Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

Viator rex. Sur les pas de Pierre II d’Aragon

Laurent MACÉ

Résumés

Partant du constat que la question de l’itinérance des cours royales est souvent traitée uniquement sous la forme de tableaux de trajets totalement déconnectés de la réalité du terrain, nous souhaitons, à travers un cas concret – trois déplacements effectués par le roi d’Aragon, Pierre II (1196-1213) au début du XIIIe siècle – soulever le problème de la représentation cartographique du cheminement princier, notamment quand les régions traversées figurent dans un relief particulièrement accidenté.

Haut de page

Texte intégral

Pour une problématique duale

  • 1  François de Dainville, La cartographie, reflet de l’histoire, Genève/Paris : Slatkine, 1986. La qu (...)
  • 2  Julian MUNBY, « From Carriage to Coach : What Happened ? », in : Robert O. BORK et Andrea KANN (éd (...)

1La double approche à la fois géographique (c’est-à-dire spatiale) et historique (ou plus précisément chronologique) du règne d’un souverain a longtemps été négligée par l’historiographie. La démarche qui consiste à reconstituer ou même à construire, dans certains cas, les déplacements royaux devrait procéder d’une combinaison de méthodes propres aux pratiques disciplinaires relevant de l’histoire et de la géographie. Ainsi, la prise en compte des contraintes spatiales (distance, topographie, dénivelés, vitesse de déplacement, localisation des voies de communication) peut-elle devenir sujet d’histoire et peut-elle, par conséquent, autoriser à étudier l’exercice du pouvoir sous un éclairage différent1 ? Quelques pistes s’imposent d’emblée. Réfléchir à la cartographie des itinéraires suivis par un prince amène à revoir avec minutie la place tenue par les monastères dans le réseau politique et invite à observer sous un autre angle le patronage religieux développé durant son règne. Cette position oblige tout aussi logiquement à scruter avec attention la composition et le comportement de l’entourage rapproché du souverain (qui l’accompagne ? jusqu’où ? combien de temps ?), à distinguer l’entourage permanent des simples témoins occasionnels, ainsi qu’à s’interroger sur la fonction précise et indispensable des officiers de la chancellerie royale. Elle engage enfin à se poser la question de la logistique nécessaire aux déplacements, aux routes parcourues en temps de paix comme en temps de guerre : par exemple, lors du franchissement des Pyrénées, les convois lourds avec les chariots contenant l’équipement militaire empruntent des passages qui ne sont pas ceux du cortège royal2.

  • 3  Júlia Galego, João Carlos Garcia et Maria Fernanda AlegrÍa, Os itinerarios de D. Dinis, D. Pedro e (...)
  • 4  Simon Barton, The Aristocracy in Twelfth Century León and Castille, Cambridge : University Press, (...)
  • 5  En France, il s’agit d’un héritage historiographique ancien qui remonte au moins au XVIIIe siècle (...)
  • 6  Marcelle-Renée Reynaud, « Itinéraire de Louis II d’Anjou-Provence pendant son règne personnel (oct (...)
  • 7  Élisabeth Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), Mémoires de l’Académie des Inscript (...)

2Pour le moyen âge central, les essais de cartographie des itinéraires suivis par les souverains de la péninsule ibérique, tout comme pour le royaume de France, sont extrêmement rares3. Une bien timide tentative paraît dans un ouvrage de Simon Barton, auteur qui se risque à représenter une quinzaine de déplacements du roi de Castille et de León, Alphonse VII, pendant une courte période d’un an (janvier 1146-février 1147)4. Pour le reste, le traitement le plus fréquent des voyages princiers demeure celui du traditionnel tableau des trajets qui recompose des itinéraires sans tenir compte du caractère aléatoire du tracé des routes5. Le raisonnement se situe en dehors de toute logique spatiale, même si l’objectif avoué de certains auteurs est de « savoir comment le prince a réparti son temps entre ses territoires, s’il a privilégié certains d’entre eux » car « les voyages du prince témoignent de sa manière de régner, de sa manière de gouverner »6. En l’absence de véritables modèles et négligeant les réflexes propres à la pensée des géographes, la plupart des historiens délaissent cet indispensable rapport à l’espace ; il est néanmoins primordial de prendre en compte certaines contraintes naturelles, qui sont pourtant des réalités de l’époque, pour réfléchir au constat général du nomadisme qui caractérise l’exercice du pouvoir des temps médiévaux. Les récents travaux réalisés par Elisabeth Lalou sur les itinéraires du roi de France Philippe IV, au tournant du XIVe siècle, viennent enfin peupler ce désert cartographique7 ; gageons que la voie est enfin ouverte pour multiplier à l’avenir ce type d’entreprise.

  • 8  Florent Laborie, Les itinéraires du roi Pierre II d’Aragon (1196-1213) : tentative d’approche cart (...)

3Pour circonscrire mon propos aux limites spatiales de ce colloque, je voudrais évoquer un cas concret en reprenant certains éléments d’une étude menée récemment, à titre expérimental, sur le règne du roi Pierre II d’Aragon (1196-1213)8. L’objectif de départ de ce travail était de mettre en place un mode exploratoire qui se voulait complémentaire d’une étude historique traditionnelle.

La transcription cartographique

  • 9 Joaquim Miret i Sans, « Itinerario del rey Pedro I de Cataluña y II en Aragón », Boletín de la Acad (...)

4La démarche cartographique ne peut trouver sa légitimité en dehors de l’indispensable élaboration d’un corpus d’actes aussi exhaustif que possible. Pour Pierre II, nous disposons d’un peu plus de 800 documents diplomatiques9, ce qui signifie que sur un règne de 6 350 jours (du 25 avril 1196 au 12 septembre 1213), c’est en moyenne un acte par semaine qui était expédié par les services de sa chancellerie.

5L’approche des itinéraires royaux à partir de la date et du lieu d’émission des actes de la pratique permet de chercher, dans un premier temps, tout autant les raisons que les modalités des déplacements successifs du roi, ouvrant ainsi la réflexion sur les différentes possibilités d’itinéraires que sur les motivations d’un déplacement rapide. Toutefois, la question de la datation est une difficulté préalable qu’il faut résoudre dès le début de l’enquête. Elle n’est pas à négliger : l’investigation qui fut menée a permis de relever certaines anomalies et incohérences dans le cheminement chronologique et de proposer, par conséquent, la correction de certaines dates d’émission pour quelques documents. Un autre écueil peut se dresser sur la route : un léger décalage chronologique est possible entre la promulgation de l’acte et son enregistrement par les services du souverain. Par ailleurs, un officier de la chancellerie royale peut avoir rédigé un document officiel, sur les directives du roi, mais à un moment où Pierre II se trouvait déjà sur un chemin différent.

6Ensuite, en cartographiant les trajets, la prise en considération des contraintes géographiques liées à la topographie, au respect des distances ou aux vitesses de déplacement, permet de replacer les événements dans un contexte connecté à la réalité et non pas de l’isoler du temps et de l’espace, défaut majeur que l’on peut reprocher aux travaux se contentant d’établir de simples listes d’itinéraires.

  • 10  Voir, par exemple, le constat que l’on peut établir à propos de la documentation conservée pour le (...)
  • 11  Charles PorÉe, « La domination aragonaise en Gévaudan (1172-1258) », in : Études historiques sur l (...)

7Bien évidemment, pour suivre les pérégrinations d’un souverain comme Pierre II, notre dépendance envers la documentation diplomatique est grande : nous sommes fortement tributaires des actes conservés. En ce domaine, il ne faut pas négliger les pertes réelles qui sont toujours difficiles à quantifier mais qui viennent sérieusement obérer notre vision globale10. Mais il y a aussi des sources remarquables et particulièrement riches pour notre sujet. Ainsi, nous pouvons suivre le roi d’Aragon quasiment au jour le jour, au moment de la cession en gage du Millavois et du Gévaudan à son parent le comte de Toulouse, Raimond VI. Pour tout le mois d’avril 1204, le parcours du souverain est aisé à reconstituer à partir des seules dépositions recueillies lors d’enquêtes produites en 1262 et 1275, témoignages d’autant plus précieux que les traditionnelles sources diplomatiques n’ont pas gardé trace de cette tournée royale dans la région11.

  • 12  Ramón garcÍa PiÑol, Rutas medievales, Barcelona : Universidad Politécnica, 1974 ; Antonio Ubieto A (...)
  • 13  L’outil de référence en la matière est l’ouvrage de Victor Hurtado, Cristina Gatell et Felipe Moli (...)
  • 14  La configuration du littoral, notamment le delta du Rhône, et les modifications du tracé des côtes (...)
  • 15  Et pourtant ! Dans l’ouvrage de M. A. MagallÓn Botaya, op. cit., la route qui relie les cités de B (...)
  • 16  Céline PÉrol, « Cheminement médiéval : l’homme, l’historien et la route », in : Jean-Luc Fray et C (...)

8En termes de méthode, la difficulté majeure réside essentiellement dans le passage de la collecte et de l’organisation des données à la réalisation d’un outil graphique. Le référencement géographique des mentions textuelles doit permettre le traitement de l’information sur le mode plan, à travers une carte qui se trouve au centre de la démarche. Cette transformation nécessite de maîtriser des données – qui s’avèrent être éparses et souvent lacunaires – sur les zones de peuplement, les réseaux routiers et les voies de communication (terrestres et maritimes)12, les délimitations des diocèses ou des domaines seigneuriaux13, et enfin la connaissance du relief médiéval14. Par ailleurs, cartographier les déplacements oblige à ne pas se satisfaire de la simple ligne droite15. La route est un espace de cheminement souple dont la réalité médiévale est plus complexe et mouvante que les représentations figées et schématiques que l’on peut bien trop souvent produire16. Les voyages du roi à travers les Pyrénées illustrent d’autres logiques que celle de se rendre d’un point à un autre, impression fausse que nous donnent de simples listes de lieux et de dates organisées à l’intérieur des conventionnels tableaux d’itinéraires.

9La trentaine de cartes réalisées par Florent Laborie couvre quasiment l’ensemble des déplacements effectués tout au long des dix-huit ans de règne du monarque. Elles ont été réalisées à partir d’un fond de carte vierge assez complexe sur lequel on a fait apparaître certaines contraintes topographiques (cours d’eau, montagnes, distances à parcourir). Puis un travail de superposition de calques (villes, châteaux, abbayes qui sont autant de probables lieux d’hébergement) fut nécessaire avant de passer à la numérisation de l’ensemble des strates constituées. Au final, ont été établies des propositions d’itinéraires qui prennent en compte des zones relativement vastes dans une échelle assez réduite : les cartes ont une échelle moyenne de 1/4 000 000 (1 cm = 40 km).

10Les principales qualités d’un tel travail sont la lisibilité et la pertinence des données cartographiées, sans se passer pour autant d’une certaine exhaustivité. Comment représenter un maximum d’informations susceptibles d’éclairer le phénomène étudié en un minimum de signes aisément perceptibles ? Cet objectif invite à établir une sélection selon la nature et la fiabilité des données recueillies. Tout n’est pas bon à cartographier, il convient d’éliminer ce qui n’est pas absolument nécessaire pour ne retenir que les interrelations essentielles : ainsi, certains châteaux ou abbayes ne sont pas systématiquement figurés sur toutes les cartes afin de ne pas en parasiter la lecture ou pour éviter de masquer les informations principales selon l’orientation des itinéraires. Autre observation : sur la plupart des cartes réalisées par les spécialistes des voyages princiers, plus que le chemin emprunté, c’est la direction du déplacement qui est mise en valeur et, de fait, le trait continu porte une flèche à son extrémité, figuration qui s’avère finalement assez imprécise et qui ne respecte pas toujours le tracé véritable des routes. Ce procédé ne peut convenir sur des cartes où le relief est sensiblement apparent. Le choix retenu pour les itinéraires de Pierre II est une succession de petites flèches pleines, elles offrent l’avantage d’indiquer en permanence le sens du déplacement, progression lente et régulière, et de s’adapter plus précisément au tracé routier. Enfin, le dénivelé des routes est un critère primordial à prendre en compte dans les déplacements, non seulement pour le franchissement des Pyrénées, mais aussi pour la simple circulation à l’intérieur de l’Aragon. De part et d’autre de la plaine de l’Èbre, le relief est omniprésent : de Saragosse à Huesca, on observe plus de 290 m en montée ; entre Huesca et Jaca, on trouve entre 400 et 800 m selon les différents itinéraires qu’il est alors possible d’emprunter.

Apports de la méthode : correctifs et hypothèses

  • 17  Cet itinéraire est qualifié de viam publicam de Perpiniano usque ad Malpertus en 1164 ; il corresp (...)
  • 18  À cette période de l’année, la durée du jour n’excède pas dix heures trente ; elle autorise donc u (...)

11Le travail cartographique a permis de s’interroger sur la rapidité des déplacements, notamment lorsqu’il s’agit de progresser à travers des massifs montagneux. À l’évidence, Pierre II est en mesure de se transporter rapidement d’un lieu à un autre lorsque les circonstances l’exigent. En février 1198, après un séjour de quelques jours à Perpignan où le roi a rencontré les princes méridionaux, notamment le comte de Toulouse Raimond VI et le comte de Comminges Bernard IV, afin de poser la première pierre d’une alliance solide entre deux maisons autrefois rivales, le souverain quitte la ville le 25 février, pour arriver le lendemain à Gérone : il est attendu pour participer à un concile traitant de la question des hérétiques vaudois. Ce voyage peut paraître en apparence bien rapide mais il n’est pas inconcevable : en une journée, le souverain a parcouru près de 90 km (en passant par le col du Perthus)17 pour un dénivelé de 300 m en montée18. Ce genre de trajet n’entraîne pas de difficultés majeures lorsqu’il concerne deux villes relativement rapprochées, sur un parcours connu, avec une topographie relativement favorable. En revanche, lorsqu’il s’agit d’un long déplacement impliquant une importante logistique et dépendant de conditions climatiques aléatoires, les étapes se trouvent multipliées et la vitesse de progression ralentie.

  • 19  Charles Higounet, Le comté de Comminges de ses origines à son annexion à la couronne (1ère éd. 194 (...)
  • 20  F. Laborie, op. cit., p. 68-71.

12C’est le cas lors du premier voyage effectué dans le Midi languedocien et qui implique la traversée des Pyrénées centrales durant l’été 1201. Pierre II se trouve à Jaca le 14 août ; puis il est mentionné à Barbastro le 29 août, et le 22 septembre, il cède le Val d’Aran au comte de Comminges Bernard IV, en un endroit dénommé Banneras. Là où Miret y Sans a voulu voir en ce toponyme Bagnères-de-Bigorre, il faut corriger l’identification de ce lieu, à la suite de Charles Higounet, par celui de Bagnères-de-Luchon, proche du Val d’Aran19. Entre Barbastro et Bagnères, aucun document ne permet de connaître l’itinéraire suivi par le cortège royal. Il faut donc échafauder quelques hypothèses sur les probables pistes que l’on pouvait emprunter à travers les cols pyrénéens, défilés qui rigidifient l’espace de circulation20 (voir figure 1).

  • 21  Col cité au XIIe siècle par le géographe arabe al-Idrisi dans sa Description de l’Hispanie (J. F. (...)
  • 22  C’est une zone qui est alors réactivée par la formation de la Grande Couronne d’Aragon (ibid., p.  (...)
  • 23  L’hôpital de Saint Nicolas de Pontells peut servir d’étape intermédiaire (ibid., p. 369, p. 376-37 (...)

13Trois voies sont envisageables pour un même cheminement. Elles présentent des parcours accidentés et nécessitent le franchissement de points de passages stables et obligés, à savoir des cols qui se trouvent à plus 2 300 m d’altitude.
- La première, la plus à l’ouest, consiste à remonter la vallée du río Cinca jusqu’à Bielsa, via Ainsa, et à passer par le port Vieux (2 438 m) et l’hôpital de Parzán pour atteindre la vallée d’Aure. Il faut ensuite descendre la vallée jusqu’à Arreau pour reprendre à l’est le départ de la vallée du Louron, passer le col de Peyresourde (1 569 m) et finalement atteindre Bagnères.
- La deuxième suppose de rallier Graus, d’emprunter la vallée du río Esera jusqu’à Benasque (1 138 m)21, puis de franchir le port de Venasque (2 444 m) ou plutôt celui de la Glère (2 367 m) pour rejoindre la vallée de la Pique et arriver à Bagnères22. Ce chemin a l’avantage de présenter le dénivelé le moins affirmé.
- La troisième, la plus orientale, passe par Benabarre, le Pont de Suert (838 m), pour se diriger ensuite vers le port de Vielha (2 424 m)23 avant d’obliquer sur Vielha (971 m) dans le Val d’Aran. À Bossost, il faut quitter la vallée de la Garonne, prendre le col du Portillon (1 293 m) et redescendre sur Bagnères.

14Dans le doublement, voire le triplement d’une même direction, le dernier trajet n’est sans doute pas le plus improbable : il emprunte le Val d’Aran, pays que Pierre II parcourt symboliquement avant de le céder à son nouveau seigneur, le comte de Comminges. Pour le retour, le roi reprend sans doute la même voie qu’à l’aller : il est de nouveau mentionné à Barbastro, une douzaine de jours plus tard, le 5 octobre 1201.

15On peut suivre un autre exemple du franchissement des Pyrénées, une dizaine d’années plus tard, lorsque Pierre II décide de se rendre à Toulouse. Le roi est signalé à Pampelune, le 11 décembre 1212 : en son temps, Miret y Sans a considéré qu’il était passé par la Catalogne et le Languedoc pour atteindre Toulouse. En fait, la traversée du massif (voir figure 2) s’est effectuée par l’ouest de la chaîne, là où les cols sont encore à une altitude relativement modeste.

  • 24  Le 29 avril 1209, Pierre II concède un moulin à l’Hôpital de Roncevaux, cf. María Isabel Ostolaza (...)
  • 25  Juan Ignacio Ruiz de la Peña Solar, « De los puertos pirenaicos a Galicia : el camino francés y su (...)
  • 26  « L’homme s’informe avant son départ des chemins possibles auprès de ceux qui l’ont précédé ou des (...)
  • 27  C. Higounet avait fait observer qu’au XVe siècle, le voyageur J. Münzer n’avait mis que huit jours (...)

16Depuis Pampelune, pour rejoindre la vicomté de Béarn, deux hypothèses sont envisageables : soit la route de Roncevaux – avec le point obligé que constituent son abbaye et son hôpital24 – itinéraire qui permet de passer par le port d’Ibañeta (1 057 m d’altitude) ; soit le chemin qui se trouve plus à l’ouest et qui oblique vers le col d’Urquiaga (890 m d’altitude) et la vallée des Aldudes. La première voie, antique passage bien connu des pèlerins, est la plus empruntée et donc certainement la plus carrossable25 ; la seconde présente l’intérêt d’offrir un chemin moins accidenté avec un dénivelé plus faible. Quelle que soit l’option prise, la distance parcourue reste exactement identique26. Depuis Saint-Jean-Pied-de-Port, deux itinéraires sont à nouveau susceptibles d’être pris : soit un passage par Mauléon-Licharre, Oloron (-Sainte-Marie), Orthez et Morlaas ; soit, un cheminement plus au nord par Saint-Palais, Navarrenx, Mourens, Lescar et Morlaas, ce qui représente dans les deux cas une route de 115 km. Puis, l’itinéraire coupe certainement à travers le Gers actuel pour rejoindre Toulouse, via Vic-en-Bigorre, Miélan, Mirande, Auch, Gimont et l’Isle-Jourdain. Le roi et le comte de Toulouse, ainsi que les nombreux chevaliers catalans et aragonais de leur escorte, accompagnés d’importants hauts dignitaires ecclésiastiques, atteignent Toulouse vers la fin du mois de décembre 1212, soit peut-être une dizaine ou une douzaine de jours après leur départ de Pampelune27.

17Enfin, la dernière traversée de Pierre II peut être reconstituée de la même façon (voir figure 3).

  • 28  Hypothèse avancée par Michel Roquebert, L’épopée cathare. 1, La croisade albigeoise (1ère éd., 197 (...)
  • 29  J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 361.
  • 30 Ibid., p. 377.
  • 31  Martín Alvira Cabrer, « Les chemins des armées. Les itinéraires du roi Pierre II d’aragon (septemb (...)

18Le roi séjourne à Huesca une grande partie du mois d’août 1213, puis il se dirige avec certains de ses contingents vers Lascuarre. Le passage des Pyrénées semble s’effectuer selon trois axes distincts28. Dans un premier temps, une partie de l’armée aurait quitté Huesca avec le ravitaillement. Elle aurait suivi la route de Jaca et franchi les Pyrénées au col du Somport (1 632 m d’altitude). Cette direction paraît la plus adéquate, elle se présente comme une ancienne voie carrossable accessible aux chariots29 ; par ailleurs, ce col offre l’avantage d’être le moins élevé au sein de la section centrale de la chaîne pyrénéenne. Ce parcours dissocié montre que la vitesse de déplacement doit aussi tenir compte du rythme imposé par les cortèges de mules qui composent en grande partie le convoi militaire. De son côté, le roi serait parti un peu plus tard, le 25 août, empruntant une piste plus directe. De Lascuarre, il aurait remonté la vallée du río Esera, puis celle de Benasque, jusqu’au pied de l’imposant massif de la Maladetta. Deux possibilités s’offrent alors à lui : le passage par le port de Venasque (2 444 m d’altitude), comme le pense Michel Roquebert, ou celui qui mène au port de la Glère (2 367 m d’altitude) et de son hôpital, bien attesté à la fin du XIIe siècle30. Dans les deux cas, le dénivelé est important. Mais c’est la dernière option qui emporte l’adhésion de Florent Laborie et de Martín Alvira Cabrer parce qu’elle offre un chemin d’accès qui s’avère être le plus praticable31. Quiconque connaît ces points de rupture s’apercevrait rapidement qu’il est peu probable qu’une armée entière soit passée par le port de Venasque, tant il est escarpé du côté français. Pierre II redescend ensuite la vallée de la Pique, traverse bagnères-de-Luchon, puis longe la vallée de la Garonne, rive gauche, jusqu’à Valcabrère, où on le voit confirmer un dernier acte, le 5 septembre. Pas moins de 10 jours ont été nécessaires pour effectuer ce parcours. La jonction des deux armées s’opère sans doute vers Saint-Gaudens et enfin, le 7 ou le 8 septembre, le roi arrive aux abords de Toulouse où l’attend le comte Raimond VI.

Un premier bilan

  • 32  Martín Alvira Cabrer, Laurent MACÉ et Damian SMITH, « Le temps de la Grande Couronne d’Aragon du r (...)

19La démonstration cartographique apporte un autre éclairage sur l’histoire d’un règne. Elle illustre visiblement et visuellement l’existence d’une certaine forme de conscience monarchique de la géographie. À partir de 1209, les documents montrent avec évidence que quelques points nodaux deviennent des centres de pouvoir à partir desquels Pierre II administre son royaume. Pour la partie catalane, il s’agit principalement de Lérida qui occupe une large place devant Barcelone et Tarragone ; dans les domaines aragonais, Saragosse et Huesca semblent se partager les premières places. Dans son ouvrage, Martín Alvira Cabrer insiste sur le fait que les centres de pouvoir de la couronne d’Aragon se trouvent aussi bien en Aragon qu’en Catalogne et que la monarchie catalano-aragonaise avait une idée très claire de l’équilibre qu’il fallait garder entre les territoires aragonais et les territoires catalans, espaces fondateurs de la Grande Couronne d’Aragon32. Le même auteur a ainsi pu observer que 45 % des actes sont émis en Aragon pour 38 % qui le sont en Catalogne. Pendant le règne de Pierre II, Lérida, cité exactement située entre Aragon et Catalogne, au centre de l’axe Saragosse-Barcelone, devient la véritable capitale de la monarchie pétrosienne tandis que Huesca et Tarragone apparaissent comme autant de centres de pouvoir secondaires.

  • 33  Françoise Vergneault-BELMONT, « Comment cartographier la France de l’an Mil ? », Cahiers de Civili (...)
  • 34  J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 373-378.
  • 35  C. PÉrol, art. cit., p. 100-101, p. 106.
  • 36  José Ángel Sesma Muñoz donne l’exemple d’un déplacement de ce type pour le roi de Castille, Alphon (...)
  • 37  J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 367-373.

20Une telle démarche n’est qu’une première approche qui ne peut combler les lacunes de la documentation cartographique de base (cartes routières, cartes IGN) qui sert de support pour reconstruire un espace historique et géographique donné33. Il est évident que ces diverses figurations procurent davantage un état des sources disponibles en ce début de XXIe siècle qu’un véritable état des lieux au tournant de 1200. En l’absence de données comptables, les caractéristiques propres aux renseignements provenant des actes de la pratique jouent trop sur la construction du corpus de données. Dès lors, la part de silence dans les témoignages doit apparaître en filigrane dans la lecture et l’interprétation de telles métasources. La carte livre un discours particulier qui repose sur la transcription graphique des informations qu’a structurées l’historien. Aussi les réserves qu’imposent les limites de la documentation apparaissent-elles au grand jour lorsqu’on veut connaître précisément le réseau d’accueil et de relais dont dispose le roi. Très peu d’actes sont datés de ces indicateurs de route que sont les abbayes, les prieurés et les hôpitaux34. Cela invite aussi à se demander quels sont les palais, les résidences royales, les châteaux, tous ces lieux de route déterminant les structures d’étapes et dans lequel le souverain vient séjourner quand il trace son chemin35. Et puis, il ne faut guère oublier la part, certes faible mais bien réelle, du déplacement par voie fluviale36. Enfin, une éternelle question se pose à propos d’un réseau routier dans lequel joue la part de la permanence des fameuses voies romaines sans occulter pour autant l’importance des nouveaux tracés conçus durant l’époque médiévale37.

  • 38  Le roi s’est sans doute arrêté à Marseille, pour y déposer les Provençaux qui l’accompagnaient, av (...)
  • 39  F. Laborie, op. cit., p. 67.

21Dernier constat : pour un monarque ayant une ouverture méditerranéenne et détenant un port important comme Barcelone, la voie maritime n’est guère privilégiée. Un seul voyage de ce type est attesté, celui qui concerne le couronnement romain du roi. Partant pour Rome, Pierre II embarque, en octobre 1204, depuis le port de Marseille ; il fait escale à Gênes et à pise avant d’arriver à Ostie, au début du mois de novembre. Le retour, au cours du même mois, pourrait également avoir été effectué par voie maritime, en longeant les côtes provençales et languedociennes jusqu’au port de Lattes38. Un autre déplacement par mer est supposé pour le début de l’année 1201 : pour se rendre en Provence, le roi aurait effectué une éventuelle liaison Barcelone – Marseille ou Barcelone – Port de Bouc mais les documents examinés jusqu’à présent ne permettent pas de conclure sur ce pointprécis39.

22Pour le XIIe siècle et pour le XIIIe siècle naissant, notre dépendance est grande à l’égard des sources, notamment lorsqu’il s’agit d’entrevoir une dernière itinérance qui est nettement moins renseignée que les autres : celle du voyage ultime, à savoir l’itinéraire posthume. Le corps de Pierre II, déposé à Toulouse dans la maison des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem après la défaite de Muret, reçoit l’autorisation pontificale de reposer dans son royaume au terme de quatre années d’attente. Au cours de l’année 1217, la dépouille mortelle du souverain quitte Toulouse pour rejoindre, au bout de deux semaines de voyage, la maison hospitalière de Sigena où repose sa mère Sancha. On ignore tout du trajet. Mais il en est de même pour le dernier convoi de son père : Alphonse II meurt à Perpignan le 25 avril 1196. Au début du mois de mai, son fils demande que le corps royal soit transporté jusqu’en Aragon : il vient l’accueillir à Lérida, avant de l’accompagner jusqu’à Saragosse où sont célébrées ses funérailles, le 16 mai, puis respectant les vœux de son père, il le fait inhumer dans le monastère cistercien de Poblet.

Haut de page

Notes

1  François de Dainville, La cartographie, reflet de l’histoire, Genève/Paris : Slatkine, 1986. La question des pratiques de l’espace était au cœur de la réflexion menée récemment à Mulhouse lors du 37e congrès de la Société des Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Thomas Lienhard (dir.), Construction de l’espace au moyen âge : pratiques et représentations, Paris : Publications de la Sorbonne, 2007.

2  Julian MUNBY, « From Carriage to Coach : What Happened ? », in : Robert O. BORK et Andrea KANN (éd.), The Art, Science, and Technology of Medieval Travel, Aldershot-Burlington : Ashgate, 2004, p. 41-53.

3  Júlia Galego, João Carlos Garcia et Maria Fernanda AlegrÍa, Os itinerarios de D. Dinis, D. Pedro e D. Fernando. Interpretaçao gráfica, Lisbonne : Centro de Estudos Geográficos do Inst. Nac. de Investigação Científica, 1998.

4  Simon Barton, The Aristocracy in Twelfth Century León and Castille, Cambridge : University Press, 1997, p. 124.

5  En France, il s’agit d’un héritage historiographique ancien qui remonte au moins au XVIIIe siècle (Charles de Baschi, marquis d’Aubais, « Itinéraire des rois de France, depuis et compris Louis VII jusqu’à Louis XIV inclusivement », in : Pièces fugitives pour servir à l’Histoire de France, Paris : Hugues-Daniel Chaubert, Claude Herissant, 1759, 1, 1re partie, p. 595-695).

6  Marcelle-Renée Reynaud, « Itinéraire de Louis II d’Anjou-Provence pendant son règne personnel (octobre 1399-avril 1417) », Provence historique, 54, 2004, p. 73-110 ; citation p. 73.

7  Élisabeth Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, XXXVII, Paris : De Boccard, 2007, 2 vol.

8  Florent Laborie, Les itinéraires du roi Pierre II d’Aragon (1196-1213) : tentative d’approche cartographique, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 2005 (dir. Laurent Macé).

9 Joaquim Miret i Sans, « Itinerario del rey Pedro I de Cataluña y II en Aragón », Boletín de la Academia de Buenas Letras de Barcelona, III-IV, 1905-1906 et 1907-1908 ; María África Ibarra y Oroz, « Nuevas aportaciones para el itinerario de Pedro el Católico », in : VII Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Barcelone, 1962-1964, 2, p. 67-81 ; Martín Alvira Cabrer, Pedro el Católico, Rey de Aragón y Conde de Barcelona (1196-1213). Documentos, Testimonios y Memoria Histórica, Saragosse : CSIC / Diputación de Zaragoza / Institución Fernando el Católico (Fuentes Históricas Aragonesas), Toulouse : FRAMESPA CNRS-UMR 5136, 2009, 3 vol.

10  Voir, par exemple, le constat que l’on peut établir à propos de la documentation conservée pour les règnes des comtes de Toulouse : Laurent MacÉ, Catalogues raimondins (1112-1229). Actes des comtes de Toulouse, ducs de Narbonne et marquis de Provence, Toulouse : Archives municipales de Toulouse (Sources de l’histoire de Toulouse, n° 1), 2008, p. 30-32.

11  Charles PorÉe, « La domination aragonaise en Gévaudan (1172-1258) », in : Études historiques sur le Gévaudan, Paris : A. Picard, 1919, p. 195-266.

12  Ramón garcÍa PiÑol, Rutas medievales, Barcelona : Universidad Politécnica, 1974 ; Antonio Ubieto Arteta, « Los caminos que unían Aragón con Francia en la Edad media », in : Les communications dans la Péninsule ibérique au moyen âge, Paris : CNRS, 1981, p. 21-27 ; Raymond Chevallier, Les voies romaines (1ère éd. 1972), Paris : Picard, 1997 ; Pierre Hermann, Itinéraires des voies romaines. De l’Antiquité au moyen âge, Arles : Errance, 2007 ; Jean-Pierre Comps, « Stratae et stradae. Les grands axes de circulation des Pyrénées-Orientales dans les textes médiévaux », Domitia, 3, 2003, p. 127-155 ; María Ángeles MagallÓn Botaya, La red viaria romana en Aragón, Saragosse : Diputación general de Aragón, 1987 ; Jordi BolÒs, « Els camins de la Catalunya medieval », Finestrelles, 3, 1991, p. 117-131 ; María Teresa Iranzo, « Los sistemas de comunicación en Aragón en la Edad Media. Una revisión », Anuario de Estudios Medievales, 23, 1993, p. 91-110. Pour la Provence, le tracé des routes principales et secondaires, ainsi que les ponts et les bacs permettant de franchir le Rhône et la Durance, figurent dans Édouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat-Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Paris : CNRS, 1969.

13  L’outil de référence en la matière est l’ouvrage de Victor Hurtado, Cristina Gatell et Felipe Molinero, Atles històric de Catalunya, Barcelone : Vicens Vives, 1998.

14  La configuration du littoral, notamment le delta du Rhône, et les modifications du tracé des côtes méditerranéennes ont fait l’objet d’observations minutieuses, cf. Michel Parisse (dir.), Atlas de la France de l’an mil. État de nos connaissances, Paris : Picard, 1994.

15  Et pourtant ! Dans l’ouvrage de M. A. MagallÓn Botaya, op. cit., la route qui relie les cités de Bilbilis (Calatayud) à Turiassone (Tarazona) figure sous la forme d’un tracé qui coupe au plus court, traversant en plein milieu la Sierra de la Virgen (culminant à 1427 m) et la Sierra del Moncayo : aucune route actuelle ne suit un tel parcours… Au moyen âge, le contournement de ces deux massifs est plus que probable, il devait s’opérer par l’est (via les actuels sites de Ricla et de Borja), hors des terres castillanes, là où le relief est moins affirmé.

16  Céline PÉrol, « Cheminement médiéval : l’homme, l’historien et la route », in : Jean-Luc Fray et C. PÉrol (dir.), L’historien en quête d’espaces, Clermont-Ferrand : Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2004, p. 91-107.

17  Cet itinéraire est qualifié de viam publicam de Perpiniano usque ad Malpertus en 1164 ; il correspond à l’axe Narbonne-Barcelone de la via Domitia, axe désigné comme via calciata en 988, cf. Juan F. Utrilla Utrilla, « Los itinerarios pirenaicos medievales y la identitad hispánica : relaciones transpirenaicas y estructuración del poblamiento », in : Itinerarios medievales e identidad hispánica, XXVII Semana de Estudios Medievales, [Estella, 2000], Pampelune, 2001, p. 357-391, p. 362, 371, 377 et n. 78).

18  À cette période de l’année, la durée du jour n’excède pas dix heures trente ; elle autorise donc une vitesse moyenne de déplacement légèrement supérieure à 10 km/h (F. Laborie, op. cit., p. 57).

19  Charles Higounet, Le comté de Comminges de ses origines à son annexion à la couronne (1ère éd. 1949), 2e éd., Toulouse : Privat, 1984, p. 84, n. 50. Voir également la partie intitulée « Chemins et itinéraires » (livre IV, ch. IV, p. 474-487).

20  F. Laborie, op. cit., p. 68-71.

21  Col cité au XIIe siècle par le géographe arabe al-Idrisi dans sa Description de l’Hispanie (J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 362).

22  C’est une zone qui est alors réactivée par la formation de la Grande Couronne d’Aragon (ibid., p. 369). Dans cette région, la présence des Hospitaliers, ordre proche du roi, n’est sans doute pas à négliger. Un hôpital est mentionné en 1200 à Saint-Jean de Jouéou, au confluent des vallées de la Pique et de la Glère, au pied des passages permettant de franchir la chaîne montagneuse aux ports de l’Escalette-Picade, de Venasque et de la Glère.

23  L’hôpital de Saint Nicolas de Pontells peut servir d’étape intermédiaire (ibid., p. 369, p. 376-377).

24  Le 29 avril 1209, Pierre II concède un moulin à l’Hôpital de Roncevaux, cf. María Isabel Ostolaza Elizondo, Colección diplomática de Santa María de Roncesvalles (1127-1300), Pampelune : Diputación foral de Navarra, 1978, acte n° 35, p. 120-121.

25  Juan Ignacio Ruiz de la Peña Solar, « De los puertos pirenaicos a Galicia : el camino francés y sus derivaciones trasmontanas », in : Itinerarios medievales e identidad hispánica …, 2001, p. 413 ; J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 361.

26  « L’homme s’informe avant son départ des chemins possibles auprès de ceux qui l’ont précédé ou des itinéraires écrits mais le choix se fait en fonction des nécessités du moment, la route reste à faire chaque jour et à chaque étape. Immergé dans les contingences, l’homme médiéval progresse lentement, sans considérer le prix du temps, et l’espace qui s’offre à lui répond à ses exigences […] », C. PÉrol, art. cit., p. 107.

27  C. Higounet avait fait observer qu’au XVe siècle, le voyageur J. Münzer n’avait mis que huit jours « pour parcourir à cheval, par temps de pluie et sur des chemins exécrables, l’itinéraire Pampelune-Navarrenx-Morlaas-Couserans-Toulouse, [soit] un peu plus de 400 kilomètres » (op. cit., p. 81, n. 38). F. Laborie remarque que « si l’itinéraire est à peu de choses près similaire, la configuration est un peu différente dans la mesure où Pierre arrive à Toulouse accompagné d’une armée et d’un nombre important de courtisans. Il est donc bien évident que sa vitesse de progression n’a pu être aussi rapide que celle d’un homme seul à cheval, ce qui nous oblige à revoir à la hausse le nombre de huit jours » (op. cit., p. 137, n. 53).

28  Hypothèse avancée par Michel Roquebert, L’épopée cathare. 1, La croisade albigeoise (1ère éd., 1970), Paris : Perrin, 2001, p. 700-701, et reprise par Martín Alvira Cabrer, 12 de Septiembre de 1213. El Jueves de Muret, Barcelone : Universitat, 2002, carte p. 623.

29  J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 361.

30 Ibid., p. 377.

31  Martín Alvira Cabrer, « Les chemins des armées. Les itinéraires du roi Pierre II d’aragon (septembre 1212-septembre 1213) », in : Montaillou, mémoire pyrénéenne. Actes du 2e colloque international historique et archéologique de Montaillou [Montaillou, 4-6 août 2004], à paraître. La carte figure également à la fin de son récent ouvrage : id., Muret 1213. La batalla decisiva de la cruzada contra los cátaros, Barcelone : Ariel, 2008 (carte n° 6).

32  Martín Alvira Cabrer, Laurent MACÉ et Damian SMITH, « Le temps de la Grande Couronne d’Aragon du roi Pierre le Catholique. À propos de deux documents relatifs à l’abbaye de Poblet (février et septembre 1213) », Annales du Midi, 265, 2009, p. 5-22.

33  Françoise Vergneault-BELMONT, « Comment cartographier la France de l’an Mil ? », Cahiers de Civilisation Médiévale, 148, 1994, p. 343.

34  J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 373-378.

35  C. PÉrol, art. cit., p. 100-101, p. 106.

36  José Ángel Sesma Muñoz donne l’exemple d’un déplacement de ce type pour le roi de Castille, Alphonse le Batailleur, en mars 1133, cf. J. A. Sesma Muñoz, « Del Cantábrico al Mediterráneo : la vía fluvial del Ebro », in : Itinerarios medievales e identidad hispánica…, p. 193).

37  J. F. Utrilla Utrilla, art. cit., p. 367-373.

38  Le roi s’est sans doute arrêté à Marseille, pour y déposer les Provençaux qui l’accompagnaient, avant de repartir pour Montpellier où il séjourne durant tout le mois de janvier 1205 (cf. les actes et les listes testimoniales dans M. Alvira Cabrer, Pedro el Católico…).

39  F. Laborie, op. cit., p. 67.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/18649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 2
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/18649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 3
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/18649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent MACÉ, « Viator rex. Sur les pas de Pierre II d’Aragon  », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 27 mai 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://e-spania.revues.org/18649 ; DOI : 10.4000/e-spania.18649

Haut de page

Auteur

Laurent MACÉ

Université de Toulouse/FRAMESPA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org