Navigation – Plan du site
Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Conseil, conseillers et conseillères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge.
Introduction

Patricia Rochwert-Zuili et Hélène Thieulin-Pardo
Traduction(s) :
Consejo, consejeros y consejeras en la península Ibérica medieval.
Introducción

Texte intégral

  • 1  Salustiano de DIOS, El consejo real de Castilla (1385-1522), Madrid : Centro de estudios constituc (...)
  • 2  Jules PICCUS, « Consejos y consejeros en el Libro del cauallero Zifar », Nueva revista de filologí (...)

1L’idée d’organiser une rencontre consacrée à la définition et à la représentation du conseil au Moyen Âge en péninsule Ibérique est née du constat que les recherches étaient, à l’exception de l’ouvrage de Salustiano de Dios datant de 1982 – El Consejo real de Castilla (1385-1522)1 – et de quelques travaux très ponctuels2, pratiquement inexistantes dans le domaine des études hispaniques médiévales.

  • 3  Judith FERSTER, Fictions of advice. The literature and politics of counsel in late medieval Englan (...)

2En effet, parmi les études récentes, celle de Judith Ferster, parue en 1996 sous le titre Fictions of advice3, accorde une attention particulière aux premières traductions du Secretum secretorum afin d’examiner les principaux aspects de la relation unissant le roi à son conseiller, mais elle porte essentiellement sur l’Angleterre du bas Moyen Âge.

  • 4  Carla CASAGRANDE, Chiara CRISCIANI et Silvana VECCHIO, Consilium, teorie e pratiche del consigliar (...)
  • 5  L’ouvrage propose diverses études consacrées au conseil comme modalité de la parole divine et comm (...)

3Publiés en 2004 sous la direction de Carla Casagrande, Chiara Crisciani et Silvana Vecchio, les actes d’un colloque qui s’est tenu à Pavie autour de la théorie et de la pratique de l’art de conseiller dans la culture médiévale4 privilégient, quant à eux, dans une approche pluridisciplinaire, certains espaces et certaines périodes telles que les villes italiennes et la Curie papale, la cour carolingienne et la cour d’Angleterre du XIVsiècle5

  • 6  Martine CHARAGEAT, Corinne LEVELEUX-TEIXEIRA (éd.), Consulter, délibérer, décider. Donner son avis (...)
  • 7  Céline MARTIN, « ‘Suggérer’ au roi visigothique : entre supplique et jeu d’influence », in : ibid.(...)
  • 8  Sophie COUSSEMACKER, « Formuler un avis devant le roi : l’émergence du conseil comme structure pol (...)
  • 9  Stéphane PÉQUINOT, « Quand les ambassadeurs donnent leur avis. Formes et enjeux d’une pratique pol (...)
  • 10  M. CHARAGEAT et al., op. cit., p. 11.

4En 2006, le deuxième volet d’une rencontre coordonnée par Martine Charageat et Corinne Leveleux-Teixeira, de l’université de Bordeaux, a réuni des historiens, des juristes, des sociologues et des littéraires autour de la notion d’avis et de l’acte de le donner au Moyen Âge, en France et en Espagne ; outre l’étude de cas particuliers, comme les consultations épiscopales ou les délibérations municipales, ou encore le fonctionnement des assemblées délibérantes au sein des universités, des questions générales ayant trait à la sollicitation de l’avis, à l’obligation de le donner, à sa transmission et à sa réception y ont été examinées. Or, comme en témoignent les actes parus en 2010 sous le titre Consulter, délibérer, décider. Donner son avis au Moyen Âge6, seules trois études portent sur la péninsule Ibérique. L’une d’elles est dédiée à l’art de suggérer dans le milieu de la royauté wisigothique7 ; la deuxième s’intéresse à la formulation de l’avis dans le Livre du conseil et des conseillers de Maître Pierre et dans le Livre du chevalier Zifar8 ; la dernière, enfin, enquête dans le monde de la diplomatie aragonaise aux XIIIe, XIVe et XVe siècles9. Néanmoins, comme l’affirme Martine Charageat dans son introduction, « la mise en valeur de l’avis implique d’établir une distance avec le conseil »10.

5Au vu de ces quelques références, il nous semblait donc opportun de proposer, dans le cadre des activités du SEMH-Sorbonne et du GDRE AILP consacrées aux logiques de la gouvernance dans l’Espagne médiévale, une réflexion interdisciplinaire sur les formes, les modalités et les fonctions de la pratique du conseil, et de nous intéresser à la figure et au rôle du conseiller et de la conseillère dans les sphères du pouvoir. Les travaux réunis dans ce numéro d’e-Spania sont le fruit de cette réflexion, enrichie par les échanges et les débats qui furent ceux des participants à cette rencontre et dont nous présentons aussi la version filmée.

  • 11  Voir sur ce point Hugo Oscar BIZZARRI, « La palabra y el silencio en la literatura sapiencial de l (...)
  • 12  Andrés Marcos BURRIEL, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, Miguel DE MANUEL Y RO (...)
  • 13 Juan GIL DE ZAMORA, De preconiis Hispaniae o Educación del príncipe (traducción y estudio de José L (...)
  • 14  Juan DE CASTROJERIZ, De regimine principium. Glosa castellana al “Regimiento de príncipes” de Egid (...)

6L’abondante production, dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, de textes sapientiaux et de traités portant entièrement ou en partie sur le conseil, montre l’importance que revêt à cette période, notamment en Castille, la réflexion sur ce thème, favorisée par l’influence des œuvres d’Albertano da Brescia et de Brunetto Latini11. De cette époque date la composition des Bouchées d’or, des Fleurs de philosophie, du Livre des cent chapitres ou encore du Livre des douze sages qui met en scène le roi Ferdinand III entouré de savants chargés de le conseiller « en lo espiritual e temporal, para salud e descargo de la su ánima e de la su esclarecida e justa conciencia »12. Cependant, c’est surtout au sein des Sept parties et plus tard, du Livre des enseignements de Sanche IV ou du Livre du conseil et des conseillers de Maître Pierre, ainsi que dans les miroirs de princes – le De preconiis Hispaniae du conseiller de l’infant Sanche Juan Gil de Zamora13 et le De regimine principium de Gilles de Rome14 – que sont véritablement définis le conseil, les qualités et le rôle du conseiller.

7Ainsi le législateur alphonsin souligne-t-il, dans la loi 5 du titre 9 de la Deuxième partie – Ley V. Quales deuen ser los consejeros del rey –, l’importance pour le roi d’être conseillé en toute chose :

  • 15  ALPHONSE X, Las Siete partidas, glosadas por Gregorio López, Salamanca : Andrea de Portonariis, 15 (...)

[…] vno delos sesos que ome mejor puede auer, es de consejarse sobre todos los fechos, que quiere fazer, ante que los comience15.

Dans l’œuvre juridique du roi Sage se dessine en outre l’image d’une relation harmonieuse entre le roi et la noblesse, comme en témoigne ce passage tiré de la loi 28 du titre 9 de la Deuxième partie :

  • 16 Ibid., fol. 29v°a.

E porende aquellos que enla corte estan, deuen ser de vn acuerdo e de vna voluntad con el rey, para consejarle sienpre que faga lo mejor guardando a el e assi mismos que non yerre nin faga contra derecho [...]16.

  • 17  Hugo Oscar BIZARRI (éd.), Castigos del rey don Sancho IV, Madrid : Iberoamericana, 2001, chap. XI, (...)
  • 18 Ibid., chap. XXXII, p. 243.
  • 19  Agapito REY (éd.), Libro del consejo y de los consejeros, Zaragoza : Biblioteca del hispanista, 19 (...)

8Ces exemples nous montrent comment la monarchie dut non seulement affirmer la souveraineté de sa parole, mais aussi définir les modalités d’expression de la parole aristocratique. Tel est le propos du Livre des enseignements de Sanche IV et du Livre du conseil et des conseillers. En effet, si le premier de ces textes déclare « e sobre todo es mayor la palabra del rey »17, il s’emploie aussi à définir le conseil – qui apparaît comme le premier élément d’un ensemble de trois chapitres consacrés au conseil,  à la vérité et à la flatterie – tout en mettant l’accent sur la nécessaire harmonie entre le conseiller et celui qui demande conseil : « Consejo es vna cosa que faze ayuntar dos almas a vna voluntad »18. Quant au Livre du conseil et des conseillers, qui prouve l’importance que ce thème acquiert en Castille au XIVe siècle, il insiste sur la nécessité d’être conseillé19 et mène une réflexion sur la formulation du conseil et sur la valeur de la parole. On en voudra pour preuve les propos sur lesquels s’achève le traité :

  • 20 Ibid., p. 72

Otrosi dize Seneca a vn su amigo : ‘En todos los tus consejos cata la fin e la salida, e ve derechamente a la cosa que ouieres a librar, e non te mueuas a palabras apuestas, ca la palabra de aquel [que] muestra obra verdadera, sinple e buena deue seer, e non encubierta nin afeytada20


   

9L’un des enjeux de la rencontre internationale qui a réuni en décembre 2010 des spécialistes de plusieurs disciplines et qui fait aujourd’hui l’objet de cette publication était donc de déterminer, d’une part, la place qu’occupaient les conseillers dans le champ du gouvernement et d’éclairer, d’autre part, les réseaux de pouvoir qu’ils pouvaient eux-mêmes constituer.

10Les articles réunis dans ce dossier permettent de distinguer différents types de conseillers, de cerner et de définir les qualités dont ils doivent faire preuve et de montrer comment, dans quelles circonstances et sous quelles formes ils s’emploient à remplir leur fonction. Les études, fondées sur divers supports – documentation, chroniques, textes doctrinaux et littéraires – et couvrant une période allant du XIe au XVe siècle portent, pour la plupart, sur les royaumes de Castille et de León. Elles peuvent être regroupées en deux grands ensembles. Le premier concerne la définition du conseil et des conseillers et rassemble les travaux des historiens qui se sont intéressés à la pratique du conseil ainsi qu’à quelques figures notoires de conseillers et de conseillères ; le second porte essentiellement sur la représentation du conseil et des conseillers dans les textes historiographiques et littéraires.


   

11Entièrement voué au profit de celui qui le sollicite, le conseil est avant tout une affaire d’experts. C’est ce que souligne Mélanie Jecker à travers une analyse minutieuse de la conception du conseil et des caractéristiques du conseiller dans les Sept parties et le Livre du conseil et des conseillers. En effet, l’examen des lois alphonsines portant sur le conseil délivré au roi révèle en particulier que si le devoir de conseil incombe à tous les sujets, le conseiller spécifique du roi est un serviteur spécialiste, souvent un juriste. C’est en cela que les Sept parties diffèrent du Livre du conseil et des conseillers où la primauté semble être accordée au conseil d’origine divine. Quant aux qualités du conseiller, elles recouvrent la sagesse, l’amitié, le bon sens et l’entendement mais aussi une vertu proche de ce qu’Aristote entendait par phronésis, la prudence. Ainsi le législateur alphonsin précise t-il que le conseiller devait être clairvoyant.

12Ces précisions mettent sans doute en évidence l’importance du choix des conseillers, indispensable afin de tirer le meilleur parti de ceux qui étaient perçus comme un pôle puissant de pouvoir pouvant à tout moment échapper à la royauté.

13S’intéressant au rapport entre le conseil et l’action politique de la royauté léonaise aux XIe et XIIe siècles, Fernando Luis Corral montre en effet comment les monarques léonais se servirent du droit romain pour modifier l’organisation et l’administration du territoire – notamment à travers la nomination de tenentes et de merinos royaux ou encore la création du concejo de realengo – afin de contrôler une noblesse dont l’application des devoirs de consilium et d’auxilium ne suffisait plus à renforcer l’autorité de la monarchie et avec laquelle il fallait négocier continuellement. Il rappelle en outre l’importance du secret comme critère de bon conseil, tel que le définissait le législateur alphonsin dans la loi 5 du titre 9 de la Deuxième partie. Certains concepts, tels que la fidelitas et la familiaritas, sont également évoqués. Ce dernier est l’occasion de citer l’action exemplaire d’Urraque Fernández auprès de son frère Alphonse ou les conseils prodigués par l’infante Sancie et quelques magnats au roi Alphonse VII.

14C’est aussi sur la pratique du conseil sous le règne des Trastamares qu’enquête José Manuel Nieto Soria. Il présente le conseil comme l’une des facettes déterminantes de la politique menée par les membres de cette dynastie et comme un facteur de légitimation de leur pouvoir. Ainsi, face à l’image de tyran que renvoyait le roi cruel, Henri de Trastamare s’imposa comme un roi prêt à écouter et à appliquer les conseils. Cette étude souligne aussi la distinction qu’il convient de faire entre le Conseil du roi auquel se rapportent les chroniques et qui semble s’appliquer à des périodes de minorité, le Conseil royal qui prit une forme institutionnelle en 1385, et les conseils formulés par les procureurs des villes lors des réunions des cortes. José Manuel Nieto Soria remarque, par ailleurs, que c’est lors des crises politiques – comme la défaite d’Aljubarrota en 1385 ou le Golpe de Tordesillas de 1420 – que s’affirma la nécessité d’établir un régime de conseil. Néanmoins, l’implication du Conseil royal dans certaines affaires ne servit qu’à donner l’apparence d’un consensus à ce qui fut en réalité l’expression du pouvoir absolu de la royauté.

15Les autres contributions qui constituent ce premier ensemble de réflexions sont consacrées plus précisément à des figures de conseillers et de conseillères.

16L’étude de Julie Marquer permet d’appréhender le rôle qu’Ibn al-Jatīb joua auprès du roi Pierre Ier en tant que conseiller mais aussi et surtout de montrer les intérêts véhiculés par les textes qui rapportent les conseils du Maure de Grenade. En effet, l’examen des sources arabes et castillanes révèle des points de vue partisans, destinés d’une part à servir les intérêts des Maures grenadins et d’autre part, à appuyer la cause trastamare en dépeignant le roi Pierre Ier de façon peu flatteuse. Julie Marquer démontre de façon convaincante que la version castillane de l’une des lettres du conseiller maure aurait pu être élaborée par un juif, comme le supposait José Luis Moure, et met ainsi en lumière une pièce de la propagande trastamare qui ne manque pas d’attrait.

17María Concepción Quintanilla Raso s’intéresse, quant à elle, à Pedro Carrillo de Huete, Gutierre de Cárdenas et Juan Manuel, seigneur de Belmonte, qui servirent respectivement les monarques Jean II, Ferdinand et Isabelle, et Philippe le Beau et qui furent également membres du Conseil royal. La démonstration révèle la faveur et la confiance dont jouirent ces conseillers ainsi que les privilèges qu’ils purent en tirer pour eux-mêmes et pour leur lignage.

18Les recherches de Maria do Rosário Ferreira portent sur l’influence qu’eurent certaines femmes de pouvoir sur leur frère. Outre le rôle que jouèrent notamment Elvire Ramírez, sœur de Sanche Ier de León, Thérèse Alfonso, sœur de Sanche Ier de Portugal ou encore Sancie Raimúndez, sœur d’Alphonse VII de Castille et León, Maria do Rosário Ferreira met notamment en lumière, à travers le « couple » formé par Urraque Fernández et Alphonse VI, l’interprétation équivoque à laquelle cette relation donna lieu. Elle pose ainsi que la notion d’inceste associée à celle de conseil put être utilisée, paradoxalement, comme un facteur de légitimation du pouvoir royal.

19María del Pilar Rábade Obradó propose, pour sa part, une étude comparative du conseil que deux souveraines de la Castille du XVe siècle – Catherine de Lancastre et Isabelle Ière – reçurent de deux femmes, Éléonore López de Córdoba et Béatrice de Bobadilla. Si le rôle politique et l’influence d’Éléonore López de Córdoba sur Catherine de Lancastre sont sévèrement jugés par les chroniqueurs du moment – Ferrand Pérez de Guzmán et Alvare García de Santa María attribuent à la relation qu’entretenaient la reine et sa conseillère la cause de graves troubles dans le royaume –, en revanche, les chroniqueurs du règne des Rois Catholiques, parmi eux Andrés Bernáldez et l’auteur anonyme de la Chronique incomplète des Rois Catholiques, brossent un portrait flatteur de Béatrice de Bobadilla, épouse d’Andrés de Cabrera qui comptait parmi les proches de la reine, et à laquelle Hélène Thieulin-Pardo s’intéresse également dans son étude.

20Au sein du deuxième ensemble de recherches consacrées à la représentation du conseil et des conseillers dans l’historiographie et la littérature castillanes figurent en effet deux travaux portant sur le conseil féminin.

21Les chroniques de Luc de Tuy, de Jean d’Osma et de Rodrigue de Tolède, rédigées sous le règne de Ferdinand III, offrent des points de vue variés sur les mêmes événements, et constituent pour Estelle Maintier-Vermorel un terrain d’étude particulièrement riche. Le règne de Ferdinand III est d’ailleurs celui au cours duquel s’impose la figure d’une femme dont le rôle auprès de son fils fut tout à fait exceptionnel : Bérengère de Castille. Ces divers chroniqueurs évoquent les conseils que les mères, les sœurs et les épouses dispensent aux hommes de leur entourage et dont les domaines d’application sont étonnamment vastes : elles interviennent non seulement dans l’éducation, dans la sphère spirituelle, mais aussi dans les affaires du royaume, y compris militaires. Ces chroniques permettent aussi d’entrevoir des figures de mauvaises conseillères, à l’origine de discordes entre d’anciens alliés (Cléopâtre), ou de meurtres, plus ou moins gratuits, commis par certains souverains (avec Witiza notamment). Toutefois, ces constatations ne doivent pas faire oublier les limites de ce conseil, qui est bien souvent un substitut de l’action et dont la légitimité reste contestée. Ainsi constate-t-on que le conseil féminin peut être parfois vidé partiellement de sa substance et être récupéré comme forme détournée du conseil masculin.

22Hélène Thieulin-Pardo s’est proposé, à partir de l’analyse de quelques discours contenus dans les chroniques castillanes du XVe siècle, de mettre en lumière l’influence que purent avoir certaines femmes sur les monarques castillans de cette période. Cette étude permet de mettre au jour, dans la chronique d’Alvare de Santa María, les paroles de Catherine de Lancastre destinées à souligner les qualités tant politiques que guerrières de l’infant Ferdinand, celles de la reine Isabelle, représentée de façon très élogieuse par Fernando del Pulgar – contrairement à ce qu’écrit Alfonso de Palencia –, ou encore celles de femmes nobles telles que María de Silva, María Puertocarrero ou Béatrice de Bobadilla, à laquelle la Chronique incomplète des Rois Catholiques attribue le rôle déterminant de médiatrice entre le roi Henri IV et sa demi-sœur. Néanmoins, comme le montre Hélène Thieulin-Pardo, si ces textes semblent porter l’empreinte de l’influence des femmes dans la sphère politique, ils servent avant tout les propos partisans des chroniqueurs.

23Certaines représentations du conseil permettent de mesurer le pouvoir du souverain sur les autres agents de la politique, comme le souligne Fernanda Nussbaum à travers l’analyse de la Chronique de trois rois composée par Ferrand Sanchez de Valladolid au milieu du XIVe siècle. Si l’on perçoit, dans la Chronique de Sanche IV, l’image d’une délibération entre le roi et ses conseillers, le conseil, révèle non seulement les rivalités entre les différents bandos nobiliaires mais aussi l’influence néfaste que les proches conseillers du roi purent avoir sur lui. Dans la Chronique de Ferdinand IV se détache, à travers l’intervention de Marie de Molina qui parvient malgré les agissements des privados du roi et l’inconstance de ce dernier à préserver la stabilité de la monarchie, la figure de la reine conseillère. Quant à la Chronique d’Alphonse XI, elle représente le roi faisant appel à l’avis de ses proches conseillers mais souligne la souveraineté de sa décision qui va parfois à l’encontre des conseils prodigués. Elle montre en outre comment le monarque juge et châtie ceux qui ont agi contre ses intérêts, ce qui laisse donc entrevoir un équilibre précaire basé sur des intérêts qui ne sont pas toujours communs.

24Ainsi donc, parmi les textes analysés par les chercheurs dans le cadre de la rencontre, rares sont ceux qui présentent l’image d’une véritable concertation ou d’une délibération collective exemplaire. La représentation du conseil semble bien plutôt vouée soit à mettre en valeur des intérêts particuliers, soit à renforcer le pouvoir de la royauté.

25C’est à la figure de Pero López de Ayala et à ses écrits, où le conseil occupe une place prépondérante, que s’intéresse Hugo O. Bizzarri. Parcourant l’œuvre historiographique du chancelier, Hugo O. Bizzarri analysele récit que l’auteur fait des événements dont il est le témoin privilégié et auxquels il prend part sous les règnes de Pierre Ier et des premiers rois Trastamare, et il met aussi l’accent sur le rôle du conseil du roi. Le roi Pierre Ier se montre bien peu réceptif aux conseils qui lui sont prodigués, comme le montre notamment la Carta del sabio moro, également analysée dans ce dossier par Julie Marquer. Sous le règne d’Henri II, Ayala, qui fait alors partie du Conseil du roi, s’attache ainsi à démontrer que certains échecs militaires – c’est le cas de la bataille d’Aljubarrota – sont dus à de mauvaises décisions, et non aux carences du Conseil du roi.

26Partant de l’analyse de la Chronique d’Alvaro de Luna et de la représentation de la relation qui unissait Jean II à son favori, Ghislaine Fournès se propose de montrer ce qui sépare la figure du privado de celle du conseiller. Ainsi voit-on comment le chroniqueur s’emploie à estomper l’image du privado – considérée comme condamnable – au profit de celle du parfait conseiller, notamment à travers l’évocation de ses vertus et de l’amitié qui l’unit au monarque. Cette entreprise, visant à réhabiliter le Connétable, met donc l’accent sur la déloyauté du monarque.

27Fondée sur la Chronique sarrasine, l’étude de Frédéric Alchalabi examine d’une part la façon dont sont décrites les relations entre le roi Rodéric et son conseiller Julian et d’autre part, les commentaires qu’en fait l’historien Eleastras. L’analyse permet de montrer comment le chroniqueur dénonce les dangers que représente pour le monarque l’importance accordée à un unique conseiller. Ainsi Julian apparaît-il sous tous les traits du mauvais conseiller, imprudent et déloyal, tandis qu’Eleastras, l’historien, s’impose comme la figure du bon conseiller, une représentation qui montre que la Chronique sarrasine semble inviter le roi Jean II à se méfier de son principal homme de confiance.

28Enfin, deux articles portant sur des œuvres purement littéraires viennent compléter ce dossier consacré au conseil.

29Parmi les livres de sagesse et de conseils hérités de la tradition indienne, le Sendebar, tout comme le Calila e Dimna, littérature du dire et du conte, contiennent des exempla décrivant l’art de bien gouverner, et dévoilent les enjeux politiques des rapports entre le roi et les courtisans. Le Sendebar (1253), texte qu’analyse ici Bernard Darbord, permet de dégager la nature et la portée du conseil donné au roi par sa femme, par les sages et enfin par l’« enfant sage ». Les exempla fixent un périmètre typologique au conseil dont le pouvoir performatif est grand ; le récit-cadre et les contes enchâssés sont en effet articulés autour de la figure du conseiller, dont le discours détermine l’action du roi. Bernard Darbord se livre à une étude détaillée des types de conseils que contient l’œuvre : le conseil explicite et direct, comme celui de la bonne épouse, le conseil implicite et dicté par l’action et enfin le conseil par l’exemplum narratif, qui dicte une action à faire par le biais de l’analogie. Au sein de cette représentation, le roi apparaît donc comme le véritable jouet du discours de ses conseillers et le conseil, comme le fruit d’une nécessaire concertation, ce qui pourrait traduire les prétentions de l’infant Fadrique face à son frère Alphonse, héritier présomptif de la couronne.

30L’analyse que propose Patricia Rochwert-Zuili à partir du Livre du chevalier Zifar, composé dans le premier tiers du XIVe siècle, montre que le conseil fut un trait essentiel du programme molinien destiné à affirmer le pouvoir d’une lignée en quête de légitimité. En effet, le conseil féminin – celui de l’épouse et de la mère – et le conseil du chevalier jouent un rôle primordial dans l’œuvre. Il faut y voir le reflet de la parole de la reine Marie de Molina tout entière engagée dans l’affirmation du pouvoir de la royauté et la promotion d’une chevalerie qui fut son meilleur allié dans cette entreprise. En outre, si chaque conseiller est doté de bon sens et de bon entendement, l’accent est mis sur les notions d’amitié véritable et d’épreuve, comme cela était du reste le cas dans les Sept parties. Ainsi valorise-t-on ici un conseil unique, image qui renvoie au « conseil privé » qui vit le jour sous Alphonse XI pour renforcer le pouvoir de la royauté.


   

31Conçu comme un moyen de s’élever mais aussi comme un puissant instrument de légitimation, le conseil révèle, à travers sa définition, sa représentation et son analyse pragmatique, les difficultés que dut affronter la royauté castillano-léonaise pour affirmer son pouvoir et les moyens qu’elle mit en œuvre pour y parvenir. Ainsi le conseil est-il étroitement associé aux notions d’amitié, de vérité et de loyauté, voire dans le cas précis de la relation unissant le monarque à sa sœur, d’inceste. De même ne peut-il être prodigué sans avoir été sollicité et doit-il être reçu de celui qui a été longuement éprouvé. Élaboré en Castille à partir du XIIIsiècle, ce processus de normalisation marque l’influence croissante des hommes qui forment l’entourage des monarques et dont le pouvoir est susceptible de mettre en péril ceux qu’ils servent. C’est ce qui explique pourquoi certains s’emploient à distinguer le conseiller du privado. Si elles ont été soulevées lors des débats, certaines questions n’ont toutefois pas  donné lieu à une production écrite. C’est le cas, notamment, des termes renvoyant à l’énonciation du conseil qui pourraient faire l’objet, à eux seuls, d’une nouvelle rencontre.

32Quoi qu’il en soit, c’est une vision riche et variée qu’offrent les chercheurs ayant généreusement contribué à alimenter la réflexion. Nous tenons à les en remercier et espérons que leurs travaux ouvriront la voie à de nouvelles initiatives et de nouvelles découvertes dans le domaine des études médiévales hispaniques.

Haut de page

Notes

1  Salustiano de DIOS, El consejo real de Castilla (1385-1522), Madrid : Centro de estudios constitucionales, 1982.

2  Jules PICCUS, « Consejos y consejeros en el Libro del cauallero Zifar », Nueva revista de filología hispánica, 16 (1962), p. 16-30 et Rafael BELTRÁN, « El valor del consejo en los Castigos e documentos del rey don Sancho », in : Carlos ALVAR et José Manuel LUCÍA MEJÍAS (éd.), La literatura en la época de Sancho IV, Alcalá de Henares : Servicio de publicaciones de la Universidad de Alcalá, 1996, p. 107-120.

3  Judith FERSTER, Fictions of advice. The literature and politics of counsel in late medieval England, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 1996.

4  Carla CASAGRANDE, Chiara CRISCIANI et Silvana VECCHIO, Consilium, teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, Florence : Edizioni del Galluzzo, col. Micrologus, 2004.

5  L’ouvrage propose diverses études consacrées au conseil comme modalité de la parole divine et comme don de Dieu aux hommes. Les analyses portent notamment sur la pratique du conseil dans les rapports familiaux, la magie, la médecine ou le droit.

6  Martine CHARAGEAT, Corinne LEVELEUX-TEIXEIRA (éd.), Consulter, délibérer, décider. Donner son avis au Moyen Âge (France – Espagne, VIIe – XVIe siècles), Toulouse : Méridiennes / IUF / CÉRA, 2010. Dans l’introduction au volume, Martine Charageat, commentant la contribution de Joëlle Ducros, écrit : « L’avis partage avec le conseil les enjeux de l’argumentation et de la persuasion en tant qu’actes illocutoires et perlocutoires, en revanche, ils ne partagent pas le même enjeu didactique : de fait, le conseil se range du côté du vrai tandis que l’avis rejoint le camp du probable » (p. 10).

7  Céline MARTIN, « ‘Suggérer’ au roi visigothique : entre supplique et jeu d’influence », in : ibid., p. 77-94.

8  Sophie COUSSEMACKER, « Formuler un avis devant le roi : l’émergence du conseil comme structure politique dans le traité du conseil de Maître Pierre et le Libro del caballero Zifar », in : ibid., p. 129-155.

9  Stéphane PÉQUINOT, « Quand les ambassadeurs donnent leur avis. Formes et enjeux d’une pratique politique (couronne d’Aragon, XIIIe-XVe siècles) », in : ibid., p. 177-194.

10  M. CHARAGEAT et al., op. cit., p. 11.

11  Voir sur ce point Hugo Oscar BIZZARRI, « La palabra y el silencio en la literatura sapiencial de la Edad Media castellana », Incipit, 13, p. 21-49, en particulier p. 33-38. On rappellera, en outre, que le Liber consolationis et consilii d’Albertano da Brescia aborde, aux chapitres 42-50, la question du conseil féminin, cf. ALBERTANUS BRIXIENSIS, Albertani Brixiensi liber consolationis et consilii, Thor SUNDDBY (éd.), Londres : N. Trübner, 1873.

12  Andrés Marcos BURRIEL, Memorias para la vida del santo rey don Fernando III, Miguel DE MANUEL Y RODRÍGUEZ (éd.), 1ère éd. Madrid : Biblioteca de historia hispánica, monografías, 1, 1800, rééd., Barcelona : El Albir, 1974, 2, Livre des douze sages, p. 188-206, p. 188.

13 Juan GIL DE ZAMORA, De preconiis Hispaniae o Educación del príncipe (traducción y estudio de José LUIS MARTÍN y Jenaro COSTAS), Zamora : Ayuntamiento de Zamora, 1996.

14  Juan DE CASTROJERIZ, De regimine principium. Glosa castellana al “Regimiento de príncipes” de Egido Romano (edición y estudio preliminar de Juan BENEYTO PÉREZ), Madrid : Instituto des estudios políticos, 1947.

15  ALPHONSE X, Las Siete partidas, glosadas por Gregorio López, Salamanca : Andrea de Portonariis, 1555, rééd. en fac-similé, 3 vol., Madrid : Boletín oficial del Estado, 1985, 1, fol. 22 v°a.

16 Ibid., fol. 29v°a.

17  Hugo Oscar BIZARRI (éd.), Castigos del rey don Sancho IV, Madrid : Iberoamericana, 2001, chap. XI, p. 144.

18 Ibid., chap. XXXII, p. 243.

19  Agapito REY (éd.), Libro del consejo y de los consejeros, Zaragoza : Biblioteca del hispanista, 1962, p. 29 : « Pues segund esto, todo omne ha menester consejo e sen e saber de otro. E por ende lo deue primeramente demandar a otro ».

20 Ibid., p. 72

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Rochwert-Zuili et Hélène Thieulin-Pardo, « Conseil, conseillers et conseillères dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge.
Introduction », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20921 ; DOI : 10.4000/e-spania.20921

Haut de page

Auteurs

Patricia Rochwert-Zuili

Université d’Artois, Textes et cultures EA 4028

Articles du même auteur

Hélène Thieulin-Pardo

Université Paris-Sorbonne, SEMH-Sorbonne (CLEA, EA 4083), AILP (GDRE 671, CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org