Navigation – Plan du site
Promesses

Etude comparée du Liber Judiciorum et du Fuero Juzgo 

Introduction *
Estelle MAINTIER-VERMOREL

Notes de la rédaction

On lira ici une introduction au master de recherche soutenu par Estelle Maintier-Vermorel. Le texte intégral est proposé au téléchargement dans la rubrique « Masters ».

Texte intégral

  • *  Master de Recherche, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), session de juin 2007, sous la direction (...)
  • 1  Cf. notamment Georges MARTIN, « Alphonse X de Castille, roi et empereur. Commentaire du premier ti (...)
  • 2  Celle-ci n’est d’ailleurs pas un cas isolé ; elle connaît son parallèle en France et en Angleterre (...)

1La recherche se penche depuis bien longtemps, et à juste titre, sur l’œuvre d’Alphonse X. Georges Martin ainsi que Diego Catalán, pour ne citer qu’eux, ont notamment mis en valeur l’importance de son entreprise législative et historique et la portée d’ouvrages tels que les Siete Partidas ou encore la General Estoria. Le rôle majeur qu’Alphonse X a pu jouer dans la formation, certes principalement théorique, d’une royauté puissante – c’est-à-dire capable de légiférer, de s’affirmer vis-à-vis des nobles et de l’Eglise – a donc été amplement démontré1. De fait, les chercheurs s’accordent pour considérer le milieu du XIIIe siècle, début du règne d’Alphonse X, comme la naissance en Espagne2 de la monarchie autoritaire, ou, pour être plus précis, de la genèse de l’Etat moderne.

2Je m’arrête un instant sur cette notion que j’aurai l’occasion d’employer fréquemment. José Manuel Nieto Soria la définit en ces termes :

  • 3  José Manuel NIETO SORIA, Iglesia y génesis del Estado moderno en Castilla (1369-1480), Madrid : Co (...)

representa una posición ampliamente compartida considerar que tal proceso evolutivo tiene como uno de sus aspectos más característicos la ostensible ampliación de los recursos de gobierno controlados por el poder monárquico, así como la ampliación de sus competencias y de sus ámbitos de intervención, todo ello cada vez más fundamentado teórica, jurídica y politicamente, lo que se acabará plasmando en lo que puede enunciarse como la paulatina construcción y posterior consolidación de la posición soberana de la realeza3

3Un renforcement de la royauté donc, et qui affecte presque tous les domaines :

  • 4 Ibid., p. 18.

se traducirá, sobre todo, en la disponibilidad de mayores medios para las iniciativas bélicas, (…) en una mayor capacidad de fiscalización y de control de la riqueza del país, (…) la práctica monopolización de las atribuciones legislativas, (…) a lo que se añadiría la reducción del significado político de las instituciones de representación asemblearia, siendo respaldado todo ello por el ostensible incremento y más frecuente utilización de medios de propaganda y legitimación al servicio directo de los intereses políticos del príncipe.4

4Je résumerai en parlant d’une concentration des pouvoirs entre les mains du roi, notamment en matière de finances et de législation, au détriment des assemblées représentant les autres acteurs du pouvoir – autant dire principalement au détriment de la noblesse et de l’Eglise, le changement des relations avec cette dernière constituant un des traits majeurs de la genèse de l’Etat moderne – accompagnée enfin de toute une propagande destinée à légitimer cette évolution.

5Alphonse X a donc eu, dans la mise en place de ce phénomène qui allait connaître son apogée avec les Rois Catholiques ou encore avec Charles Quint, une place prépondérante. L’ampleur de cette œuvre formidable a eu tendance, hélas, à laisser dans l’ombre tout ce qui l’entourait, et singulièrement ce qui la précédait. Pourtant, l’œuvre d’Alphonse X et la conception de la royauté qui émerge de ses ateliers ne naissent pas ex nihilo, elles sont précédées, préparées par une autre époque, par d’autres ouvrages qui sont loin d’être négligeables – je dis bien « ouvrages » puisqu’il serait difficile de prétendre employer le terme d’« œuvre » évoquant l’unité qui se dégage des écrits supervisés par Alphonse X, et dont il revendique d’ailleurs parfois directement la paternité. Je veux parler ici des ouvrages nés sous le règne de Ferdinand III, et qui, sans que Ferdinand III lui-même ait prétendu le moins du monde à leur paternité, ont pu très certainement être fortement influencés par l’idéologie politique en vigueur.

  • 5 Fernando III y su tiempo (1201-1252), in : Actas del VIII Congreso de Estudios Medievales (León, 20 (...)
  • 6  Manuel GONZALEZ JIMENEZ, Fernando III el Santo. El rey que marcó el destino de España, Séville : F (...)

6Voilà seulement une dizaine d’années que le père commence à se soustraire à la présence écrasante du fils, une dizaine d’années que des chercheurs recommencent à lui consacrer leurs études, et à ne pas voir en lui seulement un roi saint, parangon de toutes les vertus et protecteur de l’Espagne de la Foi. Il a ainsi été l’objet du huitième Congrès d’Etudes Médiévales, Fernando III y su tiempo (1201-1252), qui s’est tenu à León, en 20015, ou encore de la biographie Fernando III el Santo. El rey que marcó el destino de España, parue en 2006, écrite par Manuel González Jiménez et qui vient de recevoir le prix Antonio Domínguez Ortiz6. On semble redécouvrir un roi qui, lui aussi, a « marqué » l’Espagne, non pour sa sainteté – ceci n’étant que création de la Contre-réforme à la fin du XVIIe siècle – mais parce qu’il a été avant tout un roi conquérant qui a su redonner à l’Espagne une ampleur territoriale qu’elle n’avait plus connue depuis les rois wisigoths. Est-ce la seule raison ? Comme le souligne Manuel González Jiménez tout au long de son ouvrage, Ferdinand III ne s’est pas contenté de conquérir, il a consacré bien plus d’efforts encore à consolider ses conquêtes, à les repeupler, les intégrer au territoire, leur donner des lois, etc. Je veux croire qu’un tel souci, un tel déploiement de pouvoir pour assurer le maintien de ses conquêtes et tenter d’unifier le territoire montrent qu’il a également joué un rôle de précurseur dans le renforcement de la royauté, dans cette fameuse genèse de l’Etat moderne, et qu’il a posé les bases de l’entreprise de son fils. Alphonse X lui-même nous incite à le croire en attribuant à Ferdinand III la paternité du projet des Siete Partidas dans le prologue du livre :

  • 7  Joseph BERNI Y CATALA (éd.), Las siete partidas del Rey D. Alfonso X el Sabio glossadas por Gregor (...)

E a esto nos movió señaladamente tres cosas. La primera, el muy noble e bienaventurado rey don Fernando, nuestro padre que era cumplido de justicia e de derecho, que lo quisiera fazer si más biviera, e mando a nos que lo fiziessemos7

  • 8  Cf. G. MARTIN, « Alphonse X ou la science politique (Septénaire, 1-11) », Cahiers de linguistique (...)

7Peut-être n’est-ce là que pure invention de la part d’Alphonse X, destinée à procurer une légitimité aux Partidas8, mais ce peut être également révélateur d’une idéologie paternelle qui a pu inspirer le fils et du rôle précurseur de Ferdinand III.

  • 9  Cf. J. M. NIETO SORIA, op.cit., p. 17-18 : « Por tal fenómeno de génesis del Estado Moderno se vie (...)

8Certes, Ferdinand III n’a pas poussé aussi loin qu’a pu le faire Alphonse X la réflexion sur les grandes questions du Droit, de la royauté et de l’Eglise – peut-être n’en a-t-il pas eu le temps –, mais du moins l’a-t-il entamée, directement ou indirectement, par certaines de ses actions. Et ce à quoi je vais m’intéresser tout particulièrement dans cette étude, c’est précisément le rôle que le règne de Ferdinand III a joué dans la genèse de l’Etat moderne, phénomène que l’on étudie d’ordinaire à partir de 1250 seulement9. Je ne chercherai pas pour autant à démontrer de manière un peu vaine que ses actes égalent ceux d’Alphonse X ou à diminuer de quelque façon que ce soit l’importance de l’œuvre de ce dernier, mais je voudrais bien plutôt mettre en relief cette position de précurseur, ce règne qui forme une transition vers une entreprise qui le dépasse sans doute, mais ne l’efface pas pour autant.

9Or, tout exercice du pouvoir entraîne un discours de légitimation, et la consolidation du pouvoir royal qu’implique la genèse de l’Etat moderne ne peut que renforcer ce phénomène. C’est donc dans les ouvrages rédigés sous le règne de Ferdinand III, comme je l’évoquais précédemment, que je chercherai les échos de cette mise en place d’une monarchie forte, les traces pour ainsi dire d’une propagande – bien que ce terme soit évidemment anachronique – visant à répandre l’idéologie du monarque. Pour ce faire, je me baserai, dans le cadre de la présente étude, sur un seul texte, mais non des moindres : le Fuero Juzgo, octroyé en 1241 à Cordoue par Ferdinand III, ainsi qu’à de nombreuses villes reconquises par la suite – un de ces actes de roi législateur, visant à venir stabiliser la conquête. Le parallèle avec les Siete Partidas promulguées par Alphonse X est tentant, pourtant Ferdinand III ne se prétend pas l’auteur de ce livre de lois – là encore, cette étape ne sera franchie que par Alphonse X –, il ne fait qu’ordonner la traduction d’un livre de lois wisigothiques, le Liber Judiciorum. L’action de Ferdinand III se résumerait-elle à cela ? Rien n’est moins sûr.

  • 10  Nadine LY, Introduction à La traduction, Actes du XXIIIe congrès de la Société des Hispanistes fra (...)
  • 11  Cf. G. MARTIN, « El modelo historiográfico alfonsí y sus antecedentes », in : La historia alfonsí  (...)

10Un tel acte n’est pas anodin, non seulement parce que c’est la première fois, concernant un texte officiel de cette importance, qu’une traduction depuis le latin al romance est commandée, mais surtout parce que, comme le dit Nadine Ly10, « traduire, c’est aussi faire œuvre idéologique et politique (on ne traduit pas n’importe qui n’importe quand) ». N’oublions pas que les traductions, au même titre que l’histoire, lorsqu’elles sont au service des princes peuvent s’avérer d’excellents instruments de pouvoir11. C’est d’autant moins anodin lorsqu’il s’agit d’un texte clé, évoquant les grandes questions qui sont au centre de la pensée politique au Moyen Age. De fait, dans l’Espagne fraîchement reconquise de Ferdinand III, le choix d’imposer à une grande partie du pays, en commençant par Cordoue, ancienne capitale du Califat, un texte tel que le Liber Judiciorum, traduit en langue moderne ne peut être qu’un choix d’importance. Certes la volonté de faire renouer ces territoires nouvellement reconquis avec leur héritage wisigothique, d’en faire un symbole fort, peut sans doute contribuer à expliquer un tel choix, mais pourquoi alors le moderniser d’une certaine façon en le traduisant ? Qui plus est, il peut sembler étonnant pour un roi qui se soucie tant de la stabilité de ses conquêtes de se contenter d’attribuer tel quel un ensemble de lois si ancien et très certainement peu adapté à la nouvelle époque. Dès lors, on est en droit de s’interroger sur la fidélité de cette traduction, sur l’influence que Ferdinand III a pu exercer sur elle, et sur une possible manipulation du texte pour en faire un véhicule de son idéologie politique.

11Il n’est pas besoin d’aller très avant dans la lecture du Liber Judiciorum et du Fuero Juzgo pour juger du peu de fidélité de ce dernier envers son modèle. Toutefois, je ne m’indignerai pas comme a pu le faire Samuel Parson Scott en jugeant :

  • 12  Samuel PARSON SCOTT, préface à l’édition The Visigothic Code (Forum judicum), Boston Book Company, (...)

This translation, (…) is incomplete, incorrect, and unsatisfactory. It contains many omissions and substitutions; the meaning of the sentences, in many cases, is not even approximately given; the proper names seem to have originated in the fertile imagination of the monkish translator; and, not infrequently, interpolations, derived from some unknown source, have entirely usurped the place of the original text.12

  • 13  Corinne MENCE, Fuero Juzgo (ms. Escurial Z.III.6). Introduction, transcription, étude., thèse de d (...)
  • 14  Je n’emploie ici que le terme neutre de commanditaire, sans oublier que ce qui touche le règne de (...)

12Je m’en réjouirai bien plutôt, et je crois au contraire que tout l’intérêt de cette traduction est d’être « insatisfaisante », que le Fuero Juzgo soit un texte bien distinct du Liber Judiciorum, à tel point qu’on a pu parler d’« une entité juridique à part entière »13. Je tenterai donc de savoir à quel point ce texte a pu être modernisé, transformé lors de sa traduction, et si cette transformation, en partie inévitable sans doute et inhérente à toute entreprise de traduction, relève uniquement de la transformation involontaire ou bien, au contraire, d’une volonté systématique de changement qui pourrait révéler une idéologie latente du commanditaire14.

  • 15  Fuero Juzgo en latín y castellano, cotejado con los más antiguos y preciosos códices, édition facs (...)
  • 16  C. MENCE, op.cit., p. 72.
  • 17  Ibid., p. 72.

13Pour tenter de résoudre ces questions, il n’y a d’autre choix que de comparer minutieusement ces deux textes, afin d’en relever chaque divergence pour en dégager une éventuelle logique. C’est la tâche que j’entreprendrai ici, et fort heureusement je dispose pour cela d’un outil de choix : le Fuero Juzgo en latín y castellano, cotejado con los más antiguos y preciosos códices, édité par la Real Academia Española en 181515, sur lequel j’aurai l’occasion de revenir plus en détail. Les nombreux manuscrits qui ont été comparés par les membres de l’Académie, dont les très célèbres Manuel de Lardizábal et Gaspar de Jovellanos, afin d’établir un texte qui soit le plus fiable possible, où chaque variation est reportée en bas de page, en font l’édition « qui a le plus marqué l’histoire de l’édition du texte du Fuero Juzgo »16. Pour reprendre les termes de Corinne Mencé, c’est « sans conteste l’édition de référence par rapport à laquelle tout éditeur doit nécessairement se positionner »17, malgré une tendance à moderniser en particulier les graphies et certaines ponctuations, ce qui ne permet pas une approche linguistique approfondie. Mon but n’étant pas linguistique, cette édition me permettra de m’appuyer sur une base qui, sans être d’une fiabilité absolue, me semble assez précise pour permettre une analyse approfondie du texte ; l’étude des variantes me permettra en outre d’éviter, du moins je le souhaite, des interprétations erronées.

14J’ajouterai pour finir que le Fuero Juzgo demeure assez peu étudié, ou, du moins, que la plupart des entreprises considérables autour de ce texte fondamental de la langue espagnole ont eu pour but une étude linguistique portant principalement sur l’évolution de la langue, et ne se sont pas préoccupées véritablement du contenu de ces textes de lois. L’édition de la Real Academia n’y fait pas exception ; Lardizábal dépeint ainsi le Fuero Juzgo dans son prologue :

  • 18  Manuel LARDIZÁBAL Y URIBE, « Discurso sobre la legislación de los wisigodos y formación del Libro (...)

monumento de los más calificados de nuestro idioma (…) y uno de los ensayos que más contribuyeron a formar el nuevo romance castellano y a darle aquel grado de pulidez y hermosura con que a poco se mostró en las Partidas y en otros escritos coetáneos18

  • 19 Ibid., p. IV.
  • 20  C. MENCÉ, op.cit.
  • 21  Víctor FERNÁNDEZ LLERA, Gramática y vocabulario del Fuero Juzgo, Madrid : Real Academia Española, (...)

15Le but avoué de cette entreprise, et du relevé minutieux des variantes de chaque manuscrit est donc « ilustrar los orígenes y progresos del romance castellano »19. C’est également le but d’une étude comme celle de la thèse de Corinne Mencé-Caster20 basée sur l’édition d’un des manuscrits du Fuero, ou encore de Víctor Fernández Llera dans son ouvrage en forme de dictionnaire : Gramática y vocabulario del Fuero Juzgo21. Il y a là un intérêt indéniable, et il est d’ailleurs significatif de voir que, dans ce domaine là aussi, le Fuero Juzgo est vu comme précurseur de l’œuvre d’Alphonse X. Cependant, pour ma part, c’est au contenu du texte et à son sens que je vais me consacrer, aspect complémentaire dont l’importance n’a, je le crois, rien à envier à l’aspect purement linguistique.

  • 22  C. MENCE, op.cit..
  • 23  Mathilde BARON, Du Liber iudicum au Fuero juzgo. Analyse politique d’une traduction., mémoire de D (...)

16Afin de développer le plus possible ce qui pour moi constitue le cœur de ma réflexion, à savoir la justification, texte à l’appui, de l’existence d’une instrumentalisation du Fuero Juzgo au service de la genèse d’un Etat moderne, je limiterai volontairement les préambules à cette étude. Je ne rappellerai donc que brièvement, dans un premier temps, le contexte historique et la genèse du Liber Judiciorum et du Fuero Juzgo – ils ont déjà été amplement développés, notamment par Corinne Mencé-Caster dans sa thèse22, ou plus récemment par Mathilde Baron, dans son mémoire de DEA23. J’évoquerai ensuite, tout aussi brièvement, les problèmes liés à la traduction, de façon générale et notamment au Moyen Age, pour tenter de définir une méthode permettant d’aborder plus précisément la traduction du Liber. J’essaierai surtout de démontrer, en m’appuyant sur une étude détaillée du premier titre, que les divergences entre les deux textes sont de nature récurrente et volontaire, et qu’elles exploitent tous les recours que peut offrir le langage, depuis le simple changement lexical jusqu’au bouleversement de la syntaxe de phrases entières. Je tenterai donc d’en établir une typologie qui me permettra de faire ressortir, pour finir, les grandes lignes directrices qui président à ces changements et sont l’écho des changements politiques sous le règne de Ferdinand III.

Haut de page

Notes

*  Master de Recherche, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), session de juin 2007, sous la direction de Georges Martin.

1  Cf. notamment Georges MARTIN, « Alphonse X de Castille, roi et empereur. Commentaire du premier titre de la Deuxième Partie », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 23, Lyon : Ens éditions, 2000, p. 323-348, en ce qui concerne Alphonse X en tant que théoricien de la royauté et sa définition du champ des compétences royales, basée sur celles de l’empereur.

2  Celle-ci n’est d’ailleurs pas un cas isolé ; elle connaît son parallèle en France et en Angleterre. Cf. id., « Los intelectuales y la Corona : la obra histórica y literaria », in : Alfonso X y su época, Murcie : Carroggio, 2002, p. 259-285, en ligne sur le site de l’université Paris-IV , au sujet de l’affirmation de la maiestas regis avec saint Louis et de la proclamation par Jean de Blanot en 1256 de la célèbre phrase déclarant le roi de France, « empereur en son royaume ».

3  José Manuel NIETO SORIA, Iglesia y génesis del Estado moderno en Castilla (1369-1480), Madrid : Complutense, 1993, p. 18.

4 Ibid., p. 18.

5 Fernando III y su tiempo (1201-1252), in : Actas del VIII Congreso de Estudios Medievales (León, 2001), Ávila : Fundación Sánchez-Albornoz, 2003.

6  Manuel GONZALEZ JIMENEZ, Fernando III el Santo. El rey que marcó el destino de España, Séville : Fundación José Manuel Lara, 2006.

7  Joseph BERNI Y CATALA (éd.), Las siete partidas del Rey D. Alfonso X el Sabio glossadas por Gregorio Lopez, Valence : Benito Monfort, 1767, p. 3.

8  Cf. G. MARTIN, « Alphonse X ou la science politique (Septénaire, 1-11) », Cahiers de linguistique hispanique médiévale, 18-19, Lyon : ENS éditions, 1993-1994, p. 79-100, en ligne sur http://eprints.ens-lsh.fr/archive/00000011/, sur la mise en place progressive de cette « fiction stratégique », grâce à laquelle Ferdinand III devient autorité de commande et Alphonse X autorité de réalisation du Septénaire.

9  Cf. J. M. NIETO SORIA, op.cit., p. 17-18 : « Por tal fenómeno de génesis del Estado Moderno se viene entendiendo un proceso de evolución, cuyos primeros momentos de desarrollo pueden rastrearse, de forma variable para las diversas monarquías occidentales, en el periodo comprendido entre los años 1270 y 1360, experimentando una importante aceleración a lo largo de la segunda mitad del siglo XV, pudiéndose advertir maduraciones, claramente constatables en la mayoría de los casos, a fines de dicha centuria. ». D’autres ouvrages sont également révélateurs des dates attribuées en général à ce phénomène et notamment l’ouvrage collectif coordonné par Adeline RUCQUOI, Génesis medieval del estado moderno. Castilla y Navarra (1250-1370), Valladolid : Ambito, 1987.

10  Nadine LY, Introduction à La traduction, Actes du XXIIIe congrès de la Société des Hispanistes français (Caen, 13-15 mars 1987), Centre de Publications de l'Université de Caen, 1989, p. 12.

11  Cf. G. MARTIN, « El modelo historiográfico alfonsí y sus antecedentes », in : La historia alfonsí : el modelo y sus destinos (siglos XIII-XV), Madrid : Casa de Velásquez, 2000, p. 9-40, en ligne sur http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00115821/en/, sur les méthodes d’Alphonse X concernant l’utilisation politique des textes, notamment « l’opération d’adaptation sémantique constante aux objectifs idéologiques » qui passe par la traduction mais aussi par la combinaison de textes antérieurs (p. 16 de la version PDF).

12  Samuel PARSON SCOTT, préface à l’édition The Visigothic Code (Forum judicum), Boston Book Company, 1910, p. XXV, en ligne sur http://libro.uca.edu/vcode/visigoths.htm.

13  Corinne MENCE, Fuero Juzgo (ms. Escurial Z.III.6). Introduction, transcription, étude., thèse de doctorat sous la direction de Jean ROUDIL, Université de Paris XIII, 1996, p. 2.

14  Je n’emploie ici que le terme neutre de commanditaire, sans oublier que ce qui touche le règne de Ferdinand III n’est jamais exempt de la présence maternelle. Cf. à ce sujet les nombreux travaux de G. MARTIN, en particulier « Régner sans régner. Bérengère de Castille (1214-1246) au miroir de l’historiographie de son temps », communication au colloque Gobernar en Castilla durante la Edad Media. El papel de las mujeres, 1, (Madrid : Casa de Velázquez, 17-19 janvier 2005), en ligne sur http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00112905/en/. Pour plus de clarté, je me limiterai cependant à cette remarque et me contenterai par la suite d’évoquer le seul nom de Ferdinand III.

15  Fuero Juzgo en latín y castellano, cotejado con los más antiguos y preciosos códices, édition facsimilée de la Real Academia Española, Madrid : Ibarra, 1815, en ligne sur http://www.cervantesvirtual.com/servlet/SirveObras/80272752878794052754491/index.htm.

16  C. MENCE, op.cit., p. 72.

17  Ibid., p. 72.

18  Manuel LARDIZÁBAL Y URIBE, « Discurso sobre la legislación de los wisigodos y formación del Libro o Fuero de los jueces, y su versión castellana », Fuero Juzgo en latín y castellano..., éd. cit., p. I.

19 Ibid., p. IV.

20  C. MENCÉ, op.cit.

21  Víctor FERNÁNDEZ LLERA, Gramática y vocabulario del Fuero Juzgo, Madrid : Real Academia Española, 1929.

22  C. MENCE, op.cit..

23  Mathilde BARON, Du Liber iudicum au Fuero juzgo. Analyse politique d’une traduction., mémoire de D.E.A sous la direction de G. MARTIN, 2003-2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle MAINTIER-VERMOREL, « Etude comparée du Liber Judiciorum et du Fuero Juzgo  », e-Spania [En ligne], 6 | décembre 2008, mis en ligne le 06 avril 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/16833 ; DOI : 10.4000/e-spania.16833

Haut de page

Auteur

Estelle MAINTIER-VERMOREL

Université Paris-Sorbonne (Paris IV), SEMH-Sorbonne (CLEA, EA 4083)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org