Navigation – Plan du site
Le Liber regum (ou Libro de las generaciones y linajes de los reyes)

Le concept de « tierra » espagnole et le néo-wisigothisme dans le Liber regum

Gaël LE MORVAN

Résumés

Alors que les chroniques chrétiennes du Nord péninsulaire développent le mythe néo-wisigothique afin de légitimer le pouvoir des rois castillano-léonais et la reconquête contre les Maures, défendant ainsi une continuité ethnique et dynastique entre les Wisigoths, les Léonais et les Castillans, le Liber regum s’éloigne de cette idéologie proprement léonaise et assoit le pouvoir de la dynastie du Restaurateur navarrais García Ramírez sur une continuité de la terre et de la gent qui l’occupe. À partir de l’étude du concept de terre, le sens politique du Liber regum semble défendre les restaurateurs, et la terre navarraise se fait ainsi le creuset du territoire hispanique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Liber regum villarensis est consultable à la Bibliothèque universitaire de Saragosse (ms. 225). (...)
  • 2  Manuel SERRANO Y SANZ, « Cronicón Villarense… », date le LR entre 1194 y 1211, période que Diego C (...)
  • 3  Cf. Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, en particulier p. 27-82 et 111-153.
  • 4  Je citerai seulement ici cet exemple célèbre, extrait de la Chronique d’Alphonse III-Rotense et Ov (...)
  • 5 LR, p. 32: « Quando fo perdido el rei Rodrigo, conquerieron moros toda la tierra tro a en Portugal (...)
  • 6  Miguel-Ángel LADERO QUESADA, « Neogoticismus », in : Lexicon des Mittelalters 6, München et Zürich (...)

1Le Liber regum1 est ce livre généalogique navarro-aragonais composé sous le règne de Sanche VII de Navarre entre 1194 et 12342 qui fonde la légende des Juges de Castille3 mais semble se poser en rupture par rapport à l’idéologie développée par les chroniques composées dans les royaumes chrétiens du Nord péninsulaire. En effet, alors que la Chronique de 754, les Chroniques dites d’Alphonse III, l’Historia silensis et la Chronica naiarensis4 présentent respectivement le royaume asturo-léonais et son fondateur Pélage, puis le royaume de Castille, comme les successeurs légitimes et les restaurateurs du royaume wisigothique de Tolède, le Liber regum ne dit rien de l’ethnie à laquelle appartient Pélage et n’affirme nullement la restauration de l’ordo Gothorum par quelques rois asturo-léonais. Le Liber regum apparaît donc comme la première expression historiographique qui rompt avec la continuité wisigothique. En effet, le premier roi des Asturies est simplement élu par les « hientes de la tierra » et son appartenance ethnique importe peu. Par ailleurs, sous Rodrigue, dernier roi des Wisigoths bien que présenté comme « espagnol », ce n’est pas le royaume qui s’effondre avec l’invasion maure de 711 mais c’est le roi qui est perdu. Apparemment, avec Pélage, apparaît une nouvelle royauté, dissociée de la royauté wisigothique ; la rupture ethnique et dynastique entre ces deux rois est établie5. Le néo-wisigothisme, cette représentation historico-mythologique « selon laquelle les royaumes asturo-léonais puis castillano-léonais doivent être considérés comme les successeurs légitimes du royaume wisigothique »6, est ici absent.

2Cependant, deux instants du récit invitent à regarder de plus près cette apparente rupture politique entre les royaumes de Tolède et des Asturies. Ces deux moments permettront de percevoir le sens profond du Liber. Premièrement, une fois achevée la généalogie du Christ qui ouvre le Liber regum et avant d’établir la généalogie des rois de Perse et des empereurs romains, les chroniqueurs exposent un plan et anticipent ainsi leur propos :

  • 7 LR, p. 26.

E pues faularemos de los godos como uinieron en Espanna e como la conquirieron, e del rei Bamba e del rei Rodrigo e e del comte don Julian, e como se perdie la tierra e pues como se recobro7.

  • 8 LR, p. 28.
  • 9 LR, p. 30 et 31.

3L’idée devenue classique d’une restauration, d’un recouvrement de la terre, affleure ici – j’y reviendrai, mais notons dès à présent que ce ne sont pas les Wisigoths qui restaurent mais que c’est la « terre », assimilée ici à l’Espagne, qui est perdue puis recouvrée. Il n’y a là aucune référence ethnique. Notons également que cette « Espagne » – terme qui apparaît toujours au singulier dans le Liber regum – fait d’ailleurs systématiquement référence à une entité territoriale unique, qui passe de la domination romaine – « et estonz conquerieron Espanna los romanos »8 – à la domination wisigothique – « en esta sazon foron ia los godos entrados en Espanna » et « en esta sazon que regnaua Eraclius en Roma, era Sant Ysidre arcebispe en Seuilia, qui escriuie estas estorias & otras muitas, et en esta sazon andauan los godos en Espanna »9 –, une entité territoriale unique où demeurent des « gens de la terre ». Il n’y a ici aucune occurrence, pourtant classique, du terme « las Españas ». Le peuple est ici infra-évalué par rapport à la terre qui devient la matrice du sens de l’œuvre.

4Le deuxième moment qui permet de revoir cette étonnante absence de néo-wisigothisme est la conclusion apportée par les historiographes lorsqu’ils achèvent, non pas l’histoire de la terre d’Espagne, mais la généalogie des rois de Castille :

  • 10  LR, p. 35.

Tro aqui auemos comtado de los reies de Castiella del tiempo del rei Rodrigo e del comte don Iulian en aca tro al rei don Alfonso10.

L’enchaînement spatio-temporel que suppose cette phrase est surprenant : de Rodrigue, roi des Wisigoths, à Alphonse VIII, roi de Castille (1158–1214). Le temps des Wisigoths se clôt avec Rodrigue mais le territoire perdure et, ici, les auteurs conçoivent que la Castille existait déjà du temps du dernier roi des Wisigoths. Une certaine continuité territoriale apparaît donc malgré tout, une continuité tout du moins dans ce royaume de Castille.

5Ainsi apparaît-il opportun de considérer comment le Liber regum peut à la fois évincer l’idéologie néo-wisigothique omniprésente de l’historiographie chrétienne médiévale et intimement liée au principe de reconquête et prétendre à une certaine continuité territoriale. Comment le Liber regum légitime-t-il la domination du territoire par les rois chrétiens ? Quel pourrait être le sens politique profond de cet ouvrage? Au-delà de la rupture ethnique et dynastique, c’est le territoire, l’espace politique hispanique et la population qui l’occupe qui me semblent être l’enjeu du Liber regum.

La royauté wisigothique dans le Liber regum : la terre et la gent11

  • 11  Ce terme de « gent », que le Trésor de la Langue Française définit comme « nation, peuple », est c (...)

6Le néo-wisigothisme est ainsi absent malgré une certaine continuité revendiquée. Afin de préciser ce propos, il convient en premier lieu de s’intéresser aux quelques rois wisigoths décrits par le Liber regum et aux prémices de la royauté pélagienne. En effet, quelle continuité existerait, si ce n’est celle qui suppose une restauration de la réalité antérieure présentée par le texte lui-même ? À ce propos, la domination wisigothique sur le territoire hispanique apparaît ici de façon déconcertante. L’annonce de plan précédemment citée n’annonce que les règnes de Wamba et de Rodrigue. Ceux-ci ne sont pas explicitement présentés comme des Wisigoths puisque les chroniqueurs, par une série d’appositions, les placent dans la chaîne des rois qui furent seigneurs d’un territoire ou le conquirent :

  • 12  LR, p. 26.

Agora faularemos de los reies paganos qui foron sennores de Persia, e de los reies e de los emperadores qui foron senores de Roma tro al tiempo de Ihesu Crist ; e pues faularemos de los godos como uinieron en Espanna e como la conquirieron, e del rei Bamba e del rei Rodrigo e e del comte don Julian, e como se perdie la tierra e pues como se recobro. E pues faularemos de los reies e de los sennores qui foron en Castiella tro al emperador e tro al rei don Alfonso. E pues faularemos de los reies de Nauarra e del rei Sanch Auarcha tro al rei don Sancho. E pues diremos de los reies de Aragon, del rei don Remiro, que matoron en Gradus, tro al rei don Pedro, el sobrino del emperador12.

7Les règnes de Wamba et de Rodrigue sont donc consécutifs à la conquête de l’Espagne par les Wisigoths – « e pues… » –, mais l’appartenance ethnique de ces rois n’est nullement précisée. De plus, ce projet d’écriture pose l’« Espagne » comme un équivalent lexical de la « tierra », elle-même considérée comme le territoire dominé un temps par les Wisigoths puis perdu et recouvré. Cependant, dans un premier temps, ce projet dissocie cet espace des royaumes de Castille, de Navarre et d’Aragon. Ce plan annoncé sépare l’évocation du processus de reconquête territoriale de l’histoire de ces royaumes alors que l’idéologie développée par l’historiographie antérieure et contemporaine à la rédaction du Liber associait ces royaumes audit processus.

  • 13  Les derniers rois wisigoths furent Réceswinthe (653-672), Wamba (672-680), Ervige (680-687), Egica (...)

8Puis, après avoir présenté les rois de Jérusalem et de Perse et les empereurs romains, le Liber regum s’inspire de la Chronique de saint Isidore de Séville et des Chroniques dites d’Alphonse III et résume la domination des Wisigoths sur l’Espagne. Les chroniqueurs ne rapportent que les règnes de cinq des derniers rois wisigoths ; ils ramènent en effet aux seuls règnes de Réceswinthe, Wamba, Egica, Witiza et Rodrigue13 l’ensemble de la domination wisigothique sur le territoire hispanique. Dans la chaîne des rois présentés, le règne d’Ervige est passé sous silence. Ainsi, le premier roi présenté comme initiateur de la monarchie wisigothique espagnole est Réceswinthe :

  • 14  LR, p. 31.

Quando foron los godos entrados en Espanna, leuantaron rei de lor lignage et est rei ouo nomne el rei Cindus, e fo christiano14.

  • 15  Le IVConcile de Tolède (633), présidé par saint Isidore de Séville, en présence de l’évêque Sise (...)
  • 16  Ervige avait marié sa fille Cixilona à Egica.
  • 17  Ervige est en réalité le fils d’Ardabaste et l’arrière petit-fils de Léovigilde.

Le Liber regum est alors ici bien loin de la rigueur historique que suppose le genre annalitique puisque les Wisigoths envahirent l’Espagne au Ve siècle et non en 653, date à laquelle Réceswinthe arrive sur le trône. Quoi qu’il en soit, ce roi est élu par le peuple des Wisigoths, tel que le réclament les conciles wisigothiques de Tolède15, il appartient à leur lignage et domine l’espace hispanique : « Espanna ». Réceswinthe appartient à l’ethnie wisigothique et domine l’Espagne, de même qu’Egica, présenté comme fils et non comme gendre d’Ervige16, lui-même petit-fils de Réceswinthe selon le Liber regum17 :

  • 18 LR, p. 32.

Regno el rei Bamba xii annos, e pues empozono lo Eurigius, el nieto del rei Cindus, qui era godo, e murie assi, e soterroronlo en Bragana. Quando fo muerto el rei Bamba, regno Egica, so fillo de Eurigius, d’aquest qui auia empozonado al rei Bamba, et non regno mas de dos annos18.

  • 19 LR, p. 32 : « Murie Egica e rregno el rei Vatizanus, qui fo del lignage de los godos. »

Enfin, Witiza appartient également au lignage des Wisigoths : « rregno el rei Vatizanus, qui fo del lignage de los godos »19. Certes, ces trois rois sont wisigoths mais le Liber n’emploie jamais les termes classiques de « royaume des Wisigoths » et parle toujours, à cet instant du récit, de l’« Espagne » ; il n’a pas non plus recours à la traditionnelle louange des Wisigoths.

  • 20 LR, p. 31.

9Or, alors que les chroniqueurs annonçaient les règnes de deux rois, Wamba et Rodrigue, ceux-ci n’ont aucun lien avec l’ethnie wisigothique. En effet, à la mort de Réceswinthe et en l’absence de descendant, survient une crise politique et Wamba, dont l’ascendance n’est pas précisée, est élu. Désormais ce n’est pas le lignage qui importe mais la « tierra », l’espace politique qui se trouve alors sans roi : « e quando murie el rei Cindus non lexo fillo nenguno e rremaso la tierra sines rei »20. De plus, alors que les Wisigoths avaient élu Réceswinthe, à la mort de celui-ci, ce sont les « hientes de la tierra », et non les Wisigoths, qui doivent trouver un accord entre eux et finissent par élire Wamba :

  • 21 LR, p. 31.

E non s’acordoron las hientes de la tierra por auer rei, e guerrioron se todos unos con otros grandes tiempos : e pues accordoron se e fizieron rei por eleccion al rei Bamba, e fo muit buen rei21.

Cet extrait remet en cause le lien entre le pouvoir et l’ethnie. Wamba n’est pas wisigoth et l’ethnie à laquelle il appartient importe ici bien moins que la terre qu’il domine et qui devient le garant du pouvoir. Et le groupe de mots « hientes de la tierra » serait alors la notion ethnique qui ramasserait tous les lignages ethniques présents, incluant éventuellement les Wisigoths. La légitimité de ces « gens » qui élisent le roi est dans leur appartenance à la terre et non dans leur ethnie. Une offensive contre le néo-wisigothisme est esquissée dans ce passage puisqu’il y a discontinuité au sein des Wisigoths eux-mêmes.

  • 22 Henrique FLÓREZ, Memorias de las reynas catholicas, 2 vol., Madrid : Antonio Marín, 1761, p. 481-49 (...)
  • 23 El libro de las Generaciones, composé entre 1258 et 1270, fut publié par Josefa FERRÁNDIZ MARTÍNEZ, (...)

10La postérité du Liber brosse le même portrait de ce roi : en effet, alors que le manuscrit de la version tolédane, édité en partie par le père Henrique Flórez22, s’ouvre sur le règne de Rodrigue et ne mentionne pas les rois wisigoths qui le précédèrent, le Libro de las Generaciones23 présente Wamba comme un « villano de < la > tierra » élu par des chrétiens dans le but de protéger cette terre alors que les Wisigoths sont incapables de la défendre :

  • 24  Libro de las Generaciones, p. 304.

Quoando el morio (Çidrus) finco la tierra senes rrey, et los christianos que heran rremanidos por las montayñas nos podieron acordar a qui leuantarian por rrey, que las gentes heran muertas e perdudas las tierras. No auia ninguno qui quisie ser rrey que nos treuia de anparar la tierra, et los fijos destos rreyes godos heran chicos e non hauian seso de anparar la tierra24.

  • 25 Libro de las generaciones, p. 305.

Le Libro de las Generaciones vient donc préciser ce que le Liber Regum suggérait seulement, Wamba n’est pas issu du lignage des Wisigoths, il appartient à la terre et son rôle est de protéger l’Espagne : « e fo Bamba levantado por rrey en toda Espayña en hera DCCX. […] Este rrey Banba fo clamado en Rroma rrey de grant auctoridat e de grant justiçia, car fo esleyto por Dios e no por linaje »25. De plus, dans le Libro de las Generaciones, la différence entre le lignage des Wisigoths et les gens de la terre d’Espagne qui était simplement suggérée dans le Liber regum est ici totalement assumée puisqu’à la mort de Wamba et suite au règne d’Egica éclate un conflit entre les Wisigoths et « ceux d’Espagne » :

  • 26 Libro de las Generaciones, p. 305-306.

Quoando fo muerto el rrey Banba, rregno Egica, el fijo de Erugius […]. Pues rregnaron los fijos de godos qui heran biuos quoando fo esleyto el rrey Banba. E conpeçaron de rregnar en lur tierra e ouieron el seyñorio del rregno en lur poder. Quoando las fortalezas de la tierra ouieron en lur poder, conpeçaron de fazer grandes superuias las gentes de la tierra ata que los metieron en mal cuer e ouieron grant despeyto por lo que el rregno hera en lur poder. Conpeçaron a guerrear los d’Espayña con el linage destos godos, ont duro la guerra VIIe ayños entre ellos26.

  • 27 Libro de las Generaciones, p. 306.

L’appartenance à la terre d’Espagne octroie à ces gens une plus grande légitimité. Cependant, la guerre intestine entre chrétiens voit la défaite des gens de la terre face au lignage des Wisigoths et le Libro de las Generaciones précise que « duro el linage de los godos ata el tienpo del rrey Rodrigo en Espayña »27. En effet, suite à la mort de Rodrigue et à l’invasion maure, ce seront des « gentes de la tierra » et non des Wisigoths qui se réuniront et se soulèveront dans les montagnes des Asturies. À nouveau, c’est le lien avec la terre qui légitime le pouvoir.

  • 28 Cf. le Livro das Linhagens du Comte Pierre de Barcelos, édité par Diego CATALÁN et María Soledad DE (...)
  • 29 Cf. Alfonso GARCÍA GALLO, « Nacionalidad y territorialidad del derecho en la época visigoda », Anua (...)
  • 30  Alfonso GARCÍA GALLO, Manual de historia del derecho español, I. El origen y la evolución del dere (...)

11De même, dans le Livro das Linhagens du comte portugais Pierre de Barcelos, les « gentes da terra », voyant la « terre » sans roi, élisent Wamba28. Là aussi, c’est la protection de la terre qui est en jeu et non le lignage auquel le roi appartient. Ainsi, au-delà de l’ethnie wisigothique, c’est l’espace géopolitique de l’Espagne – la « tierra » – qui représente le pouvoir. En outre, la gent qui appartient à la terre – « las hientes de la tierra » – et qui préexiste donc à toute occupation de l’Espagne par les Romains ou les Wisigoths, a alors la capacité de faire et défaire les rois. Ainsi, cette gent subit les dominations successives mais demeure et joue un rôle politique actif. Ce lien intrinsèque entre la terre et la population a été précisé au niveau juridique par Alfonso García Gallo qui défend une conception territoriale du droit wisigothique29 et définit ainsi la terre : « la palabra “terra” designa siempre una comunidad dotada de cierta personalidad ». García Gallo ajoute que « la región o comarca y sus habitantes constituyen la terra “tierra”, dando a esta palabra no un sentido puramente geográfico, sino incluso el de “población de una región”. […] No es el territorio sino la población lo que da sentido político a la “tierra” »30. Ainsi la terre est-elle synonyme de la population et de la patrie.

12Cette élection de Wamba a été mythifiée par la tradition historiographique : je rappellerai simplement le choix divin qui a entraîné son élection, son couronnement et l’onction royale qui font de lui un roi sacré et élu par Dieu. Une rapide comparaison du récit de l’élection de Wamba qui apparaît dans le Liber regum, dans l’une de ses sources et dans les chroniques qui l’ont précédé démontrera l’importance que prennent désormais ces « gens de la terre » et le territoire dont ils sont issus dans la conception politique développée par le Liber regum.

  • 31 Sancti IVLIANI, HistoriaWambae regis, ad fidem editionis Wilhelm Levison, in : Jocelyn Nigel HILLGA (...)
  • 32  Gregorio GARCÍA HERRERO, « El reino visigodo en la concepción de Julián de Toledo », Antigüedad y (...)
  • 33 Ibid., p. 393.
  • 34  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución del derecho…, p. 609, § 1110.

13La source la plus sûre à laquelle les auteurs du Liber ont dû avoir recours est l’Historia Wambae regis31 de saint Julien de Tolède (642-690), qui rapporte que c’est « la communion de tout le peuple et de la patrie < qui > élit Wamba » – « totius gentis et patriae communio elegit ». Gregorio García Herrero explique, à propos de cette phrase qui regroupe les deux premières apparitions des termes gens et patria dans l’Historia Wambae, que « entendiendo la frase literalmente, habríamos de concluir que la patria estaría compuesta por los electores de Wamba, es decir, la nobleza y el alto clero, presente en uilla de Gerticos tras la muerte de Recesvinto », et le critique rajoute que « sin embargo, Julián puede estar refiriéndose aquí al conjunto del pueblo hispanogodo, ya que la elección del rey es completada más adelante con la descripción de la ceremonia de unción de la iglesia toledana de los santos Pedro y Pablo, en la que intervienen los populi »32. Ainsi, la gens renvoie ici à la population qui occupe le territoire et Gregorio García Herrero conclut que ce terme « designa la población de un reino, por encima de sus anteriores connotaciones raciales o tribales »33. De même dans le Liber regum, le pluriel « las hientes de la tierra » fait référence à l’ensemble des ethnies, non pas hispano-wisigothiques comme le précisait le critique, mais proprement hispaniques, c’est-à-dire à la population qui, de tout temps, a occupé le territoire péninsulaire. L’union des « hientes » et de la « tierra » renvoie à la définition qu’Alfonso García Gallo donne de la « terre » comme « nucleo inicial de la sociedad política »34.

  • 35  Suzanne TEILLET, Des Goths à la nation gothique. Les origines de l’idée de nation en Occident du V(...)
  • 36  Jocelyn Nigel HILLGARTH, Berhard BISCHOFF et Wilhelm LEVISON (éd.), Sancti Iuliani Toletanae Sedis (...)
  • 37 LR, p. 31.

14À travers l’expression « totius gentis et patriae communio elegit », l’archevêque de Tolède définit donc la nature juridique des rapports entre le rex et la gens et unit la gens à la terre. En effet, Suzanne Teillet explique que pour Julien, cette gens est une communauté politique à laquelle s’associe la patria et les deux termes – gens et patria – désignent « la communauté nationale du regnum, qui prend progressivement conscience d’elle-même et du patrimoine qui est le sien, face au princeps. […] Dans l’œuvre de Julien, la gens (et patria) est effectivement devenue une personnalité juridique, douée de souveraineté politique, capable en droit d’élire le roi »35. Suzanne Teillet ajoute qu’ainsi s’affirme dans l’Historia Wambae regis la notion de souveraineté de la gens mais d’une gens qui n’existe encore qu’en référence au rex. Cette unité que forment la gens et la patria dans l’Historia Wambae et l’accord politique auquel les deux parviennent lors de l’élection de Wamba – « subito una omnes in concordiam versi »36 – sont développés – au premier regard de la même façon – dans le Liber regum. En effet, alors que la terre, c’est-à-dire l’espace géographique dominé alors par les Wisigoths, « rremaso sines rei »37, ce sont les « hientes de la tierra », les gens qui occupent cet espace politique et qui sont investis d’un pouvoir, qui élisent un nouveau roi et trouvent un accord dans le choix de ce personnage – « non s’acordoron las hientes de la tierra por auer rei, […] e pues accordoron se e fizieron rei por eleccion al rei Bamba ». La répétition du terme « accordoron », une première fois dans une phrase négative et une deuxième fois dans une phrase positive, traduisant les termes « omnes in concordiam uersi », démontre ce rôle politico-juridique des populations qui occupent le territoire.

15Une deuxième occurrence du terme gens dans l’Historia Wambae saura démontrer le rôle juridique de cette gent pour saint Julien de Tolède. En effet, après avoir rapporté l’onction sacrée, saint Julien souligne l’importance de ce récit afin que la postérité sache « avec quelle virilité a gouverné le royaume celui qui, […] sans le vouloir […] et poussé par l’impulsion de toute la gent, mérita d’atteindre le sommet du royaume » :

  • 38 Ibid., § 4.

Et haec quidem praemisisse otiosum forte non erit, quippe ut posteris innotescat, quam uiriliter rexerit regnum, qui non solum nolens, sed tantis ordinibus ordinate percurrens, totius etiam gentis coactus impulsu, ad regni meruerit peruenisse fastigium38.

  • 39  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución del derecho…, p. 579-580, § 1061.

La gent est ici la seule responsable de l’élection du monarque. Le Liber regum hérite ce rôle juridique du peuple ; cependant, le terme gens est repris, certes, mais au pluriel – « las hientes » –, contrairement au texte de saint Julien de Tolède. Au-delà du rôle juridique de la gent, ce pluriel invite à constater que des populations occupent la terre d’Espagne et préexistent à toute domination par les Romains ou les Wisigoths, et plus tard par les Maures ou Pélage et sa descendance. Dans le Liber, c’est la terre qui permet l’union politique de ces multiples « hientes ». À ce propos, Alfonso García Gallo précise que malgré la multiplicité des peuples présents dans une zone géographique, ils forment tous ensemble la population de la « terre » qui est la garante de l’unité39.

16Les autorités politiques se succèdent en Espagne mais la « terre », de même que les populations qui l’occupent, demeurent. Les Wisigoths ne sont une ethnie dominante qu’à un moment donné de l’histoire de la terre d’Espagne. Chaque royauté, chaque domination est alors en quelque sorte une domination transitoire, légitimée par cette terre et par la population qui l’occupe. Cette constatation fait sens dans ce texte qui s’écarte de l’idéologie chrétienne néo-wisigothique, j’y reviendrai.

  • 40 Cf. Karl ZEUMER (éd.), Monumenta Germaniae Historica. Leges nationum Germanicarum, t. 1, Leges Visi (...)

17En outre, saint Julien de Tolède, contrairement à saint Isidore de Séville, ne recourt plus aux expressions gens Gothorum ou gens et patria Gothorum ; ce génitif pluriel Gothorum n’a plus besoin de venir préciser les mots gens et patria qui suffisent à eux seuls à désigner respectivement la communauté et la patrie du regnum40. De même dans le Liber regum, nous l’avons vu, le complément du nom « des Wisigoths » est absent. Par conséquent, la « gens et patria » de l’Historia Wambae, de même que « las hientes de la tierra » du Liber regum, font référence à une communauté politique et le Liber regum renforce l’importance de la terre comme source d’unité puisque Wamba est simplement le roi élu par la gent qui occupe le territoire.

  • 41  Juan Gil FERNÁNDEZ, José Luis MORALEJO et Juan Ignacio RUIZ DE LA PEÑA (éd.), Crónicas asturianas…(...)
  • 42 Ibid., Version ad Sebastianum, p. 115 : « Quumque rex uitam finisset et in eodem loco sepultus fuis (...)
  • 43 Ibid., Version Albeldense, p. 170 : « [Recesuindus] in uilla Gerticos territorio Salamanticensi obi (...)

18En cet aspect, le Liber regum s'éloigne alors de l’historiographie chrétienne. En effet, et à titre d’exemple, dans la version Rotense de la Chronique dite d’Alphonse III, la communauté politique que forme le peuple tout entier est également présente puisque Wamba est élu « par tous en commun » – « ab omnibus i commune » –, cependant, c’est « in regno », « dans le royaume », que Wamba est élu, ou « pour le royaume »41 selon la traduction de José Luis Moralejo. L’union que formaient la population et la patrie, l’idée d’une gent issue d’un territoire, est inexistante. La version ad Sebastianum de la Chronique d’Alphonse III présente également Wamba comme élu « par tous […] dans le royaume »42 et insiste davantage sur le caractère sacré de l’élection par l’emploi de preelectus qui, par rapport à electus, suggère un choix de Dieu qui précède le choix des hommes. Enfin, la version Albeldense de la Chronique d’Alphonse III ignore l’élection de Wamba et présente ce roi comme succédant simplement à Réceswinthe43.

19Ainsi le Liber regum dépasse-t-il la conception politique héritée de saint Julien de Tolède, puisqu’il rehausse l’importance du territoire considéré comme un espace géopolitique auquel la gent qui l’occupe est intrinsèquement unie. Et dans le Liber, les « hientes de la tierra » font alors référence à une pluralité ethnique, une gent qui préexisterait à toute royauté, qui aurait vécu la domination romaine puis la domination wisigothique et qui, par son attachement à la terre, a le pouvoir d’élire le roi.

  • 44 LR, p. 32 : « Murie Vatizanus, e rregno el rei Rodrigo en toda Espanna, e fo buen rei e conquerie m (...)
  • 45 LR, p. 32 : « Quando fo perdido el rei Rodrigo, conquerieron moros toda la tierra tro a en Portugal (...)
  • 46  Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 115.

20Enfin, le dernier roi des Wisigoths, Rodrigue, n’est pas non plus ici présenté comme appartenant à l’ethnie wisigothique. Rien n’indique son ascendance généalogique et seule est précisée sa domination sur un territoire : l’« Espagne »44 – cette Espagne qui était présentée, rappelons-le, comme l’équivalent de la « terre » : « e pues faularemos de los godos como uinieron en Espanna e como la conquirieron, […] e como se perdie la tierra e pues como se recobro ». D’ailleurs, alors que Rodrigue perd la bataille du « campo de Sagnera », les Maures conquièrent « toute la terre jusqu’au Portugal et jusqu’à la Galice, exceptées les montagnes des Asturies »45 : la « terre », dans ce passage du Liber, est donc bien assimilée à l’Espagne dans sa totalité. L’espace géographique et politique est alors bien dissocié de l’ethnie qui le domine. Ainsi, dans le Liber regum, comme l’a précisé Georges Martin, « l’enjeu sémantique porte d’abord sur l’espace où s’écoule < le > temps linéaire »46 et non sur les rois qui gouvernent cet espace, et j’ajouterai que l’enjeu réside également dans la gent qui occupe cet espace. Gent et terre sont donc les deux éléments de continuité que présente le Liber.

La royauté post-wisigothique de Pélage, la Castille et la Navarre. Le sens politique du Liber regum

  • 47  Le For Général de Navarre (1237) et les Fors de Sorbrabe suivent cette version selon laquelle Juli (...)

21À la mort de Rodrigue, la « terre » est donc perdue et à nouveau le Liber s’éloigne de l’idéologie néo-wisigothique des chroniques latines qui le précèdent en évinçant totalement le providentialisme selon lequel la chute du royaume de Tolède est un châtiment divin en réponse aux péchés de Witiza et de Rodrigue, tandis que le soulèvement de Pélage constitue la relève chrétienne salutaire. L’invasion maure, qui survient ici en 714, est la conséquence des conseils des fils de Witiza et du neveu de Rodrigue, le comte Julien47. Une nouvelle royauté semble alors s’initier dans les montagnes des Asturies avec Pélage qu’aucun lien dynastique ne rapproche des Wisigoths ou de Rodrigue. Ce réduit des Asturies n’est plus qu’une partie de l’Espagne, espace que dominait Rodrigue. La rupture est claire. Ici, l’ethnie wisigothique disparaît totalement et ce sont les « hientes de la tierra », et non les Wisigoths, qui se réfugient dans les montagnes des Asturies.

  • 48  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución el derecho…, p. 579, § 1061 et p. 617-618, § 1119.

22Les Asturies ainsi que la gent qui y demeure sont une « terre », selon la définition qu’en a donnée Alfonso García Gallo, une terre qui appartiendrait à un tout que forme l’Espagne48. Cependant, ces « hientes de la tierra » sont la même gent que celle qui avait élu Wamba et qui a perdu la bataille du Campo de Sagnera. Cette même gent, qui n’est pas exclusivement constituée de wisigoths, élit Pélage :

  • 49 LR, p. 32.

Quando fo perdido el rei Rodrigo, conquerieron moros toda la tierra tro a en Portugal & en Gallicia fueras de las montannas d’Asturias. En aquellas montannas, s’acuellieron todas las hientes de la tierra los qui escaporon de la batalla, e fizieron rei por election al rei don Pelaio, qui estaua en una cueua en Asseua49.

  • 50  Wamba et Pélage sont d’ailleurs tous deux qualifiés de « muit buen rei ».
  • 51  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución el derecho…, p. 581, § 1065 : « De este modo, la ti (...)

L’emploi des mêmes termes – « hientes de la tierra » –, et une accession au pouvoir par élection, tel un nouveau Wamba50, suggèrent que Pélage est perçu comme le roi dont la vocation est de dominer le même espace – l’Espagne – momentanément occupée par les Maures. À nouveau ce sont les gens de la terre qui ont la capacité de faire le roi, cette gent qui occupe le territoire de façon ininterrompue. Ainsi, et afin de préciser l’emploi de ce pluriel « hientes », la légitimation des rois chrétiens ne vient plus dès lors de l’ethnie à laquelle ils appartiennent mais de cette gent qui demeure sur la terre où se succèdent différentes autorités. C’est parce qu’il est lié à la terre que Pélage acquiert sa légitimité puisqu’il en est le chef naturel51.

  • 52  LR, p. 32.
  • 53 LR, p. 33.

23À cet instant du récit, et suivant cette fois-ci les Chroniques dites d’Alphonse III, les gens qui occupent la terre et combattent les Maures sont qualifiés de « chrétiens », la lutte devient dès lors religieuse : ce sont des « chrétiens » qui perdent la bataille du « campo de Sagnera » et qui se rassemblent autour de Pélage : « e todos los christianos qui eran en las montannas acullieron se todos ad el, e guerreioron a moros e fizieron muitas batallas e uencieron las »52. Les chroniqueurs précisent un peu plus loin que « Gallicia et Asturias et Alaua e Bizcaia et Urdunna e Dearri e Berueça, tot siempre foron de christianos, que nunqua no las perdieron »53. Dès lors, la « terre » apparaît comme cet espace géopolitique hispanique dominé par les chrétiens qui en perdirent une partie mais qui s’attachent à reconquérir les zones occupées par les Maures.

  • 54  LR, p. 33.

24Ainsi, dans le Liber, c’est la continuité du territoire et de la gent hispaniques et non la continuité dynastique ou ethnique qui légitime le pouvoir et cette continuité est possible grâce à l’emploi du terme générique « tierra ». La gent de la terre légitime cette royauté de substitution. Certes, la dénomination « Espagne » disparaît à la mort de Rodrigue et la division territoriale consécutive est logique, cependant, cette royauté fondée par Pélage est succinctement rapportée sans que ne soient nommés ni le royaume des Asturies ni celui d’Oviedo-León. Le Liber évoque en effet le fils de Pélage, Fafila, son gendre Alphonse Ier et son petit-fils Fruela. Enfin, il rapporte le règne d’Alphonse II le Chaste dont rien n’est dit de son ascendance généalogique ou du territoire sur lequel il règne : « Quando fo muerto el rei don Fruella, regno el rei don Alfonso el Casto, el qui poblo Ouiedo »54.

  • 55  Le LR manipule ici l’histoire puisqu’à Alphonse II (791-942) succéda son cousin issu de germains, (...)

25À la mort d’Alphonse II le Chaste, cette royauté disparaît faute de descendance puisque le texte insiste sur l’absence de postérité d’Alphonse II et non sur l’aspect spirituel de sa chasteté55. Une nouvelle rupture dans le lignage apparaît et le néo-wisigothisme ethnique ou dynastique est définitivement banni du Liber qui propose alors le segment consacré aux Juges de Castille et à la descendance de Nuño Rasura :

  • 56  LR, p. 33.

Est rei don Alfonso non lexo fillo nenguno, ni non remaso omne de so lignage qui mantouiesse el reismo, & estido la tierra assi luengos tiempos. E pues acordaron se & eslieron dos iudices porque s cabdellassen d’estos dos iudices56.

Le terme « Espagne » a disparu mais celui de « tierra » est préservé, sans que pourtant soit précisé l’espace qu’il englobe. Quant au terme « reismo », il vient ici contextualiser la « tierra » et désigne à la fois le royaume et la royauté. À nouveau la terre importe davantage que l’ethnie à laquelle appartient le roi.

  • 57  LR, p. 31.
  • 58  LR, p. 33.

26Les chroniqueurs présentent alors une situation identique à celle qui suivit la mort de Réceswinthe et à celle qui suscita le règne de Pélage. Alors qu’Alphonse II le Chaste est mort, la « terre » n’a plus de roi pendant un temps indéterminé – « luengos tiempos » – et le recours à l’élection est nécessaire. C’est un véritable jeu de poupées russes auquel on assiste puisque la terminologie employée rapproche les élections de Wamba, de Pélage et des Juges de Castille, Nuño Rasura et Laín Calvo. En effet, de même que Réceswinthe « non lexo fillo nenguno e rremaso la tierra sines rei »57, de même « est rei don Alfonso non lexo fillo nenguno, ni non remaso omne de so lignage qui mantouiesse el reismo »58. La mort de Réceswinthe, nous l’avons vu, entraîne une guerre intestine et un nécessaire accord entre les « hientes de la tierra » qui élisent Wamba – « accordoron se e fizieron rei por eleccion al rei Bamba » –, il en va de même pour Pélage – « las hientes de la tierra […] fizieron rei por election al rei don Pelaio » ; de même, après la mort d’Alphonse II, tous « acordoron se & eslieron dos iudices ». Il s’agit donc là de la même gent, issue du territoire hispanique et dont l’ethnie est insignifiante. L’emploi d’un vocabulaire identique rappelle le rôle juridique du peuple esquissé autrefois par saint Julien de Tolède et fixe l’importance de cette gent hispanique dont l’existence antérieure a été démontrée. Cette répétition lexicale accentue l’importance du territoire comme entité géopolitique, pose l’élection des Juges comme traditionnelle et légitime leur pouvoir, en particulier à travers cette continuité de la gent.

  • 59  Pour une étude de l’usage et du sens du mot « Castille », attesté depuis l’an 800, dans la documen (...)

27Cependant aucune désignation spatiale ne précise encore cette terre que dominent les Juges élus jusqu’à ce qu’apparaisse le nom de la « Castille »59 : « de Nunnno Rasuera uino l’emperador de Castiella » – rappelons que le plan projeté par les auteurs du Liber annonçait la perte de la terre sous Rodrigue puis le récit « de los reies e de los sennores qui foron en Castiella ». Alors que les chroniques antérieures, dont s’inspire le Liber, présentaient unanimement la Castille comme un territoire soumis à l’autorité des rois de León puis tour à tour séparé de cette couronne léonaise ou uni à celle-ci, le royaume de León n’est même pas mentionné ici. En effet, à la mort de Ferdinand Ier, aucune précision n’est livrée quant à la division de son royaume, seules les guerres fratricides entre Sanche et García, puis entre Alphonse, Sanche et Urraque sont rapportées jusqu’à ce qu’Alphonse retourne sur sa « terre » et devienne roi de Castille :

  • 60  LR, p. 34.

Quando fo muerto el rei don Sancho en Zamora, torno en la tierra el rei don Alfonso, qui era en Toledo, e fo rei de Castiella60.

  • 61  Alphonse VI fut en effet roi de León de 1065 à 1109 et roi de Castille à partir de 1072 seulement.
  • 62  LR, p. 35.
  • 63  Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 119.

Omission est faite du territoire léonais sur lequel il régnait depuis 106561. Puis, lors des partitions du royaume à la mort d’Alphonse VII, Ferdinand II de León est simplement cité comme roi de Galice62. L’annonce du plan, nous l’avons vu, distinguait la « terre » perdue et recouvrée des différents royaumes castillan, navarrais et aragonais et omettait le royaume de León. Faut-il entendre alors – et je reprends là une question posée par Georges Martin – « que l’événement « se recobro (la tierra) » correspond au premier segment d’histoire post-wisigothique couvrant les règnes de Pélage et de ses successeurs ? […] pourquoi […] conserver la lexie non discriminante « tierra » lorsqu’il est traité de l’initiateur géopolitique du relèvement : le royaume (astur-)léonais ? »63 La réponse nous est donnée lorsque se conclut le propos consacré à la Castille :

  • 64  LR, p. 35.

Tro aqui auemos comtado de los reies de Castiella del tiempo del rei Roderigo e del comte don Iulian en aca tro al rei don Alfonso64.

  • 65  LR, p. 26.
  • 66  LR, p. 26.
  • 67  Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 120.

L’association spatio-temporelle est ici singulière : de Rodrigue, roi espagnol selon le Liber, à Alphonse VIII, roi de Castille. Rodrigue est alors perçu comme le premier roi qui aurait régné en Castille. Le Liber conçoit que la Castille existait au moins à partir du règne de Pélage ; Alphonse II peut lui-même être perçu comme roi de Castille. Il ne s’agit pas là d’une négligence de la part des auteurs du Liber ; en effet, l’annonce de plan ne donnait pas le nom du premier roi de Castille – « e pues faularemos de los reies e de los sennores qui foron en Castiella tro al emperador e tro al rei don Alfonso »65 –, alors que les premiers rois des dynasties de Navarre et d’Aragon étaient explicitement nommés – « e pues faularemos de los reies de Nauarra e del rei Sanch Auarcha tro al rei don Sancho. E pues diremos de los reies de Aragon, del rei don Remiro […] tro al rei don Pedro »66. Ce passage annonçait d’ailleurs le récit des rois qui furent « en » Castille alors que la conclusion parle des rois « de » Castille, associant donc Rodrigue au territoire castillan par ce changement de préposition. Ainsi les chroniqueurs incluent-ils l’histoire de Pélage et de ses successeurs dans celle des rois de Castille. Ainsi, « l’innomé où s’enveloppait l’espace fondateur de la reconquête s’étendait aux prémices de la royauté castillane »67.

  • 68  Déjà, Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 119, précisait que : « l’usage qu’ils (les auteur (...)

28Le Liber s’éloigne de la thèse néo-wisigothique et semble ici suggérer, dans un premier temps et grâce à l’emploi du terme « tierra », que la Castille gouvernée par les Juges est le creuset du territoire hispanique que dominaient les rois wisigoths puis Pélage et Alphonse II68.

  • 69  Ce titre impérial est l’unique façon dont est nommé Alphonse VII dans le Liber regum.
  • 70 LR, p. 33-34 : « el comte don Sancho ouo […] una filla qui ouo nomne la infant dona Albira. Esta in (...)

29Cependant, j’irai plus loin ici. En effet, afin d’achever cette analyse, il convient de préciser un point autrement important : effectivement, si les rois de Castille et surtout l’empereur Alphonse VII69 descendent des Juges élus, c’est par la voie d’une femme « dona Albira », fille du comte castillan don Sanche, celui qui donna les bons fors. Cette femme s’unit à Sanche III le Grand dont il est dit, au cœur de la généalogie castillane, qu’il fut roi de Navarre et d’Aragon et seigneur jusqu’au Portugal70. Sanche III de Navarre est le tronc commun, l’homme qui est la source de la génération des rois des différents royaumes chrétiens. Certes, Alphonse VI, à la suite des guerres fratricides entre les fils de Ferdinand Ier, retourne dans sa terre, une terre qui est ici assimilée à la Castille, mais ce royaume de Castille n’est que la partie d’un tout que constituerait le royaume de Navarre, ce royaume qui était autrefois dominé par le grand-père d’Alphonse VI : Sanche III. Ce dernier est l’aïeul commun des trois royautés présentées par le Liber regum – la Castille, la Navarre et l’Aragon.

  • 71 LR, p. 35: « Agora comtaremos de los reies de Nauarra e del rei Sanch Auarcha e del rei don Sancho (...)
  • 72 LR, p. 35.

30Qui plus est en Navarre, alors que rien n’est dit de l’origine du premier roi, Iñigo Arista71, on peut légitimement se demander si cet homme n’est pas tout simplement un homme issu du territoire, un homme appartenant à cette gent hispanique dont la continuité a déjà été démontrée. D’ailleurs, l’annonce de plan ne l’évoquait pas – « e pues faularemos de los reies de Nauarra, e del rei Sanch Auarcha tro al rei don Sancho » – et l’introduction qui annonce le lignage navarrais ne le présente pas non plus – « Agora comtaremos de los reies de Nauarra e del rei Sanch Auarcha e del rei don Sancho el maior, ond uos dixiemos, e de todos los otros »72. Enfin, ce même Sancho Abarca, petit-fils d’Iñigo Arista et élevé dans les montagnes par un riche-homme après la mort de ses parents García Iñiguez et Urraca, est placé sur le trône, élu par les « ricos omnes de la tierra ». Et c’est là la dernière occurrence du terme « tierra ». Ce dernier usage fait sens ici. En effet, c’est par son appartenance à la « terre », assimilée ici à la Navarre, et grâce à la gent hispanique attachée à cette terre que Sancho Abarca acquiert sa légitimité. Et la descendance de ce roi, grand-père de Sanche III le Grand, occupera l’ensemble des royaumes chrétiens.

31Le sens du Liber s’oriente ainsi vers le royaume de Navarre. Cette orientation n’est pas étonnante si l’on considère le contexte d’écriture de cette œuvre : la Navarre de la première moitié du XIIIsiècle. En effet, les restaurateurs navarrais n’ont aucun intérêt à démontrer une quelconque continuité ethnique ou dynastique entre les Wisigoths et les royaumes chrétiens.

  • 73  Cf. Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, en particulier les p. 30-82 qui concluent ainsi : « Le (...)
  • 74 LR, p. 33.
  • 75  Antonio UBIETO ARTETA, Corónicas navarras, Valence : Anubar (Textos medievales 14), 1964. Il convi (...)
  • 76 Ibid., p. 30-31 : « Est el linaje de Rodric Díaz el Canpeador. Como veni dreytament del linaje de L (...)
  • 77  Pour plus de simplicité, Laín Calvo eut deux fils, Fernán Laínez et Bermudo Laínez. Fernán Laínez (...)

32Par ailleurs, cette orientation navarraise est soutenue par l’étude du Lignage de Rodrigue Díaz, le Cid Campeador. Il a été en effet démontré que le lignage du Cid apparaissait dans la version primitive du Liber73. Alors qu’ils traitent de l’espace castillan et de l’élection des Juges de Castille, les copistes du manuscrit de Saragosse affirment que « del lignage de Nunno Rasuera uino l’emperador de Castiella, e del lignage de Lain Calbo uino moi Çith el Campiador »74. Laín Clavo et Nuño Rasura sont donc placés au même niveau, et, implicitement, il est accordé la même importance à Alphonse VII l’empereur et au Cid. Cependant, si la descendance de Nuño Rasura est exposée, celle de Laín Calvo n’a pas été recopiée. Faute d’avoir pu consulter les manuscrits contenant la généalogie de Rodrigue Diaz, j’ai dû me contenter de l’édition composée par Antonio Ubieto Arteta dans les Corónicas Navarras75. À travers cette généalogie76, on apprend que Laín Calvo eut deux fils, Fernán Laínez et Bermudo Laínez. Le premier engendra Laín Fernández mais rien n’est dit de la descendance de ce dernier alors qu’il fut le père de Nuño Laínez. Quant à Bermudo Laínez, et selon le Lignage de Rodrigue, il engendra Fernán Rodríguez et ici le Lignage omet Rodrigo Bermúdez dans la chaîne généalogique. Ce Fernán Rodríguez eut deux enfants, Pedro Fernández et doña Elo, c’est-à-dire Eoilo Fernández qui épouse Nuño Laínez, son grand-oncle. L’édition du Lignage d’Antonio Ubieto Arteta ne le précise pas, mais ce dernier n’est autre que le fils de Laín Fernández. De cette union naîtra Laín Núñez, père de Diego Laínez et grand-père de Rodrigo Díaz77. Remarquons que le schéma est le même que celui de la descendance de Nuño Rasura, avec une même médiation féminine.

33Rodrigue se retrouve alors au service de Sanche II de Castille puis d’Alphonse VI de León et de Castille jusqu’à son exil qui permet le récit de ses exploits contre les Maures. Le Cid s’éloigne ainsi de la dépendance castillano-léonaise et un nouvel espace apparaît lorsque les chroniqueurs rapportent la descendance de Rodrigue. En effet, sa fille, doña Cristina, épouse l’infant de Navarre, don Ramire. Celui-ci est le fils de Sanche Garcés, lui-même fils bâtard de García Sánchez III de Pampelune (1035-1054) dont le père est Sanche III le Grand. C’est à nouveau la Navarre qui est le référent politique à travers l’infant Ramire et Sanche III. De cette union entre Ramire et doña Cristina, fille du Cid, naîtra le roi García Ramírez, dit le Restaurateur (1134-1150), dont le fils Sanche VI le Sage (1150-1194) vient clore la descendance de Rodrigue.

34L’union du lignage navarrais et du lignage du Cid apparaît dans le manuscrit de Saragosse alors qu’est retracé le lignage des rois de Navarre. Ce lignage se clôt en effet sur le règne de Sanche VII de Navarre (1194-1234) :

  • 78  LR, p. 37.

Est infant don Sancho ouo fillo al ifant don Remiro, al que dixieron Remir Sanchez. Est ifant Remir Sanchez priso muller la filla de moi Çith el Campiador, & ouo fillo en ella al rei don Garcia de Nauarra, al que dixieron Garcia Remirez. Est rei don Garcia priso muller la reina dona Maprelina, sobrina del comte d’Alperches, & ouo fillo en ella al rei son Sancho de Nauarra e la reina de Sezilia e la reina dona Blanca, la muller del rei don Sancho de Castiella. El rei don Sancho de Nauarra priso muller la filla del emperador de Castiella & ouo della fillos, el rei don Sancho, el ifant don Ferrando e la reina d’Angla Terra, e la comtessa de Canpanna, e la ifant dona Costança, qui murie en Daroca78.

35À travers le lignage des Juges de Castille, les rois de Navarre sont présentés comme les égaux des rois de Castille. Dans le contexte de la fin du XIIe siècle où la Castille affirme son ascendance politique, le royaume de León disparait. Selon cette conception anti-léonaise de l’histoire, Alphonse VIII ne règne plus comme héritier de la monarchie néo-wisigothique mais comme le descendant du grand juge Nuño Rasura, grand-père de Fernán Gonzalez, et comme héritier de Sanche III le Grand, présenté ici comme la souche commune de toutes les royautés hispaniques. Et définitivement, dans le Liber regum, la Navarre l’emporte sur la Castille et la grandeur de l’« empereur de la Castille » rejaillit sur le roi de Navarre puisque la fille d’Alphonse VII de Castille n’est autre que la mère du roi Sanche VII et l’on sait déjà la légitimation que peut apporter la filiation par la voie féminine.


   

36Ainsi et en conclusion, l’interprétation de l’histoire de l’Espagne propre au Liber regum diverge totalement de l’explication néo-wisigothique léonaise. L’emploi du terme « tierra », les multiples élections, le rôle des gens de la terre, l’assimilation entre cette terre et l’Espagne, entre cette terre et la Castille et surtout entre cette terre et la Navarre, et enfin l’ensemble des lignages qui convergent vers la Navarre, permettent d’affirmer qu’il y a bien une « autorité politique de substitution » qui est instituée à chaque rupture généalogique mais que cette autorité est légitimée par une continuité du territoire et de la gent hispanique. Et c’est ici le royaume de Navarre qui est le réceptacle de cette continuité.

37Le sens du Liber s’oriente donc vers ce royaume de Navarre qui hérite de l’espace autrefois dominé par les Romains puis par les Wisigoths et qui est alors perçu comme la terre qui a su résister aux différentes invasions. Par un système d’imbrications complexe et grâce au fil directeur que sont la gent et la terre, les chroniqueurs semblent ici présenter la Navarre comme le véritable creuset du territoire hispanique.

Haut de page

Notes

1  Le Liber regum villarensis est consultable à la Bibliothèque universitaire de Saragosse (ms. 225). Quant au Liber regum toletanus, composé vers 1220 à Tolède, seules les copies partielles d’Ambrosio de Morales sont consultables dans le ms. 1376 de la Bibliothèque nationale d’Espagne (fol. 386r°-390r°) et dans le ms. L-I-12 de la Bibliothèque de l’Escurial (fol. 239r°-243r°). En attendant l’édition en ligne à venir, nous nous appuierons sur l’édition du Liber regum de Louis COOPER, El « Liber Regum». Estudio lingüístico, Saragosse : Institución Fernando el Católico (Archivo de Filología Aragonesa, anejo 5), 1960 (désormais LR). Il existe une autre édition du Codex villarensis de Manuel SERRRANO Y SANZ, « Cronicón Villarense (Liber Regum), primeros años del siglo XIII : la obra histórica más antigua en idioma español », Boletín de la Real Academia Española, 6, 1919, p. 192-220 et 8, 1921, p. 367-382.

2  Manuel SERRANO Y SANZ, « Cronicón Villarense… », date le LR entre 1194 y 1211, période que Diego CATALÁN réduit aux années 1196-1209 dans son article « El Toledano romanzado y las Estorias del fecho de los godos del siglo XV », in :Estudios dedicados a James Homer Herriot, Madison, 1966, p. 9-102, en particulier p. 21-22, n. 50. Georges MARTIN le situe dans les années antérieures à 1194, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris : Klincksieck, 1992, p. 70-73.

3  Cf. Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, en particulier p. 27-82 et 111-153.

4  Je citerai seulement ici cet exemple célèbre, extrait de la Chronique d’Alphonse III-Rotense et Ovetense, in : Juan Gil FERNÁNDEZ (introduction et édition critique), José Luis MORALEJO (Traduction et notes), Juan Ignacio RUIZ DE LA PEÑA (étude préliminaire), Crónicas asturianas, Oviedo : Universidad de Oviedo (Publicaciones del Departamento de Historia Medieval, Departamento de filología clásica), 1985 : Alphonse II (791-842) « […] estableció en Oviedo todo el orden godo como había sido en Toledo, tanto en la iglesia como en el palacio… ». Cf. en ce qui concerne la continuité dynastique et ethnique entre les royautés de Rodrigue et de Pélage l’article de Georges MARTIN sur les chroniques chrétiennes des VIIIe-IXe siècles : « La chute du royaume visigothique d’Espagne dans l’historiographie chrétienne des VIIIe et IXe siècles. Sémiologie socio-historique », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 9, 1984, p. 207-233. Les chroniques postérieures ont été étudiées par Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration : l’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe siècles), Turnhout : Brepols, 2003. Pour le néo-wisigothisme de la Chronica naiarensis, cf. mon article « La Chronica naiarensis : d'un néo-gothisme astur-léonais à un néo-gothisme castillan », e-Spania, 7, juin 2009, mis en ligne le 09 juillet 2009.

5 LR, p. 32: « Quando fo perdido el rei Rodrigo, conquerieron moros toda la tierra tro a en Portugal & en Gallicia fueras de las montannas d’Asturias. En aquellas montannas, s’acuellieron todas las hientes de la tierra los qui escaporon de la batalla, e fizieron rei por election al rei don Pelaio, qui estaua en una cueua en Asseua ».

6  Miguel-Ángel LADERO QUESADA, « Neogoticismus », in : Lexicon des Mittelalters 6, München et Zürich : Artemis, 1993, col. 1090-1091, 1090.

7 LR, p. 26.

8 LR, p. 28.

9 LR, p. 30 et 31.

10  LR, p. 35.

11  Ce terme de « gent », que le Trésor de la Langue Française définit comme « nation, peuple », est celui qui m’a semblé le plus approprié pour traduire les « hientes de la tierra ».

12  LR, p. 26.

13  Les derniers rois wisigoths furent Réceswinthe (653-672), Wamba (672-680), Ervige (680-687), Egica (687-702), Witiza (702-710) et Rodrigue (710-711).

14  LR, p. 31.

15  Le IVConcile de Tolède (633), présidé par saint Isidore de Séville, en présence de l’évêque Sisenand, sanctionne le caractère électif de la monarchie wisigothique et prescrit « qu’à la mort du prince dans la paix, les grands de tout le royaume et les évêques établissent d’un commun accord le successeur à la royauté ». Cf. José Luis VIVES (éd.), Concilios Visigóticos e Hispano-Romanos, Barcelone-Madrid, 1963, canon LXXV, p. 218 : « […] defuncto in pace príncipe, primates totius regni una cum sacerdotibus successorem regni concilio communi constituant ».

16  Ervige avait marié sa fille Cixilona à Egica.

17  Ervige est en réalité le fils d’Ardabaste et l’arrière petit-fils de Léovigilde.

18 LR, p. 32.

19 LR, p. 32 : « Murie Egica e rregno el rei Vatizanus, qui fo del lignage de los godos. »

20 LR, p. 31.

21 LR, p. 31.

22 Henrique FLÓREZ, Memorias de las reynas catholicas, 2 vol., Madrid : Antonio Marín, 1761, p. 481-494 (édition réduite aux généalogies médiévales).

23 El libro de las Generaciones, composé entre 1258 et 1270, fut publié par Josefa FERRÁNDIZ MARTÍNEZ, Libro de las Generaciones, Valence : Anubar, 1968, puis par Diego CATALÁN et María Soledad DE ANDRÉS, in :  Edición Crítica del Texto Español de la Crónica de 1344 que Ordenó el Conde de Barcelos don Pedro Alfonso, Madrid : Gredos, 1970, p. 211-337. Cette édition nous servira de référence.

24  Libro de las Generaciones, p. 304.

25 Libro de las generaciones, p. 305.

26 Libro de las Generaciones, p. 305-306.

27 Libro de las Generaciones, p. 306.

28 Cf. le Livro das Linhagens du Comte Pierre de Barcelos, édité par Diego CATALÁN et María Soledad DE ANDRÉS, in : Edición Crítica del Texto Español de la Crónica de 1344 que Ordenó el Conde de Barcelos don Pedro Alfonso, Madrid : Gredos, 1970, p. 211-337; ici p. 304-305 : « Quoamdo acordaron as gentes da terra pera averê rrey, guerrearromsse todos huûs com os outros gramdes tempos. E depois acordaromsse per emliçom e fezerom rrey Bamba ».

29 Cf. Alfonso GARCÍA GALLO, « Nacionalidad y territorialidad del derecho en la época visigoda », Anuario de Historia del derecho español, 13, 1941, p. 168-264.

30  Alfonso GARCÍA GALLO, Manual de historia del derecho español, I. El origen y la evolución del derecho, Madrid : Artes gráficas y ediciones, 1971, p. 579, § 1061 et 1061.

31 Sancti IVLIANI, HistoriaWambae regis, ad fidem editionis Wilhelm Levison, in : Jocelyn Nigel HILLGARTH, Berhard BISCHOFF, Wilhelm LEVISON (éd.), Sancti Iuliani Toletanae Sedis Episcopi Opera, Pars I (Prognosticon futuri saeculi libri tres. Apologeticum de tribus capitulis. De comprobatione sextae aetatis. Historia Wambae regis. Epistula ad Modoenum), Turnhout : Brepols, 1976, (Corpus Christianorum. Series Latina, CXV), 1976, p. 214-255, réimpression de l’édition de 1910, publiée dans Monumenta Germaniae Historica, SS. Rer. Mer., 5, p. 486-535. Cf. également Joaquín MARTÍNEZ PIZARRO, The story of Wamba, Julian of Toledo’s Historia Wambae regis, Washington : The Catholic University of America Press, 2005, et Pedro Rafael DÍAZ Y DÍAZ, « Julián de Toledo : “Historia del Rey Wamba” (Traducción y Notas) », Florentia Iliberritana, Revista de Estudios de Antigüedad Clásica, 1, 1990, p. 89-114.

32  Gregorio GARCÍA HERRERO, « El reino visigodo en la concepción de Julián de Toledo », Antigüedad y Cristianismo : Monografías sobre la Antigüedad tardía, 12, 1995 (Ejemplar dedicado a : Lengua e Historia : Homenaje al Profesor Dr. D. Antonio Yelo Templado al cumplir 65 años), p. 385-422, 391.

33 Ibid., p. 393.

34  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución del derecho…, p. 609, § 1110.

35  Suzanne TEILLET, Des Goths à la nation gothique. Les origines de l’idée de nation en Occident du Ve au VIIe siècle, Paris, 1984, p. 624 : « Pour définir plus précisément la personnalité juridique de la gens face au rex, Julien, comme ses prédécesseurs, associe à l’idée de communauté politique, évoquée par le terme gens, le concept de patrie, en reprenant la formule gens et patria devenue traditionnelle depuis saint Isidore de Séville ».

36  Jocelyn Nigel HILLGARTH, Berhard BISCHOFF et Wilhelm LEVISON (éd.), Sancti Iuliani Toletanae Sedis Episcopi Opera, Pars I…, ch. 2, l. 11 et ss : « Adfuit enim in diebus nostris clarissimus Wamba princeps, quem digne principari Dominus uoluit, quem sacerdotalis unctio declarauit, quem totiusgentis et patriae communio elegit, quem populorum amabilitas exquisiuit, qui ante regni fastigium multorum reuelationibus celeberrime praedicitur regnaturus. Qui clarissimus uir, dum decidentis Recesuindi principis morte exequiale funus solueret et lamenta, subito una omnes in concordiam uersi, uno quodammodo, non tan animo quam oris affectu pariter prouocati, illum se delectanter habere principem clamant ; illum se nec alium in Gothis principari unitis uocibus intonant et cateruatim, ne postulantibus abnueret, suis pedibus obuoluuntur ».

37 LR, p. 31.

38 Ibid., § 4.

39  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución del derecho…, p. 579-580, § 1061.

40 Cf. Karl ZEUMER (éd.), Monumenta Germaniae Historica. Leges nationum Germanicarum, t. 1, Leges Visigothorum, Hanovre et Leipzig : Impensis Bibliopolii Hahniani, 1973, 9, 2, 8, p. 372 (loi de Wamba) : « contra gentem uel patriam nostrumque regnum » ; XVIIe Concile de Tolède (694), in : José VIVES (éd.), Concilios visigóticos e hispano-romanos, Barcelone et Madrid : Consejo Superior de Investigaciones Científicas (España cristiana. Textos), 1963, p. 522 : « regni nostri utilitatibus seu genti et patriae nostrae necessaria ». Dans ces deux extraits, la gens et patria sont un synonyme juridique de regnum.

41  Juan Gil FERNÁNDEZ, José Luis MORALEJO et Juan Ignacio RUIZ DE LA PEÑA (éd.), Crónicas asturianas…. Version Rotense, p. 114 : « Quumque rex uitam finisset et in eodem loco sepultus fuisset, ab omnibus i conmune electus est Bamba in regno era DCCX »; traduction p. 194-196 : « Y una vez que el rey hubo acabado su vida y fue sepultado en el mismo lugar, Wamba fue elegido para el reino por todos en común, en la era 710 ».

42 Ibid., Version ad Sebastianum, p. 115 : « Quumque rex uitam finisset et in eodem loco sepultus fuisset, Uuama ab omnibus preelectus est in regno era DCCX » ; traduction p. 195-197 : « Y una vez que el rey hubo acabado su vida, y fue sepultado en el mismo lugar, Wamba fue elegido por todos para el reino, en la era 710 ».

43 Ibid., Version Albeldense, p. 170 : « [Recesuindus] in uilla Gerticos territorio Salamanticensi obiit Kl. Septembris sub imperatore Constantino Nouo. Bamba rg. an. VIIII. Primo regni anno… »; traduction p. 242-243 : « [Recesvinto] murió en la villa de Gérticos, en tierra de Salamanca, el primero de setiembre, siendo emperador Constantino el nuevo. Wamba reinó nueve años. Como en el primer año de su reinado… ».

44 LR, p. 32 : « Murie Vatizanus, e rregno el rei Rodrigo en toda Espanna, e fo buen rei e conquerie muito. […] A la sazon que regnaua el rei Rodrigo en Espanna… ».

45 LR, p. 32 : « Quando fo perdido el rei Rodrigo, conquerieron moros toda la tierra tro a en Portugal & en Gallicia fueras de las montannas d’Asturias ».

46  Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 115.

47  Le For Général de Navarre (1237) et les Fors de Sorbrabe suivent cette version selon laquelle Julien serait le neveu de Rodrigue.

48  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución el derecho…, p. 579, § 1061 et p. 617-618, § 1119.

49 LR, p. 32.

50  Wamba et Pélage sont d’ailleurs tous deux qualifiés de « muit buen rei ».

51  Alfonso GARCÍA GALLO, El origen y la evolución el derecho…, p. 581, § 1065 : « De este modo, la tierra adquiere conciencia y aun personalidad política ».

52  LR, p. 32.

53 LR, p. 33.

54  LR, p. 33.

55  Le LR manipule ici l’histoire puisqu’à Alphonse II (791-942) succéda son cousin issu de germains, Ramire I (842-850).

56  LR, p. 33.

57  LR, p. 31.

58  LR, p. 33.

59  Pour une étude de l’usage et du sens du mot « Castille », attesté depuis l’an 800, dans la documentation et l’historiographie contemporaines de la composition du Liber, cf. Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 116-118.

60  LR, p. 34.

61  Alphonse VI fut en effet roi de León de 1065 à 1109 et roi de Castille à partir de 1072 seulement.

62  LR, p. 35.

63  Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 119.

64  LR, p. 35.

65  LR, p. 26.

66  LR, p. 26.

67  Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 120.

68  Déjà, Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, p. 119, précisait que : « l’usage qu’ils (les auteurs du Liber) font du mot « Castilla », l’articulation qu’ils suggèrent de l’espace castillan et de l’espace où se meuvent Pélage et ses successeurs, entretiennent avec cette conception unanime un bien étrange rapport ».

69  Ce titre impérial est l’unique façon dont est nommé Alphonse VII dans le Liber regum.

70 LR, p. 33-34 : « el comte don Sancho ouo […] una filla qui ouo nomne la infant dona Albira. Esta infant dona Albira casoron la con el rei don sancho el maior qui fo rei de Nauarra e d’Aragon, e fo señor tro en Portugal ».

71 LR, p. 35: « Agora comtaremos de los reies de Nauarra e del rei Sanch Auarcha e del rei don Sancho el maior, ond uso dixiemos, e de todos los otros. El rei Ennech Ariesta ouo fillo al rei don Garcia, al que dixieron Garcia Ennequez… ».

72 LR, p. 35.

73  Cf. Georges MARTIN, Les Juges de Castille…, en particulier les p. 30-82 qui concluent ainsi : « Le Lignage de Rodrigue Diaz figurant dans le for général de Navarre est un fragment du Liber regum ».

74 LR, p. 33.

75  Antonio UBIETO ARTETA, Corónicas navarras, Valence : Anubar (Textos medievales 14), 1964. Il conviendrait en particulier de consulter le manuscrit 106 des archives de la cathédrale de Pampelune, fol. 104r°b-105r°a.

76 Ibid., p. 30-31 : « Est el linaje de Rodric Díaz el Canpeador. Como veni dreytament del linaje de Layn Calbo, qui fue copaynero de Nueno Rasuera. Et fueron anvos iudiçes de Castieylla. Del linaje de Nueno Rasuera vino l’Emperador. Del linage de Layn Calvo ovo II fijos : Ferant Layniz et Bermun Layniz. Et Fernan Layniç ovo fillo : Ferrant Layniç a Layn Ferlandeyz. Bermut Layniz ovo fillo a Ferrant Rodriguis. Ferant Rodriguiz ovo fillo a Pero Ferandiz, et una fija que ovo nopme don Elo. Nuyno Laniz prisó muyller a don Elo, et ovo en eylla Layn Nunyz. Layn Nuniç ovo fijo a Iac Layniç. Diac Layniç prisó mujer fija de Roy Diaz Alvariz d’Esturias, et fo muyt bon ombre, et muy rico, et ovo en eylla a Rodric Diaç. ». Cet extrait a été retranscrit par Georges MARTIN à partir du manuscrit 106 des Archives de la cathédrale de Pampelune, fol. 104r°b-v°a, in : Les Juges de Castille…, p. 33 : « Est es el linage de rodric diaz el cambiador que dizian mo zid el campeador. Como ueni dreytamentre de –linage de lain cabo. qui fu compayn(er)o de nueno rasuera e foron amos iudices de castela. de –linahe de nuenno rasuera uino l’emperador. de –linage de layn calbo uino meu –zit el campiador. Lain calbo ouo .ii. fijos. ferant layniz ouo fijo a –lain ferlandez. Bermunt lainiz. ouo fijo a rrodric bermundez & rodric bermundez ouo fijo a pedro ferrandiç. & una fija que ouo nopne don elo. Numno layniz priso muier a –don elo. & ouo en eylla lain muniz. lai(n) munez ouo fijo a –diac laynez. El padre de rodric diaz el cambiador. Diac laynez p(ri)so muier fija de roic alberez de sturias. & fo muyt bon ombre & ouo en eylla a rodric diaç. ». Cette transcription est hautement plus fidèle à la réalité historique.

77  Pour plus de simplicité, Laín Calvo eut deux fils, Fernán Laínez et Bermudo Laínez. Fernán Laínez > Laín Fernández > Nuño Laínez (qui épouse sa petite cousine Eoilo Fernández) > Lain Núñez > Diego Laínez > Rodrigo Díaz de Vivar. Bermudo Laínez > Rodrigo Bermúdez > Fernán Rodríguez > Eoilo Fernández, épouse de Nuño Laínez.

78  LR, p. 37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaël LE MORVAN, « Le concept de « tierra » espagnole et le néo-wisigothisme dans le Liber regum », e-Spania [En ligne], 9 | juin 2010, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/19830 ; DOI : 10.4000/e-spania.19830

Haut de page

Auteur

Gaël LE MORVAN

Université Paris-Sorbonne, SEMH-Sorbonne (CLEA, EA 4083), AILP (GDRE 671 du CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org