Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

Itinérance de la cour et attaches sédentaires sous Alphonse VI et Urraque Ire

Charles Garcia

Résumés

L’itinérance des monarques hispaniques au moyen âge est un fait connu et observé depuis longtemps. Pourtant, s’il est vrai que les rois chrétiens bougeaient autant que les frontières de leurs royaumes, force est de constater que la plupart de ces princes furent singulièrement attachés à des espaces précis. Aussi est-ce en partant de la dialectique articulée autour du besoin de fixité et de la constante déambulation du souverain que nous allons porter notre attention. Pour ce faire, nous nous proposons d’étudier les exemples de quête de stabilité que nous fournissent deux monarques léono-castillans du début du XIIe siècle : Alphonse VI et sa fille Urraque.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Castille, cour, itinérance, voyage

Palabras claves :

Castilla, corte, itinerancia, León, viaje
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Peter LINEHAN, « León, ciudad regia, y sus obispos en los siglos X-XIII », in : El reino de León e (...)

1L’itinérance des monarques hispaniques au moyen âge est un fait connu depuis longtemps. Pourtant, s’il est vrai que les rois chrétiens bougeaient autant que les frontières de leurs royaumes, qu’ils ne cessèrent d’agrandir, force est de constater que la plupart de ces princes furent singulièrement attachés à tel ou tel territoire, ville ou monastère, et cela souvent en dehors de toute considération militaire ou économique. Qui plus est, et alors que la cour des rois de León et de Castille se déplaçait au gré des préoccupations politiques du moment, une ville, celle de León en l’occurrence, afficha pendant longtemps avec fierté son titre d’« urbs regia »1, comme une sorte de vestige de son glorieux passé et comme une volonté de rappeler les lointaines origines asturiennes de la monarchie, et une époque où celle-ci avait effectivement disposé d’une capitale. Aussi est-ce en partant de la dialectique articulée autour du besoin de fixité et de la constante déambulation du souverain (Wanderkönig) – sans doute très éprouvante à maints égards – que nous allons porter notre attention. Pour ce faire, nous nous proposons d’étudier les exemples de quête de stabilité que nous fournissent deux monarques léono-castillans du début du XIIe siècle : Alphonse VI et sa fille Urraque.

  • 2  Xavier BARRAL i ALTET, « El palacio urbano medieval : vivir y mostrarse », in : Vivir en palacio e (...)
  • 3  Jean-Pierre DEVROEY et Michel LAUWERS, « L’“espace” des historiens médiévistes : quelques remarque (...)
  • 4  Sur ce thème, voir la récente mise au point de Xavier DECTOT, « Tombeaux et pouvoir royal dans le (...)

2Pour être reconnus en tant que tels, les rois du moyen âge se devaient d’être vus en leur royaume2. Certes la personne royale pouvait se montrer indirectement par des signes et des emblèmes, mais sa fonction qui le situait au centre d’un espace dit « inclus » l’obligeait à une itinérance permanente pour marquer et décrire son territoire3. C’est donc lorsque l’édifice bâti ne fut plus seul en mesure d’assurer au souverain un rayonnement politique solide qu’il fallut diversifier les pratiques de la représentation, dont celle de la déambulation invariablement liée à l’expansion territoriale, qui fut sans doute la plus performative du fait de la présence effective en un lieu précis de la personne royale. Il va de soi qu’une telle attitude n’était possible que du vivant des rois. Mais, dans la mesure où à cette époque les souverains étaient très préoccupés du sort de leur destinée après leur mort, comment ne pas comprendre qu’ils aient été singulièrement entreprenants pour mettre en scène leurs funérailles et pour agencer leur sépulture ? C’est en quelque sorte dans ce contexte que prend place le besoin de fixité contre celui d’itinérance, comme pour mieux durer pour la postérité à travers les siècles4.

Alphonse VI et sa cour à Sahagún

  • 5  Andrés GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia e imperio, 2 t., León : Centro de estudios e investi (...)
  • 6  Patrick HENRIET, « Un bouleversement culturel. Rôle et sens de la présence cléricale française dan (...)
  • 7  Sur ce sujet, nous renvoyons aux résultats du colloque organisé par Thomas Deswarte qui s’est tenu (...)

3Les travaux d’Andrés Gambra sur la chancellerie royale montrent, si besoin était, l’incessante itinérance de la cour sous Alphonse VI5. Pourtant, et malgré une constante mobilité territoriale, la figure de ce monarque est indéniablement liée au monastère de Sahagún en raison de son enterrement à cet endroit, et parce que c’est dans cette enceinte abbatiale qu’il aimait se ressourcer. Les motifs pour ce souverain de se trouver prioritairement loin des rivages du Cea ne manquaient pourtant pas. C’est en effet à la fin du XIe siècle que les Chrétiens avaient définitivement franchi la cordillère centrale, et qu’Alphonse était entré triomphalement dans Tolède, la vieille capitale wisigothique enfin recouvrée et dans laquelle il mourut. Cependant, hormis cette spectaculaire expansion territoriale, d’autres changements tout aussi importants se produisirent à cette période et sur lesquels il nous faut insister. La culture6, l’écriture, le rit liturgique7…, toutes ces vieilles pratiques subirent un bouleversement à la charnière des XIe et XIIe siècles, et l’abbaye de Sahagún se trouva au cœur de cette profonde mutation.

  • 8  Fray Antonio de YEPES, Crónica general de la orden de San Benito, Madrid : Atlas, 1960, 3, p. 130- (...)
  • 9  Fernando CHUECA GOITIA, Casas reales en monasterios y conventos españoles, Bilbao :Xarait, 1982, p (...)
  • 10  Marta Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III (1073-1109) (...)

4En effet, la vieille abbaye bénédictine, qui fut le véritable pivot de la politique d’aggiornamento alphonsine, sut tirer profit des nombreux séjours prolongés du monarque et de sa cour à l’intérieur de ses murs. Le roi, suivant en cela l’exemple qu’avait donné son père Ferdinand Ier8, résida dans les dépendances du monastère de façon pour ainsi dire continue9. La raison de cette singulière affection du souverain pour l’institution de Domnos Sanctos nous est fournie par le roi lui-même, à travers le préambule du for qu’il concéda à la ville en 1085 dans lequel il déclare qu’il était vrai qu’il s’était occupé de l’état des églises de son royaume depuis son accession sur le trône : « super omnes, ecclesiam Sanctorum Facundi et Primitiui, quem antiquitus Dompnis Sanctis uocitant, amaui »10. Cette dilectio du prince pour le monastère n’était pas nouvelle. Elle confirmait un attachement prolongé pour l’institution qu’Alphonse avait déjà affiché en 1080 lorsqu’il avait choisi cette enceinte sacrée comme lieu de sépulture pour lui et les siens. Et c’est sans doute ce même « amour » qui explique les généreuses donations royales que le monastère reçut du roi, lesquelles contribuèrent à la consolidation de la domination de Domnos Sanctos sur la région pour les siècles à venir :

  • 11 Ibid., doc. n° 786, p. 77-79, p. 77.

[le monastère] qui humana erat sub potestate sepultus per me quasi a morte resuscitaretur ecclesiastice libertati donandus. Cumque talia cogitanti miseratio diuina fauisset, piamque mei cordis uoluntatem compleri uidissem, elegi ut post mortem meam ibi tumulatus requiescerem ; quatinus quem in uita nimio amore dilexi, etiam defunctus fouerem11.

  • 12  Ramón MenÉndez-Pidal et Diego CatalÁn (éd.), Primera crónica general de España, 2 t., Madrid : Gre (...)
  • 13  Bernard F. REILLY, El reino de León y Castilla bajo el rey Alfonso VI (1065-1109), Tolède : Instit (...)
  • 14  Adeline RUCQUOI, « Les villes d’Espagne : de l’histoire à la généalogie », in : Hanno Brand, Pierr (...)
  • 15  Antonio LINAGE CONDE, Alfonso VI. El rey hispano y europeo de las tres religiones (1065-1109), Bur (...)
  • 16  Patrick BOUCHERON et Jacques CHIFFOLEAU (dir.), Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux (...)

5L’attrait qu’exerçait la vallée de Sahagún sur Alphonse VI n’était pas un fait nouveau. Pour justifier le choix du roi, en apparence curieux, de se faire enterrer à Sahagún, et non point à Saint-Isidore comme l’avaient fait jusque-là ses prédécesseurs, la Primera crónica general soutient que c’est parce que c’était au sein du monastère bénédictin que le souverain avait passé son enfance12. Dès son accession au trône de León, qui eut lieu en 1065, le jeune monarque manifesta un intérêt singulier pour la vallée de la rivière Cea. C’est pourquoi on le trouve dans les parages précités au printemps de l’année 1066, et c’est à cet endroit qu’il passa la plupart des hivers de son existence jusqu’à sa mort, survenue en 110913. Cependant, pour les rois léonais, depuis l’époque « sédentaire » de la période asturienne, le royaume s’était agrandi. Au XIe siècle, les tentations sécessionnistes des territoires périphériques étaient devenues de plus en plus fortes. C’était là un danger que la vieille monarchie avait déjà affronté lors de la tentative d’émancipation du comté de Castille et qu’elle connut de nouveau sous Urraque avec le comté de Portugal. Aussi, la cour léonaise, ou plus exactement la curia regis avait-elle été forcée de pratiquer l’itinérance, la cohésion du royaume et l’expansion territoriale étant à ce prix. Pour autant, l’errance de la cour sur les routes de la péninsule ne signifie pas qu’elle se soit produite au hasard des circonstances, tant il nous apparaît qu’un certain nombre de lieux où elle aimait s’arrêter étaient symboliquement marqués. Les villes de León et de Tolède en faisaient assurément partie14, pour les raisons que nous avons précédemment signalées. Qui plus est, il est indéniable que si le royaume avait eu une capitale sous Alphonse VI, celle-ci aurait assurément été Sahagún et son monastère comme Antonio Linage Conde15 a pu le dire. Ce propos mérite cependant d’être nuancé car si le palais faisait souvent la capitale, comme nous le verrons plus loin, la résidence royale ne pouvait suffire quant à elle à la constituer16. La demeure et le séjour du prince ne devant être confondus avec la question d’un complexe palatial qui pouvait cumuler diverses fonctions : résidentielles, curiales et administratives.

  • 17  Le Cantar de mío Cid témoigne amplement de cette pratique, § 1311-1312 : « Demandó por Alfonso, dó (...)
  • 18  Antonio Ubieto Arteta (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún, Saragosse : Anubar, 1987, p. 15-16 : « (...)
  • 19  La bibliographie sur cette question est trop vaste pour que nous la citions ici, aussi nous conten (...)
  • 20  Demetrio MANSILLA REOYO, La documentación pontificia hasta Inocencio III (965-1216), Rome : Instit (...)
  • 21  Patrick HENRIET, « Un exemple de religiosité politique : Saint-Isidore et les rois de León (Xe-XII (...)
  • 22 Soledad de SILVA VERÁSTEGUI, « Un ciclo inédito del martirio de los santos Facundo y Primitivo patr (...)
  • 23  Pour nuancer ce propos, nous dirons que Sahagún avait au XIIe siècle une importance que le monastè (...)
  • 24  José María FERNÁNDEZ CATÓN, « Datos para la historia del martirio y del culto de las reliquias de (...)
  • 25  M. Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III..., doc. n° 76 (...)
  • 26  A. Ubieto Arteta (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún..., p. 56 : « Entre las quales cosas, tomó [A (...)
  • 27  Emma Falque, Juan Gil et Antonio Maya (éd.), Chronica Hispana saeculi XII. Chronica Adefonsi imper (...)

6À l’occasion de leurs fréquents déplacements, et contrairement à une idée très répandue, les rois hispaniques résidaient peu dans les châteaux, préférant de loin les monastères – et plus tard les couvents – pour y naître et mourir17. De par sa position centrale dans le royaume par rapport à deux axes majeurs, l’un horizontal, le chemin de Saint-Jacques, l’autre vertical, situé à proximité de ce que l’on entrevoyait alors comme étant la ligne de démarcation, si souvent disputée, entre les royaumes de León et de Castille, Sahagún parvint à tirer profit de cette situation géographique relativement favorable pour accueillir la curia royale à de nombreuses reprises. Mais plutôt que de considérations matérielles ou géographiques, c’est de la volonté du roi de se faire inhumer18 dans le monastère de Saint-Facond et de l’influence que l’abbaye de Cluny exerçait sur cette maison monastique dont il faudrait parler19. Il est un fait connu que, sous Alphonse VI, le monastère de Sahagún se trouva au cœur du dispositif de rénovation culturelle et de mutation, voulu par le monarque. Il convient toutefois d’observer qu’à Sahagún, la mise à jour des usages liturgiques hispaniques – placés au regard des normes que souhaitait la papauté20 – cohabita pendant une longue période avec un évident sentiment d’observation de la tradition. Entre innovation et conservatisme, le poids du passé finit par prendre le dessus et s’avérer néfaste pour le monastère léonais sur le long terme. Ainsi, alors que la ville de León avait réussi à récupérer et à remettre au goût du jour la figure de saint Isidore21, dans le but de conserver une place prééminente dans les rivalités épiscopales qui étaient apparues après la conquête de Tolède, on en était encore dans l’abbaye de Domnos Sanctos, à la fin du XIIe siècle, à copier un lectionnaire de l’office22 qui contait la vie des vieux saints patrons dont la dimension était essentiellement locale23. En effet, et comme le temps se chargea de le confirmer, l’aura de Facond et Primitif, deux martyrs qui avaient vécu à l’époque des persécutions romaines24, se révéla être de piètre performance pour l’institution. Comme pour compenser ce que les moines pressentaient, probablement, comme étant une faille dans leur système de propagande et, partant, de perte de prestige, les bénédictins de Sahagún prétendirent être également en possession des reliques des apôtres Jacques et Jean, ce dernier étant le frère du précédent, ainsi que de celles de saint Michel Archange25, saint Tirse, Marie-Madeleine26 et, enfin, d’un morceau du lignum crucis27 :

  • 28 M. Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III..., doc. n° 764 (...)

ego Adefonsus, diuina misericordia imperator tocius Yspanie […] facio uobis domnis inuictissimis gloriosissimisque martiribus patronibus meis Sanctorum Facundi et Primitiui et Sancti Iacobi apostoli uel frater eius Iohannes necnon et Sancti Tirsi, cum quorum reliquie recondite sunt in huius locum, cuius baselica fundata esset cernitur in locum quod noncupant Dompnos Sanctos28.

  • 29  Sur les restes architecturaux et artistiques, cf. María-Victoria HERRÁEZ ORTEGA (coord.), Esplendo (...)
  • 30  Sur cette question, nous renvoyons à la récente synthèse faite par José Ángel GARCÍA de CORTÁZAR, (...)
  • 31  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia e imperio..., 2, doc. n° 89 (1087), p. 236-237, p. 236 : (...)
  • 32  Bernard GUENÉE, « L’histoire de l’État en France à la fin du Moyen Âge, vue par les historiens fra (...)
  • 33  Pierre MONNET, « Cours et résidences dans l’empire et en Europe : une commission, des colloques, d (...)

7Le penchant d’Alphonse VI pour cette enclave favorisa le développement de la ville, et surtout celui du monastère29. En effet, comme par un mouvement d’entraînement, les riches donations royales incitèrent la noblesse à en faire autant. La profusion de cette généreuse politique aboutit, comme on pouvait s’y attendre, à placer l’abbaye bénédictine à la tête d’un fabuleux réseau de propriétés foncières, de prieurés et de droits de toute nature qui s’étendaient depuis la région enclavée de la Liébana, dans les monts Cantabriques, jusqu’aux limites méridionales de la Tierra de Campos. De la même manière, la proximité des liens qui unissaient le monarque aux bénédictins de Saint-Facond ne manqua pas de rejaillir à son tour sur le prestige politico-culturel de l’institution30. En effet, n’oublions pas qu’Alphonse VI porta et revendiqua haut et fort le titre d’empereur des Espagnes, face aux prétentions de la papauté sur ses territoires31. Autrement dit, c’est vers la cour du roi, qui se trouvait à Sahagún plus souvent qu’ailleurs, que se tournaient les yeux, et parfois les pas32, des rois et des comtes péninsulaires qui reconnaissaient la primauté politique et honorifique du cadet de Ferdinand Ier. Mais puisqu’il apparaît que la cour et le monastère partageaient un même espace, il nous semble nécessaire de distinguer la composition de l’une par rapport à l’autre afin d’en mieux comprendre les reflets mutuels, c’est-à-dire saisir à la fois la façon dont la structure et les activités de la curia étaient modelées par la vie dans l’abbaye et l’influence réciproque de la cour sur la vie du monastère. Tout autant que l’arrivée du prince, c’est l’installation des organes du gouvernement qui donnait la centralité à la ville dans le royaume, au sens où cette fixation refaçonnait la société urbaine locale et la légitimait socialement33.

  • 34  Sur cette question nous suivrons, en grande partie, la description qu’en fait Bernard Reilly dans (...)

8À quoi ressemblait la cour itinérante d’Alphonse VI à Sahagún ? Est-il possible d’en percer l’intimité ? Malgré les descriptions édifiantes que les Chroniques anonymes dressent de la vie courante dans la cité, et sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir, il est peu probable que la cour d’Alphonse VI ait ressemblé à celle, très érudite et raffinée, d’Alphonse X34. Dans l’un des principaux textes qui furent rédigés par ce dernier monarque, celui de la Segunda Partida, la cour était en effet :

el lugar do es el rey, y sus vasallos y sus oficiales con él, que le han cotidianamente de le aconsejar y de servir, y de los hombres del reino, que se llegan allí o por honra de él o por alcanzar derecho o por hacerle, o por recaudar las otras cosas que han de ser con él.

9La cour était donc à la fois le noyau institutionnel et le groupe de personnalités sur lesquels s’appuyait le monarque pour fonder son pouvoir. L’itinérance de toute cour générant des caractéristiques communes, celle d’Alphonse VI ne déroge pas aux règles des cours mobiles de l’époque médiévale. Observons en premier lieu ce que devait être la composition a minima de ce groupe. Dans le premier cercle se trouvaient les membres de la famille royale les plus proches du monarque ; venaient ensuite les magnates, à la fois clercs et laïcs qui détenaient les principales charges du royaume ; les hommes de confiance du roi responsables des tâches administratives comme les notaires, sur lesquels reposait de fait le fonctionnement de l’État, puis, enfin, le reste des domestiques qui faisaient partie de la suite royale et du service palatin. Outre le grand aumônier, nous trouvons parmi ces derniers : un bouffon, un médecin, un jongleur, un fauconnier, un maître-chien et une quinzaine de domestiques dont la tâche consistait à servir les autres membres de la curia regis. Ce premier groupe aurait représenté dans son ensemble une quarantaine d’individus, auxquels il faudrait ajouter les cent vingt soldats de l’escorte militaire.

10La nature itinérante de la cour d’Alphonse et sa composition, majoritairement masculine, ont induit Bernard Reilly à penser que la forme de pensée dominante de celle-ci était fondée sur des valeurs comme la force physique et l’oralité. Selon cet auteur, les prouesses qu’accomplissaient à cheval les hommes qui vivaient à la cour et le courage qu’ils montraient au combat étaient les faits marquants qui imprégnaient le plus fortement les esprits, et que l’on aimait à se remémorer à la veillée. Voilà en quelque sorte résumés les faits et gestes qui façonnaient la mémoire individuelle et collective de la cour errante d’Alphonse VI. À ce bien maigre capital pour une cour royale, il faudrait rappeler les rares joutes oratoires que l’on pratiquait en matière de droit ou de pratique chrétienne.

  • 35  On sait la puissance rhétorique de la mention de certains personnages dans les documents de l’époq (...)
  • 36  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 1, p. 504-506.
  • 37 Ibid., p. 445-477.
  • 38 Ibid., p. 487-493.
  • 39  A. Ubieto Arteta (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún..., p. 35 : « e el palaçio, el qual, como ya (...)
  • 40  M. Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III..., doc. n° 91 (...)

11Au nombre des membres35 qui apparaissent régulièrement dans les actes de l’itinérante curia regis36, terme apparu pour la première fois à ce moment en remplacement de palatium regis, nous avons relevé la présence des parents du roi. L’assiduité des épouses successives d’Alphonse : Agnès, Constance, Berthe, Isabelle et Béatrice37 est relativement discrète comparée à celle des sœurs du monarque : Urraque et Elvire38. Lorsque le cortège royal fort, par conséquent de quelque deux cents personnes, arrivait dans une localité, il s’ensuivait tout naturellement un certain désordre. À Sahagún, lieu privilégié de résidence de la cour pendant les mois d’hiver, la reine Constance avait fait construire pour son confort un « palais » qui était richement garni39. Cette bâtisse, limitrophe comme il se doit de l’enceinte monastique, abritait : une chapelle, un système de bains et un moulin40. Le confort évident dont disposait la reine à Sahagún est à mettre en contraste avec la dureté de l’itinérance, et l’on peut penser que les améliorations qu’introduisait la sédentarité ne devaient pas être négligeables pour ces éternels voyageurs. L’aspect matériel de cette sédentarité est celui qui nous semble le plus évident. Ces nomades par obligation abandonnaient enfin la tente pour se reposer en un lieu qui était correctement chauffé. Mais à côté du confort matériel, les conditions spirituelles de l’existence se trouvaient également modifiées. On peut imaginer que les offices et les chants liturgiques du monastère bénédictin aient procuré un sentiment de bien-être chez ces voyageurs permanents qui étaient harassés par les fatigues de leur transhumance, las d’avoir à se déplacer en permanence. De même, il est probable que c’est à l’abri du scriptorium de Sahagún, à partir duquel fut diffusée la nouvelle écriture caroline à l’ensemble du royaume, que certains clercs-courtisans de passage, tel l’évêque chroniqueur Pélage d’Oviedo ou Bernard, l’archevêque de Tolède, – un ancien responsable de la communauté du Cea –, fins lettrés tout les deux, aient trouvé le réconfort intellectuel qui leur faisait défaut sur les éprouvantes routes boueuses ou poussiéreuses de León-Castille.

  • 41  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 1, p. 561-579.
  • 42  B. REILLY, El reino de León y Castilla, p. 161.
  • 43  Le comte Pedro Ansúrez, proche collaborateur du roi, fut l’un des principaux bienfaiteurs du monas (...)
  • 44  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 1, p. 617.
  • 45 Ibid, 2, doc. n° 108, p. 280-285, p. 281 : « Raimundo, eiusdem sedis episcopo, magistro nostro… ».
  • 46  Ibid, 2, doc. n° 151 (1099), p. 391-393, p. 392 : « Raimundus, Palentine sedis episcopus et regali (...)
  • 47  B. REILLY, El reino de León y Castilla..., p. 177 : « llegamos a la conclusión de que la corte via (...)
  • 48  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 2, doc. n° 100 (1089), p. 263-264, p. 264 : « Adefonsu (...)

12En dehors de la famille du roi, l’armiger et le maiordomus regis étaient les deux officiers clés de la cour41. Le premier commandait la troupe militaire permanente, quant au second, il était chargé de la collecte des impôts, bien sommaire à vrai dire. S’agissant de ces deux fonctions déterminantes, Bernard Reilly a remarqué l’alternance à ces postes de magnats du royaume, des hommes tantôt léonais tantôt castillans42, comme pour mieux équilibrer les responsabilités et ménager les susceptibilités territoriales. Parce qu’il était possessionné autour de Sahagún, le comte Pedro Ansúrez, l’un des principaux soutiens du roi et compagnon de jeunesse de celui-ci, disposait – lui-aussi – de quelques maisons dans la ville du Cea43. Au nombre de ceux qui accompagnaient le roi lors de ses pérégrinations, nous trouvons en bonne place les hauts prélats : évêques et archevêques, dont l’un d’eux était le chancelier, c’est-à-dire le responsable du service des écritures. Comme il est d’usage pour les laïcs, certains hommes d’Église apparaissent plus souvent que d’autres dans l’environnement royal, car tous n’étaient pas membres de droit de la curie. Le nombre de ces évêques dits « palatins »44 est aujourd’hui mieux connu, il s’agissait pour l’essentiel des titulaires des sièges de : León, Astorga, Palencia Burgos, auxquels il convient d’ajouter le métropolitain de Tolède, c’est-à-dire le représentant du siège restauré de fraîche date avec la dignité de primat des Espagnes. Bien que Bernard de Sauvetat, un ancien abbé de Sahagún, ait occupé une place de choix dans l’entourage royal, il n’en demeure pas moins que ce sont les évêques de Palencia qui signèrent le plus grand nombre de chartes qui furent émises par la chancellerie royale. Bernardo est celui qui apparaît dans un premier temps, jusqu’en 1085. Vient ensuite Raimundo qu’Alphonse qualifie de « magistro meo »45 dans un document de 1090, et qui apparaît gratifié, en 1099, du titre de « regalis palatii capellanus »46. Du fait de son itinérance, la composition de la cour variait donc selon les circonstances47, même si les réunions d’au moins cinq évêques sur un total de dix-huit sièges pour l’ensemble du royaume ont permis d’attribuer un caractère plus solennel à certaines de ces curias48.

13Pour Alphonse VI, c’est donc la tension permanente entre l’impératif symbolique de la mobilité d’une part, et l’exercice de la puissance royale dans des lieux précis d’autre part, c’est-à-dire la relation des liens spatiaux aux liens sociaux, qui rendait sa position instable. En somme, l’itinérance venait combler, comme par compensation, une sorte de défaillance de gouvernance qui faisait que sa situation était fragile, ce qui le conduisait à remodeler constamment les espaces du pouvoir. Urraque, sa fille, hérita de cette même situation et usa des mêmes procédés que son père pour s’affirmer, ces pré-requis étant, encore une fois : une base matérielle – le royaume –, un support idéologique et, enfin, le contrôle du sacré.

Les palais de León au temps d’Urraque Ire

  • 49 Las Siete Partidas, II, IX, 29. José Sánchez-Arcilla Bernal (éd.), Las Siete Partidas (El Libro del (...)

Palacio es dicho qualqer lugar do el Rey se ayunta paladinamente, para fablar con los omes. E esto es en tres maneras, o para librar los pleytos, o para comer, o fablar engasajado. E porque en este lugar, se ayuntan los omes, para fablar con él, más que en otro lugar, por eso lo llaman palacio, que quiere tanto decir, como lugar paladino49.

  • 50  María Dolores CAMPOS SÁNCHEZ-BORDONA et Javier PÉREZ GIL, El palacio real de León, León : Edilesa, (...)
  • 51  Annie RENOUX (dir.), Palais royaux et princiers au Moyen Âge, Le Mans : CNRS, 1996.

14Ainsi défini, le palais était donc l’endroit du beau parler, où le monarque rendait la justice. C’était le lieu où le roi jouait pleinement le rôle politique qui était le sien, c’est-à-dire de manière publique. Mais pourquoi évoquer un édifice concret dans le cadre de l’itinérance royale alors que celui-ci n’avait qu’une importance secondaire ? La réponse à cette question est similaire à celle que nous avons tenté d’émettre pour Alphonse VI à Sahagún. S’il est vrai qu’Urraque était une femme, elle ne se déplaça pas moins que son père, et pour les mêmes raisons que lui. Mais, contrairement à son géniteur, c’est à León qu’elle choisit d’être inhumée, dans le panthéon qui avait été fondé par son grand-père Ferdinand et dans une ville qui possédait alors un « palais royal » de longue tradition50. Ce palais fut la résidence urbaine, ordinaire ou occasionnelle, des souverains et le siège de leur administration lorsqu’ils transitaient par León51. Pourtant, dans le moyen âge hispanique, le palatium ne fut pas exclusivement lié à la royauté. Parce qu’il représentait, aux yeux des aristocrates, à la fois une bâtisse et, surtout, un centre du pouvoir politique, c’est-à-dire de perception des rentes, la plupart des nobles de León et de Castille en avaient un, voire plusieurs.

  • 52  Justo PÉREZ de URBEL, Sampiro, su crónica y la monarquía leonesa en el siglo X, Madrid : CSIC, 195 (...)
  • 53 Ibid., p. 329-330.
  • 54  Patrick HENRIET, « La politique monastique de Ferdinand Ier », in : El monacato en los reinos de L (...)
  • 55  Bernard F. REILLY, The Kingdom of León-Castilla under Queen Urraca 1109-1126, Princeton : Universi (...)
  • 56  Therese MARTIN, « Hacia una clarificación del infantazgo en tiempos de la reina Urraca y su hija l (...)

15À León même, c’est pour favoriser la construction de la première cathédrale qu’Ordoño II donna en 916 à l’Église un ensemble que : « avorum et parentum meorum habuerunt palatia intus civitas Legionensis »52. À vrai dire, plus que de palatium, c’est de palatia dont il faudrait parler, suivant en quelque sorte le modèle que les rois asturiens avaient établi dans la cité d’Oviedo et ses environs. L’évêque Sampiro rapporte en effet que Ramire II avait bâti près de l’église de Saint-Sauveur Palat del Rey un monastère : « monasterium infra urbem Legionensem mire magnitudinis contruxit in honorem sancti Saluatoris, iuxta palacium regalis »53. Pour des raisons de prestige et de calcul politique, la monarchie délaissa, au milieu du XIe siècle, le quartier de Saint-Sauveur pour celui de Saint-Isidore54. C’est autour de ce dernier que la reine Urraque déploya une grande activité55. Ce fut une femme qui, se trouvant souvent en quête de légitimité dynastique, favorisa Saint-Isidore dans la continuité du travail qui avait été engagé par sa tante homonyme. C’est donc par la volonté des monarques et des infantes que le palais, mais aussi l’église qui abritait les reliques du saint docteur « hispalensis » et le « panthéon » royal, se trouvèrent au sein d’une même et unique enceinte56.

  • 57  María Encarnación MartÍn LÓpez (éd.), Patrimonio cultural de San Isidoro. Documentos de los siglos (...)
  • 58  Charles GARCIA, « La ligne brisée, ou l’image de la malédiction du pouvoir royal à León au Moyen  (...)

16Nous savons qu’Urraque dota généreusement l’abbaye de Saint-Isidore57. Pourtant, quelques siècles plus tard, cette reine fut utilisée comme repoussoir, politiquement parlant, au nom de l’adage bien connu selon lequel toute histoire est contemporaine. En effet, la postérité s’acharna à dénigrer les agissements de la souveraine, pour l’abaisser définitivement58. Une donation de 1117 nous renseigne cependant de manière toute différente quant aux véritables pratiques de cette reine. Outre l’intention manifestée par Urraque Ire de vouloir améliorer les conditions de la vie matérielle des clercs isidoriens, la souveraine voulut que sa générosité et celle de ses parents perdurât dans la mémoire collective :

  • 59  I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca, doc. n° 89, p. 493-494 : « ut et me et eos semper in memoriam (...)

pour que l’on se souvienne de moi et d’eux, aussi bien vous dans le présent que ceux qui après vous administreront l’église de Saint-Isidore. Et que par les prières et les aumônes le souvenir que vous aurez de nous vive toujours après que le prix de ma chair ait été exigé59.

  • 60  M. D. CAMPOS SÁNCHEZ-BORDONA et J. PÉREZ GIL, El palacio real…, p. 47.

17Nous n’avons aucun témoignage direct de ce que pouvait être la vie de la cour itinérante à León sous la reine Urraque, mais rien ne nous empêche de penser qu’elle ne différait guère de celle de son père à Sahagún. Malgré le silence des sources du début du XIIe siècle, une description légèrement postérieure nous permet d’établir le lien qui existait entre trois espaces qui recouvraient une fonctionnalité différente, mais qui étaient pourtant parfaitement imbriqués au sein l’enceinte isidorienne. En effet, ces trois espaces combinaient simultanément les aspects liturgico-spirituels, funéralo-royaux et palatins60. Le document précité qui témoigne de cette réalité est la Chronica Adefonsi imperatoris, et plus précisément l’épisode chronologiquement daté de 1144 qui rapporte le mariage de la fille du roi castillan Alphonse VII, également prénommée Urraque, avec le roi de Navarre, García, dans les termes suivants :

  • 61  E. Falque, J. Gil et A. Maya (éd.), Chronica Adefonsi imperatoris, p. 192 ; Maurilio PÉrez GonzÁle (...)

Talamus uero collocatus est in palatiis regalibus, qui sunt in Sancto Pelagio, ab infante domna Sanctia et in circuito talami maxima turba strionum et mulierum et puellarum canentium in organis et tibiis et cytharis et psalteriis et omni genere musicorum. Porro imperator et Garsia rex sedebant in solio regio in loco excelso ante fores palatii imperatoris, episcopi et abbates et comites et principes et duces sedilibus paratis in circuitu eorum61.

  • 62  Therese MARTIN, Queen as King : Politics and Architectural Propaganda in Twelfth-Century Spain, Le (...)
  • 63  Ermelindo PORTELA et María del Carmen PALLARES, La reina Urraca, Saint-Sébastien : Nerea, 2006, p. (...)
  • 64  E. Falque, J. Gil et A. Maya (éd.), Chronica Adefonsi imperatoris..., p. 149-150 : « Notandum ergo (...)
  • 65  I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca..., docs. n° 1 (1109), p. 354-356 ; n° 2 (1109), p. 357 ; n° 3 (...)
  • 66  Carlos ESTEPA DÍEZ, Estructura social de la ciudad de León (siglos XI-XIII), León : Centro de estu (...)
  • 67  César ÁLVAREZ ÁLVAREZ, La ciudad de León en la baja Edad Media. El espacio urbano, León : Sociedad (...)
  • 68  Emma Falque Rey (éd.), Historia Compostellana, CCCM, 70, Turnhout : Brepols, 1988, p. 85-86 ; A. U (...)

18Therese Martin a bien montré l’implication de la « reina gobernadora » dans l’agrandissement de la basilique isidorienne62. Par cette action, il se peut qu’Urraque ait cherché à mettre en évidence le lien qui existait entre ce lieu singulièrement sacré et la monarchie par l’intermédiaire du patronage du saint docteur sévillan, et par l’exaltation des reliques de celui-ci. Il est aisé de comprendre que, pour la reine, ce lien ne manquerait pas de rejaillir sur le palais tout proche qui accueillait régulièrement la cour nomade et, partant, sur sa propre personne en sa qualité de principale occupante des lieux. Et comme pour renforcer les attaches de la monarchie avec certains lieux marqués, il n’est pas indifférent de souligner, une fois encore, qu’Urraque avait passé une grande partie de son enfance à Saint-Isidore63. Qui plus est, au début du XIIe siècle, la cour avait beau être itinérante, c’est bien à partir de León qu’à cette période on gouvernait le royaume, comme le proclame avec insistance la chronique d’Alphonse VII64. Et c’est donc à León qu’Urraque, tout juste couronnée, signa les trois premières chartes de son règne en sa qualité de : « Domini institutione totius Yspanie regina … »65. De même, ce fut non loin du palais de cette ville, dans la forteresse de León, les célèbres « torres de León »66, qu’Urraque se retrancha à peine montée sur le trône, et c’est dans cette citadelle67 qu’elle résista à ceux qui s’étaient opposés à son intronisation68.

  • 69  A. Ubieto Arteta (éd.), ibid...., p. 89.
  • 70  M. MACARRONE, « Ubi est papa, ibi est Roma », in: Hubert Mordek (éd.), Aus Kirche und Reich. Studi (...)

19Certes, dans les Crónicas anónimas de Sahagún – en grande partie fictives et romanesques comme nous l’avons déjà suggéré –, lorsque l’abbé du monastère chercha à fuir la vindicte de Giraud le Diable, le principal lieutenant d’Alphonse d’Aragon, et des bourgeois de la ville : « como el benado fuye quando bee las saetas de los caçadores e los dientes de los canes crueles » pour s’en aller trouver la protection de la reine, le texte ne nous dit pas que le clerc prit la direction de la cité de León pourtant toute proche, loin de là. Et comme il ne trouvait aucun lieu susceptible de lui fournir la moindre sécurité : « fuésede a la corte de la reina, e con ella andava e cavalgava, e no se osava partir aún por una ora d’ella »69. Si León fut le principal lieu de résidence d’Urraque, la cour marchait et chevauchait à son gré sans répit. Peu importaient les hameaux traversés et les chemins parcourus, la reine, et dans une moindre mesure la curie, demeuraient le centre du royaume indépendamment du lieu où elles se trouvaient : ubi regina, ibi regnum, comme pour parodier la célèbre maxime du XIIIe siècle : ubi papa, ibi Roma70.

  • 71  Nous savons qu’elle passa, par exemple, un Noël dans le monastère de Celanova.
  • 72  E. Falque Rey (éd.), Historia Compostellana..., p. 109 : « ad Gallitiam proficisci disposuit. Ad a (...)

20León, Astorga et la Tierra de Campos, autrement dit le cœur du royaume, furent les endroits de séjour préférés de la cour pendant les mois d’hiver, et c’est effectivement en ces lieux qu’on la trouve le plus souvent. Mais une fois la belle saison revenue, la marche ininterrompue reprenait. Se montrer pour être vus et reconnus par les sujets, telle était la devise des monarques du moyen âge. C’était pour eux le seul moyen d’exister auprès de la majorité de la population. Au début du XIIsiècle, pour rendre plus faciles les déplacements de la cour, la reine s’appuyait sur deux privilèges : le droit de gîte, « yantar », et l’exploitation directe du realengo. Là où la colonne s’arrêtait, la reine et les courtisans recevaient leur dû car se déplacer constamment était une autre manière de forcer leurs sujets à les accueillir, à les loger et à les nourrir. Pour ces magnats itinérants, voyager était aussi un excellent moyen de percevoir les taxes liées aux droits seigneuriaux, soit en nature soit en espèces. Enfin, l’itinérance royale était une autre manière de régler les conflits locaux, et Urraque rendit souvent la justice, rétablit l’ordre et imposa de façon directe son autorité. En dehors du plateau castillan, Urraque fréquenta souvent la Galice71 et, dans une moindre mesure, les Asturies. C’est dans cette région qu’on l’aperçoit allant par monts et par vaux, dans une description assez réaliste que nous fait d’elle l’Historia Compostellana72.

  • 73  Le tableau qui a été dressé par Irene Ruiz Albi permet de constater que 51% des chartes royales fu (...)
  • 74  E. Falque Rey (éd.), Historia Compostellana..., p. 111-112 : « Interea quindecim dierum Compostell (...)
  • 75  B. F. REILLY, The Kingdom of León-Castilla…, p. 254.

21Comme nous l’avons noté pour la cour d’Alphonse VI, la cour itinérante de sa fille changeait de composition en fonction des étapes. Elle était tout aussi familiale et mouvante que celle du père. Seul un petit nombre de ses membres était permanent. Les évêques et les nobles de haut rang des territoires qui étaient traversés étaient tout naturellement convoqués à la curia, pour disparaître ensuite au gré des aléas du voyage. Les chartes qui ont été expédiées par la chancellerie royale sont le meilleur reflet de la composition changeante des assemblées, grâce aux listes des signataires qui y apparaissent73, ainsi que quelques chroniques, comme celle déjà mentionnée : Compostellana74. Que dire de la composition des assemblées plénières du royaume, ou qui sont considérées comme telles par les spécialistes de cette question ? Pour le savoir, nous renvoyons une nouvelle fois au travail de Bernard F. Reilly qui est l’historien qui a le mieux étudié cette question et qui considère que ces réunions avaient généralement lieu deux fois l’an, seulement après qu’Urraque eut franchi avec succès la délicate période initiale de son règne75.

  • 76  Fernando Pérez et Pedro Vicéntez furent les deux principaux notaires de la reine, I. RUIZ ALBI, La (...)
  • 77 Ibid., p. 324-325.
  • 78  Simon R. DOUBLEDAY, Los Lara. Nobleza y monarquía en la España medieval, Madrid : Turner, 2004, p. (...)
  • 79  I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca..., doc. n° 79 (1116), p. 479-480, p. 480 : « Comes Petrus Gunz (...)

22La liste des noms qui apparaissent dans ces curias est une nouvelle fois sans grande surprise. Au nombre des participants les plus assidus, on trouve régulièrement : le majordome, l’armigeralférez, le notaire et le chapelain royaux. Hormis la question du soin spirituel des âmes, la présence constante de ces membres renvoie aux principales tâches qui étaient accomplies par toute cour médiévale, à savoir : l’administration de l’intendance, la direction de la petite troupe militaire de protection et la chancellerie76. Sous Urraque, les aristocrates de la moyenne noblesse qui aspiraient à une élévation sociale avaient la possibilité d’intégrer la « schola regine », sorte d’escorte palatine et de garde rapprochée qui permit à certains de ses membres comme Jimeno López de devenir majordome du palais77. Bien entendu, à côté de ces personnages de deuxième rang, l’on trouve régulièrement près de la reine la fine fleur du royaume : les magnats et les évêques. Chez les clercs, et parmi les membres les plus assidus aux assemblées plénières, on trouve dans l’ordre décroissant : l’archevêque de Tolède, suivi des évêques de Palencia et de León. Chez les laïcs, le plus assidu, dans tous les sens du terme, fut sans doute Pedro González de Lara, compagnon intime de la reine, puis Pedro Ansúrez, le vieux confident d’Alphonse VI qui resta près de la souveraine jusqu’à sa mort, survenue en 1117, viennent enfin : Rodrigo González, frère du comte don Pedro78, Froila Díez, Suero Bermúdez et Rodrigo Vélaz79.

23La prise de Tolède par Alphonse VI, en l’an 1085, eut un retentissement considérable, tant en Espagne qu’en dehors de la péninsule. Cependant, malgré le prestige dont jouissait encore la vieille capitale wisigothique, véritable lieu mémoriel « marqué », Alphonse VI et sa fille ne firent pas de cette cité leur lieu de résidence préféré, car la frontière face aux Musulmans n’était pas encore véritablement assurée alentour. Mais sans doute n’est-ce pas là l’unique raison. Si les nécropoles des deux souverains sont situées bien plus au nord, entre León et Sahagún, c’est que l’un comme l’autre durent estimer que c’est à ces deux endroits que la memoria dynastique était le mieux concentrée. C’est cette donnée qui explique que la cour itinérante ait alors gratifié ces deux cités des séjours les plus longs. Autrement dit, et comme pour revenir sur l’apparente contradiction que nous avons évoquée au début de cet exposé, l’itinérance de la cour ne fut pas, dans l’Espagne médiévale, exclusive du choix de quelques lieux très ancrés dans les représentations de l’époque. Rappelons toutefois que ce n’est pas pour autant que nous sous-estimons le poids des facteurs économiques et sociaux. Enfin, un autre constat permanent s’impose. En dépit de la « dilatatio christianitatis » qui fut obtenue par les rois de León-Castille au cours de ces siècles en direction du sud, force est de constater que d’Alphonse VI jusqu’à Sanche IV, voire au-delà, l’itinérance de la cour castillane apparaît régulièrement bornée par quelques villes qui reviennent sans cesse dans la documentation. Ces villes sont : Burgos, Palencia, Valladolid, Toro et León, à savoir celles qui encadrent la Tierra de Campos si souvent disputée au moyen âge, comme si, de manière inconsciente, cette steppe constituait d’une certaine manière le centre de gravité du royaume et au-delà de cette considération, comme pour parodier les écrivains de la génération de 1898, son essence.

24On peut par conséquent déduire que l’itinérance des rois léono-castillans obéit à une logique politique dans laquelle on observe une orientation constante, l’attachement au secteur central de la Meseta du Duero, un penchant qu’il est nécessaire de nuancer en faisant intervenir toute une gamme changeante de causes politiques et d’opportunités urbaines qui favoriseront à terme la ville de Valladolid, au cours du bas moyen âge. Les itinéraires d’Alphonse et d’Urraque modèlent donc des configurations spatiales qui sont polarisées par des lieux de séjour privilégiés. Notons que ces configurations ne sont pas figées, bien au contraire. Le fait que le père ait surtout résidé à Sahagún et la fille à León, ne veut pas dire que ces lieux aient été les centres administratifs de leur État. Pour ces monarques, les ressources politiques, fiscales et symboliques étaient dispersées, tout autant que les chartes expédiées par la chancellerie royale, dont on trouve la trace éparpillée dans les monastères et les cathédrales tant l’alourdissement des archives princières accumulées devait être pesant. La conséquence de ces contraintes est que, au XIIe siècle, le nomadisme apparaît comme le mode de gouvernement le plus efficace de la construction territoriale.

25L’itinérance de ces deux personnages nous a montré que la déambulation royale était, tout d’abord, un moyen de domination mais aussi une construction symbolique. Or cette construction était en constant devenir : le royaume, les titres honorifiques, les biens du realengo… Cependant, pour fonder la supériorité du roi en son royaume, la cour itinérante ritualisait, par ses séjours, un certain nombre de lieux marqués qui étaient instrumentalisés pour imposer l’ordre voulu par les élites d’alors.

  • 80  Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León, Turnho (...)
  • 81  Nous pensons par exemple à l’épisode de l’ouverture de l’arca sancta d’Oviedo par Alphonse VI en 1 (...)
  • 82  Mayke de JONG, Frans THEUWS et Carine VAN RHIJN (éds.), Topographies of Power in the Early Middle (...)
  • 83  Gerd ALTHOFF, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt : Primus-Ve (...)
  • 84  Barbara H. ROSENWEIN, Negociating Space. Power, Restraint and Privileges of Immunity in Early Medi (...)

26Notre étude a porté sur deux sites, mais nous aurions pu en choisir d’autres extérieurs à la Meseta, et dans ce cas Compostelle, Tolède et Oviedo se seraient imposés tout naturellement. Dans ces villes, les consécrations d’églises, de cathédrales, les transferts des reliques80 ou les processions rituelles furent un moyen très efficace de la domination81. Dans un même ordre d’idées, la captation du sacré par la royauté passait par l’usage et la fixation des corps des saints défunts, mais aussi par celle de leurs propres dépouilles, qui marquait certes la fin de l’itinérance matérielle mais ouvrait en contrepartie le voyage de la mémoire à travers le temps. Enfin, la multiplicité des sedes regiae et, partant, l’itinérance de la cour, est pour nous le meilleur reflet de la segmentarisation de l’espace socio-politique de León-Castille à la charnière du XIIe et XIIIe siècles. Les séjours prolongés de la cour dans ces villes n’a rien de fortuit car c’étaient des lieux centraux où le roi donnait forme aux valeurs, aux normes et aux concepts qu’il cherchait à transmettre auprès de tous. En ce sens, pour Alphonse VI, Sahagún fut sans doute, par les rites et les cérémonies que le roi présida à cet endroit, le vecteur de rayonnement vers l’extérieur du nouvel ordre qu’il entendait imposer sur ses terres82. Quant à León, qui fut le lieu central préféré d’Urraque, c’est une cité que la reine choisit comme espace de représentation83 pour mettre en scène son pouvoir et pour légitimer, d’un point de vue hiérarchique, sa fonction d’imperatrix de l’Hispania. Ainsi donc, l’itinérance renverrait davantage à l’espace conçu comme objet de négociation et d’échange qu’au propre parcours physique en soi du traditionnel cadre territorial. Ce sont là en somme les enrichissantes perspectives qu’offre l’anthropologie historique que Barbara Rosenwein a bien su mettre en lumière84. Suivant cet auteur, on pourrait dire qu’Alphonse et Urraque, par leur itinérance, soustrayaient l’espace en le quadrillant, en le territorialisant, pour le confier ensuite à d’autres et, en premier chef, à l’Église, qu’il s’agisse du monastère de Sahagún, de la cathédrale de León ou du monastère de Saint-Isidore.

Haut de page

Notes

1  Peter LINEHAN, « León, ciudad regia, y sus obispos en los siglos X-XIII », in : El reino de León en la alta Edad Media, 6, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1994, p. 411-457.

2  Xavier BARRAL i ALTET, « El palacio urbano medieval : vivir y mostrarse », in : Vivir en palacio en la Edad media, siglos XII-XV, Ségovie : Caja Segovia, 2005, p. 13-25.

3  Jean-Pierre DEVROEY et Michel LAUWERS, « L’“espace” des historiens médiévistes : quelques remarques en guise de conclusion », in : Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations. XXXVIIe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de L’Enseignement Supérieur Public, Paris : Publications de la Sorbonne, 2007, p. 435-453, p. 447 : « L’espace inclus est défini par un centre et un périmètre, ce qui entraîne la nécessité de borner/marquer en passant du centre à la périphérie, de l’espace à la ligne. Malgré les processus d’inclusion, le locus-bâtiment ne suffit plus à matérialiser l’espace ».

4  Sur ce thème, voir la récente mise au point de Xavier DECTOT, « Tombeaux et pouvoir royal dans le León autour de l’an mil », in : Thomas DESWARTE et Philippe SENAC (dir.), Guerre, pouvoirs et idéologies dans l’Espagne chrétienne aux alentours de l’an mil, Turnhout : Brepols, 2005, p. 81-96.

5  Andrés GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia e imperio, 2 t., León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1997 et 1998, 1, p. 497-558.

6  Patrick HENRIET, « Un bouleversement culturel. Rôle et sens de la présence cléricale française dans la Péninsule ibérique (XIe-XIIe siècles) », Revue d’histoire de l’Église de France, 90, 2004, p. 65-80.

7  Sur ce sujet, nous renvoyons aux résultats du colloque organisé par Thomas Deswarte qui s’est tenu à Poitiers du 19 au 21 juin 2008 : Une liturgie en crise ? Le rite hispanique au XIsiècle.

8  Fray Antonio de YEPES, Crónica general de la orden de San Benito, Madrid : Atlas, 1960, 3, p. 130-131.

9  Fernando CHUECA GOITIA, Casas reales en monasterios y conventos españoles, Bilbao :Xarait, 1982, p. 59-60.

10  Marta Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III (1073-1109), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », doc. n° 823, p. 122-125, p. 122.

11 Ibid., doc. n° 786, p. 77-79, p. 77.

12  Ramón MenÉndez-Pidal et Diego CatalÁn (éd.), Primera crónica general de España, 2 t., Madrid : Gredos, 1977, 2, doc. n° 964, p. 645.

13  Bernard F. REILLY, El reino de León y Castilla bajo el rey Alfonso VI (1065-1109), Tolède : Instituto Provincial de Investigaciones y Estudios Toledanos, 1989, p. 74-75.

14  Adeline RUCQUOI, « Les villes d’Espagne : de l’histoire à la généalogie », in : Hanno Brand, Pierre Monnet et Martial Staub (dir.), Memoria, communitas, civitas. Mémoire et consciences urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge,), Stuttgart : Thorbecke, 2003, p. 145-166.

15  Antonio LINAGE CONDE, Alfonso VI. El rey hispano y europeo de las tres religiones (1065-1109), Burgos : La Olmeda, 1994, p. 221 : « de haber tenido el reino de Alfonso VI capital, ésta habría sido Sahagún ».

16  Patrick BOUCHERON et Jacques CHIFFOLEAU (dir.), Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, Lyon : Presses universitaires, 2004.

17  Le Cantar de mío Cid témoigne amplement de cette pratique, § 1311-1312 : « Demandó por Alfonso, dó lo podría fallar ; / fuera el rey a Sant Fagunt aún poco ha » ; § 2922-2923 : « Al rey en Sant Fagunt lo falló, / rey es de Castiella e rey es de León ». Certes, on peut trouver des exemples contraires, comme celui de la reine Urraque, qui mourut dans le château de Saldaña, mais qui sont généralement les moindres, cf. Charles GARCIA, « La ligne brisée, ou l’image de la malédiction du pouvoir royal à León au Moyen Âge », e-Spania, 3, juin 2007, URL : http://e-spania.revues.org/document375.html ; François-Xavier Cuche (éd.), La vie de château. Actes du colloque. Architecture, fonctions et représentations des châteaux et des palais du Moyen Âge à nos jours, Strasbourg : Presses Universitaires, 1998.

18  Antonio Ubieto Arteta (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún, Saragosse : Anubar, 1987, p. 15-16 : « Tanto amor en este tienpo puso el rey don Alfonso en este monasterio, que conjuró a sus hermanas, conbiene a saber, a doña Urraca e a doña Elvira, e aún a todos los de su parentela e mayores de su casa, que a doquiera que el postrimero día le fallase el su cuerpo, fuese traído e enterrado açerca de San Fagún. E de aquel tiempo en adelante, amó mucho este monasterio así como propio palaçio suyo. E engrandesçiólo, e consiguientemente a los monjes de Sant Fagum amó e onrró con todo corazón ».

19  La bibliographie sur cette question est trop vaste pour que nous la citions ici, aussi nous contenterons-nous de rappeler quelques titres : Charles Julian BISCHKO, « Liturgical Intercession at Cluny for the King-Emperors of Leon », Studia monastica, 3, 1961, p. 53-76 ; Peter SEGL, « Die Cluniazenser in Spanien — mit Besonderer Berücksichtigung ihrer Aktivitäten im Bistum León von der Mitte des 11. bis zur Mitte des 12. Jahrhunderts », in : Giles Constable, Gert Melville et Jörg Oberste (éds.), Die Cluniazenser in ihrem politisch-sozialen Umfeld, Münster : LIT (Vita regularis, 7), 1998, p. 537-558 ; Patrick HENRIET, « Moines envahisseurs ou moines civilisateurs ? Cluny dans l’historiographie espagnole, XIIIe-XXe siècles », Revue Mabillon, nouvelle série, 11-72, 2000, p. 135-159.

20  Demetrio MANSILLA REOYO, La documentación pontificia hasta Inocencio III (965-1216), Rome : Instituto español de estudios eclesiásticos, 1955, doc. n° 8 (1074) dicté par Grégoire VII et adressé aux rois Alphonse VI de León-Castille et à Sanche García IV de Navarre : « Quapropter ut filios karissimos vos adhortor et moneo, ut vos sicut bone soboles, etsi post diuturnas scissuras, demum tamen ut matrem revera vestram romanam ecclesiam recognoscatis, in quo et nos fratres reperiatis, romane ecclesie ordinem et officium recipiatis, non Tletane vel cujuslibet alie ».

21  Patrick HENRIET, « Un exemple de religiosité politique : Saint-Isidore et les rois de León (Xe-XIIIe siècles) », in : Fonctions sociales et politiques du culte des saints dans les sociétés de rite grec et latin au Moyen Âge et à l’époque moderne. Approche comparative, Wroclaw : Larchcor, 1999, p. 77-95.

22 Soledad de SILVA VERÁSTEGUI, « Un ciclo inédito del martirio de los santos Facundo y Primitivo patronos del monasterio de Sahagún, en un Leccionario del siglo XII », Archivos Leoneses, 91-92, 1992, p. 391-399 ; et du même auteur, « Las miniaturas inéditas del leccionario de Sahagún del siglo XII : estudio iconográfico », Cuadernos de arte e iconografía, 6-11, 1993, p. 264-279.

23  Pour nuancer ce propos, nous dirons que Sahagún avait au XIIe siècle une importance que le monastère ne trouva plus par la suite. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter le Liber Sancti Iacobi, et plus exactement le livre V ou Liber peregrinationis attribué à Aymeric Picaud, dans lequel cet auteur ne retient que la visite obligatoire de trois saintes reliques dans la péninsule : celles de saint Dominique de la Calzada, de saint Isidore et, enfin, de Facond et Primitif. Jeanne Vieilliard (éd.), Guide du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle, Paris : Vrin, 1997, p. 82 : « Item visitanda sunt corpora beatorum martirum, Facundi scilicet et Primitivi, quorum basilicam Karolus fecit, juxta quorum villam prata nemorosa, in quibus infixe haste lancearum pugnatorum fronduisse referuntur » ; Millán Bravo Lozano (éd.), Guía del peregrino medieval (codex Calixtinus), Sahagún : Centro de estudios del camino de Santiago, 1989, p. 66 : « Hay que visitar también los cuerpos de los santos mártires Facundo y Primitivo, cuya basílica construyó Carlomagno. Junto a la villa se encuentra la alameda en la que se dice que reverdecieron las astas de las lanzas de los guerreros, clavadas en el suelo ». À l’inverse, le Becerro de Presentaciones, qui recense le nom des invocations des églises du diocèse de León, rend compte de la situation suivante : sur un total de 1.500 lieux de culte, seuls cinq portent le nom de saint Facond, et aucun n’est dédié à saint Primitif, cf. José Antonio FERNÁNDEZ FLÓREZ, « El “Becerro de Presentaciones”. Cod. 13 del ACL. Un parroquial leonés de los siglos XIII-XV », in : León y su historia. V. Miscelánea histórica de temas leoneses, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1984, p. 263-565.

24  José María FERNÁNDEZ CATÓN, « Datos para la historia del martirio y del culto de las reliquias de los mártires leoneses Facundo y Primitivo », in : Bivium, Madrid : Gredos, 1983, p. 67-79.

25  M. Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III..., doc. n° 762 (1078), p. 40-42, p. 41.

26  A. Ubieto Arteta (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún..., p. 56 : « Entre las quales cosas, tomó [Alphonse Ier d’Aragon] el pulgar de Santa María Magdalena… ».

27  Emma Falque, Juan Gil et Antonio Maya (éd.), Chronica Hispana saeculi XII. Chronica Adefonsi imperatoris, CCCM, 71, Turnhout : Brepols, 1990, p. 174 : « Habebat autem rex Aragonensium [Alphonse Ier] semper secum in expeditione quandam archam factam ex auro mundo, ornatam intus et foris lapidibus pretiosis, in qua erat crux salutaris ligni reliquiis ueneranda, quo Dominus noster Iesus Christus, Dei filius, ut nos redimeret suspensus est. In diebus autem bellorum rapuerat illam de domo sanctorum martyrum Facundi et Primitiui ». Contre toute attente, le cartulaire du monastère ne mentionne jamais cette précieuse relique, ce qui n’est pas le cas des chroniques anonymes, dont nous avons des raisons de croire qu’elles ont été écrites à une date très postérieure aux faits qu’elles sont censées rapporter, cf. Charles GARCIA, « L’anonymat individuel comme moyen d’affirmation d’une identité collective : l’exemple des chroniques médiévales de Sahagún (XIIsiècle) », in : Identités méditerranéennes. Reflets littéraires, Paris : L’Harmattan, 2007, p. 97-110.

28 M. Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III..., doc. n° 764 et 765 (1078), respectivement, p. 45-47, p. 46 et p. 47-50, p. 48.

29  Sur les restes architecturaux et artistiques, cf. María-Victoria HERRÁEZ ORTEGA (coord.), Esplendor y decadencia de un monasterio medieval. El patrimonio artístico de San Benito de Sahagún, León : Universidad, 2000.

30  Sur cette question, nous renvoyons à la récente synthèse faite par José Ángel GARCÍA de CORTÁZAR, « Reyes y abades en el reino de León (años 910 a 1157) », in : Monarquía y sociedad en el reino de León de Alfonso III a Alfonso VII, 2 t., León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 2007, 1, p. 201-263, p. 239-240, p. 250-251.

31  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia e imperio..., 2, doc. n° 89 (1087), p. 236-237, p. 236 : « Ego namque Adefonsus, ab ipso Deo constitutus imperator super omnes Spanie nationes… ». Carlos ESTEPA DÍEZ, El reinado de Alfonso VI, Madrid : Spainfo, 1985, p. 77 : « la idea imperial leonesa había madurado despaciosamente y había a la postre triunfado. No había llegado a articular un imperio, en el estricto sentido político y jurídico del vocablo. Había, sí, logrado mantener viva la hegemonía histórica del reino que se alzó con la herencia de la monarquía visigoda y que aspiraba a su restauración. En todos los otros estados cristianos españoles se aceptaba la superior jerarquía teorética del rey-emperador de León. No era mucho » ; Amancio ISLA FREZ, « El imperium de Alfonso VI. Tradición e innovación », in : Memoria, culto y monarquía hispánica entre los siglos X y XII, Jaén : Universidad, 2006, p. 131-184, p. 149.

32  Bernard GUENÉE, « L’histoire de l’État en France à la fin du Moyen Âge, vue par les historiens français depuis cent ans », Revue historique, 232, 1964, p. 331-360, p. 347.

33  Pierre MONNET, « Cours et résidences dans l’empire et en Europe : une commission, des colloques, des publications », Bulletin de la Mission historique française en Allemagne, 41, 2005, p. 168-173.

34  Sur cette question nous suivrons, en grande partie, la description qu’en fait Bernard Reilly dans son ouvrage cité plus haut  El reino de León y Castilla..., p. 174-182.

35  On sait la puissance rhétorique de la mention de certains personnages dans les documents de l’époque, comme pour mieux rehausser l’acte que l’on souhaitait mettre en valeur. Cependant, du fait de la publication actuelle de la quasi-totalité des chartes de l’époque, on sait que des personnalités censées être à telle date à tel endroit se trouvaient en réalité ailleurs.

36  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 1, p. 504-506.

37 Ibid., p. 445-477.

38 Ibid., p. 487-493.

39  A. Ubieto Arteta (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún..., p. 35 : « e el palaçio, el qual, como ya diximos, la reina donna Costança avía hedificado e aparejado a uso de los huéspedes, abastado de muchas alhaxas e otras cosas neçesarias […] mesas e escannos ».

40  M. Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III..., doc. n° 914 (1093), p. 240-242, p. 241 : « illos palacios quos ipsa eadem uxor mea Constancia regina fabricauit in eodem loco, prope illam ecclesiam uocabulo Sancte Marie Magdalene, quam in eodem palacio dedicauerint ; etiam et illud balneum quod ipsamet uxor mea composuit prope illos palacios ; simul cum uno molino in eodem loco fabricato ».

41  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 1, p. 561-579.

42  B. REILLY, El reino de León y Castilla, p. 161.

43  Le comte Pedro Ansúrez, proche collaborateur du roi, fut l’un des principaux bienfaiteurs du monastère, près duquel il possédait des maisons dans lesquelles il habitait sans doute lors des fréquents séjours de la cour à Sahagún, M. Herrero de La Fuente (éd.), Colección diplomática del monasterio de Sahagún. III..., doc. n° 1069 (1101), p. 413-415, p. 414 : « illas casas quas habemus in Sancto Facundo, ad portam de illo monasterio, cum omnibus que inueneritis in illas casas ». Par ailleurs, outre le comte lui-même, sa famille fut également enterrée à l’intérieur du monastère, Serafín MORALEJO, « The Tomb of Alfonso Ansúrez († 1093) ; its Place and the Role of Sahagún in the Beginnings of Spanish Romanesque Sculpture », in : Barbara Shailor, Bernard Reilly et Joseph O’Callaghan (éd.), Santiago, Saint-Denis and Saint Peter, the Reception of the Roman Liturgy in León Castile in 1080, New-York : Fordham University Press, 1985, p. 63-100.

44  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 1, p. 617.

45 Ibid, 2, doc. n° 108, p. 280-285, p. 281 : « Raimundo, eiusdem sedis episcopo, magistro nostro… ».

46  Ibid, 2, doc. n° 151 (1099), p. 391-393, p. 392 : « Raimundus, Palentine sedis episcopus et regalis palatii capellanus ».

47  B. REILLY, El reino de León y Castilla..., p. 177 : « llegamos a la conclusión de que la corte viajera de Alfonso VI, en el invierno y la primavera de 1075, contaría, en total, con 226 personas, 51 carros, más de 200 caballos, mulas y asnos, y una pequeña manada de vacas y otra de corderos, que a menudo aumentarían su número por lo menos en un cuarto del que les era usual. Es también probable que algunos peregrinos, mercaderes, caminantes y pegotes se sumaran a la caravana real, incitados por la protección y la compañía que proporcionaba ».

48  A. GAMBRA, Alfonso VI. Cancillería, curia…, 2, doc. n° 100 (1089), p. 263-264, p. 264 : « Adefonsus Dei gratia imperator, placitum quod fieri iussit libenter conf. - Ego uero Constancia regina hoc quod dominus meus fecit et ego conf. - Ego Urraka et ego Geluira, Fredenandi regis filie similiter conf. - Garsias Ordonii comes conf. - Petrus Ansuriz comes conf. - Fernandus Didaz comes conf. - Petrus Gunzalbiz armiger regis conf. […] Bernaldus Toletane sedis archipiescopus conf. - Raimundus Palentine sedis episcopus conf. - Petrus Nazarensis episcopus conf. - Asmundus Astoricensis episcopus conf. - Gomez Aukensis episcopus conf. ».

49 Las Siete Partidas, II, IX, 29. José Sánchez-Arcilla Bernal (éd.), Las Siete Partidas (El Libro del Fuero de Las Leyes). Introducción y edición dirigida por..., Madrid : Ed. Reus, 2004. Pour Isidore, le palais royal porte le nom d’aula : « Aula domus est regia, sive spatiosum habitaculum porticibus quattuor conclusum », ISIDORE DE SÉVILLE, Etimologías, José Oroz Reta et alii (éd.), 2 t., Madrid : BAC, 1994, 2, p. 234.

50  María Dolores CAMPOS SÁNCHEZ-BORDONA et Javier PÉREZ GIL, El palacio real de León, León : Edilesa, 2006.

51  Annie RENOUX (dir.), Palais royaux et princiers au Moyen Âge, Le Mans : CNRS, 1996.

52  Justo PÉREZ de URBEL, Sampiro, su crónica y la monarquía leonesa en el siglo X, Madrid : CSIC, 1952, p. 331.

53 Ibid., p. 329-330.

54  Patrick HENRIET, « La politique monastique de Ferdinand Ier », in : El monacato en los reinos de León y Castilla (siglos VII-XIII), Ávila : Fundación Sánchez-Albornoz, 2007. Sur la rivalité de ces deux espaces au sein de la ville, cf. P. LINEHAN, « León, ciudad regia… », p. 438.

55  Bernard F. REILLY, The Kingdom of León-Castilla under Queen Urraca 1109-1126, Princeton : University Press, 1982.

56  Therese MARTIN, « Hacia una clarificación del infantazgo en tiempos de la reina Urraca y su hija la infanta Sancha (ca. 1107-1159) », e-Spania, 5, juin 2008, URL : http://e-spania.revues.org/index12163.html .

57  María Encarnación MartÍn LÓpez (éd.), Patrimonio cultural de San Isidoro. Documentos de los siglos X-XIII,León : Universidad, 1995, doc. n° 16 (1117) p. 41-42 ; Irene RUIZ ALBI, La reina doña Urraca (1109-1126). Cancillería y colección diplomática, León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 2003, doc. n° 89 (1117), p. 493-494.

58  Charles GARCIA, « La ligne brisée, ou l’image de la malédiction du pouvoir royal à León au Moyen Âge », e-Spania, 3, juin 2007, URL : http://e-spania.revues.org/document375.html .

59  I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca, doc. n° 89, p. 493-494 : « ut et me et eos semper in memoriam habeatis, tam uso praesentes quam etiam illi qui eidem ecclesiae Sancti Isidoro post uso ministrauerint, et in oratione et elemosina uestra memoria nostri iam exacto onere meae carnis semper uiuat ».

60  M. D. CAMPOS SÁNCHEZ-BORDONA et J. PÉREZ GIL, El palacio real…, p. 47.

61  E. Falque, J. Gil et A. Maya (éd.), Chronica Adefonsi imperatoris, p. 192 ; Maurilio PÉrez GonzÁlez (éd. et trad.), Crónica del Emperador Alfonso VII, León : Universidad, 1997, p. 91 : « La infanta doña Sancha dispuso el tálamo en los palacios reales, que están en san Pelayo, y en los alrededores del tálamo una numerosísima muchedumbre de bufones, mujeres y doncellas que cantaban con órganos, flautas, cítaras, salterios y toda clase de instrumentos musicales. Por otra parte, el emperador y el rey García estaban sentados en el trono real en un lugar elevado delante de las puertas del palacio del emperador, mientras que los obispos, abades, condes, nobles y duques se hallaban en asientos dispuestos en derredor de aquéllos ». 

62  Therese MARTIN, Queen as King : Politics and Architectural Propaganda in Twelfth-Century Spain, Leiden : E. J. Brill, 2006.

63  Ermelindo PORTELA et María del Carmen PALLARES, La reina Urraca, Saint-Sébastien : Nerea, 2006, p. 28 : « No es imposible que, entre los recuerdos de la infancia, probablemente transcurrida en su mayor parte en el palacio de León, conservara Urraca el de los preparativos, nuevas y, tal vez, viajes relacionados con la gran hazaña política y militar del reinado de su padre, la conquista de Toledo » ; p. 93 : « En el conjunto de la patria a la que nos hemos referido, se reconoce la ciudad de León como sede regia. Podemos, en ese sentido, hablar del trono leonés y del reino de León. […] El reino de Urraca es el reino de León, en el sentido en que agrupa a cuantos reconocen la autoridad de quien se sienta en el trono leonés ».

64  E. Falque, J. Gil et A. Maya (éd.), Chronica Adefonsi imperatoris..., p. 149-150 : « Notandum ergo quod predicta Urraca regina in era CLXIV post milesimam, postquam regnauit annis XVI, mensibus VIII, diebus VII, idus martii mortua est et sepulta Legionis ciuitate cum patribus suis honorifice in sepulchris regum. Adefonsus uero, filius eius […] ducente Domino, in Legionis ciuitate, unde regnum ducitur, uenit ».

65  I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca..., docs. n° 1 (1109), p. 354-356 ; n° 2 (1109), p. 357 ; n° 3 (1109), p. 359.

66  Carlos ESTEPA DÍEZ, Estructura social de la ciudad de León (siglos XI-XIII), León : Centro de estudios e investigación « San Isidoro », 1977,p. 438-440 ; María Concepción QUINTANILLA RASO, « La tenencia de fortalezas en Castilla durante la Edad Media », En la España Medieval, 5, 1986, p. 861-895.

67  César ÁLVAREZ ÁLVAREZ, La ciudad de León en la baja Edad Media. El espacio urbano, León : Sociedad Hullera vasco-leonesa, 1992, p. 131 : « Dependientes del tenente que representaba el poder militar como delegado del monarca, y por tanto, estrechamente vinculado a la administración territorial del reino, las Torres, con sus tres cubos que se elevaban por encima de los de las murallas, constituyeron una referencia constante en la fisonomía urbana. Tanto por su aspecto externo, que permanece hasta hoy y que denotaba reciedumbre y robustez, como por lo que connotaba su tenencia, en manos casi siempre de nobles o de oligarcas, significaron la plasmación de la fuerza y el poderío tanto regio como nobiliario en la urbe ».

68  Emma Falque Rey (éd.), Historia Compostellana, CCCM, 70, Turnhout : Brepols, 1988, p. 85-86 ; A. Ubieto Arteta (éd.), Crónicas anónimas de Sahagún..., p. 63 : « e en la primera ora de la noche vino a las puertas de la çibdad de León, e a la que el sobredicho cavallero Pelayo, con muchas antorchas ençendidas, esperava su benida, e beyéndola, con gran goço le abrió las puertas, e el palaçio del rei su padre la metió. E en el siguiente día, con gran alegría, en la torre de la dicha çibdad la resçibió ».

69  A. Ubieto Arteta (éd.), ibid...., p. 89.

70  M. MACARRONE, « Ubi est papa, ibi est Roma », in: Hubert Mordek (éd.), Aus Kirche und Reich. Studien zu Theologie, Politik und Recht im Mittelalter, Festchrift für Friedrich Kempf zu seinem 75, Sigmaringen : Jans Thorbecke, 1983, p. 371-382.

71  Nous savons qu’elle passa, par exemple, un Noël dans le monastère de Celanova.

72  E. Falque Rey (éd.), Historia Compostellana..., p. 109 : « ad Gallitiam proficisci disposuit. Ad asperos itaque Astures montesque lapidosos iter aggrediens per Ouetum transitum fecit. Cumque ad Lucensem peruenisset ciuitatem, diuina conpunctione eius uiscera sunt commota ad hoc, ut causa penitentie beati Iacobi limina uisitare satagaret ».

73  Le tableau qui a été dressé par Irene Ruiz Albi permet de constater que 51% des chartes royales furent expédiées dans la Meseta septentrionale et 25% en Galice ; les autres régions devant se contenter de la portion congrue, I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca…, p. 83.

74  E. Falque Rey (éd.), Historia Compostellana..., p. 111-112 : « Interea quindecim dierum Compostelle regina moram faciens proceres Gallitie suamque curiam uniuersaliter conuocauit ad proximum Pascha, quod futurum erat. Protinus conuenerunt undique optimates Gallicie, scilicet strenuus et fidelis comes P. et Muninus Pelagides et Veremudus Petrides et Rudericus Veleades et M. Gelmirides et ceteri qui aliquos principatus uel dominium in Gallitia optinere uidebantur ».

75  B. F. REILLY, The Kingdom of León-Castilla…, p. 254.

76  Fernando Pérez et Pedro Vicéntez furent les deux principaux notaires de la reine, I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca…, p. 87-131.

77 Ibid., p. 324-325.

78  Simon R. DOUBLEDAY, Los Lara. Nobleza y monarquía en la España medieval, Madrid : Turner, 2004, p. 28-35.

79  I. RUIZ ALBI, La reina doña Urraca..., doc. n° 79 (1116), p. 479-480, p. 480 : « Comes Petrus Gunzaluiz conf. Comes Petrus Assuriz conf. Fredinandus Menendiz conf. Fredinandus Fredinandiz conf. Guter Petriz conf. Scemeno Lupiz conf. Guter Fredinandiz, maiordomus, aule regalis, conf. […] Petrus, Palentinus episcopus, conf. Didagus, Legionensis episcopus, conf. Pelagius, Astoricensis episcopus, conf. Pelagius, Ouetensis episcopus, conf. Paschalis, Burgensis episcopus, conf Didagus, Beati Iacobi Compostelle episcopus, conf. Bernardus, Toletanus archiepiscopus, conf. ».

80  Thomas DESWARTE, De la destruction à la restauration. L’idéologie du royaume d’Oviedo-León, Turnhout : Brepols, 2003 ; sur le transfert des reliques d’Oviedo à León, p. 65-94 et 168-175.

81  Nous pensons par exemple à l’épisode de l’ouverture de l’arca sancta d’Oviedo par Alphonse VI en 1075.

82  Mayke de JONG, Frans THEUWS et Carine VAN RHIJN (éds.), Topographies of Power in the Early Middle Ages, Leyden : Brill, 2001.

83  Gerd ALTHOFF, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt : Primus-Verl, 2003.

84  Barbara H. ROSENWEIN, Negociating Space. Power, Restraint and Privileges of Immunity in Early Medieval Europe, Londres : Cornell University Press, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Garcia, « Itinérance de la cour et attaches sédentaires sous Alphonse VI et Urraque Ire », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 21 février 2010, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/18692 ; DOI : 10.4000/e-spania.18692

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org