Navigation – Plan du site
La parole des rois. Couronne d'Aragon, royaume de Castille, XIIIe-XVe siècle

Introduction
La parole des rois à la fin du Moyen Âge : les voies d’une enquête*

Stéphane PÉQUIGNOT

Résumés

L’article invite à une enquête générale sur la parole des rois à la fin du Moyen Âge et en esquisse plusieurs voies possibles. À l’aide d’un état de la question sur la couronne d’Aragon, c’est l’inscription de la parole des rois dans différentes temporalités imbriquées qui est visée. Sa transcription même résulte d’un processus complexe, la « fabrique de la parole », dont mécanismes et traces sont examinés. D’autre part, les représentations de la parole des rois renvoient souvent à des modèles du passé, visent parfois un public futur tout en témoignant aussi d’une nécessaire adaptation aux circonstances présentes. Ces « actes royaux de parole » et les « styles expressifs » qu’ils contribuent à consolider font l’objet de la deuxième partie de cette contribution. Enfin, le temps consacré ou permis aux prises de parole royales participe aux évolutions de longue durée du rapport à l’écrit, des régimes politiques et de leur forme de légitimation ; il constitue un mode de communication politique important, une ressource en même temps qu’une prise de risque pour le pouvoir et l’autorité monarchiques.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Le dossier que nous présentons ici est issu d’une journée d’études « La parole des rois (couronne (...)
  • 1  Albertano da Brescia, De doctrina loquendi et tacendi, cité par Carla Casagrande et Silvana Vecchi (...)
  • 2  Cf. Albertano da Brescia, Liber de doctrina dicendi et tacendi, édition de Paola navone, La parola (...)
  • 3  Voir Irène Rosier, La parole comme acte. Sur la grammaire et la sémantique au XIIIe siècle, Paris  (...)
  • 4  C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue…
  • 5  Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, « Au XIIIe siècle : une parole nouvelle », in : Jean Delum (...)
  • 6  L’étude des textes hagiographiques des XIe-XIIe siècle révèle des transformations de la place de l (...)

1« Tel le coq qui agite trois fois ses ailes avant de chanter, il faut se demander une fois, deux fois, trois fois, avant que l’esprit mène les mots à la bouche, si ce qu’on va dire répond aux nombreuses et minutieuses conditions dictées par les circonstances »1. Mise en garde utile, nécessaire même avant de parler de la parole des rois, l’avertissement d’Albertano da Brescia dans son De doctrina loquendi et tacendi s’intègre dans une pensée qui assigne à la maîtrise de la parole un rôle fondamental pour le maintien de la convivenza urbaine2. Une telle prise en considération n’est pas isolée. Au XIIIe siècle, la parole fait aussi l’objet de réflexions importantes dans les universités. Dédié au sacrement, le chapitre IV du premier livre des Sentences de Pierre Lombard suscite ainsi de nombreux commentaires chez des théologiens et des artiens qui s’interrogent sur le statut de la parole comme signe efficace. Ils y débattent notamment de la prééminence entre, d’une part, l’intention du locuteur ou de l’auditeur et, d’autre part, l’existence de normes ou d’une parole d’autorité ; ils s’interrogent sur l’origine naturelle et sur la cause seconde de la virtus verborum – Dieu demeurant cause première irréfutable – et, comme Albertano, octroient une place de choix aux circonstances dans l’énonciation d’une parole juste, mesurée3. Loin de se limiter à de purs débats d’école, les interrogations sur la parole peuvent aussi viser à définir et, partant, à combattre des « péchés de langue » dont la taxinomie s’affine4. Même si l’on n’en saisit pas encore toutes les facettes ni toutes les articulations, cette recherche plurielle d’une discipline de la parole répond largement à l’émergence au XIIIe siècle en Occident d’une « parole nouvelle », « une parole horizontale plus individuelle et plus intérieure, mais aussi liée à de nouveaux auditoires, à de nouveaux métiers de la parole »5. Essor des universités et des villes, développement de la prédication et de la confession privée, apparition de la procédure inquisitoire, renouveau du théâtre et, dans les communes italiennes, de la rhétorique et de l’éloquence civiles : avec la diversification des lieux et des modes d’énonciation, avec la remise en cause accrue du monopole des clercs au bénéfice de nouveaux acteurs et maîtres de la parole, le statut, les usages et le contrôle des paroles constituent au XIIIe siècle un enjeu crucial pour les sociétés occidentales6.

  • 7  L’expression est de Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris : Gallimard (Bibliothèque des Histoires), (...)
  • 8  C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue…, p. 80-81, p. 116-117.
  • 9  Jacques Le Goff, « Saint Louis et la parole royale », in : Le Nombre du temps. En hommage à Paul Z (...)
  • 10  Jacques le Goff note ainsi : « Surtout destinée à « l’orateur » dans l’Antiquité, formée par le ch (...)
  • 11  Jean Favier, Philippe le Bel, Paris : Fayard, 1978, notamment p. 1-12.
  • 12  Sur les sermons de Robert d’Anjou, voir les travaux de Jean-Paul Boyer, « Ecce rex tuus. Le roi et (...)
  • 13  Corinne PÉneau, «Révélations et élections : le corps du roi et la parole dans les Révélations de s (...)

2Dans ce « mouvement général de la parole »7, les rois ont leur part. Les miroirs des princes et les traités d’éducation comme le De eruditione filiorum nobilium de Vincent de Beauvais, le De eruditione principum de Guillaume Peyraut ou le De regimine principum de Gilles de Rome, insistent fréquemment sur la nécessité pour les gouvernants de maîtriser leur parole8. Jacques le Goff démontre comment saint Louis est le premier roi de France à parler réellement dans les sources9. Héritier d’une longue tradition de modèles, d’un usage de la parole comme instrument du gouvernement monarchique, il se comporte aussi « en homme de son temps », use tour à tour d’une parole morale, mesurée, familière, justicière, prêcheuse ou apaisante. Il fait preuve d’une discipline originale de la parole10. Toutefois, ce modèle n’est pas suivi par tous à la fin du Moyen Âge. En France même, Philippe le Bel, le « sphinx », fait de sa parole un usage beaucoup plus parcimonieux, comme retenu11. À l’opposé, Robert d’Anjou recourt avec une exceptionnelle régularité au sermon politique dans des circonstances très diverses12. En Suède, d’après les révélations de sainte Brigitte, le roi fonde sa légitimité sur le serment qu’il prononce lors de son élection, mais il est ensuite « soumis à sa propre parole », puisqu’elle lui vient de Dieu13. Bien d’autres exemples pourraient être convoqués ici, mais ils ne feraient que conforter une première impression d’ensemble : à l’instar de celles qui sont prononcées par les autres acteurs évoqués plus haut, les paroles des rois ne sont ni immuables ni partout identiques dans l’Occident des derniers siècles du Moyen Âge. Les modèles auxquels elles renvoient, le statut qui leur est conféré, les circonstances de leur énonciation, leurs usages et leurs fonctions diffèrent souvent. Leur exploration doit permettre de confirmer l’existence d’éventuels invariants, d’envisager l’hypothèse de paroles dynastiques qui dépasseraient la parole des rois qui la portent, de construire une typologiedes paroles des rois en fonction des régimes politiques, de mettre en relation d’éventuelles évolutions de ces paroles avec les transformations d’autres paroles en Occident.

  • 14  Nicole BÉriou note ainsi : « Indirectement, il est vrai, la parole est entrée depuis longtemps dan (...)

3La péninsule Ibérique offre en ce domaine un terrain d’étude privilégié. Les sources normatives, historiographiques, littéraires, ainsi que les actes de la pratique y sont relativement abondants ; la présence de plusieurs Couronnes – Castille, León, Portugal, Navarre, Aragon, sans oublier l’émirat de Grenade – offre de réelles possibilités de comparaison ; nombreux, enfin, sont les travaux à avoir d’ores et déjà envisagé un aspect précis du problème. Cependant, comme pour la parole médiévale en général, une vision d’ensemble fait défaut14. Les couronnes de Castille et d’Aragon du XIIIe au XVe siècle, dont il sera question dans ce dossier, constituent certes un cadre étroit, mais cette restriction permet de confronter différentes sources sur de mêmes paroles, d’examiner plus en profondeur une période clairement délimitée par l’expansion territoriale, la consolidation institutionnelle et juridique des deux Couronnes au XIIIe siècle et, in fine, par l’avènement des Rois Catholiques qui met un terme définitif à la pluralité des monarchies. Quels sont les statuts, les conditions et les modalités d’énonciations, les fonctions et les usages de ces paroles dans les régimes politiques de la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge ? Retrouve-t-on véritablement ici l’émergence d’une « parole nouvelle » pour les rois au XIIIe siècle ? Qu’advient-il après ? L’arrivée au pouvoir des Trastamare, en 1369 en Castille, en 1412 dans la couronne d’Aragon, suppose-t-elle des modifications profondes en ce domaine ?

  • 15  Je renvoie ici pour la Castille aux articles d’Olivier Biaggini, Ana Isabel Carrasco Manchado et F (...)

4Le principe retenu dans le premier dossier que nous publions ici – un deuxième suivra – est de rassembler sans exclusive des approches historiennes, linguistiques et littéraires, de suivre et de relier plusieurs voies pour saisir, entendre et tenter d’interpréter la parole des rois. Mais, au-delà de la définition de lignes directrices, un tel croisement exige des précisions préalables ou, plus exactement, une évaluation préliminaire des difficultés d’analyse, des possibilités ouvertes. Sans prétendre épuiser le sujet, trois points seront successivement abordés dans cette introduction. Plus que sur les discours ou les conversations des rois, je souhaite, en dressant un état de la question sur la couronne d’Aragon15, attirer l’attention sur les problèmes soulevés par l’inscription de la parole des rois dans différentes temporalités imbriquées. Transmise par des documents médiévaux, elle paraît d’un accès difficile, voire impossible ; les représentations des actes royaux de parole renvoient souvent à des modèles du passé, visent parfois un public futur tout en témoignant aussi d’une nécessaire adaptation aux circonstances présentes ; enfin, le temps dévolu à la prise de parole par les rois participe aux évolutions de longue durée du rapport à l’écrit, des régimes politiques et de leurs formes de légitimation.

  • 16  Deuxième quart du XIVe siècle, Arxiu municipal de Lleida, ms 1375, reproduction en couleur dans Fr (...)
  • 17  Miniature du Llibre dels fets du roi Jacques Ier, copie de 1343 (Barcelone, Biblioteca Universitàr (...)
  • 18  Dans les Usatges i Constitucions de Catalunya, reproduit dans F. ESPAÑOL, op. cit., p. 42.
  • 19  Marta SERRANO COLL, La imagen figurativa del rey de Aragón en la Edad Media, Saragosse ; Instituci (...)
  • 20  Voir par exemple une miniature du Liber instrumentorum (Arxiu de la Catedral de València, ms. 162, (...)
  • 21  Sur le lien entre geste et parole dans les représentations figurées au Moyen Âge, voir Jean-Claude (...)
  • 22  Voir par exemple la réception d’ambassadeurs du pape par le roi Pierre III d’Aragon, telle qu’elle (...)
  • 23  Anita Guerreau-Jalabert souligne combien « il apparaît clairement que la langue médiévale ne disti (...)
  • 24  Voir par exemple, pour la couronne d’Aragon, F. ESPAÑOL, op.cit., passim.

5Premier constat d’évidence, il n’existe pas d’enregistrement oral, et la voix vive nous demeure à jamais inaccessible. De nombreuses représentations figurées des rois d’Aragon sont en revanche conservées. Sur les miniatures les plus explicites, celles du Vidal Major, du Llibre dels Usos i Constitucions de Catalunya ou bien encore dans les différents manuscrits du Llibre dels Fets de Jacques Ier, le roi ordonne la rédaction d’une compilation juridique, préside les Corts16 ou un banquet17, se trouve, plus rarement, entouré de ses conseillers18 ; mais les représentations figurées montrent surtout des rois de guerre, des rois chrétiens, et surtout des rois de majesté ou des rois juges19. Leur parole est parfois figurée par un phylactère qui l’explicite20 mais, indissociable de leurs gestes21, elle demeure néanmoins souvent peu perceptible. Ainsi, quand les rois apparaissent aux côtés d’ambassadeurs étrangers qui leur rendent visite, c’est surtout pour recevoir bouche close les lettres de créance qui leur sont tendues22. De même, sous réserve de nouveaux travaux, l’entretien diplomatique, difficile à dire dans les langues romanes médiévales, ne semble guère être représenté, sans doute parce que sa vue pourrait mettre à mal la conception d’une majesté royale qui ne saurait être négociable23. Certaines reconstructions architecturales de palais donnent aussi à voir les théâtres où la parole des rois se manifeste mais, moins encore que les seules représentations figurées, elles ne permettent pas à elles seules de comprendre le statut, les modèles de référence et les usages de la parole par les rois24.

  • 25  Sur les miroirs des princes, voir, de manière générale, Jean-Philippe Genet, « L’évolution du genr (...)
  • 26  Sur le Secretum Secretorum, voir de manière générale W.F. Ryan et Charles B. Schmitt, Pseudo-Arist (...)
  • 27  On peut y ajouter – sans exhaustivité – la réception d’œuvres d’Albertano da Brescia dans la Couro (...)
  • 28  J’emprunte l’expression « autobiographies souveraines » à Pierre Monnet et Jean-Claude Schmitt don (...)
  • 29  Llibre dels Fets del rei en Jaume, édition de Jordi Bruguera, Barcelone : Fundació Jaume I (Els No (...)
  • 30  Pour la bibliographie, voir infra note 38.
  • 31  Leur copie devient systématique à partir de la fin du XIIIe siècle dans la série des registres de (...)
  • 32 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, Madrid : Real Acade (...)
  • 33  Voir, par exemple, Josep Maria Madurell Marimon, Mensajeros barceloneses en la corte de Nápoles de (...)
  • 34  Voir, notamment, les textes publiés par Carmen Batlle,La crisis social y económica de Barcelona a (...)
  • 35  Pour un exemple de ce type de documents, je me permets de renvoyer à Stéphane PÉQUIGNOT, « Les amb (...)
  • 36  Arnau de Vilanova, Informacio spiritual, et, du même, Raonament d’Avinyó, textes cités par Paolo E (...)

6À l’exemple des quatre contributions à ce dossier, et de celles des spécialistes qui participeront au deuxième volet de l’enquête – prochainement publié dans les Cahiers d’études hispaniques médiévales –, il faut donc, sans oublier totalement les représentations figurées, se tourner résolument vers les textes. Mais quels textes ? Et comment les lire, les entendre ? Gardons l’exemple de la couronne d’Aragon et dressons un inventaire sommaire des sources à notre disposition. Miroirs des princes (Libre del regiment dels princeps25; Secretum secretorum26 en premier lieu) et autres textes contenant des prescriptions normatives sur l’usage de la parole27 ; « autobiographies souveraines »28 de Jacques Ier et de Pierre le Cérémonieux29, sermons des rois30 ; epistolae, mandements innombrables de la chancellerie royale expédiés au nom de chacun des monarques31 ; actes des Cort(e)s qui mentionnent leurs discours32, chroniques étrangères qui s’y réfèrent ; lettres envoyées par les représentants des villes33, de la Generalitat, du syndicat remença ou bien encore des ambassadeurs étrangers dépêchés auprès des monarques34 ; puis, au XVe siècle surtout, brouillons et notes tachygraphiques des conseils urbains dans lesquels on imagine au préalable, on annote ou on réélabore les conversations avec le monarque35 ; traités religieux au fort contenu politique comme ceux d’Arnau de Vilanova qui dépeint des rois s’exprimant au discours direct36, etc. : multiforme, la parole des rois paraît surgir de toutes parts. Si les médiévistes ne disposent pas du matériel des ethnologues, ils peuvent néanmoins se référer à une documentation vaste, immense même pour envisager ses statuts, ses formes, ses fonctions et ses usages variés. Qu’en ont-ils fait ?

  • 37  Francisco M. Gimeno Blay, Escribir, reinar. 1336-1387 la experiencia gráfico-textual de Pedro IV e (...)
  • 38  Pedro Cátedra, « Acerca del sermón político en la España medieval », Boletín de la Real Academia d (...)

7Trois thèmes ont suscité des travaux relatifs à la parole des rois d’Aragon : les sermons prononcés par les monarques ; le rôle général de leur parole dans le fonctionnement de la Couronne ; les chroniques royales. Les sermons demeurent à ce jour la prise de parole la mieux étudiée. Dans une perspective tout à la fois génétique – au sens littéraire du terme – et paléographique, Francisco Gimeno Blay fait ressortir le soin prêté à la confection des discours qui doivent être prononcés par le roi. Brouillons, autographes et autres manuscrits royaux témoignent de l’importante « expérience graphico-textuelle » de Pierre IV le Cérémonieux, et, dans notre perspective, révèlent le contrôle et l’auto-contrôle préalables exercés sur la parole du roi. Celui-ci s’assure notamment d’une copie au net très lisible de son propos afin de l’exposer plus aisément en public37. Une telle méticulosité sert et contribue à porter à son paroxysme une tradition de rhétorique royale qui commencerait dans la Couronne avec Jacques Ier le Conquérant (1213-1276) pour s’achever avec Martin Ier l’Humain (1396-1410). Dans le sillage des travaux pionniers de Mark D. Johnston et de Pedro Cátedra, Suzanne F. Cawsey a systématisé l’analyse d’un tel usage des discours à des fins politiques38. Leaders spirituels autant que chefs féodaux liés de manière contractuelle à leurs sujets, les rois d’Aragon disposent de pouvoirs et de ressources financières limités, et doivent donc plus que d’autres princes recourir à leur éloquence pour convaincre leurs sujets de soutenir de coûteuses entreprises militaires. Revêtant la forme d’une arenga ou d’un sermo (ou preïca) lors de l’ouverture des Cort(e)s, les prises de parole royales constituent alors l’apogée d’un spectacle cérémoniel caractérisé par ses fortes connotations religieuses, le moment paradigmatique de l’expression du compromis entre les limites imposées au souverain et les ambitions affichées du pouvoir royal.

  • 39 Pietro CORRAO, « Stati regionali e apparati burocratici nella Corona d’Aragona (sec. XIV e XV) », d (...)
  • 40  Sur ce point, voir tout d’abord, dans le sillage critique d’Ernst Percy Schramm, Bonifacio Palacio (...)
  • 41  « No deja de ser interesante ver cómo una misma disposición legal – en este caso el juramento de l (...)
  • 42  Voir Ana Isabel Carrasco Manchado, « Léxico político en el Seguro de Tordesillas : conflicto, pact (...)
  • 43  Pietro Corrao, « Celebrazione dinastica e costruzione del consenso nella Corona d’Aragona », in : (...)

8On rejoint ainsi plusieurs travaux portant sur les rapports entre roi et sujets dans la Couronne, sur l’articulation des différentes institutions et groupes de pouvoir dans une monarchie très complexe, « composite »39. Une autre prise de parole royale, les serments (juramentos, juraments) prononcés devant les représentants des sujets à partir du XIIIe siècle, forme en effet pour de très nombreux juristes et historiens un élément fondamental du système pactiste catalan ou aragonais40. Il s’agit, pour reprendre l’expression de Bonifacio Palacios Martín, d’un vehículo de las ideas contractuales. Concédées sous la pression des sujets – notamment à partir de 1283 avec l’obligation faite au roi de jurer le Privilegio General des Aragonais – les prestations de serment voient leur contenu évoluer, leur rôle cérémoniel et leur statut se préciser tout au long du XIVe siècle. Les travaux envisageant cette pratique ont alors surtout éclairé sa fonction dans le système pactiste et les conflits que sa mise en œuvre a pu engendrer et signifier41. Dans une telle perspective, les serments royaux apparaissent essentiellement comme des révélateurs de tensions entre aspirations absolutistes et contractuelles, mais ils n’ont pas fait l’objet – en Catalogne du moins – d’analyses anthropologiques comparables à celles menées pour d’autres territoires occidentaux42. Toutefois, de manière plus fugace, le rôle de la parole royale – et non plus du seul serment ou échange de serments – commence aussi à être mis en exergue dans les études envisageant la couronne d’Aragon dans son ensemble. Pietro Corrao considère ainsi que dans une Couronne dont l’unité et la légitimité se fondent principalement sur la dynastie et la personne même du roi qui en incarne la présence, la parole royale, questa miracolosa capacità di communicare con efficacia, constitue un élément fondamental pour relier entre eux les membra disjecta de la Couronne43.

  • 44  Josep Maria Pujol i Sanmartín, Sens i conjointures del Llibre del rei en Jaume, tesi doctoral (Uni (...)
  • 45 Ibid., p. 225-270.
  • 46  Stéphane Péquignot, « Las vistas reales en la historiografía de la Corona de Aragón (siglos XIII-X (...)

9De façon plus dispersée, les études menées sur les chroniques produites dans la couronne d’Aragon ont aussi appréhendé la parole royale, sans toutefois jamais la mettre au cœur de leur analyse. La place de l’oralité dans des œuvres écrites à la première personne du singulier (jo) fait ainsi depuis longtemps débat, notamment pour le Llibre dels Fets de Jacques Ier le Conquérant. Faut-il y voir une transcription directe de paroles royales ou une réélaboration a posteriori dans laquelle la part de la parole du roi demeurerait finalement marginale ? Depuis l’analyse fouillée de Josep Maria Pujol, la première version l’emporte, avec des nuances de taille : le Llibre a été rédigé après-coup, il ne s’agit donc pas d’une transcription contemporaine des paroles de Jacques Ier ; il est composé de micro-séquences narratives assez autonomes entre elles, d’où des divergences sur la conception d’ensemble d’une œuvre à l’homogénéité peu visible au premier abord44. Au-delà de ces interrogations sur l’authenticité de la parole retranscrite, en un sens assez largement indécidable, plusieurs travaux mettent l’accent sur les formes et les fonctions endossées par la parole dans les chroniques. Stefano Maria Cingolani rappelle ainsi que la Crònica (« Chronique particulière » en français) de Pierre IV est largement conçue dans l’ombre portée de l’aïeul Jacques Ier le Conquérant et de son Llibre dels Fets, dont la parole tient lieu de modèle45. Paroles d’imitation, d’affirmation de l’inscription dans une tradition royale, les paraules reials exercent aussi dans les chroniques une fonction littéraire, ce qui renvoie non plus seulement au modèle des prédécesseurs mais, de façon plus générale, aux usages de la parole et, plus spécialement, des discours dans les textes historiographiques. Les paroles des rois « présentes » dans les chroniques ne doivent donc pas être entendues de manière univoque. Dans les récits de rencontres royales (vistes) du Llibre dels Fets, elles servent ainsi tour à tour d’argument conducteur, de moteur de révélation dramatique de la véracité des intentions, d’ultime recours pour résoudre les difficultés, mais aussi de preuve de sagesse du monarque. En un sens, elles constituent même le lien principal entre les différentes séquences de l’œuvre46. De manière plus générale, comme le souligne Stefano Maria Cingolani dans son Memòria dels reis, cette parole joue donc des rôles narratifs complexes, mais elle a aussi une fonction politique, lignagère. Adressée aux descendants, elle tisse un lien entre les différentes générations de la dynastie en même temps qu’elle véhicule et exemplifie un modèle de comportement et d’expression.

  • 47  Cette remarque doit beaucoup aux travaux du séminaire « Le négociateur face à son interlocuteur. L (...)

10À l’exception des sermons, la parole des rois ne constitue donc pas l’objet principal des études qu’on vient d’évoquer sommairement. D’où un bénéfice et un manque pour notre propos : la parole n’est pas essentialisée, totalement abstraite des circonstances de son énonciation et des finalités de son usage ; mais les auteurs ne s’attardent pas, car tel n’est pas leur objet, à la considérer dans son ensemble. Or, l’analyse des paroles médiévales, quelles qu’elles soient, pose aussi des problèmes spécifiques. De natures on l’a vu très diverses, les textes dont l’interprétation peut permettre de mieux comprendre la parole des rois répondent toujours à des circonstances de production, à des logiques narratives et à des finalités singulières, qui semblent jeter un voile sur la parole telle qu’elle fut originellement, effectivement prononcée. Certes, le problème se pose pour toute tentative d’appréhension du passé à travers les textes. Mais, avec la parole, il est en quelque sorte redoublé par l’illusion, parfois voulue, d’une transcription fidèle des paroles ; « l’effet de source » est plus puissant encore quand le recours au discours direct semble rendre la parole aux acteurs ou aux personnages, par exemple dans les rapports d’entretiens diplomatiques dont l’impression de véracité et de transparence soulève de redoutables difficultés d’interprétation47. En s’inspirant des nombreux travaux récents consacrés à des paroles ou à des prises de parole du passé dont ne sont plus conservées pour l’essentiel que des traces écrites, il est cependant, semble-t-il, possible d’ébaucher une voie étroite entre la fascination pour une parole définitivement perdue et la déconstruction acharnée de l’objet « parole », un sentier qui permette non pas d’accéder à une fort improbable parole vive, mais bien plutôt d’appréhender la parole des rois en acte.

11De ce point de vue, l’étude des débats et des réflexions sur la parole au Moyen Âge, même si elle s’inscrit principalement dans des perspectives d’histoire de la théologie, de la philosophie ou de la linguistique, est susceptible d’apporter de précieux points de comparaison. Comme l’écrit Irène Rosier-Catach au terme de son étude sur la parole efficace et sur la parole conçue comme signe dans les réflexions universitaires sur les sacrements :

  • 48  I. Rosier-Catach, La parole efficace…, p. 490.

Aux historiens de déterminer si cette parole ou ces paroles [des théologiens] correspondent à ce que l’on sait du fonctionnement des rituels sacramentels, si les évolutions constatées se laissent mettre en parallèle avec des développements attestés concrètement dans la société. Cette perspective de confrontation et de recherches serait à creuser pour elle-même48.

  • 49  C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue…; pour les incantations, voir Béatrice Delaur (...)

12Même si la parole des rois entretient à l’évidence un rapport moins immédiat avec ces réflexions médiévales que la pratique des sacrements, la perspective d’une mise en regard des paroles des rois avec les réflexions générales menées sur la parole dans le contexte universitaire, sur les péchés de langue, sur les serments ou bien encore sur les incantations49 – par exemple – demeure particulièrement stimulante.

  • 50  Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris : Éditions du Seuil, 1 (...)
  • 51  Nicole BÉriou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris (...)

13Cependant, on ne peut pour autant appréhender dans toute leur complexité les paroles des rois avec pour seul bréviaire des conceptions de la parole disputées en milieu universitaire, le plus souvent hors de la péninsule Ibérique, et pour unique perspective une comparaison finale entre, d’un côté, des réflexions théoriques sur la parole qui n’aboutissent jamais à une théorie unifiée du langage et, de l’autre, les pratiques, représentations et usages de la parole des rois – il y aurait là un biais interprétatif très préjudiciable. Comment procéder ? Plusieurs travaux développés sur d’autres paroles et prises de parole particulières permettent d’y voir plus clair. On ne souhaite pas ici se hasarder à un impossible bilan exhaustif des travaux menés sur les paroles dans l’histoire, mais rappeler quelques études particulièrement marquantes dont la méthodologie paraît utile à notre propos. Face à la présence, voire à l’émergence de paroles dans la documentation, eu égard aussi au caractère paradoxalement insaisissable de ces mêmes paroles, l’observation des différentes stratégies déployées par les historiens permet de dégager un premier principe essentiel : avant d’appréhender une parole, il est impératif de caractériser, de déconstruire les filtres au travers desquels cette même parole est parvenue jusqu’à nous. On peut suivre ici la leçon de méthode proposée par Arlette Farge dans Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle50. L’historienne distingue les filtres des sources, leur logique de production et de conservation, puis les motifs et, enfin, le cœur de la parole du peuple, sans jamais la limiter à une globalité reconstituée à partir de bribes éparses. Plus proche par la période choisie du temps des paroles des rois de Castille et d’Aragon, Nicole Bériou met en œuvre une méthode au fond similaire dans L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle : d’abord une critique serrée des différents filtres textuels – notes, reportationes, discours officiels, compilations – puis, dans un second temps seulement, la tentative d’approcher « l’écho plus ou moins perceptible de la parole réelle et vivante des prédicateurs parisiens au XIIIe siècle »51.

  • 52  Bernard Cerquiglini, La parole médiévale, Paris : Éditions de Minuit, 1981.
  • 53  Pour la couronne d’Aragon, voir les travaux de Rafael Conde y Delgado de Molina, notamment « Los a (...)

14Cependant, la déconstruction des filtres textuels confirme aussi l’impossibilité, voire l’aporie à laquelle aboutirait une recherche qui aurait pour but d’accéder aux paroles vives du Moyen Âge. Dans son ouvrage classique sur la Parole médiévale, Bernard Cerquiglini montre ainsi que dans les textes français en prose, plus encore que dans les textes en vers, nous sommes définitivement coupés de la langue parlée, que la parole est comme capturée dans les structures du récit, prise sous le joug d’une armature qui l’empêche de se déployer. Il y a ici une nouveauté, car c’est au début du XIIIe siècle que s’impose dans les textes ce traitement dogmatique et codifié de la parole, une façon de procéder qui répondrait à une inquiétude face aux paroles et à leur prolifération52. Effort de discipline, souci de mesure, pratique de contrôle : de la correction des péchés de langue aux conditions d’écriture des textes en prose en passant par les réflexions sur les paroles adaptées aux circonstances, le XIIIe siècle semble décidément faire preuve d’une réelle cohérence dans le traitement de la parole. De plus, si l’on se tourne cette fois-ci du côté des archives royales, il apparaît que la documentation conservée doit aussi servir des intérêts, consolider une mémoire des actes du pouvoir susceptible d’être mise en avant pour défendre des droits53. Tout n’est pas enregistré par écrit, tout n’est pas conservé et ces choix, volontaires ou pris par défaut, ont aussi un effet sur l’accessibilité aux paroles des rois. Les efforts déployés pour discipliner les paroles, les intérêts des pouvoirs pour conserver, manipuler même certains types de paroles royales plutôt que d’autres, empêcheraient-ils tout simplement d’y accéder ?

  • 54  Didier Lett et Nicolas Offenstadt (dirs.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Pari (...)
  • 55  Martine Charageat (dir.), Donner son avis au Moyen Âge, Toulouse : Éditions Méridiennes (sous pres (...)
  • 56  Marie Bouhaïk-GironÈs, Les clercs de la Basoche et le théâtre comique (Paris, 1420-1550), Paris : (...)
  • 57  Pierre Bourdieu le formule de manière plus radicale : « Du fait que le travail de représentation e (...)

15Ainsi formulée, une telle question pourrait suggérer que le but ultime de la recherche – on pourrait même ici parler de quête – serait d’accéder à des paroles vives, éternellement inaccessibles. Or, comme le montrent les travaux que l’on vient d’évoquer, mais aussi d’autres analyses en cours qui s’efforcent de rendre leur place à des prises de parole singulières (le cri54, l’avis55, la parole théâtrale56), la déconstruction des filtres textuels ne saurait constituer une fin en soi57. Leur mise à jour doit plutôt servir à confronter toutes les traces possibles d’une même parole et, surtout, à éclairer ce que l’on aimerait appeler la fabrique de la parole, c’est-à-dire tout à la fois les processus par lesquels les hommes et les femmes du Moyen Âge en viennent à prendre la parole et, de manière souvent indissociable, les voies par lesquelles se construit et se transmet la parole que les textes permettent de lire. Avec les restrictions de rigueur dues à la nature des sources médiévales, une telle approche permet d’envisager non pas des paroles de rois essentialisées, sorte de talisman qui viendrait récompenser la patience du chercheur, mais plutôt des traces de paroles susceptibles de s’inscrire dans une tradition, de témoigner d’un acte de parole, et d’avoir une visée pour le futur ou la postérité.

  • 58  Michel Lauwers, « Le glaive et la parole. Charlemagne, Alcuin et le modèle du rex praedicator : no (...)
  • 59  P. Evangelisti, I francescani e la costruzione di uno Stato..., passim. Voir aussi, en attendant l (...)

16Les rois du Moyen Âge ne sont pas les premiers rois à prendre la parole. Des modèles, des références existent. Déjà, Charlemagne, rex et praedicator, était, notamment pour l’usage de sa parole, comparé à des figures vétéro-testamentaires, à Josias par l’évêque Théodulphe d’Orléans, à David par Alcuin58. Les paroles des rois d’Aragon et de Castille aux XIIIe-XVe siècle, tels que les documents les représentent, paraissent ainsi souvent être interprétées – par les rois dans leurs actes de parole, par les contemporains ou les textes qui leur attribuent une ou des significations – à l’aune de modèles préexistants. L’un des objectifs de ce dossier est précisément d’identifier les modèles de référence auxquels la parole des rois des XIIIe-XVe siècle fait appel, de discerner d’éventuelles évolutions en ce domaine. Le Christ sert souvent de référent ultime, par exemple dans les textes prophétiques d’Arnau de Vilanova ou de Ramon Llull qui s’efforcent de construire l’image d’un roi à la recherche de la plus parfaite imitatio Christi59. La parole de grandes figures vétéro-testamentaires, Salomon, David, Josias, peut aussi servir de modèle ou, du moins, de référence. Mais, comme le montrent Olivier Biaggini et Alberto Muntaner, des textes aussi différents que le Calila e Dimna et le De dictis et factis Alfonsi regis d’Antonio Beccadelli puisent aussi chez les Anciens, s’inspirent de Salluste, de Thucydide ou bien encore de la parole de César. Les ancêtres de la dynastie sont même invoqués à l’occasion, aussi bien, on l’a vu, dans le cas du roi d’Aragon Pierre IV le Cérémonieux que pour don Juan Manuel qui s’inscrit dans le sillage de la parole du roi de Castille Ferdinand III (Olivier Biaggini).

  • 60  J. Le Goff, Saint Louis…, p. 251-264; je me permets aussi de renvoyer sur ce point à Stéphane PÉqu (...)

17Cependant, l’appel à des figures tutélaires pour caractériser ou discipliner la parole des rois ne se réduit pas à la seule parole. C’est, plus généralement, un modèle de comportement qui est invoqué. Ainsi du roi de paix, dont saint Louis « l’apaiseur » est le plus illustre représentant, mais dont l’idée se retrouve, certes dans des configurations différentes, aussi bien dans la documentation diplomatique aragonaise du début du XIVe siècle que durant la guerre de Cent Ans60. Ainsi, encore, du roi de justice que construisent les textes légaux et la littérature sapientielle en Castille (Olivier Biaggini, François Foronda). D’autre part, les rois de Castille et d’Aragon ne sont pas des récepteurs passifs de modèles d’usage de la parole qu’ils se contenteraient en quelque sorte seulement de reproduire. Dans la fabrique de la parole des rois, il semble préférable d’envisager ces modèles, ces références, comme une ressource à laquelle peuvent recourir tout à la fois les monarques et ceux qui transcrivent, élaborent ou inventent par écrit leur parole. Enfin, la représentation de leurs actes de parole, notamment dans les textes écrits à la première personne, vise souvent à édifier, à transmettre un exemple ; la parole devient partie intégrante d’un ensemble de prescriptions adressées à ceux qui exerceront le métier de roi, voire à un public plus large : « la parole du roi » peut même être « un modèle sur lequel doit se régler tout discours » (Olivier Biaggini).

  • 61  John Langschaw Austin, Quand dire c’est faire, Paris : Seuil (Collection Points Essais, 235), 1970 (...)
  • 62  La distinction et l’articulation effectuée par Gerd Althoff entre le colloquium familiare, colloqu (...)
  • 63  Jacques Merceron, Le message et sa fiction : La communication par messager dans la littérature fra (...)
  • 64  Sur ces aspects, voir la contribution d’Inés Fernández Ordoñez au deuxième dossier relatif à la pa (...)

18Néanmoins, les paroles des rois s’inscrivent aussi dans une autre temporalité que celle de la tradition ou de l’exemple destiné à survivre au monarque dont il garde la trace. Le temps de la parole des rois, c’est aussi celui de son énonciation, donc le temps d’un « acte de parole » (speech act), d’une « performance » qui peut présenter différentes dimensions : locutoire (ce de quoi l’on parle), « illocutoire » (ce que l’on fait par l’acte de dire), « perlocutoire » (ce que l’on fait en le disant, by saying)61. Ce dossier, pour garder le lexique forgé par John Langschaw Austin, pose dans cette perspective quelques jalons pour une topographie des contextes d’énonciation, des « circonstances » ou des « conditions de félicité » de la parole des rois en Castille et en Aragon. Les rois parlent dans des lieux, à des moments, devant des publics variés, en famille, à la cour, en présence d’autres souverains62. Leurs paroles s’insèrent dans des dialogues, des conversations, portent des discours. Prononcer des paroles est aussi un acte corporel royal, d’où des poses, des choix, des gestes qui ont leur importance ; elle peut constituer une ressource interprétée à chaque fois de manière différente pour l’accomplissement d’un rituel, comme le montre ici Ana Isabel Carrasco Manchado dans son étude des serments. Les modes d’énonciation eux-mêmes offrent une variété surprenante, les différents articles du dossier en témoignent. De plus, les rois ne sont pas seuls à prononcer leur parole, les messagers – fictionnels comme réels – se présentent ainsi souvent comme des lettres vivantes qui portent la parole du monarque, tandis que les conseillers du roi d’Aragon sont parfois chargés de prononcer sa parole au nom du monarque et en sa présence63. Parole médiate donc – le deuxième dossier d’articles reviendra sur cette question – ; parole surtout qui dans le cas de cette Couronne doit être adaptée à des scènes institutionnelles très variées. Le choix par le roi d’une langue plutôt que d’une autre dans un ensemble politique où la « mixture » linguistique domine (catalan, aragonais), l’usage du vernaculaire, susceptible de rapprocher le roi de ses sujets, sont des enjeux essentiels des prises de parole royales64.

  • 65  J’emprunte l’expression à P. Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique…, p. 83 : « parler, c’est s’a (...)
  • 66  L’expression est reprise du De moribus linguae, de Raoul Ardent, cité par C. Casagrande et S. Vecc (...)

19Comment l’adaptation des paroles aux circonstances, souci récurrent dans les réflexions universitaires sur la parole, est-elle compatible avec la manifestation et le renforcement en parole(s) d’un modèle d’expression royale ? Ce dernier est-il commun aux deux Couronnes pour l’ensemble de la période ou bien peut-on distinguer plusieurs modèles d’usages de la parole, des styles expressifs65 différents pour un même officium loquendi66? Dans cette perspective, on propose ici de s’efforcer de lire et d’essayer d’entendre les paroles des rois comme les résultantes d’une tension entre, d’une part, le respect, l’usage et la constitution de règles, de modèles de paroles à identifier, et, de l’autre, les modalités spatiales, cérémonielles, gestuelles, linguistiques, discursives et vocales d’une adaptation des paroles aux circonstances requise pour leur octroyer l’efficacité – la « performativité » – nécessaire à une parole de pouvoir.

20Mais pourquoi les rois parlent-ils ? Est-ce nécessaire et même possible ? L’analyse de la fabrique de la parole, l’étude de l’interaction dans les actes de paroles entre modèles et circonstances d’énonciation s’avèrent des voies d’investigation à elles seules insuffisantes pour envisager toutes les dimensions du problème. Les rois détiennent une autorité et exercent un pouvoir, ce qui affecte le statut de leur parole, les usages qu’ils lui assignent et les fonctions qui lui sont dévolues. On voudrait pour clore cette introduction rappeler des phénomènes de longue durée essentiels pour le propos, évoquer quelques pistes déjà ouvertes par la recherche, et formuler – encore – des questions susceptibles de favoriser le débat.

  • 67  Paul Zumthor, La lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris : Éditions du Seuil (Po (...)
  • 68  Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307 (1re éd. 1979), 2e éd., Oxfor (...)
  • 69  Sur la conquête du royaume de Valence et l’usage du papier, voir Robert Ignatius Burns (s.J.), Soc (...)
  • 70  On se réfère ici aux travaux lancés par Gerd Althoff, notamment à son Spielregeln der Politik im M (...)
  • 71  Sur ce point, voir, outre les ouvrages cités en note précédente, les travaux d’Enrico Artifoni cit (...)
  • 72  L’apport de Pierre Bourdieu est ici décisif : « tout acte de parole et, plus généralement, toute a (...)

21Tout d’abord, la parole des rois peut être appréhendée comme une forme d’oralité particulière qui se déploie à une période dominée par ce que Paul Zumthor a pu qualifier d’« oralité mixte » avec une certaine « dévaluation de la parole vive », mais où se développe aussi une véritable « mentalité scripturaire »67. À l’instar de l’Angleterre étudiée par Michael T. Clanchy, les pouvoirs recourent ainsi de plus en plus massivement à l’écrit pour asseoir leur autorité sur les territoires et les sujets68. Dans une couronne d’Aragon où la capture du royaume de Valence (1243-1248) permet d’introduire rapidement et à grande échelle l’usage du papier, cette modification technologique du rapport à l’écrit s’accompagne-t-elle d’une transformation du statut et des usages de la parole de rois ?69 De façon plus générale, une approche conjointe des usages contemporains de l’écrit et de l’oralité royale peut s’avérer féconde pour qui souhaite historiciser l’étude de la parole des rois en péninsule Ibérique. En ce sens, même si l’on n’adhère pas nécessairement à l’ensemble de leur méthode et de leurs résultats, les travaux engagés sur la « communication politique » au Moyen Âge, fournissent d’importants éléments de contextualisation pour l’analyse des actes royaux de parole70. Il faut ainsi abandonner le schéma ancien selon lequel à une société fondamentalement orale aurait succédé une société, politique notamment, dominée par la seule communication écrite. L’intensification du recours à l’écrit par les pouvoirs politiques s’accompagnerait au contraire, dans le cas mieux connu désormais de certaines communes italiennes du XIIe et surtout du XIIIsiècle, d’une diversification des recours à la rhétorique, d’une redéfinition de la parole grâce au renouveau de l’éloquence politique71. En va-t-il de même pour les usages respectifs – et combinés – par les monarchies castillane et aragonaise de la parole des rois, des écrits et des rituels ? L’analyse de la parole des rois d’Aragon et de Castille nous paraît en ce sens susceptible d’enrichir les débats importants sur l’interaction entre différents modes de communication politique et sur l’articulation entre communication et exercice du pouvoir, détention de l’autorité72.

  • 73  Anita Guerreau-Jalabert, « Parole/parabole… », p. 327.
  • 74  Les références aux travaux de Jean-Paul Boyer et de Samantha Kelly sont indiquées en note 13.
  • 75  D. N. Pryds, The king embodies the word…
  • 76  Sur la question de la légitimation, voir Isabel Alfonso, Hugh Kennedy, et Julio Escalona, Building (...)
  • 77  P. Zumthor, La lettre et la voix…, p. 83.
  • 78  Pierre Clastres, La société contre l’État, Paris : Éditions de Minuit (Collection « Critique ») 19 (...)

22Instrument du pouvoir monarchique aux côtés d’autres formes de « communication politique » avec lesquelles elle interagit, la parole des rois, comme toute autre parole dans les sociétés chrétiennes médiévales, doit aussi être comprise dans son rapport à Dieu, source d’après la Bible de toute parole. Le champ lexical et sémantique de la parole a en effet connu une évolution remarquable dans toute la Romania avec l’imposition du christianisme. Une « unification remarquable du champ de la parole » a eu lieu, d’où une « indistinction du vocabulaire [, qui] humanise certes la parole de Dieu, mais [qui] permet aussi et surtout de rapporter toute forme de parole humaine au modèle divin »73. Le statut des rois s’avère de ce point de vue différent de celui de la plupart de leurs sujets, car Dieu constitue, il est vrai selon des modalités diverses, une source de légitimité fondamentale pour leur pouvoir. L’usage par le roi de sa parole, le choix parfois de prononcer des discours à forte connotation religieuse, peuvent encore renforcer l’idée d’actes de parole chargés de rappeler, de manifester de manière solennelle la légitimité religieuse du roi. Le cas bien étudié des sermons de Robert d’Anjou est à cet égard éclairant. Les spécialistes de l’histoire de cette pratique politique – pas moins de 245 sermons encore conservés aujourd’hui ! – s’accordent pour y voir un véritable « acte de gouvernement », un « instrument de gouvernement », mais aussi une façon pour le monarque de conforter sa légitimité en assimilant le pouvoir royal à un pouvoir sacré, de hisser la figure de Robert au niveau du roi Salomon qui sert de modèle explicite74. Darlyn Pryds, sur ce point isolée, discerne même dans cette pratique récurrente un rituel durant lequel le roi « incarnerait le Verbe » (embodies the Word)75. Dans quelle mesure l’usage de leur parole constitue-t-il alors pour les rois d’Aragon et de Castille une manifestation de leur légitimité, une forme effective de légitimation de leur pouvoir, un mode d’exercice de ce même pouvoir ?76 Est-ce vraiment « dans la parole [que] s’origine le pouvoir du chef et de la politique » ?77 Ceci renvoie à un aspect crucial du problème, auquel plusieurs contributions de ce dossier apportent des éléments de réponse : la place que les systèmes de croyance, les droits et les sociétés des royaumes confèrent à la parole du roi. Doit-on nuancer l’opposition formulée par Pierre Clastres entre des sociétés sans État où les chefs ont un « devoir de parole » qui révèle surtout leur absence d’autorité et, d’autre part, des sociétés à État – le Moyen Âge y aurait figuré dans la typologie de Clastres – où la parole des dirigeants est avant tout manifestation de pouvoir et d’autorité ?78 La parole des rois a-t-elle ici force de loi ? Est-elle réellement efficace, performative ?

  • 79  Je me permets de renvoyer ici à mon article « Enantar a tractar. L’entrée en négociations comme ob (...)
  • 80  P. Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique

23Dans un cadre où l’exercice même de l’autorité semble requérir d’autant plus de contrôle que la référence divine confère à la parole d’un roi une efficacité redoublée et redoutable, le recours à la parole royale présente aussi un caractère périlleux. Lorsque le roi prend la parole, il peut provoquer l’entrée dans le domaine de l’imprévisible, où l’irréparable est plus facile à commettre. Ainsi, dans la diplomatie aragonaise, les ambassadeurs ont la possibilité de s’exprimer au nom de leur roi, mais ils doivent s’efforcer de contrôler au mieux l’émission de cette même parole afin que l’honneur du monarque et sa renommée ne soient pas mis en péril79. Dès lors, si les actes royaux de paroles révèlent une tension entre le respect des règles et l’adaptation aux circonstances, entre l’inscription dans la durée et l’accomplissement d’une performance oratoire, s’ils semblent constituer la manifestation d’une légitimité en même temps qu’une forme de légitimation, un mode de gouvernement parfois, ils se caractérisent aussi par la nécessité de limiter le risque, de contrôler le danger potentiel de la voix vive. Dans l’énonciation médiate ou immédiate de la parole royale, une deuxième tension est donc à l’œuvre, entre d’une part l’autorité « qui fonde et qui se fonde » dans la performance oratoire – on suit ici les travaux essentiels de Pierre Bourdieu – et, d’autre part, le danger qui peut en résulter80.

  • 81  On se réfère ici aux enquêtes de Milman Parry menées sur la poésie orale chez les bardes yougoslav (...)
  • 82  Voir, notamment, J. L. Austin, Ce que parler veut dire…, et les critiques formulées par P. Bourdie (...)
  • 83  Voir, par exemple, Luc Boltanski, L’amour et la justice comme compétences : trois essais de sociol (...)

24Ces considérations préliminaires ont pour seul but de tracer quelques pistes, de plaider pour une approche envisageant les actes de parole des rois dans leurs différentes dimensions temporelles : ils proviennent de divers processus de « fabrique », invoquent des modèles passés ou mythiques et participent à la consolidation de styles expressifs visant parfois la postérité, constituent un mode de communication politique médiéval important, une source et une manifestation de légitimité, une ressource en même temps qu’une prise de risque pour le pouvoir et l’autorité monarchiques. Une dernière dimension temporelle a cependant été oubliée, mais le lecteur l’aura peut-être déjà formulée de lui-même : pourquoi les médiévistes s’intéressent-ils aujourd’hui autant à la parole ? On peut distinguer, sans leur assigner un ordre hiérarchisé, plusieurs influences concomitantes qui rendent le débat possible et plus intense : la transformation profonde des modalités et des usages de la communication, notamment politique ; les controverses provoquées par les études sur la mise par écrit des récits mythiques auparavant transmis oralement81 ; l’impact de la philosophie et de la linguistique pragmatiques qui placent les actes de parole au cœur de leur analyse82 ; l’influence de la sociologie de l’action sur les historiens, qui conduirait ici presque à une interprétation à la lettre du désir de « rendre la parole » aux acteurs83 ; la fascination, enfin, exercée par des paroles disparues, mais dont la trace semble partout présente. Ce dossier, ainsi que celui qui suivra et portera plus particulièrement sur la fabrique de la parole, la parole des reines et les porte-parole des rois, ne résoudra bien évidemment pas tous les problèmes soulevés dans cette introduction. Toutefois, s’il réussit à éclaircir quelque peu le statut, les fonctions, les usages et l’efficacité de la parole des rois de Castille et d’Aragon au Moyen Âge, à mettre à jour les différents temps de la parole des rois et à susciter l’intérêt pour de nouvelles recherches, alors nous n’aurons pas parlé, pardon, écrit pour rien.

Haut de page

Notes

*  Le dossier que nous présentons ici est issu d’une journée d’études « La parole des rois (couronne d’Aragon, royaume de Castille, XIIIe-XVe siècles (première journée) », organisée à Madrid (Casa de Velázquez) le 9 juin 2006 par Sophie Hirel-Wouts et moi-même, avec le concours de François Foronda. Je remercie ici très vivement la Casa de Velázquez, notamment Pierre Moret pour son accueil, ainsi que le SIREM qui a contribué au financement de cette journée. Pour la reprise de cette introduction, les commentaires de Sophie Hirel m’ont été d’un très grand secours, de même que les remarques formulées par Cristina Jular dans ses conclusions à la journée d’étude. Je leur fais part de toute ma gratitude, ainsi qu’à Marie Bouhaïk-Gironès, Martine Charageat et Frédérique Woerther, dont les critiques m’ont aidé à reformuler certaines hypothèses de travail.

1  Albertano da Brescia, De doctrina loquendi et tacendi, cité par Carla Casagrande et Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, Paris : Les éditions du Cerf (Histoire), 1991, p. 82.

2  Cf. Albertano da Brescia, Liber de doctrina dicendi et tacendi, édition de Paola navone, La parola del cittadino nell’Italia del Duecento, Florence : Sismel-Edizioni del Galluzzo (Per Verba - Testi Mediolatini con traduzione, 11), 1998, avec une abondante bibliographie. Sur la rhétorique et son lien avec les usages de la parole dans l’Italie communale, voir Enrico Artifoni, « Retorica e organizzazione del linguaggio politico nel duecento italiano », in : Paolo Cammarosano (éd.), Le forme della propaganda politica nel Due e nel trecento, Rome : École française de Rome, 1994, p. 157-182 ; Enrico Artifoni, « Sapientia Salomonis. Une forme de présentation du savoir rhétorique chez les dictatores italiens (première moitié du XIIIe siècle »), in : Rosa Maria DessÌ et Michel Lauwers (études réunies par), La parole du prédicateur. Ve-XVe siècles, Nice : Brepols (Collection du Centre d’Études médiévales de Nice, 1), 1997, p. 291-310 et, surtout, Enrico Artifoni, « Prudenza del consigliare. L’educazione del cittadino nel Liber consolationis et consilii di Albertano da Brescia (1246) », in : Carla Casagrande et Silvana Vecchio (éds.), Consilium. Teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, Florence : SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2004, p. 195-216.

3  Voir Irène Rosier, La parole comme acte. Sur la grammaire et la sémantique au XIIIe siècle, Paris : Librairie Philosophique J. Vrin, 1994 et, surtout, Irène Rosier-Catach, La parole efficace. Signe, rituel, sacré, Paris : Seuil, 2004, ainsi que sa contribution à Barbara Cassin (éd.), Qu’est-ce qu’un acte de parole ? (à paraître, je me fonde ici sur la communication présentée au colloque portant ce titre, tenu à l’École Normale Supérieure, les 5-6 octobre 2007).

4  C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue…

5  Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt, « Au XIIIe siècle : une parole nouvelle », in : Jean Delumeau, Histoire vécue du peuple chrétien, Toulouse : Privat, 1979, p. 257-279, ici p. 261. À la suite de cet article fondateur, l’importance des liens entre pratiques d’une parole nouvelle et développement des réflexions sur la parole a été maintes fois soulignée, par exemple par Enrico Artifoni (références en note 3).

6  L’étude des textes hagiographiques des XIe-XIIe siècle révèle des transformations de la place de la parole antérieures au grand mouvement du XIIIe siècle : « Il n’est donc pas abusif de dire que bien avant le XIIIe siècle et la naissance d’une prédication systématique et centralisée, le Verbe a dû faire une place à la parole » (Patrick Henriet, La parole et la prière au Moyen Âge, Bruxelles : De Boeck Université (Bibliothèque du Moyen Âge, 16), 2000, ici p. 381).

7  L’expression est de Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris : Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1996, p. 596.

8  C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue…, p. 80-81, p. 116-117.

9  Jacques Le Goff, « Saint Louis et la parole royale », in : Le Nombre du temps. En hommage à Paul Zumthor [Mélanges Paul Zumthor], Paris : Honoré Champion (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 12), 1988, p. 127-136 ; J. Le Goff, Saint Louis…, p. 595-642. Sur la parole de Saint Louis telle que Joinville la représente, voir aussi, dans une perspective plus littéraire, Françoise Laurent, « La parole de foi dans le livre de paroles de la Vie de saint Louis de Jean de Joinville », Le Moyen Âge 110 (2), 2004, p. 253-273.

10  Jacques le Goff note ainsi : « Surtout destinée à « l’orateur » dans l’Antiquité, formée par le christianisme en milieu monastique, la discipline de la parole s’étend au XIIIe siècle à toute la société. C’est un grand événement de la culture occidentale, une donnée essentielle de la morale et de la sociabilité nouvelle, de la pensée universitaire à la pratique quotidienne de chacun, du monde des valeurs à celui des mœurs, un grand sujet d’anthropologie historique ». (introduction à C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue…, p. 15).

11  Jean Favier, Philippe le Bel, Paris : Fayard, 1978, notamment p. 1-12.

12  Sur les sermons de Robert d’Anjou, voir les travaux de Jean-Paul Boyer, « Ecce rex tuus. Le roi et son royaume dans les sermons de Robert de Naples », Revue Mabillon, 6 (nouvelle série, soit tome 67), 1995, p. 101-136 ; Id., « Parler du roi et pour le roi. Deux « sermons » de Barthélemy de Capoue, logothète du royaume de Sicile », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 79, 1995, p. 193-248 ; Id., « Une théologie du droit. Les sermons juridiques du roi Robert de Naples et de Barthélemy de Capoue », in : Françoise Autrand, Claude Gauvard et Jean-Marie Moeglin (travaux réunis par), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris : Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale), 1999, p. 647-659 ; Id., « La prédication de Robert de Sicile (1309-1343) et les communes d’Italie. Le cas de Gênes », dans Rosa Maria DessÌ (études réunies par), Prêcher la paix et discipliner la société. Italie, France, Angleterre (XIIIe-XVe siècles), Brepols (Collection d’Études médiévales de Nice, 5), 2005, p. 383-412 ; ainsi que Darleen N. Pryds, The king embodies the word. Robert d’Anjou and the politics of preaching, Leyde, Boston, Cologne : Brill, 2000 ; Samantha Kelly, The new Solomon. Robert of Naples (1309-1343) and fourteenth-century kingship, Leyde, Boston, Cologne : Brill, 2003.

13  Corinne PÉneau, «Révélations et élections : le corps du roi et la parole dans les Révélations de sainte Brigitte», Médiévales, 50, 2006, p. 77-102, ici p. 102.

14  Nicole BÉriou note ainsi : « Indirectement, il est vrai, la parole est entrée depuis longtemps dans le champ de la recherche historique, par le truchement de tous les documents écrits fondés sur l’enregistrement plus ou moins rigoureux des discours, des contrats, des témoignages de toutes sortes, des plaidoiries, etc. Tous ces textes ont été abondamment exploités depuis des décennies, et ils continuent à l’être, sans que nul ne se soit pour encore hasardé à les confronter les uns aux autres dans une étude synthétique sur les usages de la parole dans la société médiévale, comme M.T. Clanchy a tenté de le faire à propos de l’écrit » (« La parole du prédicateur, objet d’histoire », dans R.M. DessÌ et M. Lauwers (études réunies par), La parole du prédicateur…, p. 479-487, ici p. 479).

15  Je renvoie ici pour la Castille aux articles d’Olivier Biaggini, Ana Isabel Carrasco Manchado et François Foronda que je remercie ici pour m’avoir facilité la consultation de sa thèse : La privanza ou le régime de la faveur. Autorité monarchique et puissance aristocratique en Castille, XIIIe-XVe siècle, thèse soutenue en décembre 2003 à l’Université de Paris I – Panthéon Sorbonne (en cours de publication dans la Bibliothèque de la Casa de Velázquez, Madrid), qui apporte une contribution essentielle à la question envisagée dans ce dossier.

16  Deuxième quart du XIVe siècle, Arxiu municipal de Lleida, ms 1375, reproduction en couleur dans Francesca Español, Els escenaris del rei. Art i monarquia a la corona d’Aragó, Angle Editorial, Fundació Caixa Manresa, 2001, p. 41.

17  Miniature du Llibre dels fets du roi Jacques Ier, copie de 1343 (Barcelone, Biblioteca Universitària, ms. 1), reproduit dans F. ESPAÑOL, op. cit., p. 145..

18  Dans les Usatges i Constitucions de Catalunya, reproduit dans F. ESPAÑOL, op. cit., p. 42.

19  Marta SERRANO COLL, La imagen figurativa del rey de Aragón en la Edad Media, Saragosse ; Institución “Fernando el Católico”, 2006 ; voir aussi les remarques de Françoise LAINE, « L’image du roi dans le ms. Espagnol 99 de la BNF (c.1350-1360) », e-Spania, 3, juin 2007, [En ligne], mis en ligne de 25 juin 2007. URL : http://e-spania.revues.org/document164.html .

20  Voir par exemple une miniature du Liber instrumentorum (Arxiu de la Catedral de València, ms. 162, fol. 1v, reproduit dans F. ESPAÑOL, op. cit., p. 242), où le roi agenouillé aux côtés de l’évêque de Valence, s’adresse à la Vierge par le moyen d’un phylactère.

21  Sur le lien entre geste et parole dans les représentations figurées au Moyen Âge, voir Jean-Claude Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris : Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1990, en particulier le chapitre « le langage des gestes », p. 253-288.

22  Voir par exemple la réception d’ambassadeurs du pape par le roi Pierre III d’Aragon, telle qu’elle est représentée dans la Cronaca figurata de Giovanni Villani, Bibliothèque Vaticane, reproduction en noir et blanc dans Jesús Ernesto Martínez Ferrando, Jaime II o el seny català, Barcelone : Aedos, 1963, ill. II [hors-texte] ; la remise d’une lettre de créance sur le retable de Sant Martí du Musée Episcopal de Vic, œuvre du « mestre de les Figures anèmiques », reproduite dans Martin de Riquer, Història de la literatura catalana, Barcelone : Edicions Ariel, 1964, vol. 2, p. 352 [hors texte] ; les différentes remises de lettres de créance dans le manuscrit français 73 de la Bibliothèque Nationale de France (Paris) : « Chilpéric Ier et le(s) messager(s) », fol. 28v, « Egdive et les messagers », fol. 171v ; « Charles IV et le(s) messager(s) », fol. 340v ou bien encore le célèbre tableau de Vittore Carpaccio, Les ambassadeurs anglais à la cour de Bretagne (Galleria dell’Accademia, Venise).

23  Anita Guerreau-Jalabert souligne combien « il apparaît clairement que la langue médiévale ne distingue pas non plus les notions de conversation, entretien, discussion, débat », (« Parole/parabole. La parole dans les langues romanes : analyse d’un champ lexical et sémantique », dans R.M. DessÌ et M. Lauwers (études réunies par), La parole du prédicateur…, p. 311-339, ici p. 328). Sur le caractère non négociable de la majesté royale, voir Jean-Marie Moeglin, « Introduction : heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », in : Maria Teresa Ferrer Mallol, Jean-Marie Moeglin, Stéphane PÉquignot et Manuel SÁnchez MartÍnez (dirs.), Negociar en la Edad media/Négocier au Moyen Âge. Actas del coloquio celebrado en Barcelona los días 14, 15 y 16 de octubre de 2004, Barcelone : CSIC (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 61), 2005, p. 5-26.

24  Voir par exemple, pour la couronne d’Aragon, F. ESPAÑOL, op.cit., passim.

25  Sur les miroirs des princes, voir, de manière générale, Jean-Philippe Genet, « L’évolution du genre des Miroirs des Princes en Occident au Moyen Âge », in : Sophie Cassagnes-Brouquet et alii (dirs.), Religions et mentalités au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 531-541 ; Jacques Krynen, L’Empire du Roi. Idées et croyances politiques en France XIIIe-XVe siècle, Paris : NRF (Bibliothèque des Histoires), 1993, p. 170-204. Sur leur circulation en péninsule Ibérique, Bonifacio Palacios MartÍn, « El mundo de las ideas políticas en los tratados doctrinales españoles : los espejos de príncipes (1250-1350) », in : Europa en los umbrales de la Crisis. XXI Semana de estudios medievales de Estella, juillet 1994, p. 463-483 ; José Manuel Nieto Soria, « Les miroirs des princes dans l’historiographie espagnole (Couronne de Castille, XIIIe-XVe) : tendances de recherche », in : Antonio de Benedictis (dir.), Speculum Principum, Francfort sur le Main : Vittorio Klostermann (Ius Commune. Veröffentlichungen des Max-Plack-Instituts für Europäische Rechtsgeschichte Frankfurt am Main Sonderhefte Studien zur Europäischen Geschichte, 117), 1999, p. 193-207. Le De regimine principum de Gilles de Rome a été traduit en catalan, Libre del Regiment dels princeps, édition de Nicolau Spindeler, Barcelone, 1480 et édition de Johann Luschner, Barcelone, 1498. Le livre se trouve aussi dans certaines bibliothèques barcelonaises du XVe siècle (Josep Hernando, Llibres i lectors a la Barcelona del segle XIV, Barcelone : Fundació Noguera (Textos i Documents, 30), 1995, vol. 1, doc. 77).

26  Sur le Secretum Secretorum, voir de manière générale W.F. Ryan et Charles B. Schmitt, Pseudo-Aristotle, The Secret of the Secrets Sources and Influences, Londres : the Warburg Institute University of London (Warburg Institute Surveys, 9), 1982 ; Jill Kraye, W.F. Ryan et Charles B. Schmitt, Pseudo-Aristotle in the Middle Ages :The “Theology” and other texts, Londres : The Warburg Institute University of London (Warburg Institute Surveys, 11), 1986. Sur son importance dans la couronne d’Aragon, voir Luis Cifuentes i Comamala, La ciència en català a l’Edat mitjana i el Renaixement, Barcelone-Palma de Majorque : Universitat de Barcelona-Universitat de les Illes Balears (Col·lecció Blaquerna, 3), 2001, p. 97-105. La version longue de Philippe de Tripoli, qui circula en péninsule Ibérique, est éditée par Thomas Frenz et Peter HerdeDas Brief- und Memorialbuch des Albert Behaim, Munich : Monumenta Germaniae Historica (Briefe des Späteren Mittelalters, 1), 2000.

27  On peut y ajouter – sans exhaustivité – la réception d’œuvres d’Albertano da Brescia dans la Couronne : trois exemplaires (datés du XIIIe au XVe siècle) du Liber de doctrina dicendi et tacendi sont présents dans les archives de Barcelone et de Valence (Albertano da Brescia, Liber de doctrina dicendi et tacendi..., édition de Paola Navone, notices 8, 9 et 10). De plus, la littérature relative au conseil, notamment son Liber de consilio traduit en catalan, comprend aussi d’importantes réflexions sur la parole des rois (voir Carla Casagrande, « Virtù della prudenza e dono del consiglio », in : C. Casagrande et S. Vecchio, Consilium…, p. 1-14).

28  J’emprunte l’expression « autobiographies souveraines » à Pierre Monnet et Jean-Claude Schmitt dont le séminaire à l’EHESS a porté en 2005-2007 sur cette question.

29  Llibre dels Fets del rei en Jaume, édition de Jordi Bruguera, Barcelone : Fundació Jaume I (Els Nostres Clàssics, col. B, vol. 11), 1991 et Pere el CerimoniÒs, Crònica, édition de Ferran Soldevila, Les Quatre grans Cròniques, Barcelone : Editorial Selecta, 1971, p. 1001-1225.

30  Pour la bibliographie, voir infra note 38.

31  Leur copie devient systématique à partir de la fin du XIIIe siècle dans la série des registres de chancellerie des rois d’Aragon, conservée à l’Archivo de la Corona de Aragón (Barcelone).

32 Cortes de los antiguos reinos de Aragón y de Valencia y Principado de Cataluña, Madrid : Real Academia de la Historia, 1896-1922, 26 volumes.

33  Voir, par exemple, Josep Maria Madurell Marimon, Mensajeros barceloneses en la corte de Nápoles de Alfonso V de Aragón 1435-1458, Barcelone : CSIC (Escuela de Estudios Medievales Textos, vol. 33), 1963.

34  Voir, notamment, les textes publiés par Carmen Batlle,La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, 2 vol., Barcelone : Universidad de Barcelona (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 3), 1973, vol. 2.

35  Pour un exemple de ce type de documents, je me permets de renvoyer à Stéphane PÉQUIGNOT, « Les ambassadeurs de la ville de Barcelone et Alphonse le Magnanime. Entretiens, suppliques et négociations », Le négociateur face à son interlocuteur. L’entretien diplomatique de la fin du Moyen Âge à la première guerre mondiale (à paraître).

36  Arnau de Vilanova, Informacio spiritual, et, du même, Raonament d’Avinyó, textes cités par Paolo Evangelisti, I francescani e la costruzione di uno Stato, Padoue : EFR-Editrici Francescane (Fonti e Ricerche, 20), 2006, respectivement p. 108-109 et p. 140.

37  Francisco M. Gimeno Blay, Escribir, reinar. 1336-1387 la experiencia gráfico-textual de Pedro IV el Ceremonioso, Madrid : Abada Editores, 2006.

38  Pedro Cátedra, « Acerca del sermón político en la España medieval », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona, 40, 1985-1986, p. 17-38 ; Mark D. Johnston, « Parlamentary oratory in Medieval Aragon », Rhetorica 10, 1992, p. 99-117 ; Suzanne F. Cawsey, Kingship and Propaganda. Royal Eloquence and the Crown of Aragon c.1200-1450, Oxford : Clarendon Press, 2002.

39 Pietro CORRAO, « Stati regionali e apparati burocratici nella Corona d’Aragona (sec. XIV e XV) », dans Rafael NARBONA (éd.), XVIII Congrés d’Història de la Corona d’Aragó (València, 2004). La Mediterrània de la Corona d’Aragó, segles XIII-XVI. VII Centenari de la Sentencia arbitral de Torrellas, 1304-2004, Valence : Universitat de València, 2005, vol. I, p. 99-143.

40  Sur ce point, voir tout d’abord, dans le sillage critique d’Ernst Percy Schramm, Bonifacio Palacios Martín, La coronación de los reyes de Aragón 1204-1410. Aportación al estudio de las estructuras políticas medievales, Valence : Anubar Ediciones, 1975, notamment p. 133-184; Id, La práctica del juramento y el desarrollo constitucional aragonés hasta Jaime I, Madrid : Universidad Autónoma de Madrid, 1979. D’un point de vue plus juridique : Tomàs de Montagut Estragués, « Pactisme o absolutisme a Catalunya : les grans institucions de govern (segles XV-XVI) »,Anuario de Estudios Medievales, 19, 1989, p. 669-679; Victor Ferró, El dret públic català. Les institucions a Catalunya fins al Decret de Nova Planta, Vic : Eumo Editorial (Referències, 1), 1990, p. 30-32. Pour une bibliographie pluslarge sur le pactisme, voir P. Corrao, « Stati regionali e apparati burocratici… », notamment p. 141-142.

41  « No deja de ser interesante ver cómo una misma disposición legal – en este caso el juramento de la indivisibilidad – es empleado por el rey y los súbditos sucesivamente de acuerdo con las propias conveniencias e intereses » (B. PALACIOS MARTín, La coronación…, p. 226).

42  Voir Ana Isabel Carrasco Manchado, « Léxico político en el Seguro de Tordesillas : conflicto, pactos y autoridad real », in :François Foronda et Ana Isabel Carrasco (dirs.),Du contrat d’alliance au contrat politique. Cultures et sociétés politiques dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, Toulouse : CNRS – Université de Toulouse le Mirail (collection « Méridiennes » Série “Études Médiévales Ibériques”), 2007, p. 85-137, ainsi que sa contribution à ce dossier. Pour de fructueuses comparaisons, voir Raymond Verdier (éd.), Le serment (Actes du colloque international CNRS, Paris X Nanterre, 25-27 mai 1989), Paris : Éditions du CNRS, 1991.

43  Pietro Corrao, « Celebrazione dinastica e costruzione del consenso nella Corona d’Aragona », in : P. Cammarosano (éd.), Le forme della propaganda politica..., p. 133-156. Pour une mise en perspective plus générale sur les rapports entre pouvoir royal et sociétés, je me permets de renvoyer à Stéphane Péquignot, « Pouvoir royal et sociétés dans la couronne d’Aragon. Un essai de lecture historiographique (1990-2006) », En la España Medieval, 30, 2007, p. 381-432.

44  Josep Maria Pujol i Sanmartín, Sens i conjointures del Llibre del rei en Jaume, tesi doctoral (Universitat de Barcelona, Divisió : Centres Universitaris del Camp de Tarragona), 1992 ; Lola Badia, « Llegir el Llibre del rei Jaume », Serra d’Or 385, 1992, p. 53-57 ; Damian Smith et Helen Buffery (éds.), The Book of Deeds of James I of Aragon. A translation of the medieval catalan Llibre dels Feits, Ashgate, 2003 ; Stefano Maria Cingolani, « Memòria i estratègies al Llibre del rei Jaume I », Revista de Catalunya 154, sept. 2000, p. 111-141, repris et développé dans Id., La memòria dels reis. Les Quatre grans Cròniques i la historiografia catalana, des del segle X fins al XIV, Barcelone : Editorial Base, 2007 p. 31-74.

45 Ibid., p. 225-270.

46  Stéphane Péquignot, « Las vistas reales en la historiografía de la Corona de Aragón (siglos XIII-XIV) », XVIII Congrés Internacional d’Història de la Corona d’Aragó (Valence, 9-14 septembre 2004), Valence : Universitat de València, 2005, vol. 2, p. 1657-1674.

47  Cette remarque doit beaucoup aux travaux du séminaire « Le négociateur face à son interlocuteur. L’entretien diplomatique de la fin du Moyen Âge à la première guerre mondiale », qui s’est réuni de 2005 à 2007, et tout particulièrement aux analyses de son instigateur, Jean-Claude Waquet. Un ouvrage issu de ces réunions sortira prochainement dans la Collection de l’École française de Rome.

48  I. Rosier-Catach, La parole efficace…, p. 490.

49  C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue…; pour les incantations, voir Béatrice Delaurenti, La puissance des mots. Virtus verborum. Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations au Moyen Âge, Paris : Cerf Histoire, 2007 [je n’ai pu tenir compte de cet ouvrage].

50  Arlette Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris : Éditions du Seuil, 1992.

51  Nicole BÉriou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, Paris, 2 volumes : Institut d’Études Augustiniennes, 1998, cité ici vol. 1, p. 13.

52  Bernard Cerquiglini, La parole médiévale, Paris : Éditions de Minuit, 1981.

53  Pour la couronne d’Aragon, voir les travaux de Rafael Conde y Delgado de Molina, notamment « Los archivos reales o la memoria del poder », XV Congreso de la Corona de Aragón, Saragosse, tome 1, volume 2, p. 123-139. Pour une mise en perspective plus générale du rôle des archives et de l’enregistrement, voir notamment Olivier Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France (XIIIe-XIVe siècles) », Archiv für Diplomatik, 42, 1996, p. 295-373 ; « Super omnes thesauros rerum temporalium : les fonctions du Trésor des Chartes du roi de France (XIVe-XVe siècles) », in : Kuky Fianu et DL. Guth(éds.), Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais. Actes du colloque international de Montréal, 7-9 septembre 1995, Louvain-la-Neuve : Fédération Internationale des Instituts d’Études Médiévales (Textes et Études du Moyen Âge, 6), 1997, p. 109-131.

54  Didier Lett et Nicolas Offenstadt (dirs.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris : Publications de la Sorbonne, 2003.

55  Martine Charageat (dir.), Donner son avis au Moyen Âge, Toulouse : Éditions Méridiennes (sous presse).

56  Marie Bouhaïk-GironÈs, Les clercs de la Basoche et le théâtre comique (Paris, 1420-1550), Paris : Honoré Champion, 2007 ; EAD., « Qu’est-ce qu’un texte de théâtre médiéval ? Réflexions autour du Jeu de Pierre de La Broce (XIIIe siècle) », in : Catherine Emerson, Mario Longtin et Adrian Tudor (éds.), Drama, Performance and Spectacle in the Medieval City. Mélanges Alan Hindley, Louvain : Peeters (sous presse).

57  Pierre Bourdieu le formule de manière plus radicale : « Du fait que le travail de représentation et de mise en forme est la condition sine qua non de l’accès à l’existence de l’intention expresse, l’intention même de saisir un contenu à l’état brut, qui subsisterait, invariant, à travers différentes mises en forme, est dépourvue de sens » (Langage et pouvoir symbolique, Paris : Folio Essais, 2001, p. 115, note 16).

58  Michel Lauwers, « Le glaive et la parole. Charlemagne, Alcuin et le modèle du rex praedicator : notes d’ecclésiologie carolingienne », in : Philippe Depreux et Bruno Judic (éds.), Alcuin, de York à Tours, dossier des Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 111, n°3, 2004, p. 221-244.

59  P. Evangelisti, I francescani e la costruzione di uno Stato..., passim. Voir aussi, en attendant la publication de sa thèse, Isabelle Rousseau, « Une mosaïque prophétique : l’apocryphe Opus magistri Arnaldi de Vilanova », Cahiers d’Études médiévales Hispaniques 29 (2006), p. 103-150.

60  J. Le Goff, Saint Louis…, p. 251-264; je me permets aussi de renvoyer sur ce point à Stéphane PÉquignot, Au nom du roi. Pratique diplomatique et pouvoir durant le règne de Jacques II d’Aragon (1291-1327), thèse soutenue en octobre 2004 à l’Université de Paris XII (en cours de publication dans la Bibliothèque de la Casa de Velázquez), vol. 2, p. 589-616. Sur les rois de paix dans la guerre de Cent ans, voir Nicolas Offenstadt, Faire la paix au Moyen Âge, Paris : Odile Jacob, 2007, p. 85-106.

61  John Langschaw Austin, Quand dire c’est faire, Paris : Seuil (Collection Points Essais, 235), 1970. Les définitions et les contours de ces différentes dimensions de l’acte de langage ne doivent pas ici être entendus de manière fixiste, car Austin consacre précisément une très grande partie de ses conférences à mettre en cause les limites entre ces catégories, notamment entre l’illocutoire et le perlocutoire. Sur l’usage de ces notions par les sciences sociales, voir Jürgen Martschukat et Steffen Patzold, « Geschichtswissenschaft und ‘performative turn’. Eine Einführung in Fragestellungen, Konzepte und Literatur », in : Jürgen Martschukat et Steffen Patzold (éds.), Geschichtswissenschaft und « performative turn ». Ritual, Inszenierung und Performanz vom Mittelalter bis zur Neuzeit, Cologne, Weimar, Vienne : Böhlau, 2003, p. 1-31.

62  La distinction et l’articulation effectuée par Gerd Althoff entre le colloquium familiare, colloquium secretum et colloquium publicum méritent ainsi d’être discutées à l’aune des pratiques du bas Moyen Âge (« colloquium familiare- colloquium secretum – colloquium publicum. Beratung im politischen Leben des früheren Mittelalters », in : Id., Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmstadt : Wissenschaftliche Buchhandlung, 1997, p. 157-184).

63  Jacques Merceron, Le message et sa fiction : La communication par messager dans la littérature française des XIIe et XIIIe siècles, Berkeley, Los Angeles et Londres : University of California Press (University of California Publications in Modern Philology, 128), 1998.

64  Sur ces aspects, voir la contribution d’Inés Fernández Ordoñez au deuxième dossier relatif à la parole des rois (Cahiers d’études médiévales hispaniques, à paraître). L’ouvrage de Serge Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris : PUF (collection « Le nœud gordien »), 2004, apporte une contribution essentielle sur ce point (voir notamment le chapitre III : « La langue du roi de Philippe VI à François Ier : entre le français et le latin », où l’auteur démontre comment « le latin constituait le seul véritable obstacle linguistique à l’unité langagière de la parole royale », p. 152).

65  J’emprunte l’expression à P. Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique…, p. 83 : « parler, c’est s’approprier l’un ou l’autre des styles expressifs déjà constitués dans et par l’usage et objectivement marqués par leur position dans une hiérarchie des styles qui exprime dans son ordre la hiérarchie des groupes correspondants ».

66  L’expression est reprise du De moribus linguae, de Raoul Ardent, cité par C. Casagrande et S. Vecchio, Les péchés de la langue, p. 48.

67  Paul Zumthor, La lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris : Éditions du Seuil (Poétique), 1987 : « Entre le début du XIIe siècle et le milieu du XVe siècle, partout en Occident s’est produite, à des degrés certes divers, une mutation profonde liée à la généralisation de l’écriture dans les administrations publiques, qui a conduit à rationaliser et à systématiser l’usage de la mémoire. D’où une, extrêmement lente et dissimulée, dévaluation de la parole vive » (p. 29).

68  Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record. England 1066-1307 (1re éd. 1979), 2e éd., Oxford, B. Blackwell, 1993.

69  Sur la conquête du royaume de Valence et l’usage du papier, voir Robert Ignatius Burns (s.J.), Societat i Documentació Diplomatarium I : Introducció Diplomatari del regne croat de València. Els documents registrats de Jaume I el Conqueridor, 1257-1276, Valence : Tres i Quatre (Biblioteca d’Estudis i Investigacions, 14), 1988 [édition catalane actualisée de Id., Society and Documentation in Crusader Valencia, Princeton, New Jersey : Princeton University Press (Diplomatarium of the crusader Kingdom of Valencia The registered charters of its conqueror Jaume I, 1257-1276, 1 : Introduction), 1985].

70  On se réfère ici aux travaux lancés par Gerd Althoff, notamment à son Spielregeln der Politik im Mittelalter… ; Id. (éd.), Formen und Funktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, Stuttgart : Jan Thorbecke, 2001, qui ont provoqué à la fois engouement et réticences. Pour une mise en perspective générale sur l’historiographie des rituels dans laquelle l’auteur s’inscrit, voir le chapitre « rituels et institutions » dans Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Oexle (dirs.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris : Publications de la Sorbonne (Histoire Ancienne et Médiévale, 66), 2002. Des critiques de l’ouvrage assorties de nouvelles propositions ont été fournies par Jean-Marie Moeglin, « Rituels et « Verfassungsgeschichte » au Moyen Âge. À propos du livre de Gerd Althoff Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde », Francia, 25 (1), 1998, p. 245-250 et Id., Les bourgeois de Calais Essai sur un mythe historique, Paris : Albin Michel (L’évolution de l’Humanité), 2002, en particulier p. 323-406) et par Philippe Buc, Dangereux rituel. De l’histoire médiévale aux sciences sociales, Paris : PUF (Le nœud gordien), 2003, ce qui a suscité – entre autres – de nouvelles répliques de Gerd Althoff et Chris Witthöft, « Les services symboliques entre dignités et contrainte », Annales Histoire, Sciences Sociales 58, 2003, p. 1280-1318 et Gerd Althoff, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Primus Verlag, 2003, mis de nouveau en perspective – critique – par Jean-Marie Moeglin, « ‘Performative turn’, « communication politique » et rituels au Moyen Âge. À propos de deux ouvrages récents », Le Moyen Âge 113 (2), 2007, p. 393-406.

71  Sur ce point, voir, outre les ouvrages cités en note précédente, les travaux d’Enrico Artifoni cités en note 3.

72  L’apport de Pierre Bourdieu est ici décisif : « tout acte de parole et, plus généralement, toute action est une conjoncture, une rencontre de séries causales indépendantes : d’un côté les dispositions, socialement façonnées, de l’habitus linguistique, qui impliquent une certaine propension à parler et à dire des choses déterminées (intérêt expressif) et une certaine capacité de parler définie inséparablement comme capacité linguistique d’engendrement infini de discours grammaticalement conformes et comme capacité sociale permettant d’utiliser adéquatement cette compétence dans une situation déterminée ; de l’autre, les structures du marché linguistique, qui s’imposent comme un système de sanctions et de censures spécifiques » (Langage et pouvoir symbolique…, p. 60).

73  Anita Guerreau-Jalabert, « Parole/parabole… », p. 327.

74  Les références aux travaux de Jean-Paul Boyer et de Samantha Kelly sont indiquées en note 13.

75  D. N. Pryds, The king embodies the word…

76  Sur la question de la légitimation, voir Isabel Alfonso, Hugh Kennedy, et Julio Escalona, Building Legitimacy. Political Discourses and Forms of Legitimation in Medieval Societies, Leyde, Boston : Brill (The Medieval Mediterranean Peoples, Economies and Cultures, 400-1500), 2004.

77  P. Zumthor, La lettre et la voix…, p. 83.

78  Pierre Clastres, La société contre l’État, Paris : Éditions de Minuit (Collection « Critique ») 1973, notamment le chapitre « le devoir de parole », p. 133-137.

79  Je me permets de renvoyer ici à mon article « Enantar a tractar. L’entrée en négociations comme objet d’histoire. L’exemple de la diplomatie de Jacques II d’Aragon (1291-1327) », in : M.T. Ferrer Mallol, J.-M. Moeglin, S. PÉquignot et M. SÁnchez MartÍnez (dirs.), Negociar en la Edad media…, p. 265-301.

80  P. Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique

81  On se réfère ici aux enquêtes de Milman Parry menées sur la poésie orale chez les bardes yougoslaves, et à l’impact que ces travaux ont eu sur l’interprétation de la transmission de l’Iliade et de l’Odyssée. Voir Milman PARRY, The making of homeric verse. The collected papers of Milman Parry, édition d’Adam PARRY, Oxford : Clarendon Press, 1971, mise en perspective dans Françoise LÉTOUBLON (éd.), Hommage à Milman Parry. Le style formulaire de l’épopée homérique et la théorie de l’oralité poétique, Amsterdam : Gieben, 1997.

82  Voir, notamment, J. L. Austin, Ce que parler veut dire…, et les critiques formulées par P. Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique…, passim, à son tour critiqué par Irène Rosier-Catach, La parole efficace…, p. 481-491.

83  Voir, par exemple, Luc Boltanski, L’amour et la justice comme compétences : trois essais de sociologie de l’action, Paris : Métailié (Collection Leçons de choses), 1991 ; pour une mise en perspective, Bernard LEPETIT, « Le présent de l’histoire », in : Bernard LEPETIT, Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris : Albin Michel (L’évolution de l’humanité), 1995, p. 273-298.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane PÉQUIGNOT, « Introduction
La parole des rois à la fin du Moyen Âge : les voies d’une enquête », e-Spania [En ligne], 4 | décembre 2007, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://e-spania.revues.org/1233 ; DOI : 10.4000/e-spania.1233

Haut de page

Auteur

Stéphane PÉQUIGNOT

École Pratique des Hautes Études, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue e-Spania sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CLEA
  • Logo GDRE AILP
  • Logo DOAJ
  • Revues.org