Navigation – Plan du site
Le Liber regum (ou Libro de las generaciones y linajes de los reyes)

Rhétorique et idéologie dans le Liber regum

Corinne Mencé-Caster

Résumés

Cette communication a pour objet de proposer une réflexion sur les rapports qui se nouent dans le Liber regum entre rhétorique et idéologie, sous l’angle du style paratactique. Considérant le texte du Liber comme un énoncé généalogique, il s’agira de montrer comment le scripteur utilise les modes d’enchaînement propres à ce type d’énoncé pour construire un récit qui valorise la chronologie au détriment des rapports logiques. L’effacement de la causalité explicative, mis en exergue par le choix de la parataxe, permet alors au scripteur de forger un récit historique qui se présente comme un « enregistrement » du réel, plus que comme une mise en forme de celui-ci. Il peut de la sorte masquer les enjeux idéologiques qui sous-tendent son récit et réélaborer le savoir historique existant, tout en donnant l’impression d’inscrire son texte dans la continuité de ce dernier.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Michel FOUCAULT, Dits et écrits, 2 t., Paris : Gallimard (Quarto), 1976-1988, 2, p. 538.
  • 2  Louis COPPER (éd.), El Liber regum. Estudio lingüístico, Zaragoza : Institución Fernando el Catli (...)

1Pour Michel Foucault, « le discours est cet ensemble régulier de faits linguistiques à un certain niveau et de faits polémiques et stratégiques à un autre niveau1 ». Envisageant le Liber regum2 comme un discours historique, je me propose d’examiner les modes de relations qui, dans ce texte, s’établissent entre ces deux réseaux de faits (linguistiques et polémiques), de manière à rendre compte de l’axiologie qui sous-tend le récit.

  • 3  Michel MEYER, Questions de rhétorique. Langage, raison et séduction, Paris : Librairie Générale Fr (...)

2Pour ce faire, le déterminant rhétorique apparaît comme un élément d’appréciation pertinent, dans la mesure où il constitue un filtre à partir duquel il est loisible d’étudier les stratégies discursives mises en œuvre par le scripteur. Puisqu’il n’est guère possible de dissocier la forme du discours de son contenu, l’examen des formes doit conduire à mieux cerner l’univers de croyances qui se déploie dans l’au-delà du texte. Or, cet univers de croyances est lui-même tributaire des univers qui lui préexistent et qu’il prétend supplanter, en donnant au vraisemblable (une version possible de l’histoire) la figure du vrai (la seule version possible). La rhétorique n’est-elle pas, en effet, une logique de l’identité et de la différence grâce à laquelle les hommes s’essaient à « négocier » leurs divergences ?3

3De fait, dans le Liber regum, le cadre syntaxique dans lequel viennent s’inscrire les énoncés, les modes d’enchaînement du récit, l’organisation particulière des séquences, sont autant d’éléments qui retiendront mon attention. J’entends montrer que certains traits d’écriture participent de la mise en scène d’une approche du passé qui, par sa dimension pseudo-objective, vise à endormir la vigilance critique du lecteur, afin de forcer son adhésion à un savoir historique qui est en rupture avec le savoir antérieur véhiculé par les sources du Liber.

Le Liber regum comme énoncé généalogique

4Il n’est pas erroné d’affirmer que le texte du Liber regum se présente au niveau macro-structurel, comme un énoncé généalogique. Pour Georges Martin, ce type d’énoncé se définit comme suit :

  • 4  Georges MARTIN, Histoires de l’Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Paris : Klinc (...)

L’énoncé généalogique est un récit dont un schéma de réalisation pourrait être « A engendra B, B engendra C, etc. », mais dont un contenu implicite est que A, B, C, etc. sont successivement dépositaires d’une même propriété. Ainsi la généalogie apparaît comme une sous-catégorie d’un type de réalisation narrative, généralement plus complexe, fondé sur la transmission à un objet B d’une propriété ayant appartenu à un objet A qui l’antécède dans le temps4.

5Vu que l’énoncé généalogique se présente, de prime abord, comme un modèle de récit structurant du Liber (A engendra B qui engendra C qui engendra N…), il paraît utile de relier les modes d’enchaînement propres à ce type d’énoncé au style paratactique qui caractérise le texte dans son entier. Pris sous un certain angle, l’énoncé de type généalogique dans lequel la succession joue un rôle important, vise en priorité à situer, à attribuer une place dans une série, où les unités ont en commun de détenir une même propriété transmise d’unité en unité. Dans le contexte du Liber, l’objectif est de décliner une succession de règnes constitutifs de l’histoire de l’Espagne (époque romano-wisigothique) et des territoires hispaniques (Castille, Navarre, Aragon, etc.), afin de les ordonner sur l’axe du temps. Le principe structurant d’une généalogie est, il est vrai, outre de situer, d’établir une continuité, un enchaînement, puisque la généalogie se déploie, se déroule le long de l’axe du temps. Cette prépondérance de la chronologie a pour effet de donner la primauté à la série sur l’unité et de favoriser une forme d’homologie, voire d’indiscrimination entre les unités de la série, c’est-à-dire entre les rois.

6Les modalités de présentation de ces règnes tendent à créer une impression d’uniformisation dans le traitement. Tout se passe comme s’il s’agissait juste de les présenter les uns après les autres, du fait de l’impossibilité de les embrasser d’un seul tenant, en raison de la contrainte liée à la linéarité du signifiant :

  • 5 L. COOPER, op.cit., p. 26.

[…] e pues faularemos de los godos como uinieron en Espanna e como la conquirieron, e del rei Bamba e del rei Rodrigo e del comte don Julian, e como se perdie la tierra e pues como se recobro. E pues faularemos de los reies e de los sennores qui foron en Castiella tro al emperador e tro al rei don Alfonso. E pues faularemos de los reies de Navarra e del rei Sanch avarcha tro al rei don Sancho. E pues diremos de los reies de Aragon, del rei don Remiro, que matoron en Gradus, tro al rei don Pedro, el sobrino del emperado5.

7Le mode de relations entre les phrases induit donc une approche des règnes dénuée de toute hiérarchisation. Leur évocation prend place, en effet, dans des unités phrastiques bien distinctes introduites par « e pues », comme si les règnes, à l’instar d’ailleurs des territoires mentionnés, n’étaient guère reliés entre eux. De fait, par ce dispositif syntaxique, le scripteur crée un ordre où la chronologie semble seule être opérante (« e pues »), puisque les unités (rois) formant la série (généalogie) sont tout à la fois reliées (ils appartiennent au même axe) et distantes (ils constituent des ensembles clos). Il paraît donc opportun de mettre en relation cette présentation liminaire avec l’organisation syntaxique d’ensemble, fondée, je l’ai dit, sur la parataxe.

8Rappelons que la notion de parataxe s’applique traditionnellement à des énoncés où se trouvent couplées au moins deux constructions prédicatives, en l’absence de toute marque segmentale de subordination. Soit l’exemple suivant :

  • 6  Ibid., p. 20.

Apres la muert del rei David, regno so fillo, el rei Salamon, en Iherusalem e en Israel. E fizo el temple de Deu en Iherusalem e acabo lo todo en vii annos.
Regno el rei Salamon xlv annos e murie, e soterroronlo en Iherusalem con el rei David, so padre, en Monte Syon. Apres la muerte del rei Salamo, regno so fillo Roboam6.

9Le mode d’enchaînement du récit est, comme le dénote cet exemple, dominé par la discontinuité. Les liens syntaxiques les plus abondamment utilisés sont, en effet, des outils de coordination, à valeur de succession chronologique et de liaison du récit (« e »), ce qui est le propre d’une organisation sémantique dominée par la parataxe7 avec ou sans coordination.

  • 8  Il pourrait être commode de considérer que l’organisation sémantique du Liber regum dont j’ai rapp (...)

10Comment expliquer alors que le scripteur ait choisi8 le mode de liaison paratactique, fondé en quelque sorte sur la discontinuité alors même que le principe de continuité pourrait servir à définir en partie l’énoncé généalogique ?

11Le traitement de la causalité représente sans aucun doute un facteur explicatif déterminant. Le choix de la trame généalogique suppose, en réalité, un ordre dans lequel la succession, et donc les liens chronologiques, importent davantage que la causalité, encore que celle-ci puisse être virtuellement inscrite. Or, le propre de la parataxe n’est-elle pas d’être un mode de liaison qui ne précise pas la nature exacte du lien entre les événements et qui, de fait, ne marque pas explicitement la causalité ? Avec ce mode de liaison, le scripteur n’a-t-il pas la liberté de mettre en œuvre une écriture où seule la succession fait sens ?

12Il appert que le primat de la chronologie, déjà inhérent au mode d’enchaînement de l’énoncé généalogique, est aussi manifesté au niveau du mode de liaison entre énoncés, comme si le scripteur cherchait autant que possible à gommer les indices de causalité. Qu’est-ce qui se joue donc dans cette volonté d’effacement de la relation causale et, ce faisant, des articulations logiques ?

13En choisissant de présenter le Liber sous la forme d’une généalogie des rois de l’Espagne romano-wisigothique et des territoires hispaniques (castillans, navarrais, aragonais…), le scripteur a pris le parti, semble-t-il, d’énumérer les règnes, les uns à la suite des autres, dans une succession a priori toujours ininterrompue. Il a ainsi la possibilité, par ce choix de la visée généalogique, d’imposer à son destinataire une lecture « verticale descendante », de règne en règne et de contribuer de la sorte à créer chez ce dernier un espace d’attente lié à l’ « automaticité » de la succession, un règne appelant le suivant. Dans cette tension vers l’avant, c’est-à-dire vers le présent le plus récent, le destinataire est conduit, presque malgré lui, à s’intéresser davantage à la série qu’à l’unité, comme pour faire sienne la priorité affichée du scripteur de situer un règne donné par rapport à un autre, sans expliciter aucunement les relations (causales, consécutives, concessives, etc.) que ce règne comme événement particulier est susceptible d’entretenir avec celui qui le précède ou qui le suit :

  • 9  L. COOPER, op.cit., p. 30.

Regno Adrianus XXII annos e murie, mal siglo aia ; e pues regno Antonius en Roma en so logar XXIIII annos, mas non fo tan malo com est. En aquel tiempo fo Galienus el buen mege. Murie Antonius e rregno Comoda dos annos. En aquel tiempo fo origenus.
Apres de Comoda regno Philipus, qui ouo temprança en la fe de christus
9.

14Le choix de la parataxe semble donc répondre au besoin du scripteur de rendre compte d’un enchaînement qu’il veut présenter dans sa linéarité, hors de toute contrainte explicative. Le passage rapide d’un règne à un autre, mis en exergue par le style paratactique, évoque un mouvement ininterrompu (déroulement « vertical » de la généalogie où les rois se succèdent l’un après l’autre), qui génère néanmoins une impression de clôture entre les règnes (juxtaposition des énoncés). Le double principe de la juxtaposition et de la succession, parce qu’il tend à isoler chaque description de règne de celle qui la suit et la précède, tout en établissant entre ces règnes un lien, participe activement du jeu de continuité-discontinuité qui permet au scripteur d’enter son propos sur le savoir historique antérieur tout en le détournant habilement.

Modulations du « récit de l’hérédité » dans le Liber regum

15Si le Liber semble, de prime abord, se conformer au « schéma de réalisation » caractéristique du récit généalogique (A engendra B, B engendra C…) et répondre, de ce fait, globalement à la logique d’organisation de ce type de récit, un examen plus attentif révèle qu’il n’en va pas réellement ainsi et que le regard du scripteur n’est pas toujours rivé sur la « transmission héréditaire » ou, dit autrement, sur la continuité généalogique à proprement parler.

16Dans l’analyse qu’il propose du « temps de l’hérédité », Georges Martin met en exergue l’importance qu’acquiert l’apport dans la transmission héréditaire, apport dont il souligne par ailleurs l’invariance :

  • 10  G. MARTIN, Histoires…, p. 59.

[…] je dirai que, grossièrement, l’hérédité scinde l’événement en un support variable et un apport invariable. La constance de l’apport qui, dans la succession temporelle, incide à un support variable, donne le sentiment d’une invalidation temporelle. Certes la transmission héréditaire est par définition fonction du temps, mais seulement dans la définition du support – et du reste, dans la définition du support le temps ne semble guère intervenir qu’en tant que dimension empirique : les supports se substituent l’un à l’autre dans la succession, voilà tout10.

17On peut remarquer, dans le Liber, une certaine irrégularité dans le traitement du « temps de l’hérédité », à tel point que le « récit de l’hérédité » reste comme dans l’arrière-plan du récit généalogique. À maints endroits du texte, quand le scripteur évoque le passage d’un support royal (père) à un autre (fils), il ne paraît guère soucieux d’exalter l’apport. On peut certes retrouver le schéma de réalisation du type A engendra B, mais sans aucune emphase sur le lignage. C’est en général la valeur exemplaire du récit qui l’emporte :

  • 11  L. COOPER, op.cit., p. 36.

Quando fue muerto el rei Sanç Avarca regno so fillo, el rei don Garcia, en so logar. E fo muit buen rei e muit franc e muit esforçado, e fizo muitas batallas con moros e vencielas. […] Quando fue muerto est rei don Garcia, regno so fillo, el rei don Sancho el maior, en so logar, e priso muller la filla del comte don Sancho de Castiella, qui dio los buenos fueros […]11.

18Comme pour confirmer les propos antérieurs, il n’est pas rare de trouver également mention dans le texte de bons rois qui engendrent des fils mauvais :

  • 12 Ibid., p. 32.

Murie el rei don Pelaio. Deus aia su alma, e rregno so fillo el rei don Fafila, e fo avol omne, e matolo un onso12.

  • 13 Ibid., p. 33.

Est rei Alfonso conquerie Lugo de moros, Tub e Portugal e Bragana e Viseu […] ; todas estas priso de moros e poblo las de christianos […]. Murie el rei don Alfonso, e rregno so fillo el rei don Fruella, e fo avol omne e mato a so ermano, e por la avileza que fizo matoronlo sus omnes, que muito dellos auia feitos cornudos13.

19Dans le même ordre d’idées, la continuité d’un roi à un autre peut être envisagée, sans qu’aucune allusion ne soit faite à un quelconque rapport de filiation :

  • 14 Ibid., p. 32.

Murie Vatizanus, e rregno el rei Rodrigo en toda Espanna e fue buen rei e conquirie muito14.

  • 15  G. MARTIN, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Pari (...)
  • 16 Ibid., p. 125.

20Outre ces variations, il n’est pas inintéressant de constater que le texte met également en scène un certain nombre de « discontinuités » du pouvoir royal, lesquelles contreviennent « au principe héréditaire qui fondait la transmission de la royauté »15. Georges Martin ne faisait-il pas remarquer à ce propos que « le Liber offre maints exemples d’interruption accidentelle de la continuité du pouvoir royal due à une rupture politique ou dynastique » ?16

21En effet, dans le Liber, les formes d’accession à la royauté ne ressortissent pas au seul principe héréditaire. Si on est roi de père en fils (forme d’accession prédominante), on l’est aussi par élection (cas de Wamba, de Pélage, d’Alphonse Ier, de Sanche Abarca. Le texte est sans ambiguïté à cet égard :

  • 17  L. COOPER, op.cit., p. 32.

Quando fo perdido el rei Rodrigo, conquerieron moros toda la tierra tro a Portogal e en Gallicia fueras de las montannas d’Asturias. En aquellas montannas, s’acuellieron todas las hientes de la tierra los qui escaporon de la batalla e fizieron rei por election al rei don Pelaio[…]. Est rei don Pelaio fo muit buen rei e leial […]17.

22On peut noter que l’accession à la royauté peut aussi provenir d’une décision collective, d’un accord commun sans qu’il soit fait mention explicite d’une quelconque élection :

  • 18  Ibid., p. 32-33.

El rei don Pelaio ouo una filla e dieronla por muller a don Alfonso, al fillo del sennor don Pedro de Cantabria, e levantoronlo rei ; e guerrioron a moros e fizieron muitas batallas e uencieron las18.

23Les modulations auxquelles se trouve soumis le principe héréditaire dans le Liber regum semblent alors indiquer que le scripteur du Liber n’a pas pour objectif premier, s’agissant du moins de certains segments textuels, l’exaltation du schème de la parenté. L’exemplarité des rois « par élection » n’est pas moins louée dans le texte que celle des rois « par filiation génétique », d’autant que, nous l’avons signifié, le « récit de l’hérédité » n’occupe que rarement le premier plan. Cette remise en cause du modèle de royauté « généalogique » atteint son point culminant, quand est évoquée l’absence de postérité d’Alphonse II :

  • 19  Ibid., p. 33.

Est rei don Alfonso non lexo fillo nenguno, ni non remaso omne de so lignage qui mantoviesse el reismo, e estido la tierra assi luengos tiempos. E pues acordoron se e eslieron todos dos iudices porque.s cabdellassen d’estos dos iudices : el uno ovo nomne Nunno Rasuera e el otro ouo nomne Lain Calbo19.

  • 20  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 114 : « […] mais en proclamant l’épuisement du lignage d’Alp (...)

24Cette nouvelle rupture, annoncée sans doute par la précédente (disparition de la royauté fondée par Pélage), est d’autant plus significative qu’elle ne débouche pas, comme c’était le cas antérieurement, sur l’élection d’un roi mais sur celle de deux juges. Georges Martin a amplement commenté cette distorsion, en soulignant notamment comment elle contrevenait au savoir historique véhiculé par les sources du Liber20.

25Dans la perspective qui est la nôtre, cet écart par rapport au savoir antérieur éclaire de façon déterminante l’intention de propos du scripteur. Jusqu’à un certain niveau du récit (à savoir en amont de l’évocation des lignages issus de Laïn Calvo et de Nuño Rasura), ce qui compte, ce n’est pas tant que le roi x soit systématiquement relié par filiation au roi x+1, qui serait lui-même relié au roi x+2, et ce, jusqu’au roi x+n, ni que ce roi transmette à ses successeurs une quelconque propriété invariante, mais plutôt que certains rois bien identifiés (par exemple, les rois castillans) ne puissent pas bénéficier du prestige des dynasties royales qui les antécèdent dans le temps (en l’occurrence, du prestige de la dynastie royale post-wisigothique). Les coupes introduites par le scripteur dans les généalogies (mort prématurée de Fafila, absence de postérité d’Alphonse II le Chaste par exemple) le sont, en vertu même de la logique de l’invariance de l’apport (le prestige) qui court le long de la chaîne de la royauté héréditaire et dont il s’agit de briser la transmission.

26L’introduction du principe électif a donc pour unique objet de briser cette chaîne en insérant des acteurs nouveaux (les Juges de Castille par exemple) susceptibles d’être reliés génétiquement aux restaurateurs navarrais dont la défense des intérêts préside à l’ordonnancement des enchaînements généalogiques. À ce niveau (c’est-à-dire sous l’angle des lignages issus des Juges) la transmission généalogique recouvre toute son importance et le scripteur sait renouer avec la logique du « récit de l’hérédité », pour asseoir la légitimité des restaurateurs navarrais et affaiblir dans le même temps celle de leurs rivaux castillans. On note ainsi, dans le segment relatif aux Juges de Castille, que le « récit de l’hérédité » acquiert une importance accrue, le scripteur cherchant par l’établissement minutieux de ces filiations à expliciter l’invariance des qualités que les ancêtres primordiaux, Laïn Calvo et Nuño Rasura ont transmises à leurs descendants :

  • 21  L. COOPER, op.cit., p. 33-34.

Del lignage de Ninno Rasuera uino l’emperador de Castiella, e del lignage de Lain Calbo uino mio çith el Campiador. Nunno Belchidez ouo fillo a Nunno Rasuera. Nunno Rasuera ouo fillo a Gonçalbo Nunnez. Gonçalbo Nunnez ouo fillo al comte Fernand Gonçalbez. A el comte Fernand Gonçalbez ouo fillo al comte don Sancho, el qui dio los buenos fueros. A el comte don Sancho ouo fillo al ifant Garcia, el que matoron en Leon, et una filla qui ouo nomne la ifant dona Albira. Esta ifant dona Albira casoron la con el rei don Sancho el maior, qui fo rei de Navarra e d’Aragon, e fo sennor tro en Portogal21.

27De fait, il serait vain de croire en une quelconque prise de distance à l’égard du modèle généalogique, même s’il faut bien convenir que les distorsions que subit ce modèle, du fait des ruptures introduites, consacre l’émergence d’un modèle mixte qui relève tout à la fois de l’hérédité et de la territorialité. Autrement dit, il y a à la fois soumission au modèle de royauté héréditaire quand ce modèle s’ajuste aux intérêts du scripteur et rupture avec ce modèle quand il les contredit.

28Quoi qu’il en soit, le « récit de l’hérédité » reste au fondement même de la stratégie discursive mise en place, le scripteur n’ayant pas d’autre visée que celle d’établir la suprématie d’un lignage par rapport à un autre. Les « coupes » introduites dans les généalogies sont donc à interpréter comme des lieux privilégiés d’affleurement de son idéologie. Elles nous montrent comment le scripteur s’essaie à inscrire son texte dans la continuité du savoir historique existant, tout en réinterprétant subtilement les données fondatrices de ce savoir. Le choix de l’énoncé généalogique lui fournit donc l’armature à partir de laquelle il peut créer l’illusion de la succession continue, tandis que le recours au style paratactique lui laisse le loisir de ne pas justifier les possibles blancs « généalogiques » ou les diverses césures qu’il est susceptible d’introduire au sein des généalogies qu’il décline.

29Surtout, cette dialectique de la continuité et de la discontinuité lui permet d’éviter le piège de la causalité et de poser un univers transparent qu’il ne s’avère guère pertinent de questionner.

Parataxe et idéologie

30L’enjeu est donc, pour le scripteur, de faire en sorte que les coupes introduites dans les généalogies (qu’elles soient dynastiques ou autres) puissent ne pas susciter trop de questions, ni éveiller la méfiance de destinataires habitués sans doute à une version autre de l’histoire. De fait, loin de s’attacher à décrire ces ruptures ou à les commenter longuement, le scripteur les mentionne brièvement, sans leur conférer aucunement le statut de « problème » ou d’incident.

31On voit alors le parti qu’il peut tirer de l’usage de la parataxe. Le recours à cette organisation syntaxique lui permet, en effet, de poser un monde où l’évidence est de mise et où l’enchaînement rapide des événements crée une impression d’extrême fluidité, tout en ménageant, du fait de la juxtaposition des énoncés, des clôtures propices aux non-dits. La succession apparemment sans heurts des faits dessine ainsi une réalité non problématique. Il s’ensuit que l’absence de postérité est présentée comme un fait d’ordre supérieur, sorte de loi de la nature, sur quoi personne ne saurait avoir de prise, et dont il s’agit simplement de faire le constat :

  • 22  Ibid., p. 33.

Est rei Alfonso non lexo fillo nenguno, ni non remaso omne de so lignage qui mantoviesse el reismo, e estido la tierra assi luengos tiempos. E pues acordoron se e eslieron dos iudices porque.s cabdellasen d’estos iudices : el uno ouo nomne Nunno Rasuera e el otro ouo nomne Lain Calbo22.

32De fait, ce défaut d’héritier apparaît presque comme un défi, imposé par Dieu ou la nature, à la gens. Le recours au principe électif intervient alors comme la solution idoine pour suppléer aux ruses de la nature et préserver l’ordre supérieur du maintien de la continuité d’un pouvoir sur le territoire. C’est précisément en veillant constamment à écrire la continuité du pouvoir (principe héréditaire ou électif) sur le territoire évoqué, que le scripteur parvient à doter son récit d’une forte cohérence et crédibilité, en faisant de l’absence d’héritier, une simple péripétie dans le déroulement d’une intrigue dont le dénouement est par avance connu, puisque la continuité du pouvoir sur le territoire ne saurait jamais être mise en péril.

33Le choix de la parataxe participe donc du projet du scripteur de limiter au maximum les articulations logiques, afin de ne pas se soumettre à la contrainte de l’explication, qui est, à n’en pas douter, justification. En effet, en passant sous silence certains épisodes sans même signaler ces ellipses, en omettant d’exposer les causes et finalités des événements pour  « poser » uniquement ceux-ci dans leur « réalité », le scripteur renonce à inscrire dans son discours la complexité effective des faits et semble désireux de décrire le réel dans son immédiateté, voire sa fatalité, sans chercher à le comprendre ni à l’expliquer. Il n’y a dans son discours ni cause, ni opposition, ni concession, ni conséquence. Par conséquent, il tente d’imposer au lecteur cette vision d’un monde transparent où les faits parlent d’eux-mêmes et n’appellent aucun commentaire. Monde où rien de ce qui est dit ne saurait être remis en cause, puisque tout est d’une remarquable clarté et neutralité.

34L’absence de liens logiques a pour conséquence première d’endormir en quelque sorte la vigilance critique du destinataire. Chaque élément est posé dans sa complétude, sans liaison explicite avec l’élément juxtaposé avec lequel il entretient néanmoins une relation sémantique. De fait, les coupes sont moins visibles, moins suspectes. Le choix d’une distribution des rois, et donc, des règnes, selon les territoires, choix qui favorise une approche « morcelée », « fragmentaire » des règnes qui font pourtant partie d’un même ensemble, répond donc à ce besoin d’inscrire la discontinuité dans la continuité, afin de réinterpréter l’histoire des généalogies et des lignages, sans éveiller de soupçons sur ce qui est dit.

  • 23  Dans la parataxe, tout ou presque est possible et l'on pourrait s'amuser à relire le texte à l'inf (...)

35Cette fragmentation qui sert les intérêts du scripteur, en lui permettant de juxtaposer sans relier, « d’asserter » sans argumenter, est parfaitement servie par le style paratactique. Dans la parataxe, en effet, il y a toujours comme un hiatus entre la cause et l’effet, hiatus qui induit, semble-t-il, une pluralité de sens. La possibilité d’inscrire un hiatus narratif est une aubaine pour le scripteur, car cela lui permet de laisser au commentateur ou au lecteur la tâche de rétablir la logique, ou tout aussi bien de ne pas la rétablir. Le texte est pratiquement inépuisable23, tout étant présenté sur le mode de la concomitance par l'emploi du « e ».

36De fait, tout se passe comme si le scripteur du Liber, en renonçant en quelque sorte à marquer plus fortement l’articulation logique du discours, visait à faire du récit historique un récit qui se contente de décrire, de constater, sans aucune ambition explicative, ni mise en forme particulière. Il laisse entendre par là même que rien de plus ne doit être dit, ainsi qu’en témoignent la clôture des séquences et le choix de la structure généalogique qui constitue une série continue mais fermée.

37S’exerce là encore la dialectique de la continuité (celle d’un pouvoir politique sur les territoires des règnes) et de la clôture (s’en tenir à ce qui est dit, à l’absolue simplicité du monde présenté). Celle-ci est au fondement même de la stratégie discursive mise en place pour proposer une nouvelle vision de l’histoire des royautés hispaniques.

38On retrouve donc, à propos de l’usage qui est fait de l’énoncé généalogique dans ce texte, ce que Michel Foucault disait de tout énoncé pour en souligner la dimension pragmatique :

  • 24  M. FOUCAULT, Archéologie du savoir, Paris : Gallimard (Bibliothèque des Sciences Humaines), 1969,p (...)

Au lieu d’être une chose dite une fois pour toutes […] l’énoncé, en même temps qu’il surgit dans sa matérialité […] s’intègre à des opérations et des stratégies où son identité se maintient ou s’efface. Ainsi l’énoncé circule, sert, se dérobe […] entre dans l’ordre des contestations et des luttes, devient thème d’appropriation ou de rivalité24.

Haut de page

Notes

1  Michel FOUCAULT, Dits et écrits, 2 t., Paris : Gallimard (Quarto), 1976-1988, 2, p. 538.

2  Louis COPPER (éd.), El Liber regum. Estudio lingüístico, Zaragoza : Institución Fernando el Catlico (Archivo de Filología Aragonesa, Anejo 5), 1960.

3  Michel MEYER, Questions de rhétorique. Langage, raison et séduction, Paris : Librairie Générale Française (Livre de poche), 1993, p. 22 : « En fait, la rhétorique est la rencontre des hommes et du langage dans l’exposé de leurs différences et de leurs identités […] Chaque fois le rapport rhétorique consacre une distance sociale, psychologique, intellectuelle, qui est contingente et d’occasion, qui est structurelle, en ce qu’elle se manifeste, entre autres, par des arguments ou par séduction. D’où notre définition : la rhétorique est la négociation de la distance entre sujets. Cette négociation a lieu par le langage (ou pour être plus général, par du ou un langage), rationnel ou émotif, peu importe ».

4  Georges MARTIN, Histoires de l’Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Paris : Klincksieck (Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11), 1997, p. 59.

5 L. COOPER, op.cit., p. 26.

6  Ibid., p. 20.

7  Mathilde DARGNAT, « Constructionnalité des parataxes conditionnelles », p. 6 : le terme parataxe est loin d’être univoque. C’est ce que montre notamment la synthèse de Glikman, qui a comparé les définitions contenues dans différentes syntaxes et grammaires du français. Le principal problème est que, pour désigner des énoncés, les différents auteurs sont confrontés à deux systèmes terminologiques concurrents (parataxe-hypotaxe et juxtaposition-coordination-subordination), qui ne sont pas de stricts équivalents. Le terme parataxe est opposé à hypotaxe de deux manières différentes, il peut aussi être synonyme de juxtaposition et s’opposer alors à coordination et subordination. Souvent, il est également présenté comme une sorte de synonyme d’asyndète, qui renvoie dans le cas présent à l’absence de mot de liaison entre A et B. Les définitions mobilisent, soit de manière isolée soit simultanément, des critères lexico-syntaxiques (présence/absence d’une conjonction), sémantiques (lien logique entre A et B), prosodiques, etc. De ce fait, il est très difficile de les comparer. Je pars d’une définition simple et concrète : « La parataxe est un procédé syntaxique consistant à juxtaposer des phrases sans expliciter par une particule de subordination ou de coordination le rapport de dépendance qui existe entre elles dans un énoncé, dans un discours, dans une argumentation ».

8  Il pourrait être commode de considérer que l’organisation sémantique du Liber regum dont j’ai rappelé précédemment la dimension paratactique relève moins d’un choix délibéré que d’une contrainte forte, liée au faible éventail de connecteurs disponibles à l’époque dans la langue castillane. Pourtant, dans le texte, les exemples ne manquent pas qui signalent des possibilités d’indiquer plus clairement la nature des liaisons. J’en prends pour preuve les exemples suivants :
(a) « Jheconias, el fillo de Iosias, e sos ermanos e tot so parentesco foron leuados in catiuo de Babilonia, ond dize en el evangelio ‘in transmigratione Babilonis’ » (L. COOPER, op.cit., p. 24).
(b) « Quando murie Nabucho, regno so fillo Balthasar. E fizo las cosas que pesoron al Criador, que beuie con sos mulleres en los basos que so padre Nabuchodonosor aduxo de la santidat del temple de Iherusalem. E por est pecado que fizo, lo mataron […] », (ibid., p. 25).
(c) « Est Iulius Cesar mato so suegro a Pompeus por que no lo quiso collir en la cibdath », (ibid., p. 29).
(d) « Regno Costantin XXX annos. E pues regno en Roma […] e fo mal rei e erege, que todos los xianos que trobo en so reismo todos los tormentó », (ibid., p. 30).(e) « […] e rregno so fillo el rei don Fruella, e fo avol omne e mato a so ermano, e por la avileza que fizo matoronlo sus omnes, que muito dellos auia feitos cornudos », (ibid., p. 33).
Me fondant sur ces exemples, je prends donc le parti de tenir pour signifiant le choix de la parataxe avec coordination. Ceci posé, je me propose dès lors d’analyser de manière plus détaillée cette organisation pour tenter de percer à jour l’idéologie qui la sous-tend. Les énoncés qui m’intéressent sont des énoncés complexes de forme XY, où X et Y sont des phrases verbales coordonnées par la conjonction « e ». S’établit donc entre ces énoncés une relation de discours, c’est-à-dire une relation abstraite entre deux segments discursifs qui peuvent être liés par un rapport de causalité, de conséquence, de temporalité, etc.

9  L. COOPER, op.cit., p. 30.

10  G. MARTIN, Histoires…, p. 59.

11  L. COOPER, op.cit., p. 36.

12 Ibid., p. 32.

13 Ibid., p. 33.

14 Ibid., p. 32.

15  G. MARTIN, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l’Espagne médiévale, Paris : Klincksieck (Annexes des Cahiers de linguistique médiévale, 6), 1992, p. 125.

16 Ibid., p. 125.

17  L. COOPER, op.cit., p. 32.

18  Ibid., p. 32-33.

19  Ibid., p. 33.

20  G. MARTIN, Les juges de Castille…, p. 114 : « […] mais en proclamant l’épuisement du lignage d’Alphonse et l’absence de tout héritier […] en affirmant la disparition de la royauté fondée par Pélage, il contrevient gravement au savoir historique dont avaient hérité les hommes de son temps ».

21  L. COOPER, op.cit., p. 33-34.

22  Ibid., p. 33.

23  Dans la parataxe, tout ou presque est possible et l'on pourrait s'amuser à relire le texte à l'infini en faisant varier les valeurs du « e ». Le style paratactique est évidemment celui qui laisse le plus de place au commentaire et aux commentateurs, en ce sens qu'il ne se commente pas lui-même et que peuvent surgir des rapports inattendus entre des éléments qui se trouvent tous mis à plat sur le même plan.

24  M. FOUCAULT, Archéologie du savoir, Paris : Gallimard (Bibliothèque des Sciences Humaines), 1969,p. 145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Mencé-Caster, « Rhétorique et idéologie dans le Liber regum », e-Spania [En ligne], 9 | juin 2010, mis en ligne le 17 août 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/19472 ; DOI : 10.4000/e-spania.19472

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org