Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

L’itinérance d’Henri IV de Castille dans la Chronique du Connétable Miguel Lucas de Iranzo  (1458-1471)

Ghislaine Fournès

Résumés

La Chronique du Connétable, au-delà du propos apologétique centré sur la figure de Miguel de Iranzo, peut être lue comme un récit circonstancié et détaillé des pratiques itinérantes de la royauté, pratiques partagées par les élites nobiliaires. Il s’agit, dans un premier temps, de définir le concept de cour puis, dans un second temps, d’établir une typologie des déplacements opérés par le monarque durant deux années, 1458 et 1459. Cette analyse révèle que la Chronique donne du gouvernement d’Henri IV une vision plus contrastée et par là même moins négative que celle proposée généralement par les chroniques commanditées a posteriori par les Rois Catholiques dans un souci de propagande.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Juan Cuevas Mata, Juan del Arco Moya et José del Arco Moya (éd.), La relación de los hechos del mu (...)
  • 2  Voir à ce propos Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe s (...)
  • 3  Voir pour une liste complète des documents insérés les p. LXXXII-LXXXV de l’introduction de Juan d (...)
  • 4  María del Pilar CARCELLER CERVIÑO, « El ascenso político de Miguel Lucas de Iranzo. Ennoblecimient (...)

1La relación de los hechos del muy magnífico e más virtuoso señor, el señor don Miguel Lucas de Iranzo, muy digno condestable de Castilla1 s’inscrit dans un genre bien particulier, la chronique chevaleresque, qui connaît un succès considérable dans tout l’Occident chrétien en cette fin du moyen âge2. Les sources et les influences sont nombreuses : les chroniques royales tout d’abord, la poésie épique, notamment pour la narration des actions militaires, le roman de chevalerie dans les développements consacrés aux activités festives et aux exercices guerriers, et enfin les traités moraux et politiques, dans les digressions et commentaires du narrateur. De plus, l’auteur a inséré dans son récit des documents de la chancellerie royale, ainsi que des relations de campagnes militaires, ce qui donne à cette chronique chevaleresque une valeur documentaire3. La finalité de l’ouvrage, déclarée dès les premières pages, est la laudatio de Miguel Lucas de Iranzo4, personnage d’origine obscure qui devint par la suite un des favoris d’Henri IV de Castille (1454-1474).

  • 5  Michel GARCIA, « À propos de la chronique du Connétable Miguel Lucas de Iranzo », Bulletin Hispani (...)
  • 6  Diego de VALERA, Memorial de diversas hazañas, Crónicas de los Reyes de Castilla, Biblioteca de Au (...)

2L’auteur qui demeure à ce jour anonyme – il s’agit vraisemblablement d’un compagnon d’armes de Miguel de Iranzo5 – a opté pour une organisation simple de la trame narrative puisqu’il a regroupé les évènements par année en suivant l’ordre chronologique de 1458 à 1471, deux ans avant la mort du protagoniste. Quatorze chapitres écrits peu de temps après les faits narrent ainsi la vie de Miguel de Iranzo depuis ce que l’on doit considérer comme l’acmé du personnage : en 1458, le roi devant la cour réunie – la scène se passe à l’alcazar de Madrid – lui octroie en effet les titres de baron, comte et Connétable de Castille. Présenté comme très proche du monarque qui le comble de faveurs, il doit néanmoins affronter l’hostilité de la faction menée par le marquis de Villena et s’attire l’inimitié de la plupart des nobles – ce qu’exprime Diego de Valera quand il le décrit comme « un hombre de poco estado y bajo linaje »6. En réponse au mépris affiché par la cour, Miguel de Iranzo prend alors la décision de se fixer à Jaén, ville frontière dont le roi lui a accordé la juridiction, afin de poursuivre la Reconquête. Cette décision hautement valorisée par l’auteur va permettre au récit de trouver un second souffle ; Miguel de Iranzo devient alors en cette région excentrée du royaume de Castille un presque roi, tenant cour de justice, recevant ambassadeurs et plénipotentiaires et surtout menant en parfait chevalier chrétien ses troupes jusque sous les murailles de Grenade, dernier bastion musulman. Le récit va alors osciller entre deux pôles, deux scènes en quelque sorte, Jaén et sa région d’une part et, d’autre part, le royaume de Castille. Ce va-et-vient constant nous permet à la fois d’apprécier les faits – les hauts-faits devrions-nous dire – du Connétable et de suivre les évènements politiques majeurs marqués, scandés par les déplacements du monarque et de sa cour.

  • 7  Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ, Itinerario de la corte de Juan II de Castilla (1418-1454), Madrid (...)

3On le sait, l’itinérance du roi et de la cour fut une pratique commune à toutes les dynasties de l’Occident médiéval, chaque monarque se devant d’assurer le contrôle de ses territoires, de renforcer les liens de vassalité et de superviser les rentrées fiscales. La question au cœur de ce colloque est de savoir si les rois de la péninsule ibérique voyagèrent plus que d’autres monarques, ou différemment, plus que leurs homologues capétiens ou plantagenêts par exemple. En d’autres termes y a-t-il eu un modèle ibérique de l’itinérance de la cour ? Et si oui, fut-il partagé et suivi par les monarques des cinq royaumes chrétiens ibériques ? On peut avancer, si l’on prend en compte l’époque à laquelle furent reconnues comme telles les capitales, que l’itinérance royale a été plus développée dans la péninsule ibérique, en raison sans doute du processus de la Reconquête qui retarda la centralisation inhérente à la formation de tout État moderne. Ensuite, l’extension territoriale de la couronne de Castille et du León, qui, rappelons-le dépasse les 60% de la péninsule après 1248, date de la prise de Séville, justifie pleinement de la part des souverains castillans des déplacements répétés, surtout si l’on considère que la juridiction royale s’étend des Pyrénées, de la seigneurie de Biscaye plus exactement, jusqu’à Gibraltar au sud et englobe l’ancienne taifa de Murcie à l’est. Les souverains castillans furent donc de grands voyageurs, et les Trastamare ne firent point exception. Des travaux récents en ont d’ailleurs apporté la confirmation ; je pense notamment à l’ouvrage de Francisco de Paula Cañas Gálvez consacré à l’itinéraire de la cour de Jean II, paru en 20077. Qu’en est-il de l’itinérance de la cour sous Henri IV et quels enseignements peut-on retirer de la lecture de la Chronique du Connétable ?

  • 8  Diego ENRÍQUEZ del CASTILLO, Crónica de Enrique IV, Aureliano SÁnchez MartÍn (éd.), Valladolid : U (...)
  • 9  Juan TORRES FONTES, Itinerario de Enrique IV de Castilla, Murcie : CSIC (Biblioteca « Reyes Católi (...)

4Cet ouvrage historiographique peut être considéré comme un témoignage fiable de cette pratique de gouvernement que fut l’itinérance royale, d’autant plus que les données relevées concordent pour la plupart avec les renseignements fournis par les chroniques consacrées au règne d’Henri IV8 et avec l’itinéraire du monarque, reconstitué dès 1954 par Juan Torres Fontes9. Cet historien mit à profit les chroniques royales, les chroniques particulières – dont celle de Miguel de Iranzo bien sûr – ainsi que tous les privilèges et documents émis par la chancellerie royale.

5Mais plus qu’un simple relevé de lieux et de dates, la Chronique du Connétable doit être lue comme un récit circonstancié et détaillé des pratiques itinérantes de la royauté, pratiques partagées par les élites nobiliaires. En effet, le texte, délaissant l’écriture propre à l’historiographie médiévale caractérisée par la concision et la focalisation sur les actions, le plus souvent militaires, s’approprie certains procédés de la fiction chevaleresque – l’amplificatio, la description, la comparaison et l’énumération – et se plaît à composer des fresques vives et animées autour de thèmes tels que les tournois, les départs en campagne ou encore les pèlerinages à un sanctuaire. Il s’agit donc là d’un document unique, riche en enseignements sur les mœurs de la royauté et de l’aristocratie de cette seconde moitié du XVe siècle.

  • 10  Angustias CONTRERAS VILLAR, « La corte del Condestable Iranzo. La ciudad y la fiesta », En la Espa (...)
  • 11  Le règne d’Henri IV est avant tout celui des bandos nobiliaires et des privados. Juan Pacheco, de (...)

6Un autre intérêt réside dans le point de vue adopté par le narrateur. Ce dernier, compagnon du héros et présent vraisemblablement lors des principaux événements, décrit de l’intérieur cette cour réunie à Madrid, en suit tous les déplacements jusqu’au départ de Miguel de Iranzo pour Jaén, ville qui se transformera sous l’influence du Connétable en une cour seigneuriale10. À ce point de vue original s’ajoute, comme autre intérêt de la Chronique, son orientation politique. En effet, si le texte n’occulte en rien les désordres et les conflits qui marquèrent le règne d’Henri IV, notamment durant les années 1464-74, il en donne une vision plus contrastée et par là même moins négative que celle proposée généralement par les chroniques commanditées a posteriori par les Rois Catholiques dans un souci de propagande. Miguel de Iranzo est, selon son chroniqueur, un exemple du parfait chevalier, il est donc loyal à son roi, lequel ne peut être à son tour qu’un modèle de vertus, mal entouré et mal conseillé certes11. Mais le propos apologétique ne peut expliquer en totalité ce positionnement.

7La valeur testimoniale de la Chronique de Miguel de Iranzo va donc au-delà des informations concernant la localisation, la chronologie des déplacements ou encore les conditions matérielles de ces voyages royaux et concerne le champ du politique. Je me propose donc, dans un premier temps, de définir le concept de cour à partir des éléments fournis par les premières pages puis, dans un second temps, d’établir une typologie des déplacements opérés par le monarque durant deux années, 1458 et 1459, tels qu’ils sont rapportés dans la Chronique, afin de permettre une plus juste évaluation du gouvernement d’Henri IV de Castille.

8La Chronique s’ouvre sur le récit de l’investiture de Miguel de Iranzo. Cependant l’entrée en scène de ce dernier est quelque peu retardée par une longue digression dans laquelle l’emphase le dispute à la redondance. Cet incipit sert à souligner la solennité de la cérémonie certes, mais peut être également lu comme une description de la cour trastamare. On lit tout d’abord :

  • 12  Hechos, p. 3.

Estando el muy alto y exçelente prínçipe, y muy poderoso rey e señor, nuestro rey señor el rey don Enrique el Quarto, que así ovo nombre en los reyes de Castilla e de León, en los sus alcáçares y palaçio real, que son en la villa de Madrid, sábado veinte çinco de março, año del nasçimiento de nuestro señor y salvador Ihesuchristo de mil e quatroçientos y çinquenta y ocho años12

9Henri IV est désigné comme centre de la scène décrite à travers l’accumulation des qualificatifs, la répétition de « muy » et le possessif « nuestro » qui établit un lien entre le monarque et l’ensemble de l’assistance. Il est également relié à ses prédécesseurs, les rois de Castille et du León, de façon à souligner à la fois la continuité du lignage royal – et sans doute également la continuité des pratiques de pouvoir – et sa légitimité. La localisation et la date suivent. Le roi se trouve à Madrid, « en los sus alcáçares y palacio real », le possessif marquant l’appartenance de cette forteresse au domaine royal.

10La cour est avant tout un lieu ou, plus exactement, le lieu où se trouve le roi. La concordance avec le texte des Sept Parties d’Alphonse X apparaît alors. En effet, la loi 27 du Titre IX de la Seconde Partie qui s’intitule : « Qué cosa es corte, e por qué ha así nombre » précise que :

  • 13  ALPHONSE X, Las Siete Partidas, José Sánchez-Arcilla Bernal (éd.), Madrid : Reus, 2004, p. 226.

Corte es llamado el lugar do es el rey e sus vasallos e sus oficiales con el que le han cotidianamente de consejar e de servir, e los omes del Reyno que llegan y, o por honrra del o por alcançar derecho, o por fazerlo o por recabdar las otras cosas que han de ver con el13.

  • 14  Jaime de SALAZAR y ACHA, La casa del rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid : Centro de E (...)

11La cour n’aurait donc d’existence que par la présence auprès du roi de ceux que le texte nomme « vassaux » et « officiers », termes génériques s’il en est et qui tendent à renforcer la préséance royale et à affirmer la nécessité d’un contrat entre la royauté et les élites. Leur fonction est clairement énoncée : conseiller et servir le roi. Double dichotomie donc, d’une part entre « vassaux » et « officiers » et, d’autre part, entre « conseiller » et « servir », qui se traduit, dès la fin du XIVe siècle, par l’apparition dans les textes de l’expression « Corte y Casa » ou bien encore « Corte, Casa y Cancillería ». Les nobles, ricos omnes, chevaliers, prélats…, qui constituent la Corte ou Cour, revendiquant un rôle politique tandis qu’aux membres de la Maison Royale échoit l’administration domestique14.

  • 15  Jeanne ALLARD, « La naissance de l’étiquette : les règles de vie à la Cour de Castille à la fin du (...)

12La Chronique de Miguel de Iranzo, en accord avec sa finalité – faire l’éloge d’un noble exemplaire – ne s’intéresse qu’à la Cour dans son sens le plus politique. Les différents acteurs qui apparaissent autour du roi sont tous des personnages de premier plan à l’exception parfois, d’un letrado ou d’un secrétaire indispensable à la rédaction d’un privilège royal. C’est ainsi qu’entre les premières lignes citées précédemment et la proposition principale « vino e paresçió ante los dichos señores rey y reina Miguel Lucas », nous trouvons une longue énumération établie selon une hiérarchie précise des personnes assistant à la cérémonie. La présence de la reine est tout d’abord mentionnée, ensuite apparaissent les ambassadeurs de Rome, Pedro Roldán, neveu du Pape, et Antonio de Veneris, nonce apostolique, puis les ambassadeurs des royaumes péninsulaires, la Navarre et l’Aragon, l’archevêque de Séville, Alonso de Fonseca, seul à être nommé parmi les prélats, et enfin suit la liste des nobles établie selon la faveur dont chacun jouit auprès du monarque. Sont ainsi présentés Juan Pacheco, favori en titre, qui reçut le marquisat de Villena, son frère, Pedro Girón, maître de l’ordre de Calatrava, don Gómez de Cáceres, maître de l’ordre d’Alcántara, don Juan Manrique, comte de Castañeda et Grand Chancelier, Diego Arias de Ávila, grand Argentier du royaume, don Gonzalo de Saavedra, commandeur de Montalván, Tomás Fusches et Hans de Feenispreeg, chevaliers allemands, la liste se terminant par « y otros muchos nobles cavalleros e gentiles onbres de su casa ». La cour est donc une assemblée nombreuse avec des acteurs de premier plan, et d’autres relégués au second plan. Son fonctionnement semble régi, ordonné de façon à magnifier à la fois le monarque et celui qui est, en ce jour, l’objet de la faveur royale. Les souverains sont assis sur un trône vraisemblablement situé sur une estrade, on lit en effet « estando sobidos, en su trono y estrado real » et un héraut va, par trois fois, prononcer l’éloge de Miguel de Iranzo tandis que le roi d’armes de la cour lui remet avec toute la pompe requise sa bannière ainsi que les insignes de sa charge de Connétable du royaume. Ces pages témoignent de l’importance qu’acquiert l’étiquette en cette fin de moyen âge, étiquette qui tout en instaurant une distance entre le monarque et ceux que l’on peut bien appeler des courtisans, valorise la Cour ou plutôt les manières de la Cour15. La Cour devient ainsi un spectacle, un lieu de représentation utilisé à des fins politiques par la royauté tout autant que par les élites.

  • 16  José Manuel NIETO SORIA, Ceremonias de la realeza. Propaganda y legitimación en la Castilla Trastá (...)
  • 17  J. de SALAZAR y ACHA, op. cit., p. 85.

13L’on comprend donc aisément cette volonté qu’eurent les monarques Trastamare, en mal de légitimité jusqu’à Jean II, et souvent confrontés à une noblesse rebelle, de se montrer et donc de voyager afin d’affirmer leur autorité par leur présence corporelle, confortée de surcroît par une mise en scène selon divers registres, cérémonies étudiées notamment par José Manuel Nieto Soria16 – les entrées royales, les tournois et joutes, les fêtes religieuses…. Se déplacer est pour le roi une nécessité, il doit selon l’expression de Jaime de Salazar y Acha17 s’exhiber. Il n’y aurait point de pouvoir sans exhibition.

14La cour est donc, sous Henri IV, l’entourage royal – une sorte de premier cercle – formé par les grands lignages, par les favoris et par ceux qui précisément sont « bien en cour », entourage qui assisterait le monarque dans le gouvernement du royaume et le suivrait dans les déplacements inhérents à sa fonction. Il s’agit non d’un lieu géographique mais bien d’un lieu politique, lieu de l’exercice du pouvoir ; à ce titre, l’itinérance de la cour apparaît pleinement justifiée compte-tenu des conditions matérielles de l’époque. Toutefois, les déplacements de la cour varient selon le souverain : l’itinérance de la cour semble donc révélatrice d’une orientation de gouvernement ainsi que de la personnalité du monarque.

15Quelle fut donc l’itinérance d’Henri IV durant les années 1458 et 1459, années de relatif équilibre politique avant la crise de 1464 ? La Chronique en donne un compte-rendu détaillé. Le monarque se trouve à Madrid au moment de l’investiture de Miguel de Iranzo, c’est-à-dire le 25 mars ; il y passe les fêtes de Pâques et quitte la villa « el lunes de Casimodo », qui correspond selon une glose du manuscrit de la Academia au 10 avril. Une première remarque s’impose : les déplacements de la cour se font très souvent en fonction du calendrier liturgique, le monarque décidant de ses déplacements, nous le verrons, de façon à être dans une de ses résidences favorites, ou dans un monastère ou un lieu de dévotion, pour les grandes fêtes chrétiennes.

16Le départ d’Henri IV n’est justifié par aucune raison particulière ; on lit « el rey acordó de partir ». Seule la saison, le début du printemps, apparaît comme propice à cette itinérance. Le roi, suivi du Connétable et d’autres chevaliers, se rend à Talavera ; il y demeure vraisemblablement quelques jours car le texte mentionne des fêtes taurines célébrées en l’honneur du monarque. La cour se dirige alors plus au sud, passe par Guadalupe, sanctuaire favorisé par la royauté, puis à Frexinal, villa située à quelques lieux. La narration est rapide, les verbes de mouvement se répétant, « se partió, fue ». Seul le passage par Frexinal donne lieu à un commentaire du chroniqueur : le roi avait promis la villa au maestre de Calatrava mais sur les conseils avisés du Connétable, il revient sur sa promesse, Frexinal restera donc dans le domaine royal. Les étapes furent sans doute assez rapides car le roi, avec sa suite, parvient à Cordoue quelques jours avant la fête de l’Esprit Saint, c’est-à-dire le 20 mai 1458. Il n’y fait qu’un bref séjour, puisque, précise le texte, il accompagne Miguel de Iranzo jusqu’à Jaén pour la célébration de la fête du Corpus Christi. Nous sommes le 1er juin. Enfin, dès le lendemain, la suite royale prend le chemin de la plaine de Grenade, où doivent se réunir les troupes chrétiennes.

17Premier mouvement donc du roi et de sa suite, qui, quittant le centre de la meseta, se dirigent vers le Sud, vers cette Andalousie qui demeure un pôle d’attraction fort, réactualisant ainsi la belle expression « venir al mayo ». La Reconquête, la guerre contre les Maures, reste au XVe siècle, même si les avancées sont quasi-nulles jusqu’aux Rois Catholiques, une entreprise à laquelle nul monarque ne doit se dérober. Le premier type d’itinérance d’Henri IV, mise en scène dans la Chronique, est donc une campagne militaire, mais sans qu’il soit fait mention de préparatifs guerriers, ni d’une hâte quelconque. Cette expédition fait suite aux campagnes de 1455, 1456 et 1457 dont Juan Torres Fontes dit que :

  • 18  J. TORRES FONTES, op. cit., p. 18-19.

Las campañas reales de 1455, 1456, 1457, 1458 y 1464 son simples paseos militares sin finalidad bélica alguna y sin el entusiasmo y la cooperación de sus súbditos que encontró en el primer año de su reinado. Y así se dió el caso de que una de las expediciones (la de 1457) se realizara sóla y exclusivamente para diversión de la reina y sus damas18.

18La suite de la Chronique corrobore-t-elle ce jugement sévère ? Les affrontements semblent se réduire à des sorties ponctuées d’escarmouches dont le but véritable est la destruction des campagnes autour de Grenade. On lit en effet :

  • 19  Hechos, p. 13.

Su alteça estuvo algunos días talando y quemando y destruyendo todos los lugares e panes e huertas de la vega de Granada y de aquella comarca, y faziendo cada día grandes escaramuças con los moros19.

19Cette même tactique est répétée à Loja puis à Íllora, deux bourgades de la plaine grenadine, le monarque ne demeurant que deux ou trois jours au même endroit. La campagne militaire de 1458 prend alors fin. La Reconquête est bien, à travers ce témoignage, réduite à quelques expéditions dépourvues de toute stratégie ou de volonté d’annexion de terres. L’on comprend alors sans peine le mécontentement de la plupart des nobles qui désiraient des campagnes d’envergure, sources de gloire et de biens.

20Le retour d’Henri IV à Jaén et son séjour relativement long si l’on compare avec la durée des opérations guerrières – il y demeure une quinzaine de jours – peut être classé parmi un deuxième type d’itinérance, une itinérance que l’on pourrait qualifier d’agrément, et qui représente parmi tous les déplacements effectués par le roi et sa suite un pourcentage notable. Henri IV est ainsi reçu fastueusement et l’accent est mis sur les loisirs royaux :

  • 20  Hechos, p. 15.

Vinieron a la cibdad de Jahén que fue tres o cuatro días antes de la fiesta de San Juan ; donde el señor rey estovo quinze días, corriendo toros e jugando cañas e andando a monte de puercos e osos, e reçibiendo otros munchos serviçios e deportes que el señor condestable le buscaba e le fazía20.

21De fait, les expressions « correr monte » et « correr toros » vont se répéter dans la relation des activités royales. La chasse – qu’il s’agisse de la chasse au sanglier, à l’ours ou même au loup – est sans nul doute le passe-temps favori du monarque et ses voyages se justifient très souvent par la réputation giboyeuse de telle ou telle contrée. Quant aux courses de taureaux, elles semblent également avoir la faveur du roi et de la cour, peut-être au détriment des joutes et tournois certes mentionnés dans la Chronique, mais moins fréquemment que la chasse ou les exercices sportifs.

22Mais la Chronique, si elle présente bien la guerre contre Grenade et la chasse comme les activités préférées de la royauté et de cette aristocratie qui accompagne le roi dans ses déplacements, n’occulte pas pour autant l’aspect politique que peut prendre l’itinérance royale. Ainsi, de Jaén devenue insalubre sans doute à cause de la chaleur, Henri IV se rend à Úbeda où précise le texte, il demeure de la saint-Jacques jusqu’à la saint-Michel, c’est-à-dire du 25 juillet au 29 septembre. Durant ces deux mois, il se rend à Viños y Linares, deux villas qu’il veut donner au Connétable. Henri IV marque ainsi sa volonté politique, mais il doit reculer devant les pressions exercées par le marquis de Villena et Pedro Girón qui, selon le chroniqueur, jalousent le Connétable.

  • 21  Henri reçut Ségovie alors qu’il était prince des Asturies ; il en fit sa résidence principale et s (...)
  • 22  Hechos, p. 19.

23Fin septembre, la cour entame un long retour vers le Nord du royaume et se rend à Ségovie, ville qui fut avec Madrid, on le sait, la résidence préférée d’Henri IV21. Ségovie semble bien, selon la Chronique, servir en quelque sorte de base pour une série de déplacements de la cour dans la partie nord du royaume. La première destination royale est la villa de Treviño. Il s’agit d’un voyage que l’on peut aisément classer dans l’itinérance politique, puisque le but déclaré est de résoudre le conflit entre Pedro Manrique et la comtesse du lieu, mais la suite du récit, délaissant ce motif, s’attache à suivre le monarque dans ses déplacements ou plutôt ses loisirs. Le roi passe par Villafranca de los Montes de Oca, se dirige ensuite sur Santo Domingo de la Calzada, villa située sur le chemin de Saint-Jacques. Mais arrivé là, il passe le mois de novembre à chasser et ne décide que début décembre de rallier Ségovie. Ce retour est également prétexte à la chasse ; nous lisons en effet « Y se bolvió a la dicha cibdad de Segovia, aunque en el camino se apartó a correr monte a Barbadillo22 ». Sur le chemin, la cour s’arrête également au monastère d’Arlanza, là Henri IV se fait ouvrir la tombe du comte Fernand González ; il repart le jour même, fait étape à Cuevas Rubias, puis à Aranda de Duero et arrive enfin à Ségovie, sans doute courant décembre.

24Cependant l’itinérance de la cour en cette année 1458 ne s’arrête pas là ; le roi décide alors d’aller avec la reine passer les fêtes de Noël à Escalona. Ce dernier voyage est l’occasion pour le chroniqueur de nous donner plus de détails sur les conditions matérielles de l’itinérance royale : en accord avec la solennité du calendrier, le roi ordonne d’emporter des objets luxueux pour ses appartements et la chapelle ; on lit :

  • 23  Hechos, p. 19.

Para lo qual mandó levar de su cámara muchas imágenes de oro y plata muy ricas para su capilla, e munchas baxillas, así mesmo de oro y de plata, para su aparador, e munchos e ricos paños françeses e paramentos para las salas e cámaras del alcáçar de la dicha Escalona23.

25L’année 1459, ou du moins les quelques mois durant lesquels Miguel de Iranzo fait encore partie de la cour, donne lieu de la même manière à des déplacements incessants. Après l’Épiphanie, Henri IV retourne à Ségovie, mais apprenant que des malfaiteurs sévissent à Léon, il change de route. Le Mardi Gras, le monarque se trouve donc à Olmedo d’où il va visiter le monastère de la Mejorada, puis il fait étape à Medina de Campo et, toujours accompagné de la reine et de sa suite, se dirige vers Seca et Valeras où il chasse le lièvre. Enfin, Henri IV atteint León où il est reçu par la population en liesse. On lit en effet ces quelques lignes qui constituent la seule mention d’une entrée royale :

  • 24  Hechos, p. 22.

E así llegaron a la çibdad de León, donde el dicho señor rey y la señora reina fueron muy alegremente reçebidos de todos los cavalleros e escuderos e çibdadanos e donçellas y moças de aquella çibdad con cantares y atanbores e otros munchos entremeses24.

26Le monarque se consacre ensuite à la chasse autour de León, fait pendre quelques bandits et, au milieu du Carême, reprend son itinérance. Il traverse Mansilla, passe une semaine au monastère de Sahagun, autre grand centre de dévotion pour la monarchie castillane, puis va passer les fêtes de Pâques à Tordesillas avant de rejoindre Ségovie, sans doute au début du mois d’avril. À partir de ce moment, la Chronique ne fournit plus que rarement des indications sur les déplacements royaux puisque, en ce même mois d’avril, Miguel de Iranzo décide de quitter la cour pour rejoindre Jaén. Quelques pages plus loin, le chroniqueur mentionne encore la présence de la cour durant l’été 1459 à Madrid, ville que retrouve Henri IV après plus d’un an d’absence. Mais il n’est nul besoin de données supplémentaires pour caractériser l’itinérance d’Henri IV telle qu’elle est narrée dans la Chronique du Connétable.

27Premier point, l’itinérance d’Henri IV apparaît comme non planifiée et ne semble répondre à aucun souci d’ensemble, le monarque n’ayant manifestement pas le projet de connaître ni de parcourir les différents territoires de la couronne. Les déplacements de la cour sont rapides, les séjours dans les villes et les régions brefs pour la plupart, ce qui donne à cette itinérance royale un rythme à la fois saccadé et désordonné. Certaines villes comme Ségovie et Madrid paraissent avoir la faveur du monarque, mais il s’agit d’un choix plus affectif que politique. Aucune ville ne peut donc se prévaloir du rang de capitale ou même de centre politique. La cour est bien une cour nomade, tout comme la Casa et la Chancellerie. Sauf cas exceptionnel comme le séjour à Escalona lors de la Noël 1458, il n’est fait aucunement mention de meubles ou d’objets emportés, le roi et sa suite résidant sans doute soit dans des palais ou forteresses royales déjà pourvus – c’est le cas à Madrid où Henri IV réside dans son alcazar –, soit dans les demeures des grands nobles comme à Jaén où la cour seigneuriale de Miguel de Iranzo se transforme en cour royale, ou bien encore dans un monastère réputé qui recevra en échange quelque faveur royale.

  • 25  Voir à ce sujet J. TORRES FONTES, op. cit.., p. 12-15.

28Ensuite, il est possible de signaler des préférences géographiques significatives et d’esquisser une typologie des déplacements royaux. Tout d’abord, comme ses prédécesseurs, le monarque passe une grande partie de l’année dans le triangle formé par Ségovie, Madrid et León, qui constitue historiquement parlant le cœur politique de la Castille25. L’Andalousie représente également un point d’attraction fort pour le monarque ; certaines villes, comme Séville, Écija et Jaén, sont en effet privilégiées, en raison d’une part de la proximité du royaume de Grenade et, d’autre part, de la présence des grands lignages et des ordres militaires qui possèdent d’immenses seigneuries, le roi entendant par sa présence conforter son autorité. L’itinérance aurait donc une portée politique. Mais, nous l’avons vu, les déplacements d’Henri IV ne se font que rarement selon un projet concerté et avec une mise en œuvre efficace. Les déplacements sont au mieux des campagnes militaires qui restent sans résultat probant, soit des voyages d’agrément essentiellement motivés par la chasse et les jeux sportifs et chevaleresques, les visites à caractère spirituel se greffant très souvent sur les autres types d’itinérance.

29L’itinérance de la cour qui fut, durant tout le moyen âge une pratique de gouvernement, est, sous Henri IV de Castille et du León, durant la première décennie de son règne, déjà réduite à un mouvement aléatoire qui traduit, selon moi, le caractère velléitaire du monarque, ce qui confirme tout en le nuançant le témoignage des chroniques postérieures. Confronté à l’opposition de la plupart des grands lignages et donc de la cour même, la politique d’Henri IV fut faite d’atermoiements, de revirements et de négociations hasardeuses. La Chronique du Connétable nous montre le monarque en mouvement, plutôt qu’en action, habité, certes, par la volonté d’occuper l’espace géographique et politique, mais peu enclin à mettre en œuvre un programme défini de gouvernement. Il est alors possible de conclure que l’itinérance d’Henri IV ressembla fort à de l’errance, terme polysémique s’il en est.

Haut de page

Notes

1  Juan Cuevas Mata, Juan del Arco Moya et José del Arco Moya (éd.), La relación de los hechos del muy magnífico e más virtuoso señor, el señor don Miguel Lucas de Iranzo, muy digno condestable de Castilla, Jaén : Ayuntamiento/Universidad, 2001. Désormais Hechos. Cette édition se base essentiellement sur le manuscrit n° 2092 de la Bibliothèque Nationale d’Espagne. Il existe d’autres manuscrits : les manuscrits n° 18223 et n° 7329, toujours de la BNE, le manuscrit n° D-117 de la Real Academia de la Historia et le manuscrit n° 1 de l’Instituto de Estudios Giennenses.

2  Voir à ce propos Élisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque. Typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Paris : Honoré Champion, 1994. Citons parmi les textes les plus connus La vie de Guillaume le Maréchal, Le livre des faits de Boucicaut, La chronique de Bertrand du Guesclin ainsi que, pour l’aire hispanique, La Crónica de Álvaro de Luna, Los Hechos del maestre de Alcántara, don Alonso de Monrroy et La Historia de los hechos de don Rodrigo Ponce de León.

3  Voir pour une liste complète des documents insérés les p. LXXXII-LXXXV de l’introduction de Juan de Mata Carriazo (éd.), Los Hechos del condestable don Miguel Lucas (crónica del siglo XV), Madrid : Espasa-Calpe (Colección de crónicas españolas), 1940.

4  María del Pilar CARCELLER CERVIÑO, « El ascenso político de Miguel Lucas de Iranzo. Ennoblecimiento y caballería al servicio de la monarquía », Boletín del Instituto de Estudios Giennenses, 176 (1), 2000, p. 11-30. Consulter également « Cédula del rey don Enrique haciendo noble a Miguel Lucas de Iranzo con señalamiento de las armas que debía traer en el escudo », in : Memorias de don Enrique IV de Castilla, 2, Madrid : Real Academia de la Historia, 1835-1913, p. 141-143.

5  Michel GARCIA, « À propos de la chronique du Connétable Miguel Lucas de Iranzo », Bulletin Hispanique, 75, janvier-juin 1973, p. 5-39 ; Charles AUBRUN, « La chronique de Miguel Lucas de Iranzo », Bulletin Hispanique, 44, 1942, p. 40-60.

6  Diego de VALERA, Memorial de diversas hazañas, Crónicas de los Reyes de Castilla, Biblioteca de Autores Españoles (=BAE), LXX, 3, Madrid : Impr. de los sucesores de Hernando, 1930, p. 3-95, voir p. 49.

7  Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ, Itinerario de la corte de Juan II de Castilla (1418-1454), Madrid : Sílex, 2007. Cet auteur donne une liste des travaux consacrés à la question de l’itinérance de la cour castillane, voir p. 32-37.

8  Diego ENRÍQUEZ del CASTILLO, Crónica de Enrique IV, Aureliano SÁnchez MartÍn (éd.), Valladolid : Universidad, 1994 ; Alonso de PALENCIA, Crónica de Enrique IV, Antonio Paz y Mélia (éd.), BAE, CCLVII, Madrid : Atlas, 1973 ; María Pilar SÁnchez-Parra (éd.), Crónica anónima de Enrique IV de Castilla, Madrid : Ed. de la Torre, 1991 ; Diego de VALERA, op. cit.

9  Juan TORRES FONTES, Itinerario de Enrique IV de Castilla, Murcie : CSIC (Biblioteca « Reyes Católicos ») / Seminario de Historia de la Universidad de Murcia, 1954. Rosa María PALENZUELA GONZÁLEZ, Cargos de la cancillería de Enrique IV y aportación al itinerario, Valladolid : Universidad, 1970.

10  Angustias CONTRERAS VILLAR, « La corte del Condestable Iranzo. La ciudad y la fiesta », En la España medieval, 10, 1987, p. 305-322.

11  Le règne d’Henri IV est avant tout celui des bandos nobiliaires et des privados. Juan Pacheco, de petite extraction, entre à la cour comme page, puis devient majordome de l’infant héritier, reçoit le titre de marquis de Villena, est nommé en 1451 Adelantado mayor de Castille et maréchal en 1456 – il s’agit donc d’un parcours similaire à celui de Miguel de Iranzo. Mais Juan Pacheco rejoint en 1464 la ligue contraire au roi ; s’ouvre alors une série de conflits qui annoncent la guerre civile (1464-1474). Aux côtés du roi, demeurés fidèles, se trouvent le favori qui a succédé à Pacheco, Beltrán de la Cueva, et quelques grands lignages comme les Mendoza et les Alba. Les nobles révoltés prennent pour prétexte la supposée bâtardise de la fille du roi, Jeanne, – Henri IV est passé à l’Histoire sous le nom d’Henri l’Impuissant –, pour exiger du roi qu’il reconnaisse comme héritier son demi-frère Alphonse, encore enfant. Cette revendication débouche sur une série d’affrontements, entrecoupés de trêves et de revirements de la part d’Henri IV, qui vont durer jusqu’à sa mort en 1474. Sur le règne d’Henri IV, cf. entre autres Rogelio PÉREZ-BUSTAMANTE et José Manuel CALDERÓN ORTEGA, Enrique IV de Castilla 1454-1474, Palencia : La Olmeda (Reyes de Castilla y León. Corona de Castilla, XI), 1998.

12  Hechos, p. 3.

13  ALPHONSE X, Las Siete Partidas, José Sánchez-Arcilla Bernal (éd.), Madrid : Reus, 2004, p. 226.

14  Jaime de SALAZAR y ACHA, La casa del rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid : Centro de Estudios políticos y constitucionales, 2000, p. 38-46 ; Alvariño ALVÁREZ OSORIO, « La Corte : un espacio abierto para la historia social », in : Santiago Castillo (dir.), La historia social en España. Actualidad y perspectivas, Madrid : Siglo XXI, 1991. Miguel Ángel LADERO QUESADA, « La Casa Real en la Baja Edad Media », Historia, Instituciones, Documentos, 25, 1998, p. 327-350.

15  Jeanne ALLARD, « La naissance de l’étiquette : les règles de vie à la Cour de Castille à la fin du moyen âge », in : Nilda Guglielmi et Adeline Rucquoi (dirs.), El discurso político en la Edad Media, Buenos Aires : Consejo nacional de investigaciones científicas y técnicas ; Paris : CNRS, 1995, p. 11-28.

16  José Manuel NIETO SORIA, Ceremonias de la realeza. Propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, Madrid : Nerea, 1993.

17  J. de SALAZAR y ACHA, op. cit., p. 85.

18  J. TORRES FONTES, op. cit., p. 18-19.

19  Hechos, p. 13.

20  Hechos, p. 15.

21  Henri reçut Ségovie alors qu’il était prince des Asturies ; il en fit sa résidence principale et son refuge face aux contraintes du gouvernement. Durant la guerre civile, Ségovie passa un temps aux mains des nobles rebelles suite à la trahison de Pedraria Dávila. Voir à ce propos J. TORRES FONTES, op. cit., p. 12.

22  Hechos, p. 19.

23  Hechos, p. 19.

24  Hechos, p. 22.

25  Voir à ce sujet J. TORRES FONTES, op. cit.., p. 12-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghislaine Fournès, « L’itinérance d’Henri IV de Castille dans la Chronique du Connétable Miguel Lucas de Iranzo  (1458-1471) », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 18 décembre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/18867 ; DOI : 10.4000/e-spania.18867

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org