Navigation – Plan du site
Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Du concept de privanza à la notion de conseil dans la Crónica de Álvaro de Luna (XVe siècle)

Ghislaine Fournès

Résumés

Cet article entend analyser le traitement accordé à Álvaro de Luna dans la Crónica qui lui est consacrée, afin de mesurer ce qui, en ce XVe siècle, sépare la figure émergente du privado de celle, ancienne, du conseiller d’un roi ou d’un prince. Malgré la louange appuyée, malgré les distorsions et les omissions imposées par le genre, la Crónica délivre de nombreux indices renvoyant à la relation existant entre Jean II et Álvaro de Luna. Il est alors possible de tenter de cerner les différentes facettes du personnage et son inscription dans l’évolution des pratiques du pouvoir en cette fin du Moyen Âge.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Álvaro de Luna, de noblesse aragonaise, fut le privado de Jean II (1407-1454) et, durant plus de t (...)
  • 2 Crónicas de los Reyes de Castilla, don Cayetano ROSELL (éd.), Madrid : B.A.E., 1953, 2, Crónica de (...)
  • 3  Pedro CARILLO DE HUETE, Crónica del Halconero de Juan II, Juan de Mata CARRIAZO (éd.), Madrid : Es (...)
  • 4  Pour cet auteur, consulter Julio RODRÍGUEZ PUÉRTOLAS, Poesía de protesta en la Edad Media castella (...)
  • 5  Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, Robert TATE (éd.), Londres : Tamesis Books Limi (...)
  • 6  Alfonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, Brian TATE et Jeremy (...)
  • 7 Crónica de don Álvaro de Luna, Condestable de Castilla, Maestre de Santiago, Juan Mata DE CARRIAZO (...)

1Álvaro de Luna1 occupe, dans l’histoire castillane du XVe siècle, une place à la fois prépondérante et problématique. Considéré par certains de ses contemporains comme le meilleur des défenseurs d’une monarchie chancelante et, par d’autres, comme un noble ambitieux et cupide, il incarne, tel Janus, le double visage que peut revêtir la faveur royale. Acteur dans les chroniques de son temps, la Crónica de Juan II2 et la Crónica del Halconero de Juan II3, objet de critiques – souvent virulentes – sous la plume des auteurs les plus renommés, le Marquis de Santillana4, Fernán Pérez de Guzmán5, ou encore Alfonso de Palencia6, il est également le sujet ou héros d’un récit chronistique écrit sans doute par un de ses plus fidèles criados, Gonzalo Chacón7.

  • 8  La Crónica de don Álvaro de Luna s’inscrit dans un genre bien particulier, la chronique chevaleres (...)

2Dès le prologue, en accord avec son genre, la biographie chevaleresque8, la Crónica de don Álvaro de Luna se présente comme un discours épidictique ; on lit en effet :

  • 9  CAL, p. 4-5.

¿Quién será aquel que ose afirmar que por más honrrosos ni peligrosos casos e grados de infortunios e bienaventuranças, ningúnd grande de nuestro tiempo le passase e fuese delante en adquirir gloria e fama e onrra bien ganada?9

  • 10  CICÉRON, De Republica I, 2 et 7 et De Oratore, II, 9 et II, 36, 62-63. Les œuvres complètes de Cic (...)
  • 11  Jean-Philippe GENET, « Les langages de la propagande », in : Vincent CHALLET, Jean Philippe GENET, (...)
  • 12  Voir à ce sujet Ernst Robert CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Jean Bréjou (...)

3La narration, entrecoupée de digressions, de sentences et d’exempla, rend compte des faits, ou plutôt des hauts faits du héros, dont l’action scande et détermine l’histoire du royaume de Castille. Texte historiographique centré sur un personnage particulier, considéré par ses contemporains comme un cas ou une exception puisque unique par sa vie tout autant que par sa mort, la Crónica fabrique l’histoire, cette Histoire « magistra vitae » selon le topos cicéronien10. Álvaro de Luna se détache de la galerie des nobles qui forment l’entourage du roi ; il acquiert une dimension supérieure et devient une figure héroïque. Le texte est ainsi soumis à un double impératif. D’une part, il doit respecter cet effet de réel11, propre à l’historiographie, on a par exemple une accumulation de marqueurs spatiaux et chronologiques, et, d’autre part, il se doit de construire grâce à la rhétorique de l’éloge un imaginaire autour du personnage en accord avec sa finalité et également le public visé. Une tension s’instaure entre ces deux impératifs, comme existe une tension entre le cas Álvaro de Luna et la figure emblématique et par là même modélique qu’il devient au fil des pages12.

4Malgré la louange appuyée, malgré les distorsions et les omissions imposées par le genre, la Crónica me semble délivrer de nombreux indices renvoyant à la relation existant entre Jean II et Álvaro de Luna. Il est alors possible de tenter de cerner les différentes facettes du personnage et son inscription dans l’évolution des pratiques du pouvoir en cette fin du Moyen Âge.

  • 13  François FORONDA, « La privanza dans la Castille du bas Moyen Âge. Cadres conceptuels et stratégie (...)
  • 14  CAL, p. 67.
  • 15  CAL, p. 267.
  • 16  F. FORONDA, art. cit., p. 183-184.
  • 17 CAL, p. 76.

5Cet éloge du Connétable n’est rendu possible que par l’art consommé qu’a le narrateur de nommer et donc de caractériser son personnage ; ses titres sont répétés à l’envi. Il est dit comte de San Esteban, Grand Connétable, puis, à partir de l’année 1445, il n’apparaît plus que comme Maestre, entendons Grand Maître de l’Ordre de Saint-Jacques, et est toujours accolé à ce rang un, voire deux qualificatifs mélioratifs tels que buen, virtuoso, leal, valeroso, esforçado, ou encore discreto . À ces titres, les détracteurs du Connétable en ajoutaient un, lourd de sens, privado del rey. François Foronda a défini le mot privado à partir de sa racine, le verbe privare, il écrit : « [ce terme] désigne une action ascendante, celle d’un homme se trouvant mis à part, comme isolé en avant, en raison de la proximité que lui accorde le prince »13. Au moment de l’écriture de la Crónica, le terme revêt une connotation négative et Gonzalo Chacón n’en fera, lorsqu’il parle du Connétable, qu’un usage modéré : il n’emploie les termes privanza ou privado que lorsqu’il narre l’exil, puis le retour d’Álvaro de Luna auprès du roi, en 1427-1428. On lit par exemple : « acordó [el rey] de fazer su condestable a Álvaro de Luna, su criado, que era ya grant privado suyo »14. Ou bien lorsqu’il rapporte le point de vue des ennemis du Connétable : « allí començaron algunos grandes del rreyno çiertas fablas con el rey de Navarra, quexándose de la grant privança que el condestable tenía con el rey »15. L’auteur de la chronique va jusqu’à opérer un renversement puisque, dans la dernière partie de la chronique, le terme privanza ne sert qu’à désigner les proches de l’infant héritier (les frères Pacheco), le futur Henri IV, ceci afin de leur attribuer la responsabilité des intrigues et des conflits qui secouent le royaume16. Le narrateur s’applique donc à requalifier la faveur dont jouit le Connétable, et de la privanza qui touche à l’exercice du pouvoir, on passe à la notion de crianza, notion d’ordre privé et base du système de vasselage. La crianza suppose une réciprocité, et si le roi doit protection et faveurs à son criado, celui-ci se trouve de facto à son entier service. La notion de service est ainsi convoquée afin de parachever la caractérisation du héros. Il est alors aisé pour Gonzalo Chacón de justifier les faveurs et les privilèges reçus par, dit-il : « la crianza e continua cercanía… »17. Le lien unissant les deux hommes serait alors naturel et conforme aux usages de la cour.

6Qu’Álvaro de Luna soit appelé par le narrateur Maestre, privado ou criado, il est surtout défini par ses fonctions auprès du roi. Ainsi, en 1419, après l’épisode de Ségovie qui consacre son emprise sur le monarque, le narrateur peut tracer en quelques lignes ce qu’est ou plutôt ce qu’est censée être l’action du Connétable :

  • 18 CAL, p 231.

En las cosas que don Álvaro fizo allí por estonces, non mostró menos coraçón qué sabiduría, e bien se dio a entender que en él avía de todo aquello que deve aver en los que están cerca de los reyes, es, a saber, sabiduría para bien les aconsejar, e coraçón para non dexar de façer aquello que entienden que más cumple al serviçio dellos e bien público de los sus reynos18.

7Je me propose donc, en analysant le traitement accordé dans la Crónica à Álvaro de Luna, de mesurer ce qui en cette première moitié du XVe siècle sépare la figure émergente du privado de celle, ancienne, du conseiller d’un roi ou d’un prince. Il faut pour ce faire retourner vers certains textes qui, depuis le XIIIe siècle, définissent le rôle et les vertus du parfait conseiller, rouage indispensable à tout bon gouvernement. Il y eut bien, de façon complémentaire, un Miroir du conseiller comme il y eut un Miroir du prince.

  • 19  ALPHONSE X, Las Siete Partidas, José SÁNCHEZ ARCILLA (éd.), Madrid : Reus, 2004, II, IX, XXVII, p. (...)

8Deux ouvrages majeurs ont retenu mon attention. Le premier est, bien entendu, le titre IX de la Deuxième partie d’Alphonse X, qui traite des officiers de la maison et de la cour royales. Le proême donne de ces officiers qui composent la cour une acception très générale : il est dit d’eux que : « han de servir y de amar al rey »19. Cette rubrique très englobante permet l’énumération des diverses charges et des nombreux emplois curiaux. Sont ainsi énumérés et caractérisés les chapelains, le chancelier, les notaires, les officiers de bouche, les merinos… Une première remarque s’impose, chaque fonction ou emploi n’est qu’un sous-ensemble d’un tout, matérialisé par un lieu, la cour, dont la définition est précisée quelques pages plus loin :

  • 20 Ibid., II, IX, XXVII, p. 226.

Corte es llamado el lugar de donde es el rey, e sus vasallos, e sus oficiales con él, que le han cotidianamente de aconsejar, e de servir, e los hombres del reino que se llegan ahi20

  • 21 Ibid., II, IX, VI, p. 216.

9On notera également la réitération du verbe (a)consejar qui revient comme un leitmotiv dans plusieurs lois, notamment dans celle qui traitent des ricosomnes. Le texte alphonsin établit cependant pour cette dernière catégorie une spécificité dans le conseil. Ainsi il est écrit que « los ricosomnes han a consejar al rey en los grandes fechos… »21, ce qui, de fait, restreint leur champ d’influence.

  • 22 Ibid., II, IX, VI, p. 215.

10La loi V dont le titre est « Cuáles deben ser los consejeros del rey », se fondant sur l’autorité de Sénèque, rappelle la nécessité du conseil et s’applique à définir qui sont ces conseillers. Au contraire des ricosomnes qui occupent la première place par « linaje y bondad », les conseillers ne le sont ou plutôt ne le deviennent que grâce à leurs vertus. Ainsi nous pouvons lire : « Este consejo ha de tomar (el rey) con hombres que hayan en sí dos cosas : la primera que sean sus amigos ; la segunda, que sean entendidos, e de buen seso »22.

11La suite du texte ne fait que gloser, en faisant appel à des exemples célèbres, cette double caractérisation qui renvoie à la fois à l’entendement et à l’affect. En effet, si les conseillers ne le sont pas par naissance, cela implique qu’il y ait, de la part du roi, connaissance des vertus de chacun et ensuite élection des personnes les plus à même de remplir cette haute charge que constitue le conseil. Et il y a bien en cela une part d’arbitraire, un arbitraire qui peut changer au gré des évènements. Álvaro de Luna n’en apporte-t-il pas une preuve lorsqu’il répond (en 1453) à ses accusateurs en ces termes :

  • 23  CAL, p. 395.

Fagan Dios e el Rey mi señor de mí lo que los pluguiere, ca yo por çierto no faré otra cosa si non ponerme en sus manos. El rey mi señor me fizo, él me puede desfazer, si quisiere23.

  • 24  ARISTOTE, Éthique à Nicomaque, Livres VIII à IX. Sur l’amitié, Paris : Le livre de Poche (Classiqu (...)

12Plus pertinente est sans doute la première des conditions « que sean sus amigos ». L’amitié qui, selon Aristote est intimement liée à la vertu24, serait donc indispensable pour que le roi puisse accorder sans péril toute sa confiance, confiance qui, dans la chronique d’Álvaro de Luna se traduisit par l’octroi de charges curiales, de titres et de dons ainsi que par une familiarité abolissant en quelque sorte la distance existant entre le roi et un conseiller.

  • 25 Glosa castellana al « Regimiento de príncipes » de Egidio Romano, Juan BENEYTO PÉREZ (éd.), Madrid  (...)

13Mon second texte de référence est la Glosa castellana al regimiento de príncipes de Egidio Romano25, qui est une traduction, assortie de commentaires, du De Regimine principum de Gilles de Rome, terminée par fray Juan García de Castrojeriz en 1344. Plusieurs chapitres du Livre III intitulé « Del governamiento de la cibdad e del reyno » font le lien entre la personne du conseiller et l’amitié, mais il s’agit d’une amitié ressentie cette fois plus par le conseiller que le roi, comme le précise le traducteur dans son commentaire au texte égidien :

  • 26 Glosa castellana al « Regimiento de príncipes » de Egidio Romano…, Livre III, XVIII, p. 839.

Todo buen consejero deve aver tres cosas, no solamente de parescencia, mas de fecho. E estas son bondad de virtudes, e amistanza verdadera e sabiduría de las cosas ciertas e derechas26.

14Il est alors possible de faire le lien avec certains commentaires, contenus dans le Livre I consacré à l’exposition des vertus chez le roi, précisant cette relation d’amitié entre le roi et son conseiller :

  • 27 Ibid, Livre I, XXVIII, p. 208.

[…] conviene mucho a los reyes ser amigables e familiares, mas no de la guisa que lo son o deven ser los otros omnes ; ca alguna familiaridad es convenible a los otros omnes e no sería convenible al rey por la dignidad real. Ca de la gran familiaridad nasce menosprecio e por ende los reyes dévense mostrar por personas pesadas e reverendas27.

15La familiarité est bien chose répréhensible entre un monarque et un conseiller, mais elle ne peut pas être confondue avec l’intimité qui doit exister afin que la fonction de conseil soit effective. La Glosa castellana, comme le titre IX de la Deuxième Partie, souligne l’importance de la proximité physique entre le roi et ses conseillers. Ceux-ci vivent à la cour, occupent le plus souvent une charge dans la maison royale, peuvent être sollicités à toute heure, prêts à écouter et à éclairer par des conseils avisés les décisions du monarque. Dépositaires enfin des secrets du prince, et c’est en cela que prend tout son sens le terme d’intimité – qui signifie ce qui est le plus au dedans et le plus essentiel –, ils apparaissent dans ces textes normatifs comme des adjuvants secondant sans le précéder le prince.

16La Crónica de Álvaro de Luna construit, dans un autre registre, une figure exemplaire qu’elle estime la mieux adaptée à la finalité de l’ouvrage, la réhabilitation post-mortem du personnage. Cette construction renvoie-t-elle, au delà des procédés propres au genre de la biographie particulière – l’amplificatio, la louange appuyée, le recours à l’épique… –, à la définition du conseiller telle qu’elle apparaît dans les Miroirs du Prince ?

17Dans la chronique, la relation unissant les deux hommes, Jean II et Álvaro de Luna, est bien de l’ordre de l’amitié : elle résulte d’un choix ou d’un penchant que le jeune roi ne peut occulter. Ainsi nous lisons :

  • 28  CAL, p. 15.

[…] el Rey le tomó por page a don Álvaro de Luna ; e como quiera que el Rey era muy niño, viendo la graçiosidad e gentileza e mucha desenboltura de don Álvaro de Luna, pagábase de su servicio más que de otro ninguno, e plazíale más, e quería siempre de contino tener de cerca28.

18Cette amitié est un motif amplement repris, surexploité en quelque sorte jusqu’à la narration des dernières années du Connétable, mais qui se complexifie du fait des obstacles à cette amitié. La reine mère est la première à charger le jeune page d’une mission afin de l’éloigner de la cour ; il est écrit que :

  • 29  CAL, p. 21.

[…] el Rey bien entendió que aquello se fazía por apartar dél a don Álvaro de Luna e abraxándole muy amigablemente díxole que si todavía queria su servicio se viniese luego para él29.

  • 30  CAL, p. 31.

19Le récit biographique est alors scandé par les successifs exils d’Álvaro de Luna suivis immanquablement par ses retours que l’auteur estime providentiels. Le texte est donc animé par deux mouvements contradictoires : soit par la louange, le locuteur est alors le narrateur ou il s’agit de paroles rapportées du roi, soit par la vitupération, à travers la relation du point de vue des détracteurs du personnage. Le premier mouvement permet l’ascension du héros puisque, comme preuve de son amitié, le roi le comble de faveurs : «[…] e íbale el Rey de cada día dándole mayor parte de sí, e mayor lugar en las cosas »30 ; tandis que le second rend possible le motif de l’envie, auquel s’ajoute la calomnie, qui seules peuvent expliquer la chute du Connétable. On lit par exemple :

  • 31  CAL, p. 140.

Quanto más el Condestable se avía como caballero en estas cosas, e tanto quanto más honrra e gloria ganaba por la virtud del su bien fazer, e quanto veyan que el Rey lo amaba e presçiaba de cada día más, tanto más la ynvidia de algunos grandes cresçía y se apoderaba dellos31.

  • 32  CAL, p. 295.

20On se doit de remarquer que ce sont précisément les qualités qui, selon les textes normatifs, font un bon conseiller, les vertus et l’amitié, qui suscitent cette envie. Álvaro de Luna aurait donc été, à partir de la majorité du roi, le sage conseiller d’un monarque pusillanime, en butte à l’hostilité de ses parents, les infants d’Aragon, et des représentants de certains hauts lignages. D’ailleurs ne lit-on pas : « […] el Rey él quería tener continuadamente al Condestable çerca de sí, por los buenos e leales consejos que sienpre en él fallaba, e porque lo amaba e presçiaba mucho »32 ? Le Connétable est ainsi présenté par le narrateur comme la boussole guidant l’action du monarque :

  • 33  CAL, p. 287.

Ansí como los mareantes […] guían por el aguja que en sus fustas trahen, e aquella los enderesça al desseado puerto, semejantemente sólo el nuestro maestre era prinçipal guiador e enderesçedor de los fechos del reyno33

21Narrateur qui avait peut-être en mémoire la comparaison établie entre cet instrument et le conseiller dans la Deuxième Partie, plus précisément dans la loi traitant de la cour royale :

  • 34  ALFONSO X, Las Siete Partidas…, II, IX, XXVIII, p. 227.

E bien ansí como los marineros se guían en la noche escura por el aguja […], otrosí los que han de aconsejar al rey se deben siempre guiar por la justicia, que es medianera entre Dios e el mundo en todo tiempo…34

22Il s’agit certes d’une métaphore convenue dans nombre de traités politiques mais, appliquée à Álvaro de Luna, elle renforce à la fois la légitimité et le caractère providentiel du personnage. De fait, lorsque le narrateur rapporte les décisions prises par le roi en 1436, touchant à l’administration des villas et cités, il décrit ce que doit être le parfait gouvernement d’un royaume :

  • 35  CAL, p. 149.

Las quales leyes e ordenanças fizo el rey por consejo e suplicación del Condestable de Castilla, e conde de Sanctiestavan, camarero mayor del Rey, e del su Consejo, e ansimismo, con acuerdo de otros condes, caballeros, perlados e doctores del Consejo de Su Alteza35.

23Mais cette phrase révèle également la prééminence d’Álvaro de Luna par rapport aux autres membres de la cour : l’amitié entre les deux hommes – une amitié exclusive selon l’auteur de la chronique –, qui est du domaine de la sphère privée, envahit l’espace public et perturbe les équilibres politiques.

  • 36  Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge, XIe-XVe siècle, Paris : Armand Colin, (...)

24Qu’en est-il du contexte politique en cette première moitié du XVe siècle ? La noblesse ou plutôt les noblesses tentent de s’imposer socialement et politiquement. Lorsque Henri III meurt, son fils Jean II (1406-1454) est mineur. La régence est confiée à sa mère, Catherine de Lancastre, et à son oncle l’infant Ferdinand qui, après la prise d’Antequera, ville tenue par les musulmans de Grenade, reçoit le surnom de « el de Antequera ». De manière répétitive, les grands lignages s’affrontent soutenant soit la reine mère soit l’infant. Le royaume se trouve alors divisé en bandos, ou ligas, tant au niveau national qu’au niveau local. Cette situation perdure au-delà de la minorité du roi lettré et sera d’ailleurs une constante jusqu’aux Rois Catholiques. Ce fonctionnement constitue, selon Marie-Claude Gerbet, un moyen efficace d’empêcher non seulement l’hégémonie d’un lignage précis en instaurant un affrontement permanent, mais également de freiner le plein développement de l’autorité royale36.

  • 37  J. SERRANO BELINCHÓN, op. cit., p. 145-156 et J. M. CALDERÓN ORTEGA, op. cit, p. 245-237.

25Un premier écart existe entre la figure du parfait conseiller dont l’origine passe après les vertus et le personnage d’Álvaro de Luna, représentant malgré sa bâtardise d’un lignage prestigieux d’origine aragonaise – son père était Copero Mayor, c’est-à-dire Intendant général d’Henri III de Castille, son oncle, Pedro, fut archevêque de Tolède jusqu’en 1414 – qui donna un pape d’Avignon en la personne de Benoît XIII (1394-1423). Le Connétable poursuivit une stratégie matrimoniale au service de ses ambitions : il épousa doña Elvira Portocarrero de la famille de l’Amiral Alfonso Enríquez puis, en secondes noces, doña Juana Pimentel, fille du comte de Benavente37. Pièce maîtresse de l’échiquier politique, le Connétable ne se contenta pas, et en cela tous les textes concordent, de la fonction du conseil qui implique une certaine distance et retenue. Chef de guerre, pour son roi et aussi pour lui-même, tête d’un parti politique, seigneur de vassaux et de criados fort nombreux, grand noble tenant en son château d’Escalona une cour raffinée, grand lettré et auteur à ses heures, Álvaro de Luna ne se situe pas hors du jeu politique : il en est le centre et l’arbitre.

26C’est à ce titre que le monarque lui délègue certaines fonctions. Notamment lors des affrontements violents de 1429 entre le parti de Jean II et celui des infants d’Aragon ; on lit en effet :

  • 38 CAL, p. 100-101.

El Rey, veyendo la voluntad del Condestable, y el deseo e amor de le servir con que a ello se movía, otorgóle la liçençia, e mandóle dar sus cartas e poderes para las çibdades e villas, para que todos, grandes e pequeños, así fiziesen sus mandamientos, como los de su persona propia, e así le obedesçiesen, e se juntasen con él, o con quien el mandase38.

27La figure d’Álvaro de Luna comme conseiller se superpose alors à la figure royale et en brouille les contours et c’est là un second écart d’importance par rapport à ce que stipulent les Miroirs du Prince. Le narrateur n’occulte aucunement cette usurpation dans l’exercice du pouvoir qui dura, de façon intermittente, trois décennies mais il prend soin de la justifier. Ainsi convoque-t-il la notion de service qui, selon lui, régit toutes les décisions du Connétable et, enfin, il invoque, en termes choisis et prudents, la personnalité du monarque et son effacement :

  • 39 CAL, p. 246.

No çesando enpero el Maestre de entender todavía en los fechos del reyno, por lo sosegar e lo paçificar a todas e por todas partes, como aquel de quien cargaban todos los mayores e prinçipales negoçios que en Castilla eran e ocurrían ; e sólo en el qual eso mesmo se descargaba e se descuydaba de todos ellos el Rey39.

28En 1453, le lien étant définitivement rompu entre Jean II et Álvaro de Luna, a lieu alors une dernière entrevue entre les deux hommes. Le narrateur rapporte en style direct la teneur de la rencontre : Jean II donne l’ordre au Connétable de quitter définitivement la cour, la réponse d’Álvaro de Luna – il s’agit de paroles de menace voilée – démontre à la fois les limites de la notion de service et la véritable stature du personnage :

  • 40 CAL, p. 363.

– Señor, ya sabe Vuestra Alteza cómo en esta çibdad adonde estáys, el castillo della non está mucho a vuestro serviçio […] e yo en aver de ir, conpliendo vuestro mandamiento, quedaréys muy desaconpañado, segúnd la poca gente que en vuestra corte tenéys ; ca todos los caballeros que ella están que de mayor sean, viven conmigo, e se irán adónde yo fuese, e me seguirán, aunque yo los quisiese acá dexar, así que vuestra señoría quedaría muy solo, de lo cual se podría seguir a Vuestra Alteza resçibir algúnd desserbiçio, e yo muy grand deshonrra, tal que nunca repararla pudiesse40.

29La suite du texte va accentuer cette inversion : au roi déloyal et finalement cupide est opposé un personnage possédant les vertus qui font défaut au monarque.

30Il n’est pas dans mon propos de débattre de la pertinence d’une telle version ; la chronique est une construction littéraire écrite dans une finalité précise et si témoignage il y a, il concerne avant tout les mentalités et les valeurs propres à cette époque. On retiendra de cette biographie l’importance de la fonction du conseil, il ne peut y avoir exercice du pouvoir royal sans conseiller, et la difficulté à l’assurer. Entre les deux pôles possibles, entre le conseiller et le privado, se situe Álvaro de Luna, personnage ambivalent s’il en est.

31L’auteur de la Crónica de Álvaro de Luna devait remplir un double impératif contradictoire. D’une part il voulait démontrer que le Connétable avait été le plus loyal des vassaux, le plus fidèle des serviteurs et donc le meilleur des conseillers-amis de Jean II et, d’autre part, il entendait le convertir en un héros, et aussi dans un second temps en un martyr, ce qui revenait à inverser la hiérarchie entre les deux hommes.

  • 41  ARISTOTE, op. cit., VIII, VIII, p. 122.
  • 42 Ibid., VIII, VIII, p. 123.
  • 43 Ibid, VIII, 13, p. 134.

32Cette tension ou ambiguïté renvoie à ce qu’écrit Aristote sur l’amitié entre inégaux qui demeure problématique et incertaine puisque, écrit-il, « En somme, toutes les amitiés dont nous avons parlé jusqu’ici ont toutes pour fondement l’égalité ; identiques en effet sont les biens qu’on y échange de part et d’autre, et que l’on s’y souhaite l’un à l’autre »41. Et lorsque le stagirite traite de l’amitié entre un chef et ses subordonnés, il reconnaît que « l’identité des services qu’on échange de l’un à l’autre ni n’existera en fait ni ne devra être exigée »42 . Enfin, dans un dernier chapitre, le philosophe envisage les formes d’amitié et de justice correspondantes à chacune des constitutions politiques et précise que, dans une monarchie : « En premier lieu, l’amitié qui unit un roi à ses sujets vient de ce que le roi fait à ses sujets plus de bien qu’il n’en reçoit d’eux ; car le roi fait du bien à ses sujets, s’il est vrai que, lorsqu’il est bon roi, il prend soin d’eux pour assurer leur bonheur, comme le fait un berger pour ses brebis ; de là vient qu’Homère a appelé Agamemnon pasteur de peuples »43.

33Il y a donc dans l’amitié entre un roi et son subordonné un déséquilibre latent, toujours à compenser puisque l’inférieur est en somme redevable envers son supérieur, dispensateur des biens et des faveurs. On perçoit sans peine combien le récit de la vie d’Álvaro de Luna s’écarte du schéma relationnel donné par Aristote, si l’on excepte bien sûr les premiers temps qu’il passe à la cour comme page, il est alors remarqué par le jeune roi qui lui marque sa préférence et donc son amitié entre tous les damoiseaux, et les dernières années qui voient le revirement du monarque – celui-ci n’éprouve plus que de l’aversion pour le Connétable. Selon la chronique, durant presque trois décennies, la subordination politique effective d’Álvaro de Luna à son roi se doubla (ou plutôt s’annula par) d’une subordination de l’ordre de l’affect de ce dernier à Álvaro de Luna.

  • 44  Juan de MENA, El laberinto de Fortuna, Madrid : Cátedra, 1996. Il s’agit des vers 1873-74, p. 163.

34On peut à présent apporter quelques réponses à la problématique posée antérieurement. Par l’amitié manifestée et l’intimité décrite, Álvaro de Luna semble correspondre à l’image du conseiller véhiculée par les différents Miroirs du prince, mais étant donné qu’il s’agit d’une amitié inversée en quelque sorte et débouchant sur une familiarité portant atteinte à la dignité royale, l’image du conseiller s’estompe pour laisser place au privado. Cette distance entre le conseiller et le privado est d’autant plus grande que tous les textes traitant du conseil parlent, et ceci n’est pas un détail sans importance, bien au contraire, non du conseiller mais des conseillers. Ce pluriel insistant rappelle qu’il ne peut être question d’exclusivité à l’heure de seconder le prince dans le gouvernement du royaume, et qu’un, fût-il le plus sage et le plus loyal, ne suffit pas à cette tâche. La notion de consilium, se greffant sur la conception de la curie, implique le partage de l’amitié royale et des faveurs qui en découlent. Or, tous les témoignages concordent, Álvaro de Luna entendait avoir le monopole de la faveur royale et donc du conseil et rester pour ses contemporains mais aussi pour la postérité celui qui « cavalga sobre la Fortuna e doma su cuello con ásperas riendas »44.

35Le privado ne serait alors qu’un avatar du conseiller, rendu possible par la béance du pouvoir royal mais aussi la comblant, se substituant en quelque sorte à ce pouvoir, clef de voûte de l’équilibre politique, afin d’en assurer la pérennité. Mais il s’agit d’une figure qui, en cette première moitié du XVe siècle, ne s’inscrit pas (ou pas encore) dans les pratiques de pouvoir ; elle n’en est qu’une forme monstrueuse car elle est vécue et donc combattue comme contraire aux normes du bon gouvernement et à la raison.

Haut de page

Notes

1  Álvaro de Luna, de noblesse aragonaise, fut le privado de Jean II (1407-1454) et, durant plus de trente ans, gouverna en ses lieu et place suscitant le mécontentement d’une grande partie de la haute noblesse menée par les infants d’Aragon, cousins du roi. Connétable de Castille et comte de San Esteban de Gormaz, Álvaro de Luna devint, après la bataille d’Olmedo en 1445 qui consacra son pouvoir, Maître de l’Ordre de Saint-Jacques. Mais l’opposition au Connétable se renforça par la suite, sans doute sous l’influence de la seconde épouse de Jean II, Isabelle de Portugal. Accusé de trahison, d’abus de pouvoir, de meurtre, Álvaro de Luna fut arrêté à Portillo, emprisonné et jugé de façon expéditive ; il mourut décapité à Valladolid le 2 juin 1453. Consulter José SERRANO BELINCHÓN, De la vida, prisión y muerte de don Álvaro de Luna, Guadalajara : Aache, 2000 ; José Manuel CALDERÓN ORTEGA, Álvaro de Luna : riqueza y poder en la Castilla del siglo XV, Madrid : Dy Kinson, Centro Universitario Ramón Carande, 1998 ; du même auteur, Álvaro de Luna (1419-1453) : colección diplomática, Madrid : Dy Kinson, 1999 ; Béatrice LEROY, « Autour d’Álvaro de Luna, une suite d’usurpations ou un exemple de chevalerie ? », in : Jean-Pierre SÁNCHEZ (dir.), L’univers de la chevalerie en Castille. Fin du Moyen Âge-début des Temps Modernes, Paris : Éditions du Temps, 2000, p. 104-118.

2 Crónicas de los Reyes de Castilla, don Cayetano ROSELL (éd.), Madrid : B.A.E., 1953, 2, Crónica de Juan II, p. 551-695.

3  Pedro CARILLO DE HUETE, Crónica del Halconero de Juan II, Juan de Mata CARRIAZO (éd.), Madrid : Espasa-Calpe, 1946.

4  Pour cet auteur, consulter Julio RODRÍGUEZ PUÉRTOLAS, Poesía de protesta en la Edad Media castellana, Madrid : Gredos, 1968.

5  Fernán PÉREZ de GUZMÁN, Generaciones y semblanzas, Robert TATE (éd.), Londres : Tamesis Books Limited, 1980.

6  Alfonso de PALENCIA, Gesta Hispaniensia ex annalibus suorum dierum collecta, Brian TATE et Jeremy LAWRENCE (éd. y trad.), Madrid : Real Academia de la Historia, 1998.

7 Crónica de don Álvaro de Luna, Condestable de Castilla, Maestre de Santiago, Juan Mata DE CARRIAZO (éd.), Madrid : Espasa-Calpe, 1940, p. 4-5 (désormais CAL).Gonzalo Chacón commença sans doute la rédaction durant l’emprisonnement du Connétable ; il en parle au présent. L’auteur aurait terminé sa rédaction au début des années 1470, soit vingt ans après l’exécution d’Álvaro de Luna, et rajouta par la suite la mention de la translation du corps du Connétable à Tolède. On sait également qu’il remit le manuscrit aux descendants du Connétable en 1507, c’est-à-dire après la mort d’Isabelle la Catholique ; ceux-ci se chargèrent quelques décennies plus tard de la publication du manuscrit à Milan en 1546. Lire à ce propos l’étude préliminaire de Juan de Mata Carriazo, CAL, p. XXIV-XXV.

8  La Crónica de don Álvaro de Luna s’inscrit dans un genre bien particulier, la chronique chevaleresque, qui connaît un succès considérable en Castille comme dans tout l’Occident chrétien en cette fin du Moyen Âge. Voir à ce propos Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle),Paris : Honoré Champion, 1994. Citons parmi les textes les plus connus La vie de Guillaume le Maréchal, Le livre des faits de Boucicaut, La chronique de Bertrand du Guesclin ainsi que, pour l’aire hispanique, La relación de los hechos del muy magnífico e más virtuoso señor, el señor don Miguel Lucas de Iranzo, muy digno condestable de Castilla, Los Hechos del maestre de Alcántara, don Alonso de Monrroy, La Historia de los hechos de don Rodrigo Ponce de León et El Victorial de GUTIERRE DÍAZ DE GAMES.

9  CAL, p. 4-5.

10  CICÉRON, De Republica I, 2 et 7 et De Oratore, II, 9 et II, 36, 62-63. Les œuvres complètes de Cicéron sont consultables en ligne à l’adresse suivante : http://remacle.org/bloodwolf/orateurs/index.htm ; consulter à ce sujet Karlheinz STIERLE, « L’Histoire comme Exemple, l’Exemple comme Histoire. Pour une pragmatique et une poétique du texte narratif », Poétique, 10, 1972, p. 176-198.

11  Jean-Philippe GENET, « Les langages de la propagande », in : Vincent CHALLET, Jean Philippe GENET, Hipólito Rafael OLIVA HERRER et Julio VALDEÓN BARUQUE (éd.), La société politique à la fin du XVe siècle dans les royaumes ibériques et en Europe. Élites, peuple, sujets ?,Actes du colloque franco-espagnol de Paris, 26-29 mai 2004, Paris : Publications de la Sorbonne/Valladolid : Universidad de Valladolid, 2007, p. 89-109, voir plus précisément p. 108.

12  Voir à ce sujet Ernst Robert CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Jean Bréjoux (trad.), Paris : PUF, 1956, plus précisément les pages consacrées à Sententiae et exempla, p. 70-75, et Laurence GIAVARINI (dir.), Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviiie siècles), Dijon : Éditions Universitaires de Dijon, 2008.

13  François FORONDA, « La privanza dans la Castille du bas Moyen Âge. Cadres conceptuels et stratégies de légitimation d’un lien de proximité », in : Isabel ALFONSO, Julio ESCALONA et Georges MARTIN (dir.), Lucha política. Condena y legitimación en la España medieval, Annexes des Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, vol. 16, 2004, p. 153-197, p. 156.

14  CAL, p. 67.

15  CAL, p. 267.

16  F. FORONDA, art. cit., p. 183-184.

17 CAL, p. 76.

18 CAL, p 231.

19  ALPHONSE X, Las Siete Partidas, José SÁNCHEZ ARCILLA (éd.), Madrid : Reus, 2004, II, IX, XXVII, p. 213.

20 Ibid., II, IX, XXVII, p. 226.

21 Ibid., II, IX, VI, p. 216.

22 Ibid., II, IX, VI, p. 215.

23  CAL, p. 395.

24  ARISTOTE, Éthique à Nicomaque, Livres VIII à IX. Sur l’amitié, Paris : Le livre de Poche (Classiques de la philosophie), 2001, VIII, I, p. 105.

25 Glosa castellana al « Regimiento de príncipes » de Egidio Romano, Juan BENEYTO PÉREZ (éd.), Madrid : Centros de Estudios Políticos y Constitucionales, 2005. La Glosa avait la finalité, comme le livre de Gilles de Rome, de contribuer à l’éducation de l’héritier de la couronne, dans le cas castillan le futur Pierre ier. En Péninsule Ibérique, on connaît l’existence de plusieurs traductions du De Regimine principum : une traduction catalane, qui a elle-même donné lieu à une adaptation en navarro-aragonais, une autre portugaise (le manuscrit a été perdu), et, enfin, la traduction castillane, plus connue si l’on tient compte des mentions faites dans de nombreuses œuvres postérieures et des répertoires des bibliothèques royales et seigneuriales des XIVe et XVe siècles. La traduction castillane fit d’ailleurs l’objet d’une édition imprimée et ce dès 1494. Lire à ce sujet Ghislaine FOURNÈS, « Du gouvernement du royaume selon fray Juan García de Castrojeriz, traducteur et commentateur de Gilles de Rome », in : Ghislaine FOURNÈS et Elvezio CANONICA (éd.), Le Miroir du Prince. Écriture, transmission et réception en Espagne (XIIIe-XVIe siècles), Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 2011, p. 145-162.

26 Glosa castellana al « Regimiento de príncipes » de Egidio Romano…, Livre III, XVIII, p. 839.

27 Ibid, Livre I, XXVIII, p. 208.

28  CAL, p. 15.

29  CAL, p. 21.

30  CAL, p. 31.

31  CAL, p. 140.

32  CAL, p. 295.

33  CAL, p. 287.

34  ALFONSO X, Las Siete Partidas…, II, IX, XXVIII, p. 227.

35  CAL, p. 149.

36  Marie-Claude GERBET, Les noblesses espagnoles au Moyen Âge, XIe-XVe siècle, Paris : Armand Colin, 1994, p. 280. Le bilan du long règne de Jean II doit être, malgré les troubles incessants, nuancé ; en effet, la couronne a réussi à imposer, à travers le Conseil Royal et grâce à un système de prélèvement de l’impôt efficient, son autorité qui trouve sa meilleure expression dans la présence de corregidores dans vingt-sept villes.

37  J. SERRANO BELINCHÓN, op. cit., p. 145-156 et J. M. CALDERÓN ORTEGA, op. cit, p. 245-237.

38 CAL, p. 100-101.

39 CAL, p. 246.

40 CAL, p. 363.

41  ARISTOTE, op. cit., VIII, VIII, p. 122.

42 Ibid., VIII, VIII, p. 123.

43 Ibid, VIII, 13, p. 134.

44  Juan de MENA, El laberinto de Fortuna, Madrid : Cátedra, 1996. Il s’agit des vers 1873-74, p. 163.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Fournès, « Du concept de privanza à la notion de conseil dans la Crónica de Álvaro de Luna (XVe siècle) », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20620 ; DOI : 10.4000/e-spania.20620

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org