Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

Nourrir et loger la cour de Sanche IV (1292-1294)

Sophie Coussemacker

Résumés

S’occuper du confort matériel d’une cour itinérante de 300 à 400 personnes pose des problèmes logistiques. La cour de Sanche IV est connue en 1293-94 par les comptes de l’espensero croisés aux plaintes devant les Cortes de Valladolid de 1293. Le journal des dépenses permet de reconstituer des itinéraires (autour de Valladolid, Burgos, Toro et Palencia), la cour se scindant parfois en deux.
Les déplacements sont gérés par l’acemilería, avec une quarantaine de mules, et la location de bêtes de somme et de charrettes. Le logement, aux mains des posaderos, se fait surtout dans des localités où les réquisitions suscitent nombre de plaintes. Un droit d’hospedaje leur est parfois versé. Le confort de la cour est modeste, si l’on en juge par les achats du respostero.
Pour nourrir la cour, il y a l’accueil complet par les villes, le jour d’arrivée ; le yantar restreint en théorie, mais collecté au-delà des villes de passage ; le conducho, réquisition contre remboursement, qui donne lieu à un enregistrement minutieux ; et des achats réels proches du conducho.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Madrid, Archivo Histórico Nacional (A.H.N.) 985b, original, et Biblioteca Nacionalmss 13090, copie (...)
  • 2  Jaime SALAZAR Y ACHA, La Casa del Rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid : Centro de estu (...)

1Des archives comptables de la monarchie castillane, il ne reste quasiment rien, sauf quelques épaves dont les cuentas du règne de Sanche IV1. Elles constituent un document exceptionnel pour la compréhension de la gestion quotidienne de la cour. Il s’agit d’un dossier d’une cinquantaine de pièces, qui couvre une courte période chronologique : de décembre 1292 au 13 novembre 1294, les deux années où Johan Bernalt a tenu en main la charge de grand dépensier (espensero mayor). L’espensero, subordonné direct du grand majordome, est la cheville ouvrière de la vie de la cour2 : il est chargé de l’achat des vivres et de l’approvisionnement de la cour, de la répartition des rations alimentaires à ceux qui mangent au palais, il redéploie aussi entre les différents services subalternes l’argent reçu du majordome pour régler leurs frais de fonctionnement, et il est enfin chargé de verser leur quitación, leur solde, aux nobles, aux officiers, et aux domestiques de l’hôtel. Les hommes de l’hôtel sont « nourris » réellement et symboliquement par l’homme qui nourrit aussi le roi.

  • 3  Celles-ci sont déjà, à l’époque, organisées suivant une ‘année comptable’ qui court du 1er août au (...)

2Destitué en novembre 1294, Johan Bernalt a fait l’objet d’une minutieuse enquête (pesquisa) ; c’est dans cette optique que lui-même, ou les autorités chargées de vérifier ses comptes, ont réuni un dossier concernant aussi bien la répartition des dépenses faites sur ordre3 que les recettes fiscales en amont, et des distributions où il n’est pas intervenu directement. L’enquête se poursuit au moins jusqu’en janvier 1295, date de son ultime reddition de compte.

  • 4  Sur ces questions, l’étude essentielle reste celle de Nilda GUGLIELMI, « Posada y yantar », Hispan (...)

3Si l’existence du dossier exceptionnel est avant tout dû à cette pesquisa, les Cortes de Valladolid qui se sont tenues en 1293 témoignent de revendications répétées de la part des représentants des villes, reprochant au roi et surtout à sa « compagnie » des abus et des dérives dans le droit de gîte ou de pourvoyance, ce que l’on appelle en Castille les posadas (réquisitions de logement) et surtout les yantares et conduchos, réquisitions de vivres, abonnées en argent ou encore exigées en nature4. C’est peut-être pour répondre à ces récriminations, à ces frictions entre la cour et la ville, que les autorités centrales ont décidé d’être irréprochables dans leur gestion des rentrées fiscales et des dépenses destinées à l’hôtel.

Une cour en déplacement

Compter les hommes

4Les contraintes liées au déplacement d’une cour varient, de toute évidence, selon son volume.

5Les comptes de l’espensero ne permettent pas d’évaluer l’ensemble de l’hôtel, et moins encore de la cour, mais seulement ceux qui constituent la « compagnie » du roi. Même au sein de celle-ci, tous ne sont pas salariés à la même enseigne.

  • 5  Cf. notamment compte d’Yzrael, pour le complément de quitaciones versées par lui sur les 35 000 mr (...)
  • 6  Le cœur en est le double corps des gardes et des arbalétriers, comportant au moins 42 hommes. Les (...)
  • 7  Nómina por que diese de vestir a la compannia del Rey, de l’évêque de Tuy à don Bartholomé de Monr (...)

6Les listes d’officiers recevant une quitación des services de l’espensero font état de 180 à 190 hommes, lorsque les paiements sont effectués régulièrement et sans trop de retard5. La compagnie militaire et les gardes représentent la moitié des effectifs6. Mais ces listes ne prennent pas en compte environ 140 à 150 valets et domestiques, notamment liés aux écuries, aux mules et à la chasse du roi, qui mangent à la table du roi, mais ne reçoivent en plus que 2 ou 3 mrs par mois, sous forme de livraison de chaussures, et parfois des livrées annuelles de drap. La liste des livrées de drap de septembre 1293 montre aussi que les chambellans sont plus nombreux que les 6 hommes payés par l’espensero (36 s’y ajoutent) et fait apparaître aussi 18 clercs de la chapelle, 38 messagers à pied ou à cheval et d’autres encore7. Les diverses listes ne se recoupent donc pas totalement, mais ne s’additionnent pas non plus.

  • 8  Lors de l’hiver et du printemps 1075, Alphonse VI voyage en compagnie de 226 personnes, avec 200 c (...)
  • 9  450 hommes pour l’hôtel du roi, plus une quarantaine pour l’hôtel d’Aliénor de Castille, et d’autr (...)

7Au total, on peut évaluer l’hôtel et la compagnie du roi au moins à 300 personnes (450 pour l’estimation la plus haute), ce qui semble être une moyenne normale et déjà atteinte sous le roi Alphonse VI à la fin du XIe siècle8. On atteint probablement le volume de la cour que le roi d’Angleterre Édouard Ier emmène avec lui lors de son long séjour en Gascogne entre 1286 et 12899. Mais l’on est loin de la cour de France.

Déplacements, itinéraires et circuits

8L’itinérance de la cour pendant ces deux années s’explique, pour l’essentiel, par les stratégies politiques du roi. Une fois que la cour a quitté l’Andalousie, après la campagne de Tarifa, elle voyage surtout dans le Nord du pays, avec une polarisation nette sur Burgos et Valladolid. Plusieurs déplacements sont motivés par de grandes entrevues royales, liées aux rivalités entre Jacques II d’Aragon et Charles d’Anjou sur la question sicilienne et au sort des trois fils de Charles, otages du roi d’Aragon. Le long séjour à Guadalajara (janvier - février 1293), puis les excursus castillans en direction de l’Aragon, jusqu’à Tarazona, en février 1293, ou Molina de Aragon, en juin et enfin le séjour de Logroño (juillet - août), sont liés à cette question.

9Par la suite, le roi et sa suite sont surtout occupés à mater les habituels désordres causés par les trublions de la famille royale, le frère du roi don Juan, et don Juan Núñez de Lara, ainsi que Diego de Haro. Sanche IV et la reine passent leur temps à réunir des troupes pour lutter dans le Nord contre eux ; c’est ce qui motive une expédition en Biscaye en septembre 1294, alors que le roi est pourtant déjà malade. Mais les déplacements royaux peuvent aussi être liés à sa récréation, une partie de chasse autour de Castrojeriz (avant l’expédition vers Vitoria) est ainsi mentionnée dans la chronique et confirmée par l’itinéraire royal.

10La grande précision des comptes de Johan Bernalt pourrait permettre une étude très fine des itinéraires, des choix de route (suivant les fonds de vallée fluviale lorsque c’est possible), des choix d’étapes ou de la vitesse de déplacement de l’hôtel, qui progresse en moyenne de 20 à 30 km par jour, parfois 40 km au mieux, en phase de déplacement global. L’espensero a été jusqu’à noter, parfois, le lieu d’étape de fin de matinée, là où la cour a pris son almuerzo, ou mieux encore, son yantar, son déjeuner. Sinon, dans la majorité des mentions, la ville signalée dans le compte est celle de l’étape de la nuit, là où la cour a dû trouver hébergement.

11Les villes retenues pour l’étape d’un soir peuvent n’être que le fruit du hasard, des repères franchis sur un itinéraire lié aux motivations des déplacements de la cour. D’autres villes, au contraire, sont choisies comme lieu de stationnement de la cour pour un temps plus ou moins long, soit parce que les circonstances l’ordonnent (entrevues diplomatiques), soit parce que le roi y dispose pour la cour d’un hébergement pratique et y revient régulièrement. L’analyse des lieux de résidence royale sur les 695 jours considérés montre que le roi et la cour sont passés au total dans 142 lieux différents (sous réserve de quelques doublets possibles). Quatre localités se détachent du lot et totalisent à elles seules 55% (382 jours ½) des séjours royaux.

12Valladolid a sans aucun doute la préférence du roi (près de 29% de l’ensemble), avec 6 séjours dont l’un de plusieurs mois, puis viennent Burgos (13%), Toro (7%) et Palencia (6%). Ces villes accueillent parfois le roi pour des durées excédant le mois. Au total, les 17 séjours les plus longs représentent plus de 65% de l’ensemble, alors que le reste des déplacements royaux sont émiettés sur des passages d’une à deux nuits au plus

La compagnie scindée

13En de rares occasions, le roi se sépare de la compagnie. Il s’agit parfois d’aller rapidement au devant du roi ou de la reine d’Aragon pour les recevoir (avant les entrevues de Guadalajara en janvier 1293) ; le roi chevauche alors léger avec une compagnie réduite, sur 18 à 20 km dans un sens puis dans l’autre, effectuant l’aller retour dans la journée. En d’autres occasions, le roi peut aussi laisser la compagnie suivre tranquillement son chemin, par exemple en septembre 1293, entre Burgos et Valladolid, par petites étapes, tandis que lui-même et une troupe réduite font un bref excursus d’un à deux ou trois jours dans les environs, peut-être pour aller y rencontrer un allié politique, ou pour des raisons de pur loisir (une excursion de chasse), la chronique ne permet pas de trancher. On en voit plusieurs exemples dans les comptes.

  • 10  Ces petites dépenses annexes intègrent des rémunérations aux messagers, le renouvellement de quelq (...)
  • 11 Cuentas, p. CXXXII.

14Deux séparations un peu plus longues, en février et mars 1294, sont remarquables. C’est une période où la cour, dans son ensemble, séjourne très longuement à Valladolid : si l’on ne tient pas compte des « virées » royales, au total, elle y reste du 9 février au 30 juin 1294, soit 141 jours de suite. À deux reprises, le roi effectue une excursion de 7 à 9 jours dans les environs, parcourant la première fois 160 km en une large boucle au sud-ouest, puis 150 km par le sud-est. Une brève mention dans les dineros de fuera de mars 129410 laisse penser à une partie de chasse : 100 mrs ont été payés à l’une des panetières, por pan banco que dio et pinonadas a la reyna, mientre el Rey fue a caça11. Pendant que Sanche IV chassait, Maria de Molina se faisait livrer des douceurs, peut-être à l’occasion des fêtes pascales. Mais le roi sait joindre l’utile à l’agréable et la tournée festive est l’occasion d’une abondante collecte de yantares, on va le voir : le motif fiscal a-t-il été à l’origine du déplacement ou n’en est-il que la conséquence (intéressante), il est difficile de trancher.

15Lorsque le roi se déplace en compagnie réduite, combien d’hommes emmène-t-il avec lui ?
Les comptes ne détaillent les dépenses réalisées pour le roi d’un côté, et pour le reste de la compagnie d’autre part, que sur ces deux déplacements longs de février et mars 94. Les dépenses affectées à l’entourage du roi varient entre 1/3 pour le premier séjour, et 50% env. pour le second. Cela ne signifie cependant pas qu’il faille imaginer que le roi est accompagné par 1/3 de la cour ou la moitié de son hôtel, il est fort probable que les dépenses affectées à la table du roi lui-même excèdent celles allouées au reste de la compagnie et de la domesticité de l’hôtel. Même pour le second voyage, le roi ne se déplace peut-être qu’avec une escorte restreinte. Mais on voit se dessiner ici un hôtel à géométrie variable, dépendant des circonstances et du gré du roi. On ignore malheureusement qui furent les hommes appelés à le suivre ainsi de près.

Au quotidien, gérer la vie d’une cour itinérante

  • 12  Michel Ángel LADERO QUESADA, « La Casa Real en la baja Edad Media », Historia, Instituciones, Docu (...)
  • 13  Les premières ordonnances de l’hôtel royal français sont plus anciennes (v. 1261) mais l’hôtel cas (...)

16L’organisation de la maison du roi de Castille est à la fois bien connue pour le XVe siècle12 et assez méconnue pour la période antérieure, car l’on peine à faire coïncider textes normatifs et réalités comptables. Aucune ordonnance ni même un règlement de l’hôtel ne permettent, pour cette époque, d’établir une division claire entre ce qui relèverait du grand majordome et du grand chambellan, ou de dégager une organisation hiérarchisée en services. L’organisation du document comptable répond à ses logiques propres et ne correspond pas aux grandes organisations mentales de l’espace curial que l’on trouve dans la seconde des Siete Partidas, par exemple, ou dans les Leges palatinæ de Jacques II de Majorque et son exportation – adaptation aragonaise (plus récentes d’une quarantaine d’années)13.

Des déplacements gérés par les services de l’acemilería

17La gestion logistique des déplacements du mobilier, des cuisines et provisions, et des hommes aussi, est aux mains de ce que l’on pourrait appeler la « muleterie » (par néologisme).

  • 14  On ne distingue cependant pas de caballerizo mayor à cette date, et le service semble très subordo (...)
  • 15  M. Á. LADERO QUESADA, art. cit., p. 335-336 sur l’acemilería, estime à 70 à 100 bêtes de sommes ce (...)

18C’est l’un des services les mieux dotés en personnel14 et même subdivisé en plusieurs sections : les muletiers « de base » sont entre 30 et 40, auxquels il faut ajouter le muletier affecté à la seule mule du roi, 4 muletiers de cuisine et, selon les comptes, au moins 2 pour la chapelle et les orgues et 2 autres pour les livres (de chœur ou de chancellerie, difficile à dire). S’y ajoutent 12 hommes chargés de veiller au soin des chevaux et 12 valets, plus les services annexes, les monteros chargés de traquer et de rabattre le gibier, les valets des chiens (mozos de los canes), les responsables des autours et de la fauconnerie et quelques valets qui travaillent en étroite collaboration avec les muletiers, au total 140 à 150 personnes15.

  • 16 Cuentas, dineros de fuera février 1294, p. CXXIX-CXXX.
  • 17  Crónica de Sancho IV, in : Cayetano Rosell (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla, desde d. Alfo (...)

19Les comptes sont moins précis concernant le nombre de bêtes de somme. Par les mentions des dineros de fuera, on perçoit la présence permanente de 4 mules affectées aux cuisines, objets de soins réguliers. Ces mules sont bâtées et sellées, avec une couverture de selle, des têtières et un harnachement spécifique que l’on devine sur les miniatures des Cantigas. En février 1294, de façon exceptionnelle, tout un harnois est acheté pour une quarantaine de mules, dépense qui a nécessité la location de deux charrettes16. Il semble donc que les quarante muletiers étaient affectés en permanence au soin et à la conduite de ces quarante mules. S’y ajoutent celles réservées au roi, outre quatre chevaux destinés à la monte royale et particulièrement choyés. Quant à la reine, il semble qu’elle voyage à dos de mule ou de cheval, elle aussi, les comptes n’évoquent aucun palanquin (comme celui qui illustre une vignette des Cantigas), même lorsqu’elle est enceinte de plus de huit mois de l’infante Béatrice, à la fin de l’année 1293 (elle accouche à Toro)17.

  • 18  On est cependant loin des théories de chariots accompagnant certaines cours dans leurs déplacement (...)
  • 19  « En razon de las azemilas que tomauan los mios omes e de las reynas e de los infantes e de los ri (...)

20D’autre part, si l’hôtel ne semble pas posséder de charrette, il arrive à l’espensero d’en louer, on l’a vu18, de même qu’il loue souvent des mules, mulets, ânes ou bêtes de somme pour compléter l’écurie de l’hôtel. Il s’agit parfois seulement de 2 à 4 bêtes, destinées à faire venir un approvisionnement jusqu’au lieu de séjour de l’hôtel, mais pour des déplacements de longue durée, on peut louer 30 à 60 bêtes de somme (pour 20 jours de route de Cordoue à Guadalajara ; puis en août, septembre et octobre 1293), à un prix standardisé de 1 maravédi par animal et par jour de location, encore que l’adéquation entre la durée du trajet et la somme inscrite dans les comptes soit assez floue (par exemple de Logroño à Burgos le voyage dure 8 jours mais la location ne porte que sur 6 jours). Dans tous les cas de figure, la location ne prend pas en compte le temps de retour des bêtes et de leurs muletiers. Il est aussi possible que certaines mules n’aient jamais été restituées à leurs propriétaires ; des plaintes des cités affluaient encore aux Cortes à l’époque de Ferdinand IV, à propos de ces abus19.

L’installation de la cour : logement et régulation des rapports avec la ville

  • 20  Les problèmes sont d’autre part distincts selon que la cour fait étape dans un centre urbain, dans (...)
  • 21  « Alors le roi Sanche ordonna installer les tentes de campagne entre Logroño et Viana et là se voy (...)

21Lorsque la compagnie du roi fait étape le soir, la première question qui se pose est celui de l’accueil matériel de son importante suite, non seulement les individus mais aussi les mules, les attelages éventuels, les troupeaux de bétail qui suivent la cour. Les problèmes sont différents, s’il s’agit du début d’un long séjour qui peut courir sur plusieurs semaines20. En dehors du montage de tentes provisoires lors des entrevues de Logroño21 (évoqué dans la chronique, sans laisser de traces dans les comptes), quelles sont les solutions retenues ?

  • 22  L’existence du palais royal de Medina del Campo n’est bien documentée qu’à partir du milieu du XIV(...)
  • 23  Compte de Johan Gomes, lieutenant de la forteresse et responsable des travaux au moins depuis 1289 (...)

22Le souverain lui-même et le noyau central de la cour résident le plus souvent dans une forteresse royale. Les villes traversées, notamment celles qui abritent l’hôtel pour un long séjour (Valladolid, Burgos, Toro et Palencia), possèdent toutes une ou plusieurs forteresses et résidences royales, dotées d’un caractère militaire encore très marqué ; il en va de même avec des villes choisies pour les rencontres diplomatiques, comme Guadalajara (dont l’alcazar, remanié au XIIe siècle, était à même d’accueillir deux cours), ou d’autres villes d’étape ou d’accueil comme Tordesillas, Medina del Campo22, Cigales ou Cuéllar, où la cour séjourne à plusieurs reprises pour deux ou trois jours, ou encore Villa Real, seule forteresse royale au cœur de la Manche, terre d’ordres militaires. En revanche, pendant ces deux ans, le roi ne se rend pas dans l’un de ses plus forts alcazars, Tolède, non seulement parce que son itinéraire n’y incite pas, mais les comptes permettent aussi de préciser qu’à cette période, il est en travaux, et que l’on retape las tiendas del rey que yasien derribadas dellos23.

  • 24  F. de P. CAÑAS GÁLVEZ, op. cit., p. 141-142 cite le mss A.H.N. Cod. 985b fol. 75, i.e. le manuscri (...)

23Le roi fait aussi fréquemment appel à l’hospitalité d’un monastère ou un palais épiscopal. Il se fait à plusieurs reprises héberger par des évêques, notamment à Burgos, Sigüenza, Osma, Calahorra ou León, par des dignitaires cathédraux, ou encore par les monastères bénédictins de Sahagun et Oña. Il passe aussi souvent par San Esteban de Gormaz. À Valladolid comme à Burgos, les couvents cisterciens de Las Huelgas ont aussi pu accueillir le roi ou la reine, surtout (Maria de Molina est restée très attachée à celui de Valladolid). Sanche IV aurait aussi résidé dans le monastère de Nuestra Señora de Palazuelos, non loin de Valladolid, souvent utilisé par la famille royale au moyen âge, et largement doté et protégé en retour24. Enfin, des villes dans lesquelles il séjourne longuement (Valladolid, Toro, Palencia) ou passe souvent (Benavente) abritent des couvents dominicains protégés par la cour.

24Le roi peut enfin faire appel à l’hospitalité de certains grands princes mais le cas est plus rare (9 jours en tout). Il préfère d’ailleurs l’hospitalité du trésorier de la reine, don Yehuda, à Cordoue, ou des merinos mayores de Galice et des Asturies, Juan Ruiz et Sancho Martínez de Leyva, à celle des Lara ou des Haro, dont la fidélité est toujours sujette à caution.

25Mais lorsque la cour se présente dans une localité qui ne dispose pas d’une véritable forteresse capable de l’accueillir, et où même les maisons des grands seigneurs locaux ne sont pas suffisantes pour abriter plus de deux cent personnes, il faut alors recourir à la posada, la réquisition de logements et l’hébergement chez l’habitant.

  • 25  J. SALAZAR, op. cit., p. 301-306 sur l’aposentador mayor et ses services.
  • 26  Les dineros de fuera mentionnent « un servidor que llevo las cartas del conducho a Villa Real, II  (...)
  • 27  N. GUGLIELMI, art. cit., p. 15-16, p. 18-22. « De las behetrias que son en Castiella e de sus fuer (...)

26La répartition des logements pour le roi et l’ensemble de la comitiva sont gérées par les posaderos25, dont deux ou trois sont mentionnés dans les comptes de Juan Bernalt, à propos de leurs salaires. Les comptes ne disent que peu de choses sur leur travail. En arrivant dans une ville, l’espensero envoie des serviteurs à la ville d’étape suivante, avec des cartas de conducho, des réquisitions de vivres26 ; leur travail consiste à prévenir les villes traversées de l’arrivée prochaine du roi et à réunir les victuailles nécessaires à son approvisionnement, mais on peut penser qu’en même temps, ils préparent et organisent le logement de la mesnie royale. De fait, dans le Fuero Viejo de Castille, les droits de posada et de conducho levés par les seigneurs de behetrias sont étroitement imbriqués, même s’ils ne sont pas réductibles l’un à l’autre (le modèle de ce droit de gîte pour le roi et sa compagnie est clairement, en Castille, celui des seigneurs de behetrias)27.

  • 28  Ces plaintes perduraient encore aux Cortes de Valladolid de 1307 : les députés critiquent ceux qui (...)
  • 29 Cortes de Valladolid, 1293, § 7. Cortes de León y Castilla…, 1, p. 106.
  • 30  Sur l’alguazil et ses rapports avec le Justicia mayor, J. SALAZAR, op. cit., p. 217-220.

27Dans l’idéal, un hébergement réussi est le résultat d’une subtile négociation qui doit concilier les intérêts de la suite royale et ceux de la ville obligée de l’héberger. Des représentants de la ville (juges, alcaldes, merino, sayon, selon les fueros locaux), négocient pied à pied avec les posaderos pour faire respecter les privilèges des personnes exemptées de droit, et même toute installation forcée chez un habitant réticent. Cependant, la multiplication des plaintes durant tout le règne, notamment lors des Cortes de Valladolid de 1293, témoigne de vives tensions, de dégâts et de saccages commis par ces suites nombreuses et turbulentes, mais surtout de réquisitions arbitraires effectuées par les posaderos et vécues comme des affronts par les villes28. Le roi dut négocier, tout en faisant reconnaître que le posadero tranchait en dernier ressort29. Il est possible que le roi ait veillé à privilégier les lieux de résidence les moins vecteurs de nuisances pour les concejos (les châteaux royaux). Il a aussi confié à l’alguazil, l’officier chargé du maintien de l’ordre, partout où séjourne et réside la cour, le soin de veiller à ce que nul ne soit lésé dans ses biens ou sa personne, qu’il soit lui-même courtisan ou marchand ou habitant de la ville qui accueille la cour30.

  • 31  Cf. N. GUGLIELMI, art. cit., p. 29-33 sur l’hospedaje, qu’elle assimile au droit de posada. Elle n (...)
  • 32  Les sommes portent sur 144 mrs 7 d. le 2 juillet, et 128 mrs 5 s. le 14 juillet.

28Enfin, il est possible que la cour ait payé un droit d’hospedaje aux hôtes hébergeurs dans les villes traversées, ou du moins une sorte de remboursement, que ce soit pour les lits, la paille des chevaux, la literie, ou l’eau et le bois de chauffe fournis, ou un dédommagement pour des dégâts occasionnés31. On en a un indice ténu au mois de juillet 1293 : à deux reprises, à Mazarex et Villafranca, le grand majordome Juan Mathe de Luna semble avoir payé ou du moins « donné » quelque chose por hospedado, bien que dans le second cas, les frais de bouche de la cour aient été en grande partie assumés par l’hôte du roi, Juan Núñez de Lara, moins un léger reliquat pris par l’espensero à sa charge32. S’il a existé ailleurs des transactions financières semblables, elles n’ont pas laissé de trace, soit qu’elles n’apparaissent pas comme un poste à part (s’il y a eu règlement, il peut être invisible, inclus dans la dépense quotidienne qui serait en fait une addition des frais de bouche et des frais de logement), soit qu’elles aient été réglées par le grand majordome ou les posaderos, directement.

  • 33  Hilda GRASSOTTI, « El repostero en León y Castilla (siglos XII-XIV) », Cuadernos de Historia de Es (...)
  • 34  Siete Partidas, II, 9, 12.Le service est traité en même temps que le camarero. La literie, les vêt (...)
  • 35  En 1294, Johan Bernalt a reversé aux reposteros (Johan Manso, Domingo Pérez et Ferran Gutierrez) l (...)

29Le confort de la cour en mouvement est confié aux bons soins du repostero33.
Il s’agit d’un petit service, d’un ou deux hommes au plus, avant tout chargés du repuesto, qui est à la fois la pièce et surtout le meuble, la desserte (buffet, crédence) où sont conservés et présentés les couverts, plats et ustensiles de la table, ainsi que les plats en attente du service et les condiments, le sel, les fruits, selon les Siete Partidas34. D’après les comptes de l’espensero, il s’agit surtout d’un service chargé d’acheter de la cire, en très grande quantité35, et des fruits.

  • 36  « Costaron clavos para los destajos et un martiello 16 mrs 3 s. », Cuentas, p. CXXXVI. On peut ima (...)

30Pour sa part, l’espensero est chargé directement d’acheter quelques meubles et ustensiles destinés à la table du roi, mais il est possible que le repostero ait disposé de sa propre caisse pour les achats d’argenterie plus conséquents et que l’espensero n’y ait ajouté que de menus compléments. Ces achats donnent en effet le sentiment d’une cour très modeste, presque ascétique : en dehors de deux chandeliers évalués à 12 marcs d’argent, en septembre 1293, et de quelques bassins et aquamaniles, on n’achète guère que des assiettes en bois, des couteaux, des outres, des nappes et des serviettes (fazalejas), des tailloirs, des housses grossières pour les couteaux, des petits chaudrons pour réchauffer les convives, etc. En juillet 1294, on achète des clous et un marteau pour des cloisons, peut-être installées provisoirement afin d’isoler la table ou la chambre du roi36. Des coffres pour le transport des nappes et de l’argenterie sont mentionnés, mais l’essentiel est transporté dans des sacs de serge grossiers, grains, cire ou nappes, ce qui correspond bien à un transport à dos de bêtes de sommes.

Nourrir la cour

31Le poste le plus important géré par l’espensero reste l’avitaillement de cette énorme cour et des mules et chevaux qui l’accompagnent. Le système qui permet de la nourrir est complexe, entre achats, réquisitions forcées et conducho, yantar, voire accueil complet par la ville. 

32La première solution, la moins onéreuse pour l’espensero, est de bénéficier d’une prise en charge complète des frais du jour par le concejo qui accueille la suite royale, mais le roi n’en abuse pas. Au total, on atteint 11 ou 12 journées tout au plus sur 695 (1,58 ou 1,72 %), une quantité négligeable. Il s’agit en général des villes qui ont accueilli les cours aragonaise et castillane au moment des grandes rencontres de février 1293, puis de juillet de la même année. Ces villes accueillent souvent le roi et sa suite pour plusieurs jours, et les repas offerts par la ville le sont toujours le premier jour : c’est un don classique, une forme de joyeuse entrée rudimentaire (à Atienza, Alfaro ou Logroño, par exemple).

  • 37  N. GUGLIELMI, art. cit., p. 185-211 sur le système général du yantar. Ce rachat en argent du droit (...)
  • 38  En 1286, Sanche IV accepte de se conformer à la coutume de ses prédécesseurs Alphonse IX et Ferdin (...)
  • 39  Sanche IV peut réclamer le yantar en un lieu donné même s’il n’est pas présent cette année-là, s’i (...)

33Le yantar est une autre forme de prise en charge des frais de bouche du roi et des siens par la localité qui accueille la cour37. Il est conçu comme un droit affecté au seul approvisionnement de la table du roi, puisque les collecteurs sont censés le verser seulement aux despenseros por la despensa de mi casa et non à d’autres caisses comptables. Il est, a priori, moins avantageux pour la cour que la première solution, car il est fixé par les lois votées aux Cortesà 600 mrs, somme forfaitaire (sauf cas d’exemptions partielles)38. Mais le roi le faisait lever partout où il disposait de ce droit, une fois l’an, en dehors des villes effectivement traversées39.

  • 40  Notamment compte du 5 novembre 1294 (recettes du 1er août 1293 au 31 juillet 1294) : liste de 32 v (...)

34Dans les comptes de Johan Bernalt, le yantar apparaît parfois au titre de ses recettes40, logiquement, mais il peut aussi le mentionner dans les dépenses, lorsqu’il est reversé à d’autres localités voisines au titre du remboursement du conducho.

  • 41  Les plaintes contre les abus de perception de yantar sont encore présentées aux Cortes de Valladol (...)

35Le plus intéressant est la liste des yantares que le roi exige lors de ses deux ‘excursions’ au sud-ouest puis au sud-est de Valladolid en février et mars 1294 : chaque ville d’étape doit verser son yantar ; même des villes où le roi ne s’est pas arrêté, comme Portillo, au sud d’Aldeamayor de San Martin, ont dû être traversées par la mesnie, ou au moins par les collecteurs envoyés en rabattage. La liste complète des yantares collectés montre que le roi en a aussi fait lever dans des villes où il ne semble pas être passé du tout. Cette tournée sert donc autant au roi à se recréer qu’à se présenter à ses villes, et à collecter de l’argent pour sa table ! En même temps, il répondait ainsi aux plaintes des communautés outrées que les collecteurs exigent ce droit en l’absence du roi : en venant chercher le yantar en personne, il se conforme aux attentes de ses sujets, d’une certaine façon, mais sans exclusive41.

  • 42 Ibid., p. 165-185.

36Le conducho peut être défini comme une réquisition de « pourvoyance » qui doit donner lieu, en théorie, à un remboursement, point essentiel parfois négligé par la bibliographie42. Plus encore que le yantar, il est toujours lié à la présence réelle de celui qui l’exige.

  • 43  Abilio BARBERO de AGUILERA et María Isabel LORING GARCÍA, « “Del palacio a la cocina” : estudio so (...)
  • 44  Le Fuero Viejo offre une échelle tarifaire détaillée de tous les produits réquisitionnés, bois de (...)

37Comme les réquisitions de logements, c’est un droit seigneurial qui doit respecter les franchises des habitants du lieu, et qui est parfaitement défini et encadré pour les seigneurs de behetrias, modèle du droit de conducho pour le souverain43. Dès l’arrivée des messagers royaux annonçant le passage de la compagnie, le conseil est prévenu à son de cloche et des bons hommes sont nommés pour contrôler et répartir les réquisitions des envoyés du seigneur. Le coût précis des aliments, notamment des pièces de viande, doit être évalué selon leur prix sur le marché local, avant même qu’ils n’entrent « en la cocina »44 et c’est un repas préparé qui est finalement servi au seigneur à son arrivée.

  • 45  Cortes de Valladolid, 1293, § 8 (Castille et § 12), Cortes de León y Castilla, t. I, p. 106 et sq.
  • 46  Les représentants du royaume de León ont obtenu que « lorsque nous serions dans les villes du roya (...)

38Le conducho royal, paradoxalement, n’est pas aussi clairement encadré, ce qui laissait la porte ouverte à des abus. Les Cortes de Valladolid, une fois encore, se font l’écho de plaintes des représentants des villes accusés de saccager et piller les maisons et d’y prendre de force pain, vin, poisson, paille et bois45. Le roi dut accepter que la négociation (comme pour les posadas) et les réquisitions passeraient par les hommes nommés par le concejo, de façon à éviter les litiges mais aussi la dissimulation des denrées par les habitants du lieu46.

  • 47  Dans le Fuero Viejo aussi, le conducho autorisé aux seigneurs deviseros a ses limites : au-delà d’ (...)

39Le conducho du roi n’est en théorie, qu’une simple pourvoyance de la table du roi et non un impôt peu à peu abonné en argent, comme le yantar. Il est en quelque sorte venu se substituer à l’ancien yantar, quand celui-ci s’est transformé en simple impôt. Le conducho conserve quant à lui son aspect de droit de gîte réel, mais il ne redouble pas le yantar. En conséquence, il doit absolument donner lieu à paiement ou remboursement47, ce qui explique que le bétail réquisitionné ou les produits collectés soient enregistrés minutieusement, jusqu’au nombre d’œufs, avec sa qualité (par exemple. vin vieux ou récent) et une évaluation monétaire, et sans doute à la clef la délivrance d’un document écrit, même rudimentaire, aux fournisseurs. Les sommes d’argent allouées par la reine à l’espensero, sur diverses recettes, afin de payer le conducho, ou les mentions de conducho qui « restent à payer », témoignent bien qu’il ne s’agit pas de réquisitions coutumières gratuites, mais que ceux qui ont nourri le roi seront remboursés de leurs dépenses. Le problème est qu’ils l’étaient souvent avec plusieurs mois de retard.

  • 48  Il est cependant difficile d’en faire une norme. Par exemple, le compte des recettes et dépenses d (...)

40La cour paye donc l’essentiel de ce qu’elle consomme. Mais il est difficile de distinguer dans les comptes ce qui relève de l’achat à un fournisseur professionnel, dont le paiement est souvent différé, ou du conducho qui reste une réquisition forcée (sans doute au même type de producteur - commerçant) contre promesse de paiement ultérieur. Johan Bernalt semble employer de préférence le terme de conducho pour les réquisitions collectives sur un concejo entier, à charge pour les alcaldes de répartir le remboursement et faire des listes individualisées pour ce qui relève d’achats aux fournisseurs, épiciers ou particuliers48.

  • 49  Compte du 21 janvier 1295. Cuentas, p. CXXXVII-CXLV.
  • 50  La plupart des « fournisseurs » de la cour n’ont livré que quelques cantaras de vin, quelques diza (...)

41L’analyse du compte détaillé que Johan Bernalt fournit deux mois après la fin de son mandat est particulièrement instructive, d’abord parce que l’on observe que des paiements concernant la période du 1er août au 13 novembre 1294 courent toujours, parfois plus de six mois après. Cela en dit long sur la célérité des remboursements promis par la cour49. Ensuite, l’essentiel de ce compte est constitué par d’interminables listes de particuliers à qui l’espensero doit des remboursements pour diverses denrées alimentaires (œufs, porcs, vaches, vin etc.), qu’il s’agisse de conduchos ou d’achats. Ces comptes offrent avant tout l’image d’un extrême morcellement des achats, notamment pour le bétail, qui n’est qu’occasionnellement fourni à la cour par des carniceros professionnels (14,5% des fournisseurs et 10,5% des bêtes), mais plutôt par des propriétaires de troupeaux, souvent nobles. Il en va de même pour toutes les denrées restant à payer (grains, vins, cire etc.)50.

  • 51  Un seul exemple, la morada de Palencia, du mercredi 23 décembre au 5 février 1294, soit un total d (...)

42Le compte précis de ce que l’espensero a reçu en vivres, lors des derniers séjours de la cour à Burgos (53 jours) puis à Valladolid (25 jours), à la fin de la période, permet de s’intéresser aux volumes de consommation. L’addition des cinq produits de consommation courante donne un chiffre moyen de dépense journalière (833 mrs) qui est loin d’atteindre les 1200 à 1300 mrs que la cour dépense chaque jour, selon les comptes généraux apurés chaque mois. Il faut sans doute y rajouter d’autres frais (bétail sous-évalué ici, plus logement ?). D’autres comptes partiels concernant de longs séjours donnent des résultats difficiles à interpréter, peu cohérents, souvent contradictoires, qui témoignent une fois encore que la cour est un lieu à géométrie variable et qu’il est difficile d’établir des valeurs moyennes de consommation, car il faut tenir compte des circonstances (entrevues diplomatiques, fêtes religieuses)51. On peut cependant estimer que l’hôtel royal devait abattre en temps normal 5 à 6 vaches chaque jour, et 50 à 70 moutons, ce qui laisse augurer de la taille des cuisines et des difficultés logistiques.

Conclusions

43Les comptes de Johan Bernalt n’offrent pas de réponses à toutes les questions que l’on souhaiterait leur poser, même en les éclairant par les revendications contemporaines présentées devant les Cortes.

44Les palais royaux sont sans doute ce que l’on perçoit le moins. En dehors de travaux à Tolède, aucune dépense n’est mentionnée (mais elles peuvent être affectées à d’autres caisses). Que deviennent les forteresses et palais royaux quand la cour n’y séjourne pas ? Ils sont laissés à la garde d’un lieutenant, un alcayde, mais sont-ils alors des coquilles vides ? Des meubles sont-ils laissés à demeure, au moins dans ceux où le roi et sa compagnie reviennent régulièrement (par exemple dans l’alcazar viejo de Valladolid) ?

45Qu’en est-il des dossiers de la chancellerie, suivent-ils la compagnie royale ? Les lieux d’émission de diplômes royaux de la période, sauf exceptions, le laissent penser, même s’il y a parfois un léger décalage, comme si la chancellerie peinait à suivre le train royal. Mais comment déplace-t-on ces dossiers ? Les comptes n’en disent rien. Tout ce que l’on perçoit, c’est cet enregistrement quotidien, tatillon, des dépenses, œuf après œuf, pourrait-on dire.

  • 52 Crónica de d. Alfonso XI, chap. L, in : C. Rosell (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla…, p. 204

46La présence même temporaire du roi dans une localité donne-t-elle lieu à des rencontres, à une forme de dialogue avec les sujets qui l’hébergent et le nourrissent ? Ces visites manifestent-elles un charisme royal particulier, ou n’est-ce finalement qu’un événement ordinaire, et même perçu comme fort désagréable par la communauté, qui ne génère que des dépenses et des conflits ? Lorsqu’elles prennent totalement à leur charge les frais de bouche de la compagnie du roi, les villes organisent-elles à chaque fois une entrée en bonne et due forme, avec réception solennelle par les autorités, par l’évêque et son chapitre ? Organise-t-on des défilés de citoyens, des jeux et représentations ? La chronique royale n’en évoque pas, avant la grande entrée d’Alphonse XI à Séville en 132752. Si la chronique commence à parler d’entrées à ce moment, n’est-ce pas le marqueur de la perception d’une forme de sédentarisation de la Cour ; dès lors, le voyage du roi n’est plus anodin, il devient un événement.

Haut de page

Notes

1  Madrid, Archivo Histórico Nacional (A.H.N.) 985b, original, et Biblioteca Nacionalmss 13090, copie réalisée par Burriel en décembre 1752, édité par Mercedes GAIBROIS DE BALLESTEROS, Historia de Sancho IV de Castilla, 3 vol., Madrid : [s. n.], 1922-1928, 1, p. III-CXLVIII à partir de la copie de Burriel, et correcciones, p. CXCI-CCII à partir du ms. original. Réédité par Asunción LÓPEZ DAPENA, Cuentas y gastos (1292-1294) del rey don Sancho el Bravo (1285-1295), Cordoue : Monte de Piedad y Caja de Ahorros, 1984. N’ayant pu accéder à ce travail, je cite les sources à partir des références de M. GAIBROIS. Sur l’histoire de ce manuscrit, cf. Francisco J. HERNÁNDEZ, Las rentas del rey : sociedad y fisco en el reino castellano del siglo XIII, Madrid : Fund. Ramón Areces, 1994, 2 vol., 1, p. CCXVII-CCXVIII. Il y édite aussi d’autres documents comptables des années 1290-92 provenant également de Tolède.

2  Jaime SALAZAR Y ACHA, La Casa del Rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid : Centro de estudios políticos y constitucionales, 2000, p. 288-293, sur l’origine et les fonctions du despensero mayor. Selon les Siete Partidas (II, 9, 13) le despensero est l’officier « chargé d’acheter les choses qui sont nécessaires pour le gouvernement du Roi et ils sont appelés ainsi par qu’ils “dépensent” de l’argent pour acheter ces choses », cf. José Sánchez-Arcilla Bernal (éd.), Las Siete Partidas (El Libro del Fuero de Las Leyes). Introducción y edición dirigida por J. Sánchez-Arcilla Bernal, Madrid : Ed. Reus, 2004.

3  Celles-ci sont déjà, à l’époque, organisées suivant une ‘année comptable’ qui court du 1er août au 31 juillet de l’année suivante, quelles que soient les nominations ou destitutions.

4  Sur ces questions, l’étude essentielle reste celle de Nilda GUGLIELMI, « Posada y yantar », Hispania. Revista española de Historia, 26, 1966, p. 5-40 et 165-219.

5  Cf. notamment compte d’Yzrael, pour le complément de quitaciones versées par lui sur les 35 000 mrs de la fonsadera des évêchés d’Osma et Sigüenza, présenté à Valladolid dès le 20 juin 1294 avant la fin de la mandature(Cuentas, p. CXLV-CXLVIII), et compte de Johan Bernalt, le 5 novembre 1294 à Valladolid, huit jours avant sa destitution (Cuentas, p. CXIII-CXXXVII).

6  Le cœur en est le double corps des gardes et des arbalétriers, comportant au moins 42 hommes. Les Siete partidas (II, 9, 13) évoquent aussi le service des porteros dans la garde de la personne du roi, mais ils n’apparaissent pas comme tels dans les comptes : les arbalétriers à masse semblent en tenir lieu. Cf. J. SALAZAR, op. cit., p. 312-315 sur les porteros, et chapitre XIII, p. 323-337 sur la garde royale, les arbalétriers à masse, et les monteros de Espinosa.

7  Nómina por que diese de vestir a la compannia del Rey, de l’évêque de Tuy à don Bartholomé de Monresin, 3 septembre 1293 à Burgos (Cuentas, p. LXXIII-LXXXV) et compte de don Bartholomé des pièces distribuées sur ordre de la reine et de l’évêque, 18 novembre 1294, Valladolid (Cuentas, p. CVI-CIX).

8  Lors de l’hiver et du printemps 1075, Alphonse VI voyage en compagnie de 226 personnes, avec 200 chevaux, 51 charrettes, des mules et des ânes et même un troupeau de vaches et de moutons ; sa suite comprend la famille royale, des évêques, de grands officiers (alferez, mayordomo, capelan, notario), quelques domestiques liés à ses loisirs, une escorte militaire et domestique de 120 personnes, chargés notamment de sa table. Cf. Bernard F. REILLY, El reino de León y Castilla bajo el rey Alfonso VI (1065-1109),trad. por Gaspar Otálora Otálora, Tolède : Instituto Provincial de Investigaciones y Estudios Toledanos, Instituto de Estudios Visigótico-Mozárabes de San Eugenio, 1989, p. 171-179.

9  450 hommes pour l’hôtel du roi, plus une quarantaine pour l’hôtel d’Aliénor de Castille, et d’autres hôtels de jeunes princes, soit plus de 500 personnes en tout. Françoise BÉRIAC (LAINÉ) et Benoît CASTÉRA, « Une cour en voyage : le séjour d’Édouard Ier en Gascogne, (1286-89) », Les Pyrénées dans une Aquitaine terre d’accueil, terre d’exil, Fédération historique du Sud-Ouest. Congrès d'études régionales [Oloron-Sainte-Marie, Pyrénées-Atlantiques, 1994], 1996, p. 205-223.

10  Ces petites dépenses annexes intègrent des rémunérations aux messagers, le renouvellement de quelques menus objets liés à la table du roi ou de ses serviteurs, parfois quelques meubles, des poules pour la fauconnerie, etc.

11 Cuentas, p. CXXXII.

12  Michel Ángel LADERO QUESADA, « La Casa Real en la baja Edad Media », Historia, Instituciones, Documentos, 25, 1998, p. 327-350. Cf. J. SALAZAR, op. cit., sur la définition des grands offices auliques et leur prosopographie.

13  Les premières ordonnances de l’hôtel royal français sont plus anciennes (v. 1261) mais l’hôtel castillan ne suit pas non plus un modèle français. Cf., entre autres, Élisabeth LALOU, « Les ordonnances de l’hôtel des derniers Capétiens directs », in : Holger KRUSE et Werner PARAVICINI (dir.), Höfe und Hofordnungen 1200-1600, Sigmaringen : Jan Thorbecke Verlag (Resindenzenforschung, 10), 1999, p. 91-101.

14  On ne distingue cependant pas de caballerizo mayor à cette date, et le service semble très subordonné à celui de l’espensero.Cf. J. SALAZAR, op. cit., p. 308-312. Il faut ajouter au service des écuries le cebadero (qui fournit la paille et l’avoine).

15  M. Á. LADERO QUESADA, art. cit., p. 335-336 sur l’acemilería, estime à 70 à 100 bêtes de sommes celle d’Henri IV, et à 50 bêtes celle d’Isabelle la Catholique, au XVe siècle.

16 Cuentas, dineros de fuera février 1294, p. CXXIX-CXXX.

17  Crónica de Sancho IV, in : Cayetano Rosell (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla, desde d. Alfonso el Sabio, hasta los Católicos d. Fernando y d. Isabel, Madrid : Rivadeneyra (Biblioteca de Autores Españoles, LXVI), 1875, chap. X, p. 88. La reine semble coutumière du fait : l’infant Felipe naît en mai 1292 à Séville quatre jours après l’arrivée de l’ost royal, cf. Crónica…, chap. IX, p. 86. Sa situation tranche avec celle de la reine d’Angleterre qui dispose d’un magnifique char, spécialement aménagé, avec un lit démontable transporté dans des sacs. Ses dames et damoiselles ont aussi leur char. Cf.  F. BÉRIAC et B. CASTÉRA, art. cit., p. 211.

18  On est cependant loin des théories de chariots accompagnant certaines cours dans leurs déplacements. Ainsi, lorsque Édouard I circule en Gascogne, dans les années 1286-1289, c’est au moins avec une quinzaine de chariots. Ibid., p. 209.

19  « En razon de las azemilas que tomauan los mios omes e de las reynas e de los infantes e de los ricos omes ara lleuar de un logar a otro, que las redimian por dineros », mais les remboursements tardaient à arriver au point que « (los) perdian sus dueños e nunca las cobrauan ». Le roi promit qu’à partir de la Saint Michel prochaine, ces pratiques abusives seraient abandonnées par la cour. Cf. Cortes de juin 1307, Valladolid, Cortes de los antiguos reinos de León y de Castilla, 6 vol., 1861-1903, Madrid : Real Academia de la Historia, 1, 1861, p. 189-190.

20  Les problèmes sont d’autre part distincts selon que la cour fait étape dans un centre urbain, dans un village, voire en pleine campagne. Et il faut distinguer ce qui concerne l’hébergement du roi lui-même, et de son entourage immédiat, de l’installation plus ou moins pérenne du reste de l’hôtel et notamment de sa large domesticité, et des services. Je reprends ces réflexions générales à Rita COSTA GOMES, The Making of a Court Society, Kings and Nobles in Late Medieval Portugal, Cambridge : University Press, 2003, p. 323.

21  « Alors le roi Sanche ordonna installer les tentes de campagne entre Logroño et Viana et là se voyaient les trois rois pour traiter des affaires urgentes… ». Cité d’après la traduction d’Antonio García Martínez : Jofré de Loaysa, Crónica de los reyes de Castilla : Fernando III, Alfonso X, Sancho IV y Fernando IV: 1248-1305, traducción española del original latino, notas e introducción por Antonio García Martínez, Murcie : Patronato de Cultura de la Excma. Diputación de Murcia, 1961, chap. CCXIV, § 55, p. 145.

22  L’existence du palais royal de Medina del Campo n’est bien documentée qu’à partir du milieu du XIVe siècle, sous Pierre Ier, et le château de La Mota semble encore plus récent, mais les deux passages qu’y effectue Sanche IV témoignent qu’il y avait déjà une forteresse ou au moins une maison royale. Cf. Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II de Castilla (1418-1454), Madrid : Sílex, 2007, p. 92-94.

23  Compte de Johan Gomes, lieutenant de la forteresse et responsable des travaux au moins depuis 1289. Il ne se voyait verser les 6.000 mrs annuels qui lui avaient été affectés pour les travaux (plus 4.000 mrs pour sa solde) que de façon très irrégulière. Cuentas, p. LX-LXI.

24  F. de P. CAÑAS GÁLVEZ, op. cit., p. 141-142 cite le mss A.H.N. Cod. 985b fol. 75, i.e. le manuscrit édité par M. GAIBROIS DE BALLESTEROS, et évoque un séjour qui y aurait eu lieu le 18 août 1294, mais à cette date la cour se trouve à Burgos. En revanche, la cour passe souvent par Palenzuela, près de Palencia, le 7 mars 1293 (orthographié Palencihuela), le 23 septembre 1293 (Palenzuela), et le 14 octobre 1294 (Palencihuela ou Palacihuelo). Il peut s’agir d’une confusion.

25  J. SALAZAR, op. cit., p. 301-306 sur l’aposentador mayor et ses services.

26  Les dineros de fuera mentionnent « un servidor que llevo las cartas del conducho a Villa Real, II mrs » ou « a servidores que enviaron con cartas del conducho X mrs », Cuentas, p. CIII, décembre 1292, et p. CIV, février 1293. Mention identique en juin 1293 (5 mrs pour un serviteur, p. CVI). On ne trouve cependant pas en Castille l’équivalent des harbingers anglais.

27  N. GUGLIELMI, art. cit., p. 15-16, p. 18-22. « De las behetrias que son en Castiella e de sus fueros antiguos ». Fuero Viejo de Castilla, Lib. I, tit. VIII, Liber Judicum oCódigo de los Visigodos. Fuero Juzgo. Fuero Viejo de Castilla. Leyes de estilo. Ordenamiento de Alcalá, (2e éd.), 1, Madrid : ed. Antonio de San Martín (collection Los Códigos españoles), 1872, p. 266.

28  Ces plaintes perduraient encore aux Cortes de Valladolid de 1307 : les députés critiquent ceux qui, dans l’entourage du roi « astragauan las villas e las aldeas, quemando la madera de las casas e cortauan las huertas e las vinnas e los pannes », et emportent sans contrepartie (argent ou promesse de paiement) blé, vin, viande, paille, bois etc., Cortes de León y Castilla…, 1, p. 90.

29 Cortes de Valladolid, 1293, § 7. Cortes de León y Castilla…, 1, p. 106.

30  Sur l’alguazil et ses rapports avec le Justicia mayor, J. SALAZAR, op. cit., p. 217-220.

31  Cf. N. GUGLIELMI, art. cit., p. 29-33 sur l’hospedaje, qu’elle assimile au droit de posada. Elle ne mentionne pas de contrepartie financière, en tout cas pour les suites royales.

32  Les sommes portent sur 144 mrs 7 d. le 2 juillet, et 128 mrs 5 s. le 14 juillet.

33  Hilda GRASSOTTI, « El repostero en León y Castilla (siglos XII-XIV) », Cuadernos de Historia de España, LXIX, 1987, p. 41-75, s’intéresse surtout aux origines de la fonction et à son évolution dans la hiérarchie curiale. Cf. p. 55-58 pour les reposteros de Sanche IV. Cf. également J. de SALAZAR, op. cit., p. 268-274.

34  Siete Partidas, II, 9, 12.Le service est traité en même temps que le camarero. La literie, les vêtements du roi, les coffres et les papiers du roi sont sous la responsabilité du chambellan qui doit veiller sur « la camera do el Rey albergare » expression qui révèle, elle aussi, l’itinérance de ces cours. Le roi ne dort pas toujours au même endroit, mais le service le suit partout.

35  En 1294, Johan Bernalt a reversé aux reposteros (Johan Manso, Domingo Pérez et Ferran Gutierrez) la somme de 10.880 mrs pour de la cire (moins 1200 mrs de quitacion et 806 mrs pour des fruits). Il s’agit d’un total de 1472 kg de cire (128 arrobes 6 litres ¼ de cire avec l’arroba à 11,5 kg). Ce règlement est un paiement du conducho de casa, i.e. rembourse les achats effectués par les services sur leurs propres caisses.Cuentas, p. CX-CXIII.

36  « Costaron clavos para los destajos et un martiello 16 mrs 3 s. », Cuentas, p. CXXXVI. On peut imaginer l’existence d’une construction démontable, la chambre du roi transportée d’un lieu à l’autre, comme autour d’Edouard Ier. Cf. F. BÉRIAC et B. CASTÉRA, art. cit., p. 210.

37  N. GUGLIELMI, art. cit., p. 185-211 sur le système général du yantar. Ce rachat en argent du droit de gîte inclut aussi le rachat de l’obligation d’hébergement, sur ce point, voir p. 193.

38  En 1286, Sanche IV accepte de se conformer à la coutume de ses prédécesseurs Alphonse IX et Ferdinand III, en ne levant chaque année que 600 mrs pour son yantar personnel, et 200 mrs pour celui de la reine (en moneda de la guerra frappée à cette date).Cortes de Palencia, 1286, § 4, Cortes de León y Castilla, 1, p. 95 sq. Aux cortes de Valladolid de 1293, il y ajoute un yantar de 300 mrs pour l’infant héritier. Ibid., 1293, § 19, 1, p. 106. Cf. Joseph F. O’CALLAGHAN, The Cortes of Castile – León1188-1350, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 1989, chap. 9, p. 154-155. Les yantares de la reine et de l’infant ne sont pas mentionnés explicitement dans les comptes de l’espensero.

39  Sanche IV peut réclamer le yantar en un lieu donné même s’il n’est pas présent cette année-là, s’il est retenu par une campagne militaire, la tenue des Cortes, ou le confinement de la reine enceinte. Cortes de Valladolid, 1293, § 5 (Castille), Cortes de León y Castilla, 1, p. 107.

40  Notamment compte du 5 novembre 1294 (recettes du 1er août 1293 au 31 juillet 1294) : liste de 32 villes ou institutions monastiques ayant versé des yantares. Cuentas, p. CXIII-CXXXVII.

41  Les plaintes contre les abus de perception de yantar sont encore présentées aux Cortes de Valladolid de 1298 et 1299, sous Ferdinand IV, avec toujours la même précision : « que non las demandemos agora do no fueremos ». Cité par N. GUGLIELMI, art. cit., p. 204-205.

42 Ibid., p. 165-185.

43  Abilio BARBERO de AGUILERA et María Isabel LORING GARCÍA, « “Del palacio a la cocina” : estudio sobre el conducho en el Fuero Viejo », En la España Medieval, 14, 1991, p. 19-44. Présentation détaillée du livre des Devysas que an los sennores en sus vasallos (version primitive du XIIIe siècle du Fuero Viejo, rédigé en 1356).

44  Le Fuero Viejo offre une échelle tarifaire détaillée de tous les produits réquisitionnés, bois de chauffe, viandes, légumes, fourrage, literie etc.Fuero Viejo de Castilla, libro I, tit. VIII, § II à IV, Códigos españoles, 1, p. 266-269.

45  Cortes de Valladolid, 1293, § 8 (Castille et § 12), Cortes de León y Castilla, t. I, p. 106 et sq.

46  Les représentants du royaume de León ont obtenu que « lorsque nous serions dans les villes du royaume de León, que le conducho dont nous aurions besoin pour nos deniers, nous et la reine et nos fils, que le prennent les bons hommes que nommerait le concejo pour cela et qu’ils le donnent à nos officiers, car ils disaient que nos officiers recevaient nombre de refus (escatimadas) lorsqu’ils s’avisaient de le prendre sans en passer par les bons hommes du concejo ». Cortes de Valladolid, 1293, § 13 (León), Cortes de León y Castilla, 1, p. 117. Le terme d’escatimadas peut signifier refus, ou pertes : le contribuable lésinait...

47  Dans le Fuero Viejo aussi, le conducho autorisé aux seigneurs deviseros a ses limites : au-delà d’une certaine quantité de vivres fournies gratuitement, un certain nombre de fois dans l’année (le conducho aforado, 3 fois par an), ils doivent payer les réquisitions. Fuero Viejo de Castilla, libro I, tit. VIII, § XII, Códigos españoles, 1, p. 266. Les Siete Partidas indiquent aussi que les seigneurs peuvent prendre leur conducho « mas son tenudos de lo pagar a nueue dias » sous peine d’une amende au double de la valeur. Partida IV, tit. XXV, loi III.

48  Il est cependant difficile d’en faire une norme. Par exemple, le compte des recettes et dépenses du 1er août 1293 au 31 juillet 1294 (5 novembre 1294) indique une longue liste de localités et d’individus qui doivent encore être remboursés pour les fournitures réquisitionnées ou livrées à la table royale, or si le terme de conducho apparaît plutôt pour les communautés, l’ensemble est bien appelé un conducho. Cuentas, p. CXIII-CXVIII.

49  Compte du 21 janvier 1295. Cuentas, p. CXXXVII-CXLV.

50  La plupart des « fournisseurs » de la cour n’ont livré que quelques cantaras de vin, quelques dizaines de fanègues de blé, quelques dizaines de moutons, sauf exception comme Alfon Martinez del Alcazar (le lieutenant de l’alcazar de Valladolid ?), crédité d’une somme totale de 13.151 mrs répartis en 1.922 cantaras de vin (3.844 mrs), de la cire et des fanegas de blé (3.990 mrs) et surtout 5.396 fanegas d’avoine qu’il a livrées à la cour à Simancas et Tordesillas (5.317 mrs). Cuentas, p. CXVI. Le cas est exceptionnel.

51  Un seul exemple, la morada de Palencia, du mercredi 23 décembre au 5 février 1294, soit un total de 45 jours d’hiver incluant les fêtes de fin d’année ; il faut en plus ajouter les quantités fournies gracieusement par l’évêque, qui n’ont pas été reprises au titre des dépenses (« non entre en aprecio de los libros »). Le çatiquero a reçu 6.156 fanegas de blé, moins ce qu’il a dû payer pour le charroi et le broyage du grain (400 fanegas), il a donc pu utiliser 5.756 fanegas (319.458 litres) pour fabriquer des pains, à raison de 12 pains par fanega (1 pain = 4,625 l. grain), soit 126.632 pains, 2 814 pains par jour, ce qui semble colossal à moins d’imaginer des distributions assez massives aux pauvres ?

52 Crónica de d. Alfonso XI, chap. L, in : C. Rosell (éd.), Crónicas de los reyes de Castilla…, p. 204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coussemacker, « Nourrir et loger la cour de Sanche IV (1292-1294) », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/18746 ; DOI : 10.4000/e-spania.18746

Haut de page

Auteur

Sophie Coussemacker

Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, AMERIBER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org