Navigation – Plan du site
Catastrophes, cataclysmes et naufrages : de la terreur au récit

A carreira da Índia, entre Lisbonne et l’Asie, l’éloignement et les dangers

Hugues Didier

Résumés

Après avoir rappelé les grandes étapes de l’histoire des expéditions maritimes portugaises, leurs itinéraires et leurs spécificités par rapport aux navigations castillanes, cet article s’intéresse au cas particulier de la circumnavigation de l’Afrique et des traversées de l’océan Indien dont il analyse les conditions matérielles ; causes de nombreux naufrages, ces navigations sont étudiées en tant qu’expériences humaines extrêmes.

Haut de page

Texte intégral

As armas e os Barões assinalados
Que da Ocidental praia Lusitana
Por mares nunca de antes navegados
Passaram ainda além da Taprobana,
Em perigos e guerras esforçados
Mais do que prometia a força humana,
E entre gente remota edificaram
Novo Reino, que tanto sublimaram.
Luís de Camões, Lusiades, I, 1.

Spécificités portugaises

  • 1  Michel CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs : 1450-1580, L’invention du monde par les navigat (...)

1Giulia Lanciani écrivait que la frontière hispano-portugaise « ne représente pas seulement une barrière politique, mais creuse un profond sillon entre deux mentalités différentes »1. Dans l’histoire pré-romaine, wisigothique ou arabe de l’Ibérie, rien ne laissait présager l’apparition de cette ligne de séparation. Le Portugal naquit au moment où l’Europe chrétienne pouvait tirer profit de l’effondrement du Califat de Cordoue survenu dans les années 1031-1035. Tandis que Raymond de Bourgogne Capet épousa la fille aînée d’Alphonse VI de Castille, Urraque, et devint roi, son cousin Henri ne fut d’abord que comte, ayant épousé Tareja, et ne recevant qu’un petit territoire bordé par l’Atlantique et limité au nord par le Rio Minho et au sud par le Rio Douro. Minuscule commencement. Le premier agrandissement et l’accession au titre royal furent le fait de leur fils Afonso Henriques, vainqueur des Maures à la bataille d’Ourique en 1139. Dès sa naissance, le Portugal fut un État croisé, et cela allait marquer son ultérieure expansion maritime et coloniale : les voiles de ses navires allaient porter la grande croix rouge de l’Ordre du Christ, héritier portugais de celui du Temple.

  • 2  Suzanne CHANTAL, Histoire du Portugal, Paris : Hachette 1965, p. 23. Voir aussi La Découverte, le (...)
  • 3 Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, Lisbonne – Paris, vol. 38, p. 1-122.
  • 4  Carmen RADULET, « La filière italienne », in : Michel CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs : (...)
  • 5  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 362.
  • 6  Auguste TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, Paris : Presses Universitaires de France, 1981, p.  (...)

2La Reconquista portugaise reçut des renforts de guerriers venus du nord. Sans l’aide d’une puissante armée de croisés flamands, allemands et surtout anglais, les Portugais n’eussent conquis ni Santarem ni Lisbonne, tombée en 1141 : de façon très significative, son évêque mozarabe fut aussitôt déposé et remplacé par un évêque anglais2. Le Portugal fut le premier État européen à posséder des frontières définitives, son processus de Reconquista s’achevant plus de deux siècles avant celui de son unique voisin – 1258 au lieu de 1492. Le XIIIe siècle vit la première fortune maritime du Portugal, conséquence de l’ouverture du détroit de Gibraltar à la navigation chrétienne. À condition de parcourir la carte de l’Europe occidentale, d’un pied marin, nautiquement, et non pas en terrien, on se doit de constater que le centre n’en est pas Bâle ou Strasbourg, mais Lisbonne et l’abri incomparable de la Mer de Paille, étape centrale de la route marchande menant de Gênes et de Venise aux ports de la Mer du nord. Sur ses quais se mêlèrent désormais peuples du nord et Italiens, Génois surtout, ce qui permit aux Portugais de combiner les techniques maritimes des uns et des autres. L’étude de Jacques Paviot sur Les Portugais à Bruges au XVe siècle3 met en lumière aussi la longue pratique que les Portugais eurent des Pays Bas. Et combien de Génois à Lisbonne ! Pas seulement Christophe Colomb 4 ! Et même des Allemands5. Il s’agit bien d’un État côtier, maritime et marchand d’esprit phénicien qu’il convient de situer dans la série des thalassocraties européennes, déjà advenues ou à venir : Venise, Gênes, Hanse, Angleterre et Provinces Unies, l’accès à la sphère italienne n’étant pas moins décisif que la liaison avec la Mer du Nord. « Il est aujourd’hui bien avéré que les Portugais n’ont jamais conquis l’Asie. Ils ont conquis seulement l’espace océanique »6.

  • 7  Jean AUBIN, Le latin et l’astrolabe, Paris : fondation Calouste Gulbenkian, 2000, t. 2, p. 40, tab (...)
  • 8  Geneviève BOUCHON, Vasco de Gama, Paris : Fayard, 1997, p. 15 et p. 29.

3Le Portugal n’est qu’une bande de 89 000 km2, parallèle à l’Océan, qu’aucun obstacle naturel significatif ne protège de son voisin. À la bataille d’Aljubarrota en 1384, sans l’appui des archers anglais, le héros populaire Nun’Álvares Pereira n’aurait sans doute pas pu repousser les Castillans. À l’époque, comme d’ailleurs plus tard, à la fin du XVIe siècle, à l’inverse du peuple et surtout de la classe marchande, une bonne part de la noblesse portugaise avait un faible pour la Castille. Le roi de la nouvelle dynastie des Avis, Jean 1er (1375-1433) épousa la princesse Philippa de Lancaster (1360-1415)7 et conclut avec l’Angleterre le traité de Windsor (1386), le plus ancien traité international d’Europe, toujours en vigueur aujourd’hui, traité constamment observé, sauf, évidemment, pendant les années d’union dynastique avec l’Espagne. Le premier grand maître d’œuvre des découvertes fut l’infant Henri le Navigateur, duc de Viseu (1394-1460), fils précisément de Philippa l’Anglaise. Du sang anglais coulait également dans les veines de Vasco de Gama, celui des Sodré, c’est-à-dire qu’il descendait d’un gentilhomme anglais nommé Sudley, venu guerroyer contre les Castillans8. Il y a encore un Cais de Sodré à Lisbonne.

4En lui-même comme dans ses entreprises d’outre-mer, le Portugal est ambigu ou est le lieu d’une anamorphose sous le regard de l’historien. Vu sous un angle, État ibérique né de la Reconquista, le Portugal se prête à la comparaison avec les autres royaumes chrétiens péninsulaires et la tentation est très forte d’assimiler aussi bien son processus formatif que son expansion coloniale à ceux de la Castille/Espagne. D’un côté son expansion outre-mer fait penser à celle de l’Espagne. Mais d’un autre côté, les héritiers et les continuateurs de son premier empire – essentiellement asiatique et réduit à bien peu de chose à l’époque de l’union des couronnes péninsulaires –, furent hollandais et anglais.

La vulnérabilité portugaise

  • 9  Vitórino Magalhães GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe : une révolution des mentalités, Paris : (...)
  • 10  Albert-Alain BOURDON, Histoire du Portugal, Paris : PUF (Que Sais-je n° 1394), 1970, p. 42.

5Le premier danger auquel le Portugal se heurta et ne cessa de se heurter est stratégique. L’immensité des dangers que ses habitants affrontèrent sur les ondes n’est pas sans rapport avec la permanence du danger causé par un encombrant voisinage terrestre. C’est à la mer et au courage d’en affronter les périls qu’ils doivent de n’être pas espagnols. La démesure de leurs entreprises maritime renvoie à leur infériorité aussi bien à l’égard de leurs voisins castillans que des mondes qu’ils abordent au loin : « En 1527, ils seront un million quatre cent mille, à côté d’une Espagne qui compte sept millions d’habitants – cinq fois plus – quand la population de la France est de quatorze millions, celle de l’Italie de douze et celle de la Grande Bretagne de quatre, tandis qu’au Maroc vivent plus de six millions de gens, et dans l’empire turc, environ seize millions, la population de l’Inde est évaluée à cent millions et il semble que celle de la Chine ne dépasse pas quatre-vingt millions »9. Ces données démographiques justifient la relative prudence des Portugais en matière de conquête, leur répartition en archipel ou en réseau sur de terres découvertes ou redécouvertes. Ce chiffre de 1527 est probablement bien inférieur à ce qu’il était soixante ou quatre-vingts ans plus tôt. La politique d’expansion maritime fut, selon les mots mêmes d’Albert-Antoine Bourdon, « chère en capitaux et surtout en hommes. À l’épopée des découvertes succède, ou se mêle, avec la Peregrinação de Fernão Mendes Pinto, l’História Trágico-marítima et les ‘ prophéties’ du vieillard du Restrelo des Lusíadas de Camões, la tragédie des naufrages, un sentiment de décadence et d’épuisement dans une œuvre qui dépassait les forces d’un peuple d’un million d’âmes »10.

6La Carreira da Índia mérite d’être évaluée en pertes démographiques, en souffrances et en maladies endurées par les marins ou les passagers des navires, en noyés loin ou près des côtes, en captifs ou en tués après abordage sur des terres inconnues. Sans compter la souffrance des veuves et des orphelins restés au pays, et celle endurée par des hommes et parfois par des femmes et des enfants appelés à vivre et à survivre de longs mois dans des espaces confinés. Ellene fut possible que grâce à une certaine forme d’indifférence ou de mépris à l’égard des périls de la mer, grâce à une série d’attitudes face à la vie et face à la mort, qui nous sont devenues étrangères. Il fallait une bonne dose d’héroïsme ou de folie pour monter à bord d’une caravelle. Paradoxe : en partie conçues comme moyens de faire contrepoids à la poussée du voisin castillan, grâce à des ressources exotiques, la navigation et les entreprises africaine et surtout asiatique des Portugais furent meurtrières, se transformant en causes de faiblesse, ce qui précipita la semi-annexion de 1580. La période d’union des deux couronnes allait être fatale pour leur fortune en Asie. Les Histórias Trágico-marítimas le sont d’autant plus que le Portugal était pauvre en hommes et même en moyens matériels.

Pourquoi les Portugais et non les Chinois ?

7On sait que la circumnavigation de l’Afrique a pour kilomètre zéro Ceuta, prise en 1415. L’exploration des côtes africaines et de l’océan Atlantique culmine avec la découverte du Cap de Bonne Espérance par Bartolomeu Dias en 1487, ce qui rend possible l’arrivée de Vasco de Gama à Calicut en 1498, la prise de Goa en 1510, celle de Malacca en 1511, l’abordage des côtes chinoises près de Canton dès 1514.

  • 11  Estudos sobre a China, 8-1, 2004, p. 119-127.
  • 12  Ibid., p. 132-133.

8Il faut comparer ces dates portugaises aux dates chinoises. Grand amiral de l’empereur Ming, Zheng He entreprit une série d’expéditions qui le menèrent en Inde par Java (1405-1407 et 1409-1411), en Iran (Ormuz 1413-1415, 1431-1433) en Afrique orientale (1417-1419 et 1421-1422)11. Il est à peu près sûr que l’archipel indonésien et les rivages de l’Inde, de l’Iran, de l’Arabie et de l’Afrique étaient sans mystère pour eux. Les connaissances géographiques des Chinois, avant comme après Zheng He, constituent un immense chapitre, encore mal connu en Occident. Dans son livre 1421, The Year China discovered the World, l’Australien Gavin Menzies a même prétendu que les Chinois auraient pénétré dans l’Atlantique sud et découvert le Brésil 88 ans avant Pedro Álvares Cabral12. Mais rares sont ceux que Menzies a convaincus.

  • 13  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 62.

9Au regard de ce coût humain des navigations et des naufrages, ainsi que de la faiblesse démographique portugaise, la question qu’il convient de se poser, dans le cadre du XVe siècle est celle-ci : pourquoi les grandes découvertes furent-elles l’œuvre du Portugal et non pas de la Chine ? Face au petit million ou million et demi de Portugais, on comptait probablement quatre-vingt millions de Chinois13.

10Bien des contrastes, au XVe siècle, opposent navigations chinoises et navigations portugaises. D’abord, le contexte stratégique : naviguer et commercer étaient des nécessités vitales pour le Portugal, notamment pour acquérir un poids spécifique appréciable vis-à-vis de son voisin castillan. Les expéditions de Zheng He contribuèrent probablement à la vassalisation des petits États musulmans malais, ce que les Portugais ne découvriront qu’après la prise de Malacca, en 1511, et à leurs dépens. Née d’une révolte contre les Mongols (dynastie Yuan) et appelée à périr sous les coups des Mandchous (dynastie Qing), la dynastie des Ming ne guettait pas l’ennemi du côté du sud ou de la mer, mais, en raison même de l’expérience multimillénaire de la Chine, du côté des nomades turco-mongols du nord et de la steppe. Leur priorité stratégique était continentale. Malgré les hypothèses aventurées de Menzies, les Chinois abandonnèrent l’exploration du monde aux Ibériques. S’ils l’avaient voulu, ils seraient allés plus loin et peut-être plus vite qu’eux, et surtout avec moins de risques, moins de pertes, moins de naufrages.

  • 14  Estudos sobre a China, p. 119-127, et A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 23-25.
  • 15  Paul TESSYER, Paul VALENTIN et Jean AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, relation des expédition (...)
  • 16  Ibid., p. 191.

11Ni en quantité ni en taille les navires lusitaniens n’auraient pu soutenir la comparaison avec les jonques géantes de Zheng He. L’expédition chinoise de 1413-1415 en direction du Golfe Persique réunissait 63 navires géants et des milliers d’hommes14. Rien à voir avec les trois petits bateaux (São Gabriel, São Rafael et Bérrio) avec lesquels Vasco de Gama cingla vers l’Inde en 1497 et ses 116, 145 ou 160 hommes d’équipage (le chiffre dépend des sources)15, ni même avec les quatorze nefs plus une caravelle de l’expédition de 150216.

  • 17  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 25 : « Si les Chinois n’ont pas essayé jadis d’établi (...)

12Il se peut que les expéditions chinoises n’aient manifesté ni des ambitions commerciales17, ni une volonté de découverte. Zheng He un était un musulman Hui, c’est-à-dire de langue chinoise, et ses parcours asiatiques et africains s’inscrivent dans le grand réseau arabo-musulman de l’océan Indien. Pour l’Europe, l’Asie n’était pas à découvrir : elle n’était que mal connue. Et hors d’atteinte d’un commerce direct.

  • 18  Lusíadas, I, 1.
  • 19  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 13.
  • 20  Georges LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes. Trois naufrages portugais au XVIe siècle, (...)
  • 21  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 16.
  • 22  Ibid., p. 20-21.
  • 23  K.S. MATHEW, in : João Paulo OLIVEIRA E COSTA et Vitor Luís Gaspar RODRIGUES, O Estado da Índia e (...)
  • 24 G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, Paris : Fondation Calouste Gulbenkian, 1999, p. 318.
  • 25 Jean AMSLER, Histoire Universelle des Explorations, Tome 2 : La Renaissance (1415-1600),Paris : Nou (...)
  • 26 G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 220.

13Au contraire, sur les rivages atlantiques de l’Afrique et de l’Amérique du Sud, les Portugais furent des pionniers, et des découvreurs. Après qu’en 1487, Bartolomeu Dias démontra que les océans Atlantique et Indien communiquent, ou plutôt après que dix ans plus tard, Vasco de Gama eut fait escale dans l’île de Mozambique, ils ne furent que des repreneurs d’entreprise, des héritiers, dans l’océan Indien. Ils ne s’aventuraient plus dans l’inconnu comme précédemment, « Por mares nunca de antes navegados » selon l’expression de Luís de Camões18. Ils se mirent à fréquenter des ports que d’autres avaient visités avant eux, ainsi Syriens ou Égyptiens pour le compte des Romains, voire les Romains eux-mêmes, la Route des Épices, itinéraire qui fut d’abord, dans l’Antiquité, emprunté par les intermédiaires (Grecs Alexandrins, Arabes, Syriens et même Indiens) chargés d’affaires en Inde par les Romains. Dans son Histoire Naturelle (écrite avant l’an 79), Pline s’étend sur le commerce indo-romain19. Dans son récit du naufrage du São Paulo, survenu en 1650, Rui de Melo da Cámara cite une épître d’Horace. Le poète latin y évoque l’infatigable marchand qui fuit la pauvreté en accourant jusque chez les Indiens du bout du monde, « Inpiger extremos curris mercator ad Indos per mare »20. Au début syro-indien ou égypto-indien (pour le compte de Rome), ce parcours devint par la suite syro-chinois puis, à l’avènement de l’islam, arabo-chinois voire sino-arabe, selon le sens dans lequel on l’emprunte : Canton, détroit de Malacca, ports de Ceylan ou du Dekkan, côtes d’Arabie et détroit d’Ormuz, Golfe Persique et Bassora (Irak), ou Mer Rouge et Suez, avec des prolongements terrestres en caravane vers la Méditerranée. On peut même dire que « du VIIe au IXe siècle, une véritable ‘ligne de Chine’ fonctionna entre Basra [Bassora] et Canton »21. Sur cet axe commercial et maritime, les Indiens (du sud) furent actifs à partir du Ier siècle et jusqu’au VIIe siècle, les Indonésiens ou Malais à partir du IIIe siècle22. Lorsque Vasco de Gama atteignit Calicut, ce port avait déjà reçu la visite de marchands arabes et chinois, ainsi que d’Italiens23. Au moins au nord de l’Équateur, les Portugais firent escale ou s’installèrent là où tant d’autres étaient déjà passés24, Al-Mas‘ûdî en 914, Marco Polo en 1271-1295, Monte Corvino en 1291-1294, Ibn Battûta en 1325-1352, enfin Zheng He entre 1405 et 1433. Les Arabes furent hégémoniques du VIIe au XIVe siècle, mais sans disparaître, partageant les eaux avec les gujaratis convertis à leur religion. Forts de leur association avec l’Égypte mamelouke, les Vénitiens y avaient déjà pénétré avec discrétion. Les Portugais Pero de Covilhã et Afonso de Paiva avaient précédé Vasco de Gama sur les rives de l’Océan Indien en passant par l’Égypte25. En grande partie inspirée par les rancunes des Génois contre les Vénitiens, la circumnavigation de l’Afrique par les Portugais n’eut d’autre but ni d’autre résultat que de briser le monopole conjoint égypto-vénitien sur le commerce est-ouest. Comme l’écrit Geneviève Bouchon, « les Portugais firent irruption dans l’Océan Indien au moment où les marchands de mer musulmans jouissaient de la maîtrise absolue de ses routes maritimes »26.

L’école de Sagres et Henri le Navigateur

  • 27 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 138-140.
  • 28 Ibid., p. 159-162.

14Figure exceptionnelle de l’histoire portugaise, l’Infant Dom Henrique – Henri le Navigateur (1394-1460) – supervisa personnellement l’exploration méthodique des rivages africains. Si l’on reprend l’analyse de Bailey Diffie et George Winius, on peut dire qu’il n’est pas sûr qu’il faille lui attribuer la paternité d’un plan méthodique d’exploration. Jaime Cortesão est au nombre de ceux qui ont voulu faire de Sagres, au cap São Vicente, un centre de recherches unifié, réunissant ingénieurs marins, géographes, cartographes, mathématiciens et astronomes. Il semble que les talents et les efforts aient été répartis sur l’ensemble du territoire portugais. Ce qui est certain, c’est que les Portugais bénéficiaient des innombrables rencontres que leur ménageaient leur position centrale sur la route maritime Italie-Mer du Nord. Leurs boussoles pouvaient être indifféremment génoises, catalanes ou flamandes et Henri le Navigateur envoya chercher à Majorque le converso Mestre Jacome, fils de l’illustre Abraham Cresques, pour ses cartes. L’invention de la caravelle par l’Infant fait partie du lot des légendes patriotiques portugaises27. L’essentiel fut qu’au moment de se lancer sur les océans, les Portugais disposaient de cartes maritimes, fragmentaires évidemment, mais pouvant servir de modèles à l’établissement de cartes ultérieures, de l’agulha de marear, de l’astrolabe permettant de calculer la hauteur du soleil ou d’une étoile, de tables de déclinaison solaires, d’horloges mobiles et de boussoles, la question cruciale étant le calcul des latitudes28.

  • 29  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 56-80.
  • 30  Ibid., p. 58.
  • 31  Ibid., p. 59.
  • 32  Ibid., p. 63.
  • 33  Loc. cit.
  • 34  Fátima DA SILVA GRACIAS, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., (...)
  • 35  Ibid. Paulo Teodoro de MATOS, p. 621, écrit à propos de Goa : « Esta [Sociedade esclavagista em Go (...)

15Francisco Contente Domingos29 est l’auteur d’une utile synthèse sur l’équipement des navires de la découverte : caravelles, nefs et galions. Au départ et bien souvent, les équipements furent assez légers. Ce fut avec des voiles latines que Bartolomeu Dias doubla le Cap de Bonne Espérance en 1488. Ses navires sont à trois mâts, trois voiles rondes plus une voile latine, avec trois ponts comportant des pièces d’artillerie30. La taille des navires varie, généralement de 120 tonneaux à l’époque de Vasco de Gama, de 400 tonneaux sous le règne Manuel 1er (1495-1521) à 1000 vers 155031: « Les grandes nefs et les galions de la route de l’Inde étaient d’authentiques forteresses où durant des mois d’affilée vivaient des centaines de personnes : 700 ou 800 en moyenne, équipage et passagers réunis »32. Décompte fait des marins et des soldats, le nombre de passagers sur une nef, « cadres de l’administration d’outremer, missionnaires, commerçants et simples aventuriers », n’excédait pas deux ou trois centaines33. Très peu de femmes à bord34, ce qui, à l’arrivée ou à l’escale, sera une incitation au déplacement forcé de main d’œuvre servile35, là où il est urgent de peupler, ainsi certaines îles atlantiques, et surtout une incitation à l’union avec des femmes africaines ou asiatiques. C’est ce qui nous vaut d’avoir de Luís de Camões ce beau poème d’amour interracial :

  • 36  Luís de CAMÕES, « Aquela cativa », cité in : Luciana STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto, Viagens dos Por (...)

Pretidão de Amor,
Tão doce a figura,
Que a neve lhe jura
Que trocara a cor.
Leda mansidão
Que o siso acompanha,
Bem parece estranha,
Mas bárbara não
36.

  • 37  Om PRAKASH, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia...., p. 278.
  • 38  Eugénia RODRIGUES, in : ibid., p. 95.
  • 39  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 37.

16Quand la Carreira da Índia fut bien établie, la règle voulut que les navires en partance pour l’Inde fussent chargés de métaux précieux ou de monnaie nécessaire à l’achat des épices ou d’autres denrées asiatiques37 qui seraient rapportées au retour, ainsi que de diverses marchandises dont le vin portugais et, par la suite aussi, le chocolat américain38. Le nombre des passages est moindre qu’on aurait pu, a priori, le supposer. Citons Augustin Toussaint : « Sur l’activité de la ‘ligne de l’Inde’ quelques chiffres suffiront. De 1500 à 1528, 299 navires firent le voyage de l’Inde, soit une moyenne de 10 par an. De 1529 à 1612, on en compta 505,soit une moyenne annuelle de 6, ce qui faisait un total de 804, en un peu plus d’un siècle. Après 1612, le trafic diminua considérablement »39.

Du danger des conceptions géographiques erronées

  • 40  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 228.

17Un des plus grands périls pour un navigateur est d’ignorer où il se trouve, ou, ce qui revient à peu près au même, de placer le but de son voyage ailleurs que là où il est en réalité. Ce fut d’ailleurs le cas de Colomb. Henri le Navigateur et ses successeurs prirent quatre-vingts ans pour mettre au point la traversée Portugal-Inde40. À supposer qu’on puisse vraiment définir une entreprise par son résultat, et non par son dessein originel.

  • 41  Lusitânia I, 1924 ; Gomes Eanes de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), Paris : Chandeigne (Magella (...)
  • 42  Amiral TEIXEIRA da MOTA, in : M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 157.

18Compte tenu des conceptions qui avaient cours au XVe siècle, l’exploration du littoral africain pouvait ou aurait pu constituer une fin en soi. Le calcul des risques pris ne se sépare pas de cette question : comment circulait l’information. Et cette dernière question renvoie à celle du secret, du secret d’État géographique. Ne pas avoir accès à la cour ou vivre loin du cercle des initiés était ou pouvait être pour un navigateur une source non négligeable de danger. Dans un article resté célèbre, « Do sigilo sobre os Descobrimentos »41, Jaime Cortesão a mis en valeur cette notion de secret. Comme le montre la comparaison des cartes de l’époque, si souvent contradictoires, c’est sans doute moins de secret qu’il faut parler que de rétention partielle et provisoire de l’information. Les Portugais refusèrent le projet du Génois parce que les cartographes de Jean II savaient que le calcul des distances entre l’Europe et l’Asie orientale fait par Colomb, 2500 milles marins, au lieu de 10 000, était faux42. Pour les Portugais, ni l’Inde ni le Cathay ne pouvaient être atteints en prenant la route de l’ouest. On est en droit de supposer que si les Rois Catholiques ou leurs conseillers crurent Colomb, c’est qu’à la cour d’Espagne le niveau de compétence astronomique et géographique était nettement inférieur à ce qu’il était à Lisbonne ou à Sagres.

  • 43  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 12.
  • 44  Ibid., p. 18.

19Les représentations du monde étaient diverses et contradictoires. Elles évoluaient rapidement. La mappemonde de Petrus Visconte (1320) du Liber Secretorum Fidelium Crucis présente l’avantage sur la carte de Ptolémée, de présenter l’Océan Indien comme un océan ouvert, donc l’Afrique comme circumnavigable43. Pareillement le globe de Martin Behaim de 149244. Mais on ne peut pas manquer de remarquer le prestige durable de la représentation ptoléméenne d’une Afrique en continuité avec des terres australes, c’est-à-dire d’un Océan Indien conçu comme une mer close analogue à la Méditerranée.

  • 45  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., Amiral Teixeira da Mota, p. 152.
  • 46  Loc. cit.
  • 47  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 336.
  • 48 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 262.

20Une assez claire distinction peut être établie entre deux chapitres des explorations portugaises : l’Atlantique à l’ouest, îles, archipels et terres fermes, d’une part, et, d’autre part, l’exploration des côtes africaines vers le sud prolongée par l’ouverture d’une route maritime vers l’Asie. Ce fut à l’occasion d’un voyage aux Açores que Colomb constata que les flots de l’Atlantique charriait des troncs de pins et recueillit d’autres témoignages suggérant la présence de terres plus loin vers l’ouest45. L’idée de nouvelles et vastes terres occidentales à découvrir était commune au XVe siècle46. Mais les dangers de l’Atlantique avaient de quoi effrayer : « Tout le monde est aujourd’hui d’accord pour admettre que ces îles [Madère] étaient connues depuis au moins le milieu du XIVe siècle, mais qu’elles n’étaient fréquentées qu’occasionnellement et de loin en loin par des navires revenant des Canaries »47. La découverte ou la redécouverte des Açores est un peu plus tardive – Diogo de Silves, en 142748.

  • 49  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 163.
  • 50  Ibid., p. 168.
  • 51  Ibid., Amiral Teixeira da Mota, p. 157.

21Toujours dans le registre du secret et des risques, il apparaît peu croyable que le Brésil n’ait été découvert qu’en 1500 par Pedro Álvares Cabral, ou les côtes canadiennes du Labrador, seulement en 1501 par Miguel Corte-Real. La fixation de la ligne de partage au traité de Tordesillas (1494), si loin vers l’ouest, permit aux Castillans d’émettre l’hypothèse d’une mauvaise foi des Portugais, ou de la rétention par eux de certaines infirmations49. Il est fort possible sinon probable qu’à cette date, ils aient eu quelque idée d’un continent sud-américain voire d’un continent nord-américain. Colomb crut explorer un simple archipel d’Extrême Orient jusqu’en 1498, date à laquelle il atteignit le nord de l’Amérique du sud, les côtes vénézuéliennes50. À cette date, Vasco de Gama avait atteint Calicut. Les explorations de l’Atlantique furent nombreuses, mais étaient d’imprudentes initiatives privées, et non pas une entreprise royale51 comme le fut l’exploration des rivages africains, souvent réductible à un prudent cabotage, et comme le sera la Carreira da Índia.

Distinguer entre les trois Indes

  • 52  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 26, et G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p (...)
  • 53  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 150 : dans une carte de 1417, un dessin grossier du (...)
  • 54  Le Livro de Marco Paulo de Veneza nefut imprimé à Lisbonne par Valentim Fernandes qu’en 1502. Cf. (...)
  • 55  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 261.
  • 56  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 20-23.

22À la suite du moine Jordanus (vers 1330), les Portugais distinguaient et associaient dans leurs esprits trois sortes d’Indes : l’Inde Majeure (notre Inde moderne), l’Inde Mineure (l’Asie du sud-est) et la Troisième Inde ou Inde Méridienne ou Afrique en bordure de l’océan Indien52, dont la pièce maîtresse était l’Éthiopie chrétienne, abusivement assimilée, par la suite, au mythique Empire du Prêtre Jean53. Il y a plusieurs façons de rechercher les Indes, car il y a plusieurs Indes, terme générique. De chacune de ces deux ou trois Indes, l’Occident possédait une claire connaissance, grâce au Livre de Marco Polo, rapporté de Venise en 1428 par l’infant Pierre54 et grâce aussi à celui de Jean de Mandeville, introduit à Lisbonne par le Danois Valarte, qui devait ensuite participer à l’exploration des côtes africaines55. Quand Jean II envoya en direction de l’océan Indien par la Méditerranée et par le Moyen Orient Afonso de Paiva et Pêro de Covilhã (voyage en 1487-1493)56, il poursuivait bien le but de se renseigner sur l’une et l’autre Indes, la Méridienne c’est-à-dire l’africaine ou l’abyssine, et la Majeure, c’est-à-dire l’asiatique.

  • 57  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 15.

23Vu les enseignements contradictoires de la cartographie, il semble que ce soit une illusion rétrospective que de croire que les Portugais aient eu besoin d’être certains qu’il existait une communication entre les océans Atlantique et Indien pour explorer les côtes africaines. Indépendamment de la question cruciale de savoir si Ptolémée avait eu ou non raison, de s’assurer si oui ou non le continent africain était soudé à d’hypothétiques terres australes. Avec ou sans espoir fondéde trouver un ample passage maritime au sud du continent, l’exploration des côtes et notamment de ses estuaires fluviaux, fait intégralement partie de la recherche d’Indes. S’ils ne pouvaient pas être sûrs à l’avance de trouver un accès maritime à l’Inde majeure, du moins les Portugais pouvaient-ils raisonnablement espérer trouver, sur les rivages africains, un accès à la Troisième Inde, c’est-à-dire à une Abyssinie chrétienne surdimensionnée. Paul Teyssier ne pensait pas qu’on pût attribuer à Henri le Navigateur le « grand dessein » de contourner l’Afrique pour arriver en Inde57.

  • 58  Ibid., p. 15-16.
  • 59  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 17.
  • 60  Ibid., p. 18.

24L’exploration des rivages africains n’était pas sans profit ni résultat assez immédiats. Au moins jusqu’en 1485, date à laquelle Diogo Cão atteignit le sud de l’Angola, lieu au delà duquel il fallut faire de grandes virées dans l’Atlantique sud pour éviter les effets contraires du courant froid qui venu du sud, longe les côtes de la Namibie, les risques ou les dangers, comme les profits, de l’exploration africaine placée sous l’autorité royale, sont bien moindres que ceux de l’exploration atlantique. Les résultats étaient là : ce n’était pas rien que de prendre au revers les pistes transsahariennes qui amenaient l’or et les esclaves du Soudan au Maghreb. C’était assez pour commencer la navigation en direction du sud. De fait, l’ouverture de cette nouvelle route allait avoir des conséquences radicales : marginalisation de la route de l’or transsaharienne Tombouctou-Touat-Tlemcen–Rachgoun. Alors qu’en 1434, Gomes Eanes de Zurara doubla le maudit Cap Bojador, Diogo de Silves avait déjà visité l’archipel des Açores (1427)58. En 1436, Afonso Gonçalves Baldaia identifia le Rio de Ouro, nom qu’allait ensuite porter ce qui est aujourd’hui le Sahara occidental ou marocain. La progression est lente : Nuno Tristão, Cap Blanc (Nouadhibou, Mauritanie) en 1443. L’exploration ne fut pas strictement portugaise puisque deux Italiens au service d’Henri le Navigateur, Ca’ da Mosto et Uso di Mare, explorent en compagnie de Diogo Gomes l’actuelle Guinée-Bissau. En 1460, Pedro de Sintra découvre la Sierra Leone, plus exactement la Serra Leoa59. Les années 1460-1486 sont marquées par l’agrandissement du domaine portugais autour de Ceuta (Alphonse V) – occupation de Tanger et de Larache – et la poursuite de l’exploration des côtes de Guinée – au sens large de ce terme géographique –,confiée à Fernão Gomes60.

  • 61  Ibid., p. 19.
  • 62  Ibid., p. 17, et La Découverte, le Portugal et l’Europe, p. 147-148.
  • 63  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 320. Il n’est donc pas exact de dire « Les géograp (...)
  • 64  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 318.

25C’est peut-être déjà prendre le résultat final pour le but initial que d’écrire « Les Européens [et principalement les Portugais] n’avaient pas pour but d’atteindre un continent dont ils ignoraient l’existence, ni d’établir des relations avec des peuples dont ils ne savaient rien. Ils prétendaient simplement ouvrir de nouveaux circuits – par voie maritime – pour de vieilles connaissances : l’Afrique de l’or et l’Asie des épices et de la soie »61. La recherche d’un accès fluvial à l’Inde Maridienne, c’est-à-dire à l’Abyssinie chrétienne fautivement assimilée au Royaume du Prêtre Jean, avait de quoi exalter les imaginations au moins autant que le détournement de la route de l’or et des esclaves, jusque là transsaharienne. Quand en 1444, fut atteinte « l’embouchure du Sénégal » on crut reconnaître dans ce fleuve « une branche du Nil »62. Cette identification s’explique par le fait que les Portugais avaient adopté l’idée que les Arabes s’étaient faite du continent africain. Ces derniers « croyaient que d’un grand lac d’Afrique centrale sortaient trois Nils différents : le Nil d’Égypte qui se jetait dans la Méditerranée, le Nil de Mogadiscio coulant vers l’océan Indien, et le Nil du Soudan [des Noirs] qui coulait vers l’océan Atlantique »63. Álvaro de Freitas était prêt à y voir un des bras du Gion, un des quatre fleuves du Paradis terrestre64, comme Colomb découvrant l’Orénoque.

  • 65  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 18-20.

26C’est en 1481, avec l’accession au trône de Jean II, qu’apparut le grand dessein (ou la possibilité ?) de contourner l’Afrique par le sud afin d’atteindre l’Inde Majeure, en même temps que s’évanouissait l’espoir de trouver un accès fluvial à l’Inde Méridienne ou Abyssinie. On ne savait pas encore clairement où se trouvait ce sud de l’Afrique. Il se peut que l’orientation globalement est-ouest du rivage de la Guinée-Bissau au Cameroun ait fait croire à un passage vers l’est à la hauteur de l’équateur. En 1481, les Portugais s’établirent à São Jorge da Mina (actuel Ghana). Diogo Cão atteignit l’embouchure du fleuve Zaïre, envoya des émissaires au roi du Congo, puis un point du littoral actuel de l’Angola, au lieu dit Cabo do Lobo (13°26’), et crut apercevoir enfin le cap sud, ce qui n’était qu’une illusion. Après être rentré à Lisbonne et être revenu sur les côtes angolaises, il disparut de la circulation : on ne sait si ce fut par naufrage ou par disgrâce royale65. L’extrémité sud du continent africain fut atteinte en décembre 1487 par Bartolomeu Dias. Mais pour y parvenir, celui-ci dût s’éloigner des côtes de l’actuelle Namibie, et prenant la volta dans l’Atlantique sud. Manœuvre périlleuse.

Lever l’ancre au bon moment

27La durée de la traversée de Lisbonne à l’Asie était très variable et nullement garantie. Entraient dans des proportions incalculables la météo, la chance ou la malchance, ainsi que l’audace ou la pusillanimité du pilote. Il importait ou il allait importer de ne pas lever l’ancre trop tard dans l’année :

  • 66  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 63-64. Sur l’île de Mozambique : « Malheureuse (...)

Pour aller à Goa, les navires partaient de Lisbonne pendant le mois de mars ou, au plus tard, au début du mois d’avril, pour pouvoir profiter dans l’océan Indien de la grande mousson. Plus tard les nefs prirent également la mer en septembre pour bénéficier de la petite mousson. En conditions normales, le voyage durait environ six mois dans chaque sens (le retour devait se faire à partir de la dernière semaine de décembre) ; mais si les conditions de navigation dans l’Atlantique ne s’accordaient pas à celles de l’océan Indien, cela pouvait signifiait l’hivernage forcé dans l’île de Mozambique, région dont la salubrité laissait beaucoup à désirer66.

  • 67  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 228.
  • 68  Ibid., p. 225.
  • 69  Ibid., p. 225.

28Souvent, l’hivernage ou le non hivernage à l’île de Mozambique, établit la différence : quatorze mois de voyage pour François Xavier en 1541-1542. Dix mois seulement pour Vasco de Gama en 1497-1498. Distance à parcourir de Lisbonne à Goa ou de Lisbonne à Calicut, par le Cap : plus ou moins 16 000 kilomètres67, plus ou moins 12 000 milles marins, quatorze mois de voyage68. Ces mesures établissent un contraste entre les entreprises des Portugais en Asie et l’expansion des Espagnols en Amérique : les distances parcourues par les premiers était plus du triple de celles des seconds69.

Quelques itinéraires types de Lisbonne à l’Asie

29Nous connaissons le voyage de Vasco de Gama, à travers plusieurs versions, celle d’Álvaro Velho, celle de Castanheda, celle de João de Barros, l’idéologue, celle de Damião de Góis l’humaniste.

30Le premier voyage 1492-1498 ne comportait que trois navires. Ainsi s’établit le calendrier du voyage d’aller, selon le récit d’Álvaro Velho :

  • 70  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 9.

8 juillet 1497 : départ de Lisbonne Départ le 8 juillet 149770.

  • 71  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 229.

27 juillet : plage de Santa Maria (Rio de Ouro). Utilisation des vents alizés et du courant des Canaries (retour du Gulf Stream)71.

18 août : île de Santiago (Cap Vert).

  • 72  Ibid., p. 229.

31Virage ou grand tour en direction du sud sud-ouest, traversée des zones de basses pression et des calmes de la région équatoriale, en direction du Brésil72, avec utilisation du retour du courant du sud-est africain, lequel interdisait de suivre le rivage en direction du sud au-delà de l’Angola. Dans le cas de Vasco de Gama manqua de peu d’aborder au Brésil deux ans avant Pedro Álvares Cabral, mais passa cependant près de l’île Trindade, qui est aujourd’hui brésilienne. Il passa ensuite deux mois, septembre et octobre 1497, dans la désolation de l’Atlantique sud.

  • 73  À l’origine, les padrões n’étaient pas de pierre sculptée : « Fora essa a prática constante desde (...)

32La côte de l’Afrique australe (près du Cap) fut abordée les 7-8 novembre, à Angra de Santa Helena, au nord du Cap de Bonne Espérance. 1er décembre baie São Bras (Afrique du sud). Le Cap fut doublé le 22 novembre. Le point extrême atteint dix ans plus tôt (1487) par Bartolomeu Dias et le dernier padrão73 sud-africain furent dépassés les 16-18 décembre 1497.

12 janvier 1498 : Quelimane (Mozambique), à l’une des bouches du Zambèze.

22 janvier : fleuve Inharrime (Territoire du Mozambique actuel).

2-22 mars 1498 : séjour dans l’île de Mozambique, presque à la sortie du nord de Canal de Mozambique.

  • 74  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 11 et p. 105.
  • 75 Ibid., p. 110.
  • 76 João de BARROS, Ásia, Lisbonne : Impresa Nacional – Casa da Moeda, 1988, vol. 1, p. 149.

33Ce furent les premiers contacts avec les Maures du pays Swahili74. L’accueil fut amical. Il convient de signaler cette amusante méprise, à l’île de Mozambique : d’une part, la langue parlée par les Portugais est très vocalique, d’autre part certains d’entre eux étaient capables de s’exprimer en arabe, langue sainte et savante de l’islam. Par conséquent « ils nous demandaient si nous venions de Turquie »75. L’arabe allait servir aux Portugais tout au long des rivages orientaux de l’Afrique, sur les côtes d’Arabie et d’Iran et même en Inde. Ainsi la lettre préparée au départ de Lisbonne pour le roi du poivre au Malabar ne pouvait être que dans cette langue76.

4 avril : Mombasa.

  • 77 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 122.

14 avril : Malindi. Rencontre avec de navires de marchands indiens, présumés chrétiens, « car ils levaient les bras en l’air en disant avec beaucoup de joie : ‘Christe ! Christe ! »77. On l’aura compris, c’étaient les dévots d’un dieu à la peau bleue qui scandaient Hare Krishna ! Hare Krishna !

  • 78 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 208.

24 avril : le départ de Malindi en direction de l’Inde fut possible grâce à un pilote musulman, Ahmad Ibn Majid, lequel savait naviguer sous la mousson et apprit à le faire aux Portugais78.

  • 79  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 11.

Côte du Malabar le 18 mai 1498 : Calicut- Kozhikode79.

Le 20 mai, Calicut était en vue.

  • 80  Vasco DE GAMA, Roteiro da primeira viagem, Neves AGUAS (éd.), Mem-Martins : Publicações Europa-Amé (...)

34Mais quand Vasco de Gama débarqua à Calicut au terme de dix mois d’une très périlleuse navigation, le 21 mai 1497, il eut l’immense surprise de trouver un comité d’accueil présidé par un Tunisien s’exprimant couramment en dialecte génois et en castillan, conséquence des liens étroits du royaume hafside avec les Cités italiennes et avec la monarchie espagnole. Le Maghrébin souhaita au Portugais une diabolique bienvenue en castillan : « Al diablo que te doy. ¿Quién te trajo acá? »La réponse fut tout de même donnée en portugais : « Vimos buscar cristãos e especiaria »80. Vasco da Gama résumait ainsi les deux buts de son entreprise. Le but commercial : l’accès aux épices. Le but religieux ou politico-religieux : établir le contact avec les chrétientés riveraines de l’Océan Indien, celles, de rite oriental, d’Abyssinie et du Malabar, dont l’importance était surestimée en Europe.

  • 81 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 126.
  • 82 Ibid., p. 61.
  • 83  G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 303-310.
  • 84  Ibid., p. 303-310.

35« Cette ville de Calicut est habitée par des chrétiens », affirme, péremptoire, Álvaro Velho81. La narration de Nicolò de’ Conti décrivait pourtant bien les Indiens comme des idolâtres82. Force est de reconnaître que sur ce point, les Portugais s’écartèrent des témoignages italiens et crurent leurs informateurs arabes ou musulmans. À propos du quiproquo turc de l’île de Mozambique, on a déjà évoqué le corps des interprètes ou línguas montés à bord des caravelles portugaises en partance pour l’Asie : en général des Portugais ayant appris l’arabe au Maroc ou des Maghrébins baptisés83. Les seules personnes avec qui les découvreurs étaient en mesure de se faire comprendre étaient des musulmans ou parlaient l’arabe, à la rigueur le castillan ou même divers dialectes italiens. Sur les rivages de l’Océan Indien, les langues européennes n’étaient pas complètement inconnues avant l’arrivée des Portugais, car ils allaient trouver des Vénitiens et des Génois établis au Malabar84. Leur situation linguistique était infiniment plus confortable que celle de Christophe Colomb dans tous ses voyages.

  • 85 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 131.
  • 86 Ibid., p. 64. Voir aussi La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 52.

36Il ne faut pas s’étonner de ce que firent les Portugais après leur arrivée : aller rendre grâce à Dieu dans un temple hindou en croyant entrer dans le sanctuaire de quelque Église de rite oriental85. On s’en est beaucoup gaussé. À tort. Par la langue qu’ils employaient ou par leurs premiers interlocuteurs, les Portugais étaient tributaires de la vision musulmane des religions non-musulmanes, laquelle amalgame dans l’idolâtrie et le polythéisme le christianisme, le bouddhisme et l’hindouisme. De plus, les mosquées fonctionnent avec la voie du muezzin, les églises comme les temples hindous avec des sonneries de cloches. Les mosquées sont sans image, les églises comme les temples hindous possèdent des figures et des statues. Dans l’erreur des Portugais au sujet de l’hindouisme, d’autres éléments entrent en jeu : leur intense désir de retrouver d’amples chrétientés asiatiques, désir stimulé par les inventions de Jean de Mandeville. Il fallut du temps aux Portugais pour faire la différence entre hindous et chrétiens d’Orient, ainsi les Syro-malabars du Kérala. Les Portugais crurent comprendre qu’il y avait en Inde des chrétiens de plusieurs espèces86. Le mirage de puissantes chrétientés asiatiques, plusieurs fois réveillé sur la foi de ces témoignages de musulmans amalgamant sans scrupule et avec naturel christianisme et bouddhisme, christianisme et hindouisme, renaîtra plusieurs fois. C’est ce que j’ai mis en lumière dans les deux livres que j’ai publiés chez Michel Chandeigne : Les Portugais au Tibet et Fantômes d’Islam et de Chine, le voyage de Bento de Góis.

37Vasco de Gama savait-il bien où il allait ? Certainement mieux que Christophe Colomb, mais tout de même pas tout à fait :

  • 87 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 58.

La fabuleuse méprise de l’hindouisme pris pour le christianisme n’est pas la seule ignorance de Vasco de Gama ; il ignorait, en apparence, le régime des moussons (que Covilhã, s’il disait vrai, n’avait pas pu ne pas remarquer), si bien qu’il aurait pour un peu manqué le passage de 1498 (ce qui l’eût retenu à la côte d’Afrique jusqu’en 1499), et que les tempêtes l’avaient rattrapé avant son arrivée tardive à Calicut87.

  • 88 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 230.
  • 89 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 12.

38RETOUR, départ de Calicut le 29 août 1498. Utilisation de la mousson d’hiver qui souffle d’octobre à décembre de l’Asie en direction des côtes africaines88, en vue de Mogadiscio le 2 janvier 1499, parages moins dangereux alors que maintenant. Le Cap fut doublé le 20 mars. Ensuite, la navigation tira profit du courant de Namibie, qui provient du sud et conduit vers le nord. L’arrivée à Lisbonne eut lieu, en ordre dispersé, le 20 août et au début septembre89.

39Il allait apparaître qu’il était aussi dommageable de quitter l’Inde en retard que de n’avoir pas quitté Lisbonne à temps :

  • 90 Manuel de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, Philippe BILLÉ (éd. et trad.), Nant (...)

Au retour, en revanche, la nef São Bento est en retard : elle ne quitte l’Inde, à Cochin, que le premier février, alors qu’on repartait d’habitude avant le 25 décembre, au plus tard début janvier90.

  • 91  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 17.
  • 92  Ibid., p. 19.

40« Le second voyage de Gama en Inde fut tout différent du premier »91, départ de Lisbonne le 10 février 1502 avec 15 nefs, puis au début avril, avec 5 autres nefs. Arrivée à Cochin le 7 novembre 1502. Temps écoulé : près de onze mois. Au passage, sa flottille s’était placée en embuscade à l’entrée de la Mer Rouge les 28-29 septembre, pour piller et détruire un navire en provenance de la Mecque »92.

41On peut évoquer une autre traversée illustre de Lisbonne à l’Inde, celle de François Xavier. 7 avril 1541, embarquement à bord du Santiago. Avril-juin : navigation en direction du golfe de Guinée. Juin-Juillet : errances à travers l’Atlantique équatorial et méridional. Fin Août : arrivée dans l’île de Mozambique. Août 1541-mars 1541 : hivernage à l’île de Mozambique. Mars 1542 : de l’île de Mozambique à Malindi. Avril : séjour à Socotora et traversée de l’océan Indien occidental. 6 mai 1542, arrivée à Goa.

  • 93  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 37 : « Après leur installation à Macao (1557), ils or (...)
  • 94  Om PRAKASH, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 278.
  • 95  Pius MALEKANDATHIL in : ibid., p. 313.

42De la Carreira da Índia dérivèrent d’autres lignes secondaires et plus brèves, d’Asie en Asie93. Ces lignes étaient importantes, car le commerce inter-asiatique ne tarda pas à devenir une ressource considérable pour les Portugais94, souvent à l’initiative de casados de Goa95. Ces parcours se comptaient en semaines, non pas en mois, alors que la Carreira da Índia pouvait dépasser un an. Voici deuxexemples tirés de la vie de François Xavier : 15 décembre 1547-janvier 1548, traversée de Malacca à Cochin. Et 24 juin–15 août 1549, traversée de Malacca au Japon.

L’escale brésilienne

  • 96  Le nom « Brésil » et l’idée même de l’existence de cette grande « île » atlantique sont très antér (...)
  • 97 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 216-217.

43Il est impossible de ne pas évoquer le Brésil, à propos du trajet entre le Portugal et l’Asie. Quand Pedro Álvares Cabral découvrit officiellement la Terre de la Vraie Croix (ou fit semblant de la découvrir)96 le 22 avril 1500, il ne cherchait aucun Nouveau Monde ni ne prétendait marcher sur les traces de Christophe Colomb. Il se trouvait en route pour l’Inde, à la tête d’une flottille de treize navires, qui, au moment de prendre la volta au sud de l’équateur, se laissa déporter vers l’ouest97. Cet abordage inattendu ou supposé tel au Brésil ne le fit pas rebrousser chemin vers le Portugal pour annoncer la bonne nouvelle de cette découverte, à nos yeux si importante. Avec des vivres frais, il allait dépasser le Cap de Bonne Espérance et atteindre Goa.

44Le régime des vents et des courants marins dans l’Atlantique Sud firent du Brésil une escale vers l’Asie. De même que, nautiquement, le Portugal occupe une position centrale en Europe occidentale, entre Italie et riverains de la Mer du Nord, nautiquement, le Brésil est sinon médian, du moins intermédiaire entre l’Europe et l’Asie, Lisbonne et Goa. La fortune de ce pays n’est pas seulement dû à son immensité, mais aussi à son rôle dans la Carreira da Índia.

  • 98 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 107.
  • 99 Ibid., p. 111.
  • 100 Ibid., p. 119.
  • 101 Ibid., p. 130, Île Amsterdam ?
  • 102 Ibid., p. 134.
  • 103 Ibid., p. 137.
  • 104 Ibid., p. 142.
  • 105 Ibid., p. 147.
  • 106 Ibid., p. 153.
  • 107  Ibid., p. 157.

45Autre exemple d’itinéraire brésilien, celui du São Paulo. Le 27 août, le São Paulo aborda Baia98. Navigation directe vers Le Cap :1130 lieues99. 21 novembre, le São Paulo passa au large du Cap100. Il fit escale le 15 décembre dans une île non identifiée de l’océan Indien101. Le 24 décembre il s’approcha du Cap Comorin102. 1er janvier 1561, il avait quelque peu dépassé le Tropique103. Le 14 janvier, le São Paulo se trouvait dans le détroit qui sépare Sumatra et Java104. Erreur du pilote, dont les décisions furent contestées par certains membres de l’équipage, puis par le capitaine105. Le 22 janvier, il heurta un récif corallien et fit naufrage106. Voyage de dix mois, du Portugal à l’archipel Indonésien107. C’était exceptionnellement rapide.

  • 108  A.-M. QUINT, in : Nicolas BALUTET, Paloma OTAOLA et Delphine TEMPÈRE (coord.), Contrabandista entr (...)

46On a beaucoup dit que la première fortune coloniale du Portugal fut essentiellement asiatique, et que le Brésil fut négligé au XVIe siècle et même jusque dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Non seulement pour son pau brasil, convoité par les Espagnols et par les Français, mais encore pour la Carreira da Índia le Brésil fut une précieuse ressource. À partir de 1516 le roi Manuel 1er envoya chaque année une escadre au Brésil. Martim Afonso de Sousa en devient le Capitão-mor. Il occupa cette fonction pendant près de trois ans, en 1530-1532, ce qui allait être pour lui l’occasion de s’aventurer jusque dans le Río de la Plata. Mais après son retour à Lisbonne, il partit en Inde en 1534, où il participa au siège et à la prise de Damão puis à la guerre contre le samorin de Calicut. Après être revenu au Portugal, il retourna en Inde en 1541-1542, où Jean III l’avait nommé gouverneur. Dans son escadre un passager illustre : François Xavier108. La circulation des navires et des hommes s’effectuait entre trois continents, du Brésil à l’Extrême Orient.

Le coût de la carreira da Índia

  • 109  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 70.

47La Carreira da Índia allait durer plus de trois siècles et demi (1497-1863)109. Elle dévora le Portugal :

  • 110  Ibid., p. 66.

Les pertes en vies humaines pouvaient atteindre 50 pour cent pendant la première partie du voyage : malnutrition, froid, scorbut, maladies pulmonaires, épidémies diverses prélevaient sans effort leur tribut110.

  • 111  Ernst van VEEN in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 405.
  • 112  André MURTEIRA in : ibid., p. 466.
  • 113  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 91.

48On ne peut faire qu’un calcul approximatif des pertes. Durant certaines périodes, ainsi en 1601-1610, le nombre des navires revenus de l’Inde fut inférieur de 60 % de celui qui avaient quitté Lisbonne dans l’intention de s’y rendre111. Certaines expéditions furent particulièrement désastreuses. Ainsi, composée de cinq navires, la flotte qui quitta Lisbonne en 1604 : l’un fit naufrage dans le Canal de Mozambique, l’autre fut immobilisé aux abords de l’île de Mozambique après avoir été assailli par les Hollandais. Quant aux trois navires restant, aucun n’arriva en Inde à temps112. Lors de la seconde expédition organisée par Manuel 1er en 1500, sept navires sur treize naufragèrent, lors de la quatrième Carreira da Índia seulement cinq sur vingt-et-un113.

  • 114  Ibid., p. 90.

Melchior Estácio do Amaral nous apprend, dans son Tratado das batalhas e successos do galeão Santiago com os Holandeses, qu’en vingt ans, de 1582 à 1602, trente-huit navires furent perdus sur la seule route des Indes, alors qu’une expérience vieille déjà d’un siècle avait été sûrement riche d’enseignements pour les navigateurs114.

  • 115  Ibid., p. 92.
  • 116  Mihoko OKA, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 120 : « A (...)

49Un tel parcours impliquait la traversée de zones climatiques bien différentes, ce qui était, combinée au confinement et à la concentration dans un espace très restreint, d’innombrables et souvent mortelles maladies. Leur horreur posait aux contemporains, comme à l’historien moderne, une série de questions. Certaines sont susceptibles de recevoir des réponses évidentes ou indiscutables. D’autres non. La question fondamentale : pourquoi partir si on avait si peu de chance de revenir à Lisbonne, et même d’atteindre l’Inde et ses richesses ? Il est probable que les hommes du XVe ou du XVIe siècle ne redoutaient pas autant le trépas que nous. De plus, à toutes les époques, la mort est presque toujours pour les autres, en vertu d’un sophisme vital qui nous permet d’affronter les périls. Pour certains, tels François Xavier, il y avait le désir héroïque de propager la foi chrétienne. Pour la plupart, la soif de l’or. Giulia Lanciani cite un document de 1504 dû à l’ambassadeur de Venise Leonardo da Ca’ Masser qui montre que les profits gigantesques obtenus des marchandises débarquées à Lisbonne en épongeaient très largement les pertes, en navires, en cargaisons et en hommes115. Il existait évidemment des procédures d’assurance, importé comme tant d’autres choses à Lisbonne par les marchands italiens116.

  • 117  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 65-66.

50Un des moments les plus difficiles et des plus pénibles du trajet se situe dans la région équatoriale de l’Atlantique, quand le navire vient s’est complètement soustrait aux vents et aux courants correspondant à l’ensemble Gulf Stream et retour du Gulf Stream – orienté vers l’ouest, c’est-à-dire vers le nord de l’Amérique du sud et vers l’espace caraïbe – et doit franchir la zone équatoriale des calmes, avant de chercher à tirer profit de cette circulation aérienne ou marine qui l’approchera des côtes orientales du Brésil, voire d’y aborder, prenant un cap sud / sud-ouest pour ultérieurement s’orienter vers l’est, s’approcher à nouveau de l’Afrique et franchir le Cap de Bonne Espérance et atteindre l’île de Mozambique. Les navigateurs étaient hantés par la peur de rester immobilisés dans les calmes équatoriaux. Francisco Contente Domingos cite le cas de la nef Chagas qui, en 1579, resta quarante-huit jours quelque part entre le Sénégal et le Natal, ce qui entraîna la corruption de la plupart des vivres embarqués, sans parler du problème crucial de l’eau potable117.

Une histoire tragico-maritime 

  • 118  Genre littéraire à distinguer de certains embellissements d’aventures lointaines – même avec naufr (...)

51Le Portugal fit du naufrage un genre littéraire118. Il s’agit d’une ample masse d’écrits. Ainsi, la relation du naufrage du Santiago

  • 119  L’HOUR, in : Philippe BILLÉ et Xavier de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago sur les « Bancs d (...)

paraît en 1602 à Lisbonne. Il s’agit d’une petite brochure populaire, typique de ce genre de relation, semblable aux feuillets vendus par les colporteurs, production qui sera appelée plus tard « littérature de cordel »119.

52Comme le souligne Giulia Lanciani, cette littérature maritime ne naît qu’après l’issue heureuse du voyage de Vasco de Gama. Pour reprendre les termes de cette spécialiste,

  • 120  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 90.

tandis que les entreprises héroïques de pénétration portugaise en Orient inspirent des chroniques et des poèmes épiques, les tempêtes, les vents impétueux, les assauts des corsaires et les pertes qui s’ensuivent, en navires et en hommes, donnent naissance à ce genre particulier, les récits de naufrage. Leur succès et leur popularité au Portugal sont pour le moins remarquables. Il s’agit de récits écrits par des témoins oculaires – ou basés sur des faits qu’ils ont rapportés – et qui, dans un langage coloré et efficace, donnent au public des lecteurs un aperçu terrifiant et passionnant à la fois des dangers que devaient affronter les navires au cours de leurs voyages. Le spectacle des mâts arrachés, des coques déchiquetés par la tempête, l’affolement et les hurlements des naufragés, l’ingéniosité des hommes qui tentent de se sauver, puis la longue marche aventureuse et exténuante des survivants à travers les terres désolées de l’Afrique, les attaques des nègres et des bêtes sauvages, la faim et la soif : il y avait là de quoi créer une littérature haute en couleur, aussi attrayante que les grandes enquêtes journalistiques de notre époque120.

  • 121  Loc. cit.

53Plusieurs formes d’édition, du traité à la feuille volante en passant par l’opuscule assurèrent une large diffusion de ce genre littéraire121. Ce sont

  • 122  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 9, São Bento.

douze récits portugais, datant de la seconde moitié du seizième siècle, qui ont été réunis en anthologie au dix-huitième par Bernardo Gomes de Brito, sous le titre général d’História Trágico-Marítima122.

  • 123  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 10.

54En opposition avec le supposé triomphalisme des Lusiades, ces récits « constituent le revers terni de la médaille dorée des Découvertes et de la Conquête »123.

55D’ABORD, il était essentiel de ne pas trop tarder à lever l’ancre dans l’année. Partir au bon moment était partir à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Exemple :

  • 124  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 13. Cf. note in : Francisco CONTENT (...)

Le départ [du São Bento] de Lisbonne, le 24 mars, s’est fait à une date normale : on estimait alors que le moment le plus favorable pour partir était le mois de mars, ou les premiers jours d’avril, alors qu’on préférera le mois de septembre dès le début du XVIIIe siècle124.

  • 125  Ainsi le São Paulo : « sur cette côte de Guinée […] tantôt à la merci des calmes, tantôt à la merc (...)

56Le moment où il convenait de se rapprocher du Brésil, qu’on y abordât ou non par la suite, était dangereux. La région équatoriale exposait tantôt aux calmes, qui obligeait à traîner quelque part dans la région marine qui borde le Golfe de Guinée, ou plus au large, à l’inévitable immobilité avant d’attraper le courant marin qui descend le long des côtes du Brésil, tantôt à d’épouvantables tempêtes125. Car le manque de vent est un danger. Par la suite, son excès aussi :

  • 126 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 26-27, nef São Bento.

Il se mit à souffler un vent de sud sud-ouest si fort qu’il aurait mis en péril n’importe quel bon navire, même le plus stable, et menaçait d’autant plus celui-là, que non seulement sa cale était archi-comble de marchandise, mais qu’il y avait en outre, sur le pont, soixante-douze caisses de fret et cinq tonneaux d’eau, l’amoncellement de tous ces objets s’élevant jusqu’à la hauteur du gaillard d’avant et de la dunette. Notre nef était de ce fait vulnérable…126.

57Une fois qu’on se fût éloigné du Brésil, le risque était grand de s’égarer dans les solitudes de l’Atlantique Sud. Le Cap de Bonne Espérance n’était pas un cap de tout repos :

  • 127  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 16.

la nef São Bento, emportant à son bord près de 500 personnes, en perdit 150, en coulant au large du cap de Bonne-Espérance plus de 100 esclaves et 44 Portugais127.

58À l’aller en Inde, comme au retour, il était une région marine particulièrement dangereuse, les rivages orientaux de l’actuelle République d’Afrique du Sud ou du pays nommé aujourd’hui Mozambique :

  • 128  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 92.

Le point critique de la route vers les Indes était le dépassement du cap de Bonne-Espérance, au retour surtout, lorsque les navires, surchargés bien au-delà des limites de sécurité, n’étaient pas en mesure, n’étaient pas en état d’affronter les fureurs d’une mer déchaînée : c’est sur les côtes du Natal, vers lesquelles les vents du cap repoussaient les navires, qu’eurent lieu une grande partie des naufrages dont le témoignage nous est parvenu…128.

  • 129  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 11.

59Dans les environs du Cap de Bonne Espérance, essentiellement au retour vers le Portugal, le problème des cargaisons était crucial. Rien de plus dangereux qu’une nef trop chargée129.

  • 130  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 13.

La plupart des nefs portugaises qui ont fait naufrage, au XVIe siècle, sur la Carreira da Índia se sont perdues dans des circonstances analogues : elles repartaient d’Inde surchargées, déjà fatiguées par le(s) trajet(s) précédent(s)130.

60C’était l’appât du gain qui conduisait à ce genre d’imprudence. En cas de gros grain, il fallait bien sacrifier en priorité les cargaisons pour sauver les hommes. Ce qui d’ailleurs était le cas en en tout lieu de naufrage, ainsi que l’atteste ce qui arriva au São Bento :

  • 131 Ibid., p. 27.

Selon eux, nous devions d’abord jeter à la mer toute la marchandise entreposée sur le pont et, si cela ne suffisait pas, alors seulement nous gagnerions la côte131.

61Résultat :

  • 132 Ibid., p. 40, nef São Bento.

La mer était jonchée de caisses, de palans, de tonneaux et de tout ce qui s’échappe d’un navire qui fait naufrage. Les gens qui s’étaient lancés à l’eau devaient nager au milieu de tous ces objets132.

Un lieu de danger maximal, as bassas da Índia 

  • 133 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 7-8.
  • 134 Ibid., p. 11.
  • 135 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 13.
  • 136 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 51-52.
  • 137 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 77 nef São Bento ; M. de MESQUITA PERESTRELO, (...)
  • 138 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 89.
  • 139 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 60.
  • 140 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 122, nef São Paulo.

62Les pilotes portaient une attention particulière à un endroit particulièrement dangereux, dans le Canal du Mozambique, les Bassas da Índia, atoll corallien battu par les cyclones, 380 km à l’ouest de Madagascar133, longtemps appelées aussi Baixos da Judia, les « bancs de la juive »134. C’est là que les navires « venaient s’échouer sur la côte sud-est de l’Afrique, entre le cap de Bonne-Espérance et le sud du Mozambique actuel »135. Ainsi le Santiago136. Ceci dit, il y avait bien d’autres lieux pour naufrager. Celui du São João se produisit sur les Côtes de Cafrerie, terme qui désignait l’ensemble actuel Mozambique-Tanzanie137. Mais si le São Paulo ne naufragea pas aux Bassas da Índia, il le fit quand même après avoir atteint les côtes de Sumatra138. On n’est jamais certain d’identifier comme telles les régions dangereuses. Les cartes déjà établies sont loin d’être toutes fiables ou à jour : « Du reste, les hauts-fonds ne sont pas tous connus, et l’on peut en découvrir de nouveaux chaque jour »139. Morale : « la vie des gens de mer, exposés à tant de périls, est comme si on la jouait aux dés »140.

Le danger des raccourcis

63La hâte d’arriver en Inde et d’y faire fortune était un source de dangers supplémentaires. Une fois dépassé le Cap de Bonne Espérance, les nefs venues du Portugal pouvaient hésiter entre la route interne passant entre l’Afrique et Madagascar, route dont l’inconvénient était d’exposer au danger des Bassas da Índia et dont l’avantage était de permettre de faire escale dans l’île de Mozambique, et la route externe, dans laquelle on laissait sur sa gauche l’ensemble des Mascareignes : son avantage était d’être rapide, son inconvénient d’exposer aux solitudesdu sud de l’océan Indien, ainsi qu’au scorbut et aux maladies. Choisir entre ces deux voies était difficile :

  • 141 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 47.

avant de s’engager entre l’île Saint-laurent [Madagascar] et le continent, le capitaine-général demanda d’évaluer si l’eau et les vivres permettraient de tenir jusqu’à Cochin, au cas où ils ne pourraient gagner Goa par la route interne141.

  • 142 Ibid., p. 48.

ils risquaient, s’ils prenaient la route interne, de devoir hiverner à Mozambique142.

64Après décision de la route externe…

le père Pedro Álvares [jésuite] disait et répétait qu’il redoutait qu’en châtiment du désir de certains (plus intéressés par un peu de gain supplémentaire que par la vie et la santé des pauvres) de suivre la route externe,[mais] Dieu les conduisît au Mozambique et les y fit hiverner, afin que les pauvres survécussent, et que les riches y perdissent plus qu’ils n’avaient voulu gagner.

  • 143 Ibid., p. 49-50.

65Alors débuta un intense débat, interne, dévotions à l’appui. Consultation fut faite à bord les 4 et 6 août143. Puis le Santiago fit cap sur l’île de Mozambique pour se réapprovisionner en vivres. Les tempêtes endurées dans l’Atlantique sud pouvaient dicter de mauvaises décisions à l’entrée dans l’océan Indien :

  • 144 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 24, nef São Bento.

Ayant doublé le cap de Bonne-Espérance trop tard pour pouvoir passer par Mozambique, il coupa au large de l’île de Saint-Laurent et fut le seul de sa flotte [de 4 navires, voir p. 13] à atteindre l’Inde cette année-là144.

66Une fois qu’on a fait naufrage, il arrive bien souvent que l’on regrette d’être parti. Combien sage est celui qui ne s’éloigne pas de son lieu de naissance ! Le narrateur du naufrage du São Bento exprime toute son admiration pour les Cafres :

  • 145 Ibid., p. 56, São Bento.

Comme les gens de ce pays ne s’éloignent jamais beaucoup de leur lieu de naissance (bien heureux, s’ils avaient la foi !) mais vivent et meurent à proximité de leurs huttes…145.

  • 146 Ibid., p. 97, nef São Bento.
  • 147 Ibid., p. 109, nef São Bento.
  • 148 Ibid., p. 127, nef São Bento.
  • 149 Ibid., p. 95, nef São Bento.
  • 150 Ibid., p. 43, nef São Bento.
  • 151 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 83
  • 152 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 47, nef São Bento.

67Une fois qu’on est sorti vivant des ondes furieuses, la question de la survie est loin d’être résolue. Comment ne pas mourir de faim ? « Chaque jour plusieurs hommes mouraient d’inanition », dit le récit du naufrage du São Bento146. « Nous étions si mal en point que nous perdions chaque jour cinq ou six personnes »147, « nous passions tout notre temps libre à errer dans la forêt, à la recherche de n’importe quelle nourriture »148. Pire encore, des naufragés portugais se jettèrent sur un Cafre isolé, le tuent, le firent cuire et le mangèrent149. Anthropophagie… À la faim s’ajoutait le froid enduré après le naufrage150. « On vit là combien se trompent ceux qui affirment qu’il ne fait jamais froid dans la Zone torride, ce qui ne doit être vrai qu’autour de la ligne équinoxiale »151. L’accueil fait par les Africains aux naufragés portugais était assez généralement hostile152.

  • 153 Ibid., p. 130, nef São Bento.
  • 154 Loc. cit.

68Quand le salut arrivait, on découvrait bien souvent que le séjour à terre avait été plus meurtrier que le naufrage lui-même : « Je me trouvais reclus dans ma case, attendant moi-même la mort, quand un Cafre vint, contre toute espérance, m’annoncer que le bateau arrivait »153. « Nous n’étions plus que vingt Portugais et trois esclaves, sur les trois cent vingt-deux personnes qui avaient survécu au naufrage »154.

Naufrage, dissolution du lien social 

69Il régnait sur les nefs un ordre impitoyable. Aucun écart de comportement n’y était accepté. Le naufrage signifiait souvent la destruction du lien social, ainsi que la déconsidération de l’autorité jusque là crainte et respectée. En établissant la perspective d’une mort prochaine, le naufrage poussait au paroxysme la nostalgie et le regret :

  • 155 Ibid., p. 37, nef São Bento.

De temps à autre, on entendait aussi des lamentations des gens aux orphelins, aux petits-enfants, aux pauvres épouses bien-aimées, aux vieux parents, qu’ils allaient devoir quitter avec ce monde155.

70Il inspirait en même temps les pires méfiances. Ainsi quartier-maître du São Bento exhorta les passager à garder en toute circonstance un comportement civilisé, les priant

  • 156 Ibid., p. 71, nef São Bento.

de ne pas permettre que l’on puisse dire que des Portugais, dans le but incertain de sauver leur vie, auraient été assez infâme pour abandonner leur capitaine dans un tel endroit…156.

71Car tous, alors, se méfiaient de tous :

  • 157 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 32, nef Conceição.

Tout ce qui était nécessaire, même le goudron, Dieu nous l’envoya. Les vivres qu’on avait rassemblés à terre, on les confia aux pères missionnaires pour qu’ils en eussent soin. Mais le dépôt ne resta en leur pouvoir que quatre ou cinq jours, parce que la charge leur paraissait trop lourde. On la confia au capitaine dom Álvaro et à quelques autres personnes jusqu’à son départ pour l’Inde157.

72Après le naufrage du São Paulo près de Sumatra, l’émeute éclata :

Cette même nuit, à une heure très avancée, le capitaine, le prêtre, le maître et le pilote et quelques notables d’une grande prudence et de bon conseil se réunirent, afin de s’entendre sur ce qu’on devait faire pour le bien de tous. Nos gens commencèrent à se troubler, à s’agiter, à se former en groupes et en compagnies, pensant que les principaux avaient l’intention de s’enfuir sur le canot et de les abandonner sur cette terre inhabitée que personne, au campement, ne connaissait. On plaça des gardes et des sentinelles auprès du canot. Chacun chercha ce qui lui paraissait nécessaire et qu’il croyait convenir à son salut, faisant les choses que son instinct et la circonstance lui suggéraient, dégainant et menaçant de son épée nue son meilleur ami qu’il soupçonnait de mauvaises intentions : le frère n’avait plus confiance en son frère, ni en âme vivante.

  • 158 Ibid., p. 159.

73De plus, détail très peu engageant, les passagers se souvenaient que, lors d’un précédent naufrage, le maître et le sous-pilote, son neveu « avaient tranquillement pris le fuite en cachette, avec le capitaine du navire »158.

  • 159 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 74, nef São Bento.

74Le désastre consommé, l’autorité, qu’elle fût nouvelle ou non, avait besoin d’une légitimation ou d’une re-légitimation : « Et lorsque nous fûmes rassemblés, nous jugeâmes nécessaire à notre salut d’éviter les dissensions et de nous réunir en un seul corps, sous le commandement d’une seule personne, fidèle aux saints Évangiles »159. Cette légitimation était évidemment de nature religieuse :

  • 160  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 163.

Après quoi le capitaine prêta serment, la main très sainte de la Vierge Notre Dame, jura de ne pas bouger, de ne pas sortir de l’île, de ne pas faire un pas sans emmener jusqu’au plus humble de la Compagnie160.

Derrière l’autorité du capitaine, celle de Dieu 

  • 161  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 63.

75Le capitaine détient l’autorité suprême, le pilote étant à bord le premier des hommes de mer – environ 60 marins et 70 matelots –, venaient après lui le maître d’équipage et le connétable (responsable de l’artillerie). Du barbier à l’aumônier en passant par le charpentier, tous les offices étaient représentés à bord. Une précaution prise en dit long sur les dangers venus de l’extérieur comme de l’intérieur du navire : le nombre de soldats était toujours supérieur à celui des marins161.

  • 162  L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 129 : « Como a dizer que um dia a bordo num nzvio português (...)

76Selon l’expression de Luciana Stegagno Picchio, le navire reproduisait à une échelle très réduite la « macro-structure de la vie entière du Peuple portugais »162. Derrière le capitaine et sa pesante autorité séculière qui procédait du souverain lusitanien, maître de la Carreira da Índia en position de monopole, il y avait Dieu et son énigmatique autorité surnaturelle :

  • 163  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 14.

Qui gouverne ces hommes ? Le pilote, souverain à bord, après un roi lointain et un Dieu mis en doute, un homme si souvent incompétent, protégé par des ordres d’une rigueur absurde qui le mettent sous l’égide de l’irresponsabilité totale163.

77Dans l’imminence du naufrage, autorités et protections temporelles s’effaçaient :

  • 164 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 33, nef São Bento.

Pensant que la nef allait couler, nous demandions à Dieu miséricorde, et il lui plut que, grâce à une voile de trinquet que l’on déploya, la nef se rétablit, après être restée un long moment le jouet des flots164.

  • 165 L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 136 : « Verso le vinti tre hore pure si dava il segno con (...)

78La nef était en quelque sorte une caserne flottante, susceptible de se transformer en couvent. Nombreux étaient les exercices de piété165. Dans ce milieu clos et menacé, le rôle des clercs et des religieux était considérable. Il leur revenait d’abord de moraliser l’équipage :

  • 166 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 42-43.

Et comme à bord des navires, malgré toutes les prédications, il n’a jamais été possible d’éradiquer totalement le jeu, le père Sapata [jésuite], soucieux de ce que les joueurs n’attendent pas d’être au Purgatoire pour expier leurs péchés, faisait le tour des tables afin de recueillir, pour les malades, des oboles prélevées sur les gains éventuels166.

  • 167 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 102.
  • 168 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 40.
  • 169 Ibid., p. 44.

79La narration sur le naufrage du São Paulo met en relief le rôle positif joué par le père jésuite Manuel Álvares à bord de la nef167. De plus, les dangers de la navigation accréditait avec force le discours sur les fins dernières et ce qu’on peut nommer la pastorale de la bonne mort. À bord du Santiago, deux dominicains et cinq jésuites se livrèrent à une pieuse surenchère168: « Malgré le vent insuffisant et les mauvais signes, les exercices de dévotion et les offices religieux ne décrurent point, mais au contraire furent de plus en plus nombreux »169.

  • 170 Ibid., p. 45.

Le jeudi, après la messe, ils firent une procession [à bord][...] ils tâchèrent autant que possible d’imiter tout ce que l’on fait au pays ce matin-là170.

80Mais le jour de la Fête Dieu,

  • 171 Ibid., p. 46.

les jésuites organisèrent aussi leur propre fête ce jour-là, après avoir depuis quinze jours appelé chacun à se confesser, ce que presque tous firent, la plupart procédant à une confession générale des péchés de toute leur vie, comme s’ils pressentaient déjà le besoin qu’ils allaient éprouver, d’ici deux mois, d’être bien préparés171.

Le naufrage comme événement spirituel :

  • 172  Cité dans B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 230.
  • 173 L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 130.

81Un proverbe portugais dit à propos : « Se queres aprender a rezar, vai ao mar »172. Baptiser un navire était déjà, souvent, un exercice de piété. Luciana Stegagno Picchi relève des noms tels que : O Padre Eterno et Rosário Grande173. Les clercs érigeaient la mer en espace sacré ou religieux, en proportion des périls auxquels elle exposait. Important tout au long du parcours le rôle des prêtres grandissait encore dans l’imminence du naufrage :

  • 174 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 53.

un homme, ne pouvant attendre, somma un religieux d’écouter sa confession, et aussitôt se mit à avouer tout haut des fautes si énormes, que le prêtre dut lui mettre la main sur la bouche, et lui crier de se taire174.

  • 175 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 37, nef São Bento.

82L’imminence du naufrage achevait ou semblait achever la sortie collective des voyageurs et des marins en dehors de la sphère séculière : « ils consacraient tout leur temps à demander à Notre Seigneur un remède spirituel (car plus personne ne se souciait du temporel) »175. À défaut de parvenir à un bon port terrestre, celui de Goa ou celui de Lisbonne, il fallait se préparer à entrer au bon port de l’Éternité :

  • 176 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 26, nef Conceição.

Les lamentations et les cris de nos gens nous remplissaient d’une telle crainte que la mort nous semblait proche. Nous nous accrochions à nos crucifix, aux retables que nous avions, les tenant embrassés, implorant de Notre Seigneur le pardon de nos fautes et de nos péchés, nous confessant aux missionnaires qui étaient venus en notre compagnie176.

  • 177  D. TEMPÈRE, « Ce voyage que l’on ignore : la mission jésuite en mer au XVIIe siècle », in : N. BAL (...)

83La lutte contre les éléments déchaînés ne se séparait pas du combat spirituel. Si Dieu était plus proche, le diable l’était aussi. Delphine Tempère décrit avec justesse l’océan des Ibériques d’alors comme « ce lieu abandonné aux forces démoniaques où marins et passagers sont livrés à leurs peurs et à leurs tentations »177. À son dossier hispanique, on pourrait très bien verser ce texte portugais :

  • 178 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 32, nef São Bento.

l’un des deux marins qui étaient grimpés dans la hune pour replier des apparaux, se mit à se signer en criant tout fort le nom de Jésus. Des gens lui demandèrent ce qui se passait et il leur montra vers tribord une lame qui venait au loin, bien plus haute que les autres. Il ajouta qu’il voyait venir devant elle des silhouettes noires et bondissantes, qui ne pouvaient être que des diables178.

84En engloutissant les marchandises indiennes, le naufrage frappait de vanité la soif d’or. Tout allait disparaître !

  • 179 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 69, nef São João.

On dit que les marchandises du galion, tant au roi qu’aux associés, valaient un conto d’or [ =un million de cruzados]. Jamais, depuis que l’Inde fut découverte, il n’en était parti nef plus riche179.

85Autre citation digne d’un sermonnaire :

  • 180 Ibid., p. 137, nef São Paulo.

Nous ne sommes jamais satisfaits de ce que Dieu nous donne et nous concède. La convoitise, omnium malorum radix, nous fait abandonner notre patrie bien aimée et notre à la pauvreté, nous nous retrouvons dans un état plus pitoyable encore180.

86On s’approche d’un topos hégémonique de la prédication : le desengaño / desengano. Comme on s’est trompé !

  • 181  Ibid., p. 15.

Lancés au gré des courants maritimes et des vents, ils jouent leur propre vie et celle des autres, qui à leur tour la jouent pour les fabuleuses richesses de l’Inde, car, toujours ‘il est bon de revenir riche181.

87Le naufrage était assurément la remise de soi à Dieu. Il existait donc une façon chrétienne de périr dans les ondes :

  • 182 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 35, nef São Bento.

Chacun devait donc se recommander à Dieu, car c’était sans doute le dernier jour où nous en avions l’occasion. Nous en fûmes si triste et si alarmés, que l’on put lire sur le visage de chacun le bouleversement provoqué par cette brutale désillusion, et par la crainte de bientôt comparaître devant le Juge Suprême182.

88Le naufrage était le moment su suprême repentir :

  • 183 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 142.

Nous commençâmes alors à désespérer et tînmes pour certain d’aller tous comparaître devant le jugement de Dieu avant le soleil couché […]. Et ainsi avec des images, des reliques et des agnus-Dei, que nous portions généralement au cou, nous étions tous plus que larmes et contrition, que ‘Seigneur Dieu !’ et Miséricorde !183.

89Ou encore :

  • 184 Ibid., p. 43.

il nagea pendant plus de trois heures, malgré de forts courants, tout en implorant à grands cris Notre Seigneur Jésus-Christ et sa très sainte mère la Vierge Marie, de lui venir en aide dans cette épreuve184.

90La vigueur de l’encadrement religieux est attestée par le fait qu’une fois la nef détruite et les survivants regroupés sur un îlot, les exercices de piété reprenaient :

  • 185 Ibid., p. 43.

Une grande procession fit le tour de l’île. Tous se frappaient de la discipline et imploraient la miséricorde de Notre Seigneur en poussant de grands cris et en versant des larmes ; tous ensemble s’agenouillaient devant l’autel pour demander le secours dont nous avions si besoin. Toute la nuit se passa en prières. Le lendemain, on ne vit pas de voiles. Nous en restâmes bien tristes185.

91L’îlot où se réfugiaient les naufragés était sacralisé :

  • 186 Ibid., p. 74.

Tous les quinze jours nous nous confessions. Quelques-uns d’entre nous se donnaient la discipline quand on récitait le psaume du Miserere. Ce qui nous causait la plus grande douleur, c’était de ne pas être pourvus du nécessaire pour communier. Car, si nous avions reçu le Très Saint Sacrement, nous aurions été moins peinés que nous ne l’étions de mourir là186.

92Et si l’infortune de la captivité s’ajoutait à celle du naufrage, rien n’était changé :

  • 187 Ibid., p. 86.

Tant qu’ils furent enfermés ainsi [prisonniers des Cafres], ils se consacrèrent à la prière et aux exercices spirituels. Ils prononçaient des vœux, comme on le fait quand on est en danger de mort187.

  • 188 Ibid., p. 167. Pedro Martins, jésuite.
  • 189  Ibid., p. 173.

93Ainsi le naufrage temporel ne pouvait pas être considéré comme un naufrage spirituel. S’il fallait faire une croix sur les richesses acquises en Inde, on pouvait faire son salut. La colère des ondes s’inscrivait dans un plan divin. Ce qui permet de restaurer la foi dans la Providence chez ceux qui l’auraient perdue : « Bref, Notre Seigneur en ce voyage nous traita en vrai père, car il nous a châtiés sans jamais nous délaisser »188, « Mais Notre Seigneur voulait simplement nous réduire aux pires extrémités pour que nous puissions mieux reconnaître sa miséricorde… »189.

Éviter les naufrages en revenant par le Moyen Orient :

94La pénibilité et les dangers de la navigation, ainsi que l’ambiance très contrainte des nefs en partance pour l’Inde, sont à l’origine d’un phénomène essentiel, rarement étudié : le voyage de retour terrestre ou semi marin : Inde, côtes de l’actuel Pakistan et de l’Iran, passage par la base portugaise d’Ormuz, débarquement à Bassora, puis trajet en caravane de Bassora à Alexandrette, via Bagdad et Alep. Pour un Occidental, parcourir l’Irak en 1550 ou 1650 était bien moins dangereux qu’aujourd’hui. Maîtres du Croissant Fertile, les Ottomans laissaient les Portugais transiter chez eux et savaient en tirer profit, lors de leur passage en douane. Plutôt les Turcs que les dangers de l’océan, dangers qui expliquent l’intérêt pour l’Iran et les pays arabes du Mashrek sous domination ottomane, Irak, Syrie, Palestine, et même Égypte et Arabie.

  • 190  André DORÉ, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 364 : « Em (...)
  • 191  António TERREIRO e Mestre AFONSO, Viagens por terra da Índia a Portugal, Neves AGUAS (éd.), Mem-Ma (...)
  • 192  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 243-267.

95Si les Portugais ont été nombreux à traverser le Moyen Orient d’est en ouest dans le but de rentrer chez eux, il convient de signaler qu’en sens inverse, nombre d’Européens de diverses nationalités vinrent en Inde et même s’infiltrèrent à Goa190. Sauf sur les côtes indiennes de la péninsule Arabe, et sauf à Ormuz sur mes rivages iraniens, ils ne se sont guère établis au Moyen-Orient : le pouvoir des Ottomans et des Safavides les en eût empêchés. Mais ils en avaient une connaissance très poussée191. De plus, ainsi que Déjanirah Couto l’a établi, l’espionnage portugais était très développé au XVIe siècle dans l’Empire Ottoman192. D’une façon générale, on peut dire qu’aussi bien par leur établissement au Maroc qu’en Inde – alors en grande partie sous domination mogole –, à Ormuz et enfin grâce à la traversée terrestre Bassora-Alexandrette, les Portugais possédaient une familiarité avec les choses et les gens de l’islam que les Espagnols avaient perdue ou étaient en train de perdre, et qu’aucun autre peuple européen, pas même les Français, malgré leurs liens avec les Ottomans, n’avait encore acquise.

96Il s’en fallait de beaucoup que le combat contre les infidèles fût toujours et partout nécessaire. Heureusement pour les Portugais, heureusement pour les musulmans d’Afrique orientale, d’Arabie, d’Inde ou d’Indonésie. En tout cas, ceux-ci étaient mille fois moins redoutables que les éléments déchaînés. Cette abondante littérature portugaise relative à l’islam et au Moyen Orient peut aussi être indifféremment considérée comme un complément de l’immense histoire tragico-maritime et comme un contrepoids aux traités historiques d’esprit croisé.

La Carreira da Índia et l’idéologie de la croisade 

  • 193  G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 292 : « Goa connut trois maîtres successifs entre (...)
  • 194 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 2, p. 147.

97Il est significatif que le point départ de la circumnavigation de l’Afrique se situait en terre musulmane, en terre marocaine, Ceuta prise en 1415, et que le point de départ des navigations dans l’océan Indien fût également en terre musulmane, l’îlot de Mozambique. Et les positions clés de Goa193 et de Malacca194, acquises en 1510 et 1511, furent également conquises sur des musulmans, gujratis dans le premier ca, malais dans le second. Grâce à elles, dans l’espace ouvert sur l’Océan Indien et la mer de Chine, la thalassocratie portugaise prit la place d’une thalassocratie musulmane.

98Les textes anciens, et à leur suite des historiens modernes affirment que les Portugais entreprirent leurs navigations dans l’atlantique Sud et dans l’océan Indien, afin de prendre l’Islam par le revers. Il s’agirait d’une Croisade maritime mondiale qui aurait prolongé la Reconquista ibérique. L’œuvre de João de Barros, Décadas da Ásia est peut-être le plus significatif de ces textes anciens. Munie du sous-titre « De la geste que les Portugais accomplirent dans la découverte et la conquête des mers et des terres d’Orient », elle présente l’expansion planétaire de sa nation comme la réponse à une expansion non moins planétaire, celle des Arabes au nom de l’Islam. Le ton est donné ou plutôt semble être donné par le chapitre premier dont le sommaire est : « Comment les Maures vinrent s’emparer de l’Espagne. Ensuite comment le Portugal devint un royaume dont les rois lancèrent des entreprises outre-mer où ils allèrent faire des conquêtes en Afrique comme en Asie ».

99Les premières lignes de l’ouvrage ont été écrites d’une plume trempée dans le vitriol :

  • 195 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 5.

Mahomet ce grand antéchrist s’étant élevé sur la terre d’Arabie environ en l’an cinq cent quatre-vingt treize de notre rédemption, la furie du fer et du feu de sa secte infernale s’exerça au moyen de ses capitaines et de ses califes. En l’espace de cent années, ils conquirent en Asie toute l’Arabie, une partie de la Syrie, la Perse. En Afrique l’Égypte de part et d’autre du Nil. Et d’après ce qu’écrivent les Arabes dans leur Zarigh, qui un sommaire des hauts-faits accomplis par leurs califes lors de la conquête de ces contrées de l’Orient. Au même moment de grands essaims d’Arabes s’en élevèrent pour aller peupler les contrées du Ponent qu’ils appellent Al-gharb et nous, de façon incorrecte Algarve d’Outre-Mer. Par la force de leurs armes, ils dévastèrent et ravagèrent ces contrées. Ils se rendirent maîtres de la plus grande partie de la Mauritanie Tingitane, sans que notre Europe ne pût encore ressentir les effets de cette plaie. Mais le moment était passé où Dieu fermait les yeux sur les péchés de l’Espagne, car il espérait qu’elle fît pénitence pour les hérésies d’Arius et de Pélage auxquelles elle s’était livrée […]. Sa justice ainsi provoquée, Dieu recourut à son antique et divin conseil qui a toujours été de punir les communs péchés publics au moyen de notoires pécheurs publics, et de permette qu’un hérétique soit le fléau d’un autre, se vengeant de cette manière de ses ennemis au moyen d’autres encore plus grands. Et comme en ces temps-là les Arabes étaient les plus grands qu’il eût puisqu’ils infestaient l’Empire romain et y persécutaient l’Église catholique. Avant que par eux ne fût châtiée l’Espagne, il voulut les châtier dans leur propre hérésie, en enflammant chez eux le feu de la rivalité pour savoir qui siègerait sur la chaire du pontificat de leur abomination avec le titre de calife, qui, à cette époque était la plus grande dignité de leur secte195.

100Assurément le ton n’est pas amène. Mais si le diable est bien de la partie, on remarquera que l’Islam ne constituait pas aux yeux de João de Barros un univers exotique puisque, à comme la plupart des auteurs ibériques, il définit au passage l’islam comme une hérésie, ce que le premier avait fait en Orient saint Jean Damascène dans son catalogue : l’hérésie n° 100.

101Le fondateur du Portugal, Afonso Henriques, fut un roi de croisade et ses descendants ne cessèrent pas de l’être. Nous lisons un peu plus loin :

  • 196 Ibid., p. 8.

Toutes les terres qui furent prises aux Maures dans ces régions de Lusitanie sont à présent le royaume du Portugal, ainsi que toutes celles qu’il pût conquérir ensuite, parmi lesquelles il faut inclure certaines de l’Andalousie. Le roi Afonso Henriques et son fils versèrent leur sang pour les retirer des mains et du pouvoir des Maures […]. Cette possession et cet héritage furent transmis par ce roi catholique Afonso, semble-t-il, avec des bénédictions divines telles que tous ses descendants et héritiers se trouveraient en guerre continuelles avec la nation perfide des Arabes […]. Nous pouvons donc affirmer que cette Maison de la Couronne du Portugal est fondée sur le sang des martyrs et que ce sont des martyrs qui la dilatent et qui l’étendent à travers tout l’univers : si un tel nom peut être mérité par ceux qui militent pour la foi en offrant leurs vies en sacrifice et font offrande de leurs fortunes aux temples somptueux qu’ils ont fondés196.

  • 197 Ibid., p. 9.

102Dans l’optique de João de Barros, la Reconquista puis la Carreira da Índia constituèrent une suite de réponses au cataclysme mondial dont l’épicentre fut l’Arabie. Il ne conçoit pas qu’il pût exister quelque discontinuité entre la période pendant laquelle le Portugal se constitua sur une partie des ruines d’Al-Andalus et son expansion outre-mer. La geste de ses découvreurs et de ses navigateurs auraient été des actes de Croisade assimilables aux grands faits d’armes de la Reconquista : bataille d’Ourique en 1139 ou de Salado en 1340. Ou enfin de la prise Ceuta, sur la côte marocaine, en 1415. À ce propos João de Barros dit dans un style superlativement croisé que le Portugal fit cette année-là d’une seule pierre deux coups. D’une part « restituer à l’Église romaine sa juridiction sur cette contrée qu’elle avait perdue après la perte de l’Espagne, en qualité de fils obéissants », d’autre part, se préparer « à déployer le royal et divin étendard de la milice du Christ qu’ils avaient fondée en vue de cette guerre contre les infidèles dans les régions orientales de l’Asie en plein milieu des infernales mosquées d’Arabie et de Perse ainsi que des idoles du la gentilité indienne »197.

  • 198 Ibid., p. 27.

103D’après João de Barros, ils auraient mis en fuite des nomades du désert mauritanien en poussant le cri de la croisade : Portugal, Portugal, Santiago. Un peu plus loin, il est dit qu’à l’occasion de l’exploration de ce qui s’est longtemps appelé le Rio de Ouro et qui à présent est pour les uns le Sahara occidental et pour les autres la plus méridionale des provinces marocaines, Henri le Navigateur ne put que constater que « la vérité des Maures est conforme à leur secte, car en lieu et place de la paix et des secours que ceux-ci avaient promis, ils ourdissent des trahisons »198.

  • 199 Ibid., p. 317.

104Au terme d’une très pénible navigation dans l’Atlantique sud, la première rencontre civilisée advenue aux portes d’océan Indien exprime à la fois une grande familiarité entre musulmans et Portugais et une méfiance profonde ou une hostilité latente. João de Barros semble être parvenu à en rétablir la vraisemblance en évoquant la trahison ultérieure du Shaykh de Mozambique. D’autres épisodes la justifient : ainsi quand Francisco d’Almeida s’empara de la ville musulmane de Mombassa et la réduisit en cendres199. Mais c’est justement cette grande proximité culturelle et même linguistique (notamment grâce aux línguas) qui nourrissait la méfiance mutuelle.

  • 200  Étude de fond de Luís Felipe Thomaz dans V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 35-103
  • 201  Ibid., p. 37-38. Ce titre reflète l’intention de soustraire à l’ingérence papale les terres reconq (...)
  • 202  Ibid., p. 41 : « Si la ‘Seigneurie de la conquête’ représente tout un programme politique, celle ‘ (...)
  • 203  Ibid., p. 43.
  • 204  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 2, p. 65.

105L’œuvre de João de Barros illustre la permanence de ce que Luís Felipe Thomaz nomme « l’idée impériale manuéline »200. Il semble que le successeur de Jean II, Manuel (1495-1521), ait été particulièrement attaché au thème de la Croisade, mis d’ailleurs au service Il tenait au titre de « Seigneur de la Conquête », inspiré de l’usage qu’en avaient fait aux XIe-XIIIe siècles certains rois castillans201 et « Roi de la Mer »202. C’est de là que provint la mainmise royale sur la Carreira da Índia203, monopole qui, à long terme, à l’occasion de la montée en puissance des compagnies de commerce anglaise et hollandaise, allait s’avérer anti-productif ou anti-économique. Pendant longtemps, à l’extrême fin du XVe siècle et au cours du XVIe siècle, beaucoup de Portugais concédèrent des importances analogues à leur entreprise indienne et à leur entreprise marocaine. En 1513, ils étaient dix-huit fois plus nombreux à assiéger Azamor [Azemmour] au Maroc que Malacca en Asie Commercialement pourtant, Malacca était infiniment plus prometteuse qu’une position sur le littoral du Maghreb. Le commerce asiatique finança la guerre au Maroc. En 1544, les dépenses militaires engagées en Inde s’élevaient à 610 000 cruzados, au Brésil 80 000 seulement et la lutte contre les Marocains en mobilisaient 450 000204. Voici donc une donnée qui donnerait raison à João de Barros d’envelopper la Carreira da Índia et les établissements portugais de l’océan Indien dans la rhétorique de la croisade ou du contre-jihâd.

106Le dernier avatar de « L’idée impériale manuéline » et de la Croisade anti-musulmane, fut l’entreprise désastreuse du roi Sébastien, scellée en 1578 à la bataille d’Alcacer Quivir, marque la fin d’une période de l’histoire portugaise et le début d’une autre, celle de la domination espagnole et de l’inexorable déclin de l’empire luso-asiatique. À l’avenir, seul une puissance luso-brésilienne allait être viable.

107En lisant João de Barros, à condition d’entrer dans les détails, on constate cependant que plus d’une fois, la rhétorique de la Croisade fut jetée par dessus bord des caravelles, et particulièrement en Afrique orientale, dans l’espace swahili. Chrétiens ibériques et Maures étaient frères ennemis. Mais pas toujours. Après de si longues navigations sur les rivages de Guinée et de l’Atlantique sud, les Portugais éprouvèrent un grand plaisir à se retrouver presque en pays connu, presque au Maroc, en abordant l’île de Mozambique. D’ailleurs, il est impossible de parler de dépaysement avec un fasî rencontré là :

  • 205 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 131-132.

Ces gens s’approchèrent en chantant et en faisant de la musique. Parmi eux se trouvaient des hommes blancs qui portaient des turbans sur la tête et des habits en coton semblables à ceux des Maures d’Afrique, ce qui causa aux nôtres un très grand plaisir. Une fois ces esquifs parvenus jusqu’au navire de Vasco da Gama, l’un de ces hommes bien vêtus se leva et se mit à demander en arabe qui étaient ces gens et ce qu’ils cherchaient. Ce à quoi Vasco da Gama fit répondre par l’interprète Fernão Martins que c’étaient des Portugais, vassaux du roi du Portugal. Quant à ce qu’ils cherchaient, ils ne répondraient à cette question que lorsqu’ils sauraient en quelle localité ils se trouvaient. Ainsi qu’on l’apprit par la suite, le Maure qui parlait était originaire du royaume de Fès. Quand il vit les habits portés par les nôtres n’étaient pas ceux des Turcs, ainsi qu’ils l’avaient cru, il jugea qu’on lui disait la vérité. Comme c’était un homme habile, simulant la joie, il dit que cette localité s’appelait Mozambique…205.

  • 206  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 276 : « As Décadas da Ásia de João de Barros, vaste (...)

108Certaines pages de Décadas da Ásia de João de Barros sont pompeusement agressives206. Ainsi celle où est évoquée l’érection solennelle d’un padrão près de Calicut :

  • 207 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 159.

Les Portugais, catholiques par leur foi et par la véritable adoration du culte dû à Dieu déployèrent ce divin étendard du Christ, emblème de notre rédemption, au sujet duquel l’Église chante Vexilla Regis Prodeunt, non seulement face aux Maures d’Afrique, de Perse et d’Inde, contre laquelle ils se sont obstinés, mais encore devant tout le paganisme de ces contrées207.

  • 208 Ibid., p. 151-152.
  • 209 Loc. cit.
  • 210  J. de BARROS, Ásia, vol. 2, p. 75, et G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 142.
  • 211 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 2, p. 18.
  • 212 Ibid., p. 237.
  • 213 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 291.
  • 214 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 238.
  • 215  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 34.
  • 216  Ibid., p. 39.

109Les Maures de Calicut s’employèrent à dresser les Hindous contre les nouveaux venus208. Il est dit par João de Barros qu’il fut révélé en songe à l’un d’eux que l’arrivée de Vasco da Gama annonce « la totale destruction des Maures en ces contrées »209. Les Portugais les traitèrent avec rudesse. Il est vrai qu’ils étaient liés par alliance au sultan mamelouk du Caire, gardien en association avec Venise de la route traditionnelle des épices. La puissance égyptienne arma d’ailleurs une escadre contre les Portugais210, laquelle appareilla avec les vœux les meilleurs des Vénitiens211, qui avaient vainement tenté de dresser la papauté et le roi d’Espagne contre le Portugal212. Affolé par l’expansion portugaise dans son arrière-cour, le sultan mamelouk s’adressa également au pape213. Vengeance à l’italienne : les meilleurs alliés des Portugais, leurs inspirateurs et leurs conseillers bien souvent, étaient les ennemis traditionnels des Vénitiens, Florentins et surtout Génois214. L’expansion portugaise le long des côtes d’Arabie fut en grande partie dictée par des intérêts commerciaux : « Pour empêcher le poivre et autres épices de gagner l’Europe par le truchement des Vénitiens il fallait bloquer l’entrée de la Mer rouge et, pour cela, s’emparer d’Aden. Albuquerque n’y réussit pas »215. En fait les Portugais n’allaient jamais réaliser leur rêve d’interrompre totalement le trafic des épices par l’Égypte et par Venise216.

  • 217 J. AUBIN, Le latin et l’astrolabe, vol. 2, p. 286.

110Malgré ce que pourrait faire croire certaines pages péremptoires de Décadas da Ásia, il ne fut pas question, dans les faits, d’anéantir purement et simplementle pouvoir maritime et commercial des Arabes ou des Gujaratis musulmans dans l’océan Indien. L’idée d’un blocus de la route commerciale entre l’Inde et l’Europe, au Moyen Orient, par l’Islam, est une absurdité souvent répétée, absurdité probablement induite par la rhétorique de la Croisade dont l’œuvre de João de Barros est une illustration. Mais amplement contredite par les récits de voyage terrestre, écrits par ceux qui étaient allergiques à la navigation du retour217. Quand les Portugais accomplirent leur exploit maritime, il y avait près de trois cents ans qu’en Méditerranée, la Croisade avait fait place au commerce, principalement au profit de la puissance vénitienne.

  • 218 Francisco Javier, Cartas y escritos, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, 1996, p. 88.
  • 219 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 142, et vol. 2, p. 191.
  • 220  Jurrien van GOOR in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 431.

111Au nom du Padroado, c’est-à-dire au monopole royal établi sur l’évangélisation et la vie ecclésiastique dans l’outre-mer, Jean III avait demandé àFrançois Xavier de partir encadrer la chrétienté portugaise d’Asie : une réalité qui déçut profondément le Navarrais. Il s’en détourna d’ailleurs pour aller évangéliser les peuples qui échappaient à l’emprise portugaise. Dans ses lettres, il ne dissimulait pas son étonnement. Ainsi, à son escale à Mozambique, il fut désagréablement surpris de trouver sur la même île un village musulman à côté d’un village chrétien, en paix l’un avec l’autre. Avoir si longuement navigué au large de l’Afrique, parvenir dans l’hémisphère sud et aux portes de l’Inde pour retrouver une image réduite de ce qu’avaient été les royaumes ibériques avant le terme de la Reconquista ! Étonnement aussi plus au nord, sur la côte orientale de l’Afrique, à Malindi [Kénia]. Là marchands arabes ou gujaratis et marchands portugais cohabitaient et faisaient paisiblement des affaires. La ville possédait déjà un cimetière chrétien. Depuis le passage de Vasco da Gama moins d’un demi-siècle plus tôt, une grande croix de pierre ou padrão dominait Malindi. Mais le maître des lieux était toujours un musulman qui s’était reconnu vassal du roi du Portugal218. Le ralliement pacifique à la cause portugaise d’une position clé du commerce musulman dans l’Océan Indien avait été un des exploits de Vasco da Gama en 1497219. Au XVIIe siècle Jan Huygen van Linschoten constate que, contrairement à l’idée qu’on se faisait aux Provinces Unies de l’univers papiste, la Cochin portugaise était un lieu de coexistence pacifique entre chrétiens, musulmans et hindous220.

112Après son long hivernage dans l’île de Mozambique et sa halte à Malindi, poursuivant sa navigation en direction de Goa, François Xavier aborda l’île de Socotora qui appartient aujourd’hui au Yémen. À l’époque cette île possédait encore partiellement chrétienne et sous ce rapport dépensait de l’Église mésopotamienne, à tort qualifiée de nestorienne, à l’instar des Syro-Malabars du Kérala. En 1542, les autorités portugaises se désintéressaient complètement de l’avenir de cette chrétienté menacée, au grand scandale de François Xavier. Pourtant Socotora leur avait été extrêmement utile au Portugal quelques décennies plus tôt, du moins aussi longtemps qu’elles n’avaient pas placé au centre de leur dispositif Goa, conquise par Afonso de Albuquerque en 1510. C’est à partir de Socotora que ce dernier avait organisé ses grands raids sur les rivages de l’Arabie. Devenus même un temps maîtres de Djedda, le port de la Mecque, les Portugais furent pendant un moment exposés à la tentation de vouloir détruire les lieux saints de l’Islam. À propos de ces raids meurtriers, João de Barros semble tout heureux de pouvoir ressortir, pour une fois, la rhétorique de la Croisade :

  • 221 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 293.

Ce fut une chose des plus extraordinaires et des plus inattendues que de découvrir la route de l’Inde : ainsi Dieu permit-il aux flottes portugaises de pénétrer dans la Mer Rouge afin d’aller détruire la Maison d’Abomination de Mahomet [la Ka‘ba], injure et opprobre pour la religion chrétienne221.

  • 222  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 50 : « il y a de fortes raisons de croire que la des (...)
  • 223  Ibid., p. 55.
  • 224  Ibid., p. 73.
  • 225  Sur le système des cartazes, voir Susana MÜNCH MIRANDA in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. ROD (...)
  • 226  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 43.
  • 227  Makhanlal ROYCHOUDHURY, The din-Illahi Or The Religion Of Akbar, Calcutta : University, 1941, p. 7 (...)
  • 228 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 261.

113Mais les Portugais s’abstinrent prudemment de lancer un raid destructeur sur la Mecque. Une telle opération militaire eût été hasardeuse et complètement dépourvue de rentabilité économique. Pourtant elle n’eût pas déplu au roi Manuel 1er, imbu d’une idéologie de Croisade222. Dans son étude sur « L’idée impériale manuélin », après avoir évoqué les entreprises guerrières d’Afonso de Albuquerque en Mer Rouge, Luís Felipe Thomaz prend soin de préciser que « Les autres volets de la croisade de D. Manuel n’eurent pas les mêmes chances de s’effectuer »223. Profondément pénétré de l’idée impériale manuéline224, João de Barros ne dit rien des suites de cette profanation manquée. De plus, au cours du XVIe siècle, le pèlerinage à la Mecque allait se transformer en une ressource non négligeable pour le Portugal. Les navires d’Afrique orientale, d’Indonésie ou d’Inde à destination de Djedda furent autorisés à naviguer. Les pèlerins musulmans achetèrent leur tranquillité moyennant le paiement d’un droit de passeport ou cartaz225, une feuille au revers de laquelle était imprimée une image du Christ ou de la Vierge Marie, ce qui dut faire grimacer plus d’un hajj. L’institution des cartazes remonte à l’époque du roi Manuel. Elle avait pour but de « garantir la liberté de mouvement en mer […] aux ressortissants des États vassaux ou alliés du roi de Portugal, c’est à dire, à ceux qui acceptent d’accorder leur politique extérieure avec les desseins du souverain portugais »226. Cette pratique civilisée en vint à être parfaitement rôdée à l’époque où l’empereur Akbar (1546-1606) négociait avec le Portugal l’organisation du pèlerinage à la Mecque227. Il était préférable d’agir ainsi, et non pas comme António de Saldanha qui avait arraisonné près des côtes d’Arabie un navire de pèlerins qu’il avait complètement dépouillés228.

  • 229  G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 24.
  • 230  Francisco Javier, Cartas y escritos, n° 34, § 3, p. 17.
  • 231  Ibid., n° 59, § 10, p. 220.
  • 232  André DORÉ in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 365.
  • 233 Francisco Javier, Cartas y escritos, n° 70, § 8, p. 269.

114Avec l’Islam et avec les Musulmans, il y eut bien d’autres arrangements, car il n’était ni dans le pouvoir ni dans les intérêts du Portugal de les traiter tous aussi mal les défenseurs gujaratis de Goa en 1510. Maints traités sur l’Asie, ainsi celui de João de Barros, exaltent la lutte contre l’Islam et contre les musulmans, ainsi portée à l’échelle mondiale. Examinée à la fois à la lumière des faits et de certaines œuvres littéraires, cette conception de la Carreira da Índia comme guerre sainte contre l’islam ne tient pas. Certes, comme le remarque Geneviève Bouchon, il n’y avait pas dix ans que Grenade avait été prise quand ils arrivèrent dans l’Océan Indien et de nombreux Portugais s’étaient joints aux Castillans lors de l’assaut229. Mais João de Barros n’est pas en mesure d’en rester à l’exaltation de la Croisade. Il ne peut omettre de signaler tous les arrangements passés par Vasco de Gama avec les musulmans de l’océan Indien : des cours des rois aux plus humbles circonstances de la vie quotidienne. Ainsi, cinquante ans plus tard, François Xavier eut un dénommé Karîm pour fidèle messager auprès de l’homme qu’il avait chargé de diriger les pauvres chrétiens de la Côte de la Pêcherie au Kérala230. Exactement ce que la nomenclature portugaise qualifiait de « Mouro de paz » : un allié, un vassal ou un collaborateur. Mouro de paz était également bien plus loin, au fin fond de l’Insulinde, ce roi des Moluques avec lequel il s’entretint longuement et qu’il chercha vainement à convertir. L’homme s’exprimait parfaitement en portugais ; il lui parla avec le plus grand respect de « son seigneur le roi du Portugal »231. Pour les marins et les marchands venus de Lisbonne, qu’importait que ce roitelet restât musulman si les affaires étaient bonnes ? En 1537, le roi Jean III, avait remis en vigueur pour les places d’outre-mer une loi de 1391 qui établissait un statut de minoritaires pour les juifs et les musulmans, statut de cohabitation aboli au Portugal232. Finalement, dégoûté autant par la vénalité ou le matérialisme des Portugais que par l’ubiquité des musulmans en Asie du Sud, François Xavier partit vers le nord-est, au Japon, où il pouvait être sûr de ne plus retrouver ni les uns ni les autres233.

  • 234 J. de BARROS, Ásia, vol. 2, p. 439-449.
  • 235 J. AUBIN, Le latin et l’astrolabe, vol. 2, p. 283-284.
  • 236  Voir Revisiting Hormuz, Portuguese Interaction in the Persian Gulf Region, Wiesbaden : Fondation G (...)
  • 237 J. AUBIN, Le latin et l’astrolabe, vol. 2, p. 360-363.

115On ne peut se laisser prendre par la rhétorique de la Croisade employée par João de Barros dans ses Décadas da Índia : s’il est bien vrai que lorsqu’ils firent la conquête de Goa en 1510 et de Malacca en 1511, ils massacrèrent les musulmans qui détenaient ces positions, il n’en reste pas moins qu’ils eurent d’innombrables alliés et complices adeptes de l’islam dans l’espace composé de l’Afrique orientale, de l’Arabie, de l’Inde et du monde malais. Les rois de Malindi en Afrique et des Moluques aux extrémités orientales de l’archipel indonésien étaient à la tête de petits États islamiques intégrés à des degrés divers dans la thalassocratie portugaise. Dans l’Océan indien comme au Maghreb à la même époque, les Turcs faisaient souvent plus peur que les chrétiens d’Ibérie. La longue alliance des Hafsides de Tunis avec l’Espagne en fournit l’exemple. Il est facile de trouver des chapitres dans lesquels João de Barros se permet d’être nuancé ou d’évoquer un affrontement global ou général entre chrétiens portugais et musulmans. D’ailleurs, finit-il par reconnaître, il y a musulmans et musulmans. Aussi fait-il un exposé systématique et bien documenté des contentieux et des divergences opposant sunnites et chiites234. Au XVIe siècle, les Portugais prirent bien moins de temps à comprendre cette affaire essentielle que les Américains, en Irak, au début du XXIe siècle. Mais ils ne surent pas en tirer tout le parti possible. Au départ, Shâh Isma’il fut mécontent de l’occupation d’Ormuz par Afonso de Albuquerque en 1515 et la mainmise portugaise sur les côtes d’Arabie et sur le golfe Persique rendit difficile les relations de l’Iran Safavide avec le Portugal. Pourtant tous deux avaient les mêmes ennemis, à savoir les pouvoirs sunnites d’Istanbul et du Caire, c’est pourquoi, un temps Afonso de Albuquerque proposa à Shâh Isma’il le partage du Moyen-Orient235. Animé d’un ardent messianisme chiite et très anti-sunnite, ce dernier aurait marché si les Portugais avaient eu les moyens de s’emparer de l’Égypte et de la Palestine. Jusqu’à l’arrivée des Anglais en 1622, un des lieux les plus remarquables de convivencia luso-musulmane fut assurément Ormuz236, petit royaume nominalement sunnite sur le flan de l’Iran désormais chiite, protectorat portugais et refuge de marchands et de trafiquants en tout genre mais aussi des dissidents religieux. C’est là que des Persans devinrent chrétiens plutôt que de vivre sous les rigueurs chiites. Mais aussi lieu de passage de Portugais à l’islam avec ou sans union préalable avec des concubines persanes ou arabes237.

116L’empire maritime d’Orient ne fut pas un empire organisé et cohérent à l’image de l’empire espagnol d’Amérique, mais une chaîne de factoreries ou feitorias, une sorte de fédération extrêmement lâche de positions côtières ou insulaires aux statuts variables, c’est-à-dire inégalement rattachés à la couronne, une nébuleuse de positions côtières ou insulaires au statuts politiques très divers, allant de l’administration directe au protectorat. Leurs entreprises coloniales annoncent celles des Anglais par leur esprit aussi bien que par leur cadre géographique, plus qu’elles ne ressemblent à celle des Espagnols, car le génie portugais est rebelle à la théorie ou à la doctrine. Il privilégie toujours l’arrangement empirique, la combinaison plus ou moins improvisée, la concession aux circonstances, ce qu’en portugais on appelle le jeito. Cette manière de faire et cet esprit font que la rhétorique de la guerre sainte ou de la croisade y sonne faux même dans un traité aussi bien construit que les Décadas da Ásia de João de Barros. À l’arrivée de Vasco da Gama, l’Océan Indien constituait une thalassocratie musulmane, essentiellement arabe et gujarati. Aucun esprit sensé ne pouvait envisager de l’éliminer vite ou complètement. Il fallut donc composer avec des principautés marchandes musulmanes contre d’autres. La rhétorique de la Croisade mondialisée n’eut pas le pouvoir de faire qu’au-delà du Cap de Bonne Espérance, de Mozambique à l’Indonésie, la pratique contredisait la théorie. Cette structure souple comprenait des cités marchandes musulmanes qui continuèrent à l’être, ce qui revient à dire que l’empire portugais d’Orient fut construit contre des musulmans avec l’aide d’autres musulmans. Ni la supposée Croisade intercontinentale portugaise ni sa suite ecclésiastique le Padroado n’allaient véritablement passer du domaine de la rhétorique à celui des réalités. Ce hiatus scandalisa François Xavier, une fois qu’il sera arrivé dans l’espace portugais de l’Océan Indien, lequel s’étendait de Mozambique, petite île située près de la côte de ce pays qui porte aujourd’hui son nom jusqu’aux Moluques, à l’est de l’archipel indonésien.

117Si, malgré son immense talent littéraire, João de Barros ne parvient pas à établir que la Carreira da Índia fut bien le prolongement de la Reconquista aussi bien qu’une immense Croisade intercontinentale, que dire de son illustration épique par Luís de Camões (1517 ou 1524-1580) ? On a cru plusieurs fois la cause entendue une fois pour toutes. Ainsi Jacques Beyrie et Robert Jammes :

  • 238  Jacques BEYRIE et, Robert JAMMES, Histoire de la Littérature espagnole, Paris : PUF, 1994, p. 204

Le poème continue à se lire avec plaisir, même si l’idéologie qui l’anime (exaltation du colonialisme et de l’esprit de croisade, poussé à l’extrême à la veille du grand désastre d’Alcazarquivir [1578] le rend partiellement dérisoire aujourd’hui238.

118Ou Eduardo Lourenço :

  • 239  Introduction aux Lusiades, éditions Robert Laffont (Bouquins), 1996, p. X.

Les Lusiades sont le poème d’un peuple croisé. On ne compte pas les passages où Camões incite non seulement son pays mais l’Europe chrétienne à se mobiliser contre le Turc et l’Islam en général239.

119Apparemment, les Lusiades prolongent donc la série des épopées médiévales anti-musulmanes. Lucifer y est musulman. Luís de Camões n’eut point de scrupule à homologuer le prophète Mahomet, ainsi qu’à en faire le héros central de son épopée car, possesseur jaloux de ses trésors indiens, il se dresse contre le Portugal et contre ses navigateurs. En plus d’une strophe d’ailleurs, son nom est remplacé par l’expression « O Mouro », le Musulman [Lusiades, I, 82]. Héros principal de l’œuvre, Mahomet, alias le Diable, se dresse contre les Portugais voulant assez vainement leur interdire l’accès à son empire qui est l’Inde et l’Orient tout entier, de Mozambique aux extrémités de l’Insulinde :

As províncias que entre um e outro rio
Vês, com várias nações, são infinitas
Un reino Maometa, outro Gentio,
A quem tem o Demónio leis escritas

[Lusiades, X, 108]

120En tant que catholique vivant à l’âge de l’Inquisition, Luís de Camões ne pouvait pas manquer de dire que l’inspirateur du culte est le même à la Mecque et à Bénarès, et qu’il s’agit bien du Diable. Mais les Lusiades sont une structure complexe – une sorte de mille-feuilles – qui mêle et superpose faits historiques, merveilleux chrétien et mythologie gréco-latine. L’Inde se mue en Grèce, et Vénus fait bon accueil aux Portugais à quelques encablures de Bombay [Lusiades, IX, 53-62]. Le panachage des trois éléments historique, chrétien et mythologique se trame autour de la triple et très paradoxale figure de Satan qui est le Prophète Mahomet, et aussi Bacchus = Dionysos…. Phénomène de condensation qui donne à l’œuvre la valeur d’un vaste rêve éveillé.

121Ne soyons pas surpris de voir Jupiter – lequel est aussi le Dieu de la Bible et de l’Église – y condamner l’idolâtrie et même les mythes antiques dont se sert le Poète portugais pour chanter les exploits de Vasco de Gama. C’est d’ailleurs peut-être une forme d’humour. Bacchus = Dionysos, n’en est pas moins et le fils et l’adversaire. Il est aussi le diable. Il a décidé de tout faire pour préserver l’Inde son domaine et empêcher les Portugais d’y pénétrer. Mais le poème porte le nom de Lusiades, par référence à Lusus, supposé ancêtre des habitants de la Lusitanie ou Portugais. Or, cela est dit en toutes lettres, Lusus est bien le petit-fils de Jupiter et le fils de Bacchus :

Foi filho e companheiro de Tebano
Que tão diversas partes conquistou ;
Parece vindo ter ao ninho Hispano
Seguindo as armas, que contino usou

[Lusiades, VIII, 3]

  • 240  « Que foi seu companheiro e filho amado ». En I, 39, il était déjà son favori : « Luso […] seu tão (...)

122La confusion des paternités et des filiations remonte de la terre jusqu’au ciel et embrasse pêle-mêle chrétiens, musulmans et idolâtres, donc aussi la vaste Inde et le petit Portugal. Celui qui croit encore aux identités tranchées n’a jamais eu l’occasion de lire attentivement les Lusiades, ou ignore tout du rôle qu’y jouent l’ambiguïté, l’anamorphose, le clair-obscur. Luís de Camões cherche aussi à rendre compte de la complexité tant ethnographie que religieuse du genre humain : d’est en ouest, d’infinis chatoiements. Qui sont les Portugais ? Qui sont leurs adversaires ? Qui sont les musulmans ? Qui sont les hindous ? Qui est le Diable ? Qui est Dieu ? L’anamorphose est manifeste. D’un côté l’adversaire des Portugais lancés dans la Carreira da Índia est bien le Diable qui est aussi le Musulman : on ne peut imaginer plus absolue satanisation des ennemis, plus parfaite rhétorique de la Croisade. D’un autre côté, Luís de Camões a tout de même l’audace, par le jeu des généalogies, de faire de Bacchus =le Diable =Mahomet, le fils de Jupiter = le Dieu biblique et chrétien. De plus, si les Portugais sont bien les fils de Lusus, ce dernier n’en est pas moins le fils de Bacchus [Lusiades, VIII, 4]240. On en déduit qu’une étroite parenté lie les Portugais chrétiens aux Arabes et autres musulmans. La Carreira da Índia conduisait tous ces marins et marchands partis sans femmes à faire œuvre de métissage. Leurs adversaires ou rivaux commerciaux musulmans en faisaient autant. Admettons que Mahomet soit Satan en personne et ses fidèles les enfants du Diable. Mais les Portugais le sont aussi, à leur manière. Et, vue l’universelle bâtardise, ce n’est grave ni pour les uns, ni pour les autres, qu’une étroite parenté unit. On ne peut concevoir plus grande démystification de la supposée Croisade intercontinentale inaugurée par l’entrée de Vasco de Gama dans l’océan Indien que les Lusiades.

L’assaut hollandais contre la Carreira da Índia

  • 241  Les Français furent au XVIe siècle de méchants pirates pour les Portugais. Cf. L. STEGNANO PICCHIO (...)
  • 242  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 351.
  • 243  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 45.

123Aussi longtemps qu’ils eurent le monopole de la route, les Portugais n’eurent guère à redouter des assauts en mer de corsaires ou de pirates241. Uni à l’Espagne, le Portugal ne disposait plus des moyens nécessaires pour maintenir la politique du mare clausum242, établie à l’époque de Manuel 1er. Dans la période d’union ibérique, elle est annihilée par la multiplication des navires anglais ou hollandais sur les deux océans. La Carreira da Índia périclite. Il ne serait pas tout à fait exact de dire que la monarchie espagnole se désintéressait de la sécurité de la navigation entre Lisbonne et Goa, mais l’Asie n’était pour elle qu’un centre d’intérêt parmi tant d’autres. Il n’est pas exagéré de lui attribuer une certaine responsabilité ou une responsabilité certaine dans le déclin portugais en Asie et dans la mort lente de la Carreira da Índia. Responsabilité qui n’entame pas l’autre cause, décisive : le manque d’hommes243.

  • 244  V.L. GASPAR RODRÍGUEZ in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p.  (...)
  • 245  André MURTEIRA, « A Carreira da Índia e as incusrsões neerlandesas no Índico occidental e em águas (...)
  • 246  Manuel OLLÉ, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 145. Par (...)
  • 247  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 45.
  • 248  André MURTEIRA, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 459.

124Les demandes faites à la Couronne par un André Furtado de Mendonça en 1607 en navires de guerre restèrent vaines244. La première incursion des Hollandais sur la route des Portugais se produisit en 1595, sous la direction de Kornelis de Houtman245. Mais ce n’est qu’en 1602 qu’ils créèrent leur Compagnie Unifiée des Indes orientales (Vereenigde Oost-indische Compagnie, VOC) sur le modèle donné par les Anglais246, qui avaient créé deux ans auparavant leur East India Company247. Ce fut également en 1602 que partit la première flotte commandée par Wijbrand van Warwijk248. L’origine de cette entreprise est à chercher dans l’insurrection des Pays Bas contre la Monarchie espagnole, à partir de 1568 :

  • 249  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 44.

Les Néerlandais jouaient un rôle important dans la revente du poivre portugais dans le nord de l’Europe. Lorsque le roi d’Espagne Philippe II [Philippe 1er du Portugal] leur interdit l’accès des ports ibériques, ils décidèrent d’aller chercher eux-mêmes les épices à leur source en Asie249.

  • 250  Ibid., p. 48.
  • 251  Ibid., p. 51.
  • 252  Ibid., p. 37.
  • 253  Ibid., p. 41-42.

125Hollandais et Portugais vont se livrer à une lutte acharnée, dont les Anglais sortiront en définitive les seuls vrais vainqueurs, après bien des péripéties et des revirements. À la différence des Portugais, qui allaient en Inde par le canal de Mozambique (route Interne), les Hollandais empruntèrent la route externe, à l’est des Mascareignes, voie téméraire mais rapide, notamment pour atteindre les Îles de la Sonde, choisissant Java comme base territoriale (1619, création de Batavia, aujourd’hui Jakarta)250, un peu sur le modèle de celle, portugaise, de Goa. Les activités de la VOC entre 1651 et 1750, environ une trentaine d’expéditions par an251, est environ la triple de celle de la Carreira da Índia à ses meilleurs moments et la quintuple de la sienne au XVIIe siècle252. C’est à cela que se mesure la décadence de l’empire luso-asiatique. Élément historique déterminant : la Carreira da Índia était régie par un monopole royal, les souverains portugais s’étant proclamés Seigneurs de la Mer, alors que les deux compagnies rivales, l’anglaise et la hollandaise, étaient des entreprises commerciales émancipées de la tutelle de l’État253, libres donc de prendre des initiatives et des décisions rapides et sur place.

  • 254  J. Lúcio de AZEVEDO, História de António Vieira, Lisbonne : Clássica Editora, 1992, II, p. 10. Dan (...)
  • 255  H. DIDIER, « Acheter, vendre et produire, dans la Compagnie de Jésus, XVIe-XVIIIe siècle », in : J (...)

126Après la Restauração de 1640, le Père António Vieira se fit en vain l’avocat d’une réorganisation complète de la Carreira da Índia sur le modèle de la Vereenigde Oost-indische Compagnie des Hollandais254. Vieira était jésuite et, dans ses pratiques commerciales, nécessaires au financement se des missions asiatiques et américaines, la Compagnie de Jésus avait su échapper à la tutelle royale et développer un type de gestion qui n’était pas sans analogie avec celle des compagnies de commerce anglaise et hollandaise255. Faute d’avoir suivi ces conseils, et faute d’avoir pu relever leur défi, le temps de l’Asie était bien passé pour le Portugal. La puissance lusitanienne restaurée eut pour fondement le Brésil, victorieusement disputé aux Hollandais aussi.

  • 256  A. MURTEIRA, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 458 et p. (...)
  • 257  M. OLLÉ, in : ibid., p. 143.
  • 258  A. MURTEIRA, in : ibid., p. 463 : « Os portugueses lamentaram não terem no porto um galeão sequer (...)
  • 259  Ibid., p. 491.
  • 260  Ibid., p. 498 et p. 500.
  • 261  Ibid., p. 500-501.
  • 262  André TEIXEIRA, Isabel ALMEIDA et Pedro NOBRE, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, (...)
  • 263  A. TEIXEIRA, I. ALMEIDA et P. NOBRE, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado d (...)

127Au départ, par prudence, les États Généraux interdirent d’attaquer les navires portugais ou espagnols mais vite ils se ravisèrent en considérant que la course serait pour eux une façon de forcer le roi Philippe III (Philippe II du Portugal) à étendre indéfiniment ses dépenses militaires loin des Pays Bas. Dès1602 le galeão Santiago avait été attaqué près de Sainte-Hélène. Des instructions très précises furent même données par la suite pour que les bateaux portugais fussent attendus et attaqués dans le Canal de Mozambique256. Entre 1597 et 1609 les Hollandais de la Vereinigde Oostindische Compagnie capturèrent trente navires ibériques, soit une moyenne de deux ou de trois par an257. Devant la recrudescence des assauts hollandais, les Portugais eurent tôt fait de constater leur infériorité militaire, même à Goa258. L’Espagne-Portugal disposait bien depuis 1590 d’une puissante marine de guerre, basée d’ailleurs à Lisbonne, mais elle avait fort à faire pour défendre la Péninsule contre les raids des Anglais. D’ailleurs, n’étant plus tenus par le traité de Windsor de 1386 en raison même de l’union ibérique, ceux-ci ne se privèrent pas de suivre l’exemple donné par les Hollandais. Ainsi, ils détruisirent sept navires de la Carreira da Índia, cinq aux environs des Açores et deux près des côtes portugaises, entre 1587 et 1602259. Portugais et Hollandais parvinrent cependant à conclure une trêve informelle dans l’océan Indien qui dura de 1609 à 1621260. Mais ensuite, Anglais et Hollandais surent oublier leur rivalité commerciale ou leur aversion mutuelle, en opposant aux Portugais une flotte mixte commandée par Jacob Dedel, en 1621-1623, conséquence non pas d’un accord entre l’Angleterre et les Provinces Unies, mais d’une alliance conjoncturelle entre l’East India Company et la Vereenigde Oost-indische Compagnie261. Après la Restauração, Anglais et Hollandais ne purent plus guère se mettre d’accord sur le dos des Portugais, car la relation que leurs respectives compagnies commerciales entretenaient avec le pouvoir politique n’était pas la même sur l’une et l’autre rives de la Mer du Nord. En ses débuts, les Portugais ne reçurent d’appui que de la France, l’Angleterre étant absorbée par ses troubles internes : 1640 étant aussi la date de l’élection de Cromwell au Long Parlament, 1648, celle de la Révolution, l’année suivante celle de la condamnation à mort de Charles 1er. Cependant ce dernier avait commencé à se rapprocher du Portugal, politique poursuivie par Cromwell qui, en échange, obtint en 1654 d’amples libertés pour les marchands britanniques tant au Portugal que dans l’outre-mer portugais262. Désormais, devant le persistant refus de l’Espagne de reconnaître l’indépendance lusitanienne, l’appui anglais allait désormais rendre superflu l’hésitant ou changeant appui français263.

  • 264  Ibid., p. 518-519.
  • 265  Ibid., p. 539 et p. 541.
  • 266  Ibid., p. 553.
  • 267  Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la Civilisation Indienne, Paris : Robert Laffont, 1987, p. 516.
  • 268  A. TEIXEIRA, I. ALMEIDA et P. NOBRE, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado d (...)

128Ce premier accord entre la Grande Bretagne et le Portugal allait en entraîner d’autres et le rapprochement allait s’accentuer après la restauration des Stuarts en 1660, et précisément quand en 1661, Catherine de Bragance devint l’épouse de Charles II. D’autres clauses du nouveau traité sont à souligner en disent long sur la permanence de la menace espagnole : Tanger au Maroc et Bombay [aujourd’hui Mumbai] en Inde sont cédées à la Grande Bretagne264. La cession de Bombay se heurta à la mauvaise volonté de Goa et fut retardée de deux ans et demi265. Mais la Couronne ne tarda guère à trouver ce cadeau encombrant : Bombay fur cédée à la East India Company266. De fait, faite dans un tout autre esprit que la Carreira da Índia et que l’Estado da Índia, la navigation des Anglais en direction de l’Asie, et leur lente appropriation de l’espace indien, commencée tôt (1600) mais tard achevée (1818), échappèrent à la tutelle de Londres : la Couronne britannique ne se substituant à l’entreprise privée qu’en 1858, pour administrer l’Inde267. Il n’en reste pas moins que par le traité de 1661, le Portugal aida beaucoup l’Angleterre à sa mainmise sur l’Inde. La même année, il avait signé un traité de paix avec les Provinces Unies268.

  • 269  E. van VEEN, in : ibid., p. 415-416.
  • 270  Ibid., tableau p. 405.

129Mais en Asie ou sur les ondes, Hollandais et Anglais n’avaient pas tiré les mêmes leçons de la rupture survenue en 1640 dans la péninsule Ibérique : alors que les premiers continuèrent leurs assauts contre la Carreira da Índia et contre Goa comme si rien n’avait changé, les seconds s’en firent les protecteurs : la Vereenigde Oost-indische Compagnie ne se souciait guère de politique européenne. Continuer à attaquer les Portugais était d’ailleurs une façon de poursuivre la lutte contre les Anglais, puisque depuis l’accord conclu entre Jean IV et Cromwell , les navires de 1’East India Company jouissaient d’un libre accès à la plupart des possessions lusitaniennes, accès encore élargi après le mariage de Catherine de Bragance et de Charles II269. Peut-être ce que les Hollandais ne purent pas pardonner aux Portugais, ce fut de s’être donnés à leurs rivaux anglais. Toujours est-il que l’Inde et l’océan Indien allaient devenir un espace anglais, à un degré tel qu’il n’avait jamais été portugais, et de loin. En déclin après 1620270, en partie grâce aux assauts hollandais, en partie à cause des négligences de la Couronne espagnole, la Carreira da Índia allait entrer presque totalement dans le patrimoine anglais.

Le naufrage comme bonne fortune ?

130Il y a ceux, enfin, qui ne voulaient même pas revenir au Portugal par le Moyen Orient et qui décidaient de rester au loin. À ceux-là s’ajoutaient les lançados et degredados, qui, les uns involontairement, avaient été abandonnés en guise de punition dans des terres lointaines, et ceux qui, pour prévenir un châtiment décidé par le capitaine, s’échappaient de la nef et se libéraient de son ordre militaro-religieux en s’immergeant dans une société africaine ou asiatique. Le récit du naufrage du São Bento nous décrit un Portugais que son infortune passée a métamorphosé en Bantou :

  • 271  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 67, São Bento.

il était nu comme eux…nous reconnûmes bientôt, à son langage et à sa chevelure, que c’était un Portugais […] Cela faisait trois ans qu’il était resté nu, par tous les temps, de sorte que sa peau était devenue aussi brune que celle des naturels271.

  • 272  Saint François Xavier, Correspondance 1535-1552, Paris : Desclée de Brouwer, 1987, p. 186.

131La diversité des types de naufrages n’est pas étranger à la diversité des types de relations que les Portugais entretiennent avec les divers peuples d’Amérique du sud, d’Afrique et d’Asie. Sauf dans des secteurs très limités géographiquement, il n’y eut et il ne pouvait y avoir de conquête analogue à celles du Mexique ou du Pérou par les castillans. Chaque établissement portugais fut un cas particulier. Cela fait partie de l’esprit empirique national, du génie du jeito. Il faut toujours composer avec l’environnement. Quand dans les années 1545-1546, François Xavier naviguait de forteresse en forteresse portugaises, il constata que la liberté religieuse y était établie, et que par conséquent, les cristãos novos qui avaient quitté le royaume pouvaient faire retour public au judaïsme en Extrême Orient. Il écrivit indigné au roi Jean III pour lui demander d’introduire l’Inquisition partout, comme à Goa272.

  • 273  M. da CONCEIÇÃO FLORES, in : G. BOUCHON (coord.), Nouvelles orientations de la recherche sur l’his (...)
  • 274  A.-M. QUINT, in : N. BALUTET, P. OTAOLA et D. TEMPÈRE (coord.), Contrabandista entre mundos fronte (...)
  • 275  Ibid., p. 270.
  • 276  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 33.

132La présence portugaise est souvent inséparable d’un système très souple d’association avec des partenaires africains et asiatiques : monarchie bakongo dans le nord de l’Angola actuel, Monomotapa en Mozambique, Iran safévide, officiellement chiite depuis 1502, ou Siam bouddhiste, point d’appui essentiel pour garantir la sécurité de Malacca273, ou, plus près de Goa, le rajah de Cochin – mais non point l’adverse samorim de Calicut274. Dans une étude récente Dejanirah Couto décrit les différents types des nombreux collaborateurs indiens des Portugais dans l’Estado da Índia275. Geneviève Bouchon parle même de « participation des Indiens à la fondation et au maintien de l’Empire »276. S’il se trouve parmi eux des membres des élites ou des dirigeants d’États, on est frappé par l’importance des marginaux et des parias :

  • 277  N. BALUTET, P. OTAOLA et D. TEMPÈRE (coord.), Contrabandista entre mundos fronterizos..., p. 270.

On remarque qu’en suscitant la collaboration de ces castes basses, les Portugais en Inde ne faisaient rien de plus que de marcher sur les pas des musulmans. C’est également les éléments des communautés marchandes islamiques étrangères, établies dans les ports du littoral indien, isolés de la société hindoue et victimes également de tabous socio-religieux, avaient trouvé leurs collaborateurs dans les couches sociales qui se consacraient à la pêche et à la vie maritime, telles que les Moger et les Mukkavan du Kérala. Grâce à ces groupes, ils étaient assurés des équipages ainsi que la manutention de leurs navires marchands, en même temps qu’ils réalisaient des opérations conjointes de commerce maritime. De tels contacts se resserrèrent progressivement grâce à des mariages contractés avec des femmes de ces groupes (qui n’étaient pas soumis aux interdits des castes plus hautes). Ils provoquèrent de nombreuses conversions à l’islam, de même que plus tard, les Portugais furent la cause de nombreuses conversions au christianisme277.

  • 278  E. RODRIGUES, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 97. Voir (...)
  • 279  Le commerce portugais ou indo-portugais était intense entre ces deux rives de l’océan Indien : E. (...)

133Par ailleurs, les Portugais prirent souvent des commerçants indiens, – de la caste des banians ou vaniya, aussi indispensable que méprisée – comme associés, les introduisant là où il n’y en avait pas, ainsi dans leur Afrique Orientale ou futur Mozambique278, qui était une dépendance de Goa279. Tout l’art était donc de faire fortune grâce au naufrage social des gens que l’on trouvait abandonnés.

  • 280  M. A. MARQUES GUEDES, in : G. BOUCHON (coord.), Nouvelles orientations…, p. 155-163.

134Pour le commerce ou pour la guerre, les Portugais savaient improviser. On est étonné d’apprendre quel fut l’appui décisif qu’un groupe de marchands mercenaires portugais apportèrent au XVIe siècle à l’établissement d’une Birmanie unifiée280. Dans ces conditions, il impossible de concevoir le monde des Portugais, du Brésil aux ports de la Mer Jaune comme un monde colonial unifié. Les hétérogénéité du monde colonial espagnol, Philippines comprises, semblent bien modestes, par comparaison. Certes, partout les Portugais européanisèrent d’une façon ou d’une autre, et à des degrés divers, les peuples qu’ils rencontrèrent. Mais partout aussi, ils surent devenir autres.

  • 281  M. de JESUS LOPES, in : G. BOUCHON (coord.), Nouvelles orientations…, p. 69-72.

135La meilleure preuve en est donnée par l’enclave de Goa, seul portion du continent asiatique où les Portugais semblent avoir accomplie une œuvre coloniale ou évangélisatrice analogue à celle des Espagnols aux Philippines : la structure sociale y resta indienne ou ne tarda pas à la redevenir, les système des castes se maintenant à tel point que le sacerdoce catholique y fut réservé aux brahmanes baptisés, outre les descendants légitimes de Portugais descendants des Casados établis par Albuquerque. Pas de kshatriyas ni de vaniyas ni de vayshyas, encore moins d’intouchables ! Socialement, l’Inde était plus forte que le Portugal281. Outre mer, tous les Portugais sont d’une façon ou d’une autre, à des degrés divers, des abandonnés, des émancipés, des degredados, des lançados, des naufragés.

Haut de page

Notes

1  Michel CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs : 1450-1580, L’invention du monde par les navigateurs portugais, Paris : Autrement, 1990, p. 89.

2  Suzanne CHANTAL, Histoire du Portugal, Paris : Hachette 1965, p. 23. Voir aussi La Découverte, le Portugal et l’Europe, Actes du colloque des 26 et 28 mai 1988,Paris : Fondation Gulbenkian, 1990, p. 77.

3 Arquivos do Centro Cultural Calouste Gulbenkian, Lisbonne – Paris, vol. 38, p. 1-122.

4  Carmen RADULET, « La filière italienne », in : Michel CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs : 1450-1580, L’invention du monde par les navigateurs portugais, Paris : Autrement, 1990, p. 118-128. Voir aussi Bailey W. DIFFIE et George D. WINIUS, A Fundação do Império Português, Lisbonne : Vega, 1993, vol. 1, p. 51-56.

5  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 362.

6  Auguste TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, Paris : Presses Universitaires de France, 1981, p. 36 : « Aucun pays d’Asie ne fut vraiment conquis. Même au Mozambique les Portugais ne tenaient encore, au XVIe siècle, qu’une frange côtière administrée par Goa ».

7  Jean AUBIN, Le latin et l’astrolabe, Paris : fondation Calouste Gulbenkian, 2000, t. 2, p. 40, tableau généalogique.

8  Geneviève BOUCHON, Vasco de Gama, Paris : Fayard, 1997, p. 15 et p. 29.

9  Vitórino Magalhães GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe : une révolution des mentalités, Paris : Autrement, 1990, p. 62.

10  Albert-Alain BOURDON, Histoire du Portugal, Paris : PUF (Que Sais-je n° 1394), 1970, p. 42.

11  Estudos sobre a China, 8-1, 2004, p. 119-127.

12  Ibid., p. 132-133.

13  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 62.

14  Estudos sobre a China, p. 119-127, et A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 23-25.

15  Paul TESSYER, Paul VALENTIN et Jean AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, relation des expéditions de 1497-1499 et 1502-1503, Paris : Chandeigne, 1995, p. 9.

16  Ibid., p. 191.

17  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 25 : « Si les Chinois n’ont pas essayé jadis d’établir, les premiers, le contact entre l’Asie et l’Europe par la route du Cap, c’est qu’ils n’avaient pas besoin des produits que l’Europe pouvait leur offrir. L’Occident, répétons-le, n’a jamais eu de produits d’échange comparables à ceux de l’Orient ».

18  Lusíadas, I, 1.

19  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 13.

20  Georges LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes. Trois naufrages portugais au XVIe siècle, Paris : Chandeigne,1999, p. 137 et p. 204.

21  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 16.

22  Ibid., p. 20-21.

23  K.S. MATHEW, in : João Paulo OLIVEIRA E COSTA et Vitor Luís Gaspar RODRIGUES, O Estado da Índia e os desafios europeus, Actas do XII Seminário Internacional de História Indo-Portuguesa, Lisbonne : CHAM/CEPCEP, 2010, p. 282 : « [the port of Calicut] had a bustling trade and became a centre of competition chiefly between the Arab and Chinese merchants. It attracted the attention of a number of travellers like Marco Polo, the Venetian, Ibn Battuta, Mahuan, Cheng He, Abd Er Razzak, Athanasius Nikitin, the Russian, Nicolò Conti, and Hieronimo di Santo Stefano, and so on in the pre-Portuguese period ».

24 G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, Paris : Fondation Calouste Gulbenkian, 1999, p. 318.

25 Jean AMSLER, Histoire Universelle des Explorations, Tome 2 : La Renaissance (1415-1600),Paris : Nouvelle Librairie de France, F.Sant’Andrea, 1964, p. 35.

26 G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 220.

27 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 138-140.

28 Ibid., p. 159-162.

29  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 56-80.

30  Ibid., p. 58.

31  Ibid., p. 59.

32  Ibid., p. 63.

33  Loc. cit.

34  Fátima DA SILVA GRACIAS, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 633 : « Traditionally, Portuguese men migrated without their wives. They were reluctant to bring them to India on account of long journey, diseases, hot climates, wars, fear of the unknown and the fact that many came on punitive grounds and could no bring their wives along. Perhaps, the most important factor was lack of monetary support from Portugues Crown which discouraged their men to bring wuves to India ». Sur les différentes catégories de femmes portugaises en Inde, notamment les degredadas, voir p. 634.

35  Ibid. Paulo Teodoro de MATOS, p. 621, écrit à propos de Goa : « Esta [Sociedade esclavagista em Goa] pautava-se por uma ampla heterogeneidade étnica, geográfica e até religiosa, sendo a maior parte porém, de origem africana. Mas as etnias chinas, bengalas, timores e malabares também estavam representadas, ainda que em pequena escala ».

36  Luís de CAMÕES, « Aquela cativa », cité in : Luciana STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto, Viagens dos Portugueses, Lisbonne : Caminho, 1999, p. 156.

37  Om PRAKASH, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia...., p. 278.

38  Eugénia RODRIGUES, in : ibid., p. 95.

39  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 37.

40  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 228.

41  Lusitânia I, 1924 ; Gomes Eanes de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), Paris : Chandeigne (Magellane), 1994, p. 277. L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 364. Cf aussi l’opinion d’Alfredo PINHEIRO MARQUES in : La Découverte, le Portugal et l’Europe... : « bien souvent [des courants dominants de l’historiographie portugaise] ont exagéré dans des questions comme celles du ‘plan de l’Inde’ ou de la ‘politique du secret’ ».

42  Amiral TEIXEIRA da MOTA, in : M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 157.

43  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 12.

44  Ibid., p. 18.

45  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., Amiral Teixeira da Mota, p. 152.

46  Loc. cit.

47  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 336.

48 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 262.

49  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 163.

50  Ibid., p. 168.

51  Ibid., Amiral Teixeira da Mota, p. 157.

52  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 26, et G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 277.

53  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 150 : dans une carte de 1417, un dessin grossier du continent africain porte l’inscription « India Presbyteris Joannis ».

54  Le Livro de Marco Paulo de Veneza nefut imprimé à Lisbonne par Valentim Fernandes qu’en 1502. Cf. L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 371.

55  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 261.

56  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 20-23.

57  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 15.

58  Ibid., p. 15-16.

59  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 17.

60  Ibid., p. 18.

61  Ibid., p. 19.

62  Ibid., p. 17, et La Découverte, le Portugal et l’Europe, p. 147-148.

63  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 320. Il n’est donc pas exact de dire « Les géographes arabes n’ont pas eu de contact avec ceux d’Occident et ne les ont guère influencés »,A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 28.

64  G. E. de ZURARA, Chronique de Guinée (1453), p. 318.

65  V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 18-20.

66  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 63-64. Sur l’île de Mozambique : « Malheureusement, l’endroit était infesté de paludisme. Les Portugais y payèrent un lourd tribut au climat meurtrier », A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 33.

67  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 228.

68  Ibid., p. 225.

69  Ibid., p. 225.

70  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 9.

71  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 229.

72  Ibid., p. 229.

73  À l’origine, les padrões n’étaient pas de pierre sculptée : « Fora essa a prática constante desde o tempo em que D. João II cuidadadosamente fizera substituir as precárias cruzes de madeira que marcavam em terra o avanço de madeira que marcavam em terra o avanço dos Portugueses pelos bem mais sólidos padrões de pedra, devidamente providos de todos os elementos que permitissem a sua identificação como símbolos da apropriação da terra onde estavam erguidos em benefício da Coroa portuguesa ». Cf. António VASCONCELOS de SALDANHA, in : La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 112.

74  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 11 et p. 105.

75 Ibid., p. 110.

76 João de BARROS, Ásia, Lisbonne : Impresa Nacional – Casa da Moeda, 1988, vol. 1, p. 149.

77 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 122.

78 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 208.

79  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 11.

80  Vasco DE GAMA, Roteiro da primeira viagem, Neves AGUAS (éd.), Mem-Martins : Publicações Europa-América, 1987, p. 54-55.

81 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 126.

82 Ibid., p. 61.

83  G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 303-310.

84  Ibid., p. 303-310.

85 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 131.

86 Ibid., p. 64. Voir aussi La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 52.

87 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 58.

88 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 230.

89 P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 12.

90 Manuel de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, Philippe BILLÉ (éd. et trad.), Nantes : Le Passeur, 1995, p. 24, São Bento.

91  P. TESSYER, P. VALENTIN et J. AUBIN (éd.), Voyages de Vasco de Gama, p. 17.

92  Ibid., p. 19.

93  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 37 : « Après leur installation à Macao (1557), ils organisèrent une autre carreira entre Goa et le Japon, avec escales à Malacca et à Macao. Cette deuxième carreira fonctionna jusqu’en 1639 ».

94  Om PRAKASH, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 278.

95  Pius MALEKANDATHIL in : ibid., p. 313.

96  Le nom « Brésil » et l’idée même de l’existence de cette grande « île » atlantique sont très antérieurs au voyage de Pedro Álvares Cabral. Ainsi, semble-t-il, une « collision » se produisit entre le nom de l’arbre au bois utile en teinturerie, le brésillet (pau brasil) et le terme irlandais Hy Breasail, désignant une terre légendaire : L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 148, note 6 et p. 153, note 15. Le Brésil est depuis 1500 au moins, investi d’une aura édénique : Sérgio BUARQUE DE HOLANDA, Visão do Paraíso. Os motivos edénicos no descobrimento e colonização do Brasil, São Paulo : Companhia Editora Nacional, 1977.

97 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 216-217.

98 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 107.

99 Ibid., p. 111.

100 Ibid., p. 119.

101 Ibid., p. 130, Île Amsterdam ?

102 Ibid., p. 134.

103 Ibid., p. 137.

104 Ibid., p. 142.

105 Ibid., p. 147.

106 Ibid., p. 153.

107  Ibid., p. 157.

108  A.-M. QUINT, in : Nicolas BALUTET, Paloma OTAOLA et Delphine TEMPÈRE (coord.), Contrabandista entre mundos fronterizos, Hommage au Professeur Hugues Didier, Paris : Publibook, 2010, p. 256-263.

109  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 70.

110  Ibid., p. 66.

111  Ernst van VEEN in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 405.

112  André MURTEIRA in : ibid., p. 466.

113  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 91.

114  Ibid., p. 90.

115  Ibid., p. 92.

116  Mihoko OKA, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 120 : « A similar system of respondência would be used by Italian merchants who resided in Lisbon and who already had trading enterprises in the 16th century. This style of high risk, high return investment with maritime insurance, was very common in Medierranean trade in 15th century, particularly in cities like Marseille and Genova ». Cf C. F. TRENNERY, The Origin and Early History of Insurance including the Contract of Bottomry, Londres :P.S. King & Son, 1926.

117  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 65-66.

118  Genre littéraire à distinguer de certains embellissements d’aventures lointaines – même avec naufrage –, ainsi la Peregrinação de Fernão Mendes Pinto, « viajante paradigmático », « passado à lenda como ‘Fernão, mentes? Minto” », L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 387.

119  L’HOUR, in : Philippe BILLÉ et Xavier de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago sur les « Bancs de la Juive », Paris : Chandeigne, 2006, p. 34.

120  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 90.

121  Loc. cit.

122  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 9, São Bento.

123  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 10.

124  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 13. Cf. note in : Francisco CONTENTE DOMINGUES et Inácio GUERREIRO, « A vida a bordo na Carreira da Índia (séc. XVI) », Revista da Universidade de Coimbra, 34, 1987, p. 185-225. Départ du São Paulo : 20 avril 1560.

125  Ainsi le São Paulo : « sur cette côte de Guinée […] tantôt à la merci des calmes, tantôt à la merci des pluies et des orages », G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 100.

126 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 26-27, nef São Bento.

127  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 16.

128  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 92.

129  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 11.

130  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 13.

131 Ibid., p. 27.

132 Ibid., p. 40, nef São Bento.

133 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 7-8.

134 Ibid., p. 11.

135 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 13.

136 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 51-52.

137 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 77 nef São Bento ; M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 38, le galion São João.

138 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 89.

139 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 60.

140 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 122, nef São Paulo.

141 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 47.

142 Ibid., p. 48.

143 Ibid., p. 49-50.

144 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 24, nef São Bento.

145 Ibid., p. 56, São Bento.

146 Ibid., p. 97, nef São Bento.

147 Ibid., p. 109, nef São Bento.

148 Ibid., p. 127, nef São Bento.

149 Ibid., p. 95, nef São Bento.

150 Ibid., p. 43, nef São Bento.

151 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 83

152 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 47, nef São Bento.

153 Ibid., p. 130, nef São Bento.

154 Loc. cit.

155 Ibid., p. 37, nef São Bento.

156 Ibid., p. 71, nef São Bento.

157 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 32, nef Conceição.

158 Ibid., p. 159.

159 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 74, nef São Bento.

160  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 163.

161  M. CHANDEIGNE (dir.), Lisbonne hors les murs..., p. 63.

162  L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 129 : « Como a dizer que um dia a bordo num nzvio português reflecte de forma reduzida, e por homologia, na estratégica travessia do Atlântico dos portugueses, a macro-estrutura da vida inteira do povo português, das Leis que governavam o decorrer das horas e dos anos dos súbditos do Rei entre todos os outros católicos e cristãos ».

163  G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 14.

164 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 33, nef São Bento.

165 L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 136 : « Verso le vinti tre hore pure si dava il segno con la campana per unirti a recitare le litanie della Beata Vergine, con altri preci.. Ogni sabbato, o vigilia di qualche santo si faceva un sermone in lingua portoghese, per essere tutti portoghesi, con escortar alla confessione e communione, il che facevano tutti indiferentemente » (Récit de Dionigi Carli da Piacenza, publié en 1687).

166 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 42-43.

167 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 102.

168 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 40.

169 Ibid., p. 44.

170 Ibid., p. 45.

171 Ibid., p. 46.

172  Cité dans B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 230.

173 L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 130.

174 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 53.

175 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 37, nef São Bento.

176 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 26, nef Conceição.

177  D. TEMPÈRE, « Ce voyage que l’on ignore : la mission jésuite en mer au XVIIe siècle », in : N. BALUTET, P. OTAOLA et D. TEMPÈRE (coord.), Contrabandista entre mundos fronterizos..., p. 173.

178 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 32, nef São Bento.

179 G. LE GENTIL (trad.), Histoires Tragico-maritimes, p. 69, nef São João.

180 Ibid., p. 137, nef São Paulo.

181  Ibid., p. 15.

182 M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 35, nef São Bento.

183 P. BILLÉ et X. de CASTRO (trad.), Le naufrage du Santiago..., p. 142.

184 Ibid., p. 43.

185 Ibid., p. 43.

186 Ibid., p. 74.

187 Ibid., p. 86.

188 Ibid., p. 167. Pedro Martins, jésuite.

189  Ibid., p. 173.

190  André DORÉ, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 364 : « Em carta de 1606, Filipe III informava ter notícias de que moravam nas partes do Oriente muitos estrangeiros, italianos, franceses, alemães, flamengos, que para lá passaram por terras de Pérsia e Turquia ».

191  António TERREIRO e Mestre AFONSO, Viagens por terra da Índia a Portugal, Neves AGUAS (éd.), Mem-Martins : Publicações Europa-América, 1985. José NUNES CARREIRA, Do Preste João às ruinas da Babilónia : viajantes portugueses na rota das civilizações orientais, Lisboa : Comunicação, 1990. Jerónimo CALVO, Viagem de Terra Santa, 1624, Paris : Fondation Calouste Gulbenkian, 1997. Il n’est pas inutile de préciser que de nombreux récits portugais sur le Moyen Orient furent écrits par des religieux, cf La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 15. L’intérêt des Portugais pour l’Orient musulman fut précoce et constant. Voir, p. 18, la synthèse en castillan de Frei Diogo de Castilho, Epítomecde los Turcos y sus emperadores, Louvain, 1538.

192  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 243-267.

193  G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 292 : « Goa connut trois maîtres successifs entre 1475 et 1510 : la vieille cité hindoue, vassale des rajas de Vijayanagar, fut rasée et ses temples hindous détruits quand les sultans de Bijapur s’en emparèrent (1475) ; la ville musulmane était à peine construite et repeuplée quand les Portugais s’y établirent à leur tout, le 25 novembre 1510 ».

194 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 2, p. 147.

195 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 5.

196 Ibid., p. 8.

197 Ibid., p. 9.

198 Ibid., p. 27.

199 Ibid., p. 317.

200  Étude de fond de Luís Felipe Thomaz dans V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 35-103.

201  Ibid., p. 37-38. Ce titre reflète l’intention de soustraire à l’ingérence papale les terres reconquises sur les Maures.

202  Ibid., p. 41 : « Si la ‘Seigneurie de la conquête’ représente tout un programme politique, celle ‘de la navigation et commerce de l’Éthiopie, Arabie, Perse et Inde’ représente sa contrepartie économique ».

203  Ibid., p. 43.

204  B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 2, p. 65.

205 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 131-132.

206  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 276 : « As Décadas da Ásia de João de Barros, vaste somme de connaissances sur les découvertes et véritable chef-d’œuvre littéraire », W.G.L. RANDLES.

207 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 159.

208 Ibid., p. 151-152.

209 Loc. cit.

210  J. de BARROS, Ásia, vol. 2, p. 75, et G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 142.

211 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 2, p. 18.

212 Ibid., p. 237.

213 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 291.

214 B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 1, p. 238.

215  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 34.

216  Ibid., p. 39.

217 J. AUBIN, Le latin et l’astrolabe, vol. 2, p. 286.

218 Francisco Javier, Cartas y escritos, Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, 1996, p. 88.

219 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 142, et vol. 2, p. 191.

220  Jurrien van GOOR in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 431.

221 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 293.

222  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 50 : « il y a de fortes raisons de croire que la destruction du bloc islamique représentait la clef de voûte de l’idée impériale de D. Manuel et de sa stratégie aux Indes », Luís Felipe THOMAZ.

223  Ibid., p. 55.

224  Ibid., p. 73.

225  Sur le système des cartazes, voir Susana MÜNCH MIRANDA in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 226-227.

226  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 43.

227  Makhanlal ROYCHOUDHURY, The din-Illahi Or The Religion Of Akbar, Calcutta : University, 1941, p. 77.

228 J. de BARROS, Ásia, vol. 1, p. 261.

229  G. BOUCHON, Inde découverte, Inde retrouvée, p. 24.

230  Francisco Javier, Cartas y escritos, n° 34, § 3, p. 17.

231  Ibid., n° 59, § 10, p. 220.

232  André DORÉ in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 365.

233 Francisco Javier, Cartas y escritos, n° 70, § 8, p. 269.

234 J. de BARROS, Ásia, vol. 2, p. 439-449.

235 J. AUBIN, Le latin et l’astrolabe, vol. 2, p. 283-284.

236  Voir Revisiting Hormuz, Portuguese Interaction in the Persian Gulf Region, Wiesbaden : Fondation Gulbenkian, Otto Harrassowitz Verlag, 2008. Voir aussi B. W. DIFFIE et G. D. WINIUS, A Fundação do Império..., vol. 2, p. 54-56.

237 J. AUBIN, Le latin et l’astrolabe, vol. 2, p. 360-363.

238  Jacques BEYRIE et, Robert JAMMES, Histoire de la Littérature espagnole, Paris : PUF, 1994, p. 204

239  Introduction aux Lusiades, éditions Robert Laffont (Bouquins), 1996, p. X.

240  « Que foi seu companheiro e filho amado ». En I, 39, il était déjà son favori : « Luso […] seu tão privado ».

241  Les Français furent au XVIe siècle de méchants pirates pour les Portugais. Cf. L. STEGNANO PICCHIO, Mar Aberto..., p. 185 : « Na abertura da sua Peregrinaçam, referindo-se a acontecimentos situáveis à volta de 1523, o jovem Fernão Mendes Pinto faz-nos assistir a aventurosas abordagens de navios portugueses por parte dos corsários de França ».

242  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 351.

243  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 45.

244  V.L. GASPAR RODRÍGUEZ in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 455.

245  André MURTEIRA, « A Carreira da Índia e as incusrsões neerlandesas no Índico occidental e em águas ibéricas de 1604-1608 », in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 457. Voir aussi Ernst van VEEN, ibid., p. 402.

246  Manuel OLLÉ, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 145. Par opposition aux structures portugaises, fondé sur des enclaves marchandes dépendant de l’autorité royale {« trading-post empire »), Anglais et Hollandais mirent au point en Asie des institutions très souples, qu’on a qualifiées de « militarized trade diasporas ». Cf Philipp D. CURTIN, Cross-cultural trade in world history, Cambridge : University Press, 1984, p. 1-14.

247  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 45.

248  André MURTEIRA, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 459.

249  A. TOUSSAINT, Histoire de l’océan Indien, p. 44.

250  Ibid., p. 48.

251  Ibid., p. 51.

252  Ibid., p. 37.

253  Ibid., p. 41-42.

254  J. Lúcio de AZEVEDO, História de António Vieira, Lisbonne : Clássica Editora, 1992, II, p. 10. Dans son mémoire à l’intention du roi Jean IV, le P. António Vieira met en lumière le déphasage entre le monopole royal sur la Carreira da Índia et la réalité du commerce du moment, y compris même du point de vue des marchands portugais. Cela d’ailleurs est en cohérence avec son attitude favorable aux Cristãos Novos revenus au judaïsme et à leur retour des Provinces Unies au Portugal : « Por todos reinos e províncias da Europa está espalhado grande número de mercadores portugueses, homens de grandíssimos cabedais, que trazem em suas mãos a maior parte do comércio e riquezas do mundo. […] Os holandeses da mesma maneira ficarão muitos diminutos no poder de suas companhias, com que se nos têm tomado quase tada a Índia, África e Brasil ; porque ainda que os mercadores não sejam as pessoas imediatas das Bolsas, entram nas mesmas companhias com grandes, que divertidas de Portugal, não só lhe faz grande falta, mas também grande guerra. […] Terá Vossa Majestade número grande de poderosos navios de seus vassalos ; sem os comprar nem alugar aos estrangeiros.Finalmente estes homens hão-de meter neste reino grande número de milhões, dos quais se poderá Vossa Majestade socorrer em um caso de necessidade ».

255  H. DIDIER, « Acheter, vendre et produire, dans la Compagnie de Jésus, XVIe-XVIIIe siècle », in : Jean PIROTTE, Les conditions matérielles de la mission. Paris : Karthala, 2009, p. 305-317. Voir aussi Charles BORGES, The Economics of the Goa Jesuits, New Delhi : Concept Publishing Company, 1994.

256  A. MURTEIRA, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 458 et p. 460.

257  M. OLLÉ, in : ibid., p. 143.

258  A. MURTEIRA, in : ibid., p. 463 : « Os portugueses lamentaram não terem no porto um galeão sequer para lançar contra os inimigos… ».

259  Ibid., p. 491.

260  Ibid., p. 498 et p. 500.

261  Ibid., p. 500-501.

262  André TEIXEIRA, Isabel ALMEIDA et Pedro NOBRE, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 516. Voir aussi Pedro SOARES MARTINEZ, História diplomática de Portugal, 2a edição, Lisboa : Edotorial Verbo, 1992, p. 153.

263  A. TEIXEIRA, I. ALMEIDA et P. NOBRE, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 516.

264  Ibid., p. 518-519.

265  Ibid., p. 539 et p. 541.

266  Ibid., p. 553.

267  Louis FRÉDÉRIC, Dictionnaire de la Civilisation Indienne, Paris : Robert Laffont, 1987, p. 516.

268  A. TEIXEIRA, I. ALMEIDA et P. NOBRE, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 517.

269  E. van VEEN, in : ibid., p. 415-416.

270  Ibid., tableau p. 405.

271  M. de MESQUITA PERESTRELO, Le naufrage de la nef São Bento, p. 67, São Bento.

272  Saint François Xavier, Correspondance 1535-1552, Paris : Desclée de Brouwer, 1987, p. 186.

273  M. da CONCEIÇÃO FLORES, in : G. BOUCHON (coord.), Nouvelles orientations de la recherche sur l’histoire de l’Asie portugaise, Actes du colloque des 3 et 4 juin 1995, Paris : Fondation Calouste Gulbenkian, 1997, p. 165-175.

274  A.-M. QUINT, in : N. BALUTET, P. OTAOLA et D. TEMPÈRE (coord.), Contrabandista entre mundos fronterizos..., p. 258.

275  Ibid., p. 270.

276  La Découverte, le Portugal et l’Europe..., p. 33.

277  N. BALUTET, P. OTAOLA et D. TEMPÈRE (coord.), Contrabandista entre mundos fronterizos..., p. 270.

278  E. RODRIGUES, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 97. Voir aussi Luís Frederico DIAS ANTUNES, « Quelques aspects de la présence asiatique sur la côte orientale africaine (1686-1780) », in : G. BOUCHON (coord.), Nouvelles orientations…, p. 81-102. Voir également V. M. GODINHO, Les Découvertes, XVe et XVIe..., p. 33.

279  Le commerce portugais ou indo-portugais était intense entre ces deux rives de l’océan Indien : E. RODRIGUES, in : J. P. OLIVEIRA E COSTA et V. L. G. RODRIGUES, O Estado da Índia..., p. 113.

280  M. A. MARQUES GUEDES, in : G. BOUCHON (coord.), Nouvelles orientations…, p. 155-163.

281  M. de JESUS LOPES, in : G. BOUCHON (coord.), Nouvelles orientations…, p. 69-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Didier, « A carreira da Índia, entre Lisbonne et l’Asie, l’éloignement et les dangers », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 23 novembre 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20776 ; DOI : 10.4000/e-spania.20776

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org