Navigation – Plan du site
Varia

Adaptation et réélaboration des sources dans la Crónica Troyana anonyme de 1490

Frédéric Alchalabi

Résumés

L’article revient sur l’écriture et les conditions de réception de la Crónica troyana anonyme de 1490. Le chroniqueur ne se contente pas de commenter ou de traduire ses sources, les Sumas de historia troyana de Leomarte et la Historia destructionis troiae de Guido delle Colonne. Au contraire, il les enrichit de références à la littérature chevaleresque. Comment interpréter ses modifications ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dorénavant, nous nommerons l’œuvre CT. La chronique n’a toujours pas fait l’objet d’une édition cr (...)
  • 2  Agapito REY et Antonio GARCÍA SOLALINDE : Ensayo de una bibliografía de las leyendas troyanas en l (...)
  • 3  Guido de COLUMNIS : Historia destructionis troiae (édition de Nathaniel Edward Griffin), Cambridge (...)
  • 4  C’est le cas, par exemple, du chapitre LXXXVII (fol. 86r).

1La Crónica Troyana anonyme est imprimée par Juan de Burgos, en 14901. Très rapidement, elle rencontre auprès des lecteurs un succès considérable et elle sera réimprimée quinze fois jusqu’en 15872. L’auteur de l’œuvre s’appuie sur la Historia destructionis troiae écrite en 1287 par Guido delle Colonne, mise en prose latine du Roman de Troie (écrit vers 1165) de Benoît de Sainte Maure ; il s’inspire aussi des Sumas de historia troyana attribuées à Leomarte, qui datent du XIVème siècle3. L’imbrication des deux sources est remarquable ; le chroniqueur emprunte autant à l’une qu'à l’autre – à l’image de son prologue qui s’inspire fortement de ceux de ses modèles. Ainsi, les cinquante-sept premiers chapitres de la CT et les trente-huit derniers (chapitres CXX à CLVIII) proviennent en droite ligne des SHT. La partie centrale combine une partie des chapitres de Leomarte et les livres VI à XXXV (Liber Ultimus) de Guido. En définitive, le chroniqueur de la CT donne l’impression de choisir ses sources à loisir ; au sein d’un chapitre, il peut même les alterner en rajoutant des passages qui lui sont attribuables4.

  • 5  Dès le XIIIème siècle, le Libro de Alexandre revenait, partiellement, sur la destruction de Troie. (...)
  • 6  A. REY et A. GARCÍA SOLALINDE, Ensayo…, op. cit., p. 9.
  • 7  Fernando GÓMEZ REDONDO :Historia de la prosa medieval castellana, Madrid : Cátedra, 1998-2007, p.  (...)
  • 8  Ibid., tome 4, p. 3962-3963.

2Or, ce sont bien ces sources qui intriguent. Dans les dernières années du XVème siècle, l’histoire troyenne continuait de susciter, en Castille et ailleurs, la même curiosité et le même intérêt des lecteurs qu’aux siècles précédents5. Les premières traces de ce net engouement remontent au XIème siècle. Sur les tombes de Guillem de Berenguer et de Sanche le fort, figuraient deux mentions dans lesquelles les défunts étaient comparés aux glorieux Achille et Hector6. La découverte est significative en ceci qu’elle souligne le rôle assigné à l’histoire troyenne tout au long du Moyen Age. Ce sera donc une matière qui, relatant certes des faits passés, éclairera et expliquera le présent. L’on sait que la Historia troyana polimétrica écrite en vers et en prose, pour ne citer qu’elle, offrait grâce à l’histoire de Troie des modèles de comportements moraux et de conduite militaire7. C’est donc une matière qui, tout au long du Moyen Age, fait sens et dans laquelle l’on voit des enjeux de pouvoirs, de riches mécènes en réclamant la traduction. Jacme Conesa, peut-être à la demande du roi d’Aragon Pierre III dit le Cérémonieux, entreprend la translation de la Hist. en catalan, en 1383. Pedro de Chinchilla, dont les liens avec le comte de Benavente sont notoires, en fera de même en castillan, en 14438. La CT de 1490, n’échappe pas à la règle et c’est avec la même attention relative à la portée symbolique de son contenu qu’il faut la lire.

  • 9  Tomás GONZÁLEZ ROLÁN, María Francisca DEL BARRIO VEGA, Antonio LÓPEZ FONSECA : Juan de Mena, La «  (...)
  • 10  Assi he dilatado, muy bien aventurado señor, hasta aquí en los loores de Omero a dos fines : por d (...)

3Pourtant, suivant l’exemple italien, le milieu du XVème siècle castillan avait connu une tentative de rénovation de fond de la matière troyenne qui commençait par la révision de ses sources. Le roi Jean II soutenait cette entreprise de relecture, suivi par  deux auteurs majeurs, Juan de Mena et Iñigo López de Mendoza – celui-ci par l’intermédiaire de son fils –, qui en furent les artisans9. Les deux écrivains tentèrent alors, dans le cadre d’un même projet littéraire et idéologique, de sortir Homère de l’oubli et de traduire l’Iliade en castillan. Le prologue de Juan de Mena se distingue ainsi de ceux des autres livres d’inspiration troyenne : très rapidement, l’auteur s’affranchit de sources qu’il estime dépassées- en particulier la Hist. de Guido, qu’il tient en piètre estime-, sous prétexte qu’elles ne peuvent se substituer à Homère, dont l’indéniable talent est injustement méconnu10.

  • 11  Le chroniqueur n’est pas le premier. Avant lui, Diego de Valera avait fait de même dans son Origen (...)
  • 12  L’Iliade du poète cordouan, d’ailleurs, sera moins lue au XVIème siècle : sa dernière édition date (...)
  • 13 Durante la segunda mitad del siglo xv el imaginario caballeresco de la aristocracia castellana atra (...)

4Pour quelles raisons, dans les dernières années du XVème siècle, l’auteur de la Crónica Troyana réduit-il donc à néant ces efforts11 en revenant aux sources qui avaient les faveurs des auteurs des siècles passés12 ? Nous tâcherons de répondre à cette interrogation en démontrant que si l’auteur reprend mot pour mot ce que disent ses sources et, à l'inverse, qu’il les  modifie ou qu’il les tronque, c’est pour mieux adapter son œuvre au contexte littéraire- en particulier à la production chevaleresque, qui nous intéressera ici- de la Castille des rois catholiques jusqu’à en faire une œuvre figurant dans les rayons de la bibliothèque de la reine Isabelle, par ailleurs grande lectrice des romans de chevalerie et d’histoires d’inspiration troyenne13.

  • 14  Pâris doit être assassiné peu après sa naissance mais son bourreau, vaincu par le sourire du nourr (...)
  • 15  Eris, déesse de la discorde, mécontente de n’avoir pas été invitée aux noces de Pélée et de Thétis (...)
  • 16  « (Priamo) tenia los sueños por cosa vana e no de alguna firmeza e entendio que lo avia errado e q (...)

5Au-delà de la simple modification des sources, l’on trouve trace dans la CT d’un processus d’altération volontaire de la Hist. et des SHT. Deux passages en sont la parfaite illustration, en particulier lorsque la chronique revient sur la naissance de Pâris alors tenu éloigné de Troie. Après le rêve de sa mère Hécube- celle-ci s’était vue enfanter une torche, présage de la destruction du royaume de Priam-, le jeune prince est envoyé dans les montagnes de austra14où il est recueilli par un berger qui le prénomme Alexandre. Plus tard, après le jugement de la pomme15, Pâris récupère sa véritable identité puis il revient à la cour de son père, Priam, qui l’accueille à bras ouverts, oubliant les mises en garde des dieux relatifs au danger que la présence de son fils représente16. Dans cet épisode, la CT suit, tout d’abord, fidèlement les SHT mais leurs chemins finissent brusquement par se séparer. Quand la SHT affirme :

  • 17  SHT, LXV, p. 156. C’est nous qui soulignons.

Commo quier que Omero dize que ante de las bodas de Tantalo fue conosçido Paris por fijo del rey Periamo e que de Troya veniera en conbidado a esta bodas17,

le chroniqueur de la CT écrit :

  • 18  C’est nous qui soulignons.

como quier que Omero dize que antes de las bodas fue conoscido Paris por fijo del rey Priamo. E quando Paris dio la sentencia de la mançana que por mandado del rey estaua en lapequeña Bretaña (fol. 29 v).18

  • 19  C’est A. REY, dans son édition des SHT, qui l’écrit : La Ilíada, II, 340-80 dice que Paris era inv (...)

6La décision prise par l’auteur de situer l’exil de Pâris dans la petite Bretagne n’est pas anodine et le passage de la CT, qui détourne à ce point le texte de départ, a de quoi étonner ; mais, en dépit de ce que l’on a bien voulu écrire, le changement ne relève pas du caprice19 : au contraire, il s’agit d’un choix bien considéré puisque le même type de changement apparaît une deuxième fois dans la chronique- qui se démarque de la Hist., son modèle cette fois-ci-, lorsque Priam réunit ses fils pour leur demander conseil.

7Le souverain troyen souhaite répondre comme il se doit à l’enlèvement, par les Grecs, de sa sœur Hésione. Pâris, quand vient son tour de parler, propose d’enlever une dame grecque. Il revient alors sur ses années passées loin de Troie. Guido écrit :

  • 20 Hist., VI, p. 61. Nous soulignons.

Nondum enim sunt multi dies elapsi, dum agerem in Minori India iusso uestro, celebrante sole solsticium estuale, dum sol sub principio Cancri ageret cursum suum, quodam die Veneris, venationis causa, placuit michi udire memora in multorum collegio venatorum 20.

Mais, pour sa part, la CT dit :

  • 21  Nous soulignons.

no son muchos días pasados que yo estando de mandamiento vuestro en las partes de la pequeña Bretaña en tiempo de verano quando el sol fazia su curso so el signo de cancro un día lunes me vino en voluntad por aver algund tanto solaz de andar a monte  (fol. 33v)21.

  • 22  Aucun des manuscrits, aucune édition de la Hist. ne témoignent d’un tel changement.
  • 23  Benoît écrit : « L’autr’ier, es calendes de mai,/ Chacoë en Inde la Menor/ Un cerf, ço m’est vis c (...)

8L’on remarquera tout d’abord le changement de date (die Veneris vs un día lunes) sans pouvoir l’expliquer de façon satisfaisante : la modification a-t-elle un sens où s’agit-il d’une erreur de traduction voire de copie ou d’impression de l’exemplaire de la Hist. que le chroniqueur de la CT feuilletait22 ? En revanche, l’affirmation pour le moins surprenante que l’exil d’un prince troyen puisse varier à ce point, passant de la Minori India, lieu traditionnellement repris depuis Benoît de Sainte- Maure23, à la petite Bretagne, est très significative. L'auteur, familier et connaisseur de la géographie arthurienne,  inscrit la CT dans le champ des romans du cycle breton.

  • 24  Hist., XIII, p. 118. Nous soulignons.
  • 25  Nous soulignons.

9La preuve qu’il ne s’agit pas d’un caprice- l’Inde ne devient pas automatiquement la petite Bretagne- se trouve plus loin et consacre paradoxalement une absence de modification. Ainsi, Guido, énumérant les bataillons troyens, parlait de soldats de Minoris Indie (« fuerunt autem milites qui cum hiis regibus aduenerunt preter milites ipsius regis Priami et Minoris Indie regis numero XXXII milia »24) ; l’historien de la CT, pour sa part, dira la même chose : « fueron los caualleros que con estos reys vinieron sin los caualleros que tenia el rey Priamo e sin los de la menor Yndia, treynta y dos mil » (fol. 57v)25.

10S’il n’y a pas de changement, c’est donc que les choix du chroniqueur ne sont pas arbitraires et qu'ils dépendent bel et bien des circonstances du récit. Or, l’on s’aperçoit que les deux modifications de lieu que nous avons relevées sont liées à la présence de Pâris : dans les deux premiers exemples, celui-ci déclare avoir été envoyé en pequeña Bretaña par Priam alors que, dans le dernier, il s’agit d’une simple description militaire, qui n’implique, comme on l’a vu, aucune modification. Il y a donc là une insistance de la part du chroniqueur qui écrit deux fois la même chose en deux endroits différents. Le lien entre Pâris et la petite Bretagne est inédit : on ne le retrouve dans aucune autre histoire troyenne de la péninsule.

  • 26  Pedro de CORRAL : Crónica del rey don Rodrigo (Crónica sarracina), édition de James Donald Fogelqu (...)
  • 27  Sur les histoires relatives à Rodrigue, voir Georges MARTIN: « Un récit (la chute du royaume wisig (...)
  • 28  La pique est bien célèbre : La primera, porque algunos que se entremeten de escrivir e notar las a (...)
  • 29  L’on retrouvera, dans les quatre tomes de la Historia…, op. cit. de F. GÓMEZ REDONDO, de fines ana (...)
  • 30  La dimension littéraire des chroniques de Pero López de Ayala, écrite pourtant un siècle avant la (...)

11Ce constat conduit à une remarque qui sera confirmée par la suite : la chronique troyenne de  1490 est avant tout un point de rencontre entre, d’une part, la production littéraire, en particulier chevaleresque, et, d’autre part, l’histoire. L’auteur- comme quelques décennies avant lui, un autre chroniqueur, Pedro de Corral et sa Crónica del rey Rodrigo26- se sert des ressorts que lui offre la fiction- en particulier des modèles littéraires des romans de chevalerie- non pas pour s’y référer en tant que source mais bien pour s’appuyer sur ses techniques d’écriture. En définitive, l’histoire constitue un cadre assurant la crédibilité recherchée par l’auteur, alors que, dans le même temps, la littérature chevaleresque lui prête la plupart de ses motifs, lesquels se révèlent aptes à décrire les dernières années du règne de Priam. L’œuvre de Corral27 avait pour particularité d’imbriquer l’historique et le littéraire, de mêler le vrai et le fictif voire le faux – ce qui en faisait sa singularité et qui lui valut la célèbre condamnation de Fernán Pérez de Guzmán28. La CT partage ainsi la même ambition en associant, fort paradoxalement, le genre chronistique à la fiction et en oscillant entre l’historique et le littéraire29. La chronique troyenne anonyme s’inscrit donc dans la lignée de ces œuvres castillanes tournées vers d’autres types de discours que le récit historique stricto sensu30.

  • 31  Cet attachement à l'espace arthurien s'accompagne peut-être également d'une référence- – voire mêm (...)

12Le chroniqueur tenait donc la géographie arthurienne dans une estime telle qu’il a cru bon de l’intégrer à son œuvre, en dépit de toute cohérence31. L’introduction de la petite Bretagne dans la chronique a une portée qui va au delà du symbolique en ceci qu’elle ancre l’œuvre au sein de la matière bretonne et de l’univers chevaleresque. Elle souligne également une constante que le lecteur de la CT doit garder à l’esprit et qui sera confirmée dans les pages qui suivent : jamais le chroniqueur ne traduit ni ne reprend servilement ses modèles, préférant, au contraire, les adapter à son contexte d’écriture et de réception.

13L’auteur peut modifier les sources soit, nous l’avons vu, en changeant complètement le texte d’origine soit, nous allons nous y intéresser, en ajoutant des mots voire des passages entiers à l'oeuvre initiale. Avant de nous intéresser à ce type de modification, il est important de bien distinguer ce qui relève du rajout et ce qui, à l’inverse, résulte de la mauvaise interprétation des sources ou bien d’erreurs de traduction, lorsque le chroniqueur s'appuie sur la Hist.

14Si la description de l’armée grecque donne l’occasion à Guido de désigner les chefs du camp grec Thoas, Agamemnon, Ménélas et Ajax fils de Télamon :

  • 32 Hist., XIV, p. 123. C'est nous qui soulignons.

Sed ad hec Thoas, rex Tholie, cum suis nauibus et Agamenon rex, totius exercitus imperator, cum suis, Menelaus rex cum suis, et nobilis Thelamonius Ayax cum suis ad litus applicant, subito descendunt in terram…32,

la CT, pour sa part, « oublie » Ménélas :

  • 33  Nous soulignons.

Mas eneste comedio sobreuino toas rey de thalia con sus naues e agamenon rey e capitan general e cabdillo de toda la hueste delos griegos con las suyas e el rey talamon ajas con las suyas. Los quales todos tomaron puerto descendieron ala ribera… (fol. 59 v)33.

  • 34  Hist., XIV, p. 123, note 136.
  • 35  Hist., XXXII, p. 252. Nous soulignons.
  • 36  Id., note 4. Nous soulignons.

15En revanche, un certain nombre de traductions ne sont fautives qu'en apparence et permettent de revenir sur la genèse de la chronique castillane et d’en ébaucher la filiation. C’est le cas avec les deux passages précédents. L’emploi des formes verbales descendunt- indicatif, présent- et descendieron- indicatif, passé simple- laisserait croire que le chroniqueur changerait à sa guise de temps verbal. Or, il n’en est rien puisque la forme verbale descenderunt- indicatif, parfait-, traduction exacte de descendieron, est attestée dans l’édition de la Hist. publiée à Strasbourg, en 1 48634. A d'autres reprises, la CT reproduit les variantes de l'édition de Strasbourg comme lorsque, par exemple, le chroniqueur s’attarde sur la cinquième journée d’une bataille- « El quinto dia cometio los asi duramente e con mucha e grand destreza e aficion… »(fol. 115r)-, alors que toutes les versions de la Hist. évoquent la huitième- « Octauo uero die in multa bellandi astucia sic uiriliter irruit contra eos quod ipsos undique circuncinxit… »35- sauf l’édition de 1 486 de Strasbourg qui envisage, elle aussi, la cinquième journée- « Quinto uero die in multa bellandi… »36. Plus loin encore, l’auteur fera dire à Agamemnon :

  • 37  Nous soulignons.

Excelentes senores que en tanta puxança de vuestras fuerças al presente aqui soys juntados manifiesto es a vosotros claramente conoscedes e vedes quanto es nuestro poder e fuerça…  (fol. 49r)37.

16Selon les versions de la Hist., Guido écrit :

  • 38  Hist., X, p. 90-91. Les notes 1 et 2 de la p. 91 sont relatives à l'édition de Strasbourg. Nous so (...)

O viri nobiles qui in vestrarum uirtutum viribus in hoc ordine iuncti estis, aperte cognoscitis et uidetis quanta sit ipsarum uirium uestrarum (variante Strasbourg : nostrarum) potentia, quanta sit virorum in uestra (variante Strasbourg : nostra) confluencium comitiua pugnancium multitudo38.

17Ces variantes nous renseignent sur ce que devaient être les coulisses de l’œuvre. Vraisemblablement, le chroniqueur traduisait directement la Hist. de Guido par le biais d’au moins une édition, celle imprimée en 1486 à Strasbourg, c’est-à-dire fort logiquement, celle qui était la plus proche de lui dans le temps.

18Ailleurs, en revanche, les changements relèvent de l'erreur et l’on ne peut les imputer aux différentes éditions de la Hist, mais à des étourderies. L’auteur de la CT confondra Nestor et Ménélas car si Guido écrit 

  • 39 Ibid., XV, p. 136. Nous soulignons.

Tunc Menesteus, dux Athenarum, uenit ad bellum cum tribus milibus armatorum, et eundo cum tota gente illa ex parte sinistra peruenit ad aciem illorum de Frigia, in qua erat Troylus…39,

la chronique castillane dira :

  • 40  Nous soulignons.

Estonces sobreuino ala batalla el duque nestor duque de atenas con tres mil omnes de armas e yendo asi con su gente dela parte sinistra vino al lugar donde andauan aquellos de frigia con los quales yua troylo… (fol. 65r)40.

  • 41  Nous soulignons.
  • 42 Hist., XV, p. 145.

19Mais, curieusement, plus loin, la CT reste fidèle au texte initial. L’histoire devient alors  incohérente : « pero menesteo duque de athenas veyendo aquesto tomo una muy fuerte lança e vino del traves encontrar a hector (fol. 68 v) »41. Le chroniqueur ne donne pas l’impression de s’être relu et traduit parfaitement l’exemplaire de la Hist. qu’il a sous les yeux, sans se rendre compte de sa méprise précédente : « Sed Menesteus, Athenarum dux, qui hoc repente percepit, accepta quadam lancea, in Hectorem irruit ex transuerso... »42.

20Cependant ces traductions erronées sont minoritaires et ne parviennent jamais à ternir le travail d’écriture du chroniqueur. S’il est vrai que l’historien de la CT peut se tromper, il se distingue davantage par sa capacité à enrichir ses sources à travers divers types de rajouts, qui ne sont pas des gloses mais bien des améliorations du modèle de départ. L'auteur procède par touches personnelles en réécrivant les passages qui ne lui conviennent guère.  

  • 43  Cette adjectivation sera conforme aux vertus que doit posséder tout chevalier, énoncées par Alphon (...)

21L’on distinguera, tout d’abord, un processus de renforcement chevaleresque : le chroniqueur ne se contente pas d'affirmer- comme il est alors courant- que les chefs grecs et troyens sont des caualleros ; il invente leurs qualités absentes de la Hist. par une adjectivation soutenue43.Le chroniqueur prend plaisir à écrire et inventer, ce qui a pour effet d'affadir considérablement les pages de Guido. Par exemple, la Hist. revient en ces termes  sur une bataille qu’Hector mène avec son armée, sous les yeux de dames troyennes :

  • 44 Hist., XV, p. 131.

Mulieres autem nobiles que in ciuitate remanserant, omnes ciuitatis muros ascendunt ut ex eis uidere ualeant belli conflictus. Illic filie regis Priami cum magna Helena coadscendunt, que dum de multis in corde suo nimium trepidaret, timor et dubitacio in ea ymaginaciones diuersas et uarias generabant44.

22Le même passage devient :

  • 45  C'est nous qui soulignons.

E las senoras e nobles damas que enla cibdad eran todas suben encima delos muros dela cibdad por que dende puedan mirar el estado de la batalla e los diestros valientes e esforçados caualleros quales son e como se han en enella. Alli eran las fijas del rey priamo con la fermosa elena las quales aviendo e rescibiendo en sus coraçones varios e diuersos pensamientos que enellas engendrauan dubda e graue temor e padescian mucha variacion de plazer e pesar en sus voluntades (fol. 63v)45.

23Le rajout qui apparaît, ici, en caractère gras est caractéristique du travail de l’écrivain puisque l’on y trouve l’expression, confirmée dans toute l’œuvre, d’une recherche formelle principalement sous l’apparence d’épithètes destinées à mettre en lumière les vertus chevaleresques du personnage décrit.

  • 46 Hist., XX, p. 168.
  • 47  C'est nous qui soulignons.
  • 48 Hist., XX, p. 169.

24Cette technique se répète ailleurs, comme lorsque Troïlos intervient dans l’affrontement qui oppose Achille à Hector. Guido écrit alors : « Achilles igitur dum uellet ad uerba Hectoris mutua relacione respondere, ecce superuenit Troilus in maxima multitudine pugnatorum »46 ; ceci devient dans la CT : « E archiles queriendo responder alas palabras de hector sobreuino aquel muy valiente cauallero e muy animoso troylo en grand compania de gente de armas (fol. 77 r) »47. Polydamas ne fait pas exception à la règle car si l’on lit dans la Hist. : « Sed Pollidamas tunc occurrit cum pugnatorum multitudine glomerosa, succurens in magna uirtute Troyanis… »48, l’historien de la CT écrit :

  • 49  C'est nous qui soulignons.

Pero aquel muy esforçado e muy animoso cauallero Polidamas sobreuino entonces en socorro delos troyanos con muy grand compania de gente de armas e socorrio los en muy grand poder (fol. 77v)49.

25Enfin, Hector, avant d’être définitivement vaincu, vient à bout de deux Grecs à propos desquels l’auteur en rajoute afin de rendre la victoire plus prestigieuse encore. Guido se contentera d’affirmer :

  • 50 Hist., XXII, p. 174.

Tunc Hector quasi furibundus, in ira ligata casside, rege patre inscio, bellum ingreditur et statim in furore suo duos magnos duces interfecit, Euripolum scilicet et ducem Astidum50,

alors que l’on lit dans la chronique castillane :

  • 51  C'est nous qui soulignons.

Estonces hector mouido en desigual yra e furor enlaçado el yelmo su padre el rey ni la reyna ni ninguno no sabiendo ninguna cosa de su yda fue muy prestamente meterse enla batalla. La qual feruia de todas partes e luego en su entrada conel arrebatamiento de su yra e furor mato dos grandes duques de parte delos griegos conuiene a saber el duque polo e el duque astilo los quales eran caualleros de mucho esfuerço en su batallar (fol. 80r)51.

  • 52  Les lecteurs d'alors discutaient de la vaillance d'Hector et d'Achille, préférant – comme le chron (...)

26Hector a les faveurs de l'auteur. Celui-ci modifiera un passage entier de la Hist. pour s'attarder sur son héros au détriment de Priam, père valeureux mais moins que son fils52. Ce ne sera donc plus Priam qui enterrera ses fils mais Hector qui donnera à ses frères une sépulture, ce qui change la focalisation du récit par rapport à la Hist., son modèle pour ces pages :

  • 53  Hist., XXI, p. 171. C'est nous qui soulignons.

Interim rex Priamus naturales filios suos mortuos fecit inter alios fratres eorum honorifice sepeliri, facta eorum semotim cuiuslibet sepultura nimium preciosa53,

  • 54  Nous soulignons.

Durante las treguas hector fizo honorablemente sepultar sus hermanos los bastardos entre los otros sus hermanos que avian fallecido e fizo a cada vno dellos fazer a su parte la sepultura muy preciosa (fol. 78r)54.

27Mais, curieusement, le chevaleresque s'efface une fois pour laisser la place au thème de la légitimité. Dans un passage des SHT, Pâris, qu’Hécube propose comme époux à Hélène, n’a pas le même statut que dans la CT :

  • 55  SHT, LXXXIV, p. 172. C'est nous qui soulignons.

E pues las duennas non byuen bien syn seruidor cauallero querria vos lo dar, mas por quanto vos el prometio de nunca en cosa alguna forçar vuestra voluntad enbiauos dezir que vos plega de aver por vuestro seruidor e vuestro cauallero a Paris, su fijo, ca en el su regno el non vos podria mejor dar55

et

  • 56  C'est nous qui soulignons.
    L'on retrouve la même insistance sur la légitimité lorsque Cassandre se (...)

E pues las duennas no biuen bien sin seruidor cauallero e el querria vos lo dar. Mas por quanto el tiene propuesto en su voluntad de nunca forçar en cosa alguna vuestra voluntad embia vos dezir por mi que vos plega de aver por vuestro seruidor e legitimo marido a paris su fijo que en el su reyno el no vos lo podria mejor dar (fol. 42v)56.

  • 57  « La ambición de fama y el cuidado de mantenerla y dilatarla es afán constante de los caballeros d (...)
  • 58 E ansí lo fallará quien las romanas estorias leyere ; que ovo muchos príncipes romanos que de sus g (...)
  • 59 La terçera cosa es que por cosa porque las gentes puedan tomar sospecha, porque la vuestra fama vos (...)
  • 60  Voir M. R. LIDA DE MALKIEL, La idea de la fama..., op. cit., p. 240-251.
  • 61 Tú, Calïope, me sey favorable,/ dándome alas de don virtuoso ;/ por que discurra por donde non oso, (...)

28Enfin, l'on retrouve dans la CT  l'expression d'une ambition de fama que María Rosa Lida de Malkiel avait autrefois relevée dans les pages d'Amadís de Gaula57. Pour Fernán Pérez de Guzmán, la fama devait récompenser justement celui qui s'était bien conduit58. Auparavant, Juan Manuel avait déjà expliqué que selon lui la fama ne dépendait pas exclusivement du mérite mais aussi du regard des autres59 ; de là, l'importance du travail d'écriture dont l'on trouve trace aussi bien dans la Crónica de Álvaro de Luna60 que dans le Laberinto de Fortuna de Juan de Mena61. La  CT témoigne de la même ambition et le chroniqueur modifiera progressivement ses sources, conformément à son habitude, soit en fonctionnant par petites touches, soit en changeant en profondeur les passages de ses modèles.

29Lorsque, dans les SHT, le roi Lycomède pardonne à Achille d’avoir violé sa fille Déidamie, Ulysse dit à Thétis, la mère du prince grec :

  • 62  SHT, XVIV, p. 184. Nous soulignons.

Sennora, vos bien sabedes que los omnes non han en este mundo otra cosa sy non tan sola mente el nonbre e quando del parte tan poco al non dexa sy non el nonbre. E si vuestro fijo en el monesterio syenpre estouiera62.

30Le chroniqueur de la CT est un peu plus éloquent, sur un nouveau mode binaire :

  • 63  Nous soulignons.

Senora vos sabeys que los omnes no han eneste mundo otra cosa si no la nombradia e quando del parten poco dexan al si no la buena fama. E si vuestro fijo en el monesterio siempre estouiera (fol. 45v)63.

  • 64  Hist., XXII, p. 183. Nous soulignons.
  • 65  Nous soulignons.
  • 66  Hist., XXV, p. 195. C'est nous qui soulignons.
  • 67  C'est nous qui soulignons.

31L’auteur est plus loquace encore ailleurs, sur le mode ternaire cette fois. Il lit chez Guido « Propter quod eo die prelium fuit diuisum, laude belli tocius illius diei regi Priamo totaliter attributa »64, ce qui devient :  « E todo el loor e fama e gloria dela batalla fue dado al muy noble rey priamo por aquel dia (fol. 84 r) »65. De la même façon, quand la Hist. dira « Nam malo meam strennuitatis famam extingui pocius quam personam »66, la CT  affirmera, à nouveau sur le mode binaire : « … mas quiero que muera la fama e gloria de mis obras que no muera mi persona (fol. 90r) »67.

32Ailleurs, les rajouts sont manifestes et comblent un manque. Quand Agamemnon envoie Nestor, Ulysse et Diomède rencontrer Achille pour le convaincre de faire la guerre à leurs côtés, Guido met en avant l’argument qu’Achille ne peut laisser aller les Grecs à une mort certaine :

  • 68  Hist., XXV, p. 194.

Infra uero tempus treugue predicte Agamenon ad Achillem nuncios suos misit, ducem videlicet Nestorem, Vlixem, et Dyomedem, ut Achillem moueant et inducant quod ad bellum cum aliis Grecis ueniat, et suos Grecos sic interimi ab eorum hostibus crudeliter non permittat.  Qui dum ad Achillem ueniunt, eos Achilles in maxima iocunditate recepit68.

33L’auteur de la CT rajoute comme argument supplémentaire dans les bouches des émissaires  d’Agamemnon que les Troyens pourraient tirer un grand prestige de la victoire attendue :

  • 69  C'est nous qui soulignons.

Durante el termino delas treguas agamenon embio a archiles por mensajeros al duque nestor e a ulixes e diomedes a que requieran e amonesten a archiles e lo mueuan aque quiera salir a la batalla e no quiera dexar parescer dura e cruelmente enla batalla los otros griegos de su parte que asi sus enemigos se gloriasen dela muerte e estragos dellos. Los quales como llegaron ala tienda de archiles el los recibe alegremente e fizolos asentar a cerca de si en vno (fol. 89v)69.

34Plus loin, Guido delle Colonne accuse Homère d’être de parti pris lorsqu’il évoque le camp grec : n’est-il pas né grec lui-même ? 

  • 70  Hist., XXVI, p. 204. C'est nous qui soulignons.

Sed o Homere, qui in libris tuis Achillem tot laudibus, tot preconiis extulisti, que probabilis ratio te induxit ut Achillem tantis probitatis titulis exaltasses, ex eo precipue quod dixeris Achillem ipsum in suis uiribus duos Hectores peremisse, ipsum uidelicet et Troilum, fratrem eius fortissimum ? Sane si te induxit Grecorum affeccio, a quibus originem diceris produxisse, verum non motus diceris racione sed pocius ex furore70.

35Le chroniqueur castillan fait le même reproche mais il le reformule en rajoutant qu’en agissant de la sorte, Homère n’a comme but que de glorifier les siens :

  • 71  C'est nous qui soulignons.

Mas omero que en tus libros ensalçaste a archiles en tantos loores e gloria. Qual legitima razon e razonable te mouio alo ensalçar e loar no deuida mente en tanta proeza e fama e mayormente quando dizes que el mesmo archiles mato dos hectores por sus fuerças e fortalezas conuiene asaber el mesmo ector y el muy fuerte troylo su hermano en verdad si te mouio la naturaleza delos griegos cuya fama quesiste alargar. E por esto se dize tu ser mouido en loor de archiles (fol. 94r)71.

36Les enfants de Priam tués à la guerre méritent également leur fama posthume, absente des pages de Guido. Celui-ci écrit :

  • 72  Hist., XXIX, p. 218.

Sed o quam Priamo feliciter successisset, si Greci uellent talem concordiam acceptare ! Licet enim Priamus tante strennuitatis uiros filios amisisset, tanta fuisset dampna perpessus, si talis fuisset acceptata concordia, poterat se, uxorem suam Heccubam, eius filiam Polixenam, suos eciam qui supererant filios naturales, ciuitatem Troye, et eius ciues qui tunc erant perpetue commendare saluti72.

37La CT, comme à son habitude, ne peut s’en contenter :

  • 73  C'est nous qui soulignons.

Mas quanto fuera sano consejo e buena andança al rey priamo si los griegos quisieran aceptar la tal concordia en caso que el rey priamo auia perdido sus fijos los quales fueron caualleros de tanta proeza muy dignos de gloriosa fama e en caso que auia recebido e pasado tantas ansias e dolores e muy grandes dapnos que por la tal concordia pudiera el saluar en salud e paz su persona e su muger la reyna ecuba e su fija policena e sus fijos bastardos los quales auian quedado e su cibdad e sus cibdadanos los que por entonces enella eran moradores (fol. 100v)73.

38La fama et la gloria posthumes des enfants de Priam se retrouvent à d’autres moments. Guido écrit :

  • 74  Hist., XXIX, p. 224-225.

Rex uero Priamus, colloquio dissoluto, suam se secreto recepit in aulam, ubi multas lacrimas pre dolore in nimia anxietate profudit, conferens in corde suo proditorias dolositates Anthenoris et Henee, et quod omnes filios suos amiserat, tanta strennuitate conspicuos, et tanta fuerit dampna perpessus74.

39La chronique castillane adapte le passage en ces termes :

  • 75  Nous soulignons.

El trabajado senor rey priamo desque salio del consejo retraxosea su palacio real avna camara a donde secretamente se bana en muy sensibles lagrimas e con desigual dolor esta pensando e reboluiendo la enganosa traycion e desleal proposito de antenor e de eneas. Considerando eso mesmo aquel mal afortunado principe en como avia perdido todos sus tan gloriosos fijos e de tanta famosa nombradia e de como por el eran pasados tantos e tan desiguales trabajos e males (fol. 103v)75.

  • 76  Hist., XXX, p. 234.
  • 77  Nous soulignons.
  • 78  Hist., XXX, p. 237.
  • 79  Nous soulignons.

40L'on retrouve la même importance de la fama dans des extraits relatifs aux Troyennes. « Thelamonius uero Ayax de templo Minerue Andromacham, quondam uxorem Hectoris, abstrahit et Cassandram et secum ducit utramque »76 devient ainsi « Talamon ajas andando discorriendo enel robo entro enel templo dela minerua enel qual fallo andromaca muger del glorioso hector e a casandra e saco las del templo e leuo las consigo (fol. 107 v) »77.  L’épouse de Priam, Hécube, a droit à un traitement similaire. Guido écrit : « Et nomen quod tunc fuit inpositum ipsi loco propter memoriam Heccube uocatus est locus infestus, quod nomen usque nunc uiget communiter ipsi loco »78. Le chroniqueur castillan, pour sa part, retiendra :  « Entonces fue puesto nombre el lugar infiesto. El qual nombre ala sazon de agora tiene acerca de todos por memoria de tan gloriosa reyna ecuba (fol. 109 r)»79.

41Cependant, tout n’est pas que changements et rajouts. Guido, par exemple, peut être laissé tel quel :

  • 80  Hist., XXX, p. 235. Nous soulignons.

Sed Grecorum responsio fuit illa, vt Troyanis uidelicet Anthenori et Henee principalibus faccionum, seruanda sit fides, per quos Greci facti sunt domini urbis, et omnes opes a ciuitate quesite in publicum ueniant communiter distribuende per omnes, secundum vniuscuiusquestatus, merita et labores80.

42Le même passage est traduit :

  • 81  Nous soulignons.

E la respuesta delos griegos fue esta que alos troyanos conuiene a saber antenor e eneas que fueron principales del fecho sea guardada la fe que por ellos fueron fechos los griegos senores dela cibdad. Otrosi que todas las cosas que fueron tomadas enla cibdad vengan en publico e se destribuyan comunmente ante todos segund el estado e meritos e trabajos de cada vno requiere (fol. 108r)81.

43Le passage sied visiblement au chroniqueur castillan, ce qui n'est pas le cas à un autre moment où, cette fois-ci, le labeur est, visiblement, de trop :

  • 82  Hist., XXXI, p. 237. C'est nous qui soulignons.

Post Troye urbis in tanto suorum ciuium et eorum facultatum discrimine capcionem, nondum Grecis ualentibus a Troya recedere proper nimiam maris et temporis tempestatem, Thelamonius Ayax coram Agamenone et aliis Grecorum principibus contra Ulixem querelam exposuit, dicens quod cum in distribuendis bonis et facultatibus in Troyane ciuitatis capcione quesitis debuerit ea forma seruari ut secundum dignitatem, meritum, et laborem deberet vnicunque prerogatiua seruari…82.

44La CT préférera :

  • 83  C'est nous qui soulignons.

Despues dela destruycion e cayda de troya e tanta gente asi en ella fenescida los griegos no podiendo avn partir de troya por grand fortuna del mar e tempestad del tiempo que avn no cesaua. Talamon ajas se querello de vlixes ante agamenon e ante los otros principes diziendo que todos sabian en como fuera ordenado entre ellos cerca del partir e destribuyr del despojo e saco mano que fue tomado e avido de troya fue se partido e destribuydo a cada vno segund su estado e meritos requeria e cada vno deuiese ser guardada su dignidad e grado… (fol. 109v)83.

45C'est peut-être l'ambition de fama- propre à la CT- de héros vaillants et valeureux au comportement exemplaire qui pousse le chroniqueur à rejeter encore d'autres passages. Ainsi, l’auteur refuse la mélancolie d’Achille lorsque celui-ci fait part de son  intention de prendre part à la guerre. Le rejet est intéressant car la CT alternera les sources. Elle commencera par emprunter aux SHT pour lui supprimer sa fin qui figure, ici, en caractères gras :

  • 84  SHT, CXXXVIII, p. 233. C'est nous qui soulignons.

Otras muchas palabras non de buen contynente pasaron entre Archiles e Palomades, tanto que todos los que ally estauan non quisieron que mas ally estouiesen. E leuantaronse de ally e fueronse todos fablando sobre esta razon vnos de vna manera e otros de otra, pero al fyn todos los mayores acordaron de moryr o acabar lo que començado auian. Pero Archiles les dixo de claro que jamas en aquel fecho por el non serian ayudados. E asy se fueron cada vnos a sus tyendas ; e Archiles fuese a la suya e con grand malynconia echose en su cama e començo a pensar en su fazienda e dixo entre sy : « ¡ Omne de mala ventura, commo so enartado !84.

46Or, le même passage devient :

  • 85  C'est nous qui soulignons.

Otras muchas palabras non de buen continente pasaron entre archiles e palamides. Tanto que todos los que alli estauan no quisieron que mas alli estouiesen e leuantaron se de alli e fueron se todos fablando sobre esta razon vnos de vna manera e otros de otra. Pero ala fin todos los mayores acordaron de morir o acabar lo que escomençado avian. Pero archiles les dixo e les declaro que jamas en aquel fecho por el no serian ayudados. E mando a sus meridiones que de alli adelante no sean osados de tomar armas contra los troyanos ni presuman de ayudar alos griegos (fol. 87v)85.

  • 86  Hist., XXV, p. 189.

47La fin de la version castillane est fidèle à la Hist. : « Quare Achilles iracundia multa motus Myrmidonibus suis mandat ut contra Troyanos amplius arma non eleuent nec Grecispresumant amodo auxilium exhibere »86.

  • 87 Otros uvo de más baxa suerte que escrivieron, que no solamente edificaron sus obras sobre algún cim (...)

48L'on a pu mesurer à leur juste valeur les liens qui unissent la CT et la littérature chevaleresque. La chronique troyenne de 1490 conduit, d’ailleurs, fort logiquement au prologue de l’Amadís de Montalvo, lequel clôt la réflexion de la chronique troyenne- mais aussi de celle de Pedro de Corral- sur l'exemplarité et sur le rapport à l’histoire. Pour Montalvo, il existait un autre type d’histoire, complètement détachée de la réalité et sans une once de vérité, l’histoire fengida. L’auteur de l’Amadís rajoute même que, finalement, ce qui importe n’est pas tant l’authenticité du fait raconté que l’exemplarité87. De ce fait, à la fin du XVème siècle une histoire peut être la narration de faits vrais ou faux : il importe seulement qu’elle soit édifiante. La CT, par la qualité du travail d'écriture de son auteur, en est une parfaite illustration. C'est bien le choix effectué parmi les multiples sources offertes aux écrivains de la fin du XVème siècle qui rend possible ce travail : l'œuvre  de Guido et les SHT se prêtaient bien plus que les vers d'Homère au jeu des modifications chevaleresques.

Haut de page

Notes

1  Dorénavant, nous nommerons l’œuvre CT. La chronique n’a toujours pas fait l’objet d’une édition critique. L’Hispanic Seminary of Medieval Studies en propose une transcription (sur CD-ROM) qui se base sur l’édition de Pampelune de 1499, Madison Corpus of Early Spanish Manuscripts and Printings (dir. John O’NEILL), The Electronic Text and Concordances of The Crónica Troyana, transcription de Dawn PRINCE, Madison et New York, 1999. Ce sera notre transcription de référence. Erin Marisa Rebhan, dans une thèse soutenue en septembre 2006 à la University of California Santa Barbara, intitulée The Editions and Context of the Crónica troyana in Late Medieval and Early Modern Iberia, propose aux lecteurs une transcription de l’édition de 1490 : http://www.ehumanista.ucsb.edu/projects/Monographs.
Pour une vision globale et pertinente du traitement de la matière troyenne avant la CT, l’on consultera Juan CASAS RIGALL : La materia de Troya en las letras romances del siglo XIII hispano, Saint Jacques de Compostelle : Universidade de Santiago de Compostela, 1999. Louise HAYWOOD, pour sa part, s’est penchée sur la Historia troyana polimétrica :The Lyrics of the Historia troyana polimétrica, Londres : Queen Mary and Westfiled College,  1996.

2  Agapito REY et Antonio GARCÍA SOLALINDE : Ensayo de una bibliografía de las leyendas troyanas en la literatura española, Bloomington : Indiana University, 1942, p. 29- 32. Les recherches des deux auteurs, bien que datées, sont encore très utiles.

3  Guido de COLUMNIS : Historia destructionis troiae (édition de Nathaniel Edward Griffin), Cambridge, Massachusetts : The Mediaeval Academy of America, 1936. Dorénavant Hist. L’édition de Griffin peut être complétée par celle de Mary Elizabeth MEEK, Historia destructionis troiae, Bloomington : Indiana University Press, 1974.
Sumas de historia troyana (édition d’Agapito Rey), Madrid : Revista de filología española, anejo 15, 1932. Dorénavant SHT.

4  C’est le cas, par exemple, du chapitre LXXXVII (fol. 86r).

5  Dès le XIIIème siècle, le Libro de Alexandre revenait, partiellement, sur la destruction de Troie. Ecrite en vers et en prose, la Historia troyana polimétrica narrait l’affrontement entre Grecs et Troyens. Alphonse X avait aussi fait intégrer des éléments de matière troyenne dans la General Estoria. De son côté, Alphonse XI avait demandé la traduction, en 1350, du Roman de Troie. Les allusions ponctuelles à l’histoire troyenne ne manquaient pas non plus, telle celle de Juan Manuel dans la Crónica abreviada, dans laquelle le noble castillan abordait la deuxième destruction de Troie (En el seteno capitulo dize que olixas, nieto de olixas, el que fue en el segundo destruymiento de Troya començo a poblar Lisbona e por que non la pudo el acabar mando a vna su fija que dezian Bona que la acabase e ella acabola e tomo del nonbre de su padre e del suyo e pusol nonbre Lisbona, The Electronic Text and Concordances of The Crónica Abreviada, transcription de Reinaldo Ayerbe-Chaux, Madison and New York, 1999, fol. 26v.
Pour le domaine français, voir Conter de Troie et d'Alexandre. Pour Emmanuèle Baumgartner (éd. Laurence HARF-LANCNER, Laurence MATHEY-MAILLE, Michelle SZKILNIK), Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2006.

6  A. REY et A. GARCÍA SOLALINDE, Ensayo…, op. cit., p. 9.

7  Fernando GÓMEZ REDONDO :Historia de la prosa medieval castellana, Madrid : Cátedra, 1998-2007, p. 804.

8  Ibid., tome 4, p. 3962-3963.

9  Tomás GONZÁLEZ ROLÁN, María Francisca DEL BARRIO VEGA, Antonio LÓPEZ FONSECA : Juan de Mena, La « Ilíada » de Homero (Edición crítica de las « Sumas de la Yliada de Omero y del original latino reconstruido, acompañada de un glosario latino- romance), Madrid : Ediciones Clásicas, 1996 ; Guillermo SERES: « La Ilíada y Juan de Mena : de la breve suma a la plenaria interpretación », Nueva Revista de Filología Hispánica, 37, 1989, p. 119-141 ; id. traducción en Italia y España durante el siglo XV. La « Ilíada en romance » y su contexto cultural, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1997. Nous avons consacré une communication au prologue de la traduction de Juan de Mena lors d’une table ronde consacrée à la littérature médiévale, en marge du colloque Le bestiaire de la littérature latino-américaine (Le bestiaire transatlantique) qui s’est tenu à Poitiers du 14 au 16 octobre 2009 : « La présence animale dans la matière troyenne de la fin du Moyen Age : Homère et les historiens castillans du XVème siècle » (à paraître).

10  Assi he dilatado, muy bien aventurado señor, hasta aquí en los loores de Omero a dos fines : por dañar y destruir, si pudiese, los dichos que Guido escrivio en ofensa de Omero, y aún lo más prinçipal, por causar a los lectores nuevo amor y devoçión con las altas obras d’este actor, t. GONZÁLEZ ROLÁN, M. F. DEL BARRIO VEGA, A. LÓPEZ FONSECA Juan de Mena, La « Ilíada » de Homero…, op. cit., p. 108.

11  Le chroniqueur n’est pas le premier. Avant lui, Diego de Valera avait fait de même dans son Origen de Troya y Roma, dans lequel il suit de très près les SHT. Voir Rebeca SANMARTÍN BASTIDA : « El tema troyano en Origen de Troya y Roma de Diego de Valera », Cuadernos de Filología Clásica. Estudios latinos, 14, Servicio de Publicaciones, UCM, Madrid, 1998, p. 167-185. Voir également les pages consacrées à Diego de Valera par Jesús RODRÍGUEZ VELASCO : El debate sobre la caballería en el siglo XV. La tratadística caballeresca castellana en su marco europeo, Junta de Castilla y León, Consejería de Educación y Cultura, 1996.

12  L’Iliade du poète cordouan, d’ailleurs, sera moins lue au XVIème siècle : sa dernière édition date de 1519 alors que, dans le même temps, comme nous l’avons déjà souligné, la CT continuera à être appréciée (voir A. REY, Ensayo de una bibliografía…, op. cit., p. 40-42).

13 Durante la segunda mitad del siglo xv el imaginario caballeresco de la aristocracia castellana atravesó un gozoso período de esplendor que se plasmaría a través de actitudes y comportamientos. Fueron numerosas las justas celebradas a lo largo de la primera mitad de esta centuria, como testimonian crónicas, poemas o textos como El Victorial, gracias a los cuales confirmamos el despligue de un ethos y de una iconología ostentosa que se prolongará a lo largo de las décadas posteriores. Parece oportuno recordar de forma metonímica la colección que albergaba la biblioteca de la reina Isabel, en donde convivían escritos religiosos con ficciones artúricas, piezas doctrinales con obras de la materia troyana, que muy probablemente esbozan una concreta acepción de su pensamiento social y político mediante la revisión de unos modelos ejemplares. Desde este enfoque, la refundición de Garci Rodríguez de Montalvo adquiere una nueva significación en esa amplia gama de comuniones (de las personales a las literarias) que permite vislumbrar un nivel de interpretación del Amadís de Gaula estrechamente vinculado a la ideología difundida por los Reyes Católicos, que se filtra "no sólo en tratados teóricos, no sólo en las crónicas, sino también y de manera muy reveladora en la literatura en el sentido más estricto – la poesía, la ficción en prosa". […] De acuerdo con los inventarios de 1503 de la colección isabelina comentados por Sánchez Cantón, la reina disponía de volúmenes con los textos latinos y traducciones de las Décadas de Tito Livio y de Salustio, la Caída de príncipes boccacciana, la Crónica troyana, la Ystoria de Lancarote, el Merlín, la Demanda del Santo Grial, un Gobernamiento de príncipes (de santo Tomás de Aquino o de Egidio Romano) y el De re militari de Vegecio, Rafael MÉRIDA JIMÉNEZ : « Las historias fingidas de Rodríguez de Montalvo », Thesaurus, 54, 1, 1999, p. 180-217, p. 184-185 et p. 204.

14  Pâris doit être assassiné peu après sa naissance mais son bourreau, vaincu par le sourire du nourrisson, s’y refuse : Mas dize Virgilio que el escudero leuando el niño como por la reyna era mandado matar. E estando alli donde lo avia de matar e echando mano al cuchillo para lo degollar que el niño se rio con vna cara tan alegre que no avia hombre que no tomara del manzilla. E quando el escudero aquello vio fue mal espantado. Ca la natura no otorga a ninguna criatura reyr antes delos quarenta dias e dixo asi. Pues la natura tanto obro en ti e a mi demandaran los dioses aqueste pecado. E tomo el nino e dexolo en vna mata alli en el monte. E llamauase aquella montaña de austra e era del rey tantalo, CT, fol. 27 v.

15  Eris, déesse de la discorde, mécontente de n’avoir pas été invitée aux noces de Pélée et de Thétis, jette à ces derniers une pomme d’or, pomme de la discorde, que l’on doit offrir à la plus belle déesse. Héra, Athéna et Aphrodite prétendent être dignes de ce titre et il revient à Pâris de choisir la plus belle d’entre toutes. Le choix du jeune homme se porte sur Aphrodite, qui lui promet l’amour d’Hélène en retour, symbole futur de la mort du prince et de la destruction du royaume de Troie.

16  « (Priamo) tenia los sueños por cosa vana e no de alguna firmeza e entendio que lo avia errado e que dios escapara aquel infante por su bien », CT, fol. 29 v.

17  SHT, LXV, p. 156. C’est nous qui soulignons.

18  C’est nous qui soulignons.

19  C’est A. REY, dans son édition des SHT, qui l’écrit : La Ilíada, II, 340-80 dice que Paris era invitado en casa de Menelao cuando robó a Elena. (Rey cite le passage de la CT en question) Esto de la Bretaña es una adición caprichosa del compilador de la CT, SHT, note 75, p. 374.

20 Hist., VI, p. 61. Nous soulignons.

21  Nous soulignons.

22  Aucun des manuscrits, aucune édition de la Hist. ne témoignent d’un tel changement.

23  Benoît écrit : « L’autr’ier, es calendes de mai,/ Chacoë en Inde la Menor/ Un cerf, ço m’est vis correor… », Roman de Troie (éd. Léopold Constans), Paris : Librairie Firmin Didot et Cie, 1904, vers 3860-3862. Pedro de Chinchilla, quant à lui, parle de Mayor India : Munchos días aún non son passados como yo en la Mayor India de vuestro mandado estoviese. El sol celebrante el estival tienpo faziendo su curso en el comienço de cáncer, en día de viernes, por cabsa de caçar me plogo ir a los montes…, Libro de la Historia Troyana (éd. María Dolores PelÁez BenÍtez), Madrid : Editorial Complutense, 1999, p. 172. C’est nous qui soulignons.

24  Hist., XIII, p. 118. Nous soulignons.

25  Nous soulignons.

26  Pedro de CORRAL : Crónica del rey don Rodrigo (Crónica sarracina), édition de James Donald Fogelquist, Madrid : Castalia, 2001, 2 t.
L’on se reportera aux pages que Sylvia Roubaud a consacrées à la chronique de Corral dans Le roman de chevalerie en Espagne entre Arthur et don Quichotte, Paris : Honoré Champion, 2000. L’on consultera également, avec profit, les deux études qu’avait écrites Madeleine Pardo sur la Crónica sarracina, relues par leur auteur et publiées dans L’historien et ses personnages. Etudes sur l’historiographie espagnole médiévale, Paris : ENS éditions, 2006.

27  Sur les histoires relatives à Rodrigue, voir Georges MARTIN: « Un récit (la chute du royaume wisigothique d’Espagne dans l’historiographie chrétienne des VIIIème et IXème siècles », Histoires de l’Espagne médiévale (historiographie, geste, romancero), Paris : Klincksieck, 1997, annexes des cahiers de linguistique hispanique médiévale n°11, p. 11-42.

28  La pique est bien célèbre : La primera, porque algunos que se entremeten de escrivir e notar las antigüedades son onbres de poca vergüeña e más les plaze relatar cosas estrañas e maravillosas que verdaderas e çiertas, creyendo que non será avida por notable la estoria que non contare cosas muy grandes e graves de crer, ansí que sean más dignas de maravilla que de fe, como en otros nuestros tienpos fizo un liviano e presuntuoso onbre, llamado Pedro de Corral en una que se llamó Corónica Sarrazina, otros la llamavan del Rey Rodrigo, que más propiamente se puede llamar trufa o mentira paladina, por lo qual si al presente tienpo se platicase en Castilla aquel muy notable e útil ofiçio que en el tienpo antiguo que Roma usava de grant poliçía e çivilidad, el qual se llamava çensoria, que avía poder de esaminar e corregir las costunbres de los çibdadanos, él fuera bien digno de áspero castigo, Generaciones y semblanzas, Madrid : Cátedra, 1998, p. 60-61.

29  L’on retrouvera, dans les quatre tomes de la Historia…, op. cit. de F. GÓMEZ REDONDO, de fines analyses relatives à l’évolution du genre chronistique depuis la mise en place du modèle alphonsin.

30  La dimension littéraire des chroniques de Pero López de Ayala, écrite pourtant un siècle avant la CT, n’est pas à oublier : voir F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa…, op. cit., tome 2, p. 1800-1803 et notre thèse de doctorat L’écriture de l’histoire dans les chroniques de Pierre Ier de Castille et de Pierre IV d’Aragon, Lille : Atelier National de Reproduction des thèses, 2004, 530 pages. Cependant, la CT est bien plus proche de la Crónica Sarracina de Corral ou de la Batalla campal de los perros contra los lobos d’Alfonso de Palencia (Dos tratados de Alfonso de Palencia, édition de Antonio María FABIÉ, Madrid : Librería de los Bibliófilos, 1876) que des chroniques d’Ayala. L’on peut reprendre, pour le compte de la CS et de la CT, les conclusions de M. Pardo à propos de la Batalla… : « Sur le mode mi-sérieux mi-burlesque, elle (la Batalla…) constituerait, non seulement un échantillon de procédés et de recettes, mais une véritable mise en forme de l’art de la narration historique : habileté dans l’agencement des faits, mise en relation des effets et des causes, analyse des mobiles, études des caractères, maîtrise des différents genres de discours ; Georges de Trébizonde n’y trouverait rien à redire » (M. PARDO, « La Batalla campal de los perros contra los lobos », L’historien..., op. cit., p. 237-259, citation de la p. 243).
Il y a là une convergence de vues dans cette série de discours historiques de la deuxième moitié du XVème siècle qui mène ceux-ci vers la fiction, tout en conservant un cadre rattaché à l’histoire. Fernando del Pulgar, l’autre grand historien de la fin du XVème siècle, réclame justement de la variété pour mieux servir le propos : Reprehendéseme asimismo de aluardan porque escriuo algunas veces cosas jocosas ; y ciertamente, señor encubierto, vos decís verdad ; pero yo vi aquellos nobles y magníficos varones marqués de Santillana don Iñigo Lopes de Mendoça, e don Diego Hurtado de Mendoça, su fijo, duque del Infantadgo, e a Fernand Peres de Guzmán, señor de Batres, y a otros notables varones escreuir mensajeras de mucha dotrina, interponiendo en ellas algunas cosas de burlas que dauan sal a las veras, Letras, Glosa a las coplas de Mingo Revulgo, Madrid : Espasa Calpe, 1958, p. 88.
L’auditoire du XVème siècle avait manifestement pris goût aux artifices littéraires – le sel dont parlait Fernando del Pulgar : encore fallait-il ne pas trop en abuser.

31  Cet attachement à l'espace arthurien s'accompagne peut-être également d'une référence- – voire même d'un clin d'œil – à un personnage emblématique de la petite Bretagne, Tristan. C'est, d'ailleurs, chez l'imprimeur de la CT, Juan de Burgos, que sortira en 1501, Tristán de Leonís, connue des lecteurs du XVème siècle par des versions castillane, aragonaise et catalane, notamment par le biais du Cuento de Tristán de Leonís du XIVème siècle (F. GÓMEZ REDONDO, Historia de la prosa..., op. cit., tome 2, p. 1505-1511). Or, l'auteur du Cuento…, raconte que Tristan est contraint de fuir la cour car, tout comme Pâris, sa présence est dangereuse ; il échoue alors en petite Bretagne (The Electronic Text and Concordances of The Cuento de Tristán de Leonís, transcription de Ivy CORFIS, Madison et New York, 1999, chapitres XXXVIII-XLII). Tristan et Pâris ont aussi en commun leur passion amoureuse – fatale, destructrice – qui les pousse à enlever les dames qui ont les faveurs de leur cœur à l’affection de leurs futur ou actuel époux. Le chroniqueur de la CT prendrait peut-être comme lointain modèle de Pâris le personnage de Tristan. L’on sait d'ailleurs que l’auteur du Tristán… de 1501 s’est largement inspiré du portrait d’Hélène proposé par la CT pour écrire celui d’Iseut (Harvey L. SHARRER, « Juan de Burgos: impresor y refundidor de libros caballerescos », María Luisa LÓpez-Vidriero-Pedro María CÁtedra (éd.), El libro antiguo español. Actas del I Coloquio Internacional, Salamanca : Ediciones de la Universidad de Salamanca-Madrid : Biblioteca Nacional, Sociedad española de historia del libro, 1993, p. 363-369. Nous n'irons pas jusqu'à affirmer, comme H. Sharrer, que l'auteur de la CT n'est autre que l'imprimeur Juan de Burgos. Tout au plus, nous bornerons nous à souligner les modifications « de goût »). Or, il semblerait tout à fait normal que ces échos du Tristán… que l'on entrevoit chez les deux femmes se retrouvent dans la paire formée par Pâris et Tristan : il y aurait ainsi une symétrie entre Pâris/ Tristan et Hélène/ Iseut. Sur Tristán de Leonís, l’on se reportera au livre María Luzdivina CUESTA TORRE, Estudio literario de « Tristán de Leonís », León : Universidad de León, 1994.

32 Hist., XIV, p. 123. C'est nous qui soulignons.

33  Nous soulignons.

34  Hist., XIV, p. 123, note 136.

35  Hist., XXXII, p. 252. Nous soulignons.

36  Id., note 4. Nous soulignons.

37  Nous soulignons.

38  Hist., X, p. 90-91. Les notes 1 et 2 de la p. 91 sont relatives à l'édition de Strasbourg. Nous soulignons.

39 Ibid., XV, p. 136. Nous soulignons.

40  Nous soulignons.

41  Nous soulignons.

42 Hist., XV, p. 145.

43  Cette adjectivation sera conforme aux vertus que doit posséder tout chevalier, énoncées par Alphonse X : « cordura e fortaleza e mesura e justiçia », Siete Partidas, Segunda Partida, XXI, loi IV, The Electronic Text ans Concordances of The Siete Partidas, transcription de Ivy CORFIS, Madison et New York, 1999, fol. 115v.

44 Hist., XV, p. 131.

45  C'est nous qui soulignons.

46 Hist., XX, p. 168.

47  C'est nous qui soulignons.

48 Hist., XX, p. 169.

49  C'est nous qui soulignons.

50 Hist., XXII, p. 174.

51  C'est nous qui soulignons.

52  Les lecteurs d'alors discutaient de la vaillance d'Hector et d'Achille, préférant – comme le chroniqueur – le premier au second. Pour mémoire, citons ces vers d'Alfonso Álvarez de Villasandino : Señores amigos, sabet que Archiles/ fue buen cavallero de alto valor,/ sotil, avisado entre los gentiles,/ franco, fermoso, ardit, sabidor ;/ mas quanto don Ector, león bramador, por éste concuerdan todas escripturas : / dizen e afirman en todas figuras/ que entre los buenos le llaman mejor, Cancionero de Juan Alfonso de Baena (édition de Brian Dutton), Madrid : Visar Libros, 1993, p. 125.

53  Hist., XXI, p. 171. C'est nous qui soulignons.

54  Nous soulignons.

55  SHT, LXXXIV, p. 172. C'est nous qui soulignons.

56  C'est nous qui soulignons.
L'on retrouve la même insistance sur la légitimité lorsque Cassandre se plaint des malheurs que l’union de Pâris et d’Hélène provoquera forcément et qui réclame que l’on rende la captive à Ménélas : Ha gens ceca et dire mortis ignara, cur in uiolenta manu ab iniusto viro non euellitis Helenam, et eam non acceleratis restitui iusto viro antequam durus ensis acceleret et gladius acutus vestro deferueat in cruore ? (Hist., VII, p. 79, nous soulignons) qui devient : O gente ciega que no vedes ni conoscedes la cruel muerte que vos es por venir. Por que no fazeys por qualquier via que sea o siquiera por fuerça que elena sea quitada e partida de paris su no deuido e injusto marido e no trabaxedes con quanta quexa e presa podays a que sea restituyda al su justo e legitimo marido antes que la cruel espada se esfuerce en vengança e estrago e final destruycion de todos vosotros (CT, fol. 43r., nous soulignons). A propos d'amour, l'on remarquera que le chroniqueur se refuse à employer certains mots. Si l’on lisait, dans les SHT, que Didon disait à Enée : E avn sy por aventura non te tienes por bien casado comigo e fallas yo non ser digna ser dicha tu muger tenme por barragana o en qualquier nonbre que a ty bien visto fuere (SHT, CCV, p. 308, nous soulignons), l’on trouvera, dans la CT : E avn si por aventura no te tienes por bien casado comigo e hallas yo no ser digna de ser llamada tu muger ten me dela forma que tu querras o en qualquier nombre que a ti bien visto fuere (CT, fol. 127r., nous soulignons). Cette insistance permanente sur la légitimité sera l'occasion d'un prochain travail.

57  « La ambición de fama y el cuidado de mantenerla y dilatarla es afán constante de los caballeros del Amadís », La idea de la fama en la Edad Media castellana », Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1983, p. 261. L'on peut reprendre pour le compte de la CT ce que Lida de Malkiel écrit peu après : « No falta en el Amadís la consideración de la gloria literaria o, más exactamente, del reflejo de la gloria del caballero en los libros », ibid., p. 263.

58 E ansí lo fallará quien las romanas estorias leyere ; que ovo muchos príncipes romanos que de sus grandes e notables fechos non demandaron premio nin galardón de riquezas, salvo el renonbre o título de aquella provinçia que vençían e conquistavan, así como tres Cipiones e dos Metelos e otros muchos. Pues tales como éstos, que non querían sinon fama, la qual se conserva e guarda en las letras, si estas letras son mintrosas e falsas, ¿ qué aprovechó a aquellos nobles e valientes onbres todo su trabajo ?, pues quedaron frustrados e vazíos de su buen deseo e privados del fruto de sus mereçimientos, que es fama, Generaciones y semblanzas, Madrid : Cátedra, 1998, p. 61-62.

59 La terçera cosa es que por cosa porque las gentes puedan tomar sospecha, porque la vuestra fama vos sea guardada commo deve, ca muchas vezes faze omne buenas obras e por algunas malas semejanças que faze, las gentes toman tal sospecha, que enpeeçe poco menos paral mundo e paral dicho de las gentes commo si fiziese la mala obra, Libro de los enxiemplos del conde Lucanor e de Patronio, Madrid : Cátedra, 1996, exemplo XLVI, p. 275.

60  Voir M. R. LIDA DE MALKIEL, La idea de la fama..., op. cit., p. 240-251.

61 Tú, Calïope, me sey favorable,/ dándome alas de don virtuoso ;/ por que discurra por donde non oso,/ combida mi lengua con algo que fable ;/ levante la Fama su boz inefable/ por que los fechos que son al presente/ vayan de gentes sabidos en gente :/ olvido non prive lo qu'es memorable, Laberinto de Fortuna, Barcelone : Crítica, 1994, copla 3, p. 66.

62  SHT, XVIV, p. 184. Nous soulignons.

63  Nous soulignons.

64  Hist., XXII, p. 183. Nous soulignons.

65  Nous soulignons.

66  Hist., XXV, p. 195. C'est nous qui soulignons.

67  C'est nous qui soulignons.

68  Hist., XXV, p. 194.

69  C'est nous qui soulignons.

70  Hist., XXVI, p. 204. C'est nous qui soulignons.

71  C'est nous qui soulignons.

72  Hist., XXIX, p. 218.

73  C'est nous qui soulignons.

74  Hist., XXIX, p. 224-225.

75  Nous soulignons.

76  Hist., XXX, p. 234.

77  Nous soulignons.

78  Hist., XXX, p. 237.

79  Nous soulignons.

80  Hist., XXX, p. 235. Nous soulignons.

81  Nous soulignons.

82  Hist., XXXI, p. 237. C'est nous qui soulignons.

83  C'est nous qui soulignons.

84  SHT, CXXXVIII, p. 233. C'est nous qui soulignons.

85  C'est nous qui soulignons.

86  Hist., XXV, p. 189.

87 Otros uvo de más baxa suerte que escrivieron, que no solamente edificaron sus obras sobre algún cimiento de verdad, mas ni sobre el rastro della. Estos son los que compusieron las historias fengidas en que se hallan las cosas admirables fuera de la orden de natura, que más por nombre de patrañas que de crónicas con mucha razón deven ser tenidas y llamadas. Pues veamos agora si las afruentas de las armas que acaescen son semejantes a aquella que cuasi cada día vemos y passamos, y ahun por la mayor parte desviadas de la virtud y buena conciencia, y aquellas que muy estrañas y graves nos parescen sepamos ser compuestas y fengidas, ¿ qué tomaremos de las unas y otras, que algún fruto provechoso nos acarreen ? Por cierto, a mi ver, otra cosa no salvo los buenos enxemplos y doctrinas que más a la salvación nuestra se allegaren, porque seyendo permitido de ser imprimida en nuestros coraçones la gracia del muy alto Señor para a ellas nos llegar, tomemos por alas con que nuestras ánimas suban a la alteza de la gloria para donde fueron criadas, Amadís de Gaula, (éd. Juan Manuel Cacho Blecua), Madrid : Cátedra, 2004, 2 t., p. 223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Alchalabi, « Adaptation et réélaboration des sources dans la Crónica Troyana anonyme de 1490 », e-Spania [En ligne], 10 | décembre 2010, mis en ligne le 09 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/20116 ; DOI : 10.4000/e-spania.20116

Haut de page

Auteur

Frédéric Alchalabi

CLEA (SEMH Sorbonne, EA 4083)
AILP (CNRS, GDRE 671)
Université de Nantes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org