Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

Les déplacements de la cour portugaise

Deux axiomes et quatre hypothèses pour une comparaison des monarchies ibériques
Rita COSTA-GOMES

Résumés

En se fondant sur les itinéraires déjà publiés des souverains portugais de la fin du moyen âge et sur l’étude concomitante des résidences ou « lieux de pouvoir » royaux, on propose quelques conclusions sur l’itinérance royale au Portugal dans la perspective d’une comparaison entre les différentes monarchies ibériques. Cet essai ébauche cette mise en parallèle sous la forme de deux axiomes et de quatre hypothèses concernant les itinéraires royaux entre 1300 et 1500.

Haut de page

Texte intégral

1Doit-on considérer l’existence d’un « modèle ibérique » pour l’itinérance des souverains du moyen âge? Cette question qui a été posée par les organisatrices du colloque de 2008 tenu à Bordeaux exige de chaque spécialiste une démarche comparative. Et puisque j’ai été invitée à me pencher sur le cas portugais, sur lequel j’ai publié plusieurs travaux depuis 1993, je commencerai par un bref exposé de l’état de la question pour le Portugal, qui sera suivi d’une réflexion sur les principales questions suggérées par la comparaison avec les autres monarchies ibériques du bas moyen âge (entre 1250 et 1500).

Un état de la question : les itinéraires

  • 1  Pedro de Azevedo, « A Chancelaria de D. Afonso IV », Boletim da Segunda Classe da Academia das Ciê (...)
  • 2 Virgínia Rau (éd.), Itinerários Régios Medievais. Elementos para o Estudo da Administração Medieval (...)
  • 3  Maria Teresa Campos Rodrigues, « O Itinerário de D. Pedro I, 1357-1367 », Ocidente (2e Série), 82, (...)

2Considérons tout d’abord les conditions de base pour une étude de l’itinérance royale dans le royaume portugais, dans la période considérée. De quelles données dispose-t-on pour cette étude ? La publication des itinéraires royaux au Portugal a été entreprise de façon systématique par des chercheurs groupés autour de la médiéviste Virgínia Rau (1907-1973), qui a enseigné à la Faculté de Lettres de l’Université de Lisbonne dans les années 1950-1960, et autour de celui qui était alors son collaborateur, feu Oliveira Marques (1933-2007). Auparavant, on pouvait compter sur quelques travaux de diplomatique royale, parmi lesquels l’étude – toujours indispensable – de Pedro de Azevedo, historien-archiviste qui a produit en 1912 la chronologie de tous les diplômes du registre incomplet d’Alphonse IV (r. 1325-1357)1. Dès 1962, année de la publication des itinéraires du roi Denis (r. 1279-1325)2, d’autres travaux ont suivi, qui nous permettent aujourd’hui de suivre de façon presque ininterrompue la série des monarques portugais depuis la fin du XIIIe siècle jusqu’à la fin du siècle suivant3.

  • 4  Humberto Baquero Moreno, Itinerários de El-Rei D. João I, Lisbonne : Instituto de Cultura e Língua (...)
  • 5 Id., « Os Itinerários do Infante D. Pedro (1438-1448) », Revista de Ciências do Homem da Universida (...)
  • 6  Paulo Drumond Braga, « Itinerários do Príncipe D. João herdeiro do trono português : 1477-1478 », (...)
  • 7  Joaquim Veríssimo Serrão, Itinerários de el-rei D. João II (1481-1495), Lisbonne : Academia Portug (...)
  • 8  Saul António Gomes, D. Afonso V. O Africano, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2006, p. 291-307. (...)

3Le XVe siècle présente un panorama un peu plus complexe, puisque l’on attend toujours la publication de l’itinéraire complet du règne le plus long de cette période, celui d’Alphonse V (r. 1438-1481)4. Les itinéraires de ce monarque peuvent être reconstruits en partie, puisque l’on dispose de ceux du prince Pedro pendant la décennie 1438-1448, couvrant la régence de cet oncle du roi-enfant auquel furent confiés et sa garde et le gouvernement du royaume5. Mais il faut admettre ici l’hypothèse, certes vraisemblable, que les itinéraires du régent coïncident avec ceux du roi lui-même, puisque le pouvoir du prince Pedro dépendait largement de son contrôle de l’héritier du trône. On connaît aussi l’itinéraire partiel de l’héritier d’Alphonse V, le prince Jean (1477-1478)6, pour cette année cruciale, ainsi que pour la période correspondant au gouvernement de celui-ci, en tant que roi Jean II, de 1481 à 14957. À partir de sondages, Saul Gomes a tout récemment proposé une reconstruction globale des déplacements du roi Alphonse V – ce n’est pas encore un itinéraire complet, mais on approche de cet objectif8.

4Tous ces travaux donnent un panorama général des déplacements de la cour royale du Portugal qui couvre, en termes chronologiques, la période de 1279 à 1448, avec un seul hiatus pendant les deux décennies de 1340 et 1350. Pour la phase allant de 1448 à 1495 (mort de Jean II), on se trouve pour ainsi dire dans la situation inverse, puisque l’on dispose de données partielles pour les décennies de 1470, 1480 et 1490, qui peuvent servir en tant qu’échantillons de ce que serait toute la seconde moitié du XVe siècle.

  • 9  Luis Krus, « Historiografia Medieval » in : Giulia Lanciani et Giuseppe Tavani (éd.), Dicionário d (...)

5Deux remarques critiques sont nécessaires, si l’on considère cette série dans sa totalité. Soulignons d’abord que les archives de la chancellerie royale présentent quelques lacunes chronologiques. Quoiqu’il y ait des registres conservés pour la chancellerie royale portugaise à partir de la seconde décennie du XIIIe siècle – le plus ancien registre date de 1217 –, ils ne sont pas tous disponibles, la série étant accidentellement interrompue, par exemple, entre 1340 et 1360. Il faut aussi noter, d’autre part, que ces registres n’existent, dans de nombreux cas, que sous la forme de copies. Elles ont été réalisées justement au cours du XVe siècle, période de grande activité dans les archives royales, s’accompagnant de la production d’une historiographie du royaume émancipée de la vieille tradition des chroniques générales hispaniques9.

6Au Portugal, depuis 1434, comme dans d’autres royaumes européens, le chroniqueur officiel du royaume (cronista-mor) est aussi devenu le gardien des archives royales (guarda-mor da Torre do Tombo). Néanmoins, ces registres en copie de la chancellerie royale portugaise ne procèdent pas forcément, ni de façon univoque, d’un souci de réécriture de l’histoire. Ces copies, appelées registres « de nouvelle lecture » – leitura nova – ont été faites selon des critères pragmatiques, surtout en fonction de la valeur légale des chartes royales. D’autre part, l’histoire au XVe siècle s’écrivait, surtout, en tenant compte de sources narratives et de témoignages directs, plutôt que de la documentation conservée dans ces registres. Quoi qu’il en soit, et malgré la destruction survenue au XVIe siècle de nombreux livres originaux de la chancellerie royale, remplacés par la leitura nova, ces registres survivants en copie nous permettent de couvrir une grande partie des itinéraires royaux. Mais ils peuvent et doivent toujours être croisés avec d’autres sources, par exemple, celles provenant des archives locales ou les chroniques du royaume.

  • 10 Ainsi le démontre la comparaison des travaux de Maria Teresa Campos Rodrigues, par exemple, avec ce (...)

7Ceci explique la diversité méthodologique des approches des différents auteurs qui se sont penchés sur les itinéraires royaux portugais. Certains se sont exclusivement limités aux registres de chancellerie pour établir les itinéraires, alors que d’autres historiens ont eu recours à des sources complémentaires10. Ce problème apparemment négligeable ne l’est point, si l’on veut faire des comparaisons, par exemple entre deux règnes différents. Un corollaire à ce problème critique se pose, surtout pour la période plus tardive, si l’on se demande à partir de quand on peut identifier une tendance à la dissociation spatiale de la chancellerie elle-même, par rapport à la mobilité du souverain. Une réponse à cette question permettra l’évaluation critique des données obtenues à partir de l’eschatocole des documents enregistrés dans la chancellerie royale pour l’établissement des itinéraires des monarques du XVe siècle.

  • 11  On peut consulter, pour les lacunes et l’organisation de ce registre, le travail toujours valable (...)
  • 12 Cf. par exemple Armando Paulo Carvalho Borlido, A Chancelaria Régia e os seus oficiais em 1463, (di (...)
  • 13  Damião Peres (éd.), O Livro de Recebimentos de 1470 da Chancelaria da Câmara, Lisbonne : Academia (...)

8Tout ceci rend particulièrement intéressant le projet, annoncé à plusieurs reprises, mais pas encore achevé, de publier un itinéraire complet et exhaustif du roi Alphonse V. Car c’est justement par rapport aux 38 volumes de registres de chancellerie originaux conservés pour son règne, que quelques-uns de ces problèmes se posent11. Plusieurs sondages partiels démontrent que le roi s’est déplacé à différentes reprises séparément de sa chancellerie12. D’autre part, on connaît l’existence, grâce à la publication qu’en a fait Damião Peres, de registres propres de la Chambre de ce monarque, registres que l’on suppose composés à partir de documents émanant des secrétaires, et qui nous permettraient donc de reconstruire, en ce qui concerne les déplacements du roi, une série parallèle ayant valeur de contrôle par rapport aux données des registres de la chancellerie elle-même13.

  • 14  Notamment le projet « Biografias das Rainhas de Portugal », coordonné par Ana Maria S. A. RODRIGUE (...)
  • 15  Rita Costa Gomes, Dom Fernando (1345-1383), Lisbonne : Temas e Debates, 2009.

9Mais il ne faut pas trop s’attarder sur les problèmes diplomatiques, malgré leur importance dans l’établissement des itinéraires pour la période médiévale. La recherche portugaise actuelle commence à ouvrir un autre domaine, celui des rapports entre les déplacements de la cour royale et l’itinérance des reines, avec la publication systématique de biographies historiques des souveraines, récemment annoncée14. Le pouvoir central au moyen âge est itinérant. Mais la galaxie courtisane se compose de plusieurs entités, multipliant en son sein la même structure interne, dans un effet d’« autoreproduction » (self-replication) qui est propre à la structure galactique. La reine et sa maison représentent, dans le cas portugais, un noyau d’administration et de gouvernance propres, si éphémère et limité soit-il. Une cartographie des domaines qui ont fait l’objet de donations aux reines nous renseigne, en fait, sur un aspect fondamental des déplacements de quelques souverains, comme par exemple le roi Ferdinand I (1367-1383) qui fréquentait souvent les territoires de la reine Éléonore son épouse. La coïncidence des itinéraires du roi et de la reine peut même devenir, comme je l’ai suggéré pour ce monarque, un indice signifiant de la conjoncture politique15. Cette même observation a été faite pour les itinéraires du prince héritier Jean, par rapport à ceux de son père dans les années de 1477-1478 – moment délicat s’il en fût, puisque le roi, revenu de son voyage en France, reprit alors le gouvernement auquel il avait tout juste renoncé pour le placer dans les mains de son fils.

La problématique spatiale de la cour

  • 16  « Leal Conselheiro » in : Manuel Lopes de Almeida (éd.), Obras dos Príncipes de Avis, Porto : Lell (...)

10Avec ce rappel de la composition multiple et, donc, de la complexité interne propre à la cour royale, on amplifie notre perspective pour envisager la problématique spatiale d’ensemble soulevée par ce type particulier de configuration humaine. Le roi se déplace, mais comment et dans quelles modalités la cour se déplace-t-elle avec lui ? Le problème que l’on vient d’évoquer de la stabilité comparative des chancelleries et autres organes bureaucratiques n’est qu’un aspect particulier de cette question plus générale. La cour, dans sa version la plus restreinte, peut compter seulement quelques centaines d’individus. Mais dans son état le plus « stable », ainsi que le rappelle le roi Édouard du Portugal vers 1433, elle se compose de milliers de personnes, après quelques journées, voire semaines, d’étape en un même lieu16.

11On observe dans la cour souveraine médiévale l’existence de plusieurs limites spatiales concentriques. La cour proprement dite était le locus que déterminait la présence physique du souverain, selon la fameuse définition des Partidas du roi Alphonse X de Castille. Cette présence, néanmoins, n’était pas uniquement conçue en rapport avec la perception sensorielle directe que l’on pouvait avoir du corps tangible du monarque. Il s’agissait d’une présence plus diffuse, composée, si l’on peut dire, par emboîtement concentrique de plusieurs entités spatiales. Par conséquent, l’espace de la cour, dans son ampleur plus vaste, pouvait atteindre deux, voire cinq lieues de périmètre, l’équivalent de 10 à 25 kilomètres, soit une journée de chevauchée. C’était le rastro de la tradition castillane, appelé aussi corte au Portugal, espace juridique et pénal, aussi bien que réalité économique et d’approvisionnement. Son centre était le palais proprement dit et, à l’intérieur de celui-ci, un système de chambres, notamment la « chambre d’état » où la royauté trouvait son siège symbolique et emblématique dans un lieu d’accès restreint et contrôlé.

  • 17  Maurice Aymard et Marzio Romani (éd.), La Cour comme Institution Économique, Paris : Maison des Sc (...)
  • 18  Werner Paravicini, « Höfischer Raum », in : Gert Melville et Martial Staub (éd.), Enzyklopädie des (...)

12Ce système de limites articulait de façon sophistiquée les modalités de la présence royale, dans toutes ses manifestations. Il y aura donc un espace économique à étudier, avec les règles propres d’un marché spécifique que la cour représente et qui venait se surimposer aux réalités locales, tout aussi importantes quand on sait le degré assez variable d’intégration des circuits de l’échange dans la période médiévale17. On pourrait donner l’exemple de l’activité artisanale qui avait lieu à la cour : les artisans privilégiés de l’entourage royal étaient partiellement affranchis des contraintes corporatives et de métier propres aux villes où s’installait la cour. La présence du roi modifiait donc les circuits de la vente, de la consommation et de la production. Il y avait d’autre part un espace juridique, ainsi qu’un espace cérémoniel et de représentation, et les rapports entre les deux sont aussi à considérer. Il était défendu aux courtisans, par exemple, de se déplacer autrement qu’à cheval, critère lié aux hiérarchies internes de la maison royale et important pour la définition du statut social à la cour. Certains types de crimes étaient punis de façon particulièrement sévère lorsqu’ils avaient lieu dans les endroits marqués par la présence du roi. Et pour donner un dernier exemple d’analyse spatiale, il y avait des espaces de sociabilité, organisés aussi par la présence royale et par les différentes sphères d’activité liées à la cour même18. À quel point le roi pouvait-il, par exemple, se dérober à la compagnie d’autrui ? Quels mécanismes de solidarité et de patronage voit-on se dessiner dans ces milieux formés par les rapports fréquents et proches entre des individus fréquentant, par raison de leurs offices, la cour royale ?

Itinéraires et résidences : l’apport de l’histoire de l’art et de l’histoire urbaine

  • 19  José Custódio Vieira da Silva,Paços Medievais Portugueses, Lisbonne : Instituto Português do Patri (...)
  • 20  Artur de Gusmão, A Real Abadia de Alcobaça : estudo histórico-arqueológico, Lisbonne : Livros Hori (...)

13L’apport des historiens de l’art et de l’architecture à l’étude de ces problèmes doit toujours être pris en compte, surtout à une échelle plus réduite comme l’est celle des espaces résidentiels. Pour le cas portugais, les travaux pionniers de José Custódio Vieira da Silva fournissent une base essentielle, avec son traitement systématique de tous les paços (palais) conservés19. Malheureusement, l’étude des édifices disparus a été plus rarement entreprise, même lorsqu’on a des descriptions contemporaines ou des données archéologiques permettant tout au moins de les situer dans l’espace du royaume. L’étude monographique des nombreux monastères fréquentés par les monarques portugais est également faite, dans la plupart des cas, sans tenir compte des données des itinéraires royaux. Il nous faudrait encore une reconstruction valable des espaces à usage résidentiel, par exemple, auprès d’un monastère si important que celui de Alcobaça, lieu de pouvoir royal s’il en fût, souvent visité par les monarques, car utilisé comme espace funéraire royal20.

  • 21  António Henrique Oliveira Marques, « Depois da Reconquista. A Cidade na Baixa Idade Média » in: Ir (...)
  • 22  Nuno Senos, O Paço da Ribeira, 1501-1591, Lisbonne : Editorial Notícias, 2002.

14L’étude des résidences royales doit être faite aussi à plusieurs échelles, en tenant compte soit de leur situation géographique, soit de la topographie des lieux de pouvoir dans leur cadre urbain spécifique. Quelques résultats de cette recherche sont à rappeler pour le royaume portugais de la fin du moyen âge. Depuis sa conquête en 1147, Lisbonne devint une étape essentielle des itinéraires royaux, émergeant au XIIIe siècle comme la ville royale par excellence à l’intérieur d’une triade urbaine incluant aussi la vieille ville chrétienne de Coimbra et celle de Santarém, située dans la riche vallée du Tage. Les rois disposaient à Lisbonne de deux résidences principales ; l’une correspondait à un ensemble de bâtiments dans la vielle qasaba fortifiée des Musulmans et le second palais se trouvait à flanc decolline, mais toujours à l’intérieur de la muraille protégeant la ville islamique21. Ce dernier a été moins endommagé par les tremblements de terre survenus dans la décennie de 1360, qui auraient marqué le début du lent déclin du palais appelé « de l’alcáçova ». Au XVe siècle, les deux résidences étaient d’usage complémentaire, mais la localisation du trésor et des archives dans l’alcáçova est un indice que la vieille hiérarchie résidentielle subsistait, avant que le grand projet de construction d’un palais au niveau du fleuve, commencé autour de 1501, ne rende possible le transfert de la royauté vers les rives du Tage22.

  • 23 Voir les études réunies par Patrick Boucheron et Jacques Chiffoleau (éd.), Les Palais dans la Ville (...)

15Un cas bien différent est celui d’Évora, ville du Sud qui devint le second lieu de résidence royale au Portugal dans la deuxième moitié du XVe siècle, dépassant définitivement la petite ville de Santarém au début du XVIe siècle Le palais royal d’Évora résulta de la croissance extraordinaire du complexe résidentiel lié au couvent des Franciscains dans cette ville ; ses premières structures ne peuvent remonter bien au-delà du règne de Jean Ier (début du XVe siècle). Dans le cas d’Évora, la conquête progressive des lieux de pouvoir associés à la ville romaine (ou même islamique) a été, comme dans d’autres régions d’Espagne ou d’Italie, l’œuvre des évêques, mais les monarques s’intéressaient au développement d’autres pôles urbains et à l’utilisation de leurs espaces publics en tant que scénarios de la cour et de ses cérémonies. Les données disponibles sur l’histoire des villes portugaises nous révèlent le rôle important que les palais royaux ont joué dans leur évolution, un aspect qui peut être comparé de façon systématique avec le cas des villes castillanes, aragonaises ou catalanes23.

  • 24  Pour tout ceci, cf. Rita Costa Gomes, The Making of a Court Society. Kings and Nobles in Late Medi (...)

16L’usage des résidences « champêtres » constitue un autre domaine à explorer. Le cas exceptionnel de Sintra est un exemple de ce groupe typologiquement varié de résidences encore assez peu connues, dont plusieurs sont d’une certaine complexité. Le palais de Sintra aujourd’hui ne comporte plus l’ensemble résidentiel qui lui était adjoint et que l’on a démoli pour « dégager la façade », à la manière typique du XIXe siècle, mais on le voit encore sur les trois fameux dessins datant de 1509 attribués à Duarte de Armas. Les sources écrites signalent qu’au XVe siècle, lorsque la cour siégeait à Sintra, les courtisans logeaient dans ces maisons, situées autour d’un enclos doté d’un accès propre devant le palais. Cette ordonnance rappelle fort ce que devait être, par exemple, l’ensemble bâti du palais d’Almeirim, résidence « de retraite » dans la vallée du Tage dont la construction, qui s’étale de 1430 aux années 1460, a aussi été responsable de l’abandon progressif de Santarém comme étape favorite des rois24. Toutes ces résidences hors du cadre urbain – on en compte au moins une vingtaine en usage pour le XIVe et XVe siècle – se trouvaient à l’intérieur ou à proximité de zones de chasse soigneusement réglementées par les monarques portugais de la période médiévale.

Deux axiomes et quatre hypothèses

17L’effort de comparaison doit s’appuyer sur un ensemble de questions qu’il conviendra de formuler le plus clairement possible. Il sera peut-être utile d’en offrir quelques-unes, suggérées par le cas portugais, mais qui semblent être tout aussi pertinentes pour d’autres contextes ibériques, d’après les études publiées sur les monarchies de la Castille, de l’Aragon et de Navarre.

Premier axiome : la restriction spatiale

  • 25 Id., « Monarquia e Território : residências reais portuguesas, séculos XIV a XVI », in : id. et Gér (...)

18L’exemple portugais permet d’établir que les déplacements du roi et de la cour deviennent plus restreints au XVIe siècle, en termes de distribution géographique des étapes révélées par les itinéraires royaux. Cet axiome est corroboré par une comparaison des cartes établies pour la localisation des résidences royales portugaises, l’une pour les XIVe-XVe siècle (figure 1), l’autre pour le XVIe siècle (figure 2)25.

Figure 1 : Résidences royales (XIVe-XVe siècles)

Figure 1 : Résidences royales (XIVe-XVe siècles)

Figure 2 : Résidences royales (XVIe siècle)

Figure 2 : Résidences royales (XVIe siècle)

19Ces cartes montrent aussi que sous Manuel Ier (r. 1495-1521), le territoire dénommé Coutada Velha, portion significative du royaume médiéval dans laquelle certains gibiers étaient protégés au bénéfice du roi, a laissé place à une coutada très limitée centrée sur Lisbonne-Santarém et Évora. La plupart des résidences « champêtres » se trouvaient auparavant en rapport avec la Coutada velha et, en fait, Manuel et son successeur Jean III (r. 1521-1557) en ont fait don à des particuliers, précipitant ainsi une transformation profonde du réseau palatial hérité de la période médiévale.

Deuxième axiome : une géographie urbaine

  • 26  Armando de Castro, « Reguengos », in: Joel Serrão (éd.), Dicionário de História de Portugal, Lisbo (...)

20Les villes représentent les étapes les plus significatives de l’itinérance royale au Portugal, soit globalement en nombre de visites, soit pour la durée des étapes. Les itinéraires royaux sont une chaîne d’évènements répétés, ce qui veut dire que la visite du roi peut être traitée en tant que fait historique de répétition, en adoptant une approche quantitative élémentaire. Les indicateurs à compiler à partir des listes chronologiques des itinéraires publiés sont, d’une part, la durée de la visite royale – en journées de visite, i.e. nombre de fois où le monarque passe la nuit dans le même endroit – et, d’autre part, sa fréquence – nombre de visites à la même localité. L’objectif est de reconstruire, non seulement l’extension géographique de cette chaîne événementielle, mais aussi la densité des lieux fréquentés – distribution spatiale – et, à partir de ces données, d’analyser les configurations de la visite royale de la période finale du moyen âge. Or les données dont on dispose pour le Portugal indiquent que les étapes urbaines sont devenues dominantes au XVe siècle, en nombre de visites comme pour la durée des étapes. Pour expliquer cette tendance, il faut tenir compte non seulement de l’évolution des villes, mais aussi comprendre les processus de changement du réseau palatial dans son ensemble. L’itinérance royale au XIIIe siècle suggère encore, au Portugal, une corrélation significative des résidences champêtres avec la densité des propriétés royales – les reguengos – telles qu’elles se distribuaient en unités foncières plus ou moins compactes à l’intérieur du territoire. Or, on sait que la gestion même des reguengos a évolué au XIVe et XVe siècle, de façon à les faire passer souvent sous exploitation indirecte, tandis que leur poids relatif dans les revenus royaux décroissait de façon continue26. Un nouveau type de « palais » émergeait, comme le propose Vieira da Silva, même en dehors du paysage urbain.

Première hypothèse : l’itinérance laisse-t-elle des marques dans la ville ?

21Les monarques portugais ont établi avec les organismes urbains des rapports complexes que l’on peut reconstruire, comme on l’a vu pour le cas de Lisbonne, en tenant compte de l’histoire de chaque ville, de l’évolution de l’espace urbain et de la tendance générale à l’augmentation de la suite des rois, lorsque la cour séjournait assez longuement dans un même endroit. L’importance globale des étapes urbaines dans l’itinérance des souverains du bas moyen âge suggère donc que l’on recherche quelles seraient les marques physiques que ces visites nombreuses auraient laissées dans les villes mêmes. Je me bornerai à indiquer deux exemples que le cas portugais illustre parfaitement et dont il serait bien utile d’avoir des repères comparatifs pour les autres monarchies ibériques.

22L’évolution, à cette période, se caractérise à l’intérieur des villes par la duplication des résidences, qu’elles soient utilisées par d’autres membres de la famille royale – la reine, les princes de sang –, ou que les monarques se lancent à leur propre usage dans la construction de bâtiments d’un type nouveau. Les résidences fortifiées des alcáçovas contrastent avec les nouvelles résidences bâties après le XIIIe siècle, tant par leurs fonctions palatiales que leur topographie.

  • 27  La typologie de ces espaces connus dans le monde islamique ainsi que dans les villes chrétiennes s (...)

23Mon deuxième exemple est lié à l’évolution même de l’organisme curial, notamment avec les paiements faits aux serviteurs de cour au titre d’indemnités de gîte. Dans le cas de Lisbonne, des changements morphologiques tiennent à la création de bâtiments à usage collectif, les estaus. Comme leur nom même semble le suggérer, il s’agirait de structures d’origine méditerranéenne, associées au complexe de l’hospitalité (pandokeion, fondaco) ; jeunes courtisans et serviteurs y faisaient l’expérience d’un logement de fonction, dans une précarité de voyageurs27. Les bairros ou espaces résidentiels collectifs réservés aux serviteurs et clients à côté des résidences urbaines des nobles les plus puissants, aux XIVe et XVe siècle, procèdent d’un schéma analogue en plus modeste.

Deuxième hypothèse : y a-t-il des rythmes saisonniers dans l’itinérance ?

  • 28  Suzanne Daveau, Géographie historique du site de Coruche, étape sur les itinéraires entre Évora et (...)

24Les déplacements des monarques portugais étaient marqués par des rythmes saisonniers. Ceci apparaît lorsque l’on analyse les étapes urbaines séparément. Par exemple, la cour évite généralement Évora en été, saison préférée pour séjourner à Lisbonne ou à Sintra. L’automne et l’hiver se passent souvent à Santarém ou à Almeirim. L’association entre Lisbonne et Santarém est aussi importante en été qu’en automne, saison favorite pour la chasse au vol dans la vallée du Tage. Les étapes sur la rive gauche du grand fleuve – notamment Coruche – font office, comme le rappelle l’étude fondamentale de la géographe Suzanne Daveau, de véritables « plaques tournantes » des itinéraires royaux du XVe siècle ; elles articulent les deux trajectoires principales (fluviale et terrestre) reliant les grandes étapes urbaines, et jouent un rôle semblable à celui observé pour Lleida, par exemple, dans le cas de la monarchie aragonaise28. Qu’en est-il des autres monarchies ibériques ?

Troisième hypothèse : peut-on discerner une orientation géographique prédominante des itinéraires royaux ?

  • 29  José Mattoso, Identificação de um País. Ensaio sobre as origens de Portugal, Lisbonne : Estampa, 1 (...)

25La comparaison entre des cartes publiées pour le XIIIe siècle par l’historien portugais José Mattoso et celle construite par Gonzalo Menéndez Pidal à partir de l’œuvre de Ballesteros Baretta sur les itinéraires de Alphonse X de Léon-Castille, suggèrent une même orientation globale nord-sud du flux des voyages des rois et aussi une concentration sur un nombre restreint de routes prédominantes, pour les royaumes occidentaux de la péninsule ibérique29. On retrouve aussi des parcours d’importance prépondérante dans les pays de la Couronne d’Aragon et la Navarre, mais non l’axialité nord-sud. Les explications n’en sont peut-être pas entièrement satisfaisantes pour l’ensemble Castille-Léon et le Portugal. S’agirait-il seulement de la direction expansionniste de la Reconquête ou bien les monarques ne devaient-ils pas éviter des territoires pourvus d’immunités, comme cela a été étudié pour d’autres régions d’Europe, cette fréquence exprimant finalement l’hétérogénéité de ces territoires face au pouvoir des rois ? Cette dernière explication a été suggérée pour le cas portugais, en ce qui concerne par exemple les territoires du Sud, sous contrôle des ordres militaires.

Quatrième hypothèse : les lieux de pouvoir résistent-ils au passage du temps ?

  • 30  « Introduction », Lugares de Poder/Lieux de Pouvoir, p. 22-23.

26Le concept de « lieux de pouvoir », proposé par Gérard Sabatier comme « expression monumentale du pouvoir » attaché à la résidence du roi, a aussi l’avantage de mettre en relief la durée souvent pluriséculaire des lieux eux-mêmes, ainsi que l’importance des changements, abandons ou destructions qu’ils peuvent subir au long d’une période donnée. « Les lieux ne sont pas simple localisation, inscription spatiale, cadre passif et malléable. Ils ont une efficace propre. Produits de volontés, nécessités, hasards, à leur tour ils (ré)agissent, opérant un travail de façonnement, imposant des conduites, des reprises, des rejets »30. Pour le royaume portugais, on peut donner l’exemple des alcáçovas de Coimbra et de Lisbonne. L’ancien complexe résidentiel peut survivre jusqu’en plein XVIe siècle (Coimbra) et, même en changeant radicalement de fonctions quand il devient le nouveau siège de l’université – l’ancienne chapelle royale sert aujourd’hui encore en tant que Salle des Actes –, il exprime toujours, de façon éloquente, le patronage royal. À Lisbonne, l’usage des vieux palais de l’alcáçova, par exemple, par le jeune roi Sébastien Ier (r. 1557-1578) suggère l’empreinte durable de la mémoire des rois anciens du Portugal sur ces lieux, malgré la nouvelle magnificence de la résidence des rois de la Renaissance et sa topographie ouverte sur le fleuve et sur la mer. La dissociation topographique caractéristique de la ville islamique, où le pouvoir politique s’isolait dans un circuit propre (qasaba ou qsar),selon la tradition califale généralisée à l’époque des taifas, a fait place à de nouvelles implantations qui rendent les résidences royales plus « poreuses », voire en font des éléments destinés à être vus et à servir de repères marquants des parcours urbains, à la fin du moyen âge. Néanmoins, comme ces cas portugais semblent le suggérer, les vieilles structures ont toujours un rôle à jouer. Des comparaisons similaires sont à faire quant aux nécropoles royales, lieux par excellence d’une auto conscience dynastique, en étudiant notamment les calendriers liés à la commémoration des ancêtres dans son rapport à l’itinérance royale.

Conclusion

  • 31  Elizabeth Fitzpatrick, « Royal Inauguration Mounds in Medieval Ireland : Antique Landscape and Tra (...)

27Fait social total, l’itinérance royale fait partie de l’apparatus, de l’appareil symbolique de la souveraineté. Le cas portugais encore une fois le prouve. Il y avait donc au moyen âge un « pays royal » fréquemment visité, connu de façon intime par les monarques qui le parcouraient pour ainsi dire au ras du sol, au fil des saisons. C’est-à-dire qu’il y a une topographie du pouvoir à reconstruire, entretenant avec la géographie physique des royaumes ibériques un rapport que nous n’avons pas encore exploité de façon satisfaisante. Ainsi que le rappelle Elizabeth FitzPatrick dans son étude fascinante des « tertres royaux » (royal mounds) de l’Irlande médiévale : « si l’on veut faire la promotion d’une dynastie, ou affirmer le droit qu’aurait un roi à gouverner un territoire, on peut certes fabriquer des généalogies, on peut modeler le discours de l’histoire. Mais les monuments et les paysages anciens, réalité physique s’il en fut (et parmi ceux-ci il y en a qui durent des millénaires), ont aussi joué un rôle dans la validation du pouvoir monarchique ».31 Le modèle ibérique sera difficile à cerner si l’on se borne à analyser des caractéristiques communes de l’évolution des villes ibériques, liées à toute la problématique de leur passé islamique et des transformations survenues après la reconquête, c’est-à-dire surtout après le XIIIe siècle. Car la géographie urbaine de l’itinérance n’est qu’une partie, certes essentielle, de ce véritable système, un système fait de plusieurs parties interdépendantes et dont la cohérence et les fonctions de construction territoriale sont encore à étudier, dans leur dimension ibérique.

Haut de page

Notes

1  Pedro de Azevedo, « A Chancelaria de D. Afonso IV », Boletim da Segunda Classe da Academia das Ciências de Lisboa, 4, 1912, p. 180-199.

2 Virgínia Rau (éd.), Itinerários Régios Medievais. Elementos para o Estudo da Administração Medieval Portuguesa. I – Itinerário del-Rei D. Dinis, Lisbonne : Instituto de Alta Cultura / Centro de Estudos Históricos, 1962.

3  Maria Teresa Campos Rodrigues, « O Itinerário de D. Pedro I, 1357-1367 », Ocidente (2e Série), 82, 1972, p. 147-176 ; Maria Teresa Campos Rodrigues, « Itinerário de D. Fernando, 1367-1383 », Bracara Augusta, 32 (85-86), 1978, p. 181-228.

4  Humberto Baquero Moreno, Itinerários de El-Rei D. João I, Lisbonne : Instituto de Cultura e Língua Portuguesa, 1988 ; Id., Itinerários de El-Rei D. Duarte (1433-1438), Lisbonne : Academia Portuguesa da História, 1976.

5 Id., « Os Itinerários do Infante D. Pedro (1438-1448) », Revista de Ciências do Homem da Universidade de Lourenço Marques, 1, 1968, p. 1-168, rééd. in : Humberto Baquero Moreno, O Infante D. Pedro, Duque de Coimbra – Itinerários e Ensaios Históricos, Porto : Universidade Portucalense, 1998.

6  Paulo Drumond Braga, « Itinerários do Príncipe D. João herdeiro do trono português : 1477-1478 », Revista da Biblioteca Nacional, 2e Série, 5, 1990, p. 7-19.

7  Joaquim Veríssimo Serrão, Itinerários de el-rei D. João II (1481-1495), Lisbonne : Academia Portuguesa da História, 1993.

8  Saul António Gomes, D. Afonso V. O Africano, Lisbonne : Círculo de Leitores, 2006, p. 291-307.

9  Luis Krus, « Historiografia Medieval » in : Giulia Lanciani et Giuseppe Tavani (éd.), Dicionário da Literatura Medieval Galega e Portuguesa, Lisbonne : Caminho, 1993, p. 312-315 ; Peter Russell, « Archivists as Historians : The Case of the Portuguese Fifteenth-Century Royal Chroniclers », Portugal, Spain and the African Atlantic, 1343-1490, London : Variorum, 1995, [IX] ; Rita Costa Gomes,  « Zurara and the Empire : Reconsidering Fifteenth Century Portuguese Historiography »,  History of Historiography/Storia della Storiografia, 47, 2005, p. 56-89.

10 Ainsi le démontre la comparaison des travaux de Maria Teresa Campos Rodrigues, par exemple, avec ceux de Humberto Baquero Moreno.

11  On peut consulter, pour les lacunes et l’organisation de ce registre, le travail toujours valable de Anselmo Braamcamp Freire, « A Chancelaria de D. Afonso V », Arquivo Histórico Português, 2, 1904, p. 479-487, 3, 1905, p. 62-74, 130-154, 212-236, 401-440.

12 Cf. par exemple Armando Paulo Carvalho Borlido, A Chancelaria Régia e os seus oficiais em 1463, (dissertation de Mestrado), Porto : Faculdade de Letras do Porto, 1996, p. 12-13.

13  Damião Peres (éd.), O Livro de Recebimentos de 1470 da Chancelaria da Câmara, Lisbonne : Academia Portuguesa da História, 1974.

14  Notamment le projet « Biografias das Rainhas de Portugal », coordonné par Ana Maria S. A. RODRIGUES, Manuela SANTOS SILVA et Isabel DOS GUIMARÃES SA. Cf. aussi Ana Maria S. A. Rodrigues, « The Queen Consort in Late-Medieval Portugal », in : Brenda Bolton et Christine Meek (éd.), Aspects of Power and Authority in the Middle Ages, Turnhout : Brepols, 2007, p. 131-146 ; Id., « For the Honor of her Lineage and Body : The Dowers and Dowries of Some Late Medieval Queens of Portugal », e-Journal of Portuguese History, 5, 1, 2007, en ligne sur : http://www.brown.edu/Departments/Portuguese_Brazilian_Studies/ejph/html/issue9/html/arodrigues_main.html.

15  Rita Costa Gomes, Dom Fernando (1345-1383), Lisbonne : Temas e Debates, 2009.

16  « Leal Conselheiro » in : Manuel Lopes de Almeida (éd.), Obras dos Príncipes de Avis, Porto : Lello, 1981, p. 358.

17  Maurice Aymard et Marzio Romani (éd.), La Cour comme Institution Économique, Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1998.

18  Werner Paravicini, « Höfischer Raum », in : Gert Melville et Martial Staub (éd.), Enzyklopädie des Mittelalters, Darmstadt : WBG, 2008, 2, p. 285-292.

19  José Custódio Vieira da Silva,Paços Medievais Portugueses, Lisbonne : Instituto Português do Património Arquitectónico e Arqueológico, 2002.

20  Artur de Gusmão, A Real Abadia de Alcobaça : estudo histórico-arqueológico, Lisbonne : Livros Horizonte, 1992 ; José Custódio Vieira da Silva,O Panteão Régio do Mosteiro de Alcobaça, Lisbonne : Instituto Português do Património Arquitectónico e Arqueológico, 2003.

21  António Henrique Oliveira Marques, « Depois da Reconquista. A Cidade na Baixa Idade Média » in: Irisalva Moita (éd.), O Livro de Lisboa, Lisbonne : Livros Horizonte, 1994, p. 101-102.

22  Nuno Senos, O Paço da Ribeira, 1501-1591, Lisbonne : Editorial Notícias, 2002.

23 Voir les études réunies par Patrick Boucheron et Jacques Chiffoleau (éd.), Les Palais dans la Ville. Espaces Urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, Lyon : Presses Universitaires, 2004, en particulier les textes sur l’Espagne.

24  Pour tout ceci, cf. Rita Costa Gomes, The Making of a Court Society. Kings and Nobles in Late Medieval Portugal, Cambridge : Cambridge University Press, 2003, p. 331-332.

25 Id., « Monarquia e Território : residências reais portuguesas, séculos XIV a XVI », in : id. et Gérard Sabatier (éd.), Lugares de Poder/Lieux de Pouvoir, Europe, XVe-XXe siècles, Lisbonne : Fundação Calouste Gulbenkian, 1998, p. 84-105.

26  Armando de Castro, « Reguengos », in: Joel Serrão (éd.), Dicionário de História de Portugal, Lisbonne : Iniciativas Editoriais, 1971, 3, p. 563-564 ; cf. aussi, pour un exemple d’étude régionale, Rosa Marreiros, « O Património da Coroa na região de Leiria no tempo de D. Dinis », in:Actas do II Colóquio sobre a história de Leiria e a sua região, Leiria : Câmara Municipal, 1995, 1, p. 279-327 ; sur les tendances de l’évolution postérieure, cf. António Henrique Oliveira Marques,Portugal na Crise dos Séculos XIV e XV – Nova História de Portugal, Lisbonne : Presença, 1986, 4, p. 76-79, 305-306.

27  La typologie de ces espaces connus dans le monde islamique ainsi que dans les villes chrétiennes serait à « plan carré, une porte principale, des portiques et une cour centrale », Olivia Remie Constable, Housing the Stranger in the Mediterranean World : Lodging, Trade and Travel in Late Antiquity and the Middle Ages, Cambridge : Cambridge University Press, 2003, notamment p. 55.

28  Suzanne Daveau, Géographie historique du site de Coruche, étape sur les itinéraires entre Évora et le Ribatejo, tiré à part de Revista da Faculdade de Letras, IISérie, 2, 1984.

29  José Mattoso, Identificação de um País. Ensaio sobre as origens de Portugal, Lisbonne : Estampa, 1985, 2, p. 237 ; Gonzalo MénÉndez Pidal, España en sus caminos, Madrid : Caja de Madrid, 1992, p. 102.

30  « Introduction », Lugares de Poder/Lieux de Pouvoir, p. 22-23.

31  Elizabeth Fitzpatrick, « Royal Inauguration Mounds in Medieval Ireland : Antique Landscape and Tradition », in : Aliki Pantos et Sarah Semple (éd.), Assembly Places and Practices in Medieval Europe, Dublin : Four Courts Press, 2004, p. 72.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Résidences royales (XIVe-XVe siècles)
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/18853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 : Résidences royales (XVIe siècle)
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/18853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rita COSTA-GOMES, « Les déplacements de la cour portugaise », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 23 avril 2014. URL : http://e-spania.revues.org/18853 ; DOI : 10.4000/e-spania.18853

Haut de page

Auteur

Rita COSTA-GOMES

Towson University (USA)

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page