Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro 9 de la revue e-Spania réunit, sous l’égide d’AILP (GDRE 671 du CNRS) et du SEMH-Sorbonne (CLEA, EA 4083), un ensemble d’études portant sur le Liber regum (ou Libro de las generaciones y linajes de los reyes). Ces articles constituent la version remaniée et expertisée de communications présentées lors d’un colloque qui s’est tenu en Sorbonne les 4 et 5 décembre 2009 sous le titre Historiographie royale léonaise, castillane et navarraise du XIIe siècle. 2 : le Liber regum. Coordonnée par Jean-Pierre JARDIN (Université Sorbonne-Nouvelle) et Georges MARTIN (Université Paris-Sorbonne), cette rencontre avait bénéficié du soutien du LECEMO (EA 3979), de CLEA (EA 4083), d’AILP (GDRE 671) et de l’École doctorale IV de l’Université Paris-Sorbonne.

2Comme son titre l’indique, le colloque relevait d’un programme de recherche à moyen terme portant sur l’historiographie royale hispanique du XIIe siècle. Ce programme en prolongeait un autre consacré, au long des années 2000-2006, aux chroniques latines de la première moitié du XIIIe siècle : Chronicon mundi, Chronica regum Castellae, Historia de rebus Hispaniae. Dans ce cadre, l’étude du Liber regum en 2009 faisait suite à celle de la Chronica naiarensis en 2008 et annonçait l’examen de l’Historia silensis, prévu pour 2011.

3Par ses originalités comme par sa fortune, le Liber regum fascine le chercheur. En dépit du titre trompeur dont l’affuble depuis le XVIIIe siècle la critique, l’œuvre, composée au tournant des XIIe et XIIIe siècles, constitue la première production en langue vernaculaire de l’historiographie royale d’Espagne et, avec la Chanson de Mon Cid, l’un des deux premiers spécimens d’une littérature romane hispanique. Au moment où se constituait, en León comme en Castille, une historiographie densément narrative dont naîtraient les grandes chroniques du XIIIe siècle, c’est l’armature dépouillée de ses généalogies royales que le Liber met en avant. Enfin, niant toute continuité royale néo-wisigothique, effaçant l’existence du royaume de León, reculant au contraire celle de la Castille jusqu’à la restauration pélagienne, enracinant les dynasties royales castillane et navarraise dans deux juges élus, l’œuvre heurte de front ce qu’était alors la culture historique.

4Or, en dépit de ces criants paradoxes et surgissant comme en marge d’une historiographie royale dont les canons s’affirmaient de façon constante et linéaire, l’œuvre connut un immense succès. Source de l’Historia de rebus Hispaniae (1243) et de l’Estoire d’Espagne d’Alphonse X le Sage (c. 1270), le Liber regum fut instrumentalisé par le Poème de Ferrand Gonzalez (c. 1260) pour placer la Castille à l’origine des royautés d’Espagne, avant de servir, au XIVe siècle, l’éclosion des nobiliaires portugais puis de charpenter les sommes de chroniques produites par la noblesse castillane. Le très savant Juan de Mena, composant en 1444 son Laberinto de Fortuna, faisait encore du Liber l’une de ses principales sources historiques. Effaçant les bâtardises et célébrant l’élection, l’œuvre limait certes les aspérités dynastiques et accompagnait l’éclosion de puissances nouvelles. Mais la simplicité d’une construction toujours ouverte, l’efficacité assertive du récit, le martèlement d’une syntaxe simple qui favorisait la mémorisation furent autant de traits formels qui contribuèrent aussi à hisser le Liber au rang de modèle.

5La critique, pourtant, ne s’est guère montrée souriante à son endroit. La dernière édition du Liber regum villarensis, la plus ancienne des versions conservées de l’œuvre, date de 1960, et du Liber regum toletanus, son premier remaniement connu, il n’est toujours que l’impression incomplète préparée par le père Flórez au début des années 1760. Quant à l’étude de l’œuvre, elle a toujours été menée dans le mouvement de recherches dont elle ne faisait pas le principal objet. La tradition textuelle du Liber, sa datation, son premier état de langue, les enjeux politiques qui le sous-tendent, leur assomption textuelle, le titre même de l’œuvre et, au-delà, son influence soulèvent encore bien des questions. Sur tous ces thèmes, au terme du colloque en Sorbonne de décembre 2009 puis d’un atelier d’expertise qui rassembla en mars 2010, à Saragosse, plusieurs contributeurs espagnols et français autour du Codex villarensis, les auteurs qui s’expriment dans ce numéro d’e-Spania ont tenté d’apporter des éléments de réponse ou d’affiner la pertinence des interrogations. Une édition numérique s’annonce, qui verra le jour en 2011, dans la collection « Sources » des Livres d’e-Spania, structure d’édition née de notre revue et dont nous avons le bonheur de saluer ici la naissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Martin, « Avant-propos », e-Spania [En ligne], 9 | juin 2010, mis en ligne le 14 juin 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://e-spania.revues.org/19832

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org