Navigation – Plan du site
L’itinérance des cours (fin XIe siècle - milieu XVe siècle): un modèle ibérique?

Introduction

Françoise LAINÉ

Résumés

La persistance de l’itinérance des cours dans la péninsule ibérique nourrit une abondante historiographie qui a récemment glissé de l’étude des itinéraires à celle de l’itinérance. L’exercice itinérant du pouvoir, conjugué à un développement administratif non négligeable consiste en une succession d’étapes urbaines, surtout, sans générer de véritables capitales comme dans les états bourguignons. Les déplacements d’une cour plurielle tournent néanmoins au défi logistique permanent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Karl Leyser, « Ottonian Government », English Historical Review, 96 (381), 1981, p. 721-753. Voir (...)

1L’itinérance royale est un thème très présent dans les recherches sur la fin du moyen âge, mais le plus souvent de façon indirecte ou dérivée, alors qu’il s’agit d’une question centrale pour des périodes antérieures. L’Itinerarherrschaft caractérise Carolingiens et Ottoniens, voire les premiers Plantagenêts. Les travaux de Karl Leyser montrent que le roi ottonien ou salien a le monopole de la communication et de la circulation à longue distance et qu’il n’a le moyen de gouverner qu’en circulant. Il s’agit alors de la contrepartie de faibles moyens administratifs et d’une utilisation réduite de la communication écrite. Le roi pour être roi doit constamment réassurer son pouvoir par la performance de son autorité, les marques de soumission des grands et une épiphanie renouvelée de sa majesté à l’occasion des fêtes liturgiques1.

  • 2  (1ère éd. 1971), Paris : PUF (Nouvelle Clio), 4e éd., 1991, p. 189-201.
  • 3  Werner PARAVICINI, « Cours et résidences du moyen âge tardif. Un quart de siècle de recherches all (...)

2Le manuel de référence de Bernard Guenée, L’Occident aux XIVe et XVe siècles. Les États, plaçait, il y a presque quarante ans, la naissance des capitales sous le signe des progrès de la bureaucratisation et de la centralisation, tout en insistant sur les limites de ces dernières2. On ne parlait pas encore de « genèse de l’État moderne », mais il s’agissait bien de cela et, à ce stade de l’historiographie, l’itinérance de la cour – présente « en creux » – faisait figure d’archaïsme. Il faut dire que la péninsule ibérique était alors laissée un peu à la périphérie de l’histoire européenne. Werner Paravicini remarquait en 1997-1998, à propos des états allemands, mais aussi de la France et de l’Angleterre à la fin du moyen âge, que « l’exercice itinérant du pouvoir évolue vers un pouvoir centré sur une résidence : résidence, capitale, centre d’administration se différencient »3. Cette fois, l’accent est mis sur une période de transition. Mais le décalage chronologique entre la plupart des pays ibériques et les autres grands royaumes européens dans la transformation de royautés où le pouvoir se réalise dans l’itinérance en des monarchies fondées sur la centralisation, avec des déplacements princiers ne subsistant qu’à l’état résiduel, est un phénomène manifeste et bien connu.

  • 4  Françoise Autrand, « L’allée du roi dans les pays de Languedoc, 1272-1390 », in : La circulation d (...)
  • 5  Jacques Revel, « La production du territoire : les voyages du souverain », in : Francisco Bethenco (...)

3Les royautés de la péninsule ibérique, en dehors peut-être de celle de Navarre, en sont restées, jusqu’à la tardive promotion de Madrid comme capitale, à un exercice itinérant du pouvoir. Les princes, lors même qu’ils s’étaient dotés d’un appareil administratif non dérisoire – dont il s’agira de voir à quel point il suit les déplacements royaux et comment il s’en accommode – continuaient à circuler bien plus que les rois de France ou d’Angleterre. Leur itinérance semble répondre à une nécessité de présence pour assurer le contrôle territorial ; cela vaut particulièrement pour l’assemblage hétéroclite des Pays de la couronne d’Aragon. Les voyages du roi de France en Languedoc n’ont pas d’autre raison d’être4, mais ne représentent que des épisodes exceptionnels, rompant avec la circulation du roi et de son entourage autour de Paris d’où les grands services administratifs ne bougent plus. Dans la péninsule ibérique, les déplacements du roi et de sa cour d’un bout à l’autre de ses états restent la règle et, avec eux, un gobierno presencial5, même s’il débouche dans ce cas, après une profonde crise de l’autorité royale, sur une forte centralisation et la fixation de la résidence royale dans les décennies qui suivent.

Cheminements historiographiques européens

Des états sans capitales : pays bourguignons et royaumes ibériques

  • 6  Patrick BOUCHERON, Denis MENJOT et Pierre MONNET, Introduction au colloque Les villes capitales au (...)

4Cette mutation peut passer par un cheminement complexe où ne se dégage pas très vite une grande capitale administrative dont la centralité, à l’image de celle de Paris ou de Londres, polarise l’itinérance royale, car il convient de bien distinguer résidence royale et capitale administrative. Il y a aussi des cas, comme celui des états bourguignons, où les déplacements permanents du prince peuvent faire figure de « mode de gouvernement » et se combiner à une bureaucratie déjà complexe. Nous suivons là au mot près l’introduction de Patrick Boucheron, Denis Menjot et Pierre Monnet au colloque de la Société des Médiévistes en 2005 sur les villes capitales, à propos de travaux de Werner Paravicini et Élodie Lecuppre, car à ce point l’histoire politique rencontre celle de la ville6.

  • 7  Ibid., p. 27-33.

5Ce travail comporte tout à la fois des développements spécifiques sur « l’exemple ibérique : capitales multiples et successives, capitale tardive » et des perspectives comparatistes. Nous en retiendrons ici quelques éléments, à savoir d’abord l’absence de « publication spécifiquement axée sur la question de la centralité politique » dans l’historiographie récente sur les pays ibériques au moyen âge, aussi bien en termes d’histoire institutionnelle, socio-politique qu’urbaine. C’est pourtant à travers le cas de deux villes, Valladolid et Valence, que l’on peut trouver des pistes de réflexion sur la « capitalité ». Les pays de la couronne d’Aragon sont un assemblage « polyfocal », comme les états bourguignons, et le pouvoir royal y bute aussi sur des autonomies urbaines. Les rois de Castille, lors même que l’appareil d’État appellerait une centralisation administrative, sont dans l’impossibilité de privilégier systématiquement et durablement une ville, en l’espèce Valladolid. Les études sur Valence ont néanmoins remis en avant la pertinence de la notion de capitale, tant sur le plan des fonctions que des représentations. Le Portugal, très tôt, a bel et bien une capitale et se rapproche plus du cas de la France ou de l’Angleterre, ce qui n’empêche pas le roi de circuler beaucoup7.

Circuler pour gouverner : « l’itinérance des seigneurs »

  • 8  Christian GUILLERÉ, « Itinérance des princes et finances. L’exemple de la couronne d'Aragon au déb (...)
  • 9  Alexandra Beauchamp, Gouverner la couronne d'Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale (...)
  • 10  Joseph F. O'Callaghan, The Cortes of Castile-León, 1188-1350, Philadelphie : University of Pennsyl (...)

6Le colloque tenu à Lausanne en 2001 sur L’itinérance des seigneurs a abordé le thème pour la fin du moyen âge, en termes de modalités, de fonctionnalité et d’idéologie.Ce recueil comportait une contribution de Christian Guilleré montrant la corrélation entre le passage du prince et les rentrées fiscales, dans les pays de la couronne d’Aragon au début du XIVe siècle : circuler c’est prélever8. Cela vaut encore vers 13509 : un ordre venu de Barcelone ou Gérone ne suffirait pas à faire payer les Aragonais. Pendant les quelque 150 ans de marchandage qui précèdent l’instauration de l’impôt permanent dans la péninsule ibérique, le prince ou son représentant personnel doit aller négocier dans les assemblées ; le dialogue politique est la règle10. Avec l’émergence de véritables structures étatiques et singulièrement de prélèvements fiscaux, les déplacements peuvent devenir encore plus nécessaires.

7Le roi d’Aragon se déplace souvent pour réunir des cortes qui ne se tiennent pas toujours dans la même ville, sauf Valence pour le royaume de Valence. La chronique de Pierre IV en rend compte de même que des aléas du transport :

  • 11  III, 13:« Per que de continent fem convocar les dites corts a Barcelona(1342), Nos fom en Barcelo (...)

Nous fîmes derechef convoquer les dites corts à Barcelone... (1342) nous étions à Barcelone et réunîmes nos corts. [...] (printemps 1342) Nous fîmes appareiller deux bons lenys armés sur lesquels Nous partîmes de Barcelone et Nous commençâmes notre route vers Valence, mais au large de Tarragone la fortune de mer Nous fit débarquer et continuer par voie de terre, en passant par Emposta et Ulldecona, comme Nous étions à Peniscola, Nous y trouvâmes deux lenys armés et Nous y montâmes et allâmes par mer jusqu’à Benicasim et une fois là, Nous avions le vent debout et puisque c’était très près de Valence, Nous prîmes la route de terre et Nous trouvâmes là Messire Gilabert de Centelles, seigneur de Nules qui Nous prêta sa mule, et aux autres qui étaient avec Nous dans les lenys, nous procurâmes chacun un âne. Et comme c’était déjà le soir, Nous entrâmes à Castelló, et le lendemain matin, Nous partîmes à cheval vers Valence où Nous entrâmes lorsque sonnait la cloche des vêpres. Une fois là, Nous discutâmes avec les administrateurs de l’Aumône (impôt) que l’on collectait alors dans tout le royaume de Valence, pour faire une expédition contre les Maures [...] et Nous obtînmes qu’ils nous consentent trois galées à Barcelone, desquelles Messire Mateu Mercer fut le capitaine11.

  • 12  J. F. O'Callaghan, The Cortes of Castile-León…, p. 64-67. Pedro Andrés Porras Arboledas, Eloísa Ra (...)
  • 13  Charles Holt Taylor, « An Assembly of French Towns in March 1318 », Speculum, 13 (3), 1938, p. 295 (...)

8En Castille, les assemblées ont lieu dans une localité au cœur du realengo, donc soit dans le bassin du Tage, soit dans celui du Douro12, bien loin de Séville qui, de Ferdinand III à Pierre Ier, est une des résidences royales favorites. Les parlements anglais siègent la plupart du temps, mais non toujours, à Westminster. En France, le roi ne réunit que fort rarement des États généraux ; pour les États de Langue d’oïl au milieu du XIVe siècle, Paris s’impose, mais après bien des hésitations : sous les derniers Capétiens des assemblées réunies pour voter des subsides se sont tenues à Bourges, Poitiers et Tours en présence du roi13. Pour la Langue d’Oc, il s’agit plutôt de Toulouse, en l’absence du roi. Faute de capitale incontournable, la construction de l’État passe par l’itinérance, pour les nécessités d’un dialogue non tant avec la haute aristocratie qu’avec des élites nobiliaires et bourgeoises plus diversifiées.

9Le recours à l’impôt qui caractérise l’émergence de l’État moderne peut se surimposer à une tradition ancienne du gouvernement itinérant et la pérenniser. D’autres nécessités ponctuelles demeurent aussi : expéditions militaires, révoltes à mater, entrevues diplomatiques, déplacements de loisir ou pèlerinages.

D’une histoire l’autre : le cas de la péninsule ibérique

L’itinérance hors des représentations

  • 14  Francesco Senatore, « L’itinérance degli Aragonesi di Napoli », in : A. Paravicini Bagliani, E. Pi (...)

10Parmi les pistes ouvertes par le colloque L’itinérance des seigneurs, il y avait aussi les aspects de propagande car, par exemple, les rois aragonais de Naples revendiquent cette pratique comme un bon gouvernement, où le prince paie de sa personne sur les chemins et pourvoit aux besoins de tous en agissant de près14. Ces considérations n’apparaissent guère dans les sources médiévales. La recherche historique actuelle aime partir des représentations, mais dans le cas présent, la chose serait difficile. En tout cas, le Libro de los estados de Juan Manuel ne fait pas une distinction claire entre promenade de loisir et itinérance politique, pour se placer du point de vue de l’organisation de la journée princière :

  • 15  Béatrice Leroy, Le Livre des États de don Juan Manuel de Castille. Un essai de philosophie politiq (...)

C’est ainsi qu’il me semble que l’empereur doit organiser sa journée lorsqu’il sort par les chemins. S’il ne doit pas sortir marcher, le temps qui y serait consacré doit alors être consacré aux affaires de l’empire. Mais si ces dernières ne sont pas très importantes en ce temps, il vaut mieux chevaucher ou chasser de la manière la plus convenable15.

  • 16  José Lovillo Guerrero, Las Cántigas. estudio arqueológico de sus miniaturas, Madrid : CSIC, Instit (...)
  • 17  « Unde seruitia predicta per maiores domus fieri disponentes statuimus quod in festis Pasche et Pe (...)
  • 18  Cf. édition fac-similé, ibid.
  • 19  Maribel FIERRO, « Alphonse X le Sage : le dernier calife almohade », in : Passages. Déplacements d (...)
  • 20  Jocelyne Dakhlia, « Dans la mouvance du prince : la symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb », (...)

11Les planches d’images des Cantigas de Santa María associent le roi (de Castille) au trône et au palais architecturé, siège de majesté, et la tente plutôt aux princes guerriers c’est-à-dire pour l’essentiel, musulmans ; une reine en palanquin et des mules qui pointent leur museau vers la demeure où le roi fait étape n’évoquent l’itinérance qu’en termes anecdotiques16. Les Leges palatinæ de Jacques III de Majorque font une allusion claire au mouvement pendulaire du roi entre Majorque et Perpignan17, mais on chercherait en vain une image du cortège royal dans l’abondante iconographie du manuscrit de cour encore conservé18. Dans le cas de la Castille au moins, le parallèle structurel dressé par Maribel Fierro entre la politique culturelle des califes almohades et celle d’Alphonse X19 pourrait induire à soulever la question d’un modèle musulman quant aux méthodes de gouvernement. Dans l’Occident musulman, les princes s’affichent comme itinérants20 et gouvernent par une itinérance systématique et bien organisée, mais cela paraît assez loin, nous le verrons, des réalités observées dans les royaumes chrétiens. En tout cas, le sujet au prime abord est hors du champ des représentations ; le terme de « modèle » ne renvoie ici à qu’à une conceptualisation d’historien.

12Muettes ou presque sur l’itinérance comme telle, les sources narratives sont bavardes sur les incessants déplacements royaux. Parfois, un chroniqueur comme celui qui raconte les premiers mois du règne d’Henri III, en 1391, esquisse une distinction entre siège du pouvoir et ville de résidence :

  • 21  Crónica de Enrique III, Madrid, Biblioteca de Palacio, Ms II/755, fol 61v°, référence fournie par (...)

1391- Estando el rrey don Henrrique con su corte e consejo en la uilla de Madrid, durante estas pendençias dichas e tratos que por las escusar se trayan, en el prençipio deste segundo año de su rreynado llegaron al rrey a la dicha villa de Madrid, donde estaua, envajadores del rrey Carlos de Françia, que entonze rreynaua21.

13D’autres fois, il précise les raisons des déplacements du roi :

- pour assurer sa sécurité et celle de son conseil :

  • 22 Ibid., fol. 82r°, 87v°, 88v°.

1391- [...] acordaron de partir de ay desa uilla de Madrid para la çibdad de Segobia, por estar algo mas desviada del arzobispo e de su tierra.
[...] Y acordaron los señores, e caualleros, e procuradores, que y eran con el rrey, que hera vien que el rrey se llegase mas a Castilla, por quanto avian ellos mas gentes de armas.
[...] non envargante que aquella villa de Cuellar, donde estaua, hera fuerte, miraron ser pequeña e de poca gente.
[...] rrecogerse a tan buena uilla como Valladolid, abondada de tanta buena gente, e mantenimiento, pertrechos, y armas porque, si con su yntençion el arçobispo e los de su partida adelante quisiesen pasar, la uilla, como tan leal y tan fuerte, se lo rresistiese, como a otros mas poderosos, en los tienpos del rrey don Alfonso, trasagüelo del que oy rreynara, lo auia fecho en seruiçio de su rrey22.

- pour trouver un lieu consensuel pour les deux partis (Burgos et ses cortès) :

  • 23 Ibid., fol. 94r°v°.

[...] que fuese fecha en cortes en Burgos. Dezia ansi que se fiziesen las cortes e que ellos darian sus fijos en rrehenes para thener seguros a los que algund temor touiesen de yr alla.
[...] pusieron sus guardas en las puertas de la çibdad de Burgos, y hordenaron çiertas gentes de omes de armas y vallesteros que estoviesen prestos para que, si algun rruido o pelea se mouiese et uuiesen entre estos señores e caualleros e sus gentes e los que demas dellos a las dichas cortes se juntasen, para los despartir e poner en paz. E todo esto se fazia con gran algo e con grande costa de la çibdad de Burgos, por guardar el seruicio del rrey e del rreyno e conplir a lo que se auian obligado23.

- ou enfin pour s’établir en un endroit commode :

  • 24 Ibid., fol. 89r°.

[...] En la qual fue rreçevido muy vien y aposentado en casas de Juan Furtado de Mendoça, su mayordomo mayor, que en su alcazar, maguer estaua vien rreparado non quiso posar, por non pareçer se ençerraua en fuerça24.

Rien de cela n’est passé inaperçu.

L’historiographie de la péninsule ibérique des itinéraires à l’itinérance

  • 25 Cf. Juan Manuel del Estal « El itinerario de Jaime II de Aragón en la Conquista del reino castellan (...)
  • 26  Parmi les exceptions notables, il faut citer l’ouvrage très récent, mais qui est l’aboutissement d (...)
  • 27  En ligne sur : http://www.prosopographia-burgundica.org.

14L’apport original de l’historiographie spécifique à la péninsule ibérique consiste en une tradition, l’Itinerarforschung, et ce depuis les premiers monuments de l’histoire positiviste25, appliquée avec persistance à des rois de la fin du moyen âge, alors qu’à tort peut-être, on ne se soucie guère des itinéraires des rois de France26 ou d’Angleterre de cette période. La convergence, une fois de plus, entre pays ibériques et états bourguignons mérite d’être relevée, puisque la Prosopographia curiæ Burgundiæ27, élaborée à l’Institut historique allemand sous la direction de Werner Paravicini, aboutit, entre autres, à la restitution d’itinéraires.

  • 28  Jacques Revel, art. cit.
  • 29  Júlia Galego, João Carlos Garcia et Maria Fernanda AlegrÍa, Os itinerarios de D. Dinis, D. Pedro e (...)
  • 30 The Making of a Court Society. Kings and Nobles in Late Medieval Portugal (1ère éd. en portugais, 1 (...)
  • 31 El itinerario de la corte de Juan II de Castilla (1418-1454), Madrid : Sílex, 2007, p. 27-164.
  • 32  Parmi les ouvrages de référence, Jaime de Salazar y Acha, La Casa del rey de Castilla y León en la (...)
  • 33 Carlos de Ayala MartÍnez, Pascal Buresi et Philippe Josserand (dir.), Identités et représentations (...)
  • 34  On y trouve sans peine des articles consacrés aux déplacements royaux. Miguel Ángel Ladero Quesada(...)
  • 35  Ángel J. Martin Duque, « Monarcas y cortes itinerantes en el reino de Navarra », in : Viajeros, pe (...)

15C’est d’abord pour le Portugal que la recherche récente a opéré un glissement de l’étude des itinéraires à une réflexion sur l’itinérance. On rencontre déjà une esquisse du sujet, en 1991, avec un article de Jacques Revel28, puis quelques années plus tard, avec une analyse géographique des itinéraires royaux portugais29 ; enfin, l’ouvrage de Rita Costa Gomes sur la cour abordait le thème par le biais des résidences royales30. Plus récemment, l’étude de Francisco de Paula Cañas Gálvez sur l’itinéraire de Jean II de Castille (1418-1454), avec un abondant matériel comparatif sur les pays de la couronne d’Aragon, la Navarre, le Portugal, la France et la Bourgogne, examinait la question non tant en termes de gouvernement que de logistique et de logement31. On dispose en appui d’une très abondante bibliographie sur les cours, mais elle porte plutôt sur les aspects institutionnels, sociaux et culturels32. Il y a aussi de nombreux et riches travaux récents sur l’espace et le pouvoir, consacrés surtout à l’articulation des territoires et aux frontières, plus qu’à la communication et à la circulation33. Les études sur les voyages ne sont pas rares ; la revue Iacobus depuis 1996 leur fait une part intéressante34. Le colloque d’Estella sur les voyageurs, en 1991, a aussi abordé le sujet35.

Limites de la singularité ibérique

16Les royaumes ibériques présentent une variante notable par rapport aux autres grands royaumes, encore ne faut-il pas exagérer le contraste.

Casa y corte

17Chez les Plantegenêts vers 1200, on constate une double polarité, appelée à durer entre, d’un côté un hôtel royal itinérant qui a la maîtrise de l’action diplomatique et guerrière, de l’autre les institutions centrales basées à Londres, Westminster et encore un temps Winchester. Dans la péninsule ibérique, casa et corte ont leur sort liés beaucoup plus longtemps et se déplacent plus ou moins ensemble, là se trouverait la singularité la plus remarquable.

  • 36  Miguel Ángel Ladero Quesada, « La Casa Real en la Baja Edad Media », Historia, Instituciones, Docu (...)
  • 37  Chris Given Wilson, The Royal Household and the King's Affinity. Service, Politics and Finance in (...)

18À la distinction entre « hôtel » chargé des besoins personnels du prince et « cour » regroupant les conseillers, courtisans et familiers, nous préférerons celle de casa y corte, pas seulement par pertinence linguistique, la première renvoyant au personnel domestique, la seconde au reste des officiers36. Nous n’excluons pas toutefois la mise en évidence d’une « maison » restreinte et très mobile autour du prince37.

  • 38  Malcolm Vale, The Princely Court. Medieval Courts and Culture in North-West Europe, Oxford : Unive (...)
  • 39  R. Costa Gomes, The Making of Court Society…, p. 16-55.

19Les institutions administratives centrales restent associées à l’hôtel, au moins en principe, comme en témoignent les Siete Partidas ou les Ordinacions de Pierre IV. La corte ne va pas sans la casa, alors que la chancellerie anglaise ou l’Échiquier se sont très tôt détachés de l’hôtel38. La façon dont les Siete partidas ou les Leges palatinæ/Ordinacions développent un organigramme ou un schéma les intégrant dans un même ensemble aux XIIIe-XIVe siècles n’aurait plus aucun sens en France ou en Angleterre39. L’importance, dans le cas de l’Angleterre, des structures financières de l’hôtel, surtout en période de déplacements guerriers, doit cependant amener à nuancer le contraste entre un « modèle ibérique » et le reste de l’Europe royale et princière.

Une itinérance royale pas si originale

  • 40  Ce type de recherche a été initié par Bernard GuenÉe et Françoise Lehoux, Les entrées royalesfranç (...)
  • 41  Werner Paravicini, « Administrateurs professionnels et princes dilettantes. Remarque sur un problè (...)
  • 42  F. Senatore , « Provvedere alle terre : l’itinérance en tempo di pace », art. cit., p. 313-318.
  • 43  Laurent Ripart et Bernard Andenmatten, « Ultimes itinérances. Les sépultures des princes de la Mai (...)

20Alors que la conquête du Languedoc n’a pas éloigné les Capétiens de leurs bases parisiennes, aux XIIe-XIIIe siècles, les effets de la reconquista qui nouent de nouveaux liens symbliques entre rois conquérants et villes conquises, ou bien la coalescence de territoires disparates, obligent les princes à circuler : de Burgos à Séville ou de Barcelone à Saragosse. Cette situation se pérennise encore plus de deux siècles. Toutefois, les rois de France et d’Angleterre ne sont pas rivés à leur capitale, même s’ils ne s’en éloignent vraiment que pour des nécessités politiques, diplomatiques ou militaires majeures. Même dans les cas de forte centralisation sur une grande capitale, les voyages du roi sont l’occasion d’une mise en scène du pouvoir royal par des entrées solennelles40, mais aussi l’occasion de recevoir des suppliques41, d’écouter des griefs, de rencontrer les nobles, de consolider des privilèges ou d’inspecter des forteresses42. Il n’est pas jusqu’aux « ultimes itinérances » de la dépouille princière qui ne puissent donner l’occasion de réassurer la fidélité de la population43.

  • 44  Notions au centre des Mitteilungen der Residenzen-Kommission de l’Akademie der Wissenschaften zu G (...)
  • 45  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 241 et suivantes.
  • 46  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 37-38.Jean-Philippe GenÊt, « Londres est-elle une capita (...)

21D’autre part, les royautés et principautés de l’Europe à la fin du moyen âge, les périodes de crise, de guerres civiles, ou de guerre tout court, ont pour effet immédiat de métamorphoser temporairement la Residenzherschaft en Reiseherrschaft44, de même que la guerre civile élargit brutalement le périmètre de circulation de Jean II de Castille après 142945. Henri IV de Lancastre eut à se déplacer aux quatre coins du pays, jusqu’en 1406 au moins, pour mater des révoltes ; ensuite, il en revint à un schéma de déplacement restreint, plus centré sur Londres46. La résidence royale s’est fort rarement entièrement fixée.

Itinérance ou « multicapitalité »

  • 47  Gautier Map, Contes pour les gens de cour, Alan Keith Bate (éd.), Turnhout : Brepols, 1993, p. 91.

22La circulation des princes dans la péninsule ibérique aux XIIIe-XVe siècles, sauf en période de guerre ou de troubles civils, n’a pas la fluidité de celle d’Henri Plantegenêt ou de ses successeurs directs, qui avaient du reste des états plus vastes. Il serait difficile de répéter à leur endroit les propos humoristiques de Walter Map : « d’après les contes, il y a une seule cour qui ressemble à la nôtre, celle de Herla, un très ancien roi des Bretons. De ce fait l’histoire raconte qu’Herla est toujours en voyage sans fin, accompagné de ses gens, qui errent comme des fous sans répit ni pause »47. En dehors des périodes de crises graves aux XIVe-XVe siècles, les princes alternent des séjours souvent prolongés plusieurs semaines ou plusieurs mois dans des villes où ils disposent de palais et des phases de circulation où ils ne font que de brèves haltes.

  • 48  À l’automne 1341, Pierre IV quitte Valence pour aller chasser le sanglier dans les parages du mona (...)

23Vers 1345, le roi d’Aragon se déplace très souvent sur un axe de 400 km, en séjournant successivement à Perpignan, Barcelone et Valence, avec de temps à autre, un voyage à Saragosse et Huesca, et au fil des saisons des escapades plus courtes pour aller chasser48.

  • 49  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 172-178, 188-193.

24Au début du XVe siècle, l’itinéraire du roi de Castille tantôt tourne autour de Valladolid, tantôt va de la vallée du Douro à celle du Tage, avec parfois un crochet du côté de Séville49.

lieu

Début séjour

fin

Durée en mois

Durée en semaines

1419

Madrid

2/01

3/04

3+

Ségovie

9/04

14/09

5+

Valladolid et environs

16/09

29/11

2+

Tolède

0.75

1421

Roa de Duero

4/4

18/04

2

Aguilar de Campoo

6/05

27/05

3

Arevalo

18/07

26/08

5

Arevalo

1/09

30/09

4

Tolède

23/10

22/12

8

25
Le chemin du roi se fixe sur une série limitée de capitales provisoires, Valladolid, Palencia et Madrid, sur un axe de 200 km, où son règne se déroule, pour l’essentiel.

Comparaison avec l’Angleterre

  • 50  Outre le poids de Londres, cela reflète l’évolution des résidences aristocratiques qui tendent à d (...)
  • 51  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 87-158.

26Entre le début et la fin du règne d’Édouard III d’Angleterre (1327-1377), les déplacements de l’hôtel se sont resserrés sur la région de Londres ; le rayon de circulation s’élargit pendant le règne agité de Richard II, mais pour l’essentiel il se concentre sur le quart sud-est de l’Angleterre, aboutissement d’une tendance lourde. Le gros de l’hôtel passe souvent deux semaines à deux mois dans les principales résidences : Windsor, Eltham et Sheen, toutes à moins de 50 km de Londres. Aucune ville castillane ne peut à ce point polariser la présence royale. Ces trois palais bénéficient de l’essentiel des dépenses de construction, aménagement, décoration. Vers 1200, le roi d’Angleterre avait 35 résidences royales habitables ; en 1377 il n’y en a plus que 17, la plus au nord est dans les Chilterns, et la plus à l’ouest, Clarendon se trouve près de Salisbury50. Les dépenses du roi de Castille se répartissent sur davantage de palais51.

  • 52  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 35-36.
  • 53  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 125-158, recension des institutions ecc (...)

27Lorsque dès 1383, Richard II (1377-1399) et Anne de Bohême se mettent à circuler hors de ce périmètre habituel, cela suscite presque le scandale, Walsingham a une formule vive : vagabundus […] per patriam et domus religiosorum52. Jean II, outre qu’il fait un large usage de demeures de l’aristocratie et singulièrement celles d’Alvaro de Luna, recourt fréquemment à des palais épiscopaux et à des palais royaux monastiques dont ceux d’un ordre récent, les Hiéronymites, sans encourir de telles critiques, car la chose est demeurée coutumière53.

Gouverner et vivre en circulant : le chaos maîtrisé ?

  • 54  Stephen D. CHURCH, « Some aspects of the Royal Itinerary in the Twelth Century », in : Björn Weile (...)

28Un récent article de David Church sur les Plantegenêts critique la présentation traditionnelle de l’itinéraire royal comme planifié, programmé et rationnel pour en souligner les aspects chaotiques. En comparant la cour d’Henri Plantegenêt à la horde dévorante et fantasque d’Herlequi, Walter Map n’était pas dans la fiction littéraire ; les premiers lambeaux de comptabilité de l’hôtel de Jean Sans Terre jettent un jour cru sur les déplacements d’une véritable meute d’hommes, de chiens et de chevaux54.

Des inconvénients évidents

  • 55  Joseph F. O'Callaghan, The Cortes of Castile-León, 1188-1350, Philadelphia : University of Pennsyl (...)
  • 56  Jaime de Salazar y Acha, La Casa del Rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid, 2000, p. 270 (...)
  • 57  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 63-66 ; Michaël Prestwich, Armies and Warfare in the Mid (...)
  • 58  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 67-69.

29Aux aléas de la route s’ajoutent les difficultés de l’étape ou du séjour. L’arrivée d’un cortège de dizaines, voire de centaines, de personnes et d’animaux de trait ou de bât peut perturber l’économie des lieux de passage ou de séjour, même si elle a l’avantage de « faire marcher le commerce ». Les cortes se plaignent des abus de l’hospitalité (yantar) et des prises (conducho) que le roi impose aux communautés55, mais la mobilité implique bien des complications aussi pour la casa et la corte. Les aposentadores et autres reposteros ont la charge d’un déménagement permanent par moment56. En cas de guerre, l’expérience logistique des fourriers et maréchaux de l’hôtel, outre celle de l’entourage guerrier et de la garde royale, font presque naturellement de l’hôtel royal le cœur de l’armée ; la chose a été mille fois décrite pour les rois d’Angleterre57, il en va de même pour la Castille58.

  • 59 Ibid., p. 51-57 ; pour des éléments analogues sur la cour d’Henri III, cf. Francisco de Asís Veas A (...)
  • 60  J. F. O'Callaghan., The Cortes of Castile-León…, p. 156-158.
  • 61  P. A. Porras Arboledas, E. Ramírez Vaquero et F.Sabaté i Curull, La época medieval : administracío (...)

30En 1312, Ferdinand IV doit demander que l’on réserve un quartier de Valladolid pour le logement de sa chancellerie. Il y a parfois de sérieux désagréments : en 1433, lorsque Jean II va de Salamanque à Madrid, son escorte personnelle arrive en dernier et ne trouve plus de place où se loger ; les cortes de Ségovie se saisissent de cette grave affaire59. Les inconvénients les plus sévères concernent surtout la chancellerie, l’audiencia et les institutions financières ; les déplacements d’organismes administratifs et de leurs dossiers perturbent notoirement leur fonctionnement et on tente d’y remédier60. L’ordonnance de Toro en 1371 stipulait que l’audiencia suivait le roi, mais en 1387 les cortes de Briviesca décident que la moitié des auditeurs siégerait par trimestre à Medina, Olmedo, Madrid et Alcalà ; puis l’institution, après un temps à Ségovie, se stabilisa à Valladolid61. Ce système permettait de mieux organiser le tribunal et de donner des repères assurés aux plaideurs.

  • 62  Pour un cas étudié par le menu, cf. A. Beauchamp, Gouverner la couronne d'Aragon…, p. 385-418.

31On peut considérer par exemple, Barcelone, dès la première moitié du XIVe siècle au moins, comme l’ébauche d’une capitale administrative, ou Valladolid un siècle plus tard. Il s’agira aussi de voir comment, au quotidien, l’appareil d’État gère sa propre itinérance qui ne se confond pas toujours avec celle du roi, pour traiter les dossiers et le rôle des pôles où restent les archives ou se stabilisent certains services62. Dans quelle mesure cela freine-t-il le développement des organismes centraux ? Les audiencias des rois d’Aragon ou de Castille prennent corps bien plus tard que le Banc du Roi en Angleterre ou le Parlement en France. L’étude fine des itinéraires a encore beaucoup à apporter.

Itinéraires : casa, corte, privados

  • 63  Les chartes de Richard I ont une date de temps et de lieu, mais il n’est pas certain que le roi so (...)
  • 64  Le seul compte continu et spécifique de la privata familia (7 janvier/15 mai 1361) montre que pend (...)
  • 65  Françoise Robin, La cour d'Anjou-Provence : la vie artistique sous le règne de René, Paris : Picar (...)
  • 66  F. de P. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 120-124.
  • 67  Marc BOON, Thérèse de HEMPTINNE, « Espace urbain et ambitions princières : les présences matériell (...)

32La reconstitution des itinéraires par le biais des dates de temps et de lieux des actes de chancellerie, à défaut de comptabilités, fait souvent apparaître des incohérences ; la chose a été remarquée depuis longtemps63. Une des explications serait que le roi et sa suite proche, le gros de l’hôtel et les services administratifs, ne sont pas tous au même endroit, soit qu’ils aient dû se loger dans diverses localités, soit que le roi se soit éloigné avec une escorte réduite. Ce phénomène et celui des résidences de plaisance, où le prince va avec sa familia privata ou comitiva, est bien connu pour l’Angleterre au temps d’Édouard III64 ou pour la cour du roi René d’Anjou65, mais la récente étude de Francisco Cañas fait apparaître des manoirs de chasse qui ne devaient pas accueillir toute la cour66. Richard II avait rompu avec les habitudes du temps de son grand-père Édouard III en entraînant l’ensemble de l’hôtel dans sa ronde à travers le royaume. Les recherches sur les itinéraires doivent donc déterminer outre les mouvements de l’hôtel stricto sensu et ceux des services administratifs, ceux du roi et de sa suite personnelle. Les recherches de Marc Boone et Thérèse de Hemptinne sur la Flandre invitent aussi à tenir compte de ceux qui démultiplient l’influence du souverain, « les plus proches du prince (épouse, douairière, prince héritier) »67.

33Tout en ayant besoin de relativement plus de résidences que les princes qui se déplacent moins, les rois de la péninsule ibérique recherchent aussi à imposer leur majesté par le faste de leur demeure. Ils ont surtout de grands palais urbains, parfois anciens, à agrandir et à moderniser, mais ils se soucient aussi d’édifier ou de rajeunir des manoirs de chasse comme Valsain, Asperilla ou Miraflores. L’indigence des sources comptables ne permettra jamais sans doute de dire si cela induit un surcoût notable ! Il serait sans doute plus aisé de savoir si, là où une famille aristocratique anglaise se doit d’avoir une maison à Londres et une française à Paris, leurs homologues castillans ont besoin d’une belle demeure à Palencia, Valladolid, Tolède, voire Séville et Burgos.

Logistique

  • 68  M. Vale, The Princely Court…, p. 136-162.
  • 69 Cf. par exemple l’Archivo de la Corona de Aragón, Maestre Racional, 876 (albarans de l’escrivà de r (...)
  • 70  Jaime de Salazar y Acha, La Casa del Rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid, 2000, p. 270 (...)

34Enfin, l’itinérance de la cour implique une logistique68 ; longtemps, par exemple, le salaire des officiers du roi d’Aragon est compté en n bêtes de somme69. Les responsables des déplacements et des installations, repostero/reboster, acemilero/atzembler jouent un rôle clé70.

  • 71  F. Veas Arteseros, Itinerario de Enrique III..., recense méthodiquement tous les éléments topograp (...)
  • 72  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 32-33.
  • 73  Il s’agit d’une fraction : au numérateur, somme de rations (des soldats, chevaux, sommiers et remo (...)

35Lorsque le cortège royal ne se réduit pas à quelques dizaines de cavaliers et de mulets de bât, mais se compose d’une lourde cohorte avec des chariots, les contraintes en termes de chemins, de ponts, de franchissements de relief se font considérables71. L’analyse des itinéraires, de leur répétition et de leurs variantes et de leurs points remarquables doit intégrer ces données. L’étude de l’itinérance royale peut croiser celle des transports, des routes et des communications. Les vitesses de déplacement des cavaliers sont bien connues : 25 km en moyenne par jour, 40 en cas de besoin, 80 parfois en cas de nécessité urgente72, mais il convient surtout, à propos du convoi de l’hôtel, d’envisager le ravitaillement des montures et des animaux de bât ou de trait. À ce sujet, il y aurait à tirer profit des développements récents sur la logistique militaire. L’équation d’Engel se propose de déterminer le nombre d’animaux de bât nécessaires au transport des rations d’une troupe et de ses montures pour une expédition de n jours73. On ne saurait toutefois transposer telle quelle cette approche mathématique car, pour une cour, le nombre de jours entre deux réapprovisionnements est très limité, quelles que soient les méthodes pour se procurer les denrées, droit de prise ou recours au marché. Mais on ne peut pas trouver des masses de foin et de grain dans une bourgade désolée, non plus que les produits de luxe ou simplement le vin et la viande qu’une cour dévore en masse. Ces aspects matériels et aussi les complications induites par les déplacements curiaux quant aux communications sont à prendre en compte.

36L’exploitation de l’Itinerarforschung conduit aussi bien vers l’histoire des systèmes politiques que des résidences princières, des voyages et de la vie matérielle ou des communications. L’analyse des mouvements de la cour met en évidence la complexité de cette nébuleuse ; leur reconstitution reste toujours un exercice d’érudition incertain mais nécessaire pour comprendre, d’étapes brèves en séjours longs et répétitifs, la performance d’un gouvernement personnel. Variantes et convergences d’un pays ibérique à un autre seront au centre des travaux, peut-être pour voir se diluer en fait une fois de plus toute « anomalie » ibérique dans l’histoire de l’Europe ou, je l’espère, pour transposer à d’autres pays la modélisation des modes de gouvernement observés dans la péninsule ibérique.

Haut de page

Notes

1  Karl Leyser, « Ottonian Government », English Historical Review, 96 (381), 1981, p. 721-753. Voir aussi John W. Bernhardt, Itinerant Kingship and Royal Monasteries in Early Medieval Germany c. 936-1075, Cambridge : University Press (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought, 21), 1993.

2  (1ère éd. 1971), Paris : PUF (Nouvelle Clio), 4e éd., 1991, p. 189-201.

3  Werner PARAVICINI, « Cours et résidences du moyen âge tardif. Un quart de siècle de recherches allemandes », in : Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du moyen âge en France et en Allemagne, Paris : Publications de la Sorbonne, 2002, p. 329-331.

4  Françoise Autrand, « L’allée du roi dans les pays de Languedoc, 1272-1390 », in : La circulation des nouvelles au moyen âge. XXIVe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (=SHMESP), [Avignon, 1993], Paris : Publications de la Sorbonne, 1994, p. 85-97.

5  Jacques Revel, « La production du territoire : les voyages du souverain », in : Francisco Bethencourt et Diogo Ramada Curto (dir.), A Memória da Naçao, Colóquio do Gabinete de estudios de simbologia realizado na Fundação Calouste Gulbenkian, 7-9 outubro 1987, Lisbonne : Sá da Costa, 1991, p. 341-356 ; Álvaro FernÁndez de CÓrdova Miralles, La corte de Isabel I. Ritos y ceremonias de una reina (1474-1504), Madrid : Dykinson, 2002, p. 306.

6  Patrick BOUCHERON, Denis MENJOT et Pierre MONNET, Introduction au colloque Les villes capitales au moyen âge. XXXVIe Congrès de la SHMESP,[Istanbul, 2005], Paris : Publications de la Sorbonne, 2006, p. 39-45.

7  Ibid., p. 27-33.

8  Christian GUILLERÉ, « Itinérance des princes et finances. L’exemple de la couronne d'Aragon au début du XIVsiècle », in : Agostino Paravicini Bagliani, Eva Pibiri et Denis Reynard (éd.), L'itinérance des seigneurs (XIVe-XVe siècles), Actes du colloque international de Lausanne et Romainmôtier, [2001], Lausanne : Université (Cahiers Lausannois d’Histoire Médiévale, 34), 2003, p. 327-350.

9  Alexandra Beauchamp, Gouverner la couronne d'Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale de l'infant Pierre d’Aragon (1354-1355), thèse Bordeaux 3, 2005, p. 385-460.

10  Joseph F. O'Callaghan, The Cortes of Castile-León, 1188-1350, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1989, ch. 8 sur les cortes et la taxation, p. 130-151, mais les chapitres précédents traitent de leur intervention dans la succession royale, la législation, etc. W. Mark Ormrod, « Les Monarchies d’Europe occidentale à la fin du moyen âge », in : Richard Bonney (dir.), Systèmes économiques et finances publiques, Paris : PUF (Les origines de l'État moderne en Europe), 1996, p. 118, 121, 123, 127-134, 142-144. La confrontation avec les cortes a aussi plus généralement la légitimité politique pour enjeu, José Manuel Nieto Soria, « La monarquía como conflicto de legitidimades », in : id. (dir.), La monarquía como conflicto en la Corona castellano-aragonesa (c. 1230-1504), Madrid : Sílex, 2006, p. 13-71.

11  III, 13:« Per que de continent fem convocar les dites corts a Barcelona(1342), Nos fom en Barcelona, e tenguem nostres cortes […].– III, 15 : printemps 1342 [...] fem apparellar dos bons lenys armats, e ab aquells partim de Barcelona, e començam nostre cami vers Valencia. E com fom en les mars de Terragona, per fortuna haguem axir en terra, e fem nostre cami per terra, pasants par Emposta e per Ulldecona, e com fom al loch de Paniscola, trobam aquí losdits II lenys armats ; e muntam en aquells, e anam per mar entró a Benicasim, e com hi fom vench al lo beig qui.ns dava per proa, e pus tan prop ere de Valencia, anam per terra e trobam aquó Mossen Gilabert de Centelles, senyor de Nules, e presta.Ns son mul, e als altres qui eren ab Nos en los lenys, fem-los livrar sengles asens. E per ço com era vespre, entram-Nos-en a Castelló, et l’endemá matá entam-Nos-en en Valencia cavalcant, on fom quant l’esquella de vespres tocava . E, com hi fom, tractam ab los administradors de la Almoyna, que ladonchs se collia per tot lo dit Regne de Valencia, per fer armada contra Moros […]E obtinguem que.Ns consentiren IIII galees a Barcelona, de lesquals IIII galees fon capitá Mossen Mateu Mercer ». Amédée PagÈs (éd.), Chronique catalane de Pierre IV d'Aragon, dit le Cérémonieux ou 'del Punyalet', Toulouse : É. Privat ; Paris : H. Didier, 1941, p. 117-120.

12  J. F. O'Callaghan, The Cortes of Castile-León…, p. 64-67. Pedro Andrés Porras Arboledas, Eloísa Ramírez Vaquero et Flocel Sabaté i Curull, La época medieval : admnistración y gobierno, Madrid : Istmo (Historia de España VIII), 2003, p. 116.

13  Charles Holt Taylor, « An Assembly of French Towns in March 1318 », Speculum, 13 (3), 1938, p. 295 ; id., « French Assemblies and Subsidy in 1321 », Speculum, 43 (2), 1968, p. 217-244.

14  Francesco Senatore, « L’itinérance degli Aragonesi di Napoli », in : A. Paravicini Bagliani, E. Pibiri et D. Reynard (éd.), L’itinérance des seigneurs..., p. 360.

15  Béatrice Leroy, Le Livre des États de don Juan Manuel de Castille. Un essai de philosophie politique vers 1330, Turnhout : Brepols, 2005, p. 108-109, cap 59.

16  José Lovillo Guerrero, Las Cántigas. estudio arqueológico de sus miniaturas, Madrid : CSIC, Instituto Diego Velázquez, Sección de Sevilla, 1949, pl. 27, cánt. 23 (fol. 35v°) ; pl. 135, cánt. 122 (fol. 172v°). Pour la concordance avec les folii du Códice rico, nous nous référerons aux indications du Center for the Study of the Cantigas de Santa Maria of Oxford University, http://csm.mml.ox.ac.uk.

17  « Unde seruitia predicta per maiores domus fieri disponentes statuimus quod in festis Pasche et Pentecostes ac Natiuitatis Domini et Epiphanie necnon Sancte Anne, Maioricis simus et Exaltationis Sancte Crucis, si Perpiniani simus, ac quotiescumque sollemne conuiuium faciemus seruiat Nobilis maior domus aliis maioribus domus sibi etiam sociatis ut sic prefatorum dierum sublimitas decenter talis maioris domus seruientis assistentia decoretur ». Lorenzo Pérez MartÍnez, Gabriel Llompart, Marcel Durliat, Miquel Pascual Pont et Francisco Llompart Mayans (éd. et trad.), Jaime III, rey de Mallorca, Leyes palatinas. Cod. N°9169 de la Bibliothèque Royale Albert I, Majorque : Oleña, 1991, p. 136 col. 2.

18  Cf. édition fac-similé, ibid.

19  Maribel FIERRO, « Alphonse X le Sage : le dernier calife almohade », in : Passages. Déplacements des hommes, circulation des textes et identités dans l’Occident médiéval, [Bordeaux, 2 et 3 février 2007], à paraître.

20  Jocelyne Dakhlia, « Dans la mouvance du prince : la symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb », Annales ESC, 43, 1988, p. 735-760 (embrasse l’époque moderne).

21  Crónica de Enrique III, Madrid, Biblioteca de Palacio, Ms II/755, fol 61v°, référence fournie par Michel Garcia que nous remercions.

22 Ibid., fol. 82r°, 87v°, 88v°.

23 Ibid., fol. 94r°v°.

24 Ibid., fol. 89r°.

25 Cf. Juan Manuel del Estal « El itinerario de Jaime II de Aragón en la Conquista del reino castellano de Murcia (1296-1301) », in : Juan Antonio Barrio Barrio, José Vicente Cabezuelo Pliego et Juan Francisco JimÉneZ  AlcÁzar (éd.), Jaime II, 700 años después. Actas, 11 (1996-1997), Alicante : Universidad, Secretariado de publicaciones, 1997, p. 135-136. Cet article recense 12 titres concernant les itinéraires royaux de Jacques I à Martin l’Humain. Les premières recherches sont dues à Joaquin Miret i Sants, notamment dans son article « Itinerario de Alfonso I de Cataluña, II en Aragón », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 2, 1903-1904, p. 257-278, p. 389-423, 437-474 et son monumental Itinerario de Jaime I, Barcelone : Institut d'Estudis Catalans, 1918.

26  Parmi les exceptions notables, il faut citer l’ouvrage très récent, mais qui est l’aboutissement de recherches commencées il y a plus d’un demi-siècle d’Élisabeth Lalou, sous la direction de Robert-Henri Bautier, reprise d'un manuscrit de Robert Fawtier, avec la collaboration de François Maillard, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), Paris : De Boccard, 2007, 2 vol.

27  En ligne sur : http://www.prosopographia-burgundica.org.

28  Jacques Revel, art. cit.

29  Júlia Galego, João Carlos Garcia et Maria Fernanda AlegrÍa, Os itinerarios de D. Dinis, D. Pedro e D. Fernando. Interpretaçao gráfica, Lisbonne : Centro de Estudos Geográficos do Instituto Nacional de Investigação Cientifica, 1998.

30 The Making of a Court Society. Kings and Nobles in Late Medieval Portugal (1ère éd. en portugais, 1995), Cambridge : University Press, 2003, p. 291-338.

31 El itinerario de la corte de Juan II de Castilla (1418-1454), Madrid : Sílex, 2007, p. 27-164.

32  Parmi les ouvrages de référence, Jaime de Salazar y Acha, La Casa del rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid : Centro de estudios políticos y constitucionales, 2000.

33 Carlos de Ayala MartÍnez, Pascal Buresi et Philippe Josserand (dir.), Identités et représentations de la frontière en Espagne (XIe-XIVe siècle), Madrid : Casa de Velázquez / Universidad Autónoma de Madrid (Collection de la Casa de Velázquez, 75), 2001. Duarte de la Iglesia et José Ignacio (dir.), Los espacios de poder en la España medieval, XII Semana de Estudios medievales, [Nájera, 2001], Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 2002.

34  On y trouve sans peine des articles consacrés aux déplacements royaux. Miguel Ángel Ladero Quesada, « Nicolás de Popielovo, viajero por tierras hispánicas (1484-1485) », Iacobus. Revista de Estudios Jacobeos y Medievales, 9-10, 2000, p. 91-120 ; id. «Dos viajes de Isabel la Católica (Sevilla, 1477. Baza, 1489)», Iacobus. Revista de Estudios Jacobeos y Medievales, 13-14, 2002, p. 233-249. Manuela Mendonça, « Los oficios y los servicios de aposentamiento en la Villa de Santarem en el sg. XV /Os Mesteres e os oficiais da aposentadoria na vila de Santarém no séc. XV », Iacobus. Revista de Estudios Jacobeos y Medievales, 9-10, 2000, p. 257-307. Istvan Szaszdi, « El viaje a Galicia de Felipe el Hermoso y el hospital Real de Santiago de Compostela », Iacobus. Revista de Estudios Jacobeos y Medievales, 9-10, 2000, p. 311-343.

35  Ángel J. Martin Duque, « Monarcas y cortes itinerantes en el reino de Navarra », in : Viajeros, peregrinos, mercaderes en el Occidente Medieval, XVIII Semana de estudios medievales de Estella, [1991], Pampelune : Gobierno de Navarra, 1992, p. 245-270.

36  Miguel Ángel Ladero Quesada, « La Casa Real en la Baja Edad Media », Historia, Instituciones, Documentos, 25, 1998, p. 328 ; pour un panorama de la question, cf. A. Beauchamp, Gouverner la couronne d'Aragon…, p. 194-195 et n. 755.

37  Chris Given Wilson, The Royal Household and the King's Affinity. Service, Politics and Finance in England 1360-1413, New Haven / Londres : Yale University Press, 1986, p. 33.

38  Malcolm Vale, The Princely Court. Medieval Courts and Culture in North-West Europe, Oxford : University Press, 2000, p. 139.

39  R. Costa Gomes, The Making of Court Society…, p. 16-55.

40  Ce type de recherche a été initié par Bernard GuenÉe et Françoise Lehoux, Les entrées royalesfrançaises de 1328 à 1515, Paris : Éditions du CNRS, 1968. Pour la Castille, il y a eu rapidement ensuite les travaux très substantiels de Rosana de AndrÉs DĺAZ (1984), puis de José Manuel NIETO SORIA (1993), nous renvoyons pour cela à F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 79-86 et n. 1. Pour les Pays de la couronne d’Aragon, cf. Miguel Raufast Chico, « ¿Negociar la entrada del Rey ? La entrada real de Juan II en Barcelona (1458) », Anuario de Estudios Medievales, 36 (1), 2006, p. 295-333 et n. 1 comportant une mise au point bibliographique générale.

41  Werner Paravicini, « Administrateurs professionnels et princes dilettantes. Remarque sur un problème de sociologie administrative à la fin du moyen âge », in : id. et Karl Ferdinand Werner (éd.), Histoire comparée de l’administration (IVe-XVIIIe siècles), Beihefte der Francia, 9, 1980, p. 168-181.

42  F. Senatore , « Provvedere alle terre : l’itinérance en tempo di pace », art. cit., p. 313-318.

43  Laurent Ripart et Bernard Andenmatten, « Ultimes itinérances. Les sépultures des princes de la Maison de Savoie entre moyen âge et Renaissance », in : A. Paravicini Bagliani, E. Pibiri et D. Reynard (éd.), L’itinérance des seigneurs…, p. 193-248.

44  Notions au centre des Mitteilungen der Residenzen-Kommission de l’Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, cf. W. Paravicini, « cours et résidences du moyen âge tardif… », p. 327 et n. 1.

45  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 241 et suivantes.

46  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 37-38.Jean-Philippe GenÊt, « Londres est-elle une capitale ? », in : Les villes capitales au moyen âge…, p. 155-185.

47  Gautier Map, Contes pour les gens de cour, Alan Keith Bate (éd.), Turnhout : Brepols, 1993, p. 91.

48  À l’automne 1341, Pierre IV quitte Valence pour aller chasser le sanglier dans les parages du monastère de Valldigna, ce qui lui fournit un bon prétexte pour lanterner l’émissaire de Jacques III de Majorque, A. PagÈs (éd.), Chronique catalane de Pierre IV…, p. 115 (ch. III, § 12).

49  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 172-178, 188-193.

50  Outre le poids de Londres, cela reflète l’évolution des résidences aristocratiques qui tendent à devenir moins nombreuses mais plus luxueuses et confortablement aménagées, C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 28-39.

51  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 87-158.

52  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 35-36.

53  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 125-158, recension des institutions ecclésiastiques où logent souvent le roi et sa cour.

54  Stephen D. CHURCH, « Some aspects of the Royal Itinerary in the Twelth Century », in : Björn Weiler, Janet Burton, Phillipp Schofield et Karen Stößer (éd.), Thirteenth Century England, XI, Proceedings of the Gregynog Conference, Woodbridge / Rochester : The Boydell Press, 2007, p. 31-45.

55  Joseph F. O'Callaghan, The Cortes of Castile-León, 1188-1350, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 1989, p. 154-155. La pourvoyance est aussi mal vue en Angleterre, C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 41-48.

56  Jaime de Salazar y Acha, La Casa del Rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid, 2000, p. 270-274. F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 120-124 et 41-66.

57  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 63-66 ; Michaël Prestwich, Armies and Warfare in the Middle Ages. The English Experience, New Haven / Londres : Yale University Press, 1996. p. 33, 38-41, 48, 123, 149, 167-168, 175-177, 212 et 215.

58  F. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 67-69.

59 Ibid., p. 51-57 ; pour des éléments analogues sur la cour d’Henri III, cf. Francisco de Asís Veas Arteseros, Itinerario de Enrique III, Murcie : Universidad, 2003, p. 23-26.

60  J. F. O'Callaghan., The Cortes of Castile-León…, p. 156-158.

61  P. A. Porras Arboledas, E. Ramírez Vaquero et F.Sabaté i Curull, La época medieval : administracíon y gobierno…, p. 100 ; Carlos Garriga,La audiencia y la cancillerías castellanas (1371-1525), Madrid : Centro de Estudios Constitucionales, 1994, p. 101-102.

62  Pour un cas étudié par le menu, cf. A. Beauchamp, Gouverner la couronne d'Aragon…, p. 385-418.

63  Les chartes de Richard I ont une date de temps et de lieu, mais il n’est pas certain que le roi soit toujours là où se trouve le grand sceau : on trouve, pour le 25 novembre 1189 une charte pour Westminster et une pour Canterbury, distante de 100 km, avec les mêmes témoins. Encore sous Édouard II, les dates sous le Grand Sceau donnent des indications incohérentes, cf. Lionel Landon, The Itinerary of King Richard I with Studies on certain Matters of Interest connected with his Reign, Londres : Pipe Roll Society, 1935, p. IX-X. Cf. aussi les indications générales de W. Paravicini, « Cours et résidences du moyen âge tardif… », p. 330.

64  Le seul compte continu et spécifique de la privata familia (7 janvier/15 mai 1361) montre que pendant que l’hôtel stationne à Windsor avec la reine, Édouard III circule avec une cinquantaine de personnes entre les manoirs de Sheppey, Sheen, Moor End, Hadleigh, et Westminster. L’hôtel royal à Windsor sert la reine plus que le roi et n’a aucun rôle politique ; la familia privata plus mobile est un lieu d’exercice du pouvoir. C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 33-34.

65  Françoise Robin, La cour d'Anjou-Provence : la vie artistique sous le règne de René, Paris : Picard, 1985, p. 99-121.

66  F. de P. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 120-124.

67  Marc BOON, Thérèse de HEMPTINNE, « Espace urbain et ambitions princières : les présences matérielles de l’autorité princière dans le Gand médiéval (12e siècle-1540) », in : Werner Paravicini (éd.), Zeremoniell und Raum, Residenzenforschung, 6, Sigmaringen : Jan Thorbecke, 1997, p. 288-295, 302.

68  M. Vale, The Princely Court…, p. 136-162.

69 Cf. par exemple l’Archivo de la Corona de Aragón, Maestre Racional, 876 (albarans de l’escrivà de ració, 1344-1348).

70  Jaime de Salazar y Acha, La Casa del Rey de Castilla y León en la Edad Media, Madrid, 2000, p. 270-274. F. de P. CAÑAS GÁLVEZ, El itinerario de la corte de Juan II…, p. 120-124, p. 41-66.

71  F. Veas Arteseros, Itinerario de Enrique III..., recense méthodiquement tous les éléments topographiques utiles dans les fiches analytiques, mais n’en donne qu’un trop bref aperçu de synthèse, p. 23.

72  C. Given Wilson, The Royal Household…, p. 32-33.

73  Il s’agit d’une fraction : au numérateur, somme de rations (des soldats, chevaux, sommiers et remontes) multipliée par la durée de l’expédition; au dénominateur, charge moyenne des sommiers moins leur ration moyenne multipliée par le nombre de jours de l’expédition. John F. Haldon, « Introduction. Why model logistical systems ? », in : id. (éd.), General Issues in the Study of Medieval Logistics. Sources, Problems and Methodologies, Leiden/Boston : Brill, 2006, p. 5-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise LAINÉ, « Introduction », e-Spania [En ligne], 8 | décembre 2009, mis en ligne le 20 décembre 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/18558 ; DOI : 10.4000/e-spania.18558

Haut de page

Auteur

Françoise LAINÉ

Université de Bordeaux – AMERIBER (ERPI)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org