Navigation – Plan du site
Images du pouvoir, pouvoir des images dans l'Espagne médiévale (XIe-XVe siècle)

L’image du roi dans le ms. Espagnol 99 de la BNF (c. 1350-1360)

Françoise LAINÉ

Résumés

Le jeu du texte et de l’image dans le MS. Espagnol 99 de la BNF des Ordonnances de Pierre IV d’Aragon construit un discours qui tient de la théologie politique, adressé à une poignée de privilégiés de la cour. Les images mettent en scène une étiquette sacralisante, une ritualisation poussée de la vie palatine et ont pour but de conforter l’autorité royale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 El Manuscrito de San Miguel de los Reyes’ de las ‘Ordinacions’ de Pedro IV, estudio B. Palacios Mar (...)
  • 2  F.-P. VERRIÉ, « La política artística de Pere el Cerimoniós », Pere el Cerimoniós, i la seva època(...)
  • 3 F. BERTRAN, R. MANENT RODON, Els escenaris del rei. Art i monarquia a la Corona d’Aragó, Barcelona, (...)
  • 4 Escribir, Reinar. La experiencia gráfica textual de Pedro IV, Madrid, 2006, p. 157-190.

1Il y a une douzaine d’années, Bonifacio Palacios Martín attirait l’attention sur les ordonnances de l’hôtel de Pierre IV d’Aragon (1336-1387), datant de 1344, pour remettre en perspective dans les recherches récentes sur la royauté et l’État ce texte connu et édité depuis longtemps. Ce chercheur voit dans ces ordonnances l’expression de l’autoritarisme du roi face à la noblesse après la crise des Unions, la volonté de légitimer l’ordre politique en donnant à voir la dignité royale selon la belle ordonnance de l’hôtel.1 Peu avant, l’ouvrage collectif Pere el Cerimoniós i la seva època avait consacré une large place aux aspects artistiques de l’affirmation royale, mais en mettant l’accent sur les monuments et l’iconographie sculptée2. Un livre plus récent reprend en compte l’ensemble des moyens artistiques3 — livres précieux, trésors sacrés et profanes — concourant à la « mise en scène » de la royauté, et F.M. Gimeno Blay a esquissé en Pierre IV le profil d’un « lecteur et possesseur de livres compulsif »4.

  • 5  Pour une recension cf. M. Á. LADERO QUESADA, « La casa Real en la Baja Edad Media », Historia. Ins (...)
  • 6  Cf. les nombreux ouvrages de P. BOHIGAS : La ilustración y la decoración del libro manuscrito en C (...)
  • 7  O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 32.
  • 8  P. BOFARULL i MASCARÓ, Gobierno y casa real de los monarcas de Aragón, Colección de Documentos Iné (...)
  • 9  B. N. E. ms. 959, fol. 1-86. O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 30, 43.
  • 10 Jaime III, rey de Mallorca, Leyes palatinas, p. V-VI.

2Les Ordonnances de l’hôtel prises en 1344 par Pierre IV ont déjà fait l’objet d’abondantes études, tant sur les nombreux manuscrits du texte, les rapports entre les Ordenacions et les Leges palatinae de Jacques III de Majorque qui les précèdent de sept ans5, ou que sur l’illustration des quelques manuscrits de cour conservés6. Mais le dossier appelle des approfondissements, entre autres sur la traduction et l’adaptation des Leges majorquines en catalan7. Le texte passe d’un plan en huit parties à une ordonnance en quatre livres où le dernier, consacré au Maestre racional, tourne au fourre-tout8. La date de cette version catalane, le 17 novembre 1344, ne fait pas de doute ; elle intervient après la conquête du royaume de Majorque. Pierre IV s’empare du capital symbolique de son adversaire vaincu. Resterait à examiner la version catalane datée du 8 mai 1337 et conservée dans un manuscrit du XVsiècle, indiqué par Olivetta Schena comme comprenant huit parties9, et qui donc pourrait être d’origine majorquine et avoir servi à la chancellerie de Pierre IV. La filiation textuelle des Leges palatinae aux Ordinacions reste donc incertaine, et il en va de même de leurs illustrations, réalisées du temps de Jacques III et de Pierre IV, d’autant que l’on ignore quels manuscrits enluminés ont pu tomber entre leurs mains lors de la conquête de Palma, de Bellver ou de Perpignan, l’exemplaire conservé des productions de la cour de Majorque ayant échappé à la convoitise de Pierre IV10.

  • 11  O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 66. Nous ne le connaissons pas et il ne semble pas en exister d’é (...)
  • 12  O. SCHENA, ibidem, p. 34.
  • 13  Ibidem et El Manuscrito, p. 46.
  • 14  Format 365x265mm en cahiers de 7 folii. Propriété du duc de Calabre Ferrante (1488-1550), il passe (...)
  • 15  Parchemin 340x233 mm, en cahiers de 6 feuilles, O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 45-46 ; El Manusc (...)
  • 16  ms. 14425. O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 66-67. En 1983, il passait pour perdu, mais on l’a ret (...)

3Dans les manuscrits illustrés à la cour de Pierre IV, à l’ordonnance sur l’hôtel royal fait suite une autre sur le couronnement du roi. La Bibliothèque de l’Escurial en conserve un où la seconde ordonnance figure dans une version antérieure à 135311; dans les autres, figure celle de 135312. À ce moment, le roi d’Aragon demande à Ferrer de Magerola, un scrivà de sa chancellerie, d’en décorer un de quatorze « lettres d’or » ; quatre ans plus tard, un autre scrivà, Eximen de Muntreyal doit décorer le Libre nou de la nostra ordinació, mais on ne sait pas de combien de miniatures13. Deux des manuscrits de cour conservés de la seconde moitié du XIVe siècle ont des lettrines historiées, sans compter des capitales ornées de rinceaux ou autres : le ms. Philipps 2633, acquis en 1965 par la Bibliothèque Bartomeu March14, et le ms. Espagnol 99 de la BNF.15 Le ms. 14425 de la collection Lázaro Galdiano dont il ne reste que 39 folii consacrés aux ordonnances du couronnement, dans une version aragonaise, comporte aussi des lettrines16.

BNF esp. 99*

Philipps 2633

Promulgation des ordinacions

Fol. 1r

Fol. 1r

Majordoms

Fol. 2v

Fol. 2r

Camarlenchs

Fol. 28v

Fol. 20r

Algutzir

Fol. 49r

Fol. 35r

Chancelier

Fol. 52v

Fol absent ?

Maestre racional

Fol. 72r

52v

Couronnement du roi

Fol. 129r

98r

Couronnement de la reine

Fol. 147r

90r

4Sur la planche les schémas des lettrines se suivent de gauche à droite et de haut en bas dans l’ordre du tableau. Le grisé indique les couleurs d’Aragon (gueules et or), avec les pals héraldiques (habits royaux, tenure murale, écusson).

  • 17  P. BOHIGAS, La ilustración y la decoración del libro manuscrito en Cataluña : contribución al estu (...)
  • 18 Ibidem, p. 162 seq. O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 44-47, El Manuscrito de San Miguel de los Reye (...)

5Les programmes iconographiques coïncident ; il devait en aller de même du manuscrit de la collection Lázaro Galdiano. P. Bohigas a depuis longtemps dégagé les similitudes entre la représentation du couronnement du roi et de la reine dans ce manuscrit et le ms. Espagnol 9917; la profusion des écussons héraldiques désigne à l’évidence des œuvres de cour18.

  • 19  P. BOHIGAS, « La illuminació… », p. 100.

6On ne sait pas si l’enluminure des manuscrits du roi d’Aragon a été faite en référence à celle des Leges, mais cela n’a rien d’improbable : la première page du ms. Espagnol 99 semble reprendre une œuvre analogue au ms. Philipps19, mais si référence il y a, nous ne savons pas si elle est directe ou non.

Deux programmes iconographiques

  • 20 Jaime III, rey de Mallorca, Leyes palatinas, ed. L. Pérez Martínez, G. Llompart, M.Durliat, p. 11-1 (...)

7Ms. Philipps des Leges palatinae20 et ms. Esp. 99 des Ordinacions

Leges palatinae OrdinacionsalgutzirLegesMaestre racionalalgutzir,OrdinacionsMaestre racional LegesOrdinacions

Illustration, explicitation, extrapolation : entre pratiques de cour, lieux communs politiques et topoi iconographiques

  • 21  Contrairement à ce que l’on dit parfois, cf. F.-P. VERRIÉ, art. cit., p. 177-178.
  • 22  Par exemple la tunique à manches larges de l’habit de couronnement du roi et de la reine contraste (...)
  • 23  Déclaration aux cortes de Monzón en 1363, Pere III of Catalunia, Chronicle, translated by M. Hillg (...)
  • 24  Chronique de Pierre IV, II § 34. La numérotation étant la même dans les principales éditions de ré (...)

8Cette iconographie, qui écarte les aspects anecdotiques, développe un message politique. Elle illustre un texte, mais comme dans les Leges, elle évoque un rituel, des pratiques et des objets que le texte ne décrit guère. Si Pierre IV a mérité le nom de « Cérémonieux », le texte même de ses Ordinacions n’y est pas pour grand-chose ; il ne faut y chercher ni rituel ni évocation systématique de l’étiquette.21 Il n’en va pas de même des ordonnances du couronnement ; on perçoit vite la fidélité de l’image au texte.22 À défaut, on doit se tourner vers des formules protocolaires, mais aussi vers divers épisodes racontés dans la Chronique de Pierre IV, ou vers tel discours où il se livre. Que le roi soit « alt » revient constamment et se voit à sa position surélevée sur son trône, mais aussi sur une estrade quand les chambellans lui apportent une collation. Pierre IV se décrivait lui-même comme de modeste stature23, mais une interprétation anecdotique du recours à cet artifice serait de courte vue. La présence de coussins de soie armoriée, sur le siège royal et sous les pieds du roi, signale un attribut de majesté, objet d’attention jalouse au point de susciter un incident diplomatique lors d’une entrevue au palais de Barcelone, en 1339, entre Jacques III de Majorque et Pierre IV : le premier voulait un aussi grand coussin que le second !24

  • 25  CoDoIn, V, p. 15, 17-18.

9Le costume de différents personnages offre des particularités distinctives : grand baudrier décoré de motifs dorés et rabats de col pour les majordoms, rabats semblables pour l’algutzir, classiques capuchons fourrés d’hermine pour les chanceliers, vice-chanceliers et auditeurs, casaque à lais de cuir blanc portée par un homme identifiable à un porter de massa, etc.. Les Ordinacions à la suite des Leges déclarent que le majordom en recevant son office doit faire hommage au roi, mais la lettrine du second folio montre la remise d’une verge de commandement dont le texte ne parle pas25.

  • 26  De las grans empero causes civils e criminals la conexença se haja a fer per nostre consell, ibid. (...)
  • 27  BNF. ms. Esp. 99 fol.49.
  • 28  Le transfert du modèle du portrait d’auteur à celui des apôtres, puis des saints, se poursuit au b (...)

10S’agissant de l’algutzir, juge des affaires concernant le personnel de la cour, les Ordinacions précisent que « la connaissance des causes civiles et criminelles d’importance revient au conseil (royal) »26. Le texte n’évoque pas de séances solennelles présidées par le roi, et encore moins l’ordre de séance. Dans la lettrine du chapitre des algutzirs, l’on voit l’un d’eux exposer la cause d’un accusé aux mains liées sous le regard attentif du roi siégeant sur son trône, entre ses conseillers laïcs et ecclésiastiques27. Cette image met en scène une idée du roi juge, sorte de référence au jugement de Salomon ; mais le roi est souvent représenté dans une attitude d’attention et d’implication, et non dans une majesté hiératique. De même le couronnement de la reine doit-il beaucoup au thème de celui de la Vierge. Les illustrateurs figurent ces scènes de cour selon des conventions et en se démarquant plus ou moins des topoi de l’iconographie religieuse ; ce processus de transfert au politique des éléments de la sacralité religieuse est par ailleurs banal28.

Aux couleurs d’Aragon : la légitimité dynastique

  • 29 Chronique dite de San Juan de la Peña. P. BOHIGAS, La ilustración…,p. 162-167 et lám. II.
  • 30  El Manuscrito, p. 42-48.

11Sur la base du style, P. Bohigas estimait que l’illustration du ms Espagnol 99, voire du codex de la collection Galdiano, procédait du même atelier de cour que la Crònica dels reis d’Aragó e comtes de Barcelona conservée à Salamanque29, tandis que B. Palacios Martín, en s’attachant aux indications issues de la comptabilité royale, présente d’autres suppositions quant au manuscrit conservé à Paris30. Nous n’avons pas qualité pour trancher le débat. Force est toutefois de remarquer que, au-delà la similitude de certains fonds rouges, traités en caissons ornés de rosaces bleues, il y a des différences de conception dans l’ornementation des marges, dans le traitement des visages, mais surtout dans le recours ou non à la perspective spatiale et dans la palette colorée. L’illustrateur de la Crònica dels reis d’Aragó, tout au moins sur le grand panneau du fol. 6 reproduit par P. Bohigas, s’en tient à un étagement des plans tandis que le peintre du ms Espagnol 99 crée une perspective spatiale à grand renfort de carrelages, mais il maîtrise mal les fuites vers un point latéral, et ne sait pas jouer sur les couleurs pour suggérer la profondeur. Par exemple, dans la lettrine des camerlenchs, il fait son dégradé de vert à l’inverse de ce qu’il faudrait. Le peintre du manuscrit de Salamanque a utilisé quant à lui deux contrastes colorés, d’abord celui des couleurs primaires (rouge/bleu/or) ainsi qu’un contraste clair obscur (vert sombre/blanc). Il en résulte une pleine page chargée mais lisible.

  • 31  Il ne faudrait pas chercher un « portrait » du roi dans ces lettrines, tous les visages d’hommes m (...)
  • 32  Sauf celle du fol. 28v (camarlench).

12L’artiste du manuscrit de Paris fait preuve de beaucoup de finesse d’exécution dans le modelé des visages, les dégradés, les plis des tissus ; il a un certain sens expressif (à base de conventions) pour suggérer l’âge : visage imberbe d’un jeune chambellan, barbe des hommes plus mûrs31, rides qui griffent la face des sages micers chaperonnés d’hermine. Ce souci du détail et sa sûreté de main lui permettent de composer des lettrines lisibles, malgré une palette colorée d’une très grande complexité et une redoutable profusion d’or. À la base, une quadrichromie où le bleu violet répond à l’or et le rouge carmin au vert tendre. Les lettres qui entourent les miniatures tirent leur netteté de la juxtaposition d’un bleu violet à l’or32.

13Mais l’or se combine aussi à un second rouge présent à haute dose : le vermillon, rouge de gueules des armes d’Aragon (deux ou quatre pals de gueules sur champ or). Elles sont partout : sur l’habit royal, les coussins, les écussons, les tentures, le tapis de compte du racional. La seule miniature à échapper à cet affichage héraldique est celle du chancelier. Il y a aussi des touches d’ocre, de noir, d’argent (qui a viré maintenant au noir) et de blanc, pour les feuilles de papier ou de parchemin, les rabats, les fourrures, les fines toiles des ornements liturgiques, et surtout pour l’habit de la reine, qui ressort grâce à cette couleur saturée, rehaussée de mouchetures noires. Le ternissement de l’or ne permet guère d’apprécier le résultat quant à la mise en vedette de la personne royale. Sur la première miniature, l’emploi abondant du vert, pour le sol et l’habit du conseiller laïc le plus proche du roi, devaient y contribuer ; mais dans l’état actuel, ce sont le majordom et le scrivà au premier plan qui ressortent le mieux ; sans le blanc gris du trône le roi se fondrait presque dans une irréalité dorée. Sur les trois miniatures suivantes, le roi se voit mieux grâce à la partie violette de son costume (robe et chausses).

  • 33  Pour la Chronique, cf. l’introduction de J. N. Hillgarth, Pere III of Catalunia, Chronicle, t. I., (...)
  • 34  III § 35.

14Cette profusion de gueules et d’or, associés à du carmin, du vert et du bleu violet, a demandé une composition soigneuse. Cet affichage héraldique reprend un thème cher à Pierre IV, l’éloge de la maison d’Aragon, très présent dans sa chronique et dans sa correspondance33. Il s’agit d’un argument de propagande pour souder un assemblage territorial vieux de deux siècles et pour justifier aussi la conquête du royaume de Majorque. On le remarque ici sur un support destiné à un public réduit, mais les armes royales devaient se voir en bien d’autres endroits. Lorsque Pierre IV fait son entrée à Palma en 1343, il parade en drap d’or et velours vermillon et envoie son porte-étendard, Blasco d’Alagó, hisser la bannière royale sur la plus haute tour du château34.

  • 35 CoDoIn, V, p. 285.
  • 36 Reverent Pare, demana Sancta Mare Esgleya que aquest alt e illustre cavaller al qual per successio (...)

15L’abondant usage des armes d’Aragon prend sens avec la cérémonie du couronnement. Sur la lettrine, le roi est au centre en longue tunique héraldique ; le prélat qui célèbre sur l’estrade le domine légèrement devant l’autel paré aux couleurs d’Aragon. L’archevêque bénit la couronne que tient le roi, les yeux baissés sur elle. Le texte de l’ordonnance du couronnement précise qu’après la bénédiction, la remise des armes et la promesse royale de servir la loi, la paix35, etc., les évêques présentent le roi au métropolitain en lui disant « Révérend père, la Sainte Mère Église vous demande de consacrer en la dignité royale cet haut et illustre chevalier auquel le royaume appartient par succession légitime »36.

Sacralisation : la couronne et la coupe, plus que le sacre

  • 37  F. MÉNENDEZ PIDAL de NAVASCUES, « Símbolos de identidad de los protagonistas de la acción política (...)
  • 38  E. H. KANTOROWICZ, « Mystères de l’État », Mourir pour la patrie et autres textes, Paris, 2004. p (...)
  • 39  Sur le couronnement de Pierre IV et sa législation cf.B. PALACIOS MARTÍN, La coronación de los rey (...)
  • 40 Te clam merce que en aquesta dignitat reyal de laquel dema reebre les insignies que jo faça tal vid (...)
  • 41  Accipe coronam regni in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti quam sanctitatis sobriam gloriam (...)

16Les autres éléments héraldiques ne paraissent qu’à la marge inférieure de la première page, de part et d’autre de l’écu d’Aragon : à gauche, l’écu de l’ancienne dynastie d’Aragon, avec la croix d’Íñigo Arista, au champ d’azur avec canton dextre de chef portant croix d’argent au bras inférieur en pointe (depuis le XIe siècle) ; à droite, l’écu d’argent avec la croix d’Alcoraz, ou de saint Georges, de gueules cantonnées à chaque angle de quatre têtes de mores au turban de sinople. Ce choix rappelle celui d’un panneau sculpté et peint conservé au musée de Saragosse. L’écu avec la croix d’Alcoraz sert d’armes au royaume d’Aragon depuis 1276-1281 ; il figure sur le revers des sceaux37; celui de gueules et d’or renvoie à la dynastie issue de Raymond-Bérenguer IV et de Pétronille, fédératrice de la Catalogne et de l’Aragon. Mais l’effacement, ou presque, de toute autre image héraldique que celle de la dynastie manifeste aussi l’absorption de la respublica dans le prince38 et va de pair avec une forte sacralisation du pouvoir royal, tête du corps politique, et aussi de la personne royale. Cela transparaît d’abord dans la lettrine illustrant le couronnement du roi.39 Le texte précise que le roi, élu de Dieu, a besoin de sa grâce pour bien exercer le pouvoir. En pénétrant dans la cathédrale le roi doit demander à Dieu de l’assister de sa grâce, « afin de vivre et faire telles œuvres qui Te soient plaisantes et pour le profit et l’honneur de ma couronne et par les quelles j’obtienne d’entrer dans ta gloire à la fin de mes jours »40. Puis au fil du cérémonial, l’archevêque de Saragosse lui remet les différents insignes du pouvoir et in fine la couronne, moment qu’illustre la lettre : « Reçois la couronne du royaume, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et tu dois comprendre qu’elle signifie la gloire sobre de la sainteté, l’honneur, l’œuvre de force et que tu n’ignores pas que, par elle, tu participes à notre ministère, et que comme nous, pasteurs et recteurs, avons charge de l’intérieur des âmes, toi, le défenseur de l’Église du Christ, tu dois porter aide contre tous ses adversaires »41.

  • 42 Ibid., p. 275.
  • 43 Ibid., p. 307.
  • 44 E aquesta oracio dita lo rey prenga la corona de sobre l’altar e ell matex posles en lo cap senç aj (...)
  • 45 officio nostre dignitatis in reginam solemmniter benedicta accipe coronam regalis excellentie que a (...)
  • 46 Ibid., p. 308.
  • 47 Ibid., p. 267-270, 289, 311.

17En signe de ce ministère, le roi porte une dalmatique « de velours vermeil et de drap d’or décorée (des) armes royales, avec de larges manches comme en porte ordinairement le diacre lorsqu’il lit le saint Évangile à la messe ».42 La reine, pour sa part, revêt un habit de sous-diacre en soie blanche43. Dans les images, le roi est le ministre de son propre couronnement : « que le roi prenne la couronne sur l’autel et se la pose lui-même sur la tête sans l’aide de personne »44; la couronne est entre les mains du roi, juste avant la bénédiction du métropolitain. Lors du couronnement de la reine, c’est lui qui couronne son épouse45, et il se fond dans la foule moirée des officiants. Sur l’autel, on devine sceptre et globe. Comme il y avait peu de place, l’illustrateur a escamoté les demoiselles devant accompagner la reine et les évêques qui concélèbrent avec l’archevêque, pour s’en tenir aux personnages essentiels46. Le roi et la reine reçoivent l’onction royale de la main du prélat qui préside la cérémonie, le premier avant son couronnement, la seconde après ; l’introduction de l’ordonnance insiste beaucoup sur la portée de cette consécration.47 L’illustrateur n’a pas retenu cette scène mettant sans doute trop en vedette, au goût de Pierre IV, le rôle de l’Église, mais seulement sa conséquence : le port d’habits cléricaux par le couple royal et la notion de ministère, voire de sacerdoce royal.

  • 48  P. E. SCHRAMM, Las insignias de la realeza en la edad media española, traducción y prólogo de L. V (...)
  • 49 Chronique, II, § 37.
  • 50 Chronique, II § 48.
  • 51  … familiars secretes persones provades per feeltat, … et encara con bonament fer se pora prop del (...)
  • 52  ..en livrar a Nos la oblacio quant la missa oyrem e en jaure al cotat del notre lit segons ordinac (...)
  • 53  Néhémie, I, 1, 11. Pour ces éléments iconographiques courants, cf. bases de données iconographique (...)

18Les accessoires de la supériorité royale figurent toujours en bonne place : le trône où siège toujours le roi dès qu’on le représente assis et la couronne qu’il porte en toutes circonstances. Le premier a des allures d’édifice gothique orné de pinacles ; il n’est pas du même modèle que le trône d’argent de Martin Ier conservé à la cathédrale de Barcelone, mais est représenté dans le même esprit.48 Pour goûter la collation que lui présentent ses chambellans, le roi, couronne sur la tête, se tient sur une estrade tendue d’écarlate surmontée d’un dais de même couleur et porte chaperon et souliers aux couleurs de l’Aragon. Pierre IV avait dû découvrir le baldaquin mobile lors de son entrée à Avignon le 12 novembre 1339, lorsque le pape l’avait fait accueillir avec le roi de Majorque en grande cérémonie49. Le roi d’Aragon employa cet accessoire pour sortir de la cathédrale de Palma, après son couronnement comme roi de Majorque le 22 juin 1343.50 Le dais fixe, dans le cadre bien restreint des lettrines, n’a trouvé place que dans la miniature concernant les chambellans, chevaliers choisis pour la garde de la personne royale, « personnes de fidélité éprouvée, dans familiarité et les secrets du roi », dormant près de lui et mêlés « au secret de nature », gardiens de son sceau du secret et chargés de superviser la vérification de sa nourriture51; ils sont les gardiens de la sécurité du roi et les témoins de son intimité. Une des tâches des camerlenchs consiste à apporter au roi les offrandes qu’il doit donner à la messe52. Dans le panneau introductif du chapitre, l’illustrateur des Leges a choisi de montrer le roi à genoux devant le prêtre. L’illustrateur des Ordenacions a pris un parti très différent, presque opposé. Les chambellans, en procession présentent au roi une collation. Un seul de ses trois serviteurs, le camarlench, ose lever les yeux vers lui ; il tend de la dextre la coupe qui devait être de couleur argent, sa main gauche rabattue sur la poitrine en salut respectueux. La ressemblance entre cette scène de cour et des éléments de l’iconographie religieuse très courante fait de ce petit repas informel une cérémonie qui sacralise un roi, comme homme, en habits de laïc et non de solennel ministre du peuple chrétien institué par Dieu. Rien dans le texte ne dit que les camarlenchs doivent porter des sucreries au roi en formant procession à deux ou trois, et l’on songerait presque à une reprise du motif iconographique de l’Adoration des Mages, à ceci près que le premier chambellan est debout et non à genoux. Mais la scène ressemble surtout à une eucharistie inversée, où le prêtre tendrait la main vers le ciboire présenté par un fidèle. Le peintre n’a pas pu ne pas s’en apercevoir ; il a pu également s’inspirer d’une autre scène connue, mais moins courante, Nehémie en échanson d’Artaxerxès53. La collation devient offrande sacralisante et cette sacralisation procède non de l’Église, mais de serviteurs nobles, arborant la même mode courte que le roi, et portant barbe comme lui, sauf le plus jeune. La transformation du costume masculin par rapport à l’époque où ont été illustrées les Leges palatinae accentue la différence entre clercs et laïcs. Les lettrines illustrant la promulgation des Ordinacions et les couronnements situent le roi avec les clercs, les autres le montrent chevalier parmi les chevaliers. De la dévotion du roi dans les Leges on est passé à la dévotion au roi, comme homme de chair, personne périssable entourée d’un respect qui la sacralise.

Majesté et privanza

  • 54  D. RUSSO, « Les modes de représentation du pouvoir », p. 177-183.

19Dans deux des quatre lettrines, le roi marque le centre de la composition ; dans les deux autres, celles qui introduisent le Livre I (majordoms) et le Livre II (camarlenchs), sa main tendue vers la main d’un de ses nobles tient cette place. Ce parti diffère de celui adopté dans des miniatures réalisées pour Charles V de France vers 1361-1376 ou dans les fresques du château de Karlstein construit en 1356-1357 par Charles IV de Luxembourg : le roi n’y prend jamais place au centre ni en majesté.54 Les peintres travaillant pour Pierre IV n’ont donc laissé de côté aucun procédé iconographique pouvant le magnifier. Sur le premier folio, le souverain siège de face et au centre, statue vivante, le regard dans le vide, tandis que l’assistance tourne les yeux vers le scrivà qui lit au premier plan les Ordinacions que le roi fait promulguer. Le prince porte des atours majestueux, décalés par rapport à la mode laïque, et se situe en dehors de tout contact visuel et de tout rapport personnel. La construction de la lettrine du chapitre de l’algutzir reprend cette composition, mais cette fois le roi, tourné de trois quarts face, regarde l’algutzir et le scribe ; l’assistance ne lève pas les yeux vers le roi, sauf peut-être l’algutzir qui a pris la parole. Le prince figure ici dans son rapport à sa cour, comme source de pouvoir, objet de respect et source d’une justice active. Quand le roi dans ses atours de majesté prend la couronne ou la donne à la reine, les symboles de la dignité et du pouvoir royal manifestent en lui l’élection divine : il est au centre, mais non en majesté car il n’est dans ce cas que le reflet de la majesté divine.

  • 55  Vers 1320. English Historical Documents, ed. H. Rothwell, London, 1975, III, 1189-1327, N° 235, ar (...)
  • 56  J. LE GOFF, « Vers l’étiquette de cour : un dîner officiel de Saint Louis et d’Henri III d’Anglete (...)
  • 57 Las Siete Partidas (El libro del Fuero de la Leyes), Introducción y edición dirigida por J. Sánchez (...)
  • 58  CoDoIn, V, p. 11.
  • 59  Sur les débuts du règne, cf. A. BEAUCHAMP, Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence du roi : la (...)
  • 60  CoDo In, V, p. 285.

20Présent physiquement, le roi se trouve en retrait ; en dehors des scènes liturgiques, personne n’est à la hauteur du roi ; pour paraphraser le Modus tenendi parliamentum « il n’a pas de pair à son degré ».55 Nul ne le touche non plus et il ne touche personne, sauf quand sa main effleure le front de la reine. Ces miniatures illustreraient bien le propos de Norbert Elias sur la cour, rappelé par Jacques le Goff à propos du banquet donné par Louis IX à son beau-frère Henri III d’Angleterre en 1254 : l’image insiste sur la proximité du roi et de ses chambellans dans le rappel de la supériorité royale, ainsi que sur la soumission des chambellans et du majordom, malgré les signes d’un rang éminent56. Ici, il ne s’agit que d’officiers de l’hôtel, nobles de bon rang sans plus ; les vicomtes catalans, tel Bernat de Cabrera, les ricos hombres aragonais, tel Lop de Luna, les hommes de confiance n’occupent pas ces postes ; les recommandations en ce sens des Siete Partidas57 correspondent à une sagesse politique qui a cours partout. Sur la miniature du frontispice, on voit deux majordoms reconnaissables à leur baudrier, il s’agit alors des majordoms simples chevaliers remplissant effectivement leurs fonctions et non des trois grands nobles portant ce titre en raison de leur rôle dans le royaume ou dans le principat58. Les Ordinacions et surtout les ordonnances du couronnement évoquent de hauts personnages, mais les miniatures de notre manuscrit ne leur font aucune place, aucun noble ne s’y distingue en dehors de ses fonctions auliques. La lettrine du couronnement royal escamote les infants et tout aspect familial du pouvoir ; il faut dire que Pierre IV avait des rapports conflictuels avec ses oncles lors de son couronnement et qu’il en eut ensuite avec son frère et ses demi-frères59. L’« illustre chevalier »60 qu’est le roi n’échange de regards qu’avec les chevaliers de son hôtel. Mais ses juristes, chanceliers et auditeurs sont au premier rang lors du couronnement avec un majordom.

Discours en huit lettrines

  • 61  Délibération du conseil avec le roi pour des affaires délicates : II § 183 (guerre contre Jacques (...)
  • 62  BEAUCHAMP, ibid., p. 491-492.

21Ces miniatures donnent une vue partielle de l’exercice du pouvoir ; elles mettent en avant le faste et la majesté, mais n’apparaissent ni l’otium du roi entouré de musiciens ou fauconniers, ni le negotium du prince en son conseil sauf peut-être avec la lettrine de l’algutzir. Le travail évoqué se situe dans le registre administratif, hors de la présence du roi. La Chronique de Pierre IV montre assez volontiers le roi délibérant en son conseil61, mais il est impossible de savoir s’il s’agissait d’une pratique courante62. Ici, elle ne paraît pas signifiante.Le roi s’affiche dans sa majesté de législateur et de juge, ni plus ni moins.

  • 63  CoDoIn, V, p. 275.
  • 64  Lettre du roi le 14 octobre 1348 à son oncle l’infant Pierre : … foren a nós restituïts los privil (...)
  • 65  G. ALTHOFF, « Ira Regis : Prolegomena to a History of Royal Anger », Anger’s Past. The Social Uses (...)
  • 66  S. F., CAWSEY, Kingship and Propaganda Royal Eloquence and the Crown of Aragon c.1200-1450, Oxford (...)
  • 67  Chronique, II § 38 ; III § 10, 14, 20 ; V § 1 ; VI § 47.
  • 68 Ibid., p. 73.
  • 69  IV § 42, 59-60.
  • 70  III § 199.
  • 71  II § 31.

22Mais le roi est également représenté sous la figure d’un homme autoritaire, voire d’une autorité rageuse et violente. Lorsqu’il se présente de trois-quarts face, tourné vers la gauche, on voit son poignard porté à droite, invisible sur la scène de la collation-offrande, et proscrit lors du couronnement63. Dans la scène d’investiture du majordom, et dans celle de l’algutzir, Pierre IV devient El del Punyalet64. Le fin poignard esquissé au pinceau blanc fait resurgir le thème de la colère royale, véritable foudre65. Pierre IV est capable de lacérer de son poignard les privilèges de l’Union et de proférer contre Bernat de Cabrera en juillet 1364 un discours d’accusation assez véhément pour gêner la prise de notes d’un scrivà royal expérimenté66; sa colère n’a rien d’une figure de rhétorique. Le poignard est figuré comme une menace discrète qui pèse sur la noblesse, en la personne du majordom à genoux. Il est aussi le symbole de l’autorité d’un roi juge actif, prompt à châtier, voire vindicatif, qui sait se servir des formes du droit pour transformer ses conquêtes en « exécutions de justice », comme le montre l’élimination de son conseiller Bernat de Cabrera67. Il s’agit d’un roi qui, en octobre 1348, lors des cortes d’Aragon, joue sur deux registres ; il prononce d’abord un « sermon » royal depuis le pupitre liturgique avant de se rapprocher de son auditoire pour entrer dans le vif du sujet68. Dans sa chronique, il se montre impitoyable envers ceux qui offensent sa dignité royale, tel le barbier valencien qui avait osé l’entraîner par la main dans une ronde sacrilège69, mais il sait, en revanche, prendre la main de ses sujets lors de son premier Noël à Perpignan70. Il assure aussi avoir pleuré — empathie intéressée — avec les habitants de Burriana, inquiets de devoir passer de la juridiction du roi à celle d’un infant71.

  • 72  CoDoIn, XXXVIII, p. 398-404.

23La conception de ces images de scènes de cour accessibles à des dizaines de personnes se comprend dans le contexte, relativement favorable des années 1353-1357. Pourtant, les Ordinacions ne sont que la loi de la cour, le roi d’Aragon doit respecter Usatges, Furs et Fueros et peu d’années auparavant, les Valenciens en révolte suggéraient aux jurats de Majorque que « là où il n’y a point de privilège, on se fonde sur le droit commun, comme en disputent les docteurs les plus éminents »72. Comme législateur, Pierre IV peut régenter sa cour à sa guise, mais beaucoup moins ses états. D’autres décalages avec la réalité peuvent être perçus. Le trésorier a de moins en moins de deniers à manier et le racional de comptes à apurer : après 1358-1359, les finances de la Catalogne, principale contributrice, passent sous le contrôle de la Generalitat. Après 1364 et le procès en trahison de Bernat de Cabrera, le respect dévotieux des chambellans et des majordoms, devait correspondre, par moments, à de la peur.

  • 73  Sans se soucier de cette distorsion les érudits au service des descendants des Rois Catholiques re (...)
  • 74  Sur cet aspect du texte des Ordinacions, ibid., p. 31-33.
  • 75  J. BRACONS i CLAPÈS, art. cit., p. 209-224. J. V. GARCÍA MARSILLA, « Le immagini del potere e il p (...)

24Ce spectacle politique circonscrit à la cour et à l’usage de l’Église et de la noblesse affirme la dignité royale, mais, dans les pays de la Couronne d’Aragon, la société politique ne se réduit plus à la cour. Le pouvoir royal doit négocier et convaincre. L’affirmation de la sacralité royale, plus nette que dans l’iconographie de cour française ou impériale, a le caractère d’une pétition de principe, d’une revendication, en décalage avec la réalité73. L’illustration très structurée et condensée du ms Espagnol 99 dépasse l’ornement ; elle commente, force le trait et souligne les principaux points du texte, et en donne une lecture politique et idéologique allant au-delà des mots des Ordinacions et renvoyant au prologue de la Chronique de Pierre IV. Elle situe le roi dans son rapport à la noblesse, en maître révéré, bienveillant mais redoutable. Le prince, clerc parmi les clercs, chevalier parmi les chevaliers, transcende les catégories de la société chrétienne. L’audacieuse lettrine des camarlenchs dissipe toute ambiguïté sur la sacralité royale, laquelle ne procède pas uniquement de la médiation sacerdotale. L’autonomie du prince temporel souverain74, roi et prêtre, image du Christ, Dieu et homme, trouve en cette lettrine une expression d’une force exceptionnelle. Le roi tient son pouvoir de Dieu et ses sujets l’honorent. Le jeu du texte et de l’image construit un discours qui tient de la théologie politique, sans avoir pour auteurs des théologiens, adressé à une poignée de privilégiés de la cour. Il suppose une étiquette sacralisante, une ritualisation poussée de la vie quotidienne à la cour et la construction d’un spectacle royal, dans le cadre monumental soigné que Pierre IV a élaboré, repris et amélioré au fil de son règne75.

Haut de page

Notes

1 El Manuscrito de San Miguel de los Reyes’ de las ‘Ordinacions’ de Pedro IV, estudio B. Palacios Martín ; traducción Miguel Clemente, vol. 2, Valencia, 1994, p. 19-30. Désormais ElManuscrito.

2  F.-P. VERRIÉ, « La política artística de Pere el Cerimoniós », Pere el Cerimoniós, i la seva època, Barcelona, 1989, p. 177-191 ; et J. BRACONS i CLAPÉS, « “Operibus monumentorum que fieri facere ordinamus” : l’escultura al servei de Pere el Cerimoniós », ibidem, p. 209-243.

3 F. BERTRAN, R. MANENT RODON, Els escenaris del rei. Art i monarquia a la Corona d’Aragó, Barcelona, 2001, p. 127. Cf. aussi M. VANLANDINGHAM, Transforming the State. King, Court and Political Culture, in the Realms of Aragon (1213-1387), Leiden, 2002, p. 212.

4 Escribir, Reinar. La experiencia gráfica textual de Pedro IV, Madrid, 2006, p. 157-190.

5  Pour une recension cf. M. Á. LADERO QUESADA, « La casa Real en la Baja Edad Media », Historia. Instituciones. Documentos, 1998, 25, p. 31 n. 1 et 2. Nous nous référerons surtout à O. SCHENA, Le leggi palatine di Pietro IV d’Aragona, Cagliari, 1983 et El Manuscrito.

6  Cf. les nombreux ouvrages de P. BOHIGAS : La ilustración y la decoración del libro manuscrito en Cataluña : contribución al estudio de la historia de la miniatura catalana. Período gótico y Renacimiento. I, Barcelona, 1965-1967 ; « El manuscrit Philips de les Ordinacions del rei Pere », Quaderns d’Archeologia i Historia de la Ciutat, vol. 12 (1966), p. 101-111 ; « La illuminació de les "Leges palatinae" de Mallorca », Speculum, 23 (1969), p. 94-104. Une référence de base plus récente : Jaime III, rey de Mallorca, Leyes palatinas. Cod. N° 9169 de la Bibliothèque Royale Albert I, presentación y transcripción de L. Pérez Martínez, introducciones de G. Llompart y M. Durliat, traducción de M. Pascual Pont, fotografías de F. Llompart Mayans, Mallorca, 1991.

7  O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 32.

8  P. BOFARULL i MASCARÓ, Gobierno y casa real de los monarcas de Aragón, Colección de Documentos Inéditos del Archivo General de la Corona de Aragón, V, Barcelona 1850, p. 149-263. Désormais cité comme CoDoIn, V. Le livre IV combine les développements sur le Maestre Racional issus de la partie IV des Leges, (p. 149-167), puis enchaîne sur des éléments des parties VI, VII et VIII.

9  B. N. E. ms. 959, fol. 1-86. O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 30, 43.

10 Jaime III, rey de Mallorca, Leyes palatinas, p. V-VI.

11  O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 66. Nous ne le connaissons pas et il ne semble pas en exister d’étude approfondie récente.

12  O. SCHENA, ibidem, p. 34.

13  Ibidem et El Manuscrito, p. 46.

14  Format 365x265mm en cahiers de 7 folii. Propriété du duc de Calabre Ferrante (1488-1550), il passe ensuite au monastère San Miquel del Reys à Valence. O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 44-45. B. Palacios Martín l’identifierait volontiers comme le manuscrit illustré par Ferrer de Magerola, El Manuscrito, p.11 et p. 55-58.

15  Parchemin 340x233 mm, en cahiers de 6 feuilles, O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 45-46 ; El Manuscrito,p. 43.

16  ms. 14425. O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 66-67. En 1983, il passait pour perdu, mais on l’a retrouvé et bien identifié depuis, cf. El Manuscrito, p. 44-45, et cf. son édition Ceremonial de consagración y coronación de los Reyes de Aragón, t. I, Facsímil, t. II, Transcripción y estudios, San Vicente Pino, Á. , transcripción ; traducción del texto latino, Agudo Romeo, Ma del Mar, Zaragoza, 1992.

17  P. BOHIGAS, La ilustración y la decoración del libro manuscrito en Cataluña : contribución al estudio de la historia de la miniatura catalana. Período gótico y Renacimiento, t. I, Barcelona, 1965-1967, p. 165-167.

18 Ibidem, p. 162 seq. O. SCHENA, Le leggi palatine, p. 44-47, El Manuscrito de San Miguel de los Reyes’, p. 43-52.

19  P. BOHIGAS, « La illuminació… », p. 100.

20 Jaime III, rey de Mallorca, Leyes palatinas, ed. L. Pérez Martínez, G. Llompart, M.Durliat, p. 11-12.

21  Contrairement à ce que l’on dit parfois, cf. F.-P. VERRIÉ, art. cit., p. 177-178.

22  Par exemple la tunique à manches larges de l’habit de couronnement du roi et de la reine contraste avec la mode du temps qui est aux manches très ajustées.

23  Déclaration aux cortes de Monzón en 1363, Pere III of Catalunia, Chronicle, translated by M. Hillgarth with Introduction and Notes by J. N. Hillgarth, Medieval Sources in Translation, 23, Toronto, 1980, vol. 1, p. 93.

24  Chronique de Pierre IV, II § 34. La numérotation étant la même dans les principales éditions de référence, (celle de J. N. Hillgarth, cf. supra, et celle d’A. Pagès, Chronique catalane de Pierre IV d’Aragon, dit le Cérémonieux ou 'del Punyalet', Toulouse-Paris, 1941), nous n’indiquerons plus que le livre et le paragraphe.

25  CoDoIn, V, p. 15, 17-18.

26  De las grans empero causes civils e criminals la conexença se haja a fer per nostre consell, ibid., p. 103.

27  BNF. ms. Esp. 99 fol.49.

28  Le transfert du modèle du portrait d’auteur à celui des apôtres, puis des saints, se poursuit au bénéfice des moines, évêques et in fine des rois. Cf. A. GRABAR, Les voies de la création en iconographie chrétienne : Antiquité et Moyen âge, Paris, 1994 (2° éd.), p. 111-135 ; D. RUSSO, « Les modes de représentation du pouvoir en Europe dans l’iconographie du XIVe siècle. Etudes comparées », Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, J. Blanchard dir., Paris, 1995, p. 180.

29 Chronique dite de San Juan de la Peña. P. BOHIGAS, La ilustración…,p. 162-167 et lám. II.

30  El Manuscrito, p. 42-48.

31  Il ne faudrait pas chercher un « portrait » du roi dans ces lettrines, tous les visages d’hommes mûrs se ressemblent plus ou moins : allongés, barbus. Sur la question des portraits royaux, cf. J. BRACONS i CLAPÉS, art. cit., p. 210-211.

32  Sauf celle du fol. 28v (camarlench).

33  Pour la Chronique, cf. l’introduction de J. N. Hillgarth, Pere III of Catalunia, Chronicle, t. I., p. 79-80. Epistolari de Pere III, ed. R. Gubern, I, Barcelona, 1955, p. 141-142, lettre XX.

34  III § 35.

35 CoDoIn, V, p. 285.

36 Reverent Pare, demana Sancta Mare Esgleya que aquest alt e illustre cavaller al qual per successio legitima lo regne se pertany, per dignitat reyal consagrets, etc.., ibid., p 285.

37  F. MÉNENDEZ PIDAL de NAVASCUES, « Símbolos de identidad de los protagonistas de la acción política : reyes, señores, concejos », Los espacios de poder en la España medieval, XII Semana de Estudios medievales [Nájera, 2001], Duarte de la Iglesia, J. I. ed., Logroño, 2002, p. 386-388.

38  E. H. KANTOROWICZ, « Mystères de l’État », Mourir pour la patrie et autres textes, Paris, 2004. p 111-114.

39  Sur le couronnement de Pierre IV et sa législation cf.B. PALACIOS MARTÍN, La coronación de los reyes de Aragón (1204-1410). Aportación al estudio de las estructuras políticas medievales, Valencia, 1975. p. 240-269. Sur le déroulement de la cérémonie selon l’ordonnance de 1353 cf. El Manuscrito, p. 80-87.

40 Te clam merce que en aquesta dignitat reyal de laquel dema reebre les insignies que jo faça tal vida e tals obres que sien a tu plasents e profitoses e honrades a la mia corona per les quals jo aconseguesca la gloria tua en la mia fin,CoDoIn, V, p. 273.

41  Accipe coronam regni in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti quam sanctitatis sobriam gloriam et honorem et opus fortitudinis expressam signare intelligas et per hanc te participem ministerii nostri non ignores ut sicut nos interioribus pastores et rectoresque animarum intelligimur, ita tuquoque contra omnes adversitates Ecclesie Christi deffensor assistas regnique tibi a Deo dati […] Accipe signum glorie diadema et coronam regni in nomine Patris et Filii et Spiritus Santi, ibid., p. 292-293.

42 Ibid., p. 275.

43 Ibid., p. 307.

44 E aquesta oracio dita lo rey prenga la corona de sobre l’altar e ell matex posles en lo cap senç ajuda d’alcuna persona. E dementre lo rey se posara la corona sobre lo cap lo matropolita diga aquesta oratio, ibid., p. 293.

45 officio nostre dignitatis in reginam solemmniter benedicta accipe coronam regalis excellentie que a manibus regalibus capiti tuo imponitu, Ibid., p. 312.

46 Ibid., p. 308.

47 Ibid., p. 267-270, 289, 311.

48  P. E. SCHRAMM, Las insignias de la realeza en la edad media española, traducción y prólogo de L. Vázquez de Parga, Madrid, 1960, lám. VI.

49 Chronique, II, § 37.

50 Chronique, II § 48.

51  … familiars secretes persones provades per feeltat, … et encara con bonament fer se pora prop del lit nostre jaer segons que havem dit e en los secrets de natura entorn estar, CoDoIn, p. 62-63.

52  ..en livrar a Nos la oblacio quant la missa oyrem e en jaure al cotat del notre lit segons ordinacion sobre aço feta, laqual en escrit tenguen ; livrar especies confits e fruytes e semblant cose a offici de apothecari e de reboster pertanyents, ibid., p. 62.

53  Néhémie, I, 1, 11. Pour ces éléments iconographiques courants, cf. bases de données iconographiques en ligne les plus courantes : Mandragore, Enluminure, Liber Floridus.

54  D. RUSSO, « Les modes de représentation du pouvoir », p. 177-183.

55  Vers 1320. English Historical Documents, ed. H. Rothwell, London, 1975, III, 1189-1327, N° 235, art. 26, p. 934.

56  J. LE GOFF, « Vers l’étiquette de cour : un dîner officiel de Saint Louis et d’Henri III d’Angleterre », Collegium Budapest, Public Lecture Series, N° 2 (March 2000), p. 11.

57 Las Siete Partidas (El libro del Fuero de la Leyes), Introducción y edición dirigida por J. Sánchez-Arcilla Bernal, Madrid, 2004, p. 212-214. II, tit. IX « Cuál debe ser el rey a sus oficiales, e a los de sus casa, e de su corte, e ellos a él ». Ley II : « Cuáles hombres debe el rey recibir en su casa para servirse de ellos cotidianamente. »

58  CoDoIn, V, p. 11.

59  Sur les débuts du règne, cf. A. BEAUCHAMP, Gouverner la Couronne d’Aragon en l’absence du roi : la lieutenance générale de l’infant Pierre d’Aragon (1354-1355), thèse Bordeaux 3, 2005, p. 174-178. Sur l’intervention des demi-frères de Pierre IV dans la « Guerre des deux Pierre », cf. M. T. FERRER MALLOL, « La frontera meridional valenciana durant la guerra amb Castella dita del dos Peres », Pere el ceremonios i la seva època, Barcelona, 1989, p. 247-287.

60  CoDo In, V, p. 285.

61  Délibération du conseil avec le roi pour des affaires délicates : II § 183 (guerre contre Jacques III de Majorque), VI § 3 (guerre contre la Castille).

62  BEAUCHAMP, ibid., p. 491-492.

63  CoDoIn, V, p. 275.

64  Lettre du roi le 14 octobre 1348 à son oncle l’infant Pierre : … foren a nós restituïts los privilegis e.l libre de la Unió e.l segell, e nós, de nostre man de .VI. en .VI. c cartes tallam tot lo libre, e ferim .IIII. colps ab un mall en lo segell., Gubern, Epistolari, let. X, p. 100.

65  G. ALTHOFF, « Ira Regis : Prolegomena to a History of Royal Anger », Anger’s Past. The Social Uses of an Emotion in the Middle Ages ed. B. Rosenwein, Ithaca-New York, 1998, p. 59-74.

66  S. F., CAWSEY, Kingship and Propaganda Royal Eloquence and the Crown of Aragon c.1200-1450, Oxford, 2002, p 47.

67  Chronique, II § 38 ; III § 10, 14, 20 ; V § 1 ; VI § 47.

68 Ibid., p. 73.

69  IV § 42, 59-60.

70  III § 199.

71  II § 31.

72  CoDoIn, XXXVIII, p. 398-404.

73  Sans se soucier de cette distorsion les érudits au service des descendants des Rois Catholiques recopieront ce manuscrit et retiendront comme exemplaire la sacralisation de la personne et du pouvoir du roi ainsi que la ritualisation de la vie de cour. Sur ces très nombreux manuscrits cf. O. SCHENA, Leggi palatine, p. 38-67 ; sur la traduction castillane de 1562 cf. El Manuscrito de San Miguel de los Reyes, p. 91.

74  Sur cet aspect du texte des Ordinacions, ibid., p. 31-33.

75  J. BRACONS i CLAPÈS, art. cit., p. 209-224. J. V. GARCÍA MARSILLA, « Le immagini del potere e il potere delle immagini. I mezzi iconici al servizio della monarchia aragonese nel basso Medioevo », Rivista Storica Italiana, CII/II (2000), p. 569-581.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://e-spania.revues.org/docannexe/image/164/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise LAINÉ, « L’image du roi dans le ms. Espagnol 99 de la BNF (c. 1350-1360) », e-Spania [En ligne], 3 | juin 2007, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 26 mai 2017. URL : http://e-spania.revues.org/164 ; DOI : 10.4000/e-spania.164

Haut de page

Auteur

Françoise LAINÉ

Université Bordeaux III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org