Navigation – Plan du site
Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Les vertus du conseiller dans les Sept parties et dans le Livre du conseil et des conseillers

Mélanie Jecker

Résumés

Ce travail se propose d'étudier les divers aspects de la conception du conseil dans l'ensemble des Sept parties. Après avoir souligné l'importance que l'œuvre attribue au conseil et analysé la valeur qu'il y revêt, cette étude s'intéresse surtout à la figure du conseiller, dont elle définit les caractéristiques sociales et les vertus intellectuelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L'édition consultée et citée dans ce travail est la reproduction en fac-similé de l'édition de Gre (...)

1Avant de traiter le thème de ce travail, je précise que je me bornerai à y esquisser quelques pistes de réflexion, et que les idées que j'y formulerai de manière affirmative restent de simples hypothèses.
Seconde précision, je ne dirai rien de la réalité de la pratique du conseil sous le règne d'Alphonse X, puisque mon propos est d'analyser ce qui est dit du conseil et du conseiller dans le corpus que constituent les Sept parties1.

2Ces précisions étant faites, je commencerai par une question naïve : quelles peuvent bien être l'importance et la valeur du conseil pour un roi « sage » ? La première référence d'une royauté sage est en effet la figure biblique de Salomon, dont la sagesse, d'origine divine, se suffit à elle-même ; on pourrait parler d'une sagesse royale autarcique.
En outre, au delà du seul Alphonse X, tout roi est vicaire de Dieu en son pays :

  • 2 Ibid., vol. I. Partida II, Titre I, Loi V, fol. 4v.

Vicarios de Dios son los Reyes cada uno en su reyno2

3De même que l'empereur en son empire :

  • 3  Ibid., vol. I. Partida II, Titre I, Loi I, fol. 3r.

Otrosi dixeron los sabios que el Emperador es vicario de Dios en el imperio3.

4Enfin, les Sept parties reprennent la traditionnelle métaphore organique pour associer le roi non plus seulement à la tête comme partie du corps physiquement située au-dessus des autres membres, mais aussi à l'entendement. Aristote, précisent-elles,

  • 4  Ibid., vol. I. Partida II, Titre IX, Loi I, fol. 21r.

mostro que assi como Dios puso el entendimiento en la cabeça del ome, que es sobre todo el cuerpo el mas noble lugar e lo fizo como rey, e quiso que todos los sentidos e los miembros [...] le obedesciessen e le sirviessen asi como señor [...], otrosi mostro que los officiales e los mayorales deven servir al rey como a señor4.

5Au sein d'un tel modèle, il appartient au roi de prodiguer des conseils bien plus que d'en recevoir. Dans la Deuxième partie, l'injonction que saint Paul adresse au peuple d'aimer son roi est en effet rappelée en ces termes :

  • 5 Ibid., vol. I. Partida II, Titre XIII, Loi XIV, fol. 37v.

que amassen a los Reyes con todos sus coraçones, ca ellos eran puestos para castigar los e consejar los5.

6Un roi dont la sagesse irradie vers ses sujets, telle est donc l'image que l'on s'attend à retrouver, ne serait-ce qu'esquissée, dans les Parties, texte normatif traitant de tous les aspects de la vie du royaume, et notamment – dans la deuxième et la plus célèbre des Sept – de l'exercice du gouvernement monarchique. Je tâcherai de montrer qu'il en va bien autrement et que la conception du conseil qu'elles suggèrent donne du roi une tout autre image.

7J'ai posé aux textes les questions suivantes :

  • quelles sont l'importance et la valeur du conseil ?

  • quelles sont les vertus du conseiller ? Il s'agit là d'un aspect plus lié à mes recherches doctorales, qui portent sur la notion de prudence dans la pensée castillane médiévale et moderne.

  • quant aux pratiques du conseil, quelles traces de sa conception féodovassalique peut-on déceler dans les Parties ? Avec l'aide et le service militaire, le conseil (consilium) constitue en effet l'un des trois devoirs du vassal envers son seigneur.

  • la question qui sous-tend toutes les autres est bien sûr celle de la singularité du discours implicite sur le conseil qu'enferment les Parties : en quoi peut-il être dit proprement alphonsin ?

8Je répondrai à ces questions en trois temps : après avoir brièvement souligné l'importance que l'œuvre attache au conseil, je tâcherai de définir qui est le conseiller, puis je traiterai des vertus qui lui sont propres.

  • 6  Agapito REY (éd.), Libro del consejo y de los consejeros, Saragosse : Biblioteca del Hispanista, 1 (...)

9Par moments, j'analyserai certains passages du bref traité intitulé Livre du conseil et des conseillers6, composé à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle par un certain maître Pierre (maese Pedro) – longtemps identifié à Pedro Gómez Barroso, ecclésiastique de la cour de Sanche IV –, ceci afin de mieux mettre en lumière, par comparaison, l'originalité des représentations qu'enferment les Parties.

L'importance du conseil

10La question que je formulais au début de cette intervention, « quelle peut bien être l'importance du conseil pour un roi sage ? », quoiqu'elle possède un certain degré de pertinence, était surtout une fausse question, une provocation. J'y réponds donc dès à présent et m'empresse de souligner l'omniprésence et le caractère incontournable du conseil tel que l'évoquent les Sept parties.

11Nombreux sont les paragraphes qui prônent le conseil, dans les circonstances les plus diverses.
Le souverain se doit de recourir au conseil :

  • 7 Op. cit., vol. I. Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22r.

Si todo ome se deve trabajar de aver tales consejeros, mucho mas lo deve el rey fazer, porque del consejo que le dan, si es bueno, viene ende grand pro a el e gran endereçamiento a su tierra, e si es malo, viene le grand estorvo e a su gente grand daño7.

12Au-delà du roi, chacun est invité à prendre conseil. Le juge :

  • 8  Ibid., vol. II. Partida III, Titre XXI, fol. 130r.

Verdadera cosa es, e todos los sabios se acuerdan en ello que las cosas que son fechas con consejo se fazen mas ordenadamente que las otras, e vienen a mejor acabamiento. E como quier que en todos los fechos que los omes ayan de fazer caya este bien, señaladamente, lo han mucho menester aquellos que han a dar los juyzios8.

13L'héritier de même, qui peut solliciter un délai pour prendre conseil avant d'accepter l'héritage :

  • 9  Ibid., vol. III. Partida VI, Titre VI, Loi I, fol. 35r.

Deliberare en latin tanto quier dezir en romance como aver ome acuerdo por si mismo o con sus amigos si es bien de fazer aquella cosa sobre que tomo plazo para consejarse. E tiene grand pro este delibramiento a los que son establescidos por herederos9.

14En effet, le conseil est nécessaire en raison de la nature de l'entendement humain qui, fini et imparfait, soumet l'homme à l'expérience du doute. La Deuxième partie affirme que lorsque la situation militaire est douteuse,

deve el cabdillo aver su consejo e alvedriar.

15Or,

  • 10  Ibid., vol. I. Partida II, Titre XXVI, Loi X, fol. 106v.

alvedrio quiere tanto dezir como asmamiento que deven los omes aver sobre las cosas que son dubdosas10.

16Le conseil est lié à la délibération, propre de l'homme qui doute. Le Livre du conseil et des conseillers cite à ce propos le pape Innocent III :

  • 11  Op. cit., chapitre II, p. 29.

por sabio e omne entendido que sea non puede saber bien e conplidamente sin consejo e sin ayuda de otros las cosas que ha de fazer. Ante, [...] quanto mas sabe omne e mas entiende en los saberes, tanto mas dubda11.

17L'importance du conseil est en outre manifestée par les honneurs faits au conseiller, au sein du gouvernement monarchique certes, mais surtout au sein de l'Empire. Rappelons à ce propos qu'Alphonse X, au moment où il préside à la rédaction des Sept parties, aspire à ceindre la couronne impériale : les villes de Pise et de Marseille la lui ont offerte en 1256, et l'année suivante, les électeurs allemands l'ont élu roi des Romains.

  • 12  Ibid., vol. III. Partida V, Titre IV, Loi II,  fol. 10v.

18La Cinquième partie précise que l'homme qui aurait cherché à nuire à « aquellos que el Rey oviesse escogido señaladamente por sus consejeros escogidos e honrrados »12, cet homme doit recevoir le même châtiment que celui qui aurait ourdi un attentat contre le roi lui-même !

19La Quatrième partie énumérait douze dignités octroyées par le souverain ; or la première mentionnée « es quando el Emperador o Rey elige a alguno por su consejero ». À ceci s'ajoute que

  • 13  Ibid., vol. II. Partida IV, Titre XVIII, Loi VII, fol. 50r.

otra honrra muy grande ha aun el consejero del principe [...] ca en la corona del Emperador escriven el nome de tal consejero, porque sepan los omes por cuyo consejo se guia13.

20Inversement, il est révélateur que la gravité du conseil malveillant soit égale à celle du crime lui-même. La Deuxième partie rappelle :

  • 14  Ibid., vol. I. Partida II, Titre XIX, Loi III, fol. 66r.

Derecho conoscido es que los fazedores del mal e los aconsejadores ygualmente sean penados14.

  • 15  Ibid., vol. II. Partida III, Titre XXI, Loi III, fol. 131r.

21Quant aux conseillers des juges, il est précisé qu'ils devront être récompensés ou punis comme les juges eux-mêmes15.

22Enfin, j'aimerais souligner la récurrence, à travers l'ensemble du corpus des sept Parties, de l'expression « en dicho, e en fecho, e en consejo », laquelle manifeste également l'importance du conseil.

  • 16  Proverbes, XI, 14.
  • 17  Proverbes, XIII, 10

23Le conseil est donc prôné en toutes circonstances, ce qui n'a rien de surprenant. Il s'agit d'ailleurs en partie d'un héritage biblique puisque dans les Proverbes, le roi Salomon invite à recourir au conseil en ces termes : « le salut est le grand nombre des conseillers »16 ; « La sagesse est avec ceux qui se laissent conseiller »17.

24L'importance attachée au conseil n'est pas ce qui m'intéresse ici. Je me propose plutôt de cerner les contours de la figure du conseiller – qui est-il ? Quelles sont ses vertus propres ? – afin d'en déduire non pas la valorisation du conseil, qui ne fait guère de doute, mais sa valeur, sa signification et surtout, l'originalité de la conception du conseil que révèlent les Partidas.

Qui est le conseiller du roi ?

25Avant de traiter des vertus qui caractérisent le conseiller du roi, il convient de l'identifier : comment se définit-il, socialement et fonctionnellement ?

26Le premier conseiller du souverain mentionné dans la Deuxième partie fait partie de ses proches serviteurs, de ses « oficiales ». C'est un serviteur « spécialisé » au sens où son unique tâche consiste à conseiller le monarque. J'analyserai plus loin ses vertus intellectuelles, et me borne ici à indiquer que ce spécialiste ès conseil est souvent un juriste. Nombreuses sont les mentions des « sabidores de derecho » dans les Parties, mentions qui rappellent l'importance qu'avait prise l'enseignement du droit romain en Castille. Tel qu'il était enseigné à Bologne, le droit romain, rappelons-le, fut introduit à l'université de Palencia en 1180, à l'université de Salamanque en 1218 et, au milieu du XIIIe siècle, à l'université de Valladolid, fondée par Alphonse X lui-même.

  • 18  Adeline RUCQUOI, Histoire médiévale de la péninsule ibérique, Paris : éditions du Seuil, 1993, p.  (...)

27Ces légistes de formation universitaire, que l'on appellera bientôt letrados et qui dans les Parties sont encore désignés par cette expression de « sabidores de derecho », trouvèrent tout naturellement leur place auprès du souverain. Adeline Rucquoi indique qu'ils « furent associés à l'exercice du pouvoir dès la première moitié du XIVe siècle »18, mais le texte des Parties suggère que tel était déjà le cas sous Alphonse X. Le contraire serait étonnant, attendu l'ampleur de l'œuvre juridique dont ce dernier fut à l'origine, et dont le dessein était précisément d'opérer une synthèse entre le droit romain, le droit canonique et le droit des divers fors (fueros) accordés à telle ou telle ville castillane.

28Il est précisé dans la Deuxième Partie que le roi doit honorer

  • 19  Ibid., vol. I, Partida II, Titre X, Loi III, fol. 31r.

los maestros de los grandes saberes. Ca por ellos se fazen muchos de omes buenos, e por cuyo consejo se mantienen e se endereçan muchas vegadas los reynos e los grandes Señores [...] Ca assi como dixeron los sabios antiguos la sabiduria de los derechos es otra manera de cavalleria, con que se quebrantan los atrevimientos e se endereçan los tuertos19.

29Une « manière de chevalerie » : les légistes ne pouvaient rêver définition plus élogieuse !

  • 20  Ibid., vol. III, Partida VI, Titre XVII, Loi III, fol. 110v.

30Dans la Sixième Partie, ces « maestros de las leyes que sirven a los Reyes biviendo con ellos por sus juezes o por sus consejeros » sont en effet placés sur le même plan que les chevaliers et que les « maestros de las sciencias » pour la raison que ces trois catégories œuvrent au service de l'intérêt collectif, du « pro comunal de la gente »20.

  • 21  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXIII, Loi XVII, fol. 147v.
  • 22  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXII, fol. 27v.

31Autre exemple, le titre XXIII de la Troisième partie signale qu'il est impossible de faire appel d'un jugement lorsque c'est le roi ou l'empereur qui l'a rendu. Ceux-ci, en effet, sont « amadores de justicia e de verdad », mais surtout, « han siempre consigo sabidores de derecho en su corte, porque todo ome deve sospechar que sus juyzios son derechureros e complidos »21. Ces « sabidores de derecho », je le précise au passage, ont également leur place auprès d'autres officiers de la Couronne, tels que l'adelantado : pour bien exercer sa tâche, ce dernier doit être secondé par des « omes sabidores de fuero e de derecho que le ayuden a librar los pleytos, e con quien aya consejo sobre las cosas dubdosas »22.

32Le critère du lignage, ici, semble secondaire par rapport à cette formation universitaire : il n'est pas précisé que le conseiller doive être « de buen linaje », alors que tel était le cas du chancelier, mentionné juste avant. Le conseiller doit surtout être un spécialiste du domaine à propos duquel le souverain doit prendre une décision : en matière militaire, ainsi, le roi doit écouter le conseil des chevaliers et

  • 23  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi IV, fol. 4v.

deve usar de su poderio por consejo dellos, bien assi como se guia por consejo de los sabidores de derecho, para toller las contiendas que nascen entre los ome23.

  • 24  « Ricos omes segund costumbre de España son llamados los que en las otras tierras dizen condes o b (...)
  • 25  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi VI, fol. 23r.
  • 26  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XXV, Loi VI, fol. 62v.
  • 27  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XXVI, Loi IV, fol. 66r.

33Au-delà de ce spécialiste, conseillé attitré du monarque, le conseiller est aussi le noble de l'entourage proche du roi, le « rico ome », terme équivalent à celui de « baron » sur d'autres terres24. Ces ricos omes, précise la Deuxième partie, « han a consejar al Rey en los grandes fechos »25. Selon la traditionnelle conception vassalique, le conseil s'inscrit donc dans le rapport plus large entre le souverain (ou le seigneur) et l'ensemble de ses vassaux, ce rapport étant le lien de « señorio » (« debdo de señorio »). Le conseil (consilium) constitue, comme je le rappelais, l'un des trois devoirs du vassal envers son seigneur. La loi VI du titre XXV de la Quatrième partie, intitulée « Que debdo ha entre los vassallos e los señores », stipule simplement que le vassal doit aimer, honorer, protéger et servir son seigneur, sans mentionner le devoir de conseil26. Celui-ci est en revanche rappelé dans la loi IV du titre suivant, portant sur les biens donnés en fief au vassal : pour les recevoir, ce dernier doit s'agenouiller devant le seigneur et placer ses mains dans les siennes, « faziendole pleyto e omenaje que le sera siempre leal e verdadero e quel dara buen consejo cada que gelo demandare, e que nol descubrira sus poridades »27. On verra que cette capacité à protéger les secrets de son seigneur compte parmi les principales vertus du bon conseiller.

34Dans ce fragment, la cérémonie de l'hommage vassalique est confondue avec celle de l'investiture du fief : le devoir de conseil, par conséquent, semble découler de l'octroi du fief et non d'une libre décision de protection mutuelle, formulée conjointement par le seigneur et par celui qui choisit de devenir son « homme de mains et de bouche ». Je signale à ce propos que cette expression désignant le vassal, « homme de mains et de bouche », renvoie justement à la cérémonie de l'hommage vassalique, lors de laquelle le vassal place ses mains entre celles du seigneur – c'est ce que l'on appelle l'« immixtio manuum » – puis échange avec lui un baiser. On parle donc d'« hommage de mains et de bouche », mais je note, car c'est plutôt amusant, que l'expression peut également renvoyer aux devoirs du vassal : les mains renverraient à l'auxilium, la bouche au consilium...

  • 28  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XVIII, loi LXXXIX, fol. 112r.

35Inversement, le lien vassalique étant fondé sur la réciprocité, le seigneur conseille également ses vassaux, comme le rappelle la Troisième partie : Fulano se fait « l'homme » de l'autre parce que cet autre « le prometio que lo defenderia e lo consejaria e lo ampararia »28.

  • 29  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXVI, fol. 28v.
  • 30  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXVII, fol. 29r.

36Toutefois, le conseil échappe largement au seul rapport vassalique dans les Sept parties, à la fois en spécialisation comme on l'a vu à propos du conseiller attitré du monarque, mais aussi en extension puisque le devoir de conseil au roi incombe à tous ses serviteurs. La Deuxième partie précise en effet que tout « oficial del Rey » doit jurer que « segund su seso, que le dara buen consejo e leal, en todas las cosas quel gelo demandare »29. Quant à la cour, elle est définie comme l'endroit où vit le roi et « sus vasallos e sus oficiales con el, que le han cotidianamente de consejar e de servir »30.

  • 31  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XIII, Loi VII, fol. 36r.
  • 32  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XIII, Loi XVI, fol. 38v.

37Enfin – et surtout, car c'est ce qu'il m'importe de démontrer – le devoir de conseil concerne la totalité des sujets du roi, l'ensemble du peuple (pueblo). On lit, dans la Deuxième partie toujours, que le peuple doit conseiller et servir le roi « cada uno segund el seso que oviere e el logar que toviere »31. Plus loin se trouvent énumérées les principales missions que le roi peut confier à chacun de ses sujets : parmi elles, venir à sa cour et à son Conseil, et faire la guerre. On retrouve ici les devoirs d'auxilium et de consilium, mais rapportés au pueblo dans son ensemble et pas seulement aux nobles, encore moins aux principaux vassaux du roi32.

  • 33  Libro del consejo y de los consejeros, Capitulo III – De commo todo omne deve demandar consejo a D (...)
  • 34  Ibid., p. 30.
  • 35  Job, 13

38Ces quelques remarques permettent de formuler deux conclusions. Premièrement, l'ensemble du royaume est appelé à conseiller le roi. Deuxièmement, ces quelques mentions du conseil semblent dessiner un rapport exclusivement horizontal au sens où le conseil apparaît comme l'affaire des hommes entre eux, ici-bas. Or ceci ne va pas de soi : le Livre du conseil et des conseillers affirme quant à lui que « todo omne deve demandar consejo a Dios en todos los fechos que son buenos e fazederos »33. Maître Pierre cite à ce propos l'apôtre Jacques, autorité chère au lectorat espagnol : « los omnes que han menester sen e saber, que demanden consejo primeramente a Dios »34. Une telle conception du conseil provient bien entendu de la Bible, où on lit « en Dieu résident la sagesse et la puissance, à Lui le conseil et l'intelligence »35.

39À la différence du Livre du conseil, les Parties ne mentionnent pas Dieu parmi les premiers conseillers du souverain et n'offrent nulle image d'une communication directe entre le roi et l'instituteur divin de son pouvoir, pas même dans la première des Sept parties, consacrée à l'Eglise comme institution, mais qui aborde aussi des questions relatives à la foi chrétienne.

40Dieu, semble-t-il, se borne à intervenir en amont et en aval de l'opération du conseil : en amont parce qu'Il donne à l'homme l'entendement qui lui permettra de formuler de bons conseils ; en aval parce qu'Il récompense le bon conseiller et châtie le mauvais, comme le souligne la Troisième partie :

  • 36  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi III, fol. 130v.

Buen gualardon deven aver los omes buenos consejeros de Dios e de los omes en este mundo e en el otro, e señaladamente quando dan buen consejo a los Emperadores e a los Reyes que han de mantener la tierra en fuero e en derecho36.

41Entre cet amont et cet aval, le conseil n'appartient qu'aux hommes.

Les vertus du conseiller

42Nous savons désormais qui est le conseiller, et aussi qui il n'est pas ; il convient à présent de déterminer quelles sont ses vertus propres.

43On imagine d'emblée que la première vertu du conseiller est la sagesse, et en effet, nombreuses sont les phrases qui le suggèrent dans les Sept parties. Le premier titre de la Seconde partie explique que si les empereurs étaient plusieurs, ils ne pourraient pas faire régner la paix parmi les hommes,

  • 37  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi I, fol. 3r.

por que segund natura, el Señorio non quiere compañero nin lo ha menester, como quier que en todas guisas conviene que aya omes buenos e sabidores que le consejen e le ayuden37.

  • 38  Ibid., vol. II, Partida III, Titre IV, Loi IV, fol. 19v.
  • 39  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XVIII, Loi CVII, fol. 116r.

44Dans la Troisième partie, le même adjectif, « sabidor », qualifie les conseillers de la femme qui hériterait d'une seigneurie et aurait à y exercer la justice ; elle ne pourra le faire que « con consejo de omes sabidores, porque si en alguna cosa errasse, la supiessen consejar e emendar »38. Quant au juez de avenencia, juge-arbitre désigné par les parties d'un procès, il doit également recourir au conseil des sages et doit même le préciser dans la lettre où il fait part de sa sentence : « [...] aviendo consejo con omes sabidores sobre este pleyto, judgo e mando que... »39.

  • 40  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi IX, fol. 6v.

45Ceci confirme l'affirmation formulée à propos des rois : « deven [...] plazer les con los sabios, e allegar se con los entendidos »40, ce qui correspond à la fois au modèle wisigothique et au modèle impérial. Impérial, car dans la Première chronique générale d'Espagne (Primera crónica general de España), les empereurs romains sont volontiers évoqués comme des souverains entourés d'illustres philosophes. Wisigothique, car cette même chronique, sous l'intertitre « De los sabios de los godos et de los sos conseieros », explique comment le sage Dicineo fut à l'origine d'une véritable métamorphose du peuple goth :

  • 41  Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general de España, Madrid : Gredos, 1955, p. 222.

E los godos dalli adelant por que veyen al so rey et assi mismos muy bien aconseiados daquel Dicineo, lo que el les conseiava et tenie por bien aquello iudgavan por cosa provechosa et de salut et de sanctidat en las cosas que ellos avien de fazer. E aquel mudo entrellos las costumbres que avien estonçes non tan buenas ; et este Dicineo ensenno a los godos fascas toda la filosophya, et la fisica, et la theorica et la pratica, et la logica, et los ordenamientos de los doze signos, et los cossos de las planetas, et el cresçer et el descresçer de la luna, et el cosso del sol, et la astrologia, et la astronomia, et las sciencias naturales. Et sacolos duna braveza que trayen antes a manera de bestias salvages, et ensenno los a seer mansos et philosophos ; et ensennandoles los saberes et las buenas costumbres fue tenudo entrellos por muy bueno, et mandavan se por el non solamientre los medianos et los menores daquella yent, mas los mayores et aun los reyes41.

46J'aimerais d'ailleurs souligner que bon nombre des considérations de la Deuxième partie sur les serviteurs et officiers royaux provient du traité sapientiel Poridad de las poridades, prétendus conseils d'Aristote à Alexandre le Grand. En reproduisant ces conseils dans les Parties, Alphonse X endosse lui-même le rôle d'Alexandre, souverain conseillé par le philosophe par excellence, « el Filosofo »...

47Le conseiller serait donc avant tout un sage, « sabio », « sabidor ». Toutefois, constat surprenant, que nous dit le paragraphe consacré au conseiller du roi dans la Deuxième partie ? Le roi – c'est Sénèque qui est cité – doit

  • 42  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22v.

consejarse sobre todos los fechos que quiere fazer, ante que los comience. E este consejo ha de tomar con omes que ayan en si dos cosas. La primera, que sean sus amigos42.

48Ici, les vertus intellectuelles ne semblent pas prioritaires. Il en va d'ailleurs de même dans le Livre du conseil et des conseillers : citant Albertus de Brescia dont il reprend presque intégralement le Liber consolationis et consilii, maître Pierre affirme que les conseillers doivent posséder six vertus, la première étant « que sean omnes de buena vida ». Le premier critère, ici, est moral et non intellectuel.

49Dans les Sept parties, ce sont bien plutôt des critères que l'on pourrait qualifier d'« affectifs » qui priment dans cette loi V, consacrée au conseiller du roi. C'est ce que semblent confirmer, dans la Quatrième partie, les développements consacrés à deux figures particulières et saillantes du conseiller, le conseiller dit patricio d'une part, l'ami d'autre part :

  • 43  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XVIII, Loi VII, fol. 50r.

quando el Emperador o Rey elige a alguno por su consejero [...] atal consejero como este llaman en latin patricio, que es assi como padre del principe. E este nome tomaron a semejança del padre natural. Ca assi como el padre se mueve segund natura a consejar a su fijo lealmente, catandol su pro e su honrra mas que otra cosa, assi aquel por cuyo consejo se guia el principe lo deve amar e consejar lealmente e guardar la pro e la honrra del señor sobre todas las cosas del mundo, nin catando amor nin desamor, nin pro nin daño que se le puede ende seguir. E esto deven fazer sin lisonja ninguna, non catando si le pesara o si le plazera, bien assi como el padre non lo cata quando conseja a su fijo43.

  • 44  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XXVII, Loi III, fol. 72v.

50Quant à la loi III du titre XXVII, elle a pour titre « Como se deve ome aprovechar del consejo del amigo », et s'ouvre sur l'affirmation « Folgança e seguramiento muy grande han los omes quando se consejan con los amigos »44.

51Dans ces deux cas, la loyauté et le dévouement du conseiller sont garantis par ses sentiments – paternels ou amicaux –, et semblent reléguer au second plan le critère de l'excellence intellectuelle.

52Toutefois, ces critères affectifs ne sauraient se suffire à eux-mêmes et, contrairement à ce que l'ordre du discours suggère en les mentionnant les premiers, ils présupposent le socle du discernement : un idiot, aussi bienveillant et dévoué soit-il, ne pourra donner de bons conseils. La Deuxième partie s'empresse en effet de préciser que même si le conseiller est un ami,

  • 45  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22v.

si non oviesse en si buen seso o buen entendimiento, non le sabria bien aconsejar ni derechamente, nin tener en poridad las cosas que le dixiesse45.

53Quant au conseiller patricio, l'image paternelle suggère nécessairement une supériorité intellectuelle liée à l'âge et à l'expérience.

  • 46  Loc. cit.
  • 47  Loc. cit.
  • 48  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi VI, fol. 23r.

54Quelles sont, dès lors, les vertus intellectuelles du conseiller ? Voici ce que stipule à ce propos la loi V du Titre IX de la Deuxième partie, intitulée « Quales deven ser los consejeros del Rey » : « que sean bien entendidos, e de buen seso »46. Aristote lui-même recommande à Alexandre « que se aconsejasse con omes [...] que fuessen entendidos, e de buen seso natural »47. Quant aux « ricos omes », dont on a vu qu'ils comptaient au nombre des principaux conseillers du monarque, ils doivent témoigner des qualités suivantes : « otrosi conviene mucho que los ricos omes lo sean de seso e de entendimiento »48.

55De complexes réseaux d'analogies se superposent dans les Sept parties ; parmi elles, on l'a vu, la métaphore organique assimile le souverain à la tête et à l'entendement du corps que constitue le royaume, et ses serviteurs aux divers « sens », internes et externes. Selon l'interprétation médiévale du De anima d'Aristote, nous possédons cinq sens externes et trois sens internes – l'entendement, la mémoire et l'imagination –, lesquels sont plus souvent évoqués dans les textes médiévaux et renaissants comme « facultés » ou « puissances » de l'âme. Or le titre IX de la Deuxième partie compare le conseiller aux sens internes ; le texte cite Aristote, qui

  • 49  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi I, fol. 21r.

mostro que assi como los sesos e los miembros que sirven al entendimiento del ome como a rey eran en tres maneras ; e las dos muestran mas su obra de dentro del cuerpo, la tercera de fuera ; e la primera manera de dentro es de los sesos que obran en puridad, assi como imaginando, pensando, remembrando se [...]. Otrosi a semejança desto dixo que devia el rey tener oficiales que le sirviessen en estas tres maneras : los unos, en las cosas de puridad49.

56Or c'est à cette première catégorie qu'appartient le conseiller, implicitement assimilé, ici, à la faculté de penser.

  • 50  Le chapelain doit être « ome muy letrado e de buen seso e leal e de buena vida » ; le chancelier d (...)
  • 51  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi II, fol. 21v.

57« Buen seso » et « entendimiento » doivent donc caractériser le bon conseiller ; or la lecture des lois consacrées aux autres officiers et serviteurs de la Couronne révèle que tous, jusqu'aux valets les plus humbles, sont censés faire montre de ces mêmes vertus intellectuelles50. De manière générale, Aristote recommande en effet à Alexandre de choisir ses serviteurs en fonction de deux critères principaux – « que sean de buen seso e leales »51 – et, au delà même des serviteurs du roi, le pueblo tout entier est comparé au seso comunal :

Los cinco sentidos que ha el alma sentidora en que obra de fuera, mostramos en las leyes ante desta de como los asemejaron los sabios al pueblo en las cosas que son tenudos de guardar al Rey.

58Quant aux sens « que son de dentro »,

  • 52  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XIII, Loi VII, fol. 36r.

el primero dizen seso comunal a que aduzen todos los otros [...] e el como mayoral, judga lo que es, e de que semejança, o de que color. Otrosi a semejante desto, deve el pueblo fazer al rey en consejar le52.

59Les mêmes termes – sesudo, entendido, sabio – qualifient donc l'ensemble des sujets du roi, de son proche conseiller à l'obscur représentant du « pueblo ». Ceci ne doit pas nous surprendre si l'on se souvient – c'était la conclusion de mon premier point – que le « pueblo » tout entier est invité à prodiguer des conseils au monarque.


  • 53  Un exemple parmi d'autres, le chancelier : « Si fuere de buen seso sabra bien guardar poridad del (...)

60L'analyse de ces notions, hélas, ne permet guère de mieux saisir la nature des facultés intellectuelles proprement requises pour le conseil.
L'adjectif « sabio » renverrait à un ensemble de contenus de connaissance plutôt qu'à une faculté.
Le mot « entendimiento », on l'a vu, désigne l'un des trois sens internes. Il possède exactement le même sens que le terme moderne d'« intelligence » : tous deux renvoient à la capacité de comprendre (entender/intelligere).
Moins précis, le terme castillan « seso » vient du latin « sensus » et renvoie aux sens internes en général. Dans les Parties, c'est du seso que semblent dépendre deux qualités majeures du conseiller comme de l'ensemble des serviteurs du roi, la « buena poridad » et la gratitude53.

61Notons également que le terme de « seso » est justement un synonyme de « consejo » – on trouve l'expression « creer el seso de alguien » –, synonyme auquel recourent aussi bien les Parties que l'historiographie alphonsine, ce qui suggère le lien étroit entre cette faculté de l'âme et l'opération du conseil.

  • 54  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XVIII, fol. 26r.

62Toutefois, ces analyses lexicales procèdent d'un savoir extérieur, et il est bien malaisé, si l'on s'en tient au seul texte des Parties, de préciser le sens de chacune de ces notions ; elles sont simplement posées comme allant de soi. Il est plus ardu encore de les distinguer les unes des autres, puisque ces termes semblent souvent employés comme des synonymes. En voici un exemple, à propos des juges, qui doivent être « de buen entendimiento para entender ayna lo que razonaren ante ellos » et « sesudos, para saber lo judgar derechamente » : il s'agit, dans les deux cas, d'une tautologie54.


63Pour mieux cerner ce qui définirait la vertu intellectuelle propre du conseiller, il faut laisser provisoirement de côté la Deuxième partie et consulter la Troisième qui, dans son titre XXI, traite des conseillers du juge.

64Les mêmes considérations qu'ailleurs apparaissent dans la seconde loi de ce titre : « los consejeros deven ser omes entendidos e de buena fama e sin sospecha e sin mala cobdicia ». Juste avant, toutefois, était proposée une définition bien plus éclairante du conseil :

  • 55  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi II, fol. 130r.

Consejo es buen anteveymiento que ome toma sobre las cosas dubdosas55.

65Le terme est transparent : « ante-veymiento » = « voir à l'avance ». Il renvoie à la capacité à anticiper, à partir de l'analyse des circonstances, les conséquences d'un choix pratique. Cette vertu fera l'objet de développements élogieux dans le Livre du chevalier Zifar, sous le terme cette fois de « provisión », exact synonyme de l'anteveymiento que l'on trouve ici, construit lui aussi sur une racine renvoyant à la vision.

66Or, quel troisième terme, bien plus célèbre que ceux d'« anteveymiento » et de « provisión », enferme exactement le même sens ? Celui de « prudence », notion qu'Aristote fut le premier à théoriser en tant que vertu opinative de l'âme et vertu dianoétique, et dont saint Ambroise fera l'une des quatre vertus cardinales. En effet, le mot latin « prudentia », choisi pour traduire le grec « phronèsis », est étymologiquement la contraction de « pro-videntia » = « vision en avant ». Voici une définition contemporaine de la notion de prudence, formulée par Alain de Libera :

  • 56 Claude GAUVARD, Alain DE LIBERA et Michel ZINK (éd.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris : Presses Un (...)

disposition stable de l’intellect par laquelle l’homme est capable de choisir et de mettre en œuvre les moyens adéquats pour l’obtention d’une fin56.

67Cette définition implique en effet la capacité à prévoir les conséquences de ses choix.

  • 57  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XXI, Loi IV, fol. 71v.

68Notons que rares sont les mentions des vertus cardinales dans les Parties. Dans la célèbre loi IV du titre XXI de la Deuxième partie, qui rapproche chacune des parties de l'épée de l'une des quatre vertus cardinales que doit posséder le chevalier, le terme de « prudence » – qui n'apparaît pas dans les Parties – est remplacé par celui de cordura, mais l'idée d'anticipation, elle, est bien présente : « cordura, que es virtud que le guarda de todos los males que le podrian venir por su culpa »57.

69En revanche, un peu plus haut, à propos du roi cette fois, la cordura était définie comme

  • 58  Ibid., vol. I, Partida II, Titre V, Loi VIII, fol. 13v.

la primera de las quatro virtudes [...] que ha el Rey mucho menester para bivir en este mundo bien derechamente. Ca esta faze ver las cosas e judgar las ciertamente segund son e pueden ser, e obrar en ellas como deve58.

70Le sens du mot est ici beaucoup plus général que celui du terme d'« anteveymiento », et semble de plus impliquer l'idée de stabilité, de certitude.

  • 59 « Nasce el pensamiento del coraçon del ome ».  Ibid., vol. I, Partida II, Titre III, Loi II, fol. 9 (...)

71Au delà de ces deux exemples, le sens du mot « cordura » est souvent aussi flou que celui des termes d'« entendimiento » ou de « seso ». Le mot renvoie de manière générale à la pensée et à la raison : « cordura » vient de « cor, cordis », le cœur, considéré dans l'Antiquité – chez Aristote notamment – comme le siège de l'âme et de la pensée. On observe d'ailleurs de fréquentes hésitations, dans les textes médiévaux, entre la localisation de la pensée dans la tête, et sa localisation dans le cœur59.

72À aucun moment le conseiller n'est qualifié de « cuerdo ». Sa vertu propre est donc l'« anteveymiento », terme qui n'apparaît qu'une fois dans l'ensemble des Sept parties, dans cette définition du conseil précisément. C'est une vertu plus humble au sens où elle n'offre nulle certitude mais seulement une probabilité, probabilité d'autant plus grande que l'analyse des circonstances sera menée avec soin ; or l'anteveymiento est bien plus proche du sens originel de la notion de prudence que la cordura. Lisons la suite de ce passage consacré aux conseillers du juge :

  • 60  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi I, fol. 130r.

Consejo es buen anteveymiento que ome toma sobre las cosas dubdosas por que non pueda caer en yerro. E deven mucho catar el consejo ante que lo den aquellos a quien es demandado [...]. E nasce grand pro del consejo quando es bien catado, e lo dan derechamente e en su tiempo60.

73Dans la loi suivante, il est affirmé que

  • 61  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi II, fol. 130r.

Todas las cosas que ome faze en su tiempo e en su sazon dan mejor fruto [...]. E porende deve ser muy avisado aquel que quiere ayudar se del consejo [...] que demande consejo sobre las cosas [...] de que los consejeros sean sabidores de los consejar por arte o por uso61.

74Passage très précieux car il associe le conseil aux éléments suivants :

  • l'anticipation

  • la délibération

  • le moment opportun

  • l'expérience

  • 62  La traduction de Robert Grosseteste, vers 1246-1247.

75Or la définition aristotélicienne de la prudence s'appuie sur tous ces éléments. Je n'affirme aucunement que les rédacteurs des Parties avaient connaissance de la nouvelle traduction de l'Ethique à Nicomaque où apparaît cette définition, dans le livre VI62. Je constate simplement que la vertu propre du conseiller dans les Parties est très proche de ce qu'Aristote entend, dans l'Ethique du moins, par « phronèsis », « prudence » : une ressource purement humaine, limitée, imparfaite.

  • 63  « dize el sabio Aristotiles en el libro de las Eticas, que quiere tanto dezir como libro que fabla (...)
  • 64  Plus précisément, l'Ethique d'Aristote n'est citée – implicitement – que dans les développements q (...)

76Le Livre du conseil et des conseillers, lui, cite bel et bien l'Ethique63, mais en affirmant que le premier conseiller de l'homme n'est autre que Dieu, maître Pierre est bien plus éloigné de l'esprit de l'Ethique que les Parties, qui ne la citent pas64.


77J'en arrive à mes conclusions qui, je le rappelle, restent de simples hypothèses.

78Dans l'ensemble du corpus des Sept parties, le conseil est présenté comme indispensable : l'homme a besoin de conseil car son entendement est fini et imparfait. Incontournable, le conseil l'est aussi et surtout pour le roi, qui se doit d'avoir recours au plus grand nombre de conseils, tout sujet du monarque étant, en puissance sinon en acte, son conseiller.

79Or seuls les hommes conseillent, et Dieu se tait. Indispensable, le conseil est donc dans le même temps insatisfaisant – comme toute ressource humaine du reste. Reposant sur l'analyse d'une situation et sur les conjectures qui en résultent, il ne permet pas d'atteindre la certitude.

80Humain donc imparfait, le conseil exige que la personne conseillée, paradoxalement, soit pourvue des mêmes vertus que celle qui la conseille, car elle doit être à même de distinguer le bon conseil du mauvais :

  • 65  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi I, fol. 130r.

E otrosi aquellos que demandan [el consejo] deven ser avisados e parar mucho mientes en aquellos a quien demandassen consejo que sean atales que gelo sepan dar bueno, e que les quieran consejar e lo puedan fazer65.

81L'homme est donc dépendant du conseil, et n'est conseillé que par l'homme. Le conseil, on l'a vu, établit un lien horizontal – il est l'affaire des hommes entre eux, en ce monde –, mais aussi mutuel puisque, de même que « l'amour » au sens politique du terme, le conseil crée un rapport de réciprocité entre le roi et ses sujets, le seigneur et ses vassaux.

  • 66  Des Parties des animaux, III, X.
  • 67  Au « monde sublunaire », selon ses termes.

82Le conseil est donc le propre de l'homme. Ce n'est pas Aristote qui le dit – comme il a pu dire que « le rire est le propre de l'homme »66 –, mais il aurait bien pu, étant donné que le conseil requiert une vertu qu'Aristote a explicitement attachée à l'ici-bas67, la prudence. Vertu du conseiller, la prudence appartient au monde des actions humaines, de l'instabilité, de la contingence, d'où toute certitude est exclue, y compris pour le roi, lui-même dépendant de cette ressource imparfaite qu'est le conseil. Le conseil est donc attaché à la finitude humaine, et la révèle ; les Sept parties n'offrent donc pas du roi, me semble-t-il, l'image d'un nouveau Salomon, dépositaire d'un savoir certain car d'origine divine.

83Aucun pessimisme n'est pour autant attaché à la conception du conseil, bien au contraire, puisque le conseil révèle aussi la part la plus noble de l'homme, créature rationnelle faite en cela à l'image de son Créateur :

  • 68  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXX, fol. 30r.

entendimiento e la palabra estraña al ome de las otras animalias, quanto mas apuesta la ha e mejor, tanto es mas ome68.

84En grec, c'est d'ailleurs le même mot, logos, qui désigne la parole et la raison ; or la belle et bonne parole du conseiller est par excellence celle qui reflète la raison.

  • 69  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22v.

85La capacité à bien conseiller d'une part, à choisir le bon conseil d'autre part, manifeste les possibilités de l'entendement. Paradoxalement, le conseil dévoile donc à la fois l'écart qui sépare la créature du Créateur, et la ressemblance qui les unit. L'antithèse est exacerbée dans le cas du roi : plus que tout homme, il dépend de ses conseillers, « de que podria venir muy grand daño a toda su tierra quando mal lo consejassen »69, affirmation qui suggère sa fragilité. Dans le même temps, c'est en s'appuyant judicieusement sur le conseil qu'il pourra proprement être dit « tête » et « entendement » du royaume en même temps qu'image de Dieu sur terre :

  • 70  Fuero Real, facsimilé de l'édition de 1836 de la Real Academia de la Historia, Valladolid : Lex No (...)

Nuestro señor Jesucristo ordenó primeramientre la su corte en el cielo ; et puso a sí cabeza e comenzamiento de los angeles e de los arcangeles [...]. Et despues desto fizo el ome a la manera de su corte. Et como a sí avie puesto cabeza e comienzo, puso al ome la cabeza en somo del cuerpo, e en ella puso razon e entendimiento de como se devan guiar los otros miembros, e como deban servir e guardar la cabeza mas que a si mismos. Et desí ordenó la corte terrenal en aquella misma guisa, e en aquella manera que era ordenada la suya en el cielo, e puso el rey en su logar cabeza e comenzamiento de todo el pueblo, asi como puso a sí cabeza e comienzo de los angeles e de los arcangeles70.

86Le pessimisme est d'autant moins présent dans l'œuvre réalisée sous le patronage d'Alphonse X que nulle part n'y apparaît l'idée – soutenue par l'Aristote de l'Ethique – d'une séparation absolue entre prudence et sagesse, phronèsis et sophia. Pour Aristote, seule la sagesse – sophia –, qui ne concerne que la divinité ou l'ordre du cosmos, peut atteindre la certitude, or elle est radicalement séparée du savoir portant sur le monde des actions humaines, la phronèsis. Dans les Sept parties au contraire, la prudence du conseiller est adossée au « savoir », le savoir juridique notamment, mais pas seulement. Souvent la nature exacte de ce savoir n'est pas précisée :

  • 71  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XXXI, fol. 114r.

E porque de los omes sabios los omes e las tierras e los Reynos se aprovechan e se guardan e se guian por el consejo dellos, por ende queremos en la fin desta partida fablar de los estudios e de los maestros e de los escolares, que se trabajan de amostrar e daprender los saberes71.

87Le terme « saberes » renvoie à un ensemble de savoirs profanes dans leur origine comme dans leur objet, mais qui sont n'en sont pas moins extrêmement solides : il s'agit du savoir « segund natura ».

88L'affirmation que je citais plus haut selon laquelle le roi est le vicaire de Dieu en son royaume, ainsi, se démontre de deux manières :

La primera della es spiritual segund lo mostraron los profetas e los santos a quien dio nuestro senor gracia de saber las cosas ciertamente

89Ce savoir-ci est immuable et vrai, ne laisse pas place au doute, car il est d'origine divine.

  • 72  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi V, fol. 5r.

La otra es segund natura assi como mostraron los omes sabios que fueron conoscedores de las cosas naturalmente72

90Cette seconde forme de connaissance, quoiqu'inférieure en dignité, constitue un véritable savoir, comme l'indique le verbe « conocer ».

91C'est ce « saber segund natura » que les diverses entreprises scientifiques parrainées par Alphonse X devaient contribuer à accroître, et que les maîtres enseignaient dans les universités ; ces universités étaient d'ailleurs financées par la Couronne, ce qui explique que les études universitaires soient traitées dans la Deuxième des Sept parties, consacrée au pouvoir temporel. Tout ceci confirme assez l'importance qu'attribuait Alphonse X à ces savoirs humains, ainsi que sa foi dans la faculté des hommes à connaître. Ce que disent les Parties du conseil révèle, me semble-t-il, cet humanisme lucide du Roi Sage.

Haut de page

Notes

1  L'édition consultée et citée dans ce travail est la reproduction en fac-similé de l'édition de Gregorio LÓPEZ,Las siete partidas, Salamanque, 1555 ; fac-similé : 3 vol., Madrid : Boletín Oficial del Estado, 1985.

2 Ibid., vol. I. Partida II, Titre I, Loi V, fol. 4v.

3  Ibid., vol. I. Partida II, Titre I, Loi I, fol. 3r.

4  Ibid., vol. I. Partida II, Titre IX, Loi I, fol. 21r.

5 Ibid., vol. I. Partida II, Titre XIII, Loi XIV, fol. 37v.

6  Agapito REY (éd.), Libro del consejo y de los consejeros, Saragosse : Biblioteca del Hispanista, 1962, V.

7 Op. cit., vol. I. Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22r.

8  Ibid., vol. II. Partida III, Titre XXI, fol. 130r.

9  Ibid., vol. III. Partida VI, Titre VI, Loi I, fol. 35r.

10  Ibid., vol. I. Partida II, Titre XXVI, Loi X, fol. 106v.

11  Op. cit., chapitre II, p. 29.

12  Ibid., vol. III. Partida V, Titre IV, Loi II,  fol. 10v.

13  Ibid., vol. II. Partida IV, Titre XVIII, Loi VII, fol. 50r.

14  Ibid., vol. I. Partida II, Titre XIX, Loi III, fol. 66r.

15  Ibid., vol. II. Partida III, Titre XXI, Loi III, fol. 131r.

16  Proverbes, XI, 14.

17  Proverbes, XIII, 10

18  Adeline RUCQUOI, Histoire médiévale de la péninsule ibérique, Paris : éditions du Seuil, 1993, p. 333.

19  Ibid., vol. I, Partida II, Titre X, Loi III, fol. 31r.

20  Ibid., vol. III, Partida VI, Titre XVII, Loi III, fol. 110v.

21  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXIII, Loi XVII, fol. 147v.

22  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXII, fol. 27v.

23  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi IV, fol. 4v.

24  « Ricos omes segund costumbre de España son llamados los que en las otras tierras dizen condes o barones ». Ibid., vol. 2, Partida IV, Titre XXV, Loi X, fol. 64r.

25  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi VI, fol. 23r.

26  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XXV, Loi VI, fol. 62v.

27  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XXVI, Loi IV, fol. 66r.

28  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XVIII, loi LXXXIX, fol. 112r.

29  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXVI, fol. 28v.

30  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXVII, fol. 29r.

31  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XIII, Loi VII, fol. 36r.

32  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XIII, Loi XVI, fol. 38v.

33  Libro del consejo y de los consejeros, Capitulo III – De commo todo omne deve demandar consejo a Dios en todos los fechos que son buenos e fazederos. Ibid., p. 29.

34  Ibid., p. 30.

35  Job, 13

36  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi III, fol. 130v.

37  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi I, fol. 3r.

38  Ibid., vol. II, Partida III, Titre IV, Loi IV, fol. 19v.

39  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XVIII, Loi CVII, fol. 116r.

40  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi IX, fol. 6v.

41  Ramón MENÉNDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general de España, Madrid : Gredos, 1955, p. 222.

42  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22v.

43  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XVIII, Loi VII, fol. 50r.

44  Ibid., vol. II, Partida IV, Titre XXVII, Loi III, fol. 72v.

45  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22v.

46  Loc. cit.

47  Loc. cit.

48  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi VI, fol. 23r.

49  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi I, fol. 21r.

50  Le chapelain doit être « ome muy letrado e de buen seso e leal e de buena vida » ; le chancelier doit être pourvu d'un « buen seso natural » ; les notaires « deven ser de buen entendimiento e leales e de poridad » ; les greffiers, « buenos e entendidos, e mayormente los de casa del Rey, ca estos conviene que ayan buen sentido e buen entendimiento, e sean leales, e de buena poridad ». L'aposentador, enfin, « deve ser entendido e de buen seso ».  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XIII, Lois III à XV, fol. 21v à 25r.

51  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi II, fol. 21v.

52  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XIII, Loi VII, fol. 36r.

53  Un exemple parmi d'autres, le chancelier : « Si fuere de buen seso sabra bien guardar poridad del Rey ».  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi IV, fol. 22r.

54  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XVIII, fol. 26r.

55  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi II, fol. 130r.

56 Claude GAUVARD, Alain DE LIBERA et Michel ZINK (éd.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris : Presses Universitaires de France, 2002, p. 1158.

57  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XXI, Loi IV, fol. 71v.

58  Ibid., vol. I, Partida II, Titre V, Loi VIII, fol. 13v.

59 « Nasce el pensamiento del coraçon del ome ».  Ibid., vol. I, Partida II, Titre III, Loi II, fol. 9v.

60  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi I, fol. 130r.

61  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi II, fol. 130r.

62  La traduction de Robert Grosseteste, vers 1246-1247.

63  « dize el sabio Aristotiles en el libro de las Eticas, que quiere tanto dezir como libro que fabla de las buenas costunbres ». Ibid., prologue, p. 19.

64  Plus précisément, l'Ethique d'Aristote n'est citée – implicitement – que dans les développements que le titre XXVII de la Quatrième partie consacre à l'amitié : « amistad segund dize Aristoteles es una virtud que es buena en si e provechosa a la vida de los omes ».

65  Ibid., vol. II, Partida III, Titre XXI, Loi I, fol. 130r.

66  Des Parties des animaux, III, X.

67  Au « monde sublunaire », selon ses termes.

68  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi XXX, fol. 30r.

69  Ibid., vol. I, Partida II, Titre IX, Loi V, fol. 22v.

70  Fuero Real, facsimilé de l'édition de 1836 de la Real Academia de la Historia, Valladolid : Lex Nova, 1990. Titre II, Ley II, p. 9.

71  Ibid., vol. I, Partida II, Titre XXXI, fol. 114r.

72  Ibid., vol. I, Partida II, Titre I, Loi V, fol. 5r.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Jecker, « Les vertus du conseiller dans les Sept parties et dans le Livre du conseil et des conseillers », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 22 novembre 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20627 ; DOI : 10.4000/e-spania.20627

Haut de page

Auteur

Mélanie Jecker

Université Paris-Sorbonne, CLEA (EA 4083), AILP (GDRE 671, CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org