Navigation – Plan du site
Promesses

Le vieillard et le chevalier

Représentations des âges de la vie dans la biographie chevaleresque (Castille, XVe siècle)*
Introduction
Mélanie Jecker

Notes de la rédaction

On lira ici une introduction au master de recherche soutenu par Mélanie Jecker. Le texte intégral est proposé au téléchargement dans la rubrique « Masters ».

Texte intégral

Éléments introductifs

  • *  Master de Recherche, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), session de juin 2008, sous la direction (...)
  • 1 Joan HUIZINGA, L’automne du Moyen Âge, Payot et Rivages, Paris, 2002

1Ces réflexions initiales n’auront pas pour point de départ le rappel du problème posé par la présence de vieillards toujours plus nombreux au sein de nos sociétés contemporaines. Je ne nie pas l’importance ni l’intérêt du phénomène relativement récent du vieillissement de la population en Occident, mais ce constat ne fut pas à l’origine de mon travail. Ce qui a porté ma curiosité vers le thème des âges de la vie n’est pas mon propre présent mais l’attrait et même, oserai-je dire, la fascination pour une période que l’on nomme « bas Moyen Âge » selon les catégories de l’historiographie classique, ou « automne du Moyen Âge », selon la poétique traduction de l’œuvre de Joan Huizinga1.

  • 2 Jacques LE GOFF, Un autre Moyen Âge, Gallimard, Paris, 1999, p. 447
  • 3 HUIZINGA, op. cit. Jacques Le Goff évoque en quatrième de couverture « l’imbrication intime du Mo (...)

2C’est sans nul doute l’ambiguïté des XIVe et XVe siècles, avec lesquels s’achève la période médiévale, qui suscite cette fascination : ils ne sont pas seulement un achèvement, en effet, mais un point de jonction entre deux âges, puisqu’aucune rupture radicale ne sépare « Moyen Âge » et « Renaissance », notions abstraites dont le principal intérêt réside dans leur commodité. Il ne s’agit pas de nier la réalité d’un changement mais de rappeler, au risque d’enfoncer une porte ouverte depuis plusieurs décennies déjà par l’historiographie contemporaine, que ruptures et continuités, tout particulièrement au bas Moyen Âge, furent deux phénomènes concomitants, que les mutations s’inscrivirent dans la longue durée, d’où l’introduction du concept de « long Moyen Âge » par Jacques Le Goff2. Le XVe siècle en particulier vit se juxtaposer et même se mêler harmonieusement, comme le signalait Joan Huizinga dès 1919, les cadres de pensée hérités du Moyen Âge haut et central d’une part, de nouvelles conceptions annonciatrices des Temps Modernes d’autre part3 ; l’humanisme italien, ainsi, aurait connu une première diffusion en Castille au XVe siècle à travers les royaumes d’Aragon et de Naples, politiquement séparés mais réunis sous une même couronne, celle d’Alphonse V le Magnanime.

  • 4 Georges MINOIS, Histoire de la vieillesse en Occident, de l’Antiquité à la Renaissance, Fayard, P (...)

3Période fascinante par ce caractère de transition, le bas Moyen Âge l’est aussi en raison de son image « romantique », selon l’expression de Georges Minois4. J. Huizinga a contribué, en effet, à diffuser la représentation macabre de la fin du Moyen Âge comme période de crise et de violences, ponctuée de résurgences de l’épidémie de peste noire de 1347-1352, et par là même hantée par l’obsession de la mort, de la maladie, de la décadence. Le tableau qu’en brosse G. Minois rend manifestes les raisons de l’attraction exercée par ce moment historique :

  • 5 ibid., p. 287

villages abandonnés, villes en recul, brassage accru des populations, retour en force de la friche et de la sauvagerie, soulèvements urbains, état de guerre perpétuel, massacres et violences des caïmans, des écorcheurs et des routiers, disettes et famines, extravagance débridée des milieux princiers et des cours royales, éclats étranges et inquiétants de l’art flamboyant : le Moyen Âge se consume dans un fascinant brasier où l’odeur de la mort se mêle à celle de l’encens5.

4G. Minois n’en signale pas moins quelques lignes plus loin qu’il ne s’agit là que d’une « façade romantique, brillante et trompeuse », or l’idée d’une interpénétration de la Renaissance et du Moyen Âge au XVe siècle, ou du moins d’une juxtaposition de cadres idéologiques anciens et nouveaux, appartient également, quoique de manière moins évidente, à cette image d’Epinal.

5Des deux causes invoquées afin d’expliquer mon intérêt pour cette période donc, aucune n’échappe au soupçon de n’être qu’un cliché naïf. Tel est peut-être le cas. Je me propose précisément de chercher à vérifier, à propos d’un thème particulier, la pertinence de ces deux représentations, à corroborer ou infirmer les lieux communs touchant à l’« automne du Moyen Âge ».

6Peut-on, d’une part, constater qu’à la fin du Moyen Âge, la pensée de la maladie, de la mort et de la finitude se fait obsédante, ce qui se traduirait par la récurrence de ces motifs dans la littérature et l’art de l’époque ? Observe-t-on, d’autre part, le double phénomène de la permanence d’idéaux proprement médiévaux et de la pénétration d’idées neuves, laquelle s’expliquerait en partie, dans le cas de la Péninsule, par l’influence de l’humanisme italien ?

7Vaste programme, certes, qui ne peut être mené à bien qu’à la condition d’envisager un corpus restreint et un thème circonscrit. J’ai retenu celui des âges de la vie car il particulièrement à même de révéler dans quelle mesure ces clichés se vérifient. D’une part en effet, il est lié à celui de la mort et de la finitude ; en cela, il permet d’observer si l’obsession de la mort et de la vieillesse fut une réalité, et quel fut le degré d’évidence de cette pensée macabre. D’autre part, la représentation des âges, et de la sénescence en particulier, est alors le fruit de la confluence de cadres de pensée tant anciens que nouveaux ; il me faudra déterminer le poids réel de ces derniers. L’image des âges est étroitement liée, en effet, au problème de la représentation de l’individu : quelle thématique serait plus susceptible de révéler quelle attention était alors prêtée à la vie individuelle dans son déroulement et quelle fut, en lien avec cette question, la pénétration réelle des nouvelles conceptions surgies dans l’Italie du Quattrocento ?

  • 6 Gutierre Díaz de GAMES, El Victorial, éd. par Rafael BELTRáN, 3e éd., Taurus, Madrid, 2001, p. 60
  • 7 La notion de « genre » est certes problématique dès lors que l’on parle de la littérature médiéva (...)
  • 8 Jose Luis ROMERO, “Sobre la biografía española del siglo XV y los ideales de vida”, dans Cuaderno (...)
  • 9 ibid., p. 117
  • 10 Antonio GIMéNEZ, “El arquetipo del caballero en la Crónica de Pero Niño”, dans Cuadernos Hispanoa (...)

8Le choix du corpus découle principalement, quant à lui, de cette seconde problématique : d’éventuels changements de la conception de l’individu, voire l’émergence de cette notion, seront plus aisément décelables dans les récits de vies particulières. L’intérêt de la biographie comme genre tient à la fois à son caractère hybride et à sa nouveauté ; elle se situe à mi-chemin entre chronique et fiction narrative, enregistrement de faits historiques et idéalisation épique. Rafael Beltrán Llavador, éditeur scientifique du Victorial, définit le genre comme suit : « aquellos textos medievales, en prosa o en verso, que relatan, ateniéndose a una fundamental veracidad, la vida y hechos de un caballero histórico famoso por sus empresas militares »6 ; proche de la chronique, elle est susceptible de donner de la vieillesse une image autre que celle, topique et abstraite, des œuvres littéraires. Souvent considérée comme un sous-genre au sein de l’historiographie, la biographie prend le temps en compte, non plus seulement celui de l’Histoire, mais aussi et surtout le temps individuel. En Espagne, ce genre7 centré sur un parcours singulier ne fut cultivé, précisément, qu’à partir du XVe siècle, après être apparu en Italie. José Luis Romero rappelle qu’alors que le genre se développait en Italie depuis le XIVe siècle – il cite ici les œuvres de Bartholomé Fazio et de Vespasien de Bisticci –, le goût pour la biographie commença à se diffuser dans la Péninsule8. Dès la fin du XIIIe étaient certes apparues en Espagne des « tentatives biographiques »9 avec Jean Gil de Zamora, précepteur de Sanche IV, auteur d’une collection de biographies intitulée Liber illustrium personarum ou Historia canonica et civilis, mais c’est surtout avec Lopez de Ayala qu’apparaît la forme du portrait telle qu’elle sera reproduite au XVe siècle ; or Ayala, comme l’indique J. L. Romero, a subi des influences « renacentistas », fut le traducteur de Tite Live et de Boccace. Biographie et humanisme pourraient bien être liés : l’essor du genre au XVe siècle, selon Antonio Giménez, peut s’expliquer par « el despertar de una conciencia humanística en la Península Ibérica »10.

  • 11 ROMERO, op. cit., p. 117
  • 12 Elisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque : typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Honoré (...)

9Dans cette perspective, l’appropriation du genre par des auteurs castillans pourrait être le symptôme de l’émergence d’une nouvelle conception de l’individu, attentive à sa singularité, à son cheminement particulier. Ce qui définit la biographie, selon José Luis Romero, est le fait qu’elle « reconoce y supone el interés del individuo como tal y que se complace en presentarlo en sus más típicas modalidades no sólo en cuanto actor del drama histórico sino también como mero ejemplar de humanidad »11. Le simple fait qu’il ne s’agisse plus seulement de la vie de saints ou de rois – dont la représentation dans les chroniques de règnes et l’hagiographie répondait en outre à des stéréotypes rigoureusement définis – suggère une mutation idéologique. Elisabeth Gaucher, dans sa monographie sur la biographie chevaleresque, s’interroge précisément à ce sujet : « le renouveau du genre a-t-il permis d’affiner la figure de l’individu ? »12.

10Rupture peut-être, donc, mais aussi continuités : ces textes sont imprégnés d’un idéal chevaleresque, or cet ensemble de représentions s’est configuré progressivement depuis la période féodale. Il n’est donc pas neuf au XVe siècle, mais y connaît son apogée et achève de s’y imposer comme modèle ultime ; J. Huizinga l’a brillamment démontré.

  • 13 Jean CANAVAGGIO, éd., Histoire de la littérature espagnole. Tome I, Moyen Âge - XVIe siècle - XVI (...)
  • 14 ROMERO, op. cit., p. 117
  • 15 Antonio GIMéNEZ, “Cortesanía e ideal aristocrático en El Victorial”, dans Boletín de la Bibliotec (...)
  • 16 Franco CARDINI, “Le guerrier et le chevalier”, éd. par Jacques LE GOFF, dans L’homme médiéval, 19 (...)
  • 17 Georges MARTIN, éd., La chevalerie en Castille a la fin du Moyen Âge : aspects sociaux, ideologiq (...)

11Les textes de type biographique ici retenus, chroniques singulières comme collections de portraits, forment un ensemble cohérent que de nombreux critiques contemporains, ainsi que les manuels de littérature médiévale, mentionnent toujours ensemble : je citerai ici à titre d’exemples les auteurs du chapitre « Naissance de la prose » du premier tome de l’Histoire de la littérature espagnole13, José Luis Romero14 ou encore Antonio Giménez15. M’appuyant sur la classification qu’ils proposaient, j’ai établi un corpus de sept textes qui comporte quatre biographies au sens strict – celles de Pierre Niño, d’Alvare de Luna, de Michel Luc et du maître d’Alcántara, Alphonse de Monroy –, deux collections de portraits – Lignages et Figures de Fernand Pérez de Guzmán, Hommes illustres de Castille de Ferdinand del Pulgar –, et enfin un récit de tournoi, le Livre de l’Honorable Pas d’Armes défendu par l’excellent chevalier Suero de Quioñones composé par Pierre Rodriguez Delena. Le tournoi, comme Franco Cardini a pu le rappeler, avait donné naissance à une littérature spécifique, dont l’un des premiers textes fut le Tournoi de Chauvency de Jacques Bretel, narration d’une longue fête qui eut lieu en 125816. On pourra s’étonner de ce que ce texte, simple compte-rendu, figure dans mon corpus. Sa parenté avec la biographie semble en effet ténue, mais il partage avec elle et avec le portrait la caractéristique d’être centré sur les actes admirables d’une figure historique qu’il exalte, et qui n’est ni un roi, ni un saint. Fernando Gómez Redondo considère que l’on peut inclure dans le groupe des textes biographiques de cette époque en langue castillane « las piezas que relatan noticias históricas singulares y que podían haber constituido un capítulo de cualquier crónica « oficial » […] pueden ser relaciones sobre pasos de armas o sobre sucesos políticos concretos »17.

12Certes la vision des âges de la vie que je me propose d’analyser, et plus particulièrement celle du vieillard, y découle d’une perspective particulière, est propre à un groupe social déterminé, celui de l’aristocratie castillane du XVe siècle. Je ne m’aventurerai donc pas à en tirer des conclusions qui déborderaient ce cadre ; la portée de mes constats toutefois sera large dans la mesure où la noblesse constituait, avec le clergé, l’un des deux groupes producteurs de représentations et qui imposaient alors, à travers l’art et la littérature, leurs cadres de pensée et modèles à l’ensemble de la société.

  • 18 MINOIS, op. cit. Quatrième de couverture
  • 19 Fernando del PULGAR, Claros varones de Castilla, éd. par Robert Brian TATE, Clarendon Press, Oxfo (...)

13Leur portée sera d’autant plus large qu’en outre, la vision de la vieillesse dont je cernerai les contours découle de celle, bien plus vaste, de l’homme en général ; elle est révélatrice de la manière dont ces auteurs, porte-parole des milieux nobiliaires du XVe siècle castillan, concevaient les facultés humaines – tant physiques que morales – dans leur développement, ainsi que la vie humaine comme processus. Ce que ces œuvres suggèrent n’est pas tant la manière dont ce groupe social comprenait l’homme réel, mais quels étaient les traits de son idéal humain, reflété par l’image du vieillard dans la mesure où « chaque société a les vieillards qu’elle mérite : l’histoire antique et médiévale le démontre amplement. Chaque société sécrète un modèle d’homme idéal, et c’est de ce modèle que dépend l’image de la vieillesse, sa dévaluation ou sa mise en valeur »18. Les œuvres de mon corpus présentent et proposent à leur lectorat des modèles de nobles guerriers, incarnations exemplaires de l’idéal chevaleresque : leurs protagonistes, tous membres de l’aristocratie castillane, sont présentés comme la personnification d’une perfection et d’un ensemble de vertus qui définissent le chevalier. De nombreux passages, dans ces textes, confirment la fonction paradigmatique que les auteurs attribuent à leur protagoniste. Ferdinand del Pulgar, ainsi, se propose de signaler les mérites dont firent preuve quelques grands hommes castillans « en autoridad de personas e en ornamento de virtudes e en las abilidades que tovieron, así en ciencia como en armas »19.

14Aussi bien dans sa dimension historiographique que littéraire donc, le genre hybride de la biographie chevaleresque dévoile non la réalité des acteurs historiques qu’elle prend pour objets, mais un idéal humain forgé au sein de l’aristocratie du XVe siècle. Les constantes que l’on décèle dans tout texte littéraire suggèrent les structures mentales, sinon d’une époque, d’un milieu social.

  • 20 Je pense ici, notamment, au Dialogue entre l’Amour et un Vieux de Rodrigue Cota

15Je tâcherai, dans les pages qui suivent, de comprendre comment la représentation du vieillissement prend place au sein de cette vision idéalisée, comment est évoquée la fin de vie dans le cadre de la proposition d’un modèle de vie aristocratique : la sénescence y est-elle niée, passée sous silence, ou intégrée à ce modèle ? si l’image caricaturale, railleuse et méprisante de la vieillesse telle qu’on la trouve dans la littérature satirique de l’époque20 n’apparaît pas dans les textes de mon corpus car leur but est d’exalter et non de dénigrer, on y relève néanmoins des silences non moins révélateurs.

16Avant de me livrer à ces analyses, j’esquisserai en quelques traits le contexte historique et culturel au sein duquel furent rédigées ces œuvres ; j’espère ainsi démontrer la pertinence du choix de cette période pour l’étude du thème des âges de la vie.

Contexte historique et culturel

La Castille du XVe siècle

17La fin du Moyen Âge en Europe est une époque troublée, secouée par tous types de crises, dont je ne citerai ici que les plus connues. L’épidémie de peste noire des années 1348-1351 connut jusqu’à la fin du XVe de régulières résurgences, y compris en Castille, comme en témoignent les Faits du connétable Michel Luc. Concomittante de ce fléau, la guerre de Cent Ans ravage le territoire français de 1337 à 1453, or elle se prolongea sur les terres castillanes puisque les troupes mercenaires anglais et français apportèrent leur appui, dans la guerre civile qui porta la dynastie Trastamare sur le trône, respectivement au camp de Pierre Ier et à celui d’Henri de Trastamare. « L’automne du Moyen Âge » voit donc plusieurs formes de violence se conjuguer.

  • 21 Ghislaine FOURNÈS, L’univers de la chevalerie en Castille a la fin du Moyen Âge et au début des T (...)
  • 22 Jean-Pierre JARDIN, “Utopie chevaleresque et réalité : les Hechos del Maestre de Alcántara don Al (...)

18Tout au long du bas Moyen Âge, la Castille est quant à elle déchirée par de multiples guerres civiles, à l’échelle nationale ou locale. Dans le premier cas, il s’agit d’une série de conflits entre une royauté qui cherche à s’affirmer – tout en restant, sur de nombreux points, impuissante – et une noblesse crispée sur ses privilèges. Comme l’indique Ghislaine Fournès, la période comprise entre 1350 et l’avénement d’Isabelle de Castille voit une « lutte incessante entre la couronne et certains secteurs nobiliaires qui revendiquent un rôle politique d’importance que prétendent lui nier les monarques successifs »21. Ces tensions se doublent, dans les régions, de luttes entre factions nobiliaires – bandos – dont l’atmosphère est fidèlement restituée par la Vie et Histoire du maître d’Alcantara, Alphonse de Monroy. Jean-Pierre Jardin signale à ce propos que les guerres au sein même du clan familial des Monroy n’ont qu’une différence de degré avec celles qui agitent le royaume22.

19De ces divers troubles entremêlés s’ensuivent l’impression d’une insécurité permanente, les famines dues à la destruction des récoltes par les armées opposées, l’accentuation de la misère du groupe social des roturiers. Il n’est guère surprenant, dès lors, que George Manrique ait pu écrire à propos de son époque

  • 23 Cité par FOURNÈS, op. cit., p. 119

Como, a nuestro parescer cualquier tiempo passado
fue mejor
23.

  • 24 Fernán Pérez de GUZMáN, Generaciones y Semblanzas, éd. par José Antonio Barrio SáNCHEZ, Cátedra, (...)
  • 25 ibid., p. 174

20Cette sinistre réalité historique a son reflet dans chacune des œuvres retenues. Fernand Pérez de Guzmán évoque ainsi les guerres civiles qui suivirent la mort de Ferdinand Ier d’Aragon, dit « de Antequera », « por cuya muerte se desigualó la paz e concordia de Castilla »24. Il évoque en outre, dans le portrait du roi Jean I, le coup d’État de Tordesillas lors duquel l’infant Henri d’Aragon, secondé de plusieurs grands du royaume de Castille comme le connétable Ruy Lopez Davalos ou Iñigo Lopez de Mendoza, s’emparèrent de la personne du roi en juillet 142025. Alphonse Maldonado, auteur de la chronique particulière d’Alphonse de Monroy, rappelle au chapitre  XIV le serment que quelques grands nobles, en 1464, prêtèrent à Alphonse, demi-frère du roi Henri IV, en le reconnaissant pour leur roi :

  • 26 Alonso MALDONADO, Vida e Historia del Maestre de Alcántara don Alonso de Monroy, éd. par Leonardo (...)

Como en este tiempo tuviese un hermano el rey don Enrique, que llamaban el príncipe don Alonso, algunos grandes del reino, los más poderosos, le alzaron por Rey de Castilla, y el maestre Don Gómez fue uno de los que le besaron la mano por señor26.

  • 27 PULGAR, op. cit., p. 10

21Le même événement est mentionné dans le portrait d’Henri IV sous la plume de Ferdinand del Pulgar ; suite au choix de ce « moço de onze anos » comme roi par quelques grands nobles castillans, signale-t-il, la noblesse castillane se divisa en deux clans et « en esta división se despertó la cobdicia e creció el avaricia »27.

22Quant aux famines et à la misère des classes paysannes qu’entraînèrent les guerres civiles sur le sol castillan, Maldonado les évoque au chapitre XXIII. Les luttes qui opposèrent le clan du duc de Plasencia, du duc d’Albe, du maître de Saint-Jacques et de celui d’Alcantara au camp d’Alphonse de Monroy fut d’une telle violence, signale-t-il, que

  • 28 MALDONADO, op. cit., p. 103

se asoló la tierra que, a causa de la guerra que en toda Extremadura hubo, casi no se cogió pan ninguno, y los labradores andaban como esclavos entre los guerreros28.

23Le chroniqueur souligne dans ce même chapitre 

  • 29 ibid., p. 105

este año fue tan estéril a causa de las muchas guerras, que no se cogió pan ninguno, y eso que se cogió fue tomado y puesto en las fortalezas para los militares de la guerra29.

  • 30 ibid., p. 124

24Au chapitre XXXIII, dans une évocation plus globale du contexte historique, il déclare sur un ton affligé « en este tiempo […] tenía tanta licencia el mal hacer, que nunca en tiempos pasados hubo una cosa de tanto destruimiento y tanta rotura »30.

  • 31 On lit par exemple dans le chapitre rapportant les faits de l’année 1458 « Y porque en tiempo com (...)

25On trouve dans les Faits de Michel Luc, comme je le soulignais plus haut, de nombreuses allusions aux phases de « pestilençia » dont souffrit la ville de Jaén. Le chroniqueur en fait mention pour les années 1458, 1467, 1469 et 147031.

26Ces données suggèrent le désolant spectacle d’une époque qui s’achève dans des convulsions ; néanmoins, conjointement à ces crises, plusieurs processus sont en cours qui annoncent l’Epoque Moderne. L’État moderne est en gestation et les réformes introduites par les rois Trastamare au cours du XVe siècle sont autant de pas vers la monarchie puissante et centralisée des Rois Catholiques. La figure du valido tout-puissant, que l’on retrouvera aux côtés des monarques Habsbourg du siècle d’Or, apparaît au XVe, incarnée par Alvare de Luna qui chercha à restreindre la puissance politique de la noblesse.

  • 32 HUIZINGA, op. cit., entretien entre J. Le Goff et C. Mettra, p. 10

27La fin du Moyen Âge, comme le soulignait Jacques Le Goff dans son introduction à l’œuvre de Joan Huizinga, est une période d’achèvement tout autant que de genèse32. C’est bien le sens de ces propos de Leonardo Romero :

  • 33 MALDONADO, op. cit., p. 14

el mero enunciado de los acontecimientos políticos y militares solamente traduce en la superficie los profundos cambios sociales e institucionales que se están produciendo en el seno de la comunidad castellana33.

La chevalerie à la fin du Moyen Âge : crise et déclin

28La réalité historique du bas Moyen Âge semble correspondre à un déclin de la chevalerie. En Castille en effet, la Reconquête des territoires occupés par l’envahisseur maure connaît une halte dès le XIVe siècle et l’ordre chevaleresque, par conséquent, n’accomplit plus l’une des fonctions qui le définissent, la défense de l’Eglise et de la foi ; auparavant, les chevaliers pouvaient prouver leur valeur dans une guerre légitime car sainte.

  • 34 Doctrinal de los caballeros, cité par FOURNÈS, op. cit., p. 62

29Au lieu de pourfendre l’infidèle et de protéger les faibles - pauperes -, les chevaliers sont impliqués dans des guerres civiles où bien peu de cas est fait des valeurs chevaleresques, d’où les attaques qu’ils ont à essuyer. De nombreux auteurs contemporains déplorent en effet l’écart entre la conduite des chevaliers de leur époque et celle qui caractérisait un âge d’or de la chevalerie qui, pour n’avoir jamais existé, n’en est pas moins regretté ; les chevaliers de la fin du Moyen Âge se voient blâmés de ne plus incarner cet idéal. Alphonse de Cartagena, ainsi, insère à la fin de sa Doctrine pour les chevaliers un rappel à l’ordre désabusé où il déplore « l’oubli des vertus guerrières »34.

  • 35 Hervé MARTIN, Mentalites médiévales, I, XIe-XVe siècle, Presses Universitaires de France, Paris, (...)
  • 36 JARDIN, op. cit., p. 270

30L’idéal dont Cartagena exprime la nostalgie est bel et bien passé à l’heure où il écrit. Lui-même invoque des sources déjà fort éloignées de lui dans le temps, telles que les Sept Parties du Roi Sage et les statuts de l’ordre de l’Echarpe – Orden de la Banda –, créé par Alphonse XI en 1330. Le seul fait que Cartagena appuie son argumentation sur des textes devenus archaïques au XVe siècle confirme le « décalage qui commence à s’instaurer entre les représentations des milites et l’évolution sociale réelle », selon les termes d’Hervé Martin35. C’est bien le sens du constat que formule J. P. Jardin à propos de la Vie et Histoire d’Alphonse de Monroy : « la chevalerie est passée de mode. Les guerriers, par la force des choses, ne constituent plus une caste à part »36 ; plus loin, il suggère :

  • 37 ibid., p. 273

Si Alonso de Monroy n’arrive pas à atteindre la perfection chevaleresque, n’est-ce pas au fond parce que les temps n’y sont plus favorables, et cela justement parce que la vérité étatique et royale l’emporte en toutes circonstances sur l’idéal défendu par la noblesse ?37.

  • 38 CARDINI, op. cit., p. 126

31Quand bien même les chevaliers castillans du bas Moyen Âge auraient encore eu l’occasion de s’illustrer dans une guerre juste, l’évolution des techniques militaires faisait de leur ordre une institution caduque. A la base de la décadence de la chevalerie, précise Franco Cardini, gît en effet l’évolution profonde des techniques militaires. Au XIIe siècle, rappelle-t-il, l’arbalète avait été introduite ; ces armes plus efficaces avaient contraint les chevaliers à alourdir leur équipement. Au XVe siècle, cette évolution aboutit à l’armure faite entièremt de plaques d’acier ; il suffisait alors de renverser le chevalier et il devenait un « pauvre crustacé à la merci de la populace à pied »38 !

  • 39 Cité par ibid., p. 127
  • 40 MALDONADO, op. cit., p. 76

32Aux chevaliers restaient donc l’apparat, le spectacle, l’ostentation, mais difficilement l’authentique activité militaire ; dès le XIVe siècle en effet, les armes à feu portèrent un dernier coup à la fonction militaire et au prestige moral du cavalier, si bien que l’Arioste aurait dit de l’arquebuse « maudit et abominable engin »39. Le biographe d’Alphonse de Monroy mentionne effectivement au sein d’un récit de bataille « el espingardero », projectile de la « espingard », pièce d’artillerie40.

  • 41 C’est aussi ce que rappelle Antonio Giménez. GIMéNEZ, op. cit., p. 16
  • 42 Jacques LE GOFF, “L’homme médiéval [introduction]”, éd. par Jacques LE GOFF, dans L’homme médiéva (...)
  • 43 JARDIN, op. cit., pp. 274-75

33Le chevalier ayant perdu sa fonction première en raison de l’introduction de l’artillerie et de stratégies militaires complexes41, il n’y a plus guère que dans les joutes qu’il peut encore manifester sa valeur. La chevalerie, d’institution utile et nécessaire, est devenue un spectacle chatoyant, un ornement de la vie nobiliaire allant de pair avec les rites de l’amour courtois. Aux XIVe et XVe siècles, rappelle J. Le Goff, le chevalier est « saisi par les exagérations de la chevalerie spectacle, la mode des ordres chevaleresques »42 ; la chevalerie castillane connaît la même évolution qu’ailleurs en Europe et se réduit à un « orgueil de caste »43.

  • 44 J’emprunte le terme à H. Martin, MARTIN, op. cit., p. 333
  • 45 FOURNÈS, op. cit., p. 25

34Le tournoi fait partie de ces « exposants »44 de la bravoure chevaleresque une fois que la guerre véritable a cessé de l’être. Au XVe siècle, rappelle G. Fournès, la joute individuelle prit le pas sur le tournoi-mêlée45. Les récits de tournois constituent alors un genre littéraire à part entière où brillent de leurs derniers feux des valeurs et modèles depuis longtemps dépassés dans la réalité. C’est bien ce que suggère en ces termes H. Martin :

  • 46 MARTIN, op. cit., p. 338

A trop magnifier les idéaux nobiliaires […] ils [les narrateurs de joutes] en vinrent à les […] ravaler au rang d’une simple tapisserie verbale aux couleurs défraîchies, destinée à voiler des réalités plus prosaïques 46.

  • 47 Le « pas d’armes » est une « suite d’affrontements successifs, après défi, pour la garde d’un pon (...)
  • 48 Pedro Rodríguez DELENA, Libro del Passo Honroso defendido por el excelente caballero Suero de Qui (...)

35Il en va ainsi de l’auteur du Livre de l’Honorable Pas d’Armes ; le texte rapporte dans tous ses détails le déroulement du pas d’armes qu’organisa Suère de Quiñones en 143447. On lit au chapitre II au sujet de Suère de Quiñones et de ses compagnons : « todos ellos, que con cobdicia de honor durable tan voluntariosamente ofrecian sus personas á todo peligro, que en armas venir les pudiesse »48. Les exploits chevaleresques, on le voit bien, ne sont plus qu’un joli spectacle ; les affrontements du pas d’armes, narrés sur le mode épique traditionnel, sont vides de sens et ne comportent pas de danger réel pour les participants.

  • 49 Jean Flori, L’idéologie du glaive. Préhistoire de la chevalerie, Genève, Droz, 1983 ; cité par Ja (...)
  • 50 « La vulgarisation des modèles culturels dans la société féodale », in Niveaux de culture et grou (...)
  • 51 ibid., p. 322

36La chevalerie est devenue un spectacle certes, mais dont l’imaginaire s’impose à tous les groupes sociaux. Dans le champ des représentations en effet, elle n’a rien perdu de sa vigueur. Les changements réels que je viens d’évoquer allèrent en effet de pair avec une persistance et même un renforcement, sur le plan des mentalités, de l’idéologie nobiliaire – appuyée sur le schéma tripartite féodal – et du modèle chevaleresque que la noblesse contribua à forger et s’appropria progressivement, si bien qu’au XVe siècle, chevalerie et noblesse se confondent et partagent une même idéologie. Jean Flori l’a bien montré : « Tout au long du Moyen Âge, noblesse et chevalerie ont entremêlé leurs destins ; jamais cependant les deux termes n’ont été synonymes ni leurs concepts équivalents »49. G. Duby soulignait en 1967 cette confluence entre les idéaux et valeurs de la chevalerie et ceux de la noblesse, survenue relativement tôt suite à l’émergence de la chevalerie comme groupe social défini et doté d’une conscience de lui-même : la notion de noblesse, démontra-t-il, s’est répandue à partir du sommet du corps social, et celle de chevalerie à partir de sa base50. Ainsi, résume H. Martin, « Le modèle chevaleresque n’a cessé de gagner en prestige et de s’imposer à l’ensemble de l’aristocratie, qui s’est constituée et définie comme une militia », en un véritable « chassé-croisé culturel » ou « chiasme idéologique »51. De ce processus est né l’idéologie qui a formé le ciment de la classe dominante.

  • 52 FOURNÈS, op. cit., p. 16
  • 53 ibid., p. 61
  • 54 LE GOFF, op. cit., p. 89

37Aux XIVe et XVe siècles donc, la chevalerie non seulement se confond avec la noblesse mais, « renversement admirable, tend à devenir une condition sine qua non de la noblesse »52. Les changements réels dans la condition et les fonctions du chevalier n’entraînèrent donc aucune remise en question de la prééminence du modèle qu’il incarnait ; celui-ci restait l’idéal humain proposé à l’admiration voire à l’imitation du commun des mortels. On ne peut donc pas parler d’un « déclin de la chevalerie » au XVe siècle, conclut G. Fournès. A cette époque en effet, tous les nobles et les aristocrates urbains se considèrent comme des chevaliers, « ce qui donne une idée de la diffusion de l’idéologie chevaleresque qui, de fait, triomphe en cette fin du Moyen Âge »53. La création de nombreux ordres séculiers de chevalerie, par des rois ou de grands princes, confirment que ces deux siècles, et encore le XVIe siècle, furent « une période d’effervescence chevaleresque »54.

38Les œuvres qui font ici l’objet de mes analyses en apportent la preuve éclatante : toutes s’inscrivent dans le cadre culturel de ce triomphe des valeurs et modèles chevaleresques, dont les personnages qu’elles exaltent sont l’incarnation. Il suffit de lire l’éloge de la chevalerie composé par l’auteur des Faits de Michel Luc, œuvre postérieure à 1458, pour s’en convaincre :

  • 55 ESCAVIAS [?], op. cit., p. 168

cosa conosçida era, segund que por los sabios antiguos estava escripto, en todo el mundo ser tres estados : el primero de los oradores, el segundo de los defensores, el terçero de los labradores. E que así como el estado de los oradores era de muy grande esçelençia, por atañer a lo espiritual, así el estado de los labradores era muy nesçesario, para sustentamiento del mundo e dar mantenimiento a los que en él biven. Pero que sin el estado de los defensores, que era la orden de la cavallería, non se podrían, en ninguna manera los otros dos estados sostener. Porque ella era una de las más nobles cosas del mundo, con la qual la potençia de los reyes y prínçipes y grandes señores se augmentava y engrandeçía; e los pueblos que la alcançavan y tenían eran más onrados y conservados, y de sus enemigos y adversarios más temidos y acatados55.

39On retrouve ici, mêlés dans une même exaltation, les cadres idéologiques nobiliaires – le célèbre schéma trifonctionnel, notamment – et la conception traditionnelle de la chevalerie.

40Pour toutes ces raisons, le choix de cette période pour l’étude de la représentation des âges de la vie me semble pertinent ; en effet, les mutations historiques – sociales et politiques – y coexistent avec la permanence de cadres de pensée et modèles théoriques anciens, or ces évolutions réelles et les crispations idéologiques qu’elles entraînent peuvent expliquer, nous le verrons, certains aspects de l’image de l’âge dans ces textes.

Précisions terminologiques et notionnelles

Qu’est qu’être un « vieux » au Moyen Âge ?

41Il me semble opportun d’indiquer brièvement à quelles phases de la vie renverront les termes « vieux » et « vieillesse » quand je les emploierai dans les pages qui suivent, ce qui implique de revenir à leur signification médiévale.

  • 56 Agostino Paravicini BAGLIANI, “Ages de la vie”, dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval(...)

42Au Moyen Âge, la succession des étapes de l’existence est conçue à partir de quelques schémas qui constituent une véritable catégorie de savoir. Elaborés par l’Antiquité gréco-romaine, ils furent soumis par les auteurs chrétiens à une nouvelle interprétation symbolique56.

43Les médiévaux, héritiers de ces représentations, les conservèrent et reproduisirent, de manière confuse ou précise. Il s’agit certes de conceptions savantes qui ne s’appuient pas – ou très peu – sur l’observation empirique de la réalité humaine, mais leur diffusion était large et par là, elles guidaient les médiévaux - du moins ceux qui avaient accès à la culture lettrée - dans leur perception des âges.

  • 57 Jacques LE GOFF, Jean-Claude SCHMITT et al., Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Fayard (...)
  • 58 GUZMáN, op. cit., p. 83

44Plusieurs classifications des phases de la vie coexistent au Moyen Âge, construites à partir de chiffres symboliques. A. P. Bagliani rappelle chacune d’entre elles : selon les auteurs, la vie était divisée en trois, quatre, cinq ou six, sept ou encore douze âges57. On peut ainsi percevoir chez Fernand Pérez de Guzmán un reflet de la représentation, d’origine aristotélicienne et reprise par Dante, de la vie humaine comme un arc, comportant une phase de croissance, un apogée puis un déclin : dans la semejanza de l’infant Ferdinand d’Antequera, Guzmán évoque le moment où le roi Jean I sortit de tutelle et « llegó a hedat perfeta de onbre, que es de quarenta años »58.

  • 59 Joseph de GHELLINCK, “Iuventus, gravitas, senectus”, dans Studa mediaevalia in honorem admodum re (...)
  • 60 MINOIS, op. cit., p. 168

45De toutes ces classifications, rappelle Joseph de Ghellinck59, celle d’Isidore de Séville fut la plus répandue au Moyen Âge. Il distingue dans ses Etymologiae sept phases dans la vie de l’homme. L’infantia s’étend jusqu’à l’âge de sept ans, la pueritia jusqu’à quatorze ans, l’adolescentia jusqu’à vingt-huit ans, la juventus – « firmissima aÉtatum omnium » – s’écoule entre vingt-huit et quarante-neuf ans ; la maturité commence à cinquante ans et s’achève à soixante-dix, puis vient la senectus, « dont la dernière partie, senies, correspond à la sénilité, dernière étape de la décrépitude »60.

  • 61 GHELLINCK, op. cit., p 59

46Pour le haut Moyen Âge, on ne peut donc traduire les termes latins « puer », « juvenis », « senex » par leurs équivalents actuels, « enfant », « jeune homme », « vieillard » ; à la fin du Moyen Âge en revanche, la représentation des âges de la vie correspond bien mieux nos catégories actuelles. J. de Ghellinck signale en effet que « les deux derniers siècles du Moyen Âge ont fait [de ces catégories] un emploi plus mélangé, entremêlé d’exceptions et d’innovations »61. Ce flou notionnel donna alors lieu à la perception de deux grandes catégories globales, la jeunesse et la vieillesse, dont les auteurs des textes ici étudiés avaient la conscience aiguë.

  • 62 Manuel J. PELáEZ, “Notas sobre la vejez en el derecho medieval de Cataluña, el Rosellón y la Cerd (...)

47Dans mon propre discours, le terme « vieillesse » désignera les deux dernières phases de la vie, la maturitas dès l’âge de cinquante ans, et la senectus proprement dite. Cette définition correspond assez bien aux catégories établies par Saint Vincent Ferrer, dans un sermon prononcé à Tortosa en 1413 ; la « virilitas », dit-il, est le cinquième âge de l’homme et dure jusqu’à soixante ans, après quoi vient la senectus, qui s’étend jusqu’à quatre-vingt ou quatre-vingt-dix ans62.

  • 63 MINOIS, op. cit., p. 288

48Les personnes auxquelles s’applique cette définition étaient particulièrement nombreuses à la fin du Moyen Âge, comme le suggère le titre de l’un des chapitres de l’ouvrage de G. Minois, « La peste épargne les vieillards ». L’épidémie de peste du milieu du XIVe siècle et ses résurgences tout au long du XVe siècle ont en effet tué en majorité des jeunes et des enfants, d’où un déséquilibre au profit de la vieillesse. Comme l’indique G. Minois, « la proportion de personnes âgées augmente brutalement à partir des années 1350 »63 et partout la même impression, celle d’un déficit de jeunes et d’adultes d’âge moyen, associée au « gonflement des effectifs de vieux », s’impose. La pertinence du choix de cette période pour le traitement du thème de la vieillesse s’en trouve accrue.

A propos de l’histoire dite « des mentalités »

  • 64 Hervé MARTIN, Mentalites médiévales. II, représentations collectives du XIe au XVesiècle, Presses (...)

49L’objet de mes réflexions sera, au-delà du thème des âges de la vie, les représentations de l’individu telles que les révèlent les attributs de l’idéal humain qu’esquissent ces œuvres. L’individu est précisément l’une des « voies de recherche » que propose H. Martin à la réflexion du médiéviste64.

  • 65 GAUCHER, op. cit., p. 512
  • 66 MARTIN, op. cit., p. 88
  • 67 Anca BRATU, “Fin des temps et purgatoire dans quelques Jugements Derniers de la fin du Moyen Âge” (...)

50Le surgissement de l’intérêt pour l’individu à l’époque médiévale fait débat parmi les historiens des mentalités, mais il semble bel et bien que la conscience de la singularité individuelle soit réapparue, dans l’Europe chrétienne, à la fin du Moyen Âge. E. Gaucher, s’interrogeant sur l’hypothétique naissance de l’individu lors de cette période, rappelle qu’il est généralement admis que « le processus est parti de la pensée médiévale tardive »65. L’art funéraire de la fin du Moyen Âge en est l’indice, dans la mesure où « l’individu s’y taille déjà une place, à en juger par les tendances réalistes qui affectent les gisants à partir du XIVe siècle »66. Par ailleurs, c’est bien au XVe siècle que s’impose une nouvelle image des mondes de l’au-delà, dans quelques fresques ligures où, au lieu de représenter un Jugement dernier global, l’artiste a figuré un jugement particulier décidant du sort de chaque âme et sanctionnant donc l’évolution de toute une vie67.

51L’objet d’étude ainsi défini inscrit mon travail dans le champ historiographique de l’histoire dite « des représentations » ou « des mentalités », mais qu’entends-je par ces termes ? quel type de réalités mentales aspire-je à dévoiler par les analyses qui suivent ?

52Je m’emploierai à cerner l’idéal humain qui se dégage de l’ensemble des textes retenus, tel qu’il relève à la fois de l’« idéologie » et de l’« imaginaire » selon les catégories de J. Le Goff. Dans sa préface à la première édition de L’imaginaire médiéval (1985), il cherche à distinguer la notion floue d’« imaginaire » des notions voisines. L’idéologique, précise-t-il,

  • 68 LE GOFF, Un autre Moyen Âge, p. 424

est investi par une conception du monde qui tend à imposer à la représentation un sens qui pervertit aussi bien le « réel » matériel que cet autre réel, « l’imaginaire »68.

  • 69 ibid., pp. 423-424
  • 70 MARTIN, Mentalites médiévales, I, XIe-XVe siècle, p. 118

53Le Goff évoque l’idéologie en termes de « construction », « d’outil ». Les traits du modèle chevaleresque que je mettrai en lumière dans les pages qui suivent relèvent de l’idéologie telle qu’elle est ici définie, mais aussi de l’imaginaire. Celui-ci, souligne Le Goff, fait bien partie du champ de la représentation mais « y occupe la partie de la traduction non reproductrice, non simplement transposée en image de l’esprit, mais créatrice, poétique au sens étymologique »69. L’idéal humain implicite, sous-jacent aux modèles virils que proposent les œuvres du corpus, relève de l’imaginaire, or si l’idéologie chevaleresque est facile à cerner dans les textes et l’iconographie du Moyen Âge, en revanche cet « idéal chevaleresque » se laisse moins aisément circonscrire70.

  • 71 ibid., p. 9
  • 72 ibid., p. 9

54Si par contre je recours aux définitions conceptuelles proposées par Hervé Martin, l’objet de mon étude concernera le seul champ de « l’idéologie », compris en un sens bien plus large que celui que proposait J. Le Goff. Celle-ci, sous la plume d’H. Martin, « se confond avec l’ensemble des idées actives dans une société, y compris les rites et les coutumes » 71, concerne les représentations claires mais aussi leur dimension inconsciente, se situent « à la jonction du perçu, de l’accepté et du subi »72.

  • 73 ibid., p. 10
  • 74 ibid., pp. 26-27

55Je ne m’attacherai dans ce travail qu’à l’une des idéologies que H. Martin qualifie de « régionales » ou « sectorielles »73, celle des secteurs nobiliaires, qui se confondent dans une large mesure avec le groupe chevaleresque. En effet, les historiens des mentalités s’accordent à penser qu’il est préférable de « se contenter, désormais, de bâtir des modèles interprétatifs restreints, concernant un milieu, une pratique ou un document donné »74.

  • 75 ibid., p. 55

56Pour ce faire, j’étudierai notamment les réseaux lexicaux attachés aux âges de la vie ; mon travail relèvera donc en partie du champ de la « sémantique historique », à savoir de « l’étude des groupes de mots, c’est-à-dire des champs notionnels et associatifs »75.

  • 76 LE GOFF, op. cit., p. 425

57La prudence est certes de mise dans l’exploitation des sources littéraires ; les représentations d’hommes ayant vécu à une époque si lointaine de la nôtre sont un objet fuyant, dont on ne peut mettre en lumière que certains aspects. Pourtant, les documents privilégiés de « l’histoire de l’imaginaire » sont bien, selon Le Goff, « les œuvres littéraires et artistiques » 76, à la fois dans ce qu’elles disent explicitement et dans les réseaux cohérents d’associations d’idées qui s’y tissent, et qu’il faut dévoiler.

58Quant au problème des clichés, certes ils abondent dans les représentations médiévales de la vieillesse, mais ils ne sont pas dénués d’intérêt pour autant. Les clichés ont aussi une histoire, certains perdurent, d’autres sont attachés à une époque particulière ; la manière dont ils apparaissent et la fréquence de leurs occurrences sont toujours révélatrices. Il faut chercher, en outre, à déceler les représentations qui leur sont sous-jacentes, parfois inattendues.

Haut de page

Notes

*  Master de Recherche, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), session de juin 2008, sous la direction de Georges Martin.

1 Joan HUIZINGA, L’automne du Moyen Âge, Payot et Rivages, Paris, 2002

2 Jacques LE GOFF, Un autre Moyen Âge, Gallimard, Paris, 1999, p. 447

3 HUIZINGA, op. cit. Jacques Le Goff évoque en quatrième de couverture « l’imbrication intime du Moyen Âge et de ce que nous appelons la Renaissance » ; au cours de l’entretien avec Claude Mettra qui précède le texte de Huizinga, il rappelle « L’automne, c’est cette saison où semblent s’exaspérer toutes les fécondités et toutes les contradictions de la nature […] c’est là qu’on peut mieux comprendre ce qu’est une civilisation ; c’est là que viennent en pleine lumière les tendances qui l’habitent » (p. 10).

4 Georges MINOIS, Histoire de la vieillesse en Occident, de l’Antiquité à la Renaissance, Fayard, Paris, 1987, p. 288

5 ibid., p. 287

6 Gutierre Díaz de GAMES, El Victorial, éd. par Rafael BELTRáN, 3e éd., Taurus, Madrid, 2001, p. 60

7 La notion de « genre » est certes problématique dès lors que l’on parle de la littérature médiévale ; bien souvent en effet, les frontières entre ce que nous considérons comme des « genres » séparés y sont floues. Je fais cependant le choix d’utiliser ce terme car les premiers auteurs de biographies avaient une claire conscience de la nouveauté et de la spécificité de cette forme, qu’ils rapprochaient de la chronique tout en la distinguant d’elle. Au chapitre XVIII de sa chronique, Gonzague Chacon indique que le roi de Navarre, suite au retour d’Alvare de Luna à la cour, regagna son royaume « por algunas cosas que en la Corónica del Rey más conplidamente se fallarán » Gonzalo CHACóN [?], Crónica de don Alvaro de Luna, éd. par Juan de MATA CARRIAZO, Espasa-Calpe, Madrid, 1940, p. 70

8 Jose Luis ROMERO, “Sobre la biografía española del siglo XV y los ideales de vida”, dans Cuadernos de Historia de España, I-II, 1944, p. 115–138, p. 115

9 ibid., p. 117

10 Antonio GIMéNEZ, “El arquetipo del caballero en la Crónica de Pero Niño”, dans Cuadernos Hispanoamericanos, 109, 1977, p. 338–352, p. 338

11 ROMERO, op. cit., p. 117

12 Elisabeth GAUCHER, La biographie chevaleresque : typologie d’un genre (XIIIe-XVe siècle), Honoré Champion, Paris, 1994, p. 513

13 Jean CANAVAGGIO, éd., Histoire de la littérature espagnole. Tome I, Moyen Âge - XVIe siècle - XVIIe siècle, Fayard, Paris, 1993, pp 156-158

14 ROMERO, op. cit., p. 117

15 Antonio GIMéNEZ, “Cortesanía e ideal aristocrático en El Victorial”, dans Boletín de la Biblioteca Menéndez Pelayo, LII, 1976, p. 3–20, p. 8

16 Franco CARDINI, “Le guerrier et le chevalier”, éd. par Jacques LE GOFF, dans L’homme médiéval, 1994, p. 87–128, p. 117

17 Georges MARTIN, éd., La chevalerie en Castille a la fin du Moyen Âge : aspects sociaux, ideologiques et imaginaires, Ellipses, Paris, 2001, p. 192

18 MINOIS, op. cit. Quatrième de couverture

19 Fernando del PULGAR, Claros varones de Castilla, éd. par Robert Brian TATE, Clarendon Press, Oxford, 1971, p. 4

20 Je pense ici, notamment, au Dialogue entre l’Amour et un Vieux de Rodrigue Cota

21 Ghislaine FOURNÈS, L’univers de la chevalerie en Castille a la fin du Moyen Âge et au début des Temps Modernes (1369-1556), Editions Messene, Paris, 2000, p. 126, p. 29

22 Jean-Pierre JARDIN, “Utopie chevaleresque et réalité : les Hechos del Maestre de Alcántara don Alonso de Monrroy, d’Alonso Maldonado”, éd. par Georges MARTIN, dans La chevalerie en Castille à la fin du Moyen Âge, 2001, p. 261–282, p. 266

23 Cité par FOURNÈS, op. cit., p. 119

24 Fernán Pérez de GUZMáN, Generaciones y Semblanzas, éd. par José Antonio Barrio SáNCHEZ, Cátedra, Madrid, 1998, p. 87

25 ibid., p. 174

26 Alonso MALDONADO, Vida e Historia del Maestre de Alcántara don Alonso de Monroy, éd. par Leonardo Romero TOBAR, Tarraco, Tarragone, 1978, p. 72

27 PULGAR, op. cit., p. 10

28 MALDONADO, op. cit., p. 103

29 ibid., p. 105

30 ibid., p. 124

31 On lit par exemple dans le chapitre rapportant les faits de l’année 1458 « Y porque en tiempo començaron a morir algunos de pestilençia en Jahén [...] el señor rey se partió ». Pedro de ESCAVIAS [?], Relación de los hechos del muy magnífico e más virtuoso señor, el señor don Miguel Lucas, muy digno condestable de Castilla, éd. par Juan Cuevas MATA, Juan del ARCO MOYA et José del ARCO MOYA, Université de Jaén, Jaén, 2001, p. 16

32 HUIZINGA, op. cit., entretien entre J. Le Goff et C. Mettra, p. 10

33 MALDONADO, op. cit., p. 14

34 Doctrinal de los caballeros, cité par FOURNÈS, op. cit., p. 62

35 Hervé MARTIN, Mentalites médiévales, I, XIe-XVe siècle, Presses Universitaires de France, Paris, 1996, p. 337

36 JARDIN, op. cit., p. 270

37 ibid., p. 273

38 CARDINI, op. cit., p. 126

39 Cité par ibid., p. 127

40 MALDONADO, op. cit., p. 76

41 C’est aussi ce que rappelle Antonio Giménez. GIMéNEZ, op. cit., p. 16

42 Jacques LE GOFF, “L’homme médiéval [introduction]”, éd. par Jacques LE GOFF, dans L’homme médiéval, 1994, p. 7–43, p. 33

43 JARDIN, op. cit., pp. 274-75

44 J’emprunte le terme à H. Martin, MARTIN, op. cit., p. 333

45 FOURNÈS, op. cit., p. 25

46 MARTIN, op. cit., p. 338

47 Le « pas d’armes » est une « suite d’affrontements successifs, après défi, pour la garde d’un pont ou d’un chemin ». FOURNÈS, op. cit., p. 25

48 Pedro Rodríguez DELENA, Libro del Passo Honroso defendido por el excelente caballero Suero de Quiñones, éd. par Fernando Arroyo LLERA, [Reproduction en fac-simile de la 2e ed. de Madrid, A. de Sancha, 1783], Valence, 1970, p. 2

49 Jean Flori, L’idéologie du glaive. Préhistoire de la chevalerie, Genève, Droz, 1983 ; cité par Jacques LE GOFF, Héros et merveilles du Moyen Âge, Editions du Seuil, Paris, 2005, p. 85

50 « La vulgarisation des modèles culturels dans la société féodale », in Niveaux de culture et groupes sociaux, Paris, 1967, 33-41, cité par MARTIN, op. cit., p. 322

51 ibid., p. 322

52 FOURNÈS, op. cit., p. 16

53 ibid., p. 61

54 LE GOFF, op. cit., p. 89

55 ESCAVIAS [?], op. cit., p. 168

56 Agostino Paravicini BAGLIANI, “Ages de la vie”, dans Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, 1999, p. 7–19, p. 7

57 Jacques LE GOFF, Jean-Claude SCHMITT et al., Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Fayard, Paris, 1999

58 GUZMáN, op. cit., p. 83

59 Joseph de GHELLINCK, “Iuventus, gravitas, senectus”, dans Studa mediaevalia in honorem admodum reverendi patris Raymundi Josephi Martin, 1948, p. 39–59, p. 40

60 MINOIS, op. cit., p. 168

61 GHELLINCK, op. cit., p 59

62 Manuel J. PELáEZ, “Notas sobre la vejez en el derecho medieval de Cataluña, el Rosellón y la Cerdaña, con algunas referencias específicas al jus commune”, dans Senefiance, 19, 1987, p. 285–293, p 289

63 MINOIS, op. cit., p. 288

64 Hervé MARTIN, Mentalites médiévales. II, représentations collectives du XIe au XVe siècle, Presses Universitaires de France, Paris, 2001, p. 264

65 GAUCHER, op. cit., p. 512

66 MARTIN, op. cit., p. 88

67 Anca BRATU, “Fin des temps et purgatoire dans quelques Jugements Derniers de la fin du Moyen Âge”, dans Senefiance, 33, 1993, p. 69–80

68 LE GOFF, Un autre Moyen Âge, p. 424

69 ibid., pp. 423-424

70 MARTIN, Mentalites médiévales, I, XIe-XVe siècle, p. 118

71 ibid., p. 9

72 ibid., p. 9

73 ibid., p. 10

74 ibid., pp. 26-27

75 ibid., p. 55

76 LE GOFF, op. cit., p. 425

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Jecker, « Le vieillard et le chevalier », e-Spania [En ligne], 6 | décembre 2008, mis en ligne le 08 avril 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://e-spania.revues.org/16623 ; DOI : 10.4000/e-spania.16623

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org