Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

Châteaux, palais,  hôtels et tentes de campagne : notes sur les « itinérances » de Pierre IV le Cérémonieux

Philippe ARAGUAS

Résumés

La chronique de Pierre le Cérémonieux mentionne occasionnellement les lieux d’hébergement du roi au cours de ses pérégrinations. Les mentions des « châteaux » et des « palais » suggèrent une hiérarchie entre les résidences royales qui tient davantage à leur rang « politique » dans l’imaginaire du monarque qu’à leur apparence ou à leur fonction réelle. À côté de ces résidences, sont mentionnés des lieux d’accueil, palais de prélats ou monastères parmi lesquels Poblet occupe une place privilégiée. Enfin, l’urgence amène parfois le roi à se loger en auberge, parfois associées à des hébergement sous tente, systématiques lors des campagnes militaires, ou dans des constructions éphémères de bois.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Philippe ARAGUAS, « Un roi soucieux de son confort : Pierre IV d’Aragon et III de Catalogne, dit “ (...)
  • 2  Philippe ARAGUAS, « Le réseau castral catalan vers 1370 », in : Castrum III, [actes du colloque de (...)
  • 3  J’utilise pour les renvois à ce texte l’édition d’Amédée Pagès, Chronique catalane de Pierre IV d’ (...)

1J’avais dressé en 2001 un tableau synoptique des palais du roi Pierre IV d’Aragon en insistant sur l’investissement personnel du roi dans les chantiers mis en œuvre pour aménager les résidences royales1. A l’heure de reprendre cette réflexion il m’est apparu que parmi ces résidences ne figuraient que des palais urbains et pas de châteaux aux champs. En cela, les rois d’Aragon du XIVe siècle se distinguent assez clairement des princes des régions plus septentrionales et même, je crois, de leurs cousins castillans, affichant cette dépréciation du château que j’avais notée en 1985 dans la Catalogne du milieu du XIVe siècle2. Une lecture attentive de l’étonnante chronique autographe de Pierre IV3 confirme cette impression et nous montre un roi qui, entre les séjours dans ses palais, passe la nuit chez des prélats accueillants, séjourne l’été dans les dépendances d’une grande abbaye et dort souvent, lorsqu’il est en campagne sous la tente ou à l’auberge mais ne semble pas disposer de résidences autres que ses palais et châteaux urbains. Par ailleurs, la Chronique nous permet de déceler la subtile hiérarchie qu’occupent ces différentes résidences royales dans l’esprit du rédacteur (ou commanditaire) de la chronique, le roi Pierre le Cérémonieux : on sera particulièrement attentif au fait que le chroniqueur se refuse à qualifier de « palais » les anciennes résidences du « ci-devant » roi de Majorque, alors que l’épithète est conférée à l’ancienne résidence des comtes d’Urgell qui domine la ville de Balaguer où naquit le Cérémonieux.

Les palais de Pierre IV

2La Chronique évoque occasionnellement les palais du roi d’Aragon et permet d’appréhender, mieux que les documents comptables ou administratifs, leur subtile hiérarchie dans les relations que le roi entretient avec eux ; il conviendrait certes de nuancer encore cette hiérarchie dans une perspective diachronique, mais cela dépasserait les limites de la recherche que je me suis assignée pour cet article qui s’en tient aux données fournies par la Chronique.

Barcelone : Palau Reial Maior

  • 4  Josep María Madurell, « El Palau Reial Maior de Barcelona », in : Homenatge a Antoni Rubió i Lluch (...)

3À Barcelone la principale résidence de Pierre IV est le Palau reial Maior4 construit au Sud de la cathédrale, ce palais abrite le grand « Tinell » et constitue le centre de pouvoir principal pour la Catalogne. C’est le lieu des réceptions officielles, c’est là qu’en 1338 il organise l’hommage du Roi de Majorque, non pas dans le grand « Tinell » où est assemblé le peuple de Barcelone, mais dans la chapelle Sainte-Agathe jugée plus solennelle, c’est là que dans sa « chambre » (le même Tinell ?) il fait approuver, le 7 octobre 1344, par ses « gens » convoqués pour le « Parlement », le jugement prononcé à l’égard du même roi de Majorque. La dernière évocation du Palau Reial Maior dans la Chronique a trait à la réception réellement princière de « Bertrand de Claquí » (Bertrand du Guesclin) le premier janvier 1367.

  • 5  Dès 1378, des négociations avaient été entreprises pour l’acquisition de terrains : A. M. Adroer i (...)
  • 6  Ángel Fabrega i Grau, Santuarios marianos de Barcelona, Barcelone :La Hormiga de Oro, 1954, p. 62.
  • 7  Joan Fuguet Sans, « La casa del Palau del Temple de Barcelona », Locus Amoenus, 7, 2004, p. 99-109

4Le Palau Reial Minor n’est pas mentionné dans la Chronique, car c’est Éléonore de Sicile troisième épouse de Pierre IV qui attira le roi dans ce palais où il mourut en 1387, alors même que des tractations étaient en cours avec la ville pour construire un nouveau palais sur la Rambla5, près des Drassanes. Le choix de cette dernière résidence fut incontestablement guidé par un souci de confort lié à la proximité du rivage qui baignait les murailles du jardin. Des travaux (fenêtres, terrasses) y étaient en cours en 13836. Mais il est difficile de se faire une idée des aménagements de ce palais, éminemment intime et privé environné de jardins complantés d'espèces rares, et peuplés d'animaux exotiques. La chapelle du palais royal « Menor » contrairement à la Santa Águeda du Palais « Maior » était l'oratoire privé des souverains7.

Reial de Valence

  • 8  François Amigues, que je tiens à remercier ici pour les informations qu’il a pu me fournir sur ce (...)

5À Valence, le roi réside au Reial aujourd’hui disparu qui était situé hors les murs en un lieu appelé jardines del Real, non loin de l’actuel musée des Beaux-Arts8. Bernat Boix y est le maître d'œuvre. Le roi fait percer les antiques murailles de baies pour lesquelles il fait venir de Gérone des colonnes de pierre dont les dimensions sont données avec précision

  • 9  José Riús Serra, « Més documents sobre la cultura catalana », Estudis universitaris catalans, 13,  (...)

6Au sujet de Valence, d'autres documents signalent encore l'attention presque maniaque que le roi porte à l'aménagement de ses résidences en demandant que lui soit ménagé au-dessus de sa chambre, une autre chambre à usage intime, « toute close » à l'exception de deux fenêtres à claire voie, l'une au couchant, l'autre au levant9. La Chronique mentionne à plusieurs reprises le Reial, c’est là qu’en 1347 se tient une réunion de sages à Valence pour savoir s’il doit transmettre la couronne à sa fille aînée ou à son frère Jacques ; à l’issue de cette réunion, il reçoit son frère Jacques « en la cambra on dormiem » C’est là encore qu’il se trouve en 1348 lors de l’émeute au cours de laquelle les valenciens veulent tuer l’un de ses serviteurs qui se réfugie in extremis dans le palais ; c’est dans la « chambre blanche » en juillet 1353 qu’il réunit les barons chevaliers citoyens et autres personnes avec ceux de son conseil et tous les présents pour préparer l’expédition de Majorque ; à cette occasion, il arme chevalier le noble Olfo de Proxida et Francesch de Vilarasa.

« Son » Aljafería...

  • 10  La bibliographie sur le palais de la Aljafería de Saragosse est beaucoup trop abondante pour pouvo (...)

7Parmi tous ses palais, il semble bien que l’ancienne « maison des plaisirs » construite au XIe siècle par les souverains Hudi de Saragosse à la sortie de la ville au pied d'un énigmatique monument de l’époque califale transformé en donjon, ait été la résidence de prédilection du Cérémonieux10. Non pas que ce souverain gyrovague y ait passé beaucoup plus de temps que dans aucune autre de ses résidences, mais cette impression naît de la lecture de la Chronique, lorsque celui ci évoque le palais qu’il nomme « notre Aljafería ». Le palais est souvent mentionné dans la Chronique, par son nom « propre » sans qu’y soit adjoint le terme palau ni castell. Il est signalé tout d’abord lorsque le roi évoque les fêtes de son couronnement en 1336 comme un palais largement ouvert à la population.

8En août 1347 le roi arrive à Saragosse où il est accueilli par une délégation de rics hómens et de citoyens qui l’accompagnent à l’Aljafería mais ne pénètrent pas dans le palais. L’Aljafería semble en effet jouir auprès du roi d’un statut particulier, lié peut-être à sa situation à l’extérieur de la ville, mais aussi, me semble-t-il à un statut de résidence privée associée à une notion de confort et de plaisir, liée à cette période de la vie du monarque à d’importants travaux qu’il y fait réaliser : apartamnos en l’alcubeta que encora la obra nova no era feta. L’œuvre nouvelle, touche essentiellement la partie nord du palais : nous formulons l’hypothèse qu’elle est associée à l’ouverture d’une vaste loggia sur les jardins qui affaiblissait considerablemente la défense du château, d’où la nécessité, signalée dans la Chronique, de renforcer celle-ci après la prise de Tarazona par Pierre le Cruel en février 1357.

9Le Palau reial maior de Barcelone, le Reial de Valence et l’Aljafería de Saragosse sont donc les trois résidences désignées nommément comme « palais » dans la Chronique, ce qui permet de comprendre la subtile hiérachie qu’occupent ces résidences royales dans l’esprit du monarque. À côté d’elles, d’autres hébergements royaux apparaissent mentionnés comme de simples « châteaux » ; on ne s’étonnera pas que jamais une autre désignation ne soit utilisée pour les résidences des rois de Majorque, sauf là où il reconnaît leur souveraineté c’est-à-dire à Montpellier : anám axi tro al palau ; e aqui lo dit rey nos fiú gran festa e bell acculliment.

Les castells

La Almudaina

10Á Majorque le roi dispose de la Almudaina où se trouve son « castell » sur lequel il fait hisser sa bannière le 31 mai 1343 avant d’aller faire révérence à sainte Anne dans sa chapelle ; il y rentre triomphalement le premier dimanche de juin après son couronnement à la cathédrale ; le « castell » est paré de draps d’or et de soie ; il y convie les barons et cavaliers, ceux de sa maison et les habitants de la ville pour une fête grande et solennelle.

Bellver

11Le castell de Bellver est à peine mentionné à la date du 31 mai 1343, lorsque l’infant Pierre et Pere d’Exerica se rendent près d’une tour détruite devant le château de Bellver où est négocié l’hommage de la population de Majorque à Pierre IV. Il ne semble pas avoir été utilisé comme résidence princière mais plutôt comme prison.

Perpignan

12Le château est mentionné dans le rappel de l’histoire du royaume de Majorqueoù il est dit qu’il était en construction en 1291 et que c’est là que mourut le roi Sanche.

13Le 18 juillet 1344, après la conquête de Perpignan, Pierre IV écoute le sermon du frère dominicain Berenguer Amorós en présence du peuple, dans la cour du château. C’est dans ce château qu’il reçoit l’hommage du vicomte de Narbonne le 14 décembre 1344 et le lendemain se déroulent de grandes fêtes dans la cour du château. C’est dans ce même château qu’est reçu le 1er février 1345 l’ambassade du roi de Grenade mais même ces fonctions festives et diplomatiques ne justifient pas que le château soit qualifié de palais…

Lérida

  • 11  Information orale communiquée par Francesca Español Beltrán lors des discussions qui suivirent la (...)

14En 1344 le roi passe la majeure partie de l’hiver à Lérida où il laisse la reine qui donne naissance à un garçon qui ne survivra pas, avant de mourir elle-même des suites de son accouchement. Les documents sur le palais de Lérida sont assez nombreux, mais l’étude de ce monument reste à réaliser. Comme à l’Aljafería, il est possible que Pierre IV ait fait abattre une partie du mur d’enceinte pour dégager une vue des appartements sur le paysage11.

Murviedro 

15En 1348 durant la guerre de l’union Pierre IV fait restaurer le château de Murviedro, le remettre en défense et remplir les citernes avec l’eau de la rivière ; c’est Bernard de Cabrera qui est chargé de ces opérations.

Cagliari

  • 12  Antoni Rubio i Lluch, Documents per a la història de la cultura catalana medieval, (1ère éd. 1908- (...)
  • 13  John Day, Bruno Anatra et Lucetta Scaraffia, La Sardegna medioevale e moderna, Turin : UTET (Stori (...)

16En 1355, Pierre IV s’empare du château de Cagliari dont il fait le siège de son gouvernement sur l’île ; c’est le seul palais insulaire qui semble avoir fait l'objet d’aménagements importants liés à cette fonction officielle, notamment la construction de son archive et secrétariat, bien fermé et voûté de pierre contre l’eau et le feu et pourvu d’armoires et de bancs12, connu par un document daté du 29 novembre 1359. Mais dans ce texte particulier, « castell de Caller » doit surtout désigner la localité fortifiée, en principe interdite à la population sarde13.

Balaguer

17La place de Balaguer dans la hiérarchie des résidences royales est ambiguë ; cette construction qui fut un important palais de l’époque des taifas est désigné comme tel mais le texte de la Chronique complique passablement notre classification puisque au sujet du même monument, Pierre IV, évoquant sa naissance à Balaguer en 1319, utilise les trois termes de casa, castell et Palau.

Résidences à statut indéterminé

Montblanch

18Il existe à Montblanch un palais royal au cœur de la ville ; de dimensions modestes il ne dut pas être souvent utilisé par Pierre IV. La Chronique signale le « loch » de Montblanch comme lieu de séjour durant l’été 1340, mais en fait c’est à Poblet que le roi réside effectivement durant ces périodes estivales.

Monzón

19Possession du Temple puis de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ce logis n’est jamais désigné ni comme palais ni comme château, mais comme« lloc », notamment à l’occasion de la réunion des corts qui se tiennent dans la collégiale ; le roi n’y fait qu’une brève halte en 1347, et on ne sait s’il loge dans le château ou dans la ville. Dans ce cas comme dans le précédent, « loch » s’applique en fait plus à l’agglomération qu’à la résidence.

20La Chronique mentionne un certain nombre de châteaux secondaires tant en Roussillon Argelès, Collioure, Palu près d’Elne qu’à Majorque : Alaró, Pollença… Beaucoup sont confiés à des castlans ou vendus…mais ils n’apparaissent jamais comme des lieux de résidence royaux ou princiers.

Maisons d’hôtes

Poblet

21Lorsque Pierre IV ne réside pas dans ses propres palais ou châteaux, il est hébergé le plus souvent par les institutions ecclésiastiques : évêchés ou monastères. Parmi ceux-ci, le monastère de Poblet est très manifestement privilégié ; il y dispose d’un petit palais adossé à l’enceinte sud du monastère (distinct de celui que fit aménager son fils Martin qui, lui, est situé au nord de l’église). Il semble que, lors de ses séjours estivaux, il préfère résider à Poblet qu’à Montblanch. C’est là qu’il passe l’été de 1340 et celui de 1344 ; plus tard en 1346, la reine, Marie de Navarre, enceinte, y fait halte sur le chemin de Valence ; le roi l’y rejoint bientôt après son accouchement et y passe à nouveau l’été ; l’année suivante, en avril 1347, la reine accouche à Valence d’un enfant mâle, qui meurt le jour même. Cinq jours plus tard, elle décède à son tour ; elle ne fut pas ensevelie à Poblet comme elle le désirait, mais à Saint-Vincent de Valence.

Palais episcopal de Gérone

22À Gérone, le roi ne dispose pas de palais ni de castell ; il réside dans les cases de l’évêque où il passe six jours en 1343.

Couvent des franciscains de Gérone

23En juin 1344, c’est dans le couvent des frères mineurs qu’il est hébergé, c’est là, alors qu’il se repose dans le jardin des frères au crépuscule, qu’il est informé par une lettre de l’Infant Pierre que Jacques de Majorque vient de rentrer en rébellion.

Saint-Michel de Cuxa

24En juin 1347, il passe six jours au monatère de Saint-Michel de Cuxa.

Maison de l’abbé de Montserrat

25Le 29 avril 1344, après avoir effectué à pied l’ascension au Montserrat, fait ses dévotions à la Vierge et offert une nef d’argent en action de grâce pour sa victoire contre le roi de Majorque, c’est à Monistrol, dans la maison de l’abbé, qu’il va souper et passer la nuit.

Auberges

26Quand il ne dispose ni de résidence propre ni de maison d’hôte, Pierre le Cérémonieux recourt à l’hébergement en auberge ; C’est ainsi quele lundi 14 juillet 1343il loge à l’auberge de La bella dona, trop exiguë toutefois pour accueillir sa suite dont les tentes sont dressées à proximité.Le vendredi 25 du même mois, à Figueras c’est aussi dans une auberge pourvue d’un verger où il se repose qu’il reçoit un émissaire du ci-devant roi de Majorque (del dit que fo rey de Mallorques).

27La Chronique mentionne sans autre précision une auberge sur la route de Murviedro à Valence où il loge une nuit dans l’hiver 1347.

Hostals

28Dans ces auberges, comme dans les « hostals ,» terme qui semble désigner des maisons privées de quelque importante, il est vraisemblable que le roi dort « dans ses meubles » ou du moins dans ses draps ; c’est ce que semble suggérer la mention en 1347 d’une nuit passée à Villefranche du Pénédès ; dans l’ostal d’en Castelló de Sent P. ; la désorganisation de la maison royale fait que, cette nuit-là, non seulement le roi dut se contenter d’un « casse-croute » (panades…enbolcades en una tovallola), mais il dut également dormir dans la roba dudit hôtel, car son lit n’avait pas suivi. C’est encore dans un hostal, celui d’En Verdú à Sant Mateu, non loin d’Almaçora qu’il est hebergé le 5 juin 1361.

29Le terme d’hostal semble, de tous deux employés pour désigner les résidences royales, le plus indéterminé, et nous semble pouvoir désigner tout hébergement éphémère suffisamment vaste pour abriter une maison princière ou une partie au moins de la maison royale : en juin 1361, la cour est installée à Castellón ; l’infant Ferrand qui a son propre hôtel à Almaçora, se rend auprès du roi dans son hostal de Castellón, où il est retenu prisonnier dans une chambre.

Campements

30A côté de ces hébergements « en dur » la Chronique mentionne très fréquemment le mode d’hébergement courant des expéditions militaires : le campement provisoire et les tentes de campagne.

31Ces tentes peuvent apparaître comme compléments d’hébergements divers ; c’est ce que nous avons déjà signalé en évoquant l’auberge de la Bella Dona à Sant Celoni (1343) ; le plus souvent cependant les tentes sont dressées en rase campagne, ce qui donne au chroniqueur l’occasion d’insérer de rares notations paysagères : en 1343, pendant la campagne du Roussillon, l’armée royale dresse le camp près d’Elne, près de la rivière dans une grande prairie complantée d’aulnes ; à quelque temps de là, au Boulou, c’est encore auprès du Tech que le camp est dressé ; à Canet, c’est entre la ville et la mer que sont posées les tentes.

32Dans sa tente, le roi reçoit ; le dimanche 6 juin 1344, près d’Elne, c’est là que les consuls et des prohomens de la ville viennent lui faire serment et hommage ; le 11 juillet de la même année, c’est la population de la ville qui y défile. L’image de cet espace, qui associe les fonctions traditionnelles de la « salle » et de la « chambre » est plus précise dans le récit que donne la Chronique de la réception de Jacques de Majorque le jeudi 15 juillet 1344 dans le campement dressé près d’Elne : le roi l’y attend, entouré de tous les barons et autres chevaliers et de bien d’autres gens assis sur un banc à la tête de son lit.

33Ce sont donc de vastes habitacles que ces tentes de campagne, mais lorsque le camp est installé pour un temps relativement long, comme c’est le cas par exemple lors du siège de Collioure, aux tentes sont associées des constructions de bois : le vendredi 18 juin 1344, c’est dans une maison de bois construite près de la tente royale qu’est reçu le cardinal d’Embrun, en présence des infants, des barons, les chevaliers les plus notables et des membres du conseil.

Annexe : mention des lieux de séjour dans la Chronique de Pierre IV d’Aragon 

Castell, Balaguer, 1319 :

  • 14  A. Pagès (éd.), Chronique catalane de Pierre IV d’Aragon III, chapitre I, § 41, ligne 25, p. 52.

E fom nats en la caxa baxa del castell de Balaguer, qui es al cap del gran Palau14.

Palau, Balaguer, 1319 :

  • 15  Ibid.

E fom nats en la caxa baxa del castell de Balaguer, qui es al cap del gran Palau15.

Maison, Balaguer, 1319 :

  • 16 Ibid.

E fom nats en la caxa baxa del castell de Balaguer, qui es al cap del gran Palau16.

Couvent, Saragosse, 1336 (dimanche de Pâques, couronnement) :

  • 17  Ch. II, § 3, l. 3, p. 70.

[…] partim Nos de la dita casa dels frares Menors, e mudam Nos a la Aljaferia nostra17.

Aljafería, Saragosse, 1336 (dimanche de Pâques, couronnement) :

  • 18 Ibid.
  • 19  Ch. II, § 14, l. 1, p. 75.

[…] partim Nos de la dita casa dels frares Menors, e mudam Nos a la Aljaferia nostra18.
E com fon intrats dins la Aljaferia19.

Château, Lérida, 1336 :

  • 20  Ch. II, § 23, l. 11, p. 82.

[…] pujam-Nos-en a nostre castell, hon era nostra posada […]20.

Château, Burriana, 1337 carnestoltes :

  • 21  Ch. II, § 27, l. 17, p. 86.

[…] Nos fom, a les dites carnestoltes, a Castelló de Borriana […]21.

Palais, Barcelone, 1338 :

  • 22 Ch. II, § 34, l. 22, p. 95.

[…] en lo nostre tinell major de nostre palau […]22.

Couvent, Avignon, 1339 :

  • 23 Ch. II, § 37, l. 84, p. 100.

[…] e anam a la nostra posada que era l’Ordre dels Agostins […]23.

Palais, Montpellier, novembre 1339 :

  • 24  Ch. II, § 37, l. 137, p. 32.

[…] anam axi tro al palau ; e aqui lo dit rey Nos feu gran festa e bell aculliment […]24.

Château, Perpignan, 1291 :

  • 25  Ch. III, § 5, l. 5, p. 108.

[…] E entra en lo castell qui no era acabat de obrar […]25.

Lieu, Montblanch, 1340 :

  • 26 Ch. III, § 10, l. 7, p. 113.

[…] Nos partim de Barcelona e anam al loch de Montblanch per tenir-hi l’estiu26.

Monastère, Poblet, 1340 :

  • 27  Ch. III, § 11, l. 32, p. 114.

[…] partim Nos aximatex de Montblanch e anam-Nos-en per tenir tot l’estiu al monestir de Poblet27.

Tente de campagne, siège de Majorque, 1343 :

  • 28  Ch. III, § 31, l. 34, p. 140.

[…] romangueren ab lo almirall nostre en la sua tenda28.

Castell, Bellver, 31 mai 1343 :

  • 29  Ch. III, § 35, l. 35, p. 142.

E l’Infant ab los altres dessús dits anaren vers la ciutat tro a una torre drrocada antiga que s’apella la Torre d’En Carroç, davant lo castell de Bellver29.

Château, Almudayna, 31 mai 1343 :

  • 30 Ch. III, § 35, l. 46, p. 143.

[…] tremetem primera la nostra senyera per Mossen Blasco d’Alagó, senyaler nostre, ab alguna companya de cavall qui la acompanyava, e mes-la en lo Castell e posá-la en la pus alta torre que y es, en laqual es appellada de l’Angel30.

Château, Almudayna, juin 1343 :

  • 31  Ch. III, § 48, l. 27, p. 152.

[…] puys entram per lo portal de la Almudayna, e tornam-Nos-en dret al castell nostre31.

Hôtel, Sant Celoni ( ?), 1343 :

  • 32 Ch. III, § 59, l. 1, p. 158.

[…] venguem jaure a l’hostal de La Bella Dona, e, aqui, fem parar algunes tendes a les companyes de nostra Casa, car no cabien en lodit hostal32.

Maison de l’évêque, Gérone, 1343 :

  • 33  Ch. III, § 61, l. 1, p. 159.

E estiguem en la ciutat de Gerona en las cases del bisbe […]33.

Auberge, Figueras, 1343 :

  • 34 Ch. III, § 65, l. 1, p. 160.

[…] estans Nos en Figueres en I verger, que havia en l’alberch hon posaven […]34.

Tentes de campagne, Le Boulou, 1343 :

  • 35 Ch. III, § 67, l. 29, p. 165.

E anam-Nos-en jaure en la ribera de Tech, davant I loch que ha nom Sent Johan, prop Lo Voló, e aqui pasam nostres tendes e reposam aquella nit35.

Tente de campagne, Elne, 1343 :

  • 36 Ch. III, § 68, l. 21, p. 166.

[…] anam Nos aturar a tendar en la dita vila sus pres Elna, en Ia gran verneda e predal entra l’aygua, e aqui reposam aquella nit36.

Tentes de campagne, Canet, 1343 :

  • 37 Ch. III, § 81, l. 5, p. 171.

[…] e posam nostres tendes entre I castell de Canet e la mar37.

Maison de l’abbé de Montserrat ( ?), Monistrol, 1344 :

  • 38  Ch. III, § 99, l. 41, p. 179.

[…] e anam sopar e jaure a Monistrol, on lo dit prior aximatex Nos havia convidats […]38.

Monastère, Gérone, juin 1344 :

  • 39 Ibid.

[…] Nos estant en l’ort del monestir dels frares menors hon posavem […]39.

Tentes de campagne, près d’Elne, 1344, dimanche 6 juin :

  • 40  Ch. III, § 125, l. 8, p. 190.
  • 41  Ch. III § 125, l. 39, p. 191.

E los consols e prohmens vingueren a Nos a la nostra tenda e feren-Nos homenatge e sagrament de Feeldat […]40.
[…] e tornam a nostres tendes a sopar […]41.

Maison de bois, Argelès, 1344, vendredi 18 juin :

  • 42  Ch. III, § 136, l. 9, p. 193.

E amenam lo [cardinal d’Ambrun] a una casa de fusta prop la nostra tenda, e aquí estiguem-Nos en la casa de fusta, e foren-hi los Infants e tots los barons e cavallers pus notables […]42.

Tente de campagne, près d’Elne, 1344, lundi 11 juillet :

  • 43  Ch. III, § 160, l. 10, p. 207.

E totes les gents, homens e fembres, exiren e vengren a la tenda nostra a besar-Nos los peus e les mans […]43.

Tente de campagne, près d’Elne, 1344, jeudi 15 juillet :

  • 44  Ch. III, § 163, l. 1, 10, p. 209-210.

[…] estant-Nos en les tendes prop d’Euna…En Jacme de Mallorques no vench. E lavors Nos stinguem asseguts en I banch, al cap de nostre lit, en la tenda ab l’infant En Jacme e ab tots els barons e cavallers e molt altra gent[…]44.

Château, Perpignan, 1344, 18 juillet :

  • 45  Ch. III, § 166, l. 1, p. 212.

Dimentge après, hoim sermó en lo pati del castell de Perpenyá ab tot lo poble qui esser hi volch […]45.

Château, Perpignan, 1344 mardi, 14 décembre :

  • 46  Ch. III, § 198, l. 2, p. 232.

Nos stant en lo castell nostre de Perpenyá, vench a nos per fer reverencia lo vescomte de Narbona e estech ab Nos alguns dies […]46.

Château, Perpignan, 1344, mercredi, 15 décembre :

  • 47  Ch. III, § 199, l. 9, p. 232.

E, après vespres, muntaren les ballades al patí del castell e mesclaren dances de moltes maneres, e Nos haguem-ne gran plaer, e devallam a ballar ab ells en la dança mesclada, e hagren-ne molt gran goig e plaer47.

Château, Perpignan, 1345, mardi 1er février :

  • 48  Ch. III, § 202, l. 2, p. 235.

[…] vench a Nos a Perpenyá alcayt Abelfacen Ali Aben Comexa, missatger del rey (de)Don Juçef de Granada […]48.

Monastère, Poblet, 1346 (été) :

  • 49  Ch. IV, § 3, l. 10, p. 240.

E per talc om eren grans calors, estiguem en Poblet quaix tot l’estiu […]49.

?, Lérida, 1347 :

  • 50  Ch. IV, § 4, l. 1, p. 240.

Après passam per Leyda, on stiguem la major partida de l’hivern […]50.

Reial, Valence, 1347 :

  • 51 Ch. IV, § 4, l. 5, p. 240.

En Jacme, qui en Valença era vengut, ho entresentí, e, a hun depart en la cambra hon Nos dormiem, ell Nos dix […]51.

Hôtel, Villafranca del Penedes, 1347 :

  • 52 Ch. IV, § 12, l. 83, p. 248.

[…] e alli sopam solament absisesme de les dites panades [enbolcades en Ia tovallola] E aqui, aquella nit, posam e dormim en l’ostal d’En Castelló de Sent P, en la roba del dit hostal, com lo lit nostre no pogués esser vengut aquella nit52.

Monastère, Saint Michel de Cuxa, 1347 :

  • 53 Ch. IV, § 14, l. 1, p. 250.

Nos aquel dia venguem al monastir de Sent Miquel de Cuxa, prop de Vilafrancha, mija legua, hon stiguem VI jorns per cobrar a Nostra mà los llocs e Castells qué eren romasos establits per lo dit en Jacme de Montpeller […]53.

?, Monzón, 1347 :

  • 54 Ch. IV, § 20, l. 1, p. 252.

E, Nos stants en Montsó…en la mitja nit, Nos partim de Montsó54.

Aljafería, Saragosse, 1347 :

  • 55  Ch. IV, § 22, l. 17, p. 253.
  • 56  Ch. IV, § 29, l. 7, p. 257.

[…] acompanyaren-Nos tro a la Aljaferia, e tots sols ab nostra companya romanguem aquí, que nengun dels dits Infants ne dels richshomens ne d’altres de la Unió no romás ab Nos ne entrá ab nos dins la Aljaferia, ans se partiren de Nos davant lo vall de la plaça de la Aljaferia […]55.
E I jorn appartam-Nos en l’Alcubetta, que encora la obra nova no era feta […]56

?, Fraga, 1347, octobre :

  • 57  Ch. IV, § 33, l. 33, p. 263.

E, com fom en Fraga, allí dormim aquella nit […]57.

Château, Murviedro, 1348 :

  • 58  Ch. IV, § 38, l. 1, p. 265.

E, de continent que fom en Murverdre, nos fem enfortir la força del castell, reparant los murs e purgant e denejant les cisternes que eren totes guastades e astades e e destrouïdes. E ab carreig de besties lo dit Mossén Bernat de Cabrera, a qui en special en especial ne era dat carrec, feya metre aygua aygua en les dites cisternas de la aygua del riu58.

Reial, Valence, 1348, dimanche des Rameaux :

  • 59 Ch. IV, § 40, l. 25, p. 268.

[…] volien matar a ell [Bort de Conçut, hom de Casa Nostra] e ell meté s dins lo nostre Reyal […]59.

Aljafería, Saragosse, 1348, octobre

  • 60  Ch. IV, § 48, l. 10, p. 276.

[…] E aquesta sentencia [de mort pour les « unionistes »] fon per Nos personalment donada dins la dita Aljaferia […]60.

Reial, Valence, 5 juillet 1353 :

  • 61 Ch. IV, § 17, l. 9, p. 301.

Nos fem aplegar an la cambra blancha del Real nostre de Valencia tots los barons, cavallers e ciudadans […]61.

Château, Rosas, 1354, juin :

  • 62 Ch. V, § 35, l. 36, p. 315.

[…] anam al castell de Roses, hon estiguem tro a XXè dia de Juny […]62.

Castell, Cagliari, 1355, janvier :

  • 63  Ch. V, § 39, l. 19, p. 319.

E entram en lo dit castell lo VI dia del dit mes de gener e aqui reposam e començam a tractar dels affers del Regne […]63.

Hôtel, Sant Mateu, 5 juin 1361 :

  • 64 Ch. V, § 34, l. 17, p. 363.

[…] fom a l’hostal d’En Verdú […] e l’endema, partim ab totes les nostres hosts e anam al lloch d’Almaçora64.

Hôtel, Castellón, 1365, juin :

  • 65  Ch. V, § 35, l. 10, p. 364.
  • 66 Ch. V, § 35, l. 9, p. 364.

[…] vingués a Nos en lo dit lloch de Castelló, car el [l’infant Ferrant]tenía son hostal ab sa gent en lo loch d’Almaçora65.
En lo dit lloc de Castelló estiguem_hi per alguns dies [l’infant Ferran] tenia son hostal ab sa gent en lo lloc d’Almossara […] e entrant en lo nostre hostal solamente los caps majors, e meteren lo dit infant en una cambra, e com hi fo, trametem-li los postres alguatzirs, manant li, de part Nostra, que es tingués per prés […]66.

Palais, Barcelone, 1367, 1er janvier :

  • 67 Ch. V, § 58, l. 11, p. 392.

[…] en lo Gran Palau nostre, en la sala general [réception de « Bertrán de Claquí »]67.

Haut de page

Notes

1  Philippe ARAGUAS, « Un roi soucieux de son confort : Pierre IV d’Aragon et III de Catalogne, dit “Le Cérémonieux“ et ses palais », in : Odette Chapelot (dir.), Du projet au chantier : maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux XIVe-XVIe siècles, Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2001, p. 279-296.

2  Philippe ARAGUAS, « Le réseau castral catalan vers 1370 », in : Castrum III, [actes du colloque de Madrid, 1985 ], André BAZZANA (éd.), Guerre, fortification et habitat dans le domaine méditerranéen au Moyen Âge, Madrid : Casa de Velázquez, Rome : École Française de Rome, 1988, p. 113-122.

3  J’utilise pour les renvois à ce texte l’édition d’Amédée Pagès, Chronique catalane de Pierre IV d’Aragon III de Catalogne dit Le Cérémonieux ou Del Punyalet, Toulouse : Édouard Privat, Paris : Henri Didier, 1942. On retrouvera aisément dans la liste en annexe les passages qui inspirent nos réflexions en se référant à la date.

4  Josep María Madurell, « El Palau Reial Maior de Barcelona », in : Homenatge a Antoni Rubió i Lluch : miscellània d'estudis històrics i linguistics, Barcelone : [s. n.], 1936,2, p. 491-518 et Pere Catala i Roca et Miquel Brasó i Vaqués : « Els palaus dels sobirás », in : Els Castells Catalans, 1, Barcelone : Dalmau, 1967, p. 524-532. Anna María Adroer i Tasis, El palau reial major de Barcelona, Barcelone : Ayuntament de Barcelona, 1979. Pour la « galerie des comtes et des comtes-rois », cf. Josep Bracons i Clapés, « “Operibus monumentorum que fieri facere ordinamus”: L’escultura al servei de Pere el Cerimoniós », in : Pere el Cerimoniós i la seva época, Barcelone : CSIC, Institut Milá i Fontanals, 1989, p. 210-236.

5  Dès 1378, des négociations avaient été entreprises pour l’acquisition de terrains : A. M. Adroer i Tasis, op. cit., p. 33.

6  Ángel Fabrega i Grau, Santuarios marianos de Barcelona, Barcelone :La Hormiga de Oro, 1954, p. 62.

7  Joan Fuguet Sans, « La casa del Palau del Temple de Barcelona », Locus Amoenus, 7, 2004, p. 99-109.

8  François Amigues, que je tiens à remercier ici pour les informations qu’il a pu me fournir sur ce palais me signalait en 1993 avoir pu observer, lors de travaux effectués en 1986 dans cette zone, les vestiges de la porte d’entrée du palais et de galeries adjacentes.

9  José Riús Serra, « Més documents sobre la cultura catalana », Estudis universitaris catalans, 13, 1928, p. 135-170, 338-402,p. 159. Archivo de la Corona de Aragón, Cancillería, reg 115, fol. 23 (sceau secret) : « us manam que del po[tal]alt del dir Real que esta sobre la nostra cambra façats cambra de g...ia que sia tota closa salvant finestres a claror que i lexers de part de ponent e de lebeyg... ».

10  La bibliographie sur le palais de la Aljafería de Saragosse est beaucoup trop abondante pour pouvoir être citée exhaustivement ; je me permets de renvoyer à mon article : Philippe ARAGUAS, « La torre del trovador de la Aljafería de Saragosse Torre del homenaje ou Donjon ? », in : Philippe SÉnac (dir.), Frontières et espaces pyrénéens au Moyen Âge, Perpignan : Université, Centre de recherche sur les problèmes de la frontière, 1992, p. 129-150. Et à Manuel Expósito Sebastián, José Luis Pano Gracia et María Isabel Sepúlveda, La Aljafería de Zaragoza, guía histórica artística y litteraria, Saragosse : Cortes de Aragon-Excmo Ayuntamiento de Zaragoza, 1986. Pour la partie XVIsiècle, cf. Steven Janke, « El alizer y cubierta de la sala nueva de la Aljafería, una obra documentada », Boletín del Museo Arqueológico Nacional, 2, 1984, p. 137-143. En dernier lieu, Pedro I. Sobradiel, La arquitectura de la Aljafería, estudio histórico documental, Saragosse : Gobierno de Aragón, Departamento de educación y cultura, 1998, réunit et étudie l’ensemble de la documentation des origines à nos jours sous la forme d’une analyse sommaire des pièces d’archives dont un certain nombre, étrangères au propos, ne sont pas citées ici ; elles seront prises en compte dans un mémoire de maîtrise mené sous ma direction par Séverine Prendin.

11  Information orale communiquée par Francesca Español Beltrán lors des discussions qui suivirent la communication.

12  Antoni Rubio i Lluch, Documents per a la història de la cultura catalana medieval, (1ère éd. 1908-1921), Barcelone : Institut d'Estudis Catalans, 2000, p. 129, doc. CXXX.

13  John Day, Bruno Anatra et Lucetta Scaraffia, La Sardegna medioevale e moderna, Turin : UTET (Storia d'Italia, 10), 1984, p. 214.

14  A. Pagès (éd.), Chronique catalane de Pierre IV d’Aragon III, chapitre I, § 41, ligne 25, p. 52.

15  Ibid.

16 Ibid.

17  Ch. II, § 3, l. 3, p. 70.

18 Ibid.

19  Ch. II, § 14, l. 1, p. 75.

20  Ch. II, § 23, l. 11, p. 82.

21  Ch. II, § 27, l. 17, p. 86.

22 Ch. II, § 34, l. 22, p. 95.

23 Ch. II, § 37, l. 84, p. 100.

24  Ch. II, § 37, l. 137, p. 32.

25  Ch. III, § 5, l. 5, p. 108.

26 Ch. III, § 10, l. 7, p. 113.

27  Ch. III, § 11, l. 32, p. 114.

28  Ch. III, § 31, l. 34, p. 140.

29  Ch. III, § 35, l. 35, p. 142.

30 Ch. III, § 35, l. 46, p. 143.

31  Ch. III, § 48, l. 27, p. 152.

32 Ch. III, § 59, l. 1, p. 158.

33  Ch. III, § 61, l. 1, p. 159.

34 Ch. III, § 65, l. 1, p. 160.

35 Ch. III, § 67, l. 29, p. 165.

36 Ch. III, § 68, l. 21, p. 166.

37 Ch. III, § 81, l. 5, p. 171.

38  Ch. III, § 99, l. 41, p. 179.

39 Ibid.

40  Ch. III, § 125, l. 8, p. 190.

41  Ch. III § 125, l. 39, p. 191.

42  Ch. III, § 136, l. 9, p. 193.

43  Ch. III, § 160, l. 10, p. 207.

44  Ch. III, § 163, l. 1, 10, p. 209-210.

45  Ch. III, § 166, l. 1, p. 212.

46  Ch. III, § 198, l. 2, p. 232.

47  Ch. III, § 199, l. 9, p. 232.

48  Ch. III, § 202, l. 2, p. 235.

49  Ch. IV, § 3, l. 10, p. 240.

50  Ch. IV, § 4, l. 1, p. 240.

51 Ch. IV, § 4, l. 5, p. 240.

52 Ch. IV, § 12, l. 83, p. 248.

53 Ch. IV, § 14, l. 1, p. 250.

54 Ch. IV, § 20, l. 1, p. 252.

55  Ch. IV, § 22, l. 17, p. 253.

56  Ch. IV, § 29, l. 7, p. 257.

57  Ch. IV, § 33, l. 33, p. 263.

58  Ch. IV, § 38, l. 1, p. 265.

59 Ch. IV, § 40, l. 25, p. 268.

60  Ch. IV, § 48, l. 10, p. 276.

61 Ch. IV, § 17, l. 9, p. 301.

62 Ch. V, § 35, l. 36, p. 315.

63  Ch. V, § 39, l. 19, p. 319.

64 Ch. V, § 34, l. 17, p. 363.

65  Ch. V, § 35, l. 10, p. 364.

66 Ch. V, § 35, l. 9, p. 364.

67 Ch. V, § 58, l. 11, p. 392.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe ARAGUAS, « Châteaux, palais,  hôtels et tentes de campagne : notes sur les « itinérances » de Pierre IV le Cérémonieux », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 18 décembre 2009, consulté le 29 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/18677 ; DOI : 10.4000/e-spania.18677

Haut de page

Auteur

Philippe ARAGUAS

Université de Bordeaux, « Ausonius » Institut de Recherches sur l’Antiquité et le Moyen-Âge

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org