Navigation – Plan du site
Varia

Pénitence et contrôle fiscal à l’époque féodale

Note concernant un exemple castillan
Francis BEZLER

Résumés

Le droit canonique peut être un miroir de la vie sociale. Ainsi, le manuel de confession de Martin Pérez, du début du XIVsiècle, témoigne de la crise de la société féodale de la Castille de l'époque et de la violence économique exercée par les grands.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Jacques LE GOFF, La bourse et la vie. Économie et religion au Moyen Âge, Paris : Hachette Littérat (...)

1Lorsque le concile de Latran IV (1215) institue la confession annuelle obligatoire, « un front pionnier est ouvert : celui de l’introspection, qui va transformer lentement les habitudes mentales et les comportements. Ce sont les débuts de la modernité psychologique »1. Dans l’immédiat, il favorise le développement d’un genre littéraire apparu vers 1180, celui des Summae confessorum, encore appelées Summae casuum, Summae de casibus conscientiae ou Summae de virtutibus et vitiis, plus simplement dit : le manuel de confession.

2Ces manuels étaient conçus comme des guides pratiques à l’usage des prêtres ayant charge d’âmes, car à partir de 1215 tout chrétien (dans le monde de l’Église romaine) était tenu, en théorie, de se présenter au moins une fois par an au prêtre de sa paroisse pour lui faire l’aveu de ses péchés et recevoir le sacrement de la pénitence, puis la communion pascale. Or, la mission confiée au confesseur exigeait de celui-ci un ensemble de connaissances théoriques et pratiques, afin de lui permettre d’accueillir correctement le pénitent, d’établir un véritable contact avec lui, l’aider à faire son examen de conscience pour déterminer le degré de gravité de ses fautes selon les circonstances, le conseiller, et enfin lui imposer la satisfaction (ou pénitence) adéquate.

3C’était là des tâches fort délicates à remplir, pour lesquelles les simples prêtres de paroisse n’avaient en général pas reçu une formation suffisante, leurs compétences se limitant d’habitude aux connaissances minimales nécessaires pour la célébration de la messe et l’administration matérielle des sacrements. Les gros traités des maîtres étaient pour eux hors d’atteinte, non seulement pour des raisons intellectuelles, mais aussi à cause de leur coût. D’où la nécessité évidente de leur fournir un bon manuel qui fût à leur portée .

4Nombreuses furent les Summae confessorum en latin, mais l’impératif pratique finit par conduire aussi à l’élaboration de tels manuels en langue vernaculaire. L’Espagne nous en a laissé un d’une certaine ampleur, en langue castillane. Plus d’une vingtaine de manuscrits en ont circulé, mais seulement huit nous sont parvenus, aucun, cependant, n’en offrant le texte complet. Il s’agit du Libro de las confesiones de Martin Pérez.

  • 2  Sur l’auteur et son ouvrage, voir l'étude qui précède l'édition du texte dans : Martín PÉREZ, Libr (...)

5On sait très peu de choses de l’auteur, car on en est réduit aux informations que livre le texte, lequel en est avare : l’auteur s’appelait comme on vient de dire, il était probablement clerc séculier, sans doute originaire de la région de Salamanque, et il a achevé son ouvrage en 1316. Voilà tout ce que l’on peut dire2.

  • 3 Ibid., p. 11 : « Este libro esta partido en tres partes. En la primera fabla de los pecados comunal (...)
  • 4 Ibid., p. 416 : « A los reyes e a los prinçipes e a los cavalleros e a los señores qualesquier... »
  • 5  Cf. Jérôme BASCHET, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris : (...)
  • 6  M. PÉREZ, op.cit., p. 416 : « ...los señores qualesquier que tengan señorio tenporal sobre los ome (...)

6Dans la deuxième partie de son manuel, qui en compte trois, il adopte un point de vue qui n’intéresse pas seulement le canoniste, mais qui est riche en informations pour l’historien médiéviste. C’est là, en effet, qu’il passe en revue les péchés qui lui semblent plus caractéristiques de certaines catégories de pécheurs, ceux-ci y succombant volontiers en raison de leur « état »3. Ainsi, quand il en vient à parler des puissants de ce monde, ceux, évidemment, de la société féodale dans laquelle il vivait, les « rois, princes, chevaliers et seigneurs de toute espèce »4, il ne leur attribue pas le péché d’orgueil, « péché féodal »5, ni celui d’homicide, comme on aurait pu s’y attendre à propos de gens voués au métier des armes. Non. Pour notre clerc, le péché qui caractérise « ceux qui exercent le pouvoir seigneurial sur les hommes »6, est le vol.

  • 7 Ibid., « Demandaras tu, confesor, si ovo el reynado e el señorio por engaño o por fuerça o en otra (...)

7À ceux-là – conseille-t-il à l’usager de son manuel, le clerc chargé d’entendre en confession ces puissants personnages – il faudra leur demander s’ils ne se sont pas emparés, par la tromperie, la violence ou tout autre moyen illicite, de ce qu’ils possèdent : qui un royaume, qui une seigneurie, qui une villa, qui un château, une maison ou une terre7.

8Ici, un doute surgit d’emblée. Martin Pérez ne pratiquerait-il pas une casuistique toute théorique, sans prise sur la réalité ? Le confesseur pouvait-il réellement être confronté à ce genre de cas, à des pécheurs susceptibles d’avoir usurpé un royaume ou une seigneurie ? Autrement dit, notre texte a-t-il un réel intérêt documentaire ?

  • 8  Cf. Denis MENJOT, Les Espagnes médiévales, 409-1474, Paris : Hachette, 1996, p. 178.

9En fait, il n’est pas du tout étonnant que Martin Pérez, qui a vécu à cheval sur le XIIIe et le XIVe siècle en Castille, ait songé à ce genre de casuistique. En effet, l’histoire politique de la Castille des dernières années du règne d’Alphonse X (1252-1284) jusqu’à l’avènement d’Isabelle la Catholique (1474) fut marquée d’âpres querelles dynastiques, l’accès au trône restant encore étroitement lié à la reconnaissance du nouveau monarque par les seigneurs, les prélats et les Cortes. Ces conflits débouchèrent à plusieurs reprises sur des guerres civiles. Les minorités successives de Ferdinand IV (1295-1301) et d’Alphonse XI (1312-1325) furent particulièrement troublées par les puissants, et la régente Maria de Molina, veuve de Sanche IV (1284-1295), eut fort à faire pour conserver le trône d’abord à son fils, puis à son petit-fils, sans pouvoir cependant empêcher Jacques II d’Aragon de s’emparer du royaume de Murcie en 12968. Donc, les questions d’usurpation de couronne, a fortiori de seigneurie et autres possessions féodales, constituèrent l’actualité du jour pour un homme comme Martin Pérez.

10Mais l’important de la casuistique élaborée par notre clerc castillan se trouve ailleurs : elle est, nous semble-t-il, dans la revendication de l’Église devant de tels conflits entre puissants seigneurs féodaux. En effet, ne se pose-t-elle pas, au moyen du tribunal de la pénitence, en instance arbitrale supérieure à laquelle il revient de dire si un roi possède légitimement son royaume, un seigneur sa seigneurie, un châtelain son château, etc. ?

  • 9  M. PÉREZ, op.cit., p. 416 : « Si mantovo mayores conpañas o fizo mayor costa e mayores espensas de (...)
  • 10 Ibid. , p. 417 : « […] para los juglares e para muchas dueñas e donzellas e muchos ofiçiales sin re (...)
  • 11  Ibid., « […] para fazer grand muestra de clerigos ».
  • 12  Ibid., « […] para casamientos altos o costosos fazer […] ».

11Il ne faut donc pas s’étonner non plus que l’Église revendique de même un droit de regard sur le train de vie des puissants et sur leur façon de dépenser la rente féodale. Ainsi, Martin Pérez dit à l’usager de son manuel qu’il peut arriver qu’un seigneur se lance dans des dépenses qui excèdent ses moyens9, des dépenses somptuaires pour subvenir aux frais d’une cour magnifique peuplée de juglares, de dames, de damoiselles, d’innombrables « officiers » et autres gens inutiles10, d’une cohorte ostentatoire de clercs11, ou encore pour faire des mariages prestigieux12. Cela devra éveiller les soupçons du confesseur, et il lui incombera – dit le manuel – de demander à un tel seigneur d’où vient tout cet argent.

  • 13  Charte juridique réunissant les us et coutumes par lesquels une communauté se régit ; elle contien (...)
  • 14  M. PÉREZ, op.cit., p. 416 : « digate primero commo despendio las sus rentas que de derecho suele a (...)
  • 15 Ibid., p. 417 : « […] los pechos aforados e las otras rentas de la tierra,  que son de luengo tienp (...)
  • 16 Ibid., « […] si estas rentas tales los señores quisieren espender en otras limosnas o en ponpas o e (...)
  • 17 Ibid., p. 416 : « […] los llevo (les impôts) con razon para mantener e guardar la tierra […] ».
  • 18 Ibid., p. 417 : « […] pagava las soldadas a los cavalleros e a los alcaldes e a los merinos e a los (...)

12Ce seigneur devra rendre compte au confesseur de ses dépenses. Et pour commencer, il faudra qu’il dise s’il a levé des impôts extraordinaires, des pechos desaforados, c’est-à-dire des contributions non prévues par le fuero13, dire quel usage il a fait de ses revenus habituels, ceux, légitimes, de la rente seigneuriale14. Selon la réponse du seigneur, le confesseur devra lui rappeler qu’il ne convient pas de confondre les pechos aforados et les pechos desaforados. Les premiers sont connus et consignés dans le fuero depuis très longtemps15. Leur grande ancienneté, sur laquelle le texte insiste, confère à ces impôts une autorité incontestable, antiquitas équivalant à auctoritas dans tout argumentaire médiéval. Et il ne peut être question, ajoute Martin Pérez, que les revenus des pechos aforados soient affectés en priorité à d’autres dépenses que celles pour lesquelles ils ont été déterminés à l’origine, il y a très longtemps16, à savoir celles qui découlent de la mission dont le seigneur est investi : conserver et bien administrer le domaine seigneurial à lui confié17. Le texte précise quelles sont les principales dépenses auxquelles le seigneur doit affecter la rente féodale : payer la solde des chevaliers, les salaires des alcaldes ou juges, des merinos ou officiers de justice, et de tous les autres « officiers » nécessaires à la bonne gestion de la seigneurie18.

13L’Église rappelle ainsi aux seigneurs quelle est leur raison d’être et celle des rentes féodales qu’ils encaissent : entretenir une armée pour assurer la protection des terres à eux confiées, gérer le domaine à l’aide des « officiers » indispensables, et y administrer la justice. Soit dit au passage, le vocabulaire utilisé par Martin Pérez (alcaldes, merinos, pechos aforados, pechos desaforados) démontre à l’évidence que nous ne sommes pas en présence d’une casuistique abstraite, mais que l’auteur avait dans l’esprit la réalité institutionnelle de la Castille de son époque.

  • 19 Ibid. ,« e despues quisieren tomar otros pechos por fuerça a los vasallos o a los labradores […] ».
  • 20 Ibid., « […] nin fagades a ninguno fuerça nin abatimiento a los menores poniendo premia de pecho so (...)
  • 21 Ibid., « Si dixiere que de las sus rentas e de lo bien ganado fazia estas obras de piedat, e de los (...)

14Il devait de même avoir à l’esprit des exemples bien concrets lorsque, pour l’instruction du clerc confesseur, il dénonce les seigneurs qui, pour couvrir les frais habituels de leur charge, lèvent des impôts extraordinaires, les extorquent par la force à leurs manants19, et accablent de taxes les petits20, en avançant parfois la pieuse excuse d’avoir dépensé une partie de leurs revenus ordinaires en oeuvres pies21.

  • 22 Ibid., « […] dile tu que aquel mercado non se puede fazer […] »
  • 23 Ibid., « ca non se puede fazer limosna de lo ageno, nin se quiere Dios honrar sinon de lo bien gana (...)
  • 24 Ibid., « […] e asi lo dize sant Juan Bautista a los defensores de las tierras : [...] bivid de vues (...)
  • 25 Ibid., « […] porque si segund su alvedrio oviesen a tomar sus espensas, fazerse yan gruesos robador (...)
  • 26 Ibid., «  […] los señores que despechan, roban toda la tierra, e asi <si> los que devian defenderla e g</si> (...)

15Le confesseur devra rétorquer que ce genre d’arguties n’est pas recevable22, et que l’on ne peut faire l’aumône  ni être agréable à Dieu avec de l’argent mal acquis23. Pour donner du poids à ses recommandations et à ses injonctions aux seigneurs sur la conduite à tenir en la matière, Martin Pérez se place, comme il est de rigueur dans une argumentation médiévale, sous l’autorité d’un personnage ancien et illustre, en l’occurrence Saint Jean-Baptiste lui-même, qui aurait dit « aux défenseurs des terres » : n’écrasez pas les humbles sous le poids des impôts, mais « vivez de vos soldes et de vos rentes »24. Et comme deux autorités valent toujours mieux qu’une, Martin Pérez renchérit et invoque « Saint Augustin et les autres saints », lesquels auraient laissé des instructions précises aux confesseurs sur le chapitre des rentes et des dépenses seigneuriales, une affaire trop grave pour être abandonnée au jugement des seuls seigneurs, lesquels ne pourraient que se comporter comme de « grands voleurs »25, et commettraient donc ce péché. De plus, ajoute Martin Pérez, ces puissants seigneurs faillissent à leur mission, car à force de lever des impôts extraordinaires, à force de despechar, ils ravagent un pays qui leur a été confié pour qu’ils le défendent et le conservent26.

  • 27  Cf. D. MENJOT, op. cit., p. 165.

16Cette dénonciation du péché propre aux puissants, le vol, sous les espèces d’une pression fiscale excessive et parfois violente, s’inscrit parfaitement dans le contexte de crise de l’époque. En effet, Martin Pérez a vécu, rappelons-le, à cheval sur le XIIIe et le XIVsiècle, puisque son ouvrage a été achevé en 1316. Or, à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle la Castille, tout comme les autres royaumes de la Péninsule, entre dans une période de graves difficultés : récessions économiques dont la gravité et la chronologie varient selon les régions, crises sociales et politiques. L’arrêt de la Reconquête prive le roi des butins de guerre avec lesquels il récompensait les services et la fidélité de la noblesse, et pour continuer de verser des soldes, il doit lever de nouveaux impôts et dévaluer la monnaie. La noblesse, frappée dans ses intérêts par la diminution de la rente seigneuriale et la dévaluation monétaire, se révolte en 1272. « Débute alors une longue série de troubles et de violences, car les nobles voient dans le contrôle de la monarchie et le renforcement de l’exploitation paysanne le moyen de maintenir leur richesse et leur prééminence sociale »27.

  • 28  Ibid., p. 166.

17Il nous semble donc évident que ce chapitre du Libro de las confesiones a été inspiré à son auteur par ce qu’il a vu autour de lui, les malheurs du temps qui frappaient le royaume de Castille : des luttes acharnées entre factions nobiliaires qui se disputaient le pouvoir, des grands seigneurs fastueux écrasant leurs paysans sous les impôts pour maintenir leur train de vie malgré la diminution de la rente seigneuriale, « la guerre et le brigandage, souvent endémiques » aux conséquences particulièrement graves durant les minorités de Ferdinand IV et d’Alphonse XI28.

18Pour notre clerc, la cause de ces maux est la cupidité des seigneurs et leur goût du faste, le remède se trouvant dans l’amendement des comportements. Tout irait mieux, dit-il au fond, si les seigneurs n’étaient pas dévorés de convoitise, s’ils se contentaient de vivre sans luxe inutile dans leur château, de remplir simplement leur mission en veillant à la conservation de leur seigneurie et à sa bonne administration à l’aide de la recette des impôts prévus par le fuero. La réponse de Martin Pérez est donc morale et conservatrice. Il ne pouvait évidemment pas encore comprendre les phénomènes économiques de la récession, de la hausse des prix et de la diminution de la rente seigneuriale, ni celui du développement de la société de cour avec ses inévitables dépenses de représentation et de prestige. C’est pourquoi il pensait que la solution se trouvait au tribunal de la pénitence.

19C’est à la barre de ce tribunal, devant lequel tout chrétien doit comparaître au moins une fois l’an s’il veut assurer le salut de son âme, que le représentant de l’Église, le clerc confesseur, dira aux puissants seigneurs qui dominent la société et la mettent à mal quels sont les bons comportements à tenir pour conserver le bon ordre social. Cet ordre est – nous dit clairement le texte de Martin Pérez – celui du système féodal, que l’Église ne remet pas en cause, mais dont elle dénonce ici le « mauvais » fonctionnement. Il suffirait, au fond, que les seigneurs vivent selon les normes prônées par l’Église pour que tout soit pour le mieux, aux yeux de notre clerc.

20Le discours moral de Martin Pérez, donc, justifie l’organisation de la société féodale. Mais il exprime aussi la volonté de l’Église-institution de contrôler étroitement ce système social en revendiquant le droit de dicter aux dominants leurs règles de conduite (en l’occurrence en matière fiscale), et de juger, le cas échéant, de la légitimité de leurs possessions féodales. Autrement dit, le discours moral de Martin Pérez sur le péché des grands seigneurs revendique pour les clercs, qui détiennent la clé du salut, la position dominante dans cette société. Le tribunal de la pénitence apparaît comme l’instrument de cette politique d’hégémonie cléricale.

Haut de page

Notes

1  Jacques LE GOFF, La bourse et la vie. Économie et religion au Moyen Âge, Paris : Hachette Littératures (Pluriel, 847), 1986, p. 13.

2  Sur l’auteur et son ouvrage, voir l'étude qui précède l'édition du texte dans : Martín PÉREZ, Libro de las confesiones.Una radiografía de la sociedad medieval española, Antonio GARCIA Y GARCIA, Bernardo ALONSO RODRIGUEZ, Francisco CANTELAR RODRIGUEZ (éd.), Madrid : Biblioteca de Autores Cristianos, 2002.

3 Ibid., p. 11 : « Este libro esta partido en tres partes. En la primera fabla de los pecados comunales a todos los estados. En la segunda fabla de los pecados en que pueden caer espeçialmente algunas personas de algunos estados señalados. En la terçera fabla de los sacramentos. »

4 Ibid., p. 416 : « A los reyes e a los prinçipes e a los cavalleros e a los señores qualesquier... ».

5  Cf. Jérôme BASCHET, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris : Aubier (Collection historique), 2004, p. 359.

6  M. PÉREZ, op.cit., p. 416 : « ...los señores qualesquier que tengan señorio tenporal sobre los omes... »

7 Ibid., « Demandaras tu, confesor, si ovo el reynado e el señorio por engaño o por fuerça o en otra manera, qual quier que sea, sin derecho, o otra villa o castillo o casa o heredat. »

8  Cf. Denis MENJOT, Les Espagnes médiévales, 409-1474, Paris : Hachette, 1996, p. 178.

9  M. PÉREZ, op.cit., p. 416 : « Si mantovo mayores conpañas o fizo mayor costa e mayores espensas de quanto podia cunplir por sus rentas ».

10 Ibid. , p. 417 : « […] para los juglares e para muchas dueñas e donzellas e muchos ofiçiales sin regla e gentes baldias mantener […] ».

11  Ibid., « […] para fazer grand muestra de clerigos ».

12  Ibid., « […] para casamientos altos o costosos fazer […] ».

13  Charte juridique réunissant les us et coutumes par lesquels une communauté se régit ; elle contient, entre autres, des dispositions d’ordre fiscal.

14  M. PÉREZ, op.cit., p. 416 : « digate primero commo despendio las sus rentas que de derecho suele aver […]. »

15 Ibid., p. 417 : « […] los pechos aforados e las otras rentas de la tierra,  que son de luengo tienpo señaladas a los señores […] ».

16 Ibid., « […] si estas rentas tales los señores quisieren espender en otras limosnas o en ponpas o en otras faziendas, sinon en aquellas cosas para que fueron ordenadas de tienpo antigo[…] ».

17 Ibid., p. 416 : « […] los llevo (les impôts) con razon para mantener e guardar la tierra […] ».

18 Ibid., p. 417 : « […] pagava las soldadas a los cavalleros e a los alcaldes e a los merinos e a los otros ofiçiales que son para mantenimiento de la tierra […] » ;« […] por que los señores ayan de alli para soldadas a los cavalleros e para los ofiçiales de la justiçia e para mantenimiento de las sus tierras e de las sus casas […] ».

19 Ibid. ,« e despues quisieren tomar otros pechos por fuerça a los vasallos o a los labradores […] ».

20 Ibid., « […] nin fagades a ninguno fuerça nin abatimiento a los menores poniendo premia de pecho sobre ellos […] ».

21 Ibid., « Si dixiere que de las sus rentas e de lo bien ganado fazia estas obras de piedat, e de los pechos desaforados pagava las soldadas […] ».

22 Ibid., « […] dile tu que aquel mercado non se puede fazer […] »

23 Ibid., « ca non se puede fazer limosna de lo ageno, nin se quiere Dios honrar sinon de lo bien ganado ».

24 Ibid., « […] e asi lo dize sant Juan Bautista a los defensores de las tierras : [...] bivid de vuestras soldadas e de vuestras rentas » ; cf. Lc 3, 14 : « Interrogabant autem eum (Jean le Baptiste, effectivement) milites dicentes : Quid faciamus et nos ? Et ait illis : Neminem concutiatis neque calumniam faciatis et contenti estote stipendiis vestris. »

25 Ibid., « […] porque si segund su alvedrio oviesen a tomar sus espensas, fazerse yan gruesos robadores […] »

26 Ibid., «  […] los señores que despechan, roban toda la tierra, e asi <si> los que devian defenderla e guardarla, por pecho la estragan […] ».

27  Cf. D. MENJOT, op. cit., p. 165.

28  Ibid., p. 166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis BEZLER, « Pénitence et contrôle fiscal à l’époque féodale », e-Spania [En ligne], 5 | juin 2008, mis en ligne le 01 février 2008, consulté le 21 septembre 2014. URL : http://e-spania.revues.org/11243 ; DOI : 10.4000/e-spania.11243

Haut de page

Auteur

Francis BEZLER

Université Marc Bloch de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© e-Spania

Haut de page