Navigation – Plan du site
Varia

« De feminis decimus mentionem »

Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes
Estelle MAINTIER-VERMOREL

Résumés

Au sein de la première partie du De rebus Hispaniae de Rodrigue de Tolède, où l’économie du récit laisse peu de place à de larges développements, un épisode frappe par son ampleur : celui des Amazones. Plusieurs passages rédigés en termes élogieux sont consacrés à celles qui sont présentées comme étant, à l’origine, les femmes des Goths. Cette longue digression frappe d’autant plus que les Amazones sont pour ainsi dire absentes des autres chroniques contemporaines. Bien entendu, Rodrigue n’invente pas leur histoire ; il trouve son inspiration, dans une large mesure, chez Pompeius Trogus, Orose ou Jordanes, mais il y apporte des modifications substantielles. De sorte que le lecteur est en droit de s’interroger sur la signification de cet épisode et les raisons de l’insistance de l’auteur sur cet exemple de gouvernement matriarcal. Le traitement de ce mythe et son adaptation à l’histoire gothique semblent, de fait, avoir pour but de légitimer le pouvoir des femmes et leur rôle politique de gouvernantes, et peut-être, par extension, plus particulièrement celui d’une femme, d’une reine chère à l’archevêque et partageant ses intérêts, Bérengère de Castille.

Haut de page

Texte intégral

Un récit aux proportions étonnantes

  • 1  La norme étant en général d’un chapitre par règne, y compris pour certains souverains de première (...)
  • 2  Un livre entier, le livre VIII, est ainsi consacré à Alphonse VIII, qui est, pour Rodrigue de Tolè (...)

1Le De rebus Hipaniae de Rodrigue de Tolède, tout comme le Chronicon mundi de son contemporain Luc de Tuy, sont des chroniques certes centrées sur l’Espagne, mais qui ont également, dans une plus ou moins grande mesure, des ambitions universelles et prétendent couvrir les siècles depuis la Genèse jusqu’à l’époque contemporaine de Ferdinand III. Ces deux chroniques étant relativement brèves au vu de leurs exigences, nul besoin de dire que le souci d’économie est essentiel dans l’écriture. Chaque souverain, chaque règne se voit alloué quelques paragraphes1, suivant son importance et son « exemplarité », voire quelques pages pour les personnages les plus proches du chroniqueur – et de son commanditaire –, ou les plus chers à ses yeux2.

2Par conséquent, on ne peut qu’être surpris, à la lecture du De rebus Hispaniae, par la place semble-t-il disproportionnée que Rodrigue accorde à un épisode de l’Histoire qui n’est ni proche dans le temps, ni, au premier abord, en rapport direct avec l’époque actuelle et le règne de Ferdinand III : celui des Amazones. On peut comprendre en effet que le portrait d’un souverain qui a particulièrement marqué l’Histoire – positivement ou négativement d’ailleurs – puisse faire l’objet d’un long développement, même si ce souverain appartient à un passé lointain. Le prologue du De rebus – comme celui du Chronicon – insiste sur l’importance de l’Histoire et sa valeur exemplaire :

  • 4  Même s’il faut noter, comme le signale Inés Fernández Ordóñez, que parfois l’ampleur d’un passage (...)

3Ainsi, les douze chapitres consacrés à Wamba4 au début du livre III, ou encore le livre VIII, intégralement dédié à Alphonse VIII, ont une valeur d’exemple pour Ferdinand III et s’inscrivent parfaitement dans le cadre d’un miroir des princes tout à fait conventionnel.

4Mais que viennent faire les Amazones dans tout cela ? Il s’agit là d’une peuplade vivant à une époque reculée, avant même l’installation des Goths dans la Péninsule ibérique, d’une peuplade de femmes qui plus est ; et pourtant, elles sont présentes dans pas moins de cinq chapitres du Livre I, dont un assez long, le chapitre XII (77 lignes), leur est entièrement consacré. On peut alors se poser les questions suivantes : qui sont donc ces Amazones, quel est leur rôle et pourquoi apparaissent-elles dans le De rebus Hispaniae ?

5Le chroniqueur prend la peine de s’en justifier au début du chapitre XIII, visiblement conscient de l’étrangeté de cette digression :

6En somme, elles sont avant tout les femmes des Goths, des femmes dignes d’éloges et dignes de leurs époux, dont la valeur ne fait qu’ajouter au mérite de ceux-ci. Leur présence dans le De rebus, malgré ce qu’elle peut avoir de surprenant pour le lecteur, serait donc tout à fait légitime et répondrait simplement au deuxième objectif que se fixe l’auteur dans son prologue, celui de narrer les origines de la race espagnole :

  • 7 Cf. I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, art. cit., p. 6 du PDF, sur la « continuidad goticista » prônée par Rodri (...)

7Les Amazones semblent alors s’inscrire dans la droite ligne du néogothicisme7 ou néo-wisigothisme de Rodrigue de Tolède qu’elles ne font que renforcer.

  • 8  Pour plus de détails sur leurs apparitions dans les sources littéraires et historiques depuis l’an (...)

8Inclure les Amazones comme partie de l’héritage gothique peut d’ores et déjà surprendre un lecteur moderne davantage nourri à la culture gréco-romaine qu’à l’histoire gothique, pour qui les Amazones sont en général exclusivement liées à la mythologie grecque au travers des douze travaux d’Hercule ou encore de la guerre de Troie8. Mais outre ces détails « pratiques » – le respect de la mythologie gréco-romaine n’étant pas toujours le point fort des chroniques médiévales, qui la déforment et la réutilisent à leur guise – l’explication de Rodrigue ne semble pas entièrement satisfaisante. Tant d’importance consacrée à des femmes qui se sont par ailleurs rapidement constituées en un peuple à part et indépendant des hommes et donc des Goths ? Et si l’auteur s’intéresse tant aux femmes des Goths, pourquoi ces dernières ont-elles tendance à disparaître dans les chapitres consacrés justement aux souverains Goths et Wisigoths ?

  • 9  Ce point a souvent été évoqué, que ce soit dans l’introduction de l’édition du De rebus parJ. FERN (...)

9Dans une chronique qui, comme nous l’avons dit, est assujettie à de telles contraintes et manie si bien la synthèse, et de la part d’un auteur dont on a vanté souvent les capacités de manipulateur pour l’habile utilisation de ses sources9, il est difficile de croire qu’il n’y ait pas une signification autre, une importance particulière à cet épisode. On est tenté de chercher plus avant la raison de sa présence et d’y déceler l’élément qui l’actualiserait et le relierait plus étroitement à l’époque contemporaine de Rodrigue de Tolède et au règne de Ferdinand III.

  • 10  I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, art. cit., p. 22.

10Par conséquent, une fois constatée cette « disproportion » présente chez Rodrigue, et pour s’assurer véritablement de l’importance de cet épisode, plusieurs questions se posent. S’agirait-il d’un passage convenu de l’Histoire, passage obligé pour tout historien du XIIIe siècle voulant relater l’histoire des Goths ? Serait-ce tout simplement la transcription, presque mot pour mot, d’une source faisant autorité, puisque, comme le signale Inés Fernández Ordóñez : « El número de capítulos puede estar condicionado por la longitud de las fuentes de que dispuso el arzobispo para construir su relato »10 ? Quelle est finalement la part d’originalité de Rodrigue de Tolède dans tout cela : a-t-il « inventé » ou bien « manipulé » tout ou partie de ce texte, et si oui, dans quel but ?

  • 11  Cf. l’introduction de J. FERNÁNDEZ VALVERDE, DRH, p. XXIX.

11On s’en doute, cet article n’aurait pas lieu d’être si la réponse à ces deux premières questions n’était pas, fort heureusement, négative. Non, il ne s’agit pas d’un passage convenu et commun aux chroniqueurs du XIIIe siècle. Comme nous le montrerons tout d’abord, il en est à peine fait mention chez Luc de Tuy et pas du tout chez Jean d’Osma. Et il ne s’agit pas non plus d’une simple récupération en bloc d’une source antérieure. Il y a certes eu récupération, notamment du De origine actibusque Getarum de Jordanes, source d’inspiration bien connue de l’archevêque pour la première partie de sa chronique11, mais – et cela nous amène directement à la manipulation –, nous tenterons de mettre en évidence le fait que cette récupération a été faite de façon subtile, avec des retraits et des ajouts stratégiques et en entremêlant savamment des emprunts non pas à une mais à différentes sources.

  • 12  Cf. Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration : l’idéologie du royaume d’Oviedo-León (V (...)

12Qu’en est-il enfin de l’interprétation de cet épisode ? On peut dire d’ores et déjà qu’au vu des ajouts pratiqués par Rodrigue, il semblerait que cet épisode soit lié à l’exploitation de la légende néo-wisigothique, un phénomène récurrent dans les chroniques historiques du Moyen Âge12. Cependant, fait plus étonnant, ce néo-wisigothisme semble mis, cette fois, non au service des rois de Castille et León, mais plus directement au service des femmes, des reines – et sans doute, étant donné l’entourage de l’auteur, en particulier au service d’une femme et d’une reine –, pleinement légitimées dans leurs capacités politiques et notamment leurs capacités à gouverner.

Le traitement de l’histoire des Amazones au XIIIe siècle en Castille et León

13Toutefois, avant de pouvoir émettre des hypothèses sur l’importance et la signification de cet extrait de la chronique aux yeux de son auteur, il faut tenter de déceler ce qu’il doit au choix délibéré de ce dernier – peut-être pourrait-on même dire « original » − et aux lieux communs de l’époque. Cet épisode des Amazones, présent avec ampleur chez Rodrigue de Tolède est-il après tout si étonnant que cela, ou bien est-il présent dans toute chronique du XIIIe siècle ? Lui est-il propre ou bien n’est-ce qu’un passage obligé pour qui veut parler des Goths que de parler de leurs femmes ?

14Pour en prendre véritablement la mesure, il semble utile, avant tout, de faire un résumé de l’apparition de cette histoire des Amazones et de ses ramifications au fil du De rebus Hispaniae.

Les Amazones dans le De rebus Hispaniae

Les ramifications du mythe

15Comme nous l’avons dit précédemment, cinq chapitres du De rebus font allusion, de façon plus ou moins longue et plus ou moins directe, aux Amazones – l’un de ces chapitres leur étant même entièrement consacré. Il faut signaler tout d’abord qu’en réalité, Rodrigue n’entre pas directement dans le vif du sujet. C’est d’ailleurs en partie à cela que l’on peut voir que son propos se centre davantage sur les femmes que sur les Amazones elles-mêmes.

  • 13  DRH, I, ch. IX, p. 22-23.

16Avant d’être des Amazones, elles sont les femmes des Goths et, à ce titre, sont incluses dans le récit des origines du peuple gothique. Ainsi, on les retrouve pour la première fois au chapitre IX du Livre I, « De opinionibus originis gentis gothorum et conmendatione eorum »13, où sont évoquées les origines des Goths et leur première localisation géographique, la Scythie. Toujours en accord avec le néo-wisigothisme de Rodrigue, les Goths, en dignes ancêtres des Castillano-léonais du XIIIe siècle, sont décrits comme un peuple puissant et belliqueux, remarquable par sa force et ses nombreuses conquêtes ainsi que par la crainte qu’il inspire à ses ennemis.

17Ce qu’il est intéressant de noter pour notre propos, c’est qu’au moment même où l’auteur décrit la force guerrière des hommes, il évoque également leurs femmes, et celles-ci ne sont visiblement pas en reste :

18Abandonnées par leurs époux partis à la guerre, elles sont capables non seulement de se défendre, mais plus étonnamment encore de mener des guerres de conquête à l’égal de leurs époux – nous reviendrons sur ce point ultérieurement. Notons en outre qu’à ce stade l’association avec les Amazones n’est pourtant pas encore faite.

19Le parallèle se poursuit lorsque Rodrigue en vient à des exemples plus précis et met en avant certains souverains pour illustrer la bravoure des Goths :

20D’un côté un roi goth triomphant d’un monarque étranger, de l’autre une reine gothe qui en fait autant ; le chiasme de la phrase latine vient renforcer la symétrie parfaite qui semble ici exister entre les hommes et les femmes.

21Ce passage en lui-même est déjà remarquable ; il légitime à lui seul toute la partie féminine de la lignée issue des Goths et suffirait sans doute si le seul but de l’archevêque était de renforcer le néo-wisigothisme masculin en confirmant la valeur des hommes par celle de leurs femmes. Mais Rodrigue ne s’en tient pas là. Après un chapitre X consacré au Goths et à leur passage de l’état de combattants redoutables mais barbares à celui de guerriers, tout aussi redoutables mais assagis et plus humains, il en revient aux femmes dans une allusion brève au sein du chapitre XI :

  • 17  Cette identification entre Scythes et Goths n’est pas l’invention de Rodrigue, puisqu’elle est déj (...)
  • 18  Ibid., I, ch. XI, p. 26, l. 11-17.
  • 19  Ibid., I, p. 27-29 pour le seul chapitre XII.

22C’est la première mention des Amazones à proprement parler dans le texte, et la première définition que l’auteur en donne est d’en faire clairement, en s’appuyant sur une autorité indéfinie mais bien établie (« prisca auctoritas »), les femmes des Scythes – c’est-à-dire des Goths, puisqu’il s’agit d’un synonyme strict17. Le chapitre en question, « De Athanauso et ortu Parthorum », est en réalité consacré aux Parthes, un peuple évoqué pour la première fois dans la chronique et qui fait donc l’objet de quelques lignes18, empruntées à Pompeius Trogus, de l’aveu même de l’auteur. Ce faisant, un autre peuple est introduit, celui des Amazones, dont l’histoire va demander elle aussi à être traitée, cette fois sur plusieurs pages19.

23De fait, le chapitre suivant va constituer le cœur de l’épisode des Amazones. La naissance de ce peuple est d’abord détaillée longuement : abandonnées une nouvelle fois par leurs belliqueux époux, les femmes des Goths doivent se défendre contre les peuples voisins qui tentent de s’emparer d’elles ; certaines préfèrent rejoindre leurs maris, d’autres font face seules :

24Intervient ensuite une anecdote : deux jeunes hommes, Plinius et Scolopecius sont tués à la guerre, au grand désespoir de leurs épouses. Celles-ci tuent alors les responsables de leur mort, pour venger leurs époux, mais aussi pour engendrer un cycle de vengeance et faire en sorte que les veuves de leurs ennemis cherchent à leur tour à en faire autant. Se crée ainsi un groupe de femmes unies par la vengeance et qui refusent le mariage et se consacrent aux combats.

25A partir de là, on retrouve les éléments bien connus de la légende : ces femmes se coupent le sein pour mieux manier les armes, elles rejettent les enfants mâles qu’elles engendrent, etc. Le lien avec les Goths est néanmoins maintenu, puisque le texte précise :

26Les femmes des Goths continuent donc à grossir les rangs de ce nouveau peuple qui reste fidèle à ses origines.

  • 22 Ibid., I, ch. XII, p. 29.

27Or, qui dit peuple dit gouvernement. Une fois la fondation des Amazones évoquée, Rodrigue de Tolède se consacre à l’énumération de leurs souveraines et de leurs conquêtes, exactement comme il le fait par la suite pour la lignée des rois goths. On retrouve ici des noms et des anecdotes empruntés à la mythologie grecque, plus ou moins déformés : Lampeto et Marpesia et la création du temple de Diane à Ephèse, Hercule et Oritie, Penthésilée tuée par Achille à la Guerre de Troie, et ainsi de suite, de mère en fille. Passée l’époque d’Alexandre, les noms des souveraines, ne sont plus mentionnés, mais le peuple des Amazones continue à prospérer jusqu’à l’époque de Jules César et même « exinde usque ad hec tempora »22, précise l’auteur.

  • 23 Ibid., I, ch. XII, p. 28-29.
  • 24  Ibid., I, ch. XII, p. 29.
  • 25  On pense ici bien évidemment à la légende des juges de Castille. Sur ce point cf. Georges MARTIN, (...)

28On peut constater par ailleurs que par deux fois au cours de cette description, le lien avec les Goths est de nouveau mis en avant. La première fois, à mi-parcours, lorsque le roi des Scythes se porte au secours des Amazones menacées de disparition par les massacres d’Hercule, en souvenir de leurs origines : « recolens Amazones ex Scitharum seu Gothorum genere processisse, dolens tam insignes feminas deperisse […] »23. La seconde fois, dans la dernière phrase du chapitre, lorsqu’il est question de la postérité du peuple amazone : « Et hee Gothorum femine usque ad Iulium Cesarem regnum egregie tenuerunt »24. Les Amazones ont donc bel et bien leur place parmi les ancêtres des monarques de la Péninsule. Nous ne détaillerons pas davantage ce chapitre ; notons néanmoins un dernier détail sur lequel nous reviendrons : ce sont non pas une mais deux femmes qui sont les premières souveraines des Amazones puisqu’à Marpesia il faut joindre Lampeto – une situation susceptible de créer quelques échos de la part d’un public castillan25.

29Le chapitre XII se clôt donc sur l’évocation de la prolongation de la lignée des Amazones dans leur nouvelle terre nommée Feminia, dont l’histoire n’est pas rapportée. Rodrigue a ici donné à ces femmes leurs lettres de noblesse et une généalogie royale tout aussi claire que celles des hommes. Cependant, il ne s’arrête pas là. Le chapitre XIII, comme il se doit, revient à l’essentiel, à savoir les Goths eux-mêmes. L’archevêque commence par justifier sa longue digression, comme nous l’avons déjà mentionné, en présentant la bravoure des femmes comme une preuve supplémentaire de la valeur des Goths, et il poursuit son histoire avec les faits et gestes du roi Télephe. Néanmoins, même si le nom d’amazone n’est plus évoqué une fois passée la justification de l’auteur, les femmes continuent à partager la vedette avec les hommes et la symétrie initiale du chapitre IX est maintenue. Rodrigue revient ainsi une dernière fois plus en détails sur une anecdote pourtant déjà évoquée au chapitre IX, celle de la reine Tamaris.

30Celle-ci n’est pas explicitement présentée dans un premier temps comme une reine des Amazones, bien que le contexte le laisse deviner par la suite, mais comme reine des Gètes, « regina Getharum sive Massagetharum ». Rodrigue décrit notamment le sort qu’elle fait subir à Cyrus après l’avoir vaincu, plongeant sa tête dans une outre de sang. La présence de cette anecdote peut ne pas étonner outre mesure le lecteur, puisqu’elle est incontournable dès lors qu’est évoqué le fondateur de l’empire perse, et ce depuis les Historiae d’Hérodote. Toutefois, la façon qu’a Rodrigue de traiter l’anecdote a ceci de particulier qu’il s’attarde sur les événements suivant la mort de Cyrus et décrit les victoires successives de Tamaris et son installation dans un lieu « que nunc Amazonia dicitur ». Ceci permet à l’auteur de conclure de nouveau sur la pérennité de la lignée de ces femmes qui continuent de se consacrer à la guerre dans une terre du nom de Feminia. Pour finir, la même Tamaris réapparaît brièvement au chapitre XIV, cette fois avec le titre « Athamari regine Gothidi », en tant que suzeraine d’une cité que Philippe de Macédoine tente vainement d’assiéger. C’est là l’avant-dernière mention que fait la chronique de ces femmes guerrières – mention de nouveau directement liée aux Goths – dont la présence jalonne donc pas moins de six chapitres du Livre I.

31La toute dernière mention apparaît au Livre III, chapitre XXI, « De destructione Gothorum et Conmendatione Hispaniae » qui s’attriste sur la fin des Goths et rappelle leur grandeur révolue, ainsi que celle de leurs femmes :

32De nouveau, aucune mention des Amazones, leurs exploits, y compris la victoire individuelle de Tamaris sur Cyrus, sont entièrement attribués aux femmes de Goths dans leur ensemble, et cette évocation se fait au profit des Goths eux-mêmes et de leur gloire passée.

Les épigraphes

  • 27 Cf. I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, art. cit., p. 1 du PDF.

33Reste à ajouter un dernier élément à ce résumé de la présence des Amazones dans la chronique, celui des épigraphes. De fait, si la segmentation en livres du De rebus Hispaniae n’est pas d’origine et semble avoir été introduite en 1545 par le premier éditeur de la chronique, Sancho de Nebrija27, il n’en va pas de même de l’organisation en chapitres pourvus de titres, qui a bel et bien été voulue par l’auteur.

  • 28  Ibid., p. 12 et suivantes du PDF.

34Elle mérite d’autant plus notre attention que, si l’on en croit Inés Fernández-Ordóñez28, il s’agit là d’une nouveauté par rapport aux chroniques antérieures – devenue un canon par la suite –, nouveauté due à l’évolution des modes de lecture et ayant pour but d’aider le lecteur pressé à sélectionner les contenus qui l’intéressaient en premier lieu. Toujours selon Inés Fernández-Ordóñez, ces titres permettent une mise en valeur du topique des chapitres, valeur renforcée par la formulation nominale de type « De destructione… », et ajoute-t-elle :

  • 30  Ibid., p. 25 du PDF.

35En outre, chez Rodrigue de Tolède, ces titres ne répondent pas purement à un critère chronologique et ne se contentent pas de souligner le passage d’un règne à un autre ; ils laissent beaucoup plus de place à la digression30 et révèlent, semble-t-il, un véritable talent dans la composition d’une histoire allant au-delà de la simple chronique.

36En ce qui concerne l’épisode des Amazones, et ses diverses ramifications, six titres doivent être considérés : « De opinionibus originis gentis gothorum et conmendatione eorum » pour le chapitre IX, « De Athanauso et ortu Parthorum » pour le chapitre XI, « De feminis Gothorum que postea dicte sunt Amazones » pour le XII, « De actibus Gothorum et Amazonum et de Thelepho et Euriphilo Gothorum regibus et Regina Athamari » pour le XIII, « De victoriis Gothorum contra Persas et Grecos » pour le XIV, et enfin « De destructione Gothorum et Conmendatione Hispaniae » pour le chapitre XXI du Livre III.

  • 31  Même si cette division en livres est un ajout de l’éditeur, comme nous l’avons souligné, les livre (...)

37On peut d’ores et déjà laisser de côté le chapitre XI – consacré aux Parthes comme l’indique le titre –, qui est un chapitre très bref servant en quelque sorte de transition avant d’en arriver aux Amazones. Quant aux autres épigraphes, trois font mention exclusivement des Goths, au travers de leurs origines et de leurs victoires, et deux se réfèrent directement aux Amazones. Deux titres consacrés aux Amazones, cela peut paraître dérisoire comparé à l’ensemble d’une chronique composée de 214 chapitres. Cela l’est moins lorsqu’on considère que le livre I31 n’en comporte que 18 pour relater les origines de l’Hispanie et des Goths ainsi que tous les événements précédant le règne d’Athanaric.

  • 32  Ibid., p. 17 du PDF.
  • 33  Ibid., p. 18 du PDF.

38Cela semble d’autant moins dérisoire quand on se rapporte à la nature de ces titres et à la typologie des épigraphes de la chronique. Celle-ci a été établie de nouveau par Inés Fernández-Ordóñez, qui remarque que la grande majorité des épigraphes est constituée d’anthroponymes (152 sur 214)32, tandis que, parmi les épigraphes constitués de noms communs, peu font référence à des peuples, et surtout pour mettre en avant le néo- wisigothisme et la conception généalogique de l’histoire. Les Goths apparaissent ainsi 14 fois seulement, les Arabes 10, les Castillans 3, et les Aragonais 1 fois33. Le fait que deux titres fassent mention du peuple Amazone – presque autant que pour les Castillans – semble donc confirmer la sensation de « disproportion » que pouvait avoir le lecteur face à cette digression.

39Quant au sens des titres des cinq chapitres concernés, on peut également noter qu’ils font systématiquement référence aux Goths et que, dans les deux titres évoquant nommément les Amazones, l’origine gothique est très fortement rappelée, soit explicitement soit en établissant un parallèle entre Goths et Amazones. L’effet produit reste tel que nous l’avons évoqué pour le chapitre XII : les Amazones font définitivement partie de la légende néo-wisigothique et tiennent lieu d’ancêtres féminins des la lignée des monarques de la Péninsule. Leurs victoires peuvent même être comptées au nombre des victoires gothes puisque le chapitre XIV, « De victoriis Gothorum contra Persas et Grecos », inclut un passage sur Tamaris. La même idée émane du contenu du chapitre XXI : les victoires des Amazones sont partie intégrante de la gloire passée des Goths.

  • 34  Le rappel que constitue le chapitre XXI au Livre III tendrait aussi à le prouver.

40Par ailleurs, l’insistance de l’auteur pourrait être attribuée, une fois encore, à une simple volonté de justification, mais l’on pourrait dire aussi que la mise en valeur de ce lien entre les deux peuples prouve que l’épisode des Amazones n’est pas une simple digression aux allures exotiques – comme pouvait l’être le bref aparté sur les Parthes. Cet épisode semble avoir une véritable raison d’être et est fortement relié au reste de la chronique34.

41Pour finir, on peut constater que le titre du chapitre XIII, « De actibus Gothorum et Amazonum et de Thelepho et Euriphilo Gothorum regibus et Regina Athamari », vient renforcer lui aussi un effet déjà constaté dans le contenu des chapitres IX à XIV. Il ne s’agit pas cette fois uniquement de l’origine gothique des Amazones, mais de la symétrie, mise en avant de façon récurrente par Rodrigue entre les hommes et les femmes. Avec cette épigraphe, celles-ci continuent, en quelque sorte, à partager la vedette avec les hommes et la symétrie est maintenue. Leurs hauts faits et le nom de certaines de leurs souveraines sont dignes de faire l’objet d’un titre et d’être placés sur au même niveau que celui des souverains masculins goths.

42Comme on peut donc le constater, que ce soit dans le contenu du texte ou dans les épigraphes, l’évocation des Amazones prend chez Rodrigue de Tolède une ampleur étonnante, avec toujours en filigrane la présence du lien qui fait d’elles les femmes des Goths. Si l’on compare à présent avec les autres historiens, la différence est on ne peut plus flagrante.

Les Amazones dans le Chronicon mundi

Un mythe réduit à sa plus simple expression

  • 35  Luis CHARLO BREA (éd.), Chronica latina regum Castellae, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. (...)
  • 36  Emma FALQUE (éd.), Lucas de Tuy, Chronicon mundi, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. Contin (...)
  • 37  Cf. Georges MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 285. Il évoque un « combat » entre les (...)

43On peut ne pas s’étonner de l’absence totale d’une quelconque mention de ces guerrières chez Jean d’Osma35. Sa chronique couvre volontairement une période beaucoup plus réduite et exclusivement centrée sur la Castille ; l’histoire même des Goths n’y est presque pas développée, passant sans transition de Rodrigue à Fernán González. En revanche, on attendrait de Luc de Tuy36 une plus grande ressemblance. En effet, celui-ci partage nombre de ses sources avec Rodrigue de Tolède. Plus encore, Rodrigue de Tolède semble avoir eu à cœur d’emprunter et de suivre minutieusement de nombreux passages du Chronicon, souvent, il est vrai, pour mieux le contredire37.

  • 38 CM, Tertia Aetas Seculi, 40., p. 39 : « Abdon annis octo. Alexander, qui et Paris, Elenam rapuit. B (...)

44Malgré cela, dans la chronique de Luc, le terme « Amazone » n’apparaît qu’une seule fois, dans le contexte de la guerre de Troie38 et il n’est accompagné d’aucune description. En somme il semble que ce ne soit là qu’un tribut rendu à la « vérité historique ». Le sujet, visiblement, ne retient pas l’attention de l’auteur.

45Un seul personnage féminin que l’on peut rattacher aux Amazones apparaît chez Luc de Tuy : la reine Tamaris. Cette reine et ses victoires sont bel et bien évoquées, mais de façon bien plus réduite que chez Rodrigue de Tolède. On peut d’ailleurs remarquer que les faits rapportés concernent davantage Cyrus, roi des Perses que Tamaris, et qu’il en est fait mention sans doute davantage pour le sel de l’anecdote de la mort de ce dernier, la tête plongée dans une outre de sang, une fin qui vient sanctionner la violence de son règne tyrannique :

46En outre, il est intéressant de noter que dans le récit que fait Luc de Tuy, il n’y a nulle trace de louange concernant Tamaris. Elle n’est pas même véritablement dépeinte en tant que guerrière : ce sont ses armées qui triomphent de Cyrus, tandis qu’elle-même n’apparaît au contraire qu’en tant qu’épouse potentielle du conquérant pour un mariage politique. À l’inverse, chez Rodrigue, la question de la proposition de mariage n’est pas du tout évoquée et c’est la reine elle-même qui déclare une guerre sans merci au roi des Perses et le vainc, en quelque sorte à titre personnel :

47Le contenu de l’anecdote est le même, mais le point de vue diffère grandement ; il reste très masculin chez Luc de Tuy, alors que c’est bien la femme qui est au centre des préoccupations dans le récit qu’en fait Rodrigue. De façon emblématique, on peut relever que dans un cas c’est Cyrus qui est le sujet de l’énonciation et apparaît comme vaincu (« Cirus [...] victus est et occisus »), tandis que dans l’autre c’est bel et bien Tamaris qui est dans la position du vainqueur et récupère la place de sujet dans l’énonciation (« regina Athamaris [...] victrix… »). Par ailleurs, le Chronicon, passé la mort de Cyrus, cesse de s’intéresser à elle et ne dit rien de ses victoires, ou bien de sa conquête de l’ « Amazonie », comme c’est le cas dans le De rebus. Enfin, chez Luc de Tuy, cette reine n’a absolument aucun rapport avec les Amazones et, de façon générale, le lien entre Amazones et Goths n’existe tout bonnement pas. Quant aux femmes des Goths il n’en est tout simplement pas fait mention. D’ailleurs, chez Luc de Tuy, l’épisode de Tamaris est relaté dans le « Quarta Aetas seculi » et non dans la « Gotorum Historia », comme faisant partie de l’histoire universelle, sans lien particulier avec la péninsule ibérique.

  • 41  Signalons tout de même qu’il n’est pas certain que ce passage soit directement emprunté à Luc de T (...)

48Pourtant, il existe des ressemblances frappantes entre les extraits du Livre I du De rebus Hispaniae qui nous intéressent et le Chronicon mundi. Ainsi, la présentation des Goths que fait Luc de Tuy dans la « Gotorum historia » justement, ressemble à s’y méprendre à celle de Rodrigue de Tolède41 :

49A ce détail près que, dans l’intervalle séparant les deux phrases qui constituent la description de Luc, Rodrigue a choisi de glisser des précisions sur les victoires des Goths, rois… et reines.

  • 44  Cf. Georges MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 285.

50De même, pour en revenir au récit de l’exécution de Cyrus par Tamaris chez les deux auteurs, il est certain que c’est bien de la même reine qu’il s’agit. Dans un souci semble-t-il d’imitation – qui pourrait bien s’apparenter à un pied de nez de la part de Rodrigue – l’auteur du De rebus va jusqu’à préciser « reine des Gètes et des Massagètes ». Un détail qui pourrait être révélateur quand on sait que le terme de « Gètes » est emprunté à Jordanes, l’une des principales sources – on y reviendra en détails – utilisée par Rodrigue pour l’épisode des Amazones ; à l’inverse, le terme de « Massagètes » n’est pas présent chez Jordanes – pas plus d’ailleurs qu’il ne l’est chez Pompeius Trogus, une autre des sources utilisées par Rodrigue dans l’élaboration de cet épisode – et semble bien être emprunté directement à Luc de Tuy. Ne pourrait-on pas y voir une volonté d’imiter le texte pour mieux s’en écarter et souligner ce qu’omet de dire Luc de Tuy sur la gent féminine, l’un des instruments en somme de ce « combat de récréation » opposant les deux auteurs, comme nous l’avons déjà évoqué44 ?

51Quoi qu’il en soit l’examen du Chronicon ne fait que souligner l’anomalie que constitue l’épisode des Amazones chez Rodrigue, et révèle la présence d’une perspective particulièrement féminine dans le récit de certains événements.

Les Amazones dans le Livre d’Alexandre

Le portrait courtois de Talestris

  • 45  Nous précisons ici qu’il est le seul parmi les chroniqueurs de Castille et León de la première moi (...)
  • 46  Nous citerons cette œuvre à partir de l’édition de Francisco MARCOS MARÍN (éd.), Libro de Alexandr (...)
  • 47  Ibid., v. 1863b. On peut noter ici d’ailleurs que la mention d’une terre du nom de Feminia rappell (...)
  • 48  Selon F. MARCOS MARIN, il s’agirait du portrait le plus représentatif de la beauté féminine dans t (...)

52Rodrigue de Tolède serait-il donc le seul de son époque à s’être intéressé aux Amazones ? Pas tout à fait. S’il est le seul chroniqueur du règne de Ferdinand III45 à s’y intéresser, en revanche, du côté de la littérature, on connaît au moins un autre auteur contemporain qui en fait mention, celui du Livre d’Alexandre46. Aux strophes 1863 à 1891, pendant le séjour du conquérant en Hyrcanie, on retrouve une certaine Talestris (ou Calestris suivant les versions), reine des Amazones, ou plutôt « sennora de la tierra que’l dizien femenina »47, venue à la cour d’Alexandre le Grand pour lui demander rien moins que la faveur d’avoir de lui un enfant qui deviendrait peut-être la future reine des Amazones. Devant la beauté de Talestris, Alexandre accepte avec joie. Et c’est précisément sur la beauté de la reine que l’auteur s’attarde, se complaisant à en faire un blason devenu l’un des portraits courtois les plus célèbres de la littérature médiévale et représentatif de ses canons48 :

  • 50  Ibid., v. 1881a.
  • 51 Ibid., v. 1886 : « Demas quiero un don de tu mano leuar / auer de ti un fiio no’m lo quieras negar (...)

53Ce portrait est bien celui d’une dame ; sa taille de guêpe, sa peau blanche, son teint de rose évoquent fort peu la guerrière. D’ailleurs le conquérant ne s’y trompe pas et dans sa façon de la recevoir l’auteur dit bien : « El rey fue palaçiano »50. Elle est aussi avant tout une femme, de par la nature de sa requête ; c’est le fait de devenir mère et de constituer un lignage exceptionnel qui l’intéresse51. Quant au fait qu’elle soit pleinement femme et tienne bien également son rôle d’amante, les propos plutôt « cavaliers » de l’auteur n’en laissent pas douter :

54Rien de guerrier, en fin de compte, chez cette reine et par ailleurs, à aucun moment une origine gothique n’est évoquée. Sa présence semble tenir du prétexte et a pour principal intérêt de fournir à l’auteur l’occasion de déployer ses talents poétiques en donnant dans la poésie amoureuse, tranchant ainsi avec la poésie guerrière et les récits de batailles qui constituent l’essentiel du Livre d’Alexandre.

55Certes, l’arrivée des Amazones donne bien lieu à une reprise des lieux communs sur leurs talents d’archers et leurs mœurs vis-à-vis des hommes :

  • 54 Ibid., v. 1868 a et b.

56Cependant, cette description semble tenir ici davantage le rôle d’un divertissement littéraire dans lequel l’auteur peut se complaire à décrire un tableau exotique. Cette interprétation semble être corroborée par l’insistance de l’auteur sur les détails du costume de ces femmes, qui occupent les strophes 1867 à 1870. Par ailleurs, même s’il est admis qu’elles ont une certaines maîtrise des techniques guerrières, rien n’est dit véritablement de leur valeur, ou encore de leurs conquêtes. L’auteur condamne même ouvertement, quoi que sans s’y attarder, ce style de vie : « Commo auien su uida sienpre de mala manera / auien de meter mano en toda fazendera »54.

57Dans l’ensemble, on est assez loin des Amazones de Rodrigue. Si celles-ci comptent d’ailleurs Talestris dans leurs rangs, il n’est pas fait état de la faveur un peu spéciale qu’elle demande à Alexandre. L’anecdote apparaît sous une toute autre forme et il est dit simplement : « Hec, facta pace cum Alexandro, qui et Paris, Grecos desiit infestare »55. Il ne s’agit de rien d’autre qu’une souveraine s’engageant dans une trêve militaire auprès d’un autre souverain. Si sa manière de traiter a quoi que ce soit de peu conventionnel, l’auteur l’omet soigneusement, écartant ainsi le côté féminin du personnage. A ce titre, on peut noter en outre que cette Talestris, bien qu’elle soit un personnage récurrent dans la littérature, apparaît sans doute comme la moins représentative des Amazones. Ce sont toujours sa beauté et son rôle d’amante qui sont mis en avant et que l’on retient – pas toujours auprès d’Alexandre d’ailleurs. Elle est ainsi réutilisée dans le roman de la Calprenède, Cassandre, précisément comme un personnage correspondant davantage aux normes morales de l’époque56 : elle est celle qui viole les règles des Amazones en aimant un homme, Oronte, et en tentant de réformer les lois de son peuple jugées « ignominieuses » pour réintroduire le mariage, autoriser la naissance de garçons, etc.

58L’intérêt de Rodrigue pour ces femmes fortes, guerrières et gouvernantes semble donc assez unique en son genre, du moins pour son époque. Assez unique en tout cas pour que l’on se demande d’où il lui vient et quel rôle ces femmes jouent dans sa chronique. Peut-être y a t-il bel et bien un côté exotique dans cet épisode, notamment dans la description des mœurs étranges des Amazones et la profusion de détails donnés par Rodrigue, entre autres, une fois encore, sur leur façon de s’habiller. Tout comme pour l’auteur du Livre d’Alexandre, il y aurait là un procédé littéraire, un moyen d’éveiller l’intérêt du lecteur, de lui apporter un peu de divertissement au milieu de la présentation austère des règnes des anciens rois. Mais cela ne semble pas suffire à expliquer une telle insistance de la part de Rodrigue, en particulier peut-être une telle insistance non pas sur leurs mœurs (sein coupé, enfants mâles rejetés, etc.), mais sur leurs origines gothiques. Les reléguer au rang de prétexte ou de ce qui se ramènerait à un « divertissement historique » semble à ce stade très réducteur.

59On est donc amené à se poser une autre question. D’où vient cette idée de rattacher les Amazones aux Goths, idée qui est pour nous lecteurs modernes, il faut l’avouer, assez peu conventionnelle ? D’où tire-t-il la matière à tant d’anecdotes sur ces reines guerrières ? Là encore, puisque rien n’apparaît chez les contemporains de Rodrigue de Tolède, on est en droit de se demander s’il s’agit d’une invention personnelle ou bien d’une simple récupération d’une source antérieure. Quelle est donc la part d’imitation et de variation, d’originalité, dans le texte du De rebus – un élément essentiel dans l’interprétation que l’on peut faire de l’importance de cet épisode ?

De Pompeius Trogus à Rodrigue de Tolède en passant par Jordanes : l’évolution de l’histoire des Amazones et la manipulation des sources

60De fait, il existe bel et bien au moins deux sources, vraisemblablement utilisées tour à tour par l’archevêque dans l’élaboration de cet épisode : l’une est évidente, il s’agit bien entendu de Jordanes, l’autre pose davantage de problèmes.

Aux sources du récit

L’apport de Jordanes

  • 57  J. FERNÁNDEZ VALVERDE, introduction au DRH, p. XXIX.

61Les sources de Rodrigue de Tolède sont en général bien connues. Comme le signale J. Fernández Valverde57 dans son introduction à l’œuvre de Rodrigue de Tolède :

  • 58  Dans les Etymologies (cf. Wallace M. Lindsay (éd.), Isidori Hispalensis Episcopi Etymologiarum siv (...)

62Pour la première partie de la chronique incluant l’épisode des Amazones, on peut donc se référer soit à Jordanes soit à saint Isidore. En l’occurrence, il apparaît rapidement que l’apport d’Isidore, si tant est qu’il y en ait un, ne peut être que minime et négligeable. Il n’y a pas trace d’Amazones – ni même de femmes – dans son Historia Gothorum. Elles apparaissent certes à plusieurs reprises dans ses Etymologies58, mais toujours de manière succincte, souvent à titre d’exemple pour illustrer une particularité ou une différence. Ainsi, elles ne sont que mentionnées comme auteurs de la fondation d’Ephèse dans le livre XV, au chapitre « Oppida nobilia, qui vel quae constituerunt », ou encore comme utilisatrices de sistres plutôt que de buccins dans leurs armées aux livres III, « De tertia divisione, quae rythmica nuncupatur » et XVIII, « De Bucinis ».

63Leurs mœurs sont développées simplement en quelques lignes au livre IX, dans le chapitre « De gentium vocabulis », au milieu des Parthes, des Massagètes et Albaniens. Ce que saint Isidore en dit se résume à trois éléments qui occupent moins de dix lignes : les Amazones ont une origine commune avec les Goths (« feminae autem eorum Amazonum regna condiderunt. Massagetae ex Scytharum origine sunt »), leur nom vient de leur sein coupé pour la pratique de l’arc (« Amazones dictae sunt, seu quod simul viverent sine viris, quasi AMA ZON, sive quod adustis dexterioribus mammis essent, ne sagittarum iactus inpediretur, quasi ANEU MAZON (…) id est sine mamma »), et enfin, elles ont disparu du fait de l’intervention de plusieurs héros de l’Antiquité (« Has iam non esse, quod earum partim ab Hercule, partim ab Achille vel Alexandro usque ad internicionem deletae sunt »).

64Ces quelques lignes à l’évidence ne sont pas suffisantes pour avoir pu inspirer les pages écrites par Rodrigue. De plus, la vision qu’Isidore a des femmes semble trop éloignée des louanges que Rodrigue accorde à ces guerrières. Pour Isidore, au livre XI, dans le chapitre « De aetatibus hominum », il apparaît clairement qu’elles ne sont qu’une bizarrerie, un cas à part parmi les femmes. Une catégorie leur est accordée dans sa typologie de la gent féminine, celle de la virago, « quia virum agit ». Cette attitude est anormale puisque dans la vision isidorienne le sexe faible n’est clairement pas conçu pour le combat :

  • 59  Même si, rappelons-le, il est cependant possible qu’il s’en soit inspiré presque littéralement con (...)
  • 60  On retrouve les Amazones dans les chapitres V à X : V, §44 pour une première mention, et surtout V (...)

65Visiblement Rodrigue se garde bien de s’inspirer de saint Isidore à ce sujet59. Concernant l’épisode des Amazones, c’est donc sur le De origine actibusque Getarum de Jordanes, daté de 551, qu’il nous faut nous rabattre. Et effectivement, ainsi que nous le développerons ultérieurement, de nombreux extraits de l’épisode des Amazones de Rodrigue lui sont directement empruntés, parfois de façon littérale. L’ampleur de son récit est également comparable à celle de Rodrigue60 et l’on y retrouve l’un des éléments essentiels, à savoir l’origine gothique des Amazones.

66Toutefois, ainsi que nous tenterons de le montrer, si Rodrigue se sert de cette source, il choisit soigneusement les passages qu’il lui emprunte, préférant visiblement en écarter certains pour des raisons que nous tenterons de comprendre. De plus, les éléments et différentes anecdotes rapportées par Jordanes ne suffisent pas non plus à expliquer l’intégralité de ceux qui sont utilisés par Rodrigue, loin de là. Il semblerait donc qu’il ait pris la peine de se servir pour l’occasion d’une source secondaire pour compléter sa source habituelle – preuve supplémentaire peut-être du traitement particulier dont bénéficient chez lui les Amazones.

Orose ou Pompeius Trogus ?

67Il nous faut par conséquent chercher une deuxième source, et celle-ci en l’occurrence ne s’impose pas aussi facilement que la chronique de Jordanes. Deux possibilités s’offrent à nous de par leur ressemblance avec le texte de l’archevêque. La première est celle des Historiae Philippicae de Pompeius Trogus, écrites au Ier siècle avant JC. Cette source a servi de base à beaucoup de chroniques ultérieures, entre autres d’ailleurs au De origine actibusque Getarum de Jordanes. C’est peut-être là tout le problème. Les nombreuses anecdotes de Pompeius Trogus sur les Amazones ont inspiré beaucoup d’historiens, parmi lesquels Orose et ses Historiarum adversum paganos du IVe siècle. En outre, le texte original de Pompeius Trogus a, semble-t-il, rapidement été perdu61 et n’est connu qu’au travers de la reprise et du résumé qu’en a fait Marcus Junianus Justinus dans son Abrégé62deux siècles plus tard – résumé dont la popularité a d’ailleurs visiblement été la cause de la perte de l’original63.

  • 64  Pour plus de simplicité, nous continuerons à faire référence par la suite à l’influence et à l’app (...)
  • 65  Cf. G. MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… ».
  • 66 DRH, I, ch. XII, p. 28.
  • 67 DOAG, VII, §50.

68Rodrigue n’a donc pu connaître le texte original de Pompeius Trogus, mais il a pu y avoir accès à travers l’Abrégé64. Néanmoins, il est possible également qu’il ne l’ait connu qu’indirectement, à travers la reprise qu’en fait Orose par exemple. L’archevêque lui-même ne nous éclaire guère sur la question avec le manque d’honnêteté vis-à-vis de ses sources qui le caractérise65. Comment se fier en effet à ce génial manipulateur et aux auteurs qu’il cite, connaissant son art de brouiller les pistes et sachant que c’est surtout de ceux qu’il ne cite pas qu’il s’inspire la plupart du temps. De fait, dans l’épisode des Amazones, Virgile est cité à propos d’une anecdote sur Marpesia : « Unde et Virgilius : Ac si dura silex, superat Marpesia cautes. »66, mais il ne l’est que parce que cette même phrase est présente mot pour mot chez Jordanes67, lequel n’est en l’occurrence jamais cité.

69Pour ce qui est de Pompeius Trogus, Rodrigue le cite également, « Ex quorum genere dicit Pompeyus Trogus Parthorum prosapiam descendisse. », mais à un endroit déconcertant, précisément juste avant d’entamer le chapitre principal des Amazones, chapitre au cours duquel il ne sera cité nulle part. Qui plus est, son nom apparaît aussi justement dans un extrait qui reprend mot pour mot le texte de Jordanes, et sa présence pourrait n’être due alors qu’à la volonté de copier celui-ci, comme nous venons de l’évoquer concernant Virgile. En revanche, on peut remarquer que Jordanes mentionne une deuxième fois Pompeius Trogus concernant l’anecdote de la mort de Cyrus aux mains de Tamiris :

70A l’inverse, alors que Rodrigue semble là aussi s’inspirer très fortement de ce passage (tout en y ajoutant le terme de Massagètes emprunté peut-être à Luc de Tuy), il prend soin d’écarter la référence à Pompeius :

71Le même problème se pose s’agissant d’Orose. Jordanes cite également cet auteur au sujet des Amazones, tandis que Rodrigue s’inspire du passage sans le citer et se contente de faire allusion à une source de connaissance ancienne mais indéterminée :

  • 72  Nous ne pourrons malheureusement avancer aucune hypothèse concernant l’influence de Dio sur le De (...)

72La référence est donc masquée une première fois, mais à l’inverse, précisément quelques lignes avant la référence manquante à Pompeius Trogus, Rodrigue choisit cette fois de citer Orose. Là encore, il s’agit d’un emprunt à Jordanes, mais il a ceci d’intéressant que son usage est détourné. En effet, Jordanes cite deux auteurs, Dio et Orose, pour deux choses différentes, tandis que Rodrigue prête délibérément à Orose les propos attribués à Dio et choisit de ne pas nommer ce dernier72 :

73Tant Orose que Pompeius Trogus sont donc évoqués dans le De rebus Hispaniae, ce qui ne nous permet pas de les départager. D’autant plus que, fait étonnant, s’ils apparaissent dans des passages touchant de très près à l’épisode des Amazones, ils ne sont jamais cités directement en relation avec celles-ci comme ils pouvaient l’être chez Jordanes. Il semblerait presque que Rodrigue ait voulu laisser des indices de leur présence tout en laissant planer un certain mystère sur les sources de son récit sur les Amazones. Peut-être cette façon de dissimuler ses sources doit-elle aussi être attribuée à la volonté de l’archevêque d’empêcher que personne d’autre que lui ne se voie attribuer la paternité de ce récit.

74Si l’on s’obstine néanmoins à vouloir départager Pompeius Trogus et Orose, on est contraint de s’intéresser de plus près aux textes de ces deux historiens. Certes, l’entreprise n’est pas facilitée par le fait qu’Orose suit de très près Pompeius Trogus (ou plutôt l’Abrégé), souvent même presque mot à mot. La plupart du temps, Rodrigue a donc pu s’inspirer aussi bien de l’un que de l’autre. Cependant, on peut relever quelques différences plus ou moins importantes. Ainsi, lorsque Rodrigue fait référence à l’éducation dispensée par les Amazones à leurs filles, le passage ressemble étrangement à l’Abrégé, mais semble avoir été réduit chez Orose :

75A l’inverse, un peu plus loin dans le chapitre central de l’épisode des Amazones chez Rodrigue, dans la généalogie des reines, la fille de Marpesia est Synope, ce qui correspond cette fois à la version d’Orose et diverge de celle de Pompeius Trogus qui omet un maillon de la chaîne et lui prête directement pour successeur Orithye. En revanche, pour toute la fin de la généalogie, passée Orithye, Orose s’arrête, tandis que Rodrigue lui continue avec Penthésilée et Talestris, empruntées visiblement à Pompeius Trogus.

76On pourrait donc éventuellement en déduire que Rodrigue se sert en réalité des deux sources. Pompeius Trogus dont le récit est le plus développé reste la source majeure de l’épisode, mais Rodrigue a apparemment eu connaissance également du texte d’Orose dont il a pu se servir pour confirmer le récit de Pompeius et le compléter en cas de besoin – comme c’est le cas concernant Synope. Cela tendrait à prouver qu’il nous faut bel et bien garder ces deux sources à l’esprit pour les comparer au texte du De rebus et comprendre dans quelle mesure il y a pu y avoir manipulation. Cela est également vrai pour Orose dont le texte diffère à bien des égards de celui de l’archevêque, ce qui signifierait, s’il en a bien eu connaissance, qu’il y a eu un choix délibéré de s’écarter de ce modèle – nous examinerons précisément comment.

77Il est donc intéressant de se reporter tout d’abord à ces deux sources pour avoir un aperçu de l’évolution qu’a pu subir l’histoire des Amazones et mettre en valeur le degré de son instrumentalisation par Rodrigue de Tolède.

Des Historiae Philippicae au De rebus Hispaniae

Des éléments de récits identiques…

78Si d’ordinaire, Jordanes fournit presque à lui seul l’essentiel de la matière du livre I du De rebus, il semblerait en fait pour une fois que ce soit chez Pompeius Trogus – ou plutôt dans ce qu’il nous en est parvenu, à savoir l’Abrégé – que Rodrigue trouve le contenu principal de son récit sur les Amazones. C’est donc avec lui que nous commencerons notre comparaison.

79Chez Pompeius Trogus apparaît l’idée de base reprise par Rodrigue que les femmes des Scythes – Pompeius Trogus, étant donnée l’époque à laquelle il écrit, ne mentionne pas le terme de Goths – furent aussi valeureuses que leurs époux et qu’elles furent à l’origine des Amazones :

80On y trouve également l’anecdote de la mort de Plynos et Scolopitus, en des termes assez semblables à ceux employés par Rodrigue de Tolède :

81Comme nous avons pu le décrire pour le De rebus, ces morts engendrent un cycle de vengeance de la part de leurs femmes et donnent lieu à la création d’une peuplade Amazones, aux mœurs décrites par l’auteur, en même temps qu’il narre son histoire et la succession de ses souveraines, à commencer par Marpesia et Lampeto, en passant par le massacre d’Hercule et la Guerre de Troie.

82Outre cette généalogie, que nous avons déjà évoquée puisqu’elle est intégralement présente chez Rodrigue, l’auteur fait également allusion à trois reprises à l’arrivée de la belle Talestris au camp d’Alexandre – un épisode présent dans le Livre d’Alexandre mais pratiquement absent chez Rodrigue, sans doute volontairement. Enfin, un long passage est également consacré à Tamaris et à sa victoire sur Cyrus.

… choisis avec soin

  • 81 DRH, I, XII, p. 27-29 : « Post Penthesileam Talisaridis suscepit regnum Amazonarum. Hec, facta pace (...)

83On reconnaît donc beaucoup d’éléments communs avec Rodrigue. En revanche, certains éléments non dépourvus d’intérêt sont clairement passés sous silence dans la chronique du XIIIe siècle. La référence à Talestris, présente à plusieurs reprises chez Pompeius comme l’une des anecdotes venant agrémenter l’histoire d’Alexandre, est réduite au strict minimum dans le De rebus,et dépouillée de toute allusion à une union entre les deux souverains, ainsi que nous l’avons déjà évoqué81.

84Dans le même ordre d’idées, Rodrigue ne précise pas comme le fait Pompeius que c’est pour venger la mort de son fils, qui commandait ses armées, que Tamaris, reine des Scythes, tue Cyrus. De façon générale d’ailleurs, l’épisode de Tamaris est plus réduit chez Rodrigue et n’est pas orienté de la même manière. S’il est assez longuement développé chez Pompeius, c’est notamment parce qu’il apparaît comme l’un des corollaires de l’histoire de Cyrus, lequel, en tant que figure majeure de l’histoire antique qui occupe l’auteur, fait l’objet de plusieurs chapitres.

85Rodrigue ne fait pas non plus mention du fait que les Scythes en guerre sont rappelés par leurs épouses, qui les menacent d’aller perpétuer la race avec leurs voisins s’ils ne reviennent pas :

  • 83 Abrégé, II, §5.

86Toujours chez Pompeius, ces mêmes épouses finissent effectivement par s’unir à leurs esclaves en l’absence de leurs maris, ce qui déclenche à leur retour une révolte servile et le suicide des épouses fautives83.

87Pour finir, l’Abrégé date du règne de Talestris, sous Alexandre, la fin des Amazones, alors que Rodrigue la prolonge jusqu’au présent :

88Ce que l’on peut constater, c’est que toutes ces omissions ont trait à des passages où les Amazones – ou bien les femmes des Scythes – sont finalement beaucoup moins guerrières et beaucoup plus « féminines », si l’on entend par là la représentation classique qui est donnée des femmes au Moyen Âge. La reine Talestris se présente comme une amante et une future mère à Alexandre ; Tamaris est une mère éplorée devant assumer le commandement des armées par la force des choses et faute d’héritier mâle ; les femmes des Scythes sont des épouses délaissées prêtes à tromper leurs maris et leur conduite est par ailleurs peu digne de louanges. Ces épisodes ne sont pas les plus propres à évoquer le côté glorieux de ces femmes et leurs capacités à se gouverner sans les hommes ; ils desserviraient donc le propos de Rodrigue, si tant est que ses intentions soient bien celles que nous lui prêtons ici. D’ailleurs, chez Pompeius Trogus, le règne des Amazones s’achève rapidement et ne dépasse pas l’époque d’Alexandre, preuve qu’une telle tentative de gouvernement féminin est vouée à l’échec. C’est loin d’être le cas chez Rodrigue qui clôt au contraire son discours en leur conférant une véritable pérennité : ce peuple de guerrières grandit et prospère, leur armée puissante atteint le nombre de 20 000 soldats et il possède encore, à l’époque de la chronique, son propre territoire du nom de Feminia.

89Il y a bien, semble-t-il, manipulation par Rodrigue de Tolède. Tout d’abord il opère une sélection dans les anecdotes proposées par sa source et, étant donné la nature des omissions et leurs points communs, il semble y avoir là un véritable choix stratégique, orienté par le sens de ces passages, plutôt que par une simple volonté de résumer. On aurait pu éventuellement admettre qu’il n’ait pas eu connaissance de l’anecdote concernant l’union des femmes Scythes avec leurs esclaves – anecdote que l’on ne retrouve ni chez Orose ni chez Jordanes –, mais il n’en va pas de même avec la relation entre Alexandre et Talestris, qui, elle, est bien connue au XIIIe siècle, comme le prouve le Livre d’Alexandre. Il y aurait donc bien, dans ce cas, une volonté de l’auteur d’écarter un élément qui ne sert pas son propos, qui serait justement de prouver que les femmes ne sont pas seulement cantonnées au rôle d’amantes ou de mères.

90D’autre part, on peut noter que, même lorsque Rodrigue reprend le contenu d’une anecdote, la focalisation du récit n’est absolument plus la même ; ce sont bien les femmes qui sont chez lui à l’honneur. Ainsi, dans l’Abrégé, les épisodes de Talestris et de Tamaris apparaissent davantage comme un corollaire à l’histoire de personnages masculins plus importants – en l’occurrence Cyrus et Alexandre –, qui occupent chez Pompeius Trogus une place non négligeable. Chez ce dernier, ces deux récits ne sont d’ailleurs pas reliés au passage consacré aux origines des Amazones. Chez Rodrigue au contraire, on constate une concentration de toutes les anecdotes ayant trait aux femmes, tandis que ce sont Cyrus ou Alexandre qui sont relégués au rang de personnages secondaires, leur histoire individuelle n’étant pas développée. Bien qu’ayant emprunté, semble-t-il, la substance de ces anecdotes à Pompeius, l’usage qu’en fait Rodrigue est donc bien distinct.

91Enfin, ce que l’on ne trouve pas chez Pompeius, c’est le concept même du lien qui existe entre les Amazones et les Goths – ce qui n’a rien d’étonnant quand on songe qu’il s’agit d’un historien du Ier siècle avant JC. Seuls les Scythes sont mentionnés, et Tamaris, par exemple, n’est même plus présentée comme reine des Amazones, mais seulement comme reine des Scythes. C’est précisément l’un des points sur lesquels l’auteur du De rebus fait intervenir une autre source majeure, l’œuvre de Jordanes, qui s’appuie elle aussi – et de façon explicite – sur le texte de Pompeius, tout en faisant subir à l’épisode des Amazones un traitement encore différent.

L’alternative d’Orose : Des Historiarum adversum paganos au De rebus Hispaniae

Une même trame

92Toutefois, avant d’en arriver à Jordanes, la deuxième source principale de Rodrigue, nous nous intéresserons brièvement à l’apport d’Orose à cet épisode des Amazones. Comme nous l’avons mentionné, son apport est certainement bien moindre si on le compare à celui de Pompeius Trogus, ou, plus exactement, il est souvent difficile de le distinguer de celui de Pompeius, dans la mesure où il s’en inspire beaucoup. Beaucoup de passages de l’Abrégé sont en effet repris mot pour mot dans les Historiarum adversum paganos ; la trame de l’histoire des Amazones, leurs origines scythes, leur généalogie, reste identique à quelques détails près, notamment la fin de la généalogie qui est manquante et semble avoir été résumée. En effet, dans le passage qui constitue le cœur de son récit sur les Amazones, Orose s’arrête à Penthésilée dont il ne développe pas le règne, renvoyant pour cela à l’histoire de Troie, et il ne mentionne pas Talestris qu’il n’introduit que plus tard, à l’occasion du récit du règne d’Alexandre, peut-être dans un souci d’organisation de son Histoire, afin d’éviter les redondances.

93Etant donnée l’ampleur de la ressemblance avec le texte de Pompeius Trogus, nous ne développerons donc pas ce que le De rebus peut avoir en commun avec l’œuvre d’Orose. Rappelons toutefois qu’un détail en particulier précédemment évoqué – celui de l’intervention de Synope dans la généalogie –, tend à prouver que Rodrigue a bien eu connaissance du texte d’Orose et a donc pu choisir de s’en inspirer ou de s’en écarter. Précisément, plus que la présence d’Orose dans la chronique de Rodrigue, c’est son « absence » et les éléments que Rodrigue a choisi d’écarter qui nous intéressent davantage.

Misogynie à part…

94De fait, cet Orose in absentia nous permet de nous rendre compte de l’évolution des l’histoire des Amazones au cours des siècles, et surtout du regard qu’un historien pouvait porter sur elles. Orose, disciple de saint Augustin et de saint Jérôme, auteur d’une Histoire contre les païens, digne représentant de la morale chrétienne, ne pouvait avoir pour ces femmes guerrières le même regard, et peut-être la même indulgence, que celle d’un historien romain accoutumé à compter une déesse comme Minerve à son panthéon.

95En effet, à peine finit-il d’énumérer la succession des reines Amazones jusqu’à Penthésilée qu’il s’empresse d’y ajouter une condamnation morale que l’on peut qualifier de résolument misogyne :

96Ces femmes guerrières sont rien moins que la honte de l’humanité. Elles n’ont d’ailleurs pas été abandonnées par leurs maris, elles ont fui leurs foyers (« mulieres patria profugae ») et n’ont semé que la destruction. Pourtant ajoute-t-il, leurs époux, les Goths, furent valeureux ; ils furent les seuls opposants craints par les Romains et ne devinrent leurs alliés que grâce à la vertu romaine et à la foi chrétienne qui les soumit sans combat. Mais là encore, cette constatation lui permet de rappeler par contraste le carnage perpétré par leurs femmes :

97Elles n’apparaissent donc pas comme de glorieuses conquérantes ; Orose ne les présente pas victorieuses, mais auteurs d’« immensis caedibus », destructrices de la plus grande partie du monde, un véritable fléau, une plaie qui a duré cent ans – durée symbolique et sans fondement historique. L’auteur ne pouvait exprimer plus clairement son rejet de cet exemple de gouvernement féminin.

98Pourtant, on ne trouve pas trace de cela chez Rodrigue, bien au contraire. S’il a eu connaissance du texte d’Orose et s’il s’en est inspiré il a pris soin d’en expurger toute misogynie, de même qu’il avait retiré de l’Abrégé les anecdotes qui n’étaient pas à l’honneur des femmes des Goths, comme leur union avec leurs esclaves. Ce choix peut sembler d’autant plus intéressant qu’a priori Rodrigue a pourtant beaucoup en commun avec Orose. Ecclésiastique comme lui, garant de la morale chrétienne comme lui, de par sa position d’archevêque primat d’Espagne, on aurait pu imagine qu’il reprendrait à son compte cette vision des choses. Loin s’en faut, et dans cette façon de se démarquer, peut-être pourra-t-on voir un choix de l’homme politique l’emportant sur l’ecclésiastique.

Du De origine actibusque Getarum au De rebus Hispaniae

99Reste à analyser les apports d’une dernière source, la mieux identifiée et la plus fréquemment utilisée par Rodrigue, celle du De origine actibusque Getarum de Jordanes. La relation que ce texte entretient avec le De rebus est différente et d’une certaine manière plus étroite encore que celle que l’on peut constater avec le texte de Pompeius Trogus. La comparaison est d’autant plus facile qu’à l’inverse du texte de Pompeius, que l’on ne connaît que par l’Abrégé, celui de Jordanes nous est bien parvenu. Nous évoquons une relation différente, parce qu’il semblerait que, si Rodrigue a été contraint d’emprunter à Pompeius ou à Orose la substance des anecdotes qu’il ne trouvait pas toujours chez Jordanes, il a néanmoins tenté d’emprunter à Jordanes ses mots et ses tournures chaque fois qu’il le pouvait.

L’apport linguistique de Jordanes : le liant du texte

100De fait, la ressemblance entre le texte de l’archevêque et celui de Jordanes est souvent frappante dans la mesure où, s’il ne le copie pas toujours et se permet de longs ajouts pris à d’autres sources, il rattrape régulièrement le texte de Jordanes pour le suivre, quand il le peut, à la lettre. De sorte qu’on pourrait dire que l’apport de Jordanes dans l’épisode des Amazones est avant tout un apport linguistique ; il offre à ce passage un certain liant linguistique uniforme, permettant de relier les éléments épars assemblés par l’archevêque.

101Si l’on en croit J. Fernández Valverde, tant cette capacité d’assembleur que cette nécessité d’appuis linguistique en latin sont caractéristiques de la prose de Rodrigue de Tolède :

102Pour illustrer cette ressemblance entre les deux textes, on pourrait citer de nombreuses formules et de nombreux passages repris dans les moindres détails. Nous nous limiterons ici à un seul, pris au cœur de l’épisode des Amazones, dans la seule partie de la généalogie des reines qui soit présente également chez Jordanes :

103Toutefois, malgré ces reprises et la grande proximité entre les deux textes, les changements existent et Rodrigue sait s’écarter également du texte de Jordanes, même si, en l’occurrence, ces changements sont de nature souvent subtile et ne tiennent parfois qu’à un seul mot.

De Pompeius Trogus à Jordanes

104Toutefois, avant d’en arriver à la comparaison avec le De rebus, et pour comprendre ce que Rodrigue emprunte ou non à Jordanes, il semble utile d’effectuer une brève comparaison entre le texte de Jordanes et celui de Pompeius Trogus – précisément parce que Jordanes s’en inspire dans une large mesure lui aussi.

105Pour retracer brièvement les différences qui existent entre le texte de Jordanes et celui de Pompeius Trogus, rappelons donc avant tout que globalement Jordanes suit le récit de Pompeius sur l’évolution du peuple amazone et leurs mœurs, tout en faisant abstraction de certains éléments. Chez Jordanes, les Amazones étaient bien originaires de Scythie, elles rejetaient les hommes et les enfants mâles, elles étaient gouvernées par des reines dont les premières furent Lampeto et Marpesia, et leur royaume s’était étendu sur une bonne partie de l’Asie jusqu’à l’époque d’Alexandre. Toutefois, la symétrie entre les femmes des Scythes et leurs époux en termes de valeur guerrière, l’épisode de la mort des deux jeunes rois et le cycle de vengeance entraînant la naissance du peuple des Amazones, ainsi que la majeure partie de la généalogie des reines, entre autres, sont totalement absents. L’histoire des Amazones se réduit surtout à l’évocation de Lampeto et Marpesia, et de deux ou trois autres reines présentes dans la mythologie grecque aux côtés d’Hercule, de Thésée ou d’Achille. Ces dernières ne sont que nommées, et elles ne doivent le fait de l’être probablement uniquement parce qu’elles apparaissent incontournables à cause de la renommée de leurs co-protagonistes masculins.

106C’est sans doute que Jordanes s’intéresse de moins près aux Amazones que Pompeius Trogus qui prétend réaliser une histoire universelle exhaustive. Si le De origine actibusque Getarum fait allusion aux Amazones, c’est surtout pour le lien qu’elles entretiennent avec les Goths. Ce lien est rappelé clairement à plusieurs reprises, et en celaJordanes ne fait pas appel à Pompeius Trogus, mais à Orose. On retrouve aussi nombre de précisions géographiques, de toponymes qui détaillent le berceau de ce peuple et n’apparaissaient pas chez Pompeius Trogus ou Orose. De façon générale, et en toute logique vu son sujet, le De origine actibusque Getarum est beaucoup plus centré sur les batailles des Goths à la même époque, notamment contre le roi des Egyptiens Vesosis, que sur celles de leurs femmes. Tamaris se voit ainsi accorder un récit plus détaillé parce qu’elle est présentée comme reine des Goths, mais rien n’est dit en revanche de Talestris.

107Dans le même ordre d’idées, puisqu’il s’agit d’illustrer la grandeur des Goths au travers de la valeur de leurs femmes, tout comme l’archevêque, Jordanes passe prudemment sous silence la menace des femmes de Scythes de s’unir à leurs voisins en l’absence de leurs maris, ainsi que la révolte servile qui découle de leur passage à l’acte. Tout ce qui pourrait avoir pour effet de ternir l’image des Goths est écarté. C’est peut-être également la raison pour laquelle on ne retrouve pas non plus chez Jordanes la misogynie qui caractérise Orose : considérer les femmes des Goths comme un fléau incontrôlable et la honte de l’humanité ne ferait pas spécialement honneur à ces derniers et à leur capacité à gérer leurs ménages. D’ailleurs, le fait que ce soit bien les Goths qui soient le centre d’intérêt de l’auteur et que leurs femmes ne soient qu’un simple corollaire apparaît clairement dans une justification de Jordanes de la présence des Amazones dans son Histoire, qui n’est pas sans rappeler celle de Rodrigue. Il reconnaît ce que cette digression peut avoir d’incongru et semble surtout pressé d’en revenir aux Goths eux-mêmes :

De Jordanes à Rodrigue de Tolède : suppressions et additions

108Revenons-en à présent à la comparaison entre le texte de Jordanes et celui de l’archevêque. Nous avons déjà évoqué le fait que les emprunts de Rodrigue à Jordanes soient des reprises presque littérales de passages entiers, entrecoupés de longs ajouts, empruntés à d’autres sources. L’archevêque suit donc de très près, quand il le peut, le texte du De origine actibusque Getarum. Néanmoins, comme nous l’avons signalé, il lui fait également subir certaines transformations.

109Tout d’abord, comme pour les autres sources, Rodrigue effectue dans la matière proposée par Jordanes une certaine sélection qui entraîne diverses suppressions. Ainsi, sa chronique – peut-être en l’occurrence véritablement dans un souci d’économie, ce qui renvoie à un argument que nous avons évoqué au début de cette étude –, fait très souvent abstraction des éléments géographiques ou des explications étymologiques des toponymes multiples apportés par Jordanes. Pour n’en citer qu’un exemple, on peut noter que Rodrigue n’a cure de l’emplacement précis de la Scythie :

110Comme nous l’avons également évoqué précédemment, et cette fois sans doute pour d’autres raisons sur lesquelles nous ne reviendrons pas, il omet aussi parfois de mentionner les sources citées par Jordanes – comme il omet d’ailleurs Jordanes lui-même.

111Si ces retraits peuvent être de nature purement pratiques et ne changent rien au contenu du récit, d’autres en revanche en affectent véritablement le sens. Comme il le fait avec ses autres sources, ainsi que nous avons tenté de le démontrer, Rodrigue passe sous silence certains détails moins glorieux des mœurs des Amazones. Dans le cas de Jordanes, il exclut entièrement par exemple des détails mettant en avant leur cruauté, comme leur répugnance à enfanter et la barbarie du meurtre des enfants mâles :

  • 94  Ibid., VIII, §57.
  • 95 DRH, I, ch. XII, p. 27-29.

112En outre, comme cela était déjà le cas avec le texte de Pompeius Trogus, certaines anecdotes moins flatteuses disparaissent ou sont envisagées d’une autre manière. Il en va ainsi des références aux reines Amazones défaites par leurs adversaires masculins – références présentes à la fois chez Jordanes et Pompeius. C’est le cas par exemple d’Hyppolite, enlevée par Thésée et contrainte de porter l’enfant de son vainqueur : « Theseus vero Hippoliten in praeda tulit, de qua et genuit Hypolitum »94. Ce personnage disparaît complètement chez Rodrigue, et le seul enlèvement dont il est question est celui d’Orythie qui n’apparaît que comme un chef de guerre que l’on aurait fait prisonnier, et dont la captivité est de courte durée et sans conséquence particulière : « ab Hercule fuit capta […]. Hercules autem restituit Oridriam sorori sur Antiabi »95.

113De plus petits détails disparaissent également, mais suffisamment significatifs pour que l’on y prête attention. Par exemple, aussi bien chez Rodrigue que chez Jordanes, les femmes des Goths délaissées par leurs maris sont capables de tenir tête aux ennemis, à cette différence près : dans le cas de Jordanes, c’est parce qu’elles ont reçu les leçons de leurs époux, tandis que chez Rodrigue cette connaissance des armes n’a pas d’origine précise et semble innée :

114La phrase est quasiment identique, à l’exception près de l’intervention masculine qui est totalement effacée par la simple omission de trois mots.

115De même, comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, dans l’épisode consacré à la victoire de Tamaris sur Cyrus, beaucoup de détails sont laissés de côté. Rodrigue ne garde de l’anecdote que l’essentiel, sans s’attarder sur les moyens employés par la reine pour obtenir la victoire, et en enlevant tout particulièrement tout ce qui se rattache à la mort de son fils, motif de sa vengeance. Le fait que ces détails apparaissent aussi bien chez Pompeius Trogus que chez Jordanes, alors que Rodrigue ne cherche visiblement à s’inspirer ni de l’un ni de l’autre sur ce point, montre qu’il y a véritablement un choix délibéré dans le fait de ne pas rapporter ces éléments.

116Comme précédemment, on peut dire que ces omissions ont pour effet de préserver l’image des Amazones en dissimulant le côté plus sombre ou plus « féminin » de leur histoire, et en les rendant pleinement indépendantes des hommes : elles ne sont plus une peuplade aux mœurs barbares ; leurs talents ne doivent rien à leurs maris ; ce qu’elles peuvent avoir en commun avec des mères éplorées ou des femmes vaincues traitées comme du butin de guerre est complètement laissé de côté.

117A ces suppressions s’ajoutent encore d’autres types de changements En effet, on peut observer certains cas de transposition d’éléments empruntés à Jordanes et réutilisés dans un cadre différent. Notons d’ailleurs que le jonglage effectué par Rodrigue entre les différentes sources, avec ses jeux de récupérations et de suppressions, est parfois d’une précision étonnante, comme peut en attester l’exemple suivant :

118Les détails sur la guerre entre Orythie, Antiope et Hercule proviennent de Pompeius Trogus ; Ménalippe et Hippolyte, présentes chez Pompeius Trogus et Jordanes et enlevées comme prises de guerre disparaissent chez Rodrigue. En revanche, l’idée que l’une de ces Amazones ait pu être vaincue plus par ruse qu’au cours d’un véritable combat est récupérée indirectement chez Pompeius Trogus (qui sous-entend l’absence d’Orythie et la victoire facile que cela représentait), mais formulée avec les mots de Jordanes repris à l’anecdote de Melanippe, et transposée dans un combat plus vaste, celui de la guerre entre Hercule et les Amazones. Cela confirme d’ailleurs ce que nous venons de dire plus haut, Rodrigue évite visiblement de présenter ces femmes dans des positions de captives soumises et va même jusqu’à rejeter l’idée qu’elles aient pu perdre une guerre, même contre un héros comme Hercule, pour une autre raison que la ruse.

119Outre ce phénomène, plus rare, de transposition, on peut constater pour finir la présence récurrente d’un dernier type de transformation qui vient cette fois enrichir le texte de Jordanes par des ajouts plus ou moins longs. Nous ne reviendrons pas sur les plus longs, qui consistent en réalité, ainsi que nous l’avons montré précédemment, en des paragraphes entiers repris à Pompeius Trogus ou Orose, intercalés entre les lignes inspirées par Jordanes. Toutefois, il en existe aussi de plus brefs auxquels nous nous intéresserons ici, des ajouts se résumant parfois en un mot et venant s’introduire au sein des paragraphes repris littéralement à Jordanes.

120Comme les suppressions évoquées précédemment, ces ajouts peuvent avoir pour but de renforcer l’image glorieuse des Amazones, en confirmant cette fois leur valeur. De nouveau, Rodrigue semble délibérément ne pas tenir compte d’un élément présent aussi bien chez Pompeius Trogus que Jordanes, en insistant à plusieurs reprises sur la pérennité du règne des Amazones, au lieu de le borner au règne d’Alexandre. D’autres additions ont un sens plus particulier et plus difficilement comparables aux autres éléments déjà évoqués. Ainsi, il semblerait que Rodrigue, bien qu’il soutienne et confirme la valeur de ces femmes guerrières et leur réussite, rappelle également brièvement qu’une autre voie est possible :

121Abandonnées par leurs maris au combat, certaines de ces femmes décident de les rejoindre plutôt que de se battre seules. Leur attitude n’est aucunement dépréciée, il s’agit d’un même groupe de femmes, visiblement de même valeur, simplement scindé en deux. Cela pourrait suggérer que des femmes de la même trempe peuvent choisir de rester auprès de leurs époux pour les assister – un choix de vie nettement plus fréquent que celui des Amazones, mais qui n’enlèverait rien aux capacités féminines.

122Peut-être doit-on interpréter de façon assez semblable un ajout minime que Rodrigue fait au sujet des vertus des reines à l’occasion de l’élection de Lampeto et Marpesia :

123Rodrigue insiste davantage sur cette élection – probablement du fait des échos qu’elle peut soulever chez un Castillan, comme nous l’avons évoqué précédemment –, mais surtout il ajoute une vertu à celle que propose Jordanes : la prudence, vertu féminine par excellence et visiblement présentée ici comme vertu idéale pour un bon gouvernement, une vertu caractéristique également de la reine Bérengère dans le reste de la chronique.

124Enfin, la plupart des ajouts portent sur le lien entre Goths et Amazones. Ce lien est présent chez Jordanes, mais on peut noter à plusieurs reprises une forte insistance de la part de Rodrigue. Plusieurs rappels viennent confirmer ce lien du sang qui unit les deux peuples : les femmes des Goths reviennent une nouvelle fois grossir les rangs des Amazones, Orithye fait appel au roi des Goths en invoquant leurs origines communes, etc. L’archevêque insiste même au point qu’à certains moments il en arrive presque à totalement confondre et identifier l’un à l’autre. C’est le cas semble-t-il avec la reine Tamaris. Chez Pompeius Trogus, celle-ci est la reine des Scythes, chez Jordanes elle devient reine des Goths, mais chez Rodrigue son statut semble un peu plus complexe. De fait, Rodrigue insiste plus encore que Jordanes sur le fait qu’elle soit reine des Goths :

125Il la définit même clairement, après sa victoire sur Cyrus, comme reine du royaume d’Amazonie, ce qui lui permet d’insister de nouveau sur la pérennité de celui-ci :

126Peut-être cette insistance et le renforcement de ce lien gothique permettent-ils à l’auteur d’établir une équation fonctionnant en quelque sorte à double sens. S’il y a du sang goth dans toute Amazone, peut-être y a-t-il aussi du sang amazone dans toute femme gothe ou descendante des Goths.

127Ceci pourrait être confirmé, enfin, par les différences concernant la justification fournie par les deux auteurs :

128Jordanes, comme nous l’avons mentionné, semble surtout s’excuser d’avoir perdu du temps à parler des femmes et en revient rapidement au récit des exploits masculins. En revanche Rodrigue est plus explicite ; il semble reprendre le début de sa formule de justification à Jordanes, mais insiste davantage en développant cette phrase et en mentionnant explicitement l’intérêt que peut avoir ce récit sur les femmes. Ce récit porte bien sur les femmes des Goths – il n’est plus question d’Amazones, ou plutôt, leur nom n’est qu’accessoire – et c’est bien leur valeur à elles que l’on a démontrée, valeur ne pouvant qu’ajouter à celle de leurs maris.

129A l’image de cette justification, on peut dire qu’aucun auteur n’est aussi précis que l’archevêque sur l’importance qu’il accorde à ces femmes. Certes, Rodrigue n’a pas inventé l’histoire des Amazones et les anecdotes qui la composent, mais il a su la remanier et la réutiliser à bon escient. Elles en sortent plus fortes, plus indépendantes et davantage capables de se gouverner ; plus proches aussi de la race des Goths et par conséquent de leurs descendants et descendantes avec lesquelles elles ont peut-être plus de points communs qu’on ne pourrait le croire – dont la vertu de prudence, qui est aussi l’apanage de Bérengère.

130Après avoir constaté l’intérêt disproportionné que l’auteur porte à cet épisode de sa chronique, ainsi que le soin particulier qu’il semble avoir accordé à la composition de ce passage, on ne peut que se demander quelle est la finalité de tant d’efforts et quel sens on doit y trouver.

Conclusion : La légende néo-wisigothique au service du pouvoir des femmes

131L’épisode des Amazones pourrait, à la première lecture, n’apparaître que comme une simple digression exotique au sein de De rebus Hispaniae – ce qu’il est sans doute dans l’œuvre d’Alphonse X –, mais à y regarder de plus près, il semble difficile de croire qu’il ne soit pas plus que cela. Il s’agit là d’un des seuls épisodes de la chronique intégralement consacré aux femmes, des femmes, qui plus est, présentées sous un jour inhabituel chez un auteur du Moyen Âge et pour le moins flatteur. Sans parler bien entendu de féminisme, ne pourrait-on donc pas y voir une reconnaissance particulière de leurs capacités et de leur rôle, tout au moins aux yeux de l’auteur de cette chronique ? Nous énumérerons ici brièvement les différentes conclusions que l’on peut tirer, et que le lecteur a peut-être déjà pu élaborer devant l’étude comparative des textes que nous venons d’effectuer.

Des femmes aux Amazones et des Amazones aux femmes

132Revenons tout d’abord sur un élément important : c’est bien de femmes qu’il s’agit et pas seulement d’Amazones. Il ne s’agit pas là d’une espèce à part. Le fait qu’on fasse allusion aux femmes des Goths avant même de mentionner le terme « Amazones », et de nouveau après avoir conté leur histoire, ou encore le rôle secondaire auquel se voient relayés les personnages masculins présents dans les anecdotes en sont la preuve. Les Amazones sont, semble-t-il, surtout un prétexte, une parabole pourrait-on dire, qui devrait être interprétée dans un contexte plus général. Celui des Goths dans un premier temps, mais aussi du néo-wisigothisme et pourquoi pas de la place des femmes à l’époque contemporaine de l’auteur.

133D’autre part, ces Amazones elles-mêmes sont en fin de compte plus femmes qu’on ne pourrait s’y attendre et n’ont pas tout à fait le statut de virago que leur attribue saint Isidore de Séville. Chez Rodrigue, elles n’ont pas de répugnance à enfanter, elles ne tuent pas leurs enfants. On pourrait souligner encore d’autres éléments, comme par exemple le mythe de la virginité de Synope (ou Orythie), présent chez Pompeius Trogus ou Orose, mais qui disparaît dans le De rebus. Dans le même ordre d’idées certaines des femmes guerrières dont parle Rodrigue ont fait le choix de rejoindre leurs maris. Et chez celles qui ont préféré rester seules, on retrouve encore une vertu souvent féminine : la prudence.

134Elles ne sont cependant ni victimes, ni courtisanes ; ce qui disparaît chez Rodrigue ce sont en réalité les faiblesses qui bien souvent sont attribuées aux femmes. Ces guerrières, qu’on les désigne explicitement du nom d’Amazones ou pas, restent donc bien des femmes, mais un certain type de femmes. Il faudrait même plutôt dire une certaine race, celles des Goths, qui engendre des femmes hors pair, et donc hors normes, fortes et valeureuses. Des femmes, qui, en accord avec le néo-wisigothisme de l’auteur, doivent être perçues comme les ancêtres directes des souverains et souveraines de Castille et León. De là il n’y a qu’un pas pour imaginer qu’il faut chercher dans les souveraines contemporaines de Rodrigue les mêmes qualités qui ont fait la gloire de leurs ancêtres.

Des femmes à l’égal des hommes : guerrières et gouvernantes

135Ces qualités affichées par l’auteur, on a pu les relever à la lecture des différentes anecdotes du De rebus Hispaniae. Ce ne sont pas celles qui sont communément attribuées aux femmes dans les chroniques du XIIIe ; en réalité ce sont plutôt celles que l’on retrouve d’ordinaire chez les hommes. De fait, la symétrie de leurs exploits, que l’on a pu constater à plusieurs reprises, les pose quasiment en égales des hommes – et pas n’importe lesquels puisqu’il s’agit en l’occurrence des Goths , de même que leur supériorité militaire prolongée sur certains peuples. La même interprétation pourrait être faite au sujet d’une anecdote comme celle d’Orithye qui ne pouvait être vaincue que par la ruse, quand bien même son adversaire était Hercule.

136Ces femmes sont en outre des gouvernantes tout autant que des guerrières. Elles conservent leur indépendance, savent s’organiser en l’absence de leurs maris dans un premier temps, puis se constituent en un véritable peuple, doté d’un gouvernement et capable de se tailler un territoire et de le conserver. Cet exemple de gouvernement féminin est donc un succès, et à ce sujet, on ne peut que rappeler cette étrange pérennité que Rodrigue accorde à leur royaume nommé Feminia.

137Ce constat surprend. On pourrait comprendre que Rodrigue ait voulu renforcer le néo-wisigothisme masculin en adjoignant aux Goths des femmes dignes d’éloges, mais non seulement cela n’était aucunement un passage obligé – d’autres chroniques s’en passent –, mais surtout, cela n’explique pas que l’auteur n’ait pas opté pour des qualités plus féminines : modestie, piété, beauté, fertilité, etc. Comment interpréter cette volonté de les mettre sur le même plan que les hommes et de les faire évoluer dans le domaine masculin par excellence qu’est celui de la guerre, et par extension celui du gouvernement politique ?

Bérengère de Castille : une reine amazone ?

  • 110  Sur ce sujet, cf. entre autres Winfried SCHLEINER, « Divina virago : Queen Elizabeth as an Amazon  (...)

138Au-delà du néo-wisigothisme, on peut donc faire l’hypothèse que c’est aux femmes et à celles qui sont en position de gouverner que profite ce passage de la chronique. On évoquait plus haut le fait que les Amazones de Rodrigue de Tolède étaient représentatives non pas des femmes en général, mais d’un certain type de femmes, et plus précisément d’un certain type de souveraines d’ascendance wisigothique. On pourrait à présent préciser qu’elles font immanquablement penser à une certaine reine : Bérengère de Castille. Notons que ce ne serait d’ailleurs pas la seule fois dans l’histoire qu’une reine bénéficierait de la comparaison avec les Amazones. L’exemple le plus classique est postérieur de trois siècles, mais ô combien prestigieux, puisqu’il s’agit d’Elizabeth Ire d’Angleterre110.

139De fait, si l’histoire des Goths est un exemple pour les descendants des goths, c’est-à-dire pour les rois chrétiens au pouvoir en Castille et León, et si l’on a pu parler dans ce cas d’une utilisation idéologique de la légende néo-wisigothique au service de la légitimation du pouvoir de ces monarques, pourquoi ne pas parler alors d’une utilisation de la légende néo-wisigothique cette fois au service de la légitimation des souveraines. Pas seulement des souveraines en tant que vaisseaux au sang pur nécessaires à la perpétuation de la lignée, mais en tant que véritables femmes de pouvoir, capables de participer au gouvernement du royaume.

140Si cette interprétation correspond un tant soit peu aux intentions de Rodrigue de Tolède, il va de soi que Bérengère est non seulement la probable source d’inspiration de cet épisode des Amazones, mais aussi la première bénéficiaire des retombées idéologiques qu’il implique. La proximité avec le contexte de la chronique est d’ailleurs intéressant : les femmes des Goths ont pu se battre en l’absence des hommes et se défendre. Or, s’il est une femme qui a su se défendre et défendre ses intérêts à la mort de son père, lors de la minorité de son fils et de son frère, et lors du départ de son fils à la guerre, c’est bien Bérengère111. Rappelons en outre que Bérengère faisait partie de l’entourage direct de Rodrigue de Tolède et qu’elle fut jusqu’au bout l’un de ses principaux appuis en politique, alors même que celui-ci était tombé en disgrâce auprès de Ferdinand III. L’archevêque avait donc tout intérêt à soutenir la légitimité de la reine-mère à s’immiscer dans le domaine politique et à mettre en avant ses capacités à gouverner.

141Toutefois, au-delà de Bérengère, cette présentation un peu particulière et cette instrumentalisation du mythe des Amazones pourraient aussi correspondre à certaines réalités hispaniques. Rappelons que la Castille et León est un royaume où ne s’applique pas loi salique et où les femmes jouissent de certains privilèges – en termes de droit à la propriété notamment – que l’on ne retrouve pas toujours ailleurs en Europe. Nous ne nous attarderons pas ici sur un sujet si vaste. Quoi qu’il en soit Bérengère n’est pas la seule reine à avoir marqué l’histoire du Moyen Âge espagnol, et elle n’est pas la seule à pouvoir se reconnaître dans ce portrait de reine amazone. Certaines de ses ancêtres, ou encore sa sœur, la célèbre Blanche de Castille, pourraient également y prétendre. C’est pourquoi, si Bérengère semble la cible immédiate de l’archevêque et s’impose comme la conclusion la plus simple dans l’analyse du sens à donner à cet épisode, il n’est pas exclu que le cadre puisse être élargi aux reines et aux femmes de pouvoir en général, qui se verraient ainsi reconnaître une place dans le domaine politique.

Haut de page

Notes

1  La norme étant en général d’un chapitre par règne, y compris pour certains souverains de première importance comme Récarède (ch. XV) ou Sisenand (ch. XIX).

2  Un livre entier, le livre VIII, est ainsi consacré à Alphonse VIII, qui est, pour Rodrigue de Tolède, l’image parfaite du souverain idéal. Il y fait du monarque un long portrait hagiographique qui tend clairement à l’instruction du récepteur du texte, Ferdinand III. D’autre part, le rôle que l’archevêque lui-même a pu jouer dans les événements qui composent ce livre n’est sans doute pas étranger à la place que celui-ci prend dans l’ensemble de l’œuvre. Sur ce sujet, cf. Amaia ARIZALETA, « Ut lector agnosceret : discurso y recepción en la obra de Rodrigo Jiménez de Rada (primera mitad del siglo XIII) », Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, 26, 2003, p. 163-186 ; et Amaia ARIZALETA et Stéphanie JEAN-MARIE, « En el umbral de santidad : Alfonso VIII de Castilla », in : Amaia ARIZALETA, Françoise CAZAL, Luis GONZALEZ FERNÁNDEZ, Monique GÜELL et Teresa RODRIGUEZ (éd.), Pratiques hagiographiques dans l’Espagne du Moyen Âge et du Siècle d’Or. II, Toulouse : CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail, 2007, p. 573-583.

3  Juan FERNÁNDEZ VALVERDE (éd.), Roderici Ximenii de Rada opera omnia, Turnhout : Brepols (Corpus Christianorum Continuatio medievalis, LXXII), 1987, I, p. 5-6. C’est cette édition qui sera systématiquement utilisée pour toutes les citations. Désormais DRH.

4  Même s’il faut noter, comme le signale Inés Fernández Ordóñez, que parfois l’ampleur d’un passage tient beaucoup à celle de sa source. Ainsi : « la extensión que adquiere el relato de Wamba (12 capítulos) tiene mucho que ver con la existencia de la Historia Wambae de san Julián, no conocida directamente, sino a través del Tudense, además de con el deseo de tratar de un egregio rey toledano. », I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, « La técnica historiográfica del Toledano. Procedimientos de organización del relato », Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, 26 (2003), p. 187-221, p. 22 du PDF.

5  DRH, I, ch. XIII, p. 29.

6 Ibid., p. 6.

7 Cf. I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, art. cit., p. 6 du PDF, sur la « continuidad goticista » prônée par Rodrigue : « Sabemos que el Toledano participaba plenamente del neogoticismo surgido en la primitiva monarquía astur-leonesa y consideraba a los reyes castellanos-leoneses herederos de los derechos de los godos al imperium peninsular. »

8  Pour plus de détails sur leurs apparitions dans les sources littéraires et historiques depuis l’antiquité, cf.Óscar GARCIA SANZ, « Amazonas : una realidad histórica para la tradición occidental y la del nuevo mundo », Analecta Malacitana, XXI, 2, 1998, Madrid, p. 609-622. Cf. également Alain TESTART, « Les Amazones entre mythe et réalité », in : L’Homme, 163, 2002, p. 185-194, pour le traitement du mythe, en particulier chez Hérodote, ainsi que pour son fondement historique et les preuves archéologiques de l’existence des Amazones.

9  Ce point a souvent été évoqué, que ce soit dans l’introduction de l’édition du De rebus parJ. FERNÁNDEZ VALVERDE, DRH, p. XXVIII et suivantes, ou lors du colloque consacré à l’archevêque, notamment dans l’intervention d’Emma FALQUE,« Lucas de Túy y Rodrigo Jiménez de Rada : el uso de las fuentes », in : Rodrigue Jiménez de Rada (Castille, première moitié du 13e siècle) : histoire, historiographie [11 et 12 octobre 2002, ENS Lyon], actes publiés dans les Cahiers d’études hispaniques médiévales, 26, 2003, p 151-162. Cette caractéristique, Rodrigue la partage d’ailleurs avec Luc de Tuy : cf. Georges MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires. Luc de Túy, Rodrigue de Tolède, Alphonse X, Sanche IV : trois exemples de manipulations historiques (León-Castille, XIIIe siècle) », Cahiers de Linguistique et de Civilisation Hispaniques Médiévales, 24, 2001, p. 279-309.

10  I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, art. cit., p. 22.

11  Cf. l’introduction de J. FERNÁNDEZ VALVERDE, DRH, p. XXIX.

12  Cf. Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration : l’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe siècles),Turnhout : Brepols, 2003 ; ou encore Georges MARTIN, « La chute du royaume wisigothique d’Espagne dans l’historiographie chrétienne des VIIIe et IXe siècles. Sémiologie socio-historique », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 9, 1984, p. 198-224 ; et Isabel TORRENTE FERNÁNDEZ, « Goticismo astur e ideología política », in : La época de la monarquía asturiana. Actas del simposio celebrado en Covadonga (8-10 de octubre de 2001), Oviedo : Real Instituto de estudios asturianos, Principado de Asturias, 2002, p. 297-298.

13  DRH, I, ch. IX, p. 22-23.

14 Ibid., I, ch. IX, p. 23.

15  Ibid., I, ch. IX, p. 23.

16  Ibid., I, ch. XI, p. 26.

17  Cette identification entre Scythes et Goths n’est pas l’invention de Rodrigue, puisqu’elle est déjà présente chez Jordanes ou Orose.

18  Ibid., I, ch. XI, p. 26, l. 11-17.

19  Ibid., I, p. 27-29 pour le seul chapitre XII.

20 Ibid., I, ch. XII, p. 27.

21 Ibid., I, ch. XII, p. 27.

22 Ibid., I, ch. XII, p. 29.

23 Ibid., I, ch. XII, p. 28-29.

24  Ibid., I, ch. XII, p. 29.

25  On pense ici bien évidemment à la légende des juges de Castille. Sur ce point cf. Georges MARTIN, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris : Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6, 1992.

26 DRH, III, ch. XXI, p. 104.

27 Cf. I. FERNÁNDEZ ORDÓÑEZ, art. cit., p. 1 du PDF.

28  Ibid., p. 12 et suivantes du PDF.

29  Ibid., p. 16 du PDF.

30  Ibid., p. 25 du PDF.

31  Même si cette division en livres est un ajout de l’éditeur, comme nous l’avons souligné, les livres n’en représentent pas moins une certaine unité dans le récit. Le livre I est consacré aux origines bibliques et mythiques de l’Hispanie, ainsi qu’aux origines lointaines des Goths avant leur établissement en Thrace et en Dacie, et c’est à cette unité chronologique que je me réfère ici.

32  Ibid., p. 17 du PDF.

33  Ibid., p. 18 du PDF.

34  Le rappel que constitue le chapitre XXI au Livre III tendrait aussi à le prouver.

35  Luis CHARLO BREA (éd.), Chronica latina regum Castellae, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. Continuatio medievalis, LXXIII), 1997. Désormais CLRC.

36  Emma FALQUE (éd.), Lucas de Tuy, Chronicon mundi, Turnhout : Brepols (Corpus christianorum. Continuatio medievalis, LXXIV), 2003. Désormais CM.

37  Cf. Georges MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 285. Il évoque un « combat » entre les deux auteurs, qui tient parfois du « combat de récréation », mais « révèle néanmoins un aspect peu étudié de l’usage des sources par l’historien médiéval : celui d’un texte choisi et suivi pour la seule raison que l’on en veut contredire systématiquement le propos ».

38 CM, Tertia Aetas Seculi, 40., p. 39 : « Abdon annis octo. Alexander, qui et Paris, Elenam rapuit. Bellum decemnale Troie surrexit. Mennom et Amazones in subsidium primo arma tulerunt, et ad ultimum famosum Troie excidium predicatur ».

39  Ibid., Quarta Aetas Seculi, 69, p. 61.

40 DRH, I, ch. XIII, p. 30. Dans cette citation, c’est nous qui soulignons.

41  Signalons tout de même qu’il n’est pas certain que ce passage soit directement emprunté à Luc de Tuy. En réalité, pour ce passage précédant l’épisode des Amazones, au chapitre IX, lequel sert en quelque sorte d’introduction aux chapitres suivants en annonçant par avance les événements clés, Rodrigue pourrait également avoir trouvé son inspiration chez saint Isidore en reprenant l’incipit de son Historia de regibus Gothorum, Vandalorum et Suevorum : « Interpretatio autem nominis eorum in linguam nostram tecti, quo significatur fortitudo; et re vera, nulla enim gens in orbe fuit quae Romanum imperium adeo fatigaverit ut hi. Isti enim sunt quos etiam Alexander vitandos pronuntiavit, Pyrrhus pertimuit, Caesar exhorruit. (Ex Oros.) », Jacques-Paul MIGNE (éd.), Patrologia Latina, Paris : Migne (vol. 83, col. 1057), 1844-1855. Cette « introduction » de Rodrigue de Tolède est d’ailleurs un véritable centon de sources, alternant des emprunts de quelques lignes à saint Isidore ou Luc de Tuy, Orose ou Pompeius Trogus et Jordanes – preuve s’il en fallait de la dextérité de Rodrigue de Tolède dans sa manipulation des sources.

42 CM, Gotorum Historia, 21., p. 135.

43  DRH, I, ch. IX, p. 22-23.

44  Cf. Georges MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… », p. 285.

45  Nous précisons ici qu’il est le seul parmi les chroniqueurs de Castille et León de la première moitié du XIIIe siècle à en faire mention. Néanmoins, si l’on élargit le champ de recherches au XIIIe siècle dans son ensemble, il faut alors tenir compte de la Primera Crónica d’Alphonse X. Elle aussi accorde aux Amazones une assez large place et cet épisode compte parmi les digressions dont la présence a été souvent soulignée dans la chronique. Toutefois nous ne nous attarderons pas ici sur le traitement de l’épisode par le roi Sage, étant donné qu’il semble être une simple transposition, voire une traduction du texte de Rodrigue de Tolède – un passage parmi tous les autres dont se sont servis les compilateurs alphonsins. La justification qui est donnée de cette digression est la même que chez Rodrigue ; elle est même formulée de façon encore plus explicite et semble pouvoir être prise cette fois pour argent comptant : « E esto que auedes oydo destas duennas de los godos cuenta la estoria por mostrar que nobles omnes et que guerreros fueron los godos, pues que las mugieres dellos fueron tan nobles et fizieron tantos buenos fechos. Et po rende dexa aqui la estoria de fablar de las amazonas et torna a contar de los godos. », Ramón MENENDEZ PIDAL (éd.), Primera crónica general. Estoria de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV en 1289, Madrid : Bailly-Bailliere é hijos, 1906, 1, p. 220.

46  Nous citerons cette œuvre à partir de l’édition de Francisco MARCOS MARÍN (éd.), Libro de Alexandre, Madrid : Alianza Editorial, 1987, édition digitale révisée par F. MARCOS MARÍN, Julia BERNAL et Antoni BIOSCA. Désormais LdA.

47  Ibid., v. 1863b. On peut noter ici d’ailleurs que la mention d’une terre du nom de Feminia rappelle étrangement Rodrigue.

48  Selon F. MARCOS MARIN, il s’agirait du portrait le plus représentatif de la beauté féminine dans tout le Livre d’Alexandre, cf. « Masculine beauty vs. Feminine beauty in Medieval Iberia », in : Dru DOUGHERTY et Milton M. AZAVEDO (éd.), Multicultural Iberia : Language, Literature and Music. Berkeley : Université de Californie, 1999, p. 22-39. Cf. également Tobias BRANDENBERGER, « El episodio amazónico del libro de Alexandre. Fondo, fuentes, figuración », Zeitschrift für romanische Philologie, 1994, vol. 110, n°3-4, p. 432-466.

49  LdA, str. 1873 et sqq.

50  Ibid., v. 1881a.

51 Ibid., v. 1886 : « Demas quiero un don de tu mano leuar / auer de ti un fiio no’m lo quieras negar / non aura en el mundo de linage su par ».

52 Ibid., str1888.

53 Ibid., str. 1864-1865.

54 Ibid., v. 1868 a et b.

55 DRH, I, ch. XII, p. 29.

56  Cf. Marc BANNISTER, « Femme illustre, femme forte, honnête femme : l’évolution de l’héroïne dans les romans de La Calprenède », Publif@rum, 2, 2005.

57  J. FERNÁNDEZ VALVERDE, introduction au DRH, p. XXIX.

58  Dans les Etymologies (cf. Wallace M. Lindsay (éd.), Isidori Hispalensis Episcopi Etymologiarum sive Originum libri XX, Oxford, 1911, on retrouve la présence des Amazones aux chapitres suivants : livre III, XXII, « De tertia divisione, quae rythmica nuncupatur », livre VIII, XI, « De diis gentium », livre IX, II, « De gentium vocabulis », livre XI, II, « De aetatibus hominum », livre XIV, III, « De Asia », livre XV, « Oppida nobilia, qui vel quae constituerunt », livre XVIII, IV, « De Bucinis ».

59  Même si, rappelons-le, il est cependant possible qu’il s’en soit inspiré presque littéralement concernant une partie du chapitre IX introduisant l’épisode des Amazones et portant sur la présentation des Goths – celle-là même que l’on retrouve chez Luc de Tuy, comme nous l’avons vu précédemment.

60  On retrouve les Amazones dans les chapitres V à X : V, §44 pour une première mention, et surtout VII et VIII pour le récit principal, ainsi que IX, §58 pour la justification de la digression et X, §61-62 sur la mort de Cyrus aux mains de la reine Tamaris. Le texte est cité à partir de l’édition proposée par Andrei V. KITASHOV, en ligne sur : http://www.thelatinlibrary.com/iordanes1.html. Désormais DOAG.

61  Selon John C. YARDLEY, Justin and Pompeius Trogus : a study of the language of Justin’s Epitome of Trogus, University of Toronto Press Incorporated, 2003, p. 3, les 44 livres de l’histoire universelle de Pompeius Trogus écrits sous le règne d’Auguste ont été égarés pendant la Basse Antiquité.

62 Marcus JUNIANUS JUSTINUS, Abrégé des « Histoires Philippiques » de Trogue Pompée, Marie-Pierre ARNAUD-LINDET (éd. et trad.), 2003. Désormais Abrégé.

63  John C. YARDLEY, op. cit.,p. 3.

64  Pour plus de simplicité, nous continuerons à faire référence par la suite à l’influence et à l’apport de Pompeius Trogus, étant entendu que c’est de Pompeius Trogus, tel qu’il a pu inspirer les historiens par le biais de l’Abrégé qu’il s’agit.

65  Cf. G. MARTIN, « Dans l’atelier des faussaires… ».

66 DRH, I, ch. XII, p. 28.

67 DOAG, VII, §50.

68 Ibid., X, §61.

69 DRH, I, ch. XIII, p. 30.

70 DOAG, V, §44.

71 DRH, I, ch. XI, p. 26.

72  Nous ne pourrons malheureusement avancer aucune hypothèse concernant l’influence de Dio sur le De rebus Hispaniae. En effet, le Dio évoqué par Jordanes est en fait non pas celui que l’on a tendance à connaître sous le nom de Dio, à savoir Dio Cassius, auteur d’une histoire de Rome, mais son ancêtre, Dio Chrysostome, auteur effectivement d’une histoire connue sous le nom de Getica, mais qui est aujourd’hui perdue, cf. Andrew H. MERRILLS, History and Geography in Late Antiquity, Cambridge University Press, 2005,p. 139.

73 DOAG, IX, §58.

74 DRH, I, ch. XIII, p. 29-30. Notons d’ailleurs ici que la référence à Juvénal semble n’être présente ni chez Jordanes, ni chez Pompeius Trogus ou Orose, et pourrait bien être cette fois un ajout personnel de Rodrigue.

75 DRH, I, XII, p. 27-29.

76 Abrégé, II, §4.

77  Paulus OROSIUS, Historiarum Adversum Paganos Libri VII, Carolus ZANGEMEISTER (éd.), Vienne : C. Gerold, 1882, I, §15. Désormais HAP.

78 Abrégé, II, §1.

79 Ibid., II, §4.

80 DRH,I, ch. XII, p. 27-29.

81 DRH, I, XII, p. 27-29 : « Post Penthesileam Talisaridis suscepit regnum Amazonarum. Hec, facta pace cum Alexandro, qui et Paris, Grecos desiit infestare ».

82 Abrégé, II, §3.

83 Abrégé, II, §5.

84 Ibid., II, §4.

85 DRH,I, ch. XII, p. 29.

86 HAP, I, §3.

87 HAP, I, §4.

88  Introduction de J. FERNÁNDEZ VALVERDE, DRH, p. XL-XLI.

89 DOAG, VII, §50.

90 DRH,I, ch. XII, p. 27-29.

91 DOAG, IX, §58.

92 Ibid., V, §38.

93 Ibid., VIII, §56.

94  Ibid., VIII, §57.

95 DRH, I, ch. XII, p. 27-29.

96  DOAG, VII, §49. C’est nous qui soulignons.

97 DRH, I, ch. XII, p. 27-29.

98 Abrégé, II, §4.

99 DOAG, VIII, §57.

100 DRH, I, ch. XII, p. 28.

101 DOAG, VII, §49.

102 DRH, I, ch. XII, p. 27. C’est nous qui soulignons.

103 DOAG, VII, §49.

104 DRH, I, ch. XII, p. 27-28.

105 DOAG, X, §65.

106 DRH, I, ch. XIV, p. 31.

107 DOAG, X, §62.

108 Ibid., IX, §58.

109 DRH, I, ch. XIII, p. 29.

110  Sur ce sujet, cf. entre autres Winfried SCHLEINER, « Divina virago : Queen Elizabeth as an Amazon », Studies in Philology, vol. 75, 1978, p. 163-180, en ligne sur : http://www. jstor.org/pss/4173965 ; et Celeste T. Wright, « The Amazons in Elizabethan literature », Studies in Philology, XXXVII, 3, 1940, en ligne sur :http://www. jstor.org/pss/4172492.

111  Sur Bérengère de Castille et ses relations avec le pouvoir, cf.Georges MARTIN, « Régner sans régner », e-Spania, 1, juin 2006, [En ligne], mis en ligne le 07 février 2008 ; ou, pour une biographie complète, détaillée et récente, et qui plus est centrée sur le rôle politique des femmes au Moyen Âge, cf. Miriam SHADIS, Berenguela of Castile (1180-1246) and Political Women in the High Middle Ages, New York : Palgrave Macmillan, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle MAINTIER-VERMOREL, « « De feminis decimus mentionem » », e-Spania [En ligne], 11 | juin 2011, mis en ligne le 08 juillet 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20392 ; DOI : 10.4000/e-spania.20392

Haut de page

Auteur

Estelle MAINTIER-VERMOREL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org