Navigation – Plan du site
Varia

Histoire et textes de l’Espagne tardo-antique (bibliographie des années 2003-2007)

Jacques ELFASSI, Céline MARTIN et Jose Carlos MARTÍN

Résumés

Bibliographie sélective sur l’histoire et les textes de l’Espagne tardo-antique, limitée aux travaux des années 2003-2007.

Haut de page

Texte intégral

À Jacques Fontaine

  • 1  Robert Étienne (dir.), « Chronique. Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chro (...)

1Depuis 1975, grâce à Robert Étienne et Jacques Fontaine principalement, la Revue des Études Anciennes a fait paraître régulièrement des « Chroniques » bibliographiques quinquennales sur l’histoire, l’archéologie et les textes de l’Hispanie antique et tardo-antique1. La huitième « Chronique » devait être consacrée à la bibliographie des années 2003-2007 et, comme les précédentes, elle devait comporter trois parties : sur la période préromaine, la période romaine et l’Antiquité tardive. La partie consacrée à l’Antiquité tardive devait elle-même être divisée en deux grandes sections : l’une plus historique et philologique, et l’autre plus archéologique. Malheureusement, cette belle entreprise est moribonde, pour de multiples raisons qu’il serait déplacé d’évoquer ici. La seule partie achevée était celle consacrée à l’histoire et aux textes de l’Espagne tardo-antique : elle est publiée ici.

  • 2  Nous avons cependant fait quelques exceptions à cette règle, notamment lorsque le travail recensé (...)
  • 3  Plusieurs revues se sont créées dans les années 2003-2007 : par exemple, Aemilianense, Auctores no (...)

2Ces circonstances expliquent certaines particularités de la présente bibliographie : elle porte seulement sur les cinq années 2003-2007 parce que tel était son objet initial, et elle paraît seulement en 2011 parce qu’il a fallu quelque temps pour se rendre compte que la « Chronique » de la Revue des Études Anciennes était en train de mourir. De ces faiblesses apparentes nous avons cherché à faire une force : en particulier, nous n’avons pas cherché à actualiser la bibliographie jusqu’en 2011, persuadés que le recul de plusieurs années permet de distinguer (ou du moins, de commencer à distinguer) l’important de l’accessoire2. Les dernières années ont vu un accroissement énorme des publications, qui prouve certes la vitalité de la recherche, mais qui est aussi, probablement, la conséquence de l’évaluation bibliométrique des chercheurs et de la multiplication des revues3. Nous avons donc été volontairement très sélectifs, car nous espérons être plus utiles aux lecteurs en soulignant les grandes tendances de la recherche qu’en prétendant à une exhaustivité de toute façon impossible.

3Cette bibliographie a été rédigée par Jacques Elfassi (Metz), Céline Martin (Bordeaux) et Jose Carlos Martín (Salamanque), avec l’aide de plusieurs correspondants européens : Paulo Farmhouse Alberto (Lisbonne), Raúl González Salinero (Madrid), Chiarra Torre (Milan) et Jamie Wood (Manchester). Jacques Fontaine, qui fut un des fondateurs et des maîtres d’œuvre des « Chroniques » hispaniques de la Revue des Études Anciennes, avait choisi, pour cette huitième « Chronique », de « passer le flambeau » à de plus jeunes chercheurs. Nous mesurons l’honneur qu’il nous a ainsi fait, et dès le début de notre travail nous avions décidé de la lui dédier : nous n’imaginions pas, évidemment, qu’elle serait l’ultime épisode d’une aventure qui aura duré plus de trente-cinq ans.

4Les derniers mots de cette introduction seront pour remercier la Revue des Études Anciennes, qui nous a autorisés à publier cette bibliographie dans e-Spania, et e-Spania, qui a accepté de la publier dans les circonstances très particulières que nous venons d’expliquer.

Ouvrages généraux

  • 4  Alberto Ferreiro, The Visigoths in Gaul and Spain A.D. 418-711. A Bibliography, Leyde-New York-Cop (...)

5En 1988, Alberto Ferreiro avait publié une bibliographie sur l’Espagne tardo-antique ; il lui a apporté un double supplément pour tenir compte des travaux les plus récents4. La principale différence avec la bibliographie parue en 1988 est la prise en compte du IVe s., même s’il n’est pas wisigothique, et le titre, heureusement transformé de « Spain » en « Iberia » (les chercheurs portugais lui en sauront gré). On pourra toujours émettre quelques critiques sur le contenu (notamment sur la disproportion entre le chapitre social, économique et politique, qui occupe 37 pages, et tout le bloc religieux où, par exemple, la liturgie occupe à elle seule 21 pages), ou regretter que la consultation n’en soit pas toujours aisée (car les entrées de chaque auteur ne sont pas classées en ordre chronologique, et la plupart renvoient à des volumes collectifs qui sont cités beaucoup plus loin dans le livre), mais c’est sans aucun doute un instrument de travail précieux. Ce qui frappe le plus, lorsqu’on le consulte, c’est l’accroissement phénoménal des publications sur l’Hispanie tardo-antique ; le volume consacré aux années 2004-2006 fait 300 pages, ce qui donne le vertige…

  • 5 Javier Arce, Bárbaros y romanos en Hispania (400-507), Madrid : Marcial Pons, 2005.

6Heureusement, certains historiens réussissent à écrire des synthèses à la fois riches et novatrices. C’est le cas de Javier Arce, dont le livre sur le Ve s. hispanique reprend une à une et réinterprète les rares sources disponibles, tout en intégrant les données archéologiques récentes5. Le Ve s. ne fut pas une période de chaos et de destruction, mais de lente transformation des structures, aussi bien les villes que les villas rurales ; de telles évolutions – il en est de même pour l’émergence de l’Église comme pouvoir idéologique et social – ne sont pas liées aux « barbares » ; ces « barbares », d’ailleurs, se sont installés autant dans les villes qu’en milieu rural et avec la collaboration très précoce des élites hispano-romaines.

  • 6  Roger Collins, Visigothic Spain. 409-711, Malden (MA) : Blackwell, 2004 (= La España visigoda, 409 (...)

7Autre synthèse qui intègre les dernières avancées de la recherche tout en déployant une vision personnelle rigoureuse et novatrice : le livre de Roger Collins sur l’Espagne wisigothique6. L’une de ses thèses principales est que la péninsule ibérique se trouvait au milieu du VIe s. dans une situation de pauvreté matérielle et intellectuelle qui s’est peu à peu inversée à partir de la fin de ce siècle, grâce, entre autres, aux apports africains. On appréciera particulièrement la façon dont l’auteur bouscule les idées couramment acceptées : par exemple le caractère exceptionnel du règne de Léovigilde, ou le splendide isolement de l’Église hispanique au VIIe s.

  • 7  Kim Bowes et Michael Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity: Current Perspectives, Leyde-Bos (...)

8Un recueil de onze articles illustre aussi l’extraordinaire développement, ces vingt-cinq dernières années, des études sur l’Espagne tardo-antique (du IIIe au VIe s.)7. Le déclin des villes au IVe s., les liens entre Théodose et l’Espagne, le caractère spécifiquement hispanique du priscillianisme, l’isolement économique de l’Espagne tardo-antique : tous ces vieux clichés ont été balayés. On notera le souci qu’ont tous les auteurs du volume d’articuler archéologie et histoire, et l’importance accordée à la bibliographie espagnole et portugaise récente.

  • 8  Klaus Herbers, Geschichte Spaniens im Mittelalter: vom Westgotenreich bis zum Ende des 15. Jahrhun (...)
  • 9  Abilio Barbero et María IsabelLoring, « The Formation of the Sueve and Visigothic Kingdoms in Spai (...)
  • 10  E. Michael Gerli (éd.), Medieval Iberia. An Encyclopedia, New York-Londres : Routledge, 2003. Voir (...)
  • 11  Mark A. Handley, « Late antique and early medieval Spain AD300-711: a hand-list of translated text (...)

9De qualité parfois inégale, quelques manuels d’histoire à caractère universitaire peuvent néanmoins rendre service8. La New Cambridge Medieval History consacre deux chapitres aux royaumes suève et wisigoth9. Bien que destinée à un large public, une encyclopédie sur la péninsule ibérique médiévale fait appel aux meilleurs spécialistes10. En ce temps où les étudiants en histoire maîtrisent de moins en moins bien le latin, un répertoire des traductions de textes sur l’Espagne tardo-antique peut se révéler très utile11.

  • 12  Magali Coumert, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Âge occidental (550-850), Paris : I (...)
  • 13  Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbar (...)

10De tels ouvrages témoignent d’un intérêt croissant pour la péninsule ibérique, longtemps négligée par les spécialistes de l’Occident du haut Moyen Âge. À cet égard il faut signaler deux thèses récentes qui semblent augurer d’un retournement de tendance. L’une porte sur les récits d’origine des peuples dits « barbares », en montrant leur caractère essentiellement érudit et donc difficilement attribuable à une mémoire orale venue du fond des âges12 ; l’autre analyse les modalités des conversions au christianisme de ces mêmes peuples dans les différents regna d’Occident, en mettant en évidence le rôle successif et complémentaire des souverains et des hiérarchies ecclésiastiques13. On aimerait que ces livres constituent les prémices d’une réintégration de l’étude de l’Espagne à celle du haut Moyen Âge européen en général.

  • 14  José Vilella Masana, « Los obispos toledanos anteriores al Reino visigodo-católico », in : Luis Ag (...)
  • 15  Michael Kulikowski, « The Identity of Bachiarius », Medieval Prosopography, 24, 2003, p. 3-14.
  • 16  Diego Piay Augusto, « Acercamiento prosopográfico al priscilianismo », in : Elena Conde Guerri, Ra (...)
  • 17  Jesús Niño Sánchez-Guisande, « Ilustres obispos hispano-romanos del siglo VI », Compostellanum, 48 (...)
  • 18  Mark A. Handley, Death, Society and Culture: Inscriptions and Epitaphs in Gaul and Spain, ad 300-7 (...)
  • 19  Henar Gallego Franco, Mujeres en Hispania tardoantigua: las fuentes epigráficas (siglos V-VII d.C. (...)

11Pour finir, nous incluons dans cette section un certain nombre de travaux prosopographiques. Le volume de la Prosopographie Chrétienne du Bas-Empire consacré à l’Hispanie n’est pas encore paru, mais son maître d’œuvre, José Vilella Masana, publie régulièrement des articles, tous excellents14. La même approche prosopographique a suscité un travail très novateur sur Bachiarius (qui ne serait pas espagnol mais illyrien)15, une étude sur les adeptes du priscillianisme (la plupart d’entre eux étaient liés à l’aristocratie)16, et un article, moins original mais utile, sur plusieurs évêques du VIe s.17. Bien que ce ne soient pas des études prosopographiques au sens propre, on doit citer ici deux ouvrages qui se fondent sur les sources épigraphiques : un très bon livre qui met en relation la mort, la société et la culture à partir des épitaphes chrétiennes de Gaule et d’Espagne (et qui comporte aussi, en appendice, des addenda à la PLRE)18, et un autre sur les femmes dans les sources épigraphiques19.

Histoire politique et sociale

  • 20  Alicia M. Canto, « Sobre el origen bético de Teodosio I el Grande, y su improbable nacimiento en C (...)
  • 21  Neil McLynn, « Genere Hispanus: Theodosius, Spain and Nicene Orthodoxy », in : K. Bowes et M. Kuli (...)
  • 22  Armando Besga Marroquín, « La usurpación de Constantino III y la invasión del 409 en Hispania », L (...)
  • 23  Yolanda Godoy, Gosvinta. La regina dei Visigoti, Milan : Jaca Book (Donne d’oriente e d’occidente, (...)
  • 24  Santiago Castellanos, Los Godos y la cruz. Recaredo y la unidad de Spania, Madrid : Alianza Editor (...)
  • 25  Céline Martin, « Des fins de règne incertaines : répression et amnistie des groupes aristocratique (...)
  • 26  Voir les travaux de Julia Montenegro et Arcadio del Castillo : « Theodomir’s victory over the Byza (...)

12Bien que l’histoire monarchique ne soit plus de mise, il est commode de commencer par évoquer quelques figures de souverains, en suivant l’ordre chronologique. L’empereur Théodose I a longtemps été associé à l’Espagne, mais en réalité, quel que soit d’ailleurs son lieu de naissance précis (un article suggère qu’il serait originaire de Bétique20), il a passé la presque totalité de sa vie à l’armée puis à Constantinople : il est genere Hispanus, mais pas « espagnol »21. Une étude du règne de l’usurpateur Constantin III (407-411) a surtout pour but d’essayer d’expliquer l’invasion des Suèves, Vandales et Alains en 40922. La reine Gosvinthe fait l’objet de deux monographies23 : le livre de Yolanda Godoy est intéressant mais on lui préfèrera le bel article de Rodrigo Furtado, qui analyse bien le jeu politique de la seconde moitié du VIe s. Un livre sur Reccarède, qui évoque aussi longuement Léovigilde, constitue une véritable synthèse sur la période couverte par ces deux règnes24. La comparaison des règnes de deux rois qui se sont associé leur fils, Chindaswinthe et Égica, montre le rôle des différents groupes aristocratiques même en cas de succession « dynastique »25. Plusieurs aspects des derniers règnes de l’Espagne wisigothique sont analysés en détail26.

  • 27  Voir Armando Besga Marroquín, « Consideraciones sobre el fin del reino visigodo de Toledo », Letra (...)
  • 28  Armando Besga Marroquín, « El “morbo gótico”: ¿tópico o realidad? », Letras de Deusto, 37, 2007, p (...)
  • 29  Céline Martin, La géographie du pouvoir dans l’Espagne visigothique, Lille : Presses universitaire (...)

13On a souvent expliqué l’effondrement de l’État wisigothique en 711 par la profonde crise dont il aurait souffert dans ses dernières décennies, or cette idée reçue est aujourd’hui remise en cause27. La prétendue instabilité du royaume de Tolède doit être fortement nuancée. Le morbus Gothorum dont parle la Chronique du Ps.-Frédégaire est un mythe : il y eut effectivement quelques rois assassinés, mais moins qu’ailleurs (deux seulement au VIIe s. : Liuva II et Witteric)28. L’ouvrage de Céline Martin conteste de manière argumentée l’idée d’une désagrégation politique du royaume wisigoth au VIIe s. ; les séditions provenaient souvent du centre lui-même, et c’est aussi autour du centre que toute la construction politique était organisée, à la fois matériellement (on observe un important mouvement de centralisation au milieu du VIIe s.) et symboliquement, avec la montée de Tolède, véritable « petite Rome »29.

  • 30 Ana María Jiménez Garnica, « Sobre rex y regnum. Problemas de terminología política durante el prim (...)
  • 31  Amancio Isla Frez, « Reinas de los godos », Hispania (Madrid), 64, 2004, p. 409-434 ; María del Ro (...)
  • 32  Raquel Alonso Álvarez, « Los enterramientos de los reyes visigodos », in : Fundamentos medievales (...)

14D’autres travaux contribuent à améliorer notre connaissance du royaume wisigothique : un article sur l’emploi des mots rex et regnum dans le premier siècle du royaume (jusqu’en 507), qui rappelle utilement que l’usage des mots est changeant et qu’il faut toujours les replacer dans leur contexte historique30 ; deux autres sur l’importance politique des reines, durant la vie de leur époux comme après sa mort31 ; un autre encore sur les lieux d’inhumation des rois, qui montre que l’idée très répandue selon laquelle aurait existé un panthéon royal wisigothique à Tolède n’est pas fondée32.

  • 33  Isabel Velázquez Soriano, « Pro patriae gentisque Gothorum statu (4th Council of Toledo, Canon 75, (...)

15De nombreux articles continuent à s’interroger sur la réalité (ou pas) d’une « nation » hispano-gothique, et de multiples nuances apparaissent : il y a bien eu tentative, de la part de quelques intellectuels, de prôner une nouvelle Hispania dans laquelle Hispano-romains et Goths formeraient une nouvelle gens, mais ce n’est resté qu’un concept33.

  • 34  Sur le judaïsme et sur la politique antijuive de l’époque wisigothique, voir Luis Agustín GarcÍa M (...)
  • 35  Exemple de travail sérieux mais peu original : Sergio Alberto Feldman, Perspectivas da unidade pol (...)
  • 36  Raúl GonzÁlez Salinero, « Rigorismo ascético y polémica antijudía en el presbítero Eutropio (siglo (...)
  • 37  Pedro Castillo Maldonado, « Judíos, conversos y relapsos en la hagiografía narrativa tardoantigua (...)
  • 38  Wolfram Drews, « Jews as pagans? Polemical definitions of identity in Visigothic Spain », Early Me (...)

16La politique antijuive des rois wisigoths suscite encore de très nombreux travaux34. La littérature Adversus Iudaeos des auteurs ecclésiastiques continue de faire l’objet de nombreuses études, mais elles sont rarement originales35 ; les travaux les plus neufs sont ceux qui portent sur des auteurs relativement peu connus, comme le prêtre Eutrope ou Potamius de Lisbonne36, ou les textes hagiographiques (notamment la Passio s. Mantii BHL 5219, qui pourrait dater de la seconde moitié du VIIe s.)37. Le canon 10 du IIIe Concile de Séville (présidé par Isidore de Séville entre 619 et 624) ne suscite pas moins de trois articles38 : en effet, ce canon, qui justifie et approuve les mesures de Sisebut, paraît contradictoire avec l’Historia Gothorum et le IVe Concile de Tolède présidé par le même Isidore, et personne ne parvient vraiment à résoudre cette contradiction.

  • 39  Carlos Petit, « Derecho visigodo del siglo VII. Un ensayo de síntesis e interpretación », in :Hisp (...)
  • 40  Thomas Deswarte, « Le code du roi Réceswinthe (654) a-t-il abrogé les droits antérieurs ? », in : (...)
  • 41  Pablo de la Cruz Díaz, « Las cárceles en la Hispania visigoda », in : Sofía Torallas Tovar et Inma (...)
  • 42  Alain Dubreucq, « Le mariage dans la loi des Wisigoths », in : Martin Aurell et Thomas Deswarte(...)
  • 43  Edorta Córcoles Olaitz, « The manumission of slaves in the view of the Formulae Visigothicae », Ve (...)
  • 44  José Manuel Pérez-Prendes y Muñoz de Arraco, « Resonancias jurídicas en las pizarras visigóticas » (...)
  • 45 Simon Corcoran, « The donation and will of Vincent of Huesca: latin texts and english translation » (...)

17La recherche continue à progresser sur la législation wisigothique. Le Liber iudiciorum est plus qu’un livre de droit, il comporte aussi des aspects théologiques, avec une forte influence biblique39. Bien que le code de Réceswinthe ait théoriquement abrogé les droits antérieurs, dans la pratique cette abrogation ne fut pas possible40. Plusieurs travaux éclairent certains aspects du droit pénal : la réclusion, le droit d’asile et l’exil41. Dans le domaine du droit civil, mentionnons une synthèse sur la législation matrimoniale42 et plusieurs analyses précises du formulaire wisigothique43. Nombre d’ardoises wisigothiques constituent des documents de la pratique juridique dans un milieu rural ; leur convergence avec les Formules permet d’établir sans conteste l’authenticité de ce corpus44. La charte de donation et le testament de Vincent de Huesca continuent à être étudiés comme une source précieuse sur la structure et le régime de propriété durant l’époque wisigothique45.

  • 46 Alexandra Chavarría Arnau, El final de las villae en Hispania (s. IV-VII d.C.), Turnhout : Brepols (...)

18La connaissance des villas de l’Hispanie tardo-antique a fait d’importants progrès grâce aux archéologues. Les villas furent peu à peu abandonnées par leur propriétaire, toutefois cet abandon ne doit pas être perçu comme un bouleversement catastrophique, mais plutôt comme une évolution lente et naturelle, et les zones résidentielles furent réutilisées pour d’autres fonctions (espaces de production, nécropoles, micro-habitat). La construction de bâtiments chrétiens sur les sites des villas ne s’est généralisée qu’aux VIe et VIIe s.46

  • 47  Michael Kulikowski, Late Roman Spain and its Cities, Baltimore-Londres : The Johns Hopkins Univers (...)
  • 48  Amancio Isla Frez, « El lugar de habitación de las aristocracias en época visigoda, ss. VI-VIII », (...)

19Les villes ont conservé un rôle central dans la péninsule ibérique durant toute l’Antiquité tardive : il n’y eut ni décadence des cités et ni ruralisation des élites47. C’est seulement après l’invasion musulmane que, semble-t-il, une partie de l’aristocratie quitta les villes pour la campagne48.

  • 49  Paul Reynolds, « Hispania in the Later Roman Mediterranean: Ceramics and Trade », in : K. Bowes et (...)
  • 50  Hypothèse de M. KULIKOWSKI, Late Roman Spain… (chap. IV). Hypothèse inverse (celle de l’annone des (...)
  • 51  Javier ARCE, « Spain and the African Provinces in Late Antiquity », in : K. Bowes et M. Kulikowski(...)

20L’Espagne tardo-antique n’est pas isolée du monde méditerranéen. Ainsi, malgré le déclin de l’huile bétique (qui d’ailleurs remonte déjà au IIe s.), elle est restée bien intégrée au commerce méditerranéen49. Il est possible que le diocèse d’Espagne créé sous Dioclétien ait été organisé autour de la frontière de Maurétanie Tingitane : la péninsule ibérique aurait constitué un hinterland capable d’alimenter cette frontière, la destination de l’annona militaris mentionnée par les sources n’étant pas nécessairement le Rhin50. Cependant, les relations entre l’Espagne et l’Afrique durant l’Antiquité tardive semblent avoir été limitées à la Tingitane et à la région de Carthage ; l’historiographie a exagéré les liens entre l’Espagne et l’Afrique, en sous-estimant à l’inverse les liens avec la Gaule ou l’Italie51.

Histoire régionale

  • 52 Fernando López Sánchez, « Coinage, Iconography and the Changing Political Geography of Fifth-Centur (...)

21Une étude monétaire montre un appauvrissement du nord-est de la péninsule ibérique contrastant avec la stabilité économique du sud et du sud-ouest. Amorcée dès la fin du IVe s., cette évolution pourrait expliquer en partie le changement géopolitique majeur qui a vu le centre de gravité de la péninsule basculer de la vallée de l’Èbre vers la région de Mérida52.

  • 53  Urbano Espinosa Ruiz et Santiago Castellanos (éd.), Comunidades locales y dinámicas de poder en el (...)
  • 54 Iñaki Martín Viso, « La configuración de un espacio de frontera: propuestas sobre la vasconia tardo (...)

22Le nord de la péninsule ibérique – le territoire correspondant à la Galice et la Tarraconaise – a fait l’objet d’un colloque qui, dans la lignée des travaux que nous avons vus dans la section précédente, insiste sur la complémentarité des espaces urbains et ruraux et le maintien du rôle des cités dans l’Antiquité tardive53. On y mentionnera notamment une bonne synthèse sur la Vasconia : cette région apparaît comme un espace frontalier, perméable aux influences franques, mais qui relève du pouvoir wisigoth sans être réellement dominé par lui ; il y a une identité vasconne, caractérisée par une forte militarisation des élites, mais elle ne s’appuie sur aucune organisation politique propre54.

  • 55  Javier Arce, « Cantabria y los cantabri en la Antigüedad tardía: siglos V-VIII », in : Pedro Ángel (...)
  • 56  Céline Martin, « Montanus et les schismatiques : la reprise en main d’une périphérie hispanique au (...)
  • 57  Pablo de la Cruz Díaz, « Acuñación monetaria y organización administrativa en la Gallaecia tardoan (...)

23Les peuples des régions cantabre et asturienne n’ont jamais constitué de danger ni pour les Suèves, ni pour les Wisigoths55. Les lettres de Montanus de Tolède à Toribius (v. 531) montrent les efforts de Tolède pour détacher la région de Palencia du reste de la province de Galice, aux mains des Suèves ; c’est peut-être même pour faire face aux Suèves que la nouvelle province de Carpétanie a été créée, à un moment inconnu du VIe s.56 À partir de l’analyse des monnaies frappées en Galice entre 585 et 650 environ, on peut étudier l’assimilation par le royaume wisigoth de l’organisation territoriale suève57.

  • 58  Pablo de la Cruz Díaz, « La cristianización de Cantabria antes del Beato », in : Pedro Ángel Ferná (...)
  • 59 Luis Agustín García Moreno, « La Iglesia y el Cristianismo en la Galecia de época sueva », in : Ele (...)
  • 60 María Isabel Torrente Fernández, « Problemática en torno a los primeros establecimientos monásticos (...)
  • 61  Damián Peñart Peñart, « Episcopologio de Huesca », Aragonia Sacra, 16-17, 2001-2003, p. 59-87 ; Ma (...)

24Plusieurs articles portent sur la christianisation de cette zone : elle fut assez lente en Cantabrie58 ; l’Église de la Galice suève est relativement bien connue, notamment grâce au Parochiale sueuum59; le monachisme asturien remonte peut-être au VIe s.60. La revue Aragonia Sacra consacre un de ses tomes à l’épiscopologe complet des diocèses de l’actuel Aragon, dont certains remontent à l’Antiquité tardive (Saragosse, Tarazona, Huesca)61.

  • 62  Javier Arce, « Augusta Emérita en los siglos IV-V d. C. : la documentación escrita », in : Pedro M (...)
  • 63 Luis García Iglesias, « El primitivo cristianismo emeritense », in : José MaríaÁlvarez Martínez et (...)
  • 64  Pablo de la Cruz Díaz, « La iglesia lusitana en época visigoda: la formación de un patrimonio monu (...)
  • 65  Iñaki Martín Viso, « La sociedad rural en el suroeste de la meseta del Duero (siglos VI-VII) », in(...)

25Les travaux sur la Lusitanie sont moins nombreux : une bonne synthèse sur les sources écrites (littéraires et épigraphiques) qui parlent de Mérida aux IVe et Ve s.62, un article sur la christianisme antique à Mérida63, un autre sur l’Église lusitanienne à l’époque wisigothique64. Les rapports entre les propriétés rurales et le pouvoir politique sont étudiés à partir du témoignage des ardoises wisigothiques trouvées dans la région65.

  • 66 Luis Agustín García Moreno, « Transformaciones de la Bética durante la Tardoantigüedad », Mainake, (...)
  • 67  Javier Verdugo Santos, « El cristianismo en Itálica: fuentes, tradiciones y testimonios arqueológi (...)
  • 68  Pedro Castillo Maldonado, La primera cristianización de Jaén: historia eclesiástica (ss. iv-ix), J (...)

26La Bétique suscite aussi quelques études : un riche article étudie les changements politiques, religieux, socio-économiques et culturels66 ; d’autres rassemblent utilement l’ensemble des données sur Itálica et Elvire67 ; enfin, deux livres consacrés à Jaén concernent aussi, plus généralement, la Bétique, notamment la vallée du Guadalquivir68.

  • 69  Josep Amengual i Batle et Margarita Orfila, « Paganos, judíos y cristianos en las Baleares: docume (...)
  • 70  Josep Amengual i Batle, « El segle V: de la romanitat política a la cultural a les Balears », Mayu (...)

27Enfin, signalons quelques synthèses sur les îles Baléares et leur situation religieuse au Ve s., bien connue grâce à Consentius et Sévère de Minorque69. Occupées par les Vandales (en 455) puis les Byzantins (en 534), elles ont gardé leur culture romaine, mais se sont un peu éloignées du monde hispanique, n’étant conquises par les Arabes qu’au Xe s.70

Histoire religieuse

  • 71  Enrique Flórez et Manuel Risco, España Sagrada, t. 1-45, éd. Rafael Lazcano, Guadarrama (Madrid) : (...)

28Nous commencerons par quelques ouvrages généraux. Et d’abord par l’España Sagrada d’Enrique Flórez et Manuel Risco, dont tous les spécialistes de l’Espagne tardo-antique et médiévale connaissent l’importance : aussi doit-on se réjouir que cette extraordinaire collection soit rééditée (on peut néanmoins regretter l’introduction d’une nouvelle pagination, qui ne correspond pas aux éditions antérieures et complique l’utilisation de cette réédition)71.

  • 72 Historia de las diócesis españolas, t. 2 Barcelona, Terrassa, Sant Feliu de Llobregat, Gerona, éd. (...)

29La Biblioteca de Autores Cristianos publie une Histoire des diocèses espagnols qui comporte de bonnes synthèses, écrites par les meilleurs spécialistes, sur les diocèses et sur leurs évêques, leurs monastères ou leurs conciles72.

  • 73  Purificación Ubric Rabaneda, La Iglesia en la Hispania del siglo V, Grenade : Universidad de Grana (...)
  • 74  Luis Agustín García Moreno, « Les relations entre l’Église des Gaules et l’Église d’Espagne du Ve (...)

30Bien qu’il ne porte que sur le Ve siècle, le livre de Purificación Ubric Rabaneda constitue une bonne introduction à l’histoire de l’Église espagnole tardo-antique : il montre bien comment les évêques ont assumé un pouvoir non seulement spirituel, mais aussi civil, économique et culturel ; la présence des barbares n’a pas eu d’incidence sur la vie de l’Église73. Signalons aussi une bonne synthèse sur les relations entre l’Église des Gaules et l’Église d’Espagne du Ve au VIIe siècles, marquées par la méfiance et le mépris réciproques74.

  • 75  La controverse est née en 2002 avec un article de Josep Vilella et Pere Enric Barreda, « Los cánon (...)
  • 76  Eduardo Vadillo Romero, « Los concilios de Toledo », in : Hispania Gothorum…, p. 215-230.
  • 77  Andreas Weckwerth, Das erste Konzil von Toledo. Philologischer und kirchenhistorischer Kommentar z (...)
  • 78  José Rico Pavés, « Totius fons et origo diuinitatis. La persona del Padre en los Símbolos de Fe de (...)
  • 79 Manuel Sotomayor Muro, « Términos de la organización territorial eclesiástica en los concilios hisp (...)
  • 80  Jesús Gutiérrez Pardina, « La prohibición de las segundas nupcias de la viuda de clérigo en los co (...)
  • 81  Ramón Gonzálvez Ruiz, « La obra de unificación litúrgica del Concilio IV de Toledo », in : Hispani (...)

31L’histoire des conciles a été dominée, ces dernières années, par une vive controverse à propos de l’historicité du concile d’Elvire : sans forcément avoir une position tranchée, les chercheurs devront donc désormais utiliser cette source avec prudence75. Les autres conciles hispano-romains et wisigothiques ont suscité moins de polémique, et donc peut-être aussi moins de nouveauté. On notera une synthèse rapide mais commode sur les conciles de Tolède76 et une analyse très approfondie du premier de ces conciles77, ainsi que divers articles qui éclairent divers aspects de l’Église hispanique à partir des actes conciliaires : la théologie78, l’organisation ecclésiastique79, la discipline ecclésiastique80 et la liturgie81.

  • 82  Andrés Olivares Guillem, Prisciliano a través del tiempo. Historia de los estudios sobre el prisci (...)
  • 83  Antonio García Masegosa, « San Martín de Tours y el priscilianismo », Minius, 11, 2003, p. 87-96 ; (...)
  • 84  Josef RIST, « Violencia estatal al servicio de la Iglesia: la ejecución de Prisciliano en 385 y la (...)
  • 85 Maria Veronese, « Le citazioni del De Trinitate di Ilario nella raccolta attribuita a Priscilliano  (...)
  • 86 María Victoria Escribano Paño, « Heresy and Orthodoxy in Fourth Century Hispania: Arianism and Pris (...)

32Quelques travaux permettent de s’orienter dans la vaste bibliographie sur le priscillianisme82. Depuis déjà quelque temps il est établi que Priscillien n’était pas hérétique (en tout cas pas manichéen)83 et que sa condamnation à mort à Trèves est liée à des circonstances politiques (l’usurpation de Maxime) plus que religieuses84. Les tendances récentes de la recherche consistent en un salutaire retour au texte même des traités de Wurtzbourg85 et une mise en perspective du mouvement dans l’ensemble de l’histoire de l’Église : la crise priscillianiste apparaît ainsi comme une séquelle de la dispute arienne qui a profondément divisé l’épiscopat espagnol au IVe s.86.

  • 87  José Fernández Ubiña, « Poder y corrupción en el episcopado hispano del siglo iv », Studia Histori (...)
  • 88  Damián Fernández, « What is the De fisco Barcinonensi about? », Antiquité Tardive,14, 2006, p. 217 (...)

33De fait, l’épiscopat était le sommet d’un cursus honorum, ce qui générait des luttes de pouvoir et de la corruption87. On a parfois interprété le De fisco Barcinonensi comme le signe d’un pouvoir fiscal donné aux évêques, or en fait ils prennent soin de se distinguer des agents séculiers de la royauté88.

  • 89  Pablo de la Cruz Díaz, « El legado del pasado: reglas y monasterios visigodos y carolingios », in  (...)
  • 90  Pablo de la Cruz Díaz, « Espacio real / espacio imaginado en los monasterios isidorianos », in : J (...)
  • 91  Adalbert de Vogüé, Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’Antiquité, t. 11 : La Gaule (...)

34Quelques travaux aussi sur le monachisme hispanique : une bonne synthèse89, un article intéressant sur la Regula monachorum isidorienne90, mais surtout l’avant-dernier tome de l’admirable Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’Antiquité d’Adalbert de Vogüé, qui est partiellement consacré à l’Espagne wisigothique91.

  • 92  Santiago Castellanos, La hagiografía visigoda. Dominio social y proyección cultural, Logroño : Fun (...)
  • 93  Pedro Castillo Maldonado, « Angelorumparticipes: the cult of the saints in late antique Spain », i (...)
  • 94  Katherine Elliot van Liere, « The Missionary and the Moorslayer: James the Apostle in Spanish Hist (...)
  • 95 Armin U. Stylow, « El culto a san Miguel en la Hispania visigoda: una revisión crítica », in : Luis (...)

35La production sur le culte des saints est abondante, mais assez peu originale. Les travaux récents ne font que confirmer ce qui est maintenant bien établi : dans ce domaine comme pour beaucoup d’autres, il n’y a pas d’exception espagnole. On peut ainsi adapter à l’Espagne les thèses de Peter Brown sur l’origine aristocratique et ecclésiastique du culte des saints92. Le culte des martyrs en Espagne suit la même évolution que dans le reste de la Méditerranée : expansion des cultes locaux, importation de martyrs étrangers et extension du concept de sainteté aux confesseurs qui n’ont pas souffert le martyre93. L’idée reçue selon laquelle les historiens médiévaux ont cru que l’apôtre Jacques avait effectivement prêché en Espagne est en fait inexacte94. Le culte de l’archange saint Michel fut très limité dans l’Espagne wisigothique : plusieurs témoignages archéologiques qu’on invoquait pour prouver un tel culte reposent en fait sur des datations ou des interprétations douteuses95.

Histoire littéraire

  • 96  Année Philologique, 74-78, 2003-2007, et Medioevo Latino, 24-28, 2003-2007.

36Le lecteur nous pardonnera notre franchise, mais nous avons hésité à conserver dans la Chronique cette section « Histoire littéraire ». Qu’on n’y voie pas du mépris de notre part envers la littérature : au contraire, deux des rédacteurs de cette Chronique sont latinistes ; mais l’accroissement phénoménal des publications ces dernières années est tel qu’il est inutile de n’en citer ne serait-ce que la moitié. D’autre part et surtout, il existe déjà d’excellents instruments de travail, (presque) exhaustifs et bien connus des latinistes : l’Année Philologique et Medioevo Latino96, et notre modeste Chronique peut difficilement prétendre leur ajouter quoi que ce soit. Nous serons donc délibérément très sélectifs.

  • 97  Ramón Trevijano Echeverría, « Bibliografía patrística hispano-luso-americana, XIII (2001-2002) » e (...)
  • 98 Maurilio Pérez González, « Crónica bibliográfica de la Península Ibérica (2001-2004) » et « Crónica (...)
  • 99  Aires Augusto Nascimento et Paulo Farmhouse Alberto (éd.), IV Congresso Internacional de Latim Med (...)

37Rappelons d’abord l’existence de plusieurs instruments de travail, et en premier lieu de deux chroniques : celles de Ramón Trevijano Echeverría97 sur l’ensemble des Pères de l’Église et celles de Maurilio Pérez González98 sur l’ensemble du latin médiéval (éditions, études lexicales ou historiques). L’un des intérêts de ces chroniques est qu’elles mentionnent de nombreux travaux parus en Espagne ou au Portugal et peu diffusés hors de la péninsule ibérique. C’est aussi devenu une habitude depuis 1993 : tous les quatre ans, les spécialistes de latin médiéval hispanique se réunissent dans des congrès qui comportent de nombreuses communications sur les auteurs hispaniques ; en 2005, le congrès s’est tenu à Lisbonne99.

  • 100  Michael Lapidge, Gian Carlo Garfagnini et Claudio Leonardi (dir.), CALMA. Compendium Auctorum Lati (...)
  • 101  Paolo Chiesa et Lucia Castaldi (dir.), Te.Tra. La trasmissione dei testi latini del Medioevo. Medi (...)

38Ces dix dernières années ont vu aussi le lancement de deux entreprises extrêmement ambitieuses sur la littérature latine tardo-antique et médiévale, et qui incluent, logiquement, les auteurs espagnols : CALMA, qui comporte des synthèses bio-bibliographiques sur les auteurs latins du Moyen Âge (500-1500)100 ; et Te.Tra, qui réunit des travaux, souvent neufs, sur la transmission manuscrite des textes médiévaux101.

  • 102  Maria Becker, Kommentar zum Tischgebet des Prudentius (cath. 3), Heidelberg : Universitätsverlag W (...)

39Notre présentation de quelques travaux monographiques commencera par une omission volontaire. La bibliographie sur Juvencus et surtout Prudence s’est considérablement accrue, et nous avons renoncé à faire concurrence à l’Année Philologique qui en 2007, par exemple, ne mentionne pas moins de 23 travaux sur Prudence. Preuve que Prudence est devenu un « classique » : chacun de ses poèmes fait désormais l’objet d’un commentaire approfondi, comme l’hymne 3 du Cathemerinon dont il n’existait jusqu’à présent que des analyses partielles102.

  • 103  Martin Parmentier, « Valerianus, Cerealis or Arnobius ? Three Variations on a Confession of Faith  (...)
  • 104  Voir Aires Augusto Nascimento, « A cultura bracarense no séc. VI: uma revisitação necessária », in(...)
  • 105  Dans Roger Gryson, Variorum auctorum commentaria minora in Apocalypsin Iohannis, Turnhout : Brepol (...)

40Valérien de Calahorra est assurément un auteur moins important mais on doit signaler que sa Fides vient de faire l’objet d’une bonne édition critique103. La perception de Martin de Braga a été considérablement renouvelée : contrairement à ce qu’on pensait, il n’est probablement pas d’origine orientale et il est peu probable aussi que Paschase ait été son disciple104. Le Commentaire sur l’Apocalypse d’Apringius de Beja a bénéficié d’une édition critique105.

  • 106  Jose Carlos Martín, Isidori Hispalensis Chronica, Turnhout : Brepols (CCSL 112), 2003 ; María Adel (...)
  • 107  Livre XIII des Étymologies édité par Giovanni Gasparotto, Paris : Belles Lettres, 2004 (édition qu (...)
  • 108  Voir les actes d’un colloque organisé en 2002 mais paru en 2008 : María Adelaida Andrés Sanz, Jacq (...)
  • 109  Veronika von Büren, « La place du manuscrit Ambr. L 99 sup. dans la transmission des Étymologies d (...)
  • 110 Arsenio Ferraces Rodríguez (éd.), Isidorus medicus. Isidoro de Sevilla y los textos de medicina, La (...)
  • 111  Luis Agustín García Moreno, « ¿Por qué Isidoro quiso escribir una segunda versión de su Historia G (...)
  • 112  Attilio Carpin, « Itinerario spirituale isidoriano: dal peccato alla virtù », Sacra Doctrina, 48/5 (...)

41Les dernières années ont vu l’édition critique de plusieurs œuvres d’Isidore de Séville : la Chronique et les Differentiae II dans le « Corpus Christianorum »106, et plusieurs livres des Étymologies et le livre des Nombres dans la collection « Auteurs Latins du Moyen Âge »107. Ces éditions permettent de mieux comprendre la transmission textuelle des œuvres d’Isidore108. Une autre étude se propose ni plus ni moins de réviser totalement la transmission manuscrite ancienne des Étymologies ; bien qu’elle ne soit pas toujours étayée par des arguments probants, on pourra difficilement l’ignorer109. Un colloque étudie la présence des textes médicaux chez Isidore et en sens inverse celle d’Isidore dans les textes médicaux110. L’Histoire des Goths n’est plus seulement lue comme une source, mais comme une œuvre à part entière, avec un contenu idéologique riche et cohérent111. Enfin, il faut saluer les travaux d’un chercheur italien qui est actuellement un des seuls à s’intéresser au Sévillan d’un point de vue théologique112.

  • 113  Ruth Miguel Franco, El « Epistularium » de Braulio de Zaragoza: edición crítica, traducción y estu (...)
  • 114  Dans Jose Carlos Martín, Scripta de uita Isidori Hispalensis episcopi, Turnhout : Brepols (CCSL 11 (...)
  • 115  Valeriano Yarza Urquiola et Carmen Codoñer, Ildefonsi Toletani episcopi De uirginitate sanctae Mar (...)
  • 116  Paulo Farmhouse Alberto, Eugenii Toletani Opera omnia, Turnhout : Brepols (CCSL 114), 2005.
  • 117  Manuel Cecilio Díaz y Díaz, Valerio del Bierzo. Su persona. Su obra, León : Centro de Estudios e I (...)

42Ce n’est pas seulement Isidore, mais la plupart des auteurs et des textes wisigothiques qui bénéficient enfin d’une édition critique : l’Epistularium de Braulion de Saragosse113, la Renotatio de ce même Braulion, l’Obitus beatissimi Isidori de Redemptus de Séville114, les œuvres les plus importantes d’Ildefonse de Tolède115, et les œuvres complètes d’Eugène de Tolède116 et de Valère du Bierzo117. La publication de ces éditions critiques a fait grandement progresser la connaissance de ces auteurs. Tel est l’un des paradoxes de la bibliographie : la mention d’une édition critique tient en quelques mots seulement alors qu’elle apporte souvent bien plus que les dizaines d’articles d’auteurs trop prolifiques.

Linguistique

  • 118  James Noel Adams, The Regional Diversification of Latin. 200 BC-AD 600, Cambridge : Cambridge Univ (...)
  • 119  Peter Stotz, Handbuch zur lateinischen Sprache des Mittelalters, München : C.H. Beck (Handbuch der (...)

43L’Espagne ne saurait être isolée de l’ensemble du domaine latinophone, et le latin tardo-antique ne peut se comprendre sans une connaissance du latin classique et du latin médiéval. Aussi est-il important de citer ici deux ouvrages de référence qui ne portent pas spécifiquement sur l’Espagne, mais qui sont d’un intérêt considérable pour nos études. James Noel Adams118 a étudié les variétés régionales du latin classique (antérieur au VI-VIIe s. après J.-C.) ; près de 80 pages (p. 231-240 et 370-431) sont plus spécialement consacrées à l’Espagne : l’auteur rassemble tous les témoignages connus sur les traits spécifiquement ibériques, et il rejette notamment la théorie assez répandue du caractère « archaïque » du latin hispanique. En 2004 Peter Stotz a fait paraître le cinquième et dernier tome de son excellente synthèse sur le latin médiéval119 ; comme on peut le constater en consultant le tableau récapitulatif des sources (t. 5, p. 255-444), les auteurs hispaniques (notamment de l’époque wisigothique) ont fourni un certain nombre d’exemples, et de toute façon, quel que soit l’auteur ou le texte étudié, la grammaire de Peter Stotz fait déjà partie de ces ouvrages qu’il est indispensable de consulter.

  • 120  Rafael Cano (éd.), Historia de la lengua española, Barcelone : Ariel, 2004. Voir aussi le minutieu (...)
  • 121  Miguel Rodríguez-Pantoja, « El latín hablado en Hispania hasta el s. V », in : Rafael Cano (éd.), (...)

44En 2004 est parue aussi une Histoire de la langue espagnole, qui se présente comme une sorte de mise à jour de l’Enciclopedia Lingüística Hispánica publiée dans les années 1960120. Comme son illustre devancière elle conçoit l’histoire de l’espagnol en un sens très large, puisqu’elle consacre une large part à l’histoire du latin dans la péninsule ibérique de l’arrivée des Romains aux premières manifestations de l’espagnol médiéval. Un autre trait qui rapproche les deux manuels est leur caractère collectif : chaque chapitre est écrit par un spécialiste renommé121.

  • 122  Carmen Arias Abellán (éd.), Latin vulgaire – Latin tardif VII. Actes du VIIème Colloque internatio (...)

45Depuis les années 1980 les spécialistes du latin vulgaire et tardif ont pris l’habitude de se réunir tous les trois ans : le septième congrès international Latin vulgaire – Latin tardif ayant eu lieu à Séville, le nombre de contributions consacrées au latin hispanique y est particulièrement élevé122.

  • 123  Isabel Velázquez Soriano, Las pizarras visigodas: entre el latín y su disgregación. La lengua habl (...)

46Mais c’est principalement grâce aux nouvelles éditions critiques que la connaissance du latin tardif hispanique a progressé ces dernières années : en effet, la plupart d’entre elles comportent une étude linguistique, inséparable du travail d’ecdotique. Comme il est inutile de répéter ici les mêmes noms que dans la section « Histoire littéraire », nous ne ferons que mentionner l’édition des ardoises wisigothiques par Isabel Velázquez Soriano : la philologue en propose une nouvelle mise à jour, qui accorde une place particulièrement importante au commentaire linguistique123.

Paléographie

  • 124  Sur ces deux projets, voir José Manuel Ruiz Asencio, « Códices pirenaicos y riojanos en la bibliot (...)

47Actuellement sont en cours deux grands projets destinés à fournir aux chercheurs de meilleurs instruments pour l’étude de l’écriture wisigothique124. Le premier est un nouveau corpus de manuscrits en écriture wisigothique, qui doit actualiser le Corpus de códices visigóticos d’Agustín Millares Carlo, et qui doit être complété par un corpus de fragments. Le second a un objectif plus précis : fournir des monographies sur chacun des manuscrits wisigothiques de la Rioja, et d’accumuler ainsi le plus de données possible pour dater et localiser les manuscrits en écriture wisigothique.

  • 125  María del Carmen del Camino Martínez, « Los fragmentos de códices visigóticos: balance y perspecti (...)
  • 126  Ana Suárez González, Fragmentos de libros, bibliotecas de fragmentos, Zamora : Instituto de Estudi (...)
  • 127  Irene Ruiz Albi, « Dos fragmentos de biblias visigóticas (San Zoilo de Carrión y Catedral de Zamor (...)
  • 128  Claudio García Turza (coord.), Los manuscritos visigóticos: estudio paleográfico y codicológico, L (...)
  • 129  José Manuel Ruiz Asencio, « Códices pirenaicos… », p. 177-210.

48Comme il s’agit de deux projets à long terme, il faudra attendre quelques années pour en voir le terme. Néanmoins, María del Carmen del Camino Martínez a déjà proposé un bilan provisoire du corpus de fragments de mss. en écriture wisigothique125 : actuellement il comprend autour de 230 fragments (contre 137 dans le Corpus d’Augustín Millares Carlo). La période récente a vu l’édition de plusieurs fragments inédits grâce à Ana Suárez González126 et Irene Ruiz Albi127. Au second projet se rattache un bel ouvrage collectif, comportant six monographies consacrées à des manuscrits datés originaires de la Rioja (le plus célèbre étant sans doute le Codex Albeldensis)128. Dans un autre article, José Manuel Ruiz Asencio décrit aussi dix manuscrits originaires de la Rioja et de Navarre, ainsi qu’un manuscrit copié à Silos mais sur un modèle de San Millán129.

  • 130  Jesús Alturo, « La escritura visigótica. Estado de la cuestión », Archiv für Diplomatik: Schriftge (...)
  • 131  María de la Encarnación Martín López, « Las inscripciones medievales del monasterio de Santo Domin (...)
  • 132  Jean Vezin, « El códice British Library add. 30849 y la introducción de la carolina en España », i (...)
  • 133  Vicente García Lobo, Las “explanationes” del claustro de Silos. Nueva lectura, in : José Antonio F (...)

49Ces projets ambitieux montrent en tout cas la vigueur de la recherche actuelle sur l’écriture wisigothique. Dans un bel article de synthèse130, Jesús Alturo résume les tendances récentes de cette recherche : outre l’attention portée aux fragments et aux variations régionales, il souligne l’intérêt croissant pour les inscriptions et les textes diplomatiques, qui étaient négligés auparavant, et l’étude toujours plus précise de la transition entre écriture wisigothique et caroline. Les Actes du colloque sur l’abbaye de Silos illustrent bien ces tendances : un article porte sur les inscriptions médiévales du monastère (dont l’une est en écriture wisigothique)131, un autre sur l’introduction de la caroline en Espagne132, et un troisième se situe à l’intersection de ces deux problématiques, puisqu’il analyse les explanationes du monastère de Silos, écrites en caroline mais avec quelques réminiscences wisigothiques133.

Haut de page

Notes

1  Robert Étienne (dir.), « Chronique. Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chronique I. 1968-1972 », Revue des Études Anciennes, 77, 1975, p. 151-221 ; Robert Étienne et Jacques Fontaine (dir.), « Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chronique II. 1973-77 », Revue des Études Anciennes, 81, 1979, p. 105-215 ; Robert Étienne et Jacques Fontaine (dir.), « Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chronique III. 1978-82 », Revue des Études Anciennes, 84, 1982, p. 183-300 ; Jacques Fontaine et Pierre Rouillard (dir.), « Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chronique IV. 1983-87 », Revue des Études Anciennes, 91, 1989, p. 151-307 ; Jacques Fontaine et Pierre Sillières (dir.), « Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chronique V. 1988-1992 », Revue des Études Anciennes, 97, 1995, p. 253-453 ; Jacques Fontaine, Milagros Navarro Caballero, Elena Torregaray Pagola et Pierre Sillières (dir.), « Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chronique VI. 1993-1997 », Revue des Études Anciennes, 102, 2000, p. 97-304 ; Jacques Fontaine, Milagros Navarro Caballero et Elena Torregaray Pagola (dir.), « Histoire et archéologie de la Péninsule Ibérique antique. Chronique VII. 1998-2002 », Revue des Études Anciennes, 107, 2005, p. 149-370 et 389-510. Les quatre premières « Chroniques » ont été rassemblées dans un volume paru en 1993 : Robert Étienne et Françoise Mayet (éd.), Histoire et archéologie de la Péninsule ibérique antique : chroniques quinquennales, 1968-1987, Paris : De Boccard (Publications du Centre Pierre Paris, 24), 1993.

2  Nous avons cependant fait quelques exceptions à cette règle, notamment lorsque le travail recensé était en cours d’édition durant la période 2003-2007 et que cette édition s’est poursuivie au-delà (par exemple, la réédition d’España Sagrada, inachevée encore aujourd’hui). Nous renvoyons aussi à l’ouvrage de Jose Carlos Martín (avec la collaboration de Carmen Cardelle de Hartmann et Jacques Elfassi), Sources latines de l’Espagne tardo-antique et médiévale (Ve-XIVe s.). Répertoire bibliographique, Paris : CNRS éditions (IRHT - Documents, études et répertoires, 77), 2010 ; le champ couvert par ce livre est à la fois plus large que la présente bibliographie (puisqu’il va jusqu’au XIVe siècle) et plus étroit (puisqu’il porte surtout sur les textes), mais il la complète, au moins partiellement, pour les années 2008-2009.

3  Plusieurs revues se sont créées dans les années 2003-2007 : par exemple, Aemilianense, Auctores nostri, Clío & Crímen et Ex novo, nées toutes les quatre en 2004. Il faut aussi mentionner des revues électroniques, comme e-Spania, dont le premier numéro date de 2006.

4  Alberto Ferreiro, The Visigoths in Gaul and Spain A.D. 418-711. A Bibliography, Leyde-New York-Copenhague-Cologne : Brill, 1988 ; id., The Visigoths in Gaul and Iberia. A Supplemented Bibliography, 1984-2003, Leyde-Boston : Brill (The Medieval and Early Modern Iberian World, 28), 2006 ; id., The Visigoths in Gaul and Iberia (Update). A Supplemental Bibliography, 2004-2006, Leyde-Boston : Brill (The Medieval and Early Modern Iberian World, 35), 2008.

5 Javier Arce, Bárbaros y romanos en Hispania (400-507), Madrid : Marcial Pons, 2005.

6  Roger Collins, Visigothic Spain. 409-711, Malden (MA) : Blackwell, 2004 (= La España visigoda, 409-711, Barcelone : Crítica, 2005).

7  Kim Bowes et Michael Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity: Current Perspectives, Leyde-Boston : Brill (The Medieval and Early Modern Iberian World, 24), 2005.

8  Klaus Herbers, Geschichte Spaniens im Mittelalter: vom Westgotenreich bis zum Ende des 15. Jahrhunderts, Stuttgart : W. Kohlhammer, 2006 (p. 36-71 sur l’Espagne wisigothique) ; Pablo de la Cruz Díaz Martínez, Clelia Martínez Maza et Francisco Javier Sanz Huesma, Hispania tardoantigua y visigoda, Madrid : Istmo (Historia de España V. Historia Antigua. Colección Fundamentos 181), 2007 ; María Isabel Loring, Dionisio Pérez et Pablo Fuentes, La Hispania tardorromana y visigoda, siglos V-VIII, Madrid : Síntesis (Historia de España 3er milenio, 4), 2007.

9  Abilio Barbero et María IsabelLoring, « The Formation of the Sueve and Visigothic Kingdoms in Spain » et « The Catholic Visigothic Kingdom »,in : Paul FOURACRE (éd.), The New Cambridge Medieval History. Volume 1 c. 500–c. 700, Cambridge : Cambridge University Press, 2005, p. 162-192 et 346-370.

10  E. Michael Gerli (éd.), Medieval Iberia. An Encyclopedia, New York-Londres : Routledge, 2003. Voir par exemple l’article sur Isidore de Séville par Roger Wright (p. 431-432), et celui sur les Wisigoths par Roger Collins (p. 839-844).

11  Mark A. Handley, « Late antique and early medieval Spain AD300-711: a hand-list of translated texts », Nottingham Medieval Studies, 49, 2005, p. 190-232.

12  Magali Coumert, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Âge occidental (550-850), Paris : Institut d’Études Augustiniennes (Collection des Études Augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, 42), 2007.

13  Bruno Dumézil, Les Racines chrétiennes de l'Europe. Conversion et liberté dans les royaumes barbares (Ve-VIIIe siècle), Paris : Fayard, 2005.

14  José Vilella Masana, « Los obispos toledanos anteriores al Reino visigodo-católico », in : Luis Agustín García Moreno, Elvira Gil Egea, Sebastián Rascón Marqués et Margarita Vallejo Girvés (éd.), Santos, obispos y reliquias. Actas del III encuentro “Hispania en la antigüedad tardía”. Alcalá de Henares, 13 a 16 de octubre de 1998, Alcalá de Henares : Universidad de Alcalá (Acta Antiqua Complutensia, 3), 2003, p. 101-119 ; id., « La Epístola 1 de Siricio: estudio prosopográfico de Himerio de Tarragona », Augustinianum, 44, 2004, p. 337-369 ; id., « Mala temporis nostri: la actuación de León Magno y Toribio de Astorga en contra del maniqueísmo-priscilianismo hispano », Helmantica, 58, 2007, p. 7-65 (étude prosopographique sur Toribius d’Astorga aux p. 9-10).

15  Michael Kulikowski, « The Identity of Bachiarius », Medieval Prosopography, 24, 2003, p. 3-14.

16  Diego Piay Augusto, « Acercamiento prosopográfico al priscilianismo », in : Elena Conde Guerri, Rafael González Fernández et Alejandro Egea Vivancos (éd.), Espacio y tiempo en la percepción de la Antigüedad Tardía: Homenaje al profesor Antonino González Blanco, « in maturitate aetatis ad prudentiam », Murcie : Universidad de Murcia (Antigüedad y Cristianismo. Monografías históricas sobre la Antigüedad Tardía, 23), 2006, p. 601-625.

17  Jesús Niño Sánchez-Guisande, « Ilustres obispos hispano-romanos del siglo VI », Compostellanum, 48, 2003, p. 235-316.

18  Mark A. Handley, Death, Society and Culture: Inscriptions and Epitaphs in Gaul and Spain, ad 300-750, Oxford : Archaeopress (BAR International Series, 1135), 2003.

19  Henar Gallego Franco, Mujeres en Hispania tardoantigua: las fuentes epigráficas (siglos V-VII d.C.), Valladolid : Universidad de Valladolid (Historia, 123), 2007.

20  Alicia M. Canto, « Sobre el origen bético de Teodosio I el Grande, y su improbable nacimiento en Cauca de Gallaecia », Latomus, 65, 2006, p. 388-421.

21  Neil McLynn, « Genere Hispanus: Theodosius, Spain and Nicene Orthodoxy », in : K. Bowes et M. Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity…, p. 77-120.

22  Armando Besga Marroquín, « La usurpación de Constantino III y la invasión del 409 en Hispania », Letras de Deusto, 36, 2006, p. 69-142.

23  Yolanda Godoy, Gosvinta. La regina dei Visigoti, Milan : Jaca Book (Donne d’oriente e d’occidente, 15), 2004 ; Rodrigo C. Furtado, « Poder, diplomacia e religião no reino visigótico: a rainha Gosvinta », Euphrosyne, 34, 2006, p. 205-223.

24  Santiago Castellanos, Los Godos y la cruz. Recaredo y la unidad de Spania, Madrid : Alianza Editorial, 2007.

25  Céline Martin, « Des fins de règne incertaines : répression et amnistie des groupes aristocratiques dans le royaume de Tolède (deuxième moitié du VIIe s.) », in : François Bougard, Laurent Feller et Régine Le Jan (éd.),  Les Élites au haut Moyen Age. Crises et renouvellements, Turnhout : Brepols, 2006, p. 207-223.

26  Voir les travaux de Julia Montenegro et Arcadio del Castillo : « Theodomir’s victory over the Byzantines in the joint reign of Egica and Wittiza: A reference by the Chronicle of 754 », Byzantion, 74, 2004, p. 403-415 ; « An unusual episode in the historiography of the Visigothic kingdom of Toledo: Wamba as instigator of the repudiation of Cixilo by Egica », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 84, 2006, p. 205-216 ; « Algunas consideraciones sobre la facción witizana y la invasión musulmana de 711 en la Península Ibérica », Iacobus, 21-22, 2006, p. 33-46 ; « Le règne de Rodéric, Akhila II et l’invasion musulmane de la péninsule », Francia, 34/1, 2007, p. 1-17.

27  Voir Armando Besga Marroquín, « Consideraciones sobre el fin del reino visigodo de Toledo », Letras de Deusto 33, 2003, p. 9-34.

28  Armando Besga Marroquín, « El “morbo gótico”: ¿tópico o realidad? », Letras de Deusto, 37, 2007, p. 135-144.

29  Céline Martin, La géographie du pouvoir dans l’Espagne visigothique, Lille : Presses universitaires du Septentrion, 2003.

30 Ana María Jiménez Garnica, « Sobre rex y regnum. Problemas de terminología política durante el primer siglo de historia de los visigodos », Pyrenae, 35, 2004, p. 57-78.

31  Amancio Isla Frez, « Reinas de los godos », Hispania (Madrid), 64, 2004, p. 409-434 ; María del Rosario Valverde, « La reina viuda en el derecho visigodo: religionis habitum adsumat », Anuario de Historia del derecho español, 73, 2003, p. 389-406.

32  Raquel Alonso Álvarez, « Los enterramientos de los reyes visigodos », in : Fundamentos medievales de los particularismos hispánicos(IX Congreso de Estudios Medievales [León, del 15 al 18 de diciembre de 2003]), Ávila : Fundación Sánchez Albornoz, 2005, p. 361-376.

33  Isabel Velázquez Soriano, « Pro patriae gentisque Gothorum statu (4th Council of Toledo, Canon 75, a. 633) », in : Hans-Werner Goetz, Jörg Jarnut et Walter Pohl (éd.),Regna and gentes. The Relationship between Late Antique and Early Medieval Peoples and Kingdoms in the Transformation of the Roman World, Leyde : Brill (The Transformation of the Roman World, 13), 2003, p. 161-217. Voir aussi Juan Ramón Carbó García, « Godos y getas en la historiografía de la Tardoantigüedad y del Medievo: un problema de identidad y de legitimación sociopolítica », Studia Historica. Historia antigua, 22, 2004, p. 179-206 ; Luis Agustín García Moreno, « La idea de España en la época goda », dans Fundamentos medievales de los particularismos hispánicos…, p. 41-60 ; id., « Patria española y etnia goda (siglos VI-VIII) », in : Vicente Palacio Atard (éd.), De Hispania a España: el nombre y el concepto a través de los siglos, Madrid : Temas de Hoy, 2005, p. 41-53 ; Alexander Pierre Bronisch, « El concepto de España en la historiografía visigoda y asturiana », Norba. Revista de Historia, 19, 2006, p. 9-42.

34  Sur le judaïsme et sur la politique antijuive de l’époque wisigothique, voir Luis Agustín GarcÍa Moreno, « Las juderías visigodas: etnicidad y estructura social », in : Convivencia de culturas y sociedades mediterráneas, Pampelune : Universidad Pública de Navarra, 2004, p. 23-53 ; Alexander Pierre Bronisch, Die Judengesetzgebung im katholischen Westgotenreich von Toledo, Hannovre : Hahnsche Buchhandlung, 2005 ; Scott Bradbury, « The Jews of Spain, c. 235-638 », in : Steven T. Katz (éd.),The Cambridge History of Judaism, 4 : The Late Roman-Rabbinic Period, Cambridge : Cambridge University Press, 2006, p. 508-518 ; Raúl GonzÁlez Salinero, « Un antecedente: la persecución de los judíos en el reino visigodo », in : Gonzalo Álvarez Chillida et Ricardo Izquierdo Benito (éd.), El Antisemitismo en España, Cuenca : Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2007, p. 57-88.

35  Exemple de travail sérieux mais peu original : Sergio Alberto Feldman, Perspectivas da unidade político-religiosa no reino hispano visigodo de Toledo: As obras de Isidoro de Sevilha e a questão judaica, Curitiba : Universidade Federal do Paraná, 2004 (thèse consultable sur Internet : http://www.poshistoria.ufpr.br/documentos/2004/Sergioalbertofeldman.pdf). Plus intéressants sont les articles d’Abdón Moreno GarcÍa et Raúl Pozas Garza : « Una controversia judeo-cristiana del s. VII : De fide catholica ex Veteri et Nouo Testamento contra Iudaeos de Isidoro de Sevilla », Anales Valentinos, 29, 2003, p. 13-42 ; « Una controversia judeo-cristiana del s. VII : De uirginitate perpetua sanctae Mariae contra tres infideles de Ildefonso de Toledo », Anales Valentinos, 31, 2005, p. 107-128.

36  Raúl GonzÁlez Salinero, « Rigorismo ascético y polémica antijudía en el presbítero Eutropio (siglo V) », Hispania Sacra, 56, 2004, p. 407-422 (repris dans Id., Judíos y cristianos durante la Antigüedad tardía: entre la convivencia y la controversia, Barcelone : Riopiedras, 2006, p. 187-199) ; id., « Exégesis antiarriana y polémica antijudía en Potamio de Lisboa », Annali di Storia dell’Esegesi, 22, 2005, p. 465-477.

37  Pedro Castillo Maldonado, « Judíos, conversos y relapsos en la hagiografía narrativa tardoantigua hispana », Studia Historica. Historia Antigua,24, 2006, p. 185-203.

38  Wolfram Drews, « Jews as pagans? Polemical definitions of identity in Visigothic Spain », Early Medieval Europe, 11, 2002, p. 189-207 ; Bruno DumÉzil, « Une source méconnue sur la politique de conversions forcées du roi Sisebut : le canon 10 du concile de Séville », in : Flocel SabatÉ et Claude Denjean (éd.), Juifs et chrétiens, Sources pour la recherche d'une relation permanente, Table ronde à Carcassonne, 22 octobre 2003, Lérida : Milenio, 2006, p. 21-35 ; Raúl GonzÁlez Salinero, « Isidoro y los judíos en el único canon conservado del desaparecido Concilio III de Sevilla », in : Luis Agustín GarcÍa Moreno et Sebastián RascÓn MarquÉs (éd.), Guerra y rebelión en la Antigüedad tardía. El siglo VII en España y su contexto mediterráneo, Alcalá de Henares : Ayuntamiento de Alcalá de Henares, 2005, p. 201-211 (repris dans id., Judíos y cristianos…, p. 227-236).

39  Carlos Petit, « Derecho visigodo del siglo VII. Un ensayo de síntesis e interpretación », in :Hispania Gothorum. San Ildefonso y el reino visigodo de Toledo. 23 enero - 30 junio 2007. Toledo, Museo de Santa Cruz, Tolède : Empresa Pública “Don Quijote de la Mancha, 2005”, 2007, p. 75-85.

40  Thomas Deswarte, « Le code du roi Réceswinthe (654) a-t-il abrogé les droits antérieurs ? », in : Alain Dubreucq (éd.), ‘Traditio Juris’. Permanence et/ou discontinuité du droit romain durant le haut Moyen Âge, Lyon : Université Jean Moulin (Cahiers du Centre d’histoire médiévale, 3), 2005, p. 57-76.

41  Pablo de la Cruz Díaz, « Las cárceles en la Hispania visigoda », in : Sofía Torallas Tovar et Inmaculada Pérez Martín (éd.), Castigo y reclusión en el mundo antiguo, Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas (Manuales y Anejos de Emérita, 45), 2003, p. 193-207 ; Esperanza Osaba, « Pena capital y derecho de asilo en época visigoda », in : Aranzazu Calzada González et Fermín Camacho de los Ríos, VII Congreso Internacional y X Iberoamericano de Derecho Romano. El Derecho Penal: de Roma al Derecho actual, Madrid : Edisofer, 2005, p. 453-462 ; Margarita Vallejo Girvés, « Los exilios de católicos y arrianos bajo Leovigildo y Recaredo », Hispania Sacra, 55, 2003, p. 35-47 ; Ead., « El exilio bizantino: Hispania y el Mediterráneo occidental (siglos V-VII) », in : Inmaculada Pérez Martín et Pedro Bádenas de la Peña (éd.), Bizancio y la Península Ibérica. De la Antigüedad Tardía a la Edad Moderna, Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas (Nueva Roma, 24), 2004, p. 117-154 ; Augusto Prego de Lis, « La pena de exilio en la legislación visigoda, in : Elena Conde Guerri, Rafael González Fernández et Alejandro Egea Vivancos (éd.), Espacio y tiempo…, p. 515-529.

42  Alain Dubreucq, « Le mariage dans la loi des Wisigoths », in : Martin Aurell et Thomas Deswarte (éd.),Famille, violence et christianisation au Moyen Âge. Mélanges offerts à Michel Rouche, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 29-56.

43  Edorta Córcoles Olaitz, « The manumission of slaves in the view of the Formulae Visigothicae », Veleia, 23, 2006, p. 339-350 ; Pablo de la CruzDíaz, « Sumisión voluntaria: estatus degradado e indiferencia de estatus en la Hispania visigoda (FV 32) », Studia historia. Historia antigua, 25, 2007, p. 507-524.

44  José Manuel Pérez-Prendes y Muñoz de Arraco, « Resonancias jurídicas en las pizarras visigóticas », in : Isabel Velázquez Soriano et Manuel Santonja Gómez (éd.), En la pizarra. Los últimos hispanorromanos de la Meseta. Exposición, Burgos : Instituto de la Lengua Castellano y Leonés, 2005, p. 127-141.

45 Simon Corcoran, « The donation and will of Vincent of Huesca: latin texts and english translation », Antiquité Tardive, 11, 2003, p. 215-221 ; Enrique Ariño Gil et Pablo de la Cruz Díaz, « Poblamiento y organización del espacio. La Tarraconense pirenaica en el siglo VI », Antiquité Tardive, 11, 2003, p. 223-237.

46 Alexandra Chavarría Arnau, El final de las villae en Hispania (s. IV-VII d.C.), Turnhout : Brepols (Bibliothèque de l’Antiquité Tardive, 7), 2007.

47  Michael Kulikowski, Late Roman Spain and its Cities, Baltimore-Londres : The Johns Hopkins University Press, 2004.

48  Amancio Isla Frez, « El lugar de habitación de las aristocracias en época visigoda, ss. VI-VIII », Arqueología y territorio medieval, 14, 2007, p. 9-19.

49  Paul Reynolds, « Hispania in the Later Roman Mediterranean: Ceramics and Trade », in : K. Bowes et M. Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity…, p. 369-486.

50  Hypothèse de M. KULIKOWSKI, Late Roman Spain… (chap. IV). Hypothèse inverse (celle de l’annone destinée à alimenter le limes rhénan) dans divers travaux de Carmen Fernández Ochoa et Ángel Morillo Cerdán, par exemple : « Walls in the Urban Landscape of Late Roman Spain: Defense and Imperial Strategy », in : K. Bowes et M. Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity…, p. 299-340.

51  Javier ARCE, « Spain and the African Provinces in Late Antiquity », in : K. Bowes et M. Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity…, p. 341-361.

52 Fernando López Sánchez, « Coinage, Iconography and the Changing Political Geography of Fifth-Century Hispania », in : K. Bowes et M. Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity…, p. 487-518.

53  Urbano Espinosa Ruiz et Santiago Castellanos (éd.), Comunidades locales y dinámicas de poder en el norte de la Península Ibérica durante la Antigüedad Tardía, Logroño : Universidad de La Rioja, 2006.

54 Iñaki Martín Viso, « La configuración de un espacio de frontera: propuestas sobre la vasconia tardoantigua », in : Urbano Espinosa Ruiz et Santiago Castellanos (éd.), Comunidades locales…, p. 101-140.

55  Javier Arce, « Cantabria y los cantabri en la Antigüedad tardía: siglos V-VIII », in : Pedro Ángel Fernández Vega (éd.), Apocalipsis. El ciclo histórico de Beato de Liébana. Catálogo de la Exposición. Santilla del Mar, Casas del Águila y la Parra. 30 de Junio a 3 de Septiembre de 2006, Santander : Gobierno de Cantabria, 2006, p. 15-25 ; Luis Agustín García Moreno, « Suevos y godos en Asturias. En torno a los orígenes étnicos de la Reconquista », L’Asturorum regnum: la Puela d'Allande, Payares, 2001. II Seminariu d'Estudios Asturianos de la Fundación Belenos, Oviedo : Fundación Belenos, 2006, p. 41-67.

56  Céline Martin, « Montanus et les schismatiques : la reprise en main d’une périphérie hispanique au début du VIe siècle », Médiévales, 51, aut. 2006, p. 9-20.

57  Pablo de la Cruz Díaz, « Acuñación monetaria y organización administrativa en la Gallaecia tardoantigua », Zephyrus, 57, 2004, p. 367-375.

58  Pablo de la Cruz Díaz, « La cristianización de Cantabria antes del Beato », in : Pedro Ángel Fernández Vega (éd.), Apocalipsis…, p. 45-69.

59 Luis Agustín García Moreno, « La Iglesia y el Cristianismo en la Galecia de época sueva », in : Elena Conde Guerri, Rafael González Fernández et Alejandro Egea Vivancos (éd.), Espacio y tiempo…, p. 39-56 ; id., « Ecclesia Britonensis. ¿El más extremo asentamiento de los britones en la Antigüedad tardía? », in : Pasado y presente de los estudios Celtas, Ortigueira (La Corogne) : Fundación Ortegalia-Instituto de Estudios Celtas, 2007, p. 579-593.

60 María Isabel Torrente Fernández, « Problemática en torno a los primeros establecimientos monásticos en Asturias (siglos V-VIII) », in : Sulcum sevit. Estudios en homenaje a Eloy Benito Ruano, Oviedo : Universidad de Oviedo, 2004, t. 1, p. 209-232.

61  Damián Peñart Peñart, « Episcopologio de Huesca », Aragonia Sacra, 16-17, 2001-2003, p. 59-87 ; Manuel Tello Ortiz, « Episcopologio de Tarazona », Aragonia Sacra, 16-17, 2001-2003, p. 153-195 ; Armando Serrano Martínez, « Episcopologio de Zaragoza », Aragonia Sacra, 16-17, 2001-2003, p. 197-246.

62  Javier Arce, « Augusta Emérita en los siglos IV-V d. C. : la documentación escrita », in : Pedro Mateos Cruz et Luis Caballero Zoreda (éd.), Repertorio de arquitectura cristiana en Extremadura: época tardoantigua y altomedieval, Mérida : Instituto de Arqueología de Mérida, 2003 (Anejos de Archivo Español de Arqueología, 29), p. 121-131.

63 Luis García Iglesias, « El primitivo cristianismo emeritense », in : José MaríaÁlvarez Martínez et José Luis de la Barrera Antón (éd.), Eulalia de Mérida y su proyección en la Historia, Madrid : Ministerio de Cultura, 2004, p. 25-37.

64  Pablo de la Cruz Díaz, « La iglesia lusitana en época visigoda: la formación de un patrimonio monumental », in : Pedro Mateos Cruz et Luis Caballero Zoreda (éd.), Repertorio de arquitectura cristiana…, p. 133-142.

65  Iñaki Martín Viso, « La sociedad rural en el suroeste de la meseta del Duero (siglos VI-VII) », in : Gregorio del Ser Quijano et Iñaki Martín Viso (éd.), Espacios de poder y formas sociales en la Edad Media. Estudios dedicados a Ángel Barrios, Salamanque : Universidad de Salamanca (Aquilafuente, 116), 2007, p. 171-188 (repris presque à l’identique dans : « Propriété foncière et articulation socio-politique au nord-ouest de la Lusitaine (VIe-VIIe siècles », in : Michel Rouche et Bruno Dumézil (éd.), Le Bréviaire d’Alaric. Aux origines du Code civil, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2008, p. 213-239).

66 Luis Agustín García Moreno, « Transformaciones de la Bética durante la Tardoantigüedad », Mainake, 29, 2007, p. 433-471.

67  Javier Verdugo Santos, « El cristianismo en Itálica: fuentes, tradiciones y testimonios arqueológicos », in : Luis Agustín García Moreno, Elvira Gil Egea, Sebastián Rascón Marqués et Margarita Vallejo Girvés (éd.), Santos, obispos y reliquias…,p. 353-389 ; Margarita Orfila Pons, « Iliberri-Elvira (Granada), ciudad romana y cristiana », in : Manuel Sotomayor et José Fernández Ubiña (coord.), El Concilio de Elvira y su tiempo, Grenade : Universidad de Granada, 2005, p. 117-135.

68  Pedro Castillo Maldonado, La primera cristianización de Jaén: historia eclesiástica (ss. iv-ix), Jaén : Universidad de Jaén, 2005 ; id., La época visigótica en Jaén. Siglos VI y VII, Jaén : Universidad de Jaén, 2006.

69  Josep Amengual i Batle et Margarita Orfila, « Paganos, judíos y cristianos en las Baleares: documentos literarios y arqueológicos », in : José Fernández Ubiña et María del Mar Marcos (éd.), Libertad e intolerancia religiosa en el Imperio romano, Madrid : Universidad Complutense (’Ilu. Revista de ciencias de las religiones. Anejos, 17), 2007, p. 197-246.

70  Josep Amengual i Batle, « El segle V: de la romanitat política a la cultural a les Balears », Mayurqa, 29, 2003, p. 155-172.

71  Enrique Flórez et Manuel Risco, España Sagrada, t. 1-45, éd. Rafael Lazcano, Guadarrama (Madrid) : Editorial Agustiniana, 2000-2011 (en cours d’édition).

72 Historia de las diócesis españolas, t. 2 Barcelona, Terrassa, Sant Feliu de Llobregat, Gerona, éd. Josep María Martí Bonet, Madrid : B.A.C., 2006 ; t. 6 Iglesias de Valencia, Segorbe-Castellón y Orihuela-Alicante, éd. Vicente Cárcel Ortí et Magín ARROYAS, Madrid : B.A.C., 2006 ; t. 8 Iglesias de Córdoba y Jaén, éd. Manuel Nieto Cumplido, Madrid-Cordoue : B.A.C., 2003 ; t. 10 Iglesias de Sevilla, Huelga, Jerez y Cádiz y Ceuta, éd. José Sánchez Herrero, Madrid-Cordoue : B.A.C., 2002 ; t. 14 Iglesias de Santiago de Compostela y Tuy-Vigo, éd. José García Oro, Madrid : B.A.C., 2002 ; t. 15 Iglesias de Lugo, Mondoñedo-Ferrol y Orense, éd. José García Oro, Madrid : B.A.C., 2002 ; t. 18 Iglesias de Ávila, Salamanca y Ciudad Rodrigo, éd. Teófanes Egido, Madrid : B.A.C., 2005 ; t. 19 Iglesias de Palencia, Valladolid y Segovia, éd. Teófanes Egido, Madrid : B.A.C., 2004 ; t. 20 Iglesias de Burgos, Osma-Soria y Santander, éd. Bernabé Bartolomé Martínez, Madrid : B.A.C., 2004.

73  Purificación Ubric Rabaneda, La Iglesia en la Hispania del siglo V, Grenade : Universidad de Granada, 2004.

74  Luis Agustín García Moreno, « Les relations entre l’Église des Gaules et l’Église d’Espagne du Ve au VIIe siècles : entre suspicion et méfiance », Revue d’histoire de l’Église de France, 90, 2004, p. 19-54.

75  La controverse est née en 2002 avec un article de Josep Vilella et Pere Enric Barreda, « Los cánones de la Hispana atribuidos a un concilio iliberritano: estudio filológico », Studia Ephemeridis Augustinianum, 78, 2002, p. 545-579. Le dernier épisode de ce feuilleton, avec résumé des chapitres précédents, est l’article de Manuel Sotomayor et Teresa Berdugo Villena, « Los cánones del Concilio de Elvira: una réplica », Augustinianum, 48, 2008, p. 369-434.

76  Eduardo Vadillo Romero, « Los concilios de Toledo », in : Hispania Gothorum…, p. 215-230.

77  Andreas Weckwerth, Das erste Konzil von Toledo. Philologischer und kirchenhistorischer Kommentar zur « Constitutio Concilii », Münster : Aschendorff, 2004.

78  José Rico Pavés, « Totius fons et origo diuinitatis. La persona del Padre en los Símbolos de Fe de los Concilios de Toledo (ss. V-VII) », Revista Española de Teología, 65, 2005, p. 173-195.

79 Manuel Sotomayor Muro, « Términos de la organización territorial eclesiástica en los concilios hispano-romanos y visigodos », in : Catherine Balmelle et Pascale Chevalier (éd.), Mélanges d’antiquité tardive. Studiola in honorem Noël Duval, Turnhout : Brepols (Bibliothèque d’Antiquité Tardive, 5), 2004, p. 283-297. Voir aussi, du même, « Las relaciones iglesia urbana-iglesia rural en los concilios hispanoromanos y visigodos », in : José María Blázquez Martínez et Antonino González Blanco (éd.), Sacralidad y Arqueología: homenaje al profesor Thilo Ulbert al cumplir 65 años, Murcie : Universidad de Murcia (Antigüedad y cristianismo: Monografías históricas sobre la Antigüedad tardía, 21), 2004, p. 525-542.

80  Jesús Gutiérrez Pardina, « La prohibición de las segundas nupcias de la viuda de clérigo en los concilios hispanos tardoantiguas », Hispania Sacra, 56, 2004, p. 423-444.

81  Ramón Gonzálvez Ruiz, « La obra de unificación litúrgica del Concilio IV de Toledo », in : Hispania Gothorum…, p. 269-284.

82  Andrés Olivares Guillem, Prisciliano a través del tiempo. Historia de los estudios sobre el priscilianismo, La Corogne : Fundación Pedro Barrié de la Maza, 2004 ; Sylvain Jean Gabriel Sanchez, « L’historiographie du priscillianisme (XIX-XXIe siècles) », Recherches Augustiniennes et Patristiques, 34, 2005, p. 195-238.

83  Antonio García Masegosa, « San Martín de Tours y el priscilianismo », Minius, 11, 2003, p. 87-96 ; Rijk Schipper, « Le drame de l’âme : un exposé de Priscillien reconsidéré », Rivista di storia e letteratura religiosa, 39, 2003, p. 3-22.

84  Josef RIST, « Violencia estatal al servicio de la Iglesia: la ejecución de Prisciliano en 385 y la política religiosa imperial », Augustinus, 52, 2007, p. 197-204.

85 Maria Veronese, « Le citazioni del De Trinitate di Ilario nella raccolta attribuita a Priscilliano », Vetera Christianorum, 40, 2003, p. 133-157 ; Ead., « Il digiuno di Giosuè: errore di citazione o curruzione priscillianista? », Auctores Nostri, 1, 2004, p. 201-214; Ead., « Su alcuni citazioni classiche nel corpus priscillianista di Würzburg? », Auctores Nostri, 2, 2005, p. 219-236 ; Miquel Gros i Pujol, « El Libellus paschae de Priscil∙lià d’Àvila dedicat a Amància », Revista Catalana de Teología, 31, 2006, p. 337-346.

86 María Victoria Escribano Paño, « Heresy and Orthodoxy in Fourth Century Hispania: Arianism and Priscillianism », in : K. Bowes et M. Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity…, p. 121-149.

87  José Fernández Ubiña, « Poder y corrupción en el episcopado hispano del siglo iv », Studia Historica. Historia Antigua,24, 2006, p. 161-184 ; Pedro Castillo Maldonado, « In ecclesia contra ecclesiam: algunos ejemplos de disputas, violencias y facciones clericales en las iglesias tardoantiguas hispanas », Antiquité Tardive, 15, 2007, p. 263-276.

88  Damián Fernández, « What is the De fisco Barcinonensi about? », Antiquité Tardive,14, 2006, p. 217-224.

89  Pablo de la Cruz Díaz, « El legado del pasado: reglas y monasterios visigodos y carolingios », in : Monjes y monasterios hispanos en la Alta Edad Media, Aguilar de Campoo : Fundación Santa María la Real, 2006, p. 9-31.

90  Pablo de la Cruz Díaz, « Espacio real / espacio imaginado en los monasterios isidorianos », in : Jorge López Quiroga, Artemio Manuel Martínez Tejera et Jorge Morín de Pablos (éd.), Monasteria et territoria. Elites, edilicia y territorio en el Mediterráneo medieval (siglos V-XI), Oxford : John and Erica Hedges (BAR International Series 1720), 2007, p. 77-90.

91  Adalbert de Vogüé, Histoire littéraire du mouvement monastique dans l’Antiquité, t. 11 : La Gaule franque et l’Espagne wisigothique (VIe-VIIe siècle), Paris : Éditions du Cerf, 2007.

92  Santiago Castellanos, La hagiografía visigoda. Dominio social y proyección cultural, Logroño : Fundación San Millán de la Cogolla, 2004.

93  Pedro Castillo Maldonado, « Angelorumparticipes: the cult of the saints in late antique Spain », in : K. Bowes et M. Kulikowski (éd.), Hispania in Late Antiquity…, p. 151-188. Sur le culte des reliques et la littérature hagiographique, voir aussi : Ariel Guiance, « Hagiografía y culto de las reliquias en la Hispania romana y visigoda: testimonios y mensajes », in : Ariel Guiance et Pablo Ubierna (éd.), Sociedad y memoria en la Edad Media. Estudios en homenaje de Nilda Guglielmi, Buenos Aires : Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas, 2005, p. 163-170.

94  Katherine Elliot van Liere, « The Missionary and the Moorslayer: James the Apostle in Spanish Historiography from Isidore of Seville to Ambrosio de Morales », Viator, 37, 2006, p. 519-543.

95 Armin U. Stylow, « El culto a san Miguel en la Hispania visigoda: una revisión crítica », in : Luis Agustín García Moreno et Sebastián Rascón Marqués (éd.), Guerra y rebelión…, p. 213-224.

96  Année Philologique, 74-78, 2003-2007, et Medioevo Latino, 24-28, 2003-2007.

97  Ramón Trevijano Echeverría, « Bibliografía patrística hispano-luso-americana, XIII (2001-2002) » et « Bibliografía patrística hispano-luso-americana, XIV (2003-2004) », Salmanticensis, 51, 2004, p. 99-155, et 53, 2006, p. 97-156.

98 Maurilio Pérez González, « Crónica bibliográfica de la Península Ibérica (2001-2004) » et « Crónica bibliográfica de la Península Ibérica (2004-2007) », Archivum Latinitatis Medii Aevi, 63, 2005, p. 310-346, et 66, 2008, p. 320-355.

99  Aires Augusto Nascimento et Paulo Farmhouse Alberto (éd.), IV Congresso Internacional de Latim Medieval Hispânico (Lisboa, 12-15 de Outubro de 2005). Actas, Lisbonne : Faculdade de Letras, Centro de Estudos Clássicos, 2006.

100  Michael Lapidge, Gian Carlo Garfagnini et Claudio Leonardi (dir.), CALMA. Compendium Auctorum Latinorum Medii Aevi (500-1500), Florence : Sismel-Edizioni del Galluzzo : articles sur Apringius de Beja (t. 1, 2003, p. 426) et Braulion de Saragosse (t. 2, 2008, p. 501).

101  Paolo Chiesa et Lucia Castaldi (dir.), Te.Tra. La trasmissione dei testi latini del Medioevo. Mediaeval Latin Texts and their Transmission, Florence : Sismel-Edizioni del Galluzzo, 3 vol. parus en 2004, 2005 et 2008. Ces volumes incluent des auteurs de l’Espagne wisigothique comme Martin de Braga, Paschase de Dume, Isidore de Séville, Braulion de Saragosse, Taion de Saragosse, Eugène de Tolède, Ildefonse de Tolède, Julien de Tolède et Valère du Bierzo.

102  Maria Becker, Kommentar zum Tischgebet des Prudentius (cath. 3), Heidelberg : Universitätsverlag Winter, 2006.

103  Martin Parmentier, « Valerianus, Cerealis or Arnobius ? Three Variations on a Confession of Faith », Bijdragen, 66, 2005, p. 213-218.

104  Voir Aires Augusto Nascimento, « A cultura bracarense no séc. VI: uma revisitação necessária », in : Estudos em Homenagem ao Professor Doutor José Marques, t. 1, Porto : Faculdade de Letras da U. Porto, 2006, p. 87-104 ; et Arnaldo do Espírito Santo, « Origem e formação de Martinho de Braga », in : Gregorio Hinojo Andrés et José Carlos Fernández Corte (éd.), Munus quaesitum meritis. Homenaje a Carmen Codoñer, Salamanque : Universidad de Salamanca, 2007, p. 263-271. On nous permettra aussi de sortir des « limites » 2003-2007 pour mentionner l’édition critique du De ira : Chiara Torre, Martini Bracarensis De ira. Introduzione, testo, traduzione e commento, Roma : Herder, 2008.

105  Dans Roger Gryson, Variorum auctorum commentaria minora in Apocalypsin Iohannis, Turnhout : Brepols (CCSL 107), 2003. Cette édition a été sévèrement critiquée par Roberto Gamberini, « Strategie editoriali per testi frammentari. Una rassegna critica con il caso di Apringio », Filologia Mediolatina, 14, 2007, p. 85-106.

106  Jose Carlos Martín, Isidori Hispalensis Chronica, Turnhout : Brepols (CCSL 112), 2003 ; María Adelaida Andrés Sanz, Isidori Hispalensis episcopi Liber Differentiarum [II], Turnhout : Brepols (CCSL 111A), 2006.

107  Livre XIII des Étymologies édité par Giovanni Gasparotto, Paris : Belles Lettres, 2004 (édition qui doit être corrigée grâce au compte rendu de Patrick Gautier Dalché dans Archivum Latinitatis Medii Aevi, 62, 2004, p. 305-311) ; livre XVIII par Josefa Cantó Llorca, Paris : Belles Lettres, 2007 ; Livre des nombres par Jean-Yves Guillaumin, Paris : Belles Lettres, 2005. Cette entreprise est toujours en cours : s’il est permis de « déborder » hors des limites 2003-2007, signalons que les livres III, XI, XIV et XVI des Étymologies sont parus entre 2009 et 2011. Il faut ajouter l’édition du livre XV par Jean-Yves Guillaumin et Pierre Monat dans une autre collection : Isidore de Séville. Étymologies. Livre 15. Les constructions et les terres, Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, 2004.

108  Voir les actes d’un colloque organisé en 2002 mais paru en 2008 : María Adelaida Andrés Sanz, Jacques Elfassi et Jose Carlos Martín (éd.), L’édition critique des œuvres d’Isidore de Séville. Les recensions multiples. Actes du colloque organisé à la Casa de Velázquez et à l’Université Rey Juan Carlos de Madrid (14-15 janvier 2002), Paris : Institut d’Études Augustiniennes (Collection des Études Augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes, 44), 2008.

109  Veronika von Büren, « La place du manuscrit Ambr. L 99 sup. dans la transmission des Étymologies d’Isidore de Séville », in : Mirella Ferrari et Marco Navoni (éd.), Nuove ricerche su codici in scrittura latina dell’Ambrosiana. Atti del Convegno (Milano, 6-7 ottobre 2005), Milano : Vita e Pensiero (Bibliotheca Erudita, 31), 2007, p. 25-44.

110 Arsenio Ferraces Rodríguez (éd.), Isidorus medicus. Isidoro de Sevilla y los textos de medicina, La Corogne : Universidad de La Coruña, 2005.

111  Luis Agustín García Moreno, « ¿Por qué Isidoro quiso escribir una segunda versión de su Historia Gothorum? », in : Martin AURELL et Thomas DESWARTE (éd.), Famille, violence et christianisation…, p. 387-408 ; James Wood, « Heretical Catholics and catholic heretics: Isidore of Seville and the Religious History of the Goths », in : David Hook (éd.), From Orosius to the Historia Silense. Four Essays on Late Antique and Early Medieval Historiography of the Iberian Peninsula, Bristol : University of Bristol (Hispanic, Portuguese, and Latin American Monographs. Bristol Medieval Studies, 2), 2005, p. 17-50.

112  Attilio Carpin, « Itinerario spirituale isidoriano: dal peccato alla virtù », Sacra Doctrina, 48/5, 2003, p. 82-154 ; id., « L’escatologia in Isidoro di Siviglia », Sacra Doctrina, 48/6, 2003, p. 83-175 ; id., Angeli e demòni nella sintesi patristica di Isidoro di Siviglia, Bologna : Edizioni Studio Domenicano, 2004 (= Sacra Doctrina, 49/2).

113  Ruth Miguel Franco, El « Epistularium » de Braulio de Zaragoza: edición crítica, traducción y estudio, Salamanque, 2008, thèse de doctorat sous la direction de Carmen Codoñer Merino et Jose Carlos Martín. Cette thèse étant encore inédite, signalons deux articles de cette jeune chercheuse : Ruth Miguel Franco, « Braulio de Zaragoza y la corrección del Fuero Juzgo », Helmantica, 58, 2007, p. 67-89 ; Ead., « Posición y relaciones de las epístolas de Braulio de Zaragoza en las Etymologiae de Isidoro de Sevilla », in : Gregorio Hinojo Andrés et José Carlos FERNÁNDEZ Corte (éd.), Munus quaesitum meritis…, p. 607-616.

114  Dans Jose Carlos Martín, Scripta de uita Isidori Hispalensis episcopi, Turnhout : Brepols (CCSL 113B), 2006.

115  Valeriano Yarza Urquiola et Carmen Codoñer, Ildefonsi Toletani episcopi De uirginitate sanctae Mariae, De cognitione baptismi – De itinere deserti, De uiris illustribus, Turnhout : Brepols (CCSL 114A), 2007. Sur cette édition, voir les remarques de Jacques Elfassi, « Notes philologiques sur l’édition critique des œuvres d’Ildefonse de Tolède », Archivum Latinitatis Medii Aevi, 66, 2008, p. 189-200.

116  Paulo Farmhouse Alberto, Eugenii Toletani Opera omnia, Turnhout : Brepols (CCSL 114), 2005.

117  Manuel Cecilio Díaz y Díaz, Valerio del Bierzo. Su persona. Su obra, León : Centro de Estudios e Investigación San Isidoro (Fuentes y estudios de historia leonesa, 111), 2006. Sur Valère du Bierzo, il faut aussi citer l’article important de Jose Carlos Martín, « ¿Valerio en Compludo? Examen crítico de los Opúsculos autobiográficos (CPL 1282-1284) y las Visiones del Más Allá (CPL 1277-1279) de Valerio del Bierzo », Veleia, 23, 2006, p. 327-338, qui remet en cause l’hypothèse admise jusqu’à présent d’un séjour de Valère à Compludo.

118  James Noel Adams, The Regional Diversification of Latin. 200 BC-AD 600, Cambridge : Cambridge University Press, 2007.

119  Peter Stotz, Handbuch zur lateinischen Sprache des Mittelalters, München : C.H. Beck (Handbuch der Altertumswissenschaft, II, 5), 1996-2004, 5 vol.

120  Rafael Cano (éd.), Historia de la lengua española, Barcelone : Ariel, 2004. Voir aussi le minutieux compte rendu de Roger Wright dans Bulletin of Hispanic Studies, 83/4, 2006, p. 417-431.

121  Miguel Rodríguez-Pantoja, « El latín hablado en Hispania hasta el s. V », in : Rafael Cano (éd.), Historia…, p. 107-131 ; Dieter Kremer, « El elemento germánico y su influencia en la historia lingüística peninsular », ibid., p. 133-148 ; Juan Gil, « El latín tardío y medieval (siglos VI-XIII) », ibid., p. 149-182 ; et José Jesús de Bustos Tovar, « La escisión latín-romance. El nacimiento de las lenguas romances: el castellano », ibid., p. 257-290 ; id., « Las glosas emilianenses y silenses », ibid., p. 291-307.

122  Carmen Arias Abellán (éd.), Latin vulgaire – Latin tardif VII. Actes du VIIème Colloque international sur le latin vulgaire et tardif. Séville, 2-6 septembre 2003, Séville : Universidad de Sevilla, 2006.

123  Isabel Velázquez Soriano, Las pizarras visigodas: entre el latín y su disgregación. La lengua hablada en Hispania, siglos VI-VIII, Burgos : Instituto Castellano y Leonés de la Lengua, 2004.

124  Sur ces deux projets, voir José Manuel Ruiz Asencio, « Códices pirenaicos y riojanos en la biblioteca de Silos en el siglo XI », in : José Antonio Fernández Flórez (éd.), Silos. Un milenio. Actas del Congreso Internacional sobre la Abadía de Santo Domingo de Silos. II Historia, Burgos-Silos : Univerdidad de Burgos-Abadía de Silos, 2003 (Studia Silensia, 26), p. 177-210, p. 177-178.

125  María del Carmen del Camino Martínez, « Los fragmentos de códices visigóticos: balance y perspectivas », in : Monarquía y sociedad en el reino de León, de Alfonso III a Alfonso VII. Congreso internacional, León, 25-28 de octubre de 2006, León : Centro de Estudios e Investigación San Isidoro, 2007, t. 2 (Fuentes y estudios de historia leonesa, 118), p. 375-394.

126  Ana Suárez González, Fragmentos de libros, bibliotecas de fragmentos, Zamora : Instituto de Estudios Zamoranos “Florián de Ocampo”, 2003 ; Ead., « El Beato del archivo histórico provincial de Zamora », Hispania sacra, 55, 2003, p. 433-478 ; Ead., « Dos supervivientes visigóticos (Zamora, AHP, fragmentos 15 y 202) », Miscel·lanià litúrgica catalana, 14, 2006, p. 119-137.

127  Irene Ruiz Albi, « Dos fragmentos de biblias visigóticas (San Zoilo de Carrión y Catedral de Zamora) », in : Manuel Cecilio Díaz y Díaz, Manuela Domínguez García et Mercedes Díaz de Bustamante (éd.), Escritos dedicados a José María Fernández Catón, León : Centro de Estudios e Investigación San Isidoro (Fuentes y estudios de historia leonesa, 100), 2004, t. 2, p. 1291-1316.

128  Claudio García Turza (coord.), Los manuscritos visigóticos: estudio paleográfico y codicológico, Logroño : Fundación San Millán de la Cogolla, 2002.

129  José Manuel Ruiz Asencio, « Códices pirenaicos… », p. 177-210.

130  Jesús Alturo, « La escritura visigótica. Estado de la cuestión », Archiv für Diplomatik: Schriftgeschichte, Siegel- und Wappenkunde, 50, 2004, p. 347-386.

131  María de la Encarnación Martín López, « Las inscripciones medievales del monasterio de Santo Domingo de Silos », in : José Antonio Fernández Flórez (éd.), Silos…, p. 469-481.

132  Jean Vezin, « El códice British Library add. 30849 y la introducción de la carolina en España », in : José Antonio Fernández Flórez (éd.), Silos…, p. 211-222.

133  Vicente García Lobo, Las “explanationes” del claustro de Silos. Nueva lectura, in : José Antonio Fernández Flórez (éd.), Silos…, p. 483-494.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques ELFASSI, Céline MARTIN et Jose Carlos MARTÍN, « Histoire et textes de l’Espagne tardo-antique (bibliographie des années 2003-2007) », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20906 ; DOI : 10.4000/e-spania.20906

Haut de page

Auteurs

Jacques ELFASSI

Université de Metz, Écritures EA 3943

Céline MARTIN

Université Bordeaux III, Ausonius UMR 5607

Jose Carlos MARTÍN

Universidad de Salamanca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org