Navigation – Plan du site
Varia

L'historiographie du moyen âge espagnol : de l’histoire de la différence à l’histoire des différences

Étude et bibliographie
Denis MENJOT

Résumés

L’article se veut un essai d’interprétation et de synthèse de l’histoire du moyen âge espagnol depuis la fin du XIXe siècle à travers une clé de lecture des œuvres historiques produites pendant cette période, la notion de différence, qui est à l’origine implicitement ou explicitement de nombreux travaux et nourrit des sentiments identitaires.
Un parcours historiographique met en évidence les trois temps de la différence, la naissance de la médiévistique dans une histoire identitaire (fin XIXe siècle-1936), l’isolement d’une Espagne qui exalte sa différence : le moyen âge sous Franco (1939-1975), l’histoire médiévale dans les « régions et nations » de la fédération espagnole, membre de l’Union européenne.
L’essence de la différence apparaît à travers les productions sur l’identité de l’Espagne et le sentiment national, les identités des nations ibériques, l’Islam et l’identité hispanique, les identités minoritaires.
La différence constitue l’enjeu de débats historiographiques dont certains sont encore d’actualité. Trois ont eu un fort impact et ont abouti à des renouvellements thématiques profonds : le féodalisme hispanique, le modèle de développement économique « périphérique » et les modèles monarchiques.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Benedetto CROCE, Théorie et histoire de l’historiographie, Genève : Droz, 1978 ; Adrian HASTINGS, (...)

1L’histoire se pense, s’écrit et se réécrit différemment selon les nations et selon les époques en fonction des vicissitudes de la formation des États, des traditions, des diverses influences extérieures, des renouvellements de perspectives et des conceptions des historiens1. Faire l'histoire de l'histoire d'une nation se révèle donc un exercice exigeant et délicat mais essentiel pour comprendre l'évolution des contraintes et des présupposés idéologiques, politiques et institutionnels qui conditionnent les productions historiques.

  • 2  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Aproximación al medievalismo español (1939-1984) », in : Valentin V (...)
  • 3  Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, « La investigación en historia medieval de Andalucía », Medievalismo, 1, (...)
  • 4  Alberto FERREIRO, The Visigoths in Gaul and Spain (418-711), a bibliography, Leiden, New-York : Br (...)
  • 5  D’une façon générale, les historiens espagnols se soucient d’ailleurs fort peu de faire connaître (...)

2La production sur le moyen âge espagnol est foisonnante, riche, diverse et complexe. Elle reste pourtant mal connue hors de la péninsule où l’histoire de l’Espagne n’est souvent étudiée qu’au siècle d’Or, quand le royaume des Habsbourgs s’impose comme une grande puissance sur la scène internationale avant de décliner à partir du XVIIe siècle. Elle a donné lieu à des bilans généraux2, régionaux3 et thématiques4 qui sont plus ou moins complets et couvrent des périodes chronologiques plus ou moins longues, mais s’accompagnent généralement de bibliographies souvent étoffées, parfois exhaustives et quelquefois commentées. Ils sont d’autant plus nécessaires que les publications sont écrites dans les différentes langues péninsulaires et dans des langues étrangères et dispersées dans une multitude d’ouvrages, de revues et d’actes de colloques, de diffusion trop souvent locale et donc confidentielle5.

  • 6  Je renvoie à la sélection d’ouvrages indiqués en notes et à la sélection bibliographique qui fait (...)

3Mon objectif ne consiste pas à ajouter un nouveau bilan, qui ne pourrait avoir comme intérêt que d’actualiser les références, ni à proposer un catalogue commenté des multiples thèmes abordés6, qui ne pourrait être qu’incomplet et partial, ni à présenter un résumé de la production historiographique qui nécessiterait le travail d’une équipe. Je voudrais prendre le risque de présenter un essai d'interprétation et de synthèse de l'histoire de l’histoire du moyen âge espagnol depuis la fin du XIXe siècle. Il m’a semblé qu’une clé de lecture des œuvres historiques produites au cours de cette période troublée résidait dans la notion de différence qui est à l’origine explicitement ou implicitement de nombreux travaux, nourrit les sentiments identitaires et constitue l’enjeu de bien des débats dont certains sont encore d’actualité.

4Ce concept ne saurait bien évidemment rendre compte de toute la diversité et la complexité de l’historiographie dans les couronnes de Castille, d’Aragon et de Navarre qui composaient au moyen âge ce qui allait devenir l’Espagne et qui ont chacune leurs traditions. Il pourrait cependant permettre aussi de mieux s’orienter dans une bibliographie surabondante, mais de qualité inégale, et de mieux comprendre les orientations majeures des recherches des historiens espagnols et étrangers – relativement nombreux – de l’Espagne médiévale.

Les temps de la différence : parcours historiographique

5Entre les dernières décennies du XIXe siècle et les premières années du XXIe siècle, trois périodes se distinguent dans l'étude du moyen âge espagnol : celle d’avant la guerre civile, celle de la dictature franquiste et celle de l’Espagne démocratique. Au cours de chacune d’elle, les générations successives d’historiens, conditionnées par des idéologies, des méthodes de recherche et une demande sociale, ont posé la question de l’identité de l’Espagne, de sa différence affirmée ou niée au sein des nations européennes, puis différences affirmées ou niées « des régions et des nations » au sein de ce qui constitue actuellement la fédération espagnole.

Naissance de la médiévistique dans une histoire identitaire (fin XIXe siècle – 1936)

  • 7  Ignacio PEIRÓ MARTÍN, Los guardianes de la historia. La Historiografía de la Restauración, Saragos (...)
  • 8  Sur quelques grandes figures d’historiens, voir Ignacio PEIRÓ MARTÍN et Gonzalo PASAMAR ALZURIA, H (...)

6Jusqu’aux années trente du XXe siècle, l’historiographie espagnole ne se distingue guère de celle des autres pays européens. Sous la Restauration (1876-1902), elle est généraliste et académique, positiviste et érudite, nationaliste et libérale7. La Real Academia de la Historia, fondée en 1738, a le monopole de l’Histoire officielle dont le chef de file est Marcelino Menéndez Pelayo (1856-1912). Le moyen âge occupe une grande place à cause de son importance dans la formation de la nation espagnole et de son identité qui préoccupe les intellectuels. Deux grandes figures se distinguent, celles de Rafael Altamira (1866-1951), professeur d’histoire du droit et d’Eduardo Hinojosa (1852-1919), professeur d’ « histoire ancienne et moyenne de l’Espagne », auxquelles il conviendrait d’ajouter Manuel Gómez-Moreno (1870-1970) et Antonio Ballesteros Beretta (1880-1949)8. Ces historiens, influencés par l’école historique juridico-institutionnelle allemande, peuvent être considérés comme les précurseurs de la médiévistique espagnole.

  • 9  André D. TOLÉDANO, « L’enseignement de l’histoire dans les universités espagnoles », Revue de synt (...)
  • 10  Sur ce mouvement et son influence historiographique voir Enric PUJOL, « Noucentisme historiogràfic (...)

7A l’aube du XXe siècle, l’histoire se spécialise et se professionnalise et le moyen âge se trouve au cœur du débat sur l’identité de l’Espagne après la perte des dernières colonies en 1898. L’histoire s’enseigne désormais dans les nouvelles facultés de lettres9, mais l’université centrale de Madrid est la seule a avoir une chaire d’ « histoire ancienne et médiévale d’Espagne » alors qu’à Barcelone, l’Institut d’Etudes Catalanes, créé en 1907, se développe, soutenu par le mouvement culturel connu sous le nom de noucentisme10.

  • 11  José Ignacio PÉREZ PASCUAL, Ramón Menéndez-Pidal, Ciencia y Pasión, Valladolid : Junta de Castilla (...)
  • 12  José Luis MARTÍN, Claudio Sánchez-Albornoz, Valladolid, 1986. Reyna PASTOR, « Claudio Sánchez-Albo (...)

8Une pléiade d’historiens, issus très majoritairement du corps des archivistes et bibliothécaires, se lancent dans l’étude de cette période parmi lesquels les plus féconds et les plus brillants sont Ramón Menéndez-Pidal (1869-1968)11, José María Loscertales (1890-1956), Ramon d’Abadal (1888-1970), Ferran Soldevila (1894-1971), auxquels il faut associer Ferran Valls i Taberner (1888-1942), historien du droit et des institutions, ainsi qu’Américo Castro (1885-1971) historien de la langue et de la littérature. Une figure charismatique se détache, celle de Claudio Sánchez-Albornoz (1893-1984), qui peut être considéré comme le fondateur de la médiévistique espagnole12. Historien brillant à l’érudition remarquable, chercheur infatigable et fécond, enseignant stimulant, homme passionné et véhément, engagé dans la défense de la démocratie jusqu’à accepter la présidence de la république espagnole en exil, ce dernier, a fait connaître quantité de textes – y compris sur al-Andalus – et ouvert de nombreux chantiers pionniers même s’il reste encore très positiviste dans ses approches. Parmi ses œuvres les plus importantes, citons : Autour des origines du féodalisme, où il conclut à l’existence d’un proto-féodalisme à l’époque du royaume wisigothique de Tolède dont il met au jour les structures socio-politiques ; Dépeuplement et repeuplement de la vallée du Duero, qu’il voyait vide d’hommes à l’arrivée des colons au XIe siècle ; La ville de León au Xe siècle, qu’il analyse dans une perspective d’ « histoire globale » avant la lettre, après avoir étudié le gouvernement des villes d’Espagne du Ve au Xe siècle. Plusieurs de ses travaux font sortir de l’ombre le royaume asturo-léonais. Il s’est aussi intéressé aux problèmes monétaires et à la fiscalité, à la paysannerie, au prix de la vie au Xe siècle, à l’Espagne musulmane, à l’art mudéjar et aux communautés juives. En 1924, il est l’un des fondateurs de l’Anuario de Historia del Derecho Español, qu’il dirige jusqu’à la guerre civile, avant de créer en 1932 l’Institut d’Etudes Médiévales. L’AHDE publie des documents et des articles d’histoire du droit et des institutions, mais accueille aussi des travaux novateurs comme, dans un des premiers numéros, celui de Ramón Carande, Sevilla, fortaleza y mercado, et ceux d’historiens et économistes étrangers comme Alphonse Dposch, Henri Sée et Marc Bloch, de sorte que la revue peut être considérée comme le point de départ du développement des études d’histoire économique et sociale en Espagne. Au même titre que Marc Bloch ou Henri Pirenne, Claudio Sánchez-Albornoz a ouvert de nombreuses voies dans lesquelles se sont engouffrés ses successeurs immédiats parmi lesquels Ramón Carande, Luis García de Valdeavellano, Emilio Saéz, Eloy Benito Ruano, Luis Suárez Fernández, Luís Vásquez de Parga, ou encore le français Jean Gautier-Dalché et bien d’autres après eux. Son influence fut immense pendant des décennies.

  • 13  Le thème de la décadence a préoccupé jusqu'à l'obsession de nombreux lettrés espagnols depuis le X (...)

9Ces médiévistes tissent des liens avec l’extérieur, principalement avec l’Allemagne et la France, où ils séjournent comme boursiers ou professeurs invités dans différentes universités et participent à des congrès internationaux. Avec eux se définit pour la première fois un espace du savoir historique distinct de ceux de la réflexion philosophique et de l’essai littéraire sur le problème de l’"être espagnol" qui était englué jusqu’alors dans le débat sur la décadence13. La professionnalisation s’accompagne d’un intérêt pour les sources, les outils et les questions méthodologiques.

L’isolement d’une Espagne qui exalte sa différence : le moyen âge sous Franco (1939-1975)

  • 14  David K. HERZBERGER, Narrating the past. Fiction and historiography in postwar Spain, Durham, NC : (...)
  • 15  Voir le bilan du cinquantenaire de la revue fait par Celso ALMUIÑA FERNÁNDEZ (dir.), « ‘Hispania’, (...)

10La guerre civile qui éclate en 1936 brise net cette évolution car la dictature franquiste coupe l’Espagne des influences extérieures en l’isolant sur la scène internationale – au même titre que le Portugal salazariste – et instaure sous l’autorité de l’Opus Dei une censure très stricte sur toutes les productions intellectuelles. Le régime fait du passé la propriété de l’État et réduit au silence toutes les voix discordantes14. Il publie une bibliographie officielle, Bibliografía General Española e Hispanoamericana qui constitue une forme de mise à l’index de toutes les publications qui n’y figurent pas. La période médiévale reste très prisée par les historiens, car politiquement moins dangereuse, surtout parce qu’ils se tournent prioritairement vers les publications de sources, l’étude des institutions et l’histoire de l’Église. C’est l’orientation prise par l’Anuario del Derecho Español, qui continue à être publié mais par l’Institut National d’Études Juridiques du ministère de la Justice sous les auspices du Consejo Superior de Investigaciones Científicas, créé par décret du chef de l’État en 1939. Le CSIC fonde plusieurs revues destinées à orienter et à contrôler les recherches : en 1940, Hispania, revue d’histoire officielle du régime15 ; en 1941, Sefarad pour l’étude des langues et des cultures des peuples de l’Orient Ancien ainsi que de l’histoire et de la culture des juifs d’Espagne ; en 1944, Arbor dans le but, déclare le premier éditorial, de « restaurer la pensée hispanique dans son sens profond et glorieux qui est à la fois traditionnel et catholique » et, en 1945, Hispania Sacra, spécialisée dans l’histoire religieuse. Le CSIC, avec lequel l’Université doit désormais partager le monopole de la recherche, favorise aussi la création de nouveaux instituts tels ceux de Jerónimo Zurita et Enrique Flórez.

  • 16  Par exemple, Julio GONZÁLEZ Y GONZÁLEZ, Repartimiento de Sevilla, Madrid : CSIC, 1951 et Juan TORR (...)
  • 17  Justo PÉREZ de URBEL, Los monjes españoles en la Edad Media, Madrid : Instituto de Valencia de don (...)

11Contrainte de vivre en autarcie et sous une chape de plomb idéologique, l’histoire n’a plus de préoccupations épistémologiques ni méthodologiques, elle revient au positivisme et à l’histoire événementielle et se réfugie dans l’érudition, au demeurant de très grande qualité, avec les disciples de Claudio Sánchez-Albornoz auxquels il faudrait ajouter Julio González y González, Juan Torres Fontes, Florentino Pérez Embid, Ángel Martín Duque, Ángel Ferrari, Salvador de Moxó qui optent principalement pour des travaux monographiques accompagnés d’éditions de textes16 et des membres du clergé comme Justo Pérez de Urbel ou Juan Francisco Rivera Recio17. L’histoire nationaliste revient sur le devant de la scène. Marcelino Menéndez y Pelayo (1856-1912), qui avait été le chantre d’une Espagne dont l’histoire était universelle, d’une Espagne unique dont le passé et le futur commençaient et finissaient avec l’orthodoxie catholique, est « récupéré » par les historiens franquistes qui en font leur maître à penser.

12Parce qu’elle est une et unique, « l'Espagne est différente ». Cette affirmation devient dans les années 1960, sous l’influence de l’Opus Dei, le slogan touristique du franquisme en quête de devises étrangères et qui cherche à justifier un régime politique particulier. Elle reflète parfaitement un important courant historiographique dont les représentants successifs cherchent à dégager les spécificités de l'Espagne. Ils développent des mythes – amplement utilisés comme élément de propagande – comme ceux de l'Espagne des trois cultures et des trois religions coexistant pacifiquement et de la « glorieuse reconquête ». Ils exaltent comme Ramón Menéndez-Pidal, l’Espagne du Cid et les héros de la Castille.

  • 18  Les hagiographes du haut moyen âge participent à la création de ce mythe, voir Ariel GUIANCE, « Na (...)
  • 19  Sur ces chroniqueurs, voir surtout Peter LINEHAN, History and the Historians of medieval Spain, Ox (...)
  • 20  Le choix des wisigoths joue un rôle fondamental dans l’élaboration de mythes nationaux en Castille (...)
  • 21  José María GARCÍA ESCUDERO, « El concepto castellano de la unidad de España (al margen de la Españ (...)
  • 22  José SÁNCHEZ MONTES, « Una revisión actual de las ideas sobre la decadencia española », Arbor, 194 (...)

13Ils retrouvent ainsi ce mythe de l’Hispania éternelle développé par les auteurs médiévaux à commencer par Isidore de Séville dans son Histoire des Goths des Suèves et des Vandales, suivi par les chroniqueurs de la cour des rois d'Oviedo à la fin du IXe siècle dans les chroniques dites asturiennes18, puis par les historiens comme Lucas de Tuy, Rodrigo Jiménez de Rada et Juan Gil de Zamora et l’Histoire d’Espagne, écrite au milieu du XIIIe siècle à l'initiative d'Alphonse X le Sage en langue vulgaire castillane19. Ces textesprésentent Hispania, dont les limites coïncident plus ou moins avec celles de la péninsule jusqu'aux Pyrénées, comme une entité supra-temporelle ayant existé telle quelle depuis sa création par Dieu, une image du paradis qui existe en dehors de toute intervention humaine, que les Espagnols ne peuvent que « perdre » ou « restaurer ». Une Hispania dont Hercule, qui serait mort avant la guerre de Troie, passe pour le fondateur et le législateur, ce qui distingue Hispania de la France fondée par les Troyens et prouve son antériorité. Une Hispania qui ne doit donc rien aux divers peuples étrangers qui ont tenté de l’asservir, qu'ils soient Romains, Germains ou Arabes. Elle a résisté à la colonisation romaine, tout en fournissant à Rome au IIe siècle ses meilleurs empereurs. Elle a hispanisé les rois wisigoths20. Détruite par les Arabes, elle doit être « récupérée », « reconquise », « repeuplée », « restaurée ». Dans cette perspective, la reconquête est présentée comme un devoir sacré pour tout Espagnol et d’abord pour les rois qui doivent rétablir leur pouvoir sur la terre que Dieu leur a confiée. La guerre contre les musulmans, ainsi justifiée et légitimée, est toujours présentée comme une mission divine. Ce mythe qui conditionne fortement l'expansion chrétienne à laquelle il confère ses caractères spécifiques, débouche au cours du XVe siècle sur une attente millénariste, celle du jour où un roi rendrait à Hispania son unité perdue : unité territoriale, unité de foi, unité politique. Les Rois Catholiques la réalisent en 1492 avec la prise de Grenade qui met fin à la reconquête sur le sol péninsulaire et avec l'expulsion des juifs et Philippe II l’achève avec l'incorporation du Portugal à la couronne d’Espagne en 1580. On comprend que le règne des Rois Catholiques, « qui avaient fait l’unité de l’Espagne » que rappelle la devise franquiste, ait été exalté pendant la dictature et que la propagande franquiste ait célébré Franco el reconquistador dont la devise était : « une Espagne, une race, une religion »21. La décadence de l’Espagne n’est pas niée par les historiens franquistes, mais elle est sublimée et présentée comme l’inévitable conséquence de la fidélité du pays à sa mission civilisatrice et à ses valeurs et de son héroïque résistance à la modernité22.

  • 23  Ainsi, par exemple, en France, la fameuse Collection U, dirigée par Georges Duby et publiée par Ar (...)
  • 24  Charles GIBSON (éd.), The Black Legend : Anti-Spanish Attitudes in the Old World and the New, New- (...)
  • 25  Richard L. KAGAN (éd.), Spain in America. The Origins of Hispanism in the United States, Universit (...)

14Cet isolement de l’Espagne, imposé par la communauté internationale, a contribué fortement à entretenir à l’extérieur la méconnaissance de ce pays dont on invoque les différences et les spécificités irréductibles comme alibi23. Il a maintenu à l'étranger, la perception de l'Espagne comme un pays exotique, qui avait été mis à la mode par les romantiques qui, dans leurs écrits, – ceux notamment de Chateaubriand, Prosper Mérimée, Théophile Gautier, Victor Hugo, Richard Ford et Washington Irving dont les contes de l'Alhambra restent un best-seller –, leurs peintures et leurs musiques – le Boléro de Ravel est le disque le plus vendu dans le monde – ont ressuscité et rêvé une Espagne mauresque, brillante et raffinée, un Orient en Andalousie et popularisé une Espagne folklorique, celle des corridas, du flamenco et des gitans. Les horreurs de la guerre civile et de la répression ont aussi contribué à alimenter la « légende noire » d’un pays arriéré, tourné vers son passé, englué dans ses traditions, incapable de changer, d’adopter des formes démocratiques de gouvernement et de s’adapter au progrès24. Autant d’archaïsmes que des historiens expliquaient par le fanatisme religieux et l’absolutisme, tel William H. Prescott (1796-1859) dans Histoire du règne de Ferdinand et Isabelle (1837) qui eut une très large audience aux USA25.

  • 26  José Ángel GARCÍA de CORTÁZAR, Vizcaya en el siglo XV. Aspectos económicos y sociales, Bilbao : Ca (...)
  • 27  Josep Ma MUÑOZ I LLORET, Jaume Vicens Vives. Una biografía intellectual, Barcelone : Edicions 62,  (...)

15Il faut attendre la fin des années 60, après un certain assouplissement du régime, pour que quelques jeunes médiévistes s’orientent vers l’histoire économique et sociale mais dans une perspective marxiste d’analyse des modes de production et de luttes des classes qui rejoignait les thèmes de l’opposition politique26. Auparavant, dans les années 50, le catalan Jaume Vicens Vives, pionnier en la matière, avait consacré ses recherches à cette forme d’histoire à l’époque moderne mais dans une toute autre perspective, celle d’une étude des productions agricole, artisanale et commerciale et de leurs acteurs27.

L'histoire médiévale dans les « régions et nations » de la fédération espagnole, membre de l’Union européenne

  • 28  Pour ne prendre qu’un exemple, beaucoup moins spectaculaire que celui, bien connu, de la Catalogne (...)

16En Espagne, le développement de la recherche historique en général, et médiévale en particulier, a été spectaculaire depuis les dernières années de la dictature franquiste qui s’achève avec la mort du général Franco en 1975. Cet essor de la production historique est l’une des conséquences de l’adoption de la constitution de 1978 qui, en transformant l'État espagnol en une fédération de « régions et de nations », conduisit celles-ci à affirmer leur identité et leurs différences que le régime du caudillo avait voulu gommer par la force. Elles le firent en écrivant « leur » histoire, en mettant en valeur leur patrimoine et en célébrant leur passé28. Par ailleurs, la fin de l'isolement politique et intellectuel de l'Espagne et son entrée dans l’Europe amenèrent les médiévistes à s’interroger à nouveau sur l’européanité de leur pays et ses spécificités dans l’histoire de l’Occident médiéval.

La production historique : cadre, contexte et conditions

17Le panorama de la recherche est très vite complètement bouleversé et l’université reprend l’initiative en la matière. Jusqu’en 1954, l’Université centrale de Madrid détenait le monopole des études de doctorat et jusqu’en 1964, seules deux universités, Madrid et Barcelone, avaient des chaires d’histoire médiévale. La décentralisation se traduit dans chacune des dix-sept régions administratives autonomes (comunidades autónomas) par la création et le développement de pôles universitaires dans lesquels sont créées des chaires « d’histoire médiévale universelle et de l’Espagne ». Elles sont occupées par une nouvelle génération de médiévistes parmi lesquels on compte : Julio Valdéon Baruque, Manuel González Jiménez, José Ángel García de Cortázar, José-Luis Martín Rodríguez, Emilio Mitre, Miguel-Angel Ladero Quesada, Juan Carrasco Pérez, Emilio Cabrera, Esteban Sarasa, José Ángel Sesma Muñoz, Paulino Iradiel, Miquel Barceló, José Enrique Ruiz-Domènec, Manuel Ríu, Bonifacio Palacios. En 2006, on recense trente-neuf chaires d’histoire médiévale de l’Espagne, sans compter celles de quelques universités privées. Certaines universités comme Barcelone, Grenade, Madrid (Université Complutense), Salamanca, Séville, Valencia, Valladolid ont actuellement des départements d’histoire médiévale qui comptent une bonne dizaine de membres statutaires. La recherche se fait aussi au sein des Consejos Superiores de Investigaciones Científicas (CSIC) de Madrid, Barcelone, et secondairement Grenade et Santiago de Compostela, mais les effectifs des historiens du moyen âge dans ces centres, sont très faibles. Les médiévistes se rassemblent dans la Société Espagnole d’Études Médiévales fondée en 1982 par Emilio Sáez, qui organise chaque année un congrès et qui a sa propre revue, Medievalismo, de parution annuelle. Les Centres d’Études Locales ont été regroupés en une Confédération Espagnole (CECEL).

  • 29  Le bilan général, qui en a été fait pour les années 1968-1998 dans La Historia Medieval en España(...)
  • 30  Il conviendrait d’y ajouter l’Indice Histórico Español, revue de bibliographie, fondée par Jaume V (...)
  • 31  La liste des thèses soutenues ainsi que celle des revues spécialisées sont fournies par M. MARTÍNE (...)
  • 32  Deux importantes : la revue argentine Temas Medievales et la revue française Cahiers de linguistiq (...)
  • 33  Citons parmi les plus importantes les semaines d’Estella en Navarre (créées en 1973), de Nájera en (...)

18La production historique a connu une croissance rapide et puissante29. Plus de 95% des travaux d’histoire médiévale publiés l’ont été depuis 1970 et plus de 80% des sources éditées l’ont été depuis cette date ; 520 thèses de doctorat ont été soutenues – et presque toutes éditées rapidement – dans les universités espagnoles entre 1976 et 2002 ! On ne peut être qu’impressionné par la floraison des publications de documents et d’études, par la multiplication des revues spécialisées et par le foisonnement des réunions scientifiques ou pseudo-scientifiques (colloques, congrès, journées d'études, semaines d'études, universités d'été, commémorations …) organisées par les universités et des centres d’études régionaux. En 1964, date de la fondation de l’Anuario de Estudios Medievales, publié par le CSIC de Barcelone, l’Espagne ne comptait que quatre revues d’histoire dont deux fondées à la fin du XIXe siècle, la Revista de Archivos, Bibliotecas y Museos (1871) et le Boletín de la Real Academia de la Historia (1877) ; d’inspiration positiviste, elles faisaient, et continuent à faire, une très large place à l’histoire médiévale et notamment aux publications de documents, tout comme l’Anuario de Historia del Derecho Español et Hispania30. On ne compte aujourd’hui pas moins de cinquante-trois revues espagnoles – très majoritairement universitaires – et publications régulières spécialisées en histoire médiévale31, auxquelles il faudrait ajouter les revues étrangères !32 Des réunions scientifiques, dont les actes sont publiés intégralement, sont organisées annuellement33. Cette profusion des recherches est grandement favorisée par les politiques culturelles et dopée par les financements de diverses institutions publiques : communautés autonomes (Gouvernement de Navarre, Gouvernement de la Rioja, Junta de Castilla y León, Generalitat de Catalogne), municipalités et universités mais aussi d’organismes privés comme les fondations Ramón Areces, Sánchez-Albornoz, Marcelino Botín, les banques et caisses d’Épargne qui sont tenues d'investir une partie de leurs bénéfices dans des activités culturelles. Cette manne financière a toutefois comme contrepartie de contraindre trop souvent les médiévistes espagnols à publier leurs travaux dans leur langue régionale : catalan, galicien ou basque, ce qui a tendance à limiter la diffusion de leurs recherches à l’extérieur.

  • 34  À titre d’exemple, le catalogue des collections diplomatiques hispano-lusitaniennes (CODIPHIS) pub (...)
  • 35  La liste est fournie par Juan Ignacio RUIZ DE LA PEÑA SOLAR et María José SANZ FUENTES, « Instrume (...)
  • 36  C’est le cas de la Galice, du León, du Pays basque, de la Castille de la Cantabrie, des Asturies, (...)

19Comme dans les autres pays, les objets d’études se sont rapidement diversifiés et les perspectives élargies dans pratiquement tous les champs de recherches. L’un des fleurons de la médiévistique espagnole reste toutefois, et fort heureusement, la publication de collections de sources diverses et variées : documents royaux ou municipaux, fueros et cartas-pueblas, cartulaires d’institutions religieuses, repartimientos, cahiers des assemblées d’États, recueils de fatwas, comptes et chroniques (dont on peut toutefois regretter qu’elles ne fassent que trop rarement l’objet d’éditions critiques), etc. Les chercheurs disposent ainsi d’une quantité de documents34 dont le nombre s’accroît très rapidement par la numérisation et la mise en ligne de fonds d’archives entiers comme à l’Archivo de la Corona de Aragón35. De nombreuses régions ont créé leur collection de documents pour servir à leur histoire36. Il est aussi d’usage que les thèses soient accompagnées d’annexes documentaires substantielles.

  • 37  À côté de l’Instituto de Historia de España, fondé par Claudio Sánchez-Albornoz, existent désormai (...)
  • 38  Des revues spécialisées sont apparues très tôt : la Revue Hispanique fondée en 1894 à Paris et le (...)
  • 39  Adeline RUCQUOI, « La France dans l’historiographie médiévale castillane », Annales E.S.C., 1989, (...)
  • 40  Teófilo F. RUIZ, « La historia medieval de España en el mundo norteamericano », Medievalismo, 12, (...)
  • 41  Sur les Allemands, voir Odilo ENGELS, « El Medievo español en la historiografía alemana », Medieva (...)

20A cette très abondante production espagnole, il faudrait ajouter, d’une part, celle des médiévistes de l’école argentine, fondée par Claudio Sánchez-Albornoz en exil et développée par ses disciples directs : María del Carmen Carlé, Nilda Guglielmi, Reyna Pastor, Hilda Grassotti et María Estela González de Fauve37, et, d’autre part, celle des hispanisants étrangers, relativement nombreux à s’intéresser au moyen âge ibérique et qui ont aussi contribué et contribuent au renouvellement des méthodes et des perspectives de l'histoire médiévale de l’Espagne. Parmices derniers, Français et Américains du Nord sont plus particulièrement importants par leur nombre, la diversité de leurs centres d’intérêt et leurs apports méthodologiques. En France, l’histoire médiévale ibérique a bénéficié d’une longue tradition d’études hispaniques qui remonte au XVIIIe siècle38 et elle a connu un essor sans précédent ces trente dernières années, essentiellement sous l’impulsion de deux précurseurs, Jean Gautier Dalché et Charles Emmanuel Dufourcq qui consacrèrent leurs recherches, le premier à la Castille et le second à la Catalogne39. Actuellement une trentaine de médiévistes français consacrent leurs recherches aux Espagnes médiévales. Aux USA, où l’Hispanic society a été fondée en 1904 et la Society for Spanish and Portuguese Historical Studies en 1969, Julian Bishko, James O’Callaghan, Roberto I. Burns, Jocelyn Hillgarth, Thomas Bisson et Teofilo Ruiz, principalement, ont dynamisé l’histoire du moyen âge espagnol40. Au Royaume-Uni, celle-ci est moins étudiée, mais compte cependant d’éminents représentants parmi lesquels Angus MacKay, Roger Collins, Peter Linehan et John Edwards. En Allemagne, citons Alexander Bronisch, Odilo Engels, Nikolas Jaspert, Klaus Herbers et Ludwig Vones dont les travaux portent plutôt sur les aspects culturels41. En Italie, Mario del Treppo et Pietro Corrao travaillent sur la Catalogne et en Israël, Ron Barkai et Moïse Orfali sur les communautés juives et leurs rapports avec les chrétiens et les musulmans.

Le renouvellement des recherches

21La fin de l'isolement de l'Espagne et la transition vers la démocratie qui se sont accompagnées d'un processus de récupération des signes d'identité des différentes pièces de la mosaïque espagnole, de la multiplication des universités et de l'entrée de l'Espagne dans la communauté européenne, constituent autant de facteurs qui ont contribué à la profonde rénovation des recherches historiques dans une Espagne qui se voulait européenne et fédérative.

  • 42  Les ouvrages de Georges Duby, tout particulièrement Économie rurale et vie des campagnes, Guerrier (...)

22Avec la « normalisation académique », s’éclipse le modèle historiographique qui dominait depuis la fin de la guerre civile, national, catholique et autarcique. L’histoire espagnole récupère le contact avec les principaux courants historiographiques en vigueur en Europe occidentale. Le dialogue s’instaure avec les communautés scientifiques internationales grâce notamment aux très nombreuses traductions des ouvrages des médiévistes étrangers, principalement français et anglo-saxons42.

  • 43  Afin d’alléger les notes, je renvoie à la bibliographie figurant dans les différents bilans thémat (...)

23L'analyse de la foisonnante production historique sur le monde ibérique de ces quatre dernières décennies montre qu’elle a à peu près suivi, avec des décalages chronologiques, l’évolution des grands courants historiques internationaux. Les historiens de l’Espagne médiévale ont aussi ouvert des chantiers spécifiques parmi lesquels les plus féconds ont porté sur le système féodal, l’organisation sociale de l’espace, la frontière, al-Andalus, les minorités, la frontière et le métissage culturel, thèmes qui singularisent l’Espagne dans le concert des nations européennes. Rendre compte de toute la richesse et la complexité de cette historiographie exigerait plusieurs volumes, je me contenterai de retracer à très grands traits les étapes les plus significatives de son évolution43.

  • 44  Sur l’influence des Annales et de l’historiographie française en général, on consultera Pedro RUIZ (...)

24Dès l’ouverture politique des années 60, l’Espagne avait subi l’influence française des Annales qui proposait une histoire tournée vers l’histoire économique et sociale, influencée par le matérialisme historique44. Cette histoire fut à l’origine de la rénovation de l’historiographie espagnole de la décennie suivante et orienta les recherches d’une génération de jeunes médiévistes qui allait entrer massivement dans les universités naissantes, tout comme elle orienta les études des chercheurs français qui travaillaient sur le moyen âge péninsulaire et qui exportèrent les thématiques propres de la recherche française. Dès la fin du franquisme et comme une alternative à cette idéologie sclérosante, le matérialisme historique s'imposa à nombre d’historiens espagnols, souvent politisés, comme le modèle explicatif au point de devenir hégémonique dans les années 70 et 80.

  • 45  La faiblesse théorique de l’école des Annales par rapport à l’école anglaise fut dénoncée dans un (...)
  • 46  Voir dans la bibliographie jointe « Féodalisation et féodalisme » pour les débats que ce thème a s (...)
  • 47 A la suite de l’étude exemplaire de José Ángel GARCÍA DE CORTÁZAR, El dominio del monasterio de San (...)

25Le premier chantier entrepris avec passion fut celui du féodalisme qui intéressa les chercheurs qui s’interrogeaient sur l’intégration ou non de la péninsule dans le mode de production féodal qui était considéré comme caractéristique du moyen âge occidental. Ils se nourrissaient des nombreuses traductions d’ouvrages de marxistes français comme Alain Guerreau, mais aussi anglais, parmi lesquels, Perry Anderson, Rodney Hilton, Edward P. Thompson, Edward E. Evans-Pritchard, chez lesquels ils recherchaient plus de rigueur dans l’analyse théorique45. Après les ouvrages pionniers et qui firent date de Abilio Barbero et Marcelo Vigil sur la formation du féodalisme, de Reyna Pastor, sur les résistances et luttes paysannes à l’époque du développement et de la consolidation de la formation féodale et du Français Pierre Bonnassie sur la Catalogne, de très nombreuses études monographiques ou de synthèse virent le jour sur le système féodal : sa formation, ses caractéristiques, son évolution (Salrach, Clavero, Álvarez, Larrea), la féodalisation des territoires reconquis sur les musulmans (Guinot) et la rente féodale (Martínez Moro)46. Cet intérêt pour les structures féodales suscita des monographies portant sur les domaines des monastères47, des églises, des ordres militaires et de la noblesse qui permirent de dégager des « structures agraires et de pouvoir » (Barrios, Gavilán, Ródriguez Llopis, Reglero de la Fuente) et d’autres sur les villes considérées comme des seigneuries collectives qui exerçaient une domination féodale sur leur territoire (Bonachía).

  • 48  Reyna PASTOR « Las primeras rebeliones burguesas en Castilla y León (siglos XII). Análisis históri (...)
  • 49  Voir le bilan fait sur l’histoire des femmes en Espagne par Antoni FURIÓ, « Les deux sexes ou l’im (...)

26Cet intérêt pour le système féodal déboucha aussi tout naturellement sur l’étude des seigneurs et de la noblesse (Gerbet, Quintanilla), des opprimés du système féodal et des conflits de classes entre seigneurs et paysans (Pastor, Valdeón, Moreta, Sarasa), des révoltes du XIIe siècle, qualifiées de « communales » ou de bourgeoises dans les villes du chemin de Saint-Jacques48 et des mouvements anti-juifs envisagés comme une manifestation de la lutte des classes (Monsalvo Antón). Les recherches s’élargirent à un thème qui était au cœur des préoccupations de la « nouvelle histoire » en France dans les années 70, celui des marginaux et des exclus : pauvres (López Alonso, Martínez García), juifs, musulmans et conversos (Carlé, Mitre, Valdeón). C’est aussi dans cette perspective de marginalité et de lutte de classes, et en lien avec les mouvements féministes, que l’histoire des femmes est d’abord abordée, avant d’être interprétée dans le schéma anglo-saxon du gender à la suite de Heath Dillard49. C’est par le biais de l’analyse des structures familiales et de la parenté et des réseaux de pouvoir qu’est traitée l’histoire de la famille et des liens de parenté (Pastor, Córdoba et Beceiro, Ruiz-Domenec, To Figueras).

  • 50  Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, El concejo de Carmona a fines de la Edad Media (1464-1523), Séville : Dip (...)
  • 51  Pour la bibliographie, je renvoie pour les villes de Castille et les villes du royaume d’Aragon, a (...)
  • 52  Récemment une grande enquête a été entreprise sur l’eau dans la ville dont les premiers résultats (...)

27Parce que le monde occidental était vu comme essentiellement rural et féodalisé, l’histoire urbaine fut longtemps délaissée comme quantité négligeable. Elle fut lancée pratiquement en même temps, au milieu des années 70, par trois études pionnières, celles de Manuel González Jiménez, Carlos Estepa Díez et Antonio Collantes de Terán50 dans une perspective « d’histoire globale ». Mais il faut attendre la fin des années 80, pour que des monographies, dont certaines sont dues à des historiens français (Gautier-Dalché, Carrère, Rucquoi, Guiral, Menjot, Guilleré, Mazzoli, Passini) fleurissent progressivement sur presque toutes les villes – y compris de petites bourgades – et leurs territoires et des ensembles régionaux de villes, comme celles du Chemin de Saint-Jacques, des Asturies ou d’al-Andalus51. De son côté, Paulino Iradiel ouvrait la voie à l’étude des activités artisanales, Hilario Casado et l’Italien Mario del Treppo à celle du commerce et des milieux marchands52.

  • 53  Carlos de AYALA MARTÍNEZ, Las Órdenes Militares en la Edad Media, Madrid : Marcial Pons, 1998 ; Ph (...)

28Le programme sur « La genèse de l’État moderne », lancé en France en 1986 par le CNRS vit une équipe coordonnée par Adeline Rucquoi se consacrer à ce sujet dans le cadre de la Castille et de la Navarre. Il eut son équivalent pour la couronne de Castille à l’initiative de Miguel Ángel Ladero Quesada et son disciple José Manuel Nieto Soria. Il a suscité depuis une pléiade de travaux dans les différents royaumes ibériques aussi bien sur les théories politiques que sur les pratiques et les moyens de gouvernement, les assemblées d’états et les rapports entre la monarchie et la société politique : noblesse, clergé, élites urbaines et ordres militaires53. Les gouvernements urbains et les milieux dirigeants ont aussi fait l’objet de recherches novatrices (Monsalvo Antón, Bentsch).

  • 54  Avec quelques exceptions remarquables comme Carlos BARROS, Mentalidad justiciera de los irmandiños (...)
  • 55  Voir Adeline RUCQUOI, « La historia en el horizonte del año 2000… », p. 206-208.

29Les historiens espagnols, mais aussi français, marxistes ou non, vont rester d’autant plus longtemps fidèles aux orientations économiques et sociales qu’ils cherchaient à expliquer par des causes de cette nature le « retard » de l’Espagne, idée que beaucoup acceptaient encore. L’histoire des « mentalités » qui était le nouveau chantier des Annales dans les années 70 eut peu d’impact chez les médiévistes espagnols54. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 80 que la « nouvelle histoire » qui s’imposait alors en France – et que se mirent à pratiquer des chercheurs de ce pays dans le cadre des royaumes ibériques médiévaux55 – pénétra lentement le milieu espagnol, avec ses nouvelles sources, ses nouveaux objets et ses nouvelles méthodes. Elle fut toutefois à l’origine d’une profonde mutation historiographique dans les années 90 qui se traduisit par un élargissement des champs de recherche et une ouverture sur les autres sciences sociales tout particulièrement l’anthropologie, les médiévistes faisant leur la maxime formulée par Jacques Le Goff à leur sujet : « nous sommes tous des anthropologues ».

  • 56  José María MONSALVO ANTÓN, « Historia de los poderes medievales : del derecho a la antropología », (...)

30Dans cette perspective, les historiens se sont mis à étudier les fêtes, la mort, l’alimentation, le vêtement, la vie quotidienne, la sexualité, l’éducation, la violence et sa répression, la mémoire, les représentations du temps et de l’espace, la maison. L’histoire sociale a été profondément renouvelée ainsi que l'histoire politique. Cette dernière est passée d’une histoire politico-institutionnelle à une étude du pouvoir et du politique et de ses représentations, des systèmes de propagande et de légitimation par le cérémonial, de l’idéologie, de la symbolique et des rituels (Nieto Soria, Barceló Perelló, Palacios, Martínez-Gros)56. Le genre biographique est revenu à la mode. Tous les rois de Castille, de Navarre et d’Aragon du moyen âge en ont fait l’objet. La fiscalité est étudiée comme un instrument du pouvoir et un transfert de ressources (Menjot, Sánchez Martínez, Collantes). De grands chantiers archéologiques se sont ouverts comme à Reccopolis, Vascos, Saltès, Medina Siyasa ou encore Marsen et ont fait considérablement progresser nos connaissances et pas seulement sur le peuplement, les manières d’habiter et la « culture matérielle ». Dans le domaine de l’histoire culturelle proprement dite, d’importants travaux ont été réalisés (dont certains sont l’œuvre d’étrangers : Français, Anglo-saxons, Argentins), notamment sur l’humanisme castillan, totalement éclipsée par celui de l'Italie (di Camillo, Nader), la lecture et les bibliothèques (Beceiro, Hillgarth, Zimmermann), l'historiographie (Linehan, Georges Martin), les discours sur la mort (Guiance) les représentations de la frontière (Ayala, Buresi, Josserand), de l’espace et du temps (Henriet) et la culture de certains groupes sociaux comme les nobles ou les marchands (Aurell et Puigarnau).

  • 57  Parmi beaucoup d’autres signalons ceux sur l’anthroponymie (Monique Bourin, Pascual Martínez Sopen (...)

31La recherche se fait de plus en plus en équipe dans le cadre de « groupes de recherche consolidés » au sein des universités et de projet de recherche du Ministerio de Educación y Ciencia. Elle est maintenant touchée par la « mondialisation » et s’est internationalisée avec l’intensification des échanges inter-universitaires. Les influences sont multiples et réciproques. L’Espagne est aussi entrée dans l’ère des partenariats et des programmes de coopération bi ou multi-latéraux57.

L’essence de la différence : l’identité de l’Espagne

  • 58  Voir à ce sujet Carolyn P. BOYD, « ‘Historia Patria’. Politics, History and National Identity in S (...)

32L'Espagne subit en 1898 une véritable humiliation qui atteint son point extrême cette année-là avec la perte des derniers lambeaux (Cuba, Porto-Rico et les Philippines) de l'immense empire colonial sur lequel « le soleil ne se couchait jamais », alors que les autres puissances européennes : Angleterre, France, Allemagne, Pays-Bas et Belgique colonisaient le monde. Qu'est ce donc que l'Espagne? Les hommes de cette génération se posèrent cette question existentielle et identitaire qui, depuis Isidore de Séville au VIIe siècle jusqu'à nos jours avec la reconnaissance de la « nation » catalane par le gouvernement central espagnol, a constitué une préoccupation de générations d'historiens de l’Espagne, nombreux, à « penser l'histoire » de leur pays et de leur patrie58. Cette question les a conduit à s’interroger aussi sur l’identité du territoire sous domination musulmane, al-Andalus : Espagne musulmane ou Islam andalousien ?

L’ « essence » de l’Espagne : identité espagnole et sentiment national

  • 59  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La decadencia … », p. 236. La controverse a fait l’objet de nombreu (...)
  • 60  Une première version a été publiée sous le titre España en su historia (cristianos, moros y judíos (...)
  • 61  Marcelino MENÉNDEZ PELAYO, Historia de los heterodoxos españoles, Madrid : Librería católica de Sa (...)
  • 62  Pour Bartholomé BENNASSAR, l'Histoire des Espagnols, Paris : A. Colin1985, est celle d'un « dest (...)

33Une réflexion quasi métaphysique sur « l’être historique » de l’Espagne, sur son « essence » – d’où le nom d’ « essentialisme » donné à cette école – est menée par les intellectuels de la génération de 98. Elle aboutit à deux conceptions opposées, magistralement exposées par deux grands auteurs à la très forte personnalité et aux incontestables talents littéraires, Américo Castro (1885-1971) et Claudio Sánchez-Albornoz (1893-1984). Leurs polémiques passionnées ont fortement marqué l'historiographie espagnole pendant des décennies, au moins jusque dans les années 70 car leurs successeurs ont longtemps eu « une vénération envers leurs idées qui a été parfois excessive »59. Pour le premier, qui fonde sa théorie principalement sur des textes littéraires, La realidad histórica de España ne réside pas dans la religion chrétienne comme le soutenait Marcelino Menéndez Pelayo, mais dans la symbiose entre les apports des trois communautés et des trois cultures, juive, chrétienne et musulmane qui coexistaient le plus souvent pacifiquement sur le sol péninsulaire60. L'homme espagnol naîtrait donc à partir de 711 avec l’arrivée des musulmans et aurait acquis en 1492 ses spécificités. Celles-ci le différencient et l’isolent du reste de l’Europe et le condamnent au retard et à l’échec, car l’Espagnol, dominé par les préoccupations religieuses, n’a pas les aptitudes nécessaires pour la science, la technique ou le commerce61. Le second, dans España, un enigma histórico, publié à Buenos-Aires en 1956, soutient et développe la thèse d'une hispanité originelle affirmée par tout un courant historiographique, représenté entre autres par Simonet à la fin du XIXe siècle, Ribera et Menéndez Pidal. Pour Claudio Sánchez-Albornoz, l'homo hispanicus, support de la civilisation espagnole, existe depuis la protohistoire, mais n'est pas immuable; il a résisté à toutes les dominations qui furent hispanisées. Il doit certaines de ses caractéristiques au milieu géographique, mais d'autres résultent des vicissitudes historiques; parmi celles-ci, la Reconquête est fondamentale car elle lui a donné ses spécificités : attrait pour la chevalerie, goût du butin et mépris des activités économiques sédentaires. La religion chrétienne qui a présidé à la Reconquête a eu une importance décisive dans la formation du caractère espagnol62.

  • 63  Voir la mise au point de Francisco GARCÍA SERRANO, « Revisiting Castilian Identity : Medieval Orig (...)
  • 64  Adeline RUCQUOI, Introduction à Historiografie in Spanje. Theoretische geschiedenis, 3, Amsterdam  (...)

34Cette idée, forgée comme on l’a vu par les chroniqueurs médiévaux, d'une Espagne qui existe en elle-même et n'est donc pas le fruit de son histoire, que l'on ne peut que « perdre » ou « reprendre », que « détruire» ou « sauver », constitue le fondement de la conscience nationale ; elle est très largement répandue63. En 1936, la croisade lancée par le caudillo Francisco Franco avec l’appui de larges secteurs de l'opinion publique et de l’Eglise, était destinée à sauver l'Espagne, qualifiée de réserve spirituelle de l'Europe, de la destruction qu’auraient supposée pour elle, non plus les Romains, ni les Arabes, mais le marxisme, le judaïsme, et la franc-maçonnerie. « L'Espagne est un cadeau précieux que les Espagnols se doivent de conserver, elle n'est pas ce qu'ils en ont fait »64.

  • 65  Ramón MENÉNDEZ PIDAL, España y suhistoria, Madrid : Espasa Calpe, 1957 ; sur cet auteur voir Migue (...)
  • 66  En France, deux ouvrages ont largement contribué à imposer cette image de l’Espagne périphérie de (...)

35Les historiens espagnols de cette génération, à la recherche des raisons de l'infériorité de leur pays, sont arrivés à la conclusion que l'Espagne est différente. Différente, selon Castro, en raison de l’apport unique des trois religions et du rôle spécifique des juifs convertis et du métissage culturel. Différente, d’après Sánchez-Albornoz, à cause d'une religion unique et exclusive qui a présidé à la reconquête du territoire et à la conquête du nouveau monde. Différente, ajoute un troisième grand historien et philologue, contemporain des deux précédents, Ramón Menéndez-Pidal, à cause de sa langue aussi65. En réfléchissant sur l'Espagne, Castro, Sánchez-Albornoz et Menéndez-Pidal s'inscrivent parfaitement dans la lignée des chroniqueurs et des penseurs du moyen âge qui développèrent le mythe d’Hispania. Les ennemis irréductibles, Castro et Sánchez-Albornoz, et leurs émules, au-delà de leurs antagonismes, conviennent que la période médiévale est essentielle pour la compréhension de l'histoire espagnole et ils se rejoignent sur un point essentiel : la spécificité de l'histoire médiévale de l’Espagne qu'ils attribuent tous deux à la présence de l'Islam. Cette présence explique en partie que l’Espagne, à leurs yeux, ne se soit pas « féodalisée », ce qui constituerait une des causes de son « isolement », de son « retard », de sa « décadence » ; trois mots-clés qui se sont longtemps imposés à de nombreux historiens, espagnols et étrangers, des Espagnes médiévales66.

De la « nation » Espagne aux « nations » ibériques : les identités régionales

  • 67  José ORTEGA y GASSET, España invertebrada, Madrid : Espasa Calpe, 1921.
  • 68  José María LACARRA, Historia política del reino de Navarra desde sus orígenes hasta su incorporaci (...)

36Américo Castro et Claudio Sánchez-Albornoz identifiaient la Castille – puissance prépondérante dans la péninsule par sa population, son étendue et ses ressources – à l'Espagne. Leur contemporain, le philosophe, José Ortega y Gasset (1883-1955) affirmait que l’Espagne « est une chose faite par la Castille » où elle naquit comme un projet que les Rois Catholiques réalisèrent67. Ce dernier réagissait contre les régionalismes, nationalismes et séparatismes, qui apparurent au Pays Basque, en Catalogne et en Galice au tournant des XIXe et XXe siècles après la perte des colonies en 1898, phénomènes qu’il interprétait comme une continuation de la désagrégation de la nation commencée à la fin du XVIe siècle. Ces auteurs et les médiévistes de l’époque ne considéraient les autres royaumes péninsulaires que comme des appendices périphériques. Les voix des « nationalistes » eurent relativement peu d’écho jusqu’à la publication, en catalan, en 1934-35, de la monumentale Histoire de Catalogne par Ferran Soldevila (1894-1971). Cet ouvrage, emblématique, au service de la construction de l’identité nationale et politique de cette région, mettait l’accent sur son incontestable empreinte franque face à la Castille héritière des Wisigoths et présentée comme l’âme unificatrice de l’Espagne. Soldevila appliquait la même grille de lecture que ses contemporains à l’histoire de l’Espagne, mais en mettant en relief les spécificités de la Catalogne. Dans cette entreprise allaient s’engager de nombreux historiens catalans dont le plus brillant représentant fut Jaume Vicens Vives. Il faudra attendre encore près de quarante, très précisément 1972, pour que José María Lacarra fasse reconnaître la personnalité de la Navarre68.

  • 69  José Antonio MARAVALL, El concepto de España en la Edad Media, Madrid : Instituto de Estudios Polí (...)

37En 1954, l’historien pas celui de la soumission à un monarque dont on était le « sujet », mais celui de la naturaleza, l’obligation envers la terre69. Le concept d’Espagne recouvrirait ainsi deux niveaux : la péninsule en général face à l’étranger ou à l’ennemi de la foi moderniste José Antonio Maravall (1911-1986) avait conclu à l'existence d’un sentiment d’appartenance à une communauté spécifique, la « nation d’Espagne » au travers notamment de l’étude de l’historiographie castillane et catalane, du rôle de la Reconquête et du concept de royauté. Pour cet auteur, le lien politique fondamental n’était, et la petite patrie au sein de la communauté proto-nationale. Pour cet auteur le concept d’Espagne n'était pas incompatible avec celui de l’appartenance à des entités plus restreintes.

  • 70  Juan Pablo FUSIAIZPURUA CARTONÉ, España. La evolución de la identidad nacional, Madrid : Temas de (...)
  • 71  Par exemple, en Catalogne, Josep M. SALRACH, El procès de formació nacional de Catalunya (segles V (...)
  • 72  Voir aussi Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Las regiones históricas y su articulación en la Corona d (...)
  • 73  Un colloque a été consacré aux Fundamentos Medievales de los Particularismos Hispánicos, IX Congre (...)
  • 74  Pedro LAÍN ENTRALGO, España como nación, Madrid : Real Academia de la Historia, Planeta, 2000, p.  (...)
  • 75  Sur l’évolution de ce débat intellectuel depuis le XIXe siècle, voir l’ouvrage collectif de Eloy B (...)

38La réflexion sur les autonomies qui accompagna l’adoption de la constitution de 1978 ne s’accommoda pas de l’analyse d’un sentiment national identifié à la seule Espagne politique70. L’« essentialisme » ressurgit avec vigueur comme une forme de « communautarisme » avec les « nations » ibériques revendiquées fièrement depuis l’avènement de la démocratie et dont on étudie le processus de formation71 et l’articulation avec le pouvoir monarchique72. Les historiens analysent désormais le « sentiment national » dans leurs « nations »73 au point qu'un intellectuel reconnu, Laín Entralgo, a pu conclure en 2000 « qu'on nie tout caractère national à la réalité historique de l’Espagne. L’Espagne ne serait que l’amas artificiel de diverses entités réellement nationales avec à leur tête le Pays Basque, la Catalogne et la Galice »74. Comme on le voit, le débat sur l’identité de l’Espagne n’est pas clos75.

  • 76  Flocel SABATÉ, « La noció d'Espanya en la Catalunya medieval », in : El comtat d'Urgell a la Penín (...)

39Flocel Sabaté a tenté d’analyser la notion d'Espagne dans la Catalogne médiévale. Il montre que « l’identité catalane », depuis son apparition dans les textes au XIVe siècle jusqu’aux principaux traits que lui donnèrent les historiens du XIXe siècle afin de la rendre semblable aux autres nations européennes, est une construction idéologique qui revendiquait un passé carolingien et insistait sur l’unité du territoire au sein de la couronne d’Aragon et de l’Espagne. Les dénominations politiques qui lui furent données (comté de Barcelone, Marche d’Espagne) correspondaient à des prises de position plus idéologiques que scientifiques76.

  • 77 Presente y futuro de la Historia medieval en España, Madrid : Universidad Complutense, 1993. L’ouvr (...)
  • 78  Par exemple, Julio VALDÉON BARUQUE, Las raíces medievales de Castilla y León, Valladolid : Ámbito, (...)

40La création en 1978 des communautés autonomes a provoqué une parcellisation de la recherche historique qui s’est adaptée à la carte politique77. Des historiens s’attachent à la reconstruction historique de leur région, à ses racines médiévales78, à ses particularismes et publient des histoires de chacune des communautés autonomes avec l’appui des autorités locales, soucieuses de la construction des identités régionales. Louable et utile a priori, car elle a fait surgir de l’ombre des régions marginales, cette démarche a entraîné une accommodation de la production historique aux besoins régionaux, l’oubli des perspectives générales, l’approfondissement de la micro-histoire, la rareté des comparaisons et la redécouverte d’évidences. Elle s’est traduite, en effet, par la multiplication des travaux monographiques, malheureusement trop souvent conçus dans une perspective étroitement locale, pour ne pas dire localiste. L’histoire cède trop souvent le pas à la célébration du passé, à la commémoration et s’est parfois transformée en moyen, pour ne pas dire en arme, de construction d’identités artificielles.

Islam et identité hispanique : al-Andalus, Espagne musulmane ou Islam andalousien ?

  • 79  Reinhart DOZY, Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne pendant le moyen âge, Leyd (...)
  • 80  En 1933, fut fondée une revue Al-Andalus, spécialement consacrée aux études sur le passé musulman (...)
  • 81  Pour une vision détaillée de l’historiographie espagnole sur l’Islam, voir James T. MOORE, Islam a (...)

41Jusqu’au XIXe siècle, la question de l’intégration de l’Islam dans l’identité hispanique fut occultée car, depuis le moyen âge, l’histoire officielle considérait la présence des musulmans sur la terre d’Espagne comme un accident, réparé depuis les Rois Catholiques. Elle commença à se poser avec acuité et à être l’objet de controverses quand des arabisants, le Néerlandais Reinhart Dozy et l’Espagnol Pascual de Gayangos, qui fut le directeur de la Real Academia de la Historia, ouvrirent la voie à la résurrection du passé musulman de la péninsule79. Elle allait être empruntée avec enthousiasme pendant plus d’un siècle par plusieurs générations d’arabisants parmi lesquels se distinguent Julián Ribera, Miguel Asín Palacios, Francisco Javier Simonet, Emilio García Gómez, Ángel González Palencia, Ambrosio Huici Miranda, le Catalan Joan Vernet et le Français Evariste Lévy-Provençal80. Dans leurs études, à côté de l’histoire événementielle, ils montrèrent un intérêt tout particulier pour la philologie et les expressions artistiques, scientifiques et littéraires du califat omeyyade dans lequel ils voyaient le parangon d’une civilisation « arabe », dont ils vantaient la richesse, la splendeur et le raffinement face à une Espagne chrétienne, considérée comme pauvre et fruste. La thèse d’Américo Castro, qui voyait dans l’expulsion des Maures et des juifs le début de la décadence, liant ainsi le développement de l’Espagne à leur présence au moyen âge, accrédita cette idée d’une opposition entre deux Espagnes81.

42La très grande majorité des historiens espagnols jusqu’aux dernières années du franquisme n’admettaient pas qu’une conquête effectuée par quelques milliers de guerriers arabes et berbères ait pu introduire un changement brutal et profond dans la péninsule et partageaient l’idée nationaliste d’une Espagne éternelle, ou du moins d’une continuité par-delà les différences de langue et de religion, imposée par Claudio Sánchez-Albornoz pour qui l’Espagne musulmane reste un pays « occidental ».

  • 82  Dans un article « Les Arabes ont bien envahi l’Espagne : les structures sociales de l’Espagne musu (...)

43Quelques auteurs comme Miquel Barceló et Pedro Chalmeta commencèrent à remettre en cause cette théorie « continuiste », mais c’est la thèse du Français Pierre Guichard qui révolutionna l’historiographie de l’Espagne musulmane. Se fondant sur les textes des auteurs arabes et latins, mais surtout par le biais de l’archéologie extensive et dans une perspective anthropologique, il s’attachait à démontrer la rupture qu’avait représentée la conquête survenue en 71182. Pierre Guichard revendiquait « l’altérité » d’al-Andalus, en lui restituant non seulement son nom, mais sa condition de société islamique et « orientale » dans l’Occident chrétien. À partir de six critères – la situation des femmes et le concept d’honneur, le système de filiation, le couple, les groupes de parenté et les alliances matrimoniales – il bâtit un tableau comparatif des structures orientales et occidentales et distingua en péninsule ibérique au moyen âge l’existence de deux formations sociales (la féodale et l’andalouse) chacune avec son organisation, son mode de fonctionnement et ses structures. Il soutenait l’idée de l’appartenance d’al-Andalus au monde islamique maghrébin – et non plus arabe d’Orient – dont il faisait un appendice en Occident, et validait le schéma tribal.

  • 83  André BAZZANA et Juana BEDIA GARCÍA, Saltés, una ciudad islámica, Madrid : Casa de Velázquez / Hue (...)
  • 84  Il faut citer tout particulièrement les colloques Castrum, au nombre de 7 à ce jour, et André BAZZ (...)
  • 85  Pierre CRESSIER (dir.), La maîtrise de l’eau en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Mad (...)
  • 86  Voir le bilan de José Enrique LÓPEZ DE COCA, "El reino de Granada y los medievalistas españoles. U (...)

44Ce livre, publié au moment où l’Espagne cherchait à entrer dans le Marché commun et se voulait européenne, a suscité de vives réactions et dynamisé les études sur al-Andalus et pas seulement pour prouver, infirmer, compléter ou nuancer la thèse de l’auteur. Les chercheurs espagnols – parmi lesquels dominent les philologues et les archéologues – et étrangers – plus nombreux que dans les autres champs de recherche – ont traqué les sources littéraires, la toponymie et la numismatique, les fatwas et fouillé divers sites ruraux, castraux, urbains et palatiaux, des contreforts pyrénéens (Marsen) à l’Andalousie (Saltés83). Ils ont fait apparaître les formes de peuplement et d'habitat spécifiques, aussi bien dans le monde rural84 que dans le monde urbain (Cressier, García Arenal, Bazzana, Mazzoli), les techniques hydrauliques85, les fabrications artisanales, les activités commerciales (Constable), des formes de sociabilité, les élites politiques : ulémas et fuqaha (Urvoy, Méouak). Les pouvoirs souverains qui se sont succédés ont été analysés (Méouak, Clément, Manzano, Wasserstein, Viguera Molins, Guichard, Soravia), la place des femmes, réexaminée (Marin), l’étude des savoirs et des créations, approfondie (Urvoy, Vernet, Jayyusi). L'exploitation des sources chrétiennes postérieures à la conquête a largement contribué à la connaissance des royaumes de taïfas et de la Grenade des Nasrides (Galán, López de Coca86). L’affirmation de l’altérité de la formation politique économique et sociale andalousienne a suscité un regain d’intérêt pour le thème de la frontière qui permet aux historiens de la péninsule de continuer à s’interroger sur l’identité hispanique (Buresi, Manzano, Sénac).

  • 87  Pedro CHALMETA, Invasión e islamización, Madrid : Mapfre, 1994 ; José RAMÍREZ DEL RÍO, La oriental (...)
  • 88  Pierre GUICHARD, Les musulmans de Valencia et la Reconquête (XIe-XIIIe siècle), Damas : Institut F (...)

45Dans l’ensemble, avec des nuances, le modèle de Pierre Guichard a été accepté par de nombreux chercheurs (Chalmeta, Manzano, Rámirez del Río, Malpica) et s’est substitué au modèle continuiste87. Al-Andalus est vu aujourd’hui comme organisé autour de la ville dans laquelle le privé l'emporte sur le public et dans le domaine de l'organisation sociopolitique, « le système musulman peut être considéré comme un système tributaire mettant en présence un appareil étatique relativement faible et une aristocratie dirigeante très liée à cet appareil de l'islam et qui ne détient guère de droits seigneuriaux sur la terre ni sur les hommes »88.

  • 89  Par exemple, Mikel de EPALZA, « Los Beréberes y la arabización del País valenciano » in : Miscellà (...)
  • 90  Il a synthétisé ses théories dans L’identité andalouse, Paris : Actes Sud-Papiers, 1997.
  • 91  Sur le débat, voir Gabriel MARTÍNEZ-GROS, « Ecrire l’histoire d’al-Andalus. Retour sur un débat », (...)
  • 92  Serafín FANJUL, Al-Andalus contra España. La forja del mito, Madrid : Siglo XXI, 2000.

46Le modèle de Pierre Guichard a toutefois suscité des controverses, notamment sur la « berbérisation », rejetée par certains89 et la « tribalisation ». Mais il a surtout été fortement critiqué dans ses fondements par un autre Français, Gabriel Martinez-Gros90, pour qui les textes de l’époque omeyyade et de la période des taifas ne reflètent que l’idéologie des califes de Cordoue qui ont fait peindre les Andalous en Arabes, avec notamment une organisation tribale et le confinement de la femme dans l’univers domestique91. Ces textes ne peuvent donc, selon lui, être utilisés pour comprendre la réalité socio-économique d’al-Andalus dont l’identité ne serait pas fondamentalement différente de celle de l’Espagne chrétienne. L’importance donnée à un al-Andalus qui n’aurait plus rien à voir avec l’Espagne, et surtout pas le nom – manifesté par le refus même de parler d’ « Espagne musulmane » –, peut être comprise comme une forme aiguë de « communautarisme », comme un désir exacerbé de mettre en relief la différence92. Une des voies pour avancer dans le débat, toujours vif, réside certainement, comme certains historiens le font déjà, à placer l’étude d’al-Andalus dans le contexte de l’espace maghrébin, sinon du Dâr al-Islam tout entier.

Les identités minoritaires et la coexistence

  • 93  Le point historiographique a été fait pour trois d’entre elles par Gabriel MARTÍNEZ-GROS, « L’hist (...)

47Dans l’histoire médiévale de la péninsule ibérique, le problème de l’identité des minorités, en partie parce qu’il rejoint celui de l’identité hispanique, a aussi suscité depuis longtemps l’intérêt des historiens et provoqué de vives polémiques. Celles-ci ont porté également sur l’importance de ces groupes minoritaires, qui a été souvent exagérée, sur leur rôle, trop souvent exalté pour des raisons idéologiques et sur leur coexistence avec les autres communautés, longtemps mythifiée93, autant d’éléments qui donnent leur sens aux identités.

  • 94  Voir l’abondante bibliographie, qui date pourtant d’une quinzaine d’années, établie par Robert SIN (...)

48Les recherches sur les juifs sont florissantes dans toute la péninsule depuis les grands maîtres José Amador de los Ríos au XIXe siècle et Yitzhak F. Baer, suivis par David Romano ou encore Luis Suárez Fernández. Elles ont été stimulées par la création de la revue Sefarad en 1941 et revitalisées par la célébration de l’anniversaire de leur expulsion en 1992, de sorte que les communautés juives sont le groupe social le mieux connu avec celui des conversos des XVe et XVIe siècles94. Les conditions de vie des juifs au sein de leurs communautés (aljamas) et de leurs quartiers (juderías), leur culture philosophique et artistiqueet leursactivités de médecins, artisans, prêteurs et hommes de finance, sont bien mises en lumière et leur place parmi les fermiers relativisée (Valdeón, Montes Romero-Camacho, Carrasco, Leroy).

  • 95  Ce fameux épisode des martyrs de Cordoue a fait l’objet de plusieurs études dont Kenneth B. WOLF, (...)
  • 96  Voir le bilan fait par Mikel de EPALZA, « Les mozarabes, état de la question », Revue du Monde Mus (...)
  • 97  Notamment dans sa thèse Campagnes et Monts de Tolède, Madrid : Casa de Velázquez, 1997, chap. 1.
  • 98  Cyrille AILLET, Les mozarabes : christianisme et arabisation en al-Andalus (IXe–XIIe siècle), thès (...)

49Dans sa monumentale somme, qui a longtemps fait autorité, Francisco Javier Simonet, à la fin du XIXe siècle, présentait les Mozarabes dans une optique d’exaltation de la résistance chrétienne, qui allait jusqu’à la recherche du martyre, comme à Cordoue au milieu du IXe siècle95. Il voyait en eux les représentants de l’identité espagnole, d’une identité fossilisée entre l’époque wisigothique et la reconquête, durant la « parenthèse » de la domination musulmane. Cette thèse « continuiste » a tout de suite et toujours été violemment combattue par les arabisants – depuis Pascual de Gayangos jusqu’à Pierre Guichard en passant par Mikel de Epalza– qui, au contraire, considèrent que les chrétiens ne représentent très vite plus qu’une minorité négligeable en al-Andalus, les différences entre ces auteurs portant sur les modalités et la rapidité de l’arabisation et de l’islamisation et les méthodes d’évaluation du processus de conversion96. Récemment, Jean-Pierre Molénat a démontré que le terme de « mozarabe » n’était pas employé pour désigner les chrétiens, arabisés ou non, en terre d’Islam, mais qu’il fit son apparition à León et à Tolède, quand les chrétiens arabisés se retrouvèrent en terre chrétienne97. Cyrille Aillet vient tout récemment de renouveler la problématique par une analyse systématique de toute leur production littéraire. Il arrive à la conclusion que les Mozarabes n’étaient pas les survivants déclinants d’un christianisme espagnol étouffé par la conquête arabe, mais une communauté vivante de chrétiens de culture latine et de langue arabe qui avaient une forte identité arabo-chrétienne dont il étudie la construction. Cette communauté souffrit de la disparition du califat qui la protégeait. Au cours du XIe siècle, ses représentants disparurent pratiquement d’al-Andalus d’où ils furent expulsés et se fondirent parmi les chrétiens dans les royaumes chrétiens du Nord, sauf à Tolède98.

50Les communautés mudéjares, pratiquement ignorées il y a 30 ans, ont, depuis lors, donné lieu à de fécondes études ; un colloque annuel leur est d’ailleurs spécifiquement consacré à Teruel depuis plus de dix ans. Ces multiples travaux ont eu tendance à majorer leur rôle, notamment dans l’art où, à partir du XIIe siècle, toutes les constructions et les objets qui comportent des éléments islamiques ont été qualifiés de « mudéjars ».

  • 99  Guillermo ARAYA, El pensamiento de Américo Castro. Estructura intercastiza de la historia de Españ (...)
  • 100  Voir l’ouvrage récent de María Rosa MENOCAL, L’Andalousie arabe : une culture de tolérance, VIIIe- (...)

51Les études des arabisants du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle ont débouché sur le mythe de l’Espagne des trois religions et des trois cultures, énoncé avec force par Américo Castro. Ce dernier a développé l'idée selon laquelle les juifs et les musulmans ont nourri la culture de l’Espagne. Leur expulsion a entraîné le déclin irrémédiable de cette culture, retardé quelque peu par la présence des juifs cachés sous l’apparence de conversos99. L’Espagne est vue comme un modèle idéal et unique de coexistence interconfessionnelle et d’échange entre les trois communautés. Les nombreuses études réalisées depuis ont révélé que cette vision était très largement mythique, tout en faisant considérablement progresser nos connaissances des relations intra et intercommunautaires qui retiennent actuellement l'attention des historiens (Tolan, Barkai, Nirenberg, Epalza, Molénat, Echevarria). Ce mythe de la tolérance reste toutefois profondément ancré dans l’imaginaire collectif en ces temps d’affrontements communautaires100. David Nirenberg vient récemment de le détruire en analysant très finement les rapports entre la majorité chrétienne et les minorités musulmanes et juives dans la couronne d’Aragon au XIVe siècle. Il y décrypte les procédés d’instrumentalisation de la violence et d’établissement des limites inter-confessionelles par la mobilisation d’un discours idéologique. À l’inverse, contrairement à ce que l’abondance d’études sur l’inquisition pourrait laisser penser, il ne faudrait pas surévaluer les effets de ce tribunal créé en 1488 par les Rois Catholiques et de ses célèbres, mais rares, autodafés.

52La présence de ces trois cultures sur le sol ibérique a provoqué un processus « d'acculturation » selon l'expression de Thomas F. Glick et Oriol Pi-Sunyer (1969) qui en font un concept explicatif de l'histoire ibérique. Ce thème du métissage culturel attire tout particulièrement les étrangers, surtout les Anglo-saxons. Dans l'œuvre du Père Burns, l'idée maîtresse est celle d'une symbiose entre les populations et les cultures dans le royaume de Valencia dans lequel « l'interpénétration des musulmans et des chrétiens continue à être mutuelle et déterminante » après la reconquête chrétienne. Les échanges linguistiques, artistiques, intellectuels, scientifiques et technologiques (Jayyusi, Vernet, Glick) ont été minutieusement scrutés. Des travaux sur les traductions ont fait connaître la transmission des connaissances d’un milieu et d’une langue à l’autre (Urvoy, Molénat).

Des enjeux de la différence : débats historiographiques

53Depuis les dernières années du XIXe siècle, parmi tous les thèmes abordés de façon plus ou moins féconde par l’historiographie espagnole, certains se sont trouvés plus ou moins directement ancrés dans des débats sur l’existence ou non de la différence de l’Espagne par rapport aux modèles européens. Certains d’entre eux sont maintenant dépassés, d’autres sont encore d’actualité ou ont ressurgi sous d’autres formes. Trois me paraissent avoir eu un fort impact et abouti à des renouvellements thématiques profonds : le féodalisme hispanique et la frontière, le modèle de développement économique et la « crise » du bas moyen âge et les modèles monarchiques.

Le féodalisme hispanique et la frontière

  • 101  Un jalon fondamental a été le colloque Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerra (...)
  • 102  Je renvoie au bilan très complet fait tout récemment Flocel SABATÉ, « L'apparition du féodalisme d (...)

54La revendication d’un féodalisme méditerranéen dans les années 1970101 a conduit à l’apparition du féodalisme hispanique auquel de nombreux chercheurs se sont intéressés dans les différents espaces péninsulaires, cherchant son origine et ses caractéristiques102. Après des années d'isolement, l'Espagne était prête à accepter l'idée que la péninsule avait connu le mode de production féodal et avait évolué comme les autres nations de l'Europe dans laquelle elle entrait, d'autant plus facilement que les historiens revendiquaient un contenu spécifique à ce féodalisme qui ne venait pas du Nord.

  • 103  Salvador de MOXÓ, « Castilla ¿ principado feudal ? », Revista de la Universidad de Madrid, 73, 197 (...)
  • 104 La época medieval,  tome 2 de l'Historia de España d’Alfaguara, Madrid, 1973.
  • 105  Julio VALDEÓN, Josep Maria SALRACH et Francisco Javier ZABALO, Feudalismo y consolidación de los p (...)

55Dès le début des années 70, des auteurs commencèrent à mettre en doute l’idée, farouchement défendue par Claudio Sánchez-Albornoz, que l’Espagne médiévale se singularisait dans le monde occidental parce qu’elle n’avait pas connu la féodalité. Salvador de Moxó se demandait si la Castille était une principauté féodale103. García de Cortázar proposait en 1973 une nouvelle interprétation de l’histoire du moyen âge dans la péninsule où se serait implanté un régime féodal au sein d’une société essentiellement rurale dans laquelle l’Église était un groupe de pression104. La publication, en 1978, du livre de Abilio Barbero et Marcelo Vigil, intitulé La formación del feudalismo en la Península Ibérica, marqua un tournant historiographique puisque les auteurs affirmaient l'existence d'une formation économico-sociale féodale dont ils étudiaient la formation. L’idée fut très vite acceptée et diffusée dans un manuel dans lequel la période qui s’étend du XIe au XVe siècle est définie comme l’époque du féodalisme105.

56Des études ont cherché les traces de proto-féodalité dans le monde wisigothique (Barbero et Vigil). D'autres ont conclu à l’apparition du féodalisme dans les communautés villageoises touchées par la lutte des classes, dérivée de l’agression seigneuriale (García de Cortázar, Estepa, Pastor), rejoignant l'interprétation mutationniste orthodoxe de Pierre Bonnassie pour la Catalogne. D'autres encore expliquent la mise en place de cette féodalité par la hiérarchisation sociale interne (Álvarez Borge) ou par l’immigration et la reprise du territoire (Martínez Sopena). Le problème de la « mutation féodale de l’an mil » reste un débat toujours ouvert et vif entre tenants de l’existence du féodalisme orthodoxe et d'une mutation brutale et ceux d'une simple « seigneurialisation » progressive qui implique une réorganisation territoriale des systèmes d'exploitation avec introduction de la dépendance sur certains paysans (Portela). Paulino Iradiel, dans son manuel, qualifie cette société de féodo-seigneuriale. Actuellement, trop d'auteurs utilisent abusivement l’adjectif « féodal » comme synonyme de « médiéval » dans leurs travaux.

  • 106  Miquel BARCELÓ, Gaspar FELIU, Antoni FURIÓ, Marina MIQUEL et Jaume SOBREQUÉS (éd.), El feudalisme (...)

57Le point vient d’être récemment fait sur la problématique complexe de la féodalisation en Catalogne et les débats qu’elle a suscités au cours des trente dernières années de recherche106. On retiendra que c’est le Français Pierre Bonnassie, qui, dans sa thèse, publiée en 1976, établit pour la Catalogne un modèle où la violence des seigneurs contre les paysans entre 1030 et 1060 conduisit la paysannerie à la servitude et les seigneurs aux relations féodo-vassaliques. Il étendit ensuite son modèle du Rhône à la Galice. Ce modèle a séduit bien des historiens de la Catalogne, comme Josep Maria Salrach et Michel Zimmermann, qui par une approche anthropologique et culturelle du vocabulaire et du droit, arrive à la même conclusion.

58Le modèle s'est lézardé à la suite d'une série de recherches sur les systèmes de parenté qui interprètent la transformation de la société en termes non pas de lutte de classes mais de stratégies matrimoniales (Ruiz Domenec), sur la violence qui perdure au XIIe siècle et n'est pas à son apogée entre 1020 et 1060 (Gari, Bisson), sur la paysannerie qui comportait déjà beaucoup de non-libres au Xe siècle et ne connut une extension significative de la nouvelle servitude qu’à la fin du XIIe siècle (Feliu, Freedmann), sur le droit public dont la notion ne disparaît pas (Gouron, Iglesia), sur le rôle de la frontière qui entraîne un processus de « châtellenisation » et de « seigneurialisation » et l'installation de paysans censitaires et non petits propriétaires, sans oublier le rôle de l'Église dans la féodalisation qui s'effectue de façon graduelle (Sabaté, Riu).

59En Navarre et en Aragon, le débat historiographique oppose les tenants du « mutationnisme orthodoxe » de Juan José Larrea et ceux du « mutationnisme modéré » de Carlos Laliena. Le premier défend l’hypothèse de « la mutation féodale de l’an mil ». Le second soutient l’idée d’une mutation non violente dans les tenures des honores vers 1020 et l’établissement d’un État féodal dans les dernières décennies du XIe siècle, couronné par l’occupation militaire de la vallée de l’Èbre au XIIe siècle. José Ángel Sesma Muñoz, Esteban Sarasa Sánchez et Philippe Sénac apportent simplement des nuances à ces deux interprétations.

  • 107  Ángel BARRIOS GARCÍA, « Repoblación de la zona meridional del Duero. Fases de ocupación, procedenc (...)
  • 108  Teófilo F. RUIZ, « Expansion et changement : la conquête de Séville et la société castillane (1284 (...)

60La frontière, thème d'étude traditionnel, est mis désormais en relation avec le féodalisme qui trouverait sa consolidation dans l’expansion territoriale du XIe au XIIIe siècle (Moxó, Cortázar, Pallares et Portela, Larrea, Toro, Guinot) alors que pour Claudio Sánchez-Albornoz, la frontière expliquait l'inexistence de la féodalité. Les conquêtes de Tolède, de Huesca et de la vallée de l'Èbre sont présentées comme des agressions féodales modèles. L'occupation de la partie méridionale de la vallée du Duero par des colons venus des régions septentrionales, et qui s'accompagne d'une poussée seigneuriale, renforce la formation féodale en Castille107. Teófilo Ruiz considérait que la conquête de Séville en 1238 avait consolidé la féodalité dans le nord grâce à l’émigration des paysans et implanté celle-ci dans la zone sévillane avec la formation de grands domaines108, mais les études récentes (Manuel González Jiménez, Mercedes Borrero Fernández) ont démontré que la création de ces derniers s'explique plutôt par l'échec du repeuplement. Dans ce processus de féodalisation, il resterait à préciser le rôle des villes.

  • 109  Voir la synthèse de Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La ‘Reconquête’, clef de voûte du moyen âge esp (...)

61Ces travaux sur la féodalisation rejoignent un autres courant historiographique, celui de la Reconquête et du repeuplement qui ne sont plus étudiés seulement dans la réalité militaire de l'avancée des chrétiens et de l'installation des colons dans les territoires repris aux musulmans, mais dans leur caractère, leur idéologie et leur rôle dans la légitimation du pouvoir royal109.

Le modèle de développement économique et la « crise » du bas moyen âge

  • 110 Desigualdad y dependencia. La periferización del mediterráneo occidental (S. XII-XIX),  Áreas. Revi (...)

62Dans le modèle d'économie-monde développé par Immanuel Wallerstein et Fernand Braudel, l’Espagne médiévale constituait une périphérie qui fournissait des produits primaires, en premier lieu de la laine, mais aussi de la cochenille, du safran et des cuirs aux centres industriels, principalement italiens. Seules quelques zones de développement faisaient exception, Barcelone et la Catalogne, puis au XVe siècle, Valencia, Séville et Burgos. Cette « périphérisation » serait à l’origine du retard de la péninsule110.

  • 111  Sur l'économie péninsulaire en général, voir les deux bilans très complets faits respectivement pa (...)
  • 112  Eloy BENITO RUANO, « Lanas castellanas : ¿ exportación o manufactura ? », Archivium 25, 1975, p. 1 (...)
  • 113  Hilario CASADO ALONSO (coord.), Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y X (...)
  • 114  Francisco Paulino IRADIEL, "L'economia : produir i comerciar", in : Historia, política, societat i (...)

63L'idée que l'exportation de matières premières aurait constitué un frein décisif au développement industriel et commercial autochtone n'est plus admise aujourd'hui111. La Castille a réussi à se créer une richesse exportable, la laine, sans toutefois négliger le développement d'une industrie drapière locale112. Les marchands castillans ont pris une place sur la scène internationale en négociant dans les ports de l'Atlantique et de la Méditerranée113. La majorité des historiens considère que les territoires de la couronne d'Aragon ont connu, comme ceux de la Castille, une croissance de l'économie agraire qui eut comme conséquence de dynamiser les activités artisanales et commerciales et de consolider le puissant patriciat urbain114. L'essor de la draperie catalane qui s’est spécialisée dans des tissus plus légers aux coloris diversifiés a été le fer de lance de l'expansion économique du Principat.

  • 115  Julio VALDÉON, « Reflexiones sobre la crisis bajomedieval en Castilla », En la España Medieval, 5, (...)
  • 116  Ce débat a été traduit en catalan et publié dans Debats, 5, 1983, p. 69-118.

64Les historiographies ibériques utilisent traditionnellement le concept de « crise » pour caractériser « l'automne du moyen âge » et expliquent celle-ci selon des schémas : malthusien, (« surpeuplement » par rapport aux ressources) ou marxiste (crise du féodalisme)115. Elles ne diffèrent donc pas des autres historiographies européennes. Comme ailleurs, la « crise » a fait l'objet de nombreuses recherches et de polémiques sur ses causes, son déroulement, ses caractères et sa durée. Le fameux débat Brenner sur les structures agraires dans la transition du mode de production féodal au mode de production capitaliste a eu beaucoup d’écho116.

  • 117  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La Corona de Castilla : transformaciones y crisis políticas. 1250-1 (...)
  • 118  Interprétation proposée notamment par Teófilo F. RUIZ, Crisis and continuity. Land and town in lat (...)
  • 119  Ángel VACA LORENZO, « Recesión económica y crisis social de Castilla en el siglo XIV », in : Chris (...)

65Les historiens se sont beaucoup interrogés sur le début de la « crise ». L'historiographie véhicule l'idée qu'elle aurait touché la Castille plus précocement que le reste de l’Occident, dès le milieu du XIIIe siècle117. À ce moment, la croissance donne alors des signes d'essoufflement, la reconquête s'interrompt, les défrichements s'arrêtent dans les régions septentrionales, les repeuplements extensifs se soldent par des échecs en Andalousie (González Jiménez) et à Murcia (Torres Fontes, Menjot) et conduisent à la constitution de latifundia, la production agricole et la rente seigneuriale chutent, ce qui tarit les possibilités d'ascension sociale. L'interprétation proposée pour expliquer cet arrêt de la croissance est la suivante : les migrations des paysans vers les villes et les zones reconquises occasionnent la diminution de la production céréalière dans le Nord qui n'est pas compensée par la production du sud où l'économie s'oriente vers la viticulture, l'oléiculture et l'élevage. L'insuffisance de la production provoque une hausse des prix accentuée à la fois par la hausse des salaires et par l'accroissement de la masse monétaire, consécutif à la conquête de l'Andalousie et par la forte augmentation de la demande des classes aristocratiques. L'interruption de la reconquête en 1266 met fin aux distributions de terres avec lesquelles le monarque récompensait les services et la fidélité de sa noblesse. Il lui faut donc désormais mettre en place une nouvelle fiscalité – ce qu'Alphonse X fait dans les années 1268-1272 – qui pèse essentiellement sur les villes, pour compenser la fin des profits de guerre et continuer de verser à ses vassaux des soldes en numéraire. Dans ces conditions, contrôler le pouvoir royal apparaît aux yeux de la couche supérieure de la noblesse comme le moyen de maintenir son rang. L'intérêt des oligarchies urbaines, qui coïncidait sur ce point avec celui du commun, était de s'opposer aux nouvelles exigences fiscales de la monarchie. Les difficultés économiques débouchent sur une crise sociale et politique118. Cette interprétation a été fortement nuancée par une série d'études de cas qui ont montré que les difficultés n'avaient pas de caractère général et que les disparités régionales et sectorielles étaient grandes. Les soulèvements nobiliaires des années 1270 pourraient même être interprétés comme une manifestation de la volonté de la noblesse de profiter plus encore de l'expansion. Il apparaît maintenant que la récession économique et la crise sociale n'ont commencé qu'au XIVe siècle, que leur importance a été très variable d'une région à l'autre et qu'elles ont été assez rapidement surmontées119.

  • 120 Valencia i la Mediterrania medieval. Societats i economies en contacte al segle XV, Revista d’Histo (...)
  • 121  José Enrique RUIZ DOMENEC, « La crisis económica de la Corona de Aragón. ¿Realidad o ficción histo (...)

66En Catalogne et dans la couronne d'Aragon, Jaume Vicens Vives, Pierre Vilar et Claude Carrère, ont daté les débuts de la crise du fameux mal any primer de 1333 et de la Peste Noire. Se fondant sur la documentation barcelonaise, ils ont estimé que la cité comtale entrait alors dans une période de difficultés jusqu'à la catastrophe finale marquée par la Guerre Civile qui ravage le pays entre 1462 et 1472. Depuis une trentaine d’années, comme en Castille, de fortes nuances sectorielles et régionales ont été apportées à cette vision. Les historiens ont beaucoup insisté sur la brillante expansion catalane en Méditerranée (del Treppo, Lalinde, Jaume Aurell). Ils ont montré qu'il ne fallait pas confondre Barcelone avec le reste de la Catalogne qui est une constellation d'entités économiques assez autonomes ni avec Valencia qui est en plein essor120. Même la « crise » barcelonaise a été fortement nuancée et retardée (del Treppo, Riera, Battle, Bentsch). Ainsi, par exemple, une étude fondée sur les protocoles notariaux ne fait pas apparaître une crise aussi importante que celle qui secoue entre 1374 et 1375 l'ensemble des cités de la Méditerranée occidentale. Certains chercheurs sont même allés jusqu'à considérer que la crise économique était une fiction historiographique dans la couronne d'Aragon121.

67Les historiens, aussi bien ceux qui travaillent sur la couronne d'Aragon que ceux qui s'intéressent à la couronne de Castille, semblent maintenant d'accord pour expliquer les difficultés et la récupération – qui se manifeste à partir des dernières années du XIVe siècle – par une combinaison de facteurs externes et internes. Les premiers tiennent à la domination exercée par certaines régions européennes. Les seconds sont constitués par la pression fiscale des monarchies, la création de systèmes de dette publique en Catalogne et à Valencia et les mesures de « politique économique » prises dès la fin du XIIIe siècle par les souverains pour tenter de réguler et de contrôler la production et les échanges. Les historiens sont aussi assez unanimes pour estimer que les conséquences économiques les plus significatives de la « crise » et de la récupération postérieure furent entre autres, d'une part, la forte régionalisation des échanges et, d'autre part, la consolidation des économies urbaines et des réseaux urbains.

Les modèles monarchiques

68Les études sur le pouvoir royal, les administrations et les gouvernements des monarchies et des villes ibériques sont anciennes et nombreuses. Elles ont connu ces dernières années une nouvelle vigueur méthodologique avec l'analyse des réalités gouvernementales sous l’angle explicatif de l’exercice du pouvoir, de sa reproduction, de son image, de sa représentation, de sa justification et de sa légitimation. C'est le modèle monarchique qui est l’objet de polémique en Castille et en Aragon et dans une moindre mesure en Navarre.

  • 122  Teófilo F. RUIZ, « Une royauté sans sacre : la monarchie castillane du bas moyen âge », Annales E. (...)
  • 123  Dans une série de travaux dont les plus importants sont Fundamentos ideológicos del poder real en (...)

69En Castille, la question de la sacralité du roi a suscité un vif débat historiographique qui oppose principalement un groupe d'historiens étrangers à une école espagnole. Les premiers, tenants d’une monarchie castillane non-sacrée, fondent leurs conclusions sur l’absence de sacre (Ruiz) et de pouvoirs thaumaturgiques (Rucquoi) et l’inexistence de cérémonies funéraires visant à donner une certaine image de la continuité monarchique et débouchant sur la constitution d’un panthéon royal centralisé (Menjot, Guiance). Cette absence de sacralité n’est cependant pas incompatible avec une véritable « politique de la piété » (Linehan) destinée à renforcer l’autorité royale122. José Manuel Nieto Soria et ses disciples ont réagi en proposant une sacralité alternative construite à partir des expressions de la propagande et du discours politique en lien avec le renforcement théorique de l’autorité à partir du XIIIe siècle. Ils relèvent la similitude des fondements idéologiques du pouvoir et des aspects cérémoniels entre les monarchies castillane et française123. L'enjeu de ce débat qui perdure, concerne encore l’existence ou non d’une spécificité castillane par rapport au modèle de monarchie sacrée établi, pour l’essentiel, à partir du cas français. Mettre en évidence les similitudes ou les différences entre le roi de Castille et le roi de France, érigé en modèle idéal, dans les cérémonies de sacralisation, d'intronisation, de réception, d’entrée et d’enterrement, dans l'origine et les fondements idéologiques du pouvoir, dans les modèles bibliques utilisés revient à prouver que le roi de Castille est l’égal du roi de France ou qu'il est différent.

  • 124  Je me fonde en grande partie sur le bilan historiographique et l'état de la question sur "Sociétés (...)
  • 125  Carme BATTLE, « L'expansió baixmedieval (segles XIII-XV) », in : Pierre VILAR (dir.), Historia de (...)
  • 126 Josep Maria SALRACH(coord.), Historia de Catalunya, 3, Barcelone : Salvat, 1978.

70La couronne d'Aragon est aussi à la recherche d'un modèle d'interprétation global124. L'historiographie traditionnelle véhicule l'idée d'une union dynastique dans laquelle la monarchie renforce la cohérence de la confédération composée d'entités hétérogènes (Principat de Catalogne et royaumes d’Aragon, de Valencia et de Majorque, auxquels s'ajoutèrent la Sicile, la Sardaigne et le royaume de Naples, territoires conquis respectivement en 1282, 1326 et 1445) grâce à son alliance avec le milieu marchand qui constitue le moteur de l'expansion. L'arrivée sur le trône de la dynastie des Trastamares, à la suite du compromis de Caspe en 1412, représente une profonde rupture125. Dans cette confédération se constituent des « entités nationales pré-étatiques » (Vilar) au sein desquelles les aristocraties renforcent leur pouvoir au détriment de la monarchie et consolident le pactisme que les Corts parviennent à imposer à la couronne et dont les structures assurent l'autonomie des composantes de la couronne, mais se révèlent incapables d'imposer la paix et l'ordre. Cette autonomie des différents États ne cesse de grandir et les institutions d'accroître leurs compétences, avec les Diputaciones, délégations permanentes des Corts. Les souverains ne peuvent obtenir « le sacrifice des royaumes de la couronne à l'idéal commun d'une politique d'État au-dessus des intérêts particuliers des différents royaumes et des intérêts des groupes sociaux »126.

  • 127  Pietro CORRAO, « Stati regionali e apparati burocratici nella Corona d'Aragona (sec. XIV e XV) », (...)

71Pietro Corrao a importé un autre modèle celui, des États régionaux italiens et proposé de voir dans la couronne d'Aragon une monarchie composite formée d'États régionaux organisés par des bureaucraties et dont la dynamique résiderait plutôt dans l'équilibre des pouvoirs de plus en plus autonomes127. Un autre modèle voit plutôt dans la couronne un ensemble de micro-États composés de villes – dont l'importance est soulignée – et de seigneuries, puissantes notamment dans les régions conquises (Nouvelle Catalogne, Valencia, Baléares, Sardaigne) et dont la dynamique serait fondée sur la compénétration des structures féodales, urbaines et étatiques (Iradiel).

  • 128  Flocel SABATÉ, « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval : definición y ruptura », in : Fran (...)

72Les historiens mettent l'accent actuellement sur la pluralité des acteurs : lignages, familles, oligarchies urbaines, seigneuries128. Barcelone n'est pas considérée comme une Cité-État italienne, mais comme une cité royale dans un État féodal (Orti). L'alliance roi-marchands est remise en cause, le pactisme réexaminé, la compénétration des pouvoirs réévaluée, la rupture Trastamare relativisée, la substitution d'une noblesse par une autre, atténuée; les historiens insistent plutôt sur la continuité entre la dynastie de Barcelone et celle des Trastamares.

73En Navarre, la grande question qui intéresse les historiens de la monarchie réside dans la combinaison entre les traditions politiques navarraises et les apports français après l'arrivée sur le trône des dynasties françaises, respectivement celles de Champagne, des Capétiens et des Évreux, à partir de 1234 (Ramírez, Carrasco, Leroy).

Conclusions

74Bien évidemment, la notion de différence ne prétend pas prendre en compte toute la production des nombreux chercheurs qui ont contribué au développement de l’histoire du moyen âge espagnol. Elle n’est plus une clé de lecture pour la production de ces dernières années, même si cette conscience de la différence perdure encore chez des historiens actuels, et explique probablement aussi en partie l’absence notable de chercheurs espagnols – pas seulement médiévistes – parmi les spécialistes d'autres pays. Après des années d'immobilisme et d’encadrement sous le régime franquiste, la recherche historique a incontestablement beaucoup progressé en Espagne, elle a très largement diversifiée ses thématiques et s'est ouverte à toutes les influences. Mais les progrès ont été inégaux et plus importants sur le plan heuristique que méthodologique.

  • 129  Juan Vicente GARCÍA MARSILLA, Vivir a crédito en la Valencia medieval. De los orígenes del sistema (...)
  • 130  Jean-Marie MOEGLIN, Stéphane PÉQUIGNOT et Manuel SÁNCHEZ MARTÍNEZ (éd.), Negociar en la Edad Media (...)
  • 131  François FORONDA et Ana Isabel CARRASCO (dir.), Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultur (...)

75La période des derniers siècles du moyen âge est la mieux étudiée, du moins pour l’Espagne chrétienne à cause de la multiplication des sources, de leur diversité, de leur plus grande accessibilité surtout en Castille où le latin disparaît dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Mais aucune période n’est oubliée même si les médiévistes, malgré quelques travaux remarquables (Orlandis, García Moreno, Díaz y Díaz, Céline Martin), ont trop tendance à abandonner l’Hispania wisigothique aux spécialistes de l’Antiquité ; pour des motifs idéologiques, beaucoup considèrent encore que le moyen âge ne commence qu’avec l’arrivée des musulmans en 711 même si tous s’accordent sur le fait que la connaissance de cette période est essentielle pour comprendre la conquête islamique et l’évolution des royaumes chrétiens du Nord aux IXe et Xe siècles qu’il conviendrait de réexaminer par une relecture des sources textuelles et à la lumière des apports de l'archéologie. Aux XIIe et XIIIe siècles, la documentation a conduit les chercheurs à privilégier l’étude des domaines monastiques, de l’organisation sociale de l’espace et des structures politiques. Le califat omeyyade de Cordoue, âge d’or d’al-Andalus et les dernières splendeurs de l’émirat nasride de Grenade ne focalisent plus l’attention des historiens qui s’intéressent aux trois périodes des taïfas, qui ne sont plus considérés désormais comme des temps de décadence et de transition (Guichard, Vigueras, Marin, Clément, Méouak). Actuellement, l’histoire culturelle représente l’un des chantiers les plus prometteurs avec l’archéologie. L’histoire de l’Église est encore peu renouvelée, elle reste surtout une histoire des institutions, des monastères et des ordres religieux et militaires. L’histoire du crédit constitue l’une des clefs du renouvellement historiographique concernant l’emprise des villes sur la campagne et les sociétés paysannes129. Les deux enquêtes pionnières sur les formes de négociation130 et les alliances politiques s'annoncent prometteuses pour faire avancer l’histoire du pouvoir131.

76Les acquis récents de la recherche sont si nombreux, si dispersés et si mal connus, faute d'une diffusion des recherches non seulement à l'étranger mais hors des limites parfois de la région, qu'il convenait de les intégrer dans des synthèses. Elles se sont multipliées depuis quelques années sous la plume d'historiens espagnols et étrangers qui ne sentent pas la contrainte d'un cadre régional ou communautaire. Toutefois, il s'agit encore trop souvent d'histoires des pays qui allaient devenir l'Espagne à l'exclusion du Portugal, ce qui constitue une aberration au moyen âge et souvent aussi d’al-Andalus, considéré comme un appendice du monde musulman en Occident. Les dictionnaires, raisonnés, critiques ou encyclopédiques ne sont pas encore à la mode en Espagne.

  • 132  C’est à mon avis aussi et encore une des raisons du faible poids de l’historiographie espagnole da (...)

77Le régionalisme a malheureusement accru le cloisonnement des études, confinées trop souvent dans un cadre spatial étroit et condamnées à rester d'autant plus confidentielles qu'elles sont publiées dans une langue régionale et qu’elles sont mal ou pas diffusées132. Ce cloisonnement explique que les chercheurs espagnols surtout les plus jeunes – qui sont contraints par le système de publier rapidement pour faire carrière – choisissent très rarement des sujets qui englobent la péninsule toute entière. Les traductions en espagnol ou en catalan d’ouvrages ou de recueils de travaux d’historiens étrangers témoignent toutefois d’une volonté de lutter contre l’ « isolement » historiographique.

  • 133  Enric PUJOL, El descrèdit de la historia, Gérone : Llibres del Segle, 1993.
  • 134  Carlos BARROS, David GUAL et Germán NAVARRO, « Historia a debate. Manifiesto historiográfico », Re (...)

78L’histoire médiévale espagnole n’est ni plus ni moins en crise qu’ailleurs, pas plus en miettes qu’ailleurs pour reprendre le titre de l’ouvrage de François Dosse, pas plus discréditée qu’ailleurs133. Comme dans les autres pays, la discipline se renouvelle, elle est remise en cause parce que les historiens eux-mêmes ont moins de certitudes que leurs prédécesseurs. Des historiens espagnols ont aussi pris conscience de la nécessité d’une réflexion sur la discipline et ont pris des initiatives et formulé des propositions en ce sens. Carlos Barros a initié un forum en 1993, Historia a debate qui a donné lieu à trois congrès internationaux célébrés à Santiago de Compostela en 1993, 1999 et 2004 et qui a précisément pour but de réfléchir à la façon de faire et d’écrire l’histoire, au métier d’historien, au rapport d’histoire et mémoire. Avec deux autres collègues, il a énoncé dix-huit propositions méthodologiques, historiographiques et épistémologiques pour restructurer la discipline134. Souhaitons que les chercheurs les méditent.

Sélection bibliographique

79Dans une production foisonnante, mais de qualité inégale et très dispersée, cette bibliographie propose une sélection réduite d'ouvrages et d'articles essentiels parmi les plus récents et les plus facilement accessibles sur différents thèmes de l’histoire espagnole. Les bibliographies contenues dans les travaux cités pourront permettre de gommer le caractère forcément arbitraire de cette sélection et de la compléter sur certains points par des études spécialisées parues notamment dans des revues locales espagnoles.

1. Manuels et ouvrages généraux

a) Histoires d’Espagne

– AYALA MARTÍNEZ Carlos de, CANTERA MONTENEGRO, Enrique, CAUNEDO del POTRO, Betsabé, LALIENA CORBERA, Carlos, Economía y sociedad en la España medieval, Madrid : Istmo, 2004.

– BENNASSAR, Bartolomé (dir.), Histoire des Espagnols, Paris : A. Colin, 1985.

– DOMINGUEZ ORTIZ, Antonio (dir.), Historia de España, 2 et 3, Madrid : Planeta, 1988 et 1989.

– GARCÍA DE CORTÁZAR, José Ángel, 2. La época medieval, in : ARTOLA, Miguel (dir.), Historia de España, Madrid : Alianza, 1988.

– GERBET, Marie-Claude, L’Espagne au moyen âge (VIIIe-XVe siècle), Paris : A. Colin, 1992.

– HERBERS, Klaus, Geschichte Spaniens im Mittelalter. Vom Westgotenreich bis zum Ende des 15. Jahrhunderts, Stuttgart : Kohlhammer, 2006.

– IRADIEL, Francisco Paulino, MORETA, Salustiano, et SARASA, Esteban, Historia Medieval de la España cristiana, Madrid : Cátedra, 1989.

– LADERO QUESADA, Miguel Ángel, La formación medieval de España, Madrid : Alianza, 2004.

– MACKAY, Angus, Spain in the middle Ages, from frontier to empire 1000-1500, Londres : Macmillan Press,1977 (trad. espagnole, Madrid : Cátedra, 1981).

– MARTIN, José Luis, La España medieval, in :Javier TUSELL (dir.), Manual de Historia de España, 2, Madrid : Historia 16, 1993.

– MENJOT, Denis, Les Espagnes médiévales 409-1474, Paris : Hachette (Carré Histoire), 1996, réed. 2000.

– MIRANDA GARCÍA, Fermín et GUERRERO NAVARRETE, Yolanda,  Historia de España, III, Medieval, Territorios, sociedades y culturas, Madrid : Silex, 2008.

– MITRE FERNÁNDEZ, Emilio, La España medieval. Sociedades. Estados. Culturas, Madrid : Istmo, 1979.

– PORRAS ARBOLEDAS, Pedro A., RAMÍREZ VAQUERO, Eloísa, et SABATÉ, Flocel, La época medieval  :administración y gobierno, Madrid : Istmo, 2003.

– RUCQUOI, Adeline, Histoire médiévale de la péninsule ibérique, Paris : Seuil, 1993.

– Id., L'Espagne médiévale, Paris : Les Belles Lettres, 2002.

– SABATÉ, Flocel et FARRÉ, Joan (coord.), Catalunya i Europa a travès de l’Edat Mitjana, Lleida : Pagès editors, 2002.

– VALDEÓN, Julio, SALRACH, Josep Maria et ZABALO, Francisco Javier, 4.Feudalismo y consolidación de los pueblos hispánicos (siglos XI-XV), in : TUNÕN de LARA, Manuel (dir.), Historia de España, Barcelone : Labor, 1980.

– VONES, Ludwig, Geschichte der iberischen Halbinsel im Mittelalter (711-1480) : Reiche, Kronen, Regionen, Sigmaringen : Thorbecke, 1993.

b) Histoire des États et des régions péninsulaires

– BISSON, Thomas N., The medieval Crown of Aragon. A short History, Oxford : Clarendon Papersback, 1986.

– CARRASCO PÉREZ, Juan (dir.), Historia de Navarra, 1, Pampelune : Gobierno de Navarra, 1993-1994.

– CHEJNE, Anwar G., Muslim Spain. Its History and Culture, Minneapolis  : University of Minnesota Press, 1974.

– FURIÓ, Antoni, Historia del Pais Valencià, Valence : Edicions Alfons El Magnànim, 1995.

– GONZÁLEZ, Luis, FERRER, Ramón et CATEURA, Pau, La consolidación de la Corona de Aragón (Desde Alfonso II hasta la muerte de Jaime I), ed. bil. castellano-catalane, Barcelone-Saragosse : Aragón, 1989.

– GUICHARD, Pierre et SORAVIA, Bruna, Los reinos de taifas. Fragmentación política y esplendor cultural, Málaga : Sarriá, 2006.

– GUICHARD, Pierre, Al-Andalus (711-1492), Paris : Hachette (Hachette Littératures), 2000.

Historia de Castilla y León, Valladolid : Ámbito, 1985-1986 : 3.El nacimiento de León y Castilla (siglos VIII-X) par Carlos ESTEPA, 4. La afirmación de los reinos (siglos XI-XIII) par José-Luis MARTÍN, 5. Crisis y recuperación (siglos XIV-XV) par Julio VALDEÓN.

– LACARRA, José María, Historia del reino de Navarra. Desde sus orígenes hasta su incorporación a Castilla, 2, Pampelune, 1972, réed, Pampelune : Caja Navarra, 2000.

– LALINDE ABADÍA, Jesús, La corona de Aragón en el Mediterráneo medieval, 1229-1479, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1979.

– LEROY, Béatrice, La Navarre au moyen âge, Paris : Albin Michel, 1984.

– ORLANDIS, José, Historia del reino visigodo español, Madrid : Rialp, 1988.

– RAMÍREZ VAQUERO, Eloísa, Historia de Navarra. Baja Edad Media, Pampelune : Gobierno de Navarra, 1994.

– RIERA MELIS, Antoni, La Corona de Aragón y el reino de Mallorca en el primer cuarto del siglo XIV, Madrid : CSIC, 1986.

– SALRACH,Josep Maria (coord.), Historia de Catalunya, 3, Barcelone : Salvat, 1978.

– SALRACH, Josep Maria et AVENTÍN, Merce, Conèixer la Historia de Catalunya, 1, Dels orignes al segle XII, Barcelone : Vicens Vives, 1985.

– VALDEÓN BARUQUE, Julio, El reino de Castilla en la Edad Media, Bilbao : International Book Creation, 1968.

c) Collections de textes

– BALOUP, Daniel, BOISSELLIER, Stéphane et DENJEAN, Claude, La péninsule ibérique au moyen âge. Documents traduits et présentés, Rennes : PUR, 2003.

– CONSTABLE, Olivia Remie, Medieval Iberia. Readings from Christian, Muslim and Jewish Sources, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1997.

– GARCÍA de CORTÁZAR, José Ángel, Nueva Historia de España en sus textos, Edad Media, Saint-Jacques de Compostelle : Pico Sacro, 1975.

– RUIZ I CALONJA, Joan, Retaule de la vida medieval. Textos catalans coetanis, Barcelone : Barcanova, 1990.

d) Dictionnaires, atlas et histoires générales

– ARTOLA, Miguel (dir.), Enciclopedia de Historia de España, Madrid : Alianza, 1988.

Diccionario de Historia Eclesiástica de España, 5 vol., Madrid : CSIC, 1975.

– GARCIA BALLESTER, Luis (dir.), Historia de la Ciencia y de la Técnica en la Corona de Castilla, Edad Media, 1 y 2, Salamanque : Junta de Castilla y León, 2002.

– GARCIA-GALLO, Alfonso, Manual de Historia del Derecho Español, Madrid : [s.n.] , 4.a ed, 1971.

– MARTIN DUQUE, Ángel J. (dir.), Gran Atlas de Navarra, 2., Historia, Pampelune : Caja de Ahorros de Navarra, 1986.

2. Conquête, reconquête et repeuplement

a) Guerre, conquête et reconquête

– CASTRUM 3, Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au moyen âge, Madrid : Casa de Velázquez, 1988.

– CHALMETA, Pedro, Invasión e islamización, Madrid : Mapfre, 1994.

– CONRAD, Philippe, Histoire de la reconquista, Paris : PUF, 1998.

DESWARTE, Thomas et SÉNAC, Philippe, Guerre, pouvoirs et idéologies dans l’Espagne chrétienne aux alentours de l’an mil, Turnhout : Brepols, 2005.

El Camino de Santiago y la articulación del espacio hispánico, XX Semana de Estudios Medievales de Estella, Pampelune : Gobierno de Navarra, 1994.

– GARCÍA FITZ, Francisco, Castilla y León frente al Islam. Estrategias de expansión y tácticas militares (siglos XI-XIII), Séville : Universidad de Sevilla, 1998.

– GONZÁLEZ JIMÉNEZ, Manuel, En torno a los orígenes de Andalucía : la repoblación del siglo XIII, Séville : Universidad de Sevilla, 1980.

Id., "Frontier and settlement in the kingdom of Castile. 1085-1350", in : BARTLETT, Robert et MACKAY, Angus (éd.), Medieval frontier societies, Oxford : Oxford University Press, 1989, p. 49-74.

– GUICHARD, Pierre, Les musulmans de Valencia et la reconquête (XIe-XIIIe siècle), Damas : École Française de Damas, 1991.

– LALIENA CORBERA, Carlos et SÉNAC, Philippe, Musulmans et Chrétiens dans le haut moyen âge : aux origines de la Reconquête Aragonaise, Paris : Minerve, 1981.

– LOMAX, Derek W., The reconquest of Spain, Londres-New-York : Longman, 1978.

– MÍNGUEZ FERNÁNDEZ, José María, La Reconquista, Madrid : Historia 16, 1989.

– MOXÓ, Salvador de, Repoblación y sociedad en la España cristiana medieval, Madrid : Rialp, 1979.

RAMÍREZ DEL RÍO, José, La orientalización de al-Andalus. Los días de los árabes en la península ibérica, Séville : Universidad de Sevilla, 2002.

– REILLY, Bernard, The conquest of christian and muslim Spain 1031-1157, Oxford : Blackwell, 1992.

– SABATÉ, Flocel, L'expansió territorial de Catalunya (segles IX-XII) : Conquesta o repoblacio ?, Lleida : Espai/Temps, 1996.

– TORRES FONTES, Juan, Repartimiento de la Huerta y Campo de Murcia en el siglo XIII, Murcie : CSIC, Academia Alfonso X el Sabio, 1971, 2e éd. 1990.

b) Frontière

– BURESI, Pascal, La frontière entre chrétienté et islam dans la péninsule ibérique. Du Tage à la Sierra Morena (fin XIe - milieu XIIIe siècle), Paris : Publibook, 2004.

– FERRER I MALLOL, Mariá Teresa, Organització i defensa d'un territory fronterer. La Governació d'Oriola en el siglo XIV, Barcelone : CSIC, 1990.

AYALA MARTÍNEZ, Carlos de, BURESI, Pascal et JOSSERAND, Philippe (éd.), Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos XI-XIV), Madrid : Casa de Velázquez, 2001, p. 267-291.

Las sociedades de Frontera en la España medieval, Saragosse : Universidad de Zaragoza, 1993.

– MANZANO, Eduardo, La frontera de al-Andalus en la época de los Omeyas, Madrid : CSIC, 1991.

– SÉNAC, Philippe, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle). Le peuplement musulman au nord de l'Èbre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris : Maisonneuve et Larose, 2000.

– TORRÓ, Josep, El naixement d'una colonia. Dominació i resistència a la frontera valenciana (1238‑1276), Valence : Universitat de Valencia, 1999.

c) Féodalisation et féodalisme

– ÁLVAREZ BORGE, Ignacio, El feudalismo castellano y el Libro Becerro de las Behetrías : La Merindad de Burgos, León : Universidad de León, 1987.

– BARRIOS, Ángel, Estructuras agrarias y de poder en Castilla. El ejemplo de Ávila (1085-1320), Salamanque : Universidad de Salamanca (Institución "Gran Duque de Alba"), 1973.

– BARBERO, Abilio et VIGIL, Marcelo, La formación del Feudalismo en la Peninsula Ibérica, Barcelone : Crítica, 1978.

– BONACHÍA, Juan A., El señorío de Burgos durante la Baja Edad Media (1255-1508), Valladolid : Universidad de Valladolid, 1988.

– CLAVERO, Bartolomé, Mayorazgo. Propiedad feudal en Castilla (1369-1836), Madrid : Siglo XXI, 1974.

– SARASA, Eliseo et SERRANA, Esteban (éd.), Señorío y feudalismo en la Península Ibérica (siglos XII-XIX), Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1993.

– GACTO FERNÁNDEZ, María Trinidad, Estructura de la población de la Extremadura leonesa en los siglos XII y XIII, Salamanque : Universidad pontificia, 1977.

– GARCÍA DE CORTÁZAR, José Ángel et al., Organización social del espacio en la España medieval. La Corona de Castilla en los siglos VIII à XV, Barcelone : Ariel, 1985.

– GAVILÁN, Enrique, El dominio de Párraces en el siglo XV. Un estudio sobre la sociedad feudal, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1986.

– GUINOT I RODRÍGUEZ, Enric, Feudalismo en expansión en el norte valenciano, Castellón : Diputación provincial, 1986.

– LARREA, Juna José, La Navarre du IVe au XIIe siècle. Peuplement et société, Paris/Bruxelles : De Boeck, 1998.

Les senyories medievals. Una visio sobre formes potier feuda, Revista d'Historia Medieval, 8, Valence: Universitat de Valencia, 1997.

– MARTÍN VISO, Iñaki, Poblamiento y estructuras sociales en el Norte de la Península Ibérica, siglos VI-XIII, Salamanque : Universidad de Salamanca, 2000.

– MARTÍNEZ MORO, Jesús, La renta feudal en la Castilla del siglo XV : los Stúñiga, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1977.

– MORETA VELAYOS, Salustiano, Malhechores feudales. Violencia, antagonismos y alianzas de clase en Castilla (XIII-XIV), Madrid : Cátedra, 1978.

– PASTOR de TOGNERI, Reyna, Conflictos sociales y estancamiento económico en la España medieval, Barcelone : Ariel, 1973.

Id., Resistencias y luchas compesinas en la época del crecimiento y consolidacíon de la formación feudal. Castilla y León (X-XIII), Madrid : Siglo XXI, 1980.

– REGLERO DE LA FUENTE, Carlos M., Los señoríos de los Montes de Torozos, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1993.

– RODRÍGUEZ LLOPIS, Miguel, Señorio y Feudalismo en el reino de Murcia. Los dominios de la Orden de Santiago entre 1440 y 1515, Murcie : Universidad de Murcia , 1984.

– SALRACH, Josep Maria, El procès de feudalitzacio, segles IX-XII, in : VILAR, Pierre (dir.), Historia de Catalunya, Barcelone : Edicions 62, 1987.

– SÁNCHEZ ALBORNOZ, Claudio, En torno a los orígenes del feudalismo, Madrid : Istmo, dernière éd. 1993.

– SARASA, Esteban, Sociedad y conflictos sociales en Aragón, siglos XIII-XV. Estructuras de poder y conflictos de clase, Madrid : Siglo XXI, 1981.

3. Économies et sociétés

a) Études générales

– AURELL, Martin, Les noces du comte  : mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris : Publications de la Sorbonne, 1994.

– BARTON, Simon, The aristocracy in twelfth-century Léon and Castile, Cambridge : Cambridge University Press, 1997.

– BECEIRO PITA, Isabel, La rebelión irnandiña, Madrid : Akal, 1977.

– BONNASSIÉ, Pierre, La Catalogne du milieu du Xe siècle à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d’une société, Toulouse : Association des publications de l'Université de Toulouse-Le Mirail, 1975-1976.

– CASADO ALONSO, Hilario, Señores, mercaderes y campesinos. La comarca de Burgos a fines de la Edad Media, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1987.

– CARLÉ, María del Carmen, La sociedad hispano medieval. Grupos periféricos : las mujeres y los pobres, Buenos-Aires : Gedisa, 1988.

– CARRASCO PÉREZ, Juan, La población de Navarra en el siglo XIV, Pampelune : Eunsa, 1973.

– CATEURA, Pablo, Sociedad, jerarquía y poder en la Mallorca medieval, Palma de Majorque : Fontes Rerum Balearium, 1984.

– CÓRDOBA de la LLAVE, Ricardo, La industria medieval de Córdoba, Cordoue : Obra Cultural de la Caja Provincial de Ahorros de Córdoba, 1990.

– CÓRDOBA de la LLAVE,Ricardo et BECEIRO PITA, Isabel, Parentesco, poder y mentalidades. La nobleza castellana, siglos XII-XV, Madrid : CSIC, 1990.

– CORRAL, José Luis, La comunidad de aldeas de Daroca en los siglos XIII y XIV : origen y proceso de consolidación, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1987.

– CUADRADA, Coral, El Maresme medieval  : Habitat, Economía y Societat, segles X-XIV, Barcelone : Rafael Dalmau, 1988.

– DÍAZ DE DURANA ORTIZ DE URBINA, José Ramón, Álava en la Baja Edad Media. Crisis, recuperación y transformaciones socioeconómicas (c. 1250-1525), Vitoria : Diputación Foral de Álava, 1986.

– DUFOURCQ, Charles-Emmanuel, L'Espagne catalane et le Maghreb au XIIIe et au XIVe siècle. De la bataille de las Navas de Tolosa (1212) à l'avènement du sultan mérinide Aboul-Hanam (1331), Paris : PUF, 1966.

– DUFOURCQ, Charles-Emmanuel et GAUTIER-DALCHÉ, Jean, Histoire économique et sociale de l'Espagne chrétienne au moyen âge, Paris : A. Colin, coll. U., 1976.

– LOURIE, Elena, "A society organized for war : medieval Spain", Past and Present, 1966, p. 54-76.

– FRANCO SILVA, Alfonso, La esclavitud en Andalucía. 1450-1550, Grenade : Universidad de Granada, 1992.

– GARCÍA DE CORTÁZAR, José Ángel, Vizcaya en el siglo XV. Aspectos económicos y sociales, Bilbao : Ediciones de la Caja de Ahorros Vizcaína, 1966.

– GAUTIER DALCHÉ, Jean, Éonomie et société dans les pays de la couronne de Castille, Londres : Variorum Reprints, 1982.

– GERBET, Marie-Claude, Les noblesses espagnoles au moyen âge, XIe-XVe siècle, Paris : A. Colin, 1994.

– GIUNTA, Francesco, Aragonesi e Catalani nel Mediterraneo, 2 vol., Palerme  : Manfredi, 1953, (trad. esp. Barcelone : Ariel, 1989).

– GUICHARD, Pierre, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l'Espagne musulmane, Paris-La Haye : Mouton, 1977.

– IRADIEL, Francisco Paulino, Evolución de la industria textil castellana en los siglos XIII-XVI. Factores de desarrollo, organización y costes de la producción manufacturera en Cuenca, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1974.

La expansión catalano-aragonesa en el Mediterráneo, II Congreso Internacional de Estudios sobre las culturas del Mediterraneo Occidental (Barcelona, 1975), Barcelone : Universidad Autónoma de Barcelona, 1978.

– LALIENA CORBERA, Carlos, Sistema social, estructura agraria y organización del poder en el bajo Aragón en la Edad Media, s. XII-XV, Teruel : Instituto de estudios Turolenses, 1987.

– LÓPEZ ALONSO, Carmen, La pobreza en la España medieval, Madrid : Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, 1986.

– MARÍN, Manuela, Mujeres en al-Andalus, Madrid : CSIC, 2000.

MARTÍNEZ GARCÍA, Luis, La asistencia a los pobres en Burgos en la Baja Edad Media. El Hospital de Santa María la Real, 1341-1500, Burgos : Excma. Diputación provincial, 1981.

MARTÍNEZ SOPENA, Pascual, La Tierra de Campos Occidental. Poblamiento, poder y comunidad del siglo X al XIII, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1985.

Id., (coord.), Antroponimia y sociedad. Sistemas de identificación hispano-cristianos en los siglos IX a XIII, Valladolid-Saint - Jacques de Compostelle : Universidad de Valladolid, 1995.

– MITRE FERNANDEZ, Emilio, Evolución de la nobleza en Castilla bajo Enrique III (1396-1406), Valladolid : Universidad de Valladolid, 1968.

– OLLICH, Inmaculada, Camp i ciutat a la Catalunya del segle XIII, Vic : EUMO, 1988.

PASTOR de TOGNERI, Reyna, Relaciones de poder, de producción y de parentesco en la Edad Media y Moderna, Madrid : CSIC, 1990.

– PESCADOR, Carmela, « La caballería popular en León y Castilla », Cuadernos de Historia de España, XXXIV (1961), p. 101-238, XXXV-XXXVI (1962), p. 56-201; XXXVII-XXXVIIII (1963), p. 88-198 y XXXIX-XL (1964), p. 169-260.

– PORTELA SILVA, Ermelindo, La región del obispado de Tuy en los siglos XII a XV. Una sociedad en la expansión y en la crisis, Saint-Jacques de Compostelle : [s.n.], 1976.

– POWERS, James F., A Society organized for war. The Iberian municipal Militias in the Central Middle Age, 1000-1284, Berkeley : University of California Press, 1988.

– QUINTANILLA RASO, María Concepción, Títulos, grandes del reino y grandeza en la sociedad política. Fundamentos en la Castilla medieval, Madrid : Silex, 2006.

– RODRÍGUEZ MOLINA, José, El reino de Jaén en la Baja Edad Media. Aspectos demográficos y económicos, Grenade : Universidad de Granada, 1975.

– RUBIO VELA, Agustín, Peste Negra, crisis y comportamientos sociales en la España del siglo XIV. La ciudad de Valencia (1348-1401), Grenade : Universidad de Granada, 1979.

– RUIZ, Teófilo F., Crisis and Continuity. Land and Town in Late Medieval Castile, Philadelphie : University of Pennsylvania Press,1994.

Id., « Expansion et changement  : la conquête de Sevilla et la société castillane (1284-1350) », Annales E.S.C., 1979.

Id., From Heaven to Earth.The Reordering of Castillan Society, 1150-1350, Princeton : Princeton University Press, 2004.

Id., Spanish Society, 1400-1600, Harlow : Longman, 2001.

– RUIZ DOMENEC, José Enrique, « Sistema de parentesco y teoría de la alianza en la sociedad catalana (c. 1000-c. 1240) », in : Amor, Familia, Sexualidad, Barcelone, 1984.

SEGURA, Cristina, Las mujeres en el Medievo hispano, Madrid : Cuadernos de Investigación Medieval, 1, 1984.

Id., (dir.), La voz del silencio, 1 et 2, Madrid : Asociacion Cultural Al-Mudayna, 1992-1993.

– SESMA MUÑOZ, José Ángel, Transformación social y revolución comercial en Aragón durante la baja Edad Media, Madrid : Fundación Juan March, 1982.

– SHIDELER, John C., Els Montcada : una familia de nobles catalans a l'Edat Mitjana (1000-1230), Barcelone : Edicions 62, 1987.

– TO FIGUERAS, Lluis, Familia i hereu a la Catalunya nord-oriental (segles X-XII), Barcelone : Publicacions de l'Abadia de Monserrat, 1997.

– VALDEÓN BARUQUE, Julio, Los conflictos sociales en el reino de Castilla en los siglos XIV y XV, Madrid : Siglo XXI, 1975.

VINYOLES, Teresa-María, Les Barcelonines a les darreries de l’edat mitjana, Barcelona : Fundacio Salvador Vives Casajuana, 1976.

b) Milieu rural

– ARGENTE DEL CASTILLO OCAÑA, Carmen, La ganadería medieval andaluza. siglos XIII-XVI. Reinos de Jaén y Córdoba), Jaén : Diputación provincial, 1991.

– AVENTIN I PUIG, Merce, La societatrural a Catalunya en temps feudals, Vallès oriental (segles XIII-XVI), Barcelone : Columna Assaig, 1996.

– BERTHE, Maurice, Famines et épidémies dans les campagnes navarraises à la fin du moyen âge, Paris : S.F.I.E.D., 1984.

– BISHKO, Charles, « El castellano, hombre de llanura. La explotación ganadera en el área fronteriza de la Mancha y Extremadura durante la Edad Media », in : Homenaje a Jaime Vicens Vives, Barcelone : [s.n.], 1965, p. 201-218.

– BISSON, Thomas N., Tormented Voices. Power, Crisis, and Humanity in Rural Catalonia, 1140-1200, Cambridge, Mass. et Londres : Harvard University Press, 1998.

– BORRERO FERNÁNDEZ, Mercedes, El mundo rural sevillano en el siglo XV : aljarafe y ribera, Séville : Excma Diputación Provincial, 1983.

– BOURIN, Monique et BOISSELLIER Stéphane, L'espace rural au moyen âge. Portugal, Espagne, France (XIIe-XIVe siècle). Mélanges en l'honneur de Robert Durand, Rennes : PUR, 2002.

– CARMONA RUIZ, María Antonia, La ganadería en el reino de Sevilla durante la Baja Edad Media, Séville : Diputación de Sevilla, 1998.

– CRESSIER, Patrick (dir.), La maîtrise de l’eau en al-Andalus. Paisajes, pratiques et techniques, Madrid : Casa de Velázquez, 2006.

– DIAGO HERNANDO, Máximo, Soria en la Baja Edad Media. Espacio rural y economía agraria, Madrid : Universidad Complutense, 1993.

– FREEDMAN, Paul, The Origins of peasant Servitude in Medieval Catalonia, Cambridge : Cambridge University Press, 1991.

GARCÍA DE CORTÁZAR, José Ángel, El dominio del monasterio de San Millán de la Cogolla, siglos X-XIII. Introducción a la historia rural de Castilla altomedieval, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1969.

Id., La sociedad rural en la España medieval, Madrid : Siglo XXI, 2e éd. 1990.

– GERBET, Marie-Claude, Un élevage original au moyen âge : la péninsule ibérique, Biarritz : Atlantica, 2000.

– GLICK, Thomas F., Irrigation and Society in Medieval Valencia, Harvard University Press, 1970 [trad. esp, Valence : Del Cenia al Segura , 1988].

– KLEIN, Julius, The Mesta, Cambridge (Mss) 1920, trad. esp., Madrid : Alianza, 1979.

MARTÍN CEA, Juan Carlos, El mundo rural castellano a fines de la Edad Media, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1991.

– MOLÉNAT, Jean-Pierre, Campagnes et monts de Tolède du XIIe au XVe siècle, Madrid : Casa de Velázquez, 1997.

– MONTES ROMERO-CAMACHO, Isabel, El paisaje rural sevillano en la Baja Edad Media, Séville : Diputación provincial, 1989.

– PALLARES MÉNDEZ, María del Carmen et PORTELA SILVA, Ermelindo, El bajo valle del Mino en los siglos XII y XIII, Saint-Jacques de Compostelle : Universidad de Santiago de Compostela, 1972.

c) Villes et sociétés urbaines

– ARIZAGA BOLUMBURU, Beatriz, El nacimiento de las villas guipuzcoanas en los siglos XIII y XIV  : morfologéa y funciones urbanas, Saint-Sébastien : Grupo Dr. Camino de Historia Donostiarra, 1978.

Id., Urbanística Medieval (Guipúzcoa), Saint-Sébastien : Kriselu y Universidad de Cantabria, 1990.

ARIZAGA BOLUMBURU, Beatriz et SOLÓRZANO TELECHEA, Jesús Ángel (coord.), La ciudad medieval y su influencia territorial, Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 2007.

– ASENJO GONZÁLEZ, María, Segovia. La ciudad y su tierra a fines del medievo, Ségovie : Excma. Diputación provincial, 1986.

– BARRAQUÉ, Jean-Pierre, Saragosse à la fin du moyen âge. Une ville sous influence, Paris : l’Harmattan, 1998.

– BATLLE GALLART, Carmen, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, Barcelone : CSIC, 1973.

– BELTRÁN ABADÍA, Ramón, La forma de la ciudad. Las ciudades de Aragón en la Edad Media, Saragosse : Colegio Oficial de Arquitectos de Aragón, 1992.

– BENITO MARTÍN, Félix, La formación de la ciudad medieval, La red urbana de Castilla y León, Valladolid : Universidad de Valladolid, 2000.

– BENSCH, Stephen P., Barcelona and its rulers, 1096-1291, Cambridge : Cambridge University Press, 1995.

– BONNASSIÉ, Pierre, La organización del trabajo en Barcelona a fines del siglo XV, Barcelone : CSIC, 1975.

– CARLÉ, María del Carmen, Del concejo medieval castellano-leonés, Buenos Aires : Universidad de Buenos Aires, 1968.

– CARRÈRE, Claude, Barcelona, centre économique à l’époque des difficultés (1380-1462), Paris-La Haye : Mouton, 1967.

– CIÉRVIDE MARTINENA, Ricardo et SESMA MUNOZ, José Ángel, Olite en el siglo XIII, poblacioñ, economía y sociedad de una villa navarra en plena Edad Media, Pampelune, 1980.

Ciudades y élites urbanas en el Mediterráneo Medieval, Revista d’Historia medieval, 11, Valence : Universitat de Valencia, 2000.

– COLLANTES DE TERAN, Antonio, Sevilla en la baja edad media. La ciudad y sus hombres, Séville : Ayuntamiento de Sevilla, 1977.

– COLLANTES de TERAN, Antonio, Una gran ciudad bajomedieval. Sevilla, Séville : Universidad de Sevilla, 2008.

Concejos y ciudades en la Edad Media hispánicas, II congreso de Estudios medievales, Ávila : Fundación Sánchez Albornoz, 1990.

– CRESSIER, Patrice et GARCÍA ARENAL, Mercedes (coord.), Genèse de la ville islamique en al-Andalus et au Maghreb occidental, Madrid : Casa de Velázquez, 1998.

– DILLARD, Heath, Daughters of the Reconquest. Women in Castilian Town Society, 1100-1300, Cambridge : Cambridge University Press, 1987.

– ESTEPA DÍEZ, Carlos, Estructura social de la ciudad de León (siglos XI-XIII), León : Caja de ahorros y monte de piedad de León, 1977.

Finanzas y fiscalidad municipal, V Congreso de Estudios Medievales, León : Fundación Sánchez-Albornoz, 1997.

– GARCÍA FERNÁNDEZ, Ernesto, Gobernar la ciudad en la Edad Media : oligarquías y elites urbanas en el País Vasco, Vitoria : Diputación Foral de Álava, 2005.

– GAUTIER-DALCHÉ, Jean, Historia urbana de León y Castilla en la Edad Media (siglos IX-XIII), Madrid : Siglo XXI, 1979.

– GUILLERÉ, Christian, Girona al segle XIV, 2 vol, Barcelone : Publicacions de l'Abadia de Montserrat, 1993-1194.

– GUIRAL, Jacqueline, Valencia, port méditerranéen au XVe siècle (1410-1525), Paris : Publications de la Sorbonne, 1986.

– JARA FUENTE, José Antonio, Concejo, poder y élites. La clase dominante de Cuenca en el siglo XV, Madrid : CSIC, 2000.

– LADERO QUESADA, Manuel Fernando, Las ciudades de la Corona de Castilla en la Baja Edad Media (siglos XIII al XV), Madrid : Arco libros, 1996.

Las sociedades urbanas en la España medieval, XXIX Semana de Estudios Medievales, Estella, 2002, Pampelune : Gobierno de Navarra, 2003.

– LEROY, Béatrice, « Les villes du royaume de Navarre aux XIIIe-XIVe siècles », Les villes dans le monde ibérique, Paris : CNRS, 1982, p. 25-53.

– MARTÍNEZ DIEZ, Gonzalo, Las communidades de Villa y Tierra de la Extramadura castellana (Estudio histórico-geográfico), Madrid : Ed. Nacional, 1983.

– MAZZOLI-GUINTARD, Christine, Villes d'al-Andalus. L'Espagne et le Portugal à l'époque musulmane (VIIIe-XVe siècles), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 1996.

Id., Vivre à Córdoba au moyen âge. Solidarités citadines en terre d’Islam aux Xe-XIe siècles, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2003.

– MENJOT, Denis, Murcie castillane. Une ville frontière au temps de la frontière (1243-milieu du XVe siècle), Madrid : Casa de Velázquez, 2002.

– MONSALVO ANTÓN, José María, Los concejos de Castilla. La formación del sistema concejil en el norte de la Meseta, El Burgo de Osma : Junta de Castilla y León, 1991.

NARBONA VIZCAÍNO, Rafael, Pueblo, poder y sexo. Valencia medieval (1306-1420), Valence : Diputación provincial, 1992.

Oligarquías políticas y elites económicas en las ciudades hajomedievales (siglos XIV-XVI), Revista d’Historia Medieval, 9, 1998.

– ORTÍ, Pere, Renda i fiscalitat en una ciutat medieval : Barcelona, segles XII-XIV, Barcelone : CSIC, 2000.

– PASSINI, Jean, Villes médiévales du chemin de Saint-Jacques de Compostelle (de Pamplona à Burgos). Villes de fondation et villes d'origine romaine, Paris : Recherche sur les civilisations, 1984.

– RUCQUOI, Adeline, Valladolid au moyen âge, Paris : Edisud, 1993.

– RUIZ de la PENA SOLAR, Juan Ignacio, Las ‘polas’ asturianas en la Edad Media, estudio y diplomatario, Oviedo : Universidad de Oviedo, 1981.

d) Commerce et marchands

– ABULAFIA, David, Un emporia mediterráneo. El reino catalán de Mallorca, Barcelone : Omega, 1996.

– CASADO ALONSO, Hilario (éd.), Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en lo siglos XIV, XV y XVI, Burgos : Diputación provincial, 1995.

– CHILDS, Wendy R., Anglo-Castilian Trade in the Later Middle Ages, Manchester : Manchester University Press, 1978.

– CONSTABLE, Olivia Remie, Trade and traders in Muslim Spain. The comercial realignement of the iberian peninsula, 900-1500, Cambridge : Cambridge University Press, 1994.

– COULON, Damien, Barcelona et le grand commerce d’Orient au moyen-âge, Madrid : Casa de Velázquez, 2004.

– CUADRADA, Coral, La Mediterrania cruïlla de mercaders (segles XIII-XV), Barcelone : Rafael Dalmau, 2001.

– FERREIRA PRIEGUE, Elisa María, Galicia en el comercio marítimo medieval, La Corogne : Fundación Pedro Barrié de la Maza, 1988.

– FERRER I MALLOL, María Teresa, « Els italians a terres catalanes (segles XII-XV) », Anuario de Estudios Medievales, 10 (1980), p. 393-468.

– FERRER I MALLOL, María Teresa (éd.), Els catalans a la Mediterrania oriental a l’Edat Mitjana, Barcelone : Institut d'Estudis Catalans, 2003.

– IGUAL LUIS, David, Valencia e Italia en el siglo XV. Rutas, mercados y hombres de negocios en el espacio económico del Mediterráneo occidental, Castellón : Fundació Caixa Castelló, 1998.

La Península Ibérica y el Mediterráneo Occidental (siglos XII-XV), I Congreso Internacional de Historia Mediterránea (Palma de Majorque, 1973), Anuario de Estudios Medievales, 10 (1980).

– LADERO QUESADA, Miguel Ángel, Las ferias de Castilla (siglos XII a XV), Madrid : Comité Español de Ciencias Históricas, 1994.

– SÁNCHEZ BENITO, José María, La Corona de Castilla y el comercio exterior. Estudio sobre el intervencionismo monárquico sobre los tráficos mercantiles en la Baja Edad Media, Madrid : Ciencia 3, 1993.

– SHNEIDMAN, Jerome Lee, The Rise of the Aragonese-Catalan Empire, 1200-1350, New York : New York University Press, 1970.

– SUÁREZ FERNÁNDEZ, Luis, Navegación y Comercio en el Golfo de Vizcaya, Madrid  : Escuela de Estudios Medievales, 1959.

– TREPPO, Mario del, Els mercaders catalans i l'expansio de la Corona catalano-aragonesa, Barcelone : Curial, 1976.

Valencia i la Mediterrania medieva, Revista d'Historia Medieval, 3 (1992).

4. Minorités religieuses et rapports entre communautés

a) Études générales

– BARKAI, Ron (dir), Chrétiens, musulmans et juifs dans l'Espagne médiévale. De la convergence à l'expulsion, Paris : Le Cerf, 1994.

– BURNS, Robert I., Muslims, Christians and Jews in the Crusader Kingdom of Valencia : Societies in symbiosis, Cambridge : Cambridge University Press, 1984.

Id., Islam under the Crusaders. Colonial Survival in the Thirteenth-century Kingdom of Valencia, Cambridge : Cambridge University Press, 2001.

– CARDAILLAC, Louis (éd.), Tolède, XIIe-XIIIe siècle. Musulmans, chrétiens et juifs. Le savoir et la tolérance, Paris : Autrement, 1991.

– EPALZA, Mikel de, Jésus otage. Juifs, chrétiens et musulmans en Espagne (VIe-XVIIe siècle), Paris : Editions du Cerf, 1987.

– GLICK, Thomas F., Cristianos y musulmanes en la España medieval (711-1250), Madrid : Alianza, 1991.

– MARIN, Manuela et PÉREZ, Joseph, « Minorités religieuses dans l'Espagne médiévale », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 63-64 (1992/1-2).

– NIRENBERG, David, Violence et minorités au moyen âge, Paris : PUF, 2001.

b) Juifs et conversos

– BAER, Yitzhak, Historia de los Judíos en la España Cristiana, 2 vol., Madrid : Altalena, 1981.

– BENITO RUANO, Eloy, Los orígenes del problema converso, Barcelone : El Albir, 1976.

– CARRASCO, Juan, Sinagoga y mercado. Estudios y textos sobre los judíos del Reino de Navarra, Pampelune : Gobierno de Navarra, 1993.

– LEROY, Béatrice, L'Aventure séfarade. De la péninsule ibérique à la diaspora, Paris : Albin Michel, 1986.

– MITRE FERNANDEZ, Emilio, Los judíos de Castilla en tiempo de Enrique III. El pogrom de 1391, Valladolid : Ámbito, 1994.

– MONSALVO ANTON, José María, Teoría y evolución de un conflicto social. El antisemitismo en la Corona de Castilla en la Baja Edad Media, Madrid : Siglo XXI, 1985.

– MONTES ROMERO-CAMACHO, Isabel, Los judíos en la Edad Media española, Madrid : Arcos libros, 2001.

– NETANYAHU, Benzion, Los marranos españoles desde fines del siglo XIV a principios del XVI según las fuentes hebreas de la época, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1994.

– SUÁREZ FERNÁNDEZ, Luis, Les Juifs espagnols au moyen âge, Paris : Gallimard, 1983.

– VALDEÓN BARUQUE, Julio, Cristianos, musulmanes y judíos en la España medieval. De la aceptación al rechazo, Valladolid : Ámbito, 2004.

c) Mozarabes

– BURMAN, Thomas E., Religious polemic and the intellectual history of the Mozarabs, c.1050-1200, Leyde-New York-Cologne : E. J. Brill, 1994.

– CAGIGAS, Isidro de las, Minorías étnico-religiosas de la Edad Media española, 1. Los mozárabes, Madrid : Instituto de Estudios Africanos, 1947.

– GONZÁLEZ PALENCIA, Ángel, Los mozárabes de Toledo en los siglos XII y XIII, 4 vol., Madrid : Instituto de Valencia de Don Juan, 1926-1930.

MILLET-GÉRARD, Dominique, Chrétiens mozarabes et culture islamique dans l'Espagne des VIIIe-IXe siècles, Paris : Etudes augustiniennes, 1984.

– MOLÉNAT, Jean-Pierre, «Les Mozarabes : un exemple d'intégration», in : CARDAILLAC, Louis (dir.), Tolède, XIIe-XIIIe. Musulmans, chrétiens et juifs, le savoir et la tolérance, Paris : Autrement, 1991.

– PASTOR de TOGNERI, Reyna, «Problemas de asimilación de una minoría : los mozárabes de Toledo», in : Conflictos sociales y estancamiento económico en la España medieval, Barcelone : Ariel, 1973.

Id., Del Islam al cristianismo. En las fronteras de dos formaciones económico-sociales, Barcelone : Península , 1975.

– SIMONET, Francisco Javier, Historia de los mozárabes de España, 4 vol., [Madrid, 1903], rééd. Madrid : Turner, 1983.

d) Mudéjares

– Ron BARKAI, Cristianos y musulmanes en la España medieval. El enemigo en el espejo, Madrid : Rialp, 1984.

– BOSWELL, John, The Golden Treasure. Muslim Communities under the Crown of Aragon in the Fourteenth Century, New Have-Londres : Yale University Press, 1977.

– ECHEVARRÍA, Ana, The Fortress of faith. The Attitude towards Muslims in fifteenth Century Spain, Leyde-Boston-Cologne : E. J. Brill : 1999.

– FERRER I MALLOL, María Teresa, Els sarraïns de la Corona Catalano-Aragonesa en el segle XIV. Segregacio i discriminacio, Barcelone : CSIC, 1988.

– GARCIA-ARENAL, Mercedes et LEROY, Béatrice, Moros y judíos en Navarra en la Baja Edad Media, Madrid : Celeste, 1984.

– HINOJASA MONTALVO, José, Los mudéjares. La voz del Islam en la España cristiana, 2 vol., Teruel : Instituto de estudios Turolenses, 2000.

– LADERO QUESADA, Miguel Ángel, Granada después de la conquista. Repobladores y mudéjares, Grenade : Diputación de Granada, 1988.

Los mudéjares valencianos y peninsulares, Revista d’Historia medieval, 12, Valence : Universitat de Valencia, 2001-2002.

– MOLÉNAT, Jean-Pierre, « Les relations historiques entre les cultures chrétienne, musulmane et juive à la fin du moyen âge », in : X Simposio Internacional de Mudejarismo, Teruel, 14-16 septembre 2005, en ligne sur HAL-SHS.

– MIGUEL RODRÍGUEZ, Juan Carlos, La Comunidad Mudéjar de Madrid. Un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, Madrid : De Laya, 1989.

– MUTGÉ VIVES, Josefina, L’aljama sarraïna de Lleida à I'Edat Mitjana : aproximacio a la seva historia, Barcelone : Institució Milà i Fontanals, 1992.

– ORTEGA, Pascual, Musulmanes en Cataluña. Las comunidades musulmanas de las Encomiendas templarias y hospitalarias de Ascó y Miravet (siglos XII-XIV), Barcelone : CSIC, 2000.

– SÉNAC, Philippe, L’image de l’autre. L’Occident médiéval face à l’Islam, Paris : Flammarion, 1983.

– TOLAN, John V., Les Sarrasins : L’Islam dans l’imagination européenne au moyen âge, Paris : Aubier, 2003.

– VEAS ARTESEROS, María del Carmen, Mudéjares murcianos. Un modelo de crisis social (siglos XIII-XV), Cartagène : Ayuntamiento de Cartagena, 1992.

5. Histoire du politique, des pouvoirs et des structures politiques

a) Études générales

– ALFONSO, Isabel, ESCALONA, Julio et MARTIN, Georges, Lucha política. Condena y legitimación en la España medieval, Lyon : ENS éditions, 2004.

– DESWARTE, Thomas, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe siècles), Turnhout : Brepols, 2003.

– FORONDA, François, GENET, Jean Philippe et NIETO SORIA, José Manuel, Coups d’État à la fin du moyen âge? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid : Casa de Velázquez, 2005.

El poder real en la Corona de Aragon (siglos XIV-XVI), XVCongreso de Historia de la Corona de Aragon (Jaca, 1993), Saragosse : Gobierno de Aragón, 1996.

– GONZÁLEZ JIMÉNEZ, Manuel, Alfonso X el Sabio, (1252-1284), Palencia : La Olmeda, 1993.

– GONZÁLEZ MÍNGUEZ, César, Fernando IV de Castilla (1295-1312). La guerra civil y el predominio de la nobleza, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1976.

– GUICHARD, Pierre et SORAVIA, Bruna, Los reinos de taïfas. Fragmentación política y esplendor cultural, Malaga : Sarriá, 2005.

Jaime I y su época, X Congreso de la Corona de Aragón, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1979.

– LADERO-QUESADA, Miguel Ángel, « La genèse de l’État dans les royaumes hispaniques médiévaux (1250-1450) », in : HERMAN, Christian (coord.), Le premier âge de l’État en Espagne, 1450-1700, París : CNRS, 1989, p. 9-65.

– LAGARDÈRE, Vincent, Les Almoravides : le djihâd andalou (1106-1143), Paris : Maisonneuve et Larose, 1998.

– LALIENA CORBERA, Carlos, La formación del estado feudal. Aragón y Navarra en la época de Pedro I, Huesca : Instituto de Estudios Aragoneses, Colección de Estudios Altoaragoneses, 42, 1996.

– LEROY, Béatrice, Le royaume de Navarre. Les hommes et le pouvoir, XIIIe-XVe siècles, Biarritz : Atlantica, 1995.

– LÓPEZ PÉREZ, María Dolores, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo XIV (1331-1410), Barcelone : Universidad de Barcelona, 1995.

– MACKAY, Angus, Money, Prices and politics in fifteenth century, Londres : Royal Historical Society, 1985.

– MANZANO MORENO, Eduardo, Conquistadores, emires y califas. Los omeyas y la formación deal-Andalus, Barcelone : Crítica, 2006.

– MARTIN, Céline, La géographie du pouvoir dans l'Espagne visigothique, Lille : Septentrion, 2003.

– MARTIN, Georges, Les Juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l'Espagne médiévale, Paris : Klincksieck (Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 6), 1992.

– MARTÍN, José Luis, Enrique IV de Castilla  : Rey de Navarra, Príncipe de Cataluña, Hondarribía : Nerea, 2003.

– MENJOT, Denis, Dominar y controlar en Castilla en la Edad Media, Malaga : CEDMA, 2003.

– MEOUAK, Mohamed, Pouvoir souverain, administration centrale et élites politiques dans l'Espagne umayyade (IIe-IVe/VIIIe-Xe siècles), Helsinki : Academia Scientiarum Fennica, 1999.

Id., Saqaliba, eunuques et esclaves à la conquête du pouvoir  : géographie et histoire des élites politiques "marginales" dans l'Espagne umayyade, Helsinki : Academia Scientiarum Fennica, 2004.

– MONSALVO ANTÓN, José María, El sistema político concejil. El ejemplo del señorío medieval de Alba de Tormes y su concejo de villa y tierra, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1988.

Id., « Historia de los poderes medievales, del Derecho a la Antopología », in : BARRIOS, Carlos, A historia a debate : medieval, Saint-Jacques de Compostelle : Historia a debate, 1995, p. 81-149.

– RUCQUOI, Adeline (dir.), Genèse médiévale de l'Etat moderne. Castille et Navarre (1250-1370), 1, Valladolid : Ámbito, 1987; Realidad e imágenes del poder. España a fines de la Edad Media, 2, Valladolid : Ámbito, 1988; Du refus à la révolte  : les résistances, 3, Nice : Publications de la Faculté des Lettres, 1991.

– SOLDEVILLA, Fernando, Els grans reis del segle XIII  : Jaume I. Pere el Gran, Barcelone : Teide, 1980.

– VAL VALDIVIESO, Isabel del, Agua y poder en la Castilla bajomedieval  : el papel del agua en el ejercicio del poder concejil a fines de la Edad Media, Valladolid : Junta de Castilla y León, 2003.

– VIGUERA MOLINS, María Jesús, Los reinos de taifas y las invasiones magrebies (al-Andalus del XI alXIII), Madrid : MAPFRE, 1992.

– WASSERSTEIN, David, The rise anf Fall of the Party Kings. Politics and society in Islamic Spain, 1002-1086, Princeton : Princeton University Press, 1985.

b) Fondements et représentation du pouvoir

– BARCELÓ PERELLÓ, Miquel, El califa patente  : el ceremonial omeya de Córdoba o la escenificación del poder, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1991.

– CLÉMENT, François, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l'époque des taïfas. L'Imam fictif, Paris : L'harmattan, 1997.

GIMENO CASALDUERO, Joaquín, La imagen del monarca en la Castilla del siglo XIV, Madrid : Revista de Occidente, 1972.

– MARTÍNEZ GROS, Gabriel, L’idéologie omeyyade. La construction de la légitimité du califat de Córdoba (Xe-XIe siècle), Madrid : Casa de Velázquez, 1992.

– NIETO SORIA, José Manuel, Las relaciones monarquía-episcopado castellano como sistema de poder (1252-1312), Madrid : Universidad Complutense, 1973.

Id., Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla. siglos XIII al XVI, Madrid : EUDEMA, 1988.

Id., Ceremonias de la realeza, propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, Madrid : Nerea, 1993.

Id., Orígenes de la Monarquía Hispánica : Propaganda y legitimación (ca. 1400-1420), Madrid : Dykinson, 1999.

Id., Iglesia y génesis del Estado Moderno en Castilla (1369-1406), Madrid : Universidad Complutense, 1994.

Id. (dir.), La monarquía como conflicto en la Corona castellano-leonesa (c.1230-1504), Madrid : Silex, 2006.

– PALACIOS, Bonifacio, La coronación de los reyes de Aragón y su ceremonial (1204-1410). Aportación a las estructuras políticas medievales, Valence : Anubar, 1975.

– SABATÉ, Flocel, El territori de la Catalunya medieval, Barcelone : Rafael Dalman, 1997.

– SUÁREZ FERNÁNDEZ, Luis, Nobleza y monarquía. Entendimiento y rivalidad. El proceso de la construcción de la corona española, Madrid : La esfera de los libros, 2003.

c) Instruments du pouvoir, moyens de gouvernement et assemblées d’états

– BERMÚDEZ AZNAR, Agustín, El Corregidor en Castilla durante la Baja Edad Media (1348-1474), Murcie : Universidad de Murcia, 1974.

– DE DIOS, Salustiano, El Consejo Real de Castilla (1385‑1522). Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1982.

– DÍAZ MARTÍN, Luis Vicente, Los orígenes de la Audiencia Real Castellana, Séville : Universidad de Sevilla, 1997.

– GARCÍA ARANCÓN, María Raquel, Teobaldo II de Navarra (1253-1270). Gobierno de la monarquía y recursos financieros, Pampelune : Gobierno de Navarra, 1985.

– GARCÍA DE VALDEAVELLANO, Luis, Curso de Historia de las Instituciones españolas. De los orígenes al final de la Edad Media, Madrid : Alianza, 1968.

– GONZÁLEZ ANTÓN, Luis, Las Cortes de Aragón, Saragosse : Universidad de Zaragoza, 1978.

Id., Las Uniones aragonesas y las cortes del reino (1283-1301). 2 vol., Saragosse : CSIC, 1995.

– HERNÁNDEZ, Francisco J., Las rentas del rey. Sociedad fisco en el reino castellano del siglo XIII, Madrid : Centro de Estudios Ramón Areces, 1993.

– KÜCHLER, Winfried, Les finances de la Corona d’Arago al segle XV (Regnats d'Alfons V i Joan II), Valence : Alfons el Magnànim, 1997.

– LALINDE ABADIA, Jesús, La gobernación general en la Corona de Aragón, Saragosse : CSIC, 1963.

La gènesi de la fiscalitat municipal (segles XII-XIV). Revista d’Historial Medieval, 7 (1996), Valence : Universitat de Valencia, 1996.

– LADERO QUESADA, Miguel Ángel, Fiscalidad y poder real en Castilla (1252-1369), Madrid : Editorial Complutense, 1993.

Id., La hacienda real de Castilla (1369-1504), Madrid : Real Academia de la Historia, 2009.

–MARTÍN, José Luis, Las Cortes Medievales, Madrid : Historia 16, 1989.

– MAS I SOLENCH, Josep Maria, Les corts de la corona catalano-aragonesa, Barcelone : Rafael Dalmau, 1995.

– MENJOT, Denis et SÁNCHEZ MARTÍNEZ, Manuel (coord.), Fiscalidad de Estado y fiscalidad municipal en los reinos hispánicos medievales, Madrid : Casa de Velázquez, 2006.

– MONTAGUT, Tomás, El Mestre Racional a la Corona d'Aragó (1283‑1419), 2 vol., Barcelone : Fundacio Noguera, 1987.

– O'CALLAGHAN, Joseph F., The Cortes of Castille-Léon, 1188-1350, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1989. [Las Cortes de Castilla y León en la Edad Media, 2 vol., Valladolid : Ámbito, 1989].

– PÉREZ-BUSTAMANTE, Rogelio, El gobierno y la administración de los Reinos de la Corona de Castilla (1230-1474), 2 vol., Madrid :Universidad Autónoma, 1976.

– SALAZAR Y ACHA, Jaime de, La Casa del Rey de Castilla y Leon en la Edad Media. Madrid : Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2000.

– SÁNCHEZ MARTÍNEZ, Manuel, El naixement de la fiscalitat d’Estat a Catalunya (segles XII-XIV), Vic : EUMO, 1995.

Id. (éd.), Fiscalidad real y finanzas urbana en la Cataluña medieval, Barcelone, 1999.

– SÁNCHEZ-ARCILLA BERNAL, José, La Administración de justicia real en León y Castilla (1252-1504), Madrid : Universidad Complutense, 1980.

– SARASA SÁNCHEZ, Esteban, Las Cortes de Aragón en la Edad Media, Saragosse : Guara Editorial, 1979.

– TORRES SANZ, David, La administración central castellana en la Baja Edad Media, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1982.

– ZABALO ZABALEGUI, Javier, La administración del reino de Navarra en el siglo XIV, Pampelune : Universidad de Navarra, 1973.

6. Histoire de l'église et des ordres militaires

a) Église séculière

– AURELL, Martin et GARCÍA DE LA BORBOLLA, Ángeles (éd.), La imagen del obispo hispano en la Edad Media, Pampelune : Eunsa, 2004.

– CAVADINI, John C., The last christology of the west : The Adoptianism in Gaul and Spain(400-820), Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1993.

– GARCÍA VILLOSLADA, Ricardo (dir.), Historia de la Iglesia en España  : la Iglesia en la España en los siglos VIII-XIV, II (1 et 2) Madrid : BAC, 1982.

– GARCÍA LARRAGUETA, Santos Agustín, El Gran Priorado de Navarra de la Orden de San Juan de Jerusalén, siglos XII y XIII, 2 vol., Pampelune : Diputación foral de Navarra, 1957.

– LINEHAN, Peter, The spanish church and the papacy in the thirteenth century, Cambridge : Cambridge University Press, 1971 [trad espagnole, Salamanque : Universidad Pontificia , 1975].

Id., Les dames de Zamora. Secrets, stupre et pouvoirs dans l'Eglise espagnole du XIIIe siècle, Paris : Les Belles Lettres, 1998.

– MANSILLA, Demetrio, La Iglesia en los reinos cristianos del Occidente peninsular durante los primeros siglos de la reconquista (siglos VIII-IX), Rome, 1972.

– NIETO SORIA, José Manuel, Iglesia y poder real en Castilla. El episcopado. 1250-1350, Madrid : Universidad Complutense, 1988.

– ORLANDIS, José, La iglesia en la España visigótica y medieval, Pampelune : Universidad de Navarra, 1976.

– RUIZ de LOIZAGA, Saturnino, Iglesia y sociedad en el norte de España (alta edad media), Burgos : La Olmeda, 1991.

b) Ordres religieux et militaires

– ÁLVAREZ PALENZUELA, Vicente Ángel, Monasterios cistercienses en Castilla (siglos XII-XIII), Valladolid : Universidad de Valladolid, 1978.

– AYALA MARTINEZ, Carlos de, Las Órdenes Militares hispánicas en la Edad Media (siglos XII-XV), Madrid : Marcial Pons, 2003.

I Jornadas de Historia de las Órdenes Mílítares, Ciudad Real : Real Consejo de las Órdenes militares, 1997.

– JOSSERAND, Philippe, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid : Casa de Velázquez, 2004.

– LOMAX , Derek W., Las Órdenes Militares en la Península Ibérica durante la Edad Media, Salamanque : KADMOS, 1976.

– Id., La orden de Santiago, 1170-1275, Madrid : CSIC, 1965.

– PÉREZ-EMBID, Javier, El cister en Castilla-León. Monacato y dominios rurales (s. XII-XV), Valladolid : Junta de Castilla y León, 1986.

– PORTELA SILVA, Ermelindo, La colonización cisterciense en Galicia (1142-1250), Saint-Jacques de Compostelle : Universidad de Santiago de Compostela, 1981.

7. Histoire culturelle, littéraire et artistique

– AURELL, Jaume et PUIGARNAU, Alfons, La cultura del mercader en la Barcelona del siglo XV, Barcelone : Omega, 1998.

– AURELL, Jaume et PAVÓN, Julia (éd.), Ante la muerte. Actitudes, espacios y formas en la España medieval, Pampelune : Eunsa, 2002.

– BECEIRO PITA, Isabel, Libros, lectores y bibliotecas en la España medieval, Murcie : Nausícaä, 2007.

– BORRAS GUALIS, Gonzalo M., El arte mudéjar, Teruel : Instituto de Estudios Turolenses, 1990.

– CANAVAGGIO, Jean (dir.), Histoire de la littérature espagnole, 1, Paris : Fayard, 1993.

– COLLINS, Roger et GOODMAN, Anthony (éd.), Medieval Spain. Culture, conflict and coexistence, New-York : Palgrave-Macmillan, 2002.

– DEYERMOND, Alan, Edad Media, 1, in : RICO, Francisco (dir.), Historia y crítica de la literatura española, Barcelone : Crítica, 1980.

Di CAMILLO, Ottavio, El humanismo castellano del siglo XV, Valence : Fernando Torres, 1976.

– DURLIAT, Marcel, L'art roman en Espagne, Paris : Braun, 1962.

– FONTAINE, Jacques, Isidore de Sevilla et la culture classique dans l'Espagne wisigothique, 2 vol., Paris : Études Augustiniennes, 1959.

– GARCÍA MARSILLA, Juan Vicente, La jerarquía de la mesa. Los sistemas alimentarios en la Valencia bajomedieval, Valence : Diputación de Valencia, 1993.

– GÓMEZ MORENO, Manuel, Iglesias mozárabes. Arte español de los siglos IX a XI, Madrid : [s.n.], 1919 [réed. Grenade : Universidad de Granada, 1998].

– GUIANCE, Ariel, Los discursos sobre la muerte en la Castilla medieval (siglos VII-XV), Valladolid : Junta de Castilla y León, 1968.

– HENRIET, Patrick (dir.), À la recherche de légitimités chrétiennes. Représentations de l'espace et du temps dans l'Espagne médiévale (IXe-XIIIe siècle), Annexe 15 des Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, ENS-LSH - Casa de Velázquez, 2003.

– HILLGARTH, Jocelyn N., Readers and books in Majorca (1229-1550), 2 vol., Paris : CNRS, 1991.

– JAYYUSI, Salma Khadra (éd.), The Legacy of muslim Spain, Leyde : E. J. Brill, 1992.

L’art mudéjar. L’esthétique islamique dans l’art chrétien,Aix-en-Provence : Edisud, 2000.

– LEMAY, Richard, « Dans l'Espagne du XIIIe siècle, les traductions de l'Arabe au latin ». Annales E.S.C. XVIII, 4, 1963.

– LINEHAN, Peter, History and the historians of Medieval Spain, Oxford : Oxford University Press, 1993.

MARTIN, Georges, Histoires de l'Espagne médiévale. Historiographie, geste, romancero, Paris : Klincksieck, Annexes des Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 11, 1997.

– MARTINEZ-GROS, Gabriel, L’Identité andalouse, Paris : Sindbad, 1997.

NADER, Helen, The Mendoza Family in the Spanish Renaissance 1350-1550, New-Brunswich : Rutgers University Press, 1979.

– RUCQUOI, Adeline, Aimer dans l’Espagne médiévale. Plaisirs licites et illicites, Paris : Les Belles Lettres, 2008.

– RUIZ-DOMÈNEC, José Enrique, La memoria de los feudales, Barcelone : Argot, 1984.

– STIERLIN, Henri, L'art du haut Moyen Age en Espagne, Paris : PUF, 1994.

– URVOY, Dominique, Pensers d'al-Andalus, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1990.

– VERNET, Juan, Ce que la culture doit aux arabes d’Espagne, Paris : Sinbad, 1985.

– YARZA, Joaquín, Historia del arte hispánico. 2, la Edad Media, Madrid : Alhambra, 1980.

– ZIMMERMANN, Michel, Écrire et lire en Catalogne (IXe-XIIe siècle), 2 vol., Madrid : Casa de Velázquez, 2003.

Haut de page

Notes

1  Benedetto CROCE, Théorie et histoire de l’historiographie, Genève : Droz, 1978 ; Adrian HASTINGS, La construcción de las nacionalidades, Madrid : Cambridge University Press, 2000 ; Patrick J. GEARY, Quand les nations refont l’histoire : l’invention des origines médiévales de l’Europe, Paris : Aubier, 2004. Pour l'Espagne, voir, entre autres, Diego CATALÁN, « Introducción. España en su historiografía : Oviedo : Ediciones de objeto a sujeto de la historia », in : Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Los españoles en la historia, Madrid : Austral, 1991, p. 9-73 ; Tomás PÉREZ VEJO, Nación, identidad nacional y otros mitos nacionalistas, Nobel, 1999.

2  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Aproximación al medievalismo español (1939-1984) », in : Valentin VASQUEZ DE PRADA, Ignacio OLABARRI et Alfredo FLORISTAN (éd.), La historiografía en Occidente desde 1945, Pampelune : EUNSA, 1985, p. 69-86 ; Historiografie in Spanje, Theoretische geschiedenis, 3, Amsterdam, 1988 (introduction d’Adeline Rucquoi) ; Julio VALDEÓN BARUQUE, « Quince años de historiografía española », Historia 16, Madrid, 1991 ; María MARTÍNEZ MARTÍNEZ, « Historiografía medieval española (1978-2003) », in : La medievistica francese e spagnola : un bilancio degli ultimi Trent’anni, Bologne : CLUEB, 2005, p. 29-104. Jaume AURELL, « Le médiévisme espagnol au XXe siècle : de l’isolationnisme à la modernisation », La médiévistique au XXe siècle. Bilan et perspectives, Cahiers de civilisation médiévale, 48, 2005, p. 201-218. La Historia Medieval en España. Un balance historiográfico (1968-1998), XXV Semana de Estudios Medievales, 1998, Pampelune : Gobierno de Navarra-Departamento de Educación y Cultura, 1999 est une collection de bilans thématiques et par entités politiques.

3  Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, « La investigación en historia medieval de Andalucía », Medievalismo, 1, Madrid, 1991, p. 107-123 ; Juan Ignacio RUIZ de la PEÑA, « Veinticinco años de medievalismo asturiano (1966-1991) » , Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios medievales, 4, 1994, p. 133-158 ; Antoni RIERA MELIS, « La historiografía medieval en Cataluña (1990‑1995). Un balance breve de las últimas investigaciones », Anuario de Estudios Medievales, 27 (1997), p. 501‑567 ; Jorge MAÍZ CHACÓN, « Aproximación a la Mallorca bajomedieval : producción historiográfica (1960-1998) », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios medievales, 10, 2000, p. 269-334 ; César ÁLVAREZ ÁLVAREZ, « Veinticinco años en la historiografía medieval leonesa (1975-2000) », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios medievales, 10, 2000, p. 131-174 ; Antoni SIMON I TARRES (dir.), Diccionari d’historiografia catalana, collection Diccionaris de l’Enciclopèdia catalana, Barcelone, 2003 ; Albert BALCELLS (coord.), Historia de la historiografía catalana. Actes de las Jornadas Cientifiques de l’Institut d’Estudis Catalans, Barcelone, 2003, Barcelone, 2004 ; Claire GUIU et Stéphane PÉQUIGNOT, « Historiographie catalane, histoire vive. À propos de quelques ouvrages récents », Mélanges de la Casa de Velázquez, Nouvelle Série, 36 (1), 2006, p. 285-306.

4  Alberto FERREIRO, The Visigoths in Gaul and Spain (418-711), a bibliography, Leiden, New-York : Brill, 1988 ; María ASENJO GONZÁLEZ, « La ciudad medieval castellana. Panorama historiográfico », Hispania, 175 (1990), p. 793-808. Id., « Las ciudades medievales castellanas. Balance y perspectivas de su desarrollo historiográfico (1990-2004) », En la España medieval, 28, 2005, p. 415-453 ; María Isabel FALCÓN PÉREZ, « Historia de las ciudades y villas del reino de Aragón en la Edad Media. Evolución y desarrollo de los estudios en los últimos veinticinco años », En la España Medieval, 2, Madrid, 2000, p. 395-439 ; María José GARCÍA VERA, « Los estudios sobre la corte y la ‘sociedad cortesana’ a fines de la Edad media : un balance historiográfico », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios medievales, 10, 2000, p. 207-268 ; Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La investigación sobre la baja Edad media, siglos XIII al XV en la revista ‘Hispania’ », in : Cincuenta años de historiografía española y americanista, 1940-1989, Hispania, 50, 1989 ; Miguel Ángel LADERO QUESADA et María Concepción QUINTANILLA RASO, « La investigación sobre historia económica medieval en España (1969-1989) », Medievalismo. Boletín de la Sociedad Española de Estudios medievales, 1, 1991, p. 59-86 et 2, 1992, p. 69-95 ; Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Historia institucional y política de la península ibérica en la edad media (La investigación en la década de los 90) », in : Jacqueline HAMESSE (éd.), Bilan et perspectives des Etudes Médiévales (1993-1998), Actes du Congrès Européen d'Etudes Médiévales, 1998, p. 23-91 ; id.., « La investigación sobre Órdenes Militares en la Edad Media hispánica durante los últimos decenios : Corona de Castilla y León », in : Las Órdenes Militares enlaPenínsula ibérica, Cuenca, 2000, p. 9-32 ; Ricardo PIÑA HORMS, « La Corona de Aragón en la historiografía de una década », El territori i les seves institucions historiques, Barcelone, 1999, p. 49-66 ; José María PUYOL MONTERO, « Un balance de 25 años de historiografía histórico-jurídica en España (1973-1998) », Cuadernos de Historia del Derecho, Madrid : Universidad Complutense, 5, 1998, p. 283-409 ; Juan Ignacio RUIZ DE LA PEÑA, « Ciudades y sociedades urbanas en la España medieval (siglos XIII-XV) », XXIX Semana de Estudios Medievales, Pampelune : Gobierno de Navarra, 2003, p. 17-49.

5  D’une façon générale, les historiens espagnols se soucient d’ailleurs fort peu de faire connaître à l’extérieur leurs travaux, exceptionnellement traduits. Il a fallu attendre 2001 pour que l’Université de Valence réalise un catalogue collectif des publications universitaires, instrument de diffusion pourtant indispensable !

6  Je renvoie à la sélection d’ouvrages indiqués en notes et à la sélection bibliographique qui fait suite à cette étude.

7  Ignacio PEIRÓ MARTÍN, Los guardianes de la historia. La Historiografía de la Restauración, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1994 ; id., « Aspectos de la historiografía universitaria española en la primera mitad del siglo XX », in : Esteban SARASA SÁNCHEZ et Eliseo SERRANO MARTÍN (éd.), 15 historiadores de la España medieval y moderna, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1999, p. 7-28.

8  Sur quelques grandes figures d’historiens, voir Ignacio PEIRÓ MARTÍN et Gonzalo PASAMAR ALZURIA, Historiadores españoles contemporáneos, Madrid : Akal, 2002.

9  André D. TOLÉDANO, « L’enseignement de l’histoire dans les universités espagnoles », Revue de synthèse historique, 40, 1925, p. 183-188.

10  Sur ce mouvement et son influence historiographique voir Enric PUJOL, « Noucentisme historiogràfic », in : Diccionari d’historiografia catalana, Barcelone : Enciclopèdia Catalana, 2003, p. 860-863.

11  José Ignacio PÉREZ PASCUAL, Ramón Menéndez-Pidal, Ciencia y Pasión, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1998.

12  José Luis MARTÍN, Claudio Sánchez-Albornoz, Valladolid, 1986. Reyna PASTOR, « Claudio Sánchez-Albornoz y sus claves de la historia medieval de España », Revista de Historia, Jerónimo Zurita, 73, 1988, p. 117-131. Son impressionnante bibliographie a été rassemblée dans Bibliografía de Claudio Sánchez-Albornoz y Menduiña, Instituto de Historia de España de Buenos Aires, 1979 ; elle compte 47 pages.

13  Le thème de la décadence a préoccupé jusqu'à l'obsession de nombreux lettrés espagnols depuis le XVIIe jusqu'au milieu du XXe siècle, voir Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La decadencia española como argumento historiográfico », Fundación para la Historia de España (Argentina), 1, 1997-1998, p. 189-238.

14  David K. HERZBERGER, Narrating the past. Fiction and historiography in postwar Spain, Durham, NC : Duke University Press, 1995.

15  Voir le bilan du cinquantenaire de la revue fait par Celso ALMUIÑA FERNÁNDEZ (dir.), « ‘Hispania’, revista de Historia (1940-1989); análisis y evolución de contenidos », Hispania, 1990, 175 (1), p. 393-416.

16  Par exemple, Julio GONZÁLEZ Y GONZÁLEZ, Repartimiento de Sevilla, Madrid : CSIC, 1951 et Juan TORRES FONTES, Repartimiento de Murcia, Madrid : CSIC, Academia Alfonso X El Sabio de Murcia, 1960.

17  Justo PÉREZ de URBEL, Los monjes españoles en la Edad Media, Madrid : Instituto de Valencia de don Juan, 1945 ; Juan Francisco RIVERA RECIO, La Iglesia de Toledo en el siglo XII , Rome : Publicaciones del instituto español de historia eclesiástica, 1966.

18  Les hagiographes du haut moyen âge participent à la création de ce mythe, voir Ariel GUIANCE, « Nacionalismos hagiográficos : la idea de España en la hagiografía altomedieval hispana », Temas medievales, 11, 2002-2003, p. 171-206

19  Sur ces chroniqueurs, voir surtout Peter LINEHAN, History and the Historians of medieval Spain, Oxford : Oxford University Press, 1993 ; Carmen ORCASTEGUI GROS et Esteban SARASA SÁNCHEZ, La Historia en la Edad Media, Madrid : Cátedra, 1991 et Benito SÁNCHEZ ALONSO, Historia de la historiografía española, 1, Madrid : CSIC, 1947.

20  Le choix des wisigoths joue un rôle fondamental dans l’élaboration de mythes nationaux en Castille comme l’a bien montré Adeline RUCQUOI, « Les Wisigoths, fondement de la ‘nation Espagne’ », in : l’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, Madrid : Casa de Velázquez, 1992, p. 341-352.

21  José María GARCÍA ESCUDERO, « El concepto castellano de la unidad de España (al margen de la España del Cid) », Revista de Estudios Políticos 13, 1944, p. 150-160.

22  José SÁNCHEZ MONTES, « Una revisión actual de las ideas sobre la decadencia española », Arbor, 1949, p. 613-617.

23  Ainsi, par exemple, en France, la fameuse Collection U, dirigée par Georges Duby et publiée par Armand Colin dans les années soixante, se composait de volumes thématiques couvrant un Occident médiéval qui s’arrêtait aux Pyrénées.

24  Charles GIBSON (éd.), The Black Legend : Anti-Spanish Attitudes in the Old World and the New, New-York : Knopf, 1971 ; Ricardo GARCÍA CÁRCEL, La leyenda negra : Historia y opinión, Madrid : Alianza, 1992.

25  Richard L. KAGAN (éd.), Spain in America. The Origins of Hispanism in the United States, University of Illinois Press, 2002, plus spécialement les articles de Richard L. KAGAN, « From Noah to Moses : The Genesis of Historical Scholarship on Spain in the United States », p. 21-48 et Rolena ADORNO, « Washington Irving’s Romantic Hispanism an dits Columbian Legacies », p. 49-105 ; voir aussi Rafael SÁNCHEZ MANTERO, José Manuel MACARRO VERA et Leandro ÁLVAREZ REY (éd.), La imagen de España en América (1898-1931), Séville : CSIC, 1994.

26  José Ángel GARCÍA de CORTÁZAR, Vizcaya en el siglo XV. Aspectos económicos y sociales, Bilbao : Caja de Ahorros Vizcaína, 1965 ; Álvaro SANTAMARÍA ARÁNDEZ, Aportación al estudio de la economía de Valencia en el siglo XV, Valence : Institución Alfons El Magnànim, 1966 ; Julio VALDEÓN BARUQUE, El reino de Castilla en la Edad Media, Bilbao : Moretón, 1968.

27  Josep Ma MUÑOZ I LLORET, Jaume Vicens Vives. Una biografía intellectual, Barcelone : Edicions 62, 1997.

28  Pour ne prendre qu’un exemple, beaucoup moins spectaculaire que celui, bien connu, de la Catalogne, La Comunidad Autónoma de Murcia compte une Collection de Documents pour l’Histoire du Royaume de Murcie (CODOM), – dans laquelle depuis 1963 ont été publiés en une vingtaine de volumes tous les documents des souverains castillans du moyen âge depuis Alphonse X jusqu’aux Rois Catholiques – et plusieurs revues, dont deux « généralistes », Annales de la Facultad de Letras et Murgetana, et une annuelle et spécialisée, Miscelánea Medieval Murciana, fondée en 1973, sans oublier les publications régulières de plusieurs volumes par an de l’Académie Alfonso X el Sabio.

29  Le bilan général, qui en a été fait pour les années 1968-1998 dans La Historia Medieval en España…, est impressionnant. L’ouvrage comporte 15 bilans particuliers, inégalement détaillés qui totalisent 842 pages, encore est-il incomplet car il ne fait volontairement aucune place aux médiévistes étrangers qui travaillent sur l’Espagne. Voir le compte-rendu de cet ouvrage par Máximo DIAGO HERNANDO, « La Historia medieval de España », Anuario de Estudios Medievales, 33 (1), 2003, p. 573-575.

30  Il conviendrait d’y ajouter l’Indice Histórico Español, revue de bibliographie, fondée par Jaume VICENS VIVES en 1953.

31  La liste des thèses soutenues ainsi que celle des revues spécialisées sont fournies par M. MARTÍNEZ MARTÍNEZ, art. cit., p. 59-104.

32  Deux importantes : la revue argentine Temas Medievales et la revue française Cahiers de linguistique et de civilisation hispaniques médiévales, devenue Cahiers d’études hispaniques médiévales en 2005.

33  Citons parmi les plus importantes les semaines d’Estella en Navarre (créées en 1973), de Nájera en Rioja, de Balaguer en Catalogne (créées en 1995), de l’université de Barcelone, les séminaires de l’université de Saragosse et de Valencia, les congrés de la fondation Sánchez-Albornoz à León, ceux d’histoire médiévale d’Andalousie, ceux de Teruel sur le mudéjarisme, ceux d'Alcalá la Real sur la Frontière et les macro-congrés d’histoire de la couronne d’Aragon dont le premier s’est tenu en 1908. Sur les semaines d’Estella, voir Ángel J. MARTÍN DUQUE, « Las ‘Semanas’ de Estella y el medievalismo hispánico. Un ensayo de egohistoria », in : La historia medieval en España. Un balance historiográfico (1968-1998), Actas de XXV Semana de Estudios Medievales de Estella, 1998, Pampelune : Gobierno de Navarra, 1999, p. 23-50.

34  À titre d’exemple, le catalogue des collections diplomatiques hispano-lusitaniennes (CODIPHIS) publiées entre 1901 et 1996 qui renfermant au moins dix documents transcrits, ne recense pas moins de 1030 collections qui totalisent 190 000 documents, voir José Ángel GARCÍA DE CORTÁZAR, José Antonio MUNITA et Luis Javier FORTÚN, Catálogo de colecciones diplomáticas hispano-lusas de época medieval, 2 tomes, Santander : Fundación Marcelino Botin-Sanz, 1999.

35  La liste est fournie par Juan Ignacio RUIZ DE LA PEÑA SOLAR et María José SANZ FUENTES, « Instrumentos, cauces y expresiones de la actividad investigadora », in : La Historia Medieval en España …, p. 779-805.

36  C’est le cas de la Galice, du León, du Pays basque, de la Castille de la Cantabrie, des Asturies, de Murcia, de Grenade, de Catalogne et de Navarre qui en a deux importantes : Navarra Judaica et Acta Vectigalia Regni Navarrae.

37  À côté de l’Instituto de Historia de España, fondé par Claudio Sánchez-Albornoz, existent désormais à Buenos-Aires, l’Instituto de Historia de España, l’Instituto de Historia Antigua y Medieval, la Fundación para la historia de España et un groupe de recherches médiévales (PRIMED) du Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET). Le premier continue à publier la plupart des Cuadernos de Historia de España, revue que le maître avait fondé en 1944 et qui fait toujours une large place au moyen âge ibérique. Le dernier publie depuis 1991 une revue annuelle, Temas Medievales. Voir les bilans faits par Nilda GUGLIELMI, « Medievalismo e hispanistas enAmérica », Revista de Historia Jerónimo Zurita, 1997 ; María Estela GONZÁLEZ DE FAUVE, « El medievalismo en la Républica argentina », Medievalismo, 12, 2002, p. 273-290.

38  Des revues spécialisées sont apparues très tôt : la Revue Hispanique fondée en 1894 à Paris et le Bulletin Hispanique à Bordeaux en 1899. En 1909, l’université de Bordeaux créa à Madrid une École des Hautes Études Hispaniques, destinée à accueillir de jeunes chercheurs français et qui allait devenir la Casa de Velázquez.

39  Adeline RUCQUOI, « La France dans l’historiographie médiévale castillane », Annales E.S.C., 1989, 3, p. 677-689 ; id., « El medievalismo francés y la historia de España », in : Esteban SARASA SÁNCHEZ et Eliseo SERRANO MARTÍN (coord.), La historia en el horizonte del año 2000, Revista de Historia. Jerónimo Zurita, 1995, p. 199-218 ; Georges MARTIN, « Moyen âge hispanique », in : La recherche des hispanistes français. Journées d’études (Paris, 20-21 mars 1998), Société des hispanistes français, 2000, p. 7-58; Jean GAUTIER-DALCHÉ, « L’historiographie française et le moyen âge hispanique entre la fin du XIXe siècle et 1980 », Medievalismo, 12, 2002, p. 257-272.

40  Teófilo F. RUIZ, « La historia medieval de España en el mundo norteamericano », Medievalismo, 12, 2002, p. 299-312. L’auteur cite en bibliographie quinze médiévistes.

41  Sur les Allemands, voir Odilo ENGELS, « El Medievo español en la historiografía alemana », Medievalismo, 6, 1996, p. 249-269.

42  Les ouvrages de Georges Duby, tout particulièrement Économie rurale et vie des campagnes, Guerriers et paysans, puis Les trois ordres et l’Imaginaire du féodalisme ainsi que l’Histoire des femmes qu’il co-dirigea, traduits en espagnol presque immédiatement après leur parution en français, ont exercé une grande influence sur les médiévistes espagnols comme l’a bien étudié Reyna PASTOR, « La recepción de la obra de Georges Duby en España », in : Benoît PELLISTRANDI (éd.), La historiografía francesa del siglo XX y su acogida en España, Madrid : Casa de Velázquez, 2002, p. 21-40. L’auteur conclut que l’œuvre de Georges Duby fut opportune à un moment d’ouverture, mais que comme toutes les autres œuvres qui furent reçues en Espagne, elle fut « réélaborée, discutée, repensée et adaptée au monde hispanique ».

43  Afin d’alléger les notes, je renvoie à la bibliographie figurant dans les différents bilans thématiques faits dans La historia medieval en España, op.cit., aux bilans cités notes 2, 3 et 4 et à la sélection faite dans la bibliographie en annexe. Je me contenterai dans le cours du texte d’indiquer le nom d’auteurs d’ouvrages plus particulièrement importants.

44  Sur l’influence des Annales et de l’historiographie française en général, on consultera Pedro RUIZ TORRES, « De la síntesis histórica a la historia de Annales. La influencia francesa en los inicios de la renovación de la historiografía española » in : B. PELLISTRANDI (éd.), La historiografía francesa del siglo XX, p. 83-108 ; Adeline RUCQUOI, « Le Goff, Annales and National Historical Traditions in Spain », in : Miri RUBIN (éd.), The Work of Jacques Le Goff and the Challenges of Medieval History, Rochester : Boydell Press, 1997, p. 123-141. Sur l’influence française sur l’historiographie catalane, voir Christian GUILLERÉ, « De Pierre de Marca à la fin du XXe siècle. L’historiographie française et l’histoire de la Catalogne », in : Catalunya i Europa a travès de l’Edat Mitjana, V Curs d’Estiu Comtat d’Urgell, Balaguer 2000, Pagès editors, 2001, p. 31-53 .

45  La faiblesse théorique de l’école des Annales par rapport à l’école anglaise fut dénoncée dans un article publié d’abord en catalan puis en espagnol, par Josep FONTANA LÁZARO, « Ascenso y decadencia de la Escuela de los Annales », in : Etienne BALIBAR et Miquel BARCELÓ (dir.), Hacia una nueva historia, Madrid : Akal, 1976, p. 109-127.

46  Voir dans la bibliographie jointe « Féodalisation et féodalisme » pour les débats que ce thème a suscités.

47 A la suite de l’étude exemplaire de José Ángel GARCÍA DE CORTÁZAR, El dominio del monasterio de San Millán de la Cogolla, siglos X-XIII. Introducción a la historia rural de Castilla altomedieval, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1969.

48  Reyna PASTOR « Las primeras rebeliones burguesas en Castilla y León (siglos XII). Análisis histórico-social de una coyuntura », Estudios de Historia social, 1, 1965.

49  Voir le bilan fait sur l’histoire des femmes en Espagne par Antoni FURIÓ, « Les deux sexes ou l’imaginaire du Mâle moyen âge », in : « Georges Duby et l'histoire des femmes », Clio, 8, 1998, http ://clio.revues.org/document317.html; voir aussi Montserrat CABRÉ, Montserrat CARBONELL et María Milagros RIVERA, « La història de les dones », L’Avenç, 1990, 134, p. 57-63. Heath DILLARD, Daughters of the Reconquest. Women in Castillan Town Society, 1100-1300, Cambridge : Cambridge University Press, 1984.

50  Manuel GONZÁLEZ JIMÉNEZ, El concejo de Carmona a fines de la Edad Media (1464-1523), Séville : Diputación provincial de Sevilla, 1973 ; Antonio COLLANTES de TERAN, Sevilla en la Baja Edad Media. La ciudad y sus hombres, Séville : Publicaciones del Excmo Ayuntamiento, 1977 ; Carlos ESTEPA, Estructura social de la ciudad de León, siglo XI-XIII, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1977.

51  Pour la bibliographie, je renvoie pour les villes de Castille et les villes du royaume d’Aragon, aux bilans faits respectivement par María Asenjo et María Isabel Falcón, cités note 4, et à la section villes et sociétés urbaines de la bibliographie en annexe et à celle contenue dans Las sociedades urbanas en la España medieval.

52  Récemment une grande enquête a été entreprise sur l’eau dans la ville dont les premiers résultats ont été publiés, María Isabel del VAL VALDIVIESO (coord.), El agua en las ciudades castellanas durante la Edad Media. Fuentes para su estudio, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1998.

53  Carlos de AYALA MARTÍNEZ, Las Órdenes Militares en la Edad Media, Madrid : Marcial Pons, 1998 ; Philippe JOSSERAND, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid : Casa de Velázquez, 2004.

54  Avec quelques exceptions remarquables comme Carlos BARROS, Mentalidad justiciera de los irmandiños, siglo XV, Madrid : Siglo XXI, 1990, ou Rafael NARBONA VIZCAÍNO, Pueblo, poder y sexo. Valencia medieval (1306-1420), Valence : Diputacio de Valencia, 1992.

55  Voir Adeline RUCQUOI, « La historia en el horizonte del año 2000… », p. 206-208.

56  José María MONSALVO ANTÓN, « Historia de los poderes medievales : del derecho a la antropología », Historia a debate. Medieval,in : Carlos BARROS (coord.), Actas del Congreso Internacional "A historia a debate", celebrado el 7-11 de julio de 1993 en Santiago de Compostela, 4, 1995, p. 81-149.

57  Parmi beaucoup d’autres signalons ceux sur l’anthroponymie (Monique Bourin, Pascual Martínez Sopena), la fiscalité des villes de l’Occident méditerranéen (Denis Menjot, Manuel Sánchez Martínez), la conjoncture du XIIIe siècle (François Menant, Pascual Martínez Sopena, Lluis To Figueras), morphologie urbaine et identité sociale dans l’arc méditerranéen au moyen âge (Xe-XVe siècles) (Flocel Sabaté, Christian Guilleré), ou encore la cohabitation de communautés culturelles opposées en Europe ; Juifs et convertis dans les villes de l’espace transpyrénéen du bas moyen Age (Flocel Sabaté, Claude Denjean).

58  Voir à ce sujet Carolyn P. BOYD, « ‘Historia Patria’. Politics, History and National Identity in Spain (1875-1975) », Princeton : Princeton University Press, 1997, ainsi que les articles rassemblés par Richard HERR et John H. R. POLT (éd.), Iberian Identity. Essays on the Nature of Identity in Portugal and Spain, Berkeley : University of California, 1989.

59  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La decadencia … », p. 236. La controverse a fait l’objet de nombreuses études parmi lesquelles celles de Henri LAPEYRE, « Deux interprétations de l’histoire d’Espagne : Américo Castro et Claudio Sánchez-Albornoz », Annales. E.S.C., 20, 1965, p. 1015-1037 ; José Luis GÓMEZ MARTÍNEZ, Américo Castro y el origen de los Españoles, historia de una polémica, Madrid : Gredos, 1975 qui mentionne 180 critiques qui ont d’une manière ou d’une autre commenté son œuvre ; Reyna PASTOR (éd.), Sánchez-Albornoz a debate, Valladolid : Universidad de Valladolid, 1993 ; Joseph PÉREZ et Santiago AGUADÉ NIETO (éd.),  Les origines de la féodalité. Hommage à Claudio Sánchez-Albornoz, Madrid : Casa de Velázquez, 2000 ; Julio ALMEIDA NESI, El problema de España en Américo Castro, Cordoue : Universidad de Córdoba, 1993.

60  Une première version a été publiée sous le titre España en su historia (cristianos, moros y judíos), Buenos Aires, 1948, 2e éd. Barcelone : Crítica, 2001 ; il a développé ses idées dans Los españoles, cómo llegaron a serlo, Madrid : Taurus, 1965.

61  Marcelino MENÉNDEZ PELAYO, Historia de los heterodoxos españoles, Madrid : Librería católica de San José, 1880-1882, développait déjà cette idée de l’homme espagnol qui au sein de la latinité avait acquis ses caractères au temps de la Reconquête quand l’Espagne comprenait des chrétiens, des juifs et des musulmans.

62  Pour Bartholomé BENNASSAR, l'Histoire des Espagnols, Paris : A. Colin1985, est celle d'un « destin collectif », qui commence au moment où l'Hispania antique devient sous les Wisigoths un royaume indépendant.

63  Voir la mise au point de Francisco GARCÍA SERRANO, « Revisiting Castilian Identity : Medieval Origins of Nationalism », Temas Medievales, 10 (2000-2001), p. 161-175.

64  Adeline RUCQUOI, Introduction à Historiografie in Spanje. Theoretische geschiedenis, 3, Amsterdam : Nijgh and Van Ditmar Universitair, 1988, p. 276.

65  Ramón MENÉNDEZ PIDAL, España y suhistoria, Madrid : Espasa Calpe, 1957 ; sur cet auteur voir Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Ramón Menéndez Pidal. Filología, literatura e historia », in : Catedráticos en la Academia. Académicos en la Universidad, Madrid : Universidad Complutense, 1995, p. 73-94.

66  En France, deux ouvrages ont largement contribué à imposer cette image de l’Espagne périphérie de l’Europe qui aurait été sortie de son isolement et de son retard par les Français : Pierre DAVID, Études historiques sur la Galice et le Portugal, Paris-Lisbonne : Livraria Portugalia, 1947 et Marcelin DEFOURNEAUX, Les Français en Espagne aux XIe et XIIe siècles, Paris : Les Presses Universitaires de France, 1949. Cette idée est aussi et encore partagée par des anglo-saxons Bernard F. REILLY (éd.), Santiago, Saint-Denis and Saint Peter. The Reception of Roman Liturgy in León-Castile in 1080, New-York : Fordham University Press, 1985 et Robert BARTLETT, The Making of Europe. Conquest, Colonización and Cultural Change, 950-1350, Princeton : Princeton University Press, 1993.

67  José ORTEGA y GASSET, España invertebrada, Madrid : Espasa Calpe, 1921.

68  José María LACARRA, Historia política del reino de Navarra desde sus orígenes hasta su incorporación a Castilla, Pampelune : Aranzadi, 1972, 3 vol.

69  José Antonio MARAVALL, El concepto de España en la Edad Media, Madrid : Instituto de Estudios Políticos, 1954.

70  Juan Pablo FUSIAIZPURUA CARTONÉ, España. La evolución de la identidad nacional, Madrid : Temas de hoy, 2000.

71  Par exemple, en Catalogne, Josep M. SALRACH, El procès de formació nacional de Catalunya (segles VIII-IX), Barcelone : Edicions 62, 1978.

72  Voir aussi Miguel Ángel LADERO QUESADA, « Las regiones históricas y su articulación en la Corona de Castilla durante la baja Edad Media », En la España medieval, 15, 1992, p. 213-247.

73  Un colloque a été consacré aux Fundamentos Medievales de los Particularismos Hispánicos, IX Congreso de Estudios Medievales, León, 2003, Ávila : Fundación Sánchez-Albornoz, 2005.

74  Pedro LAÍN ENTRALGO, España como nación, Madrid : Real Academia de la Historia, Planeta, 2000, p. 251; voir aussi du même auteur, España como problema, Madrid : Seminario de Problemas Hispanoamericanos, 1949 et ¿A qué llamamos España?, Madrid : Espasa-Calpe, 1971.

75  Sur l’évolution de ce débat intellectuel depuis le XIXe siècle, voir l’ouvrage collectif de Eloy BENITO RUANO et al. España : reflexiones sobre el ser de España, Madrid : Real Academia de la Historia, 1997.

76  Flocel SABATÉ, « La noció d'Espanya en la Catalunya medieval », in : El comtat d'Urgell a la Península Ibérica, Lleida : Acta historica et archaeologica mediaevalia , 2002, p. 113-130.

77 Presente y futuro de la Historia medieval en España, Madrid : Universidad Complutense, 1993. L’ouvrage rassemble des études historiographiques sur les différentes Communautés espagnoles : Galice, Cantabrie, Catalogne, Pays Basque, Rioja, Navarre, Aragón, Valence, Murcie, Andalousie, Grenade, Estrémadoure, La Manche et Madrid. 

78  Par exemple, Julio VALDÉON BARUQUE, Las raíces medievales de Castilla y León, Valladolid : Ámbito, 2004.

79  Reinhart DOZY, Recherches sur l’histoire et la littérature de l’Espagne pendant le moyen âge, Leyde : E. J. Brill, 1849. Pascual de GAYANGOS, traduction en anglais de l’histoire des dynasties musulmanes d’Espagne de l’historien marocain du XVIIe siècle Al-Maqqari, The history of the Mohammedan dynasties in Spain, Londres : Oriental Translation Fund,  2 vol., 1840-1842.

80  En 1933, fut fondée une revue Al-Andalus, spécialement consacrée aux études sur le passé musulman de l’Espagne ; en 1980, elle a pris le nom d’al-Qantara.

81  Pour une vision détaillée de l’historiographie espagnole sur l’Islam, voir James T. MOORE, Islam and the Arabs in Spanish Scholarship (sixteen century to the present), Leyde : E. J. Brill, 1970 et Manuela MANZANARES DE CIRRE, Arabistas españoles del siglo XIX, Madrid : I.H.A.C., 1972. Sur les conceptions de Reinhart DOZY, voir Gabriel MARTÍNEZ-GROS, « ‘Andalou’, ‘Arabe’, ‘Espagnol’ dans l’Histoire des musulmans d’Espagne de Reinhart Dozy », Studia islamica, 79, 2001, p. 113-116.

82  Dans un article « Les Arabes ont bien envahi l’Espagne : les structures sociales de l’Espagne musulmane », Annales E.S.C., 1974, p. 1483-1513 et un ouvrage Al-Andalus : estructura antropólogica de una sociedad islámica en Occidente, Barcelone : Barral, 1976, publié l’année suivante en version française, Paris : Mouton, réed.fac-simil, 1996.

83  André BAZZANA et Juana BEDIA GARCÍA, Saltés, una ciudad islámica, Madrid : Casa de Velázquez / Huelva : Museo provincial, 1993.

84  Il faut citer tout particulièrement les colloques Castrum, au nombre de 7 à ce jour, et André BAZZANA, Patrice CRESSIER et Pierre GUICHARD, Les châteaux ruraux d'al-Andalus, Histoire et archéologie des husûn du Sud-Est de l'Espagne, Madrid : Casa de Velázquez, 1988. Antonio MALPICA CUELLO, Poblamiento y territorio de la Costade Granada en época medieval, Grenade : Universidad de Granada, 1994 ; id. (coord.), Castillos y territorio en al-Andalus, Grenade : Athos-Pérgamos, 1998 ; id., Maisons d’al-Andalus. Habitat médiéval et structures de peuplement dans l’Espagne orientale, Madrid : Casa de Velázquez, 1992.

85  Pierre CRESSIER (dir.), La maîtrise de l’eau en al-Andalus. Paysages, pratiques et techniques, Madrid : Casa de Velázquez, 2006.

86  Voir le bilan de José Enrique LÓPEZ DE COCA, "El reino de Granada y los medievalistas españoles. Un balance provisional", in : La historia medieval en España, op. cit., p. 149-173.

87  Pedro CHALMETA, Invasión e islamización, Madrid : Mapfre, 1994 ; José RAMÍREZ DEL RÍO, La orientalización d’al-Andalus. Los días de los árabes en la península ibérica, Séville : Universidad de Sevilla, 2002 ; Eduardo MANZANO MORENO, Conquistadores, emires y califas. Los omeyas y la formación d’al-Andalus, Barcelone : Crítica, 2006.

88  Pierre GUICHARD, Les musulmans de Valencia et la Reconquête (XIe-XIIIe siècle), Damas : Institut Français, 1991, p. 475.

89  Par exemple, Mikel de EPALZA, « Los Beréberes y la arabización del País valenciano » in : Miscellània Sanchis Guarner, 1, Valence : Abadia de Montserrat / Universitat de València, Departament de Filologia Catalana, 1992, p. 91-99, qui pense, par ailleurs, que la brillante culture « arabe », peut être rattachée aux « seigneurs du désert ».

90  Il a synthétisé ses théories dans L’identité andalouse, Paris : Actes Sud-Papiers, 1997.

91  Sur le débat, voir Gabriel MARTÍNEZ-GROS, « Ecrire l’histoire d’al-Andalus. Retour sur un débat », Arabica, 47, 2000, p. 261-273 ; Pierre GUICHARD, « De l’Espagne musulmane à al-Andalus », in : B. PELLISTRANDI (éd.), La historiografía francesa del siglo XX, p. 191-216 ; Cyrille AILLET, « Al-Andalus, la construction d’une mémoire (VIIIe-XVe siècle) », in :  François GÉAL (dir.), Regards sur al-Andalus (VIIIe-XVe siècle), Madrid : Casa de Velázquez / Paris : Rue d’Ulm, 2006, p. 1-9.

92  Serafín FANJUL, Al-Andalus contra España. La forja del mito, Madrid : Siglo XXI, 2000.

93  Le point historiographique a été fait pour trois d’entre elles par Gabriel MARTÍNEZ-GROS, « L’historiographie des minorités (Morisques, Mudéjars, Mozarabes) dans l’Espagne du milieu du XIXe siècle », Ibérica, 2000, p. 55-71.

94  Voir l’abondante bibliographie, qui date pourtant d’une quinzaine d’années, établie par Robert SINGERMAN, Spanish and Portuguese Jewry. A Classified bibliography, Westport : Greenwood Press, 1993.

95  Ce fameux épisode des martyrs de Cordoue a fait l’objet de plusieurs études dont Kenneth B. WOLF, Christian Martyrs in Muslim Spain, Cambridge : Cambridge University Press, 1988.

96  Voir le bilan fait par Mikel de EPALZA, « Les mozarabes, état de la question », Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée 63-64, 1992, (1-2), 1992, p. 39-50.

97  Notamment dans sa thèse Campagnes et Monts de Tolède, Madrid : Casa de Velázquez, 1997, chap. 1.

98  Cyrille AILLET, Les mozarabes : christianisme et arabisation en al-Andalus (IXe–XIIe siècle), thèse de doctorat soutenue à l’université de Paris I-Sorbonne en 2005, en cours de publication à la Casa de Velázquez à Madrid.

99  Guillermo ARAYA, El pensamiento de Américo Castro. Estructura intercastiza de la historia de España, Madrid : Alianza, 1983.

100  Voir l’ouvrage récent de María Rosa MENOCAL, L’Andalousie arabe : une culture de tolérance, VIIIe-XVe siècle, Paris : Autrement, 2003. Ce mythe, très diffusé, explique en partie que les premières discussions entre Israël et l’OLEP aient eu lieu à Madrid en 1990.

101  Un jalon fondamental a été le colloque Structures féodales et féodalisme dans l'Occident méditerranéen, Xe-XIIIe siècles, Rome, 1978, Paris : CNRS, 1980. Voir aussi les dossiers sur Le feudalisme mediterrano et sur Marxismo y desarrollo económico en la Europa pre-industrial, in : Débats, 5, 1983, p. 8-42 et p. 61-68.

102  Je renvoie au bilan très complet fait tout récemment Flocel SABATÉ, « L'apparition du féodalisme dans la péninsule ibérique. État de la recherche au commencement du XXIe siècle », Cahiers de Civilisation Médiévale, 49, 2006, p. 49-70. Voir aussi deux autres ouvrages collectifs, plus anciens, sur la question : En torno al feudalismo hispánico. I Congreso de Estudios Medievales, Léon 1987, Ávila, 1989 ;  J. PÉREZ et S. AGUADÉ NIETO, Les origines de la féodalité. Hommage à Claudio Sánchez Albornoz, op. cit.

103  Salvador de MOXÓ, « Castilla ¿ principado feudal ? », Revista de la Universidad de Madrid, 73, 1970, p. 229-257.

104 La época medieval,  tome 2 de l'Historia de España d’Alfaguara, Madrid, 1973.

105  Julio VALDEÓN, Josep Maria SALRACH et Francisco Javier ZABALO, Feudalismo y consolidación de los pueblos hispánicos (siglos XI-XV), in : Manuel TUÑON DE LARA (dir.), Historia de España, 4, Barcelone : Labor, 1980.

106  Miquel BARCELÓ, Gaspar FELIU, Antoni FURIÓ, Marina MIQUEL et Jaume SOBREQUÉS (éd.), El feudalisme comtat i debatut. Formació i expansió del feudalisme català, Valence : Universitat de Valencia, 2003. Je renvoie à la bibliographie citée dans cet ouvrage.

107  Ángel BARRIOS GARCÍA, « Repoblación de la zona meridional del Duero. Fases de ocupación, procedencias y distribución espacial de los grupos repobladores », Studia Histórica. Historia Medieval, 3, 1985.

108  Teófilo F. RUIZ, « Expansion et changement : la conquête de Séville et la société castillane (1284-1350) », Annales E.S.C., 1979, p. 548-565.

109  Voir la synthèse de Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La ‘Reconquête’, clef de voûte du moyen âge espagnol », in : L'expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences, colloque de la SHMESP, Madrid, 2002, Paris : Publications de la Sorbonne, 2003, p. 47-63.

110 Desigualdad y dependencia. La periferización del mediterráneo occidental (S. XII-XIX),  Áreas. Revista de Ciencias Sociales, Murcie, 1986.

111  Sur l'économie péninsulaire en général, voir les deux bilans très complets faits respectivement par Emilio CABRERA sur « l'histoire agraire et la société rurale » et par Francisco Paulino IRADIEL sur « les villes, le commerce et l'économie artisanale », in : La historia medieval en España, p. 659-746 et 603-658.

112  Eloy BENITO RUANO, « Lanas castellanas : ¿ exportación o manufactura ? », Archivium 25, 1975, p. 120-129 ; Ángel GARCÍA SANZ, « Competitivos en lanas, pero no en paños : lanas para la exportación y lana para los telares nacionales en la España del Antiguo régimen », Revista de Historia Económica, 12 (2), 1994, p. 397-434.

113  Hilario CASADO ALONSO (coord.), Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, Burgos : Diputación provincial de Burgos, 1995 ; José María SÁNCHEZ BENITO, La Corona de Castilla y el comercio exterior, Madrid : Ciencia 3, D.L., 1993.

114  Francisco Paulino IRADIEL, "L'economia : produir i comerciar", in : Historia, política, societat i cultura dels Països Catalans, 3 : La forja dels Països Catalans. Segles XIII-XV, Barcelone : Fundació Enciclopèdia Catalana, 1996, p. 96-115.

115  Julio VALDÉON, « Reflexiones sobre la crisis bajomedieval en Castilla », En la España Medieval, 5, 1984, p. 1049-1060 et « La crisis del siglo XIV en la Corona de Castilla », in : en Homenaje a M. Vigil Pascual, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1989, p. 217-235. Ludwig VONES, « Sobre el debate de las repercusiones económicas y sociales de la llamada ‘crisis de la baja Edad media’ en los territorios de la Corona de Aragón », in : Ferdinand SEIBT et Winfried EBERHARD (éd.), Europa 1400. La crisis de la baja Edad Media, Barcelone : Crítica, 1992, p. 225-245.

116  Ce débat a été traduit en catalan et publié dans Debats, 5, 1983, p. 69-118.

117  Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La Corona de Castilla : transformaciones y crisis políticas. 1250-1350 », in : Europa en los umbrales de la crisis. 1250-1350 (XXI Semana de Estudios Medievales de Estella, 1994), Pampelune : Gobierno de Navarra, 1995, p. 275-322.

118  Interprétation proposée notamment par Teófilo F. RUIZ, Crisis and continuity. Land and town in late medieval Castile, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1994.

119  Ángel VACA LORENZO, « Recesión económica y crisis social de Castilla en el siglo XIV », in : Chris WICKHAM, Henry KAMEN, Elena HERNÁNDEZ SANDOICA et al. (coord.), Las crisis en la historia, Salamanque : Universidad de Salamanca, 1995, p. 33-55.

120 Valencia i la Mediterrania medieval. Societats i economies en contacte al segle XV, Revista d’Historia Medieval, 3, 1992.

121  José Enrique RUIZ DOMENEC, « La crisis económica de la Corona de Aragón. ¿Realidad o ficción historiográfica? », Cuadernos de Historia, 8, 1977, p. 71-117.

122  Teófilo F. RUIZ, « Une royauté sans sacre : la monarchie castillane du bas moyen âge », Annales E.S.C., 1984, p. 429-453; Adeline RUCQUOI, « De los reyes que no son taumaturgos : los fundamentos de la realeza en España, » Temas Medievales, 5, 1995, p. 163-186 ; Denis MENJOT, « Un chrétien qui meurt toujours. Les funérailles royales en Castille à la fin du moyen âge » in : Manuel NÚEZ et Eugenio PORTELA (éd.), La idea y el sentimiento de la muerte en la historia y en el arte de la Edad Media, Saint-Jacques de Compostelle : Universidad de Santiago de Compostela, 1988, p. 127-138 ; Ariel GUIANCE, « La mort du roi : sacralité et pouvoir politique dans la Castille médiévale » in : Lothar KOLMER (éd.), Der Tod des Mächtingen. Kult and Kultur des Todes spätmittelalterlicher Herrscher, Paderborn-Munich-Vienne-Zurich : Ferdinand Schöning, 1997, p. 299-320 ; Peter LINEHAN, « The politics of piety : aspects of the Castilian monarchy from Alfonso X to Alfonso XI », Revista canadiense de estudios hispánicos, 9, 1985, p. 385-404 ; id., « Frontier Kingship : Castile 1250-1350 », in : Alain BOUREAU et Claudio-Sergio INGERFLOM (éd.), La royauté sacrée dans le monde chrétien (Royaumont, 1989),  Paris : EHESS, 1992, p. 71-79.

123  Dans une série de travaux dont les plus importants sont Fundamentos ideológicos del poder real en Castilla. Siglos XIII al XVI, Madrid : EUDEMA Universidad, 1988 et Ceremonias de la realeza, propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, Madrid : NEREA, 1993.

124  Je me fonde en grande partie sur le bilan historiographique et l'état de la question sur "Sociétés et pouvoirs dans la Couronne d'Aragon" présentés par Stéphane PEQUIGNOT à la semaine d'études doctorales organisée par la Casa de Velázquez, l'Université Complutense et l'UMR 5648, à Madrid du 25 au 30 septembre 2006.

125  Carme BATTLE, « L'expansió baixmedieval (segles XIII-XV) », in : Pierre VILAR (dir.), Historia de Catalunya, 3, Barcelone : Edicions 62, 1999.

126 Josep Maria SALRACH(coord.), Historia de Catalunya, 3, Barcelone : Salvat, 1978.

127  Pietro CORRAO, « Stati regionali e apparati burocratici nella Corona d'Aragona (sec. XIV e XV) », in : XVIII Congrés d'Història de la Corona d'Aragó, Valence : Universitat de Valencia, 2005, 1, p. 99-143.

128  Flocel SABATÉ, « El poder soberano en la Cataluña bajomedieval : definición y ruptura », in : François FORONDA, Jean-Philippe GENÊT et José Manuel NIETO SORIA (dir.), Coups d’État à la fin du moyen âge? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid: Casa de Velázquez, 2005, p. 483-527.

129  Juan Vicente GARCÍA MARSILLA, Vivir a crédito en la Valencia medieval. De los orígenes del sistema censal al endeudamiento del municipio, Valence : Universitat de Valencia, 2002.

130  Jean-Marie MOEGLIN, Stéphane PÉQUIGNOT et Manuel SÁNCHEZ MARTÍNEZ (éd.), Negociar en la Edad Media/Négocierau moyen âge, Barcelone : CSIC (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 61), 2005.

131  François FORONDA et Ana Isabel CARRASCO (dir.), Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule ibérique à la fin du moyen âge, Toulouse: Méridiennes, 2007.

132  C’est à mon avis aussi et encore une des raisons du faible poids de l’historiographie espagnole dans l’historiographie occidentale que constatait et déplorait il y a une vingtaine d’années Ignacio OLABARRI GORTÁZAR, « El peso de la historiografía española en el conjunto de la historiografiía occidental (1945-1989) », Hispania, 50 (2), n° 175, 1990, p. 417-437.

133  Enric PUJOL, El descrèdit de la historia, Gérone : Llibres del Segle, 1993.

134  Carlos BARROS, David GUAL et Germán NAVARRO, « Historia a debate. Manifiesto historiográfico », Revista d’Historia Medieval, 12, 2001-2002, p. 367-384. Elles sont proches des douze thèses développées par Alain GUERREAU, L’avenir d’un passé incertain, Paris : Éditions du Seuil, 2001. A Historia a debate, Saint-Jacques de Compostelle, 1993, 3 volumes publiés en 1996 et 3 volumes publiés en 2001, Web page : www.h-debate.com <http ://www.h-debate.com.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis MENJOT, « L'historiographie du moyen âge espagnol : de l’histoire de la différence à l’histoire des différences », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 06 septembre 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/19028 ; DOI : 10.4000/e-spania.19028

Haut de page

Auteur

Denis MENJOT

Université de Lyon, UMR 5648/CIHAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org