Navigation – Plan du site
Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Le conseil féminin dans les chroniques du règne de Ferdinand III

Estelle MAINTIER-VERMOREL

Résumés

Dans le cadre d’une réflexion sur le conseil et les conseillers du roi, comment ne pas s’interroger sur le conseil féminin et les conseillères. En effet ce conseil existe bel et bien, et c’est ce que l’on s’attachera à prouver à la lumière de la lecture des chroniques de Luc de Tuy, Rodrigue de Tolède et Jean d’Osma, rédigées sous le règne de Ferdinand III. Le conseil féminin est bien présent, sous divers aspects, que ce soit celui d’une mère à son fils ou d’une femme à son époux ; ses domaines d’application sont étonnamment vastes, allant jusqu’à s’étendre aux affaires du royaume et au champ militaire. Toutefois, ces constatations ne doivent pas faire oublier les limites de ce conseil, qui est bien souvent un substitut à l’action et dont la légitimité reste contestée. Seules les reines réunissant certaines conditions, certaines vertus, peuvent prétendre au titre de conseillères, et encore y a-t-il un prix à payer pour que leurs conseils soient entendus, et ce prix est celui du dévouement à l’homme, dans l’oubli de leurs intérêts personnels.

Haut de page

Texte intégral

1Pour aborder le sujet du conseil féminin, il est tentant de commencer d’emblée par une citation qui fait autorité, si l’on peut dire :

  • 1  La Bible, Genèse, 3, 17, version Segond (« Nouvelle édition de Genève »), 1979

Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre [...] le sol sera maudit à cause de toi. [...] tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.1.

2Cela commence mal... Il faut avouer que le premier conseil de la femme n’est sans doute pas le meilleur qu’elle ait pu donner. Après cela, au Moyen Âge, à une époque où l’on avait les Ecritures bien présentes à l’esprit, pouvait-on encore écouter une femme, la question peut se poser. Peut-on seulement parler de femmes conseillères ?

  • 2  On peut penser en particulier aux gender studies. Sur ce concept et pour une liste des ouvrages ma (...)
  • 3  Je ne rentre pas ici dans le débat des idéologies et des différentes générations de chercheurs qui (...)

3Indéniablement, la réponse est oui, cependant ce conseil féminin a jusqu’ici été relativement peu mis en avant. On a trop souvent une vision faussée de la femme au Moyen Âge – femme cantonnée à sa maison, quand bien même la maison serait un château, ou simple monnaie d’échange. Ce n’est pas le cas ; les études sur les femmes restent relativement récentes, et majoritairement anglo-saxonnes2 – ce qui nous en dit peu sur les femmes espagnoles –, mais elles sont de plus en plus nombreuses et viennent montrer que les femmes pouvaient avoir un rôle non négligeable, même en politique, dans ce qui est sans doute le domaine masculin par excellence. Il ne s’agit pas non plus de verser dans le féminisme3 en prétendant que les femmes pouvaient agir au même titre que les hommes. Il faudrait plutôt dire que si elles ont eu un rôle à jouer, elles l’ont joué à leur façon, en tant que femmes, ce qui les limitait bien sûr, mais pouvait aussi leur donner l’occasion de faire parfois ce qu’un homme n’aurait jamais pu se permettre.

4Les femmes sont ainsi rarement détentrices directes du pouvoir. Cela ne les empêche pas pour autant d’être bien présentes dans l’entourage de celui qui détient le pouvoir. Le conseil – le conseil auprès du souverain qui est celui qui nous intéressera ici – va justement être l’une des modalités d’accès des femmes au pouvoir, un de leurs substituts à l’action directe pourrait-on dire. Et peut-être usent-elles de ce moyen différemment des hommes. On peut alors se poser les questions suivantes : dans quelle mesure ces conseillères interviennent-elles, quelle est leur importance, quels sont leurs domaines de prédilection, ou peut-être les domaines qui leur sont accessibles ? Quelles sont au contraire leurs limites ? C’est ce que l’on tentera de déterminer ici.

  • 4  Si l’on peut parler d’un âge d’or, c’est parce que les données sociales sont alors telles que les (...)

5Ajoutons que, pour parler du conseil féminin, nous nous intéresserons plus particulièrement au XIIIe siècle. Sans entrer dans les détails, on peut dire que c’est, à bien des égards, un âge d’or pour les femmes, avant le grand retour en arrière que sera la Renaissance avec le retour en force du droit romain4. Cela ne veut pas dire que toutes les femmes sont concernées, mais que c’est une époque où cette configuration peut se présenter, et où les femmes ont encore la possibilité d’être influentes, si les circonstances et leur personnalité naturellement le leur permettent.

  • 5  Si ce terrain d’étude est particulièrement favorable, c’est notamment parce que ces trois chroniqu (...)

6Plus précisément, l’étude portera sur le règne de Ferdinand III, d’une part parce qu’il a engendré trois grandes chroniques qui nous offrent un terrain d’étude exceptionnel5, mais aussi parce que le règne de Ferdinand est également celui de sa mère, Bérengère de Castille, une femme qui a exploité pleinement les possibilités que l’époque pouvait lui offrir. De sorte qu’elle apporte non seulement un exemple flagrant de conseillère – entre autres –, mais que les chroniqueurs de son époque sont en outre peut-être davantage sensibilisés au rôle des femmes en politique, de celles qui ont ouvert la voie à Bérengère et qui viennent aussi apporter un précédent et légitimer ses actes.

L’existence du conseil féminin

Quantification et remarques lexicales

  • 6  Précisons que ne sont pas prises en compte ici les formes latentes du conseil qui seront évoquées (...)
  • 7  Chez Osma, il s’agit de Sancha, mère de Pedro d’Aragon, d’Aliénor, épouse d’Alphonse VIII de Casti (...)
  • 8  La première, qui est aussi l’exemple de la mauvaise conseillère, n’est autre que la reine Chimène (...)
  • 9  Dans l’ordre d’apparition : Sémiramis, Cléopâtre (la première des quatre mauvaises conseillères), (...)
  • 10  On retrouve dans le Chronicon six femmes appartenant à l’Antiquité et à l’époque wisigothique, tro (...)

7Il suffit de lire les textes pour se convaincre qu’il y a bel et bien un conseil féminin. Voici, à titre indicatif, quelques chiffres qui peuvent donner un aperçu des proportions qu’il peut prendre : on retrouve quatre conseillères6 dans la Chronica regum Castellae de Jean d’Osma7, mais pour une chronique très brève ; onze, dont une mauvaise conseillère, chez Rodrigue de Tolède8 dans son De rebus Hispaniae, toutes situées entre le Xe et le XIIIe siècle, malgré le fait que sa chronique commence à l’Espagne antique ; quinze conseillères enfin dans le Chronicon mundi de Luc de Tuy9, remontant cette fois à l’Antiquité avec Sémiramis et Cléopâtre, et incluant quatre conseillères à l’influence clairement négative. C’est plus que les autres auteurs, mais ce chiffre est compensé par le nombre de mauvaises conseillères et par le fait que neuf seulement sont évoquées pour la période médiévale10.

8D’autre part, on constate que les listes varient : Bérengère reste évidemment la figure incontournable, accompagnée de sa mère Aliénor, mais on retrouve aussi Urraque – absente chez Osma mais très présente chez les deux autres – ou des figures plus anciennes, souvent celles qui sont négatives : la femme de Witiza, ou encore Chimène, épouse d’Alphonse III. Les choix des auteurs semblent en fait orientés, et c’est logique, par leurs intérêts personnels. Rodrigue, archevêque de Tolède, consacre ainsi un long passage à Constance, dont les conseils répétés sont responsables de l’abandon du rite tolédan, malgré les protestations du peuple et les miracles divins en faveur de son maintien – mais tout s’explique puisqu’il est bien précisé à plusieurs reprises qu’elle est d’origine française. Chez Luc de Tuy, les reines sont davantage léonaises, comme il se doit, telle Sancha, épouse de Ferdinand Ier.

9Ce que l’on peut en conclure c’est qu’il y a finalement une concentration assez forte de conseillères, surtout si l’on considère qu’elles sont rassemblées majoritairement sur une période plutôt brève – trois siècles environ – et qu’aucun des auteurs ne rend compte de la totalité des femmes conseillères, puisqu’ils opèrent visiblement des sélections en fonction de l’origine de ces femmes ou de la nature des conseils donnés. Pour un calcul plus juste et plus proche de la réalité il faudrait en plus cumuler ces listes.

10Rappelons tout de même que toutes les femmes visiblement ne remplissent pas ce rôle. On ne prendra qu’un exemple pour rendre compte là encore des proportions : chez Osma, on compte quatre conseillères pour quarante et une femmes : une pour dix. D’ailleurs, seules dix-huit d’entre elles ont un nom – plus de la moitié restent dans un parfait anonymat –, et de façon générale, dix femmes seulement ont une action politique quelconque (soit un quart) – action directe, conseil ou médiation. Pour tout le reste la formulation est presque à chaque fois la même, par exemple :

  • 11  Luis CHARLO BREA (éd.), Chronica latina regum Castellae, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. (...)

domina Maior, filia iam dicti comitis Sancii, tradita fuit nuptu regi Nauarre et Naiare, scilicet Sanctio, [...]. De qua Maiore dictus Sanctius rex habuit duos filios, scilicet Garsiam et Fernandum.11

  • 12  Le principe est exactement le même chez Rodrigue ou Luc, et la proportion de femmes dont la vie se (...)

11La filiation, le mariage et la descendance, voilà à quoi se résume la vie de la plupart des femmes dans les chroniques12.

  • 13  Pour être plus précis, deux fois seulement il est attribué à un ecclésiastique de façon isolée, mê (...)
  • 14  Dans six cas, le conseil est en effet d’origine divine ou diabolique, et dans neuf d’origine incon (...)

12De même, si l’on cherche à se faire une idée du ratio entre conseillères et conseillers, force est de constater un certain déséquilibre. Si l’on reprend le cas d’Osma, sur quarante-six occurrences du terme consilium et de ses variations, on le retrouve lié à une femme sept fois, douze fois il concerne directement les nobles, et deux fois des ecclésiastiques13. Pour le reste, il est anonyme – sous-entendu masculin généralement – ou encore d’origine divine14.

  • 15  De fait, on retrouve les mêmes proportions sur le terme deliberatio par exemple : cinq occurrences (...)

13Il faudrait bien entendu pousser l’examen jusqu’aux termes connexes tels que suadere, deliberatio, etc., mais l’on ne s’y attardera pas ici15. Il s’avère que le constat reste globalement le même. Au bout du compte on aurait même pu attendre un déséquilibre plus important.

14Il y a déséquilibre tout de même, mais c’est sans compter que l’influence féminine peut s’exercer de différentes manières et sur d’autres terrains lexicaux sur lesquels on reviendra. Mais avant cela, on peut attirer l’attention sur le fait que ces remarques d’ordre lexical ne sont que la partie émergée du phénomène. Reste le domaine du non-dit, des formes latentes, implicites, du conseil féminin.

Les formes latentes du conseil

  • 16  Il ne peut se permettre de jouer sur le même plan que le conseil masculin et n’est pas reconnu de (...)

15Il semble en effet que le conseil féminin aille bien au-delà de ce que les textes mentionnent explicitement. Ce conseil a ceci de particulier qu’il est donné par les mères, les sœurs, les épouses16, et que celles-ci, pour peu qu’elles soient aimées du roi, sont absolument omniprésentes. Elles vont l’accompagner tout au long de sa vie, elles ont accès au « corps privé du roi », et ce pouvoir n’appartient qu’à elles.

  • 17  Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Roderici Ximenii de Rada opera omnia, Turnhout : Brepols (Corpus Ch (...)
  • 18  Ibid., 39, p. 82.
  • 19  Ainsi, lors du déplacement punitif contre Gonzalo Pérez de Molina, on peut lire : « Rex autem cum (...)
  • 20  DRH, IX, 11, p. 292 : « superueniente nobili regina Berengaria matre sua ».

16On pourrait faire remarquer que ce n’est pas un hasard si les auteurs prennent le soin de relever la présence de telle ou telle reine dans une réunion du conseil17, auprès du roi et de ses nobles – même si les propos de celle-ci ne sont pas rapportés –, et également lors des déplacements du souverain. On peut penser en particulier à Bérengère qui ne quitte jamais son fils. Osma s’en fait régulièrement l’écho à chaque entrée dans une ville : « Venit autem rex cum matre sua »18. Même les déplacements à visée militaire ne font pas exception, comme c’est le cas avec la révolte de Gonzalo Pérez de Molina19. Ce qui pourrait confirmer que ce type de précision peut cacher une intervention de la reine (peut-être un conseil), c’est que justement, sur le même épisode, là où Osma ne mentionne qu’une présence, Rodrigue précise, lui, cette intervention, en l’occurrence sous la forme d’une négociation20.

  • 21  Il est difficile de s’étendre sur ce sujet dont on ne sait que relativement peu de choses. Certain (...)

17Et qu’en est il de l’éducation21 ? Il y a là une influence féminine supplémentaire – si tant est que ce soit la mère qui élève son fils. Avant même que le prince n’accède à une position suffisante pour attirer la nuées de nobles et de prélats qui ne vont pas manquer de vouloir le conseiller, une femme a déjà commencé à établir son influence et orienter ses futures décisions. Rodrigue insiste à plusieurs reprises sur ce point, surtout avec Ferdinand III ; s’il règne bien c’est parce que sa mère l’a élevé en ce sens et son éducation va marquer tout son règne :

  • 22  DRH, Livre IX, 10, p. 290.

adeo filium sollicite educauit, ut regnum et patriam [...] in pace et modestia gubernaret [...].22

  • 23  On laissera ce terme en anglais, entre autres parce qu’il est malaisé de lui trouver un équivalent (...)

18Dans le même ordre d’idées, on pourrait encore évoquer un autre concept à inclure dans ces formes latentes de conseil féminin ; il s’agit de ce que les chercheurs anglo-saxons appellent le corulership23 et qui désigne cette façon qu’ont les reines, de Castille et León en particulier, de régner auprès de leurs époux comme partenaires, et d’être associées, dans les chartes mais aussi dans la pratique, aux prises de décisions.

  • 24  CLRC, 42, p. 84.
  • 25  Ibid., 38, p. 82.
  • 26 Julio GONZÁLEZ, Reinado y diplomas de Fernando III, t. 2 :Diplomas (1217-1232), Córdoba : Publicaci (...)

19Il faudrait ainsi accorder davantage d’attention à certaines tournures des chroniques présentant des décisions qui sont attribuées à la fois au roi et à la reine, avec des formules telles que « placuit autem regi et regina… »24, ou encore « rex cum matre sua cepit [...] regis officia exercere »25. Ces formules rappellent celles que l’on retrouve quasiment systématiquement dans les documents de chancellerie, du type : « ego Ferrandus, Dei gratia rex Castelle et Toleti, ex assensu et beneplacito regine domine Berengarie, genitricis mee, una cum uxore mea... »26. La question est de savoir – particulièrement dans le cas des chartes – s’il s’agit simplement d’une formule rhétorique, au moins partiellement vidée de son sens, ou bien s’il y a une véritable prise de décision commune ou, tout au moins, si la reine est consultée et amenée à donner son avis et à prodiguer ses conseils.

  • 27  Cf. notamment Miriam SHADIS, Berenguela of Castile (1180-1246) and Political Women in the High Mid (...)
  • 28  Ibid., p. 34-39. C’est le cas d’Aliénor, épouse d’Alphonse VIII, qui y est développé. Il est égale (...)

20Tout en gardant à l’esprit qu’il n’y a pas de règle absolue en la matière et que, une fois encore, ce corulership dépend largement des circonstances et des personnalités des figures régnantes, il semblerait que ces formules n’aient pas été de pure forme, si l’on en croit notamment les travaux de Miriam Shadis27. Elle signale également que ce corulership a des effets secondaires inattendus. En effet, cette association systématique du couple régnant, supposé prendre en commun toutes les décisions et fusionné en une seule identité publique aurait été tellement ancrée dans les mentalités en Espagne, et en particulier en Castille, qu’on constate parfois que les textes ne prennent même plus la peine de mentionner la reine, y compris concernant des projets (de nature religieuse notamment) dont on sait qu’elle a eu l’initiative, tant il est naturel qu’une décision du roi inclue son épouse28. Cette compréhension implicite de la politique commune du couple royal, ou du roi et de la reine-mère, par les écrivains et secrétaires de chancellerie de l’époque peut donc contribuer paradoxalement, elle aussi, à masquer l’action et le conseil féminin, quand on voudrait bien aujourd’hui en trouver des marques plus flagrantes. Mais de fait, s’il est naturel que l’épouse ou la mère conseillent le roi, à quoi bon le mentionner systématiquement ?

21On ne s’attardera pas davantage sur l’éducation ou le corulership qui mériteraient des analyses approfondies qui ne rentrent pas dans le cadre de cette étude. Cependant, ce que l’on peut dire d’ores et déjà, c’est qu’un nombre non négligeable de femmes conseillères ressort des chroniques ; d’autant moins négligeable qu’il y a en plus cette sorte de présence silencieuse, difficile à évaluer, qui laisse deviner une importance encore plus grande que celle qui est affichée. Et l’on s’intéressera à présent à la façon dont ce conseil est dispensé.

Les deux modalités phares du conseil : la mère obéie et l’épouse aimée

  • 29  On compte en effet trois mères pour une épouse chez Osma, mais huit épouses pour cinq mères chez R (...)

22On pourrait en réalité distinguer deux modalités majeures : ce que l’on pourrait appeler la « régence » maternelle et l’intervention de l’épouse. Une alternative du conseil féminin qui aurait le choix en quelque sorte entre le conseil autoritaire, peut-être plus masculin, et le champ affectif, celui de la séduction. En tout cas, les deux formes sont présentes à parts égales chez les chroniqueurs29.

La figure maternelle

  • 30  C’est le cas de Bérengère qui se voit remettre la garde de son jeune frère Enrique par Aliénor sur (...)
  • 31  DRH, VI, 14, p. 195.

23Pour respecter l’ordre chronologique de l’apparition du conseil féminin dans la vie du roi, on commencera par parler des mères. En fait, il serait plus exact de parler de figure maternelle, puisque certaines sœurs prennent la place de la mère et agissent en tant que substitut souvent lorsque celle-ci est décédée30. On pense en particulier à Urraque, chez Luc ou chez Rodrigue de Tolède, puisque ce dernier dit notamment d’elle : « Aldefonsus ei tanquam matri in omnibus defferebat et eius consilio se regebat »31.

24L’influence maternelle commence donc avec l’éducation et ce premier conseil féminin par imprégnation. La période phare en serait ensuite l’éventuelle régence, qui est d’une certaine façon l’acmé du conseil féminin, où les conseils de la reine se transforment directement en actes. Le passage par l’enfant mâle n’est alors parfois que symbolique – symbolique mais obligatoire pour que la femme n’apparaisse pas comme la figure régnante et demeure dans l’ombre qui, bien souvent, semble essentielle à son intervention. Néanmoins, on touche là aux limites du conseil, car peut-on encore parler de conseil lorsque c’est à la reine qu’incombe toute la gestion du royaume ? On a pu ainsi dire à juste titre de Blanche de Castille qu’elle devrait figurer dans la liste des rois de France et non des reines.

  • 32  CLRC, 15, p. 49.

25Toutefois l’influence maternelle peut se poursuivre bien au-delà de l’enfance et de la régence à proprement parler, auprès du roi adolescent voire adulte. Osma mentionne ainsi le cas de Sancha, mère du roi d’Aragon, qui conseille son fils « rex Petrus, iam adulescens factus »32. Soulignons cependant que si l’auteur prend la peine d’apporter cette précision, c’est peut-être aussi que cette situation n’est pas forcément systématique ; on imagine aisément que le conseil maternel est à double tranchant : la mère est la première à conseiller son fils, mais la volonté d’émancipation du jeune roi peut également prendre la forme du rejet de cette figure maternelle.

26Par contre, il semblerait que celles qui passent cette « épreuve du feu » aient alors une influence durable. C’est le cas de Sancha ou encore d’Urraque. C’est aussi le cas de Bérengère, qui fait preuve en ce domaine d’une longévité exceptionnelle, jusqu’à sa mort – tout comme d’ailleurs sa sœur Blanche. On peut ainsi lire chez Rodrigue :

  • 33  DRH, IX, 17, p. 300.

licet uir factus et in etate roboris confirmatus, mater eius numquam cessauit nec cessat que Deo et hominibus sunt accepta studio uigili suadere...33

  • 34  CLRC, 43, p. 85 : « Quadam uero die rex ex insperato humiliter et deuote tanquam filius obediencie (...)
  • 35  Ibid., 70, p. 112 : « matrem, que tunc erat apud Legionem, de longe salutauit per nuncium, qui nun (...)

27On peut même voir son fils la supplier, à vingt ans passés, de lui octroyer sa permission pour aller combattre les Maures34. Il est vrai qu’elle ne saurait la lui refuser puisqu’il est inspiré par l’Esprit saint. Il est vrai aussi que bien des années plus tard, pour le siège de Cordoue, Ferdinand reste volontairement sourd à tout conseil d’origine autre que divine et se contente, lors de son départ, de faire saluer sa mère de loin par l’entremise d’un messager, se tenant ainsi bien à l’écart d’une éventuelle désapprobation35. Il finit toujours par y avoir émancipation dans une certaine mesure.

  • 36  Ibid., 43, p. 85.
  • 37  Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Chronicon mundi, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. Conti (...)

28Ajoutons que le conseil maternel est basé certes sur l’affection partagée par la mère et son fils, mais également et surtout sur l’obéissance. Les auteurs font usage d’un champ lexical étonnamment clair là-dessus. Osma au sujet de Ferdinand III le formule ainsi : « humiliter et deuote tanquam filius obediencie »36 ; Rodrigue de son côté, on le citait tout à l’heure, emploie le terme « defferebat » pour décrire la relation entre Urraque et Alphonse VI. Et plus encore, Luc dit d’Alphonse VI : « obediebat sorori Vrrace tamquam matri »37, etde Ferdinand III :

  • 38  Ibid., IV, 93, p. 332.

obediebat prudentissime Berengarie regine matri sue, quamuis esset regni culmine sublimatus, ac si esset puer humillimus sub ferula magistrali38.

  • 39  DRH, VI, 20, p. 201 : « Zemoram itaque ueniens cum regina Vrraca, que erat prudens et piis operibu (...)
  • 40  CLRC, 38, p. 82.
  • 41  Chez Osma, on retrouve ainsi, pour la régence de Bérengère, dans les débuts du règne de son jeune (...)

29Cette influence maternelle, lorsqu’elle existe, est donc susceptible d’être extrêmement puissante. La reine mère – ou la sœur – semble même pouvoir régner de pair avec son fils, en dehors de la régence officielle, particulièrement dans les débuts du règne. La première action d’Alphonse VI à son arrivée à Zamora est en effet d’aller consulter sa sœur, et ce n’est qu’« habito consilio » qu’il commence à régner39. Chez Osma, après l’intronisation de Ferdinand III, on peut lire : « rex cum matre sua cepit in cunctis partibus regni sui regis officia exercere. »40. Il arrive même que l’on retrouve, en sus du terme de conseil, la voluntas maternelle, mais il faut tout de même préciser qu’elle n’a visiblement pas la même longévité41.

  • 42  J.-E. DOSTE (éd. et trad.), Les Blacas, Légende et documents, Marseille : Marius Lebon, 1876, p. 8 (...)

30Il faut également signaler qu’il n’y a pas là une invention des chroniqueurs proches de Bérengère. Les écrivains de l’époque sont parfaitement conscients de cette situation et certains la critiquent même violemment. Témoin la satire de Sordel, poète de Mantoue, qui écrit un « sirvente », une complainte, en l’honneur de la mort du héros Blacas et invite les princes d’Europe à se nourrir de son cœur pour regagner leur virilité42 :

  • 43  Le texte original complet est le suivant, Ibid., p. 9-10 :
    Premiers mange del cor, per so que gran (...)

qu’on arrache son cœur pour le donner à manger aux barons qui n’en ont point, et dès lors ils en auront assez. [...] Qu’ [...] en mange le roi des Français pour recouvrer la Castille qu’il perd par son inexpérience : mais s’il s’en rapporte à sa mère, il n’en mangera point, car on voit bien à sa conduite qu’il ne fait rien qui puisse lui déplaire. [...] Il faut que le roi de Castille en mange pour deux, car il a deux royaumes et n’est pas capable d’en gouverner un seul. Mais s’il veut en manger tant, qu’il se cache bien, car si sa mère le savait, elle lui donnerait des coups de bâton43.

Difficile d’être plus clair.

31Notons pour finir que lorsqu’une figure maternelle endosse le rôle de la conseillère, cela se conjugue difficilement avec une influence féminine secondaire ; la mère tend à effacer l’épouse. On pense en particulier au cas de Béatrice de Souabe qui est en permanence dans l’ombre de Bérengère, au point qu’elle n’est presque jamais mentionnée, ou bien toujours aux côtés de cette dernière. Néanmoins, lorsque la place n’est pas déjà occupée, l’épouse peut alors intervenir et devenir à son tour conseillère, mais d’une autre manière.

La douce persuasion de l’épouse aimée

  • 44  Georges DUBY, « Que sait-on de l’amour en France au XIIe siècle ? », in : Mâle Moyen Âge. De l’Amo (...)
  • 45  Cette instrumentalisation de la relation entre la femme et son époux est très présente chez les th (...)

32L’épouse a à sa disposition une arme qui n’est pas celle de l’obéissance, mais qui n’en est pas moins efficace, et c’est la relation affective qu’elle entretient avec son époux. C’est peut-être même la forme la plus appropriée à l’image médiévale catholique de la femme. On pense à la notion de dilectio, ce « sentiment condescendant » disait Duby44, accompagné d’un certain rapport de soumission, mais aussi à la place de compagne que les théologiens, et notamment Vincent de Beauvais45, attribuent à la femme : « nec domina, nec ancilla sed socia ».

33Cette forme de conseil existe au moins autant que celle de la figure maternelle. Tout comme elle, elle n’est pas systématique. Elle dépend des bonnes relations entre les époux, de cette fameuse dilection, et demeure donc plus que jamais question de circonstances et de personnalité, surtout dans ce jeu de mariages arrangés.

34J’ajouterai que ce conseil s’exhibe moins, ou du moins prend une forme moins explicite, peut-être parce que, par nature, il est moins public et a davantage sa place dans l’intimité des appartements royaux que dans les assemblées. Notons d’ailleurs que le conseil de la mère se mêle souvent à celui des nobles ; il vient en premier, mais il est sur le même plan que les conseils masculins et peut être suivi et corroboré par eux. En revanche, le conseil de l’épouse est davantage isolé ; on ne le voit pas suivi d’une confirmation des nobles, soit parce que le sujet ne l’exige pas (notamment dans les œuvres pieuses), soit parce qu’on peut imaginer que ceux-ci ne l’appuient pas. Ce pourrait être le cas avec Constance et le rite tolédan ou Aliénor et la Gascogne, comme nous allons le voir.

  • 46 CM, IV, 54, p. 289
  • 47 Ibid., IV, 84, p. 326.

35On peut en tout cas constater que pour ce conseil, ce n’est justement pas toujours le terme strict de consilium ou ses synonymes qui apparaissent, mais plutôt la gamme lexicale des suppliques et autres douces prières permettant de convaincre l’époux de réaliser les désirs de l’épouse aimée. Ainsi, chez Luc46, Sancha convainc Ferdinand Ier de déplacer le panthéon royal à León. On comprend que ce soit un sujet qui intéresse Luc de Tuy, fervent partisan de la suprématie de León. Sancha fait valoir l’intérêt de ce changement à grand renfort d’arguments sur la beauté de la ville, mais elle a également recours à d’autres moyens de persuasion : « hunc regina Sancia blandis adit colloquiis », jusqu’au moment où Ferdinand est « uictus peticionibus sue dilectissime coniugis ». C’est également par des « blandis precibus a uiro suo », toujours chez Luc47, que Bérengère obtient d’Alphonse (« obtinuit ») des changements dans les fors léonais.

  • 48  CLRC, 17, p. 52.
  • 49  Les autres auteurs quant à eux se contentent de passer sous silence cet épisode regrettable.

36Et, cette fois chez Osma48, Alphonse VIII, le souverain idéal, s’engage dans une guerre plutôt désastreuse, pour récupérer une terre qui faisait partie de la dot de son épouse, la Gascogne, – terre stérile et source de gaspillage selon l’auteur – ; il s’y engage « necessitate quadam compulsus ». Une explication vague qui montre l’étonnement de l’auteur de voir agir ainsi un roi si sage. Mais tandis que la guerre s’enlise, et alors que la Gascogne devient « odiosam » au roi, la compulsion s’explique : « sed amor coniugis et ne ipsam contristaret ipsum cepto pertinaciter compellebat ». Tout cela pour éviter la tristesse ou les pleurs d’une femme. Soyons lucides, ce pourrait être aussi pour Osma un excellent moyen de dédouaner le roi d’une erreur de jugement en rejetant la faute sur sa femme ; reste néanmoins que cette influence de l’épouse pour qui on part à la guerre – il y a là un côté Hélène de Troie – demeure vraisemblable et l’auteur choisit de l’utiliser comme seule et unique justification49.

37Des prières, de la douceur, de l’affection, peut-être des larmes, voilà en tout cas un champ lexical sur lequel il n’y a pas de compétition masculine ; ce type de conseil est purement féminin. Il ne s’affiche pas toujours ouvertement comme consilium, il est plus discret, mais il n’en est pas moins efficace dans sa capacité à influencer les décisions masculines, en allant même à l’encontre du bon sens parfois, ce qui n’arrive pas avec le conseil maternel. On pense par exemple à Alphonse VI qui, sur les conseils de Constance, néglige jusqu’aux miracles divins qui font systématiquement triompher le rite tolédan.

38On a l’impression que le conseil maternel est souvent un conseil de gouvernante, pragmatique, tandis que le conseil de l’épouse prend davantage sa source dans le désir personnel – qui n’est pas non plus forcément mauvais. D’où sans doute le fait que toutes les mauvaises conseillères soient des épouses – sauf une, Chimène, qui conseille ses fils en les poussant à se rebeller, mais c’est justement pour se venger de son mari, Alphonse III, qu’elle le fait.

Les domaines d’application du conseil féminin

39Voilà donc les deux modalités du conseil féminin. Reste à savoir quels sont les domaines accessibles à ce conseil. En réalité, il est susceptible de s’étendre, de façon assez surprenante, à tous, mais, disons-le, certains sont plus ou moins admis.

Conseil et religion

  • 50  La femme a tenu depuis les débuts du christianisme un rôle majeur, notamment dans l’évangélisation (...)

40Le champ d’expression traditionnel du conseil féminin est bien entendu celui de la religion, et de ses extensions naturelles que sont les œuvres pieuses et les funérailles. C’est l’un des rôles traditionnels de la femme ; c’est même l’un de ses devoirs, et ce depuis les débuts du christianisme50 : elle doit maintenir l’homme dans la voie de la religion et de l’Eglise et l’inciter à effectuer de bonnes œuvres.

41Osma n’y fait pas allusion parce que sa chronique, trop brève, ne s’y intéresse pas, mais chez Luc de Tuy et Rodrigue, entre un tiers et la moitié des conseils féminins relèvent de ce domaine. On voit la femme conseiller son mari dans ses œuvres, sur l’embellissement et l’édification de monastères – c’est le cas d’Aliénor notamment chez Rodrigue :

  • 51  DRH, VII, 33, p. 255.

Set [...] prope Burgis ad instanciam serenissime uxoris sue Alienor regine monasterium dominarum Cisterciensis ordinis hedificauit et nobilissimis fabricis exaltauit et multis redditibus et possessionibus uariis sic dotauit, ...51

42De même ses conseils visent à favoriser le culte des saints et des reliques ; citons Luc :

  • 52  CM, IV, 34, p. 264.

Santius [...] salubre iniit consilium cum uxore sua et sorore Geloyra, ut nuncios mitteret regi Cordubensi et peterent corpus sancti Pelagii...52

  • 53  DRH, VI, 12, p. 192 : « Cum que sepulturam in monasterio sancti Facundi aut sancti Petri de Aslanc (...)

43Enfin, elle peut être amenée à le conseiller sur la préparation d’un lieu de sépulture, comme le fait Sancha auprès de Ferdinand Ier53.

  • 54 DRH, VII, 36, p. 258.
  • 55 Ibid., VI, 24, p. 206 : « Et quia adhuc littera Gothica et translatio Psalterii et officium misse i (...)

44La femme apparaît donc comme conseillère spirituelle, et en cela elle mérite bien l’appellation de « deuoti sexus » que lui attribue Rodrigue54. Toutefois, au-delà du spirituel, son influence a bien entendu des répercussions politiques : demander la récupération des reliques de Saint Pélage en terre maure exige un traité de paix, qui, s’il n’a pu s’il n’a pu se faire sous Sanche Ier est conclu sous Ramire III, toujours sous l’égide d’Elvire et de Thérèse, cette dernière étant passée du rôle d’épouse à celui de mère. Déplacer le panthéon royal dans la ville de León, c’est donner à celle-ci un poids politique supplémentaire et renforcer son hégémonie. Enfin, le passage de l’office tolédan à l’office français (ou romain), soutenu par Constance en dépit de tous55, est un choix religieux tout autant qu’une forme d’ingérence française et clunisienne – l’insistance sur l’origine de la reine le montre bien.

Gestion du royaume et « maioribus negociis »

  • 56 CLRC, 31, p. 73 : « ita tamen quod in omnibus arduis et maioribus negociis consilium et uoluntas do (...)

45Cela étant, le conseil féminin ne se limite pas au domaine religieux. Le deuxième domaine dans lequel il est le plus fréquemment présent est celui de la gestion du royaume, des « maioribus negociis » pour reprendre une formule d’Osma56, employée lorsque Bérengère négocie son abandon de la régence auprès des Lara et se réserve précisément un droit de conseil. On pense ici justement à la régence qui est, on l’a vu, à la limite du conseil ; on pense aussi à ce duumvirat qui caractérise tout particulièrement les débuts du règne où le jeune roi s’appuie sur la figure maternelle.

  • 57  Georges MARTIN, « Régner sans régner », e-Spania, 1, juin 2006, mis en ligne le 27 mai 2010, consu (...)

46On ne répétera pas les exemples déjà évoqués, mais l’on en arrive parfois à un point, avec Urraque, ou Bérengère en particulier, où les conseillères deviennent de véritables éminences grises du souverain. La formule de Georges Martin57, « régner sans régner » paraît ici particulièrement adaptée.

Le conseil militaire : des cas rares mais existants

47Il reste encore un dernier domaine dans lequel s’illustre le conseil féminin, et c’est sans doute le plus surprenant. Rodrigue semble définir une sorte de trinité dans laquelle peut s’exercer l’influence féminine en décrivant Sancha, épouse de Ferdinand Ier, de la façon suivante :

  • 58  DRH, VI, 13, p. 193.

Nec minus eo regina Sancia uxor eius bonis et piis operibus habundabat et in regni regimine et bellorum discrimine eius sollercia utilis et sedula apparebat58.

  • 59  On s’en tient volontairement ici au conseil féminin et on laisse de côté le passage à l’action dir (...)
  • 60  Sur la présence des femmes dans le monde militaire, on peut renvoyer notamment à Barton C. HACKER, (...)

48On retrouve donc la religion, la gestion du royaume, mais aussi le domaine militaire, un domaine plus masculin encore. Là, les allusions se raréfient bien entendu, mais ne sont pas inexistantes. Même si on laisse de côté la figure de type doncella guerrera59, qui reste complètement hors normes, les femmes ne sont pas exclues complètement du monde militaire, comme on pourrait s’y attendre60. On voit ainsi Bérengère accompagner son fils, même lorsqu’il s’agit d’aller mater une rébellion. Souvent, ce sont elles encore qui préparent la logistique de la guerre : chevaux, vivres, et soldes. Qu’en est-il alors du conseil ?

  • 61  CLRC, 15, p. 49.

49Le conseil dans le domaine militaire peut être de plusieurs ordres. En réalité, il se situe la majorité du temps du côté de la gestion de la politique étrangère du royaume. Il s’agit non pas de guerroyer mais d’orchestrer les alliances militaires. Ainsi, chez Osma, Sancha d’Aragon, par amour pour son neveu Alphonse VIII, pousse par ses conseils son fils Pierre à se ranger du côté du roi de Castille : « consilio prudentis matris [...], uenit ad regem Castelle et eidem inseparabiliter adhesit quamdiu guerra durauit. »61. La guerre en question se joue dans un premier temps contre les Maures, puis très rapidement contre le royaume de León – on s’étonne moins de ne pas en trouver mention chez Luc de Tuy.

  • 62  Ibid., 50, p. 93-94 : « Et licet quibusdam inexpugnabile uideretur, qui, [...] regi consulebant ut (...)

50Mais outre ces conseils d’ordre stratégique, il apparaît que le conseil féminin pouvait également s’immiscer sur le champ tactique, même s’il y est très rarement fait allusion. Une fois encore, c’est Bérengère qui illustre cette possibilité lors du siège du château de Capilla, château qui semble à ce point inexpugnable que certains membres de l’entourage du roi lui disent de renoncer62. Pourtant cet avis n’est pas suivi, le conseil de poursuivre le siège l’emporte – un conseil judicieux puisqu’il entraîne la victoire des chrétiens – et c’est de la propre mère du roi qu’il émane, contre l’avis des nobles :

  • 63  Ibid., 50, p. 94.

ipse tamen rex, prudentis matris consilium secutus, que ipsi consulerat ut nullo modo recederet ab obsidione donec castrum caperet, firmus et constans in proponito perseuerans63

51On se retrouve donc face à un conseil qui potentiellement n’est pas restreint dans son champ d’application, même s’il est évidemment plus attendu et plus fréquent dans certains domaines. Néanmoins, il faut mettre l’accent sur ce « potentiellement », car bien souvent la mise en pratique reste délicate... Le conseil féminin est visiblement admis, sans doute même souhaitable au vu de ses conséquences positives, mais il reste des limites à ne pas ignorer, et c’est ce que l’on évoquera à présent.

Les limites du conseil féminin

Une influence incontestable mais pas tout à fait incontestée

52Ce conseil, incontestablement, a donc une place chez tous les auteurs, mais elle varie. On vient de mentionner le fait que certains domaines d’application étaient plus unanimement reconnus. On a également fait allusion à un procédé qui pourrait équivaloir à une condamnation de certains types de conseils féminins, qui consiste à passer tout simplement sous silence l’existence d’un conseil, ce qui revient à effectuer, dans une certaine mesure, une sorte de damnatio memoriae de l’action et de l’influence féminine. Sans aller jusque là, il se peut que le sujet n’intéresse tout simplement pas l’auteur, comme on a pu le voir avec Osma et le domaine religieux. Par contre, le fait que Luc de Tuy ne dise rien de la présence de Bérengère ni au siège de Capilla, ni dans la révolte de Molina, pourrait bien signifier que, pour cet ecclésiastique, une femme n’a pas à se mêler des affaires militaires.

  • 64  À l’évidence, tout miroir des princes contient par essence de bons et de mauvais exemples pour que (...)
  • 65 CM, III, 60, p. 217.
  • 66 DRH, III, 15, p. 95.

53Autre procédé qui pourrait œuvrer dans ce sens, la présentation d’exemples de mauvais conseils féminins qui peuvent venir mettre en garde le souverain64. Dumas employait, pour renvoyer à une conduite masculine inexplicable, une expression qui depuis a fait florès : « cherchez la femme ». Et de fait, la figure de la mauvaise conseillère apparaît, dans les chroniques, à l’origine de discordes entre d’anciens alliés (Cléopâtre), ou de meurtres, plus ou moins gratuits, commis par certains souverains (avec Witiza notamment). Une fois encore, c’est chez Luc de Tuy que ce procédé est en faveur. Le mauvais conseil féminin n’est pas inexistant chez les autres auteurs, mais il est largement minimisé. Lorsqu’il est possible de l’éviter, Rodrigue semble prendre soin de passer sous silence ce type de conseil-là. Ainsi, alors que chez Luc, Fafila meurt « uxore Vitice instigante, in capite calua percussit, unde idem Fafila postea ad mortem uenit »65 ; Rodrigue se contente de dire : « Quem Faffilam Witiza quadam occassione uxoris fuste in capite uulnerauit »66.

54Par ailleurs, il ne faut pas oublier ici les considérations touchant aux intérêts personnels et aux statuts des auteurs qui biaisent forcément la représentation qu’ils nous offrent. Ainsi, Osma, en tant que chancelier, pourrait bien chercher par moments à diminuer l’influence féminine, principalement celle de Bérengère, pour laisser à Ferdinand tout le crédit de ses actes. À l’inverse, Rodrigue de Tolède, au moment où il achève sa chronique, est en disgrâce et voit en la reine mère l’un de ses derniers soutiens ; il a donc à cœur, semble-t-il, de rehausser l’importance du conseil féminin, peut-être aussi par vengeance pour diminuer l’action d’un roi qui ne le soutient plus guère. C’est par exemple à Bérengère qu’il attribue tout le mérite de la prise de Cordoue :

  • 67  Ibid., IX, 17, p. 300.

Stabilita igitur incolis et bellatoribus ciuitate rex Fernandus Toletum ad reginam nobilem est reuersus, que pari uictoria iocundata utpote que consilio et subsidio, licet absens, omnia procurarat.67

55Difficile de ne pas sentir ici « un peu » d’exagération. Quant à Luc de Tuy, quoique mandaté par Bérengère, il est avant tout un homme d’Eglise au sens strict, peu favorable à un rôle vraiment prédominant de la femme. C’est bien là tout l’intérêt d’avoir trois chroniques. Le fait de croiser ces différentes approches peut nous permettre d’essayer de faire autant que possible la part des choses.

La médiation masculine, en amont et en aval

  • 68  On pense à Aliénor, chez Osma, qui souhaite mourir de chagrin à la mort de son époux Alphonse VIII (...)
  • 69  Ibid., 35, p. 79 : « Ipsa uero, uidens quod ardenti desiderio concupierat, petitis gratanter annui (...)
  • 70  Ibid., p. 78.
  • 71  DRH, IX, 5, p. 286.
  • 72  CM, IV, 93, p. 332.

56On pourrait ajouter encore une autre limitation. De fait, on sent la présence, autour du conseil féminin, d’une médiation masculine, aussi bien en aval qu’en amont pourrait-on dire. De façon générale, la femme ne saurait se passer, ou bien difficilement, de la présence masculine68. Même pendant la régence, on l’a vu, il y a toujours cette présence, même symbolique, de l’enfant mâle. De même, aux yeux de tous, même des soutiens les plus convaincus de l’influence féminine, une reine ne saurait supporter seule longtemps le poids du royaume, et elle est trop heureuse dès que possible de s’en décharger. Ainsi, Bérengère brûle-t-elle chez Osma, d’un « ardent désir »69 de concéder le trône à son fils : « cum ipsa femina esset, labores regiminis regni tolerare non posset »70. Rodrigue quant à lui évoque comme raison de son refus sa pudeur et sa modestie : « Ipsa autem intra fines pudicie et modestie supra omnes mundi dominas se coartans, regnum sibi noluit retinere »71. Luc enfin se contente de signaler sans commentaire une passation de pouvoir qui semble chez lui tellement attendue et naturelle qu’il semble qu’il ne pouvait en être autrement : « ei matre Berengaria tradente regnum »72.

57On ne doit pas oublier d’une part que chez la femme, le conseil reste bien souvent un substitut à l’action ; si elle conseille ou qu’elle supplie, c’est aussi qu’elle n’a pas d’autre choix que celui de passer par un homme pour agir. Elle en est réduite au conseil – c’est ce que j’appellerai une médiation masculine en aval. D’ailleurs chez Rodrigue, qui est certainement celui qui consacre la plus grande importance aux femmes dans sa chronique, si les femmes parfois conseillent moins, c’est justement qu’elles agissent davantage de façon directe.

  • 73 CLRC, 44, p. 86.
  • 74 Ibid., 44, p. 86 : « Rex de uoluntate magnatum ad modicum seccessit in partem. Ipsi uero remanentes (...)

58D’autre part, il faut encore ajouter que le conseil donné par la femme n’est pas toujours purement féminin, mais peut passer aussi par une médiation masculine en amont. Les chroniqueurs insistent en effet, dans une plus ou moins grande mesure, sur la présence des conseillers masculins de la conseillère. Celle-ci deviendrait par conséquent davantage médiatrice que purement conseillère, médiatrice notamment entre les hommes d’Eglise et le souverain. Bérengère apparaît ainsi souvent accompagnée par des évêques et épaulée par eux. Dans le même ordre d’idées, lorsqu’elle doit prendre la décision d’autoriser son fils à partir en guerre contre les Maures, chez Osma, elle reporte en partie cette décision sur les nobles : « Astant uassalli uestri, curia interest, ipsi consulant nobis sicut tenentur et consilium eorum sequimini in hoc facto »73. Ferdinand se retire pour laisser sa mère délibérer avec eux et parvenir à une décision commune. Au final le conseil qui est donné au roi est à la fois masculin et féminin74.

59Cette intrusion masculine culmine chez Luc de Tuy. Il dit de Ferdinand qu’il obéissait à sa mère, certes, mais il ajoute :

  • 75  CM, IV, 93, p. 332.

Habebat se cum prudentissimos catholicos uiros, quibus tam ipse quam mater totum suum consilium comittebant.75

60Ferdinand obéit à Bérengère, mais si l’on en croit Luc, ce sont les ecclésiastiques qui leur dictent à tous deux leurs actions.

61On ne rentrera pas davantage dans ce sujet, puisque, comme nous l’avons mentionné précédemment, il s’agirait de traiter de médiation et non plus de conseil. Voilà toutefois une restriction supplémentaire qu’il convenait d’évoquer : le conseil féminin peut être parfois partiellement vidé de sa substance, ou plutôt récupéré comme forme détournée du conseil masculin.

Des limites tempérées : les dangers de l’absence de conseil féminin

62Des limites au conseil féminin, il en existe donc et de multiples. On soulignera néanmoins le fait qu’elles sont tempérées, dans une certaine mesure, par la représentation, principalement chez Rodrigue de Tolède, du danger qu’il y a dans l’absence du conseil féminin ou dans le refus de l’écouter.

  • 76  Visiblement, dans ce cas, son épouse, pourtant mentionnée par la chronique, n’a pas su prendre le (...)

63Si Ramire III déclenche des guerres intestines dans son royaume c’est qu’il n’y a plus de figure maternelle pour le conseiller76 :

  • 77  DRH, V, 12, p. 160.

Cum que esset puer nec ad discretionem etatis uenisset, stultis actibus cepit comites Gallecie prouocare, iam a consilio matris et amitte alienus77.

  • 78  Ibid., V, 25, p. 174-175 : « Et prodicionem huiusmodi sponsa sua Sancia, que utcumque perceperat, (...)

64De même, l’infant García meurt pour ne pas avoir écouté les mises en garde de sa fiancée Sancha et s’être rangé à l’avis de ses nobles qui refusaient de croire à une possible trahison78. Au final, Sancha était mieux informée et la recommandation féminine s’avère tristement avoir été la meilleure.

Un conseil féminin en quête de légitimité

  • 79  Notons qu’il s’agit d’une représentation très médiévale qui semble se dessiner surtout à partir du (...)
  • 80  Le texte de référence qui fait de Marie une figure de conseillère étant en l’occurrence celui, tir (...)
  • 81  Ici, on pourrait penser en particulier au Poema de Fernán González, où seules deux figures féminin (...)

65Pour que son rôle soit reconnu, la conseillère doit en fait correspondre à des normes bien cadrées et ce n’est que dans ce cadre que ses conseils acquièrent leur valeur. On pourrait décrire le conseil féminin au Moyen Âge comme un conseil en quête de légitimité, tiraillé entre deux figures emblématiques, celle d’Eve, la toute première, la mauvaise conseillère79, l’épouse guidée par ses désirs aussi, et celle de Marie qui vient racheter la faute de la femme et devient elle aussi conseillère (et également médiatrice), cette fois en tant que mère80. Ce dédoublement de la figure féminine en une vision très manichéenne, on le retrouve fréquemment, aussi bien dans les chroniques que dans la littérature81.

  • 82  Cette vertu suggérant d’ailleurs à plusieurs reprises l’existence de tout un réseau d’informations (...)
  • 83  Cf. dans les actes de ce même colloque « Conseil, conseillers et conseillères en péninsule ibériqu (...)

66Pour conserver sa légitimité, la conseillère doit posséder plusieurs vertus : prudence, sagesse, mais aussi prévoyance82. On ne les développera pas ici, car d’autres s’en sont chargés de façon bien plus détaillée au cours de ce colloque83.

Une condition expresse : le dévouement, prix de la légitimité du conseil féminin

67Le dernier point que l’on abordera ici est en réalité ce qui pourrait bien être la condition essentielle, le prix de la légitimité du conseil féminin : le dévouement, et principalement le dévouement à un homme.

  • 84  CLRC, 17, p. 52 : « Auri fontem irriguum dessicasset Vasconia et nobilitatem procerum hausisset. »
  • 85  DRH, IV, 20, p. 143 . « satis inhumana studebat noua grauamina et seruitutis onera inuenire, nichi (...)
  • 86  CM, I, 92, p. 75.

68Tous les auteurs illustrent, dans une plus ou moins grande mesure, les dangers de la conduite personnelle et égocentrée des femmes. Même chez Osma, qui pourtant ne présente pas explicitement de cas de mauvais conseil, ce risque apparaît en filigrane avec Aliénor et son attachement pour la Gascogne, qui fait partie de ses possessions personnelles, et qui, indirectement, fait entreprendre à son époux une guerre qu’il trouve détestable et qui nuit à son royaume84. Chez Rodrigue, on retrouve Chimène, qui cherche non seulement à déposséder son mari du trône, mais prend aussi plaisir à asservir et taxer le peuple le plus possible85. Chez Luc enfin, c’est pour obtenir le royaume pour son propre compte que Cléopâtre séduit César et fait assassiner son frère, tout comme elle conseillera plus tard Marc Antoine de combattre Auguste86.

  • 87  DRH, IV, 20, p. 143.
  • 88  Pour reprendre la formule consacrée de G. Duby.

69Rechercher des terres, du pouvoir, le trône, à des fins personnelles n’est pas tolérable pour une femme ; dès lors ses conseils sont dangereux à suivre. Rodrigue de Tolède pointe du doigt l’origine du problème avec Chimène : elle est décrite comme « non habens carum ut affectus expetit maritalis »87. Les femmes se doivent de respecter la place qui leur a été donnée auprès des hommes, voulue par Dieu. On en revient à la notion de compagne, d’alliée, « socia », qui est celle que leur accorde ce mâle Moyen Âge88.

  • 89  CLRC, 15, p. 49.

70De fait, quand elles agissent au profit d’un homme, par amour et dévouement envers celui-ci et non pour elles-mêmes, tout va pour le mieux. Sancha d’Aragon entraîne son fils dans une alliance profitable avec Alphonse VIII – profitable pour la Castille, aux yeux d’Osma en tout cas – poussée par l’« ignis amoris, qui [...] erupit in flammam manifestam [...] procurans, tanquam prudens Abigail, qualiter et potenter regi Castelle <subuenire> »89. Bérengère est toute dévouée à son fils, cela est répété à plusieurs reprises ; elle s’adresse à lui en ces termes pour répondre à sa demande de départ en guerre contre les Maures :

  • 90  Ibid., 44, p. 86.

Fili dulcissime, gloria mea et gaudium meum uos estis ; beatitudinem uestram et succesus semper ex animo desideraui et, quantumcumque potui, procuraui90.

71Luc de Tuy, enfin, est très explicite là-dessus lorsqu’il évoque l’épouse de Ferdinand Ier, Sancha :

  • 91  CM, IV, 59, p. 294.

Regina autem Sancia uxor eius non minus eo consimilibus sanctis operibus insistebat et sapiencia plena ita suberat uiro, ut particeps laboris fieret in regno91.

72Ce balancement « ita...ut » indique clairement une relation de cause à effet : c’est parce qu’elle est soumise à l’homme qu’elle peut participer au gouvernement du royaume.

73Ce type de dévouement n’est en réalité pas le seul, on aurait pu également évoquer le dévouement à l’Eglise ou au peuple, mais il demeure le plus important et, comme nous l’avons dit précédemment, la condition sine qua non à tout conseil féminin.

Conclusion

74Voilà donc la façon dont apparaissent les conseillères au XIIIe siècle dans les chroniques : très présentes, à la fois puissantes et limitées, toujours en tension entre force et faiblesse, ce qui est semble-t-il le lot des femmes de pouvoir de cette époque. Des femmes qui doivent s’adapter aux données socioculturelles, aux mentalités, en laissant aux hommes la prise de décision finale et l’action, et en se contentant de rester en retrait et de les influencer, et encore, uniquement pour leur rendre service – du moins en apparence.

  • 92  Epître aux Ephésiens, 5, 21.
  • 93  Proverbe anonyme russe.

75Et, pour finir là où l’on a commencé, on terminera par une citation de la Bible, de nouveau, qui illustre bien cette situation : « pour la femme, le mari est la tête »92. On y ajoutera toutefois un proverbe en guise d’exégèse : « l’homme est la tête, la femme est le cou ; la tête regarde là où le cou tourne »93.

Haut de page

Notes

1  La Bible, Genèse, 3, 17, version Segond (« Nouvelle édition de Genève »), 1979

2  On peut penser en particulier aux gender studies. Sur ce concept et pour une liste des ouvrages majeurs qu’il a pu engendrer, cf. Joan W. SCOTT, « Gender : A useful category of Historical Analysis », American Historical Review, 91, 1986, p. 1053-1075.

3  Je ne rentre pas ici dans le débat des idéologies et des différentes générations de chercheurs qui ont constitué l’historiographie féminine (pour un état de la question, là encore, cf. ibid.). La lecture féministe de l’histoire des femmes a eu plusieurs facettes, dont une qui consistait précisément à rabaisser le rôle de ces femmes en les posant en victimes. Le terme employé ici doit être pris dans un sens beaucoup plus trivial ; il s’agit simplement de faire référence à une attitude biaisée vis-à-vis de l’étude de l’histoire des femmes au Moyen Âge, qui consisterait par exemple à chercher à promouvoir excessivement leur rôle et à interpréter leurs actions en leur donnant plus de poids qu’elles n’ont pu en avoir.

4  Si l’on peut parler d’un âge d’or, c’est parce que les données sociales sont alors telles que les femmes peuvent potentiellement rassembler les ingrédients qui leur permettent de détenir un certain pouvoir. Cela passe notamment par l’autonomie juridique et financière : la possession de biens matériels, via le douaire et la dot ou les héritages, le droit de les gérer, etc. Sur ce point, cf. en particulier David HERLIHY, « Land, Family and Women in Continental Europe 701-1200 », Traditio, 18, 1962, p. 89-120. Les lois touchant à l’héritage sont particulièrement importantes, le droit des femmes sur l’héritage allant même jusqu’à s’étendre au trône dans la Péninsule ibérique. Cet état de fait s’est cependant avéré temporaire, et la situation a évolué « en línea negativa, con los procesos de afianzamiento de los estados y de rápido desarrollo institucional. », pour reprendre les termes de María ECHÁNIZ SANS, Las mujeres de la orden militar de Santiago en la Edad Media, Salamanque : Junta de Castilla y León, 1992, p. 14. Le retour du droit romain qui fait de la femme une éternelle mineure aux yeux de la loi entraîne fatalement une exclusion progressive de celle-ci des institutions du pouvoir au cours du Bas Moyen Âge et de l’Epoque Moderne. Sur ce sujet, cf. notamment Jean GAUDEMET, « Le statut de la femme dans l’empire romain », Recueils de la Société Jean Bodin, Bruxelles : Editions de la Librairie Encyclopédique, 1959, t. 11, p. 177-189 ; et Jean PORTEMER « Le statut de la femme en France depuis la réformation des coutumes jusqu’à la rédaction du Code civil », Recueils de la société Jean Bodin, Bruxelles, 1962, t. 12, p. 447-497.

5  Si ce terrain d’étude est particulièrement favorable, c’est notamment parce que ces trois chroniques nous offrent des points de vue variés sur les mêmes événements. On fait référence ici bien entendu au Chronicon Mundi de Luc, évêque de Tuy et grand représentant de l’Eglise, au De rebus Hispaniae de Rodrigue, archevêque de Tolède et digne fils de la haute noblesse, et à la Chronica regum Castellae de Jean d’Osma, chancelier du roi pendant près de trente ans et défenseur des intérêts de Ferdinand III.

6  Précisons que ne sont pas prises en compte ici les formes latentes du conseil qui seront évoquées plus loin (les femmes éducatrices, la participation aux assemblées sans prise de parole explicite, etc.).

7  Chez Osma, il s’agit de Sancha, mère de Pedro d’Aragon, d’Aliénor, épouse d’Alphonse VIII de Castille, et de Bérengère de Castille, mère de Ferdinand III, ce à quoi on pourrait ajouter dans une moindre mesure Blanche de Castille, mère de Louis IX, qui apparaît en fait davantage comme régente, régnant directement, que comme conseillère.

8  La première, qui est aussi l’exemple de la mauvaise conseillère, n’est autre que la reine Chimène (ou Amelina), épouse d’Alphonse III, qui par ses conseils pousse ses fils à se rebeller contre leur père. On trouve ensuite deux Thérèse, la première épouse de Ramire II, et la seconde épouse de Sanche I et mère de Ramire III, celle-ci étant accompagnée d’Elvire, sœur de Sanche. Vient ensuite dans une moindre mesure Sancha, fiancée de l’infant García, puis une autre Sancha, épouse de Ferdinand Ier. Enfin, on retrouve une conseillère de premier ordre qu’Osma avait pris soin d’oublier : Urraque, sœur d’Alphonse VI, à laquelle s’ajoutent Constance, épouse d’Alphonse VI, Thérèse, épouse du comte Enrique et fille d’Alphonse VII et enfin, incontournables : Aliénor, épouse d’Alphonse VIII et Bérengère de Castille.

9  Dans l’ordre d’apparition : Sémiramis, Cléopâtre (la première des quatre mauvaises conseillères), la femme d’Aristobole et mère d’Alexandre (mauvaise également), la “buena dueña Lucila”, la femme de Théodoric, la femme de Vitiza (mauvaise conseillère elle aussi), Chimène, épouse d’Alphonse III (à l’influence négative, tout comme chez Rodrigue), Thérèse et Elvire, mère et sœur de Sanche Ier, puis, la femme de Sanche III, Sancha, l’épouse de Ferdinand Ier, Urraque de Zamora, Sancha, sœur d’Alphonse VII, suivie d’une autre Sancha, comtesse celle-ci et mère d’un comte rebelle léonais, et enfin Bérengère de Castille.

10  On retrouve dans le Chronicon six femmes appartenant à l’Antiquité et à l’époque wisigothique, trois d’entre elles étant des contre-exemples. Ensuite, Luc rejoint Rodrigue avec la figure de Chimène.

11  Luis CHARLO BREA (éd.), Chronica latina regum Castellae, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. Continuatio medievalis, LXXIII), 1997, 1, p. 29. Désormais CLRC.

12  Le principe est exactement le même chez Rodrigue ou Luc, et la proportion de femmes dont la vie se résume à ces quelques mots y est tout aussi importante, si ce n’est plus, dans le cas du Chronicon.

13  Pour être plus précis, deux fois seulement il est attribué à un ecclésiastique de façon isolée, même si dans les trois cas où le conseil féminin est partagé, on retrouve un évêque. Le reste des occurrences du terme consilium est plus anecdotique ; le sens d’ailleurs n’y est pas toujours celui de conseil. Il peut notamment désigner une vertu, la détermination, dans la formule “magni consilii”, ou bien encore faire allusion à une alliance ou une décision militaire prise en commun entre des rois.

14  Dans six cas, le conseil est en effet d’origine divine ou diabolique, et dans neuf d’origine inconnue, auquel cas il est souvent accompagné d’auxilium, ou bien marque à plusieurs reprises l’absence de conseil.

15  De fait, on retrouve les mêmes proportions sur le terme deliberatio par exemple : cinq occurrences chez Osma, deux pour les nobles et évêques, deux anonymes et une pour la reine accompagnée des nobles.

16  Il ne peut se permettre de jouer sur le même plan que le conseil masculin et n’est pas reconnu de la même manière. Notons d’ailleurs qu’il n’y a pas de femme noble conseillère du roi, si celle-ci ne lui est pas liée par le sang ou le mariage.

17  Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Roderici Ximenii de Rada opera omnia, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Continuatio medievalis, LXXII), 1987, I,Livre IC, ch. 19, sur Alphonse III : « predictus rex una cum uxore et filiis, episcopis, comitibus et magnatibus, [...] ad celebrandum concilium conuenerunt [...] ». Désormais DRH. Ou encore, chez Jean d’Osma : « rex intrauit Carrionem, ubi cum nobili genetrice sua et cum archiepiscopo Tolletano et episcopo Burgense et cunctis magnatibus regni, [ubi] tractatu habito, firmatum est consilium mouendi guerram contra Sarracenos. », CLRC, 44, p. 87.

18  Ibid., 39, p. 82.

19  Ainsi, lors du déplacement punitif contre Gonzalo Pérez de Molina, on peut lire : « Rex autem cum clarissima genetrice sua, congregatis uassallis suis, iuit super Molinam et uastauit totam terramdomini de Molina. », Ibid., 41, p. 84.

20  DRH, IX, 11, p. 292 : « superueniente nobili regina Berengaria matre sua ».

21  Il est difficile de s’étendre sur ce sujet dont on ne sait que relativement peu de choses. Certains témoignages laissent à penser qu’au Moyen Age, les fils étaient habituellement enlevés à leur mère à partir de l’âge de sept ans, une tradition que l’on retrouvait déjà dans l’Antiquité grecque. Mais les reines ne faisaient-elles pas parfois exception à cette règle ? Dans les cas de Blanche ou Bérengère par exemple, il paraît peu probable qu’elles n’aient pas eu une forte participation dans l’éducation de leurs fils. Par ailleurs, il semble évident que l’éducation était une matière qui concernait la femme, même si elle n’en était pas la seule responsable. Le premier traité d’éducation, souvent oublié, n’a-t-il pas une femme pour auteur, Dhuoda, dont le Manuel pour mon fils, composé en latin au milieu du IXe siècle, précède même l’œuvre de Rabelais. Cf. Régine PERNOUD, La Femme au temps des cathédrales (1ère édition 1980), Paris : Editions Stock, 2009, p. 63-77.

22  DRH, Livre IX, 10, p. 290.

23  On laissera ce terme en anglais, entre autres parce qu’il est malaisé de lui trouver un équivalent français qui ne soit pas ou bien une périphrase pesante, ou bien un complet néologisme.

24  CLRC, 42, p. 84.

25  Ibid., 38, p. 82.

26 Julio GONZÁLEZ, Reinado y diplomas de Fernando III, t. 2 :Diplomas (1217-1232), Córdoba : Publicaciones del Monte de Piedad y Caja de Ahorros de Córdoba, 1983, nº 102, p. 125.

27  Cf. notamment Miriam SHADIS, Berenguela of Castile (1180-1246) and Political Women in the High Middle Ages, New York : Palgrave Macmillan, 2009.

28  Ibid., p. 34-39. C’est le cas d’Aliénor, épouse d’Alphonse VIII, qui y est développé. Il est également précisé cependant que si Aliénor est associée au roi dans les décisions d’ordre domestique telles que les dons à l’Eglise et à la noblesse, elle ne l’est plus lorsqu’il s’agit de traiter des affaires étrangères du royaume.

29  On compte en effet trois mères pour une épouse chez Osma, mais huit épouses pour cinq mères chez Rodrigue (une des femmes étant tour à tour épouse puis mère), et huit dans les deux cas chez Luc de Tuy (avec la même remarque).

30  C’est le cas de Bérengère qui se voit remettre la garde de son jeune frère Enrique par Aliénor sur son lit de mort, cf. CLRC, 31, p. 73 : « Cum igitur domina regina Alienor laboraret in extremis, comendauit filium suum regem Enricum et regnum filie sue regine domine Berengarie ».

31  DRH, VI, 14, p. 195.

32  CLRC, 15, p. 49.

33  DRH, IX, 17, p. 300.

34  CLRC, 43, p. 85 : « Quadam uero die rex ex insperato humiliter et deuote tanquam filius obediencie, cum irruisset in eum Spiritus Domini coram nobilissima genetrice sua, magnatibus cunctis astantibus, uerbum proposuit in hunc modum : “Carissima genetrix et domina dulcissima, quid michi prodest regnum Castelle, quod uestra liberalitas a se, uelud sibi de iure debitum, abdicauit mihi que concessitur ; quid nobilissima coniux, de longis que partibus per uestram solicitudinem et industriam adducta mihi que cum honore inenarrabili matrimonialiter copulata ; quid quod desideria mea, preuenitis in dulcedine materna et, antequam sint a me plene concepta, effectu celeberrimo consumatis, [...] si lux glorie regalis, [...] in se extinguitur et adnichilatur ? [...] Supplico, clementissima genetrix, a qua post Deum teneo quidquid habeo, ut placeat uobis quod guerram moueam contra Mauros. ».

35  Ibid., 70, p. 112 : « matrem, que tunc erat apud Legionem, de longe salutauit per nuncium, qui nunciaret ei fideliter ea que acciderant et firmum propositum filii, quod nulla ratione poterat inmutari ».

36  Ibid., 43, p. 85.

37  Emma FALQUE (éd.), Lucae Tudensis Chronicon mundi, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. Continuatio mediaeualis, LXXIV), 2003, t. 1, IV, 62, p. 297. Désormais CM.

38  Ibid., IV, 93, p. 332.

39  DRH, VI, 20, p. 201 : « Zemoram itaque ueniens cum regina Vrraca, que erat prudens et piis operibus dedicata, habito consilio diligenti cepit in operibus iusticie exerceri ».

40  CLRC, 38, p. 82.

41  Chez Osma, on retrouve ainsi, pour la régence de Bérengère, dans les débuts du règne de son jeune frère, des formules telles que : « consilium et voluntas », « subducto de potestate », ou encore « pro sua voluntate », Ibid., 31, p. 73. Et la voluntas maternelle est encore présente lorsque Ferdinand III reçoit l’autorisation d’aller combattre les Maures, Ibid., 44, p. 86.

42  J.-E. DOSTE (éd. et trad.), Les Blacas, Légende et documents, Marseille : Marius Lebon, 1876, p. 8 et suivantes, en ligne sur http://catalogue.enc.sorbonne.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=9853.

43  Le texte original complet est le suivant, Ibid., p. 9-10 :
Premiers mange del cor, per so que grans ops l’es
L’emperaire de Roma, si’l vol los Milanes
Per forsa conquistar ; quar lui tenon conques
E viu deseretatz malgrat de sos Ties.
E de seguentre lui manj’en lo reis Frances,
Pos cobrara Castela qu’el pert per nescies :
Mas, si pes’a sa mair’ el non manjara ges,
Quar ben par a son pretz, qu’el non fai ren que·l pes.
Del rei Engles me platz, quar es pauc coratjos,
Que mange pron del cor ; pois er valens e bos
E cobrara la terra, per que viu de pretz blos,
Que·l tol lo rei de Fransa, quar lo sab nualhos.
E lo reis Castelas tanh qu’en mange per dos,
Quar dos regismes ten ni per l’un non es pros :
Mas s’eil en vol manjar tanh qu’en manj’a rescos,
Que si’l mair’o sabia batria·l’ab bastos.

44  Georges DUBY, « Que sait-on de l’amour en France au XIIe siècle ? », in : Mâle Moyen Âge. De l’Amour et autres essais, Paris : Flammarion (Champs, 216), 1988, p. 37 : « dilectio, ce sentiment condescendant que les maîtres doivent tourner vers ceux qu’ils protègent et que l’époux porte à cette épouse (...) ».

45  Cette instrumentalisation de la relation entre la femme et son époux est très présente chez les théologiens, qui y voient un moyen de guider spirituellement l’époux en question. C’est également un élément que l’on retrouve dans le domaine de la littérature courtoise. Non seulement l’épouse, mais de façon plus générale la dame, peut avoir ce rôle de guide ou d’éducatrice, par exemple chez ANDRÉ LE CHAPELAIN dans son Traité de l’amour (citation tirée de Reto BEZZOLA, Les Origines et la Formation de la littérature courtoise en Occident, Paris : Bibliothèque de l’Ecole des hautes études, 1958-1963, vol. II, p. 380-381, d’après l’édition de Salvatore BATTAGLIA, Rome, 1941) : « Je tiens pour certain que tous les biens de cette vie sont donnés par Dieu pour faire votre volonté et celle des autres dames. Il est évident et pour ma raison absolument clair que les hommes ne sont rien, qu’ils sont incapables de boire à la source du bien s’ils ne sont pas mus par les femmes. [...] chacun doit s’efforcer de servir les dames afin qu’il puisse être illuminé de leur grâce ; et elles doivent faire de leur mieux pour conserver les cœurs des bons dans les bonnes actions et honorer les bons pour leur mérite ».

46 CM, IV, 54, p. 289

47 Ibid., IV, 84, p. 326.

48  CLRC, 17, p. 52.

49  Les autres auteurs quant à eux se contentent de passer sous silence cet épisode regrettable.

50  La femme a tenu depuis les débuts du christianisme un rôle majeur, notamment dans l’évangélisation et le développement du christianisme en Europe. Régine PERNOUD, op. cit., p. 11-12, en donne un exemple avec le baptême de Clovis. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que les femmes aient pu servir de fer de lance à l’Eglise vus les bénéfices qu’elles pouvaient retirer des préceptes défendus par celle-ci. D. HERLIHY résume la situation ainsi, art. cit., p. 15 : « In unequivocally asserting that men and women shared a common spiritual destiny and dignity, the Christian Church undoubtedly helped prevent the woman from anywhere becoming a chattel of her husband ; in seeking to establish the sanctity and permanence of marriage, the Church helped confirm her importance as established mistress of her household ». Cependant, le rôle de la femme ne s’arrête pas là ; elle sert aussi de guide spirituel auprès de son entourage masculin, elle doit le maintenir dans le droit chemin, le soutenir dans sa foi, l’encourager à effectuer de bonnes œuvres, etc. Cette idée est défendue par les théologiens au Moyen Âge ; cf. sur ce point Marie Thérèse D’ALVERNY, « Comment les théologiens et les philosophes voient la femme », in : La femme dans les civilisations des Xe-XIIIe siècles [Actes du colloque tenu à Poitiers les 23-25 sept. 1976], Poitiers : Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, 1977, p. 105-129.

51  DRH, VII, 33, p. 255.

52  CM, IV, 34, p. 264.

53  DRH, VI, 12, p. 192 : « Cum que sepulturam in monasterio sancti Facundi aut sancti Petri de Aslancia eligere decreuisset, uxoris sue regine Sancie precibus inclinatus, Legione in ecclesia quam construxerat elegit sibi et coniugi et successoribus sepulturas, et etiam ab uxore suasus regem Sancium patrem suum a monasterio Oniensi ad eandem transtulit sepulturam ».

54 DRH, VII, 36, p. 258.

55 Ibid., VI, 24, p. 206 : « Et quia adhuc littera Gothica et translatio Psalterii et officium misse institutum ab Isidoro et Leandro, quod cum translatione et littera dicitur Toletanum, per totam Hispaniam seruabantur, ad instanciam uxoris sue regine Constancie, que erat de partibus Galliarum, misit Romam ad Gregorium Papam VII ut in Hispaniis onmisso Toletano Romanum seu Gallicanum officium seruaretur. », et VI, 25, p. 207-208 : « ante reuocationem clerus et populus tocius Hispanie turbabatur, eo quod Gallicanum officium suscipere a legato et principecogebantur ; et statuto die rege, primate, legato, cleri et populi maxima multitudine congregatis, fuit diucius altercatum, clero,milicia et populo firmiter resistentibus ne officium mutaretur, rege a regina suaso contrarium minis et terroribus intonante. Ad hoc ultimo res peruenit militari pertinacia decernente, ut hec dissensio duelli certamine sedaretur. Cum que duo milites fuissent electi, unus a rege, qui pro officio Gallicano, alter a milicia et populis, qui pro Toletano pariter decertarent, miles regis ilico uictus fuit, populis exultantibus quod uictor erat miles officii Toletani. Set rex adeo fuit a regina Constancia stimulatus quod a proposito non discessit, duellum iudicans ius non esse. [...] Et tunc cunctis flentibus et dolentibus prouerbium inoleuit : "Quo uolunt reges uadunt leges" ». Cette même reine Constance, en chrétienne zélée, est également responsable de la conversion de la mosquée de Tolède, et elle n’hésite pas pour cela, lorsque le conseil ne suffit plus, à aller jusqu’à désobéir aux ordres de son roi , une décision qui manque de lui coûter la vie, mais qui réjouit tout de même le monarque au final :« Cum que rex ad partes Legionis iuisset, ipse electus, regina Constancia adhortante, de nocte ascitis militibus christianis maiorem mezquitam ingressus est Toletanam, et eliminata spurcicia Machometi erexit altaria fidei christiane et in maiore turri campanas ad conuocationem fidelium collocauit. Quod cum ad regis noticiam peruenisset, indignatus animo et dolore accensus, eo quod Sarracenis pactum firmauerat de mezquita, a Sancto Facundo tribus diebus uenit Toletum proponens Bernardum electum et reginam Constanciam incendio concremare. [...] Arabes in hunc modum perorare ceperunt : "Bene nouimus quod archiepiscopus dux et princeps est legis uestre, et si causa fuerimus necis eius, ob zelum fidei Christiani nos percucient una die, et si regina perierit causa nostri, semini eius erimus perpetuo odiosi et post dies tuos acrius uindicabunt. Vnde petimus ut parcas eis, et nos uoluntarie te absoluimus a federe iuramenti". Hiis auditis regis ira in gaudium comutatur, eo quod mezquitam habere poterat sine fidei lesione, et ingressus urbem regiam omnia pacifice pertractauit. », ibid., VI, 24, p. 206.

56 CLRC, 31, p. 73 : « ita tamen quod in omnibus arduis et maioribus negociis consilium et uoluntas domine regine requireretur, et sine ipsa nichil fieret. » Bérengère renonce à la régence et au pouvoir, ou du moins au pouvoir explicite et affiché, mais c’est sans doute pour mieux le conserver d’une autre manière, plus discrète. De même, elle choisit peu de temps après, en toute modestie disent les chroniques, de ne pas régner directement, mais au travers de son fils.

57  Georges MARTIN, « Régner sans régner », e-Spania, 1, juin 2006, mis en ligne le 27 mai 2010, consulté le 27 avril 2011. URL : http://e-spania.revues.org/326.

58  DRH, VI, 13, p. 193.

59  On s’en tient volontairement ici au conseil féminin et on laisse de côté le passage à l’action directe, qui existe aussi dans ce domaine, et trouve sa place notamment chez Rodrigue de Tolède avec les Amazones, ces guerrières dont il vante les mérites et qui, selon lui, avaient conquis toute l’Asie mineure et étaient les ancêtres des Goths. Cf. Estelle MAINTIER-VERMOREL, « “De feminis decimus mentionem”. Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes », à paraître dans e-Spania, 11, mise en ligne prévue en juin 2011.

60  Sur la présence des femmes dans le monde militaire, on peut renvoyer notamment à Barton C. HACKER, « Women and Military Institutions in Early Europe », Signs, 6, 1981, p. 643-671 ; Heath DILLARD, Daughters of the Reconquest. Women in Castilian Town Society, 1100-1300, Presses de l’Université de Cambridge, en ligne sur : http://libro.uca.edu/dillard/daughters.htm ; ou encore María ECHÁNIZ SANS,Las mujeres de la orden militar de Santiago en la Edad Media, Salamanque : Junta de Castilla y León, 1992.

61  CLRC, 15, p. 49.

62  Ibid., 50, p. 93-94 : « Et licet quibusdam inexpugnabile uideretur, qui, [...] regi consulebant ut ab obsidione recederet et transiret ad partes Cor<du>be, ubi multa dampna posset inferre Mauris ».

63  Ibid., 50, p. 94.

64  À l’évidence, tout miroir des princes contient par essence de bons et de mauvais exemples pour que le lecteur puisse discerner la voie à suivre et celle qui est à éviter, mais dans le cas présent une trop grande accumulation de mauvais exemples pourrait aussi jouer le rôle d’avertissement au prince sur la validité du conseil féminin en général.

65 CM, III, 60, p. 217.

66 DRH, III, 15, p. 95.

67  Ibid., IX, 17, p. 300.

68  On pense à Aliénor, chez Osma, qui souhaite mourir de chagrin à la mort de son époux Alphonse VIII (CLRC, 28, p. 69 : « tanti uiri solatio destituta») et meurt effectivement peu après.

69  Ibid., 35, p. 79 : « Ipsa uero, uidens quod ardenti desiderio concupierat, petitis gratanter annuit et filio supradicto regnum concessit ».

70  Ibid., p. 78.

71  DRH, IX, 5, p. 286.

72  CM, IV, 93, p. 332.

73 CLRC, 44, p. 86.

74 Ibid., 44, p. 86 : « Rex de uoluntate magnatum ad modicum seccessit in partem. Ipsi uero remanentes cum regina nobili, tractatu modico et deliberatione habita, omnes in eamdem sententiam conuenerunt, ut rex modis omnibus guerram Sarracenis moueret. Rex autem, intellecta uoluntate matris et audito responso magnatum, exultauit in Domino ultra quam credi possit ».

75  CM, IV, 93, p. 332.

76  Visiblement, dans ce cas, son épouse, pourtant mentionnée par la chronique, n’a pas su prendre le relais de la figure maternelle.

77  DRH, V, 12, p. 160.

78  Ibid., V, 25, p. 174-175 : « Et prodicionem huiusmodi sponsa sua Sancia, que utcumque perceperat, reuelarat ; set magnates qui se cum aderant, cum essent nobiles et fideles, tantum fascinus credere noluerunt ».

79  Notons qu’il s’agit d’une représentation très médiévale qui semble se dessiner surtout à partir du IXe siècle. Angela MUÑOZ FERNANDEZ, « Semper pacias amica. Medicación y práctica política.(siglos VI-XIV) », Arenal, 5-2, julio-diciembre 1998, p. 263-276, 266, évoque sur ce point l’influence d’un un texte connu sous le nom de Génesis 3.

80  Le texte de référence qui fait de Marie une figure de conseillère étant en l’occurrence celui, tiré de l’Évangile selon saint Jean (Jn 2 :2), qui fait le récit des noces de Cana, où Jésus réalise le miracle du vin sur le conseil de sa mère.

81  Ici, on pourrait penser en particulier au Poema de Fernán González, où seules deux figures féminines sont mises en avant : l’épouse de Fernán González, intelligente et vaillante, qui par sa conduite parvient à sauver le comte à plusieurs reprises, et la reine de León, sœur du roi Sanche, qui n’a de cesse de causer la perte du comte et dont les mauvais conseils causeront finalement celle de son frère.

82  Cette vertu suggérant d’ailleurs à plusieurs reprises l’existence de tout un réseau d’informations œuvrant pour la reine ou l’infante.

83  Cf. dans les actes de ce même colloque « Conseil, conseillers et conseillères en péninsule ibérique au Moyen Âge »  l’intervention de Mélanie Jecker sur les vertus des conseillers et notamment la notion de prudence.

84  CLRC, 17, p. 52 : « Auri fontem irriguum dessicasset Vasconia et nobilitatem procerum hausisset. ».

85  DRH, IV, 20, p. 143 . « satis inhumana studebat noua grauamina et seruitutis onera inuenire, nichilominus discidia et scismata procurare ».

86  CM, I, 92, p. 75.

87  DRH, IV, 20, p. 143.

88  Pour reprendre la formule consacrée de G. Duby.

89  CLRC, 15, p. 49.

90  Ibid., 44, p. 86.

91  CM, IV, 59, p. 294.

92  Epître aux Ephésiens, 5, 21.

93  Proverbe anonyme russe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle MAINTIER-VERMOREL, « Le conseil féminin dans les chroniques du règne de Ferdinand III », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 22 novembre 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20665 ; DOI : 10.4000/e-spania.20665

Haut de page

Auteur

Estelle MAINTIER-VERMOREL

Université Paris-Sorbonne CLEA (EA 4083), AILP (GDRE 671, CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org