Navigation – Plan du site
Catastrophes, cataclysmes et naufrages : de la terreur au récit

Une catastrophe glorieuse : le martyre des premiers chrétiens* du Japon, Nagasaki, 1597

Clotilde Jacquelard

Résumés

Le naufrage du galion San Felipe dans le port de Urado (Shikoku, Japon) en octobre 1596 fut le déclencheur d’un désastre missionnaire : le martyre de vingt-six chrétiens, franciscains espagnols et chrétiens japonais, à Nagasaki, le 5 février 1597. Cet article s’attache à examiner la relation dialectique entre les deux événements par l’étude de deux discours missionnaires franciscains hagiographiques. Il s’agit tout d’abord de rappeler la lecture providentialiste du temps à travers la perception de présages matériels et spirituels de la part des acteurs, puis de montrer que ces évènements paroxystiques révèlent en même temps qu’ils résolvent – temporairement – des tensions et des crises latentes, résultat de la confrontation entre plusieurs communautés culturelles comme la japonaise, l’espagnole et la portugaise, autour de prétentions géopolitiques, commerciales et religieuses dans cette zone de frontière de l’antiméridien du Pacifique nord.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Si le martyre des vingt-six chrétiens du Japon (franciscains, jésuites et laïcs) fut le premier à (...)
  • 1  Jean-Michel SALMANN, Géopolitique du XVIe siècle. 1490-1618, Paris : Seuil (Nouvelle histoire des (...)

1L’élargissement du monde, des espaces et des conquêtes au XVIe siècle donna lieu parallèlement à une ouverture mondiale du champ missionnaire, rendant possible, par la navigation, le défi concret d’évangéliser le monde depuis l’Europe occidentale, et ce en dépit des dangers, du spectre omniprésent de la mort dans ces zones de frontières géographiques et culturelles hostiles. Cet article veut illustrer le cas du Japon, cette « ultime borne de l’évangélisation »1 en 1597.

  • 2  Ôishi KAZUHISA évalue le nombre de chrétiens dans l’archipel nippon à 300 000 en 1601, un groupe q (...)

2L’Evangile était parvenu dans l’archipel nippon avec François-Xavier dès 1549 puis avec ses successeurs jésuites, un ordre qui souhaitait maintenir son monopole apostolique au Japon de façon à éviter les querelles avec les ordres mendiants et à montrer aux Japonais une Eglise catholique unie2 face à la division des sectes bouddhistes. C’est ainsi que pour éluder l’arrivée des franciscains dans l’archipel depuis la place espagnole de Manille, ils obtinrent du pape Grégoire XIII le 28 janvier 1585 le bref Ex Pastorali officio qui leur conférait l’exclusivité de l’évangélisation de l’Asie orientale. Mais l’année suivante, Sixte V, plus favorable aux franciscains, promulguait la bulle Dum ad uberes fructus du 18 novembre 1587 dans laquelle la custodie de Saint Grégoire le Grand des Philippines était élevée au statut de province indépendante avec faculté de fonder des couvents et des églises dans toutes les parties de l’Asie, Chine incluse. Les franciscains interprétèrent cette bulle comme une dérogation du Bref de Grégoire XIII.

  • 3  Nagasaki devint le port d’escale permanent des Portugais au Japon à partir de 1571, date de la ces (...)
  • 4  Voir Michael COOPER, « The Mechanics of the Macao-Nagasaki Silk Trade », Monumenta Nipponica, 27, (...)
  • 5  À partir de cette même année 1593 tous les ordres mendiants participèrent à la tâche d’évangélisat (...)

3Si une première mission franciscaine au Japon au départ de Manille, s’était produite en 1582 avec les frères lais Juan Pobre Díaz et Diego Bernal, elle démarra officiellement en 1593, avec l’ambassade de Pedro Bautista envoyé depuis Manille par le gouverneur Gómez Pérez Dasmariñas. Ce dernier soutenait les efforts des franciscains de façon à rompre le monopole commercial établi par les Portugais de Macao entre la Chine et le Japon via la liaison maritime annuelle avec Nagasaki3. Ce commerce était l’un des plus fructueux du monde à l’époque ; il leur assurait de larges bénéfices et finançait en grande partie l’action des jésuites au Japon. Les autorités coloniales de Manille souhaitaient briser ce monopole en leur faveur, à l’est de Malacca. De son côté, l’homme fort du Japon, le régent Hideyoshi, accueillit favorablement les franciscains espagnols puisque de son côté, il souhaitait mettre en concurrence Manille avec Macao pour obtenir au meilleur prix les soieries chinoises et les autres produits de luxe, chinois ou étrangers acheminés par la caraque portugaise, le Kouro fune ou « vaisseau noir »4. Les franciscains purent ainsi fonder une église et un couvent à Miyako (Kyôto), un ermitage à Ôsaka et à Sakai, ainsi qu’à Nagasaki5.

  • 6  L’archipel était alors en phase de croissance démographique et économique ; il comptait entre 25 e (...)
  • 7  Nathalie KOUAMÉ rappelle que l’arrivée des Occidentaux, en particulier des missionnaires chrétiens (...)
  • 8  L’édit ne sera pratiquement pas appliqué.

4On constate ainsi combien les intérêts politiques, religieux et commerciaux étaient imbriqués, non seulement entre les puissances rivales ibériques, mais aussi chez le nouvel interlocuteur japonais. En effet, au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle, l’archipel achevait son unification (1576-1636) autour d’un pouvoir central installé à Kyôto et incarné par le Régent Hideyoshi Toyotomi qui mit au point, pour la première fois au Japon, une politique étrangère cohérente visant à établir des liens de vassalité en sa faveur auprès des pays voisins. Cette politique se concrétisa par une volonté mégalomane de conquête de la Chine, dont le prélude consista en deux tentatives de conquête de la Corée en 1592 et en 1597. Ces vastes opérations militaires suscitèrent à Manille la crainte de voir déferler les forces japonaises qui dépassaient les 100 000 hommes6 et celle que soit imposée par la force la soumission des Philippines espagnoles au Japon. En 1596 cependant, le Japon connut des revers en Corée et à l’automne de la même année se produisirent des calamités naturelles et des tremblements de terre qui détruisirent le palais du Régent à Fushimi près d’Ôsaka. Certains de ses conseillers anti-chrétiens (bouddhistes) lui soufflèrent alors de renflouer ses pertes financières en saisissant les biens du galion San Felipe qui venait de s’échouer dans le port de Tosa (sur la côte sud de l’île de Shikoku). Ils réussirent à influencer le Régent contre les prédicateurs chrétiens7, ces avant-postes, selon eux, d’une conquête de l’archipel par les Espagnols à la suite de la conquête de l’Amérique et des Philippines. Le Régent publia sans attendre le décret d’arrestation et de mise à mort par crucifixion des franciscains qui défiaient par leur prédication publique le premier édit de proscription du christianisme au Japon de 15878.

  • 9  Juan Pobre (1550-1615) fut d’abord soldat du duc d’Albe dans un des tercios des Flandres avant de (...)
  • 10  Ceux-ci furent béatifiés les 14 et 15 septembre 1627 et canonisés le 8 juin 1862.
  • 11  Le récit, précédé d’une introduction et d’une étude de Jesús MARTÍNEZ PÉREZ, O.F.M., a été publié (...)
  • 12  Né à Palencia de parents nobles et de lignage galicien, il participa à la mission que le père Pedr (...)

5Pour l’étude de cette double catastrophe économique et missionnaire – le naufrage du galion de Manille puis le martyre des premiers franciscains du Japon –, ce travail s’est fondé sur l’étude de deux sources franciscaines, émanant de deux témoins directs des événements : tout d’abord la relation du frère Juan Pobre de Zamora9, passager du galion San Felipe et membre de la délégation espagnole qui chercha à obtenir de Hideyoshi l’autorisation de repartir pour Manille avec les passagers et leurs biens. Il est l’auteur de la Historia de la pérdida y descubrimiento del galeón « San Felipe », écrite entre 1598 et 1603 pour servir de source d’information lors du procès en béatification des martyrs10, mais qui ne fut pas publiée avant 199711. Le deuxième récit est celui du frère Marcelo de Ribadeneira12, O.F.M., Historia de las islas del archipiélago filipino y reinos de la gran China, Tartaria, Cochinchina, Malaca, Siam, Cambodge y Japón, publié à Barcelone en 1601. Au-delà de la relation du naufrage et du martyre il s’agit d’une chronique missionnaire qui exalte l’œuvre franciscaine en Extrême-Orient. Elle fut néanmoins commandée au père Ribadeneira par les supérieurs de l’ordre pour rendre hommage aux martyrs, puisqu’au moment des événements, il était à Nagasaki, prisonnier sur la caraque portugaise d’où il assista, impuissant, au martyre.

  • 13  J. POBRE, op. cit., p. 211.
  • 14  « descubrir las tinieblas de tanto tiempo emboscadas contra nuestro católico Rey : y contra sus va (...)

6Ces deux textes franciscains sont donc bien spécifiques. Ce sont des textes hagiographiques, partiaux, dont la finalité est d’édifier le « piadoso », « devoto » ou « cristiano lector ». Dans les deux cas leurs auteurs ayant échappé malgré eux au martyre justifient leur survie par le témoignage que Dieu leur demande de rendre sur ces événements et au-delà, par le devoir de défendre l’ordre des simples et des petits, les franciscains, face aux savants jésuites. À ce sujet, la relation de Juan Pobre de Zamora est celle qui reflète le plus la concurrence entre les deux ordres au Japon, allant jusqu’à attribuer une part de responsabilité aux jésuites dans le martyre, en particulier à l’évêque du Japon Pedro Martins, qui se rendit lui-même à Kyôto à l’automne 1596 pour obtenir de Hideyoshi l’expulsion des franciscains. Lors de son entretien avec le commissaire franciscain Pedro Bautista, celui-ci aurait répondu à l’évêque de façon prémonitoire : « que antes hecho pedazos que salir del Japón. »13. Pour Juan Pobre, il y avait complot religieux et politique contre Philippe II et contre les franciscains, d’où l’utilisation du terme « descubrimiento » au sens de « révélation », « manifestation », dans le titre de son récit14. Pour lui, les jésuites avaient sciemment occulté l’union des deux couronnes ibériques aux Japonais en disant que l’empereur des Portugais était dom António, le prieur de Crato et petit-fils bâtard de Dom Manuel, candidat malheureux au trône portugais en 1580 face à Philippe II à la mort de Dom Sebastião. Le capitaine du galion San Felipe ayant révélé l’existence de l’union ibérique à Ximonojo, l’un des quatre gouverneurs de Kyôto et bras droit de Hideyoshi, c’est-à-dire que Philippe II roi d’Espagne était aussi le souverain du Portugal et de son empire. On peut comprendre l’effet que produisit sur les autorités japonaises l’idée de cet étau ibérique se refermant sur le Japon situé à l’intersection disputée des sphères d’influence décidées à Tordesillas. Le Régent savait cependant pertinemment que la garnison de Manille était bien loin de pouvoir conquérir l’archipel nippon. Mais le prétexte fut suffisant pour considérer les passagers du galion comme des corsaires et financer à leurs dépens les affaires de Corée, tout en châtiant des missionnaires militants devenus finalement gênants, comme on va le voir.

Le temps des signes

Les signes d’avant-crise

  • 15  Cette absence vient conforter le fait que d’après François WALTER, l’acception du mot « catastroph (...)
  • 16  J. POBRE, op. cit., p. 257 et 259.

7Cette double catastrophe du naufrage, puis du martyre, fut accompagnée d’une multitude de signes, de prodiges et de calamités naturelles qui furent interprétés comme étant des présages d’une catastrophe matérielle et spirituelle. Pour autant, le terme de catastrophe ou de désastre n’apparaît pas dans nos sources15. Les mots ou expressions les plus proches sont « desdicha », « tan peligroso trance » ou encore des expressions imagées et corporelles : « casi tragamos la muerte », « la muerte a nuestro rastro » chez Juan Pobre16 qui traduisent une angoisse très vive, tandis que la grande majorité de la terminologie concerne les effets produits par les tribulations sur la sensibilité des acteurs : « temor », « temores », « sobresaltos », « angustias » et force « lágrimas ».

  • 17  « se descubrió una cometa hacia el Poniente, de color aplomada, mostrando triste aspecto. Extendía (...)
  • 18  Marcelo de RIBADENEIRA cite la province de Bungo au nord-est de Kyushu, op. cit., p. 416.
  • 19  J. POBRE, op. cit., p. 188. « como el rey estuviese cuidadoso con la pérdida de sus casas reales, (...)

8Ces signes interprétés comme précurseurs font intervenir les quatre éléments : ainsi au cours de l’automne 1596, le Japon fut affecté par une série de catastrophes naturelles, que Juan Pobre interprète comme étant autant de signes de la réprobation divine contre les manœuvres jésuites pour expulser les franciscains du Japon. D’autres signes frappants sont signalés dans les deux textes, comme la présence d’une comète vue depuis le galion et depuis la caraque portugaise, comète dont la queue située au-dessus du Japon fut interprétée comme un signe néfaste17. Il se produisit plus tard des épisodes de pluie de terre couleur de sang, de pluie de cendres et de sable dans la région urbaine de la côte sud-ouest de l’île de Honshu traversée par les franciscains ligotés lors de leur voyage de Kyôto à Nagasaki, le lieu du martyre. Ces signes sont confirmés par le témoignage oculaire de Marcelo de Ribadeneira, présent à Ôsaka à l’époque. Il y eut aussi des pluies de vers, des tremblements de terre dans la région de Kyôto et d’Ôsaka ressentis jusqu’à Nagasaki, ainsi que des raz de marées dévastateurs sur les côtes18, soit des événements qui montrent que l’archipel était la proie de phénomènes naturels violents. Notons que ces mêmes signes étaient interprétés par les bonzes de l’entourage de Hideyoshi dans un autre code culturel et comme l’expression de leurs préoccupations : ils seraient le châtiment divin de la présence des moines franciscains sur le territoire japonais19. Un autre signe répété dans plusieurs documents cités par nos auteurs et relevant d’un présage spirituel fait état d’un paysan japonais qui aurait trouvé une croix dans le cœur d’un tronc d’arbre, croix mise à nu lorsque le tronc s’était fendu à terre dans le choc de la chute. De même, lorsque le San Felipe décida de faire route vers le Japon, les passagers virent une croix blanche dans les nuages pendant une demi-heure, croix qui prit ensuite une couleur rouge sang pour se dissoudre finalement dans un petit nuage sombre. Un autre signe annonciateur de persécution religieuse, humain celui-ci, se produisit quand les Japonais païens foulèrent aux pieds et détruisirent les objets religieux trouvés parmi les marchandises saisies du galion. Enfin il est possible de citer les chants célestes entendus lors de la messe de Noël par les chrétiens rassemblés dans l’église franciscaine de Kyôto ; ou encore deux artistes qui travaillaient à la sculpture d’un saint François se mirent à suer des gouttes de sang, ou encore le fait d’avoir vu lors d’une procession les franciscains avec une croix sur le dos. Lors de la messe de la Pentecôte 1596, alors que le père Pedro Bautista célébrait la messe, les assistants se seraient vus couleur rouge sang.

Les signes d’après-crise

9S’il y eut des signes considérés comme avant-coureurs d’événements tragiques, les deux sources missionnaires rapportent aussi des signes d’après-crise, tous inversés et positifs cette fois, exaltant les effets merveilleux provoqués par le martyre, manifestant la résolution des tensions culturelles et religieuses paroxystiques entre les deux camps et, au-delà, la victoire des chrétiens dans les sources occidentales, même si, sur le terrain, ce sont les forces japonaises qui triomphèrent des corps et qui imposèrent la proscription.

  • 20  Ibid., p. 498.
  • 21  Ces signes corporels furent contredits par le visiteur jésuite Alessandro Valignano. Voir Antonio (...)
  • 22  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 499. Les reliques des martyrs guérissent miraculeusement des malad (...)

10Il est fait mention tout d’abord du fait que les corps et les visages des martyrs crucifiés restent intacts et beaux20 ; aucune odeur de putréfaction n’est décelée ni aucun d’oiseau charognard ne s’attaque aux vingt-six corps. Le sang de Pedro Bautista recueilli dans des fioles ouvertes à Macao plusieurs mois plus tard n’a pas coagulé21. D’autres signes célestes sont vus par des témoins chrétiens et japonais, comme des colonnes lumineuses autour des crucifiés22. D’autres témoins rapportèrent avoir vu le commissaire Pedro Bautista disparaître de sa croix puis revenir au bout de quatre heures. Soixante jours après le martyre on vit le corps du même frère Pedro trembler sur la croix et verser à nouveau du sang des blessures de la lance.

  • 23  « los discretos, avisados con las señales que sucedieron esperaban. », ibid., p. 415.
  • 24  « ya que no fuesen señales que determinadamente pronosticaban el admirable martirio jamás visto en (...)
  • 25  Mario CESAREO, Cruzados, mártires y beatos. Emplazamiento del cuerpo colonial, West Lafayette : Pu (...)
  • 26  F. WALTER parle d’« immanence du divin », op. cit., p. 31. M. de RIBADENEIRA : « Porque para preve (...)
  • 27  Dans une logique culturelle inversée, N. KOUAMÉ rappelle que le terme japonais « kirishitan » dési (...)
  • 28  J. POBRE, op. cit., p. 251.
  • 29  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 444.

11Cette grille de lecture providentialiste où le surnaturel vient investir le monde est poussée à l’extrême dans le discours missionnaire et constitue bien sûr un élément clef pour l’édification du lecteur. Ce décodage des signes est justifié par Marcelo de Ribadeneira comme étant le privilège des sages23 que Juan Pobre distingue du commun des mortels, par exemple des gens de mer qui, n’ayant pas su décrypter les signes avant-coureurs, avaient choisi de poursuivre la navigation océanique au-delà du détroit de San Bernardino à l’est de l’archipel philippin. Toutefois, ce qui est intéressant est le fait que le père Marcelo ne va pas jusqu’à lier par un strict déterminisme les phénomènes naturels ou surnaturels à la catastrophe humaine24, mais les lit comme des signes qui deviennent a posteriori des repères mémoriels pour la perpétuation du souvenir des martyrs. Ces indices nous incitent à penser avec Mario Cesareo25 que le monde extérieur, pour les missionnaires, est avant tout un monde de signes et d’avertissements divins26 qu’il s’agit de décoder pour transformer ce monde démoniaque27, ce monde d’exil où il faut néanmoins vivre, un monde peuplé de païens qualifiés de « ministros de Satanás para quitar la hacienda y para dar el martirio »28 comme l’exprime de façon si pessimiste Juan Pobre. Ce monde sublunaire entièrement filtré par une logique chrétienne explique sans doute pourquoi les missionnaires sacralisent les espaces en transformant tout lieu matériel en lieu de culte, par exemple la prison publique de Kyôto qui devient « casa de oración » pour les franciscains emprisonnés29.

La catastrophe maritime

  • 30  « À la fin du XVIe siècle, l’exportation d’argent vers Manille dépassait 3 millions de pesos par a (...)
  • 31  A. de MORGA impute aux Japonais la « malicia » d’avoir fait échoué le galion qui devenait ainsi pr (...)
  • 32  Ce sera un échec complet : Pedro Bautista, trop confiant dans les bonnes relations qu’il avait ave (...)

12Le galion San Felipe qui effectuait la liaison saisonnière entre Manille et Acapulco, et sur lequel avaient pris place 233 passagers dont 7 religieux (des franciscains, des dominicains et des augustins) quitta le port de Manille, Cavite, le 12 juillet 1596. Le 28 juillet le galion franchit le détroit de San Bernardino à l’est de l’archipel philippin pour gagner le large dans le Pacifique. Dès lors le temps se gâta et les vents favorables de sud-ouest (les « vendavales »), qui normalement poussaient le galion vers le nord-est, laissèrent la place à des vents contraires. Se posa alors le problème de la surcharge du galion qui le mettait en péril, surcharge de marchandises jusque sur le pont supérieur, dénoncée par Juan Pobre avant le départ comme symbole de la cupidité humaine, facteur de vice, de désastre et de mort. Cette réalité commerciale nous renvoie au très lucratif commerce transpacifique de la soie chinoise contre l’argent mexicain dès la fin du XVIe siècle. En effet, la valeur des marchandises transportées par le galion avoisinait les 1,5 millions de pesos chez Juan Pobre comme chez Marcelo de Ribadeneira. C’était un montant entaché de fraude puisque légalement les Espagnols des Philippines ne devaient exporter des marchandises que pour un montant de 250 000 pesos et ne recevoir en retour que des paiements plafonnés à 500 000 pesos. Or c’est précisément dans ces années que le commerce transpacifique menaçait de dépasser la valeur du commerce espagnol transatlantique30. Non seulement le vent mais aussi les courants marins eux-mêmes contraires entraînaient le galion vers le Japon. Le 18 septembre au soir, à 34° de latitude nord, une tempête éclata avec des vents furieux entre sept et huit heures du soir, et il fallut très vite abattre le mât de misaine. Le galion se mit à gîter dangereusement sur bâbord. Il fallut alors abattre le grand mât. Les vagues étaient telles qu’elles semblaient engloutir le navire. L’une d’elles emporta quatorze personnes. Certains se noyèrent tandis que d’autres s’étant accrochés aux cordages, parvinrent à reprendre pied sur le galion avec la vague suivante. On commença à alléger le chargement par le château de poupe. Puis une vague déferla sur le pont dans son ensemble et emporta l’habitacle où se trouvait la boussole pour guider le navire (la « bitácora »). Toutes les marchandises stockées sur le pont supérieur furent alors jetées à la mer. Il fallut pomper l’eau des sentines et Juan Pobre s’attache à souligner l’héroïsme de certains marins, les petits, les humbles (« los pobrecillos »), dans les opérations de sauvetage du navire, toujours dans un but édifiant puisqu’en filigrane et de façon permanente il attaque indirectement les savants et les prétentieux, c’est-à-dire les jésuites. Parallèlement à ces mesures matérielles, des recours spirituels étaient organisés par les religieux du bord via des prières, des messes et des confessions. Les promesses et les vœux d’entrer en religion ou de mener une vie érémitique en cas de survie prospéraient. Le narrateur reconnaît que pour autant la situation météorologique ne s’arrangeait pas. Le jour venant, on vit de « grands poissons » et des requins attaquer les ballots comme les noyés flottant sur l’eau. Le gouvernail à moitié arraché fut jeté à la mer. On continuait de pomper et de chanter des litanies tandis que la tempête ne faiblissait pas. Le premier pilote et ses assistants décidèrent de réunir des dons pour les lépreux de Kyôto et de Nagasaki dont s’occupaient les franciscains si le galion parvenait au Japon avec l’aide de Dieu. Alors la tempête faiblit puis s’estompa. Le lendemain, 20 septembre, on décida de construire un nouveau gouvernail et de faire route vers Nagasaki puisque le navire n’était pas en état de retourner à Manille ni de poursuivre sa route vers la Nouvelle-Espagne. On érigea des voiles et un mât de fortune pour tenter de suivre le nouveau cap. Une deuxième tempête destructrice s’abattit à nouveau sur le galion huit jours plus tard et fut interprétée par Juan Pobre comme un nouveau châtiment par Dieu des péchés humains, dans une perspective évidente de culpabilisation permanente et d’une pédagogie de la peur, la première tempête n’ayant pas suffi à « enmendar nuestras vidas ». Une troisième tempête se produisit le 3 octobre, moins forte mais plus longue puisqu’elle dura 4 jours. Le 14 octobre les côtes japonaises furent enfin en vue, trois mois après avoir quitté les Philippines. Les Espagnols arrivèrent à Tosa sur la côte sud de Shikoku. Ils furent guidés par les Japonais pour arriver au port (Urando), mais l’équipage se rendit compte que le chenal d’accès était de quatre brasses tandis que le galion avait besoin de quatre brasses et demie. Mal dirigé, il heurta un banc de sable et la coque surchargée, fragilisée par les tempêtes, s’ouvrit alors que la mer était calme31. Plus de 2 000 Japonais accoururent pour décharger le navire qui ne semblait receler que de la « ropa » – certainement des pièces de soie chinoise qui constituaient l’essentiel du chargement vers Acapulco –, qui furent stockées dans les maisons destinées à abriter les Espagnols, et sur la plage, surveillées par des Japonais. L’accueil fut favorable de la part du seigneur de l’île. Néanmoins Juan Pobre évoque les peurs nocturnes des Espagnols, peur d’être assassinés de nuit et qu’on ne leur dérobe les marchandises. Sur l’invitation du gouverneur de la province de Tosa, une délégation fut formée pour acheminer un présent à Hideyoshi et lui demander l’autorisation d’organiser un départ vers Manille. La délégation devait passer par Kyôto, retrouver le commissaire franciscain Pedro Bautista qui devait leur servir d’ambassadeur32. Ils quittèrent le port le 21 octobre par voie de mer et arrivèrent à Ôsaka le 29 du même mois. Les premières nouvelles furent d’abord favorables à leur requête, puis Hideyoshi changea brutalement d’avis après avoir consulté ses conseillers bouddhistes, ordonnant la saisie des biens du galion et l’arrestation des franciscains. Les autorités japonaises de la province de Tosa sont alors qualifiées de « tiranas ». Elles saisissent les marchandises puis l’or et l’argent pour le Régent et acheminent l’ensemble sur un convoi d’embarcations japonaises (« funeas »), qui arriva à Ôsaka le 28 décembre 1596 pour remettre le présent à Taicosama.

La catastrophe spirituelle

  • 33  « cuatro verdugos con agudas lanzas comenzaron a lancearles desde los últimos, dándoles cada uno d (...)
  • 34  Le corps physique du martyr est transfiguré en corps glorieux avant même sa mort, puisque des chré (...)

13La séquence événementielle du martyre commença par le confinement des franciscains et de leurs proches fidèles japonais dans leurs monastères de Kyôto, d’Ôsaka et de Sakai entre le 9 et le 30 décembre 1596, date à laquelle ils furent transférés à la prison publique de Kyôto. Les autorités japonaises leur imposèrent plusieurs promenades d’infamie à Kyôto, Ôsaka et Sakai avec l’annonce publique de leur délit et la sentence écrite devant le cortège. Les condamnés avaient reçu des châtiments corporels : les soldats japonais leur coupèrent une partie de l’oreille gauche, châtiment atténué inspiré de celui qu’on appliquait aux malfaiteurs au Japon, lequel consistait à trancher le nez et les oreilles. Comme c’étaient des étrangers, nous disent les sources, on leur réserva un traitement de faveur... Puis le 18 janvier 1597 commencèrent quelques semaines de voyage éprouvant en plein hiver japonais, essentiellement terrestre (384 lieues) pour rejoindre Nagasaki, tantôt à pied, tantôt à cheval. Les vingt-six condamnés furent exécutés dès leur arrivée, au matin du 5 février 1597, jour de la sainte Agathe, vierge et martyre. Arrivés sur une colline dominant Nagasaki et la mer, ils furent attachés à des croix par des carcans métalliques autour des chevilles, des poignets et du cou, puis ils furent élevés à la verticale et exécutés par deux ou trois coups de lance qui, traversant les flancs, devaient transpercer leur cœur et sortir par l’épaule33. Dans la description faite par les deux témoins missionnaires, les stratégies d’écriture divergent pour rendre compte de ce moment paroxystique : chez Juan Pobre, chaque crucifixion est décrite, tandis que chez Marcelo de Ribadeneira, les particularités de chaque exécution sont exprimées dans les biographies tandis que les condamnés sont exécutés quasiment en même temps. D’après la sentence et suivant les lois japonaises, les corps devaient rester en croix jusqu’à ce qu’ils tombent d’eux-mêmes. L’exhibition brutale des corps suppliciés est interprétée dans deux sens contraires par chacune des cultures en présence : susciter la dévotion ou la conversion du côté chrétien, inspirer la terreur et le rejet pour les autorités japonaises puisque la peine de mort attendait ceux qui adopteraient la religion étrangère. Les martyrs restèrent ainsi neuf mois crucifiés avant que don Luis Navarrete, ambassadeur envoyé des Philippines, obtienne de Taicosama (Hideyoshi) la possibilité de rapatrier les corps vers Manille. Mais alors il n’en restait plus grand-chose, ni même des croix, puisque les chrétiens des trois nationalités, jésuites compris, avaient démembré les corps pour s’emparer de ce qui était devenu des reliques34. Ces nouvelles violences faites aux corps étaient cette fois justifiées, d’après les auteurs, par la dévotion, et paraissaient tout à fait normales. Un grand nombre de ces reliques furent acheminées par le navire portugais vers Macao puis répandues vers Malacca et Goa mais aussi vers Manille, et on envoya un os de Pedro Bautista au roi d’Espagne ainsi que d’autres à des couvents d’Espagne.

Le discours martyrologique

  • 35  M. CESAREO, op. cit., p. 23.
  • 36  « esta capitanía de valerosos caballeros de Cristo » ; « gozando de ver un ejército tan victorioso (...)
  • 37  J. POBRE, op. cit., p. 333.
  • 38  « el deseo que traían de morir por Cristo sobrepujaba al aborrecimiento natural que el hombre tien (...)
  • 39  Voir Frank LESTRINGANT et Pierre-François MOREAU (dir.), Martyrs et martyrologes, dans la Revue de (...)
  • 40  J. POBRE, op. cit., p. 260.

14Le discours franciscain sur le martyre est tout d’abord à rapprocher du discours épique du conquérant35 : sous la plume de nos auteurs, les missionnaires représentent l’armée du Christ36. Pedro Bautista est qualifié par Juan Pobre de « caudillo » et de « primer capitán de la entrada del Japón »37. Il s’agit à la fois de l’exaltation d’une action missionnaire redoutable comme d’une réaction psychologique de défense face à l’adversité. Ce vocabulaire épique sert l’ambigüité de la « conquête spirituelle », tandis que les martyrs sont aussi, dialectiquement, de doux agneaux comme le Christ que l’on emmène vers le Golgotha, ou encore des pierres précieuses de l’Eglise céleste. En effet, cet échec apparent aux yeux des hommes est en fait l’accomplissement de la vocation du missionnaire au XVIe siècle, celle du martyre en terre inconnue, qui lui permet de transcender la mort pour accéder à la gloire céleste38. En ce sens le martyre est une victoire, un triomphe pour toute la chrétienté puisqu’il suscite des exemples de foi. Le corps du martyr est épiphanique en ce sens qu’il manifeste la toute-puissance de Dieu qui transcende la souffrance. De fait, la crucifixion des 26 chrétiens protomartyrs eut l’effet inverse de celui escompté par les autorités japonaises : faire de la publicité autour d’une nouvelle religion au nom de laquelle des hommes pouvaient mourir dans la joie39. Par contraste, les franciscains qui en réchappèrent comme Juan Pobre se jugent « miserable[s] » et « indigno[s] de tanto bien »40.

  • 41  Les franciscains n’avaient pas le monopole de l’assistance aux lépreux ; Jacques PROUST nous rappe (...)

15La glorification des martyrs est, sur le plan rhétorique, fondée sur l’anticipation par l’ajout de l’épithète « santo » et même « santo mártir » à tous les franciscains et à leurs fidèles avant même leur martyre. Parallèlement, la description du martyre est sans cesse reportée chez Juan Pobre par l’insertion dans le récit de lettres édifiantes du commissaire franciscain Pedro Bautista visant à réconforter ses coreligionnaires, ou encore par la description des tâches apostoliques des franciscains, notamment auprès des lépreux dans les hôpitaux41, une charité héroïque qui surprenait et heurtait la sensibilité japonaise. Les franciscains, fidèles à leur fondateur, prêchaient la pauvreté évangélique avec un succès certain puisque la population japonaise du temps était extrêmement pauvre et contrainte sur le plan fiscal par les seigneurs de la guerre locaux, les daimyô. Leur action fut sans conteste ressentie par les autorités japonaises comme une menace pour la stabilité d’un pouvoir oppressif. D’ailleurs ces franciscains fréquentaient des gens vils et étaient inutiles alors que les puissants jésuites apportaient les richesses du navire de Macao. Cette technique discursive, qui intercale de même la biographie de chaque martyr, crée un effet d’attente, de tension, jusqu’au moment paroxystique du récit du martyre.

  • 42  « Cuya Pasión traían en su memoria estampada, para dar valor a cada paso que daban en la suya. », (...)
  • 43  Cette colline dominait la ville de Nagasaki et sa baie. On comprend ainsi comment Ribadeneira assi (...)
  • 44  J. POBRE, op. cit., p. 333.

16Un autre élément du discours martyrologique est l’analogie consciente, reconnaissante et partagée par les acteurs et les témoins franciscains du drame, avec la Passion du Christ, le martyr des martyrs42, d’autant que le supplice allait être pratiquement identique hormis les blessures infligées : la mort par crucifixion, également réservée aux malfaiteurs au Japon, sur une hauteur, la colline de Nishizaka43, réservée aux exécutions capitales et qualifiée de « calvario » dans nos textes. Juan Pobre va jusqu’à structurer son récit en fonction des douze stations du Chemin de Croix, tandis que Marcelo de Ribadeneira consacre tout le chapitre XXII de sa relation à montrer la conformité entre la vie et la mort de ces chrétiens du Japon et la vie et la mort du Christ, tout particulièrement lors du moment culminant de la Passion. Le discours martyrologique s’inscrit ainsi dans une filiation, celle de l’histoire de l’Eglise avec l’exemple des premiers martyrs chrétiens de l’empire romain. Le frère Pedro Bautista, fondateur de l’Eglise franciscaine du Japon, est même comparé par Ribadeneira à saint Pierre, le préalable jésuite disparaissant dans l’opération avec François-Xavier qui, il est vrai n’est pas mort martyr. Par voie de conséquence, Kyôto est proclamée nouvelle Rome44. La mission et le martyre ont la tâche universelle de sanctifier par le sang et le sacrifice les lieux nouvellement découverts et dominés par le Diable jusqu’à l’arrivée des chrétiens. Où l’on revient à la sacralisation des espaces par le sang des martyrs qui doit susciter des conversions, et au-delà, sauver les populations païennes.

Le théâtre45 du martyre

  • 45  Sur les différentes acceptions, théologique, morale, anatomique, cartographique du terme « théâtre (...)
  • 46  « y como iban todos tan teñidos en sangre, era un espectáculo muy lastimoso y doloroso de ver a ta (...)
  • 47  Voir Pierre CIVIL, « Les martyrs de la foi dans l’Espagne de la Contre-Réforme. Textes et images » (...)
  • 48  Juan POBRE et Marcelo de RIBADENEIRA s’adressaient à une société catholique formatée par l’idéal e (...)

17La description de la scène du martyre convoque tous les ressorts du pathétisme, à commencer par l’emphase mise sur le sens de la vue – le terme de « spectacle » (« espectáculo »46) est répété à plusieurs reprises, terme qui n’est pas sans rappeler l’iconographie baroque47, que ce soit les tableaux de martyrs ou le théâtre des comedias de santos ou divinas, objets de contemplation, de méditation, d’édification et de conversion du spectateur devant les corps sanglants mais glorifiés48. On retrouve ainsi dans les descriptions le verbe « volar » appliqué à l’âme glorieuse qui s’échappe du corps détruit, ou encore les attributs conventionnels de la palme et de la couronne. Il s’agit d’une véritable scénographie.

  • 49  F. LESTRINGANT, « Le martyre, un problème de symétrie : l’exemple des jésuites de la Nouvelle-Fran (...)
  • 50  M. CESAREO, op. cit., p. 22.
  • 51  Christophe COUDERC, « Entre Comedia de santos et auto sacramental : la passion christique de El ni (...)

18Une autre stratégie d’écriture consiste de même à souligner le contraste manichéen entre la joie et la patience des chrétiens face à la brutalité des bourreaux païens, ce qui forme un « couple de forces » dialectique49. Le corps du missionnaire, du martyr, devient un espace symbolique et pratique qui manifeste et résout simultanément les tensions entre la réalité matérielle dont nous avons précédemment mis en relief les enjeux, et les projets utopiques du christianisme franciscain50. La représentation du corps souffrant manifesterait et résoudrait toutes les contradictions de l’existence de l’homme, entre matérialité et spiritualité51.

  • 52  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 430. C’est nous qui traduisons.
  • 53  J. POBRE, op. cit., p. 431.
  • 54  George ELISON, Deus Destroyed. The Image of Christianity in Early Modern Japan, Cambridge, London: (...)
  • 55  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 431.

19Un autre trait qui nous ramène à la piété baroque, post-tridentine, est l’exaltation théologique de l’Eucharistie. Ainsi, dès la fin du mois de décembre, se voyant confinés et informés par la rumeur de leur exécution prochaine, les franciscains de Kyôto renforcèrent leur désir du martyre par la communion qui les confortait, soit « les rendait forts comme des lions qui lancent du feu et guerroient contre le démon, rejetant toute crainte humaine ; une communion qui enflammait les cœurs des tièdes dans l’amour de Dieu. »52. Il est intéressant de voir que les franciscains intensifient leur prédication par un enseignement sur le martyre qualifié de glorieux, de sacrifice agréable pour Dieu et « la obligación que tenían de morir por la fe que conocían verdaderísima »53. L’intransigeance du catholicisme qui se considère comme seule et vraie foi a posé problème au Japon au XVIe siècle. Si les missionnaires catholiques avaient toléré d’autres formes de cultes, la religion chrétienne s’y serait sans doute développée. Mais comme l’indique George Elison, le christianisme remettait en cause des aspects fondamentaux de l’identité culturelle japonaise. Il fut donc considéré comme un élément étranger, finalement perturbateur et qu’il fallait éliminer pour préserver l’identité japonaise54. Les moines intensifiaient de même les mortifications par la discipline, ce qui nous montre une préparation quotidienne au martyre par la sujétion du corps. Le frère Marcelo conclut sur le succès de leur apostolat auprès de leurs fidèles japonais : « todos querían ser mártires »55.

Conclusion

  • 56  « tan ilustre triunfo », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 449.
  • 57  « tropisme » compris à la fois dans le sens d’une orientation, d’une inclination, d’un désir, d’un (...)
  • 58  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 449.
  • 59  Ibid., p 450.

20La catastrophe humaine devient glorieuse dans le récit missionnaire qui transfigure le supplice, l’échec en victoire, en triomphe, en gloire56, un mécanisme que Frank Lestringant qualifie de « tropisme » du martyre57, « honra de la deshonra »58. Ainsi la promenade d’infamie à Kyôto devient défilé triomphal puisque le public japonais païen comme chrétien, ressentant l’injustice de la condamnation, vint déposer du sable devant les charrettes, geste que la culture japonaise réserve, nous dit le narrateur, aux défilés royaux59. Le martyre met en crise le modèle culturel et civilisationnel européen qui oblige le missionnaire à adopter une attitude sacrificielle à laquelle il s’est préparé. Une fois le martyre réalisé, la crise est surmontée et le modèle chrétien renforcé.

21Comme le confesse et l’exalte Marcelo de Ribadeneira dans sa chronique, un tel évènement religieux eut pour la première fois un retentissement mondial puisque Nagasaki étant devenu un port commercial cosmopolite fréquenté non seulement par les Ibériques mais aussi par les Chinois, la diffusion de la nouvelle allait se répandre dans la région et suivre les routes ibériques vers Lisbonne d’un côté via Macao et Goa, vers Madrid de l’autre en passant par Manille et Mexico.

  • 60  Voir C. R. BOXER, The Christian Century…, p. 168-169.

22La nouvelle du martyre à Manille comme à Madrid suscita des messes d’actions de grâce et des processions. La perte du galion quant à elle ruinait une grande partie de la communauté coloniale, sans parler des menaces d’invasion de l’archipel de la part du shogun. La crainte d’une attaque japonaise était à nouveau très présente à Manille en 1597, date de la seconde guerre entre la Corée et le Japon, ce qui explique qu’il n’y eut pas de châtiment exemplaire de la part des Espagnols en représailles des martyres. De son côté Hideyoshi se radoucit et ne poursuivit pas de politique de persécution systématique contre les chrétiens. Le visiteur jésuite Alessandro Valignano et l’évêque du Japon Pedro Martins firent pression sur Philippe II pour mettre un terme au voyage annuel portugais de Macao à Nagasaki, de façon à provoquer une crise économique qui engendrerait à son tour une agitation générale dans l’archipel, capable de renverser Hideyoshi ou de l’obliger à reconnaître officiellement le christianisme dans ses domaines. Mais ce conseil ne fut pas suivi60, tandis que dès l’année suivante, en 1598, Philippe II s’éteignait à l’Escurial, Hideyoshi au Japon et que les franciscains retournaient au Japon en la personne du frère Jerónimo de Jesús, l’un des survivants du martyre, avec le soutien des autorités de Manille... Le repli subséquent des troupes japonaises de Corée relança l’inquiétude espagnole à Manille et la crainte de voir déferler cent mille hommes venus se réétablir dans l’archipel.

  • 61  G. ELISON, op. cit., p. 140.
  • 62  Tokugawa Ieyasu était l’un des cinq tuteurs du fils et successeur de Toyotomi Hideyoshi, Hideyori. (...)
  • 63  En 1604, le gouverneur Acuña évoque un commerce japonais régulier et pacifique avec les Philippine (...)

23La sentence de mort prise par Hideyoshi contre les franciscains et leurs fidèles fut une étape de plus vers la politique de « sakoku », de fermeture antichrétienne du Japon. Comme le signale George Ellison, 1597 marque la fin de la première moitié du Siècle Chrétien du Japon. Le christianisme, ensuite, n’a pas plus été accepté mais a survécu, en butte à de nouvelles persécutions et à une plateforme idéologique élaborée pour le rejeter61. Au début du XVIIe siècle, avec l’accession au shogunat de Tokugawa Ieyasu (« Dayfusama »)62, les relations bilatérales avec Manille s’améliorèrent, pour un temps63 seulement. A partir de 1612, les persécutions contre les chrétiens au Japon se multiplièrent jusqu’à en finir pratiquement avec cette religion jusqu’à l’édit de proscription définitive du christianisme au Japon qui en 1614 incluait l’expulsion de tous les missionnaires.

Haut de page

Bibliographie

BOUTEILLE-MEISTER, Charlotte, AUKRUST, Kjerstin (éd.), Corps sanglants, souffrants et macabres, XVIe-XVIIe siècle, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2010.

BOXER, Charles Ralph, The Christian Century in Japan 1549-1650, Berkeley, Los Angeles and London: the University of California Press, 1951.

BOXER, Charles Ralph, Portuguese Merchants and Missionaries in Feudal Japan, 1543-1640, London: Variorum reprints, 1986.

CABEZAS, Antonio, El siglo ibérico de Japón. La presencia hispano-portuguesa en Japón (1543-1643), Valladolid : Publicaciones de la Universidad de Valladolid, 1995.

CESAREO, Mario, Cruzados, mártires y beatos. Emplazamientos del cuerpo colonial, West Lafayette Indiana: Purdue University Press, 1995.

CIVIL, Pierre, « Les martyrs de la foi dans l’Espagne de la Contre-Réforme. Textes et images », in : Ecriture, pouvoir et société en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles : Hommage du CRES à Augustin Redondo, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 25-36.

CORSI, Elisabetta, Órdenes religiosas entre América y Asia. Ideas para una historia misionera de los espacios coloniales, México : Colegio de México, 2008.

ELISON, George, Deus Destroyed. The Image of Christianity in Early Modern Japan (3e éd.), Cambridge, London: Harvard University Press, 1991.

GIL, Juan, Hidalgos y samurais. España y Japón en los siglos XVI y XVII, Madrid : Alianza Editorial, 1991.

KOUAME, Nathalie, « Japon : le ‘siècle chrétien’, son historiographie et ses lieux de mémoire », Histoire & Missions chrétiennes, 4, 2007, p. 171-182.

KOUAME, Nathalie (dir.), La première évangélisation du Japon, XVIe-XVIIe siècles. Perspectives japonaises, numéro spécial de la revue Histoire & Missions Chrétiennes, 11, septembre 2009.

LESTRINGANT, Frank, MOREAU, Pierre-François (éd.), Martyrs et martyrologes, dans la Revue des Sciences Humaines, 269, janvier-mars 2003.

PROUST, Jacques, L’Europe au prisme du Japon, XVIe-XVIIIe siècles, Paris : Albin Michel, 1997.

SALMANN, Jean-Michel Géopolitique du XVIe siècle. 1490-1618, Paris : Seuil (Nouvelle histoire des relations internationales), 1, 2003.

WALTER, François, Catastrophes. Une histoire culturelle, XVIe-XXIe siècle, Paris : Seuil, 2008.

Haut de page

Notes

*  Si le martyre des vingt-six chrétiens du Japon (franciscains, jésuites et laïcs) fut le premier à être fortement médiatisé à la fin du XVIe siècle, il ne fut pas le premier épisode du genre puisque l’historien japonais Gonoi TAKASHI fait état de persécutions de fidèles ayant conduit au martyre dès 1558-1559. Voir Gonoi TAKASHI, « Kirishitan : les chemins qui mènent au martyre. Pour une histoire des martyrs chrétiens du Japon », in : Nathalie KOUAMÉ (coord. et trad.), La première évangélisation du Japon, XVIe-XVIIe siècles. Perspectives japonaises, numéro spécial de la revue Histoire & Missions Chrétiennes, 11, septembre 2009, p. 24. Les vingt six chrétiens martyrisés le 5 février 1597 à Nagasaki furent les six franciscains Pedro Bautista (prélat), né à Ávila, 50 ans ; Martín de la Ascensión, Guipúzcoa, 29 ans ; Felipe de Jesús, Mexico, 26 ans ; Gonzalo García, Bazain (Inde), 40 ans ; Francisco Blanco, Galice, 28 ans ; Francisco de San Miguel, Valladolid, 52 ans. Les vingt chrétiens japonais étaient Gayo Francisco, Kyôto, 27 ans ; Cosme Lacuxia, 38 ans ; Pedro Xaquexiro, 36 ans ; Miguel Casaqui, Kyôto, 45 ans ; Diego Quica (de la Compagnie), 50 ans ; Pablo Miqui (frère de la Compagnie), 35 ans ; Pablo Bariqui, Kyôto, 54 ans ; Juan (de la Compagnie), 20 ans ; Luis, Kyôto, 11 ou 12 ans ; Antonio, Nagasaki, 12 ou 13 ans ; Matías, Kyôto, 38 ans ; León Carasuma, Kyôto, 48 ans ; Ventura, Kyôto, 26 ans ; Tomé, Kyôto, 13 ou 14 ans ; Joaquín Jacabibir, 46 ans ; Francisco, 55 ans ; Tomé Igio, Kyoto, 42 ans ; Juan Inbia, Kyôto, 36 ans ; Gabriel, Kyôto, 18 ans ; Pablo Susuqui, Kyôto, 40 ans.

1  Jean-Michel SALMANN, Géopolitique du XVIe siècle. 1490-1618, Paris : Seuil (Nouvelle histoire des relations internationales), 1, 2003, p. 312.

2  Ôishi KAZUHISA évalue le nombre de chrétiens dans l’archipel nippon à 300 000 en 1601, un groupe qui aurait crû jusqu’à 370 000 en 1614, voir Ôishi KAZUHISA, « Les pierres tombales des premiers chrétiens et la tradition japonaise des monuments funéraires » in : N. KOUAMÉ, op. cit., p. 96.

3  Nagasaki devint le port d’escale permanent des Portugais au Japon à partir de 1571, date de la cession du port par le daimyô Omura Sumitada (dom Bartolomeu de son nom chrétien), ainsi que de la forteresse de Mogi contre 1000 ducats annuels payés par le navire pour l’entretien des pères, des forteresses et des seigneurs chrétiens locaux. La ville de Nagasaki était alors fortifiée et abritait plus de 400 maisons. Les jésuites géraient les revenus du port dans leur totalité mais n’avaient pas la possibilité d’exécuter la peine capitale sur les habitants japonais. La ville était alors en pleine croissance en cette période de fin de guerres civiles et la demande de riches produits étrangers augmentait. Voir Charles Ralph BOXER, The Christian Century in Japan 1549-1650, Berkeley, Los Angeles and London: University of California Press, 1951.

4  Voir Michael COOPER, « The Mechanics of the Macao-Nagasaki Silk Trade », Monumenta Nipponica, 27, 4, winter 1972, p. 423-433 et Roland MOUSNIER, Les XVIe et XVIIe siècles, Paris : PUF, 1953, p. 598-599, qui détaille les produits échangés et les prix.

5  À partir de cette même année 1593 tous les ordres mendiants participèrent à la tâche d’évangélisation de l’archipel nippon depuis les Philippines.

6  L’archipel était alors en phase de croissance démographique et économique ; il comptait entre 25 et 27 millions d’habitants d’après Jean MEYER, L’Europe et la conquête du monde, Paris : Armand Colin, 1996, p. 233.

7  Nathalie KOUAMÉ rappelle que l’arrivée des Occidentaux, en particulier des missionnaires chrétiens, fut ressentie comme une « intrusion » au Japon, et n’était pas « désirée ». Voir N. KOUAMÉ, « Quatre règles à suivre pour bien comprendre le ‘siècle chrétien du Japon’ », op. cit., p. 10. Rappelons que les Occidentaux étaient désignés par l’appellation péjorative d’origine chinoise « nanban », les « Barbares du Sud », en l’occurrence les Ibériques.

8  L’édit ne sera pratiquement pas appliqué.

9  Juan Pobre (1550-1615) fut d’abord soldat du duc d’Albe dans un des tercios des Flandres avant de devenir frère lai franciscain dans un monastère flamand. En 1592, au couvent franciscain de Salamanque (province de San José), il se déclara volontaire pour partir vers la mission des Philippines. Il quitta Séville en janvier 1593 et arriva à Manille en 1594. D’abord missionnaire à Camarines au sud de Luçon il fut envoyé pour une inspection des missions franciscaines récemment fondées au Japon (1595-96). À son retour à Manille ses supérieurs décidèrent de l’envoyer en Europe pour rendre compte de l’état de la mission franciscaine en Extrême-Orient au gouvernement de Madrid et à Rome, c’est pourquoi il se trouvait sur le San Felipe à l’automne 1596 et fut témoin du martyre. Arrêté, d’après lui, par le recteur des jésuites de Nagasaki (António Lopes), il fut emmené à Macao sur la caraque portugaise San Antonio. Il resta à Macao quelques mois avant de trouver un navire pour Manille en janvier 1598 et commença à écrire son histoire du martyre. En juin 1599 il fut renvoyé par les autorités espagnoles vers l’Europe avec la même mission, plus son témoignage sur le martyre. Il atteignit Mexico à la fin de 1599 et arriva à Madrid en juin 1600. Reçu par Philippe III et le Conseil des Indes, il fit très bonne impression. Il s’employa à recruter de nouveaux missionnaires pour la mission des Philippines (environ 40 frères avec lesquels il s’embarqua à San Lúcar fin juin 1601). Il quitta Acapulco pour Manille fin février 1602 sur le Santo Tomás en compagnie du nouveau gouverneur des Philippines don Pedro de Acuña. Il abandonna le navire à LaCarpana (Rota) aux Larrons (les îles Mariannes) dans l’idée d’évangéliser les habitants et de retrouver des survivants espagnols d’expéditions passées. Il resta sept mois avant d’être repris par le galion Jesús María en octobre 1602. Il fut renvoyé une troisième fois en Espagne par ses supérieurs en 1603 comme procurateur de la province des Philippines. Il y parvint à l’automne 1604 et passa les trois années suivantes entre Valladolid et Rome, luttant pour la révocation du Bref papal de 1585 se fondant sur une ligne de démarcation entre les deux couronnes passant près de Malacca et laissant toutl’Extrême-Orient aux Espagnols (Carta Apologética). La pression franciscaine, jointe à celle des dominicains et des augustins, obtint l’abrogation du monopole desjésuites par le brefSedis Apostolicae providentia (11 juin 1608) qui n’était pas respecté dans la pratique. Sept mois auparavant, Juan Pobre avait encore recruté 56 franciscains avec lesquels il quitta Séville en décembre 1607, atteignant Manille le 12 avril 1609. Après plus d’un an passé aux Philippines, il fut encore envoyé en Europe, cette fois par la route portugaise (Malacca-Goa) et la route terrestre via le golfe Persique, l’Iraq et la Syrie. Il quitta Manille fin 1611 et atteignit Madrid l’année suivante. Il recruta de nouveaux frères à Madrid où il mourut en 1615 ou 1616, au monastère de San Bernardino. Ce moine globe-trotter resta toujours frère lai, rejetant la prêtrise. Ces données biographiques sont issues de C. R. BOXER, « Friar Juan Pobre of Zamora and his lost and found ‘Ystoria’ of 1598-1603 (Lilly MS. BM 617) », in: Portuguese Merchants and Missionaries in Feudal Japan, 1543-1640, London: Variorum Reprints, 1996, p. 25-46.

10  Ceux-ci furent béatifiés les 14 et 15 septembre 1627 et canonisés le 8 juin 1862.

11  Le récit, précédé d’une introduction et d’une étude de Jesús MARTÍNEZ PÉREZ, O.F.M., a été publié à l’occasion du quatrième centenaire du martyre par la Excma. Diputación Provincial de Ávila, Institución « Gran Duque de Alba », 1997.

12  Né à Palencia de parents nobles et de lignage galicien, il participa à la mission que le père Pedro Ortiz Cabezas organisa pour les Philippines. Il quitta Séville le 9 janvier 1593 et arriva à Manille en mai 1594. Deux mois plus tard il fut destiné aux missions du Japon et arriva le 27 août 1594 à Hirado. Il se dirigea vers Kyôto avec ses compagnons puisqu’il était porteur d’une ambassade du gouverneur des Philippines don Luis Pérez Dasmariñas pour Toyotomi Hideyoshi. Il apprit le japonais et s’occupa de soigner les plus démunis, d’abord au couvent de Kyôto. En 1596 il reçut l’ordre de Pedro Bautista de fonder une communauté à Ôsaka avec Gonzalo García. Puis il se rendit à Nagasaki à cause de la dysenterie, ville où le surprit la persécution anti-chrétienne. Lorsqu’on sut l’emprisonnement des chrétiens de Kyôto et d’Ôsaka, il fut expulsé de la ville avec d’autres. Il réussit à fuir mais deux Portugais à qui il s’était confié le dénoncèrent à la justice japonaise. Il rejoignit ses compagnons et fut embarqué pour arriver à Macao en mars 1597. Il y resta jusqu’en décembre puis arriva à Manille en janvier 1598. Il parcourut les îles Philippines en quête d’informations pour son livre et la même année, une fois instruits les procès des martyrs du Japon, ilfut nommé leur procureur à Rome. Il arriva à Madrid durant l’été de l’année 1600 et laissa des reliques des martyrs à Salamanque et d’autres à Toro (la tête, la main droite et d’autres reliques de Pedro Bautista). Il fut professeur de théologie à Salamanque au couvent de Saint Antoine. On ignore la date de sa mort mais on a encore un document de lui daté de 1610. Ces renseignements biographiques sont tirés de l’introduction de la Historia…, que l’on doit au père Juan R. DE LEGÍSIMA, O.F.M., Madrid : La Editorial Católica, 1947.

13  J. POBRE, op. cit., p. 211.

14  « descubrir las tinieblas de tanto tiempo emboscadas contra nuestro católico Rey : y contra sus vasallos y mucho más contra los pobres e inocentes frailes del humilde San Francisco. », ibid., p. 209.

15  Cette absence vient conforter le fait que d’après François WALTER, l’acception du mot « catastrophe » comme désignant autre chose que le dénouement d’une pièce de théâtre ne date que du dernier tiers du XIXe siècle dans le dictionnaire Littré, soit de l’époque industrielle. Voir Catastrophes. Une histoire culturelle, XVI-XXIe siècle, Paris : Seuil, 2008, p. 20.

16  J. POBRE, op. cit., p. 257 et 259.

17  « se descubrió una cometa hacia el Poniente, de color aplomada, mostrando triste aspecto. Extendía la cola hacia Tartaria y Suria, aunque más amenazaba hacia el Japón. » ; « A todos dejó muy temerosos y tristes, porque el parecer de ella amenazaba, y ansí no faltó algunos que dijeron que nos esperaban grandes trabajos ; », ibid., p. 189.

18  Marcelo de RIBADENEIRA cite la province de Bungo au nord-est de Kyushu, op. cit., p. 416.

19  J. POBRE, op. cit., p. 188. « como el rey estuviese cuidadoso con la pérdida de sus casas reales, y le dijesen sus lisonjeros que aquella nao le habían traído a sus reinos sus fotoques [dioses], para restaurar la pérdida de sus palacios, y que a su juicio habiéndose abierto en el puerto era de derecho suya, al punto se determinó de tomar la hacienda. », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 421.

20  Ibid., p. 498.

21  Ces signes corporels furent contredits par le visiteur jésuite Alessandro Valignano. Voir Antonio de MORGA, Sucesos de las islas Filipinas, Madrid : Miraguano/Polifemo, 1997, note 186, p. 126.

22  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 499. Les reliques des martyrs guérissent miraculeusement des malades. Le 14 mars vers huit heures du soir apparurent des colonnes de feu vers le lieu de la crucifixion : l’une au nord-ouest qui se divisa en trois, puis une autre à l’est comme un éclair, puis une autre à l’ouest. Puis vers le nord apparurent une grande quantité d’étoiles de diverses couleurs au-dessus d’un ermitage consacré à la Vierge, étoiles inconnues au Japon. Ces phénomènes durèrent quatre heures et furent vus par des Portugais et des Japonais, tous épouvantés, pensant que le jour du Jugement dernier était arrivé. Puis tous les mercredis et les vendredis, on voyait des lumières au-dessus des martyrs, de nombreuses autour de la sentence.

23  « los discretos, avisados con las señales que sucedieron esperaban. », ibid., p. 415.

24  « ya que no fuesen señales que determinadamente pronosticaban el admirable martirio jamás visto en Japón », ibid., p. 417.

25  Mario CESAREO, Cruzados, mártires y beatos. Emplazamiento del cuerpo colonial, West Lafayette : Purdue University Press, 1995.

26  F. WALTER parle d’« immanence du divin », op. cit., p. 31. M. de RIBADENEIRA : « Porque para prevenir para una cosa tan nueva a los hombres, parece que quiso el Señor que el cielo, el aire y la tierra y la mar mostrasen algunas señales que fuesen como vigilia de tan ilustre triunfo, disponiéndolos para que esperasen alguna gran novedad en aquel reino, como los discretos, avisados con las señales que sucedieron esperaban. », op. cit., p. 415.

27  Dans une logique culturelle inversée, N. KOUAMÉ rappelle que le terme japonais « kirishitan » désignant les chrétiens et forgé de toute pièce par les jésuites sur le mot portugais « cristão » (chrétien), pouvait s’orthographier selon différentes combinaisons d’idéogrammes à valeur plus ou moins négative : « Ainsi, à l’époque de la proscription, en jouant tout à la fois sur le sens et la prononciation des caractères chinois, on utilisait volontiers l’idéogramme signifiant « démon » pour écrire la syllabe ki de « kirishitan » et celui de la « mort » pour shi. », op. cit., p. 16. Les chrétiens étaient donc vus par les Japonais comme des démons porteurs de mort.

28  J. POBRE, op. cit., p. 251.

29  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 444.

30  « À la fin du XVIe siècle, l’exportation d’argent vers Manille dépassait 3 millions de pesos par an, atteignant le chiffre record, en 1597, de 12 millions et dépassant la valeur officielle du commerce atlantique », Carmen BERNAND et Serge GRUZINSKI, Histoire du Nouveau Monde, Paris : Fayard, 1993, 2, p. 481.

31  A. de MORGA impute aux Japonais la « malicia » d’avoir fait échoué le galion qui devenait ainsi propriété du gouverneur de la province, op. cit., p. 122.

32  Ce sera un échec complet : Pedro Bautista, trop confiant dans les bonnes relations qu’il avait avec le Régent, ne choisit pas comme intermédiaire le gouverneur de Kyôto, Maeda Genni Hoin Munehisa, mais Masuda Nagamori, le ministre des armées et commissaire de l’enquête de Hideyoshi, qui le dupa. Voir C. R. BOXER, The Christian Century in Japan..., p. 164.

33  « cuatro verdugos con agudas lanzas comenzaron a lancearles desde los últimos, dándoles cada uno dos o tres lanzadas por los lados, que, traspasando el corazón, salían los hierros de las lanzas al hombro. », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 481.

34  Le corps physique du martyr est transfiguré en corps glorieux avant même sa mort, puisque des chrétiens japonais et même des Portugais à Nagasaki, aux pieds des crucifiés, s’emparèrent de morceaux de leurs pauvres habits et imprégnaient ces lambeaux du sang des blessures. Voir M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 464. Ce phénomène est transcrit dans l’écriture au moyen de la personification des éléments corporels : « cuánto gusto tenía el alma en ver que la oreja por donde había entrado la fe daba un pregón de la verdad de ella, y la sangre que corría era una voz que predicaba más que muchas lenguas pudieran decir. Y olvidados del dolor natural que la herida los causaba, todos estaban transformados en Dios. » ;« libres de esta cárcel del cuerpo », ibid., p. 445. Les fragments des dépouilles firent même l’objet d’un commerce ambigu de la part des Japonais païens vers les chrétiens.

35  M. CESAREO, op. cit., p. 23.

36  « esta capitanía de valerosos caballeros de Cristo » ; « gozando de ver un ejército tan victorioso como representaban los santos mártires », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 449 et 482.

37  J. POBRE, op. cit., p. 333.

38  « el deseo que traían de morir por Cristo sobrepujaba al aborrecimiento natural que el hombre tiene a la muerte », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 475.

39  Voir Frank LESTRINGANT et Pierre-François MOREAU (dir.), Martyrs et martyrologes, dans la Revue des Sciences Humaines, 269, janvier-mars 2003, p. 7 et 10.

40  J. POBRE, op. cit., p. 260.

41  Les franciscains n’avaient pas le monopole de l’assistance aux lépreux ; Jacques PROUST nous rappelle que les jésuites avaient fondé une sorte de dispensaire à Funai, transformé par la suite en hôpital à destination des lépreux. Le frère Luís de Almeida, chirurgien diplômé de Lisbonne, y enseigna la chirurgie à des élèves japonais, devenant ainsi le fondateur de la première école de médecine occidentale au Japon. Voir Jacques PROUST, L’Europe au prisme du Japon, Paris : Albin Michel, 1997, p. 64.

42  « Cuya Pasión traían en su memoria estampada, para dar valor a cada paso que daban en la suya. », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 443. Marie-Christine GOMEZ-GÉRAUD suggère, avec raison, que chaque martyre est pour le chrétien le prolongement du martyre du Christ dans l’économie universelle du salut, cf « Le théâtre des premiers martyrs japonais : la leçon de théologie », in : Martyres et martyrologes, p. 184.

43  Cette colline dominait la ville de Nagasaki et sa baie. On comprend ainsi comment Ribadeneira assista au martyre depuis la caraque portugaise. C’est là qu’eut lieu plus tard le« Grand martyre de 1622 » où périrent 55 personnes, dont une vingtaine de pères, de frères coadjuteurs et de missionnaires, et encore en 1640, les soixante membres de la mission portugaise venus au Japon de Macao dans l’espoir de renouer des relations commerciales et diplomatiques avec les shoguns Tokugawa qui avaient fermé le pays. Cette colline devint un endroit sacré et un lieu de pèlerinage. Voir G. TAKASHI, art. cit., p. 44.

44  J. POBRE, op. cit., p. 333.

45  Sur les différentes acceptions, théologique, morale, anatomique, cartographique du terme « théâtre » au XVIe siècle, voir F. LESTRINGANT, « Témoignage et martyre : donner à voir, donner à croire (XVIe-XVIIIe siècle) », in : Martyrs et martyrologes, p. 117.

46  « y como iban todos tan teñidos en sangre, era un espectáculo muy lastimoso y doloroso de ver a tantos heridos y ensangrentados. », J. POBRE, op. cit., p. 333 ; « cuya vista les causó devota y tierna compasión y deseo grande y fervoroso de verse en tierra, por ver más de cerca tan maravilloso espectáculo. », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 421 qui rapporte le point de vue des passagers de la caraque portugaise.

47  Voir Pierre CIVIL, « Les martyrs de la foi dans l’Espagne de la Contre-Réforme. Textes et images », in : Ecriture, pouvoir et société en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles : Hommage du CRES à Augustin Redondo, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2001, p. 26. Il cite les cycles de Francisco de Zurbarán, Vicente Carducho ou encore de Sánchez Cotán. Il en fait un « lieu commun » de l’Espagne du temps aux côtés des sermons, des traités ascétiques et des flos sanctorum. Il rappelle l’exemple emblématique de la décoration martyrologique de l’Escurial autour de saint Laurent et de saint Maurice souhaitée par Philippe II, sans oublier sa collection de reliques.

48  Juan POBRE et Marcelo de RIBADENEIRA s’adressaient à une société catholique formatée par l’idéal et l’exaltation du martyre en cette fin du XVIe siècle.

49  F. LESTRINGANT, « Le martyre, un problème de symétrie : l’exemple des jésuites de la Nouvelle-France », in : Charlotte BOUTEILLE-MEISTER et Kjerstin AUKRUST (éd.), Corps sanglants, souffrants et macabres, XVIe-XVIIe siècle, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2010, p. 259-270, p. 266 : « Dans le martyre, le bourreau et sa victime forment couple. L’action violente de l’un et la passion de l’autre constituent à elles deux un couple de forces qui agissent en définitive dans le même sens. La main du bourreau coopère malgré elle à l’exaltation du saint et à son salut. Elle manifeste, sur le théâtre des cruautés, la gloire d’une doctrine qu’elle sert à son insu, tout en signant du même coup sa propre condamnation ».

50  M. CESAREO, op. cit., p. 22.

51  Christophe COUDERC, « Entre Comedia de santos et auto sacramental : la passion christique de El niño inocente de la Guardia de Lope de Vega », in : C. BOUTEILLE-MEISTER et K. AUKRUST (éd.), op. cit., p. 241.

52  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 430. C’est nous qui traduisons.

53  J. POBRE, op. cit., p. 431.

54  George ELISON, Deus Destroyed. The Image of Christianity in Early Modern Japan, Cambridge, London: Harvard University Press, 1991, p. 131-132.

55  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 431.

56  « tan ilustre triunfo », M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 449.

57  « tropisme » compris à la fois dans le sens d’une orientation, d’une inclination, d’un désir, d’une vocation qui définissait la condition du missionnaire dès le XVIe siècle, et dans un sens étymologique de tournant, de retournement, de renversement de l’apparence de défaite en victoire effective, suivant le grand modèle dialectique offert par la Passion du Christ. Voir F. LESTRINGANT, « Le martyre, un problème de symétrie... », p. 260.

58  M. de RIBADENEIRA, op. cit., p. 449.

59  Ibid., p 450.

60  Voir C. R. BOXER, The Christian Century…, p. 168-169.

61  G. ELISON, op. cit., p. 140.

62  Tokugawa Ieyasu était l’un des cinq tuteurs du fils et successeur de Toyotomi Hideyoshi, Hideyori. Il supplanta définitivement le clan des Toyotomi par la bataille de Sekigahara, en 1600, et fut nommé shogun en 1603. Il inaugura la dynastie shogunale des Tokugawa, opposée à la Chine, à l’Europe et au monde, qui occupa le devant de la scène politique japonaise jusqu’en 1867.

63  En 1604, le gouverneur Acuña évoque un commerce japonais régulier et pacifique avec les Philippines. Archivo General de Indias, Filipinas. 7, Ramo 1, Número 18, fol. 4r.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Jacquelard, « Une catastrophe glorieuse : le martyre des premiers chrétiens du Japon, Nagasaki, 1597 », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 23 novembre 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20808 ; DOI : 10.4000/e-spania.20808

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org