment la poésie peut-elle exister malgré l’imposition du devoir de célébration, qui menace d’en faire un simple artifice rhétorique ? C’est ce rapport entre poésie et célébration qui risque de dépouiller la poésie de ses ressources que Roland Béhar tente d’éclairer en termes théoriques dans une étude où il en suit l’évolution depuis Maximilien jusqu’aux célébrations des victoires de Charles-Quint.

8Toutes les formes littéraires en vogue au XVIsiècle ménagent une place au prince, soit qu’elles le représentent directement, soit qu’elles se produisent dans sa sphère d’influence, dans le cas de Charles-Quint étendue à une bonne partie de l’Europe. Cette influence entraîne des échanges plus rapides des formes qui contribuent à leur évolution. Elle concerne aussi les idées et entraîne des mutations de la pensée politique, que met en lumière l’article d’Alexandra Merle.

9Quelle est la part de l’euphorie impériale dans le renouvellement d’une poésie qui se produit à la cour et pour elle, dans un échange de dons et de prestige ? Ce phénomène est-il exclusif de l’Espagne ? En effet, si l’empereur lui-même ne semble avoir qu’un intérêt modéré pour les arts et les lettres, il n’en va pas de même pour son entourage : un Mercurino Gatinara, un Francisco de los Cobos, ou encore, plus tard, un Gonzalo Pérez sont de véritables lettrés et des protecteurs des artistes et des poètes. Si la littérature leur est dédiée, c’est qu’ils l’encouragent dans le système de la cour, en tant que détenteurs d’une autorité qui leur vient de l’empereur lui-même. Le cas le plus évident de cette dépendance de l’homme de lettres par rapport à son mécène est celui d’Alfonso de Valdés, mis en lumière par Manuel Rivero : ses écrits sont indissociables de sa condition de secrétaire de Gattinara. Valdés, pourrait-on dire, réussit là où échoue un Antonio de Guevara, comme le montre Emilio Blanco, car il ne suffit pas d’être de la cour, il faut être dans le secret des grands.

10La cour, au demeurant, n’est pas une. En l’occurrence, il faut parler d’un réseau de cours liées à celle de l’empereur, comme celle de l’impératrice – avec son influence portugaise –, celle de Marguerite d’Autriche à Malines, celle des ducs de Calabre à Valence, celle de don Pedro de Toledo à Naples, ou encore celle de Ferdinand de Habsbourg à Vienne. Changeante tel un caméléon, la cour de l’empereur se nourrit des influences locales, en dialogue avec les traditions littéraires flamandes, germaniques, castillanes, aragonaises et italiennes. Les « poètes de l’empereur », qui font de lui un nouvel Auguste, par leur lien avec la ou les cours liées à sa personne, circulent de l’une à l’autre. Le dossier que nous présentons en contient des exemples aussi significatifs que la trajectoire de Gutierre de Cetina, qu’analyse Jesús Ponce Cárdenas ; ou encore celle de Luigi Tansillo, que fait apparaître Tobia R. Toscano dans ses liens avec la haute aristocratie napolitaine. Dans le monde courtisan où elle surgit et circule, leur poésie, même si elle ne prend pas l’empereur pour objet explicite, se nourrit de sa présence. C’est ainsi que les formes héritées de la tradition aussi bien que les formes nouvelles font une place à l’empereur. Leur développement accompagne les déplacements du prince, par les liens qui se tissent au travers de l’Europe autour de cette cour éclatée, multiple ou itinérante.

  • 16  Frances A. YATES, Astrée, le symbolisme impérial au XVIe siècle, trad. Jean-Yves POUILLOUX et Alai (...)

11Parmi les formes traditionnelles employées à la célébration de l’empereur, mentionnons la poésie d’arte mayor, dont Xavier Tubau analyse la fortune déclinante avec Alfonso Álvarez Guerrero. Le roman de chevalerie, inspiré des gestes héroïques du Moyen Âge tardif, connaît un essor remarquable, avec des concessions de plus en plus nettes, en partie explicables par le rôle de la cour impériale, aux nouvelles tendances italianisantes, comme l’illustre Alberto del Río Nogueras. En Italie, les formes déjà établies de la Renaissance font une place à la nouvelle donne politique que suppose la suprématie impériale. L’étude de Giuseppe Sangirardi suggère que l’Arioste, en accordant un éloge à Charles-Quint dans son Roland furieux, ne fait qu’une concession au nouveau pouvoir, car l’éloquence de cet éloge, mise en lumière par Frances A. Yates16, ne doit pas faire oublier les réserves persistantes du poète. L’Arétin, en revanche, cherche à tirer tout le profit possible de cette nouvelle donne politique. « Condottiere de la plume », il sert la cause impériale moyennant contreparties : le pragmatisme l’emporte et, si les éloges peuvent sembler d’une sincérité suspecte, le besoin de célébration poétique de la part de la cour impériale n’en devient que plus manifeste, comme le montre Juan Carlos d’Amico.

12Quels modèles rhétoriques utilise-t-on dans les œuvres qui parlent de l’empereur, sur quels lieux communs se bâtit son panégyrique ? Quelle fonction revêt le poète à la cour ? Peut-on trouver les traces d’un dialogue entre les divers centres de production littéraire que l’empereur finit par mettre en relation – centres qui se différencient géographiquement (selon les différentes aires vernaculaires, regroupées par la langue commune qu’est le latin) mais aussi sociologiquement (milieux aristocratiques, milieux urbains) ? Si tel est le cas, quelles circulations des modèles littéraires peut-on définir ? Parfois, la comparaison avec les circulations de l’image – comme le montre l’analyse par Giovanni Sassu du second séjour de Charles-Quint à Bologne, en 1532 – aide à répondre à cette question.

13Ces thèmes traversent, comme autant de lignes de force, les articles du présent dossier, qui fournit une première vue d’ensemble de l’activité des « poètes de l’empereur ». Les contributions d’Estelle Doudet, de Samuel Mareel et de Jan-Dirk Müller mettent en évidence que l’ombre du pouvoir impérial sur ces poètes a incité l’histoire littéraire traditionnelle à les omettre ou à minorer leur importance, dès lors que cette histoire a longtemps pensé la littérature comme lieu de formation de la conscience nationale. Les indiciaires héritiers de la tradition bourguignonne écrivent en français, mais disparaissent de l’histoire de la littérature de langue française. Les chambres flamandes de rhétorique passent de la célébration de la figure impériale comme nouveau David à une méfiance, puis à une condamnation, dans le sillage de la Réforme. De même, enfin, les chansonniers populaires allemands évoluent entre l’euphorie initiale et la condamnation, après Mühlberg, d’un esclave des Latins : la Réforme, moment de rupture religieuse mais aussi nationale, exclut Charles-Quint de la tradition allemande – du moins de la réformée, qui gouvernera l’historiographie en langue allemande de ce règne jusqu’au XXe siècle.

14À la suite de cette incidence du nationalisme dans l’histoire de la littérature, les seules célébrations de l’empereur connaissant une certaine longévité se trouvent en Italie et en Espagne. Ainsi, la valeur d’expérimentation littéraire de l’Italie libérée des Goths du Trissin et son lien étroit à la figure de Charles-Quint sont mis en lumière par Mercedes Blanco, qui montre la cohérence des positions esthétiques et politiques du Trissin et insiste sur la valeur de modèle que son poème a pu avoir pour Torquato Tasso. En Espagne, les premiers poèmes épiques nés à Valence célèbrent la figure de l’empereur et ouvrent la voie à des œuvres qui demeureront célèbres, comme l’Araucana : l’étude d’Aude Plagnard montre l’entrelacement dans ces œuvres des motifs européens de l’éloge impérial, de l’influence de l’Arioste et de préoccupations proprement valenciennes telles que le sentiment orgueilleux d’une identité et les rivalités de lignées aristocratiques.

15Ces études de cas composent un tableau varié mais des plus riches. C’est finalement avant tout l’image de l’empereur dans les textes qui a été mise en lumière, au travers des genres littéraires dont le renouveau est associé à la Renaissance : roman chevaleresque, chronique rimée, formes poétiques du pétrarquisme de cour (sonnet, chanson), poésie élégiaque, genres de la poésie néo-latine tels que l’ode ou le panégyrique, romanzo ou encore poème épique.

16La poésie écrite sous Charles-Quint signifie, pour la Renaissance italienne, un moment d’inflexion, que symbolise le Sac de Rome. Ce moment est aussi celui de l’exportation du modèle italien par-delà les frontières de la Péninsule, notamment en Espagne et en France, où l’on assiste en cette période à une véritable métamorphose culturelle. L’Espagne est sans doute le pays pour lequel le rôle de la cour impériale dans le développement des formes propres à la Renaissance apparaît le plus nettement : si le pétrarquisme et le classicisme étaient depuis longtemps associés au règne de Charles-Quint, le présent dossier montre ce qu’ils durent à la circulation européenne de la cour de l’empereur.

17Ce n’est que de manière occasionnelle que les aspects sociologiques de la question – la place du poète à la cour et dans l’« espace public » en formation – ont été évoqués par les contributions du dossier, dont les auteurs, pour la plupart, ne sont pas historiens. La tâche de les considérer plus systématiquement reste donc en suspens. À l’horizon de futurs travaux, on aimerait considérer en profondeur les implications idéologiques de l’évocation de l’Empire. L’analyse des termes exacts de sa célébration permettrait – tâche de longue haleine – de définir les continuités et les ruptures par rapport à la littérature impériale latine, matrice de celle de la Renaissance.

Haut de page

Notes

1 Voir Michèle ESCAMILLA, « Le règne de Charles Quint : un bilan impossible? », in : Annie MOLINIÉ-BERTRAND et Jean-Paul DUVIOLS (éds.), Charles Quint et la monarchie universelle, Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 5-22.

2 Voir Karl BRANDI, Kaiser Karl V. Werden und Schicksal einer Persönlichkeit und eines Weltreiches, Munich : F. Bruckmann, 1937 (trad. fr. Paris : Payot, 1951) ; Peter RASSOW, Die politische Welt Karls V., Munich : Callwey, 1942 ; Ramón MENENDEZ PIDAL, La idea imperial de Carlos V, Madrid : Espasa Calpe, 1941 (rééd. d’une première édition à La Havane, 1937).

3 Voir, parmi d’autres, Pierre CHAUNU et Michèle ESCAMILLA, Charles Quint, Paris : Fayard, 2000 ; Jean-Michel SALLMANN, Charles Quint. L’Empire éphémère, Paris : Payot, 2000 ; Alfred KOHLER, Karl V. 1500-1558, Munich : C. H. Beck, 1999 (avec trad. esp. Carlos V. Una biografía, Madrid : Pons, 2000). Voir aussi la réunion de travaux de Giuseppe GALASSO, Carlo V e Spagna imperiale. Studi e ricerche, Rome : Edizioni di storia e di letteratura, 2006, maintenant aussi traduit en espagnol : id., Carlos V y la España imperial. Estudios y ensayos, trad. Carmen MARCHANTE, Madrid : CEEH, 2011.

4 Voir notamment José MARTÍNEZ MILLÁN (coord.), Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), Madrid : Sociedad Estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001.

5 De cet état des lieux, on peut trouver un reflet dans la page consacrée à Charles-Quint par l’Institut Cervantes : http://bib.cervantesvirtual.com/historia/carlosv/.

6 Voir Alfred KOHLER (coord.), Carlos V / Karl V., Madrid-Vienne : Sociedad Estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2001 ainsi que Christoph STROSETZKI (éd.), Aspectos históricos y culturales bajo Carlos V / Aspekte der Geschichte und Kultur unter Karl V., Madrid-Francfort / Main : Vervuert-Iberoamericana, 2000.

7 Wim BLOCKMANS et Nicolette MOUT (éds.), The World 
of Emperor Charles V, Amsterdam : Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen Verhandelingen, 2004.

8  Voir ainsi Annie MOLINIE-BERTRAND et Jean-Paul DUVIOLS (éds.), Charles Quint et la monarchie universelle, Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, ainsi que « “Raisons d’Empire”, autour du règne de Charles Quint », Erytheis. Revue électronique d’études en sciences de l’homme et de la société, 3, 2008, http://idt.uab.es/erytheis/numero3/numero3_erytheis.html.

9 José MARTÍNEZ MILLÁN (éd.), La corte de Carlos Quinto, Madrid : Sociedad Estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000.

10 Fernando CHECA CREMADES (éd.), Los inventarios de Carlos V y la familia imperial / The inventories of Charles V and the imperial family, Madrid : Fernando Villaverde, 2010.

11 Voir José Luis GONZALO SANCHEZ-MOLERO, Regia bibliotheca. El libro en la corte española de Carlos V, Mérida : Editora Regional de Extremadura, 2005, 2 vol., et id., El César y los libros. Un viaje a través de las lecturas del Emperador desde Gante a Yuste, Yuste : Fundación Academia Europea de Yuste, 2008.

12 Voir notamment à partir de la thèse de Fernando Checa Cremades, éditée deux fois, avec un léger changement de titre : Carlos V y la imagen del héroe en el Renacimiento, Madrid : Taurus, 1987, et id., Carlos V, la imagen del poder en el Renacimiento, Madrid : El Viso, 1999 ; mais aussi Giovanni SASSU, Il ferro e l’oro. CarloV a Bologna (1529-30), Bologne: Editrice Compositori, 2007 et DianeH. BODART, Pouvoirs du portrait sous les Habsbourg d’Espagne, Paris : CHTS, 2011.

13 Surtout depuis l’ouvrage pionnier de Jean JACQUOT (éd.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint, t. II de Les fêtes de la Renaissance, Paris : Éditions du CNRS, 1960.

14 Voir à ce propos notamment Franz RÖMER, « Zur Panegyrik in der Epoche Karls V. », in : Alfred KOHLER, Barbara HAIDER et Christine OTTNER (éds.), Karl V. Neue Perspektiven seiner Herrschaft in Europa und Übersee, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2002, p. 67-82.

15 Gabriel de SARABIA, Coplas en loor de Carlos V: [Pliego de Cordel] Impreso en Salamanca en la Calle de los Moros por Rodrigo de Castañeda, ed., textos y notas José María SANZ HERMIDA, Salamanque : Ediciones Diputación de Salamanca, 2000, p. 52.

16  Frances A. YATES, Astrée, le symbolisme impérial au XVIe siècle, trad. Jean-Yves POUILLOUX et Alain HURAUT, Paris : Belin, 1989, 1ère éd. 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Béhar et Mercedes Blanco, « Les Poètes de l’Empereur. La cour de Charles-Quint dans le renouveau littéraire du XVIe siècle (1516-1556) », e-Spania [En ligne], 13 | juin 2012, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/21137 ; DOI : 10.4000/e-spania.21137

Haut de page

Auteurs

Roland Béhar

Université Charles de Gaulle-Lille III

Articles du même auteur

Mercedes Blanco

Université de Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page