Navigation – Plan du site
Catastrophes, cataclysmes et naufrages : de la terreur au récit

Le tremblement de terre de Lima de 1746 : témoignages, actions et pensées de la catastrophe naturelle

Nicolas De Ribas

Résumés

Le vendredi 28 octobre 1746, la Cité des Rois tremble comme jamais peut-être. Un séisme indescriptible, qui aurait atteint de nos jours le degré 9 sur l’échelle de Richter, détruit la ville avant d’être relayé par un tsunami aussi dévastateur. La catastrophe de Lima, qui recouvre avec ses spécificités les notions de « désastre » et de « calamité », va faire 6000 morts. Cet événement naturel inattendu bouleverse alors, dans un temps limité, les composantes de la société liménienne par ses déclinaisons contingentes : secousses, inondations, incendies, épidémies... Il met aussi à l’épreuve les autorités coloniales qui doivent lutter contre les maladies, la famine, les vols, et qui animent les débats architecturaux et urbanistiques. Ce désastre, avec sa violence soudaine et son ampleur qui réveillent des peurs ancestrales dans une atmosphère de fin de monde, mérite donc d’être réhabilité et sa dimension événementielle hors du commun doit figurer parmi les grandes catastrophes telluriques et historiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le vendredi 28 octobre 1746 est une journée paisible d’automne comme les autres. Mais vers 22h30, jour de processions de saint Jude et de saint Simon, patrons des scieurs de long, Lima va trembler de longues minutes. Dans le port du Callao, les animaux sont nerveux, mais personne ne comprend l’avertissement. L’onde sismique se propage en prenant au dépourvu une population estimée à environ 60 000 habitants. Le spectacle est étrange, l’eau se retire comme une invitation à s’avancer dans la mer, et l’on perçoit un grondement d’orage. Les signes avant-coureurs se succèdent : l’océan perturbé reflue très vite sur des centaines de mètres comme si une marée soudaine et imprévue s’était produite en aspirant l’eau qui se trouvait à proximité. Tout à coup, les habitants de la ville entendent au loin le mugissement de l’eau. Le vacarme est assourdissant, bien plus fort que celui des vagues habituelles et, précipitamment, avec une violence incroyable, un mur d’eau semble s’étirer, gonfler, monter agressivement dans la nuit pour atteindre avec fureur quasiment 24 mètres de haut, hauteur similaire à celle qui a détruit en mars 2011 le nord-est du Japon.

  • 1  Jocelyne ARQUEMBOURD-MOREAU, L’événement et les médias : les récits médiatiques des tsunamis et le (...)

2Ce vendredi soir tourne alors à la catastrophe naturelle et à un des plus grands cataclysmes que connut le Pérou car cette vague haute et dévastatrice détruit tout sur son passage en se fracassant sur le port de la Cité des Rois, envahissant les habitations, entrant par les portes et les fenêtres, puis se retirant, emportant ces mêmes demeures, et noyant de nombreux habitants du Callao. Ce tsunami mortel, déclenché par le tremblement de terre survenu en mer, au large des côtes liméniennes, au fond de l’océan Pacifique, a encore une fois pris tout son sens, celui de « vague dans le port »1, en frappant la rade du Callao, et en faisant plus de 6000 morts et disparus, soit un dixième des habitants de Lima.

  • 2  Anne-Marie MERCIER FAIVRE et Chantal THOMAS (dir.), L’invention de la catastrophe au XVIIIe siècle (...)
  • 3  Charles WALKER, « Cuentas y cultura material : la reconstrucción del Real Palacio de Lima después (...)
  • 4  Scarlett O’PHELAN GODOY, « La moda francesa y el terremoto de Lima de 1746 », Bulletin de l’Instit (...)
  • 5  Susy Mariela SÁNCHEZ RODRÍGUEZ, La ruina de Lima : mito y realidad del terremoto de 1746, Lima : P (...)
  • 6  Pablo Emilio PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales como instrumento de observación social : (...)

3Le tsunami littéraire et scientifique suscité par la catastrophe de Lisbonne de 1755 a sans doute fait oublier le tremblement de terre de Lima mais celui-ci va malgré tout et à sa manière marquer le XVIIIe siècle comme les sciences et la littérature en témoignent2. Si les analyses de cette catastrophe sont quasiment absentes en France, et évacuées du champ d’investigation contemporaine, le séisme liménien va faire l’objet, jusqu’à nos jours, de nombreuses recherches qui sont menées avec une grande rigueur scientifique par le Nord-américain Charles Walker3, les Péruviennes Scarlett O’Phelan Godoy4 et Susy Sánchez Rodríguez5, ou l’Espagnol Pablo Pérez Mallaína6. En 2011, année des 265 ans de cet événement, nous souhaitons nous interroger concurremment sur le thème de la catastrophe. Si celle-ci instaure d’abord un certain mutisme, elle crée aussi un nouveau discours que l’on pourra aborder selon trois focus : les représentations – promptes ou ultérieures – et la circulation de l’information, officielle ou non, puis les actions collectives face à la catastrophe, et enfin, l’explication et l’exploitation idéologiques de celle-ci.

  • 7   François WALTER, Catastrophes : une histoire culturelle, XVIe-XXIe siècles, Paris : Seuil, 2008.

4À travers l’étude de quatre œuvres majeures rédigées après ladite catastrophe de 1746, à savoir, La individual y verdadera relación de la extrema ruina du jésuite Lozano, la lettre de Don José Eusebio de Llano y Zapata au chanoine de la Sainte Eglise de Quito, rédigée juste après le séisme, les Memorias du Vice-roi Manso de Velasco, rédigées en 1761, ou la Desolación de la ciudad de Lima y Diluvio del Puerto del Callao du 6 novembre 1746 du militaire Montero del Águila, on peut évidemment parler d’affrontement direct entre l’homme et la nature, avec un risque naturel qui constitue une variable qui échappe aux êtres humains et qui vient perturber le fonctionnement habituel des sociétés7.

5Le séisme est, rappelons-le, un phénomène spontané, sensible et perceptible directement pour celui qui y assiste. Seuls les témoins peuvent en témoigner de façon plus ou moins fidèle car les narrations laissent place aux divagations livresques, révèlent une inaptitude à dire la réalité, et mobilisent bien souvent une série d’opérations psychologiques complexes que l’on essayera de mettre en avant. Ainsi la littérature de la catastrophe interroge-t-elle la légitimité de la représentation aussi bien que les modes de représentation du désastre.

  • 8  Françoise LAVOCAT, « Les accidents de la nature. Fortune et catastrophes naturelles dans la premiè (...)

6L’ampleur de cette catastrophe a évidemment effrayé les habitants de la Vice-royauté du Pérou et fait surgir des bas-fonds de l’imaginaire collectif le mythe de l’Apocalypse et son lot de peurs eschatologiques8. Au centre de cet événement, se trouvent concurremment les enjeux, notamment politiques, religieux, et historiques des représentations de la catastrophe et de leurs effets sur les miraculés ainsi que sur leurs descendants. L’opposition binaire entre d’un côté, les avertissements et la colère de Dieu, et de l’autre, un discernement rationnel, pose aussi, nous le verrons, une contradiction qui n’existe pas de manière aussi radicale dans les discours éclairés du XVIIIe siècle qui commencent à ébaucher une histoire des catastrophes : l’épidémie européenne de peste en l’an 1720, le séisme de Lima de 1746, la destruction de Lisbonne en 1755 et le tremblement de terre de Calabre en 1783 sont les événements les plus connus qui retiennent alors l’attention des écrivains publics et privés.

7Dans le cas liménien, comme lors des autres tragédies, les autorités rédigent tout de suite des plans de surveillance et de contrôle alimentaire de la ville. De nombreux décrets sont rédigés dans l’urgence afin de parer au plus pressé : les épidémies, les vols et le déblaiement dans le but de faciliter la future reconstruction. Parallèlement, et logiquement, on commence à parler d’une nouvelle disposition urbanistique. De nouvelles techniques et des constructions plus basses sont alors envisagées dans un contexte de tensions extrêmes et de relais médiatiques diffus.

8L’écriture protéiforme des tremblements de terre est d’ailleurs à la croisée de plusieurs types de discours et de plusieurs objets de la culture populaire et même savante, faisant appel à des légendes et des traditions différentes. Les séismes peuvent ainsi être des augures, relevant des arts divinatoires et des mancies avec des signes qui annoncent le futur, s’interrogeant sur les les chimères, le mouvement des astres, et tous les prodiges.

9Le débat philosophique et théologique suscité par le tremblement de terre de Lima est aussi et surtout issu de la réapparition à partir de la fin du XVIIIe siècle, d’un problème séculaire, celui de l’existence du mal et de la souffrance. Le désastre de 1746 est donc à son tour essentiellement appréhendé du point de vue de son impact religieux. D’ailleurs, dès un certain retour au calme les prêtres catastrophistes prêchent pour une punition divine et évoquent le péché originel. Les mauvais prophètes, quant à eux, se mettent en scène dans une ville traumatisée au sein de laquelle des répliques servent leur cause. Le problème du mal se pose, on le sait tous, dès l’origine du christianisme : comment expliquer qu’un Dieu bon, doté d’une sagesse sans pareille, puisse vouloir le mal, tolérer son existence ou encore ignorer que l’homme allait inévitablement pécher ? Certains rescapés et surtout certains penseurs réfléchissent alors sur l’angoisse de la catastrophe en recourant à la notion moderne d’événement abominable, brusque, destructeur, et subi comme tel, causant de nombreuses victimes et engendrant de graves conséquences pour la communauté.

10Donc, que s’est-il passé ce 28 octobre 1746, et en quoi les quatre minutes ou plus qu’a duré le séisme ont-elles marqué l’ensemble de la société liménienne pendant des décennies ? Est-ce que les textes de loi et les règles morales qui organisaient la vie sociale ont assez de force pour canaliser les réactions de chaque sujet ? Comment ces moments de crise révèlent-ils les conflits cachés qui détruisent l’équilibre de la ville ? Comment les habitants vont-ils transmettre ou modifier le souvenir d’événements exceptionnels tels que ceux liés à cette catastrophe naturelle ? Enfin, en quoi l’étude de ce désastre nous permet-elle de mieux comprendre les codes sociétaux de la Cité des Rois à un moment charnière de son histoire ? Voici les questions posées par cette catastrophe auxquelles nous essaierons de répondre.

Les représentations de la catastrophe ou le discours de la peur

  • 9   Virginia GARCÍA ACOSTA, Historia y Desastres en América Latina, Lima : La Red, Red de Estudios So (...)
  • 10   Loc. cit.

11Les manuscrits de l’époque évoquent un temps record qui a très rarement été enregistré pour un tremblement de terre : si la magnitude n’a pu être évaluée avec exactitude, la succession de secousses sans discontinuer entre quatre minutes, d’après le Père Lozano, et six minutes, selon le Marquis de Obando, fut exceptionnelle. Comme le9 juillet 1586 ou le 20 octobre 1687, les effets immédiats de ce méga-séisme sont importants en ce 28 octobre 1746 : les murs des maisons vacillent, les meubles tombent, les arbres sont déracinés. Les portes de l’enfer s’ouvrent sous les pieds des Liméniens. Selon le marquis de Obando, chef des forces navales au Pérou, le séisme commence « con poco y sútil ruido »9 avant de s’accélérer violemment et de gronder comme « una bestia robusta »10.

12Les habitants qui ne participent pas aux festivités religieuses se réveillent en sursaut, et les survivants fuient d’instinct. On ne peut canaliser la foule qui court dans les rues, accourt sur les places de la ville, et se réfugie dans les jardins. Les gens sont en même temps figés et paniqués. Les plus malchanceux, plusieurs centaines, sont écrasés par les murs ou les balcons qui s’écroulent comme de vulgaires châteaux de cartes. Le jésuite Lozano écrit, par exemple, à son coreligionnaire madrilène Bruno Morales :

  • 11   Pedro LOZANO, Carta del P. Pedro Lozano, de la Compañia de Jesus, de la Provincia del Paraguay, e (...)

En medio del universal espanto que tan horrible catástrofe produjo, buscaban todos su salvación como podían ; pero unos caían bajo las paredes y otros en su atolondramiento se estrellaban contra los ruinas11.

13Heureusement, en ce jour de processions très importantes dans la société chrétienne péruvienne, les rues sont recouvertes de fidèles, et les immeubles et les églises sont quasiment vides, ce qui fit, à la différence du séisme de Lisbonne de 1755, que le nombre de victimes fut limité malgré l’intensité maximale de la catastrophe.

14Les miraculés, quant à eux, crient tous, prient et invoquent la clémence de Dieu pensant que la fin du monde était arrivée. Sur les trois mille maisons de la ville construites traditionnellement dans un système de damiers, seules vingt restent debout d’après le Père Lozano. Toutes les autres se sont effondrées, réduites ainsi à l’état de ruines, ou ont parfois brûlé. Le monastère de Santo Domingo, la Cathédrale, les églises et le palais du Vice-Roi s’écroulent à leur tour.

  • 12   P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Retrato de una ciudad en crísis... », p. 53.

15Les Espagnols péninsulaires Jorge Juan y Antonio de Ulloa, qui se rendent à Lima juste après le séisme, affirment dans leurs Noticias Secretas : « ninguno de todos (fue) tan horrible como el que se experimentó últimamente »12. Désarçonnés par le panorama, comme si chaque catastrophe prenait au dépourvu, ils restent stupéfaits devant le désastre. D’autres récits évoquent alors les dommages subis par les habitations et les dégâts supportés par le Palais du Vice-roi. Citons La individual y verdadera relación de la extrema ruina du jésuite Lozano dans laquelle on se rend compte du chaos :

  • 13   Manuel de ODRIOZOLA, Terremotos, Lima : Tipografía de Aurelio Alfaro, 1863, p. 153.

El Palacio del Excmo. Señor Virrey en donde se encierran las salas de la Real Audiencia, el Tribunal de Cuentas, Caja Real, y demás oficios de la dependencia del Gobierno, han quedado [totalmente destrozados] sin habitación ni oficina capaz de subsistir13.

16Ainsi donc la catastrophe apparaît-elle d’abord comme un événement destructeur qui ne peut être livré que par une représentation à la fois excessive et esthétique. Les Liméniens transforment alors la catastrophe en destin et relaient tout de suite des propos qui mêlent fatum et humilité. José Eusebio de Llano y Zapata, observateur érudit de la catastrophe, se réfère, quant à lui, à la destruction « desgraciada y desastrosa » des palais. Citons :

  • 14   José Eusebio de LLANO Y ZAPATA, Observación Diaria Crítica-Histórica-Meteorológica, in : ibid., p (...)

Hay dos Palacios que miran a la plaza mayor, una habitacion de los Señores Virreyes, donde están la Real Audiencia, Sala del Crimen, Tribunal de Cuentas, Caja Real, Sala de Armas, y los Almacenes, en que se guardan pólvora, artillería, granada, fusiles, y demás pertrechos de guerra…14

17Le centre de Lima en particulier a été ravagé d’une manière inexprimable.

  • 15   Grégory QUENET, Les tremblements de terre aux XVIIe et XVIIIe siècles. La naissance d’un risque, (...)

18Néanmoins, on peut distinguer des procédés rhétoriques qui exacerbent les dommages constatés et, conjointement, une sorte de sidération silencieuse qui sublime cet événement tragique15. Si les catastrophes comme celle de Lima sont d’origine naturelle ou humaine, elles suscitent un emballement discursif et une multiplication de récits qui cherchent généralement à comprendre à la fois les causes et le sens. Chaque catastrophe doit devenir intelligible, à défaut d’avoir été prévisible. Les textes de notre corpus exploitent alors manifestement une topique de la catastrophe et en particulier le lieu commun de la famille déstructurée et déchirée. La catastrophe collective se décline en une multitude de tragédies privées :

  • 16   J. E. de LLANO Y ZAPATA, Carta, o diario que escribe D. Joseph Eusebio de Llano, y Zapata a su ma (...)

El día 29. Ya el padre lloraba al hijo, el hijo a la madre, los parientes a los deudos, los amigos a los alterados. Todo era una confusión, todo un lamento16,

écrit Llano y Zapata.

  • 17  Ibid., p. 10.
  • 18  Loc. cit.

19Les textes, qu’il s’agisse de récits, de chroniques, de lettres ou de poèmes, vont donc osciller entre style dramatique et voix pathétique en utilisant plusieurs figures qui créent une esthétique de la compassion. La prétérition, qui renforce l’intensité de la catastrophe, est de mise : « no tengo palabras para evocar esta desgracia »17 ou « no sé si el espíritu fatigado podrá expresar un suceso, que con lo mismo que comunica la noticia, participa la Tragedia » ou « qué energía de voces hará comprender el pavor horroroso »18, écrit Llano y Zapata.

  • 19  Ibid., p. 18.

20L’insistance sur l’opposition entre un antes et un después, ou encore l’utilisation constante du présent de l’indicatif, et plus distinctement le recours à un certain effet de réel, qui vise l’adhésion du lecteur à la réalité des faits, sont utilisés. Les hyperboles et l’emphase engendrent également des effets communicatifs destinés à effrayer et à émouvoir. On voit également que l’énergie qui anime la terre péruvienne est assimilée à des manifestations organiques : les vocables « voracidad » et « convulsión », ou le verbe « vomitar »19 reviennent alors avec une récurrence remarquable. Ailleurs, le tremblement de terre est comparé aux symptômes et au mécanisme de fièvre du corps humain.

  • 20   P. LOZANO, Individual y verdadera relación de la extrema ruyna que padeció la Ciudad de los Reyes (...)

21Le discours de l’effroi, « la aprensión del riesgo y la congoja del temor »20 écrit le Père Lozano, acquiert aussi dans les textes étudiés une forme maîtrisée en se renouvelant à chaque instant devant cet affreux spectacle de désolation et d’anéantissement. Le Vice-roi Manso de Velasco, qui devient un personnage central à ce moment précis de l’histoire de Lima, écrit à son tour dans ses Memorias :

  • 21  MANSO DE VELASCO, in : Memorias de los virreyes que han gobernado el Perú durante el tiempo del co (...)

la ciudad sin templos y sin casas quedó hecha un lugar de espanto, a la manera que suelen verse en una guerra los lugares cuando entra el enemigo a sangre y fuego, y convierte en montones de tierra y piedras los más hermosos edificios21.

22La notion de catastrophe, entendue ici comme bouleversement brutal, est reliée à celles de rupture et de désordre, qui engendrent des conséquences nouvelles ou imprévues. Notons la variation ou l’absence de précision temporelle qui peuvent être constatées chez les différents auteurs.

23Malgré le nombre réduit de morts – 1141 pour Lima d’après le Liménien Victorino Montero del Águila – par rapport à ses 60 000 habitants et aux 5000 ou 6000 morts du Callao à la suite du tsunami, les survivants purent contempler le lendemain matin la sentence que la nature venait de prononcer :

  • 22  Ibid., p. 110.

Cuando amaneció el día 29 monté a caballo y deliberé rodear la ciudad y pasear sus calles para reconocer la ruina y advertir lo que pidiese más pronto reparo y auxilio, y así lo ejecuté, hasta que se me dio la noticia de la sumersión del Callao22,

écrit le Vice-roi Manso de Velasco. La vision directe de la catastrophe est alors prise en charge par l’écriture de ce qui semble irreprésentable, ou à la limite du fantastique ou de l’extraordinaire. Pour revivifier ses lecteurs et rehausser son prestige en temps de crise, le Vice-roi ne peut pas n’être qu’un simple spectateur épouvanté : malgré l’état de choc, il doit garder son sang-froid pour se mettre en scène en exagérant, se transformer en acteur concerné, et s’afficher face au danger.

  • 23  Henri-Pierre JEUDY, Le désir de catastrophe, Paris : Aubier, 1990.

24Il est vrai qu’au-delà de la représentation, il existe une certaine fascination pour la catastrophe, étudiée par exemple par Henri-Pierre Jeudy23, fascination qui peut se mêler parfois à un voyeurisme indécent d’un spectateur qui contemple à distance un désastre hors du commun. La catastrophe fait d’ailleurs bien souvent l’objet d’une certaine aimantation, et d’un envoûtement qui se manifestent dans le spectacle qu’elle reflète.

25Ces ruines évoquent une dévastation soudaine mais aussi un temps qui fut et ne sera plus. Le texte de Manso de Velasco, ses Mémoires, ont alors pour objectif principal d’informer la postérité des effets déplorables et des risques d’une catastrophe de cette ampleur. Ces restes, qui évoquent un passé révolu, doivent avertir les survivants et les générations futures. L’approche eschatologique des ruines doit aussi faire comprendre ce que les décombres représentent pour tout projet de reconstruction qui les décrit ou les utilise.

  • 24  Emanuela GUIDOBONI et Jean-Paul POIRIER, Quand la Terre tremblait, Paris : Editions Odile Jacob, 2 (...)

26Manso de Velasco, en tant qu’auteur, victime, miraculé, tel Simonide, contemple l’immensité du désastre et reconnaît que ni la superficie ni l’architecture ne furent épargnées à Lima. Il est vrai que les conséquences démographiques, économiques et urbaines de ce séisme sont extraordinaires dans des zones entières qui bougèrent sous l’effet de la poussée tellurique ; en effet, le séisme détruisit également la partie nord de la côte centrale, les villes de Chancay et Huaura, et les vallées de Barranca, Supe et Pativilca furent ébranlées par les ondes de choc, estimées aujourd’hui à une magnitude de 9 sur l’échelle de Richter, et assez puissantes au point de fracture pour ouvrir la croûte terrestre. Le mouvement des plaques sur la faille libéra tellement d’énergie élastique que les ondes primaires et secondaires décuplèrent leur force24. Rappelons ici que les matériaux de construction basiques cèdent à une magnitude 6 sur cette même échelle. Le poète Tomás Rodríguez écrit à propos des dommages collatéraux :

  • 25  Álvaro ARDITI, Temblores y Terremotos de Lima, en ligne sur www.scribd.com, consulté le 18 février (...)

Que Pisco se arruinó y asoló del todo ; que las casas y Tribunal de la Inquisición se habían caído, pereciendo varios de los que se encontraban adentro, que la tierra está continuamente temblando ; que hay día de 20 o 30 movimientos25.

  • 26  J. E. LLANO ZAPATA, Carta, p. 7-8.

27Les failles béantes, et les ruines des maisons et autres bâtiments officiels servirent, semble-t-il, directement de sépultures aux défunts : « los pequeňos y grandes edificios de esta corte sirvieron de sepulcro a muchos de sus vivientes »26 écrit encore Llano y Zapata.

28Nous ne sommes pas surpris de retrouver souvent dans les lettres des autorités des expressions comme « tierra desolada de Lima », « ruina general », « ruina extrema », ou « ruina total », expression qui avait été employée le 20 octobre 1687, 59 ans auparavant, pour décrire le tremblement de terre qui avait déjà détruit la Ciudad de los Reyes. Dans leurs Noticias secretas, Ulloa et Juan écrivent encore :

  • 27  Antonio ULLOA et Jorge JUAN, Noticias secretas de América, Madrid : Editorial América, 1918, p. 25 (...)

los formidables efectos del terremoto sobrevenido allí en el mes de octubre de 1746, con la total ruina y pérdida de aquella plaza27.

  • 28  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 114.

29La représentation de cette catastrophe oscille ici entre un événement fulgurant et un récit interprété, qui englobe miraculés, observateurs et experts qui, souvent n’ont guère pris part à l’événement, et qui ne peuvent que « dar las gracias a la Providencia »28, pour reprendre l’expression de Manso de Velasco.

30En s’appuyant sur les grandes théories philosophiques, certains plaident alors pour un catastrophisme éclairé, et commencent à envisager le pire comme un destin afin de se donner les moyens d’agir et de réagir. La possibilité de salut pour l’homme face à son avenir autodestructeur émerge de ce fait dans les discours et les écrits. À Lima comme ailleurs, l’information circule alors rapidement surtout grâce aux journaux, à la littérature, à la correspondance et à l’opinion publique qui émerge également à cette époque.

31La presse s’empare donc à son tour de la catastrophe et l’évoque même des décennies après. Le Mercurio Peruano à la fin du siècle, dans un article dédié à l’étude de la population de Lima et aux différents recensements effectués dans la capitale revient encore sur le séisme et sur ses conséquences hors du commun :

  • 29  « Reflexiones históricas y políticas sobre el estado de la población de esta capital », Revista Me (...)

En el año 1746, siendo Virrey el Conde de Superunda, por un cálculo formado sobre los padrones de confesión, se regularon de población 60 000 almas, incluso los campos y haciendas. El terrible terremoto y ruina que padeció esta ciudad la noche del 28 de octubre de aquel año, y las epidemias que subsiguieron, disminuyeron el gentío en seis u ocho mil individuos. Efectivamente habiéndose repetido la numeración el mismo cálculo en el año 1755, se hallaron cerca de 54 000 habitantes, pero como suponemos que también esta fuese con inclusión de los predios suburbanos, no nos parece que sus resultados puedan servirnos directamente para hacer una comparación positiva entre aquel estado y éste29.

32Trente-cinq ans avant, Voltaire rédige son fameux Poème sur le désastre de Lisbonne (1756) en évoquant la tragédie de Lima et du Callao. Il écrit dans sa Préface :

  • 30  VOLTAIRE, Poème sur le Désastre de Lisbonne, ATHENA e-text, en ligne sur www.unige.ch, consulté le (...)

Si jamais la question du mal physique a mérité l’attention de tous les hommes, c’est dans ces événements funestes qui nous rappellent à la contemplation de notre faible nature, comme les pestes générales qui ont enlevé le quart des hommes dans le monde connu, le tremblement de terre qui engloutit quatre cent mille personnes à la Chine en 1699, celui de Lima et de Callao, et en dernier lieu celui du Portugal et du royaume de Fez30.

  • 31  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 111.
  • 32  Loc. cit.
  • 33  Loc. cit.

33Dans ce contexte éminemment philosophique, la nouvelle de la disparition du Callao provoque un état de choc et des tensions au sein de la société liménienne craignant une nouvelle avancée de la mer : « me vi rodeado de innumerable gente, poseída del susto »31 écrit le Vice-roi. Même si les autorités et certains notables de la ville font tout leur possible pour maintenir le calme, cette rumeur, diffusée rapidement, inspire de la terreur et provoque la fuite du peuple vers les coteaux situés à l’est de la ville : « se pusieron los vecinos en una precipitada fuga »32. Les réactions premières de la population liménienne associent des comportements de fuite, des réactions d’égoïsme ou des réflexes d’inhibition, aujourd’hui mieux connus et analysés : « No fue de menos embarazo la falta de ministros ejecutores, porque fueron muy pocos los a quienes el miedo los hizo olvidar su obligación »33. Ces conduites, relevées par tous les historiens des séismes et des catastrophes, marquent la désagrégation sociale et la désolidarisation caractéristique des mouvements de panique, premiers réflexes quasiment innés qui s’estompent progressivement avec, dans un second temps, un double retour qui s’effectue naturellement : retour chez soi ou sur les lieux de chacun, et retour aux pratiques religieuses avec des prières et des processions improvisées qui se déroulent bien souvent dans un climat de folie religieuse et de craintes exacerbées.

34Dans le cas du tremblement de terre de 1746, les témoignages de la peur déstructurante et nuisible, envahissent ainsi l’imaginaire collectif, et parcourent alors de haut en bas la société coloniale en révélant les doutes individuels, le désarroi collectif tout comme la démobilisation morale que les autorités eurent du mal à endiguer. La catastrophe, c’est l’événement absolu, le fait inimaginable, l’épisode extraordinaire, l’accident indicible.

  • 34  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 21.

35Cette situation de peur perdure d’ailleurs jusqu’au 16 février 1747, pendant les cinq mois qui suivent durant lesquels les répliques se succédèrent en traumatisant la population. Don J. Eusebio de Llano y Zapata, dans sa lettre au chanoine de la Sainte Eglise de Quito, écrit que le tremblement de terre du 28 octobre 1746 fut suivi de 219 secousses jusqu’à la fin du mois, et de 113 répliques durant le mois de novembre34. Le voyageur français Bouguer affirme que les séismes de faible magnitude étaient monnaie courante et que la population commençait à ne plus y prêter attention. L’ingénieur du Roi Emilio Delgado précise, lui, qu’il y eut en un an 518 répliques sismiques.

36À cela, nous devons ajouter que dans les zones détruites, de Lima ou d’ailleurs, tout n’est qu’amas de débris qui recouvrent les corps des êtres humains et des animaux produisant une odeur pestilentielle, l’odeur de la mort et de la décomposition. Les maladies liées à la putréfaction de cadavres, à la contamination de l’eau potable et au périssement des aliments font alors leur apparition. Le petit nombre de maisons de cette grande ville, qui échappèrent aux diverses secousses des tremblements de terre, sont même pillées par les brigands. Les principaux magasins, rapportons-le, ont été démolis ou réduits en poussières accélérant la famine et les infections. Apparaissent en effet des épidémies de « tabardillo », de fièvre typhoïde, de gastro-entérite qui alourdissent le bilan des victimes dites secondaires qui avaient fui à la campagne. Le Vice-roi, qui préférait concentrer la population intra muros pour ne pas propager d’éventuelles maladies à tout territoire, écrit :

  • 35  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 114.

se empezaron a sentir muchas enfermedades graves, que tomaron en poco tiempo tanto aumento que los que fallecían eran muchos más que los que acabó el temblor35.

37Avec ce tableau pathologique, les esprits s’affolent face à la perspective des effroyables contagions d’antan. Llano y Zapata calcule que 1300 personnes périrent à Lima et que quelques centaines de plus vont mourir affaiblies par ces maladies contagieuses. Enfin, le reflux du tsunami a été, semble-t-il, un événement aussi mortel que la vague en elle-même. Cette catastrophe apparaît d’ailleurs comme la seule à pouvoir tuer autant de personnes en un laps de temps très bref : elle devient le paradigme de la destruction. Le sens historique s’efface ensuite dans le prolongement du texte de Velasco devant le malheur des Liméniens avec un tsunami qui devient tout de suite un jalon de la mémoire sociale.

  • 36  Francisco QUIROZ CHUECA, Historia del Callao : de puerto de Lima a Provincia Constitucional, Lima  (...)

38Rappelons également qu’au moment de la catastrophe, les remparts, ainsi que la forteresse du port du Callao36 sont en très mauvais état de conservation. Ulloa et Juan écrivent encore :

  • 37  A. ULLOA, J. JUAN, Noticias secretas..., p. 260.

pero tan gastada, que en lugar de oídos tenían los caňones agujeros de cerca de dos pulgadas de diámetro, de modo que al mismo tiempo de hace salvas con ellos dexaba de percibirse el estuendo dentro del mismo Callao, porque la pólvora salía inflamada por los fogones37.

39Cette fortification détériorée n’était pas faite pour parer des vagues successives de plus de vingt mètres de hauteur. Si la violence de l’eau a détruit des bateaux – 19 des 23 navires présents dans la rade, dont quatre furent projetés à l’intérieur des terres –, elle a surtout achevé un peuple sans défense qui s’était réuni sur la rive. Le déluge, comme le nomme le militaire Montero del Águila, en reprenant à son compte la tradition babylonienne, les a pris complètement au dépourvu, avec des déferlements furieux et d’énormes rouleaux que rien ne semblait pouvoir stopper. Loin des vagues ordinaires, celles du tsunami, qui sont mille fois plus grandes qu’une vague classique, ont frappé la côte à plus de 800 kilomètres par heure.

  • 38  Georges-Louis LECLERC, comte de BUFFON, Œuvres complètes, Paris : Imprimerie d’Everat, 1839, t. 1. (...)

40La catastrophe, donc, ne peut être considérée comme un événement unique, mais comme une conjugaison meurtrière, un enchaînement de faits naturels ou une cascade d’événements tragiques : la secousse tellurique, qui se répète durant plusieurs minutes, la vague et l’inondation sur cinq kilomètres qui suivent et entraînent de nombreuses morts. Le Français Buffon souligne avec effroi que : « La mer a couvert de ses eaux tous les édifices, et, par conséquent, noyé tous les habitants »38.

41Le Vice-roi Manso de Velasco écrit encore dans ses Memorias :

  • 39  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 268.

la sumersión que padeció el puerto de Callao poco después del movimiento de tierra, no habiendo dejado la fuerza de sus aguas más memoria de su población que algunos retazos de muralla […] y de las aguas se sacaron […] la mayor parte de la fusilería que estaba depositada en la sala de armas, pero rota e inservible po haberla consumido el salitre39.

  • 40  Carlos J. BACHMANN, « El Comercio de Lima », 18 de enero de 1835, in : A. ARDITI, Temblores y terr (...)

42Ce qui explique la construction dès l’année suivante du fort du Real Felipe, et ce qui n’empêcha pas le Vice-roi, dont la position fut renforcée au sein de la Cour et le prestige rehaussé, de recevoir, ironie du sort, le titre de Comte de Superunda, « sur les vagues », accordé par le roi Ferdinand VI, pour le remercier de sa gestion de la crise ! Si certains l’ont accusé d’avoir dérober les biens des défunts du Callao, ses adulateurs le décrivent alors en usant d’emphase et de grandiloquence : « sol que sazona los frutos », « argonauta del celo real », « arco del diluvio », « única y segura columna en que descansa la máquina de este Nuevo Mundo », « héroe de la funesta calamidad »40 écrit le jésuite Lozano. Exagérations sans doute ridicules qui ne doivent pas éluder son dévouement de tous les instants pendant cette crise sismique.

Les actions de la catastrophe et les attitudes collectives : contrôler et reconstruire l’espace

43C’est donc une vision apocalyptique que découvrent les autorités le lendemain du séisme. Les rescapés voient une ville en état de choc dans laquelle les bandes de pillards et d’esclaves noirs prennent possession sans vergogne des décombres. Les autorités, inquiétées à cette époque par les intimidations britanniques et la menace intérieure de Juan Santos Atahualpa qui dirigeait une rébellion dans la selva centrale, organisent l’état d’urgence ainsi que la guérison de la ville et sa population. En 1747, une junte de quatre alcaldes est élue dans le but de prendre toutes les mesures qui s’imposent en matière de ravitaillement, sécurité et hygiène. Cette junte se compose de Don Agustín Salazar y Munatones, comte de Monteblanco, de Don Gaspar de Velarde, comte de Torre Velarde, de Don Ortiz de Foronda, comte de Valle Hermoso, et du militaire et écrivain Don Victorino Montero del Águila, qui démontrent de réels talents d’organisateurs. Avec le pragmatisme qui les caractérise, ils prennent les mesures d’urgence qui s’imposent à la fois pour organiser les secours, se débarrasser des corps le plus tôt possible pour prévenir les épidémies, et arrêter les pilleurs. Quelles tensions la catastrophe met-elle alors au jour, quels sursauts, quelles actions et quels effets inattendus révèle-t-elle ?

44Les autorités civiles, tout d’abord, limitèrent leurs responsabilités à trois aspects concrets : la reconstruction des bâtiments administratifs et militaires, le maintien de l’ordre public et la défense de la propriété privée. Posture qui explique que le Vice-roi Don José Antonio Manso de Velasco fut accusé par certains citoyens de ne pas avoir offert de sépulture ni de rituel chrétien aux corps enfouis sous les décombres. L’avocat du Vice-roi répondit d’ailleurs que la charité publique devait s’en charger, et que l’Etat assumait déjà son devoir en empêchant que les cadavres ne soient dépouillés par les voleurs. Les corps furent donc recueillis dans toute la ville, et pour la plupart ensevelis ou, parfois, brûlés sans aucune cérémonie funéraire. Après avoir organisé les premiers secours, le Vice-roi se préoccupa ensuite de faire réunir les magistrats survivants, les religieux et les nobles intéressés à la gestion de la crise. Ils devaient évoquer les problèmes liés à la reconstruction de la ville et à son financement.

45Suite à la catastrophe, la cellule de crise rédigea de nombreux textes normatifs afin de sécuriser la société, de refonder la cité, et de surveiller les gens :

  • 41  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 24.

Con tantas reglas, disposiciones ha quitado S. E. mucha parte de fuerzas de mal, que suele crecer mas que por la adversidad, por el desorden, y con la igualdad del rostro que le ha mostrado se ha dejado ver superior a las desgracias41,

écrit Lozano. À Lima, le Comte de Superunda, en poste depuis un an et demi au moment de la catastrophe, essaya de pourvoir à tout et se concentra principalement autour de la notion d’ordre. C’est précisément à travers certaines ordonnances que Lima retrouva une certaine tranquillité et ne fut pas délaissée par la population alanguie après le tremblement de terre de 1746. L’armée officielle et les citoyens bien portants devaient assurer alors la sécurité de la ville et de ses habitants.

46Sécurité et contrôle qui s’étendirent facilement à l’état sanitaire des denrées distribuées à la population. Un des principaux aspects des ordonnances fut donc celui de l’approvisionnement de Lima auquel vint se greffer celui du prix du grain et des denrées pour la population. Manso de Velasco décréta alors que nul ne pouvait augmenter les prix de ces produits et qu’ils devaient être vendus sur la base des prix du mois d’octobre 1746.

47Ainsi la bureaucratie coloniale essaya-t-elle de limiter la flambée des prix des aliments et des matériaux de reconstruction mais en vain, car, malgré ces dispositions, certains produits augmentèrent de 400 %. Les commerçants qui purent sauver une partie de leurs marchandises, blé, eau-de-vie, tabac, métaux, bois, les vendirent au vu et au su de tous les habitants quatre fois plus chères. Le troc des bijoux des survivants contre des aliments se mit même en place. De surcroît, les canaux et les ponts furent détruits, provoquant le dérèglement du ravitaillement en eau de la ville. Le jésuite Pedro Lozano, dans sa Individual, y verdadera relación de la extrema ruyna que padeció la Ciudad de los Reyes Lima, écrit :

  • 42  Ibid., p. 6.

Las calles, impedidas con el derrumbe de las paredes, apenas dan para el tráfico, siendo ésto mas sensible, allí donde se juzga mas necesario que es en el tránsito del Puente. En donde cayó el magnífico Arco que le daba entrada42.

48En raison de l’écroulement des magasins, entrepôts, fours, auquel vint s’ajouter l’interruption inéluctable des transports, la famine s’installa fatalement.

  • 43  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 28.

49D’après Llano y Zapata, avec la douleur et la faim, « no era la vida que se vivía en Lima, sino una muerte lenta »43. Pour éviter la disette, le Vice-roi décida alors de se procurer par la loi les grains et les céréales disponibles ainsi que de la viande dans les villes limitrophes. Il s’agissait de vendre ces produits en contrôlant les prix et d’organiser des soupes économiques avec l’aide des marchands, habituels ou spontanés, qui eurent comme mission, non seulement la vente, mais encore la remise en état des fours et des moulins.

  • 44  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 6.

50Au-delà du plan de surveillance et de contrôle alimentaire de la ville, quelles sont les dispositions entreprises par les autorités ? Il fallait tout d’abord éviter la peur des maladies et « libertar la ciudad del contagio »44, écrit Lozano, qui menace les cadavres, et recourir à l’aide de la Hermandad de la Caridad pour procéder à leur ensevelissement, suite à la désertion générale et précipitée des habitants de Lima. L’urgence fut de guérir les blessés et les malades des rues qui étaient désemparés et pour certains, en danger de mort :

  • 45  J. E LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 5.

Algunos de ellos finalizaron su vida sin más alivio, que un suspiro, ni más medicina que un lamento, siendo a ellos la Muerte el único remedio de sus dolores45.

51Bien sûr, il fallait éviter les vols et punir, voire condamner à mort, les détrousseurs qui semaient la terreur, en dévalisant les demeures et les églises.

  • 46  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 261.
  • 47  Loc. cit.

52Rappelons que dans un premier temps, l’administration de la justice et l’administration municipale furent suspendues dans la capitale « por estar esparcidos los ministros y fuerzas por los campos »46. Le pillage se développa et il fallut contenir « el latrocidio a que se dieron los negros, mulatos y otras gentes vulgares »47. À cette situation de désordre, vinrent aussi s’ajouter les conspirations de plusieurs Indiens du quartier du Cercado qui virent dans la confusion la plus totale l’occasion de se soulever contre le pouvoir et la primauté des Blancs. Le complot, qui fut dévoilé en 1750, envisageait de tuer tous les survivants blancs ainsi que le Vice-Roi.

  • 48  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 22.

53Comme le rapporte Lozano, Montero del Águila, membre du cabildo et de la cellule de crise qui avait été nommé Capitaine des Hallebardiers en 1737, organisa alors ses troupes afin d’assurer le contrôle du Callao et le maintien de l’ordre dans les quartiers de la capitale. À la tête de chacun d’entre eux fut aussi nommé un alcalde extraordinaire « que [atiendió] a la quietud de los vecinos, y la seguridad de las casas »48. Très vite, les unités de Montero, très actives, furent alors postées devant la Casa de la Moneda, pour éviter les vols d’or et d’argent, et durent enterrer les morts après les avoir répertoriés, et recenser les biens perdus des survivants. Le thème de la reconstruction et du prix de la terre s’empara parallèlement de tous les esprits. Des litiges que l’on peut qualifier d’immobiliers apparurent même entre les partisans de la reconstruction de la ville à l’identique et les réformateurs.

  • 49  Victorino MONTERO DEL ÁGUILA, Desolación de la ciudad de Lima y Diluvio del Puerto del Callao, in  (...)
  • 50  V. MONTERO DEL ÁGUILA, Noticia Annálica y Estado que tiene el puerto del Callao, y la Ciudad de Li (...)
  • 51  C. WALKER, « Cuentas y cultura material... », p. 657-696.

54Montero, qui se distingue par son zèle, fut assurément un homme clé de cette crise dite sismique. À côté de l’Estado Político rédigé en 1742 et publié en 1747 à Madrid, il fut l’auteur d’un manuscrit dans lequel il défend le libre commerce soutenu par certains créoles, mais rédige encore, au moment de la catastrophe, deux relations, la première déjà citée, le 6 novembre 174649, dans laquelle il évoque l’ampleur des dégâts, et la seconde, en octobre 174750, dans laquelle il évoque les travaux de reconstruction51. Malgré quelques aspirations libérales, Montero est un absolutiste convaincu qui regrette la vulnérabilité croissante des colonies, accentuée au Pérou par la catastrophe de 1746.

  • 52  P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales… », p. 53.

55Malgré une bonne santé financière, la monarchie espagnole va dans ce contexte se montrer très avare, en s’appuyant sur une pratique ancrée depuis le XVIe siècle : beaucoup de lois, beaucoup de décrets, et beaucoup d’argent sortis de la bourse des particuliers. Le Vice-roi duc de la Palata, qui avait géré la crise postérieure au tremblement de terre de 1687, avait dit : « cual poco obran las leyes en época de necesidad »52. En 1746, c’est la même chose d’autant que le Vice-roi Manso de Velasco était très proche du Marquis de la Ensenada. Tous deux étaient originaires de la Rioja, comme le nouvel Archevêque de Lima Pedro Antonio de Barroeta y Ángel d’ailleurs, et cette origine commune renforça incontestablement leur confiance réciproque et leur collaboration étroite. Le ministre demanda alors au Vice-roi de faire passer les intérêts de la monarchie avant ceux de telle ou telle province, et ce, même en temps de crise ou de catastrophe quelle qu’elle soit. Lima devait attendre l’argent de Madrid car il fallait récupérer au préalable Menorque et Gibraltar.

56Un projet de redéfinition de la cité est malgré tout mis en place. Le Père Lozano, tout d’abord, réfléchit à un déplacement de la ville afin de prévenir les tsunamis et les tempêtes. Mais il n’envisage pas que l’accès à la mer soit trop lointain. C’est incontestablement la solution la plus radicale car il s’agit d’abandonner la ville ravagée, et de construire une nouvelle ville ailleurs, et plus précisément à l’est, zone beaucoup moins touchée par le séisme. Cette fin, qui justifiait les moyens, ne fit que heurter les consciences des habitants attachés à leur terre et à leur rente foncière.

57Certains prônent aussi la reconstruction sur les mêmes tracés urbains, mais en élargissant, lit-on, les rues de 12 varas, sachant qu’une vara, ou « verge », mesure 835 mm, dans un souci d’augmenter la sécurité et en limitant le nombre des étages à trois pour éviter les risques. D’autres encore envisagent la reconstruction des quartiers centraux de la ville en s’appuyant sur des plans entièrement nouveaux pour reconstruire quelque chose de neuf et de flamboyant. Plusieurs propositions donc qui devaient retarder la reconstruction de la cité.

58Le quadrillage spatial est, on le voit, pensé par tous et surtout par le Vice-roi qui souhaite que les choses aillent vite. Concrètement, il veut que les immeubles ne soient pas très élevés, et qu’une nouvelle technique soit alors élaborée pour que Lima puisse survivre aux séismes. Le décret du Vice-roi, en suivant les prescriptions du scientifique français Godin, affirme :

  • 53  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 267.

Que las paredes se construyesen con un talud por ambas caras de LA DÉCIMA PARTE 1/10 su altura ; que se hicieran las habitaciones interiores de quincha, sus techos de tijera (caballetes) ; darles un ancho de diez metros a las calles ; se prohibieron los balcones, los arcos de bóveda, las torres redondas, los miradores, las galerías, se mandó rebajar las torres ; se recomendó aislar los casas y construirlas de quincha en forma de un cuadrado abierto o cerrado ; se recomendó construir las esquinas en la forma redonda de Palermo ; se decidió destruir las murallas, a fin de que se extendiese la población ; mandó que sólo ciertas iglesias pudieron tener tres naves53.

59Les structures en bois doivent donc dorénavant être recouvertes de glaise, c’est-à-dire qu’il fallait utiliser le système connu sous le nom de quincha, système que les civilisations pré-colombiennes utilisaient déjà avant l’arrivée des Espagnols. Les bois, roseaux ou bambous, qui séparent les habitations, doivent être conçus comme un anti-feu et anti-tremblement de terre.

60Le Vice-roi confie ainsi à Louis Godin, membre de l’Académie des Sciences de Paris, qui occupait la Chaire de Mathématiques de l’Université de Lima, vacante depuis le décès du Docteur José Peralta, et le poste de Cosmographe en chef de Sa Majesté espagnole, la réflexion sur la future organisation de la ville en devenant consultant de la reconstruction du fort du Callao et de la cité. Godin avait été élève de Joseph Nicolas Delisle avant de se rendre au Pérou missionné par Louis XV en 1736 pour déterminer la figure et la mesure de la terre. Il passe alors quelques années à Lima où il crée la Gazette du Pérou avant d’être témoin de l’affreux séisme liménien, comme il le sera de celui de Lisbonne en 1755.

  • 54  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 10.

61Le compte-rendu du Français devient alors une feuille de route architecturale dans laquelle il affirmait que les églises, les tribunaux et les palais devaient suivre la même logique de construction que celle des simples immeubles privés. C’est ce que Manso de Velasco appelle la « ley inviolable », à savoir des édifices légers et une faible hauteur : « que de ningún modo se permitan balcones, arcos de boveda o torres redondas »54 affirme à son tour Llano y Zapata en reprenant les mêmes termes que le Vice-roi.

62Si avec Godin, la ville est montrée comme une ville qui doit changer, le cabildo de Lima se montre peu enclin aux nouveautés. Il déclare alors, non sans ironie, que les idées de Godin étaient magnifiques mais qu’elles ne pouvaient s’appliquer que dans le cadre de l’édification d’une ville complètement nouvelle, idée complètement saugrenue, et qu’il fallait respecter les fameuses ruines de la cité.

63Quant à Manso de Velasco, pour gagner du temps, il ordonne en vain que tous les édifices hauts soient remplacés par les premières maisons basses à la structure et au toit en bois. Il souhaite ainsi accélérer les différentes phases des processus de construction, et se passer de certains acteurs influents pour diriger les stratégies de reconstruction. Cette décision, qui paraissait sensée, est tout de suite ressentie comme un affront au sein de l’élite de la ville. Les familles les plus riches et les plus puissantes cherchent alors un avocat et se lancent de concert dans une procédure judiciaire contre le Vice-roi avec une plainte qu’ils déposèrent à la Real Audiencia de la ville. Victorino Montero del Águila précise à cet effet que les tribunaux réouvrirent en janvier :

  • 55  V. MONTERO DEL ÁGUILA, Desolación de la ciudad de Lima…, p. 173.

El día 23 de Enero, se abrieron los Tribunales de Justicia, reparadas las Reales Salas de Audiencia con robustos telares de madera, que no dexan rezelo a mayores Temblores, que las muevan55.

64Le même jour, la reconstruction est lancée, du moins dans les textes :

  • 56  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 22.

El 23 se publicó por bando un auto de los señores del Real Acuerdo, poniendo el debido precio a todos los materiales y efectos necesarios para las fábricas, haciéndose la tasación de cada artículo. Se notificó inmediatamente a todos los albañiles y carpinteros, así maestros como oficiales, peones y sobrestantes de obras y se les señaló la cantidad que, como premio de su trabajo, debían ganar como jornal cada día56.

65Avec une centaine de notables qui fait bloc, se développe conjointement une véritable mutinerie contre Manso de Velasco et Godin, infligeant ainsi une sévère défaite politique au Vice-roi. Les nobles, en suivant le vieil adage liménien de « a lo más alto, lo más opulento », ne peuvent, en 1746, imaginer descendre de leur tour d’ivoire, et donc vivre dans un univers semblable à celui des castas. Malgré la situation exceptionnelle, la place dans la ville et l’appropriation du sol étaient encore et toujours liées à la hiérarchie sociale. Le gain de cause des notables explique d’ailleurs que Lima continua à être une cour de palais et de grands édifices, dont les parties les plus hautes, néanmoins, furent construites en bois, ou avec des roseaux ou des bambous.

66Dans ce cadre, les plans de reconstruction de la ville, et donc de modification de l’espace liménien, sont alors présentés plusieurs mois après le tremblement de terre, mais les travaux de reconstruction ne commencent officiellement que de deux ans plus tard. Chaque propriétaire devait recevoir un terrain identique à celui qu’il possédait avant le tremblement de terre, mais notons qu’il a probablement été géométriquement différent en raison de modifications des rues et ruelles.

  • 57  C. WALKER, « Cuentas y cultura material… », p. 658.
  • 58  MANSO DE VELASCO op. cit., p. 123.
  • 59  V. MONTERO DEL ÁGUILA, Noticia Annálica…, p. 176.

67En dépit de toutes les règles et des activités constantes de reconstruction, il a fallu des décennies pour reconstruire la ville. Quelques dates : la Cathédrale est reconstruite en 1758, et les fortifications du port sont érigées en 1761. Le Palais des Vice-rois, connu sous le nom de Palais Pizarro, va être reconstruit entre le 28 septembre 1748 et le 12 novembre 1751, comme en témoigne le Libro de cargo y data de don Miguel de Echeverria que contiene los gastos de la fábrica y obras del Real Palacio desta ciudad57. Quelques mois auparavant, le Vice-roi Manso de Velasco avait néanmoins abandonné « sus barracas en la Plaza mayor »58 pour rejoindre les restes du palais59.

68Contrairement à la Cathédrale de la Place d’Armes, peu de textes se réfèrent à la construction du Palais. Certes, certains écrivains comme Bernabé Cobo utilisent des expressions laudatives pour s’y référer, mais la plupart des témoignages de l’époque mettent en avant le manque d’ambition du projet et son manque de faste. Cobo l’appelle ainsi

  • 60  Lorenzo V. HUERTAS, « Introducción al estudio de la Plaza Mayor de Lima », Historia y Cultura, 23, (...)

la mayor y más suntuosa casa de este reino, por su gran sitio por lo mucho que todos los virreyes han ido ilustrándola con nuevos y costosos edificios, porque apenas ha habido virrey que no la haya acrecentado con algún cuarto o pieza insigne60.

  • 61  Gregorio de CANGAS, « Descripción en diálogo de la ciudad de Lima entre un peruano práctico y un b (...)

69Gregorio Cangas, en 1770, justifie la faible hauteur du Palais par la menace sismique constante, et affirme qu’il est beaucoup plus grand qu’on ne le croit. Dans sa Descripción en diálogo de la ciudad de Lima entre un peruano práctico y un bisoño chapetón, il rappelle que « dentro se halla el despacho y sala de todos los tribunales »61.

  • 62  Francisco Antonio RUIZ CANO Y GALIANO, Júbilos de Lima en Dedicación de su Santa Iglesia Cathedral (...)

70C’est donc, comme dans d’autres villes, la cathédrale de la ville qui va être le fleuron architectural de la reconstruction. Comme l’écrit Francisco Ruiz y Cano au moment de la reconstruction de la Cathédrale : « Quál, pues, de todos los edificios que componían a LIMA, podia con mayor proporción decirle corazón de sus fabricas : que su Iglesia Cathedral ? »62. La cathédrale doit représenter la grandeur, la splendeur de Lima. Notons que les métis et castas participent aux différents travaux de reconstruction en touchant des salaires nettement supérieurs à ceux qu’ils touchaient avant le séisme. 500 peones participent encore à la construction de la forteresse du Callao.

  • 63  P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales… », p. 64.

71La reconstruction va également toucher la sphère religieuse totalement bouleversée. Il est vrai que de nombreux prêtres et sœurs périssent, et que l’écrasement de certains couvents et monastères va préoccuper à la fois les autorités ecclésiastiques et celles de Madrid pour qui l’écroulement est l’occasion sans doute de réduire leur nombre. En 1746, il y a à Lima 44 couvents, beaucoup moins qu’à Madrid où l’on en dénombre 55, et qu’à Séville ou l’on en recense 7063. Au total, le clergé régulier représente 5 % de la population liménienne. Dans ce contexte, le Comte de Superunda écrit alors directement au roi et à son protecteur, le Marquis de la Ensenada, en leur demandant de ne pas reconstruire l’ensemble des couvents détruits. Le ministre, après avoir réuni une junta consultativa, va alors aller dans son sens et rédiger avec hâte les ordonnances nécessaires. De même, le cabildo, tout comme le célèbre Pablo de Olavide qui souhaitait voir s’ériger le nouveau théâtre au détriment des églises, insistait sur la limitation du nombre de couvents et d’églises, et suggérait de ne pas remplacer l’ensemble des religieux morts.

72Mais cette volonté de rationaliser le religieux ne fut guère efficace. En effet, les familles influentes de Lima étaient étroitement liées aux communautés religieuses par le truchement de mécanismes économico-sociaux. De nombreux magnats s’occupaient de la gestion des propriétés ecclésiastiques et plaçaient leurs filles dans les couvents considérés comme les annexes religieuses des grandes familles espagnoles.

73En raison de ces postures idéologiques opposées, les religieuses furent alors rassemblées pendant assez longtemps dans des baraques au milieu des jardins de leur couvent en ruines, en reconstituant ainsi un habitat conforme aux règles de leurs communautés. Cette situation dura quelques mois, et même quelques années, le temps de rassembler l’argent nécessaire à la reconstruction des bâtiments. Le jésuite Lozano écrit encore dans sa lettre adressée à Bruno Morales :

  • 64  P. LOZANO, Carta…, p. 23.

Las monjas Recoletas no quisieron abandonar sus claustros, ya en ruinas, prefirieron morir antes que faltar a sus votos. Doce religiosas carmelitas, inclusive la priora fueron aplastadas por los escombros ; y además dos donadas y cuatro sirvientas de la Concepción, dos monjas y del Carmen una, tuvieron igual suerte. De las dominicas y agustinas perecieron trece ; dos de las franciscanas y dos de las mercedarias. Los Padres benedictinos, los jesuitas, los agustinos y los Juan de Dios no sufrieron ninguna desgracia64.

74Le nouveau port de Lima, quant à lui, qui devait s’appeler Bellavista, ne devait accueillir, dans un premier temps, qu’une seule paroisse, et ne comptait aucun couvent afin de ne pas nourrir trop de bouches. Cette idée fut néanmoins très vite rejetée par les épouses des fonctionnaires civiles et des militaires. Pour elles, l’absence de couvents était synonyme d’absence de collèges pour les enfants, mais également des structures qui leur permettaient de sortir de leur quotidien. Quant aux églises, elles furent construites en bois comme le reste grâce à la générosité des fidèles. Hipólito Ruiz en Relación histórica del viaje al Perú y Chile. 1777-1788, décrit ainsi les nouvelles églises liméniennes parfois construites dans la hâte :

  • 65  Martha BARRIGA TELLO, « Arte, legislación y política en Lima : siglo XVIII », Letras, vol. 77, n°  (...)

Da lástima el ver gastados inmensos caudales en atibarlas de cedros y maderas diferentes, embarazándolas con unos que se llaman retablos no siendo otra cosa que monstruosidades del arte y descalabros del buen gusto65.

75Reconstruire les églises n’était pas seulement un acte religieux, c’était aussi un moyen de remettre en marche la société dans un contexte de disputes scientifiques et religieuses.

Les perceptions de la catastrophe

76Comme pour les autres séismes, le tremblement de terre de Lima produit un état de choc qui joue un rôle de déclencheur religieux. Les rescapés pensent alors tout de suite au châtiment divin dans une atmosphère de fin du monde. Les épreuves naturelles sont perçues comme des signes annonciateurs du Jugement Dernier. Seuls les Saints patrons semblent pouvoir protéger le peuple de fidèles qui se reconstruit après la catastrophe. Des démarches individuelles et collectives se confondent alors conjointement dans un vaste élan religieux, et le recours au sacré devient un facteur de cohésion dans le relèvement de la ville.

77Si une partie des survivants veut très vite savoir comment le séisme s’est produit, la grande majorité veut savoir pourquoi ça s’est passé de la sorte. Pour nous, aujourd’hui, les mécanismes des failles sont connus et offrent quelques explications. Des pressions, on le sait, sont exercées en permanence sur le matériau terrestre global qui se déforme et peut casser si les contraintes sont trop excessives : on passe alors d’une déformation plastique à une déformation cassante, et c’est alors le point de rupture du foyer du séisme situé en profondeur.

  • 66  José Eusebio de LLANO Y ZAPATA, Memorias histórico-, físico-, crítico-, apologéticas de la América (...)

78À l’époque, la sismologie moderne n’existe évidemment pas et la tectonique des plaques est méconnue. Les théories en vogue dont on dispose sont celles reprises par José Eusebio de Llano Zapata, consideré comme un des meilleurs scientifiques liméniens. Dans son manuscrit de 33 pages il développe les causes physiques supposées du séisme en donnant l’impression de connaître parfaitement les théories gréco-latines sur l’origine des tremblements de terre, et d’avoir consulté Aristote, Pline ou Sénèque. Il a, ajoutons-le, eu accès au Mémoire de l’Académie des Sciences de Paris qui rend compte des expériences réalisées en 1703 par Monsieur Le Mery, qui soutenait que les séismes étaient dus à la fermentation et à l’inflammation de matières sulfureuses et métalliques souterraines au contact de l’eau et du vent dont la combustion était à l’origine. Llano y Zapata pensait haut et fort qu’il fallait suivre les nouvelles théories de la terre, et donc réhabiliter l’action des événements survenus dans les profondeurs, et que la conjonction des astres jouait pleinement son rôle. Et évidemment, en tant que bon chrétien, il ne pouvait éluder la présence de l’intervention divine66.

  • 67  Bartolomé BENNASSAR, Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse : Pr (...)

79On peut rappeler ici que les discussions scientifiques et religieuses sur les tremblements de terre étaient alimentées par les différents événements telluriques et par les conclusions rendues67. Dans le cas liménien, les documents parlent de trois personnes qui osent défendre en public l’idée selon laquelle cette catastrophe n’avaient que des causes naturelles : le Marquis de Obando, chef des forces navales du Pérou déjà cité, le Père Chaves, ami de ce militaire, et l’oidor créole, grand représentant des Lumières hispaniques, Don Pablo de Olavide.

80Certains affirment d’ailleurs, en suivant Aristote, que les séismes puissants se déroulent toujours la nuit, et qu’un séisme qui s’est produit une fois peut se produire à nouveau de la même manière, mais évidemment sans en connaître la date. D’autres affirment que les gros séismes n’ont lieu que tous les 2000 ans. La majorité pense néanmoins que l’épisode va recommencer car la catastrophe semble être liée au destin de Lima. Aussi certains scientifiques comme La Condamine vont-ils essayer d’analyser la corrélation entre les mois de l’année et l’occurrence des tremblements de terre. Le Parisien écrit par exemple :

  • 68  Pablo MACERA, Viajeros franceses : siglos XVI-XIX, Lima : Biblioteca Nacional del Perú, Embajada (...)

De los seis terremotos más fuertes que Lima ha sufrido desde su fundación, cuatro ocurrieron en los meses de octubre y noviembre, en lugar de producirse indistintamente en cualquier otro momento del año. Quizás se considere esta particularidad como un efecto de la causalidad, pero ¿acaso sería imposible que el retorno del calor y las grandes marcas de septiembre y octubre hayan contribuido68?

81Rappelons que les voyageurs comme le Père Feuillée ou Louis Godin, au cours du XVIIIe siècle, vont observer les tremblements de terre et développer un imaginaire de la découverte.

  • 69  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 4.
  • 70  Ibid., p. 23.

82Dès le lendemain de la catastrophe de Lima, le problème du mal est à nouveau posé, comme il l’est depuis l’origine du christianisme, et il est expliqué par le péché originel qui permet de reporter la responsabilité sur la créature humaine. À cela nous devons ajouter les prophètes qui affirmaient que les châtiments n’avaient fait que commencer et qu’ils n’étaient que les prolégomènes d’une destruction finale. Pour eux, si le millier de morts était un miracle, une preuve évidente de la miséricorde divine, il s’agissait aussi d’une sorte d’avertissement à la population. Il est vrai que les ouvrages étudiés mettent en avant deux miracles « apurados en un prodigio »69 écrit Llano y Zapata. Car les miracles individuels semblent exister, comme le démontrent quelques récits : le sauvetage d’une jeune mère et de son nourrisson, retrouvés dans les ruines de leur maison, et extraits des décombres quatre jours après la catastrophe, est alors évoqué. Citons encore ce religieux : « Este mismo día 31 de octubre, a la Playa del Chorrillo vomitó el Mar vivos un hombre, y una muger »70. Si les prophètes ont historiquement lié les catastrophes naturelles à la relation entre la faute et la sanction, certains philosophes comme Montesquieu ou Voltaire vont séparer la sphère punitive de la sphère religieuse.

  • 71  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 7.

83Après le séisme de Lima, pour apaiser la colère de Dieu, « la venganza de la Divina Justicia ofendida »71 d’après Pedro Lozano, les habitants organisent alors des pénitences publiques et des processions solennelles. Il s’agit de cérémonies expiatoires, durant lesquelles les habitants crient miséricorde, qui constituent à la fois une manière de resacraliser la ville détruite, et une réappropriation de la ville par les habitants, qui est plus symbolique que physique. Depuis l’an 1687 et le terrible séisme, les Liméniens avaient pour coutume d’expier leurs péchés traditionnellement en sortant en procession le Christ des Miracles durant le mois d’octobre. Par cette procession de pénitents, disons-le, s’était élaborée ainsi une instrumentalisation du désastre et une scénarisation de la catastrophe.

84Certains sujets ajoutent donc une dimension religieuse à l’événement. C’est pour eux une punition de Dieu, destinée à châtier les pécheurs. Décence et modération sont alors de rigueur. Les femmes se voient tout de suite refuser l’accès au pèlerinage afin d’éviter toute tentation. On enferme même les vierges dont la mission étaient de servir d’intermédiaire entre Dieu et les pécheurs.

85D’autres prônent la mortification corporelle afin d’atteindre un nouvel idéal de vie chrétienne qui repose sur le renoncement au monde et sur l’abnégation personnelle. La mortification extérieure doit, dans ce contexte post-sismique, permettre de contrôler les passions et les ardeurs par la grâce et la volonté car de nombreuses épreuves rencontrées dans la vie spirituelle découlent des désirs du corps et de l’exaltation des sens.

86Les rescapés doivent donc maintenant mener un combat permanent contre la chair, le diable et le monde qui se lient parfois pour les perdre. Ils vont lutter contre l’animalité qui est en eux et qu’ils veulent renier pour ne pas tomber dans le péché et offenser Dieu. Llano y Zapata rapporte les glissements vers l’excès, les austérités héroïques :

  • 72  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 9.

Hubo sacerdote prelado de cierta religión, que desnuda la espalda, mortificados sus ojos con puntas de hierro, atormentada su boca con pesado freno, y encinazado su rostro, llevaba tras si un religioso que en voz de pregonero decía : Esta es la justicia del rey de los cielos que manda ejecutar en este vil pecador72.

  • 73  P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales… », p. 72.

87Llano Zapata rapporte aussi le chiffre de 6000 pénitents desquels un bon nombre s’auto-flagellaient. Au XVIe siècle déjà, le jésuite Acosta considérait, en reprenant à son compte les sources gréco-latines, que les séismes étaient des « alguaciles de justicia divina »73 qui utilisaient la peur pour maintenir l’ordre religieux.

  • 74  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 4.

88Les pénitents se lancent de concert dans une nouvelle spiritualité, une spiritualité de la discipline qui doit se caler sur les souffrances du Christ et opter pour une discipline exemplaire. Tous les pèlerins doivent ainsi se livrer à la pénitence. Et les confréries de pénitents et les congrégations charitables, en misant sur la décence et la rigueur, doivent être des modèles pour l’ensemble des fidèles. Un religieux de l’Ordre des Mercédaires prononce alors, comme le restitue Llano y Zapata, le célèbre sermon : « ¡Lima, Lima, tus pecados son tu ruyna ! »74.

  • 75  C. WALKER, La clase alta y sus altos, p. 45.

89Llano Zapata rappelle aussi qu’une nonne de velo negro, la Mère Teresa de Jesús, affirmait, recluse dans le couvent de las Descalzas de San José, que dans ses visions, elle avait perçu que Dieu était indigné et qu’il se vengerait alors des blasphèmes et de la sensualité de ses habitants en provoquant la ruine de la capitale Lima. Cette religieuse critiquait les criadas du monastère en se référant tout particulièrement à leurs habits profanes et indécents75.

  • 76  Idem, « Desde el terremoto a las bolas de fuego : premoniciones conventuales sobre la destrucción (...)

90Fray Santisteban rapporte, lui, le curieux présage d’une âme dévote de Huamanga qui affirmait que le séisme n’était qu’un prélude à la ruine de Lima. En 1748, donc deux ans après le tremblement de terre, cette religieuse déclarait que la fin était imminente, que la ville brûlerait entièrement, et que les dommages seraient causés par des boules de feu76 envoyées directement du ciel par Dieu. D’où la recrudescence des processions post-sismiques durant lesquelles les miraculés demandent publiquement pardon pour leurs péchés commis afin de calmer la colère de Dieu et donc de stopper les répliques.

91Dans le cas liménien, le tremblement de terre serait dû à cinq grandes offenses perpétrées par les habitants de la capitale : les injustices faites aux pauvres, la convoitise, l’usure, la luxure, et la vanité des femmes. On apprend alors que l’aumône peut traiter la colère, que l’oraison peut purifier l’esprit, et que le jeûne peut remédier à la convoitise. C’est pourquoi, d’après le jésuite Lozano, il faut constamment communier avec Dieu, non seulement le matin ou le soir, mais dans les moindres détails du quotidien. Tous les projets et toutes les actions que l’on veut entreprendre, doivent être exposées devant Dieu afin d’accomplir sa propre volonté.

92Le monde, lit-on encore, est l’endroit idoine pour la convoitise de la chair et des yeux. Dans la mode de l’époque, tout est inventé dans le dessein de montrer les formes du corps. L’archevêque de Lima Antonio de Barroeta y Angel prend alors toute une série de mesures obligeant les femmes à utiliser des robes couvrant les jambes, et même les bras et les avant-bras. L’édit de 1747 mentionnait que :

  • 77  Idem, La clase alta y sus altos, p. 44.

Todas las mujeres de cualquier estado, calidad y condición que fuesen, no usen ropa que no les llegue hasta los pies, y cuando montasen a mula los cubran, como también en todo tiempo los brazos cubiertos hasta los puños, y bajo el mismo precepto, no permitan que sus criadas usen vestuario de otra forma77.

  • 78  S. O’PHELAN GODOY, « La moda francesa... », p. 23 et suivantes.
  • 79  Ibid., p. 22.

93En nous appuyant sur l’étude magistrale de Scarlett O’Phelan78, nous devons rappeler qu’au XVIIIe siècle les femmes, en suivant la mode française, avaient l’habitude d’afficher des décolletés plongeants et des vêtements qui s’arrêtaient au niveau du coude. Deux ans avant le séisme, les franciscains avaient déjà réimprimé à Lima le livre de Juan Agustín Ramírez, Soli deo Honor, et Gloria Norte de Pureza y claros desengaños, para persuadir a las mujeres vayan honestas en sus trages y escotes, considérant que les femmes manquaient de pudeur et de tenue79. Les Saintes Écritures sembler encore donner la solution :

  • 80  Epístola a los gálatas, Madrid : Marova, D.L., 1963, p. 11.

Andad en el Espíritu, y no satisfagáis los deseos de la carne. Porque el deseo de la carne es contra el Espíritu, y el del Espíritu es contra la carne ; y éstos se oponen entre sí, para que no hagáis lo que quisiereis80

lit-on dans l’épître aux Galates (5.16-17).

94Un autre thème de préoccupation, étudié avec brio par Pérez Mallaína cette fois, évoque le travestissement contre lequel va se battre l’Archevêque en rédigeant un autre édit, en janvier 1747, destiné aux jeunes hommes efféminés :

  • 81  P. E. PÉREZ MALLAÍNA,, « Retrato de una ciudad en crísis... », p. 398-399.

que de ningún modo usen de lo que es traje y adorno femenino, ni que bailen en funciones algunas como lo han acostumbrado, y bajo de la misma pena prohibimos que ninguna mujer pueda disfrazarse del traje varonil81.

95Un parallèle entre Lima et Sodome est alors établi. Précisons que les condamnations dites bibliques ne vont pas toujours être appliquées, et qu’on ignore le nombre exact de poursuites réellement engagées qui vont concerner d’autres comportements, tels que la coupe des cheveux et de la barbe.

96Comme auparavant, les autorités rédigent des textes pour réprimer les conduites qu’elles considèrent comme nuisibles. Le pouvoir considérait que les comportements dits déviants, condamnés bibliquement, ne menaient pas à la reproduction, et menaçaient la survie de la famille et de la civilisation. Quant aux femmes, elles ne sont pas mieux loties, puisque celles qui avaient des rapports contre nature faisaient l’objet d’une condamnation analogue. Dans la Première Epître aux Corinthiens (VI, 9 et 10), Paul affirme, rappelons-le :

  • 82  Ernest-Bernard ALLO, Saint Paul : Première épître aux Corinthiens, Paris : J. Gabalda, 1934, p. 11 (...)

Ni prostituteurs, ni idolâtres, ni adultères, ni efféminés, ni sodomites, ni voleurs, ni exploiteurs, pas plus qu’ivrognes, insulteurs ou rapaces n’hériteront du Royaume de Dieu82.

97Nous pouvons ajouter, avant de conclure, que le séisme de Lima fut également perçu comme une plaie mortelle qui, à travers ses vapeurs nocives qui s’échappaient du sol, était capable d’envenimer la terre et de la rendre stérile. Dans cinq ans, dans dix ans, tout de suite, disait-on, la terre sera devenue infertile, les températures auront monté, séismes, inondations, sécheresses se multiplieront. L’homme a péché par orgueil, il doit à nouveau expier. Certains se souviennent alors de la grande crise agricole qui suivit le tremblement de terre de 1687, même si nous savons aujourd’hui que les récoltes de céréales entre cette même année et l’an 1692 furent exceptionnelles et que la crise fut postérieure.

  • 83  Alain TOURAINE, Lettres à une étudiante, Paris, Seuil, 1974, p. 89.

98Le pathos, lié à la fin des temps, est donc dominant dans les textes de notre étude. L’Apocalypse en tant qu’espérance eschatologique apparaît bien souvent inéluctable et fatale. La peur surgit aussi comme une gangrène qui s’empare de tous les habitants qui sont démunis face à la puissance de la terre. Les Liméniens développent alors des réactions expiatoires qui dramatisent la crise sismique et la proximité du Jugement Dernier. À côté des autorités politiques, le prophète catastrophiste devient lui aussi un personnage récurrent de la catastrophe en proposant le même discours à toutes les voix, à tous les doutes. Heureusement, tous les acteurs de la catastrophe ne se tétanisent pas. et veulent échapper au chaos en construisant une nouvelle ville, une nouvelle société. « Il faut quitter le calme rassurant des utopies et des prophéties, fussent-elles catastrophiques, pour descendre dans le mouvement, déconcertant mais réel, des relations sociales »83, écrit Alain Touraine. Quelques années plus tard, il incombera au Vice Roi Manuel de Amat y Junient, qui va alors s’évertuer à tisser ces relations, de reconstruire les édifices publiques, et d’embellir, autant que faire se peut, la Cité des Rois des deux côtés du fleuve Rimac.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALLO, Ernest-Bernard, Saint Paul : Première épître aux Corinthiens, Paris : J. Gabalda, 1934.

ARDITI, Álvaro, Temblores y Terremotos de Lima, en ligne sur www.scribd.com, consulté le 18 février 2011.

ARQUEMBOURD-MOREAU, Jocelyne, L’événement et les médias : les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004), Paris : Éditions des Archives contemporaines, 2011.

BARRIGA TELLO, Martha, « Arte, legislación y política en Lima : siglo XVIII », Letras, vol. 77, n° 111-112, 2006.

BENNASSAR, Bartolomé, Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1996.

LECLERC, Georges-Louis, comte de BUFFON, Œuvres complètes, Paris : Imprimerie d’Everat, 1839, t. 1.

CANGAS, Gregorio de, « Descripción en diálogo de la ciudad de Lima entre un peruano práctico y un bisoño chapetón », in : Vicente CAMILO G., José L. LENCI ( éd.), Lima : BCR, 1997.

GARCÍA ACOSTA, Virginia, Historia y Desastres en América Latina, Lima : La Red, Red de Estudios Sociales en Prenvención de Desastres en América Latina, 1997.

GUIDOBONI, Emanuela et POIRIER, Jean-Paul, Quand la Terre tremblait, Paris : Editions Odile Jacob, 2004.

HUERTAS, Lorenzo V., « Introducción al estudio de la Plaza Mayor de Lima », Historia y Cultura, 23, 1999.

JEUDY, Henri-Pierre, Le désir de catastrophe, Paris : Aubier, 1990.

LAVOCAT, Françoise, « Les accidents de la nature. Fortune et catastrophes naturelles dans la première moitié du XVIIe siècle », en ligne sur www.fabula.org, consulté le 6 avril 2011.

LLANO Y ZAPATA, José Eusebio de, Carta, o diario que escribe D. Joseph Eusebio de Llano, y Zapata a su mas venerado amigo, y docto correspondiente el doctor don Ignacio Chirivoga, y Daza, canonigo de la Santa Iglesia de Quito, Lima : Imprenta que estaba en la Calle de los Mercaderes, 1747.

LLANO Y ZAPATA, José Eusebio de, Memorias histórico-, físico-, crítico-, apologéticas de la América Meridional (1757), PERALTA RUIZ, Víctor (éd.), Lima : IFEA-PUCP, 2005.

LOZANO, Pedro, Carta del P. Pedro Lozano, de la Compañia de Jesus, de la Provincia del Paraguay, escrita al P. Bruno Morales de la misma Compañia, [S.l.] : [s.n.], 1746, 4º, p. 18, en ligne sur www.purl.pt, consulté le 6 janvier 2011.

LOZANO, Pedro, Individual y verdadera relación de la extrema ruyna que padeció la Ciudad de los Reyes Lima, capitàl del reyno del Perú, con el horrible temblòr de tierra acaecido en ella la noche del día 28. de octubre de 1746 y de la total asolación del Presidio y Puerto del Callao, por la violenta irrupción del mar, que ocasionó en aquella bahía, Lima : Imprenta que estaba en la Calle de los Mercaderes, 1746.

MACERA, Pablo, Viajeros franceses : siglos XVI-XIX, Lima : Biblioteca Nacional del Perú, Embajada de Francia en el Perú, 1999.

MANSO DE VELASCO, in : Memorias de los virreyes que han gobernado el Perú durante el tiempo del coloniaje español, Lima : Librería central de Felipe Bailly, 1859, t. 4, p. 109, consultable en ligne sur www.archive.org, consulté le 10 janvier 2011.

MERCIER FAIVRE, Anne-Marie, THOMAS, Chantal (dir.), L’invention de la catastrophe au XVIIIe siècle. Du châtiment divin au désastre naturel, Genève : Droz (Bibliothèque des Lumières), 2008.

ODRIOZOLA, Manuel de, Terremotos, Lima : Tipografía de Aurelio Alfaro, 1863.

O’PHELAN GODOY, Scarlett, « La moda francesa y el terremoto de Lima de 1746 », Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines, 1 (36), 2007.

PÉREZ MALLAÍNA, Pablo Emilio, « Las catástrofes naturales como instrumento de observación social : el caso del terremoto de Lima en 1746 », Anuario de Estudios Americanos, 62 (2), 2005, p. 47-76, en ligne sur http://estudiosamericanos.revistas.csic.es, consulté le 5 février 2011.

PÉREZ CANTO, Pilar, La Población de Lima en el siglo XVIII, Lima : Boletín americanista, 1982.

PÉREZ MALLAÍNA, Pablo Emilio, « Retrato de una ciudad en crísis. La sociedad limeña ante el movimiento sísmico de 1746 », Nuevo Mundo, Nuevos Mundos, Sevilla : CSIC (EEHA), Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Riva Agüero, 2001, en ligne sur www.nuevomundo.revues.org, consulté le 13 janvier 2011.

QUENET, Grégory, Les tremblements de terre aux XVIIe et XVIIIe siècles. La naissance d’un risque, Seyssel : Champ Vallon, 2005.

QUIROZ CHUECA, Francisco, Historia del Callao : de puerto de Lima a Provincia Constitucional, Lima : Pedagógico San Marcos – Fondo·Editorial, 2007.

RUIZ CANO Y GALIANO, Francisco Antonio, Júbilos de Lima en Dedicación de su Santa Iglesia Cathedral…, Lima : Calle del Palacio, 1755.

SÁNCHEZ RODRÍGUEZ, Susy Mariela, « Apelando a la caridad y a las diversiones : Una aproximación a la reconstrucción de la ciudad de Lima después del terremoto de 1746 », in : O’PHELAN GODOY, Scarlett, MUNOZ CABREJO, Fanni, RAMÓN JOFFRÉ, Gabriel et RICKETTS SÁNCHEZ MORENO, Mónica (coord.), Familia y vida cotidiana en América Latina, siglos XVIII-XX, Lima : PUCP, Instituto Riva-Agüero, IFEA, 2003, p. 155-184.

SÁNCHEZ RODRÍGUEZ, Susy Mariela, La ruina de Lima : mito y realidad del terremoto de 1746, Lima : Pontificia Universidad Católica del Perú, 2001.

TOURAINE, Alain, Lettres à une étudiante, Paris, Seuil, 1974.

ULLOA, Antonio, JUAN, Jorge, Noticias secretas de América, Madrid : Editorial América, 1918.

VOLTAIRE, Poème sur le Désastre de Lisbonne, ATHENA e-text, en ligne sur www.unige.ch, consulté le 20 mars 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WALKER, Charles, « Cuentas y cultura material : la reconstrucción del Real Palacio de Lima después del terremoto de 1746 », Anuario de estudios americanos, vol. 59, n° 2, 2002.
DOI : 10.3989/aea.2002.v59.i2.190

WALKER, Charles, « Desde el terremoto a las bolas de fuego : premoniciones conventuales sobre la destrucción de Lima en el siglo XVIII », Relaciones, vol. 25, n° 97, 2004.

WALKER, Charles, La clase alta y sus altos : la arquitectura y las secuelas del terremoto de Lima de 1746, Lima : Histórica, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2004, vol. 28, n° 1.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WALKER, Charles, RAMÍREZ CASTANEDA, Ricardo, « Cuentas y cultura material : La reconstrucción del Real Palacio de Lima después del terremoto de 1746 », Anuario de Estudios Americanos, vol. 59, n° 2, 2002.
DOI : 10.3989/aea.2002.v59.i2.190

WALTER, François, Catastrophes : une histoire culturelle, XVIe-XXIe siècles, Paris : Seuil, 2008.

Haut de page

Notes

1  Jocelyne ARQUEMBOURD-MOREAU, L’événement et les médias : les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004), Paris : Éditions des Archives contemporaines, 2011, p. 45.

2  Anne-Marie MERCIER FAIVRE et Chantal THOMAS (dir.), L’invention de la catastrophe au XVIIIe siècle. Du châtiment divin au désastre naturel, Genève : Droz (Bibliothèque des Lumières), 2008.

3  Charles WALKER, « Cuentas y cultura material : la reconstrucción del Real Palacio de Lima después del terremoto de 1746 », Anuario de estudios americanos, vol. 59, n° 2, 2002. ; Charles WALKER, La clase alta y sus altos : la arquitectura y las secuelas del terremoto de Lima de 1746, Lima : Histórica, Pontificia Universidad Católica del Perú, 2004, vol. 28, n° 1.

4  Scarlett O’PHELAN GODOY, « La moda francesa y el terremoto de Lima de 1746 », Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines, 1 (36), 2007.

5  Susy Mariela SÁNCHEZ RODRÍGUEZ, La ruina de Lima : mito y realidad del terremoto de 1746, Lima : Pontificia Universidad Católica del Perú, 2001 ; du même auteur, « Apelando a la caridad y a las diversiones : Una aproximación a la reconstrucción de la ciudad de Lima después del terremoto de 1746 », in : Scarlett O’PHELAN GODOY, Fanni MUNOZ CABREJO, Gabriel RAMÓN JOFFRÉ et Mónica RICKETTS SÁNCHEZ MORENO (coord.), Familia y vida cotidiana en América Latina, siglos XVIII-XX, Lima : PUCP, Instituto Riva-Agüero, IFEA, 2003, p. 155-184.

6  Pablo Emilio PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales como instrumento de observación social : el caso del terremoto de Lima en 1746 », Anuario de Estudios Americanos, 62 (2), 2005, p. 47-76, en ligne sur http://estudiosamericanos.revistas.csic.es, consulté le 5 février 2011 ; du même auteur, « Retrato de una ciudad en crísis. La sociedad limeña ante el movimiento sísmico de 1746 », Nuevo Mundo, Nuevos Mundos, Sevilla : CSIC (EEHA), Pontificia Universidad Católica del Perú-Instituto Riva Agüero, 2001, en ligne sur www.nuevomundo.revues.org, consulté le 13 janvier 2011.

7   François WALTER, Catastrophes : une histoire culturelle, XVIe-XXIe siècles, Paris : Seuil, 2008.

8  Françoise LAVOCAT, « Les accidents de la nature. Fortune et catastrophes naturelles dans la première moitié du XVIIe siècle », en ligne sur www.fabula.org, consulté le 6 avril 2011.

9   Virginia GARCÍA ACOSTA, Historia y Desastres en América Latina, Lima : La Red, Red de Estudios Sociales en Prenvención de Desastres en América Latina, 1997, p. 13.

10   Loc. cit.

11   Pedro LOZANO, Carta del P. Pedro Lozano, de la Compañia de Jesus, de la Provincia del Paraguay, escrita al P. Bruno Morales de la misma Compañia, [S.l.] : [s.n.], 1746, 4º, p. 18, en ligne sur www.purl.pt, consulté le 6 janvier 2011.

12   P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Retrato de una ciudad en crísis... », p. 53.

13   Manuel de ODRIOZOLA, Terremotos, Lima : Tipografía de Aurelio Alfaro, 1863, p. 153.

14   José Eusebio de LLANO Y ZAPATA, Observación Diaria Crítica-Histórica-Meteorológica, in : ibid., p. 138.

15   Grégory QUENET, Les tremblements de terre aux XVIIe et XVIIIe siècles. La naissance d’un risque, Seyssel : Champ Vallon, 2005, p. 351.

16   J. E. de LLANO Y ZAPATA, Carta, o diario que escribe D. Joseph Eusebio de Llano, y Zapata a su mas venerado amigo, y docto correspondiente el doctor don Ignacio Chirivoga, y Daza, canonigo de la Santa Iglesia de Quito, Lima : Imprenta que estaba en la Calle de los Mercaderes, 1747, p. 8.

17  Ibid., p. 10.

18  Loc. cit.

19  Ibid., p. 18.

20   P. LOZANO, Individual y verdadera relación de la extrema ruyna que padeció la Ciudad de los Reyes Lima, capitàl del reyno del Perú, con el horrible temblòr de tierra acaecido en ella la noche del día 28. de octubre de 1746 y de la total asolación del Presidio y Puerto del Callao, por la violenta irrupción del mar, que ocasionó en aquella bahía, Lima : Imprenta que estaba en la Calle de los Mercaderes, 1746, p. 16.

21  MANSO DE VELASCO, in : Memorias de los virreyes que han gobernado el Perú durante el tiempo del coloniaje español, Lima : Librería central de Felipe Bailly, 1859, t. 4, p. 109, consultable en ligne sur www.archive.org, consulté le 10 janvier 2011.

22  Ibid., p. 110.

23  Henri-Pierre JEUDY, Le désir de catastrophe, Paris : Aubier, 1990.

24  Emanuela GUIDOBONI et Jean-Paul POIRIER, Quand la Terre tremblait, Paris : Editions Odile Jacob, 2004.

25  Álvaro ARDITI, Temblores y Terremotos de Lima, en ligne sur www.scribd.com, consulté le 18 février 2011.

26  J. E. LLANO ZAPATA, Carta, p. 7-8.

27  Antonio ULLOA et Jorge JUAN, Noticias secretas de América, Madrid : Editorial América, 1918, p. 259.

28  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 114.

29  « Reflexiones históricas y políticas sobre el estado de la población de esta capital », Revista Mercurio Peruano, impreso en Lima el 3 de febrero de 1791, in : Pilar PÉREZ CANTO, La Población de Lima en el siglo XVIII, Lima : Boletín americanista, 1982, p. 387.

30  VOLTAIRE, Poème sur le Désastre de Lisbonne, ATHENA e-text, en ligne sur www.unige.ch, consulté le 20 mars 2011.

31  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 111.

32  Loc. cit.

33  Loc. cit.

34  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 21.

35  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 114.

36  Francisco QUIROZ CHUECA, Historia del Callao : de puerto de Lima a Provincia Constitucional, Lima : Pedagógico San Marcos – Fondo·Editorial, 2007.

37  A. ULLOA, J. JUAN, Noticias secretas..., p. 260.

38  Georges-Louis LECLERC, comte de BUFFON, Œuvres complètes, Paris : Imprimerie d’Everat, 1839, t. 1., p. 245.

39  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 268.

40  Carlos J. BACHMANN, « El Comercio de Lima », 18 de enero de 1835, in : A. ARDITI, Temblores y terremotos de Lima, p. 14.

41  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 24.

42  Ibid., p. 6.

43  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 28.

44  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 6.

45  J. E LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 5.

46  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 261.

47  Loc. cit.

48  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 22.

49  Victorino MONTERO DEL ÁGUILA, Desolación de la ciudad de Lima y Diluvio del Puerto del Callao, in : ODRIOZOLA, Terremotos..., p. 172-177.

50  V. MONTERO DEL ÁGUILA, Noticia Annálica y Estado que tiene el puerto del Callao, y la Ciudad de Lima a el año cumplido de su desolación y ruina que lo hace en este mes de octubre de 1747, in : ibid., p. 177-193.

51  C. WALKER, « Cuentas y cultura material... », p. 657-696.

52  P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales… », p. 53.

53  MANSO DE VELASCO, op. cit., p. 267.

54  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 10.

55  V. MONTERO DEL ÁGUILA, Desolación de la ciudad de Lima…, p. 173.

56  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 22.

57  C. WALKER, « Cuentas y cultura material… », p. 658.

58  MANSO DE VELASCO op. cit., p. 123.

59  V. MONTERO DEL ÁGUILA, Noticia Annálica…, p. 176.

60  Lorenzo V. HUERTAS, « Introducción al estudio de la Plaza Mayor de Lima », Historia y Cultura, 23, 1999, p. 299.

61  Gregorio de CANGAS, « Descripción en diálogo de la ciudad de Lima entre un peruano práctico y un bisoño chapetón », in : Vicente CAMILO G., José L. LENCI ( éd.), Lima : BCR, 1997, p. 25-26.

62  Francisco Antonio RUIZ CANO Y GALIANO, Júbilos de Lima en Dedicación de su Santa Iglesia Cathedral…, Lima : Calle del Palacio, 1755. p. 2-3.

63  P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales… », p. 64.

64  P. LOZANO, Carta…, p. 23.

65  Martha BARRIGA TELLO, « Arte, legislación y política en Lima : siglo XVIII », Letras, vol. 77, n° 111-112, 2006, p. 50.

66  José Eusebio de LLANO Y ZAPATA, Memorias histórico-, físico-, crítico-, apologéticas de la América Meridional (1757), Víctor PERALTA RUIZ (éd.), Lima : IFEA-PUCP, 2005, p. 38.

67  Bartolomé BENNASSAR, Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1996.

68  Pablo MACERA, Viajeros franceses : siglos XVI-XIX, Lima : Biblioteca Nacional del Perú, Embajada de Francia en el Perú, 1999, p. 162.

69  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 4.

70  Ibid., p. 23.

71  P. LOZANO, Individual y verdadera relación…, p. 7.

72  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 9.

73  P. E. PÉREZ MALLAÍNA, « Las catástrofes naturales… », p. 72.

74  J. E. LLANO Y ZAPATA, Carta…, p. 4.

75  C. WALKER, La clase alta y sus altos, p. 45.

76  Idem, « Desde el terremoto a las bolas de fuego : premoniciones conventuales sobre la destrucción de Lima en el siglo XVIII », Relaciones, vol. 25, n° 97, 2004, p. 38.

77  Idem, La clase alta y sus altos, p. 44.

78  S. O’PHELAN GODOY, « La moda francesa... », p. 23 et suivantes.

79  Ibid., p. 22.

80  Epístola a los gálatas, Madrid : Marova, D.L., 1963, p. 11.

81  P. E. PÉREZ MALLAÍNA,, « Retrato de una ciudad en crísis... », p. 398-399.

82  Ernest-Bernard ALLO, Saint Paul : Première épître aux Corinthiens, Paris : J. Gabalda, 1934, p. 111.

83  Alain TOURAINE, Lettres à une étudiante, Paris, Seuil, 1974, p. 89.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas De Ribas, « Le tremblement de terre de Lima de 1746 : témoignages, actions et pensées de la catastrophe naturelle », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 23 novembre 2011, consulté le 28 mai 2016. URL : http://e-spania.revues.org/20760 ; DOI : 10.4000/e-spania.20760

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page