Navigation – Plan du site
Editions de textes

Sommes et chroniques castillanes du xive siècle. Une historiographie ignorée ?

Jean-Pierre Jardin

Résumés

Les trois textes dont nous proposons ici l’édition critique (Somme de vertueux désir, Chronique des rois et des empereurs, Sommaire ou chronique des rois d’Espagne de Pélage à Ferdinand IV) sont un échantillon représentatif des formes brèves de l’historiographie castillane du XIVe siècle. Mêlant de nombreuses sources très diverses, ces œuvres possèdent, en marge de l’historiographie royale « officielle », une originalité qui justifie amplement que l’on s’intéresse à elles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les souverains Trastamare ont poursuivi la politique qui avait été celle du roi Alphonse XI, leur (...)

1L’existence d’un corpus de textes que l’on peut qualifier de « sommes de chroniques générales » au sein de l’historiographie castillane néo-alphonsine est à présent bien établie. Dans des travaux précédents, nous nous sommes efforcés de dresser la liste de ces textes et d’en proposer une vision d’ensemble à partir de quelques critères stables permettant une définition de ce corpus : rédigés sous les règnes des souverains de la dynastie Trastamare, et plus précisément entre celui d’Henri III et celui des Rois Catholiques – ce qui en fait pratiquement une production propre au xve siècle –, les textes que l’on peut regrouper sous l’étiquette de « sommes de chroniques générales néo-alphonsines » se caractérisent par leur brièveté, leur volonté d’exhaustivité, leur lien étroit avec le pouvoir royal allié à la défense des vertus et des valeurs chevaleresques, conformément à ce que l’on peut attendre d’une production trastamariste1, et la formation intellectuelle de leurs auteurs, parfois connus, parfois anonymes, mais toujours unis par des activités et une culture communes. Parmi les composantes de cette culture figure précisément l’historiographie alphonsine et néo-alphonsine à laquelle se rattachent tous ces ouvrages que l’on peut qualifier de mineurs.

2Cependant, lors de la rédaction de ces travaux, il nous est apparu que ces textes coexistaient dans les manuscrits, pour certains d’entre eux, avec des sommes ou des sommaires très différents dans leur réalisation et relevant en partie d’une tradition historiographique différente de la tradition néo-alphonsine et pour tout dire antérieure à celle-ci. Ces textes renvoient directement à une tradition plus généalogique que proprement historiographique, proche de celle que l’on trouve dans la littérature latine des siècles précédents. Ce sont trois d’entre eux que nous nous proposons d’étudier brièvement et, surtout, d’éditer ici. Les pistes que nous explorons dans cette brève introduction n’ont pas prétention à l’exhaustivité, et sont appelées à être approfondies et complétées par d’autres recherches dans les années qui viennent.

Les années 1282-1325 : une époque de crise historiographique ?

  • 2  Que l’on pense, par exemple, à la « version amplifiée de 1289 » de l’Estoire d’Espagne.

3La fin du règne d’Alphonse X marque pour la Castille le début d’une période de troubles politiques qui ne prend fin qu’avec l’accession à la majorité politique d’Alphonse XI en 1325. Un tel contexte est évidemment peu propice au développement d’une historiographie sous contrôle telle que celle qu’avait créée le roi Savant, même si, sous le règne de Sanche IV, celle-ci n’a pas totalement disparu2. La production historiographique, au contraire, s’est en quelque sorte démultipliée, au point de transformer les divers ouvrages rédigés à cette époque en canaux d’expression et de diffusion des différents groupes sociaux qui se sont disputés l’exercice du pouvoir autour de la personne du monarque, souvent guidés par quelques fortes personnalités.

  • 3  Jofré de LOAYSA, Crónica de los reyes de Castilla Fernando III, Alfonso X, Sancho IV y Fernando IV (...)

4En tout premier lieu, dans la continuité de la conception d’écriture de l’histoire défendue par Alphonse X et, pendant son court règne, par Sanche IV, il faut citer les défenseurs d’un pouvoir monarchique fort, parmi lesquels on trouve la reine María de Molina et ses collaborateurs proches et, parmi ceux-ci, l’Église de Tolède et son archevêque, qui ont joué dans ce domaine un rôle de premier plan. Ce n’est certainement pas un hasard si c’est un archidiacre de Tolède, Jofré de Loaysa, qui le premier rédige une suite aux chroniques du xiiie siècle prenant en compte la fin du règne de Ferdinand III, les règnes d’Alphonse X et de Sanche IV et les premières années de celui de Ferdinand IV jusqu’à 1304, œuvre qu’il rédige dans un premier temps en castillan mais dont nous n’avons gardé que la traduction latine – réalisée par un autre membre de l’Église tolédane3. Ce n’est sans doute pas non plus un hasard si cette chronique, qui anticipe largement les réalisations officielles de Fernán Sánchez de Valladolid rédigées quelques dizaines d’années plus tard à la demande d’Alphonse XI, se donne, y compris dans sa forme et notamment dans la numérotation de ses chapitres, comme la continuation de l’œuvre de Jiménez de Rada, lui-même archevêque de Tolède, et non comme celle de l’Estoire d’Alphonse X.

  • 4  Juan MANUEL (Don), Crónica abreviada, in : Obras completas, prologue et notes de José Manuel Blecu (...)

5Parallèlement, de nouveaux groupes sociaux parviennent à s’emparer, au moins en partie, de l’« outil » alphonsin : c’est le cas, notamment, de ces « lignages émergents » issus des élites urbaines ou de la petite et moyenne noblesse, d’importance locale, favorisés par Sanche IV et plus encore par Ferdinand IV et sa mère, qui s’expriment à travers la Chronique de Castille, œuvre qui s’inscrit dans le cadre de l’historiographie néo-alphonsine mais qui témoigne aussi, dans certains de ses épisodes, de la survie d’une autre culture historique, dont il sera question ici. L’un des représentants les plus éminents d’un autre groupe social, le plus souvent antagoniste du précédent, va lui aussi s’approprier l’œuvre alphonsine, dans un ouvrage qui, d’un point de vue strictement formel, s’apparente à ceux que nous allons étudier : nous voulons parler de Juan Manuel, auteur d’une chronique abrégée qui est en fait un véritable guide de lecture de l’Estoire de son oncle ou, pour utiliser un terme courant au xive siècle, un véritable « sommaire » de l’œuvre alphonsine4. D’un point de vue idéologique, il est difficile de trouver un lien unissant l’ouvrage très personnel du magnat aux « sommaires » dont nous allons parler ici ; mais l’utilisation d’une même forme mérite d’être soulignée : les études de Bernard Guenée ont montré que le moyen âge tardif est caractérisé par la multiplication de ces formes brèves, sur lesquelles nous nous sommes déjà interrogé en de multiples occasions. Sans doute peut-on y voir, aussi, une forme d’historiographie adaptée aux périodes de crise.

Le retour de la chronique universelle

  • 5  Cronicques d’Espaigne, que fit l’évesque de Burs, translatées en françois par frère Jehan Goulain, (...)
  • 6  Étude menée par A. CASTAN dans la Revue d’érudition, Bibliothèque de l’École des Chartes, 1883. On (...)
  • 7  José AMADOR DE LOS RÍOS, Historia crítica de la literatura española, 7 vol., Madrid : Gredos, 1969 (...)

6La chronique universelle est un genre qui remonte à la plus haute antiquité et dans lequel on peut même voir l’origine de toute chronique, toujours marquée par la volonté d’établir la succession des temps, notamment à travers l’établissement de concordances. Au xiiie siècle, ce type d’ouvrage n’a pas échappé, en Castille, à la « réforme » alphonsine, par le biais de la rédaction – inachevée – de la Générale Estoire, qui n’aura pas de postérité, contrairement à l’Estoire d’Espagne. Au xive siècle, la chronique universelle la plus traditionnelle, rédigée en latin, fait son retour en Castille sous la forme d’une œuvre désignée comme Chronica ab initio mundi, conservée dans un manuscrit unique de la bibliothèque de l’Escurial (P.I.4) et attribuée à Gonzalo de Hinojosa, évêque de Burgos sous le règne d’Alphonse XI, mort en 1327 et apparenté – faut-il s’en étonner ? – à Rodrigo Jiménez de Rada, dont la mère était une Hinojosa. Cette chronique reste mal connue ; on peut souligner qu’elle fut traduite – en tout ou partie – en français par frère Jehan Goulain, et que cette traduction, dont on a perdu un volume sur les deux qui la constituaient, figure dans l’inventaire de 1373 de la bibliothèque de Charles V de France5 ; le volume restant a été étudié à la fin du xixe siècle6. La dénomination de la traduction française donne à penser que le caractère « hispanique » de l’œuvre est particulièrement marqué, même si le volume conservé de cette traduction fait état, comme borne chronologique, du règne de Charles III [en fait, Charles IV] de France : sans doute suit-elle une tradition qui a très tôt transformé les chroniques universelles en « chroniques universelles-locales », selon l’appellation forgée par Benito Sánchez Alonso, c’est-à-dire en ouvrages qui, très vite, abandonnent leur universalité pour se centrer sur un royaume ou une région donnée. Cela expliquerait que José Amador de los Ríos ait pu, dans son Histoire de la littérature, présenter comme traduction castillane de cette chronique « universelle » l’un des textes que nous publions aujourd’hui – la deuxième partie de la Suma de virtuoso deseo (cf. infra) – dont la structure est précisément celle-là7. Cependant, cette hypothèse se voit contrariée par le fait que le texte castillan utilise comme source pour la période antique une œuvre rédigée elle aussi en langue romane, le Liber regum, sans que l’on puisse trouver trace de la médiation d’une traduction en latin ; dans les parties postérieures, le texte de la Suma ne laisse pas non plus deviner de substrat latin.

Le Liber regum et son influence

7Nous touchons à présent à l’un des points communs des quelques textes qui nous intéressent ici : le lien qui les unit tous à un type d’historiographie moins éloigné de la liste généalogique que de la chronique à proprement parler, et l’influence particulière exercée sur plusieurs d’entre eux par une œuvre bien connue, mais dont l’importance dans la diffusion du savoir historique a peut-être été sous-estimée, le Liber regum.

  • 8  Voir notamment Diego CATALÁN, De Alfonso X al conde de Barcelos, Madrid : Gredos, 1962, Id. et Mar (...)
  • 9  Louis COOPER, El Liber Regum. Estudio linguístico, Saragosse : Instituto Fernando el Católico (Arc (...)
  • 10  Une édition partielle de cette refonte a été réalisée en son temps par le père Flórez. C’est de ce (...)
  • 11 Libro de las Generaciones, éd. Josefa Ferrandis Martínez, Valence : Anúbar, 1968.
  • 12  Le Liber regum présente en effet Teresa, mère d’Alphonse Henriques, comme la fille légitime d’Alph (...)
  • 13  Voir Livro das linhagens do Conde D. Pedro, éd. José Mattoso, 2 vol., Lisbonne : Academia das Ciên (...)

8Cette œuvre, que l’on connaît aujourd’hui assez bien, notamment à la suite des travaux de Diego Catalán et de Georges Martin8, est un recueil de généalogies royales dont seul le titre est latin. Il a été rédigé à l’origine en Navarre et répond à des intérêts politiques strictement navarrais, comme l’a montré Georges Martin ; ce sont ces intérêts qui expliquent la forme prise dans l’œuvre par certains éléments de l’histoire castillane, comme la légende des Juges de Castille ou l’histoire du Cid. La première version connue du Liber regum remonte à la fin du xiie siècle (entre 1194 et 1211)9, même si Georges Martin a pu démontrer l’existence probable d’une version antérieure perdue (rédigée entre 1157 ou 1177 et 1194). Son histoire ultérieure est complexe : entre 1217 et 1223, le texte a connu une première refonte, rédigée à Tolède et utilisée par Jiménez de Rada, d’où le titre de Liber regum toletanus qu’a reçu cette version, en grande partie perdue10, comme l’est la version interpolée utilisée plus tard par Alphonse X ; enfin, le Liber regum a connu une dernière refonte rédigée en Navarre entre 1258 et 1270, dont une copie tardive réalisée au xve siècle par Martín de Larraya sous le titre de Libro de las generaciones a été conservée et publiée11. Le Liber regum a été abondamment utilisé au Portugal pour légitimer la dynastie au pouvoir12 et une version interpolée de l’ouvrage a été incluse au xive siècle par le comte de Barcelos dans son Livre des lignages13.

9L’histoire du Liber regum ne se limite pas à ce catalogue de refontes et de variantes : au xive et au xve siècles, plusieurs ouvrages non directement historiographiques portent la trace d’une utilisation de ce texte, qu’il s’agisse des Mocedades de Rodrigo, du Poema de Fernán González ou du Laberinto de Fortuna de Juan de Mena. Cette utilisation laisse supposer que le Liber regum a joué un rôle plus important qu’on ne le croit généralement dans la constitution d’une culture historique moyenne dans une partie de la société castillane. Sans doute la forme généalogique adoptée par le Liber regum n’est-elle pas étrangère à cette influence ; les textes ici publiés sont un nouvel indice de cette influence du Liber regum, tant par l’utilisation qu’ils en font en matière de source que par la forme qu’eux-mêmes adoptent. De plus, ces textes, datant pour certains de la première moitié du xive siècle, nous ont été conservés dans des copies tardives, ce qui pose la question de leur possible influence sur l’historiographie postérieure et en particulier sur les sommes de chroniques du xve qu’ils accompagnent souvent.

Les sommaires du xive siècle

10Les textes relevant du corpus que nous évoquons ici sont peu nombreux, même s’il convient de souligner que la liste que nous en proposons ne prétend pas à l’exhaustivité. Tel que nos recherches nous ont amené à l’élaborer, le « catalogue » de ces sommaires est le suivant :

Textes non publiés ici

11Summa chronicae Hispaniae : Conservée dans un manuscrit unique de l’Escurial (Q.I.20, f. 107-123) datable du xive siècle qui a appartenu à Zurita, cette somme propose un résumé de l’histoire de la Castille mais aussi de celle de la France, de la Grande-Bretagne et de la Navarre jusqu’en 1309, date erronée attribuée à la mort de Ferdinand IV. À la fin de la partie consacrée à la Castille apparaît un nom qui pourrait être celui du copiste ou du collecteur de textes, plutôt que celui de l’auteur, compte tenu du contexte (« … et non amplius pro nunc. Guernica »). À l’époque des Rois Catholiques, il semble que ce texte ait encore servi de source d’appoint à Andrés Bernáldez, curé de Palacios, pour la rédaction de ses Mémoires. Ce sommaire ayant été rédigé en latin, nous avons jugé bon d’en réserver la publication pour une autre occasion.

12Crónica breve de España : Elle aussi conservée dans un manuscrit unique de l’Escurial du xve siècle ayant appartenu au comte-duc d’Olivares, bibliophile averti. Ce manuscrit (K.II.26) s’ouvre par un poème consacré à sainte Catherine (f. 1) mais le texte qui nous intéresse (f. 2r°-38v°) y est incomplet au début : il s’ouvre sur son chapitre IV et sur la mort du roi Arthur, supposée s’être produite sous le règne du cinquième roi wisigoth, « Teodoredo » (probablement Theudiscle, compte tenu de l’époque à laquelle est supposé avoir vécu le souverain breton). Le texte s’achève au folio 35 par un résumé du règne d’Alphonse X suivi au folio 38v° d’un chapitre (n° 74) consacré au passage de la royauté sur le León aux rois de Castille, un thème dont nous verrons l’importance dans d’autres textes de notre corpus. Nous avions prévu de publier ce texte dans le cadre de cet article, mais des difficultés d’ordre divers nous obligent à remettre cette publication et l’étude qui doit l’accompagner à plus tard.

Textes publiés

  • 14  Pour plus de détails, voir Jean-Pierre JARDIN, La Suma de reyes du grand dépensier de la reine Ali (...)
  • 15  On notera que l’une des premières notes marginales de la Suma del virtuoso deseo (f. 27r°) a pour (...)

13Suma de virtuoso deseo : BNM, Ms. 1518, f. 27r°-72r° et 75r°-118v°. Cette somme est placée en deuxième position dans ce manuscrit tardif (dernier quart du xve siècle), entre la traduction des Livres des Maccabées réalisée par un certain « maître Pero Núñez de Osma » pour Lope de Acuña et une version de la chronique du Despensero actualisée vers 147614. Le papier sur lequel est copiée la somme est plus ancien que les cahiers qui l’entourent (les filigranes indiquent un papier fabriqué dans les années 1440-1450) ; le caractère composite du manuscrit et l’indépendance de la somme vis-à-vis des textes qui l’encadrent sont donc indéniables. Tout au plus pouvons-nous avancer, en nous appuyant sur l’identité de l’écriture présente dans les trois textes, l’idée que le copiste est un seul et même individu, qui aurait inclus dans le manuscrit qu’il rédige dans les années 1470 un texte plus ancien, qu’il avait pu conserver dans ses archives, et qu’il révise à cette occasion15. Mais il est pratiquement certain que la « somme de vertueux désir » est elle-même un texte composite, dont les deux parties (séparées par quelques folios blancs) ont connu une vie autonome avant d’être réunies dans le texte inclus dans ce manuscrit, même si les prologues des deux parties s’efforcent de créer l’impression d’une unité de composition.

  • 16 Rafael BELTRÁN LLAVADOR, « El mapamundi de Brunetto Latini en la Suma de virtuoso deseo: presentaci (...)
  • 17  Rafael Beltrán considère que la Suma utilise 14 des 34 « gloses » des Proverbios, consacrées pour (...)
  • 18  Pour notre édition des folios 36r° à 51r°, nous avons tenu compte des éditions partielles de R. Be (...)

14La première partie de la somme a fait l’objet de plusieurs articles et même de publications partielles par le professeur Rafael Beltrán Llavador dans les années 199016. Elle se présente comme un recueil d’exempla bibliques et de récits antiques, abondamment illustré de dessins à la plume (47, contre 172 cependant pour la seconde partie) et structuré par la succession augustinienne des six âges du monde. L’une de ses sources essentielles est une traduction inédite du Livres dou Trésor de Brunetto Latini (uniquement le livre Ier), combinée avec d’autres sources annexes, dont le Libro de los buenos proverbios (xiiie siècle) et les gloses aux Proverbes du marquis de Santillane (1437)17 ; l’utilisation de cette dernière source démontre que cette partie de la somme, au moins dans la version que nous possédons, est tardive et doit dater du milieu du xve siècle. Pour respecter la volonté de l’auteur anonyme qui s’exprime dans les prologues de la « somme », nous avons décidé de publier cette première partie, y compris les passages qui avaient déjà fait l’objet d’une édition antérieure18, en liaison avec la deuxième partie, mais il est bien évident que seule cette dernière relève du corpus des sommes ou sommaires de chroniques.

  • 19  Et non jusqu’à Sanche VI, comme nous avons pu l’affirmer un peu rapidement dans des travaux antéri (...)

15Cette deuxième partie se présente sous la forme d’un recueil de généalogies royales commençant avec la liste des rois bibliques d’Israël et – surtout – de Juda, se poursuit avec celle des consuls et des empereurs romains, puis avec celle des souverains wisigoths, avant d’aborder l’histoire des différents royaumes hispaniques après la conquête musulmane : rois de Castille jusqu’à Alphonse XI, rois du Portugal jusqu’à Denis Ier, rois d’Aragon jusqu’à Jacques Ier et rois de Navarre jusqu’à Sanche VII19.

16Parmi les sources de cette deuxième partie de la somme figure, nous l’avons signalé plus haut, le Liber regum : l’ouvrage navarrais a en effet été utilisé comme source principale pour l’établissement de la liste des rois de Juda de Roboam à Sédéchias, de celle des rois de Babylone et de Perse et, enfin, de celle des consuls et des empereurs romains. L’auteur de notre Suma ne s’est pas contenté de copier le texte qu’il avait sous les yeux, mais il n’a pas hésité à le déformer pour le rendre compatible avec sa propre idéologie : c’est ainsi qu’il a supprimé toute allusion aux rois d’Israël, quitte à transformer ceux-ci en souverains d’autres royaumes (Basa, devenu roi de Syrie) ou à attribuer maladroitement une défaite israëlite à un roi de Juda (Ezéchias au lieu d’Osée). Cette volonté manifeste de réduire l’histoire de la Terre sainte à celle du seul royaume sudiste est suspecte, et pourrait renvoyer à un auteur d’origine juive de la région de Tolède – ceux-ci défendaient en effet leur appartenance à la tribu de Juda et l’idée d’une présence en Espagne remontant à l’époque de la destruction du premier temple ; cependant, on ne peut ignorer que la Chronica Naiarensis, œuvre qui n’a évidemment rien de « judaïque » et qui est antérieure au Liber regum auquel elle sert de source, faisait déjà le choix de ne parler que des rois de Juda, au nom, semble-t-il, d’une certaine conception de ce qu’est une royauté légitime. Dans le reste des emprunts au Liber regum, on constate chez notre auteur une tendance à la simplification (les deux Nabuchodonosor du LR, celui de Babylone et celui de Ninive, sont réduits à un seul, ce qui oblige l’auteur de la Suma à présenter comme adversaire de ce roi l’un de ses deux successeurs potentiels – celui du Nabuchodonosor de Ninive, en l’occurrence) qui s’accommode fort bien de l’insertion dans le récit de légendes hagiographiques (la sainte Véronique – même si ce nom n’apparaît pas dans le texte –, la crémation du corps de Jean Baptiste). Si notre auteur peut parfois faire preuve d’esprit critique, il reste souvent prisonnier de sa source (comme le LR, il inverse le lien de parenté politique unissant Jules César à son gendre Pompée, qui dans les deux textes devient son beau-père), et se montre quelquefois négligent dans sa copie : c’est ainsi qu’après avoir attribué à Matthieu la rédaction d’un évangile en Judée – comme sa source –, il lui attribue ensuite la rédaction des autres évangiles à Alexandrie, alors que le Liber regum évoquait à cet endroit la rédaction par Marc d’un seul autre évangile. Déterminer quelle version du Liber regum utilise la Suma est une tâche malaisée : on verra dans notre appareil critique que, le plus souvent, l’auteur de la Suma reste très proche de la version la plus ancienne ; cependant, à quelques occasions, son texte s’apparente à la version la plus tardive, connue comme Libro de las generaciones. Une telle situation a déjà été mise en évidence par Diego Catalán en ce qui concerne l’utilisation du Liber regum par le comte de Barcelos. Il est probable que la version utilisée par notre auteur, comme celle qu’a utilisée le Portugais, soit une version intermédiaire perdue. La confusion entre Raymond de Bourgogne et Raymond de Toulouse, poussée à l’extrême dans la Suma, confirme l’utilisation d’une version postérieure à celle de 1220, qui introduit cette erreur dans l’historiographie castillane.

17Le Liber regum ne sert cependant que pour la partie « antique » du texte. Dès que celui-ci aborde l’histoire des rois wisigoths – avec la volonté de dresser entre leur arrivée en Espagne et le début de la prédication de Mahomet, considéré comme le responsable de leur future perte, un parallèle chronologique qui n’existe pas dans le Liber –, il passe à une source nouvelle, plutôt bien informée, qui a toutes les chances d’être une chronique néo-alphonsine. Cette source sera utilisée également pour la partie consacrée aux souverains asturiens, léonais et castillans. Il est à noter que, quelque temps après la copie du texte original (l’écriture semble bien être celle du copiste, d’où l’hypothèse que nous avancions plus haut), celui-ci a été complété à partir, soit d’une autre chronique de même type, soit de la même chronique qui n’avait peut-être pas été utilisée comme elle pouvait l’être. Déterminer quelle chronique ou quelle version de l’Estoire d’Espagne a été utilisée reste une tâche à venir.

  • 20  Voir à ce sujet Michel GARCIA et Jean-Pierre JARDIN, « El didactismo de las sumas de crónicas (s. (...)
  • 21  Certains indices (reproduction, dans des publications scientifiques [revue L’Histoire] ou commerci (...)

18Nous avons parlé d’une actualisation du texte : en effet, le résumé du règne d’Alphonse XI est de toute évidence un ajout postérieur au texte original, qui s’interrompait avec l’annonce de l’arrivée sur le trône du souverain ; comme en d’autres endroits de la somme (rois de León et de Castille), l’écriture plus serrée du copiste montre qu’il a utilisé la place restée libre dans la colonne réservée à ce roi. Il faut en effet préciser que la structure formelle du texte est très rigoureuse : une colonne par souverain ou dirigeant mentionné, surmontée par la représentation (on ne peut évidemment pas parler de portrait) de celui-ci pour des raisons didactiques exposées par l’auteur dans son prologue20. Un indice assez sûr allant dans le sens de notre hypothèse est qu’Alphonse XI se voit représenté sous les traits d’un enfant, ce qui paraît contradictoire avec le récit complet de son règne présent dans le manuscrit. Ajoutons que le témoignage de José Amador de los Ríos dans son Histoire critique de la littérature prouve que ce sommaire a circulé, au moins jusqu’à la fin du xixe siècle21, de façon autonome (y compris vis-à-vis de ce qui constitue, dans la version que nous publions, la première partie de la « somme de vertueux désir »), dans une copie sur parchemin qui appartenait, à l’époque où Amador l’a consultée, au comte de Campo Alange ; or cette version ne comportait pas l’ajout dont nous parlons.

19Si l’on s’en tient à une analyse du texte, la mention de la mort d’Alphonse XI et de son enterrement à Séville donne 1350 comme date a quo pour la rédaction de cette actualisation (ou du texte qui en a été la source) ; l’ignorance dans laquelle se trouve l’auteur du transfert du corps du souverain à Cordoue en 1371 donne cette date comme terme ad quem. L’absence de référence à Pierre Ier, indice du fait que ce roi n’est pas encore décédé au moment où le texte est rédigé, pourrait suggérer, au lieu de 1371, la date de 1369. Selon le même raisonnement, si l’on considère que la liste des rois du Portugal ne mentionne pas le roi Alphonse IV, on obtient une fourchette plus resserrée, 1350-1357 ; mais dans ce cas précis, il est possible que la Suma n’ait tout simplement pas été actualisée. De la même façon, les listes de souverains d’Aragon et de Navarre ne nous sont d’aucune utilité : tout indique en effet que ces listes n’ont pas été actualisées, non seulement depuis la date probable de rédaction de la version originale du texte, mais en fait depuis la date de rédaction de sa source première, un texte rédigé entre 1276 et 1285 (dates de règne de Pierre III) si l’on en croit la généalogie des rois d’Aragon, la liste des rois de Navarre étant décidément inutilisable, peut-être parce que l’auteur avait interrompu cette liste en 1234 avec ce qu’il considérait comme l’extinction de la dynastie proprement navarraise et l’intrusion de souverains d’origine française (mort de Sanche VII et arrivée au pouvoir des premiers rois de la dynastie de Champagne).

20Mais la réalité matérielle du manuscrit nous invite plutôt, nous l’avons dit plus haut, à considérer que l’actualisation de la Suma a eu lieu beaucoup plus tardivement, sans doute lors de la copie des années 1440-1450, ou lors de la reprise du texte à la fin du xve siècle, même si cette hypothèse pose la question de l’absence de référence au transfert du corps d’Alphonse XI en 1371 ; notre hypothèse serait alors que la fourchette de rédaction 1350-1371, que nous proposions plus haut, correspond à la rédaction du texte utilisé comme source pour l’actualisation réalisée au xve siècle, hypothèse dont nous reconnaissons cependant qu’elle demeure fragile. Toujours est-il que la version primitive du texte a dû quant à elle être rédigée autour de 1325 (date de la majorité proclamée d’Alphonse XI, ce qui justifierait que l’on n’évoque pas son règne, et de la mort de Denis Ier, qui est mentionnée). C’est aussi cette date qui a été avancée au xixe siècle pour la rédaction de la Chronica latine de Hinojosa, pour les mêmes raisons.

  • 22  Ce manuscrit a fait l’objet d’une description partielle par Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Crónicas General (...)

21Corónica de los reyes e emperadores : BU Salamanque, 200522, f. 59r°-106r°. Le texte, là aussi très influencé par le Liber regum, commence avec le règne de Balthasar, fils de Nabuchodonosor, traite des rois de l’Antiquité païenne, des gouverneurs (consuls et empereurs) romains et des rois goths, et s’achève avec la mort de Pierre Ier, curieusement datée de mars 1368 (peut-être un effet de l’utilisation d’un calendrier français « ancien style » ?). Après la conquête musulmane, le texte est cette fois centré sur la Castille, à l’exclusion d’un bref ex-cursus, curieusement situé, sur les quatre premiers rois de Navarre. Cette somme semble pouvoir être datée du règne d’Henri II, présenté dans d’autres textes du même manuscrit, de la même main, comme le roi en place (« el rey nuestro señor », traitement réservé à un monarque vivant). Il est cependant notable que le texte fasse mention, à plusieurs reprises, d’une chronique du roi Pierre Ier : de telles références, si elles ne sont pas un simple procédé rhétorique (ce que nous croyons qu’elles sont) sont propres à remettre en cause notre datation. Si l’on en croit l’explicit de l’un des textes qui suivent la Corónica, l’auteur ou le copiste (mais l’utilisation du verbe « facere » incite à considérer la première hypothèse comme la plus probable) de notre texte pourrait un certain Sancho, fils d’Alfonso Martínez Cota ; une telle identification reçoit un début de confirmation dans les origines géographiques, selon toute probabilité tolédanes, du manuscrit.

22Certains indices (signalés dans notre appareil critique) semblent indiquer que l’auteur de la Corónica a également utilisé pour son propre compte le Liber regum, ajoutant au texte de la Suma de virtuoso deseo qu’il avait sans doute sous les yeux des informations contenues dans l’ouvrage navarrais et que l’auteur de la Suma avait cru bon d’éliminer. Là encore, la version du Liber utilisée semble une version intermédiaire entre celle de la fin du xiie siècle et le Libro de las generaciones des années 1260.

  • 23  « Não conheço outro texto em que se verifique esta extraordinária duplicação da personalidade de F (...)
  • 24  Jean-Pierre JARDIN, « Le refus de la rupture dynastique. Deux cas de dédoublement royal dans des s (...)

23Il existe un lien indéniable entre la Suma de virtuoso deseo et la Corónica de los reyes e emperadores, au-delà de la seule utilisation d’une source commune, le Liber regum. Le prouve, entre autres choses, la duplication dans les deux textes du roi Ferdinand Ier de Castille, dédoublé en un Ferdinand fils de Vermude III de León et en un Ferdinand fils de Sanche III de Navarre. Cette duplication avait été étudiée en son temps, à partir de la seule Corónica, par Luis Filipe Lindley Cintra qui, ne connaissant pas l’existence de la Suma de virtuoso deseo, considérait qu’il s’agissait là d’un récit exceptionnel23, qu’il citait à titre de curiosité ; nous en avons proposé une nouvelle étude, qui prend en compte les deux récits et dans laquelle nous nous sommes efforcé de mettre en évidence les présupposés idéologiques et politiques qui se dissimulent sous cette duplication24 – nous reviendrons plus loin sur cette dimension de nos textes.

  • 25  LINDLEY CINTRA, « Sobre o sumário... », art. cit., p. 315-316.

24Cette étude montre clairement que c’est bien la Corónica qui utilise la Suma comme l’une de ses sources, qu’elle complète assez maladroitement par un autre texte plus orthodoxe, certainement une chronique néo-alphonsine que Menéndez Pidal identifiait à la Chronique générale de 1344, ce que conteste Lindley Cintra, sur la base d’arguments indiscutables25 ; le chercheur portugais considérait comme plus plausible l’utilisation de la Chronique de Castille ou plutôt la version composite dont dérive la traduction galaïco-portugaise du manuscrit 8817 de la BNM, qui n’ignore pas les souverains wisigoths ni astur-léonais, mais qui fait aussi une place à l’expédition de Ferdinand Ier et du Cid outre-Pyrénées. Il semble établi, en tout cas, que la version de l’Estoire d’Espagne utilisée par la Corónica n’est pas celle qu’a pu utiliser le copiste de la Suma : il suffit pour s’en convaincre de comparer le résumé des règnes des souverains astur-léonais dans les deux textes.

  • 26  Par exemple, un saut du même au même dans le récit de l’élection des juges de Castille qui le rend (...)
  • 27  Nous pouvons illustrer cette affirmation par un exemple frappant : dans la Suma, le texte consacré (...)

25D’autres éléments textuels vont dans le sens de la filiation suma-corónica : les erreurs de lecture de la seconde n’ont pas été commises par l’auteur ou le copiste de la première26, un certain nombre d’épisodes – souvent très connus – présents dans la Corónica sont absents de la Suma (fondation de Rome, épisode du cheval et de l’autour), alors que le texte de la Suma se retrouve intégralement dans la Corónica, à l’exclusion cependant de la majeure partie des marginalia et des ajouts postérieurs, à quelques exceptions près (la phrase selon laquelle Auguste s’est d’abord appelé Octavien, qui est en marge du texte dans la Suma (f. 87r°), y est incorporée dans la Corónica). Si le copiste de la Corónica n’a pas eu sous les yeux la Suma telle que nous la connaissons, il a connu un texte très proche de celle-ci, et l’a utilisé en faisant preuve de sens critique27.

  • 28  Voir J.-P. JARDIN, « Le refus de la rupture dynastique » (à paraître).

26Il est incontestable que l’auteur de la Corónica a bénéficié de sources plus nombreuses que celui de la Suma, dont la chronique néo-alphonsine dont nous avons déjà parlé et une « chronique romaine latine » sur laquelle se sont probablement faites les corrections telles que celle que nous venons d’évoquer, et que Lindley Cintra a identifiée comme l’Historia Romanorum de Jiménez de Rada. Il est également incontestable que l’utilisation de ces sources multiples s’est accompagnée de nombreuses maladresses, qui expliquent le double récit du règne de Ferdinand Ier et de la partition de ses royaumes dont nous avons traité par ailleurs (version de la Suma suivie de la version orthodoxe)28 ou le doublon portant sur le règne de Mauregatus et sur l’arrivée au pouvoir d’Alphonse II.

  • 29  Voir là encore id., La Suma de reyes du grand dépensier…, pour plus de détails.

27Sumario ou Corónica de los reyes de España desde Don Pelayo hasta don Fernando IV : BNM, Ms. 8405, f. 1r°-7v° (xve siècle) et BNM, Ms. 1234, f. 1r°-14v° (xvie siècle, copie du précédent). Dans les deux manuscrits qui nous l’ont conservée (et dont seul le plus ancien mérite d’être pris en considération, dans la mesure où le plus tardif en est une copie), cette somme constitue une espèce d’introduction à la chronique du Despensero, qui part elle aussi du règne de Pélage pour aller jusqu’à celui d’Henri III, d’où une certaine confusion dans le titre donné à ce sommaire29. Le texte comporte un prologue et quatre parties dont la première, nettement plus détaillée que les autres, traite de l’histoire de la Castille – en y incluyant celle du royaume astur-léonais –, la deuxième de celle de la Navarre, la troisième de celle de l’Aragon et la quatrième de celle du Portugal. On notera l’effacement de l’histoire du royaume de León, conséquence du « castillanisme » de l’auteur, qui le conduit à donner aux rois une numération strictement castillane (cf. infra). Le texte fait allusion à un récit du règne d’Alphonse XI, pourtant absent du sommaire. Le terme a quo de la rédaction de la somme semble être 1357, date du décès d’Alphonse IV du Portugal, dernier souverain de ce royaume présent dans la somme, comme Alphonse XI (mort en 1350) est le dernier roi de Castille cité (même si son règne n’est pas rapporté) et Alphonse IV (décédé en 1336) le dernier roi d’Aragon ; le traitement de la Navarre, dont le dernier roi nommé est Thibaut Ier (mort en 1253), peut-être confondu avec Thibaut II (1270), est problématique et pourrait s’expliquer par une absence de source postérieure au Liber regum. L’allusion aux deux « infants d’Aragon », faite au passé, pourrait permettre de repousser ce terme a quo à 1363 (mort de don Fernando). Le raisonnement qui consiste à considérer que les souverains en vie n’ont pas droit de cité dans les textes historiographiques de ce genre, qui ne traitent que du passé, conduit à avancer la date de 1367 comme terme ad quem, dans la mesure où cette date correspond à la mort de Pierre Ier du Portugal, à moins que le castillanisme affiché de l’auteur ne nous incite à choisir la date de 1369 et la mort de Pierre Ier de Castille – la mort de Pierre IV d’Aragon (1387) est beaucoup trop tardive pour être prise en compte. On ne peut ignorer cependant les liens organiques qui lient aujourd’hui ce sommaire à la somme du Despensero (rédigée entre 1402 et 1405), qu’il accompagne comme une forme d’introduction ou de guide de lecture (cf. infra) et qui pourrait être la « chronique d’Alphonse XI » à laquelle le texte fait allusion à deux reprises : la prise en compte de ces liens pourrait nous conduire à retarder la date de rédaction de notre sommaire.

Statut et rôle de ces textes

L’étude des prologues

  • 30  Particulièrement significatif de cette réalité est l’emprunt du prologue de la chronique du Despen (...)

28Quel est le rôle exact joué par ces textes mineurs au sein de la production historiographique du xive siècle ? Pour le déterminer, il nous faut dans un premier temps nous fier à ce que nous en disent leurs auteurs dans les pièces liminaires – préfaces ou prologues – lorsque celles-ci existent, tout en gardant à la mémoire le fait que ces pièces liminaires, pas plus que les autres parties du texte, ne sont nécessairement originales et qu’elles peuvent donc refléter les conceptions en matière d’historiographie des modèles choisis par nos auteurs autant, sinon plus, que les leurs propres30.

  • 31  Texte de la Corónica : « En el nonbre del Padre que fizo toda cosa, del que quiso nasçer de la Vir (...)

29Des textes édités ici, deux comportent un ou plusieurs prologues : la Suma de virtuoso deseo, dont chaque partie est précédée d’un prologue, et le Sumario du manuscrit BNM 8405. La Corónica de los reyes e emperadores, quant à elle, se contente d’une introduction en prose directement inspirée des textes du métier de clergie. Le modèle de la chronique est, sur ce point, le Poema de Fernán González : il suffit pour s’en convaincre de comparer les deux textes31.

30Ces prologues n’ont évidemment pas la même extension, pas plus que les textes qu’ils accompagnent. Les prologues de la Suma couvrent chacun un folio entier, sur deux colonnes, quand celui du Sumario ne couvre pas la totalité d’un demi-folio. Le premier prologue de la Suma de virtuoso deseo a été conçu comme le prologue général de l’œuvre et présente celle-ci dans sa globalité, donnant de ce fait de précieuses informations sur les deux parties qui la constituent, tandis que le second prologue se montre évidemment plus « spécialisé » : il est évident, à la lecture de ces prologues, et surtout du premier, que si les deux parties constitutives de la Suma ont eu une vie autonome (cf. supra), leur rapprochement dans la version du manuscrit 1518 répond à la volonté affichée d’un auteur qui revendique son œuvre. On notera que la syntaxe de ces pièces liminaires est souvent défaillante et en rend difficile la compréhension, du moins dans le détail, car le sens général est assez facile à saisir.

  • 32 Compendio universal de las historias romanas y de las chronicas de Castilla, BNM, Ms. 10448, f. 1r°

31Le fondement commun de ces prologues est l’aristotélisme, même si les œuvres sur lesquelles chacun d’entre eux s’appuient sont différentes. « E como todos los onbres del mundo según natura humana naturalmente deseen saber » (premier prologue, f. 27r°), « como toda sabiduría naturalmente cobdiçia humana natura saber » (deuxième prologue, f. 75r°), écrit l’auteur de la Suma, faisant écho à la fameuse première phrase du prologue de la Générale Estoire : « Natural cosa es de cobdiçiar los omnes saber los fechos que acahescen en todos los tiempos ». La parenté entre les deux textes est évidente, mais elle l’est plus encore avec la Métaphysique d’Aristote, citée par un autre auteur – anonyme – de somme de chroniques à la fin du xve siècle : « El filósofo en el primero de la Metafísica dize que todos los onbres desean saber… »32. Le prologue du Sumario affiche moins ouvertement son aristotélisme, mettant en avant la dimension religieuse d’une pensée pour laquelle Dieu est créateur et principe de toutes choses, ce qu’affirme la première phrase, à la syntaxe quelque peu obscure : « Todas las cosas que an entendimiento e rrazón de conoscer a Dios deue[n] querer saber que Dios es vno, sin par, criador e fazedor de todas las cosas ». Cette entrée en matière est suivie d’une citation de la première phrase de l’évangile selon saint Jean : « Au commencement était le Verbe », qui introduit un éloge appuyé de la rhétorique.

32Cet éloge de la rhétorique mérite d’être relevé, même si la syntaxe, là encore, se révèle défaillante :

Dizen los grandes filósofos: rretórica, que es vno de los argumentos de las siete artes de la alta sapiençia, por el mundo ha rregimiento. E los omes son mantenidos e gouernados bien e sabiamente. E de la fermosa rretórica se fazen muy fermosas estorias en tienpo antiguo, que quedan por en exemplo de los nobles que los fechos buenos fazen...

33La finalité de la rhétorique est donc, pour l’auteur, clairement liée à l’exemplarité. Les récits rehaussés par les procédés de la rhétorique – la science des discours – ont une portée didactique qui en fait toute la valeur. C’est une idée qu’exprime aussi le mystérieux Pero Núñez de Osma dans le prologue de sa traduction des Livres des Maccabées, dans le manuscrit 1518, en la rattachant explicitement à la pensée d’Aristote : « Según la doctrina del philósofo en el primer libro de su Retórica, los enxemplos mueuen a los onbres a bien beuir, más que las razones e argumentos fuertes » (f. 1r°), et nous avons vu que c’est là une phrase qui sera introduite dans le prologue de la Suma de virtuoso deseo par le copiste-annotateur.

  • 33  Ainsi, dans le deuxième prologue : « Como sea suma prudençia a todos los entendidos auer en memori (...)
  • 34  « E dixieron [los sabios] la uerdat de todas las cosas e non quisieron nada encobrir, tan bien de (...)

34On retrouve évidemment cette idée que l’histoire est au fond un réservoir de récits exemplaires sur lesquels les lecteurs pourront régler leur conduite dans les deux prologues de la Suma de virtuoso deseo, exprimée d’ailleurs de façon répétitive et un peu confuse33. Au bout du compte, la finalité exemplaire proposée pour leurs textes respectifs par chacun des deux auteurs est identique et rejoint la conception de l’histoire comme « magistra vitae » exprimée par de très nombreux autres historiens européens du moyen âge et, notamment, par les équipes alphonsines dans les prologues des deux grands textes historiographiques rédigés sous l’égide du roi Savant, la Générale Estoire et l’Estoire d’Espagne34. Nous sommes donc en face d’œuvres conçues comme des miroirs des princes autant que comme des œuvres historiographiques : que le public visé soit constitué par les élites politiques et sociales du royaume est affirmé par l’auteur du Sumario, qui évoque de « belles histoires » destinées à servir d’exemples « aux nobles » et mettant en scène des rois et de hauts seigneurs, et de façon plus marquée encore par celui de la Suma de virtuoso deseo, qui destine son œuvre à ceux qui ont reçu de Dieu le goût du savoir et de l’action, « comme […] les empereurs, les rois, les comtes et les seigneurs », à ceux qui ont ou auront « le gouvernement de royaumes et de seigneuries », aux « rois vertueux et aux nobles seigneurs, comtes, chevaliers et riches-hommes » qui voudront suivre l’exemple de leurs ancêtres. On peut certes se demander dans quelle mesure des œuvres aussi modestes que celles-ci pourront toucher au sommet de cette hiérarchie, tout particulièrement le Sumario. Mais nous verrons que ce texte n’était probablement pas destiné à être diffusé isolément.

  • 35  « Se toma edificar por dar buen exemplo uno con su vida y costumbres llevando a los demás tras sí (...)

35Si le prologue du Sumario se distingue par la profession de foi on ne peut plus orthodoxe qui l’ouvre, placée sous l’autorité de l’évangile selon Jean, façon habile de donner un surcroît de dignité à l’œuvre qui suit puisque réaffirmer avec l’évangéliste qu’« au commencement était le Verbe » est aussi une façon de rappeler que la parole raisonnée, qui suit les lois de la rhétorique, touche au divin par l’intermédiaire de ce « noble art » constitutif d’un « haut savoir », le prologue de la Suma n’est pas exempt, loin s’en faut, de références à un projet non seulement moral mais aussi explicitement chrétien. Le but recherché par l’auteur, même s’il est réservé aux élites, est d’abord l’édification des lecteurs : les termes « hedificar », « [h]edifiçio », se succèdent et se répètent tout au long des prologues aux deux parties. Projet personnel et projet social se complètent ici harmonieusement : le lecteur, qui est un prince, est édifié par le texte qu’il lit et pourra ensuite entraîner, édifier, son peuple en se donnant à son tour en modèle, conformément à la dimension d’exemplarité que comporte l’édification35.

  • 36  Il conviendrait peut-être de mettre à part la représentation de Mahomet, qui possède une vraie ori (...)
  • 37  Sur ce thème, voir Mary CARRUTHERS, Le livre de la mémoire. La mémoire dans la culture médiévale, (...)

36Le prologue de la Suma de virtuoso deseo n’ignore pas la dimension rhétorique sous-jacente à ce projet, au point de justifier la brièveté du texte, comme le feront de nombreuses sommes postérieures, au nom d’un surcroît d’efficacité : « la qual [suma] fue puesta so breue conpendio, por la qual los que la leyeren ayan breue enformaçión ». De même, dans le premier prologue de la Suma, les dessins à la plume qui ponctuent l’œuvre, et qui sont autant de représentations des personnages évoqués dans le texte – saisis non comme des individualités différenciées mais comme des représentants d’une hiérarchie sociale et politique36 –, sont justifiés eux aussi par une recherche d’efficacité maximale, en relation avec le fonctionnement supposé de la mémoire humaine37 :

E porque ayan más breue enformaçión los que en esta dicha suma leyeren, puse la figura de cada vn señor, rey e emperador porque, vista su figura, traiga a la memoria sus fechos e virtudes. E por la subscripçión de cada vn rey e emperador sabio e gran señor puede veer cada vno la línea donde descendió e los fechos que fizo e en qué tiempo fue e las prouinçias que cada vno señoreó e los buenos enxemplos que dexó (f. 27v°).

  • 38  Cf. M. GARCIA et J.-P. JARDIN, « El didactismo… », art. cit., p. 86.
  • 39  « Como sea rogado muchas de vezes por algunos de mis amigos que me pluguiesse ordenar vn tractado. (...)

37Dans ce cas précis, c’est donc le texte qui est subordonné à la représentation graphique, qu’il vient simplement compléter38. Cette particularité fait toute l’originalité de la Suma de virtuoso deseo : il faudra attendre l’Anacephaleosis d’Alfonso de Cartagena, en 1456, pour retrouver un projet comparable sous la plume d’un historien castillan. Une telle démarche suppose une conscience d’auteur bien réelle, attachée à contrôler la réalisation du travail jusqu’à son terme. Ce n’est donc pas un hasard si la Suma de virtuoso deseo est un des rares textes dont le titre soit clairement revendiqué par l’instance autoriale, une « instance » qui paraît passablement satisfaite d’elle-même et de son travail, réalisé – nous dit-elle – à la demande réitérée de ses amis39 et qu’elle décrit formellement à travers une analogie avec un verger planté de nombreux arbres et de fleurs (lieu commun rhétorique) :

E esta dicha suma será ordenada a manera de vn vergel en el qual ay diuerssas maneras de árbores e flores. Assí esta dicha suma será ordenada de diuersos enxiemplos de señores, reys, emperadores, prínçipes, sabios e grandes señores, la qual muy afectuosamente e con virtuoso deseo me fue demandada quanto a mí posible será llegarme lo más breue que pueda a la realidat de la verdat de las corónicas e estorias antiguas. A la qual dicha suma denominé suma de virtuoso deseo, por virtud de la qual los que en ella leyeren ayan breue enformación de los que murieron en virtud, por enxienplo de los quales los que por presente gouernaçión de regnos e señoríos an o ovieren podrán tomar enxienplo (f. 27v°; c’est nous qui soulignons).

38Face à une telle affirmation, il est difficile d’admettre que la Suma de virtuoso deseo ne soit qu’une construction composite réalisée à partir de plusieurs textes qui n’avaient à l’origine rien à voir les uns avec les autres, ce que semblent pourtant indiquer ce que l’on sait de l’histoire de l’une des deux parties et ce que l’on peut déduire de l’étude interne de l’autre (cf. supra) ; il est donc clair que notre connaissance de cette somme et de son histoire reste profondément lacunaire.

39En tout état de cause, nous sommes avec ces textes en face d’ouvrages rédigés dans un contexte où les hommes comptent plus que les événements qu’ils dominent ou affrontent : ces événements ne sont que l’occasion qui est offerte aux hommes de réaliser concrètement des potentialités morales qui sont, de fait, l’essentiel. C’est la logique du « miroir des princes » qui s’impose.

Les trois textes dans leur contexte codicologique

  • 40  Ce résumé fait l’objet d’un de nos articles resté inédit à ce jour (J.-P. JARDIN, « Un résumé inéd (...)

40Malgré les nombreux points communs que nous venons de souligner, il n’est pas possible de mettre les trois textes que nous publions ici sur un pied d’égalité. La Somme de vertueux désir, prise dans sa globalité ou non, ou la Chronique des rois et des empereurs, se suffisent à elles-mêmes et ne se trouvent dans une relation de dépendance avec aucun autre texte. Certes, elles prennent place dans des ensembles textuels qui leur insufflent un sens nouveau dans des manuscrits qui ont leur cohérence propre. Dans le manuscrit BNM 1518, à la traduction des Livres des Maccabées, épisode biblique essentiel aux yeux de la noblesse médiévale – Judas Maccabée est tenu pour l’un des neuf preux –, la Suma vient ajouter son savoir un peu hétéroclite mais couvrant un large éventail chronologique et géographique, avant que le manuscrit ne vienne se clore sur un texte centré sur l’histoire du royaume astur-léonais et castillan, la chronique du Despensero, dans une version actualisée à l’époque où s’est constitué le manuscrit qui constitue ainsi une espèce d’encyclopédie historique ou de pseudo-chronique universelle. Dans BU 2005, la construction du codex est plus complexe, mais la logique n’est pas différente : la Corónica est entourée de quatre autres textes historiographiques (une chronique dite « romaine » et une histoire de l’Église qui la précèdent, et un résumé inachevé de la chronique d’Alphonse XI40 et une somme de chroniques néo-alphonsine également inachevée – elle ne dépasse pas le règne de Bermude II – mais qui devait s’achever avec le règne d’Henri III à en croire son prologue, qui la suivent), puis une série de textes « doctrinaux » et moraux (traité de confession, Proverbios de Santillane, Tractado de la doctrina de Veragüe…) suivent ce premier ensemble. Outre que cette double dimension historique et morale confirme ce que nous disions précédemment de la conception de l’histoire comme « magistra vitae », on retrouve dans la première partie du manuscrit un édifice tendant à proposer une chronique universelle-locale. Mais la Corónica, comme la Suma, n’ont pas besoin d’être « épaulées » par d’autres textes, pas plus qu’elles n’en épaulent.

41La situation du Sumario du manuscrit 8405 est sensiblement différente. Son ampleur est moindre que celle des deux textes précédents, puisqu’il ne prend en compte que l’histoire des royaumes hispaniques postérieurs à la conquête musulmane et au début de la Reconquête – datée de façon quelque peu incertaine, puisque Pélage est supposé arriver au pouvoir cinq ans après la mort de Rodrigue… en 703 (741 de l’ère hispanique), régner douze ans et mourir… en 732 (770 de l’ère hispanique). Le moins que l’on puisse dire est que le compte n’y est pas ! Encore faut-il bien voir que l’histoire du royaume astur-léonais est expédiée en un folio environ et celle des royaumes navarrais, aragonais et portugais en un autre folio ; les cinq folios restants, en revanche, sont consacrés à la seule histoire de la Castille de Ferdinand Ier à Ferdinand IV, ce qui crée dans le texte un certain déséquilibre, que nous étudierons plus loin. Mais, dans l’immédiat, une autre question se pose à nous : celle du véritable statut de ce sommaire, de la place qu’il était appelé à occuper lors de sa rédaction et de celle – qui n’est au fond pas très différente – qu’il occupe aujourd’hui.

  • 41  « […] algunas variantes notables, sobre todo al principio ».

42Le manuscrit 8405 est occupé pour l’essentiel par une copie de la chronique du Despensero, suivie de deux recueils sapientiaux bien connus, les Bocados de oro et les Cien capítulos ; notre sommaire apparaît clairement comme un texte de complément. Cela est si vrai qu’un archiviste ou un bibliothécaire a donné à ce sommaire un titre erroné, fortement influencé par le texte qui le suit : « Corónica [suscrit : Sumario] de los reyes de España desde Don Pelayo hasta Don Enrique.3°. », tandis qu’une note liminaire nécessairement très tardive précise que la version de la chronique du Despensero conservée dans le manuscrit comporte de nombreuses différences en son début avec celle qu’a publiée Llaguno Amírola en 178141 ; en fait, ces différences n’existent pas, mais l’auteur de la note a pris notre sommaire pour le début de la chronique.

43Comment le compositeur du manuscrit 8405 a-t-il conçu le rôle de notre sommaire ? Comme une introduction ? C’est peu probable : cela aurait été envisageable si le texte avait, par exemple, fait une place aux rois wisigothiques, absents du Despensero, mais tel n’est pas le cas. Notre sommaire joue donc un autre rôle : peut-être un rôle de guide de lecture, permettant (au moins en théorie) de situer rapidement dans une chronologie précise personnages et événements, que les parties du texte consacrées aux autres royaumes hispaniques que la Castille replacent dans un contexte géographico-historique plus ample.

44Ce rôle, le sommaire l’assume depuis le moment où il a été associé, dans un manuscrit donné, à la chronique du Despensero. Mais qu’en était-il auparavant ? A-t-il été conçu comme un texte autonome ? Certains indices textuels semblent clairement indiquer que non. Le Sumario, nous l’avons dit, s’interrompt en effet avec le récit du règne de Ferdinand IV de Castille, dont est indiquée la durée (17 ans) ; mais les « chapitres » consacrés à Alphonse IV d’Aragon et à Alphonse IV de Portugal font clairement référence à une réalité textuelle qui n’est pas celle que nous connaissons aujourd’hui – à moins de supposer que ces références renvoient à la chronique du Despensero, ce qui n’est pas impossible, comme nous l’avons dit, mais reste peu probable :

La otra muger d’este rrey fue la rreyna doña Leonor, fija del noble rrey don Fernando de Castilla e hermana del bien auenturado sseñor rrey don Alfonso, de quien fabla esta corónica (f. 7r°; c’est nous qui soulignons).

Ffinado el rrey don Dionis rreynó su fijo don Alfonso, el seteno rrey de Portogal, padre de la rreyna doña María, muger que fue del noble rrey don Alfonso, de quien fabla esta corónica (f. 7v°; même remarque).

45Ces allusions semblent démontrer la dépendance de notre sommaire vis-à-vis d’une chronique d’Alphonse XI de Castille, à laquelle il servait probablement d’introduction. Elles sont à comparer à celle que l’on trouve dans le chapitre consacré au roi Ferdinand Ier de Castille et qui concerne un « livre » antérieur à notre texte, référence qui peut avoir été reprise de sa source :

Et todas estas cosas sobredichas conquirió e ganó e subjugó e tributó e por todas pasó segúnt vos lo ha contado la estoria más conplidamente en el otro libro quarto que es ante d’éste (f. 2v°; c’est nous qui soulignons).

46Ici, tout dépend du sens qu’il convient de donner à “quarto”: volume in-4°, auquel cas nous sommes en face d’une référence interne à une bibliothèque aujourd’hui dispersée (hypothèse difficile à admettre) ? Ou quatrième livre de la source utilisée (l’Estoire d’Espagne est souvent divisée en quatre parties ou livres ; mais le quatrième ne précède pas l’histoire des rois de Castille) ? Dans les cas précédents, en revanche, l’auteur faisait clairement allusion à l’œuvre qu’il était en train d’écrire, mais à travers une référence à une partie aujourd’hui perdue, si elle a jamais existé.

47Le sommaire du manuscrit 8405 est donc très proche des « guides de lecture » que l’on rédige, à la même époque, dans d’autres royaumes européens et qui ont été étudiés, notamment, par Bernard Guenée. Pourtant, s’il est bien une pièce historiographique mineure, il n’en est pas pour autant idéologiquement neutre, loin s’en faut.

Universalité, hispanité, castillanité…

48Les textes que nous publions ici possèdent tous une dimension universelle (Suma de virtuoso deseo et Crónica de los reyes e emperadores) ou du moins hispanique (Sumario du manuscrit 8405) qui les relie à l’historiographie du xiie siècle (Liber regum) ou à certaines formes de l’historiographie du xiiie, y compris la production alphonsine. Pourtant, cet apparent « universalisme » ou cet « hispanisme » ne doivent pas faire illusion. Le xive siècle est une période de frilosité qui voit monter un peu partout des sentiments que l’on peut qualifier de « proto-nationalistes », et la Castille n’échappe pas à ce phénomène. Sur ce point, le Sumario est presque caricatural à force de représentativité, c’est pourquoi nous allons nous attacher plus particulièrement à son étude.

Un sommaire castillano-centriste

49Nous avons vu que ce sommaire comporte, comme beaucoup d’autres, des listes généalogiques de souverains de tous les royaumes hispaniques. Il convient d’ailleurs de relever le terme de « province » que l’auteur utilise pour désigner l’ensemble de ces différents royaumes (« los otros rreyes que ouo en la prouinçia de España », f. 6v°). Ce terme n’est pas utilisé dans ce sens par l’Église séculière, pour qui l’Espagne est une nation (comme le Portugal) divisée en plusieurs provinces (huit en 1400). En revanche, les deux ordres mendiants des franciscains et des dominicains, lorsqu’ils se sont installés dans la péninsule au xiiie siècle, ont créé tous les deux une « province d’Espagne », en 1219 pour les frères mineurs, en 1221 pour les frères prêcheurs. Les franciscains ont très vite (1232) substitué à cette province unique trois provinces plus petites, celles de Compostelle, de Castille et d’Aragon, composées respectivement de 42, 46 et 37 couvents ; mais les dominicains ont conservé plus longtemps l’unité de leur « province d’Espagne », qui comptait en 1298 42 couvents. Il est donc tentant de considérer l’auteur de ce très bref sommaire comme un membre de l’ordre des frères prêcheurs, dont l’érudition et la forte présence dans le monde universitaire médiéval ne sont plus à prouver.

50Cela dit, les apparences ne doivent pas nous tromper : nous avons déjà souligné que l’intérêt porté aux royaumes autres que la Castille reste très superficiel. Dans la partie consacrée au royaume astur-léonais, disparu définitivement en 1037 selon l’auteur, qui ne fait que de très brèves allusions aux rois léonais du xiie siècle dans les chapitres consacrés aux rois castillans correspondants, les seules informations venant rompre la monotonie des successions royales concernent les entreprises guerrières d’Almansour et, surtout, les événements qui touchent directement la Castille : l’élection des juges de Castille sous Fruela II, l’arrivée au pouvoir de Fernand González sous Ramire II, le rachat du tribut imposé à la Castille par les rois de León sous Sanche Ier. Quant à la partie finale de l’œuvre, consacrée aux autres royaumes péninsulaires, elle est elle aussi réduite à la portion congrue. Les généalogies royales d’Aragon et de Portugal, cependant, sont exactes et contrastent de ce fait fortement avec celle de Navarre, où se multiplient les invraisemblances et les erreurs. La confusion entre García Iñíguez et García Sánchez, qui induit celle de Sanche Garcés Ier – qui disparaît de la liste des rois navarrais – et de Sanche II Abarca, provient de l’utilisation du Liber regum, qui a introduit cette confusion dans l’historiographie castillane dès le xiiie siècle ; plus surprenante est l’absence dans la liste des rois de Sanche IV « celui de Peñalén », de Sanche Ramírez d’Aragon, de Sanche VI le Sage et de Sanche VII le Fort, couvrant une période de deux siècles troublés, peut-être parce que l’auteur considère que pendant cette période, la Navarre n’a eu d’autres rois légitimes que les rois de Castille issus de Sanche III ; une dernière simplification abusive fait de Jeanne Ière (1274-1305) la fille de Thibaut Ier, quand elle est en réalité sa petite-fille et que deux rois, Thibaut II et Henri Ier, viennent s’interposer entre eux deux. Cette dernière erreur – au moins – ne semble pas pouvoir s’expliquer autrement que par l’absence d’une documentation fiable.

51L’histoire de la Castille commence quant à elle avec un bref rappel de la dynastie comtale issue de Nuño Rasura aboutissant au règne de Ferdinand Ier, dont le rôle fédérateur est soigneusement rappelé :

Et este dicho rrey don Fernando fue el primero rrey que ayuntó en sí los rreynos de Castilla e de León e de Gallizia e de Nauarra e de Portogal [sic] después del perdimiento de la tierra que fue en el tienpo del rrey Rrodrigo (f. 2v°).

  • 42  Le manuscrit qui le conserve garde la trace d’une classification ancienne qui pourrait peut-être r (...)

52Le “castillano-centrisme” de l’auteur est particulièrement sensible dans la numération qu’il réserve aux souverains castillans, à l’exclusion de tous les autres, y compris les rois de León : trois Ferdinand seulement, trois Sanche, un Henri et quatre Alphonse jusqu’à celui que nous connaissons aujourd’hui comme Alphonse X. Cette numération n’est pas unique en son genre, et nous la retrouvons notamment chez des auteurs du xve siècle tels que Fernán Pérez de Guzmán dans son poème historique Loor de los claros varones de España ou Juan de Mena dans son Laberinto de Fortuna. Dans ce dernier cas, l’utilisation du Liber regum comme source historique a été démontrée. Quant à la titulature de ces monarques, on notera avec intérêt que Sanche II (Sanche Ier pour l’auteur) est considéré comme roi de Castille et de Navarre, ce qui peut avoir une conséquence sur l’établissement de la liste des souverains de ce dernier royaume ; son frère Alphonse VI, « primero rrey que ouo este nonbre en la casa de Castilla », est le dernier à régner « en los rreynos de Castilla e de León e de Galizia e de Nauara e de Portogal » (f. 3r°). À partir d’Alphonse VII, les rois sont souverains « en Castille et à Tolède », ce qui peut être une indication du lieu où a été rédigé ce sommaire42. Si Henri Ier et Ferdinand III ne sont pas donnés explicitement comme rois de Tolède, l’auteur prend soin de préciser que l’un des fils du dernier nommé, D. Juan, « fue arçobispo de Toledo ». Par ailleurs, il rappelle évidemment que : « así ayuntó el dicho rrey don Fernando en sí los dichos rreynos de Castilla e de León la terçera vez. Et nunca jamás fueron departidos los dichos rreynos » (f. 5r°).

Vers une monarchie chevaleresque

  • 43  Pour comparaison, rappelons que la liste de la Suma de virtuoso deseo ne compte pas plus de cinq n (...)

53Sous les règnes d’Alphonse III-VIII et d’Alphonse IV-X, la puissance et le prestige des rois de Castille s’expriment à travers une forme de mainmise sur l’institution chevaleresque européenne : toute l’Europe chrétienne et musulmane vient se faire adouber à la cour d’Alphonse VIII puis à celle d’Alphonse X. Ainsi, lorsque Alphonse de León apparaît à la cour de son cousin, c’est pour y être armé chevalier, lui baiser les mains et se reconnaître pour son vassal, comme les rois d’Aragon, de Navarre et du Portugal. Outre ces souverains hispaniques, adoubés à Carrión, sont aussi reçus dans l’ordre de chevalerie par Alphonse VIII le fils de l’empereur « de Rome » Henri et Baudouin, empereur de Constantinople, Raymond Folcada, comte de Toulouse (à Cuéllar), Louis comte de Charques (?) et de nombreux autres nobles « d’Allemagne, de France, d’Angleterre, de Gascogne, de Navarre, d’Aragon, de Provence et d’autres lieux », sensibles à la magnificence de la cour castillane. La liste des grands faits chevaliers par Alphonse X est encore plus longue, puisqu’elle compte seize noms, ce qui est considérable dans le cas d’un sommaire visant à la brièveté43 : il est vrai que la moitié de cette liste est constituée de proches parents du roi, frères (Philippe, Manuel, Ferdinand de Ponthieu, Louis), fils (Ferdinand, Sanche, Jacques) et petit-fils (Denis de Portugal), mais on y trouve aussi nommés le marquis de Monferrato, gendre du souverain, le roi Edouard d’Angleterre, beau-frère du roi, l’empereur Philippe de Constantinople, Rodolphe de Habsbourg qualifié de « roi d’Allemagne », Gaston de Béarn, ainsi que les musulmans Mohammed Ibn Yusuf de Grenade, Abemafon [ibn Mahfot] de Niebla et Aoyrabuçat, frère du roi de Tunis et futur roi lui-même. Les villes où se déroulent ces cérémonies couvrent l’ensemble du territoire castillan, de Burgos et Valladolid à Murcie et Séville en passant par Badajoz, Ségovie et Tolède. L’auteur a donc raison d’associer la noblesse du roi, qui agit ici comme l’empereur qu’il n’est pas, à celle des « royaumes de Castille et de León ». L’hégémonie de ces royaumes en Espagne et leur projection dans l’espace européen et même extra-européen sont ainsi affirmées à travers le rôle moteur qu’ils sont supposés jouer dans le développement de la chevalerie et de ses valeurs.

  • 44 Crónica de Alfonso X, éd. Manuel González Jiménez, Murcie : Real Academia Alfonso X el Sabio, 1998, (...)

54Le roi de Castille reçoit l’hommage des souverains les plus prestigieux de son époque (empereur de Constantinople, roi d’Angleterre), y compris certains de ses ennemis ou anciens ennemis (le roi de Grenade, l’ancien roi de Niebla), lors de cérémonies symboliques dont l’importance est évidemment surestimée par l’auteur. Si la liste des adoubés est dans son ensemble exacte (mais correspond à des événements épars tout au long du règne d’Alphonse X), on y relève quelques anomalies significatives : l’adoubement de Sanche par son père, à l’instar de son frère aîné Ferdinand, est également relaté par Jofré de Loaysa dans son ouvrage, mais la chronique du roi Savant donne une autre version, dans laquelle Sanche refuse en fait d’être adoubé par son frère aîné au grand déplaisir d’Alphonse X44 ; quant à celui de don Manuel, il va à l’encontre de ce qu’affirmera dans son œuvre le fils de ce dernier, le fameux don Juan Manuel, quant aux privilèges de sa famille en la matière, et il n’apparaît pas dans la chronique d’Alphonse X. Ces deux affirmations prennent tout leur sens si l’on situe la rédaction du sommaire ou celle de sa source dans le cadre des luttes pour le pouvoir qui ont caractérisé une bonne partie du règne d’Alphonse XI.

Histoire et légende

55Les trois textes que nous publions comportent tous de nombreuses approximations et erreurs. Un certain nombre de celles-ci proviennent des sources qu’ils ont utilisées, y compris le Liber regum, qui n’est certes pas exempt de défauts de tous ordres. C’est le cas de la confusion entre les rois navarrais de la première dynastie et leurs homonymes de la deuxième, ou de la confusion entre Raymond de Bourgogne, gendre d’Alphonse VI, et Raymond de Toulouse. D’autres sont dues aux fameuses « erreurs de copie » chères à la critique philologique, explication trop commode pour être toujours acceptable, mais que l’on ne peut toujours rejeter – en particulier en face de sauts du même au même que ne peut justifier aucun motif rationnel. D’autres enfin ne sont sans doute pas innocentes : que l’on pense, par exemple, à la façon dont la Suma de virtuoso deseo présente la reine Athalie, traditionnellement présentée (dès le récit biblique) comme un monstre de cruauté qui a mis à mort tous les descendants de la famille de Juda (elle-même étant issue de la famille royale d’Israël) et dont le petit-fils n’a échappé que par miracle à la folie sanguinaire de sa grand-mère. Ne reculant devant aucun contresens, l’auteur de notre somme n’hésite pas, au contraire, à en faire une grand-mère exemplaire, qui sauve le trône et la vie de son petit-fils :

Murió el rey Joram, e regnó su fijo Ozias vn año solo e murió, e dexó vn fijo que ouo nonbre Joaz, e los parientes de los que abía muerto Joram su padre queríanlo deseredar, e la reyna su auuela, muger que fue de Joram, que ouo nonbre Athalia fizo matar a todos los que querían deseredar a Joaz su nieto, e diolo a criar a furto a vn cauallero que avía nonbre Joiade (f. 79r°).

56Comment ne pas voir dans ce détournement de l’histoire une conséquence, sans aucun doute assumée par l’auteur, de la situation vécue par la Castille quelques années avant la rédaction de la somme, voire au moment même où elle était rédigée, et le souvenir de l’action de la reine Marie de Molina en faveur de son fils puis de son petit-fils, menacés tous les deux par les appétits politiques de leurs parents les plus proches ?

57Dans la Suma de virtuoso deseo comme dans la Corónica de los reyes e emperadores qui l’a utilisée comme source, la principale anomalie consiste en la duplication de la figure de Ferdinand Ier de Castille, dédoublé en un Fernando Vermúdez fils du roi Vermude III de León qui serait mort sans descendance après avoir été choisi par les Castillans pour être leur premier souverain et en un Fernando Sánchez, fils de Sanche III de Navarre, qui aurait succédé au précédent et qui s’avère évidemment plus proche de son modèle historique. Nous avons étudié ailleurs les tenants et aboutissants de cette duplication et ses présupposés idéologiques. Cette étude nous a amené à la conclusion que le débat sur les sources de légitimité de la royauté castillane, qui pouvait paraître obsolète au xive siècle, avait en fait retrouvé une certaine actualité dans le cadre des conflits ayant marqué les règnes de Sanche IV et de Ferdinand IV ainsi que, surtout, la minorité d’Alphonse XI. Le rôle primordial joué par les femmes dans le transfert de la légitimité royale du royaume de León à celui de Castille et de la famille royale léonaise à celle de Navarre dans cette réécriture de l’histoire nous paraît être un indice déterminant quant à l’époque où elle a pu être conçue : une fois encore, on retrouve en filigrane la figure décidément obsessionnelle chez les chroniqueurs qui nous intéressent de Marie de Molina.

  • 45  LINDLEY CINTRA, « Sobre o sumário... », art. cit., p. 317.

58Une conséquence du traumatisme que semble avoir fait naître chez nos chroniqueurs le contexte politique qu’ils ont vécu (tout le xive siècle est en fait un siècle de violence politique, en Castille comme ailleurs) est en effet le rejet de toute succession violente, et à plus forte raison de toute rupture, dans la succession des rois dont ils parlent. C’est ainsi que, si la confusion entre Raymond de Bourgogne et Raymond de Toulouse ne leur est pas imputable, comme nous l’avons déjà signalé, la façon dont l’auteur de la Suma de virtuoso deseo et, dans son sillage, celui de la Corónica de los reyes présentent la minorité d’Alphonse VII comme une période de tranquillité politique où le petit roi bénéficie de la protection de son père, leur est propre : aucune de leurs sources connues ne propose cette vision idyllique de la Castille du début du xiie siècle. Le même type d’analyse peut être proposé quant au récit de l’arrivée au pouvoir de Ferdinand III et de la façon dont son père et sa mère arrivent à un accord sur le partage de leurs pouvoirs respectifs dans la Corónica : Luis Filipe Lindley Cintra avait déjà signalé l’originalité de ce récit45.

  • 46  C’est une explication qui nous a échappé lors de l’élaboration de notre édition de la Suma de reye (...)

59Nous avons relevé d’autres particularités des récits proposés dans ces sommaires : le dédoublement (encore un) du roi Pierre II d’Aragon, dû cette fois à des préjugés religieux, dans la Suma qui, cette fois, n’est pas suivie par la Corónica ; le surnom de « Chaste » donné non seulement à Alphonse II des Asturies, conformément à la tradition, mais aussi à Alphonse V – même si, dans le cas de la Suma, l’introduction de ce surnom se fait par le biais d’un ajout marginal –, confusion qui ne s’explique, là encore, que par l’influence du Liber regum46 ; dans la Suma seule – la Corónica est lacunaire à cet endroit – l’origine géographique de Nuño Rasura « de Urueña », précision qui apparaît dans l’un des ajouts au texte original. Ces particularités, nous avons eu l’occasion de les étudier dans d’autres articles, communications ou ouvrages ; sans doute peut-on en relever d’autres, et nous ne manquerons pas de le faire dans notre appareil critique ou dans des recherches ultérieures.

  • 47  « Otros dizen que de verguença que era vencido el que todos tiempos era seydo vencedor, passosse a (...)
  • 48  F. 2v° : « vos lo ha contado la estoria » ; f. 3r°: « cuenta la estoria [...] et segúnt cuenta la (...)

60Le Sumario du manuscrit 8405 a beau être très bref, il n’échappe pas lui non plus aux erreurs, ni à l’introduction d’éléments légendaires d’origine non identifiée. On peut citer ici le surnom attribué à Sanche IV « Madruga » (Sanche le Vif, ou Sanche le Pressé ?) et l’affirmation selon laquelle Alphonse le Batailleur aurait fini sa vie à Saint-Jean d’Acre (« Et desque le vencieron ellos, fuese para Acre e estando aý escondido, murió aý » [f. 6v°]), affirmation qui se rattache à des légendes présentes dans les chroniques aragonaises, y compris dans la Chronique de Saint-Jean-de-la-Penya, où, selon l’une des hypothèses présentées par le chroniqueur, c’est à Jérusalem que le souverain disparaît – sans que l’on sache s’il est effectivement mort47. Du côté castillan, on retrouve une évocation des exploits de Ferdinand Ier et du Cid contre l’empereur d’Allemagne (« Et este dicho rrey don Fernando quitó a España del tributo que le demandaua el enperador Anrrique de Rroma », f. 2v°), ce qui semble indiquer que la chronique a compté la Crónica de Castilla ou un texte dérivé parmi ses sources. À plusieurs reprises en effet48, le sommaire renvoie explicitement ses lecteurs à une « estoire », qui ne peut se confondre ni avec le sommaire lui-même ni avec la « chronique » dont nous avons déjà parlé, qui traitait d’Alphonse XI et que notre texte est supposé introduire. Tous ces renvois se trouvent concentrés dans la partie qui traite des rois de Castille, ce qui nous ramène à la Crónica de Castilla. Cependant, trois de ces renvois (ceux du folio 6r°)  concernent des souverains dont le règne ne se trouve pas dans le texte original de la Crónica de Castilla ; c’est ce qui nous incite à penser plutôt à un texte dérivé ou à une actualisation de l’époque d’Alphonse XI (puisque le récit du règne de Ferdinand IV s’y trouvait). Cette hypothèse, notons-le, n’est pas très éloignée de celle qu’avançait Lindley Cintra quant à la source probable de la Corónica de los reyes e emperadores.

Conclusion

61Nous sommes partis à la découverte des sommaires de chroniques du xive siècle avec l’idée préconçue que cette production – au demeurant fort réduite – était étrangère à la tradition historiographique alphonsine et néo-alphonsine. Du point de vue des sources maniées, notre étude nous a donné tort et il est clair que notre hypothèse de départ doit être fortement nuancée : les trois textes que nous publions ont sans aucun doute eu accès à des sources qui relèvent de cette tradition, au moins pour les chapitres consacrés aux rois goths (dans deux d’entre eux) et aux souverains de l’ensemble castillano-léonais. Du point de vue de leur structure, en revanche, il est incontestable que ces textes subissent tous les trois l’influence des généalogies royales représentées notamment, dès le xiie siècle, par le Liber regum.

62Pour réduit qu’il soit, le corpus des sommaires remet en question l’image traditionnelle du règne de Pierre Ier comme « désert historiographique » instituant une véritable rupture entre la production historiographique du règne d’Alphonse XI et l’historiographie Trastamare, dont les auteurs mettraient toutes leurs forces dans une entreprise visant à renouer les fils rompus. Des trois textes publiés ici, le plus ancien, datable du début du règne d’Alphonse XI (ca. 1325 ?) a été utilisé comme source par le deuxième de nos textes, rédigé probablement sous le règne d’Henri II, tandis que le troisième a pu être rédigé à la fin du règne de Pierre Ier, après 1363, comme sous le règne de ses successeurs immédiats. Si l’on ajoute à cela une réutilisation de ces textes au xve siècle – aucune des copies conservées n’est antérieure à ce siècle –, l’on ne peut que souligner la remarquable continuité de la transmission du savoir historique au moyen âge.

63Le dernier point que nous avons mis en évidence dans cette brève introduction concerne le très fort sentiment « proto-national » castillan qui se dégage de tous ces textes, malgré leur apparente hispanité, voire leur universalité auto-proclamée. Cette situation paradoxale pourrait s’expliquer précisément par le contexte historique de leur rédaction : dans le cadre des relations conflictuelles anglo-françaises qui dominent la politique internationale européenne du xive siècle, les Castillans découvrent leur force, non seulement au sein de la Péninsule ibérique, mais encore hors de celle-ci. La Castille, qui occupe parmi les royaumes espagnols une position hégémonique, devient un acteur de premier plan dans l’Occident chrétien de l’époque, et ce fait entraîne une nouvelle lecture de l’histoire de l’Espagne qui ne peut encore se réduire, pourtant, à une simple histoire de la Castille, comme ce sera le cas pour les chroniqueurs du siècle suivant, lorsque le « proto-nationalisme » deviendra nationalisme à part entière.

Normes d’édition

64Nous avons visé à la plus grande lisibilité possible des textes que nous publions. Dans ce but :

  • 49  Pour les noms propres, nous avons distingué dans la mesure du possible les formes espagnoles des f (...)

65– nous avons introduit dans le texte l’usage moderne des majuscules et des minuscules, celui de l’accentuation49 et de la ponctuation. Nous n’avons cependant pas poussé notre désir de lisibilité jusqu’à la régularisation de l’emploi de u/v/b ou de j/i : nos choix en matière d’orthographe restent très conservateurs ;

66– les abréviations ont été systématiquement développées. Lorsque des formes développées étaient présentes dans le texte, nous les avons reprises dans nos propres développements (par exemple, onbre apparaissant fréquemment dans la Suma de virtuoso deseo, c’est sous cette forme que nous avons développé la forme abrégée om'e, même si la forme omne eût pu sembler plus logique). Il convient cependant de souligner que, dans la Suma de virtuoso deseo, nous nous sommes heurté à une variété de formes en ce qui concerne les termes contenant les groupes consonantiques – mp – ou – mb – : onbre, mais tiempo (en très forte majorité, mais en alternance avec quelques tienpo) et des alternances emperador/enperador ou enxienplo/enxiemplo. L’usage de « m » et « n » est si peu normalisé dans cette somme que l’on trouve des formes telles que « emxiemplo ». Compte tenu de ce que nous avons dit plus haut, cette variété de formes se retrouve, au moins en partie, dans notre édition ;

67– la séparation des formes lexicales a été régularisée selon l’usage actuel ; l’élision d’une lettre est notée par l’usage de l’apostrophe ;

68– la séparation en paragraphes s’appuie, autant que faire se peut, sur la réalité matérielle des manuscrits utilisés, avec une prise en compte de la ponctuation médiévale (pieds-de-mouche, double barre oblique) ;

69– le signe tironien a été transcrit par la forme « e » de la copulative ;

70– toutes nos interventions sur les textes sont indiquées par l’usage de crochets : crochets droits pour un ajout, crochets obliques pour une suppression ;

71– nous avons voulu distinguer clairement dans notre édition ce que l’on peut considérer comme le texte original des ajouts ultérieurs, surtout pour la Suma de virtuoso deseo et la Corónica de los reyes e emperadores : de ce fait, tout ajout, même ponctuel (lettre ou mot suscrit), apparaît en italiques, avec une note indiquant sa position dans l’espace de la page manuscrite (suscrit, marginal, dans la continuité du texte) ;

72– en ce qui concerne les notes marginales, enfin, particulièrement nombreuses dans la Suma, elles ont été signalées et transcrites dans les notes de l’appareil critique chaque fois qu’elles ne se limitaient pas à la reprise d’un nom propre figurant dans le texte, dont le but se limite dans ce cas à faciliter la lecture d’un texte compact et n’a de sens que dans l’espace du manuscrit médiéval. Dans la mesure du possible, nous avons indiqué la provenance de ces notes (annotateur/copiste, lecteur du xvie siècle…).

Haut de page

Notes

1  Les souverains Trastamare ont poursuivi la politique qui avait été celle du roi Alphonse XI, leur ancêtre direct et leur modèle en la matière, et se sont donc efforcés, chacun à sa manière, de « récupérer » au profit du pouvoir royal les valeurs qui avaient été, dans un premier temps, celles d’une élite de combattants à cheval avant de devenir celles de la noblesse petite et moyenne, avec laquelle tous ces souverains ont tissé des relations complexes d’amour et de haine. Or les textes dont nous parlons, y compris ceux qui ont ensuite été utilisés pour défendre des intérêts opposés à ceux des Trastamare (la chronique du Despensero, par exemple), sont nés dans des milieux favorables à la nouvelle dynastie dont ils épousent l’idéologie.

2  Que l’on pense, par exemple, à la « version amplifiée de 1289 » de l’Estoire d’Espagne.

3  Jofré de LOAYSA, Crónica de los reyes de Castilla Fernando III, Alfonso X, Sancho IV y Fernando IV (1248-1305), éd., trad., introd. et notes d’Antonio García Martínez, 2e éd., Murcie : Real Academia “Alfonso X el Sabio”, 1982.

4  Juan MANUEL (Don), Crónica abreviada, in : Obras completas, prologue et notes de José Manuel Blecua, 2 vol., Madrid : Gredos, 1982-83, II, p. 505-815.

5  Cronicques d’Espaigne, que fit l’évesque de Burs, translatées en françois par frère Jehan Goulain, en deux volumes […] très bien historiées et enluminées. La bibliothèque de Charles V, en son temps la deuxième d’Europe après celle des papes d’Avignon, comptait 917 volumes et fut dispersée à la mort du souverain.

6  Étude menée par A. CASTAN dans la Revue d’érudition, Bibliothèque de l’École des Chartes, 1883. On peut aussi consulter avec profit Manuel MARTÍNEZ AÑÍBARRO Y RIVES, Intento de un diccionario biográfico y bibliográfico de autores de la provincia de Burgos, Valladolid : Junta de Castilla y León, 1993 (rééd. en facsimilé de l’édition de Madrid : Manuel Tello, 1889), p. 196-204.

7  José AMADOR DE LOS RÍOS, Historia crítica de la literatura española, 7 vol., Madrid : Gredos, 1969 (rééd. en facsimilé de l’édition de Madrid : Muñoz, 1865), vol. IV, p. 364.

8  Voir notamment Diego CATALÁN, De Alfonso X al conde de Barcelos, Madrid : Gredos, 1962, Id. et María Soledad DE ANDRÉS (éd.), Ia ed. crítica del texto español de la Crónica de 1344 que ordenó el conde de Barcelos don Pedro Alfonso, Madrid : Gredos, 1970 et Georges MARTIN, Les juges de Castille, Paris : Klincksieck, 1992.

9  Louis COOPER, El Liber Regum. Estudio linguístico, Saragosse : Instituto Fernando el Católico (Archivo de Filología Aragonesa. Anejo 5), 1960.

10  Une édition partielle de cette refonte a été réalisée en son temps par le père Flórez. C’est de cette version que provient la confusion entre Raymond de Bourgogne et Raymond de Toulouse, époux supposé de la reine Urraque, que l’on trouve chez Rada et dans d’autres ouvrages, y compris nos sommaires (la version antérieure parlait simplement d’un « comte Raymond »).

11 Libro de las Generaciones, éd. Josefa Ferrandis Martínez, Valence : Anúbar, 1968.

12  Le Liber regum présente en effet Teresa, mère d’Alphonse Henriques, comme la fille légitime d’Alphonse VI, alors qu’elle est généralement considérée comme une bâtarde.

13  Voir Livro das linhagens do Conde D. Pedro, éd. José Mattoso, 2 vol., Lisbonne : Academia das Ciências (Portugaliae Monumenta Historica), 1980. Les parties du Livro das linhagens apparentées au Libro de las generaciones ont été auparavant éditées par D. Catalán et M. Soledad de Andrés dans les appendices de leur édition de la Crónica de 1344 (éd. citée, p. 215 sq.).

14  Pour plus de détails, voir Jean-Pierre JARDIN, La Suma de reyes du grand dépensier de la reine Aliénor d’Aragon, première femme de Jean Ier de Castille, étude et édition critique, Lyon : ENS LSH, 2006 (édition en ligne, http://w4.ens-lsh.fr/e-textes).

15  On notera que l’une des premières notes marginales de la Suma del virtuoso deseo (f. 27r°) a pour but d’insérer dans le texte une phrase que l’on trouve au folio 1r°, sous la plume supposée de Pero Núñez de Osma : « [S]egún la doctrina del philósofo en el primer libro de su Retórica, los enxenplos mueuen a los onbres a bien beuir más que las razones e argumentos fuertes ».

16 Rafael BELTRÁN LLAVADOR, « El mapamundi de Brunetto Latini en la Suma de virtuoso deseo: presentación y edición », in : Fernando CARMONA FERNÁNDEZ et Antonia MARTÍNEZ PÉREZ (éd.), Libros de viaje (Actas de las jornadas sobre “Libros de viajes en el mundo románico” celebradas en Murcia del 27 al 30 de noviembre de 1995), Murcie : Université, 1996, p. 31-71 ; Id., « Trama narrativa y experiencia temporal: lecturas ejemplares de historias romanas », Diablotexto, 3 (1996), p. 19-38 ; Id. et Marta HARO CORTÉS, « Miscelánea de castigos en un compendio histórico: la Suma de virtuoso deseo », Diablotexto, 3 (1996), p. 217-242 ; Id., « Lectura y adaptación de las glosas del Marqués de Santillana a sus Proverbios en la Suma de virtuoso deseo », in : Proceedings of the Medieval Hispanic Research Seminar Eighth Colloquium (24 june-5 july 1996), Londres : Université, Queen Mary & Westfield College, 1997, p. 49-60.

17  Rafael Beltrán considère que la Suma utilise 14 des 34 « gloses » des Proverbios, consacrées pour l’essentiel à des personnages de l’histoire romaine, à l’exclusion du roi Asuérus. Nous arrivons au même total d’une façon légèrement différente : contrairement à R. Beltrán, il ne nous semble pas que la glose consacrée à Lucrèce ait été utilisée, mais nous considérons en revanche que l’un des paragraphes consacrés, dans la Suma, à Jules César est tout droit issu de Santillane (voir note correspondante).

18  Pour notre édition des folios 36r° à 51r°, nous avons tenu compte des éditions partielles de R. Beltrán citées à la note 16.

19  Et non jusqu’à Sanche VI, comme nous avons pu l’affirmer un peu rapidement dans des travaux antérieurs.

20  Voir à ce sujet Michel GARCIA et Jean-Pierre JARDIN, « El didactismo de las sumas de crónicas (s. xv) », Diablotexto, 3 (1996), p. 77-94, en particulier p. 84-87.

21  Certains indices (reproduction, dans des publications scientifiques [revue L’Histoire] ou commerciales [fascicules des éditions Altaya], de pages historiées très proches dans leur contenu de celles de notre manuscrit, mais plus soignées, avec malheureusement une absence de références ou des références erronées) donnent à penser que cette version n’a pas disparu et survit peut-être sous le titre de Semblanza de los reyes. Mais nous ne sommes pas parvenu pour l’instant à déterminer son lieu de conservation.

22  Ce manuscrit a fait l’objet d’une description partielle par Ramón MENÉNDEZ PIDAL, Crónicas Generales de España descritas por […]. Tercera edición con notables enmiendas, adiciones y mejoras, Madrid : s.e. [Blass y Cía], 1918, p. 197-199. Nous avons nous aussi proposé une description de BU 2005, corrigeant certaines erreurs de Pidal ; malheureusement, cette description apparaît dans un article resté inédit (voir la note 40).

23  « Não conheço outro texto em que se verifique esta extraordinária duplicação da personalidade de Fernando I » (Luis Filipe LINDLEY CINTRA, « Sobre o “Sumário de Crónicas até ao ano de 1368” da Biblioteca Real de Madrid », Boletim de Filologia, IX, 1948, p. 299-320, p. 317).

24  Jean-Pierre JARDIN, « Le refus de la rupture dynastique. Deux cas de dédoublement royal dans des sommes de chroniques castillanes du xive siècle », colloque Les formes brèves de la littérature en langue romane, VI, Paris X, 14-15 mars 2008 [à paraître dans les actes du colloque].

25  LINDLEY CINTRA, « Sobre o sumário... », art. cit., p. 315-316.

26  Par exemple, un saut du même au même dans le récit de l’élection des juges de Castille qui le rend incompréhensible.

27  Nous pouvons illustrer cette affirmation par un exemple frappant : dans la Suma, le texte consacré à Julien l’Apostat (f. 91r°) fait mention de la crémation du corps de Jean le Baptiste sur ordre de l’empereur. Cette phrase a d’abord été copiée dans la Corónica puis a été soigneusement grattée (on peut encore la lire, cependant) alors même que dans le Ms. 1518 elle était complétée par le récit d’un miracle (le doigt qui avait montré le Christ ne put être brûlé).

28  Voir J.-P. JARDIN, « Le refus de la rupture dynastique » (à paraître).

29  Voir là encore id., La Suma de reyes du grand dépensier…, pour plus de détails.

30  Particulièrement significatif de cette réalité est l’emprunt du prologue de la chronique du Despensero par l’auteur d’une somme de chroniques conservée dans le Ms. BU 2005, comme la Corónica de los reyes e emperadores. De ce fait, le prologue annonce une somme atteignant le règne d’Henri III lorsque le texte ne dépasse pas celui de Bermude II.

31  Texte de la Corónica : « En el nonbre del Padre que fizo toda cosa, del que quiso nasçer de la Virgen gloriosa  e del Spíritu santo que es iglesia d’ellos, prosa de los reyes e enperadores quiero fablar vna breue cosa ». Texte du Poema (éd. Miguel Ángel Muro, Logroño : Instituto de Estudios Riojanos, 1994, p. 52) : « En el nombre del Padre que fizo toda cosa, / [d]el que quiso nasçer de la Virgen preçiossa, / [e] del Spíritu santo que <es> igual de[llos] posa [ms. : que es igual de la esposa], / del conde de Casti[e]lla quiero f<aç>er una prossa ». Le texte de Berceo, dans la Vida de santo Domingo de Silos, est plus éloigné de notre chronique.

32 Compendio universal de las historias romanas y de las chronicas de Castilla, BNM, Ms. 10448, f. 1r°.

33  Ainsi, dans le deuxième prologue : « Como sea suma prudençia a todos los entendidos auer en memoria las cosas passadas por remembrança de las quales se consigue virtut a las personas que las saben […] como según dicho es tomando enxemplo e principio de las cosas antiguas […] por exemplo de los quales los que por presente gouernaçión de regnos o señoríos an o ouieren podrán en sí mesmos tomar d’ellos enxemplo... » (f. 75r°).

34  « E dixieron [los sabios] la uerdat de todas las cosas e non quisieron nada encobrir, tan bien de los que fueron buenos como de los que fueron malos. Et esto fizieron porque de los fechos de los buenos tomassen los omnes exemplo pora fazer bien, et de los fechos de los malos que resçibiessen castigo por se saber guardar de lo non fazer » (General Estoria) ; « Et esvriuieron otrossí las gestas de los príncipes, tan bien de los que fizieron mal cuemo de los que fizieron bien, por que los que después uiniessen por los fechos de los buenos punnassen en fazer bien, et por los de los malos que se castigassen de fazer mal et por esto fue endereçado el curso del mundo de cada vna cosa en su orden » (Estoria de España).

35  « Se toma edificar por dar buen exemplo uno con su vida y costumbres llevando a los demás tras sí con imitarle » (Sebastián de COVARRUBIAS, Tesoro de la lengua castellana o española, éd. Martín de Riquer, Barcelone : Horta, 1943, p. 492).

36  Il conviendrait peut-être de mettre à part la représentation de Mahomet, qui possède une vraie originalité, et la scène opposant Rodrigue vaincu à un adversaire mal identifié (sans doute musulman, car vêtu de la même façon que Mahomet), où les deux personnages en arrivent à symboliser le combat du Bien et du Mal, Rodrigue acquérant une dimension christique et son adversaire un aspect diabolique indéniable (chevelure serpentine).

37  Sur ce thème, voir Mary CARRUTHERS, Le livre de la mémoire. La mémoire dans la culture médiévale, trad. Diane Meur, Paris : Macula, 2002, notamment p. 321 sq.

38  Cf. M. GARCIA et J.-P. JARDIN, « El didactismo… », art. cit., p. 86.

39  « Como sea rogado muchas de vezes por algunos de mis amigos que me pluguiesse ordenar vn tractado... » (f. 27r°)

40  Ce résumé fait l’objet d’un de nos articles resté inédit à ce jour (J.-P. JARDIN, « Un résumé inédit de la chronique d’Alphonse XI », in : Carlos HEUSCH (éd.), De la lettre à l’esprit des textes médiévaux espagnols. Hommage à Michel Garcia, Paris, éditions Manuscrit [à paraître]). On y trouve notamment une description détaillée du manuscrit et une étude de sa partie « historiographique » ; malheureusement, la date de parution du volume dans lequel il s’inscrit a déjà été maintes fois repoussée.

41  « […] algunas variantes notables, sobre todo al principio ».

42  Le manuscrit qui le conserve garde la trace d’une classification ancienne qui pourrait peut-être renvoyer à la bibliothèque de la cathédrale de Tolède (Sa.2a.Est.10.Cax.7°).

43  Pour comparaison, rappelons que la liste de la Suma de virtuoso deseo ne compte pas plus de cinq noms (Denis de Portugal, Edouard d’Angleterre, Philippe de Constantinople, Rodolphe de Habsbourg et ibn Mahfot de Niebla).

44 Crónica de Alfonso X, éd. Manuel González Jiménez, Murcie : Real Academia Alfonso X el Sabio, 1998, p. 50.

45  LINDLEY CINTRA, « Sobre o sumário... », art. cit., p. 317.

46  C’est une explication qui nous a échappé lors de l’élaboration de notre édition de la Suma de reyes du grand dépensier : ce texte reprend en effet l’utilisation du surnom de « chaste » pour qualifier Alphonse V de la Corónica de los reyes e emperadores, qu’il utilise comme source, ce que nous avons démontré. Mais nous n’avons pas su remonter plus haut, or cette anomalie vient en fait, en premier lieu, d’une lecture trop rapide du Liber regum, pour qui le dernier roi de León est Alphonse II, effectivement surnommé le Chaste. Les autres souverains léonais, y compris Alphonse V, sont absents du recueil navarrais.

47  « Otros dizen que de verguença que era vencido el que todos tiempos era seydo vencedor, passosse a Jherusalem, pero nunca lo troboron ni muerto ni vivo » (Crónica de San Juan de la Peña, version aragonaise, éd. Carmen Orcástegui Gros, Saragosse : Diputación provincial, 1986, p. 48).

48  F. 2v° : « vos lo ha contado la estoria » ; f. 3r°: « cuenta la estoria [...] et segúnt cuenta la estoria » ; f. 3v° : « dize la estoria » ; f. 4r° (trois fois) : « segúnt la estoria cuenta » ; f. 4v° : « et otrosí cuenta la estoria [...] segúnt la estoria lo ha contado, los quales non puede nonbrar la estoria... » ; f. 6r° : « segúnt la estoria cuenta [...] pero dize aquí la estoria [...] et segúnt la estoria cuenta » ; f. 7r° : « et aquí dexa la estoria de fablar destos rreyes ».

49  Pour les noms propres, nous avons distingué dans la mesure du possible les formes espagnoles des formes citées à partir d’autres langues (Rómulo, mais Romulus, Jerusalén mais Jerusalem). Dans la conjugaison des verbes des deuxième et troisième groupes à l’imparfait de l’indicatif ou au conditionnel présent, nous avons respecté la règle selon laquelle les formes en « ié » sont agudas, contrairement aux formes en « ía ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Jardin, « Sommes et chroniques castillanes du xive siècle. Une historiographie ignorée ? », e-Spania [En ligne], 6 | décembre 2008, mis en ligne le 26 mai 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/17463 ; DOI : 10.4000/e-spania.17463

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org