Navigation – Plan du site
Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Le conseil donné au roi dans le Sendebar (1253) : étude de sémantique et de pragmatique

Bernard DARBORD

Résumés

Le Sendebar (1253) est un recueil de contes espagnols, héritier d’une longue tradition orientale. Comme dans beaucoup d’œuvres de ce type (Calila e Dimna, Barlaam e Josaphat), le récit-cadre et les contes enchâssés sont articulés autour de la figure du conseiller du roi. La présente étude analyse la nature et la portée du conseil donné au roi par sa femme, par les sages et enfin par l’« enfant sage » ou puer senex (le fils du roi, qui seul parvient à convaincre entièrement son père). La force pragmatique de ces propos réduit la part faite au dialogue. De là le caractère hiératique et impassible de la figure du roi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sendebar, María Jesús LACARRA (éd.), Madrid : Cátedra, 1989.
  • 2  Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, Madrid : Cátedra, 1, 1998, p. 21 (...)

1Le Sendebar1 est un recueil de contes insérés dans un récit-cadre bien connu, de l’Inde à l’Occident. On y voit un roi de Judée, Alcos, écouter successivement les conseils de différents sages et de différentes femmes, lesquels conseils ont tous un effet perlocutoire immédiat sur le roi et lui font prendre une décision. Le monarque n’est en rien soumis à une difficile réflexion : il décide immédiatement, sans attendre, dans le sens voulu par le conteur. Le texte entier est fait de dialogues : pendant sept jours, aucune péripétie ne vient contrecarrer les échanges et le processus de persuasion, tant le dire est fort. On comprend que nous ayons choisi ce livre pour évoquer la portée performative, illocutoire, du langage2.

2Nous citerons en premier lieu Fernando Gómez Redondo :

  • 3  Ibid., p. 214.

El Sendebar, como colección de « ejemplos », vuelve a demostrar que lo importante, en una obra de esta naturaleza, no son tanto los cuentos que se ordenan como el marco contextual en el que se hallan los narradores, que van a hacer uso de tales relatos para defender códigos ideológicos y demostrar pautas de comportamiento que no sólo afectan a los oyentes que se encuentran dentro del libro, sino que, de un modo especial, interesan a los receptores que se encuentran fuera y que han exigido, para conocer tales ideas, la fijación textual de la obra3

3Le conseil ici évoqué est adressé au roi, mais aussi au lecteur, récepteur du discours, l’induisant, peu ou prou, à l’action. Nous ne reviendrons pas sur l’histoire du texte. Il est en revanche nécessaire de résumer brièvement la trame narrative, afin que les différents aspects du dialogue, les différents personnages, soient correctement situés.

La sagesse orientale

  • 4  On se reportera aux indications de María Jesús LACARRA, contenues dans Carlos ALVAR, José Manuel L (...)

4Dans son prologue, l’infant Fadrique explique pourquoi il a décidé de faire traduire d’arabe en espagnol ce texte consacré aux tromperies des femmes. Le texte fut ainsi traduit en 1253. Il n’est connu que grâce à un manuscrit tardif et fautif que l’on date du XVème siècle4. Il faut bien sûr rappeler que l’infant Fadrique (1223-1277) est le frère aîné du Prince Alphonse, futur roi Alphonse X et fils de Ferdinand III.

  • 5  Ces dates sont probables, mais ne laissent pas de nous interroger. Le colophon du manuscrit A du C (...)
  • 6  On trouvera une description des branches orientales dans : Victor CHAUVIN, Bibliographie des ouvra (...)
  • 7  Nous renvoyons à deux études publiées dans Crisol, 21, 1996 et citées en bibliographie : M. J. LAC (...)

5Les deux frères ont tous deux choisi de faire traduire un recueil de contes arabes, issus de la sagesse indienne ou orientale : Alphonse avait traduit Calila e Dimna en 1251, Fadrique traduisit en 12535 cette histoire appelée Sendebar, que l’on retrouvera dans les Mille et Une Nuits sous le nom d’ « Histoire des sept Vizirs ». Multiples sont les versions de cette histoire de Sages, multiples sont les branches, tant en Orient qu’en Occident6. Les contes interpolés sont souvent différents. La trame générale, en revanche, est toujours assez semblable7.

  • 8  On se reportera à Georg BOSSONG, « Sémantique et structures textuelles dans le livre de Calila e D (...)
  • 9  Le texte du Sendebar nous est connu par le manuscrit 15 de la RAE, « Códice de Puñonrostro » qui c (...)
  • 10 « Sin haberse visto involucrado en las intrigas cortesanas de su tiempo, no podría comprenderse el (...)
  • 11  La trame narrative du livre a pour base la vie de Bouddha. Les premières lignes du livre font état (...)

6On doit reconnaître que ce choix d’œuvres orientales imposait à ces princes castillans l’idée d’une sagesse venue d’Orient, d’Inde, du berceau de la Civilisation. Là, on pouvait trouver l’art de gouverner, l’art de réfléchir à la gestion de la chose publique, l’art d’affronter les épreuves : toutes ces qualités issues de la sagesse orientale, définies par deux mots sanscrits : ARTHA et NITI. Qualités à intégrer dans ces miroirs du bon gouvernement et à inculquer aux jeunes princes8. Comme l’observe très bien Lacarra dans son article de 1996, ces histoires de princes, soumis aux conseils de leurs favoris, aux querelles et aux rebellions familiales, devaient fortement impressionner les enfants et petits-enfants de Ferdinand III (nous pensons aussi à Don Juan Manuel9). Don Fadrique eut une existence tumultueuse. Il complota contre son frère Alphonse, fut exilé à Séville en 1255, puis exécuté sur l’ordre du roi en 127710. Le Livre de Barlaam et Josaphat est à adjoindre au Calila e Dimna et au Sendebar, dans la liste de ces livres de sagesse et de conseil hérités de la tradition indienne, bouddhique notamment11.

  • 12  F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., p. 161, p. 192.

7Fernando Gómez Redondo a, mieux que tout autre, montré la spécificité de cette littérature du dire, du conseil, du conte, où l’exemplum décrivait l’art du bien gouverner, mais aussi dévoilait les enjeux politiques des rapports entre le roi et ses courtisans. Avec d’autres domaines impliqués, ces ouvrages s’intègrent dans un « ambitieux programme d’éducation des courtisans »12.

8Ne trouve-t-on pas dans l’exemplum suivant tiré du Barlaam et Josafat, bon nombre des recours narratifs du Sendebar :

  • 13  Barlaam e Josafat, John E. KELLER y Robert W. LINKER (éd.), Madrid : Clásicos Hispánicos, 1979, p. (...)

Un rey non podía aver fijos maslos e estava muy triste, e teniase por esto por muy mal aventorado. E el qual, como estoviese en este cuidado, nasçiole un fijo, e tomo muy gran gozo. E dexieronle los menges muy sabios que sy fasta diez anos viese sol o fuego, que seria de todo privado de la lumbre, ca aquello synificavan los sus ojos. E es dicho, que commo el rrey lo oyese, fizo tajar una cueva en una piedra e ençerrolo y con sus amas, por que non viese claridat de luz fasta los diez años conplidos. E acabados los diez años, sacaron el moço de la cueva, non aviente conosçencia ninguna de las cosas mundanales por los ojos. Entonçe mando el rrey que le diesen e le mostrasen todas las cosas, cada una de su manera, e que le muestren en un logar varones e en otro mogeres, e aquí oro e plata, e allí margaritas e piedras preçiosas, e vestiduras muy fermosas, e afeytamientos, e carros anchos con cavallos rreales. E por que fable brevemente, mostraron al moço todas las cosas por orden, e preguntando el commo fuese llamada cada una de aquellas cosas, los ministros del rrey mostraronle commo llamavan a cada una cosa. E commo demandase que le dixiesen commo dezian a las mogeres, dezien que un adelantado del rrey, que le dixiera jugando, que eran demonios, los quales engañan a los omnes.Mas el coraçon del moço sospirava mas por el deseo dellas que por las otras cosas. E después que le mostraron todas las cosas, tornaronlo. Estonçe preguntole el rrey qual cosa amava mas de todas las que viera. E dixo el fijo: « ¿Qué, padre, synon aquellos demonios los quales engañan a los omnes? Ca ninguna de aquellas cosas que me son oy mostradas non ame tanto como la amistad dellas ».E maravillose el rrey de la palabra del moço e vey que cosa cruel es el amor de las mogeres. E tu, pues asy es, non pienses que en otra manera puedas sobrar a tu fijo synon en esta13.

9Calila e Dimna, Barlaam e Josafat et Sendebar reflètent tous trois la croyance orientale dans le pouvoir des conseillers, dont le discours détermine l’action du roi. Dans ces textes, tout le monde conseille : Calila, Dimna, Bercebuey, Cendubete, la marâtre, les Sages, l’infant. Seuls le Lion du Calila et le roi Alcos ne font qu’écouter. Par rapport au Calila, le Sendebar pose une vision plus pessimiste encore : le roi Alcos est le jouet du discours des conseillers. Les exempla du Sendebar sont d’une efficacité terrible. Leur narration proscrit tout dialogue, à la différence de celle des personnages du Calila dont les interlocuteurs ne sont pas toujours convaincus.

L’intrigue du récit

10Revenons à l’intrigue du récit : Alcos est roi de Judée. Il n’a pas d’héritier et se montre triste auprès de sa concubine préférée. La femme est sage et prudente (cuerda e entendida). Elle questionne habilement son époux qui lui dévoile la cause de sa peine. Elle lui conseille alors de prier Dieu de lui donner un fils. Ce qui advient, à la grande joie du roi.

11Alcos remercie le Seigneur et demande aux sages d’interroger les astres pour connaître l’avenir de l’infant. L’horoscope annonce alors que l’infant, devenu adulte, mettra son père en danger de mort. Alcos, néanmoins, remercie le Seigneur et pourvoit à l’éducation de son fils en le confiant à des sages. Ceux-ci échouent à éduquer l’infant qui est alors confié à Cendubete.

  • 14  Francisco LÓPEZ ESTRADA, « Alfonso X el Sabio », in : M. J. LACARRA, Orígenes de la prosa, Madrid  (...)

12Cendubete demande au roi le pouvoir d’instruire l’infant en réclamant un délai de six mois pour que tout le savoir possible lui soit inculqué. On retrouve là le thème du savoir parfait, complet, préexistant, topos des contes orientaux14. Une charte est alors signée par le roi. L’infant est pris en charge par le précepteur, qui l’installe comme il faut et lui inculque le savoir du monde, faisant de l’infant en six mois un « enfant-sage » ou puer-senex. Un enfant doté de la sagesse d’un vieillard. Le topos de l’enfant-sage, étudié en particulier par Ernst Robert Curtius, est un lieu commun de la littérature. Parfois, le savoir de l’enfant est naturel. Ailleurs, comme ici, il est acquis. Dans le cas présent, il est acquis en six mois par le procédé singulier de l’ecphrasis : l’infant apprend par la lecture des murs d’un palais fabuleux.

13Au bout de six mois, l’enfant est savant, mais Cendubete consulte un second horoscope. Aux termes de celui-ci, l’infant ne peut parler pendant sept jours, sous peine de mort. Cet horoscope devra rester secret. Seuls sauront la vérité Cendubete (qui s’enfuit) et la marâtre (qui devra obtenir du roi qu’il tue l’infant, afin que la félonie qu’elle a commise ne soit pas dévoilée).

14À cet endroit, comme le roi se désole du mutisme de son fils, la méchante marâtre tente d’abuser de l’infant et lui propose de tuer le roi afin que femme et enfant d’Alcos s’emparent du pouvoir. C’est alors que l’infant lui dévoile son secret : il ne peut parler pendant sept jours. Au terme du septième jour, il dévoilera la félonie.

15Ainsi est établi le cadre narratif : chaque jour, la marâtre narre un conte visant à montrer au roi que son fils fera son malheur et qu’il faut donc le tuer. Du reste, le premier jour, ce n’est pas un exemplum, mais la réalité de la calomnie qui constitue le premier argument : de fait, comme au terme d’un exemplum, le roi est convaincu et décide la mort de son fils : « E el Rey, cuando esto oyó, creçiól’ gran saña por matar su fijo, e fue muy bravo e mandólo matar ». Ensuite, cinq jours durant, la marâtre comptera cinq récits exemplaires, visant la même fin que la première calomnie, visant un même effet perlocutoire. Chaque exemplum produisant le même effet : « E señor, non te di este exemplo sinon que non te esfuerçes en tus malos privados. Si non me dieres derecho de quien mal me fizo, yo me mataré con mis manos. E el Rey mandó matar su fijo ».

16À l’aube du septième jour, la marâtre est à court d’arguments. Ses exempla ont tourné court, car chaque jour, un des sept sages, au moyen de deux récits successifs, a inversé le cours des choses et a conduit le roi à revenir sur sa décision. Elle recourt une deuxième fois à l’action directe, en menaçant de se faire mourir par le feu. Ultime tentative de persuasion, car elle sait que, dès le lendemain, l’infant prendra la parole et la dénoncera auprès du roi. La parole de l’enfant-sage ne sera jamais mise en doute :

E esto dixo la muger : —Non hay ál sinon la muerte.

  • 15  Sendebar, p. 128.

Todo quanto aver pudo diolo por Dios a pobres, e mandó traer mucha leña e asentóse sobre ella. E mandó dar fuego alrededor, e decir que se quería quemar ella15.

17Alors interviennent les deux contes du septième sage. Le huitième jour, l’infant prend la parole. Il raconte quatre histoires exemplaires, d’un effet illocutoire supérieur à toutes celles des sept sages, car la décision du roi est immédiate et sans appel : « E el Rey mandóla quemar en una caldera en seco ». Au total, il apparaît que l’enfant-sage était le meilleur et le plus efficace de tous les conseillers. Chaque conte relaté par un sage ou par la marâtre a été surpassé par un autre conte. Les contes de l’infant emportent au contraire la décision.

  • 16  Ernst Robert CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris : PUF, 1956, p. 122-1 (...)
  • 17  Ibid., p. 125.

18Le moment est venu de rappeler ce que Curtius nous enseigna de ce topos de la littérature, celui de l’enfant-sage, du Puer senex ou Puer senilis16. Le topos appartient plutôt aux civilisations en déclin : « …seule une civilisation à son déclin peut cultiver un idéal d’humanité tendant à détruire l’opposition jeunesse-vieillesse pour les unir dans une sorte de compromis ». Les exemples d’enfant-sage sont nombreux dans la culture latine. « Le topos puer senilis ou puer senex porte la marque de la fin de l’Antiquité païenne ». Mais il appartient aussi à toutes les cultures. Il est fréquent dans la Bible et dans les écrits des Pères de l’Eglise, dans l’idéal monacal et dans l’hagiographie. Toutes les religions ont cultivé ce topos : « Lao-Tseu peut se traduire par ‘vieil enfant’ »17. Curtius rapporte aussi la vie du saint Bouddhique Tsong-Kapa (né en 1357), ainsi que le dieu étrusque Tages, modèle d’enfant-sage. L’Islam a retenu le personnage de Chydhyr, emprunté au culte de la nature de l’Arabie pré-islamique. Les Mille et une Nuits contiennent la figure du vizir Ibn Shimâs, âgé de  douze ans, « jeune par les années et vieux par l’intelligence ».

19Curtius conclut en parlant d’un archétype dépassant le cadre d’une simple culture et issu d’une projection de notre subconscient.

20Retenons, en tout cas, que l’illustre philologue allemand a choisi essentiellement ses exemples dans les cultures bouddhique, arabe et chrétienne, retraçant, sans le nommer et sans y penser, l’itinéraire culturel du Sendebar.

21Dans le Sendebar, le roi reçoit des conseils et décide aussitôt de les appliquer. Il est celui qui possède le pouvoir. En particulier le pouvoir de décider. Ce pouvoir est symboliquement exprimé par la main (mano, mandar, mantener): « E este rey era señor de gran poder, e amava mucho a los omnes de su tierra e de su regno e manteníalos en justiçia ».

L’extension sémantique du conseil

  • 18  Hans-Jörg UTHER, The Types of International Folktales. A Classification and Bibliography, 1,2,3, H (...)
  • 19  Dans la Célestine, les deux mots forment un doublet : Sempronio et Pármeno sont conseillers et sec (...)

22Le pouvoir est du côté du roi. La réflexion, ce que dans ce colloque nous nommons le conseil, est du côté du conseiller : Cendubete, les sept sages, l’accusatrice et enfin le jeune infant ou « enfant-sage ». Nous sommes devant une situation topique : celle d’une sagesse, ou d’un trésor, contenus dans les propos d’un être qui peut être un homme, une femme, un enfant (souvent), un animal (un ours, un renard, un oiseau), un diable parfois. On se reportera aux rubriques council ou parliament ou secret ou overhearing du catalogue d’Aarne-Thomson18. Souvent, en effet, ce conseil est surpris à l’insu du sage dépositaire. Sémantiquement, conseil et secret sont proches, de même que consejero et secretario19. Le secrétaire, c’est aussi le conseiller. Leur action est si précieuse, que leur synonyme respectif se fonde sur le même sème de la pureté, le refus de tout mélange. Le mauvais conseiller est, dans la vieille langue épique, nommé le mesturero (‘celui qui mélange’, ‘l’impur’). À l’inverse, le secret est aussi appelé poridad, en espagnol médiéval (<PURITATEM, dérivé de PURUS). Semblablement, conseiller, c’est ‘châtier’, ou en espagnol castigar, dérivés de CASTUS, terme du lexique religieux, qui signifie ‘pur’, ‘conforme aux règles’.

23Là est la deuxième source du savoir (après l’ecphrasis) : la connaissance, ou le secret, est communiqué par une assemblée. Le savoir n’est pas le fruit d’une recherche, mais plutôt d’une découverte fortuite. L’exemplum le plus pertinent sur la question est le conte du marchand de santal (compte n°22 « SENEX CAECUS »), dont nous parlons plus bas.

  • 20  Alfred ERNOUT et Antoine MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris : PUF, 4ème(...)
  • 21  F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., p. 218.

24Dans le Sendebar, le conseil vient essentiellement de trois entités : la marâtre, le sage, l’enfant-sage. Il peut être utile de réfléchir sur l’étymologie de ce mot. CONSĬLIUM est un dérivé de CONSULĔRE, ‘réunir en vue d’une délibération’, ‘consulter’ (c’est la fonction des consuls). Dans le conseil est fondamentale l’idée de réunion, de décision commune, de même que l’idée de délibération. C’est le sens le plus commun de CONSULĔRE. Métonymiquement sont réunies l’opération (CONSULO) et son résultat CONSULTUM (‘qui a été décidé’)20. CONSĬLIUM, comme l’observent Ernout et Meillet, se rattache à CONSULO comme EXILIUM à EXULO. C’est d’abord l’endroit où se réunit l’assemblée, la résolution qu’on y prend, puis, toujours métonymiquement, la sagesse qui a permis d’aboutir à cette décision. De toute façon, le mot associe toujours l’espace où se manifeste la réflexion, le produit de cette réflexion et la résolution qui en découle. Fernando Gómez Redondo dit fort bien que, au-delà des quatre dimensions thématiques du Sendebar, l’essentiel est « l’analyse d’un espace courtisan comme siège de la conduite du roi »21. Une espèce de « conseil royal ». Le Sendebar est caractérisé par une rigoureuse unité de lieu.

25Cet espace de sagesse a du reste été évoqué plus haut par Cendubete. Ce palais merveilleux où le jeune infant va apprendre le savoir et la sagesse, par la simple lecture des textes historiés, images, figures et cartes que Cendubete a portés sur les murs :

  • 22  Sendebar, p. 72.

Eran pasadas dos oras del día, Cendubete tomó este día el niño por la mano e fuese con él para su posada e fiz’ fazer un gran palaçio fermoso de muy gran guisa e escrivió por las paredes todos los saberes quel’avía de mostrar e de aprender : todas las estrellas e todas las feguras e todas las cosas »22.

  • 23  Ibid., p. 73.

26Prendre un enfant par la main, c’est s’emparer métonymiquement de lui et le rendre accueillant au bon conseil : « e desembarga tu coraçón e abiva tu engeño e tu oír e tu veer »23.

27On discerne ici une forme spécifique du conseil, de l’enseignement : par ecphrasis, par la description d’une œuvre d’art (palais, tableau, statue, meuble, livre), on inculque un enseignement, ainsi mimétiquement représenté : les figures du ciel, peintes sur les murs, communiquent au jeune infant le savoir qu’il n’a pas. Mise en abyme, une autre ecphrasis, racontée par le premier sage, permettra au roi, dans le premier exemplum (« La huella del león ») de comprendre la chasteté de l’épouse et de renoncer à son pernicieux projet : la chaste épouse remet au roi un livre où se trouvent consignés les droits et les devoirs des souverains. Ainsi enseigné, le roi renonce et quitte les lieux.

28Le cadre narratif du Sendebar, pour sa part, fixe un périmètre typologique au conseil : celui-ci peut être explicite et direct. C’est le conseil de la bonne épouse, qui conseille au roi Alcos de recourir à la prière pour que naisse un fils. Il peut être implicite et dicté par l’action : c’est, au septième jour, le dernier conseil de la marâtre, qui menace de s’immoler par le feu pour parvenir à ses fins. C’est enfin le conseil par l’exemplum narratif, qui dicte une action à faire par le biais de l’analogie, par la métonymie de l’exemple. Le conseil n’est jamais le fait d’une délibération individuelle : il s’exprime toujours dans le cadre d’un dialogue, avec toutes les conséquences pragmatiques que ce cadre impose, en particulier en ce qui concerne l’implicite des réparties, le rapport avec la situation de communication, la conscience méta-pragmatique des interlocuteurs.

Senex caecus : la dialectique du bon et du mauvais conseil

29Le récit-cadre du Sendebar alterne le bon et le mauvais conseil : au mauvais conseil de l’accusatrice répondent les bons conseils des privados. Tous ont le même résultat. Le roi suit l’indication de l’orateur, avant que l’exemplum contraire vienne inverser sa décision. Du point de vue performatif, les quatre exempla narrés par l’enfant-sage ont un autre impact. Ils imposent au roi la décision finale. L’exemplum 22, SENEX CAECUS, narré par l’infant, est le plus long de la collection. Il est aussi le plus complexe. Sa genèse est partie d’une narration plus simple, que l’on retrouve dans le type 812 d’Aarne-Thompson.

30Dans la troisième partie du livre d’Aarne et de Thompson (Religious Tales), on trouve 17 types concernant le diable. Le type 812 (« The Devil’s Riddle » ‘l’énigme du diable’) est ainsi décrit : un homme vend son âme au diable pour de l’argent (ou pour de la nourriture) (M211). Si, au terme d’un certain délai (sept ans) il résout trois (ou sept) devinettes que le diable lui propose, il sera quitte de son contrat. Le diable lui présente des objets différents de ce qu’ils sont en réalité (H123) et l’homme doit deviner leur nature réelle : un bouc est en réalité un cheval ; un vêtement est une peau de chèvre ; une coupe d’or est une coupe de poix ; de la viande rôtie est un chien mort ; une cuillère est une baleine de parapluie ; un verre de vin est un sabot de cheval. Dans d’autres versions, le diable propose des devinettes très difficiles : qu’est-ce qui est plus sucré que le miel (H671), plus doux que le duvet d’un cygne (H672), plus dur qu’une pierre (H673) ? Il interroge sur le sens symbolique des nombres de un à sept (à dix, à douze) (H602.1.1, Z22). Ou bien il impose des travaux insurmontables (H1010).

31Une vieille dame (la grand-mère du diable) aide l’homme à répondre aux devinettes. Dans d’autres versions, il trouve la solution, grimpé dans un arbre et surprenant la conversation du diable avec l’un de ses compagnons (N451.1; G661.1, G661.2). Ou bien il est caché par la grand-mère du diable (G530.4), ou secouru par un autre être (un ange, saint André, un bohémien) (N810). Finalement, l’homme sauve son âme et échappe au diable (H543).

32On peut se reporter au résumé 214 de TUBACH : « les trois questions de saint André ».

33La trame fondamentale de ce conte-type se trouve dans le conte n°22 du Sendebar. On y retrouve le motif du conseiller providentiel et celui du secret découvert à l’insu du producteur de l’énigme.

34Voici la trame :

Un marchand de santal parvient à un village pour y vendre sa marchandise.

Un bourgeois de la ville lui confie de façon fallacieuse que le bois de santal ne vaut rien (conseil n°1, fallacieux). Le marchand, dépité, lui vend sa cargaison de santal.

Une vieille dame, (conseil n°2, avisé) dit au marchand qu’il a été abusé.

Surviennent les épreuves : le marchand perd au jeu. L’abuseur n°1 veut lui faire boire toute l’eau de la mer. Il est ensuite accusé par un borgne (abuseur n°2) de lui avoir volé son autre œil. Il est demandé au marchand de santal de donner un de ses deux yeux au borgne. La vieille dame lui recommande alors sagement de surprendre le discours avisé du vieillard aveugle.

Caché, le marchand entend le rapport que font les deux abuseurs. Il apprend, dans la réponse du vieillard le moyen de surmonter ses deux épreuves.

Il retrouve ainsi son bien.

35Il est important de retenir que l’exemplum est narré par l’enfant-sage. La sagesse qu’il contient (anciana, senex caecus) est ainsi mise en abyme.

36Comme le roi, le marchand de santal applique fidèlement le conseil du trompeur (il vend son bois de santal), puis encore plus fidèlement les conseils de la vieille dame avisée, puis ceux du vieillard. Au fond, le vieillard est une allégorie du savoir parfait : il sait résoudre toutes les énigmes, à l’instar de la grand-mère du diable d’un autre conte, ou comme saint André.

Le dialogue dans le Sendebar

37La pragmatique revient à étudier le contenu sémantique d’un énoncé, en prenant en compte la situation de communication, son cadre, les désirs implicites des interlocuteurs. Le sens, autrement dit, n’est pas limité au sémème des mots, au locutoire. Le sens d’un mot peut le transformer en une action : c’est l’effet illocutoire d’un mot. Dire « je conseille », c’est aussi accomplir une action, agir. Ici, en particulier, c’est imposer une décision au roi. De plus, la situation, connue des deux interlocuteurs, ajoute du sens au sens d’un mot, lui faisant dire plus que ce qu’il contenait en langue. C’est l’effet perlocutoire du langage. Lorsque, au début du livre, le roi dit sa peine à son épouse, il lui demande implicitement de le conseiller :

Yo querría dexar para cuando muriese heredero para que heredase el regno; por esto estó triste. E la mujer le dixo: -Yo te daré consejo bueno a esto…

  • 24  John L. AUSTIN, Cómo hacer cosas con palabras, Barcelona : Paidós, 1982, décrit par José PORTOLÉS, (...)

38On a reconnu là la théorie des actes de langage du linguiste américain, John L. Austin (1911-1960)24 : les mots ont un effet locutoire, mais aussi illocutoire et perlocutoire (locutionary act, illocutionary act, perlocutionary act). Une caractéristique du dialogue est en principe l’adaptabilité de son langage par l’interlocuteur, afin de s’adapter aux circonstances du dialogue. Adaptabilité diaphasique, en particulier. Le locuteur adapte sa langue au registre qu’il juge le plus convenable. Cette adaptabilité est absente du texte médiéval : le souverain, en particulier, apparaît impassible et hiératique. Les mêmes mots sortent de sa bouche, quel que soit l’interlocuteur, femme ou sage. Aucune hésitation. Une question. Une décision :

39Cuento 3 : LAVATOR. La marâtre prend la parole et introduit l’exemple du foulon (le foulon – curtidor de paños –, voulant sauver son fils qui se noie, se noie avec lui). Le monarque demande : « -¿Cómmo fue eso?... ». La marâtre enjoint alors le roi à agir vite et sans réfléchir plus. Elle emploie le verbe antuviar (ANTE/OBVIARE) qui évoque la décision rapide: « E señor, si tú non te antuvias a castigar tu fijo ante que más enemiga te faga, matarte á ». Et le roi de décider: « E el rey mandó matar su fijo ». Il décide, sans hésiter, sans réfléchir, sans peser le pour ni le contre : l’effet perlocutoire du conseil est parfait.

La décision du roi

40Le roi doit statuer aux différents moments du récit-cadre.

  • 25  Sendebar, p. 76.

Après la tentative de viol suivie de la calomnie25, le roi, sponte sua, en l’absence de tout conseil, sent monter la colère et décide la mort : « creçiól’ gran saña por matar su fijo, e fue muy bravo e mandólo matar ».

Saña s’oppose à consejo, à l’expression de la sagesse. Le texte est explicite : « E este rey avía siete privados mucho sus consejeros ». Le mot privado dit l’appartenance à cette assemblée de conseil.

  • 26  Les contes du type 1 sont narrés par l’accusatrice : ils tendent à faire prendre au roi la décisio (...)

Puis, à chaque conseil de la marâtre (exemples de type 1 n°3, 6, 8, 11, 14)26, tous de même contenu allégorique (‘ton fils provoquera ta perte ou tes conseillers sont mauvais’), le roi décide : « E el Rey mandó matar su fijo ».

Enfin, le roi décide la mort de son fils devant la menace de la marâtre de se suicider : « E el Rey, quando esto oyó, ante que se quemase, mandó matar al moço ».

À chacune de ces sept décisions, un sage intervient pour inverser la décision.

  • 27  Sendebar, p. 106.

41Chaque jour, un sage narre deux contes : le premier correspond au type 2 (exemples 1, 4, 7, 9, 12, 15, 17). Tous ont pour finalité d’enjoindre le roi de ne pas prendre une décision précipitée (antuviarse a). Le maître du conte n°12 a tué inconsidérément son bon chien fidèle. Parfois, le sage conclut par un appel à la clémence : « E señor, non te di este enxenplo sinon que non mates tu fijo »27.

42Ces contes de type 2 répondent, mieux que tous les autres, au topos oriental de la recherche du savoir et de la vérité.

  • 28  La note n°4 de María Jesús LACARRA (Sendebar, p. 104) confirme que le conte manquant serait le con (...)

43Sans autre transition, et sans que le monarque ne prenne une décision, le même sage narre un autre conte (type 3) de caractère ouvertement misogyne (exemples 2, 5, 10, 13, 16, 18). Le manuscrit unique ne contient pas le conte misogyne du troisième sage28. Il faut donc attendre l’exemple du troisième type pour que le roi prenne sa décision : « E señor, non te di este enxenplo, sinon a qu’el engaño de las mugeres que non an cabo nin fin. E mandó el Rey que non matasen su fijo ».

44Si l’on s’en tient au propos du roi, on voit qu’il est simple. À chaque intervention d’un locuteur (marâtre, privado), le roi prononce, en discours direct : « ¿Cómo fue eso ? ». Au terme du discours de l’accusatrice ou du privado, le roi prononce sa sentence, rapportée toujours en discours indirect : « …e mandó el Rey que (non) matasen su fijo ». Sentence prononcée sans colère et sans haine, dictée par le consejo.

  • 29  Bernard POTTIER, « Les formes d’adresse. Quelques orientations », in :Maria Helena ARAÚJO CARREIRA (...)
  • 30  À la différence du Cid, à la nouvelle de l’affront fait aux infants: « Van aquestos mandados a Val (...)
  • 31  Emmanuel SCHLEGLOFF, « Turn organization : one intersection of grammar and interaction », in : Eli (...)

45L’art de gouverner, ou miroir des princes n’est donc pas un art du dialogue ou de la collocution (Pottier29) et jamais le roi n’est représenté dans la réflexion et le doute30. Il ne fait que changer d’avis, au rythme quotidien des exempla. Ce qui caractérise ce texte, c’est son aspect hiératique, étranger à ce que les linguistes nomment l’interaction dialogale (talk in interaction)31. La méta-représentation, c'est-à-dire l’idée que se font les interlocuteurs de la représentation de l’autre, sont fixes et prédéterminés par le récit-cadre. Néanmoins, paralangage (toute intonation précisée dans le texte), kinésis (geste décrit), proxémique (altération du terme d’adresse) peuvent être pris en compte : ainsi, le fait de se déchirer la joue est un signe de colère et d’effroi : « E quando ovo dicho, rascós en su rostro, e ronpiólo todo con sus manos, e dixo : -¡Bien sé que esto cuidariés tú de mí ! ». À un autre moment, rappelons-le, la marâtre menace de s’immoler par le feu.

  • 32  Ibid, p. 145.

46La subdétermination linguistique32 est un concept fécond de l’analyse conversationnelle : « Ce soir, à 19h devant le cinéma » suffit à dire qu’il s’agit d’un lieu de rendez-vous. Cela est un trait absent du conte, au contraire caractérisé par une saturation de l’information, une explicitation de la matière narrative. De nombreux exemples pourraient être apportés. Directement ou par le moyen du discours indirect, toutes les interventions sont décrites. Cette saturation apparaît dans toutes les narrations, en particulier dans le cas de ces contes « accumulatifs », comme le conte n°19, « LAC VENENATUM », où le venin du serpent empoisonne le lait offert par un homme à ses voisins :

Dizen que un omne que adobó su yantar e conbidó sus huéspedes e sus amigos e enbió su moça al mercado por leche que comiesen, e ella conpróla e levóla sobre la cabeça ; e pasó un milano por sobre ella, e levava entre sus manos una culebra e apretóla tanto de rezio con las manos, que salió el venino della e cayó en la leche, e comiéronla, e murieron todos con ella. E agora me dezid: ¿cúya fue la culpa porque murieron todos aquellos omnes?

47Pas un détail qui ne soit exprimé.

Conclusion

48Le conseil, dans le Sendebar se définit dans son essence, son extension sémantique, ses implications politiques. Notre analyse a mis en évidence son moteur : le savoir, né d’une découverte (assemblée de sages), d’une éducation (ecphrasis), d’un récit (exemplum). Il est également langage, dont le pouvoir performatif est impressionnant. Il n’est pas étonnant que les favoris, les familiers, les enfants et les petits-enfants du roi Ferdinand III se soient nourris de ces textes.

Haut de page

Bibliographie

Textes

Barlaam e Josafat, John E. KELLER y Robert W. LINKER (éd.), Madrid : Clásicos Hispánicos, 1979.

Calila e Dimna, Juan Manuel CACHO BLECUA y María Jesús LACARRA (éd.), Madrid : Castalia, 1984.

Sendebar, María Jesús LACARRA (éd.), Madrid : Cátedra, 1989.

REAL ACADEMIA ESPAÑOLA, Códice de Puñonrostro. El Conde Lucanor y otros textos medievales, edición facsímil, con la colaboración de la Asamblea General de Murcia y la Universidad Madrid, 1992.

Études

ALVAR, Carlos y LUCÍA MEGÍAS, José  Manuel, Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, Madrid : Castalia, 2002.

BOSSONG, Georg, « Sémantique et structures textuelles dans le livre de Calila e Dimna. Essai de théorie textuelle appliquée », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 4, 1979, p. 173-203.

AUSTIN, John L, Cómo hacer cosas con palabras, Barcelona : Paidós, 1982.

CHAUVIN, Victor, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes, 8, « Syntipas », Liège/ Leipzig : H. Vaillant-Carmanne/ Otto Harrassowitz, 1904.

CURTIUS, Ernst Robert, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris : PUF, 1956.

DARBORD, Bernard, « Le Roman des Sept Sages. Étude d’une tradition en Espagne », Crisol, 21, 1996, p. 25-60.

ERNOUT, Alfred et MEILLET Antoine, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4ème édition, Paris : PUF, 1985.

GÓMEZ REDONDO, Fernando, Historia de la prosa medieval castellana, 1, Madrid : Cátedra, 1998.

LACARRA DUCAY, María Jesús, « Las primeras traducciones del Calila e Dimna y del Sendebar », Crisol, 21, 1996, p. 7-22.

LÓPEZ ESTRADA, Francisco, « Alfonso X el Sabio », in : María Jesús LACARRA, Orígenes de la prosa, Madrid : Júcar, 1993, p. 105-195.

PORTOLÉS, José, Pragmática para hispanistas, Madrid : Síntesis, 2004.

POTTIER, Bernard, « Les formes d’adresse. Quelques orientations », in : Maria Helena ARAÚJO CARREIRA (dir.), Mignonne allons voir si la rose… Termes d’adresse et modalités énonciatives dans les langues romanes, Travaux et Documents, Saint Denis : Université Paris 8, 40, 2008, p. 413-415.

TUBACH, Frederic C., Indexexemplorum, Helsinki : F.F.Communications, 1969.

UTHER, Hans-Jorg, The Types of International Folktales. A Classification and Bibliography, 1,2,3, Helsinki : FF Communications, 284, 2004.

Haut de page

Notes

1 Sendebar, María Jesús LACARRA (éd.), Madrid : Cátedra, 1989.

2  Fernando GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa medieval castellana, Madrid : Cátedra, 1, 1998, p. 214-234.

3  Ibid., p. 214.

4  On se reportera aux indications de María Jesús LACARRA, contenues dans Carlos ALVAR, José Manuel LUCĺA MEGĺAS, Diccionario filológico de literatura medieval española. Textos y transmisión, Madrid : Castalia, 2002, p. 948-950.

5  Ces dates sont probables, mais ne laissent pas de nous interroger. Le colophon du manuscrit A du Calila e Dimna parle de l’ère hispanique de 1299 (soit l’an 1261), mais il évoque  l’ « infant » don Alphonse, alors qu’Alphonse X régnait depuis 1252. Le Sendebar, aux dires du prologue de Fadrique, fut traduit en l’ère de 1291 (« Este libro fue trasladado en noventa e un años »), soit en l’an 1253. On se reportera à la présentation de M. J. LACARRA, Sendebar…, p. 9.

6  On trouvera une description des branches orientales dans : Victor CHAUVIN, Bibliographie des ouvrages arabes ou relatifs aux Arabes, Liège/ Leipzig : H. Vaillant-Carmanne / Otto Harrassowitz, 1904, 7, « Syntipas ».

7  Nous renvoyons à deux études publiées dans Crisol, 21, 1996 et citées en bibliographie : M. J. LACARRA DUCAY et Bernard DARBORD.

8  On se reportera à Georg BOSSONG, « Sémantique et structures textuelles dans le livre de Calila e Dimna. Essai de théorie textuelle appliquée », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 4, p. 175 sqs.

9  Le texte du Sendebar nous est connu par le manuscrit 15 de la RAE, « Códice de Puñonrostro » qui contient aussi une copie du Conde Lucanor. Le Sendebar occupe les folios 63-79v.

10 « Sin haberse visto involucrado en las intrigas cortesanas de su tiempo, no podría comprenderse el interés de don Fadrique por quedar vinculado, tan estrechamente, a esta obra» (F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., p. 217).

11  La trame narrative du livre a pour base la vie de Bouddha. Les premières lignes du livre font état d’un roi païen du nom d’Anemur, qui ne pouvait avoir un fils. Le savoir est enseigné par Barlaam à Josafat comme il l’est par Cendubete à l’infant. La différence est que le savoir selon Barlaam est la grâce divine, et non plus le savoir des hommes. L’un comme l’autre s’adressent aux justes : « Por ventura –dit– Josafat- esta es aquella piedra muy preçiosa, la qual teniéndola en ministerio, non la demostraras a todo quer iente la catar, mas a los que an sanos los sesos del alma ».

12  F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., p. 161, p. 192.

13  Barlaam e Josafat, John E. KELLER y Robert W. LINKER (éd.), Madrid : Clásicos Hispánicos, 1979, p. 423.

14  Francisco LÓPEZ ESTRADA, « Alfonso X el Sabio », in : M. J. LACARRA, Orígenes de la prosa, Madrid :  Júcar, 1993, p. 105-195.

15  Sendebar, p. 128.

16  Ernst Robert CURTIUS, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, Paris : PUF, 1956, p. 122-125 (ouvrage publié en allemand en 1948).

17  Ibid., p. 125.

18  Hans-Jörg UTHER, The Types of International Folktales. A Classification and Bibliography, 1,2,3, Helsinki : FFC, 284, 2004.

19  Dans la Célestine, les deux mots forment un doublet : Sempronio et Pármeno sont conseillers et secrétaires de Calisto qui leur dit : « ¡O mis leales criados! ¡O mis grandes servidores! ¡O mis fieles secretarios y consejeros! » (Peter E. RUSSELL (éd.), Madrid : Castalia, 3e éd., 2007, p. 505).

20  Alfred ERNOUT et Antoine MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris : PUF, 4ème édition, 1985. Ernout et Meillet ne rapprochent pas pour autant CONSUL et CONSULO. Il est difficile de déterminer la racine de ces deux mots et le rapprochement opéré par les anciens peut s’apparenter à une étymologie populaire : CONSUL, QUI BENE CONSULAT, CONSUL CLUAT.

21  F. GÓMEZ REDONDO, op. cit., p. 218.

22  Sendebar, p. 72.

23  Ibid., p. 73.

24  John L. AUSTIN, Cómo hacer cosas con palabras, Barcelona : Paidós, 1982, décrit par José PORTOLÉS, Pragmática para hispanistas, Madrid : Síntesis, 2004, p. 170.

25  Sendebar, p. 76.

26  Les contes du type 1 sont narrés par l’accusatrice : ils tendent à faire prendre au roi la décision de mettre son fils à mort. Ils évoquent la mort d’un père ou d’un tuteur par la faute, volontaire ou non, de son rejeton : LAVATOR, STRIGES, FONTES, APER, SIMIA. Les contes du type 2 sont contés successivement par les sept sages. Ils s’efforcent d’enseigner au roi la recherche de la vérité et du savoir : ta précédente décision était fondée sur l’apparence, sur la crédulité. Tu prendras plus tard, si tu n’as pas tué ton fils, une décision réfléchie : contes  LEO, PANES, MEL, SENESCALCUS, CANIS, TURTURES, NOMINA. Les contes du type 3 sont accusateurs. Ils sont tous dirigés contre la femme calomniatrice : AVIS, GLADIUM, CANICULA, PALLIUM, ELEPHANTINUS, INGENIA. Les contes du type 4 sont narrés par l’infant : LAC VENENATUM, PUER 4 ANNORUM, PUER 5 ANNORUM, SENEX CAECUS, ABBAS. Ils sont le fruit du savoir inculqué par Cendubete au jeune homme. Ils sont à rapprocher des contes du type 2, à l’exception du dernier ABBAS, de contenu nettement misogyne. Cela dit, AVIS et CANIS, sont à rapprocher : tous deux invitent à prendre une décision réfléchie et à ne pas se fier aux apparences.

27  Sendebar, p. 106.

28  La note n°4 de María Jesús LACARRA (Sendebar, p. 104) confirme que le conte manquant serait le conte « Zuchara » (type de femme adultère), en se fondant sur les travaux de Domenico Comparetti (1869), et les versions orientales connues.

29  Bernard POTTIER, « Les formes d’adresse. Quelques orientations », in :Maria Helena ARAÚJO CARREIRA (dir.), Mignonne allons voir si la rose… Termes d’adresse et modalités énonciatives dans les langues romanes, Travaux et Documents, Saint Denis : Université Paris 8, 2008, 40, p. 413-415.

30  À la différence du Cid, à la nouvelle de l’affront fait aux infants: « Van aquestos mandados a Valencia la mayor, / cuando gel o dizen a mio Cid el Campeador, / una gran ora pensó e comidió » (2825-2827).

31  Emmanuel SCHLEGLOFF, « Turn organization : one intersection of grammar and interaction », in : Elinor OCHS, Emmanuel SCHLEGLOFF, Sandra A. THOMPSON (éd.), Interactionand Grammar, Cambridge : University Press, 1996, cité et commenté  par José PORTOLÉS, Pragmática para hispanistas…, p. 82.

32  Ibid, p. 145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard DARBORD, « Le conseil donné au roi dans le Sendebar (1253) : étude de sémantique et de pragmatique », e-Spania [En ligne], 12 | décembre 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20607 ; DOI : 10.4000/e-spania.20607

Haut de page

Auteur

Bernard DARBORD

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, EA 369 Etudes Romanes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org