Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

La ville et la cour

Jean-Pierre BARRAQUÉ

Résumés

Saragosse, capitale affirmée de l’Aragon, souffre au XVe siècle de l’absence de ses rois. Aussi les rares séjours des souverains constituent-ils de véritables événements, d’autant qu’ils s’accompagnent de réunions des cortes. La ville offre de nombreuses possibilités d’hébergement ; pour le roi l’Aljafería, restructurée en véritable palais par les rois catholiques, pour les nobles, des palais disséminés dans la ville, dont le type mudéjar se définit alors, pour les plus humbles, les locations chez l’habitant. Ses couvents et sa cathédrale abritent les plus grandes réunions.
Pour la venue du roi, la ville organise les entrées les plus somptueuses et manifeste bruyamment sa joie. Mais la venue du roi et de sa cour contraint les autorités à redoubler de vigilance pour éviter les conflits et violences politiques et pour faire face aux perturbations économiques, surtout la hausse des prix.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Enrique Mainé Burguete, Ciudadanos honrados de Zaragoza, la oligarquía zaragozana en la Baja Edad (...)

1Saragosse est la capitale de l’Aragon, elle le dit et le répète dans tous ses textes et ses proclamations ; elle est la ville du couronnement, puis de la prestation de serment des rois. Tous les pouvoirs y affirment leur existence dans le vieux centre urbain ; là se trouve le palais archiépiscopal, la Diputación del reino, qui partage avec le Justicia le même bâtiment1. C’est quasiment dans le même espace si exigu, entre les églises de San Juan del Puente et de San Salvador que se déroulent les cérémonies de la religion royale, depuis 1204. Un peu à l’écart de la ville, à l’est des murailles, le palais musulman de l’Aljafería symbolise la présence royale et abrite le souverain et la famille royale, lors de leurs rares séjours.

Plan de la ville de Saragosse

Plan de la ville de Saragosse

Image en attente de droits

2En outre, la ville est le lieu privilégié des Cortes dans les périodes difficiles comme celle de la Unión, ou plus calmes, comme en 1438 et 1447. Aucun texte ne fait obligation aux rois de tenir les assemblées en un lieu précis, mais force est de constater que le nom de Saragosse revient souvent : sur les vingt réunions (on ne peut les qualifier toutes de Cortes) qui jalonnent la lutte des rois et de la Unión entre 1283 et 1301, onze se déroulent à Saragosse. Au XVe siècle, la politique expansionniste de la couronne, dans la péninsule italienne, puis en Castille, a pour conséquence l’absence presque permanente du roi de sa capitale aragonaise et la modification des institutions par l’apparition et l’affirmation progressives du gouverneur général. Les habitants de la ville ont une claire conscience des graves conséquences de cet absentéisme, comme le souligne Zurita à propos des événements de 1487 :

  • 2  Hiéronimo Zurita, Anales de la corona de Aragón, vol. 8, Ángel Canellas LÓpez (éd.), Saragosse : I (...)

También en Zaragoza y en todo el reino de Aragón se hacían diversos insultos y se cometían casos muy graves y atroces así por la larga absencia del rey como por la poca ejecución que había en castigar los delincuentes. El daño fue creciendo, de manera que no tenía remedio sino con la presencia del rey2.

  • 3  Luis GonzÁlez AntÓn, « Aragón y Alfonso V, modelo político institucional », in : Aragón en la Edad (...)

3De plus, la structure politique de la couronne accentue encore cet absentéisme, car, pour le roi, tous les grands moments politiques sont multipliés par trois et répétés à Barcelone, Valence et Saragosse. Le roi recherche dans l’itinérance de sa fonction, un des moyens de contrôle des gouvernements urbains et l’occasion de remédier aux conséquences politiques considérables des trop longues absences royales3. Cette mobilité permet de se rendre compte des problèmes locaux et, surtout, de négocier avec les communautés urbaines et religieuses leurs contributions à l’impôt. À la mobilité du roi, répond la concentration de ses sujets, quand il vient dans la ville. Comme les Fueros disposent que le roi doit présider les Cortes en personne, chaque séjour du souverain et de sa cour conduit obligatoirement à une réunion de l’assemblée dans la Cabeza del reino, la capitale.

4Ces particularités posent de façon originale la question des rapports entre le roi, la cour et la ville et font que la visite du roi et la venue de la cour restent des événements au sens plein du terme. Des sources assez rares nous montrent comment l’espace urbain est mobilisé et comment les autorités municipales font face à une situation exceptionnelle.

Les sources

  • 4  Archives municipales de Saragosse, Libros de pregones. Dans toutes les références que nous donnero (...)

5La présence de la cour ne laisse presque aucune trace dans la documentation qui nous est parvenue. La documentation municipale (représentée ici par les registres de délibérations ou leslivres de cris4, les libros de cridas pour utiliser le nom aragonais, déposés aux archives municipales de la ville, échelonnés au long du XVe siècle, quoique de façon irrégulière), reste étonnamment silencieuse sur l’entourage du roi, quand les sources sont prolixes à propos des cérémonies de la royauté. Un sondage effectué dans la documentation notariale s’est révélé particulièrement décevant. Nous avions retenu l’année 1453, date du baptême de Ferdinand le Catholique, époque à laquelle le roi de Navarre se trouvait à Saragosse, occupé à régler le conflit l’opposant à son fils. Cette cérémonie familiale revêtait une importance d’autant plus grande qu’il s’agissait de proclamer haut et fort, c’est-à-dire avec la plus grande pompe, la venue au monde d’un prince concurrent du fils rebelle. L’affirmation de Zurita est parfaitement claire :

  • 5  Hiéronimo Zurita, Anales…,7, Ángel Canellas LÓpez (éd.), Saragosse : Institución Fernando el Catól (...)

En el mismo tiempo que se procedía con tanto rigor contra el príncipe de Viana, se trató de celebrar el baptismo del infante don Hernando su hermano, con tan grande solemnidad como si fuera el primogénito de todos estos reinos y del de Navarra, por el cual se contendía, habiendo casi un año que había nacido en Sos, y difirío se esta fiesta por estar las cosas en tan gran rompimiento de guerra , y porque se hiciese en esta ciudad con todo el aparato y fiesta que la reina su madre deseaba5.

6En outre, la reine d’Aragon entre à Saragosse le 22 octobre et ne quitte la ville que le 2 novembre. Une comanda et une vente indiquent clairement la présence de personnages appartenant à la cour et occupant de hautes fonctions.

7Même s’il va de soi que les documents notariaux ne sont pas les documents les plus directement concernés par la vie de la cour, nous espérions trouver des actes qui auraient abordé directement les aspects matériels de la présence de si grands personnages dans la ville. D’autant plus que cette année 1453 est bien représentée au dépôt des protocoles puisqu’il ne contient pas moins de quinze minutiers ou protocoles pour cette année.

8Quant à Zurita, même s’il rend compte des événements politiques et nous fournit de nombreux noms et détails, dans ses Anales de la Corona de Aragón, presque toujours dans un sens favorable à la monarchie dont il est le chroniqueur officiel depuis 1548 jusqu’à sa mort en 1580, il ne s’abaisse pas à traiter de choses aussi viles que le logement ou le maintien de l’ordre.

La venue de la cour : un événement

9La venue de la cour se fait toujours dans des moments politiques importants : couronnement, puis plus tardivement prestation de serment du roi, désignation de l’héritier, menaces extérieures, mais aussi troubles politiques majeurs à l’intérieur du royaume lui-même. La première manifestation en est l’entrée royale.

Les entrées

  • 6  Christian GuillerÉ, « Le contrôle du gouvernement urbain dans la couronne d’Aragon », in : Las soc (...)

10Il est aisé de comprendre que les entrées jouent un rôle idéologique considérable, comme partout ailleurs en Europe, mais plus que partout, car la présence exceptionnelle du roi déchaîne conflits et revendications, et permet au monarque d’imposer sa grandeur à ses sujets6 ; au XVe siècle, les entrées royales sont largement préparées par les municipalités.

  • 7  1428, fol. 30r°, 18 décembre 1428.
  • 8  1433, fol. 28v°, 16 juillet 1433.
  • 9  1479, fol. 20-26, 17 et 20 juin 1479. Il y a sept cridas successives.

11La mention la plus ancienne d’entrée royale se trouve dans une crida fort modeste, de 1428, qui demande simplement aux habitants de nettoyer les rues et places de la ville por razon quel Senyor Rey deve entrar en aquesta ciudat7;un peu plus tard, c’est l’entrée de la reine de Navarre qui oblige au nettoyage des rues8. Mais les registres des cridas enregistrent une des cérémonies les plus importantes de la monarchie : le serment de Ferdinand le Catholique en 14799. Même si les textes de la ville se contentent de qualifier la cérémonie d’entrée, l’aspect très officiel est clairement marqué :

  • 10  1479, 17 juin 1479.

Por quanto el Senyor Rey deve nuevament venir como Rey et Senyor a aquesta ciudat (fol. 20v°)10.

Un peu plus loin nous trouvons l’explication de cette entrée si officielle :

  • 11  1479, 17 juin 1479.

Como el Senyor Rey don Ferrando nuestro Rey et Senyor deva entrar en esta ciudat e venir nuevament en aquella por jurar los privilegios e libertades del regno et de la ciudat (fol. 21v°)11.

Une fois l’itinéraire expliqué, le texte précise :

  • 12  1479, fol. 20v°, 17 juin 1479.

Et por que es justo que de su entrada se faga la fiesta et cerimonia (fol. 20v°)12.

  • 13  Toutes les localisations sont faites à partir de María Isabel FalcÓn PÉrez, Zaragoza en el siglo X (...)

12L’itinéraire suit le parcours habituel. L’entrée se fait par la porte du portillo, c’est-à-dire la route de l’Aljafería, le palais royal qui se trouve en dehors des murailles de la ville, le cortège traverse ensuite la población, le lotissement créé par les Chrétiens après la reconquête de la ville, avant d’emprunter le Cosso, c’est-à-dire qu’il longe l’ancien mur romain, pénètre par la porte Cinegia, se dirige vers l’ouest après l’église San Gil, sort de l’enceinte de pierre pour traverser le marché, rentrer à nouveau dans l’enceinte de pierre à la porte de Tolède, suivre la carrera mayor avant de tourner vers le nord au cap de la carrera et rejoindre le palais épiscopal13. Ce parcours qui n’aborde que la partie ouest de la ville, et évite soigneusement le quartier juif et le quartier maure, permet cependant de traverser les paroisses les plus peuplées (San Pablo, San Salvador), deux grands axes de circulation (cosso et carrera mayor), et de fréquenter les lieux de rassemblement économique (le marché) ou politico-religieux (la place de la Diputación). Ce sont bien des lieux politiquement et socialement significatifs qui sont ainsi fréquentés.

13La ville se pare pour fêter dignement l’événement. Ce sont les habitants eux-mêmes qui revêtent leurs plus beaux atours et, comme à toute occasion de manifestation publique, chacun doit balayer, nettoyer à grande eau et joncher devant sa maison avec de la paille.

  • 14  1479, 17 juin 1479.

Oyt que vos fazen asaber de part de los jurados de la ciudat a todas las confrarias de officios et qualesquieres personas de qualquier ley stado o condicion sian que todos se apparellen bien vestidos e abillados con toda la mayor fiesta e solempnidat que puedan mandando le que para el dia que el senyor rey entrara todos vayan e salgan a recebir la magestat del senyor rey lo mas honradament et bien et con la mayor fiesta que poran (fol. 20v°)14.

  • 15  1479, fol. 22v°, sans date.

14Dans un deuxième acte, les autorités municipales demandent à tous les ciudadanos, vezinos et habitantes, ainsi qu’aux paroisses, confréries et métiers, que tous les hommes se tiennent prêts pour sortir et accueillir le roi, dès que la cloche de San Jayme aura sonné15.

  • 16  1479, fol. 23, 6 juillet 1479.
  • 17  1479, fol. 24.

15Le 6 juillet une procession est organisée derrière les reliques de la ville, pour fêter l’entrée royale16. Les réjouissances se poursuivent avec des illuminations, des danses, des cris, comme pour fêter une victoire ; il est seulement précisé que ces réjouissances doivent avoir lieu à côté du palais. Le lendemain après midi, une course de taureaux est prévue au marché. Enfin le16 juillet pour répondre au désir du roi de visiter la ville, il est demandé aux artisans, principalement aux drapiers, argentiers et changeurs, de parer et décorer leurs boutiques et de réaliser la meilleure exposition qu’ils pourront17.

  • 18  1481, fol. 14v°.

16En 1481, lors de l’entrée de la reine de Castille, la population est appelée à s’associer plus activement aux manifestations officielles en mettant, la nuit tombée, des chandelles à la fenêtre, accompagnant ainsi les illuminations, organisées par les jurats, des grands monuments. Il est également demandé de frapper des bassines et de todas otras cosas de alegria. Pour soutenir l’enthousiasme des habitants, la ville menace d’une amende de 500 sous, ceux qui ne participeraient pas aux festivités18.

Les hébergements

17Si dans les petites villes comme Maella ou Valderobres, les réunions des Cortes rompent bruyamment la monotonie de l’existence quotidienne, la pompe politique se développe particulièrement à Saragosse qui s’affirme sans rivale comme le centre politique de l’Aragon. La ville est suffisamment équipée pour héberger, non seulement la cour qui accompagne le roi, mais aussi tous les Aragonais réunis dans l’assemblée ou qui viennent en plaignants ou quémandeurs à la rencontre de leur souverain.

18Le souverain réside à l’Aljafería, palais musulman dont l’origine se trouve dans l’apparition de la taïfa de Saragosse au XIe siècle. Pierre IV y avait déjà fait des travaux, en réformant la chapelle de saint Martin, en complétant le patio de santa Isabel et, peut être, en développant des jardins.

19Une mention des cridas peut laisser croire que le palais est relativement abandonné :

  • 19  1452, fol. 15v°, Crida de la Aljaferia.

Oyt que vos fazen asaber de part de los jurados de la ciudat que por quanto en la Aljaferia de la dita ciudat de noche et de dia muytos han atemptado e no cesan atemptar romper postigos et ahun puertas por entrar dentro en la dita aljaferia et con scaleras entran por somo la paret del corral de los leones e por otras partes et crieban tellas cerralas et fazen otros muytos danios (fol. 15v°)19.

La ville interdit de pénétrer dans le palais aux personnes non autorisées sous peine de 500 sous.

  • 20  José Luis Corral Lafuente et Francisco Javier Peña Gonzalvo (éd.), La Cultura islámica en Aragón, (...)

20Il ne faut pas s’étonner que les Rois Catholiques aient entrepris des campagnes de travaux assez importantes qui ont donné au palais son aspect actuel, en construisant un second étage sur la partie la plus noble du patio, auquel on accède par un escalier triomphal. Cet étage supérieur se divise en une série d’appartements autour du salon du trône et derrière ces pièces des appartements pour le séjour des souverains quand ils résident à Saragosse20.

21Il est probable que les membres de la noblesse se font, quand ils le peuvent, héberger dans les résidences nobles dont le type se précise alors. En effet, à partir du XVe siècle, s’affirme l’architecture mudéjar civile, typique de l’Aragon, dont on a pu définir les caractéristiques par l’usage de la brique comme matériau principal ; la façade structurée en trois niveaux, le troisième niveau étant constitué d’une galerie s’ouvrant sur l’extérieur par une arcature en plein cintre ; la prédominance des murs aveugles, sauf au troisième étage qui est largement ouvert ; l’avant-toit très développé qui accentue l’effet de mirador ; l’intérieur qui s’organise autour d’une cour (luna) à laquelle on accède par un patio. Ce sont ces résidences et les demeures patriciennes qui servent de références pour préciser les itinéraires quand les noms des rues n’y suffisent pas, à propos de l’itinéraire du cortège lors de l’entrée du roi en 1479 :

  • 21  1479, sans date.

Dentrara por la puerta del portillo et seguira por casa del noble don Lop Ximenez de Urrea (fol. 22v°)21.

22Nous ne possédons guère de renseignements sur les auberges ou les domiciles privés, mais nous savons que la location d’une pièce appelée palacio pour des durées parfois très courtes est une pratique courante.

23Un des atouts particuliers de la ville est le nombre important d’édifices laïcs ou ecclésiastiques de grande dimension qu’elle abrite et qui lui permettent d’offrir un cadre assez commode et suffisamment somptueux pour le déroulement de la liturgie politique opposant le roi et l’assemblée. Car il s’agit d’un véritable cérémonial qui apaise et encadre la violence des affrontements qui se déroulent dans le cadre du réfectoire des frères mineurs ou dans les salles de la Diputación.

24Le jour de l’ouverture des Cortes, une délégation de représentants se rendait au palais de l’Aljafería et en ramenait le roi, en grand cortège, jusqu’à la cathédrale, où était disposée un tribune, décorée des armes royales. C’est de là que le roi assis sur son trône, avec à ses pieds les principaux officiers, à sa droite les représentants de la noblesse et à sa gauche les représentants des villes, ouvrait la session. Si le roi présidait la session pour la première fois de sa vie, il devait prêter le serment accoutumé de respecter les fueros du royaume. Mais cette partie de la cérémonie étant publique, les huissiers et les gardes laissaient alors entrer tous ceux qui le désiraient.

25Le reste des sessions ordinaires se tenait dans le réfectoire des Dominicains, parfois à Santa María la Mayor, actuel Pilar ou, plus tard, quand la Diputación a possédé son édifice propre, l’assemblée s’y est normalement installée.

  • 22  Juan Ángel Sesma Muñoz, « Instituciones parlementarias del reino de Aragón en transito a la época (...)

26Cependant, pour notre propos, la présence d’une foule nombreuse assistant aux Cortes doit être nuancée. Le caractère excessivement procédurier des débats conduit à étendre considérablement la durée des sessions. En conséquence, beaucoup de membres de l’aristocratie laïque ou ecclésiastique se font représenter par des procureurs, tandis que les représentants de la petite noblesse ou les députés des villes cessent d’assister aux séances faute de moyens. Depuis 1307, la norme voulait que le roi convoquât le parlement tous les deux ans, obligation totalement oubliée sous les règnes d’Alphonse V et de Jean II entre 1416 et 1479, cependant parmi les quelques sessions convoquées, celle de 1446 a duré quatre ans et celle de 1451 six22. On peut logiquement en déduire que les premières séances, les plus solennelles, amènent un nombre assez considérable de gens, tandis que leur installation dans la durée ne maintient dans la ville qu’un nombre restreint d’assistants ou de procureurs. Devant une telle concentration, les autorités agissent.

Des mesures exceptionnelles

Assurer l’ordre « public »

27La venue de la cour ne réunit pas seulement un grand nombre de personnes, elle concentre également tous les affrontements socio-politiques qui divisent le royaume ou ravivent les séquelles des querelles antérieures. Si le mariage castillan est une opération politique de tout premier ordre, il reste l’objet de railleries de la part de la population de la capitale. En témoigne clairement un acte qui émane du roi et qui est relayé par les cridas ; il vise à ménager le meilleur accueil à la princesse de Castille :

  • 23  1479, 30 juillet 1479. L’onomatopée « huy » est utilisée pour manifester la douleur ou l’étonnemen (...)

ninguna persona de qualquier ley stado o condicion sian no sian osados escarnir ni dezir scortesia ninguna a los que vendran con la senyora princessa ni dezir le huy huy et esto dius pena de trezientos azotes et estar nueu dias en la carcel (fol. 25v°)23.

28Il est facile d’imaginer que les Aragonais pouvaient être tentés de moquer non pas l’épouse de leur roi, mais sa suite composée évidemment de Castillans, rivaux de toujours et parfois adversaires. La mesure est à la fois d’ordre public pour éviter les échauffourées et politique, puisqu’il s’agit d’affirmer la nouvelle alliance, née du mariage des deux souverains.

  • 24  1481, fol. 14, 8 juin 1481.

29En 1481, c’est au tour de la reine de faire son entrée ; les mesures sont les mêmes, on se contente d’y ajouter l’interdiction de porter une épée24.

  • 25  Nous rejoignons sur ce point María Isabel FalcÓn PÉrez, « Estatutos emanados del gobierno municipa (...)
  • 26  Rafael Narbona VizcaÍno, « Vida pública y conflictividad urbana en los reinos hispánicos (XIV-XV)  (...)

30La présence de la cour ne peut qu’exacerber les violences des bandos, entendus ici comme groupes nobiliaires, qui constituent en permanence un des éléments de la structuration politique du royaume. Cette lutte rejoint et complique les affrontements entre factions urbaines dont la bipolarisation est un des éléments structurant de la vie politique25. Les villes ont toujours été définies comme des organes administratifs et institutionnels, dont le conseil constitue une structure de pouvoir dominée par un petit groupe de familles qui jouissent de privilèges fiscaux, militaires et honorifiques26 ; pour la noblesse, avant tout rurale, le lignage s’affirme comme le moyen d’accumulation du patrimoine et de sa transmission. La défense des intérêts du groupe et la conservation de l’exercice du pouvoir restent les objectifs essentiels pour tous, qu’ils soient de petite noblesse (hidalgos) ou de bourgeoisie (ciudadanos). Ainsi, dans les pays de la couronne d’Aragon, des groupes urbains assez larges participent à la vie politique et maîtrisent les mécanismes de reproduction politique ; ils nouent des relations de toute nature avec des lignages extérieurs à la ville, portant des noms fameux, et constituent avec eux de véritables partis qui profitent de tous les moments de désordre général, mais sévissent également dans des périodes réputées plus calmes. La ville sert de champ clos au déchaînement des passions et des intérêts. Chaque épisode de grand affrontement est scandé, à Saragosse, par les modifications de l’organisation municipale.

  • 27  1409, fol. 10v°.
  • 28  1454, fol. 27v°, 13 juillet 1454.
  • 29  1472, fol. 21v°, 17 septembre 1472.

31Le souci de maintien de l’ordre est donc récurrent dans les ordonnances municipales. Il s’agit de mettre bon ordre à ces rivalités ; dès 1409, est publiée une Crida que alguno no ayude a otro en la ciudat por manera de bandarizo27. Ailleurs on parle d’aplegamiento de gent darmas28. Cette mesure, toujours justifiée par l’ordre public, est parfois renforcée par des considérations de politique générale. En 1472, la même interdiction de rejoindre les bandos veut éviter de mettre en péril la récupération de Barcelone29 ; elle se répète régulièrement tout au long de la période comme en 1474 :

  • 30  1474, 1er juillet 1474.

mandan requieren e amonestan a todos et qualesquieres ciudadanos e vezinos de la dita ciudat que no sian osados ni puedan fazer valença alguna directament ni indirecta de gentes o rocines pora bregas o bandos dentro la dita ciudat o terminios de aquella a baron noble cavallero o infançon dius pena de cincientos sueldos (fol. 16r°)30.

32Mais ces troupes menaçantes ne se limitent pas à des gens de qualité, ainsi la description suivante est particulièrement éloquente :

  • 31  1479, sans date.

Attendido et considerado que algunos nobles barones e grandes hombres vienen secretament a la ciudat losquales stan secretament en la dicha ciudat en algunas casas de algunos ciudadanos vezinos e habitadores de la ciudat sobredicha llosquales trahen consi personas omicidas scandalosas e de mala fama e vida e que no fazen sino buscar bregas et bolicios en la dicha ciudat (fol. 2v°)31.

33Les mesures prises sont alors évidentes : interdiction pour les nobles, comme pour les autres, de porter des armes avec une véritable police pour les surveiller ; mesures individuelles contre certains d’entre eux ou mesure collective contre tous les nobles. Ceux d’entre eux qui viennent en ville en 1440 sont tenus de prêter serment de respecter les nouvelles ordonnances, sous peine de devoir quitter la ville immédiatement. Ainsi, le 4 mars, Pedro de Uerca refuse catégoriquement de prêter ce serment et renâcle à quitter la ville malgré la demande expresse des jurats.

  • 32  1488, fol. 7, 11 avril 1488.
  • 33  1472, fol. 22, pour donner une trêve ou repos aux bandes qui sont en train de se préparer dans le (...)

34Les autorités interviennent dans des querelles précises comme le montre la crida de 1488 qui porte sobre la bandosidat de Mossen Francia y Fadrich de Urries. Elle interdit à tous les habitants de recevoir ou de prêter aide au dernier nommé sans rien nous révéler sur le fond de la querelle ; nous savons seulement qu’il a quitté sans autorisation la ville et qu’il y est revenu secrètement32. L’intervention est souvent de plus grande ampleur ; les jurats n’hésitent pas à enrôler des hommes pour servir d’escorte à l’archevêque, à un député du royaume et à un jurat qui se mettent en route a dar algun sessigo o resposo en los bandos que de present stan preparados conmoverse en el dito regno de losquales sperara la tregua33.

35Dans les cas extrêmes, il est possible de recourir au privilegio de los veinte. Il permet une mobilisation de tous les hommes de la ville qui, formant une véritable milice urbaine, peuvent rentrer en campagne contre les récalcitrants, et tout cela sous la protection du roi.

  • 34  1482, fol. 1.

36Pour compléter la panoplie, la ville peut aller jusqu’à priver les contrevenants de leurs droits de citoyens. Très précisément dans ce cas, les nobles sont privés de leurs droits de vecinos par une crida comme celle du 4 juillet 1482, intitulée (si l’on en croit un titre rajouté postérieurement à la rédaction de l’acte) De desavezinamento de los procuradores del capitulo de caballeros et hidalgos qui annonce la privation des droits civiques de quelques nobles por justas causas !34

37La vigilance de la ville doit également s’exercer dans des domaines plus délicats à maîtriser, en particulier celui de la fixation des prix.

Les mesures économiques

  • 35  1469, fol. 4, 15 avril 1469.

38La surveillance des marchés et des prix qui y sont pratiqués est pour les autorités urbaines un souci constant. Les produits de l’alimentation qui sont les plus sensibles politiquement et socialement sont particulièrement surveillés, ce qui nous explique la fréquence des cridas concernant des choses apparemment humbles comme les sardines, les volailles ou le poisson séché. Le but de cette politique nous est rappelé en 1469, à propos de l’huile por proveyr a la necessidat del olio e que la ciudat haya abundancia de aquel35.

39La situation est jugée normale quand les ressources de la ville suffisent à l’approvisionnement ; en cas d’excédent, la ville se contente d’interdire la venue de marchandises étrangères pour éviter une baisse trop prononcée des cours. Mais c’est très logiquement quand la conjoncture se tend, quand la marchandise se fait rare, que la réglementation se fait plus contraignante.

  • 36  1481, fol. 21v°, septembre 1481.

40La venue de la cour conduit à la désorganisation complète des marchés et des produits. La présence d’une population nombreuse, disposant pour une partie de ressources abondantes, provoque une hausse brutale des prix. Ce n’est pas un hasard si l’année 1481, marquée par le séjour de plusieurs mois de la cour, nous fournit une abondante documentation concernant les prix. Nous retiendrons ici, à titre d’exemple, celles qui visent à maîtriser les prix de l’huile cette année-là. La première mesure est une fixation des prix, sans égard pour le mécanisme habituel qui permet de déterminer ordinairement le juste prix. Les jurats imposent à tous ceux qui détiennent de l’huile dans la ville de cesser de la stocker et de la vendre au prix fixé ; en outre, l’entrée d’huile étrangère est autorisée, voire encouragée36. Lorsque les autorités se résolvent à faire entrer dans la ville de l’huile étrangère, elles n’hésitent pas à donner un sauf conduit à ceux qui apportent le précieux produit.

  • 37  1482, fol. 12, sans date.

41Ces mesures sont destinées à éviter la spéculation. Il s’agit d’abord de contraindre ceux qui ont de l’huile à la mettre sur le marché ; ceux qui ne le font pas sont punis de 60 sous d’amende ou de trente jours de prison37.

42Cette montée brutale de la demande, due à la présence de la cour, met à bas la logique fondamentale du marché médiéval. Ce dernier, en effet, ne se contente pas de mettre en contact des acheteurs et des vendeurs, car, en réalité, ceux qui y participent sont les deux à la fois. On y vient à la fois pour acheter et pour vendre ; en règle générale, la vente d’un produit permet d’en acheter un autre sur le même marché, et cela du plus humble village jusqu’aux foires de Champagne. Toute l’activité du marché est réglée par le fait que des vendeurs se livrant à des productions plus ou moins spécialisées doivent y trouver leur compte pour permettre les achats qu’ils envisagent. Ces vendeurs acheteurs vont, bien entendu, chercher à vendre au plus haut prix et tenter d'acheter au plus bas prix.

43Tous les vendeurs qui apparaissent sur le marché sont assurés ou presque de l’écoulement de leurs marchandises. De plus, la qualité du travail préalable fourni par le vendeur est considérée comme garantie. Le postulat essentiel de l’échange marchand est que le bien offert a atteint la qualité nécessaire permettant à ses acheteurs de satisfaire leur besoin, ce qui rend nécessaire l’existence de travailleurs spécialisés et d’organisations qui encadrent et garantissent leur production. C’est dans ce contexte que s’inscrit la notion de juste prix qui permet au vendeur de vivre décemment, en rémunérant correctement son travail, sans pour autant atteindre un prix prohibitif pour l’acquéreur. La présence de la cour fait exploser ce système en introduisant dans ce subtil équilibre une demande au sens moderne du terme qui ne correspond guère à un apport de biens et qui pousse les prix à une hausse, hors des proportions habituelles du marché, détruisant en partie la possibilité d’établir un juste prix.

44Au total, la venue de la cour représente des enjeux très différents pour les différents secteurs de la société urbaine. Elle engendre une série de festivités qui viennent enrichir le déroulement normal des liturgies urbaines, mais impose aux autorités des mesures de surveillance encore plus rigoureuses pour maintenir l’ordre ou contenir les prix. Cependant, en dehors des cérémonies proprement dites et des petits cercles qui gravitent autour du pouvoir. La documentation laisse l’impression d’une certaine indifférence de la population urbaine face à l’arrivée de ce groupe social et culturel qui lui demeure étranger.

Haut de page

Notes

1  Enrique Mainé Burguete, Ciudadanos honrados de Zaragoza, la oligarquía zaragozana en la Baja Edad Media (1370-1410), Saragosse : Universidad, 2006. Susana Lozano Gracia, « Las parroquias y el Poder Urbano en Zaragoza durante los siglos XIV y XV », En la España Medieval, 29, 2006, p. 135-151.

2  Hiéronimo Zurita, Anales de la corona de Aragón, vol. 8, Ángel Canellas LÓpez (éd.), Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1990, livre XX, chapitre LXXII.

3  Luis GonzÁlez AntÓn, « Aragón y Alfonso V, modelo político institucional », in : Aragón en la Edad Media sesiones de trabajo / V Seminario de Historia Medieval. El Estado en la Baja Edad Media : Nuevas perspectivas metodológicas, Saragosse : Universidad, 1999.

4  Archives municipales de Saragosse, Libros de pregones. Dans toutes les références que nous donnerons, lorsqu’il s’agira des Libros de pregones nous nous contenterons de donner l’année et le folio. Pour la présentation précise de la source, cf. María Isabel FalcÓn PÉrez, « Estatutos emanados del gobierno municipal de Zaragoza en el siglo XV », in : Jean-Marie Cauchies et Éric Bousmar (dir.), « Faire bans, edictz et statuz ». Légiférer dans la ville médiévale, Bruxelles : Publications des Facultés Universitaires Saint-Louis, 2001. Nous utiliserons aussi des références tirées des Actos comunes,cf. Javier Cisneros Coarasa, Actos comunes de los jurados de Zaragoza (1440-1496), Saragosse : Institución Fernando El Católico, 1986.

5  Hiéronimo Zurita, Anales…,7, Ángel Canellas LÓpez (éd.), Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1988, livre XVI, chapitre VIII.

6  Christian GuillerÉ, « Le contrôle du gouvernement urbain dans la couronne d’Aragon », in : Las sociedades urbanas en la España medieva, XXIX semana de estudios medievales, [Estella 2002], Pampelune : Gobierno de Navarra, 2003.

7  1428, fol. 30r°, 18 décembre 1428.

8  1433, fol. 28v°, 16 juillet 1433.

9  1479, fol. 20-26, 17 et 20 juin 1479. Il y a sept cridas successives.

10  1479, 17 juin 1479.

11  1479, 17 juin 1479.

12  1479, fol. 20v°, 17 juin 1479.

13  Toutes les localisations sont faites à partir de María Isabel FalcÓn PÉrez, Zaragoza en el siglo XV. Morfología urbana, huertas y término municipal, Saragosse : Institución Fernando el Católico, 1981.

14  1479, 17 juin 1479.

15  1479, fol. 22v°, sans date.

16  1479, fol. 23, 6 juillet 1479.

17  1479, fol. 24.

18  1481, fol. 14v°.

19  1452, fol. 15v°, Crida de la Aljaferia.

20  José Luis Corral Lafuente et Francisco Javier Peña Gonzalvo (éd.), La Cultura islámica en Aragón, Saragosse : Diputación Provincial, 1986, p. 76

21  1479, sans date.

22  Juan Ángel Sesma Muñoz, « Instituciones parlementarias del reino de Aragón en transito a la época moderna », Aragón en la edad media, 4, 1981, p. 221-234.

23  1479, 30 juillet 1479. L’onomatopée « huy » est utilisée pour manifester la douleur ou l’étonnement.

24  1481, fol. 14, 8 juin 1481.

25  Nous rejoignons sur ce point María Isabel FalcÓn PÉrez, « Estatutos emanados del gobierno municipal de Zaragoza en el siglo XV », in : J.-M. Cauchies et É. Bousmar (dir.), « Faire bans, edictz et statuz. »…, p. 365-396.

26  Rafael Narbona VizcaÍno, « Vida pública y conflictividad urbana en los reinos hispánicos (XIV-XV) », in : Las sociedades urbanas en la España medieval…, p. 541-589.

27  1409, fol. 10v°.

28  1454, fol. 27v°, 13 juillet 1454.

29  1472, fol. 21v°, 17 septembre 1472.

30  1474, 1er juillet 1474.

31  1479, sans date.

32  1488, fol. 7, 11 avril 1488.

33  1472, fol. 22, pour donner une trêve ou repos aux bandes qui sont en train de se préparer dans le royaume desquels on attend la trêve.

34  1482, fol. 1.

35  1469, fol. 4, 15 avril 1469.

36  1481, fol. 21v°, septembre 1481.

37  1482, fol. 12, sans date.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan de la ville de Saragosse
Légende Image en attente de droits
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/18806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre BARRAQUÉ, « La ville et la cour », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 16 juillet 2011, consulté le 31 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/18806 ; DOI : 10.4000/e-spania.18806

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre BARRAQUÉ

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire Framespa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org